Recherche

Menu principal

PDF Imprimer Envoyer

3) Les épreuves difficiles proviennent toujours de la sage omniscience divine ou des fautes humaines (suite 4)


Il faut donc bien distinguer la faute synonyme d'erreur non morale comme le mauvais résultat d'une opération mathématique effectuée inconsciemment, de la faute synonyme d'erreur morale comme le premier péché d'Adam suite à un choix décidé consciemment puisque malgré l'avertissement de Dieu montrant au passage qu'Il veut le Bien à l'humanité. Ainsi en plus d'une erreur morale effectuée suite à un avertissement religieux, émotionnel ou amical, un péché correspond aussi évidemment à une erreur morale répétée consciemment, d'autant plus si c'est un grand péché.
Par conséquent, on peut confirmer que par son suivi constant de la religion complète qui lui a été révélée, le Prophète (SBDSL) s'est ennobli de l'imperfection vers la perfection, et comprendre que par rapport à un péché qui est plus une mauvaise action faite consciemment et renouvelée, l'erreur est plus une faute souvent faite inconsciemment possiblement sans être renouvelée, c'est à dire lorsqu'elle est par exemple liée à l'ignorance, l'oubli, une humeur tendue ou une bonne intention incorrecte.
Or lors de son temps de vie, les erreurs du Prophète (SBDSL) n'ayant pu être que rares, les autres erreurs ou péchés nécessaires à l'éducation de l'humanité ont été celles des compagnons. Mais elles ont donc aussi fini par devenir cause de Bien suite à leur apport d'enseignement religieux, de noblesse morale ou/et de sagesse :
Ibn Abbas rapporte (SDP) que le Messager de Dieu (SBDSL) vit une bague d’or au doigt d’un homme. Il la lui retira et la jeta par terre en disant : « Comment dont est-ce que l’un de vous saisit de sa main une braise en connaissance de cause ? » Une fois que le Messager de Dieu s’en alla, on dit à cet homme : « Ramasse ta bague et tires-en quelque profit ! » Il dit : « Non par Dieu ! Jamais je ne la reprendrai alors que le Messager de Dieu l’a jetée par terre. » (Mouslim)
Oqba Ibn Amr Al Badri (SDP) rapporte : Un homme est venu voir le Prophète (SBDSL) et lui dit : « Je manque la prière du matin (Subh) en groupe car untel (qui dirige la prière) fait une prière trop longue pour nous. » Je n'ai jamais vu le Prophète (SBDSL) se mettre autant en colère lors d'un sermon que ce jour-là. Il dit : « Ô hommes, il y a parmi vous des personnes qui font fuir les gens. Quiconque dirige la prière se doit de la raccourcir, car Il y a derrière lui des vieillards, des jeunes et d'autres qui ont des occupations. » (Boukhari et Mouslim)

Ainsi les péchés de chaque être humain pouvant donc aussi souvent être sources de sagesse et parfois instructifs au niveau de la noblesse morale apportent un sens supplémentaire au hadith suivant déjà cité :
Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, si vous ne péchiez pas (pour apprendre de vos erreurs et faire apparaître certaines morales dont la valeur du repentir expliquant l'ennoblissement aux anges), Dieu vous emporterait pour faire venir des gens qui pécheraient et demanderaient ensuite à Dieu le Très-Haut de les absoudre et Dieu les absoudrait. » (Mouslim)
Suite à tout ce qui a été évoqué, il faut comprendre que la bénédiction divine accordée au Prophète Mouhamed (SBDSL) peut dans un sens être considérée comme supérieure à celle accordée au Prophète Jésus (paix sur lui), car Jésus ayant été dès sa naissance purifié par le saint esprit qui le guida à ne pas faire d'erreurs, on peut interprété qu'il a obtenu moins de bénédiction divine que Mouhamed qui fut purifié par le pardon divin de ses fautes passées et futures avant qu'il ne naisse. Or la sainteté attribuée dès la naissance peut évidemment aussi être interprétée comme une bénédiction divine supérieure au pardon de toute faute par avance. Or le suprême sens digne qu'est l'ennoblissement maximal du Seigneur est le mieux expliqué à toutes les créatures par le repentir, la possible représentation de tous les attributs divins, une bonne gestion des qualités morales et l'ennoblissement religieux complet de la nature imparfaite humaine, dont le mal devient donc aussi un bien par ses nobles enseignements moraux. Et c'est pourquoi, c'est l'ultime Messager Mouhamed qui est associé à l’unicité divine inscrite sur le Trône divin. Cependant l'explication de l'ennoblissement par l'amélioration d'une créature imparfaite ne correspond pas exactement à l'ennoblissement du Créateur, car à l'origine la nature du Seigneur n'était pas imparfaite mais plutôt neutre, bien que l'innocence de l'enfance puisse être considérée comme neutre. Et de cet état neutre comme il a été vu, Lui seul s'est donc à travers le libre-arbitre ennobli au maximum exclusivement dans la sainteté (justesse irréprochable), c'est à dire toujours juste et miséricordieux par excellence quand c'est possible, voire toujours miséricordieux par excellence comme il sera revu. Or malgré Sa neutralité et notre imperfection originelles précédant l'ennoblissement maximal personnel, Dieu et nous partons quand même d'une position noble, car Lui est Souverain et l'homme est la meilleure créature, puisque ayant reçu la préférence divine par preuve que tout le reste de la Création lui est assujetti. C'est aussi pour ça que l'on peut parler d'ennoblissement maximal.
