Recherche

Menu principal

PDF Imprimer Envoyer

P) Suite 16 (1)

-chômage de masse et charges sociales élevées surtout pour les employeurs des petites et moyennes entreprises voulus par les élites pour amplifier la centralisation économique. En effet cela permet à de rares lobbies, divers politiciens, différents oligarques et certaines multinationales de neutraliser par la distribution d'une subsistance minimale de survie et non de vie, d'éventuelles oppositions radicales assez financées pour gêner le système. C'est comparable à la mise au pas de la population par des vitesses routières de plus en plus basses, de nombreux radars automatiques la volant toujours plus, des pass (sanitaire et bientôt de déplacement ou de dépense énergétique voire alimentaire), ou diverses nouvelles taxes comme celle contre le carbone. Cependant pour supporter ce contrôle malhonnête des choses, les êtres humains peuvent se rappeler que le Prophète (SBDSL) a choisi une vie très modeste comme Jésus, que les radars routiers peuvent amener la patience, que les limitations énergétiques étatiques peuvent apporter une légitime ou pieuse sobriété, que les trop nombreuses restrictions gouvernementales actuelles peuvent amener une habitude d'obéissance envers les règles religieuses ou la vertu, et qu'en cas d'obtention d'une grande richesse, certains seraient dangereusement submergés par la peur d'échouer dans la gestion perturbante de tant d'argent, comme le prouve la déstabilisation psychologique de divers gagnants du loto ou l'envie d'excès présent dans notre âme bestiale expliquée dans les versets suivants :
(S42v27) « Si Allah attribuait Ses dons avec largesse à (tous) Ses serviteurs, ils commettraient des abus sur la terre. Alors, Il fait descendre avec mesure ce qu’il veut. Il connaît parfaitement Ses serviteurs et est Clairvoyant. »
(ExtS5v32) « En effet Nos Messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu'en dépit de cela, beaucoup d'entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre. »

-mondialisme permettant aux multinationales des pratiques fiscales douteuses comme celle de faire apparaître leurs bénéfices dans un pays où la fiscalité est moins importante que chez elles et celle de profiter des lacunes du droit du travail dans certains pays. Il s'agit en plus d'un système dont les autres mafieux profitent aussi, puisqu'ils créent de nombreux comptes par exemple chez Uber Eats ou Deliveroo, afin d'exploiter des sans papier, c'est à dire en les faisant travailler pour eux mais en les payant moins chers. Et tout cela amène encore plus gravement au niveau économico-social à une concurrence déloyale et donc illégale, puisque même leur reconnaissance faciale demandée pour travailler peut être faite à distance.
-exclusivité de 500 parrainages d'élus pour participer à l'élection présidentielle alors que le parrainage de 100 000 citoyens pourraient également le permettre dans une réelle démocratie.
-assouplissement de la législation sur les licenciements.
-centralisation de plus en plus de données privées par les GAFAM et le futur crédit social voire passeport numérique.
-taux d'imposition sur les bénéfices de seulement 8 % pour diverses multinationales contre 20 % pour des entreprises traditionnelles.
-TVA payée sur les produits nationaux mais pas sur certaines importations à cause du mondialisme.
-décret concernant le manque d'eau en France alors qu'il y en a en réalité largement assez. C’est la technique préférée des néolibéraux : menacer, privatiser, stocker, créer la pénurie, spéculer et augmenter les prix, sur le modèle de la moutarde de 2022.
-les indices de développement et de bonheur pour les populations très rarement mis en avant dans la politique et l'économie, surtout qu'ils sont souvent liés au niveau de vie. Dans ce sens les taux de suicide, d'homicide et de mortalité infantile sont des indicateurs concernant la stabilité, la paix, le calme, voire en plus le développement, le bonheur ou/et la spiritualité d’une société.
-laxiste démocratie laïciste laissant les immigrés sans papier toxicomanes pourrir un quartier.
-multinationales ayant des représentations au cœur même des institutions européennes dont les bureaucrates sont des non-élus.
-frexit ne servant à rien, car il faut d'abord remplacer toute la classe politique et beaucoup de mentalités dont de ceux voulant garder l'Euro comme monnaie.
-patrons de la presse publique et patrons de la télé publique qui devraient plutôt être élus, grands médias qui ne devraient être détenus au maximum qu'à 25 % (voire être mis en coopérative) tout en ayant un permis à point par rapport à la charte de Munich, et petits médias moins soumis au compromis et donc à la perte de radicalité qui devraient être plus défendus.
-journalistes manquant à leur devoir de neutralité ou d'objectivité.
-éditorialistes (chroniqueurs incarnant la propagande gouvernementale, wokiste, ploutocratique sioniste ou/et mondialiste) et journalistes confondus.
-grosse alternative médiatique comme le dailywire manquante.
-d'anciens espions israéliens occupant des postes importants chez Google, Facebook et Microsoft plus grandes portes d'internet pour espionner les populations.
-politiciens accusant les pauvres et les faibles pour masquer leur corruption.
-voraces hommes politiques et haut-fonctionnaires passant plus de temps à gagner de l'argent qu'à défendre les intérêts du peuple. En effet, de nombreux politiciens de plus en plus carriéristes disent aux gens ce qu'ils veulent entendre, s'adaptent à leur audience, et se drapent dans de beaux discours. Ils font de beaux discours sur la paix, l'Europe, la puissance, la défense des valeurs, le laïcisme, la lutte contre le terrorisme, alors que dans les faits, tout cela ne leur apportant pas forcément de reconnaissance populaire leur importe peu par rapport aux intérêts de leur maîtres que sont la commission européenne, les oligarques finançant les campagnes, les grandes entreprises leur promettant du travail plus tard, ou les syndicats de police protégeant leur mandat.
-culpabilisation du peuple par le gouvernement dont concernant la propagation du covid les éventuelles pénuries d'électricité, alors que cela provient des décisions gouvernementales et pas du comportement ni de la (sur)consommation de la population.
-délire législatif développé pendant deux ou trois générations, habituant l’opinion à considérer les règles et les notions fondamentales comme indéfiniment modifiables, pour créer la situation la plus avantageuse au despote. (Jouvennel)
-parlement ne servant plus à rien, même avec une majorité anti-gouvernementale, car le 49-3 mondialiste empêche tout débat, notamment sur les retraites, comme le décret présidentiel américain. Il faut vraiment être idiot ou malhonnête pour croire à cette démocratie.
-comme on le voit avec la crise du gaz russe et la hausse des produits pétroliers, État stratège devenu une illusion au profit du mondialisme. Surtout qu'en imprimant seulement des euros, l'UE, a une production virtuelle, alors qu'en exploitant ses ressources de matières premières, la Russie a une production réelle.
-USA se servant des autres nations dont de leurs alliés exclusivement comme des outils pour leur propres objectifs, même si cela doit aller jusqu'à l'affaiblissement économique voire la destruction militaire de ces nations.
-USA pouvant agrandir sans fin leur endettement puisque ce sont eux qui impriment le dollar et l'impose par les armes, mais en corrélation avec le risque de grandes dévaluation monétaire ou inflation économique.
