PDF Imprimer Envoyer

c) La relation horizontale : les relations sociales

          Les règles sociales peuvent être toutes classées dans l'occupation prophétique d'adoration de service. Ainsi dans le monde terrestre, il faut bien comprendre qu'après Dieu, il y a surtout de l'humain, car il est évident que pour connaître les qualités spirituelles, la vie terrestre devait être imparfaite afin que les gens soient éprouvés et aient besoin les uns des autres. Les règles sociales sont claires et évidentes : le respect, l'amour, le partage, la fraternité, l'honnêteté, la justice, le service, la générosité, le professionnalisme, les droits, les devoirs, conseiller le bien, interdire le mal, l'aide aux faibles et aux miséreux sont la base de ces relations. Il faut donc avoir le sens du devoir jusque dans la défense de notre droit, bien qu'il soit parfois très sage d'être altruiste. Une des parties de la base des relations sociales est aussi d'oublier le bien qu'on a fait aux gens pour ne pas vouloir de compensation d'eux et les combler par toujours plus de bien, et d'oublier en pardonnant le mal qu'on nous a fait pour espérer ouvrir toujours plus le cœur de ces gens mauvais par toujours plus de bien effectué pour eux. En revanche, il faut se rappeler du bien des gens qu'on nous a donné pour valoriser le bien et ces gens, et se rapeler du mal qu'on a fait pour demander pardon ou garder l'humilité en nous tout en sachant se pardonner pour préserver la volonté de progresser toujours plus dans le bien. Il faut noter que participer en tant que donateur ou bénévole à la construction d'œuvres d'utilité publique tels les hôpitaux, les écoles et les orphelinats est évidemment fortement conseillé pour parfaire l'ennoblissement de chacun et obtenir une source constante de bonnes actions, surtout que si toute l'humanité donnait au moins une heure par semaine dans une association humanitaire, une joyeuse paix éternelle mondiale basée sur la compassion serait certainement proche :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand le fils d’Adam meurt son œuvre s’arrête sauf dans trois choses : 
-Une aumône continue (une œuvre d’utilité publique : fontaines, hôpitaux, écoles, orphelinats, établissement pour handicapés etc…)
-Une science dont les gens tirent profit
-Un enfant vertueux qui prie Allah pour un parent » (Mouslim)
Et surtout aussi parce que comme l'a sublimement précisé Béatrice Bourges : « lorsqu'une société ne s’occupe plus de ses faibles, elle devient une société barbare (et rentre donc dans la colère divine et sa possible destruction) ».  
Ceci expliquant les hadiths suivants :                                                         
Selon Mosab, Sad Ibn Abi Waqqas rapporte : « Sad estimait avoir une prééminence sur certains de ses compagnons. Le Prophète (SBDSL) dit alors : « Dieu ne vous accorde-t-Il pas la victoire et ne vous assure-t-Il pas votre subsistance uniquement par l'égard pour vos faibles d'entre vous ? »
Abou Darda (SDP) a dit : J’ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Aidez-moi à secourir les faibles, car vous ne serez secourus et pourvus de votre subsistance que par égard aux faibles. » (Abou Dawud)
Houdheyfa (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « Par celui qui tient mon âme dans Sa main, vous commanderez le bien et interdirez le mal ou bien vous ne serez certainement pas loin de voir Dieu envoyer sur vous un châtiment venant de Lui. Vous L’invoquerez alors et Il ne répondra pas à votre appel. Aicha (SDP) interrogea le Prophète (SBDSL) : « Ô Messager d’Allah ! Serions-nous (quand même) anéantis alors qu’il y a parmi nous des gens vertueux ? Il dit alors : « Oui, si la perversion est répandue (dans votre région pour empêcher la propagation de son mal). » (Rapporté par Attirmidhi)
Il est utile d'apporter également cette parole d' Henry Ford : « Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble (en s'ouvrant vraiment aux autres) est la réussite. »
Or la ploutocratie mondiale actuelle favorisera forcément toujours les riches alors qu'un bon chef religieux privilégiera logiquement les faibles. C'est pour ça que le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants.
          Le livre intitulé "le jardin des vertueux (ryad salihin en arabe)" permet de connaître une grande partie des comportements dignes que l'on doit suivre au niveau social. Il peut être acheté dans une librairie musulmane et sur internet, ou être étudié gratuitement dans le site : http://islammedia.free.fr/
          
La série télévisée "Omar Ibn Al-Kattab" présente sur internet ainsi que les livres sur la vie des compagnons comme la vie des compagnons en 3 tommes de A. Benhalima peuvent également être étudiés pour profiter des grandes valeurs de moralité, d'intégrité et d'intelligence de nombreux compagnons du Prophète (SBDSL). Leur représentation physique dans la série télé étant controversée par crainte de déviance vers l'idolâtrie, il semble tout de même qu'à notre époque où les musulmans différencient clairement le polythéisme impur du monothéisme pur, c'est surtout la discussion sur les personnages, l'excellence de leurs exemples et leurs rôles religieux et historiques qui doivent être privilégiés malgré l'apparence des comédiens. Les médias sont un outil, et comme le couteau ou le corps humain, ils peuvent être dignement utiles ou indignement nocifs en fonction de la manière dont on les utilise.
          Il faut rappeler que l
'amour des proches ou des autres en Dieu est la plus forte des valeurs sociales, car son intensité est incarnée par les attributs d'Absolu, de Suprême, de Très-Noble, d'Éternité et de Transcendance du Créateur, tout en apportant un sentiment excessivement serein, et donc un comportement totalement et constamment raisonnable, par la dignité de l'humble soumission au Sage Seigneur Irréprochable. 
          C'est pourquoi il faut essayer de vivre chaque moment en rapport avec Dieu, c'est à dire pour prendre un exemple, en pensant à joyeusement remercier pour son geste amical et notre agréable surprise un enfant ou un proche nous ayant offert un cadeau, tout en lui rappelant la satisfaction divine pour cet instant d'amour partagé. En effet, il faut souvent pieusement encourager les enfants ou complimenter les gens : 
Le prophète (SBDSL) a dit : « Quand quelqu'un te fait une faveur, dis : « Qu'Allah te récompense par le bien. »... Certainement tu auras excellé en louant cette personne ainsi. »
Il faut aimer le vivre ensemble dans la simplicité aussi naturellement que lors d'une manifestation comique, musicale ou de culture générale pour la charité. Surtout que si c'est fréquemment Dieu qui nous inspire, nous devons aussi voir Dieu derrière les croyants vertueux et souvent derrière les autres, en particulier chez ceux ayant besoin d'aide ou ayant un honorable comportement :

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu - Puissant et Majestueux - dira le jour de la Résurrection : « O fils d'Adam, J'étais malade et tu ne M'as pas rendu visite ! » L'homme répondra : « Seigneur, comment aurais-je pu Te rendre visite alors que Tu es le Maître des mondes ? » - « Ne savais-tu pas que Mon serviteur untel était malade ? Pourtant, tu ne lui as pas rendu visite. Si tu l'avais fait, tu M'aurais trouvé auprès de lui. O fils d'Adam, Je t'ai demandé de Me nourrir et tu ne l'as pas fait ! » - « Seigneur, répondra l'homme, comment aurais-je pu Te nourrir alors que Tu es le Maître des mondes ? » - « Ne savais-tu pas qu'untel t'avait demandé de le nourrir ? Et, pourtant, tu ne l'as pas fait. Si tu l'avais nourri, tu aurais trouvé la récompense de ton action auprès de Moi. O fils d'Adam, Je t'ai demandé à boire et tu ne M'as pas abreuvé ! » - « Seigneur, comment aurais-je pu Te donner à boire alors que Tu es le Maître des mondes ? » - « Untel t'a demandé à boire et tu as refusé de l'abreuver. Ne savais-tu pas que si tu l'avais abreuvé, tu aurais trouvé la récompense de ton action auprès de Moi ? »
          De plus quelle que soit notre fatigue psychologique, il faut toujours essayer de se dépasser pour préserver des expressions corporelles bienveillantes, concentrées et courtoises, dans les relations sociales respectueuses par essence, et si parfois nous n'y parvenons pas et comme tout être humain est imparfait, alors nous devrions facilement nous accorder mutuellement notre pardon en particulier avec nos proches. Dans ce sens une forme de félicité est de ne pas rester sur l'empathie pour le mal être des gens mais plutôt sur la volonté profonde qu'ils aillent mieux. En effet, la volonté et l'intention fortes ont le pouvoir d'agir sur le destin. De même une autre forme de félicité est d'avoir le cœur dans un intense ressenti du juste milieu envers tout et dans une bienfaisance importante pour tous et soi même, sans la timidité qui est une prison du cœur au niveau social mais avec la pudeur, car lors de notre enfance nous n'aurions pu vivre sans les autres en particulier les proches.
          Par ailleurs, il est évidemment légitime de satisfaire nos nobles intérêts, désirs et plaisirs en trouvant des compromis avec les autres, mais après avoir répondu à nos besoins et ceux de notre famille, le plus noble est que nos intérêts, nos désirs et nos plaisirs deviennent la satisfaction des autres dans leurs besoins vitaux, matériels et familiaux, avec l'intention qu'ils soient guidés par Allah à l'Islam et au Paradis, comme à l'époque de Jésus et de ses apôtres ou de Mohamed et de ses compagnons. C'est pourquoi il est très éclairant et utile et de souvent dire « Hidina, Guide nous (par la sagesse au Paradis) » face à diverses situations agréables, difficiles ou de compassions, en particulier car c'est surtout ensemble que nous obtiendront plus facilement le Paradis. En effet, concevoir pleinement le Paradis avec autrui est source de sainteté, d'entre-aide, de situation purifiée et de plaisir renforcé, surtout que si nous voulons profondément dans notre cœur que les gens entrent au Paradis, ils se rendent compte plus ou moins inconsciemment avec leur cœur de notre bienveillance à leur égard en s'ouvrant généralement à l'amitié, car les cœurs sont comme des rois ayant des discussions secrètes. Ainsi, il faut penser à accepter l'aide des autres surtout quand nous les avons déjà aidé pour que eux aussi se sentent bien par leurs bonnes actions, sinon nous pourrions être considérés comme égoïste concernant l'agréable bienfaisance. Il faut noter qu'il est demandé de commencer par aider les proches pour les habituer à vivre ainsi, car leur proximité leur donne priorité et l'expansion de cette bienveillance sociale en est facilitée :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Entre un dinar que tu as dépensé au service de Dieu, un dinar que tu affranchis pour affranchir un esclave, un dinar dont tu as fait aumône à un pauvre et un dinar que tu as dépensé pour ta famille, c’est celui que tu as dépensé pour ta famille qui te rapporte le plus grand salaire. » (Mouslim)
          Dans certaines conditions et en fonction de certains rôles, la morale peut parfois être modifiée, comme un gouverneur peut faire des choix particuliers en désaccord avec la religion pour obtenir des compromis ou un couple marié peut se mentir pour apaiser la famille, en sachant qu'être au dessus du négatif que pensent les autres avec une discrète intelligence illuminée l'évitant pudiquement par la noblesse divine purifiant toute situation est un des sommets de la sagesse.
          D'autre part, il faut remarquer que la grande majorité de l'humanité partage de manière délicate différents dosages de bon sens que nous devons comprendre chez autrui en ressentant le destin des autres. Cela dans le but d'arriver rapidement à partager dans la tolérance des plaisirs avec le plus grand nombre puisqu'ils sont généralement plus forts à plusieurs. D'ailleurs comme aussi on apprécie plus de rire à plusieurs ou de supporter une équipe nationale de sport à domicile avec tout un stade de supporters ou avec un peuple téléspectateur, et en réalisant bien les caractéristiques du Paradis, l'importance de vouloir y être le plus grand nombre devient essentielle. Dans ce sens, considérer la valeur de l'autre comme royale est important car le protocole de meilleur accueil comme la ponctualité et le confort esthétique, que nous devons d'ailleurs rechercher, fait partie de la politesse des rois à laquelle nous invite Dieu par preuve qu'Il va en accueillir certains sur Son Trône. 
C'est pourquoi il faut éviter de trop rire ou de rire en se moquant d'autrui, car le calme sérieux de la grandeur du cœur, du respect envers l'autre, de l'amour sincère et de la patience dans l’humiliation diminue tôt ou tard si les rires sont trop fréquents et les moqueries trop régulières, alors que les larmes de la sensibilité le préserve et le développe. Ainsi nous devons plutôt souvent penser sereinement au salut de notre âme et de celles des autres..
(Ext Hadith) Anas (SDP) a dit : «Le Messager de Dieu (SBDSL) nous a tenu un sermon auquel je n'avais jamais rien entendu de semblable. Il dit : «Si vous saviez ce que je sais, vous ririez certainement peu et vous pleureriez certainement beaucoup».
Dans une autre version : «Quelque chose parvint au Messager de Dieu concernant ses Compagnons (on lui avait rapporté qu'ils riaient dans leurs réunions). Il leur fit ce sermon : «On m'a présenté le Paradis et l'Enfer et je n'ai jamais rien vu jusqu'à ce jour de plus beau ni de plus affreux. Si vous saviez ce que je sais, vous ririez certainement peu et vous pleureriez certainement beaucoup (par sa sensibilité liée au niveau immense de noblesse, d'amour et de joie se trouvant sur terre et au Paradis, et au niveau important de la crainte, de l'espoir et de l'empathie pour sa vision de l'Enfer).» Ce fut pour les Compagnons du Messager de Dieu la journée la plus pénible de leur vie. Ils se couvrirent le visage et se mirent à pleurer en faisant entendre un nasillement». 
En revanche au Paradis, ses hôtes arriveront certainement à rire de presque tout, comme à notre époque de médias et de spectacles souvent comiques et le permet l'imperfection humaine au niveau de légères fautes de langages par exemple. Ainsi même ici bas, nous pouvons alléger la gravité de la vie sans oublier sa profonde noblesse :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu glorifié et exalté rit à la vue de deux hommes dont l’un tue l’autre et qui entrent pourtant tous deux au Paradis : l’un d’eux combat sur le chemin de Dieu et y est tué. Puis Dieu agrée le repentir du meurtrier qui embrasse alors l’islam et connaît à son tour le martyr pour la cause de Dieu. » (URA)
D’après Abou Said (SDP) les femmes ont dit au Prophète (SBDSL) : « Consacrez-nous un jour ». Alors il leur fit un discours et dit : « toute femme qui perd trois de ses enfants les aura comme barrière contre l’Enfer ».  – « et celle qui perd deux enfants » Dit une femme ?  – « Et deux enfants » ajoute le Prophète (SBDSL) (rapporté par Al-Boukhari, n° 99 et par Mouslim, 4786).
          Enfin il est important de préciser que dans les relations sociales, il est coutume de dire en considérant les deux yeux d'un être humain, qu'un œil doit être réservé pour regarder les qualités des autres, et l'autre pour regarder ses propres défauts. Dans ce sens, vouloir fortement le Paradis en permanence pour tout le monde secrètement dans son cœur purifie généralement toutes les situations en les facilitant et en apportant une forme de félicité. Ainsi il est sage de garder l'esprit laïque français, d’origine chrétienne et adamique, ne voyant pas le mal vestimentaire impudique de certaines filles ou hommes afin de ne pas les rabaisser dans notre cœur tout en l'accompagnant d'une belle volonté de guidée pour eux.          
En effet, comme Adam ne voyait pas l'aspect mauvais de certaines choses avant sa consommation du fruit interdit, nous pouvons ne pas voir le mal de certaines personnes impudiques, comme c'est souvent le cas de nos jours chez les personnes laïques, afin de ne pas les juger négativement et d'espérer uniquement leur guidée. Il faut donc parvenir à aimer les égarés pour ce qu'ils sont malgré ce qu'ils font, car ce qu'ils font, c'est eux qui le font, et ce qu'ils sont, c'est Dieu qui les a créé.

          Voici donc quelques exemples des bienveillantes règles au niveau social :

1) Morale

Individuelle

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Votre sang, vos biens et votre réputation vous sont sacrés comme est sacré, ce jour-ci dans votre cité-ci, en votre mois-ci. Vous rencontrerez votre Seigneur qui vous demandera compte de vos œuvres. Attention ! Que les présents fassent parvenir cela aux absents ! Il se peut que celui à qui on le fera parvenir le retienne mieux que certains de ceux qui l’ont entendu. » Puis il dit : « Attention ! Ai-je bien transmis ? » Nous dîmes : « Oui. » Il dit : « Seigneur Allah , sois-en témoin ! »(URA)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quiconque désire être écarté du feu et entré au paradis se doit de croire en Dieu et au jour du jugement lorsque la mort le surprendra et doit traiter autrui comme il aime à être traité. » (Ahmad, Al Thirmidi, Ibn Maja)

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Allah m’a commandé de vous enjoindre la modestie afin que personne ne se prétende supérieur aux autres ni ne les traite injustement. » (Rapporté par Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Soyez modestes jusqu’à ce que nul ne se vante de sa supériorité sur son prochain et que nul n’agresse son prochain. » (Mouslim) 

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Celui qui ne remercie pas les gens ne remercie pas Allah. » (Rapporté par Tirmidhy)

Selon Ousama Ibn Zayd, le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui à qui l’on aura rendu service et qui dira à cette personne : Djâzaka Allahu khayran (qu'Allah te récompense en bien), l'aura pleinement (suffisamment) remerciée (ou récompensé), (bien qu'un cadeau ne soit pas interdit). (ou celui qui aura rendu service et à qui l'on dira : Djâzaka Allahu khayran (qu'Allah te récompense en bien), aura été suffisamment remercié (ou récompensé, bien qu'un cadeau ne soit pas interdit). » (At-Tirmidhî) 

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Allah est généreux et aime la générosité, comme il aime l’attitude noble et répugne les vils comportements. » (Rapporté par Tabarâny)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Soyez modestes jusqu’à ce que nul ne se vante de sa supériorité sur son prochain et que nul n’agresse son prochain. » (Moslem)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quatre marques, celui qui les réunit toutes est un parfait hypocrite. Celui qui en détient une seule est marquée par l’hypocrisie jusqu’à ce qu’il s’en débarrasse. Quand on lui confie un dépôt, il le trahit. Quand il parle, il ment. Quand il signe un pacte, il ne le respecte pas. Quand il est en litige, il transgresse les règles de la justice et de la morale. » (URA)

(S31v16-19) «Luquman dit à son fils : « Ô mon enfant, fût-ce le poids d’un grain de moutarde, au fond d’un rocher, ou dans les cieux ou dans la terre, Allah le fera venir. Allah est Infiniment Doux et Parfaitement Connaisseur. Ô mon enfant, accomplis la salât, commande le convenable, interdis la blâmable, et endure ce qui t’arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toutes entreprise ! Et ne détourne pas ton visage des hommes, et ne foule pas la terre avec arrogance : car Allah n’aime pas le présomptueux plein de gloriole. Sois modeste dans ta démarche, et baisse ta voix, car la plus détestée des voix, c’est bien la voix des ânes. »

(S41v34/35) « La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. Mais (ce privilège) n’est donné qu’à ceux qui endurent et il n’est donné qu’au possesseur d’une grâce infinie.»

