Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

VII) La mort et ses suites (tentative d'ordre chronologique)

          Il faut savoir que le monde de la mort (de la tombe) est dans une dimension en dehors de la Création de la vie éphémère dont des sept cieux qui est une étape avant la Résurrection de l'humanité pour le Jugement Dernier. En effet à la fin du monde, lorsque Dieu repliera les cieux et la terre dans Sa main droite pour honorer légitimement Sa glorieuse souveraineté noble et avant de les recréer en modifiant leur apparence sous une forme de désert très plat à partir des éléments de la Terre précédente pour donc le Jour de la Résurrection synonyme du Jugement Dernier, les morts recevront toujours la première partie de leur rétribution dans ce monde de la tombe :
(ExtHadith) D'après Abou Yala al-Mussili, Abou Hourayra (SDP) a rapporté que le Messager de Dieu (SBDSL) raconta ceci  : « Les morts ne seront rien de cela (des événements de la fin du monde). »
          Etant donné que Dieu est en dehors de l'espace et du temps, il faut noter que toutes les descriptions sur l'au-delà sont logiques comme Dieu connaît le destin unique des hommes qu'Il laissera s'écrire dans un plan encadré. En effet pour Dieu, toute Création, dont la Terre, les sept cieux, le monde de la tombe, la place du Jugement Dernier, le Paradis et l'Enfer, sont comme des livres dans lesquels tel un lecteur, il peut avancer où reculer dans l'histoire.
          La plupart des rétributions lors des différentes étapes après la mort sont les mêmes en fonction des trois groupes suivants : les gens de la gauche (les infidèles), les gens de la droite (les croyants), et les rapprochés ou élus (les Prophètes, les véridiques, les martyrs, les pieux, les adorateurs, les justes, les vertueux) : 
(S56v7-11) « alors vous serez trois catégories (après la mort) : (il y aura) les gens de la droite. Que sont les gens de la droite ?  Et (il y aura) les gens de la gauche, que sont les gens de la gauche ?  (Et il y aura) Les premiers (à suivre les ordres d'Allah sur la terre, c'est à dire les plus pieux, les meilleurs des gens de la droite), ce sont eux qui seront les premiers (dans l'au-delà), et ce sont ceux-là les plus rapprochés d'Allah. »
(S46v19) « Et il y a des rangs (de mérite) pour chacun, selon ce qu'ils ont fait, afin qu'Allah leur attribue la pleine récompense de leurs œuvres, et ils ne seront point lésés. »
(S6v132) « A chacun des rangs (des récompenses) selon ses œuvres. Or ton Seigneur n'est pas inattentif à ce qu'ils font. »
(S17v21) « Regarde comment Nous favorisons certains sur d'autres (au niveau de la richesse ou du pouvoir par la prédestination). Et dans l'au-delà, il y a des rangs (moraux) plus élevés et plus privilégiés (par notre libre arbitre). »
(S56v88-96) « Si celui-ci (un être humain) est du nombre des rapprochés (d'Allah), alors (il aura) du repos, de la grâce, et un Jardin de délices. Et s'il est du nombre des gens de la droite, il sera (accueilli au Paradis par ces mots) “Paix à toi” de la part des gens de la droite. Et s'il est de ceux qui avaient traité de mensonge (la résurrection) et s'étaient égarés, alors il sera installé dans une eau bouillante, et il brûlera dans la Fournaise. C'est cela la pleine certitude. Glorifie donc le nom de ton Seigneur, le Très Grand ! »
Houdayfa Ibn Usayd rapporte : Abou Darr (SDP) se leva et dit : « Les Banû Gifar ! Parlez et ne jurez pas, car le véridique dont Allah a confirmé les paroles m'a raconté que les gens seront rassemblés selon trois groupes : un groupe sur des montures repus et habillés (rapprochés), un groupe qui marche et court (gens de la droite en fonction de leurs actions), et un groupe trainés sur leurs visages (gens de la gauche) par les anges qui les rassemblent vers le Feu. »
Aamir Ibn Masrouq rapporte : Un homme dit devant Abdallah Ibn Masoud (SDP) : « Je ne voudrais pas être des gens de la droite, je préfère être des rapprochés d'Allah. » Il dit : « Mais il y a ici un homme qui désire ne pas être ressuscité après sa mort », il parlait de lui-même.
Commentaire : Des compagnons du Prophète (SBDSL) ayant atteint un grand niveau de foi et de crainte d'Allah dont par rapport à leurs péchés préféraient sagement ne plus exister après la mort pour éviter de rendre des comptes et de vivre les terribles étapes de l'au-delà de ceux qui ne sont pas des rapproché d'autant plus si ils sont maudits, car les rapprochées n'ont que des facilités, les gens de la droite n'ont que des peurs rassurées et les gens de la gauche n'ont que des peurs suivies de souffrances. Or la valeur immense de Dieu par rapport à Son excellente noblesse de position, de nature, de science, de puissance et de choix est absolument désirable de même évidemment que de voir Sa Face en particulier en tant qu'un de ses rapprochés.
          Chaque membre de ces groupes peut avoir des rétributions supplémentaires suite à certaines œuvres particulières ou fréquentes. De même cela pourra entraîner des raccourcissements, des rallongements, des facilités, des intensifications, ou des complications à certaines récompenses ou punitions. Et il en est de même au Paradis et en Enfer. Ainsi vouloir toutes les meilleures situations dans l'au-delà devient évidemment logique comme en auront certainement beaucoup les dix compagnons du Prophète (SBDSL) qu'il a promis au Paradis pendant leur vie. Il faut noter que pour les personnes bénies aimant vraiment Allah, la vie terrestre plus toutes les étapes de l'au-delà sont une intelligente patience divinement organisée, car créant en réalité plus d'impatience, de préparation, de valorisation, et donc de plaisir avant de rencontrer Allah et Son Paradis.
          Les étapes de l'au-delà les plus connues sont :


La mort :

Pour les gens de la gauche, souffrance similaire à sept cents coups d'épées commençant à les rétribuer.
Pour les gens de la droite, ultime souffrance similaire à sept cents coups d'épées devenant une rançon les absolvant de leurs péchés (puis uniquement des peurs rassurées).
Pour les rapprochés selon l'excellente analyse de Cheik Younes, vision de leur demeure au Paradis faisant sortir l'âme du corps sans souffrance pareillement aux martyrs, c'est à dire comme lorsque dans le Coran les âmes des femmes s'étant portées sur l'immense beauté du Prophète Youcef n'ont pas ressenti qu'elles se tailladaient leurs mains avec leurs couteaux pendant qu'elles coupaient des fruits.

La tombe :
Pour les gens de la gauche, mauvaises réponses aux interrogations puis divers châtiments.
Pour les gens de la droite, bonnes réponses aux interrogations puis diverses
récompenses.
Pour les rapprochés, probablement pas d'interrogation, puis vol au dessus du Paradis jusqu'au jour de la résurrection comme les martyrs.

Trajet dans l'obscurité du lieu de la Résurrection jusqu'au Rassemblement Universel à la place du Jour du Jugement Dernier :
Pour les gens de la gauche, pas de lumière sur leurs membres et déplacement sur leur visage.
Pour les gens de la droite, lumière sur leurs membres et marche à pied.
Pour les rapprochés, lumières sur leurs membres et transport sur une monture.

Sur la place du Jour du Jugement Dernier :

Pour les gens de la gauche, attente pouvant durer 50 000 ans, enfoncement dans leur sueur jusqu'à leur bouche de peur à cause de leurs péchés et à cause du rapprochement du soleil sans sa lumière.
Pour les gens de la droite, sueur pouvant monter jusqu'avant la bouche, ou jugement rapide, et/ou protection possible contre le soleil par le Trône divin dont l'ombre est en réalité probablement une lumière annulant l'effet des rayons probablement infrarouges du soleil puisque se rapprochant donc du rassemblement sans sa lumière.
Pour les rapprochés, pas de jugement ou/et trônes de lumière.

Traversée du pont au-dessus de l'Enfer aussi fin et tranchant qu'une lame de rasoir :
Pour les gens de la gauche, pas d'accès ou traversée trop lente et chute.
Pour les gens de la droite, traversée plus ou moins rapide.
Pour les rapprochés, traversée en un clignement d'œil ou à la vitesse de l'éclair.

Arrivée au bassin du Prophète (SBDSL) guérissant les hommes de toute souffrance :
Pour les gens de la gauche, inexistant.
Pour les gens de la droite, boisson via des coupes en or et argent.
Pour les rapprochés, boisson via la main du Prophète (SBDSL) :
Yahya Ibn Jaada rapporte : Certains compagnons du Messager d'Allah (SBDSL) visitèrent Khabbeb (SDP) et dirent : « Réjouis-toi, Abou Abdallah ! Tu vas boire l'eau du bassin des mains de Mouhamed (SBDSL) ! » Il demanda en désignant sa maison de haut en bas : « Comment cela, alors que le Messager d'Allah a dit : il vous suffit de posséder ce que possède un cavalier en voyage. »

Place dans l'au-delà :

Pour les gens de la gauche, Enfer.
Pour les gens de la droite, divers étages du Paradis.
Pour les rapprochés, firdaws, le centième et plus haut degré du Paradis.

Vision ou visite du Seigneur :
Pour les gens de la gauche, inexistant.
Pour les gens de la droite, au minimum une vision par semaine le vendredi.
Pour les rapprochés, possiblement deux visites par jour ou plus.

Or pour avoir toutes les meilleurs situations dans l'au-delà, il pourrait suffire de simplement d'exprimer sincèrement à voix haute l'invocation située tout à la fin du dernier chapitre.


A) Morales sur la mort

          L’ange de la mort accomplira son devoir tôt ou tard, car notre temps de vie correspond à un évident compte à rebours avant sa rencontre :
(S21v1) « (L'échéance) du règlement de leur compte (mort ou Jour du Jugement Dernier) approche pour les hommes, alors que dans leur insouciance ils s'en détournent. »
          Pour bien comprendre cette vérité, il faut savoir qu'un enseignement religieux précise que l'ange de la mort nous regarde droit dans les yeux cinq fois par jour et cinq fois par nuit en attendant l’ordre de Dieu qui l'obligera à prendre notre âme. Ainsi les gens choisissent rarement leur fin et celle-ci peut donc arriver à tout moment comme lors d'une rupture d’anévrisme. Après la mort, le corps sera déposé dans un trou et il disparaîtra de la surface de la terre et sera oublié. L'homme ne doit donc vraiment craindre que Dieu et par conséquent agir sagement pour Lui sans penser au regard des autres. Or le regard des autres a pris une importance démesurée inquiétant les gens sur ce qu'ils vont gagner et sur ce que pensent ces autres, au lieu de penser à Dieu et à ce qui peut conduire à Son royaume céleste.

(S30v8) « N'ont-ils pas médité en eux-mêmes ? Allah n'a créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux qu'à juste raison et pour un terme fixé (mort, fin du monde). Beaucoup de gens cependant ne croient pas en la rencontre de leur Seigneur. »

Le calife Ali (SDP) a déclaré : tout le monde dort et leurs yeux s'ouvriront après la mort.