-compétition ligue des champions de foot participant à une ascendance qualitative de l’Angleterre, de l’Espagne, de l’Allemagne, de l'Italie et de la France et donc de l'Europe de l'Ouest sur l'Europe de l'Est voire sur le monde, alors qu'il s'agit principalement d'une question d'argent.
-construction européenne qui a été faite dans le dos des peuples des années 50 jusqu'à Masstricht, ayant été initiées par deux individus proches des Etats-Unis, Robert Schuman et Jean Monnet qui étaient rétribués par la CIA, plus personne ne le nie.
-Union européenne que ne lâchera pas ou orientera Davos, car elle est devenue, suite à la fin des tarifs douaniers extérieurs communs, une annexe du marché planétaire de masse mondialiste, puis via la commission européenne, une intégration économique dans le privé sans État car organisé autour de bureaucrates non élus plus synonyme de PDG et de gourous, alors que c'était au départ une coopération de nations qui aurait mieux fait de devenir une confédération. L’un des signes les plus frappants de l’antichristianisme de l’Union européenne est que sa Constitution ne commémore pas les racines chrétiennes de l’Europe, comme l’ont relevé les papes Jean-Paul II et Benoît XVI. Cela n'évoque que les traditions gréco-romaines et des Lumières, mais pas du christianisme.
-Union européenne centralisant le pouvoir au service de la haute finance et des multinationales, et donc du privé. Cette UE, massivement infiltrée par les tentacules de l'oligarque George Soros, est qualifiée à juste titre de système le plus corrompu au monde par le Premier ministre hongrois Viktor Orbàn. Il faut noter que l'Hongrie d'Orbàn est souvent critiquée négativement par la commission européenne alors qu'il a été élu à plus de 55 %, ce qui est grandement plus légitime que 30 000 fonctionnaires et 27 commissaires que personne n'a élu et dont beaucoup ne sont pas connus. De plus les directives de la commission européennes sont toujours plus lourdes, contraignantes, formalistes et uniformisantes, ce qui entravent la compétitivité économique sur la scène mondiale. Or dans tous les domaines qui ne sont pas de compétences européennes, la commission européenne a trouvé un biais que sont l'Etat de droit et les valeurs (sans jamais les définir très clairement mais étant de plus en plus laïcistes, wokistes et donc perverses) permettant d'intervenir dans les politiques internes de tous les Etats membres. C'est pourquoi de plus en plus d’États veulent désormais s'orienter vers une Europe des nations plutôt que de continuer à faire de l'union européenne un État centralisé bruxellois.
« Après plus de vingt ans d’Internet, nos gouvernants font semblant de pousser des cris d’orfraie concernant le monopole des GAFAM, alors qu’ils se félicitent en secret des censures et de leur contrôle numérique mondial. Aux sceptiques, pensant que Bruxelles est indépendante des USA, revoyez votre copie. Washington, leur a demandé d’y aller doucement avec les pauvres chéris de la Silicon Valley, de ne pas les brusquer et donc de ne pas leur nuire. L’UE est donc bien une franchise américaine, sans aucun pouvoir décisionnaire, à part celui de promouvoir le slogan unique « d’America first ». Ça devrait éclairer sur le fait que l’UE fera tout pour sanctionner encore et toujours la Russie, ainsi que les pays non-alignés, tels que par exemple l’Iran, la Syrie et le Venezuela. Toutes les pièces du puzzle sont présentes. Encore faut-il accepter de les regarder. Quand vous vous faites abîmé les sinus par un test RT-PCR, savez-vous que les résultats sont transmis à Microsoft ? Non, vous ne le saviez pas ? Et bien, c’est la réalité. Vos données personnelles sont gérées en finalité par une équipe de Bill Gates. Souriez, vous êtes tracés. La souveraineté française n’existe plus. L’UE est totalement à la botte de l’oligarchie mondiale financière apatride. La Commission européenne a présenté en mars 2021 une « boussole numérique » (au cas où vous perdriez le nord) afin de traduire les ambitions numériques de l’UE pour 2030 en termes concrets. Bientôt, vous serez l’heureux propriétaire d’un portefeuille d’identité numérique européen, couplé avec votre passe vaccinal, avec votre photo d’identité cachée dans votre QR code. Il s'agit d'une prétendue identité fiable et sécurisée pour tous les Européens, alors que servant d'abord la surveillance généraliésé. Le Grand Reset écrit par Klaus Schwab explique les plans de l’oligarchie mondiale. L’un d’entre eux décrit qu’il ne subsistera, dans peu de temps, que 3 ou 4 grands groupes agro-alimentaires et ses franchises mondiales. Le certificat Covid, puis écologique puis identitaire est en cours, car le portefeuille d’identité numérique à été voté à l’unanimité en 2021 au sein de l’UE, peu importe le parti politique. Que va donc contenir votre E-wallet ou portefeuille électronique ? Tout : carte d’identité (la nouvelle CI française est écrite en anglais), permis de conduire, carte d’électeur, dossier médical, vaccins, numéro de sécurité sociale.
Un des article phare du fondement de l’UE est la liberté de circulation. Mais comme lors du covid, tout pourrait être balayé d’un revers de la main. Bienvenu dans un crédit social à la Chinoise, sauce européenne, avec la bénédiction de l’oncle Sam. 25 % de la population en Europe ne possède pas de smartphone. Ceux-là ne pourront bientôt plus bouger, à moins de s’en procurer un. Et si une personne n’a pas de passe vaccinal et refuse la pass écologique et le portefeuille électronique ? Elle ne sera rien, n’aura droit à rien, et ne pourra franchir aucune frontière, puisqu’elle n’aura pas d’identité. L’identité numérique est vendue comme un service qui ne sera pas obligatoire :« ne cherchez plus vos papiers dans vos poches, à la place, exhibez votre E-wallet dans votre smartphone ». Très subtil. Personne n’y sera obligé, sauf que dans les faits, il sera obligatoire, à moins de vivre dans son coin, retiré de tout, en cultivant ses endives. Et encore... Facultatif demain, obligatoire après demain. Prochaine étape, la puce sous la peau. Encore mieux que le smartphone. Cerise sur le gâteau, votre E-wallet sera géré par des sociétés privées. Toutes vos pathologies, vos penchants, votre bon ou mauvais cholestérol seront à la vue des assurances, des banques, et des institutions. Pratique, car vous saurez pourquoi votre assurance a subitement majoré vos échéances ou pourquoi votre banquier vous refuse un prêt. Un oppressif futur s’ouvre devant chacun de nous. Tout, absolument tout, sera contrôlé. Y compris le tri de vos déchets. La taxonomie verte est aussi sur les rails au sein de l’UE. Vous triez bien, un bon point, vous vous trompez, un mauvais point. Pendant ce temps-là, les grands pollueurs continueront de pourrir la planète sans être inquiétés. » (Article relayé par strategika.fr)
-capitalisme financier spéculatif détruisant le capitalisme industriel ou productif.
-accords d'Abraham cherchant à légitimer injustement l'existence de l'Etat d'Israël actuel interdit par Dieu.
-disparition de la France bientôt actée. En effet la commission des Affaires constitutionnelles (AFCO) au parlement européen vient de voter un projet de réforme des Traités européens qui transformerait officiellement l’UE en un État, en effaçant donc la France et les pays européens.