A propos de la nature de Jésus, il faut comprendre que n'ayant pas eu le saint code religieux complet de la noble adoration permanente qu'est l'islam lors de son premier passage sur terre, il n'a pu épanouir totalement sa sainteté à ce moment là. Ainsi quand il reviendra sur terre pour se convertir à l'islam et devenir le chef du monde musulman, sa sainteté pourra être considérée totalement épanouie. C'est à dire que même sa sainteté aura connu une forme d'ennoblissement. Mouhamed (SBDSL) a donc suivi la sainteté de Jésus (paix sur lui) qui à son retour suivra le message islamique de Mouhamed (SBDSL), car correspondant à la religion entièrement complétée permettant donc une adoration permanente, et donc un ennoblissement maximal, et donc l'épanouissement maximal de sa sainteté, d'autant plus que c'est en tant que musulman que Jésus obtiendra une femme et des enfants nécessaires à la plénitude morale et à l'exemplarité d'un dirigeant.
Pour illustrer cette analyse, il faut reconnaître que même si une voiture est parfaite, sa conduite ne pourra être considérée comme parfaitement accomplie que si elle roule sur des routes ayant reçu la totalité des panneaux de signalisation qui existeront à jamais, , comme la position souveraine noble par excellence de Dieu doit suivre le meilleur chemin pour être noble au maximum. Par conséquent si l'être humain a un caractère agréable et un langage irréprochable lui permettant de ne jamais commettre d'erreurs comme Jésus, sa sainteté ne pourra être reconnue totalement épanouie que s'il est constamment dans la noblesse de l'adoration permanente du cadre légal et de la moralité de la religion entièrement complétée par l'ultime Messager Mouhamed (SBDSL). Surtout que cette adoration permanente ne peut que convenir à la perfection de cette sainteté, puisque toute créature ne subsiste à chaque instant que par la puissance de son Créateur voulant en plus toujours la faire participer à Son entreprise de noblesse et de bienfaisance :
(ExtS29v45) « Le rappel d’Allah (et donc l'adoration permanente) est certes ce qu’il y a de plus grand (surtout donc qu'aussi légitime par rapport à Sa création permanente). »
Ceci est donc confirmé par le futur retour du saint esprit de Jésus (paix sur lui) devant s'épanouir totalement en se convertissant à l'islam, en parvenant au rang de chef du monde ou du dernier Califat, puis en devenant père de famille puisque selon un hadith le mariage et donc la vie familiale est la moitié de la religion pour l'homme.
En effet cette institution qu'est le mariage permet de comprendre et d'acquérir à travers le rôle de parent envers ses enfants, le rôle de certains attributs divins tels le Souverain, le Maître et le Contraignant pour le mieux, et à travers la relation de couple, la dignité d'autres attributs divins de la sainteté, comme la douceur, la pudeur, la finesse et l'intensité plus présentes dans la féminité, ou la force, la responsabilité, la protection et l'assurance plus présentes de la masculinité.
Pour atteindre l'ennoblissement maximal, l'être humain doit donc tendre vers un caractère agréable et un langage irréprochable synonymes d'une voiture parfaite, et vers une pratique religieuse correcte et la bonne moralité synonymes du code de la route entièrement complété. Et en sachant que si on arrive précieusement à se rapprocher de l'un de ces deux domaines sublimes, il est précieux que cela facilite évidemment l'acquisition de l'autre d'autant plus avec une grande piété. D'ailleurs respecter les bonnes règles morales et donc religieuses doit être aussi naturel que de suivre le code route.