Selon Aisha (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) n’a jamais rien frappé de sa main, ni une femme, ni un serviteur, sauf quand il combattait au service de Dieu. Jamais il ne s’est vengé d’un tort qu’on lui avait fait sauf s’il s’agissait de la transgression d’une limite sacrée de Dieu le Très-Haut. Il se vengeait dans ce cas pour Dieu.(Mouslim)

(S58v22) «  Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leur pères, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les a aidés de Son secours. Il les fera entrer dans des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Allah les agrée et ils L'agréent. Ceux-là sont le parti d'Allah. Le parti d'Allah est celui de ceux qui réussissent.

(S16v125-128) « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car, c’est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s’égare de son sentier et c’est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés. Et si vous punissez, infligez [à l’agresseur] une punition égale au tort qu’il vous a fait. Et si vous endurez…cela est certes meilleur pour les endurants. (le talion est autorisé mais le pardon est recommandé) Endure ! Ton endurance [ne viendra] qu’avec (l’aide) d’Allah. Ne t’afflige pas pour eux. Et ne sois pas angoissé à cause de leurs complots. Certes, Allah est avec ceux qui [L’]ont craint avec piété et ceux qui sont bienfaisants. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : " Crains pieusement Allah, quelque soit l’endroit où tu te trouves (seul ou avec les gens). Fais suivre la mauvaise action par la bonne et voilà qu’elle l’efface. Sois affable et courtois avec les gens."

Selon Abou Hourayra (SDP) , le Prophète (SBDSL) a dit: «Le Croyant n'est jamais piqué deux fois à partir du même trou». (C'est-à-dire qu'on ne le trompe pas deux fois) (ura)

Le Prophète (SBDSL) a dit : «  Ne vous effrayez pas. »

En islam, il est de coutume de dire que par rapport à l'offense, il y a une différence entre les trois derniers messagers :
-Moïse rendait justement le même tort,
-Jésus pardonnait honorablement,
-Et Mouhamed pardonnait et offrait miséricordieusement un cadeau en espérant que ce soit une cause de guidée.

La femme :

          Il apparaît que la femme détient une nature plus imparfaite que celle de l'homme car :
-elle a un corps considéré comme impur pendant le cycle des menstrues utile à la noble procréation. Certaines actions lui sont interdites pendant cette période : accomplir la prière, qu'elle soit obligatoire ou surérogatoire, jeûner, entrer dans une mosquée, toucher le Livre Saint ni le lire, pratiquer le taouaf c’est a dire les 7 tours rituels autour de la kaaba, avoir des rapports conjugaux, et divorcer. 
Cependant elle peut quand même être en adoration permanente par les diverses invocations quotidiennes, la lecture de hadith et la glorification de Dieu. 
-elle est plus émotionnelle que l'homme, et donc plus impulsive en particulier dans la relation de couple ou entre femmes, et donc précieusement plus enfantine, et donc sa volonté est souvent en conformité avec celle de Dieu comme l'évoque le proverbe « Dieu veut ce que femme veut » (dans la limite du raisonnable), particulièrement à cause de sa force physique inférieure à celle de l'homme, de sa nature destinée à porter la vie de ses enfants, à gérer l'organisation de la maison et à respecter les choix de son mari, des douleurs gênantes des règles, des maux de la grossesse, et de la compréhension de morales et l'acquisition de qualités pour les maris serviables. A ce propos, il est fortement conseillé à l'homme d'avoir encore plus de patience et de recommandations envers sa femme pendant ces périodes. Ainsi la nature de la femme pouvant l'amener à avoir des mauvais jours ou de mauvaises humeurs en particulier dans la fréquente intimité de la demeure du couple, c'est donc logiquement dans cette relation gérée sagement et considérée comme la moitié de la religion
en islam, que se trouve logiquement de nombreuses qualités, de multiples compréhensions de morales et le meilleur niveau spirituel à obtenir :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque le serviteur se marie, alors il a complété la moitié de la religion ; qu'il craigne donc Allah dans la moitié restante. » (Rapporté notamment par At Tabrâni)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit: «Faites de bonnes recommandations en faveur des femmes, car la femme a été créée à partir d'une côte et la partie la plus tordue de la côte est sa partie supérieure. Si tu cherches à la redresser, tu la brises et si tu la laisses comme elle est, elle ne cesse d'être tordue. Aussi faites de bonnes recommandations en faveur des femmes». (URA)

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit :« Le croyant qui a la foi la plus parfaite est celui qui a le meilleur caractère. Les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs avec leurs femmes. » (Attirmidhi)

De plus, il faut noter que la nature de l'homme dans la relation intime avec sa femme est plus extérieure par son désir, alors que la nature de la femme dans la relation intime avec son mari est plus intérieure par son plaisir. L'homme désire donc lui donner du plaisir et la femme recevoir du plaisir par son désir. De ce fait, il apparaît que si la femme est plus intérieure, cela confirme aussi qu'elle est plus émotionnelle.
Son émotivité supérieure lui apporte également une forte volonté et une importante inquiétude d'instinct maternel liée aussi à sa nature physique plus faible que l'homme et ainsi à sa recherche de sécurité, et donc de respect du devoir familial naturel, essentiel pour la survie de l'humanité, car l'émotion est la plus forte cause d'action.
          Or il faut comprendre que si elle arrive à suivre les ordres divins complètement, elle a logiquement plus de valeur qu'un homme agissant de même, car son imperfection étant supérieure, son ennoblissement est donc plus grand. Par conséquent, il est logique que Dieu préfère les femmes vertueuses aux hommes vertueux même s'Il a donné plus de pouvoir aux hommes à cause de leur force et de leur rôle plus rationnel : 
Le Prophète (SBDSL) a dit : « 
La débauche de la femme libertine est égale à la débauche de mille libertins, et la piété de la femme pieuse vaut l’adoration de soixante-dix véridiques».
Le Prophète (SBDSL) a dit :« La vie d'ici-bas est un bienfait (pour obtenir la dignité). Et le meilleur de ses bienfaits est la femme vertueuse. » (Muslim)
Ce hadith ne semble donc pas être seulement adressé aux hommes.
          Enfin, il apparaît également que la femme est plus impulsive par son anxiété pour la sécurité liée à sa nature physique plus faible que l'homme. Anxiété probablement nécessaire pour la sécurité des enfants et de la famille. En effet, cette anxiété plus ou moins inconsciente lui permet de recevoir la clairvoyance de penser à tout, et la sérénité incarnée par la nature de l'homme pouvant devenir trop serein sans la femme en tendant vers l'insouciance, l'aide à s'apaiser puisque c'est logiquement à cette sérénité masculine de choisir pour le couple. Suite à ces explications, le proverbe précédent est également justifié car l'homme doit généralement répondre aux demandes raisonnables de la femme puisqu'elle discerne plus les œuvres importantes ou utiles. Cependant il faut noter qu'avec la foi et la pratique, la vie maritale apporte un niveau de sérénité et de clairvoyance similaires pour l'homme et la femme, ceci montrant clairement la complémentarité de l'homme et la femme. Enfin, il faut noter que de nos jours beaucoup d'hommes instables parfois par l'alcool ou par un féminisme victimaire, dictatorial, exaspérant et désespérant sont plus impulsifs.

(S4v34) « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah. »

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Doucement Aïcha ! Fais preuve de douceur, évite toute violence, et ne tiens pas de propos déplacés. » (Rapporté par Boukhâry et Mouslim)

Selon Ibn Omar (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit: «O femmes! Faites l'aumône et demandez beaucoup à Dieu de vous absoudre car je vous ai vues (en rêve) formant la majorité des habitants de l'Enfer». L'une des assistantes lui dit: «Pourquoi formons-nous la majorité des habitants de l'Enfer?». Il dit : «Vous maudissez trop souvent et vous ne reconnaissez pas les bienfaits de votre mari. Je n'ai jamais vu vaincre les gens sensés autant que ne le font des êtres comme vous, déficientes quant à la raison et à la religion». Elle dit: «Que veut dire déficientes quand à la raison et à la religion?» Il dit : «Pour ce qui est de la raison, Dieu a donné au témoignage de deux femmes la valeur de celui d'un seul homme; et pour ce qui est de la religion, vous restez un nombre de jours (pendant les menstrues) sans faire la prière». (Mouslim)

Dans un autre hadith, Mohammad (SBDSL) dit : « Il n'y a eu que quatre femmes accomplies (totalement religieuses, pieusement soumises à leur mari, considérablement bienveillantes et pleinement confiantes en Dieu) : Assiya (épouse du Pharaon qui a cru au message de Moïse), la vierge Marie, Khadija (première épouse de Mouhamed) et Fatima (Fille de Mouhamed).»

Communauté

          L'un des principaux indicateurs du niveau de développement et de bien-être d'une société est sans aucun doute son niveau d'art, de beauté et de qualité. Les hautes valeurs se manifestent donc dans la vie des croyants lorsque la propreté l'une des plus importantes caractéristiques de la morale islamique, est combinée à l'esthétisme même peu riche, la beauté, l'éthique, et la gentillesse qui est un langage si grand qu'un sourd peut l'entendre et un aveugle le voir :

(S17v53) « Et dis à Mes serviteurs d'exprimer les meilleures paroles, car le Diable sème la discorde parmi eux. Le Diable est certes, pour l'homme, un ennemi déclaré. »

(S3v104) « Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. »

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Maudit soit le corrupteur et le corrompu. » (Rapporté par Aboû Dawoûd et Tirmidhy)

Thawban (SDP) rapporte ces propos du Prophète (SDP) : « Dieu a déployé à terre devant moi, et j'ai vu l'Orient et l'Occident. La communauté occupera à la surface de la Terre une étendue semblable à ce qui a été déployé devant moi, et deux trésors, le blanc et le rouge (l'argent et l'or), m'ont été accordé. J'ai demandé à mon Seigneur de ne pas faire périr ma communauté par une année de disette, ni de les soumettre à un ennemi qui ne soit pas des leurs et qui n'épargnerait pas le plus grand nombre d'entre eux. Mon Seigneur à accédé à ma demande : « Ô Mouhamed, J'ai arrêté une décision et Mes décisions ne peuvent être abolies : ta communauté ne périra pas par une année de disette, ni ne sera soumise à un ennemi qui ne soit pas des siens et qui la détruirait en masse. Même si tous ceux qui se trouvaient sur son territoire ou sur les territoires environnants s'unissaient contre elle (ils ne pourraient la détruire) tant qu'ils ne s'entretueront pas eux-mêmes ou qu'ils ne se captureront pas entre eux. » (Mouslim, Tirmidhi, Abu Dawud)
La version d'Abu Dawud comporte ce rajout : « Je crains seulement pour ma communauté des guides aveugles; et si le sabre est levé contre elle, il ne s'abaissera plus jusqu'au jour du Jugement. L'Heure n'aura pas lieu tant que des tribus de ma communauté n'ont pas rejoint les associateurs, et que d'autres n'auront pas adoré les idoles. Il y aura dans ma communauté trente imposteurs, chacun prétendra être Prophète, or c'est moi qui suis le sceau de la prophétie et il n'y aura pas de prophètes après moi. »

Muhad b.Jabbal (SDP) rapporte qu'une fois, l'Envoyé de Dieu (SDP) prolongea la prière (d'une manière inhabituelle), puis il leur dit : «j'ai accompli une prière, mû à la fois par la crainte et l'espérance; j'ai demandé trois choses à Dieu en faveur de ma communauté. Il m'en a accordé deux, mais il m'a refusé la troisième. Je lui ai demandé de ne pas les soumettre à un ennemi qui ne soit pas des leurs, et Il me l'a accordé. Puis je Lui ai demandé de ne pas les faire périr noyer, et Il me l'a accordé. Enfin, je Lui ai demandé de ne pas les soumettre à des dissensions internes, mais Il me l'a refusé. » (Ibn Maja)

(ExtS3v103) « Et cramponnez-vous tous ensemble au “Habl” (câble) d'Allah et ne soyez pas divisés (en sectes); et rappelez-vous le bienfait d'Allah sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c'est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d'un abîme de Feu, c'est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi, Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés. »

(S49v9) « Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux. Si l'un d'eux se rebelle contre l'autre, combattez le groupe qui se rebelle, jusqu'à ce qu'il se conforme à l'ordre d'Allah. Puis, s'il s'y conforme, réconciliez-les avec justice et soyez équitables car Allah aime les équitables. »

Le messager d'Allah (SBDSL) a dit : « Vous n’entrerez au Paradis que lorsque vous aurez cru et vous ne croirez que lorsque vous vous aimerez les uns les autres. Voulez-vous que je vous indique une chose capable de vous faire aimer les uns les autres ? Saluez-vous entre vous. » (Attirmidhi)

Ammar (SDP) a dit : « Il y a trois oeuvres, quiconque les accomplit toutes, aura possédé la véritable foi : être équitable envers soi-même, saluer les gens et dépenser même si l'on est pauvre. »

Abdullah Ibn Ammar (SDP) a rapporté : « Un homme demanda au Messager de Dieu (SBDSL) quel était le meilleur islam. Il dit : « Tu donnes à manger et tu salues qui tu connais et qui tu ne connais pas. » (URA)

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « La nourriture d’un seul suffit à deux, celle de deux suffit à quatre et celle de quatre suffit à huit personnes. » (Rapporté par Mouslim)

Abou Darda (SDP) a dit : J’ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Aidez-moi à secourir les faibles, car vous ne serez secourus et pourvus de votre subsistance que par égard aux faibles. » (Abou Dawud)

(S18v28) « Fais preuve de patience [en restant] avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant Sa face. Et que tes yeux ne se détachent point d’eux, en cherchant (le faux) brillant de la vie sur terre. Et n’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur inattentif à Notre Rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier. »

(S2v275) « Ceux qui mangent [pratiquent] de l'intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu'ils disent : “Le commerce est tout à fait comme l'intérêt” Alors qu'Allah a rendu licite le commerce, et illicite l'intérêt. Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu'il a acquis auparavant; et son affaire dépend d'Allah . Mais quiconque récidive... alors les voilà, les gens du Feu ! Ils y demeureront éternellement. »

(ExtS55v7-9) « Et Il a établi la balance, afin que vous ne transgressiez pas dans la pesée : Donnez [toujours] le poids exact et ne faussez pas la pesée. »

(ExtS2v194) « Le talion s'applique à toutes choses sacrées -. Donc, quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui, à transgression égale. (mais le pardon est autorisé voir conseillé) »

(S4v92) « Il n'appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n'est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu'il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n'y renonce par charité. Mais si [le tué] appartenait à un peuple ennemi à vous et qu'il soit croyant, qu'on affranchisse alors un esclave croyant. S'il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu'on verse alors à sa famille le prix du sang et qu'on affranchisse un esclave croyant. Celui qui n'en trouve pas les moyens, qu'il jeûne deux mois d'affilée pour être pardonné par Allah. Allah est Omniscient et Sage. »

(Ext Hadith) Le prophète (SBDSL) a dit : « Dieu a maudit celui qui a pratiqué l'usure ou celui qui en a profité, celui qui a rédigé le contrat, celui qui a témoigné ».
En effet si l'usure pouvant être considérée comme un vol, ceux qui y participent de près ou de loin sont coupables.

Invocations à dire pour s'acquitter de ses dettes :

« Seigneur, suffis-moi par Ton licite contre Ton illicite, et aide-moi par Ta grâce à me dispenser d'autre que Toi. »

« Ô Allah, je me réfugie auprès de Toi contre l'angoisse et la tristesse, la faiblesse et la paresse, l'avarice et la lâcheté, le fardeau des dettes et la prééminence des hommes. »

Invocation à dire à celui qui acquitte ses dettes :

« Qu'Allah te bénisse, ta famille et tes biens. Certainement la récompense de l'emprunt est la louange et le paiement des dettes. »

Invocation à dire lorsqu'on quitte une assemblée ou une réunion :

Ibn Omar (SDP) a dit : « On comptait qu'en quittant une assemblée le Messager de Dieu (SBDSL) disait cent fois : « Ô mon Dieu, pardonne- moi et accepte ma repentance, certainement Tu es Le Pardonneur. »

« Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j'atteste qu'il n'y a de divinité que Toi, j'implore Ton pardon et je reviens repentant vers Toi. »

Invocation à dire quand on a peur de quelqu'un :

« Ô Allah, protège-moi contre eux avec ce que Tu veux. »

Ce qu'on doit dire quand on a peur d'affliger quelqu'un ou quelque chose de son oeil :

« Si vous trouvez quelque chose d'impressionnant en vous-même, ou en votre frère ou vous êtes impressionnés par un bien quelconque, envoyé donc la bénédiction en disant par exemple : « ô Allah bénis-le » ou « Telle est la volonté et la grâce d'Allah ! Il n'y a de puissance que par Allah », car le mauvais oeil est vrai. »

Amitié

Le Prophète (SBDSL) a dit :« L’homme a la même religion que son ami. Que chacun de vous fasse donc bien attention à celui qu’il prend pour ami. » (Abou Dawûd)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « L’image de l’homme de bonne compagnie et de celle de l’homme de mauvaise compagnie est l’image du porteur de musc et celle du forgeron. Le porteur de musc ou bien te donne un peu de son musc ou bien te le vend ou bien tu jouis de sa bonne odeur. Tandis que le forgeron ou bien il te brûle tes vêtements ou bien te nuit avec sa mauvaise odeur. »

(S41v34/35) « La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. Mais (ce privilège) n’est donné qu’à ceux qui endurent et il n’est donné qu’au possesseur d’une grâce infinie.»