-commission européenne et BCE appartenant toutes deux au domaine du privé et étant donc synonyme d'un début de gouvernement mondial du privé ou/et du supranational, surtout qu'inféodées aux puissantes multinationales, à l'OTAN ou/et à l’atlantisme, ce qui signifie antinationales, d'autant plus si la création de l'Euro numérique est confiée à Amazon, encore sous prétexte de prendre sagement un tiers de confiance indépendant des États. D'ailleurs les multinationales reversent très peu d’impôts aux nations qu’elles ratissent, et la BCE détient 30 % de la dette de l'Italie. De plus Mme von der Leyen a méprisé et menacé de sanctions l’Italie, si le peuple ne votait pas correctement le dimanche 18/09/2022 pour un président pro-union européenne.
Un projet de révision des traités européens a été approuvé par les députés européens mercredi 22 novembre. C’est une décision qui est passée un peu inaperçue ces derniers jours compte tenu de l’intensité de l’actualité. Le Parlement européen a approuvé, cette semaine, un rapport pour réviser les traités européens et a adopté la résolution qui l’accompagnait. Ce rapport a été dénoncé par la cheffe de file du Rassemblement national, Marine Le Pen, sur France Inter, jeudi 23 novembre. Selon elle, ce rapport dépouille en réalité les Nations de l’intégralité quasiment de leur souveraineté. Il transformerait Ursula von der Leyen, présidente de la Commission, en présidente de l’Union européenne. Les commissaires ne seraient plus choisis par les États, mais par ce soi-disant président. Il s’attribue les pouvoirs en matière de santé, de fiscalité, d’immigration, etc. C’est évidemment inadmissible.
Et même sans demander leur avis aux peuples européens comme avant de choisir le camp du Big Pharma privé lors du Covid, l’oligarchie européiste et donc supranationale de Bruxelles a choisi de s'associer à Zelensky, alors que lui est pourtant ultra nationaliste. Mais c'est seulement en apparence, car ce juif est évidemment prêt à rejoindre l'union européenne et l'OTAN. La présidente de la Commission européenne Mme von der Leyen, en grosse soumise du Pentagone, montre ainsi qu'elle veut la guerre en ayant déclaré « pas de cessez-le-feu, pas d’apaisement », alors que c'est normalement aux députés français ou au peuple de la valider souverainement. Ce qui fait illégitimement passer l'Union Européenne, normalement basée uniquement sur une économie et quelques règles politiques communes, à une Europe de la défense, d'autant plus avec la commission européenne demandant, achetant et organisant la livraison massive d'armes à l'Ukraine avec l'argent des cotisations de ses nations membres. On peut rappeler que depuis Maastricht, de fausses élites nous ont vendu l’Europe comme une garantie de croissance, d’emploi, de démocratie et de paix. Or nous sommes aujourd’hui en décroissance, en chômage de masse prêt à exploser, en tyrannie de la commission européenne et en guerre. Surtout donc qu'avec cette question militaire en plus, les pays européens ont encore plus de mal à tenir leur économie, leurs prix, et leur paix sociale. Il semble que ce Nouvel Ordre mondial si cher au président américain (Joe Biden annonce vouloir diriger le nouvel ordre mondial avec General Motors, Apple, Amazon, JP Morgan...) passe avant la vie des Ukrainiens, des Russes et des Occidentaux qui paient la facture des sanctions. C’est là où la stratégie de l’enlisement de la Russie dans le conflit montre ses limites : les conséquences sociales de la guerre peuvent finalement faire sauter les régimes dits démocratiques alors que mondialistes des pays européens, plutôt que le régime de la Russie dit autocratique alors que patriotique.vOr les centaines de milliards d'euros pour l'Ukraine servent aussi aux USA puisque l'Ukraine leur achète des armes au détriment de la dette des français, des leurs hôpitaux, de leurs écoles et donc même de leur industrie de l'armement, mais aussi des autres nations, comme si les USA avaient besoin de financement pour survivre. D'ailleurs la vente de leur GNL à l'Europe suite à la destruction des gazoducs Nord Stream 2 et la vente de leurs armes (qui a augmenté au niveau mondial de 58% sur 2023) aussi à l'Europe par rapport à la situation en Ukraine participent également à les entretenir. Depuis l’attaque russe en Ukraine, l’industrie de la défense américaine a en effet enregistré une augmentation spectaculaire 17,5 % dans l’industrie de l’armement jusqu'à début 2024. Or cela pourrait aussi être encore un vol pour le secteur privé oligarchique et une volonté des membres de l'Otan de maintenir leurs emplois payés au sein de cette organisation militaire internationale. Surtout que l’aide à l’Ukraine se fait à fonds perdu puisque Kiev sera incapable de rembourser quoi que ce soit, compte tenu de la déliquescence du pays.
-Mme von der Leyen accusant le président Poutine élu démocratiquement d’autocrate, alors quelle est l'autocrate de la commission européenne subventionnée par les cotisations des pays de l'UE. Surtout qu'elle a donc décidé d'acheter des armes pour l'Ukraine sans consultation avec le parlement européen auparavant, ce qui montre la réalité du futur gouvernement mondial voulu par les mondialistes, certains lobbys, la finance internationaliste et diverses multinationales.
-éminents spécialistes occidentaux de l’analyse de l’information, de la psychologie et de la géopolitique travaillant dans les services de sécurité ukrainiens avant, après et pour la guerre.
-Conspiracy Watch étant une officine de propagande qui déploie son activité de désinformation et de manipulation de l'opinion aux frais du contribuable et de David de Rothschild, tout en invoquant la mémoire des déportés. Ce qui est un gros problème...
-sanctions françaises contre la Russie prises sans le consentement du parlement.
-crise énergétique étant en fait une stratégie planifiée de longue date par les milieux affairistes et politiques occidentaux, afin de démanteler les économies industrialisées, au nom d’un « Agenda vert » dystopique. Les origines de cette évolution actuelle sont à rechercher dans une période plus ancienne au lancement de l'action militaire russe en Ukraine courant février 2022. L’impact combiné de l’Agenda GES frauduleux de Larry Fink (Black Rock) dans l’Administration Biden, et de la folie « zéro carbone » de l’UE, est en train de créer la pire crise énergétique et inflationniste de l’Histoire dont afin de détruire l’épargne populaire, appauvrir la classe moyenne et organiser le grand reset.
-donc principal problème de l’énergie chère rendant tout plus cher et entretenant dangereusement une inflation continue : diminuer, même un peu, sa consommation revient très concrètement à diminuer la production de richesse et, par conséquence logique, à provoquer faillites, chômage et, au final, misère, sauf pour les ultra riches centralisant toujours plus l'économie.
-presse ukrainienne affirmant que ce sont les occidentaux (dont très étonnamment la commission européenne car se disant pacifique) qui en réalité empêchent les négociations de paix avec la Russie, probablement car sinon l'Ukraine ne recevra plus subventions et s'effondrera grandement.