          Ainsi le Prophète Mouhamed (SBDSL) a bien également incarné la perfection de la sainteté, car l'adoration constante de l'islam, apportant donc une noblesse permanente et contenant le repentir fréquent, légitime l'absolution divine par avance de ses fautes passées, que nous pouvons apparemment aussi espérer en tendant à sa tradition. Il peut ainsi être aussi déduit que lorsque le saint esprit du Prophète Jésus (paix sur lui) reviendra sur terre, il restera bien toujours dans le mode de vie d'adoration permanente du Prophète Mouhamed (SBDSL), et il suivra donc tous les actes surérogatoires islamiques quand son emploi du temps lui permettra. (Voir chapitre V, A, 2, a)
Le saint esprit du Prophète Jésus et l'ennoblissement religieux maximal du Prophète Mouhamed sont donc les deux faces de la pièce incarnant la valeur suprême vers laquelle doivent tendre les humains, car similaire à la dignité suprême atteinte par Dieu, puisque provenant de Sa souveraineté ayant choisi d'être toujours juste et miséricordieux par excellence dès que c'est possible. En effet celui qui suit au moins avec son intention sincère, la perfection du code de la route coranique, du mode de vie prophétique complet, de l'adoration permanente, de la bonne moralité, du caractère agréable et du langage irréprochable, et donc le comportement excellent, incarnent bien une forme de saint esprit :
(S33v21) « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent (parfait ) modèle (à suivre puisque apportant une sainteté similaire à celle de Jésus) pour quiconque espère en Allah et au jour dernier et invoque Allah fréquemment. »
Par conséquent, il peut être noté ici que plusieurs formes d'esprit saint existent, c'est à dire étant sans erreur, pur ou ayant un sens de perfection :
Allah par Ses choix, les anges par nature, Adam par son ignorance et donc son innocence avant l'interdiction et la consommation du fruit interdit similaires aux handicapés mentaux de naissance et aux nourrissons car n'étant pas responsables de leurs actes, Jésus par naissance puisque dans un déterminisme divin constant, Mouhamed par son ennoblissement maximal personnel dont car ayant mis en pratique l'adoration permanente islamique. Il faut noter que la sainteté de ce dernier est similaire à celle de tous ceux qui par leur libre-arbitre tendent à avancer toujours dans et vers le mieux avec un repentir permanent tout en dédiant aussi leur vie entièrement à Allah dont en tendant sérieusement à améliorer leur caractère, leur moralité et donc leur vie personnelle de même que celle sociale, et à celle de tout homme qui par son libre-arbitre tend à perfectionner sa nature imparfaite en suivant les excellentes règles religieuses ennoblissant suprêmement. D'ailleurs ce repentir permanent peut être lié à celui très fréquent du Prophète (SBDSL), et la volonté d'ennoblissement maximal peut être lié au « Bismila  (Au nom de Dieu) » très fréquent du Prophète (SBDSL).
          Ainsi toutes ces formes de sainteté, dont donc l'innocence des nourrissons décédés ou des handicapés mentaux de naissance puisque étant irresponsable, peuvent évidemment entrer dans le Paradis pur, puisque « saint (spirituellement) » signifie pur :
(Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 19, 13) « Alors on lui amena (à Jésus) des petits enfants, afin qu'il leur imposât les mains et priât pour eux. Mais les disciples les repoussèrent. Et Jésus dit : Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent (par rapport à la pureté de leur cœur). Il leur imposa les mains, et il partit de là. »
Or la sainteté est logiquement plus une perfection spirituelle par la noblesse morale ou la piété savante que par l'ignorance innocente. La sainteté spirituelle correspond donc à ne pas commettre d'erreur morale et à rester dans le bien, et l'excellence de la sainteté spirituelle correspond à d'être dans ou de tendre à la meilleure moralité dont le meilleur caractère faire partie. Il faut noter que la sainteté spirituelle réelle est apparemment liée à un Esprit de Perfection créé par Dieu (dont empêchant probablement les fausses et mauvaises pensées) dont bénéficie particulièrement Jésus le Messie, mais aussi l'archange Gabriel par nature.
          Mais ce terme de « sainteté » peut parfois correspondre à un rang sacré supérieur comme quand il est associé à une terre, une relique, une fonction.