Gouvernance

Abou Hourayra (SDP) rapporte ces propos du Prophète (SBDSL) : « Tant que vos princes sont les meilleurs d'entre vous et vos responsables, les plus magnanimes d'entre vous, et que vous vous consultez pour la conduite de vos affaires, la surface de la terre est préférable pour vous. Mais lorsque vos princes sont les pires d'entre vous et vos possédants, les plus avares d'entre vous, et que vous confierez la conduite de vos affaires aux femmes, alors le ventre de la terre (tombe) sera préférable pour vous. » (Boukari)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Tout homme à qui Dieu a confié la gestion des intérêts d’un groupe, s’il meurt alors qu’il trompe ses administrés, Dieu lui interdit le Paradis. » (URA)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui humilie le détenteur du pouvoir sera humilié par Dieu. » (Attirmidhi)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui m’aura obéi aura obéi à Dieu et celui qui m’aura désobéi aura désobéi à Dieu. Celui qui aura obéi au prince m’aura obéi et celui qui aura désobéi au prince m’aura désobéi. » (URA)

(ExtS9v120) « Il n'appartient pas aux habitants de Médine, ni aux Bédouins qui sont autour d'eux, de traîner loin derrière le Messager d'Allah, ni de préférer leur propre vie à la sienne. »

(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Sept personnes seront ombragées par Dieu dans Son ombre le jour (du jugement) où il n’y aura d’ombre que la sienne : Un chef équitable » (URA)

2) Comportement général

(S6v36/37) « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession, car Allah n'aime pas, en vérité, le présomptueux, l'arrogant , Ceux qui sont avares et ordonnent l'avarice aux autres, et cachent ce qu'Allah leur a donné de par Sa grâce. Nous avons préparé un châtiment avilissant pour les mécréants. »

(S16v90) « Certes, Allah commande l'équité, la bienfaisance et l'assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l'acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. »

(S2v177) « La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelqu'amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide et pour délier les jougs, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! »

(S16v126) « Et si vous punissez, infligez [à l'agresseur] une punition égale au tort qu'il vous a fait. Et si vous endurez (en pardonnant)... cela est certes meilleur pour les endurants. »

(S17v22-41) « N'assigne point à Allah d'autre divinité; sinon tu te trouveras méprisé et abandonné. et ton Seigneur a décrété : “n'adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : “Fi ! ” et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. et par miséricorde; abaisse pour eux l'aile de l'humilité; et dis : "Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit”. Votre Seigneur connaît mieux ce qu'il y a dans vos âmes. Si vous êtes bons; Il est certes Pardonneur pour ceux qui Lui reviennent se repentant. Et donne au proche parent ce qui lui est dû ainsi qu'au pauvre et au voyageur (en détresse). Et ne gaspille pas indûment, car les gaspilleurs sont les frères des diables ; et le Diable est très ingrat envers son Seigneur. Si tu t'écartes d'eux à la recherche d'une miséricorde de Ton Seigneur, que tu espères; adresse-leur une parole bienveillante . Ne porte pas ta main enchaînée à ton cou [par avarice], et ne l'étend pas non plus trop largement, sinon tu te trouveras blâmé et chagriné. En vérité ton Seigneur étend Ses dons largement à qu'Il veut ou les accorde avec parcimonie. Il est, sur Ses serviteurs, Parfaitement Connaisseur et Clairvoyant. Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté; c'est Nous qui attribuons leur subsistance; tout comme à vous . Les tuer, c'est vraiment, un énorme pêché. Et n'approchez point la fornication. En vérité, c'est une turpitude et quel mauvais chemin ! Et; sauf en droit, ne tuez point la vie qu'Allah a rendu sacrée. Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche [parent] . Que celui-ci ne commette pas d'excès dans le meurtre, car il est déjà assisté (par la loi). Et n'approchez les biens de l'orphelin que de la façon la meilleur, jusqu'à ce qu'il atteigne sa majorité. Et remplissez l'engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements. Et donnez la pleine mesure quand vous mesurez; et pesez avec une balance exacte. C'est mieux [pour vous] et le résultat en sera meilleur. Et ne poursuis pas ce dont tu n'as aucune connaissance. L'ouïe, la vue et le cœur : sur tout cela, en vérité, on sera interrogé. Et ne foule pas la terre avec orgueil : tu ne sauras jamais fendre la terre et tu ne pourras jamais atteindre la hauteur des montagnes ! Ce qui est mauvais en tout cela est détesté de ton Seigneur. Tout cela fait partie de ce que ton Seigneur t'a révélé de la Sagesse. N'assigne donc pas à Allah d'autre divinité, sinon tu seras jeté dans l'Enfer, blâmé et repoussé. Votre Seigneur, aurait-Il réservé exclusivement pour vous des fils, et Lui, aurait-Il pris pour Lui des filles parmi les Anges ! Vous prononcez là une parole monstrueuse. Très certainement Nous avons exposé [tout ceci] dans ce Coran afin que [les gens ] réfléchissent. Mais cela ne fait qu'augmenter leur répulsion. »

(S19v27-34) « Puis elle vint auprès des siens en le portant [le bébé]. Ils dirent : “ô Marie, tu as fait une chose monstrueuse ! Sœur de Haroun , ton père n'était pas un homme de mal et ta mère n'était pas une prostituée”. Elle fit alors un signe vers lui [le bébé]. Ils dirent : “Comment parlerions-nous à un bébé au berceau ? ” Mais [le bébé] dit : “Je suis vraiment le serviteur d'Allah. Il m'a donné le Livre et m'a désigné Prophète. Où que je sois, Il m'a rendu béni; et Il m'a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la Zakat ; et la bonté envers ma mère. Il ne m'a fait ni violent ni malheureux. Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant”. Tel est Issa (Jésus), fils de Marie : parole de vérité (et ayant le saint esprit), dont ils doutent. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Que celui d’entre vous qui voit une chose répréhensible, la corrige de sa main ! S’il ne le peut pas de sa main, qu’il la corrige avec sa langue ! S’il ne le peut avec sa langue que ce soit avec son cœur et c’est là le degré le plus faible de la foi. » (Moslem)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « La foi comporte un peu plus de soixante-dix (ou soixante) branches. Le plus noble en est l’affirmation qu’il n’y a de dieu que Dieu et la plus infime est l’action de retirer de la route ce qui peut nuire aux passants. La pudeur est une branche de la foi. »(URA)

Selon Abou Said Al Khoudri (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Méfiez-vous de cette pratique qui consiste à vous asseoir dans les rues! » Ils dirent : « O Messager de Dieu! Nous ne pouvons nous en passer car c’est là pour nous l’occasion de parler entre nous ». Le Messager de Dieu (SBDSL) leur dit alors : « Si vous tenez absolument à cette pratique, donnez au moins à la rue son droit ». Ils dirent : « Et quel est le droit de la rue ? O Messager de Dieu! » Il dit : « Abaisser son regard, s'abstenir de faire du tort, répondre au salut, ordonner le convenable et réprouver le blâmable (et dans une autre version : utiliser des belles paroles). »

Relation homme femme hors mariage : 

Le premier regard est pour soi et le deuxième regard contre soi, en particulier si nous sommes déjà mariés.

3) Relation fraternelle

Une des bases essentielles de l'islam est la bonne entente entre coreligionnaires puisque représentant une des meilleures relations pour exprimer la dignité et donc pour conserver la protection divine pour la communauté musulmane par la préservation de l'union. Par conséquent soigner la fraternité devient une priorité.

Selon Abou Hourayra (SDP) le Prophète (SBDSL) a dit : « Les droits du musulman envers son frère sont au nombre de cinq : lui rendre le salut, lui rendre visite lorsqu'il est malade, suivre son cortège funèbre, répondre à son invitation, lui dire lorsqu'il éternue : « Que Dieu te fasse miséricorde ! »


Le Prophète (SBDSL) a dit :
« Vous n’entrerez au Paradis que lorsque vous aurez cru et vous ne croirez que lorsque vous vous aimerez les uns les autres. Voulez-vous que je vous indique une chose capable de vous faire aimer les uns les autres ? Saluez-vous entre vous. » (Attirmidhi)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Ne néglige aucune œuvre de bien, pas même le fait de rencontrer ton frère avec un visage radieux » (Rapporté par Muslim Et Timirhi)

Le Prophète (SBDSL) a dit : : « Sourire à son frère est une aumône. » (Rapporté par At-Tirmidhi) 

Selon Abdullah Ibn Omar, le Messager de Dieu a dit : « Le meilleur compagnon au regard de Dieu est celui qui est le plus bienveillant pour ses propres compagnons, et le meilleur voisin au regard de Dieu est celui qui se montre le plus serviable pour ses voisins. » (Tirmidhi)

Le Prophète (SBDSL) a dit : : « Un sourire fait à ton frère est une aumône, Ordonner le bien ou interdire le mal est une aumône, Orienter un homme ayant perdu son chemin est une aumône, guider l'aveugle dans la rue est une aumône, dégager du chemin ce qui nuit ou gêne est une aumône, verser l'eau de ton seau (que tu viens de remplir du puits) dans le seau de ton frère est aussi une aumône. » (Rapporté par Tirmidhi n°1956)

D'après Abou Houreyra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Le croyant est le miroir du croyant (car il doit d'abord regarder ses propres défauts et parce qu'ils se corrigent mutuellement) et le croyant est le frère du croyant. Il protège ce qu'il risque de perdre et le préserve en son absence. » (Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Si
on vous fait une salutation, saluez
d’une
façon meilleure, ou bien rendez-la (simplement). Certes, Allah tient compte de tout. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Toutes les fois que le musulman fait une invocation en faveur de son frère en son absence, l’Ange lui dit : « Et à toi la même chose. » (Mouslim)

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Prenez garde aux suspicions non fondées, car ce sont les paroles qui induisent le plus en erreur. Ne vous espionnez pas, ne vous épiez pas, ne vous enviez pas, ne vous haïssez pas, ne vous dédaignez pas en vous fuyant, mais soyez plutôt, ô adorateurs d’Allah, tous frères. » (Rapporté par Boukhâry)

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Le musulman est le frère du musulman ; il ne doit pas le tromper ni le trahir. Tout ce qui appartient au musulman est sacré pour le musulman : son honneur, ses biens et son sang. La crainte d’Allah se trouve ici (il dit ceci en indiquant son cœur). Le seul fait de mépriser son frère musulman suffit pour que la personne sombre dans le mal. » (Rapporté par Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand deux musulmans croisent le fer, le tueur et le tué vont tous deux en Enfer. Un compagnon dit : « O Messager de Dieu ! Nous sommes d’accord pour le tueur, mais comment le tué va-t-il aussi en Enfer ? » Il dit : « Il aurait tout fait pour tuer son compagnon.» (URA)

D'après Abou Ad-Darda (SDP), j'ai entendu le Prophète (SBDSL) dire : " Sont une proie à Satan, trois hommes dans un village, ou même dans un désert, n'accomplissant pas la prière en commun. Faites donc la prière en commun car le loup ne mange que la brebis éloignée du troupeau."
(Abou Dawoud)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Détruire le coeur d'un Musulman est pire que détruire 70 fois la Kaaba » (Boukhari)

Le Prophète (SBDSL) a dit :« L'exemple des croyants en matière d'affection et de sympathie les uns envers les autres est tel qu'un seul et même corps. Lorsqu'un membre souffre, tout le corps est atteint de fièvre et d'insomnie. » (Al Boukhârî 6011; Moslim 2586)

Et il (SBDSL) dit aussi :« Quiconque répond au besoin de son frère, Allah répondra au sien. » (Al Boukhârî 2442, Moslim 2586)

(S83v25-28) « (Au Paradis) On leur sert à boire un nectar pur, cacheté, laissant un arrière-goût de musc. Que ceux qui le convoitent entrent en compétition [pour l'acquérir]. Il est mélangé à la boisson de Tasnim (apportant probablement un supplément d'extase), source dont les rapprochés boivent. »

(S59v9) « Il (le butin) appartient également à ceux qui avant eux, se sont installés dans les pays et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux(les habitants de Médine accueillirent chez eux les gens persécutés de La Mecque) et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que [ces immigrés] ont reçu, et qui les préfèrent à eux-mêmes même s’il y a pénurie chez eux. Quiconque se prémunie contre sa propre avarice, ceux là sont ceux qui réussissent. »

Il (SBDSL) a dit : « Si l'un de vous tient absolument à faire l'éloge de son frère, qu'il dise alors : « Je crois qu'untel, et Allah est son juge et je ne purifie personne devant Allah, est ceci ou cela (s'il connaît bien sûr ce dont il fait l'éloge). »

Anas rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit: « soutiens ton frère, qu'il soit juste ou injuste ». Un homme dit alors : « ô Prophète d'Allah ! Il est normal de défendre l'offensé car il subit l'injustice, mais comment doit-on soutenir l'offenseur ? » Il répondit : « tu l'empêches ou tu lui interdis de commettre son injustice. » (Mouslim 2584)

On rapporte de Omar (SDP) cette parole: « ne prête pas une mauvaise interprétation à une parole prononcée par ton frère tant que tu peux lui en trouver une bonne. »
En effet, le prophète (SBDSL) incite les croyants à ne pas juger les autres et à ne pas dévoiler leur défaut.
Selon Abou Hourayra , le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Il n'est personne qui couvre les défauts de son prochain dans ce bas monde sans que Dieu ne lui couvre les siens le jour de la résurrection. » (Muslim)                                                                                         
Il a dit encore : « J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Toute ma communauté peut prétendre à la clémence de Dieu sauf ceux qui divulguent leurs péchés au grand jour. Et la divulgation consiste à ce que l'homme, après avoir commis un péché la nuit et parvenu au matin, se mette à dire : « O untel! J'ai fait hier telle ou telle chose ». Son Seigneur l'avait pourtant couvert toute la nuit et, le matin, il dévoile lui-même ce que Dieu avait caché ». (Bukhari et Muslim)                       
(S24v19) : « ceux qui aimeraient que la réputation d’immoralité se répande au sujet de ceux qui ont cru ont des tourments douloureux dans ce monde et dans l’autre. Dieu sait et vous, vous ne savez point ; »
Et il est rapporté aussi : « Trouves pour ton frère 70 excuses, et si tu ne trouves pas, reproche le à ton âme. »

Invocation à dire lorsque quelqu'un nous dit : « Qu'Allah te pardonne » :

« Et à Toi »

Invocation à dire pour celui qui exprime son amour pour toi pour faire plaisir à Allah :

« Que t'aime Celui pour qui tu m'as aimé. »

Invocation à dire à celui qui te fait une faveur :

« Quand quelqu'un te fait une faveur, dis : « Qu'Allah te récompense par le bien. »... Certainement tu auras excellé en louant cette personne ainsi. »

Invocation à dire à celui qui t'a offert une partie de ses biens :

« Qu'Allah te bénisse, ta famille et tes biens. »

Répondre à l'invocation de quelqu'un après lui avoir offert un cadeau ou une aumône :

Aisha (SDP) a rapporté que quelqu'un offrit un mouton au messager d'Allah et il ordonna de le distribuer. Quand le serviteur l'eût distribué, Aisha lui demanda : « qu'est-ce qu'ils ont dit ? », il répondit : « Ils ont dit : qu'Allah vous bénisse »... ensuite Aisha a dit : « Et qu'Allah les bénisse »... on répond à leur invocation d'une façon similaire et notre récompense reste pour nous. 