-alors que des pressions avaient été effectuées par l'occident envers la Russie concernant la protection des pays les plus pauvres, Vladimir Poutine a déclaré : « Dans le cadre du Programme alimentaire mondial des Nations unies, qui vise précisément à aider les pays les plus nécessiteux, seuls deux navires ont été chargés. Je répète : seulement 2 sur 87. Ce ne sont que 3 %, qui ont été envoyés aux pays en développement (car les autres ont été volés par les européens). Je veux dire que de nombreux pays européens ont agi comme des colonialistes au cours des décennies et des siècles précédents. Ils continuent d’agir de la même manière aujourd’hui. Une fois de plus, ils ont simplement trompé les pays en développement et continuent de les leurrer (malgré un risque de famine massive répandue dont aussi en ayant détruit un oléoduc d'ammoniac très important car servant à la minéralisation massive d'engrais). »
-grosses aides financières de l'Etat à de grandes sociétés touchées par la crise économique qui licencient quand même des employés.
-évasion fiscale (parfois sous forme d'optimisation fiscale légale dont vers des Paradis fiscaux) qui entraînerait une perte de 100 milliards d'euros annuellement pour la France selon la gauche pas très sérieuse, et 11 000 milliards d’évasion fiscale selon les Pandora Papers dont à cause d'Amazone, Lactis... Or elle est quand même étrangement organisée par l'Etat puisque ne bloquant pas le système banquaire swift aux paradis fiscaux, alors qu'il l'interdit à la Russie qui a heureusement pu ne pas se soumettre à l'occident en créant intelligemment son propre système, à la différence de la faible Grèce qui a du se soumettre, car couper le swift aurait été pour elle similaire à l'explosion d'une arme atomique financière. Le plus grave, c'est que quand le sage montre les 11 000 milliards d'évasion fiscale au niveau mondial, l'abruti regarde le RSA de son voisin. Lorsqu'on voit ce que par rapport à un petit entrepreneur les milliardaires engrangent en échappant à de lourds impôts grâce à la défiscalisation (parfois légale) ou à des magouilles préparées par des avocats spécialisés ou des financiers payés à prix d’or, on ne peut qu’être scandalisés par ce double traitement. C'est un système très compliqué pour que les gros passent à travers les mailles du filet, et que les petits souffrent. La justice fiscale, ce n’est pas d’assassiner un fonctionnaire des impôts, c’est de protéger les petits en difficulté et de ponctionner les puissants, quand ils franchissent la ligne rouge. Car les petits devant survivre avant tout n’ont souvent pas le choix, alors que les puissants l’ont. Surtout que pour les uns, c’est donc la survie qui est en jeu, alors que pour les autres, c’est un peu de leur argent.
« L'évasion fiscale est au cœur de la criminalité financière et politique, dénoncée avec vigueur par Stéphanie Gibaud, une lanceuse d'alerte de 58 ans. Elle travaillait chez UBS, la plus grande banque suisse. Découvrant un trafic d'évasion fiscale massif, elle a informé les autorités françaises. Pourtant, après les avoir aidées à récupérer de l'argent, elle a été abandonnée et plongée dans une situation précaire. Pour Stéphanie, l’évasion fiscale signifie bien plus que des chiffres. Elle relie cette pratique aux conséquences terribles : les services publics en péril, les urgences médicales surchargées, les déserts médicaux, et même des drames comme des accouchements en voiture faute de maternités accessibles. Les plus riches, via des montages financiers, échappent aux obligations des citoyens, privant ainsi la société de ressources essentielles. Elle pointe du doigt les grandes entreprises du CAC40, les actionnaires et les connexions avec des hommes politiques, dénonçant une mafia d’État où se mêlent politique, finance et intérêts privés. Malgré son rôle crucial dans la révélation de ces pratiques, Stéphanie a été marginalisée, privée de protection en tant que lanceuse d’alerte et salariée du service public. Le manque d’intérêt des médias, la séparation des affaires Cahuzac et Bettencourt liées à UBS, et le refus de la justice de prendre en compte son témoignage soulignent les difficultés rencontrées par ceux qui osent dénoncer ces pratiques. Stéphanie, aujourd’hui privée de reconnaissance et de protection, incarne les failles d’un système où l’État lui-même ne respecte pas ses propres lois. » (Le Média en 4-4-2)
Il faut noter qu'en France, la fraude aux aides sociales est de 40 milliards d'euros, alors que la somme des amende non payées par les grandes surfaces commerciales y ayant dépassé leur dimension licite s'élève à 418 milliards. Le président, qui voulait « emmerder » les français non vaccinés, devrait plutôt emmerder les gens qui font évader chaque année des milliards d’euros, et les nationaux qui sont cités dans les Pandora Papers. En effet, ça lui donnera largement de quoi financer une éducation nationale digne de ce nom pour les enfants et les enseignants désabusés, un système hospitalier entretenu et aux bonnes conditions de travail, et un système de santé qui sera digne pour les patients et les soignants. Ainsi les citoyens ne se déchireront pas pour un lit de réanimation comme pour du PQ ou de l’essence. Pourtant les orientations du système depuis des décennies montrent que les classes moyennes payent de plus en plus d’impôts et reçoivent pourtant de moins en moins de contre partie, alors que les ultra riches payent de moins en moins d’impôts et reçoivent encore et toujours plus. La grande évasion fiscale des multinationales se poursuit avec la somme colossale de plus de 1 000 milliards en 2022. En effet Une somme colossale de plus de 1 000 milliards de dollars a été mise en lumière par l'Observatoire européen de la fiscalité. Cette somme représente les bénéfices transférés par de grandes entreprises vers des paradis fiscaux pour l'année 2022. Malheureusement, malgré les tentatives des États d'imposer davantage ces entreprises, il semble que peu de changements significatifs soient à l'horizon.
-anonymat des paradis fiscaux étant essentiel au blanchiment des énormes sommes d'argent en espèces provenant du trafic de drogue ayant environ une valeur mondiale de 250 milliards de dollar.
-liens entre paradis fiscaux dont Dubaï, blanchiment d'argent de la drogue, grosses banques type HSBC, rachat de la dette de pays, oppression militaire.
-spéculation non réglementée dont sur les produits alimentaires de base.
-pseudo mesures sociales pour compenser les mauvaises conséquences de la corruption politique.
-pénuries dont de l'eau et de l'électricité attribuées à la surconsommation alors que provenant du manque d'investissement (pas d'entretien des tuyaux transportant l'eau, ni d'entretien du réseau électrique, ni de prévisions sérieuses) et de la corruption politique.
-Euro empêchant aux pays faibles de dévaluer leur monnaie pour être plus compétitifs.
-incohérence grave de l'Union Européenne de mettre en libre échange des pays n'ayant pas un niveau économique similaire d'autant plus sans normes sociales et environnementales communes. De plus selon Jean-Bernard Lévy PDG d'EDF, il n'y aurait pas de hausse des prix de l'énergie en France s'ils n'étaient pas indexés via l'Union européenne sur ceux du marché mondial, alors qu'EDF-GDF nationalisé était source de beaucoup d'énergie à bon marché et synonyme d'indépendance nationale énergétique, et que ce problème associé à la fermeture des réacteurs nucléaires et à la raréfaction du gaz russe à cause des sanctions pourrait pourtant paralyser les entreprises et empêcher les Français d’avoir du chauffage l'hiver. De même la hausse des prix des carburants jusqu'à 2 euros le litre et de l’énergie en général était programmée bien avant l’intervention russe en Ukraine, alors que le prix du pétrole est redescendu.