Il faut noter que lorsque dans le Coran Dieu explique Son intention de savoir lequel des hommes (probablement non prophètes) agirait le mieux moralement sur terre, il ne peut correspondre à notre époque qui a déjà connu la venue du Prophète Jésus et du Prophète Mouhamed, qu'à un homme qui aura tendu au mieux vers eux et qui deviendra par conséquent très probablement le Mahdi, puisque ces deux Prophètes sont les plus nobles créatures de la Création. C'est à dire que depuis la venue de ces deux Prophètes et selon le Coran affirmant que les premiers à suivre l'ordre d'Allah sont les meilleurs, le premier à trouver, vouloir et tendre vers la valeur suprême qu'est le saint ennoblissement religieux maximal personnel ne peut très probablement être que le Mahdi.
Or la pureté de la sainteté et l'ennoblissement maximal pouvaient être obtenus par les humains des communautés précédentes quelles qu'étaient leur nombre de règles religieuses, puisque les conditions d'accès à la sainteté (perfection) spirituelle et l'ennoblissement maximal humain, c'est :
-avoir au moins une bonne et donc pure action nous rendant positivement pur et donc saint. Mais pour que cette action soit validée, il faut évidemment l'effectuer en rendant hommage à Dieu, puisqu'elle n'a été possible que par Sa puissance créatrice permanente de l'univers.
-ne pas avoir de mauvaises actions grâce au repentir fréquemment renouvelé.
-effectuer les cinq piliers religieux quand c'est possible ou compris.
-tendre à suivre au mieux le niveau de révélations du monothéisme et donc désormais l'adoration permanente.
-prêcher souvent.
-tendre à une excellente gestion et une excellente pratique des qualités morales exclusivement.
-défendre et soutenir les faibles.
-avoir une existence entièrement bonne par l'intention de la vivre en tendant donc toujours vers la meilleure dignité tout en légitimement la dédiant totalement au Créateur permanent même nos erreurs, nos repentirs, notre amélioration et notre mort, désormais en tendant vers la tradition complète du Prophète (SBDSL). Car il s'agit d'une forme d'adoration constante, et donc de sainteté et d'ennoblissement maximal, comparables au suivi de l'esprit du Prophète Jésus et donc de la tradition du Prophète Mouhamed. Et il faut donc au moins avoir l'intention d'adoration permanente :
(S73v8) « Et rappelle-toi le nom de ton Seigneur et consacre-toi totalement à Lui, »
(S6v161-163) « Dis : “Moi, mon Seigneur m'a guidé vers un chemin droit, une religion droite, la religion d'Abraham, le soumis exclusivement à Allah et qui n'était point parmi les associateurs.” Dis : “En vérité, ma Salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent (donc dans une forme d'adoration constante) à Allah, Seigneur de l'Univers. A Lui nul associé ! Et voilà ce qu’il m’a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre (dédier mon existence au Créateur irréprochable).” »

-comprendre que tout cela correspond au saint ennoblissement personnel maximal humain qui est la plus haute valeur puisque similaire à l'ennoblissement maximal de Dieu ayant choisi la noblesse par excellence, c'est à dire d'être toujours juste (dont en étant constamment honnête, loyal, courtois, distingué et élégant) et miséricordieux voire miséricordieux par excellence dès que c'est possible. Cela ne peut être que la raison de notre libre-arbitre et de notre passage sur terre plutôt qu'une apparition directement au Paradis, puisque pendant de courts moments dans le début du Paradis, Dieu aurait pu nous faire connaître lors de courts moments la faim, la maladie, la blessure, la peur, la tristesse pour le valoriser, si c'était cela la plus haute valeur, quoique l'irréprochable Paradis ne peut qu’intensifier éternellement l'immense bonheur qu'il produit. En sachant que pratique religieuse permet de mieux comprendre et acquérir les qualités monothéistes. Ainsi sublimement, en même temps qu'elle propose la plus haute valeur qu'est donc le saint ennoblissement personnel maximal, la vie terrestre permet aussi de valoriser celle irréprochable physiquement, vertueusement et matériellement au Paradis dans une félicité réellement inimaginable, et de mieux faire comprendre les attributs divins.
Ici on peut relever que comme il existe différentes formes de sainteté, il existe différentes formes d'ennoblissement maximal ayant des similitudes :
-Dieu à la noble position souveraine s'étant ennobli au maximum à travers Son choix de l'excellente sainteté qu'est la miséricorde par excellence, synonyme de meilleur caractère, de meilleur moralité puis donc de meilleurs scénario et actions pour Sa création synonyme de meilleur partage de l'existence. On peut donc parler ici d'un royaume de Dieu principalement voire exclusivement excellemment spirituel, à travers Son choix, Son établissement et Sa gestion au mieux des qualités morales exclusivement dont certaines ont été confirmées ou sont apparues dans Son irréprochable relation à autrui.