Invocation à dire lorsqu'on a insulté quelqu'un :

« Ô Allah, quiconque j'ai insulté parmi les croyants, fais que cela soit la cause pour qu'il soit plus proche de Toi le Jour de la Résurrection. »


4) Relation familiale

Vivre en famille autour de la pratique religieuse tout en s'unissant avec douceur, amour, sensibilité, persévérance et noble esprit combattant dans la mission prophétique visant à guider les gens au Paradis ne peut que décupler la valeur de ces relations familiales qui sont éternelles. La piété complète et la transmission du message sagement ne peuvent qu'incarner la meilleure vocation de notre vie. Il faut noter qu'en Islam, en particulier pour laisser le choix de passer plus de temps à la mère avec ses enfants, et même si la femme peut choisir de travailler, l'homme doit quand il est assez riche subvenir aux besoins de sa femme, le partage de l'héritage qui avantage les hommes aux femmes est par conséquent logique. Dans notre relation avec Dieu au niveau de l'ambiance familiale à l'intérieur de la maison, il faut essayer de trouver le juste milieu entre la fraîcheur sereine d'une cathédrale dans la chaleur de l’été et la chaleur chaleureuse d'un chalet dans le froid de l'hiver. Il est reconnu unanimement selon divers enseignements que si une femme de notre famille est dans l’obligation de sortir de sa maison la nuit, elle doit être accompagnée par un homme proche tel père, mari, frère, enfant adulte, petit enfant adulte ou oncle. De plus, lutter pour le bien commence évidemment par sa famille, mais le but est que la famille lutte pour le bien commun de la société, et que la société lutte pour le bien commun de toute l'humanité. Enfin les relations familiales ne doivent pas devenir trop protocolaire en restant chaleureuses et amicales comme devrait l'être toute relation sociale, afin que le maximum de nos proches deviennent des bonbons spirituels d'amour, ce que peuvent ressentir particulièrement un père ayant une fille ou une mère ayant un garçon.

a) Morale

Anas (SDP) rapporte : « Je n’ai jamais touché un brocart, ni une étoffe de soie plus lisse que la paume de la main du Messager de Dieu (SBDSL). Je n’ai jamais senti de parfum plus suave que celui du Messager de Dieu (SBDSL). J’ai effectivement servi le Messager de Dieu (SBDSL) durant dix années. Jamais il ne m’a dit « ouf ! » (en signe d’impatience et de réprobation car il avait la certitude que le destin dépend de Dieu). Jamais il ne m’a dit pour quelque chose que j’avais faite-« Pourquoi l’as tu faite ? »-ni pour quelque chose que je n’avais pas faite, « pourquoi ne l'as tu pas faites ? » (URA)

On demanda une fois à Aisha (SDP) ce que faisait le Prophète (SBDSL) à la maison. Elle dit : « Il servait sa famille et quand venait l’heure de la prière, il sortait à la mosquée. » (Al boukhari)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Entre un dinar que tu as dépensé au service de Dieu, un dinar que tu affranchis pour affranchir un esclave, un dinar dont tu as fait aumône à un pauvre et un dinar que tu as dépensé pour ta famille, c’est celui que tu as dépensé pour ta famille qui te rapporte le plus grand salaire. » (Moslem)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Vous êtes tous des bergers et vous êtes tous responsables de l’objet de votre garde. Le chef (politique) est un berger, l’homme est le berger de sa propre famille, la femme est la bergère de la maison de son mari et de ses enfants. Vous êtes bergers et vous êtes tous responsables de l’objet de votre garde. »

Invocation à dire aux nouveaux mariés :

« Qu'Allah te bénisse ton conjoint et qu'Allah vous unisse dans le bien. »

b) Relation filiale

Abou Horaira (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque Dieu a achevé la création des êtres, Il inspira aux liens de parenté de s’accrocher à Son Trône en disant : « Celui qui nous respecte, que Dieu reste lié à lui ! Et celui qui nous rompt, que Dieu rompe avec lui. » (URA)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « le Paradis se trouve sous les pieds de la mère. »

On demanda au Messager (SBDSL) : « O Messager de Dieu ! Quel est celui qui mérite le plus que je lui tienne compagnie ? » Il dit : «  Ta mère. » On lui dit : « Et qui encore ? » Il dit : «  Ta mère. » On lui dit : « Et qui encore ? » Il dit : «  Ta mère. » On lui dit : « Et qui encore ? » Il dit : «  Ton père. » (URA)

(S17v23) « Et Ton Seigneur a décrété : « N’adorez que Lui ; et marquez de la bonté envers les père et mère : si l’un deux ou tous d’eux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dit point : ‘fi !’ et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. Et par miséricorde, abaisse pour eux l’aile de l’humilité, et dis : « Ô mon Seigneur, fais leur miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit. » (style littéraire et sens de la vie clairement divins)

(S31v14)« Nous avons commandé à l’homme[ la bienfaisance envers] ses père et mère, : sa mère l’a porté subissant peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. « Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination. »

D'après Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit que les gens pieux jouiront d'une situation avantageuse au Paradis. Alors ils en demanderont la raison et Dieu leur répondra que c'est parce que leurs enfants ont fait des prières, des aumônes, et des pèlerinages en leur faveur et même que des jeûnes sont crédités à leur compte.

c) Relation conjugale

          Pour anoblir l'être humain dans sa relation conjugale et dans ses fonctions corporelles, Dieu ordonne logiquement l'obligation du mariage religieux avant d'avoir des relations intimes. Il faut noter que la foi d'un célibataire peut être considérée comme étroitement et sereinement froide, et celle d'un couple marié religieusement comme largement et agréablement chaude en particulier avec des enfants prouvant bien la valeur de l'expression « chaleur humaine », apportant en plus de la pudeur par leur partage de l'intimité, et de l'élégance pour l'homme et de la protection pour la femme. Ainsi la chaleur de la vie de famille nous élève spirituellement vers Dieu comme l'air chaud s'élève au dessus de l'air froid.
(ExtS2v187) « elles (les femmes) sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles. »
En effet la finesse de la féminité pour l'homme et la force de la masculinité pour la femme les habillent après le mariage dans un noble accomplissement spirituel mutuel reflétant l'âme commune originelle d'Adam et Eve source de la connaissance complète de Dieu, en étant donc plus épanouis et donc plus sages et donc plus protégés. De même dans une forme plus pure car innocente, c'est aussi ce que ressent particulièrement un père ayant une fille ou une mère ayant un garçon, ou une fille ayant un père ou un garçon ayant une mère, bien que tous les enfants ayant leurs parents perçoivent clairement les spécificités masculines ou féminines généralement communes à tous les pères ou toutes les mères.                                                                 
(S13v20/21) « ceux qui remplissent leur engagement envers Allah et ne violent pas le pacte, qui unissent ce qu'Allah a commandé d'unir, redoutent leur Seigneur et craignent une malheureuse reddition de compte »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque le serviteur se marie, alors il a complété la moitié de la religion ; qu'il craigne donc Allah dans la moitié restante. » (Rapporté notamment par At Tabrâni)
A travers le mariage et les enfants, des bienfaits supplémentaires et de nobles épreuves apparaissent dans ces nouvelles relations familiales : augmentation de la famille et de la communauté, amour, comportement quotidien envers eux, digne responsabilité.
De plus philosophiquement dans l'amour conjugal partagé, il apparaît que la force de l'homme englobe la femme physiquement en particulier par la pénétration sexuelle, et par équilibre, que l'attirance de la femme englobe l'homme émotionnellement de désir en particulier par la contenance sexuelle. Il n'y a que ça qui compte finalement, voir la noblesse des choses, et comprendre que la douceur, la pudeur, la finesse et l'intensité de la féminité composent l'honorable, délicate, scintillante et étincelante élégance de l’âme humaine, et que la force, l'assurance, la protection et la tranquillité de l'homme composent la rationnelle, juste, rassurante et apaisante puissance de l'âme humaine, car toutes ces qualités sont des qualités divines. De même par le partage de la vie jusque donc dans l'intimité corporelle, et ainsi par la compréhension intense de l'affection et de l'amour, l'acquisition profonde de nombreuses qualités morales dans l'âme spirituelle humaine est aussi possible. Par conséquent, le couple se nourrit mutuellement au niveau de leur complémentarité formant donc l’âme complète de la connaissance complète de Dieu dont étaient issus Adam et Eve. L'attirance entre l'homme et la femme se trouve donc dans la différence et par conséquent le véritable amour se trouve dans la complémentarité et l'hétérosexualité. Ceci étant confirmé par le futur retour du Saint Esprit de Jésus (paix sur lui) devant s'épanouir totalement en devenant père de famille et chef du monde et ainsi en expliquant aussi pourquoi le mariage et donc la vie familiale est la moitié de la religion pour l'homme, puisque nous permettant d'acquérir la compréhension et le rôle de certains attributs divins comme le Souverain, le Maître et le Contraignant : 
(ExtS7v189) « C'est Lui qui vous a créés d'un seul être (âme) dont il a tiré son épouse, pour qu'il trouve de la tranquillité auprès d'elle »
 
Le prophète (SBDSL) a dit : « toute religion a sa moralité et la moralité de l’islam, c’est la pudeur » , et la pudeur fut une qualité principale du saint prophète.
Abou Saïd Alkhouddri (SDP) a dit : « le prophète (SBDSL) était plus pudique que la vierge dans son gynécée, c'est-à-dire la chambre dans laquelle se retire la jeune fille non mariée ».
(S30v21) « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque le serviteur se marie, alors il a complété la moitié de la religion ; qu'il craigne donc Allah dans la moitié restante. » (Rapporté notamment par At Tabrâni)
Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit :« Les croyants qui ont la foi la plus accomplie sont ceux d’entre eux qui jouissent de la meilleure moralité et du plus doux caractère. Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui traitent le mieux leurs femmes. » (Attirmidhi)
En effet, le femme étant la personne avec laquelle un homme passe le plus de temps dans l'intimité, le meilleur comportement envers elle démontre la sagesse, et le couple doit donc mutuellement se stimuler affectivement, intellectuellement, spirituellement et proprement pour s'entretenir au mieux, surtout que l'attention passionée, l'intelligence, la noblese d'âme et l'élégance sont très attirantes.
Cependant à notre époque dans un couple, l'homme et la femme cherchant à trop imiter les standards de beauté physique ne se regardent plus réellement, car ils sont dans une relation narcissique conduisant à un plaisir animal apportant généralement le divorce et donc la facilité de la destruction, par opposition au plaisir d'aimer apportant généralement la pérennité du mariage et donc l'effort de la construction d'une relation éternelle en Dieu. Ceci prouvant que choisir une vie d'amour avec un conjoint est plus grand qu'une vie de séducteur de femmes ou de séductrice d'hommes. Et Allah nous fait donc passer par cette vie pour nous apprendre à aimer et à donc apprécier les qualités morales, puis ensuite avoir le choix de L'aimer, car le véritable amour en particulier envers Dieu ne peut être lié qu'au libre arbitre.
Enfin la relation conjugale comme les autres relations doit avant tout servir à s'élever personnellement par la sagesse et la douceur tout en faisant toujours grandir notre cœur quels que soient les éventuels trahisons ou divorce.

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « On demande la main d’une femme pour quatre raisons : ses biens, sa noblesse, sa beauté et son degré de religion. Choisis celle qui est pieuse, tu seras gagnant ! » (Rapporté par Boukhâry et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Toute femme
qui meurt avec la satisfaction de son mari entre au Paradis. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Par Celui qui tient mon âme dans Sa main, chaque fois qu’un homme appelle sa femme à son lit et qu’elle s’y refuse, tous les habitants du ciel se remplissent de colère contre elle jusqu’à ce que son mari soit satisfait d’elle. »

Un hadith rapporte que l’épouse de Abdullâh ibn Amr ibn il As s’était plainte du fait que son mari enchaînait prières et jeûnes facultatifs et la délaissait sur tous les plans, intime y compris ; mis au courant de ce fait, le Prophète parla donc à Abdullâh ibn Amr ibn il As. Il lui rappela que son corps et ses yeux avaient des droits sur lui et qu’il devait les ménager ; et il lui rappela aussi ceci : “Et ton épouse a des droits sur toi”

Un homme rapporte qu’il n’a jamais entendu le Prophète (SBDSL) autoriser le mensonge sauf dans trois cas : la guerre, la réconciliation des gens, et ce que dit l’homme à sa femme et la femme à son mari (car l'intelligence émotionnelle peut par de petits mensonges faciliter, préserver, développer ou améliorer la sérénité ou la joie du cœur du conjoint).

(S2v222) «  - Et ils t'interrogent sur la menstruation des femmes. - Dis : “C'est un mal. éloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions d'Allah 
(façon poétique de dire que les relations sexuelles sont à nouveau possible mais sans sodomie) car Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient”. »

Selon Aisha (SDP), le Messager de Dieu(SBDSL) n’a jamais rien frappé de sa main, ni une femme, ni un serviteur, sauf quand il combattait au service de Dieu. Jamais il ne s’est vengé d’un tort qu’on lui avait fait sauf s’il s’agissait de la transgression d’une limite sacrée de Dieu le Très-Haut. Il se vengeait dans ce cas pour Dieu. » (Moslem)

(S4v34) « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, puis si nécessaire éloignez-vous d'elles dans leurs lits et puis si nécessaire tapotez-les (avec un bâton de la taille d'une brosse à dent en signe de petite remontrance, sans coup violent et en dehors du visage, avant de divorcer si elle continue de vous déshonorer comme le prophète l'a fait en prouvant qu'il faut avoir une vision miséricordieuse du Coran en traduisant par exemple le mot cité précédemment parfois traduit par « frappez-les » au lieu de « tapotez-les » surtout que selon divers versets ce livre incarne la miséricorde). Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Ne frappez pas les femmes. » (Rapporté par Abou Dawoûd et Nassâï)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Craignez Dieu en vos femmes, car vous les avez prises selon un pacte que vous avez conclu avec Dieu, et ce n'est qu'avec la permission de Dieu que vous cohabitez avec elles. Elles ont des droits sur vous, et vous avez des droits sur elles. Elles ne doivent accueillir personne chez vous sans votre accord. Si elles s'avisent de le faire, frappez les modérément. En revanche, elles sont en droit d'exiger de vous que vous les entreteniez ». (URA)

Ainsi le rôle d'une femme provenant de la création de l'homme, puisque Eve a été créée à partir de la côte d'Adam, devrait logiquement faire reconnaître aux femmes à cause de cette dépendance originelle, la hiérarchie supérieure de leur mari, la noblesse de le servir et la sagesse de se soumettre à ses ordres raisonnables après l'avoir conseillé dans ses choix, surtout au niveau de la sécurité lorsqu'ils sont à l'extérieur de la maison.
En effet l'homme étant plus fort et connaissant ses limites physiques, il est légitimement responsable de la protection de sa famille et il faut bien que quelqu'un prenne des décisions quand les avis divergent.
Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Si je devais ordonner à une personne de se prosterner devant une autre, j’ordonnerais sûrement à la femme de se prosterner devant son mari ». (Tirmidhi) 
De ce fait la dignité de la femme ne peut être que plus grande qu'un homme car son rôle est plus proche de l'humilité qui est la nature propre à une créature.
Mais il faut rappeler que dans l'organisation à l'intérieur de la maison, le Prophète était au service de sa femme en suivant donc ses décisions. Pour renforcer cette ententente cordiale au sein du couple, il faut aussi faire attention au rangement et à la propreté que la femme aime ou au rangement que l'homme utilise habituellement.
Par conséquent on ne peut pas parler d'une égalité entre l'homme, responsable par sa force physique de subvenir aux besoins de sa famille grâce au travail, et la femme, responsable par sa nature de porter la vie jusqu'à la puberté des enfants, mais plutôt d'une complémentarité visant à ennoblir complètement ces deux créatures et à perpétuer l'humanité.     
Dans ce sens, il faut aussi noter qu'au niveau du caractère et du comportement, l'homme doit s'imprégner de la douce élégance de la féminité et la femme de la force sereine de la masculinité :


Le Prophète (SBDSL) a dit : « Vous êtes tous des bergers et vous êtes tous responsable
de l’objet de votre garde. Le chef (politique) est un berger, l’homme est le berger de sa propre famille, la femme est la bergère de la maison de son mari et de ses enfants. Vous êtes bergers et vous êtes tous responsable de l’objet de votre garde. »

On demanda une fois à Aisha (SDP) ce que faisait le Prophète (SBDSL) à la maison. Elle dit : 
« Il servait sa famille et quand venait l’heure de la prière, il sortait à la mosquée. » (Al boukhari)

(S4v128) « Et si une femme craint de son mari abandon ou indifférence (lors d'un divorce), alors ce n’est pas un péché pour les deux s‘ils se réconcilient par un compromis quelconque, et la réconciliation est meilleure, puisque les âmes sont portées à la ladrerie. Mais si vous agissez en bien et vous êtes pieux… Allah est, certes, Parfaitement connaisseur de ce que vous faites. »

(S4v19) « ô les croyants ! Il ne vous est pas licite d'hériter des femmes contre leur gré. Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu'elles ne viennent à commettre un péché prouvé. Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l'aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien. »

D'après Jabir (SDP) le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Iblîs a déposé son trône sur l’eau. Puis il a envoyé ses armées à travers le monde. Celui de ses agents qui est le plus proche de lui est celui qui provoque la plus grande corruption (dont les oeuvres dévastatrices sont les plus importantes). Lorsque l’un d’eux vient à lui et lui dit : j’ai fait ceci et cela (voler ou mentir). Le diable lui rétorque : tu n’as absolument rien fait. En revanche lorsque vient l’un d’entre eux et lui dit : je n’ai quitté cet homme que lorsqu’il divorça de son épouse. Dès lors, Iblîs le rapproche de lui et lui dit : quel bon fils tu es (ou très bien, tu es un proche) ! (car ayant détruit le principal lien des liens de parenté).» (Rapporté par Mouslim n°2813)

d) Relation avec ses enfants

          Il faut noter que les enfants nous éduquent autant que nous les éduquons. En effet, en devant leur apporter leur subsistance, en répondant à leurs questions sur la morale et en leur montrant la politesse par l'éducation, nous nous éduquons également nous-mêmes. Surtout qu'en prenant généralement le meilleur de nous-mêmes, ils nous le rappellent souvent à travers leur personnalité. D'ailleurs lorsque qu'on revit la découverte de biens à travers leurs yeux, nous sommes plus heureux que pour nous-mêmes, ceci prouvant que la générosité est précieuse, en particulier celle de Dieu à notre égard. De plus, ces relations nous enseignent une digne responsabilité, l'amour, la miséricorde, la patience, la justice, la persévérance. Pour renforcer les liens avec eux, il faut leur proposer de se détendre dans cercles de paroles religieuses, puis des jeux de société ou vidéos de réflexion, d'aventure, de stratégie, d'énigmes, d'habileté ou de chance dans la convivialité et la félicitation au vainqueur qui lui ne doit pas se moquer. Ces jeux doivent être joués à plus de deux si possible, en faisant comprendre aux enfants les astuces du jeu pour le rendre plus intéressant et l’intérêt ludique de rester dans des règles comme la religion le demande. D'ailleurs nous ne devons pas oublier le côté ludique et jouissif présent dans la vie. Par ailleur à notre époque matérialiste, il faut penser à ne pas faire de nos enfants des enfants rois, en les habituant à la responsabilité et au service, par exemple en les faisant hâtivement s'habiller seuls et mettre ou débarasser la table lors des repas tout en leur donnant beaucoup d'affection pendant ces moments là. Enfin à propos de la scolarisation des enfants, comme Youssef Hindi l'a évoqué il est préférable de les mettre dans des écoles catholiques pour se rapprocher des chrétiens amicalement, pour augmenter la foi en Jésus et éviter les écoles coraniques généralement peu ouvertes d'esprit à notre époque.