-putsch de la finance par une fabrique de la panique et par le vol des comptes publics particulièrement depuis le covid 19 et la guerre en Ukraine.
-élection de 2022 ayant montré : à Macron les jeunes et retraités, et à Marine les productifs. Ainsi désormais, la corporation est accolée à l’extrême droite. C’est la loi en régime socialo-sioniste néolibéral : tout ce qui conteste est gazé, fascisé, nazifié.
-certification de certains médecins et bientôt d'autres professionnels par youtube pour prétendument lutter contre la désinformation, alors qu'ouvrant la porte à la pensée unique favorisant la ploutocratie mondialiste.
-détournement hyper simpliste de l’attention du peuple des sujets politiques importants et de leurs réussites. C'est à dire que si le peuple a au moins du gaz, de l’électricité, ou de l’eau, voire bientôt de l’oxygène cet hiver, ce sera une victoire, même sans le pouvoir d’achat relevé, ni la baisse du prix de l’énergie, ni une réindustrialisation, ni le chômage diminué, ni les PME/PMI préservées, ni la fin de la vente à la découpe de la nation. En effet tout cela sert à la centralisation toujours plus grande de l’économie vers le grand reset de la haute finance.
-ultra libéralisme qui empêcherait la plupart des nations à être concurrentes économiquement avec la Chine surpeuplée même en renonçant à tous leurs droits sociaux, tout comme en boxe on ne demanderait pas à un poids plume de monter sur le ring face à un poids lourd.
-imposition des retraites par capitalisation plutôt que par répartition, au service de la prédation des grands argentiers comme Blackrock ou Vanguard.
-peur des employés de s'attaquer aux grandes entreprises pour défendre leur droit salarial, alors qu'un juge prud’homal peut les condamner plus facilement que les petites puisque ces dernières risquent parfois une cessation d'activité suite à un jugement ou des dommages et intérêts.
-changement de camp en termes d’identification politique socio-économique de la part de la gauche et de la droite. Or ce n’est pas seulement une transition politique, c’était en fait un changement métaphysique et existentiel. En l’état actuel des choses, les progressistes/de gauche/libéraux sont liés aux grandes machineries technologiques, aux médias grand public et à Wall Street, tandis que la droite s’est transformée en un mouvement populiste tenté par la pensée révolutionnaire (pour le retour à la justice sociale et économique ainsi qu'aux valeurs traditionnelles). En effet ce changement provenant de la pression mondialiste cherche à faire adhérer l'humanité à l'orthodoxie idéologique de la gauche sociétale radicale ayant commencé par le politiquement correct, continué jusqu'à la transsexualité, amené la tyrannie technologique, détruit les valeurs sociales authentiques et donc effacé la civilisation traditionnelle, en permettant à la ploutocratie internationaliste de dominer les peuples et les nations, ce qui entraîne de plus en plus une révolte des peuples contre tout cela. Il est intéressant de lire à ce sujet « Le Great Reset peut être stoppé : analyse du blocage d’Ottawa par les camions de la liberté » à l'adresse https://strategika.fr/2022/02/01/le-great-reset-peut-etre-bloque-analyse-du-blocage-en-cours-dottawa-au-canada/
-femmes de 75 ans devant souvent travailler comme serveuses aux USA pour subsister.
-banques ayant racheté les médias de masse en 2008, et ayant donc pris le contrôle de la démocratie.
-régulation de l’Internet pointant son gros nez et provenant des forces occultes qui constituent le pouvoir profond, ces minorités agissantes qui persécutent la majorité des Français pour leur propres intérêts, qu’ils confondent évidemment avec ceux de l’État. C’est tordu, mais c’est comme ça : la liberté, c’est leur liberté. Pas la nôtre. Vu ce qu’il en reste... Seule la propagande macronnienne (c’est-à-dire européiste, mondialiste, progressiste) sera autorisée ! On va tout droit vers un monopole de l’information, et un chaos généralisé. Bonne chance aux députés Renaissance qui vont se coltiner la colère des Français dans leur circonscription.
-sous prétexte de sécurité, volonté politique de possibilité d'allumage à distance des micros et web cam des ordinateurs et smartphones, ce qui prouve que c'est possible et probablement souvent fait.
-diverses émissions de TV anciennes remises à la télé pour former chaque génération avec ce qui égare le plus.
-problème d'approvisionnement dû à des mouvements grévistes servant parfois les gouvernements et rendant ensuite impopulaires certaines manifestations pourtant légitimes.
-grande gravité de la pénurie d'essence à notre époque car étant presque similaire à celle de la pénurie de pain au 18e siècle.
-paysans ayant été appauvri par le mondialisme qui achète moins cher dans des pays pauvres où le coût du travail est plus bas ainsi que par le rachat bourgeois de plus en plus monopolistique des terres, et ayant peu de pouvoir politique car étant devenu 2% de la population en tant qu'agriculteurs, alors qu'avant la révolution française ils correspondaient à 90 % de la population et qu'ils sont les garants de l'autonomie alimentaire.
-stratégie du choc dans les provocations d'effondrements d'exchanges pour faciliter voire ravir l'acceptation des cryptomonnaies centralisées de banques centrales.
-annonces de pénuries pour faciliter des augmentations de prix comme pour l'essence et l'énergie. Cette inflation constante de prix est un moyen de faire toujours plus d'argent pour les financiers internationalistes.