Anas (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « La mort de n'importe quel être humain croyant est semblable à l'enfant qui est serré dans le ventre de sa mère, en sort, et arrive au monde puis se repose et se tranquillise (comme au Paradis). »

Ibn Omar rapporte : Le Prophète (SBDSL) me prit par l'épaule et me dit : « Sois dans ce monde comme un étranger où un passant (puisque devant retourner vers notre monde originel qu'est le Paradis). » Ibn Omar (SDP) avait pour coutume de dire : « Lorsque tu parviens au soir, n'attends pas le lendemain, et parvenu au matin, n'attends pas le soir. Tire avantage de ta santé avant ta maladie et de ta vie avant ta mort (pour faire des bonnes actions afin de te rapprocher de Dieu surtout que la création divine quotidienne est une bonne action permanente). » (Boukhari)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Que personne parmi vous ne souhaite la mort. Si la personne est vertueuse, il se peut alors qu'elle augmente ses bonnes actions. Et si elle est malfaisante, il est possible qu'elle se repente. » (Boukhari) 
On trouve dans une version de Mouslim : « Que nul d'entre vous ne souhaite la mort et qu'il ne la demande pas avant qu'elle vienne, car s'il meurt ses œuvres s'arrêtent, et le prolongement de sa vie ne fait qu'ajouter du bien. »  Selon Anas (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Qu'aucun d'entre vous ne souhaite la mort suite à un malheur. Et s'il doit absolument le faire, qu'il dise : « Mon Dieu, garde-moi en vie tant que la vie est un bien pour moi, et fais-moi mourir si la mort est préférable pour moi. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Ibn Omar (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Il n'est pas permis au musulman possédant chez lui un bien à même d'être légué (ayant une valeur utile ou financière importante) de passer deux nuits sans avoir écrit son testament. » (Boukhari et Mouslim)
Dans une autre version de Mouslim, il est dit trois nuits. Le fils de Omar a dit : « Depuis que j'ai entendu ces paroles du Prophète (SBDSL), je n'ai plus passé une seule nuit sans avoir avec moi mon testament. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Ce monde (terrestre) est prison pour le croyant et paradis céleste pour le non-musulman. »

Anas (SDP) raconte que le Prophète (SBDSL) a dit qu'il y a deux portes pour chaque être humain : par l'une passent les œuvres pour aller au ciel, par l'autre descendent ses besoins quotidiens. Ces deux portes pleurent quand meurt l'être humain croyant. Ibn Anwar (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit qu'à la mort d'un fidèle, le cimetière se prépare comme pour une fête et chaque pouce de la terre nourrit l'espoir que le corps du fidèle lui sera confié.

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Que chacun de vous ne meurt qu’en ayant bon espoir en Dieu Glorifié et Honoré. » (Mouslim)

Ali Ibn Abi Talib (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Il y a au Paradis des chambres dont seulement le propriétaire peut regarder l'extérieur de l'intérieur et l'intérieur de l'extérieur. Un bédouin se leva et demanda : « Pour qui sont-elles réservées ? » Il répondit : « Pour celui qui parle et dit du bien, pour celui qui offre à manger, pour celui qui jeûne souvent, pour celui qui médite sur la mort alors que les gens dorment. » (Ahmad)

Ibn Masoud (SDP) rapporte : « Le Prophète (SBDSL) traça un carré, puis traça en son milieu un trait qui sortait de ce carré d'un côté. Il traça ensuite plusieurs petits traits perpendiculaires à celui qui traversait le carré et dit : « Voici l'homme, et ce carré représente sa vie et le terme de sa vie. Le trait qui traverse le carré représente ses espoirs. Quant à ces petits traits, ils représentent les accidents. S'il n'est pas atteint par celui-ci, il le sera par celui-là, et s'il ne l'est pas par celui-là, il le sera par un autre (dont la mort). » (Boukhari)

Selon Abou Houreyra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Remémorez-vous souvent celle qui anéantit tous les plaisirs (la mort). » (Tirmidhi)


Les savants ont dit :
Celui qui pensera souvent à la mort se verra accorder trois facilités : obtenir rapidement le pardon divin, la sérénité du cœur en ayant une bonne morale, et la faculté de concentration et de satisfaction dans ces prières.
Celui qui oubliera la mort verra s'abattre sur lui trois malheurs : il ne pensera pas à se repentir, il ne sera jamais satisfait du peu qui lui sera accordé, et il négligera les prières en devenant paresseux.


1) Son universalité

(S3v185) « Toute âme goûtera la mort. Mais c'est seulement au Jour de la Résurrection que vous recevrez votre entière rétribution. Quiconque donc est écarté du Feu et introduit au Paradis a certes réussi. Et la vie présente n'est qu'un objet de jouissance trompeuse. »

(S21v34/35) « Et Nous n'avons attribué l'immortalité à nul homme avant toi. Est-ce que si tu meurs, toi, eux (les infidèles) seront éternels ? Toute âme doit goûter la mort. Nous vous éprouverons par le mal et par le bien (à titre) de tentation. Et c'est à Nous que vous serez ramenés. »

(S39v30) « En vérité tu mourras, et ils (tous les hommes) mourront aussi. »


2) But principal

(S3v102) « Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit d’être craint. Et ne mourrez qu’en pleine soumission (avec une foi sincère, en dehors d'un mal, et si possible pendant une œuvre pieuse). »

(S3v145) « Personne ne peut mourir que par la permission d'Allah, et au moment prédéterminé. Quiconque veut la récompense d'ici-bas, Nous lui en donnons. Quiconque veut la récompense de l'au-delà, Nous lui en donnons (un peu ici-bas) et Nous récompenserons bientôt les reconnaissants (au Paradis). »

(S3v140-142) « Ainsi faisons-Nous alterner les jours (heureux et difficiles, épreuves proposant la valeur suprême qu'est la dignité) parmi les gens, afin qu'Allah reconnaisse ceux qui ont cru, et qu'Il choisisse parmi vous des martyrs (qui méritent de l'être), et Allah n'aime pas les injustes. »

3) Inéluctabilité de la mort

(S4v78) « Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. Qu'un bien les atteigne, ils disent : “C'est de la part d'Allah.” Qu'un mal les atteigne, ils disent : “C'est dû à toi (Mouhamed).” Dis : “Tout est d'Allah.” Mais qu'ont-ils ces gens à ne comprendre presque aucune parole ? »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque Dieu eut remis le pouvoir de la mort à l'ange Izraïl, il demanda ce qu'était la mort, alors Dieu fit appeler tous les anges après avoir ôté les voiles qui recouvraient la mort. Dès qu'ils l'aperçurent les anges s'évanouirent. Revenu à eux-mêmes, ils s'écrièrent : « Ô Dieu, y a-t-il une créature plus grande que la mort en ce monde ? » Dieu répondit : « J'ai créé la mort et plus grande que la mort il n’y a que Moi. Et il n’y a personne de plus puissant que Moi. Tout ce que j'ai créé aura un jour ou l'autre affaire à la mort (dont pour valoriser la vie ou changer le corps afin d'aller au Paradis). » Par la force particulière que Dieu a mise en son pouvoir, l'ange Izraïl peut se saisir de l'esprit de tous les êtres vivants simultanément. »

4) Passage à la foi certaine et continuité des bonnes actions possible

(S30v52) « En vérité, tu ne fais pas entendre les morts, et tu ne fais pas entendre aux sourds l'appel s'ils s'en vont en tournant le dos. »

(S35v22) « De même, ne sont pas semblables les vivants et les morts. Allah fait entendre qui Il veut, alors que toi (Mouhamed), tu ne peux faire entendre (exhorter) ceux qui sont dans les tombeaux (surtout car ils ne peuvent plus faire d'actions). »

(ExtS50v19) « L'agonie de la mort fait apparaître la vérité (foi en Dieu certaine) »


Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand le fils d’Adam meurt son œuvre s’arrête sauf dans trois choses :
-Une aumône continue (une œuvre d’utilité publique : fontaines, hôpitaux, écoles, orphelinats, établissements pour handicapés etc…)
-Une science dont les gens tirent profit
-Un enfant vertueux qui prie Allah pour un parent. » (Mouslim)

5) Proximité constante de la mort

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le Paradis est plus près de vous que le lacet de sa chaussure et il en est de même de l’Enfer. » (URA)

Le Prophète (SBDSL) a dit à Ibn Omar (SDP) : « A votre réveil, n'escomptez pas vivre jusqu'au soir, et le soir, n'escomptez pas vivre jusqu'au lendemain. Vivants, tirez avantage de la vie avant la mort, et de la bonne santé avant la maladie (pour faire des bonnes actions), car vous ne savez pas quelle sera votre position auprès de Dieu demain. » (Boukhari)


(S7v185) « N’ont-ils pas médité sur le royaume des cieux et de la terre, et sur toute chose qu’Allah a créée, et sur le fait que leur terme (mort) est peut-être déjà proche (pour juger leurs actions) ? En quelle parole croiront-ils après cela ? »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Sois dans ce monde comme si tu étais un étranger ou quelqu’un de passage (car la mort est certaine). » (Boukhari)

(S10v24/25) « La vie présente est comparable à une eau que Nous faisons descendre du ciel et qui se mélange à la végétation de la terre dont se nourrissent les hommes et les bêtes. Puis lorsque la terre prend sa parure et s'embellit, et que ses habitants pensent qu'elles est à leur entière disposition, Notre Ordre lui vient (comme la mort pour l'être humain), de nuit ou de jour, c'est alors que Nous la rendrons toute moissonnée, comme si elle n'avait pas été florissante la veille. Ainsi exposons-Nous les preuves pour des gens qui réfléchissent. Allah appelle à la demeure de la paix (le Paradis) et guide qui Il veut vers un droit chemin. »

6) Sagesse de son rappel

Ibn Omar (SDP) a dit : J'étais avec l'Envoyé de Dieu (SBDSL) quand un des partisans est arrivé. Il a salué le Prophète (SBDSL) et a demandé: « Ô Envoyé de Dieu ! Quel est le meilleur des croyants ? » Il a répondu: « Celui qui a les meilleures qualités morales. » Il demanda : « Lequel des croyants est le plus gracieux ? » Il répondit : « Celui qui se rappelle le plus souvent la mort et celui qui s'est le mieux préparé à ce qu'il y a après la mort. Ce sont ceux-là les gracieux. »

Selon Abou Yala Ibn Aws (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « L'homme sensé est celui qui se demande des comptes et oeuvre en vue de ce qui vient après la mort. L'homme faible est celui qui se laisse guider par ses passions en espérant que Dieu lui pardonne. » (Tirmidhi)