(ExtS7v189) « tous deux invoquèrent leur Seigneur : “Si Tu nous donnes un (enfant) sain, nous serons certainement du nombre des reconnaissants”. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « L’enfant a deux droits sur son père: le premier consiste à ce qu’il lui donne un beau nom et le second, qu’il lui inculque les bonnes manières. »

D'après Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) embrassa (son petit-fils) Al-Hansan Ibn Ali (SDP) en présence d'Al Aqra Ibn Habisqui qui s'étonna : « j'ai dix enfants et je n'en ai jamais embrassé aucun. L'Envoyé d'Allah le regarda en disant : « Quiconque ne fait pas miséricorde en sera privé.» (Al Boukhari et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : «Quand l’enfant de l’un des esclaves d’Allah meurt, Allah dit à Ses Anges : « Ainsi vous avez repris l’âme de l’enfant de Mon esclave ? » Ils disent : « Oui. » Il dit :  «qu’a dit Mon esclave ? » Ils disent : « Il T’a loué et a dit : « Nous appartenons à Allah et nous devons Lui revenir. » Allah exalté dit alors : « Construisez au Paradis une maison pour Mon esclave et appelez-la « la maison de la louange.» (Attirmidhi)

(S31v14)« Nous avons commandé à l’homme[ la bienfaisance envers] ses père et mère, : sa mère l’a porté subissant peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans (allaitement par la mère). « Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination. » 

Ibn Abbas rapporte que le Messager d'Allah (SBDSL) cherchait la protection (auprès d'Allah) en faveur d'Al-Hasan et Al-Husayn (ses petits fils) en disant : « Je cherche pour vous une protection par les parfaites paroles de Dieu contre tout démon et tout insecte venimeux, et contre tout mauvais oeil. »

Concernant la gravité de l'éducation sexuelle aux enfants, voici la pétition des professionnels de la psychiatrie :

Stop à la dangereuse imposture des « droits sexuels » et de « l’éducation à la sexualité »

Nous professionnels déclarons :

La « Déclaration des droits sexuels » de l’IPPF (Fédération Internationale des Plannings Familiaux), la publication des « Standards européens d’éducation à la sexualité » de l’OMS élaborés par divers lobbies, sont à l’origine du déploiement par nos décideurs politiques français d’une nouvelle forme « d’éducation à la sexualité » destinée aux mineurs à partir de la maternelle sur toute la France en 2017 [1], et qui a déjà commencé à être mise en place.
Nous, professionnels de l’enfance et/ou du psychotraumatisme, pédopsychiatres, psychiatres, psychologues, médecins, pédiatres, psychanalystes d’enfants, psychothérapeutes, éducateurs, travailleurs sociaux, infirmières, enseignants, réfutons formellement le postulat selon lequel les enfants doivent être éveillés physiquement ou psychiquement à la sexualité par le moyen d’une éducation quelconque. Nous savons que la rencontre précoce de l’enfant avec la sexualité adulte ou conçue par des adultes peut être fortement traumatique et va à l’encontre du respect de son rythme affectif et cognitif, de sa croissance psychique, de sa maturation. La notion de minorité sexuelle légale située avant 15 ans correspond bien à la reconnaissance de ce danger. L’ « éducation à la sexualité » qui figure dans ces textes internationaux est proche de la corruption de mineurs, la corruption étant constituée par le fait d’inciter l’enfant à des exhibitions, à des masturbations ou à des relations sexuelles. Or les « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe [2] » incitent les enfants avant 4 ans à « jouer au docteur » ; à 6 ans au « plaisir et (à) la satisfaction liés au toucher de son propre corps (masturbation, autostimulation) » ; et de 9 à 12 ans informent sur « la première expérience sexuelle, le plaisir, la masturbation, l’orgasme, les différences entre l’identité sexuelle et le sexe biologique », « décider consciemment d’avoir ou non des expériences sexuelles » (p. 46). Et bien d’autres propositions encore. Contrairement à l’affirmation du Rapport à l’Egalité du HCE [3] (Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes), qui déclare qu’ « il est temps de changer de paradigme et de parler d’une sexualité synonyme de plaisir et d’épanouissement personnel » (p. 7 du rapport 2016), nous considérons qu’il est temps de s’occuper sérieusement de protéger de façon effective les enfants des intrusions sexuelles des adultes et des maltraitances de tout type, et aussi de les éduquer vers la maîtrise de leurs pulsions, et non vers une libération sexuelle tous azimuts déconnectée de l’affectif. Les besoins de protection psychique des enfants ne changent pas parce que des adultes prônent pour eux-mêmes une plus grande liberté sexuelle. Nous estimons gravissime ce changement de paradigme, car les adultes n’ont pas à « éduquer » les mineurs, quel que soit leur âge, à la « sexualité » et au « plaisir sexuel » dans leur lieu de scolarité. Cette attitude intrusive ne prend pas en compte la notion d’immaturité sexuelle de l’enfant. Car nous savons qu’il faut que l’enfant ait acquis une maturité psychique suffisante grâce à l’éducation parentale et aux interdits familiaux, pour ne pas être débordé par ses excitations sexuelles (et par sa violence), maturité qui n’est acquise que très progressivement. Nous rappelons que les conséquences pour les enfants d’une entrée précoce dans la sexualité des adultes, qu’elle soit actée dans des abus réels (attouchements, viols) ou vécue à cause d’un climat transgressif (qui par des suggestions, des allusions, des informations données trop précocement, font baigner l’enfant dans une ambiance sexualisée), sont bien connues [4]. Les pédopsychiatres et psychologues d’enfants savent combien ceci entrave le développement psycho–affectif de l’enfant et entraîne une excitation avec des attitudes corporelles érotisées, des provocations sexuelles, mais aussi des traumatismes psychiques tels que des inhibitions, des troubles anxieux divers, des phobies. Quant aux abus sexuels, le plus souvent supposés acceptés par un enfant alors qu’il n’a pas la maturité nécessaire pour être consentant, ils sont à l’origine de nombreuses pathologies psychiatriques à l’âge adulte (dépression, anxiété, violence physique ou sexuelle subie ou agie, suicide) et de problèmes de santé majeurs durant la vie entière. De plus, nous savons qu’un grand nombre d’incestes sont commis sans violence, un membre de la famille débutant ses actes en expliquant à sa future victime que « c’est pour faire son éducation ». Et nous rappelons que protéger en faisant de l’information et de la prévention n’est pas éduquer à la sexualité, que lutter contre les violences sexistes n’est pas déconstruire (ce qui est une violence en soi) le travail d’identification sexuelle en construction chez l’enfant.
L’enfant, pour se construire et s’organiser psychiquement, a besoin que la différence des générations soit posée clairement au travers d’interdits. Or quand un adulte, qui plus est en situation d’autorité, parle à un enfant de sexualité en dehors de toute demande de sa part, l’intrusion qu’il réalise dans la vie psychique a une tonalité incestueuse : l’adulte mêle l’enfant à ses propres pensées sur le sexe et il est alors dans le registre de la séduction et non de l’information.
Notre société a le devoir de réfréner les pulsions sexuelles [5] et agressives de l’enfant par l’éducation, et non d’autoriser et de stimuler leur déploiement par un quelconque mode éducatif. Le rôle de l’État est-il de promouvoir l’excitation, d’apporter à chaque individu toujours plus de revendications à la « jouissance » sans limite ?
Et est-ce le rôle de l’État de s’immiscer dans la sphère intime des familles, des enfants et des adultes, par le traitement de questions d’ordre privé, car on peut difficilement nier que les questions de sexualité sont du domaine du privé, non seulement des adultes mais aussi des enfants ?
Enfin le rôle de l’État n’est pas de venir entraver les constructions identitaires familiales sur lesquelles l’enfant doit pouvoir s’appuyer dans le respect du processus de filiation et de transmission intergénérationnelle. Lutter contre les inégalités homme-femme et contre les discriminations dont une personne peut faire l’objet à cause de ses choix sexuels n’a rien à voir avec la théorie du genre qui affirme que notre identité sexuelle est une construction sociale qu’il faut déconstruire. Nous soulignons ici la confusion volontairement établie entre l’égalité (de droit) et l’identique.
Nous démontrons, dans le récapitulatif historique ci-joint concernant cette « éducation à la sexualité », l’existence d’une filiation entre les idéologies pédophiles de l’Institut Kinsey, la « Déclaration des droits sexuels » et les « Standards européens sur l’éducation à la sexualité ». Véritable imposture, ces textes mélangent la prévention aux risques sexuels que sont les abus sexuels sur mineurs, les MST, les risques de grossesse précoce, préventions essentielles, et une exposition des enfants à la sexualité (celle des adultes) avant qu’ils ne soient en âge de pouvoir en intégrer psychiquement quelque chose. L’éducation a pour fonction de réfréner le monde pulsionnel de l’enfant. Face à ces textes, nous pensons que l’État doit pouvoir soutenir la nécessité de contraintes, de limites, de lois morales, et empêcher que règne la loi du plus fort et du plus séducteur.
Nous déplorons l’existence de moyens délivrés pour « éduquer » les jeunes à la sexualité alors qu’il existe en France un déni majeur des violences sexuelles sur les mineurs : seulement 5% des plaintes pour viol sur mineurs aboutissent à une condamnation et peu de victimes sont protégées de leur agresseur, en particulier lorsqu’il est un membre de leur famille. La priorité nous paraît être un véritable plan de protection des mineurs vis-à-vis des violences sexuelles.
Nous considérons donc comme indispensable de réfléchir avec des professionnels psychologues cliniciens et pédopsychiatres expérimentés, aux informations qui sont à délivrer aux enfants en fonction de leur âge afin de déterminer ce qui peut être abordé en public, dans une classe ou un autre lieu éducatif, sans faire effraction dans la vie psychique des enfants et adolescents, et de modifier les projets ministériels en conséquence. Il s’agit d’un principe de précaution minimum dont on ne peut que regretter qu’il n’ait pas été respecté.

C’est pourquoi notre groupe fait cinq propositions :

1) Arrêter toute « éducation à la sexualité » en classe maternelle et primaire. On laisse les enfants tranquilles. Il existe suffisamment de brochures bien faites sur comment on fait les enfants, adaptées à leur âge, et qu’un mineur peut regarder chez lui ou dans les bibliothèques, seul ou avec ses parents, s’il le souhaite et au moment où il le souhaite. Et rien n’empêche de proposer un ouvrage (un de plus alors qu’il en existe déjà beaucoup de bien faits) pour aider les parents à parler de sexualité avec leur enfant en réponse à ses questions, ou de leur proposer des espaces de discussion pour cela. Ceci n’empêche pas des interventions de prévention des abus sexuels sur mineurs au sein des écoles, qui doivent continuer à être développées en apportant une information adaptée à l’âge de l’enfant.

2) Arrêter totalement de parler de la théorie du genre selon laquelle les notions d’homme et de femme ne sont qu’une construction sociale qui doit être remise en question et, pour cela, déconstruite. Le risque de passer d’une discussion concernant la manière dont les rôles des hommes et des femmes sont en partie socialement déterminés à une confusion purement idéologique entre les identités sexuelles masculine et féminine est trop grand. Et on laisse ces interrogations aux adultes.

3) Pour les adolescents : - maintenir l’obligation qu’à partir de 14 ans, les élèves assistent aux cours consacrés à l’indispensable prévention concernant les MST, la contraception et les grossesses précoces, la possibilité de prendre une contraception et d’avoir recours à l’IVG sans accord parental, la pilule du lendemain, la possibilité de dire « non » à des sollicitations sexuelles, l’interdiction des relations sexuelles avec un mineur de moins de 15 ans et entre mineurs s’il existe une grande différence d’âge, l’interdit de l’inceste, les différentes sanctions pénales, etc. - mais limiter cette formation à des données scientifiques, limite que les adolescents demandent si on se donne la peine de les écouter. Et développer des espaces de relation privée pour ceux qui ont besoin d’informations plus personnelles dans un cadre qui ne soit pas traumatique pour eux. Dans l’ensemble, les adolescents trouvent que les infirmières scolaires répondent à ce besoin de compréhension et de relation de confiance. Il serait donc nécessaire qu’il y ait suffisamment d’infirmières dans tous les établissements scolaires publics et privés.

4) Créer au niveau national et régional des comités (ou « conseils ») de régulation (ou de vigilance), totalement indépendants des ministères concernés et des Comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), comités auxquels pourraient s’adresser les enseignants, élèves, parents, qui considéreraient qu’il existe des anomalies dans l’enseignement auxquels ils ou les enfants assistent, en particulier chaque fois que l’intention initiatrice et séductrice semble l’emporter sur l’information ou qu’il est estimé que les jeunes ont accès à des informations traumatiques ou inadaptées. Ce comité serait composé de deux psychologues cliniciens ayant une compétence en psychologie de l’enfant et/ou de pédopsychiatres, d’un représentant des parents, et d’un membre de l’Éducation nationale ou des services de santé. Aucune de ces personnes ne devra avoir pris de position idéologique ou prosélyte concernant les thèmes cités ci-dessus, et elles devraient obligatoirement être extérieures à l’établissement d’où émaneraient les critiques. Les CESC de chaque établissement et les délégués de parents d’élèves et de classes devaient être mis au courant de l’existence de ce comité par le chef d’établissement. Quant au conseil national, il recenserait les situations dont les conseils régionaux seraient saisis afin de tenter d’améliorer le dispositif national, et évalueraient la pertinence du fonctionnement de sites comme « onsexprime » et des organismes partenaires.

5) Retirer les termes « droits sexuels » et « éducation sexuelle », « éducation à la sexualité » ainsi que les références directes et indirectes aux textes « Déclaration des droits sexuels » et « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe », ainsi qu’à leur contenu, de tous les supports ministériels français.

Possibilité de signer cette pétition ici : http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2017N49527

Il faut noter que des médecins ont également lancé le vendredi [15 juin 2018] un « appel solennel » aux pouvoirs publics pour la protection des enfants et des adolescents contre une pornographie à laquelle ils sont exposés de plus en plus jeunes, parfois contre leur gré. Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français appelle donc le gouvernement à mieux appliquer la loi sur la protection des mineurs notamment concernant la pornographie à laquelle ils sont largement exposés en augmentant les campagnes de prévention, car cela a des conséquences sur le sage développement social des jeunes (ou moins jeunes) les plus vulnérables et les moins structurés psychologiquement (ou spirituellement, alors qu'attendent les pays l'autorisant pour l'interdire).
En effet la pornographie efface toute l’importance de la relation non physique au conjoint ou des désirs féminins et par conséquent en général l'aspect mental ou sagement et pieusement désintéressé dans notre relation ou bienfaisance à autrui.
Dans son livre « Sociologie du hardeur – Pour une résistance à la pornographie », Darbois Lounès explique que la pornographie étant une évidente représentations biaisée de la femme, une fausse idée de « performance » jetée à la face de jeunes qui ont de moins en moins accès à l’amour, un pauvre substitut d’une sexualité de plus en plus agressive, mais également un substitut du pauvre, dont le pouvoir d’achat et de séduction le réduit à ne pouvoir plus être que le spectateur de la consommation, et donc une source maléfique pourvoyeuse aussi bien du fantasme que de son assouvissement insatisfait, engendre frustration et mal-être dans un cycle sans fin. Il cherche le bilan des effets de cette pornographie en rapport avec la « société ouverte », le « progrès », le « libéralisme », et déduit cet avilissement de l’homme, en même temps que celui de la femme, comme une arme de destruction massive au service d'un asservissement aux élites par la consommation liée aux multinationales, ayant pris conscience, avec Soljenitsyne, qu’ « on asservit les peuples plus facilement avec la pornographie qu’avec des miradors ».

Les fœtus

(ExtS2v226) « et il ne leur est pas permis (aux femmes) de taire ce qu'Allah a créé dans leurs ventres, »

Ce passage coranique explique clairement que l'avortement est interdit.

5) Relation avec les malades

Al Bara Ibn Azib (SDP) rapporte : « Le Prophète (SBDSL) nous a ordonné d'observer sept préceptes : rendre visite aux malades, suivre les cortèges funéraires, dire à celui qui éternue : « Que Dieu te fasse miséricorde », secourir le faible, porter secours à l'opprimé, saluer et considérer véridiques les propos de celui qui jure. »

Selon Abou Hourayra (SDP) le Prophète (SBDSL) a dit : « Les droits du musulman envers son frère sont au nombre de cinq : lui rendre le salut, lui rendre visite lorsqu'il est malade, suivre son cortège funèbre, répondre à son invitation, lui dire lorsqu'il éternue : « Que Dieu te fasse miséricorde ! »

Selon Abou Hourayra (SDP) a , le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu - Puissant et Majestueux - dira le jour de la Résurrection : « O fils d'Adam, J'étais malade et tu ne M'as pas rendu visite ! » L'homme répondra : « Seigneur, comment aurais-je pu Te rendre visite alors que Tu es le Maître des mondes ? » - « Ne savais-tu pas que Mon serviteur untel était malade ? Pourtant, tu ne lui as pas rendu visite. Si tu l'avais fait, tu M'aurais trouvé auprès de lui. O fils d'Adam, Je t'ai demandé de Me nourrir et tu ne l'as pas fait ! » - « Seigneur, répondra l'homme, comment aurais-je pu Te nourrir alors que Tu es le Maître des mondes ? » - « Ne savais-tu pas qu'untel t'avait demandé de le nourrir ? Et, pourtant, tu ne l'as pas fait. Si tu l'avais nourri, tu aurais trouvé la récompense de ton action auprès de Moi. O fils d'Adam, Je t'ai demandé à boire et tu ne M'as pas abreuvé ! » - « Seigneur, comment aurais-je pu Te donner à boire alors que Tu es le Maître des mondes ? » - « Untel t'a demandé à boire et tu as refusé de l'abreuver. Ne savais-tu pas que si tu l'avais abreuvé, tu aurais trouvé la récompense de ton action auprès de Moi ? »

Selon Abou Musa (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Rendez visite aux malades, nourrissez l'affamé et libérez les prisonniers. »

Selon Ali (SDP) le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand l'homme rend visite à son frère malade, il marche dans les moissons du Paradis jusqu'à ce qu'il s'asseye. Quand il s'assoit, il est couvert par la miséricorde de Dieu. Si cette visite est effectuée le matin, soixante-dix mille anges prient sur lui jusqu'au soir. Et si cette visite est effectuée le soir, soixante-dix mille anges prient sur lui jusqu'au matin et il aura à sa disposition au Paradis des fruits fraîchement cueillis. » (Tirmidhi)

Selon Ali (SDP) le Prophète (SBDSL) a dit : « Il n'est pas un musulman qui rend visite le matin à son frère sans que soixante-dix mille anges prient sur lui jusqu'au soir. Et s'il lui rend visite le soir, soixante-dix mille anges prient sur lui jusqu'au matin et il aura à sa disposition au Paradis des fruits fraichement cueillis. » (Tirmidhi)

Anas (SDP) rapporte : « Un jeune juif qui était au service du Prophète (SBDSL) tomba malade. Le Prophète (SBDSL) alla lui rendre visite et s'assit face à lui puis lui dit : « Deviens musulman ! » Le jeune homme regarda son père qui se trouvait auprès de lui, ce dernier lui enjoignit : « Obéis à Abu Qasim !  (autre nom du Prophète) » Le jeune homme embrassa alors l'islam. Le Prophète (SBDSL) sortit de chez lui en s'exclamant : « Louange à Celui qui l'a préservé de l'Enfer ! »

Invocations

Aisha 
(SDP) 
rapporte : Lorsqu'un homme se plaignait d'un mal ou souffrait d'un ulcère ou bien d'une blessure, le Prophète (SBDSL) faisait ainsi avec son doigt (Sufyan ibn Uyayna, rapporteur du hadith posa son index sur la terre puis le leva) et s'exprimait en ces termes : « Au Nom de Dieu, la poussière de notre terre mélangée à la salive de l'un d'entre nous guérira notre malade, avec la permission de notre Seigneur. »
Ce qu'il faut retenir :
- Le Prophète soignait les malades à l'aide de terre pure mélangée à sa salive, puis il récitait l'invocation citée dans le hadith. Dieu le Très-Haut est le seul Guérisseur et il n'est d'autre guérison que la Sienne. Cependant, se soigner avec des médicaments ne remet pas en cause cette vérité et constitue l'un des moyens par lesquels Dieu accorde Sa guérison.
-
L'utilisation de l'huile de nigelle comme médicament fait également partie de la tradition prophétique.