Or « La vérité concernant l'inflation est (aussi) que ce ne sont pas les prix qui montent mais la monnaie qui -enfin- se déprécie. L’idéologie économique dominante repose sur la falsification, l’inversion et la mystification. Elle repose sur une structuration de vos perceptions et de votre savoir. Elle repose sur une forme, une gestalt. Elle repose par exemple sur la création d’invariants là où en réalité il y a du variable. Elle repose sur l’illusion qui fait croire ce que l’on voit.  Ils vous font oublier que les prix des choses ne sont pas les mêmes selon que vous avez une masse monétaire de M, de 2M, de 5M ! Ils posent un invariant et vous vous croyez que ce sont les prix des biens et services qui montent. Ils ont réussi à faire sorte que vous croyiez au maintien de la valeur de la monnaie, ce qui leur a permis, leur permet et leur permettra d’en émettre toujours plus à leur profit ou à celui de leur copains. Objectivement, en terme systémique, Nous ne sommes pas dans une période de hausse des prix, nous sommes dans un période de destruction de la valeur d’échange de la monnaie; tout le reste, comme les chaînes d’approvisionnement, les raretés, les sanctions, etc tout cela ce sont des « causa proxima », des causes proches, circonstancielles. Ce sont des modes Nécessité de la Necessité qui elle est de déprecier ce qui est en excès. Il faut bien que la Nécessaire dépréciation se la monnaie sur-émise soit visible à un endroit, c’est ce que l’on voit, mais cela pourrait être ailleurs, sur autre chose. L’hyperinflation c’est une prise de conscience sociale, c’est une vérité sue, partagée, propagée, une vérité dont tout le monde sait qu’elle est sue : un savoir commun. C’est la vérité que ce ne sont pas les prix qui montent mais la monnaie qui se déprécie. » (Extraits de l'article de Bruno Bertez & Mohamed A. El-Erian)
-menaces souvent fausses de pénuries afin de faciliter des augmentations de prix comme pour l'essence, l'énergie et même l'eau, car cette inflation de prix est un moyen donc de faire toujours plus d'argent, mais aussi d'obtenir toujours plus de contrôle sur les populations pour les financiers internationalistes, et de détourner l'attention du peuple pour faire passer des lois néolibérales ou mondialises.Le « capitalisme du désastre » et les récits de crise actuels servent à manipuler l’opinion publique et à faire accepter une série de mesures douloureuses, qui sans cela, ne bénéficieraient pas d’un soutien politique suffisant. Ces mesures sont promues par de puissants intérêts financiers espérant en tirer des gains atteignant des milliards de dollars. Ils cherchent à obtenir le contrôle total de l’alimentation et de la manière dont elle est produite. Leur vision fait partie d’un programme plus large visant à redéfinir la façon dont l’humanité vit, pense et agit. Les grosses manifestations d’agriculteurs néerlandais ont fait la une des journaux pendant une grande partie de l’année 2022. Ce sont les projets visant à réduire de moitié la production d’azote des Pays-Bas d’ici 2030 qui ont provoqué ces manifestations massives. Le gouvernement leur oppose la sortie nécessaire de l’agriculture animale, citant l’impact de ses émissions sur le climat. Cette « transition alimentaire » va souvent de pair avec la promotion de « l’agriculture de précision », du génie génétique, des aliments synthétiques fabriqués en laboratoire, des jardins verticaux et de la réduction du nombre des agriculteurs et d’exploitations agricoles. Cette transition est présentée comme étant « respectueuse du climat », conformément au récit relatif à « l’urgence climatique ». Le militant Willem Engel affirme que le gouvernement néerlandais ne cherche pas à éliminer les agriculteurs pour des raisons environnementales, mais plutôt pour faire place à la « Tristate City », une mégalopole d’environ 45 millions d’habitants s’étendant jusqu’à l’Allemagne et la Belgique. Engel soutient donc que la « crise de l’azote » est une manipulation visant à faire passer des mesures qui permettront de remodeler le paysage national, surtout qu'il affirme que le principal émetteur d’azote aux Pays-Bas n’est pas l’agriculture mais l’industrie. Ces événements aux Pays-Bas sont-ils la première étape d’une campagne visant à faire accepter aux populations les cultures génétiquement modifiées, les « aliments » fabriqués en laboratoire, et l’entassement de 90 % de l’humanité dans des mégapoles ?
-oligarchie mondialiste ultra-libérale construisant logiquement sa prise de pouvoir dans l'Occident hégémonique par la déconstruction naturelle, sexuelle, conjugale, familiale, sociétale, sociale, économique et nationale.
-fausse ou provoquée inflation finançant la guerre occidentale en Ukraine.
-perverse oligarchie transatlantique mondialiste basée sur le fascisme de la puissance financière anglo-saxonne.
-rouleau compresseur néolibéral, uberisation de l’économie et tyrannie européiste détruisant mécaniquement le tissu économique de base, les petites unités de production de proximité et les PME au profit des groupes, des chaînes, de la fordisation du secteur. On voit déjà surgir des pseudo-boulangeries qui travaillent avec des centrales d’achat, qui font de l'argent avec un personnel tournant qui s'épuise régulièrement, et qui est placé ici et là au gré des besoins. Et n’oublions pas les supermarchés, qui font de la mauvaise baguette, mais à un prix défiant toute concurrence. À l’arrivée, c’est l’artisan à l’ancienne qui souffre, la petite structure familiale qui disparaît.
-pénurie alimentaire mondiale due aux restrictions nationales souvent légitimes, aux spéculations souvent irresponsables et aux sanctions économiques indignes voire aux sabotages criminels. Il faut donc de plus en plus lutter contre la racine du problème, plutôt que d'intervenir quand il s'est déjà présenté. Il est ntéressant de voir à ce sujet la vidéo « Crise alimentaire : l'impasse » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Crise-alimentaire-l-impasse-71571.html
-ultra-libéralisme (néolibéralisme) produisant dans des pays pauvres, et amenant la baisse des salaires des pays riches, l'emprunt massif de la population, des crises comme celle des subprimes et donc la faillite des PME voire de certaines grandes entreprises commerciales et industrielles au profit des la haute finance. Il s'agit donc de la mise en faillite du monde de la production et de l’économie réelle au profit du monde de l’économie fictive et parasitaire.
-Union européenne ayant rendu les Européens plus pauvres par ses sanctions infligées à la Russie.
-arnaque de la hausse des prix pour engranger de la TVA que le gouvernement a provoqué (ou laissé faire) afin de rembourser l’argent gratuit de la parenthèse covidiste. Or le prix des matières premières chute (malgré la psychose ukrainienne), alors que le prix des produits de consommation courante en magasins monte. C’est aussi le cas pour le couple pétrole brut-carburant à la pompe.
-hausse de la taxe foncière qui va frapper les possédants de plein fouet. On extrait de ce racket ceux qui ont les moyens de protéger leur argent des effets délétères de la politique macronienne, par exemple qui peuvent se payer des fiscalistes et autres spécialistes de l’évasion fiscale ou de l’évitement de l’impôt. Macron n’est pas la France. Macron c’est McKinsey, Rothschild, Pfizer et BlackRock. C’est ça qui a été sifflé. C’est aussi l’inflation à deux chiffres, la facture délirante d’électricité, le TGV inabordable, le litre de carburant qui dépasse les 2 euros, le panier de la ménagère qui se vide, les milliards envoyés à la pute de l’OTAN Zelensky, les insultes faites au peuple, le dangereux vaccin obligatoire, le masque de la honte, les mensonges permanents...
-forum de Chisinau, édition 2023, intitulé « Agenda 21 de l’ONU et Great Reset. La chute du libéralisme à la technocratie et au transhumanisme » ayant été massivement organisé. Nous sommes différents en ce qui concerne l’ethnicité et la citoyenneté, en termes d’appartenance religieuse ou non religieuse, en tant que vision sur des aspects particuliers de la situation internationale d’aujourd’hui. Mais nous sommes unis dans notre lutte métapolitique contre la tyrannie mondialiste qui pousse le monde dans une réalité génocidaire et l’esclavage des survivants dans une prison mondiale dystopique.
-néolibéralisme, étant de la régression sociale et historique, puisqu’on efface un bon siècle de victoires populaires – chèrement acquises – contre la Banque. Et là, on ne parle pas des banques de dépôt, même si elles ne sont pas toutes innocentes (voir l’affaire Clearstream), mais des banques d’affaires qui gagnent gros sur la revente des meilleurs morceaux de la France au plus offrant (BlackRock). Et tant pis pour les effets secondaires de cette politique, à savoir la casse sociale : c’est l’État qui gère le merdier, avec de plus en plus de flics, forcément. C’est pour ça que la Banque ne peut pas être patriote : elle est par essence mondialiste, transfrontalière. Les nations, pour elle, sont un obstacle majeur. Il faut soit les soumettre, soit les détruire, au cas où elles n’accepteraient pas son pouvoir. La paupérisation que les Français subissent actuellement, c’est le pendant du profit de la Banque.