-Les anges parfaits s'ennoblissant au maximum par l'acquisition de science morale supplémentaire se terminant par celle liée à la création de l'homme.
-L'homme s'ennoblissant au maximum comme le Prophète (SBDSL) de l'imperfection vers l'excellente sainteté de la religion complète. Cet ennoblissement maximal correspond aussi à l'ennoblissement maximal de vouloir avancer toujours dans et vers le mieux avec un repentir permanent dont en tendant sérieusement à améliorer le caractère, la moralité et donc la vie personnelle de même que celle sociale, ce qui pourrait donc suffire à obtenir le plus haut niveau du Paradis. D'ailleurs ce repentir permanent peut être lié à celui très fréquent du Prophète (SBDSL), et la volonté d'ennoblissement maximal peut être lié au « Bismila  (Au nom de Dieu) » très fréquent du Prophète (SBDSL).
-Jésus qui s'ennoblira au maximum en épanouissant sa sainteté par sa conversion au monothéisme complété qu'est l'islam dont la mariage fait partie puis par sa gouvernance sur le monde ou sur l'ultime califat. Or pour Jésus cette conversion à l'islam ne sera pour lui que synonyme de meilleure moralité et donc de meilleur comportement, car il détient déjà le meilleur caractère et le meilleur langage puisque incarnant parfaitement ces deux parties de la piété :
(ExtHadithQoudsi) Abou Dharr al-Ghifari (SDP) a rapporté que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : Dieu a dit : « Si du premier au dernier, hommes ou génies, vous étiez aussi pieux que l’est celui au cœur le plus pieux d’entre vous, cela n’ajouterait rien (moralement) à Mon royaume (spirituel). Ô Mes adorateurs ! Si du premier au dernier, hommes ou génies, vous étiez aussi pervers que l’est celui d’entre vous au cœur le plus pervers, cela ne diminuerait en rien Mon royaume (puisqu'il est exclusivement spirituel et moralement irréprochable). »
Commentaire : Ainsi ce royaume de Dieu même sur terre ne peut être que de la manifestation de Son irréprochable imagination créatrice d'images associées à des signaux électriques spirituels les décrivant ou nous éprouvant, plutôt que de la création de matière réellement solide comme il sera revu, sinon cela serait une impossibilité métaphysique.
(S24v21) « Et n’eussent été la grâce d’ Allah envers vous et Sa miséricorde, nul d’entre vous n’aurait jamais été pur (par l'ennoblissement maximal). Mais Allah purifie qui Il veut. Et Allah est Audient et Omniscient. »
(S6v161/162) « Dis : “Moi, mon Seigneur m'a guidé vers un chemin droit, une religion droite (sainte), la religion d'Abraham, le soumis exclusivement à Allah et qui n'était point parmi les associateurs. »

Le réel saint ennoblissement maximal humain correspond donc à tendre vers l'adoration permanente (rester dans les cinq occupations religieuses : culte, science, service, prédication et concertation), le caractère irréprochable (toujours juste et miséricordieux voire miséricordieux par excellence dès que c'est possible) et la moralité parfaite de la tradition prophétique.
Par conséquent il n'y a pas de raisons d'avoir peur en tendant vers l'excellent saint esprit, car recevoir l'excellent saint esprit comme Jésus ou choisir de tendre vers l'excellent saint esprit comme Mouhamed sont synonyme de meilleure valeur obtenue, et donc de satisfaction divine évidemment aimante et amicale, et donc d'une légitime joie principale.