Aisha (SDP) rapporte : Le Prophète (SBDSL) rendit visite à l'une de ses épouses malade et fit cette invocation : « Mon Dieu, Seigneur des hommes, élimine le mal et guéris la d'une guérison qui ne laisse aucun mal, car Tu es le seul Guérisseur, il n'est d'autre guérison que la Tienne. » Allahumma rabba n-nas, adh-hiba l-ba's wa-shfi, anta sh-shafi, la shifa'a illa shifa'uka, shifa'an la yughadiru saqaman.

Anas (SDP) rapporte : Je demandai à Thabit : « Veux-tu que je te soigne en utilisant la formule dont se servait le Prophète (SBDSL) ? » - « Je veux bien, répondit Thabit. » - « Mon Dieu, Seigneur des hommes, Toi qui élimines le mal, guéris [le] d'une guérison ne laissant aucun mal, car Tu es le seul Guérisseur et il n'est d'autre guérison que la Tienne. »
Ce qu'il faut retenir :
- Il est permis d'utiliser des invocations afin de se soigner sous trois conditions : cette invocation doit contenir uniquement des versets coraniques, des invocations prophétiques ou toute autre invocation ne contenant pas d'hérésie ou de parole blasphématoire ; cette invocation peut se faire en arabe comme dans toute autre langue, à condition qu'elle soit compréhensible ; avoir la certitude que cette invocation seule ne saurait guérir, mais qu'elle peut s'avérer profitable qu'avec la permission de Dieu et selon Sa volonté.

Sad Ibn Abi Waqqas (SDP) rapporte : « Le Prophète (SBDSL) me rendit visite alors que j'étais malade et fit cette invocation : « Mon Dieu, guéris Sad ! Mon Dieu, guéris Sad ! Mon Dieu, guéris Sad ! »

Othman Ibn Abi Al As (SDP) rapporte : Je me plaignis au Prophète d'une (SBDSL) douleur au corps depuis ma conversion à l'islam. Le Prophète (SBDSL) me dit alors : « Pose ta main sur la partie douloureuse de ton corps et répète trois fois : "Au Nom de Dieu !" et sept fois : "Je me réfugie dans la puissance et le pouvoir de Dieu contre le mal que j'éprouve et que je crains." » Bismi-Lah (3 fois), a'udhu bi-'izzati Lahi wa qudratihi min sharri ma ajidu wa uhadhir.

Selon Ibn Abbas (SDP) le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui rend visite à un malade dont le terme de la vie n'est pas encore venu et qui prononce sept fois cette invocation : « Je prie Dieu le très Grand, le Maître du Trône sublime de te guérir », verra Dieu le guérir de sa maladie.
(Abou Dawud et Tirmidhi)
As-alu Laha l-a
dima rabba l-'arshi l-'ad
imi an yashfiyaka.
Ce qu'il faut retenir :
- Si le coeur du croyant est sincère et consciencieux dans sa prière, son invocation sera exaucée sans aucun doute, car il y a de nombreux bienfaits dans l'invocation faite en faveur du malade lors d'une visite.

Ibn Abbas (SDP) rapporte : Le Prophète (SBDSL) rendit visite à un bédouin qui était malade. Et quand il rendait visite à un malade, il avait pour habitude de lui dire : « Aucun mal ! Ce sera une purification si Dieu le veut. »
La ba's, tahurun in sha'a Lah Ce qu'il faut retenir :
- Il est recommandé, en visitant un malade, de tenir des propos bienveillants qui le réconforteront et l'apaiseront.

Abou Said Al Khoudri (SDP) rapporte : L'ange Gabriel vint trouver le Prophète (SBDSL) et lui dit : « O Mouhamed, t'es-tu plaint ? » - « Oui, répondit le Prophète. » - « C'est au Nom de Dieu que je prononce cette incantation (pour un malade) contre toute chose nuisible, contre le mal de toute âme et contre le regard de l'envieux ! Que Dieu te guérisse ! C'est au Nom de Dieu que je prononce cette incantation. »

Selon Abou Said Al Khoudri et Abou Hourayra (SDP) le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui atteste : "Il n'est de dieu que Dieu et Dieu est le plus Grand", son Seigneur confirmera ses propos en ces termes : "Il n'est de dieu que Moi et Je suis le plus Grand." S'il atteste : "Il n'est de dieu que Dieu, Seul et sans associé", Dieu lui répondra : "Il n'est de dieu que Moi, Seul et sans associé." S'il atteste : "Il n'est de dieu que Dieu, c'est à Lui qu'appartient la Royauté et que revient la louange", Dieu dira : "Il n'est de dieu que Moi, c'est à Moi qu'appartient la Royauté et que revient la louange." S'il atteste : "Il n' est de dieu que Dieu, il n'est de force ni de puissance si ce n'est en Dieu", Dieu dira : "Il n'est de dieu que Moi, il n'est de force ni de puissance si ce n'est en Moi" Celui qui aura prononcé ces paroles pendant une maladie ayant causé sa mort ne sera pas touché par le Feu. » (Tirmidhi)

Instruction pour un mourant :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « celui qui meurt en ayant pour dernière parole, il n'y a de dieux qu'Allah (Dieu), entrera au Paradis. »

6) Relation avec les hôtes

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit: «Celui qui croit en Dieu et au jour ultime, qu'il traite généreusement son hôte. Celui qui croit en Dieu et au jour ultime, qu'il soit gentil avec ses proches. Celui qui croit en Dieu et au jour ultime, qu'il dise une bonne chose ou se taise». (URA)

Selon Khouaylid Ibn Amr Al Khuzain (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Que celui qui croit en Dieu et au Jour dernier reçoive généreusement son hôte, en lui accordant ce qui lui revient de droit. » Certains demandèrent : « Et quel est son droit, Prophète de Dieu ? » - « Une nuit et un jour. L'hospitalité étant de trois jours, tout ce qui excède cette période constitue alors une aumône, répondit le Prophète. »
Une version de Muslim mentionne : « Il n'est pas permis au musulman de résider chez son Frère au point de lui faire commettre un péché. » Les Compagnons demandèrent : « O Prophète de Dieu, comment pourrait-il lui faire commettre un péché? » Le Prophète répondit : « En demeurant chez lui alors qu'il n'a plus les moyens de lui offrir l'hospitalité. »

Invocation de celui à qui on offre à manger alors qu'il fait un jeûne surérogatoire :

« Lorsque l'un de vous est invité à manger qu'il réponde à l'invitation, s'il jeûne qu'il évoque Dieu (en le louant) et s'il ne jeûne pas qu'il mange. »

Invocation de l'invité pour son hôte :

« Seigneur, bénis ce que Tu leur a donné, pardonne leur et accorde leur Ta miséricorde. »

Invocation à dire en faveur de celui qui offre à boire ou qui en avait l'intention :

« Ô Allah, donne à manger et à boire à celui qui m'en a donné. »

Invocation à dire lorsqu'on rompt le jeûne chez quelqu'un :

« Que les jeûneurs rompent le jeûne chez vous, les pieux mangent chez vous et les anges prient sur vous. »

7) Relation avec les voisins

Selon Ibn Omar (SDP) et Aisha (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit: «L'Ange Gabriel n'a pas cessé de me recommander le voisin à tel point que j'ai cru qu'il allait lui donner droit à l'héritage». (URA)

Selon Abou Dharr (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit: «O Abou Dharr! Quand tu prépares un ragoût augmente son eau et donnes-en à tes voisins!» (Mouslim)
Dans une autre version de Mouslim selon Abou Dharr: «Mon grand ami m'a fait cette recommandation: «Quand tu prépares un ragoût augmente son eau puis cherche une famille de tes voisins et donne-lui-en un peu avec gentillesse».

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit: «Par Dieu, n'est pas croyant, par Dieu, n'est pas croyant, par Dieu, n'est pas croyant!» On dit: «Qui donc? O Messager de Dieu!» Il dit: «Celui dont le voisin n'est pas à l'abri de son mal». (URA) 
Dans une autre version de Mouslim : « N'entre pas au Paradis celui dont le voisin n'est pas à l'abri de son mal ».

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Vous ne pouvez pas donner de l’argent à tout le monde. Mais montrez leur un visage radieux (souriant) et faites preuves de bonne moralité. » (Rapporté par At-Tirmidhi n°2004)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Ne sous estimez pas la bonne action même en offrant de l'eau de ton seau à celui qui en demande ou en accueillant ton frère avec un visage radieux. » (Rapporté par Muslim)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « La parole gentille est déjà une aumône. » (Bukhari et Muslim)


8) Relation avec les enfants

Une personne a rapporté : « Il arrivait souvent à la petite fille à Médine de prendre le Prophète (SBDSL) par la main et de l’emmener ainsi là où elle voulait (car il est venu comme miséricorde pour tous les mondes et toutes les créatures). » (Al Boukhari)

On rapporte que Anas (SDP) passa un jour devant des enfants. Il les salua en disant: «Ainsi faisait le Prophète ». (URA)

Les orphelins

Le Prophète (SBDSL) a dit : "Quand l'orphelin pleure le Trône du Créateur frémit, alors Allah -Gloire à Lui- dit à Ses anges: "Ô Mes anges quel est celui qui a fait pleurer cet orphelin dont j'ai enseveli le père dans la poussière? Alors les anges répondent: Ô Allah Tu es l'Omniscient !"Allah leur dit alors: "Je vous prends à témoins, Ô Mes anges,... que celui qui le consolera et le satisfera Je lui donnerai satisfaction le Jour du Jugement Dernier." (Rapporté par Al-Kurtuby)

Le Prophète (SBDSL) a dit :  « Moi et celui qui entretient l’orphelin sommes au Paradis comme ces deux doigts (et il groupa son index et son majeur et les sépara). » (Boukhâri) 

9) Relation avec les handicapés

Invocation à dire en voyant un handicapé ou quelqu'un dans une épreuve :

« Louange à Allah qui m'a préservé de l'épreuve qu'Il lui a fait subir, et m'a accordé plus de grâce que la plupart de ses créatures. »

Avoir évidemment de l'empathie et être prêt à rendre service, surtout que la gentillesse est un langage si grand qu'un sourd peut l'entendre et un aveugle le voir.

10) Relation avec les morts

Invocation quand quelqu'un meurt :

« A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons. »

Invocation à dire en fermant les yeux du mort :

« Ô Allah pardonne ici (untel), élève son degré parmi ceux qui sont dans le bon chemin et sois son successeur en sa famille. Absous-nous et absous-le, ô Seigneur des mondes. Elargis-lui sa tombe et illumine-la pour lui. »

Invocation à dire pour le défunt pendant la prière funèbre :

« Seigneur, absous-le, Sois Clément envers lui, pardonne-lui, honore sa demeure, élargis-lui l'entrée, lave-le par de l'eau, la neige et la grêle, purifie-le des péchés comme tu as purifié la robe blanche de la souillure, accorde-lui une demeure meilleure que celle qu'il avait, une famille meilleure que la sienne, et une épouse meilleure, fais-le entrer au Paradis, et protège-le auprès de Toi contre les tourments de la tombe et du supplice du feu. »

« Seigneur, pardonne à nos vivants ainsi qu'à nos morts, à nos présents ainsi qu'à nos absents, à nos petits ainsi qu'à nos grands, à nos hommes ainsi qu'à nos femmes. Seigneur, celui parmi nous que Tu fais vivre, fais le vivre dans l'islam, et celui parmi nous que Tu fais mourir, fais-le mourir dans la foi. Seigneur, ne nous prive pas de sa récompense et ne nous écarte pas du droit chemin après lui . »

« Ô Allah, untel le fils d'untel, est soumis à Toi et à Ta protection. Alors, préserve-le de l'épreuve de la tombe et du supplice du feu. Ô Toi qui est très fidèle et dignes de louanges, absous-le et accorde-lui Ta clémence, en vérité, Tu es le Pardonneur, le Tout-Miséricordieux. »

« Ô Allah, Ton serviteur, fils de Ta servante, il a besoin de Ta miséricorde et Tu peux Te passer de le châtier. S'il était un homme de bien récompense-le et s'il était un homme de mal pardonne-lui. »

Invocation à dire pour avancer la récompense pendant la prière funèbre :

Après avoir cherché refuge contre le supplice de la tombe pour le défunt, on peut dire : «Ô Allah, fais qu'il reçoive une récompense avancée, un trésor réservé pour ses parents et un intercesseur agréé, ô Allah, fais aussi que leurs balances soient lourdes grâce à lui et que leurs récompenses soient augmentées. Fais-le rejoindre les croyants vertueux, place-le sous la garde d'Ibrahim, et protège-le par Ta miséricorde contre le supplice de l'Enfer. »

Invocation quand on place le mort dans la tombe :

« Au nom d'Allah. »

Invocation après avoir enterré le défunt :

Quand le Prophète (SBDSL) finissait d'enterrer un mort, il se mettait debout près de la tombe et disait :  «  Je demande à Allah d'absoudre votre frère je demande à Allah de l'affermir, car il est maintenant en train d'être interrogé. »

Invocations des condoléances :

« Tout ce que Dieu donne ou reprend appartient à Lui. Toute chose pour Lui a terme fixé...et Il ordonne d'être patient et d'attendre Sa récompense. »

« Qu'Allah agrandisse ta rétribution, te console bien et pardonne à ton mort. »

Invocation en visitant les tombes :

« Que la paix soit sur vous, ô habitants des demeures qui sont des croyants et des musulmans. Certainement, nous allons, que plaise à Dieu, vous suivre. Nous demandons à Allah de nous accorder, ainsi qu'à vous, le pardon. »

Morales

(S2v154) « Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d’Allah qu’ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients. »

D'après Abou Houreyra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit que les gens pieux jouiront d'une situation avantageuse au Paradis. Alors ils en demanderont la raison et Dieu leur répondra que c'est parce que leurs enfants ont fait des prières, des aumônes, et des pèlerinages en leur faveur et même que des jeûnes sont crédités à leur compte.

Il est rapporté que Quiconque, au cimetière, lit onze fois la sourate « le monothéisme pur »en faveur des morts, sera récompensé autant de fois qu'il y aura de morts. Le Prophète a dit que tous ceux qui se rendent au cimetière et lisent les sourates "la fatiha, le monothéisme pur, et Takasoor » pour les morts verront les morts intercéder en leur faveur le jour du jugement dernier.

11) Relations dans le travail :

Le Prophète enjoignait instamment la gentillesse et la générosité dans le traitement des esclaves, des serviteurs et des mains d’œuvre. De plus, il apparaît qu'il ne faut pas vivre pour travailler mais travailler pour vivre pieusement, en famille et joyeusement.