-en temps de paix autant qu’en temps de guerre, la domination occidentale sur le reste du monde, autant que celle des États-Unis sur leurs alliés, passant par l’instrumentalisation du droit. Ainsi, les tribunaux internationaux ne cherchent aucunement à rendre la justice, mais à confirmer l’ordre du monde et à châtier ceux qui le contestent. Le droit états-unien et le droit européen (extraterritoriaux) servent aussi à contraindre le reste du monde à respecter les politiques de Washington et de Bruxelles.
-argent public massivement transféré au secteur privé lors de chaque crise. Les dernières crises, comme la pandémie du Covid, les guerres, ou le krach de 2008, ont toutes un point commun : à chaque fois s’opère un transfert massif de l’argent du contribuable au profit du secteur privé. C’est devenu systématique : les contribuables paient l’entier des coûts des crises, et les privés encaissent l’entier des bénéfices. A ce sujet, il est intéressant de lire l'article « A chaque crise, l’argent public est massivement transféré au secteur privé » à l'adresse https://strategika.fr/2023/03/15/a-chaque-crise-largent-public-est-massivement-transfere-au-secteur-prive/
-gros déséquilibre dans le partage de la valeur ajoutée, car la capital touche trop par rapport au travail.
-retraite par capitalisation plutôt que par répartition prouvant la privatisation du système national. D'ailleurs le budget de l'armée est de 400 milliards sur 5 ans, alors qu'il suffirait de 15 à 20 milliards par an sur la même période pour sauver la retraite par répartition à 62 ans, et que les personnes âgées devraient être prioritaires.
-105% de taxe sur l'essence étant prise au peuple, alors le kérozène des Falcon X7 des 600 milliardaires se rendant à la grand-messe satanisto-mondialiste de Davos, est lui à... 100 % ...détaxé ! 100 % et plus de taxes pour les pauvres, 100 % de détaxe pour les riches : voilà un beau résumé de la démocratie laïciste, ce paravent de la dictature oligarchique ou/et sioniste en tous lieux et tous temps.
-faux argument de ne pas indexer les salaires sur les prix sous prétexte de ne pas créer complètement une boucle inflationniste, pour cacher que lorsque seuls les prix augmentent et pas les salaires, cela correspond à de la paupérisation du peuple au profit de l'oligarchie.
-travailleurs sans papier travaillant à bas prix et permettant ainsi également la stagnation des salaires, dont car ne pouvant donc pas être dans des syndicats.
-quinquennat de Macron ayant fait chuter la balance des échanges français et connu une inflation record, sauf pour les riches qui bénéficient seuls d’une indexation de leurs titres, alors que les cas d’impayés se multiplient, et que la justice, qui n’a d’yeux que pour le droit établi par la bourgeoisie pour la bourgeoisie, étale ou punit.
-prétentions erronées que nous sommes dans une économie socialiste selon la droite et dans une économie capitaliste selon la gauche, alors que c'est ni l'une ni l'autre, mais plutôt un système financier destructeur dans lequel un capital fictif détermine l'économie qui ne va ni à l'être humain ni à la production de biens, car elle dérape de plus en plus dans la spéculation financière. Le choix entre une économie raisonnablement socialiste ou ultra libérale doit se faire par rapport à la communauté humaine ou l'individu. C'est à dire que l'accumulation de richesse très au-delà du raisonnable crée des produits d'hyper luxe, ce qui déstabilise la société dont en détruisant les services publiques dont les aides sociales font partie. Le choix est donc simple car il suffit de préférer pieusement l’humanisme raisonnable à l'égoïsme extrême.
-vente (casino) à découvert ayant été follement autorisée.
-concurrence déloyale puisque seuls les riches voire ultra-riches peuvent se payer des publicités en particulier télévisuelles.
-jours-amende plutôt que temps de prison utilisables donc injustement seulement par ceux qui peuvent se le permettre, ce qui est encore le signe d'une tyrannie ploutocratique.
-réformes fiscales d’Emmanuel Macron ayant amené à dividendes en hausse et l'investissement en berne selon l'article à cette adresse https://lemediaen442.fr/les-reformes-fiscales-demmanuel-macron-dividendes-en-hausse-investissement-en-berne/
-devant l’effondrement du pouvoir d’achat des Français, le duo de clowns mondialistes Le Maire-Macron promettant le plein emploi, alors que malheureusement, même les défenseurs du libéralisme à la française n’y croient pas. Le mot d’ordre gouvernemental, c’est « Atteindre le plein emploi et réindustrialiser le pays », deux mensonges en forme de gifles pour les chômeurs et les pauvres. Depuis que Macron a été élu, il y a une diminution considérable du pouvoir d’achat de 7 à 10 %, c’est énorme.
-pour obéir aux ultralibéraux, suppression de l'échelle mobile des salaires qui consiste à augmenter sagement les salaires en fonction de l'augmentation des prix afin de conserver le pouvoir d'achat des salariés.
-augmentation de 70 % des smicards sur l'année 2023.
-environ 30 % de la TVA reversée aux multinationales via les collectivités territoriales.
-autoroutes payées par les citoyens à travers l'impôt et les péages puis vendus au secteur privé  à travers des sociétés dont les bénéfices ont déjà pulvérisé toutes les prévisions les plus optimistes au détriment des citoyens, alors que l'argent des péages devrait en grande partie servir à améliorer les services publics et les aides sociales.
-chèque énergie et bientôt chèque alimentaire à cause de de l'inflation étant des digues pour le système oligarchique qui appauvrissent en plus la classe moyenne qui elle paye des impôts et subira donc ensuite le plus cette inflation jusqu'à aussi toucher ces chèques à la différence des ultra riches.
-fonds vautour très spéculatifs vidant les caisses des États qui doivent alors sacrifier leurs services publics, et allant même jusqu'à spéculer contre les denrées alimentaires de première nécessité en créant des famines et contre des pays du tiers monde dont la dette devrait évidement être annulée. Selon Pierre Jovanovic, ces fonds vautour sont même en train de s’emparer de tout ce qui ne marche pas en France.
Derrière l’écran de la grippe qui a été transformée miraculeusement en pandémie covid par les sorciers mondialistes, cela va même jusqu'à la destruction des derniers services publics français au profit des multinationales qui salivent devant les beaux morceaux, et au profit des banques qui vont gérer les fusions-acquisitions à venir. Or le privé lucratif ne peut par exemple plus logiquement s'occuper des maisons de retraites, car il recherche progressivement toujours plus de profit, ce qui finit généralement par se faire au détriment du nombre de personnel, du confort et du bon traitement des usagers, comme l'a prouvé l'affaire des EPHAD en France.
-produits financiers à haut rendement ayant été inventé dans les années 80 et étant destructeurs de richesses productives. La banque ne développe plus le capitalisme car elle est devenue prédatrice en vivant sur la destruction accélérée de la richesse industrielle. Il en s'agit pas seulement d'une logique dérive de l'accumulation capitaliste cherchant toujours plus de profit, mais d'abord d'un plan oligarchique de contrôle du monde.