Or comme cela a été expliqué précédemment, le Prophète Mouhamed (SBDSL) ayant atteint le même niveau parfait de sanctification excellente que le Prophète Jésus (paix sur lui) par l'absolution divine de ses rares erreurs, il est incontestable qu'il a reçu plus de grâce divine miséricordieuse. Mais ce qu'il faut surtout comprendre, c'est que le Seigneur a aussi logiquement attribué cette bénédiction supérieure à Mouhamed (SBDSL), car ses pieux efforts choisis pour faire élever sa nature imparfaite jusqu'à l'adoration permanente du saint code complet des nobles lois religieuses du Coran est clairement supérieure à la sainteté innée des anges ou de Jésus. D'ailleurs la supériorité de cette sainteté humaine acquise suite à l'effort personnel d'ennoblissement est prouvée par l’impossibilité de l'Archange Gabriel de dépasser un endroit trop noblement lumineux dans son accompagnement du Prophète (SBDSL) vers Allah lors de l’ascension nocturne synonyme de montée dans les degrés nobles. En effet choisir personnellement par le libre-arbitre l’ennoblissement religieux complet synonyme de sainteté a évidemment une valeur supérieure à l'acquisition de la sainteté dès la naissance. C'est dans ce sens que Mouhamed signifie « le louable », que son deuxième prénom qui est Moustapha signifie « le purifié par Dieu », que le Prophète Mouhamed (SBDSL) a reçu la révélation à quarante ans, qu'il fut l'imam lors de la prière de tous les Prophètes qui eut lieu à Jérusalem au cours de ce voyage nocturne, et que par sa nature imparfaite originelle c'est d'autant plus logiquement à lui plutôt qu'à la perfection spirituelle de Jésus de demander l'ouverture du Jugement Dernier amenant l'établissement puis la Rétribution des bonnes et des mauvaises œuvre :
(ExtS5v3) « (Dieu) J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'islam comme religion pour vous. »
De plus, il est évident que le Prophète Mouhamed (SBDSL) mérite notre amour car il a parfois souffert dans sa vie et souvent pleuré dans ses prières afin que nous soyons guidés et pardonnés, car il est la créature préférée du Seigneur puisqu'il a reçu, mis en exemple excellemment et transmis très fréquemment le monothéisme parachevé, et car il porte donc le très lourd rôle et donc la très lourde responsabilité de demander lors du Jour de le Résurrection l'ouverture du Jugement Universel pouvant nous faire entrer dans le Paradis Eternel. Surtout que cet amour envers lui nous facilitera de pratiquer la tradition islamique incitant à accentuer la bénédiction divine sur sa position de créature préférée du Créateur et augmentant donc notre noblesse synonyme de notre valeur, puisque cela développe légitimement la considération d'Allah envers nous, comme nous apprécierions quelqu'un faisant du bien à un proche que nous aimons. La prière d'Allah sur le Prophète (SBDSL) consiste à le féliciter auprès des anges, à lui accorder Sa miséricorde et à toujours le bénir en tant que meilleure créature, alors que notre prière sur le Prophète (SBDSL) consiste à demander le salut, la paix et la bénédiction de Dieu sur lui :
Selon Abderrahmane Ibn Aawf, le Prophète (SBDSL) a dit après s'être prosterné longtemps par reconnaissance envers que Dieu venait de lui donnait : « Toute personne de ma communauté qui priera une fois sur moi, Allah lui écrira dix bonnes œuvres, lui effacera dix péchés et l’élèvera de dix degrés. » Dans une autre version : « (L'archange) Gabriel m'a dit : « Veux-tu que je t'annonce une bonne nouvelle ? Allah Puissant et Glorieux dit : quiconque prie sur toi, Je prierai (réellement) sur lui (pour que Dieu soit bon envers lui), et quiconque te salue, Je le saluerai (réellement). » Je me suis alors prosterné en reconnaissance envers mon Seigneur.
Or il faut aimer le Prophète (SBDSL) et prier sur lui d'abord avec la même considération de Dieu, c'est à dire pour son rang d'ultime Prophète, sa piété exemplaire similaire à la sainteté de Jésus, ses très nombreuses et souvent très grandes bonnes actions, ses enseignements moraux, sa proximité inégalable avec Dieu et son rôle suprême puisque la Création entière est principalement liée à lui :
(ExtHadith) (Le jour de la Résurrection puis de la Rétribution, après avoir prier tous les Prophètes précédant Jésus et Mouhamed de demander à Dieu l'ouverture du jugement tellement il auront patienter,) les gens iront trouver Jésus et lui diront : « Ô Jésus ! Tu es le Messager de Dieu, Son Verbe qu'il a jeté à Marie et un Esprit de par Son ordre. Tu as parlé aux gens au berceau. Intercède pour nous auprès de ton Seigneur ! » Jésus leur dit : « Aujourd'hui mon Seigneur S'est fâché plus que jamais auparavant et II ne Se fâchera plus autant (voire jamais pour les hôtes du Paradis) après ce jour (mais il ne s'attribuera aucun péché). Je suis trop préoccupé par mon propre sort. Allez trouver autre que moi. Allez voir Mouhamed ! »