Ibn Omar (SDP) raconte que lui-même et dix ansars se rendirent auprès du Prophète (SBDSL), alors l'un d'eux posa la question : « Lequel parmi nous est le plus intelligent ? » La réponse du Prophète (SBDSL) fut : « Celui qui pense à la mort et prépare sa vie pour l’au-delà. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Pensez beaucoup à la chose qui vient mettre fin aux jouissances : la mort. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui désire visiter les tombes qu’il le fasse ! Elles nous rappellent l’autre monde. »

Selon Jabir Ibn Abdullah (SDP), le Prophète (SBDSL) a prononcé ces propos trois jours avant sa mort : « Qu'aucun d'entre vous ne meure sans avoir la meilleure opinion de Dieu. » (Mouslim)

7) Vertus pour de préparation à la mort quand c'est possible

Abou Nouaym rapporte : Au moment de sa mort, Mouad Ibn Gabal (SDP) demanda : « Regardez, le matin est-il arrivé ? » On alla voir et on lui dit : « Pas encore. » Il demanda encore : « Regardez, le jour est-il arrivé ? » On alla voir et on lui dit : « Pas encore. » Il répéta sa question jusqu'à ce qu'on lui dit : « Le jour est venu. » Il dit : « Je cherche refuge auprès d'Allah contre une nuit après laquelle je suis conduit au Feu. Bienvenue à la mort, bienvenue ! Un visiteur longtemps attendu, un bien-aimé venu au moment du besoin ! Ô Allah ! Je te craignais et aujourd'hui j'ai espoir en Toi ! Ô Allah ! Tu sais que je n'aimais pas ce bas monde ni la longue vie pour posséder des rivières ni pour planter des arbres (loin de Toi), mais pour (au nom de Toi) la soif du midi, la lutte (effort religieux, activité professionnel, responsabilité familiales et guerre sainte) durant des heures et pour coller mes genoux aux savants dans les cercles d'invocation (et d'enseignements). »

Aïcha (SDP) raconte : Quand Aba Bakr allait mourir, j'ai dit : « Par ta vie ! A quoi sert la richesse à l'homme vigoureux le jour où il râle en sortant l'âme ? » Abou Bakr dit : « Ne dis pas ainsi, ma fille. Dis plutôt : « L'agonie de la mort fait apparaître la vérité : (S50v19) « Voila ce dont tu t'écartais », Prenez mes deux habits (usés) que voici, lavez-les et mettez-les moi comme linceul, car le vivant a plus besoin des habits neuf que le mort, et les habits du mort vont devenir poussière. »

Yahya Ibn Aba Rasid Al Basri rapporte : Au moment de mourir, Omar Ibn Alkhattab (SDP) dit a son fils : « Au moment ou je mourrai, mets-moi sur le côté, place tes genoux contre ma taille, ta main droite sur mon front et l'autre sur mon menton. Quand j'aurai rendu l'âme, ferme mes yeux et soyez économes pour mon linceul car si du bien m'attend chez Allah, Il me donnera mieux en échange, et s'il en est autrement Il aura tôt fait de me dépouiller. Et creusez-moi une tombe simple, car si du bien m'attend chez Allah, Il me l'étendra à perte de vue et s'il en est autrement, Il la serrera jusqu'à ce que mes côtes s'entremêlent. Qu'aucune femme ne participe à mon cortège funèbre et ne me félicitez pas avec ce qui n'est pas en moi car c'est Allah qui me connaît vraiment. Quand vous m'emmènerez dépêchez-vous, car si du bien m'attend chez Allah vous me déposerez dans ce qui est meilleur pour moi, et s'il en est autrement vous débarrasserez vos épaules d'un mal que vous portez. »

Omar (SDP) a dit avant de mourir : « Maintenant, si je possédais le monde entier, je le donnerais pour me sauver de la terreur de la résurrection. » Et il ordonna à son fils : « Pose ma joue par terre, Abdullah Ibn Omar. » Je l'ai descendu de ma cuisse sur mon pied et ils répéta : « Colle ma joue par terre ! » Quand son fils laissa sa barbe et sa joue tomber à terre, Omar dit  : « Malheur à toi et malheur à ta mère, Omar, si Allah ne te pardonne pas, Omar ! » Puis il rendit l'âme, miséricorde sur lui.

Sila Ibn Zafar raconte : Houdayfa m'envoya avec Abou Masoud et nous lui achetâmes pour linceul un ensemble en deux pièces du Yémen coûtant trois cents dirhams. Il dit : « Montrez-moi ce que vous m'avez acheté. » Nous le lui montrâmes et il dit : « Ceci ne me convient pas comme linceul. Il me suffit d'avoir deux étoffes rectangulaires blanches sans tunique car je ne serai laissé que peu de temps (dans la tombe) et on m'en changera des meilleures ou des pires. » Nous lui achetâmes alors deux tissus blancs rectangulaires (pour les enroulés autour du corps comme linceul avant l'enterrement).

Sibi rapporte : Au moment de mourir, Salmân dit à sa maîtresse de maison : « Amène ce que je t'avais donner à cacher. » Elle lui amena un petit sac de musc et il dit : « Amène-moi une tasse avec de l'eau. » Il y éparpilla le musc puis le mélangea de sa main et dit : « Asperge avec autour de moi, car des créatures d'Allah (dans une version logiquement « des anges » sortant et accueillant l'âme) qui sentent les odeurs et ne mangent pas la nourriture (ce qui prouve que les anges peuvent percevoir les odeurs mais pas les goûts) vont venir auprès de moi (et aussi pour accueillir agréablement les êtres humains venant présentés leurs condoléances. » Puis referme la porte, laisse-moi et descends. » Elle fit ainsi et s'assit un moment. Puis elle entendit un susurrement remonta et le trouva mort. »

Ubada Ibn Muhammad Ibn Oubayda Ibn Samit rapporte : Quand il était mourant, Oubayda (SDP) dit : « Amenez-moi mes esclaves, mes serviteurs, mes voisins et ceux qui venaient chez moi. » Ils se rassemblèrent et il dit : « Je crois bien que ce jour est le dernier que je passerai dans ce monde et cette nuit sera ma première dans l'au-delà. Je ne sais pas, il se peut que je vous ai atteint de quelque chose par ma main ou ma langue, et ce sera, par celui qui tient mon âme dans sa main, le talion le Jour de la Résurrection (justice consistant à faire subir au coupable le mal qu'il a commis ou à le dédommager par un certain nombre de bonnes actions). Je ne pardonnerai pas à celui d'entre vous qui compte réclamer de moi son dû le jour dernier s'il ne me le rend pas maintenant avant que je meure. Ses proches dirent : « Non, tu étais pour nous un père et un éducateur. » D'autres dirent : « Il n'avait jamais dit un mal à un serviteur. » Oubayda reprit : « Avez-vous pardonné tout ce qui a pu se passer ? » On lui répondit : « Oui. » Il conclut alors en disant : « Allah, sois témoin ! Puisque vous n'avez rien à me réclamer, retenez ma recommandation : j'en voudrais à quiconque de vous pleurera sur moi ; quand mon âme sortira, faites bien les ablutions, puis que chacun entre dans son lieu de prière, prie et demande le pardon pour Oubayda et pour lui-même, car Allah Elevé a dit : (S2v153) « Cherchez secours dans l'endurance (la patience) et la prière ». Emmenez-moi ensuite rapidement vers ma tombe, ne me faites pas suivre par un feu (tradition païenne) et ne placez pas sous moi de teinture rouge. »

Ibn Chimasa Almihti raconte : Nous étions présents quand Aamr Ibn Alaaç (SDP) était mourant. Il pleurait par rapport aux œuvres de sa vie et dit : « Quand je mourrai, que mon cortège funèbre ne sois pas accompagné d'une femme qui hurle ni d'un feu (tradition païenne). Quand vous m'enterrerez versez la terre sur moi doucement. Et ne mettez pas dans ma tombe de pierre ni de bois. Quand vous aurez fini ma tombe, restez près d'elle le temps d'égorger une bête et de partager sa viande, car vous me tiendrez compagnie le temps de répondre aux envoyés (anges interrogateurs commençant à établir la valeur de l'homme puisque la proposition d'ennoblissement à la valeur suprême est le principal sens du passage sur terre) de mon Seigneur. »
Dans une version il rajoute : «  Ô Allah ! Tu nous a donné des ordres et nous avons (parfois) désobéi, Tu nous a interdit des choses et nous les avons commises, et seule Ta clémence peut nous sauver. » Puis il posa sa main sur son cou là où se met la chaîne sur l'esclave, il leva la tête au ciel et dit : « Ô Allah ! Je ne suis pas fort pour vaincre, ni innocent pour m'excuser, je ne nie pas mes fautes mais je demande le pardon, il n'y a de dieu que Toi ! » Il ne cessa de les répéter jusqu'à ce qu'il mourut (SDP).

B) L'agonie et son caractère violent

Les savants de la religion sont d'accord pour dire qu'il n'est pas de souffrance terrestre plus grande que celle de l'agonie.

(ExtS50v19) « L'agonie de la mort fait apparaître la vérité»

Le Prophète Jésus (SBDSL) avait l'habitude de dire à ses disciples : « Priez Dieu pour qu'il me facilite la mort, car j'en ai si peur que j'en tremble à la pensée. »

Ali (SDP) le gendre du Prophète (SBDSL) disait aux musulmans : « Combattez les incroyants, car pour moi les blessures de l'épée sont plus faciles à supporter que l'agonie de la mort dans un lit. »

1) Description

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Mais (lors de la mort) lorsque la vue se figera, la poitrine râlera, la peau frissonnera et les doigts se crisperont(, celui qui désire rencontrer Dieu, Dieu désire le rencontrer, et celui qui répugne à rencontrer Dieu, Dieu répugne à le rencontrer) » (Mouslim et Boukhari)

Il est rapporté que la mort correspond à sept cents coup d'épées, représentant probablement le détachement de l'âme des nerfs du corps.

D'après un récit de Saddad Ibn Aoss, la souffrance de l'agonie est beaucoup plus grande que celle que l'on endurerait à être scié vif ou à être enfermé dans une marmite d'eau bouillante.

Il est dit dans un hadith que le Prophète Moïse (SBDSL) questionné par Dieu sur l'expérience qu'il a ressenti au moment de sa mort répondit : « J'avais l'impression d'être un oiseau que l'on grille et qui ne pouvait s'envoler ni mourir. »

(S56v83-87) « Lorsque le souffle de la vie remonte à la gorge (d’un moribond), et qu’à ce moment là vous regardez, Nous sommes plus proches de lui que vous (qui l’entourez) mais vous ne (le) voyez point. Pourquoi donc, si vous croyez que vous n’avez pas de compte à rendre, ne la faites-vous pas revenir (cette âme) si vous êtes véridiques ? »

(ExtS14v42) «  Ils leur accordera un délai jusqu'au jour où leurs regards se figeront. »

(S75v26-30) «  Mais non ! Quand (l’âme) en arrive aux clavicules et qu’on dit : «  Qui est exorciseur ? » et qu’il (l’agonisant) est convaincu que c’est la séparation (la mort), et que la jambe s’enlace à la jambe, c’est vers ton Seigneur ce jour là que tu seras conduit. »

(S52v45/46) « Laisse-les donc (les orgueilleux infidèles) jusqu'à ce qu'ils rencontrent leur jour où ils seront foudroyés (par la mort), le jour où leur ruse ne leur servira à rien, où ils ne seront pas secourus. »


Maysara (SDP) un disciple du Prophète (SBDSL) raconte que le Prophète (SBDSL) disait que les douleurs de la mort sont si dures et si pénibles qu'une goutte déversée sur la terre ou sur les cieux tuerait tout ce qui existe.