-hedge funds étant des fonds de placements les moins régulés et les moins encadrés par la législation américaine. Ils sont les mettre du jeu car à part eux il ne reste que Black Rock et Vanguard. C’est là que se font les plus grosses plus-values et où l'on trouve le plus d’abus. La justice américaine, qui pourtant dispose de grands moyens, peine a réprimer les grandes escroqueries de la haute finance, alors qu'elle n'hésite pas à sanctionner des banques européennes. Ainsi, un hedge fund est un fonds de couverture. Par extension, on inclut parfois sous l'appellation de hedge fund tout fonds alternatif, c'est-à-dire un fonds qui n'est pas dédié à l'investissement en actions ou en obligations cotées, et qui est ouvert au public. La gestion alternative (Hede funds) est un mode de gestion de portefeuille alternative risqué par lequel le fonds d'investissement qui investit mobilise des actifs liquides et recourt à des montages financiers complexes et à des techniques de management du risque pour améliorer ses performances. Un hedge fund recueille de l'argent auprès d'investisseurs qualifiés, crée un fonds commun avec les investissements, puis utilise le capital accumulé pour s'engager dans diverses activités d'investissement et de négociation non réglementées. Comment les hedge funds gagnent de l'argent ? Traditionnellement, les hedge funds prélèvent une commission de 15 à 20% sur les éventuels profits mais surtout des frais entre 1,5 et 2% des montants déposés par leurs clients, et ce chaque année. Les principales stratégies des hedge funds sont les suivantes :
.anticipations macro-économiques telles que la croissance des PIB, taux d'intérêts, taux de change ou encore des prix des matières premières.
.investissements sur les marchés émergents.
.arbitrage des déformations et mouvements de la courbe des taux (analyse comparée des taux longs et taux courts).
.pratique du "Events driven" qui regroupe différentes stratégies qui consistent à prendre position sur des titres afin de tirer partie d'anomalies de prix lors de situations spéciales telles que les fusions-acquisitions (merger arbitrage) ou restructuration de dettes de sociétés en faillite (distressed). Le gérant d'un fonds à stratégie "events driven" va par exemple spéculer sur l'écart entre le prix annoncé par l'acquéreur lors d'une OPA et le prix réel auquel se déroule ensuite l'opération sur le marché.
.utilisation d'algorithmes destinés à prendre des positions spéculatives "long" ou "short" sur des contrats futures sur tout type de support (indices, matières premières...).
-capitalisme financier ayant détruit le service public français de l’électricité, qui était pourtant le meilleur du monde, dont car le plus efficace et le moins cher, pour en faire une entreprise privée, inefficace et chère dont à cause des règles de l'union européenne.
-toute structure politique solide défaite à cause de l'ultra-libéralisme, amenant Haïti à végéter dans l’anarchie, au sein de laquelle les gangs mafieux se développent en profitant donc du désordre historiquement organisé par les mafieux d’en haut. L’anarchie, ici, est bien un concept oligarchique, et le mondialisme est donc bien une mafia d'en haut amenant à une société aussi gangrenée par les mafieux d'en bas.
-illégitimité que le capital (actionnaires) gagne toujours plus voire beaucoup plus que le travail (salariés), en particulier sans négociation permanente comme en Allemagne.
-amoralisme dans la phase terminale du grand capital par preuve de l'expression « buisness is buisness ».
-écroulement possiblement provoqué de la plate-forme centralisée FTX d'échange de cryptomonnaies pour détourner des les populations des cryptomonnaies décentralisées, comme l'écroulement possiblement provoqué de l'Angleterre depuis son Brexit pour faire craindre la sortie de l'Union Européenne mondialiste, surtout que cette nation est toujours contrôlée par le même pouvoir profond qu'avant. De plus cet effondrement de FTX peut servir à ce que les régulateurs aient une raison de passer des lois qui rendront le pouvoir des cryptomonnaies décentralisées à des structures centralisées.
-baisse de la dette par l'inflation synonyme d'un gros impôt supplémentaire pour le peuple et de perte de valeur de la monnaie. Cette inflation est très probablement voulue voire organisée par les mondialistes corrompus pour éviter d'être accusés de cette dette dont à cause de leur usurière finance internationaliste prédatrice et de la folle planche à billets. Or l'inflation peut aussi incarner la récupération de la zakat non gérée ni donnée.
-désignation de la classe moyenne, cœur de la nation, comme ennemi par l'ancien préfet Lallement proche de l'Etat et pouvoir oligarchiques, ce qui signifie que la guerre civile a déjà commencée en France. D'ailleurs le président Macron incarnant le plus l'Etat et le pouvoir oligarchiques a dit clairement quelques temps après les gilets jaunes : nous sommes en guerre.
-banque Rothschild ayant un accord avec le fisc qui leur permet de verser 80% des rémunérations au sein des trusts (entreprises influentes souvent écran et perverses) situés dans des paradis fiscaux.
-grand reset occidental au niveau économique en partie déjà réalisée avec la crise des subprimes (et la préparation de monnaies numériques centralisées) ayant fait que certaines banques sont devenues oppressivement too big to fail ainsi donc que certaines grandes nations momentanément ou tant que ce système perdure. Or depuis des décennies voire de siècles, ce système cherche indignement à accomplir ce grand reset complètement, puisque voulant la domination supranationale privée totale en utilisant la perversion du sacré à travers son inversion ou sa transformation. Cette restructuration (ce grand reset) qui obsède le Forum Economique Mondial est un oligarchique système collectiviste mondial basé sur les concepts de Schwab de la 4e révolution industrielle, de l’économico-politique partagé voire du capitalisme des parties prenantes (gouvernance d’entreprise). Elle laisse entendre que si la fragmentation de l'économie est nécessaire, sa trop grande fragmentation pourrait être gênante surtout pour leur ploutocratie.
-possibilité de fusion entre l'Otan et de l'UE pour plus de coercition mondialiste dans le futur.
-étrange perquisition chez le président Donald Trump. Tout le monde s’attend à des enquêtes et des perquisitions dans le cadre d’enquêtes sur des accusations de fraude fiscale et de malversations financières au sein de l’empire financier de Trump, mais pas en raison de possession de documents de nature politique. Trump a donc pris les devants et paré à un éventuel procès, chantage voire assassinat en cachant des pièces dont la divulgation serait susceptible d’ébranler l’État profond US, comme concernant l'assassinat de Kennedy, apparenté à un coup d’État de l’État profond par un très grand nombre d’analystes politiques aux États-Unis, et donc concernant le rôle réel de la Commission Warren chargée d’un rapport officiel sur cet assassinat politique et d’autres aspects relatifs aux liens entre l’administration Johnson, la CIA, la mafia juive, les exilés cubains, Israël, la dynastie Bush et le complexe militaro-industriel. En effet beaucoup de ces d'informations secrètes pourraient remettre en cause la prise en otage des États-Unis par un pouvoir occulte non institutionnel et anticonstitutionnel et pourraient ainsi provoquer un début d’une seconde révolution américaine. Indubitablement, l’État profond et ses branches chargées de la propagande qualifient tout questionnement autour de l’assassinat de Kennedy en dehors des conclusions de la Commission Warren comme de vulgaires théories complotistes, allant même à en créer quelques-unes ou à tolérer des adaptations cinématographiques à des fins de diversion ou de noyade du sujet. Or Trump connaît donc possiblement désormais la genèse et l'organisation ultra corrompue voire actuellement en plus grandement anti-patriotique du camp ennemi. En tout cas vu la non déclassification de ce dossier par les gouvernements américains alors qu'ayant dépassé 50 ans, cela prouve qu'il y a eu un complot.