Jâbir rapporta que le Prophète (SBDSL) a dit : « Nourrissez-les (ceux dont vous êtes responsable) de ce dont vous vous nourrissez, habillez-les de ce dont vous vous habillez, et ne perturbez pas les créatures de Dieu. »

On rapporta que le Prophète  (SBDSL) dit également : « Les gens que Dieu a placés entre vos mains sont vos frères, vos serviteurs et vos assistants. Quiconque a son frère à son service doit le nourrir de ce dont il se nourrit, le vêtir de ce dont il s’habille, ne jamais lui assigner une tâche supérieure à ses capacités, et si cela est inévitable, qu’il l’aide à l’accomplir. » 

Il n’est pas permis de retarder le paiement des salaires dus aux employés pour services effectués. Si, selon le contrat de travail, le salaire doit être payé mensuellement, l’employeur doit s’y conformer à la fin de chaque mois ; tout retard non excusable devient un atermoiement injuste.
A ce propos, le Très Haut dit : «si elles allaitent (l'enfant né) de vous, donnez-leur leurs salaires (quotidiennement.» (Coran, 6 : 65). Il donne ainsi l’ordre de leur remettre leurs salaires dès la fin de leurs services.
Ibn Madia (n° 2443) rapporte (dans le même sens) d’après Abd Allah Ibn Omar (SDP) que le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Donnez à l’employé son salaire avant même que sa sueur ne se dessèche (quotidiennement). »

Abd Allâh Ibn Jafar rapporta que le Prophète (SBDSL) entra un jour dans l’enclos d’un jeune homme ansârite ; il y trouva un chameau qui se mit à geindre à la vue du Prophète, des larmes coulant des yeux de l’animal. Le Prophète s’en approcha et lui prodigua quelques tapes sur la bosse et sur la face, ce qui réconforta la bête. Puis le Prophète s’enquit de son propriétaire. Le jeune homme ansârite se présenta et dit : « Ô Messager de Dieu, ce chameau m’appartient. » Le Prophète lui dit : « Ne crains-tu pas Dieu vis-à-vis de ce chameau alors qu’Il l’a mis en ta possession ? Il s’est plaint à moi que tu le surcharges et le fais travailler sans cesse. »

12) Relation avec les esclaves

          A l'époque du début de la révélation islamique en 622 après J.C, l'esclavage était répandu à cause de nombreuses guerres et des diverses conquêtes qui animèrent l'humanité. Après la défaite et la mort de nombreux hommes lors de guerres tribales dans la péninsule arabique de cette époque, les survivants des tribus vaincues comme les enfants et les femmes devenaient logiquement des esclaves pour ne pas les laisser survivre seuls dans le désert. En effet, suite à la mort de nombreux combattants hommes, au fait que leur tribu n'existait plus ou était affaiblie, et malgré l'apparent déshonneur que les siens doivent vivre avec d'autres personnes, ce type d'esclavage était une pratique honorable. Il faut noter que la plupart du temps l'esclave avait pour droit d'obtenir une chambre ou une maison afin d'y fonder une famille. L'esclavage modéré pouvait donc être comparé à l'image d'un patron utilisant un employé pour lui permettre d'obtenir un toit et la subsistance pour sa famille, surtout qu'il n'avait pas un aspect de supériorité comme celui de la race blanche envers la race noire pendant une longue période de l'humanité. Mais l’islam a clairement et catégoriquement interdit la pratique primitive de la capture d’un homme libre ou de sa famille pour les réduire à l’esclavage ou pour les vendre en tant qu’esclaves, tant que l'homme ne faisait pas partie d'une armée ennemie agressive. Sur ce point, des propos clairs et péremptoires du Prophète (SBDSL) disent :
« Je serai l’adversaire de trois catégories de personnes le Jour du Jugement. Et parmi ces trois catégories, il cita celui qui asservit un homme libre, puis le vend et récolte cet argent » (Al Boukhari et Ibn Mâjah).
Les termes de cette tradition prophétique sont généraux : ils n’ont pas été édictés ni restreints à une nation, à une ethnie, à une région en particulier ou aux adeptes d’une religion précise. Maintenant examinons rapidement la position et la nature de l’esclavage dans l’islam ! L’islam essaya de résoudre le problème des esclaves qui étaient en Arabie en encourageant par différentes manières les propriétaires à libérer leurs esclaves. Les musulmans furent avisés que pour l’expiation de certains de leurs péchés, ils devaient affranchir leurs esclaves. Libérer un esclave de son propre chef était considéré comme un acte de grand mérite, à tel point que le Prophète déclara que les membres d’un individu qui libérerait un esclave seraient protégés du Feu de l’Enfer, et ce, en contrepartie des membres de l’esclave qu’il avait libéré. Le résultat de cette politique fut tel que lors du Califat orthodoxe, tous les anciens esclaves de l’Arabie furent libérés. Le Prophète (SBDSL) libéra à lui seul soixante-trois esclaves. Le nombre d’esclaves libérés par Aisha était de soixante-sept, Ibn Abbas en libéra soixante-dix, Abdallah Ibn Umar en libéra mille, et Abder Raahmen en racheta à lui seul trente mille puis les affranchit. De même, d’autres compagnons du Prophète (SBDSL) libérèrent un grand nombre d’esclaves. Les détails sont donnés dans les traditions et les livres d’histoire sur cette période.
          Ainsi, le problème des esclaves en Arabie fut résolu sur une courte période de trente ou quarante ans. Après cela, la seule forme d’esclavage qui fut conservée dans la société islamique était celle des prisonniers de guerre, capturés sur le champ de bataille. Ces prisonniers de guerre étaient maintenus par le gouvernement musulman jusqu’à ce que le gouvernement adverse accepte de les reprendre en échange des soldats musulmans faits prisonniers ou par le paiement d’une rançon. Si les soldats capturés n’étaient pas échangés contre les prisonniers de guerre musulmans ou que personne ne payait leur rançon, le gouvernement musulman les distribuait aux soldats de l’armée qui les avait capturés pour un usage personnel. Il faut noter que pour les combattants musulmans ayant obtenu des femmes esclave après des guerres, Dieu leur a autorisé d'avoir des relations intimes avec les consentantes d'entre elles, après un mariage leur attribuant
un statut inférieur aux femmes mariées libres. Cependant il arrivait que leur mari maître les libère ensuite pour leur donner le statut d'une femme mariée libre. En revanche une femme mariée ayant des esclaves hommes n'avait pas le droit d'avoir des relations intimes avec eux, car la filiation ne peut être vérifiée. De plus, les esclaves pouvaient donc être utilisés sagement dans divers travaux, mais à condition de leur donner un toit et leur subsistance. C’était une manière plus humaine et plus appropriée de se défaire d’eux au lieu de les détenir comme du bétail dans des camps de concentration en les contraignant aux travaux forcés et en risquant la prostitution lorsque des femmes étaient également capturées.
          Plutôt que se débarrasser des prisonniers de guerre d’une manière si cruelle et indigne, l’islam préféra les répartir dans la population, les mettant ainsi en contact avec d’autres êtres humains. Evidemment dans cette époque de grande foi, leurs gardiens étaient enjoints de bien les traiter. Le résultat de cette politique éminemment humaine était que la plupart des hommes qui furent capturés sur les champs de bataille adverses puis amenés en territoire islamique comme esclaves embrassèrent l’islam en particulier car au début de leur emprisonnement les musulmans les nourrissaient avec leur propre nourriture et leur tenaient souvent compagnie, et leurs descendants furent de grands disciples, imams, juristes, exégètes, hommes d’état et généraux de l’armée musulmane, à tel point que plus tard ils devinrent même des gouverneurs du monde musulman.
          Dans les guerres modernes nous constatons également que si un gouvernement est complètement mis en déroute, sans possibilité de négociation pour les prisonniers de guerre et que l’ennemi vainqueur obtient facilement des prisonniers, l’expérience a prouvé que les prisonniers de guerre de l’armée vaincue étaient maintenus dans des conditions beaucoup plus mauvaises que celles des esclaves. Quelqu’un peut-il nous renseigner sur le sort des milliers de prisonniers de guerre des armées défaites de l’Allemagne et du Japon capturés par la Russie durant la Seconde Guerre mondiale ? Personne n’a pu les comptabiliser jusqu’à présent. Personne ne sait combien de milliers d’entre eux sont encore vivants et combien de milliers ont péri en raison des conditions de vie inhumaines des camps de travail et de concentration russes sous Staline ou actuellement à Guantanamo. Le travail forcé auquel ils furent contraints était pire que le service exigé d’un esclave. Peut-être même qu’au temps des antiques Pharaons d’Egypte, le travail exigé des esclaves pour construire les pyramides n’était pas comparable à celui exigé des prisonniers de guerre au Vietnam ou en Russie pour développer la Sibérie et d’autres régions reculées de la Russie, ou pour travailler dans les mines et le charbon, et ce, par des températures glaciales, mal vêtus, mal nourris et traités brutalement par leurs surveillants.

(S24v33) « Et que ceux qui n'ont pas de quoi se marier, cherchent à rester chastes jusqu'à ce qu'Allah les enrichisse par Sa grâce. Ceux de vos esclaves qui cherchent un contrat d'affranchissement, concluez ce contrat avec eux si vous reconnaissez du bien en eux; et donnez-leur des biens d'Allah qu'Il vous a accordés. Et dans votre recherche des profits passagers de la vie présente, ne contraignez pas vos femmes esclaves à la prostitution, si elles veulent rester chastes . Si on les y contraint, Allah leur accorde après qu'elles aient été contraintes, Son pardon et Sa miséricorde. »

(S58v3) « Ceux qui comparent leurs femmes au dos de leurs mères, puis reviennent sur ce qu'ils ont dit, doivent affranchir un esclave avant d'avoir aucun contact [conjugal] avec leur femme. C'est ce dont on vous exhorte. Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. »

(S90v10-20) « Ne l'avons-Nous pas guidé aux deux voies (l'homme). Or, il ne s'engage pas dans la voie difficile ! Et qui te dira ce qu'est la voie difficile ? C'est délier un joug [affranchir un esclave], ou nourrir, en un jour de famine, un orphelin proche parent ou un pauvre dans le dénouement. Et c'est être, en outre, de ceux qui croient et s'enjoignent mutuellement l'endurance, et s'enjoignent mutuellement la miséricorde. Ceux-là sont les gens de la droite; alors que ceux qui ne croient pas en Nos versets sont les gens de la gauche. Le Feu se refermera sur eux. »

          Pour conclure sur ce sujet, il semble important de noter que cette relation entre le maître et l'esclave est une image de la relation entre le Créateur et Sa créature. Or, il faut bien comprendre que notre seigneur nous traite de la meilleure des façons et qu'Il nous laisse choisir de devenir son esclave, représentant dignement sa suprême bienfaisance, et donc l'excellence de la valeur d'une créature. Cependant lorsque l'homme reconnaît simplement à Allah son rang de divinité unique tout en évitant les mauvaises actions, il peut obtenir par l'immense miséricorde divine le Paradis sans avoir à montrer de servitude, ceci validant l'idée qu'Allah nous traite d'égal à égal, puisque nous invitant seulement à Lui obéir pour augmenter notre dignité et pas par envie de glorifications :
Le Prophète (SBDSL) dit à Mouad : « Ô Mouad ! Sais-tu quel est le droit de Dieu sur Ses créatures et quel est le droit des créatures sur Dieu ? » Je dis : « Dieu et Son Messager le savent mieux que moi. » Il dit : « Le droit de Dieu sur les créatures est qu’elles ne Lui associent rien ; et le droit des créatures sur Dieu est qu’Il ne soumette pas au supplice celui qui ne Lui associe rien. » Je dis : «  Ô Messager de Dieu ! Puis-je annoncer cette bonne nouvelle aux gens ? » Il dit : « Ne la leur annonce pas car ils ne compteraient plus sur leurs propres œuvres. » (URA)

13) Relation avec les gens du livre (Bible) et les gens en général : chercher des terrains d'entente

(S3v64) « Dis : “ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n'adorions qu'Allah, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d'Allah”. Puis, s'ils tournent le dos, dites : “Soyez témoins que nous, nous sommes soumis”. »

Voir sur « YouTube.com » l'ensemble des vidéo du savant musulman d'origine indienne Dr Zakir Naik.

Ce qu'on doit répondre au salut d'un non musulman : 

Lorsque les gens du livre te saluent, répond en disant : « et sur toi. »

14) Relation avec les infidèles

Morales

(S52v29-31) « Rappelle donc et par la grâce de ton Seigneur tu n’es ni un devin, ni un possédé. Ou bien ils disent : « c’est un poète ! Attendons pour lui le coup de la mort. » Dis : « Attendez ! je suis avec vous parmi ceux qui attendent. »

(S11v121/122) « Et dis à ceux qui ne croient pas : “Oeuvrez autant que vous pouvez. Nous aussi, nous oeuvrons. Et attendez. Nous aussi nous attendons ! »
Commentaire : Cette parole très lourde de valeur inventée pour la première fois dans le Coran apporte un énorme sentiment de vérité.

(S6v108) « N'injuriez pas ceux qu'ils invoquent, en dehors d'Allah, car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance. De même, Nous avons enjolivé (aux yeux) de chaque communauté sa propre action. Ensuite, c'est vers leur Seigneur que sera leur retour; et Il les informera de ce qu'ils oeuvraient. »

(S17v54) « Votre seigneur vous connaît mieux. S’il veut, Il vous fera miséricorde, et s’Il veut, Il vous châtiera. Et Nous ne t’avons pas envoyé pour que tu sois leur protecteur. »

Appeler à la religion

(S16v125) « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car, c’est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s’égare de son sentier et c’est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés. »

Miséricorde

(S5v13) «  Et puis, à cause de leur violation de l'engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé . Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d'un petit nombre d'entre eux. Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Allah aime, certes, les bienfaisants. »

(S2v109) « Nombre de gens du Livre aimeraient par jalousie de leur part, pouvoir vous rendre mécréants après que vous ayez cru. Et après que la vérité s’est manifestée à eux ! Pardonnez et oubliez jusqu’à ce qu’Allah fasse venir son commandement. Allah est très certainement Omnipotent ! »

(S60v8/9) « Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables. Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes. »

Ibn Masud (SDP) rapporte : « Il me semble encore voir le Messager de Dieu (SBDSL) agissant comme l’un des Prophètes (Jésus) qui fut frappé à sang par son peuple cependant qu’il ne cessait d’essuyer le sang de son visage en disant « Seigneur Dieu ! Absous mon peuple car il ne sait pas. » (URA)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Un bédouin urina une fois dans la mosquée. Les gens se levèrent pour le malmener. Le Prophète (SBDSL) leur dit : « Laisser-le en paix et versez un sceau d’eau sur son urine. Dieu ne vous a suscités que pour faciliter les obligations et ne vous a jamais suscités pour les rendre difficiles. » (Boukhari)

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Allah ne m’a point envoyé aux gens pour leur rendre la vie difficile ou pour souhaiter leur perte ; Allah m’a plutôt envoyé en tant qu’enseignant et pour rendre la vie facile aux gens. » (Rapporté par Mouslim)

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Enseignez, facilitez et ne compliquez pas les choses ! Annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir les gens et si l’un d’entre vous se met en colère qu’il se taise. » (Rapporté par Al-Hâkim)

Selon Aisha (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) n’a jamais rien frappé de sa main, ni une femme, ni un serviteur, sauf quand il combattait au service de Dieu. Jamais il ne s’est vengé d’un tort qu’on lui avait fait sauf s’il s’agissait de la transgression d’une limite sacrée de Dieu le Très-Haut. Il se vengeait dans ce cas pour Dieu. » (Mouslim)

Défendre la religion

D'après Abou Said (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Qu'aucun d'entre vous ne se rabaisse». Ils dirent : « O Messager de Dieu, comment l'un d'entre nous peut se rabaisser? » Il dit : « Il trouve une affaire concernant Dieu sur laquelle il devrait dire quelque chose, mais ne [le] dit pas. » Alors, Dieu (puissant et sublime) lui dit le Jour de la Résurrection : « Qu'est-ce qui t'a empêché de dire quelque chose a propos de telle et telle affaire? » Il dit : « [C'était] par crainte des gens. » Alors Il dit : « C'était plutôt de Moi que tu devais éprouver la crainte. » (Rapporté par Ibn Majah avec une chaîne solide de transmission)

(S47v31) «  Nous vous éprouverons certes afin de distinguer ceux d'entre vous qui luttent [pour la cause d'Allah] et qui endurent (sagement dans la piété), et afin d'éprouver [faire apparaître] vos nouvelles. »

(S66v9) « ô Prophète ! Mène la lutte contre les mécréants et hypocrites et sois rude à leur égard. Leur refuge sera l'Enfer, et quelle mauvaise destination ! »

(S3v12) «Dis à ceux qui ne croient pas : vous serez vaincus bientôt ; et vous serez rassemblés vers l’Enfer. Et quel mauvais lieu pour se reposer ! »

Se détourner des insensés

(S28v54-56) « Voilà ceux qui recevront deux fois leur récompense pour leur endurance, pour avoir répondu au mal par le bien, et pour avoir dépensé de ce que Nous leur avons attribué ; et quand ils entendent des futilités, ils s’en détournent et disent : « A nous nos actions, et à vous les vôtres. Paix sur vous. Nous ne recherchons pas les ignorants. » Tu (Mouhamed) ne diriges pas celui que tu aimes : mais c’est Allah qui guide qui Il veut. Il connaît mieux cependant les bien-guidés. »

(S60v13) « Ô vous qui avez cru ! Ne prenez pour alliés des gens contre lesquels Dieu est courroucé et qui désespèrent de l’au-delà, tout comme les mécréants désespèrent de ceux qui sont dans les tombeaux »

(S53v29) « Ecarte-toi donc, de celui qui tourne le dos à Notre rappel et qui ne désire que la vie présente. »

(S7v180) « C’est à Allah qu’appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-le par ces noms et laissez ceux qui profanent Ses noms : ils seront rétribués pour ce qu’ils ont fait. »

Eviter l'affliction à cause du mauvais choix des incroyants

(S31v23) « Celui qui a mécru, que sa mécréance ne t'afflige pas : vers Nous sera leur retour et Nous les informerons de ce qu'ils faisaient. Allah connaît bien le contenu des poitrines. »

(S7v93) « Il (un prophète) se détourna d'eux (de son peuple) et dit : "Ô mon peuple, je vous ai bien communiqué les messages de mon Seigneur et donné des conseils. Comment donc m'attristerais-je sur des gens mécréants ? »

Se comporter honorablement

(S8v58) «  Et si jamais tu crains vraiment une trahison de la part d'un peuple, dénonce alors le pacte (que tu as conclu avec), d'une façon franche et loyale car Allah n'aime pas les traîtres. »

(S5v42) «  Ils sont attentifs au mensonge et voraces de gains illicites. S'ils viennent à toi, sois juge entre eux ou détourne toi d'eux. Et si tu te détournes d'eux, jamais ils ne pourront te faire aucun mal. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité. Car Allah aime ceux qui jugent équitablement. »

(S9v4) «  A l'exception des associateurs avec lesquels vous avez conclu un pacte, puis ils ne vous ont manqué en rien, et n'ont soutenu personne [à lutter] contre vous : respectez pleinement le pacte conclu avec eux jusqu'au terme convenu. Allah aime les pieux. »

Divers comportements :

Ce qu'on doit dire à un incroyant lorsqu'il éternue :

« Qu'Allah vous guide dans le droit chemin et réforme votre situation. »

15) Relation avec les forces ennemies :

Le mensonge est autorisé pendant la guerre quand l'intention est de tromper l'ennemi.