2) Comportement

Aïcha (SDP) rapporte : Juste avant sa mort le Messager de Dieu (SBDSL) disait beaucoup : « Gloire et pureté à Dieu ainsi que louange, je demande à Dieu de m'absoudre, et je reviens à Lui repentant. » (URA)

D’après un hadith du « Tirmizee Charife », au moment de la mort, le Prophète (SBDSL) connut une si grande difficulté que sa fille Fatima ne pouvant supporter de le voir souffrir ainsi se mit à pleurer. Avant de rendre l'âme, le Prophète (SBDSL) récitait cette invocation : « Ô Dieu facilite le passage à Mouhamed. »

Aïcha (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) a dit avant de mourir : « Ô Seigneur, Toi qui retire la vie du corps, allège ma souffrance. » Puis il fit demander un bol d'eau dans laquelle il plongeait sa main bénie qu'il passait sur sa figure que la douleur ravageait en disant : « L'agonie est sans aucun doute une vérité. » Son visage se teintait de rouge (la douleur faisant affluer le sang à son visage), et c'est dans cet état qu'il prononça : « Allahoumma raffioul Ala (Ô mon Seigneur je retourne vers Toi le Très-Haut) », et sa sainte âme trouva le refuge dans la paix divine.

Ibn Omar (SDP) raconte : La dernière parole qu'a dite le Messager d'Allah (SBDSL) fut : « Soyez mes successeurs pour les membres de ma famille (Ahl-Albayt)
Dans une version plus authentique, ses toutes dernières paroles furent : « Mon Seigneur, pardonne-moi et fais-moi rejoindre la haute compagnie (Allah, les anges, les Prophètes, les pieux, les véridiques, les martyrs). »


Un enseignement explique qu'au moment de la mort l'âme du mourant est très chaude et il est donc assoiffé. Alors Satan se présente avec un verre d'eau et dit : « si tu veux boire, dis que Dieu n’a pas créé la terre », et si ce mourant le repousse, il devient un croyant sincère. Après quoi Satan se place du côté de ses pieds en faisant miroiter un verre d'eau et dit : « si tu désires boire, dis tout simplement que tu ne crois pas aux Prophètes. » Les dernières minutes de la mort sont donc des moments d'une dure épreuve. Si le mourant est un croyant honnête et sincère, il ne se laissera pas malmener par Satan, mais s’il est de foi faible ou de mauvaise foi, il devient la proie de Satan et se condamne lui-même à la géhenne. Ceci sera également une épreuve pour les membres de certaines tribus sauvages vivant isolées dans la nature et n'ayant pas reçus le message divin.

3) Récompense

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les souffrances de l'agonie sont pour les croyants une rançon des pêchés. »

Le Prophète (SBDSL) a dit que la fin de la mort est une bénédiction semblable à une fleur parfumée pour le croyant sincère.

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Mais (lors de la mort) lorsque la vue se figera, la poitrine râlera, la peau frissonnera et les doigts se crisperont(, celui qui désire rencontrer Dieu, Dieu désire le rencontrer, et celui qui répugne à rencontrer Dieu, Dieu répugne à le rencontrer) » (Mouslim et Boukhari)

Alaabbes (SDP) raconte : J'ai voulu savoir combien de temps le Messager d'Allah (SBDSL) allait rester parmi nous encore en vie. J'ai dit : « Ô Messager d'Allah ! Si tu te faisais un parasol pour t'ombrer ? (dans une autre version : je constate que les gens te dérangent et que leur poussière te dérange, tu pourrais te mettre sur un lit élevé pour leur parler). » Il dit : « Tant que je resterai parmi eux, ils piétineront mes talons et tireront sur mon manteau jusqu'à ce qu'Allah me donne le soulagement ultime (car pour le pieux, il n'y a plus de souci en matériel dans l'au-delà, même si le Prophète aura toujours du souci pour sa communauté voire plus jusque lors du Jugement Dernier et jusque dans le Paradis tant que des membres de sa communauté (musulmans, voire croyants ou certains incroyants de l'humanité) resteront en Enfer). » Je compris alors qu'il lui restait peu de temps parmi nous.

C) La vie après la mort

Le Prophète (SBDSL) a dit : « La tombe est la première étape du voyage en éternité. La mort est un point qui unit les amis. Les croyants ne meurent pas. Ils sont transportés de ce monde périssable vers un monde d'existence éternelle. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « L'homme aime la vie de ce monde, alors que la mort est bien meilleure pour lui s'il est un croyant avec des bonnes actions. »

D) La porte du monde du Barzak (comprenant les étapes de la mort, des situations avant l'entrée dans la tombe, et de l'apparition du monde de la tombe pour y attendre le Jour de la résurrection)

          L'étape comprise entre la mort et le Jour du Jugement Dernier s'appelle Barzakh qui signifie : voile, séparation. Ce monde est comparable à un isthme. Isthme : bande de terre étroite séparant deux mers (vies) et reliant deux terres (la Terre avec le Paradis ou l'Enfer). Il est donc le lieu reliant la vie éphémère à la vie éternelle. Lorsque quelqu'un meurt, il rentre donc immédiatement dans le Barzakh même s'il n'a pas encore été descendu dans le Kabar (trou, tombe) ou même avant d'être brûlé (comme font les hindous). En effet comme l'âme du mort détient toujours l'intelligence et la raison, il verra tout de suite des choses de l'invisible et commencera à vivre des rétributions. Quel que soit le type de mort que l'être humain subit, il ira donc dans le monde du Barzakh pour être interrogé sur la façon dont il a vécu et pour débuter à recevoir sa rétribution.

(S23v99/100) « Puis lorsque la mort vient à l'un deux, il dit : “Mon Seigneur ! Fais-moi revenir (sur terre), afin que je fasse du bien dans ce que je délaissais.” Non, c'est simplement une parole qu'il dit. De toue manière derrière eux, il y a une barrière (voile, séparation) jusqu'au jour où ils seront ressuscités. »

E) Apparition de l'ange de la mort

1) Son but

(S32v11) « Dis : “L'Archange de la mort qui est chargé de vous (humanité), vous fera mourir. Ensuite, vous serez ramenés vers Votre Seigneur.” »

Il est unanimement reconnu que toutes ses missions suivent l'ordre divin.

D'autre part il faut savoir qu'au moment de leur mort, les bonnes et les mauvaises âmes sont inscrites dans deux livres
:
Illiyin : livre répertoriant les meilleures œuvres dont le livre de vie des gens allant dans les hauts lieux du Paradis.
Siijin : livre répertoriant les mauvaises œuvres dont le livre de vie des gens allant dans les bas fonds de l'Enfer.

Salm Ibn Aatiyya Alasedi rapporte : Salmène (SDP) entra visiter un homme malade et le trouva en train de rendre l'âme. Il dit : « Ange ! Sois doux avec lui. » L'homme dit : « Il te dit : je suis doux avec tout croyant (surtout que le croyant veut rencontrer son Seigneur alors que le mécréant refuse de quitter la vie terrestre et l'ange doit donc l'en arracher). »

2) Sa description

        Dès la fin de l'agonie, l'ange de la mort apparaît sous sa véritable apparence et accomplit sa mission en faisant définitivement décéder l'être humain. Il se nomme Izraïl et si l'on devait déverser sur sa tête l'eau de tous les fleuves et de tous les océans, on ne verrait peut-être pas retomber sur terre une seule goutte d'eau.

3) Son comportement

          Il est rapporté que le Prophète Ibrahim (paix sur lui) demanda à l'ange de la mort comment il s'y prenait pour prendre la vie d'un non-croyant. Il répondit : « Je le jette dans un trouble violent et il est saisi par la peur à un tel point que mon apparence repoussante lui est insupportable. » Le Prophète intervint et insista pour voir l'ange de la mort à l'oeuvre. Celui-ci lui demanda de se tourner un moment et lorsqu'il put se retourner, il vit un homme très grand, si grand que sa tête touchait le ciel devenu très noir et qui portait de longs cheveux hirsutes. Il avait un air effrayant. De sa bouche sortaient des flammes et sur son corps roulaient des braises ardentes. Tandis que la fumée se répandait autour de lui, le Prophète ne put supporter un tel spectacle et s'évanouit. Après quelques instants, il reprit connaissance et vit l'ange de la mort assis dans sa forme habituelle et lui dit : « Même si vous ne donnez aucun châtiment à l'incroyant, le spectacle que vous m'avez offert tout à l'heure est amplement suffisant comme châtiment. » Ensuite le Prophète Ibrahim le pria de lui faire voir comment il s'y prenait pour saisir l'âme d'un croyant. Lorsque l'ange de la mort lui eut donné l'ordre de se retourner, il vit un homme d'une grande beauté, qui respirait la santé, bien vêtu et parfumé. Le Prophète lui dit alors : « Même si le croyant ne s'attend pas à une récompense extraordinaire, cette simple vue suffirait à lui en procurer une. » Le Prophète lui demanda aussi comment il s'y prenait pour enlever la vie à plusieurs personnes au même moment alors que celles-ci se trouvent dans des régions et des situations différentes. L'ange de la mort répondit : « Par l'ordre de Dieu, je peux rassembler tous les esprits et toutes les vies entre mes deux doigts. Exactement comme si on mettait un plateau garni devant quelqu'un et qu'on lui laissait prendre ce qu'il voulait. » Il ajouta que ça ne lui était pas difficile d'enlever des vies. Le Prophète demanda encore à l'ange de la mort pourquoi il n'avertissait pas les gens de son arrivée. Il répondit que ce n'était pas utile, car bien avant de venir j'envoie des messages par mes délégués. « Et qui sont-ils ? », demanda le Prophète. « La maladie, la vieillesse, la blancheur des cheveux, les révolutions, les accidents, ne sont-ils pas autant de messages ? Mais les gens dorment dans leurs plaisirs », conclut l'ange de la mort.

On raconte que le Messager de Dieu (SBDSL) voyant l'ange de la mort assis au chevet d'un ansar (compagnon de Médine) lui dit : « Agis avec douceur envers mes disciples. » L'ange répondit : « Sois sans crainte car j'agis avec douceur avec tous les croyants. »

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « ...Puis vient l'ange de la mort qui s'assoit auprès de sa tête et dit : Ô âme pure ! Sors (et viens rejoindre) un pardon et un agrément venant d'Allah... »

Anas Ibn Malik (SDP) raconte que le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque l'ange de la mort s'approche d'un fidèle honnête et sincère, il le salue d'abord au nom de Dieu, puis il dit : Quitte cette demeure que tu n'aimes pas et allons vers la demeure que tu as meublée de tes prières. »


Rabi Ibn Annas précise que pour saisir la vie des gens, l'ange de la mort est aidé par plusieurs anges mis à sa disposition par Dieu. Ils exécutent les ordres que leur donne l'ange de la mort. Il est donc toujours accompagné par des anges de la récompense pour les croyants ou des anges du châtiment pour les incroyants.