(ExtHadith) Abou Hourayra (SDP) rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu (SBDSL) : « ...Nul n'est plus en droit de se réclamer de (suivre le saint esprit de) Jésus fils de Marie que moi-même, car entre lui et moi il n'y a aucun Prophète. »
Selon Aïcha (SDP), la femme du Messager de Dieu, le Prophète (SBDSL) priait la nuit jusqu’à fendiller la peau de ses pieds. Je lui dis, rapporte-t-elle : « Pourquoi fais-tu cela quand Dieu t’a effectivement pardonné tes fautes passées et futures ? » Il dit : « Est-ce qu’il ne m’appartient pas de vouloir me comporter en être reconnaissant ? » (URA)

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection (ensemble de la tradition prophétique, sainteté), rectifiez continuellement votre conduite »
(ExtS54v4/5) « Ils ont pourtant reçu comme nouvelles de quoi les empêcher (du mal) : (ce Coran est) une sagesse parfaite (sainte). »
(S18v1-3) « Louange à Allah qui a fait descendre sur Son serviteur (Mouhamed), le Livre, et n'y a point introduit de tortuosité (ambiguïté) ! (Un livre) d'une parfaite droiture (sainteté) pour avertir d'une sévère punition venant de Sa part et pour annoncer aux croyants qui font de bonnes œuvres qu'il y aura pour eux une belle récompense où ils demeureront éternellement »
(S48v1-3) « En vérité Nous t’avons accordé une victoire éclatante, afin qu’Allah te pardonne tes péchés passés et futurs, qu’il parachève sur toi Son bienfait et te guide sur une voie droite, et qu’Allah te donne un puissant secours. »
(S16v44) « (Nous avons envoyés les messagers) avec des preuves évidentes et des livres saints. Et vers toi, Nous avons fait descendre le (Saint) Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour (ou avant) eux et afin qu'ils réfléchissent. »
(S16v102) « Dis : “C'est le Saint Esprit (Archange Gabriel) qui l'a fait descendre (le Coran) de la part de ton Seigneur en toute vérité, afin de raffermir (la foi) de ceux qui croient, et de servir de un guide et de bonne annonce pour les musulmans. »
(S39v3) « C'est à Allah qu'appartient la religion pure (sainte). »
(S30v43) « Dirige tout ton être vers la religion de droiture (sainteté), avant que ne vienne d'Allah un jour qu'on ne peut repousser. »
(ExtS72v1/2) « Nous avons certes entendu une Lecture merveilleuse (le Coran), qui guide vers la droiture (sainteté). »
(S98v5) « Il ne leur a été commandé cependant que d'adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et voilà la religion de droiture (sainteté). »

(S98v1-3) « Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les associateurs, ne cesseront pas de mécroire jusqu'à ce que leur vienne la preuve évidente : un Messager de la part d'Allah, qui leur récite des feuilles purifiées, dans lesquelles se trouvent des prescriptions d'une rectitude parfaite (sainte). »
(S33v21) « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent (saint) modèle (à suivre) pour quiconque espère en Allah et au jour dernier et invoque Allah fréquemment »
(S30v30) « Dirige tout ton être vers la religion exclusivement (pour Allah), telle est la nature qu'Allah a originellement donnée aux hommes (ne voir et ne faire que le bien comme l'esprit originel d'Adam et comme celui d'Allah). Pas de changement à la création d'Allah. Voilà la religion de droiture (sainte), mais la plupart des gens ne savent pas. »

(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : Dieu le très haut a dit : « Mon esclave ne s’est jamais rapproché de Moi par une œuvre plus aimable à Moi que par les obligations que Je lui ai imposées. Mon esclave ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à que Je l’aime. Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens (par la sainteté) son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. »
Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 14:26) « Le Paraclet (signifiant précisément « Prophète entendant la voix de Dieu et répétant aux hommes son message comme le Prophète Mouhamed) » selon Maurcie Bucaille dans son livre « La Bible, le Coran et la Science »), l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous communiquera toutes choses, et vous ferra ressouvenir de tout ce que je vous ai dit (synonyme de sainteté). »
Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 14:6) « Moi (Jésus), je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Personne ne va (dorénavant) vers le Père (Dieu) sans passer par moi »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection, rectifiez continuellement votre conduite et sachez que nul d’entre vous ne devra son salut à ses seules œuvres. » On dit : « Pas même toi, ô Messager de Dieu ? » Il dit : « Pas même moi, à moins que Dieu ne me couvre du voile de Sa miséricorde et de Sa générosité. »
Commentaire : Les savants disent que le vrai sens de la droiture est de s’astreindre continuellement à l’obéissance de Dieu le Très-Haut. Il faut donc acquérir la science religieuse jusqu’à atteindre une clairvoyante piété constante.