(S3v139/140) « Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais croyants. Si une blessure vous atteint, pareille blessure atteint aussi l'ennemi. Ainsi faisons-Nous alterner les jours (bons et mauvais) parmi les gens, afin qu'Allah reconnaisse ceux qui ont cru, et qu'Il choisisse parmi vous des martyrs - et Allah n'aime pas les injustes. » 

(S9v83) « Si Allah te ramène vers un groupe de ces (gens-là), et qu'ils te demandent permission de partir au combat, alors dis : “Vous ne sortirez plus jamais en ma compagnie, et vous ne combattrez plus jamais d'ennemis avec moi. Vous avez été plus contents de rester chez vous la première fois; demeurez donc chez vous en compagnie de ceux qui se tiennent à l'arrière”. »

(S4v104) « Ne faiblissez pas dans la poursuite du peuple [ennemi]. Si vous souffrez, lui aussi souffre comme vous souffrez, tandis que vous espérez d'Allah ce qu'il n'espère pas. Allah est Omniscient et Sage. » 

(S8v60) « Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d'effrayer l'ennemi d'Allah et le vôtre, et d'autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu'Allah connaît. Et tout ce que vous dépensez dans le sentier d'Allah vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés. » 

(S8v45/46) « ô vous qui croyez ! Lorsque vous rencontrez une troupe (ennemie), soyez fermes, et invoquez beaucoup Allah afin de réussir. Et obéissez à Allah et à Son messager; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants, car Allah est avec les endurants. »

(S815-17) « ô vous qui croyez quand vous rencontrez (l'armée) des mécréants en marche , ne leur tournez point le dos. Quiconque, ce jour-là, leur tourne le dos, - à moins que ce soit par tactique de combat, ou pour rallier un autre groupe, - celui-là encourt la colère d'Allah et son refuge sera l'Enfer. Et quelle mauvaise destination ! Ce n'est pas vous qui les avez tués : mais c'est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre) , ce n'est pas toi qui lançais : mais c'est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d'une belle épreuve de Sa part ! Allah est Audient et Omniscient. » 

(S2v216-218) « Le combat vous a été prescrit alors qu'il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose alors qu'elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu'elle vous est mauvaise. C'est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas. - Ils t'interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. - Dis : “Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d'Allah est de faire obstacle au sentier d'Allah, d'être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d'expulser de là ses habitants. L'association est plus grave que le meurtre.” Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu'à, s'ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement. Certes, ceux qui ont cru, émigré et lutté dans le sentier d'Allah, ceux-là espèrent la miséricorde d'Allah. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » 

(S3v122-127) « Quand deux de vos groupes songèrent à fléchir ! Alors qu'Allah est leur allié à tous deux ! Car, c'est en Allah que les croyants doivent placer leur confiance. Allah vous a donné la victoire, à Badr, alors que vous étiez humiliés. Craignez Allah donc. Afin que vous soyez reconnaissants ! (Allah vous a bien donné la victoire) lorsque tu disais aux croyants; “Ne vous suffit-il pas que votre Seigneur vous fasse descendre en aide trois milliers d'Anges” ? Mais oui ! Si vous êtes endurants et pieux, et qu'ils [les ennemis] vous assaillent immédiatement, votre Seigneur vous enverra en renfort cinq mille Anges marqués distinctement. Et Allah ne le fit que (pour vous annoncer) une bonne nouvelle, et pour que vos cœurs s'en rassurent. La victoire ne peut venir que d'Allah, le Puissant, le Sage; pour anéantir une partie des mécréants ou pour les humilier (par la défaite) et qu'ils en retournent donc déçus . - » 

(S4v75-77) « Et qu'avez vous à ne pas combattre dans le sentier d'Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : “Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur”. Les croyants combattent dans le sentier d'Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Tagut . Eh bien, combattez les alliés de Diable, car la ruse du Diable est certes, faible. N'as-tu pas vu ceux auxquels on avait dit : “Abstenez-vous de combattre, accomplissez la Salat et acquittez la Zakat ! ” Puis lorsque le combat leur fut prescrit, voilà qu'une partie d'entre eux se mit à craindre les gens comme on craint Allah, ou même d'une crainte plus forte encore, et à dire : "Ô notre Seigneur ! Pourquoi nous as-Tu prescrit le combat ? Pourquoi n'as-Tu pas reporté cela à un peu plus tard ? ” Dis : “La jouissance d'ici-bas est éphémère, mais la vie future est meilleure pour quiconque est pieux. Et on ne vous lésera pas fût-ce d'un brin de noyau de datte. »

(S4v84) « Combats donc dans le sentier d'Allah, tu n'es responsable que de toi même, et incite les croyants (au combat) Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition. » 

(S6v65) « Dis : “Il est capable, Lui, de susciter contre vous, d'en haut, ou de dessous vos pieds , un châtiment, ou de vous confondre dans le sectarisme. Et Il vous fait goûter l'ardeur [au combat] les uns aux autres.” Regarde comment Nous exposons Nos versets. Peut-être comprendront-ils ? »

(S8v65-75) « ô Prophète, incite les croyants au combat. S'il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents; et s'il s'en trouve cent, ils vaincront mille mécréants, car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas. Maintenant, Allah a allégé votre tâche, sachant qu'il y a de la faiblesse en vous. S'il y a cent endurants parmi vous, ils vaincront deux cents; et s'il y en a mille, ils vaincront deux mille, par la grâce d'Allah. Et Allah est avec les endurants. Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d'avoir prévalu [mis les mécréants hors de combat] sur la terre. Vous voulez les biens d'ici-bas, tandis qu'Allah veut l'au-delà. Allah est Puissant et Sage. N'eût-été une prescription préalable d'Allah, un énorme châtiment vous aurait touché pour ce que vous avez pris. [de la rançon]Mangez donc de ce qui vous est échu en butin, tant qu'il est licite et pur. Et craignez Allah, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. ô Prophète, dis aux captifs qui sont entre vos mains : “Si Allah sait qu'il y a quelque bien dans vos cœurs, Il vous donnera mieux que ce qui vous a été pris et vous pardonnera. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. Et s'ils veulent te trahir..., c'est qu'ils ont déjà trahi Allah [par la mécréance]; mais Il a donné prise sur eux [le jour de Badr]. Et Allah est Omniscient et Sage. Ceux qui ont cru, émigré et lutté de leurs biens et de leurs personnes dans le sentier d'Allah, ainsi que ceux qui leur ont donné refuge et secours, ceux-là sont alliés les uns des autres. Quant à ceux qui ont cru et n'ont pas émigré, vous ne serez pas liés à eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent. Et s'ils vous demandent secours au nom de la religion, à vous alors de leur porter secours, mais pas contre un peuple auquel vous êtes liés par un pacte. Et Allah observe bien ce que vous oeuvrez. » Et ceux qui n'ont pas cru sont alliés les uns des autres. Si vous n'agissez pas ainsi [en rompant les liens avec les infidèles], il y aura discorde sur terre et grand désordre. Et ceux qui ont cru, émigré et lutté dans le sentier d'Allah, ainsi que ceux qui leur ont donné refuge et porté secours, ceux-là sont les vrais croyants : à eux, le pardon et une récompense généreuse. Et ceux qui après cela ont cru et émigré et lutté en votre compagnie, ceux-là sont des vôtres. Cependant ceux qui sont liés par la parenté ont priorité les uns envers les autres, d'après le Livre d'Allah. Certes, Allah est Omniscient. »

(S9v44/45) « Ceux qui croient en Allah et au Jour dernier ne te demandent pas permission quand il s'agit de mener combat avec leurs biens et leurs personnes. Et Allah connaît bien les pieux. Ne te demandent permission que ceux qui ne croient pas en Allah et au Jour dernier, et dont les cœurs sont emplis de doute. Ils ne font qu'hésiter dans leur incertitude. »

(S33v18) « Certes, Allah connaît ceux d'entre vous qui suscitent des obstacles, ainsi que ceux qui disent à leurs frères : “Venez à nous”, tandis qu'ils ne déploient que peu d'ardeur au combat, »

(S47v4) « Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés , enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions. »

(S2v249-252) « Ceux qui étaient convaincus qu'ils auront à rencontrer Allah dirent : “Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce d'Allah, vaincu une troupe très nombreuse ! Et Allah est avec les endurants”. Et quand ils affrontèrent Goliath et ses troupes, ils dirent : “Seigneur ! Déverse sur nous l'endurance, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur ce peuple infidèle”. Ils les mirent en déroute, par la grâce d'Allah. Et David tua Goliath; et Allah lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu'Il voulut. Et si Allah ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la terre serait certainement corrompue. Mais Allah est Détenteur de la Faveur pour les mondes. Voilà les versets d'Allah, que Nous te (Muhammad) récitons avec la vérité. Et tu es, certes parmi les Envoyés. »

(S8v57/58) « Donc, si tu les maîtrises à la guerre, inflige-leur un châtiment exemplaire de telle sorte que ceux qui sont derrière eux soient effarouchés. Afin qu'ils se souviennent. Et si jamais tu crains vraiment une trahison de la part d'un peuple, dénonce alors le pacte (que tu as conclu avec), d'une façon franche et loyale car Allah n'aime pas les traîtres. »

(S9v3-16) « Et proclamation aux gens, de la part d'Allah et de Son messager, au jour du Grand Pèlerinage , qu'Allah et Son messager, désavouent les associateurs. Si vous vous repentez, ce sera mieux pour vous. Mais si vous vous détournez, sachez que vous ne réduirez pas Allah à l'impuissance. Et annonce un châtiment douloureux à ceux qui ne croient pas. A l'exception des associateurs avec lesquels vous avez conclu un pacte, puis ils ne vous ont manqué en rien, et n'ont soutenu personne [à lutter] contre vous : respectez pleinement le pacte conclu avec eux jusqu'au terme convenu. Allah aime les pieux. Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. Et si l'un des associateurs te demande asile, accorde-le lui, afin qu'il entende la parole d'Allah, puis fais-le parvenir à son lieu de sécurité. Car ce sont des gens qui ne savent pas. Comment y aurait-il pour les associateurs un pacte admis par Allah et par Son messager ? A l'exception de ceux avec lesquels vous avez conclu un pacte près de la Mosquée sacrée. Tant qu'ils sont droits envers vous, soyez droits envers eux. Car Allah aime les pieux. Comment donc ! Quand ils triomphent de vous, ils ne respectent à votre égard, ni parenté ni pacte conclu. Ils vous satisfont de leurs bouches, tandis que leurs cœurs se refusent; et la plupart d'entre eux sont des pervers. Ils troquent à vil prix les versets d'Allah (le Coran) et obstruent Son chemin. Ce qu'ils font est très mauvais ! Ils ne respectent, à l'égard d'un croyant, ni parenté ni pacte conclu. Et ceux-là sont les transgresseurs. » Mais s'ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, ils deviendront vos frères en religion. Nous exposons intelligiblement les versets pour des gens qui savent. Et si, après le pacte, ils violent leurs serments et attaquent votre religion, combattez alors les chefs de la mécréance - car, ils ne tiennent aucun serment - peut-être cesseront-ils ? Ne combattrez-vous pas des gens qui ont violé leurs serments, qui ont voulu bannir le Messager et alors que ce sont eux qui vous ont attaqués les premiers ? Les redoutiez-vous ? C'est Allah qui est plus digne de votre crainte si vous êtes croyants ! Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d'ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d'un peuple croyant. Et il fera partir la colère de leurs cœurs. Allah accueille le repentir de qui Il veut. Allah est Omniscient et Sage. Pensez-vous que vous serez délaissés, cependant qu'Allah n'a pas encore distingué ceux d'entre vous qui ont lutté et qui n'ont pas cherché des alliés en dehors d'Allah, de Son messager et des croyants ? Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. »

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Partez (en guerre) au nom d’Allah et en vue d’Allah et en suivant la religion du Messager d’Allah. Ne tuez point de faibles vieillards, ni d’enfants, ni de femmes, et ne vous appropriez pas le butin en le dissimulant mais rassemblez-le. Soyez conciliants et bienfaisants, car Allah aime les bienfaisants. » (Rapporté par Aboû Dawoûd) 

Le Prophète (SBDSL) a interdit la torture. (Rapporté par Tabarâny d’après Ibn Omar).


Invocation pour obtenir la protection contre les mauvais djinns ou les forces ennemies :

« Je cherche refuge à l'aide des paroles parfaites d'Allah, que nul être n'outrepasse, contre le mal de ce qu'Il a créé, et contre le mal de ce qui descend des cieux et de ce qui y monte, et contre le mal ce qui est semé en terre et contre le mal de ce qui en sort, et contre le mal des tentations de la nuit et de la journée, et contre le mal de chaque visiteur sauf un visiteur qui apporte le bien, ô Toi le Tout-Miséricordieux ! ».

Autre traduction :

« Je cherche refuge dans les paroles parfaites d'Allah, paroles que nul ne peut transgresser, vertueux soit-il ou libertin, contre tout mal qu'il a créé. Je cherche refuge contre le mal qui descend du ciel et qui y monte. Je cherche refuge contre le mal qui se répand sur la terre et contre le mal qui sort d'elle, et je cherche refuge contre les tribulations de la journée et de la nuit, et contre le mal du visiteur de nuit sauf celui qui apporte une bonne nouvelle, Ô le Très-Clément. »

Invocations à dire contre les suggestions de Satan:

-« Je cherche refuge auprès d'Allah contre Satan le lapidé »

-Faire l'appel à la prière

-Récité le Coran et le verset du Trône, penser à prononcer les invocations du matin et du soir, et ne pas oublier de dire les invocations quotidiennes telles que celles de l'entrée et de la sortie de la mosquée ou : « Il n'y a point de divinité en dehors d'Allah, l'Unique sans associé, à Lui la royauté à lui la louange, et Il est capable de toute chose. » protègent toute la journée contre Satan.

Invocation à dire lors de la rencontre de l'ennemi ou quand on a peur d'une autorité :

« Seigneur, nous Te plaçons en face d'eux et nous nous réfugions auprès de Toi contre leur mal. »

« Ô Allah, Tu es mon soutien et Tu es mon aide, par Toi je me déplace, par Toi j'attaque et par Toi je combats. »

« Dieu nous suffit, quel excellent protecteur! »

Invocation à dire contre l'ennemi :

« Ô Allah, révélateur du livre, Le prompt à faire rendre corps, vaincs les coalisés (ennemis des musulmans). Ô Allah, vaincs-les et bouleverse-les.»

Invocation lorsque l'on est face à un ennemi, un problème ou quand on est en difficulté :

"Allah me suffit, Il est mon meilleur garant." 

16) Relation avec les minorités :

Pacte islamique vis à vis des chrétiens, juifs et autre minorité (P 64 du livre « les mythes fondateurs du choc des civilisations » de Youssef Hindi) :

Les musulmans doivent donc se battre pour les non-musulmans et les protéger au péril de leur vie.
Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a donné des droits aux juifs et aux chrétiens (et aux minorités), ainsi que des devoirs et des obligations aux musulmans vis-à-vis d’eux. Il a ordonné aux musulmans de les protéger et de maintenir ses pactes de protection jusqu’à la fin du monde comme le prouvent le pacte conclu entre le Prophète et les chrétiens de Nadjran (ci-après) et le pacte ci-dessous conclu avec les chrétiens du Monastère de Sainte-Catherine (qui se trouve au Mont Sinai, en Égypte).
Ce pacte ne se limite pas au Monastère de Sainte-Catherine, mais concerne bien tous les Chrétiens (et minorités) d’Orient et d’Occident et engage tous les musulmans à le respecter, et ce jusqu’à la dernière heure :

« Moi, Mohammed, fils d’Abdallah, décrète pour tous comme un message divin et comme déclaration comminatoire, moi qui suis chargé par les confidences d'en haut de sauvegarder les grâces divines accordées à l'humanité par la Providence... Je prescris les présents ordres à l’égard des chrétiens et de ceux qui sont initiés à cette religion, qu’ils se trouvent dans les pays lointains ou rapprochés, dans les villes connues ou inconnues, en Orient aussi bien qu’en Occident ; que ceci leur serve de loi. Celui qui voudrait contrevenir au présent décret, s'opposer à ce qu'il prescrit et attaquer ma loi prophétique, qu'il soit monarque ou simple citoyen musulman, serait condamné comme ayant violé ses vœux envers la Providence, comme s’étant moqué de la vraie foi, comme passible de l’éternelle malédiction. 
Si l’un de leurs prêtres (des chrétiens), ou l’un de leurs coreligionnaires voyage, venant d’une plaine, d’une montagne, se trouvant dans un convent, arrivant d’un pays aride, d'un désert de sable, d'un village, d’un champ cultivé, se trouvant, dans n'importe quel lieu, c’est moi qui suis leur protecteur, ainsi que tous mes disciples, et qui me charge de les défendre ; je leur enlève leur fardeau ; je fais disparaître pour eux les difficultés , car ils sont mes sujets et mes protégés. Je les dispense de toutes les charges qui pèsent sur mes autres protégés non chrétiens, je ne tolérerai pas qu’ils soient molestés.
On peut percevoir les taxes qu’ils voudront volontairement payer, mais on ne doit pas les persécuter pour cela. On ne peut jamais entraver le chef de leur religion dans l’exercice de ses fonctions épiscopales, ni un prêtre dans son sacerdoce, ni un moine dans sa vie monacale, ni le voyageur dans son voyage. On ne peut non plus démolir une église, ses dépendances, un couvent, pour les transformer en des édifices pieux musulmans ou en faire des mosquées. Quiconque oserait enfreindre ces prescriptions serait considéré comme violateur des décrets de Dieu et de son Prophète. On ne peut pas non plus frapper de taxes les chefs hiérarchiques de la religion chrétienne, les moines et ceux qui consacrent leur vie aux prières.
Je protège leurs droits en quelque endroit qu’ils se trouvent. Il faut les entourer de sollicitude, les défendre contre toute agression sur mer comme sur terre, en Orient comme en Occident, au Nord comme au Sud, car ils sont sous ma protection et ma mansuétude.
Il ne faut pas non plus percevoir la dîme sur les récoltes, ou une taxe, quelle qu’elle soit, de ceux qui consacrent leur vie aux prières, soit dans les montagnes, soit dans les monastères. Il ne faut plus non plus vouloir partager avec eux le produit de leurs travaux agricoles, car il en est parmi eux qui cultivent pour assurer leur existence.
Il ne faut jamais les incommoder et les déranger violemment pendant une guerre ou une insurrection.
Les chrétiens qui possèdent des biens et des propriétés, les négociants et ceux qui sont soumis à la taxe, ne doivent au fisc que douze drachmes par an. Il ne faut jamais les pressurer.
On doit discuter avec eux raisonnablement, sans jamais les humilier ou insulter à l’occasion leur religion. Il faut les protéger généreusement et avec magnanimité, s'abstenir totalement de les froisser par de mauvais procédés, en quelque lieu qu’ils se trouvent.
Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, il faut respecter ses droits, ne jamais agir contre sa volonté, ne pas l'entraver dans l’exercice de sa religion. Il faut aider et contribuer à la réparation de leurs églises et de leurs établissements pieux suivant leurs désirs.
Ceux qui voudraient s'écarter des prescriptions de ce décret sont des traîtres au pacte divin et détruisent l'engagement du prophète.
Le présent pacte restera en vigueur jusqu’à la fin du monde et au dernier jour (jugement universel).