D'après Anas (SDP), un des disciples de notre Prophète (SBDSL) rapporte qu'il a entendu dire qu'à l'heure de la mort, celui qui meurt est cerné de toute part par les anges. S'il en était autrement, la peur le jetterait dans un désarroi sans bornes. Les personnes pieuses et honnêtes sont entourées d'anges qui les bénissent et intercèdent en sa faveur, jusqu'à que les gens de sa famille aient préparé la lotion funéraire, alors que les incroyants sont momentanément frappés pas des anges du châtiment.

F) Les assistants de l'ange de la mort

1) Description de leur comportement avec le fidèle

Le Prophète (SBDSL) a dit à Aïcha (SDP) qu'au moment de la mort le croyant voit des anges. Ces derniers lui disent « nous allons te ramener vers le monde », le croyant refuse alors d’y retourner et insiste pour que les anges l’emmènent vers son Créateur, (ce qu'ils font sauf si il est meilleur pour l'épanouissement de son cœur de retourner sur terre).

(S16v32) « Ceux dont les anges reprennent l'âme, alors qu'ils sont bons, (les anges leur) disent : “Paix sur vous ! Entrez au Paradis, pour ce que vous faisiez.” »

(ExtHadith) Puis le Prophète (SBDSL) dit : « Lorsque le serviteur croyant est sur le point de quitter ce monde et de passer dans l'autre, des anges au visage resplendissant tel un véritable soleil descendent du ciel en portant avec eux un linceul et du parfum provenant du Paradis. Ils s'asseyent avec lui (et ils sont tellement nombreux qu'on peut les voir) jusqu'où porte le regard. »

2) Description de leur comportement avec l'infidèle

(S8v50-51) « Si tu voyais lorsque les anges arrachent les âmes aux mécréants... (Tu verrais qu')Ils les frappent sur leurs visages et leurs derrières (pour réussir à les faire sortir malgré leur refus à cause de leurs mauvaises actions tout en disant) : “Goûtez au châtiment du feu pour ce que vos mains ont accompli.” Et Allah n'est point injuste envers les esclaves. »

(S47v27-29) « Qu'adviendra-t-il d'eux (infidèles) quand les anges les achèveront, frappant leurs faces et leurs dos (pour faire sortir leurs âmes face à leur refus à cause de leurs mauvaises actions) ? Cela parce qu'ils ont suivi ce qui courrouce Allah, et qu'ils ont de la répulsion pour (ce qui attire) Son agrément. Il a donc rendu vaines leurs œuvres. Ou bien est-ce que ceux qui ont une maladie au cœur escomptent qu'Allah ne saura jamais faire apparaître leur haine ? »

(S4v97) « Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les anges enlèveront leurs âmes en disant : “Où en étiez-vous (à propos de votre religion) ?” Ils dirent : “Nous étions impuissants (dans une région d'incroyance) sur terre.” Alors les anges diront : “La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre d'émigrer ?” Voilà bien ceux dont le refuge est l'Enfer. Et quelle mauvaise destination ! »

(ExtS6v93) « Si tu voyais les injustes lorsqu'ils seront dans les affres de la mort, et que les anges leur tendront les mains (disant) : “Laissez sortir vos âmes. Aujourd'hui vous allez être récompensés par le châtiment de l'humiliation pour ce que vous disiez sur Allah d'autre que la vérité et parce que vous vous détourniez orgueilleusement des Ses enseignements.” »

(S7v37) « Quel pire injuste que celui qui invente un mensonge contre Allah, ou qui traite de mensonges Ses signes !... Ceux là auront la part qui leur a été prescrite (comme vie) jusqu'au moment où Nos Envoyés (Nos anges) viennent à eux pour leur enlever l'âme en leur disant : “Où sont ceux que vous invoquiez en dehors d'Allah ?” Ils répondront : “Nous ne les trouvons plus.” Et ils témoigneront contre eux-mêmes qu'ils étaient mécréants. »

G) La sortie du corps de l'âme

(S39v42) « Allah reçoit les âmes au moment de leur mort ainsi que celles qui ne meurent pas au cours de leur sommeil. Il retient celles à qui Il a décrété la mort, tandis qu’il renvoie les autres jusqu’à un terme fixé. Il y certainement là des preuves pour des gens qui réfléchissent. »

La phase finale du recueillement de l'âme croyante est décrite ainsi :

(S79v2) « Et par ceux (les anges) qui recueillent avec douceur ! »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Elle (l'âme) s'écoule et sort alors (aisément) comme la goutte coule de l'outre. »

La phase finale du recueillement de l'âme incroyante est décrite ainsi :

(S79v1) « Par ceux (les anges) qui arrachent violemment ! »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « L'âme se répand alors partout dans son corps et elle est arrachée par les anges du châtiment comme on arrache une broche de la laine trempée (car la personne ne veut pas mourir). »

H) Les honneurs pour un fidèle

(S3v169-172) « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d'Allah soient morts. Au contraire, ils sont vivants auprès de leur Seigneur, bien pourvus et joyeux de la faveur qu'Allah leur a accordée, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés. Ils sont ravis d'un bienfait d'Allah et d'une faveur, et du fait qu'Allah ne laisse pas perdre la récompense des croyants. Ceux qui, quoiqu'atteints de blessure, répondirent à l'appel d'Allah et du Messager, il y aura une énorme récompense pour ceux d'entre eux qui ont agi en bien et pratiqué la piété. »

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « (L'ange de la mort) la saisit (l'âme du croyant), (mais) dès qu'il l'a prise, (les autres anges présents) ne la laissent pas entre ses mains un instant, ils la portent à leur tour et la posent dans le linceul et la parfument. Emane alors d'elle (un parfum comparable) à la meilleure fragrance de musc qui puisse être trouvée sur terre. Ils (les anges concernés) montent alors dans les cieux en l'emportant. A chaque fois qu'ils passent en sa compagnie à proximité d'un groupe d'anges, ceux-ci s'enquièrent : "Quelle est donc cette âme pure ?" Ils répondent alors : "(C'est celle de) Untel, fils d'untel", et ils la nomment en citant les plus beaux prénoms par lesquels on le désignait dans ce monde jusqu'à ce qu'ils arrivent avec elle au ciel le plus proche. Ils demandent la permission d'entrer et celle-ci leur est accordée. L'accueillent alors ceux qui vont la conduire au ciel suivant jusqu'à ce qu'elle parvienne au septième ciel. Allah Honoré et Exalté dit : « Consignez le livret (de la vie) de mon serviteur dans l'Illiyin (selon le Coran il s'agit d' un livre cacheté dont les rapprochés d'Allah (les anges) en témoignent : c'est à dire le Livre des meilleures œuvres comprenant donc les bonnes vie de serviteurs) et retournez le vers la terre, parce que c'est d'elle que je les ai créé, c'est vers elle que je les retourne, et c'est d'elle que je les retirerai une nouvelle fois (lors de la résurrection). » Son âme est donc ramenée à son corps. »

I) Les disgrâces pour un infidèle

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : (L'ange de la mort) la saisit (l'âme de l'infidèle, mais) dès qu'il l'a prise, (les autres anges présents) ne la laissent pas entre ses mains un instant, ils la portent à leur tour et la posent dans une bure. Emane alors d'elle (une puanteur comparable) à la pire pestilence d'un cadavre qui puisse être trouvée sur terre. Ils (les anges concernés) montent alors en l'emportant. A chaque fois qu'ils passent en sa compagnie à proximité d'un groupe d'anges, ceux-ci s'enquièrent : « Quelle est donc cette âme répugnante ? » Ils répondent alors : « C'est celle de untel fils d'untel », et ils la nomment par les pires prénoms par lesquels on le désignait dans ce monde jusqu'à ce qu'ils arrivent avec elle au ciel le plus proche. Ils demandent la permission d'entrer mais celle-ci est refusée. Le Prophète Mouhamed (SBDSL) récita alors le passage suivant du Coran : (S7v40) « Pour ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements et qui s'en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n'entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l'aiguille. Ainsi rétribuons-Nous les criminels. » Allah l'Honoré et Exalté dit alors : « Consignez le dans le Sidjjin (le livre des libertins cacheté et achevé selon le Coran) de la terre inférieure (ou profonde). Son âme est alors jetée. Puis le Prophète (SBDSL) récita un autre passage du Coran : (S22v31) « (Soyez) exclusivement (acquis à la religion) d'Allah et ne Lui associez rien, car quiconque associe à Allah, c'est comme s'il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipitait dans un abîme très profond. » Son âme est ensuite ramenée à son corps.

J) Entrée dans la tombe

          Il faut savoir qu'avant d'entrer dans la tombe et pour faciliter l'interrogation dans la tombe, l'âme croyante effectue un voyage rapide dans les sept cieux, puisque la vitesse et le temps dans les cieux n'ont pas la même valeur que sur terre. Ainsi lorsque son âme retourne à son corps, peu de temps s'est passé sur terre et sa capacité de perception lui permet de connaître les différents éléments exprimés dans les enseignements suivants :

Selon Abou Said Al Khoudri (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Lorsqu'on fait venir le cercueil et que les hommes le portent sur leurs épaules, si le mort était une personne pieuse, il dit: « Hâtez-vous de m'emmener ! Hâtez-vous de m'emmener ! » Et s'il était un être non vertueux, il hurle : « Malheur à moi ! Où m'emmenez-vous ? » Toute chose (la création) l'entendra à l'exception de l'homme, car s'il l'entendait, il en mourrait. » (Boukhari)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le décédé connaît ceux qui ont lavé son corps, ceux qui ont accompli pour lui le service funéraire, ceux qui ont participé à son cortège funèbre, ceux qui ont descendu son cadavre dans la tombe, ceux qui ont enseveli le cadavre, et ceux qui ont prié sur sa tombe. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « La tombe est la première étape du voyage en éternité. La mort est un point qui unit les amis. Les croyants ne meurent pas. Ils sont transportés de ce monde périssable dans un monde d'existence éternelle. »

Le Prophète (SBDSL) a dit que le mort entend les pas de ceux qui retournent chez eux après l'avoir déposé dans sa tombe.

K) Apparition du monde de la tombe, et de Mounkir et Nakir, les anges interrogateurs

(S14v27) « Allah affermit les croyants par une parole ferme dans la vie présente et dans l'au-delà (lors de l'interrogatoire dans sa tombe). Tandis qu'Il égare les injustes. Et Allah fait ce qu'Il veut. »

Selon Al Bara Ibn Azib (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque le musulman sera interrogé dans sa tombe, il attestera qu'il n'est de divinité que Dieu et que Mouhamed est le Prophète de Dieu, conformément à la parole divine suivante : (S14v27) « Dieu affermit ainsi les croyants par de fermes propos dans la vie présente et dans la vie future. » (Boukhari et Mouslim)

Abou Hourayra (SDP) a dit : L'Envoyé de Dieu (SBDSL) faisait l'invocation suivante : « Ô mon Dieu ! Je cherche auprès de Toi un refuge contre le châtiment de la tombe, contre le châtiment de l'Enfer, contre l'épreuve de la vie, contre l'épreuve de la mort, et contre l'épreuve du faux messie. » (Boukhari)

D'après Omar Ibn al-Khattab (SDP), le Prophète (SBDSL) demandait refuge auprès de Dieu contre cinq choses : la peur, l'avarice, le mal de l'âge avancé, les tourments de ce bas monde, et les supplices de la tombe. (Abou Dawoud)

Dah hak Ibn Abd ar-Rahman rapporte : Abou Moussa Al Achari, (SDP) appela ses fils au moment de mourir et dit : « Partez et creusez une tombe large et profonde. » Ils revinrent et dirent : « Nous avons creusé une tombe large et profonde. » Il dit : « Par Allah ! C'est une demeure parmi deux : soit ma tombe sera élargie jusqu'à ce que chaque coin soit de quarante coudées et on m'ouvrira une porte sur le Paradis par laquelle je verrai mes épouses, mes demeures et ce qu'Allah Elevé m'a préparé comme dons. Je reconnaîtrai alors ma demeure plus facilement que ma maison ici et je baignerai dans son parfum et son souffle jusqu'à ce que je serai ressuscité. Mais s'il en est autrement, nous nous réfugions auprès d'Allah contre cela, ma tombe deviendra étroite et me serrera plus que le fer d'une lance serre le bois. Ensuite on m'ouvrira une porte sur l'Enfer et je verrai mes chaînes, mes menottes et les démons qui seront liés avec moi. Je connaîtrai alors ma place dans l'Enfer mieux que je connais ma maison aujourd'hui et je subirai son vent chaud et sa brûlure jusqu'à ce que je serai ressuscité. »

Omar (SDP) raconte : Le Messager d'Allah (SBDSL) m'a dit : « Omar ! Comment seras-tu quand tu seras dans la terre dans un espace de quatre coudées sur deux coudées et que tu verras Monkar et Nekir (le Hideux et le Cinglant) ? -Ô Messager d'Allah ! Et que sont le Hideux et le Cinglant ? -Ce sont les deux anges qui font passer l'épreuve dans la tombe. Ils fouillent la tombe avec leurs canines (alors que leur tête au sommet de leur corps est dans le ciel) et marchent dans leurs poils. Leurs voix sont comme le tonnerre assourdissant et leurs regards sont comme l'éclair aveuglant. Ils ont une massue que les gens de Mina (les pèlerins) réunis ne pourraient soulever et ils la manipulent plus facilement que je manipule ce bâton (le Messager d'Allah tenait un petit bâton qu'il bougeait). Ils t'éprouveront, et si tu échoues ou que tu t'embrouilles, ils t'en donneront un coup qui te rendra poussière ! -Ô Messager d'Allah, serai-je dans le même état où je suis maintenant ? -Oui. -Alors je me chargerai d'eux ! -Par Celui qui m'a envoyé Prophète avec la vérité, Jibril (archange Gabriel) m'a informe qu'ils viendront vers toi et te questionneront. Tu leur répondras (comme de très rares personnes voire aucune) à leur trois questions ainsi : Allah est mon Seigneur et quel est votre Seigneur? Mouhamed est mon Prophète et quel est votre Prophète ? L'islam est ma religion et quelle est votre religion ? » Ils diront alors : « Que c'est étonnant ! Nous ne savons plus si nous sommes envoyés vers toi ou si c'est toi qui est envoyé vers nous ?! »

Leur épreuve

Pour le fidèle :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « (Après être montée dans les cieux) Son âme (du fidèle) est donc ramené à son corps. Deux anges viennent alors, le font s'asseoir, et lui demandent : « Qui est ton Seigneur ? » Il répond : « Mon Seigneur est Allah. » Ils lui demandent ensuite : « Quelle est ta religion ? » Il réplique: « Ma religion est l'islam. » Il le questionnent encore : « Qui est cet homme qui a été envoyé vers vous ?» Il dit : « Il est le Messager d'Allah. » Il lui demandent enfin : « Et (d'où tiens-tu) ta connaissance (au sujet de ce que tu affirmes) ? » Il réplique : « J'ai lu le Livre d'Allah, j'ai eu foi en lui, et j'ai attesté de sa véracité. » Un appel est alors lancé du ciel : « Mon serviteur a dit la vérité. Etendez-lui des couches du Paradis , habillez-le de vêtements du Paradis, et ouvrez lui une porte (ou fenêtre) qui donne sur Le Paradis. » Lui parviennent alors sa brise et son parfum, sa tombe est élargie jusqu’où porte le regard. »

Pour l'infidèle :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « (Après ne pas avoir pu monter dans les cieux) Son âme (de l'infidèle) est donc ramenée à son corps. deux anges viennent alors, le font s'asseoir, et lui demandent : « Qui est ton Seigneur ? » Il répond : « Ah ! Ah ! Je ne sais pas…» Ils lui demandent ensuite : « Quelle est ta religion ? » Il réplique : «Ah ! Ah ! Je ne sais pas…» Ils le questionnent encore : « Qui est cet homme (Mouhamed) qui a été envoyé vers vous ? » Il dit : «Ah ! Ah ! Je ne sais pas...» Un appel est alors lancé du ciel : « Il a menti. Étendez pour lui les couches du Feu et ouvrez lui une porte (ou fenêtre) vers le Feu. » Lui parviennent alors (les effets de) sa chaleur et son vent brûlant, sa tombe se rétrécit sur lui au point que ses côtes se cassent et s’entrelacent. »

Diverses descriptions :

Asma (SDP) rapporte que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : Lors de mon ascension nocturne, j'ai vu en tant que Prophète ultime ce que je n'avais pas vu auparavant y compris le Paradis et le Feu. Ainsi, iIl me fut révélé que vous serez exposés dans vos tombes à une épreuve ressemblant à celle du faux messie. Il vous sera demandé : « Que savez-vous de cet homme ? » Le croyant ou celui qui aura la conviction dira : « C'est Mouhamed, l'Envoyé de Dieu. Il nous est venu avec les preuves et la bonne direction. Nous avons répondu à son appel. » Il le répétera trois fois. Il lui sera alors répondu : « Repose en paix. Nous savons que tu croyais avec conviction en lui. » Quant à l'hypocrite ou à celui qui avait des doutes, il dira : « Je ne sais pas. J'ai entendu des gens dire une chose (fausse) et je l'ai dite à mon tour. » (Boukhari et Mouslim)

Anas (SDP) rapporte que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Alors même que le serviteur est introduit dans sa tombe et que le bruit des pas de ses compagnons partant lui parviennent, il voit deux anges (très impressionnants) se présenter à lui. Ils le font asseoir et lui disent : « Que disais-tu de cet homme ? » Le croyant répondra : « Je témoigne qu'il est le serviteur et l'Envoyé de Dieu. » Ils lui diront alors (en lui montrant un endroit en Enfer et un endroit au Paradis) : « Voilà où aurait été ta place en Enfer mais Dieu te l'a substituée par cette autre au Paradis. » On lui fait alors voir les deux places, et la tombe (du fidèle) s'élargit de quarante coudées, s'emplit de verdure, et demeurer ainsi jusqu'au jour de la résurrection. Quant à l'hypocrite et au négateur, il lui sera demandé aussi : « Que disais-tu de cet homme ? » Mais il répondra : « Je ne sais pas. Je disais ce que les gens disaient. » Les deux anges lui diront alors : « Tu n'as rien su, tu n'as rien lu (et tu as don calomnier). » C'est alors qu'avec une barre de fer ils lui asséneront un coup tel qu'il poussera un cri qu'entendent toutes les créatures sauf les deux masses pesantes (responsabilité du libre arbitre pour les hommes et les génies). »  (Boukhari et Mouslim)

Certaines descriptions précisent que ces deux anges Mounkir et Nakir qui interrogent les hommes dans la tombe ont un aspect terrifiant, la tête dans le ciel, des yeux comme des éclairs, la voix comme le tonnerre, et des incisives faisant des sillons dans la terre.

L) Situation dans la tombe pour le fidèle

1) Morale

Un hadith précise que Dieu remplace sa demeure de l'Enfer par celle du Paradis. C'est à dire la demeure du mal de l'imperfection de son âme contre la demeure de la miséricorde divine comme le confirment ces versets :
(S102v1-3) « Par le Temps ! L'homme est certes, en perdition (par sa nature imparfaite), sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres (dont repentir), s'enjoignent mutuellement la vérité et s'enjoignent mutuellement l'endurance. »
(S2v175) « Ceux-là (les infidèles) ont échangé la bonne direction contre l'égarement et le pardon contre le châtiment. Qu'est-ce qui leur fera supporter le Feu ? ! »
(S2v257) « Allah est le défenseur de ceux qui ont la foi. Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Tagut (démons), qui les font sortir de la lumière aux ténèbres. Voilà les gens du Feu, où ils demeurent éternellement. »
(S57v13) « Le jour (de la résurrection ou avant de traverser le pont au-dessus de l'Enfer) où les hypocrites, hommes et femmes, diront à ceux qui croient : “Attendez que nous empruntions (un peu) de votre lumière (car il y aura un importante obscurité).” Il sera dit : “Revenez en arrière, et cherchez de la lumière.” C'est alors qu'on élèvera entre eux une muraille ayant une porte dont l'intérieur contient la miséricorde, et dont la face apparente a devant elle le châtiment (l'Enfer). »


Abadallah ibn Umar rapporte que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Quand l'un de vous meurt, sa place au Paradis ou en Enfer lui est exposée matin et soir dans sa tombe, et on lui dit : ce sera là ta place quand Dieu te ressuscitera. » (Boukhari et Mouslim)

2) Les récompenses

La plupart des récompenses sont similaires pour les fidèles, mais certaines sont particulières en fonction des meilleures ou plus fréquentes bonnes actions.

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Après le retour de l'âme (du fidèle) au corps (et après l'interrogatoire des deux anges), un appel est lancé du ciel : « Mon serviteur a dit la vérité. Tapissez donc sa demeure du Paradis, ouvrez lui une porte (ou fenêtre) sur elle, et  habillez-le de vêtements du Paradis. » Lui parviennent alors sa brise et son parfum, et sa tombe est élargie jusqu'où porte le regard. Puis un homme au beau visage, bien habillé, et parfumé vient auprès de lui et lui dit : « Accepte la bonne nouvelle qui va te réjouir. Voici le jour qui t’avait été promis (de la bonne rétribution divine). » Il (le défunt) lui dit alors : « Qui es-tu ? Ton visage est celui (de la personne) qui apporte le bien. » Il répondra : « Je suis (la matérialisation de) tes bonnes œuvres. » Il (le défunt) demandera alors : « Ô mon Seigneur ! Fais survenir l’Heure (dernière), afin que je puisse retourner auprès de ma famille et de mes biens (au Paradis). »

Le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Dans le monde du Barzakh, les fidèles et les croyants se rendent mutuellement visite et demandent des nouvelles de leurs familles et amis qui sont sur la  terre. »

Abou Said Al Khoudri (SDP) rapporte que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui ayant commencé à apprendre par cœur le Coran meurt sans avoir pu le terminer, alors un ange finit  de lui apprendre dans sa tombe jusqu'à ce qu'il le termine. Il rencontrera ainsi Allah en étant Hafez (distinction honorifique des connaisseurs du Coran par cœur). » Commentaire : Il semblerait que certaines situations vécues dans les tombes soient oubliées au moment de la résurrection, en particulier pour les infidèles.

M) Situation dans la tombe pour l'incroyant

1) Morale

Le hadith qui a été évoqué dans le point précédent précise également qu'on lui remplace sa demeure du Paradis par celle de l'Enfer. C'est à dire la demeure de miséricorde divine contre la demeure du mal de l'imperfection de son âme comme le confirment ces versets :
(S102v1-3) « Par le Temps ! L'homme est certes, en perdition (par sa nature imparfaite), sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres (dont repentir), s'enjoignent mutuellement la vérité et s'enjoignent mutuellement l'endurance. »
(S2v175) « Ceux-là (les infidèles) ont échangé la bonne direction contre l'égarement et le pardon contre le châtiment. Qu'est-ce qui leur fera supporter le Feu ? ! »
(S2v257) « Allah est le défenseur de ceux qui ont la foi. Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Tagut (démons), qui les font sortir de la lumière aux ténèbres. Voilà les gens du Feu, où ils demeurent éternellement. »
(S57v13) « Le jour (de la résurrection ou avant de traverser le pont au-dessus de l'Enfer) où les hypocrites, hommes et femmes, diront à ceux qui croient : “Attendez que nous empruntions (un peu) de votre lumière (car il y aura un importante obscurité).” Il sera dit : “Revenez en arrière, et cherchez de la lumière.” C'est alors qu'on élèvera entre eux une muraille ayant une porte dont l'intérieur contient la miséricorde, et dont la face apparente a devant elle le châtiment (l'Enfer). »


Selon divers enseignements quand des châtiments commencent à s'abattre sur un pêcheur dans sa tombe, les habitants des tombes voisines lui disent : « Ô toi qui as eu l'occasion de vivre sur la terre après nous, à quel point as-tu été négligent de n'avoir pas tiré les leçons qu'il convenait et pensais-tu que tout était fini pour le mort que ses actions sur terre fussent bonnes ou mauvaises ? »

2) Châtiments

La plupart des châtiments sont similaires pour les infidèles, mais certains sont particuliers en fonction des pires ou plus fréquentes mauvaises actions.

(S40v45/46) « Allah donc le protégea (Moïse) des méfaits de leurs ruses, alors que le pire châtiment cerna les gens de Pharaon : le Feu, auquel ils sont exposés matin et soir (dans la tombe). Et le jour où l'Heure arrivera (il sera dit) : “Faites entrer les gens de Pharaon au plus dur du châtiment.” »

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Après le retour de l'âme (du fidèle) au corps (et après l'interrogatoire des deux anges), un appel est lancé du ciel : « Il a menti. Tapissez donc sa demeure de l'Enfer et ouvrez lui une porte (ou fenêtre) sur elle. » Lui parviennent alors (les effets de) sa chaleur et son vent brûlant, sa tombe se rétrécit sur lui au point que ses côtes se cassent et s’entrelacent. Un homme au visage laid, mal vêtu ,et puant vient auprès de lui et lui dit : « « Accepte la nouvelle qui va te déplaire. Voici le jour qui t’avait été promis (de la juste rétribution divine pour tes mauvaises actions). » Il (le défunt) lui dira alors : « Qui es-tu ? Ton visage est celui (de la personne) qui apporte le mal. » Il répondra : « Je suis (la matérialisation de) tes mauvaises œuvres. » Il (le défunt) demandera alors : «Ô mon Seigneur ! Ne fais pas survenir l’Heure (afin qu'il ne soit pas jugé définitivement et qu'il n'ait pas à supporter les tourments encore plus terribles de l'Enfer mais il aura déjà des châtiments dans sa tombe comme précisé ci-après.) »

(ExtHadith) Anas (SDP) rapporte que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Quant à l'hypocrite et au négateur, il lui sera demandé aussi : « Que disais-tu de cet homme ? » Mais il répondra : « Je ne sais pas. Je disais ce que les gens disaient. » Les deux anges lui diront alors : « Tu n'as rien su, tu n'as rien lu (et tu as don calomnier). » C'est alors qu'avec une barre de fer ils lui asséneront un coup tel qu'il poussera un cri qu'entendent toutes les créatures sauf les deux masses pesantes. »  (Boukhari et Mouslim)

D'autres précisions sont apportées dans divers hadiths :
Lorsque l’incroyant est interrogé dans la tombe pour savoir qui est son Seigneur et répond qu'il ne sait pas, alors une voix céleste dit : « Il ment (puisque ayant agréé Allah comme Seigneur lors du pacte pré-existentiel), couchez-le sur un tapis enflammé, enveloppez-le dans un linge en feu. Après quoi, sa tombe est rétrécie à tel point que ses côtes s'entrelacent dans une douleur terrible, puis un sourd aveugle (pour n'éprouver aucune pitié) est désigné pour le tourmenter. Il tient à la main une massue si lourde que tous les humains et les génies réunis ne pourraient la soulever. Un seul coup de cette massue pourrait réduire une montagne en poussière. L'incroyant est frappé de cette massue qui le réduit en poussière, après quoi son corps est ressuscité et frappé continuellement jusqu'au jour du Jugement Dernier. Chaque coup de plus produit un bruit de tonnerre que l’univers entier pourrait entendre entend, sauf les humains et les génies (dans une version : sinon ils en mourraient).

Dans un hadith il est écrit que 93 boas à 7 têtes, au venin brûlant, seront introduits dans la tombe de l'incroyant et le mordront tout en l'étouffant. Le venin de ces boas est si brûlant qu'une goutte suffirait pour rendre stérile la terre entière.

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui disait du mal de mes disciples aura dans sa tombe un animal qui mangera sa chair jusqu'au Jour du Jugement Dernier. »

Samoura Ibn Joundab (SDP) rapporte : Parmi les questions que posait le plus souvent le Messager de Dieu (SBDSL) à ses compagnons est celle-ci : « Est-ce que l'un de vous a vu quelque chose en rêve ? » Celui qui avait eu un rêve le lui racontait. Un matin il nous dit : « J'ai vu cette nuit en rêve deux visiteurs (les Archanges Gabriel et Mikael) venus me dire : « Viens avec nous ! » Je partis alors avec eux et nous trouvâmes en chemin un homme étendu sur le côté. Près de lui se tenait debout un homme portant une grosse pierre. Il en frappait la tête du premier jusqu'à la lui fendre. Puis la pierre roulait et il allait la ramasser de nouveau. Il ne frappait l'autre que lorsque la blessure de sa tête était guérie. A ce moment là, il le frappait encore une fois et lui fendait la tête comme la fois précédente. Puis je dis aux deux visiteurs : « Gloire et pureté à Dieu (en signe de réprobation et d'étonnement) ! Qui sont ces deux là ? »  Ils me dirent : « Avance ! Avance ! » Nous reprîmes notre marche et passâmes devant un homme étendu sur le dos. Près de lui se tenait debout un homme avec une scie en acier à la main. Il lui posait la scie sur l'une des moitiés de son visage et coupait sa bouche en deux moitiés jusqu'à la nuque. Il en faisait de même à partir de la narine et de l'œil de cette partie du visage. Puis il faisait le même chose avec l'autre moitié. Il ne revenait à chacune des deux moitiés qu'une fois complètement qu'elles étaient rétablies pour les scier de nouveau. » Je dis : « Gloire et pureté à Dieu ! Qui sont ces deux là ? » Ils me dirent : « Avance ! Avance ! » Nous reprîmes notre marche et passâmes devant quelque chose comme un four à pain. De ce four montaient une rumeur confuse et des voix. Nous nous penchâmes pour voir dans son intérieur et voilà qu'il y avait des hommes et des femmes nus. Des flammes venaient les lécher par en bas. Quand les flammes les touchaient, ils se mettaient à crier. » Je dis : « Qui sont ceux-là ? » Ils me dirent : « Avance ! Avance ! » Nous reprîmes donc notre marche et nous arrivâmes à une rivière rouge comme le sang. Dans la rivière apparut un homme qui nageait. Sur la rive nous en vîmes un autre qui avait assemblé un tas de pierres. Le nageur venait vers lui à chaque fois et lui présentait sa bouche ouverte. L'autre y introduisait une pierre. Puis le nageur s'en allait, revenait ensuite vers l'autre, ouvrait sa bouche, et l'autre y introduisait de nouveau une pierre. Je leur dis : « Que sont ces deux là ? » Ils me dirent : « Avance ! Avance ! » Nous reprîmes notre marche et passâmes devant un homme à l'aspect hideux. Or voilà qu'il avait devant lui un feu qu'il attisait tout en tournant. Je leur dis : « Qui est cet homme ? » Ils me dirent : « Avance ! Avance ! » Nous reprîmes notre marche et arrivâmes à un jardin plein de verdure exubérante et contenant toutes sortes de fleurs du printemps. Au milieu du jardin se tenait un homme tellement grand qu'on voyait à peine sa tête dans le ciel. Autour de lui il y avait un nombre jamais vu d'enfants. Je dis : « Qui est cet homme et qui sont ces enfants ? » Ils dirent : « Avance ! Avance ! » Nous reprîmes notre marche et voilà que nous trouvâmes un très grand arbre dont je n'avais jamais vu de plus grand ni de plus beau. Ils me dirent : « Grimpe sur cet arbre. » Nous montâmes ainsi jusqu'à une cité. Nous y frappâmes et l'on nous ouvrit. Nous entrâmes et fûmes accueillis par des hommes dont la moitié du corps était d'une beauté inouïe et dont l'autre était d'une laideur extrême. Ils dirent à ces hommes : « Allez vous jeter dans cette rivière ! » Les flots de cette rivière coulaient tout blancs comme un lait très pur. Ils allèrent s'y jeter et revinrent à nous. Leur moitié laide avait complètement disparu et ils apparurent dans leur plus belle image. Les deux anges me dirent : « Ceci est le Paradis et là-haut se trouve ta demeure. » Je levai les yeux et vis un palais comme un nuage blanc. Ils me dirent: « C'est là-bas ta demeure. » Je leur dis : « Que Dieu vous bénisse ! Laissez-moi y entrer. » Ils dirent : « Maintenant non, mais c'est sûr que tu y entreras un jour. » Je leur dis : « J'ai vu durant cette nuit des choses bouleversantes. Que sont-elles donc ? » Ils me dirent : « Maintenant nous allons t'en informer. Le premier homme devant qui tu es passé et dont on fendait le crâne avec une pierre, c'est celui qui apprenait le Coran et refusait de le mettre en pratique. Il dormait aussi avant d'avoir fait sa dernière prière obligatoire. Quant à l'homme devant qui tu es passé et dont on sciait la bouche jusqu'à la nuque ainsi que sa narine et son œil, c'est un homme qui sortait le matin de chez lui pour dire un mensonge qui se propageait jusqu'aux provinces lointaines. Pour ce qui est des hommes et des femmes nus qui se tenaient dans une fosse semblable à un four à pain, ce sont les fornicateurs et les fornicatrices. L'homme devant qui tu es passé qui nageait dans la rivière (de sang) et à qui on mettait une pierre dans la bouche, c'est le mangeur d'intérêts (l'usurier). L'homme à l'aspect hideux qui se tenait près du feu qu'il attisait et autour duquel il tournait, c'est Malik, le chef des anges gardant de l'Enfer. L'homme très grand qui était dans le jardin, c'est Abraham. Quant aux enfants qui étaient autour de lui, ce sont tout enfant mort dans la saine nature (c'est-à-dire avant que ses parents n'en fassent un non-musulman). Quant aux gens dont la moitié du corps était belle et l'autre moitié laide, ce sont des gens ayant mêlé une bonne œuvre à une autre mauvaise et qui ont reçu l'absolution divine. »
Dans la version d'Al Barqâni : « Tout enfant né dans la saine nature (l’islam). » Certains musulmans dirent : « S'agit-il aussi des enfants des idolâtres, ô Messager de Dieu ? » Le Messager de Dieu (SBDSL) leur dit : «Et les enfants des idolâtres. » (Boukhâri)
Dans une autre version de Boukhari : « J'ai vu cette nuit deux hommes venus à moi. Ils me sortirent pour m'emmener à une terre sainte. » Puis le Prophète (SBDSL) raconta son rêve et dit : « Nous marchâmes jusqu'à une fosse pareille à un four à pain. Elle se rétrécissait en haut et s'élargissait à sa base. Dans son fond flambait un feu. Quand les flammes montaient, des gens montaient jusqu'à presque en sortir, et quand les flammes baissaient, ils retournaient à son fond. Il y avait dans cette fosse des hommes et des femmes nus. » Il (SBDSL) dit entre autres : « Jusqu'à ce que nous arrivâmes à une rivière de sang. Il y avait un homme debout au milieu de la rivière et un autre sur son bord ayant devant lui un tas de pierres. L'homme se trouvant dans la rivière vint à lui. Chaque fois qu'il voulait sortir sur la berge, l'autre lui jetait une pierre qui s'installait dans sa bouche et le faisait ainsi retourner à son point de départ. » Il (SBDSL) dit encore : « Les deux anges me firent grimper sur l'arbre. Ils me firent entrer dans une demeure si belle que je n'avais jamais vu rien de plus beau. Il y avait dans cette maison des hommes vieux et des jeunes. » Puis il (SBDSL) dit  que les anges lui dirent : « Celui dont tu as vu scier la bouche, c'est un très grand menteur qui racontait un mensonge que d'autres propageaient à leur tour jusqu'à ce qu'il parvienne aux provinces lointaines. Il est tourmenté de cette façon jusqu'au Jour de la Résurrection (ou en Enfer). Celui dont tu as vu la tête se faire fendre, c'est un homme à qui Dieu avait enseigné le Coran mais qui ne le lisait pas la nuit et ne le mettait pas en pratique le jour. Il est ainsi torturé jusqu'au jour de la Résurrection (ou en Enfer). La première demeure où tu es entré est celle du commun des croyants et l'autre est celle des martyrs. Moi je suis Gabriel et celui-ci est Michael, Lève la tête. » Puis il (SBDSL) dit : « Je levai la tête et vis au-dessus de moi comme un nuage blanc. Les anges me dirent: C'est là-bas ta demeure. Je leur dis : Laissez-moi y entrer. Ils dirent : II te reste encore du temps à vivre sur terre, et une fois que tu l'auras accompli, tu iras dans cette demeure du Paradis. » (Boukhari)

N) Récompenses particulières comme pour les martyrs et les croyants morts dans l'obéissance à Dieu

Il est unanimement reconnu qu'après leur mort, les âmes des Prophètes continuent de vivre dans les cieux auprès de leur Seigneur, tout comme les martyrs.

Il est dit dans un hadith que ceux qui meurent en œuvrant dans la voie de Dieu sont récompensés comme ceci : Aussitôt que la première goutte de leur sang touche la terre, leurs pêchés sont pardonnés et ils voient la place qui leur est réservée au Paradis. Ils sont préservés des supplices de la tombe et de la détérioration de leur corps dans la tombe. Ils ne sont pas effrayés par le son de la trompe de la résurrection d'Israfil. Et une couronne d'honneur est placée sur leur tête dont le plus beau joyau aura plus de valeur que tout ce qu'il y a sur terre. Soixante douze houris seront désignées pour les servir et ils pourront intercéder pour 70 membres de leur famille.

(S50v4) « Certes, Nous savons ce que la terre rongera d'eux (du corps des morts sauf des martyrs), et Nous avons un Livre où tout est conservé. »

(S34v23) « L'intercession auprès de Lui ne profite qu'à celui qui en faveur duquel Il la permet. Quand ensuite la frayeur se sera éloignée de leurs cœurs, ils diront : “Qu'a dit votre Seigneur ?” Ils répondront : “La Vérité, c'est Lui le Sublime, le Grand.” »

(S3v140-142) « Ainsi faisons-Nous alterner les jours (heureux et difficiles, épreuves devant ennoblir) parmi les gens, afin qu'Allah reconnaisse ceux qui ont cru, et qu'Il choisisse parmi vous des martyrs (qui le méritent), et Allah n'aime pas les injustes. »

(ExtS47v4-6) « Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah (et donc considérés comme martyrs), Il ne rendra jamais vaines leurs actions. Il les guidera et améliorera leur condition (dont entre leur mort et le Jour du Jugement Dernier voire jusqu'au Paradis), et les fera entrer au Paradis qu'Il leur aura fait connaître (avant le jour du Jugement Denier comme l'explique le hadith suivant). »


Moujehid raconte : Yezid Ibn Ghejara Arrahewi était un des émirs du Chèm et Mouaawiya le nommait à la tête des armées. Il nous fit un jour un discours et où il dit : « Musulmans! Evoquez le bienfait d'Allah envers vous. Quand les gens se mettent en rangs pour prier ou défendent la cause d'Allah (religion ou aides sociales), les portes du ciel s'ouvrent ainsi que celles du Paradis et du Feu. Quand l'un de vous avance en donnant le visage au combat, deux houris aux beaux yeux se dévoilent et disent : « Ô Allah ! Affermis-le ! Ô Allah ! Aide-le ! » Et s'il fuit, elles se voilent de lui et disent : « Ô Allah ! Pardonne-lui ! Ô Allah ! Fais-lui miséricorde ! » Sachez que, quand vous allez à l'avant, la première goutte déversée expies ses péchés comme un arbre perd ses feuilles, et ces deux houries aux beaux yeux descendent vers lui. Elles essuient la poussière de son visage et il leur dit : « Je suis a vous ! » Elles disent : « Non, c'est nous qui sommes à toi ! » Et on le vêtit de cent tuniques, qui si je les prenais entre le pouce et l'index, ils les tiendraient ; elles ne sont pas tissées par des fils d'Adam, mais ce sont des habits du Paradis. Vous êtes écrits auprès d'Allah par vos noms, vos images, vos habits, vos paroles et vos assises. »

Abdullah Ben Moussa (SDP) a rapporté que Masrouq (SDP) a dit: « j'ai demandé à Abdullah Ibn Massoud le sens de ce verset : (S3v169) « Ne crois surtout pas que ceux qui sont tués dans le chemin de Dieu sont morts. Ils sont vivants. Ils seront pourvus des biens auprès de leur Seigneur. » Il m'a répondu : « Nous avons déjà posé la même question au Prophète (SBDSL) et il nous a répondu : « Leurs âmes se trouvent dans des gésiers (transparents) d'oiseaux verts dont les demeures sont des lampes accrochées au Trône. Ces oiseaux voltigent partout dans le Paradis puis retournent dans ces lampes. A ce moment, Dieu regarde (Ses martyrs) et leur dit : « Désirez-vous quelque chose ? » « Que pourrions-nous désirer alors que nous survolons librement le Paradis (en attendant la résurrection)», répondent-ils. Dieu leur répète ceci trois fois jusqu'à ce qu'ils s'aperçoivent qu'ils vont être interrogés de nouveau, alors ils disent : « Ô Seigneur ! Nous voulons que nos âmes soient rendues à nos corps pour que nous soyons tués encore une fois dans Ton chemin. » Dieu alors les laisse après qu'Il trouve qu'ils n'ont besoin de rien (puisqu'avec leur sage intention de mourir encore en martyr, Dieu considère qu'ils ont bien compris et donc déjà obtenu la meilleure valeur qui mérite ainsi les meilleures récompenses au Paradis, puisque correspondant à la dignité maximale, suite à l'ennoblissement ultime, par le sacrifice suprême qui est de mourir au nom de Dieu). » (Mouslim)

O) Ouverture des tombes pour aller à la place du Jour du Jugement Dernier dans le monde d'avant transformé par Dieu.

Le Prophète (SBDSL) a dit que tout le corps d'un mort pourrit dans la tombe sauf une vertèbre (probablement le coccyx) qui servira pour le ressusciter le jour du Jugement Dernier.

(S30v8) « N'ont-ils pas médité en eux-mêmes ? Allah n'a créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux qu'à juste raison et pour un terme fixé (afin d'évaluer leur valeur). Beaucoup de gens cependant ne croient pas en la rencontre de leur Seigneur. »

D'après Abou Hourayra (SDP), l'Envoyé de Dieu (SBDSL) a dit : « L'intervalle entre les deux derniers souffles (de la fin du monde) sera de quarante. » On lui demanda : « Quarante jours ? » Il (SBDSL) répondit : « Je ne saurais le dire. » Puis on dit : « Quarante mois ? » Il répondit : « Je ne saurais le dire. » Ensuite, il ajouta : « (Le Jour de la Résurrection) Dieu fera descendre la pluie du ciel, et les morts, pareil aux plantes, repousseront. Tout aura disparu du corps de l'homme, hormis un seul os, l'os caudal (le coccyx) à partir duquel seront reconstitués les êtres au Jour de la Résurrection. » (Boukhari et Mouslim)

Mise à jour le Dimanche, 10 Octobre 2021 16:19