(ExtS61v6) « Et quand Jésus fils de Marie dit : « Ô enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allah (envoyé) à vous, confirmateur de la Thora qui est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi dont le nom sera « Ahmad (le louable). »
(ExtS5v48) « Et sur toi (Mouhamed) Nous avons fait descendre le Livre (Coran) avec la vérité pour confirmer le Livre qui était avant lui (La Bible) et pour prévaloir sur lui (car la sainteté recherchée de Mouhamed est supérieure à la sainteté innée de Jésus). »

Un autre hadith rapporte que Oumm Sharik (SDP) demanda au Prophète (SBDSL) : « Où seront les arabes en ce jour (vers la fin des temps) ? » Il répondit : « Ils seront peu nombreux. La plupart d'entre eux se trouveront à Damas (avant de partir vers Jérusalem) avec leur imâm qui sera un homme juste (il s'agit du Mahdi, sur lui la paix). Lorsque celui-ci s'avancera pour diriger la prière du matin, Jésus fils de Marie (paix sur lui) descendra parmi eux. L'imam (Mahdi) en le voyant reculera pour lui céder sa place, mais Jésus lui mettra la main sur l'épaule et lui ordonnera : « Demeure à ta place, car c'est sous ta direction que s'accomplira cette prière. » L'imam accomplira alors la prière. » (Ibn Maja)
Commentaire : Cette possibilité de prier devant Jésus se fera donc principalement car Jésus est dans l'excellence par déterminisme, alors que le Mahdi et ses compagnons seront supérieurement dans l'excellence puisque par le choix personnel, l'intelligence de la raison noble, la compréhension profonde de l'islam, la meilleure intention et le repentir permanent.
Abu Hamid al-Ghazali (mort en 1111) a rapporté : Les disciples demandèrent à Jésus : « Esprit de Dieu, existe-t-il actuellement quelqu’un sur terre qui soit comme toi ? » Jésus répondit : « Oui, celui dont le discours est un rappel (de Dieu), dont le silence est une contemplation (de Dieu), et dont chaque regard tire une leçon ; un tel homme est comme moi. »
Jabir (SDP) a entendu ces paroles du Prophète (SBDSL) : « Il y aura toujours dans ma communauté un groupe pour défendre la vérité jusqu'au jour du Jugement Dernier. Jésus, fils de Marie, descendra parmi eux et leur émir (le Mahdi) lui demandera de diriger leurs prières. Mais Jésus leur répondra : Non ! Dirigez-vous les uns les autres à cause de la faveur dans laquelle Dieu tient cette communauté. » (Mouslim)
Jabir Ibn Abadallah (SDP) a entendu l'Envoyé de Dieu (SBDSL) dire : « Un groupe de ma communauté combattra ostensiblement pour la vérité jusqu'au Jour de la Résurrection. » Il a ajouté : « Alors Jésus fils de Marie (paix sur lui) apparaîtra et leur Emir (le Mahdi) lui dira : « Venez, priez pour nous ! » Il répondra : « Non, car vous êtes les princes les uns des autres à travers un témoignage d'honneur accordé par Dieu à cette communauté (par la réalité de l'ennoblissement maximal islamique similaire à celui de Dieu dépassant car élevant Son attribut de Souverain). » » (Mouslim)
Selon Abdullah Ibn Amr Ibn Al As (SDP), le Prophète (SBDSL) récita ces paroles que Dieu a placées dans la bouche d'Abraham (S14v36) : « ô mon Seigneur, elles (les idoles) ont égaré beaucoup de gens. Quiconque me suit est des miens. Quand a celui qui me désobéit... c'est Toi, le Pardonneur, le Très Miséricordieux ! », puis celles dites par Jésus (S5v118) : « Si Tu les châties, Tu en as le droit, car ce sont Tes créatures. Et si Tu leur pardonnes, Tu es, en vérité, le Puissant, le Sage ! » Le Prophète (SBDSL) leva alors ses mains et dit : « Seigneur Dieu ! Ma communauté ! Ma communauté ! », puis il pleura (en prouvant l'authenticité de sa mission). Dieu (Glorifié-soit-Il) dit à l'Archange Gabriel : « Ô Gabriel ! Va voir Mouhamed (et Dieu est bien Informé) et demande-lui ce qui le fait pleurer. » Gabriel se rendit chez le Prophète (SBDSL) qui l'informa de ce qu'il avait dit (et Dieu en est bien Informé). Dieu dit alors à Gabriel après son retour : « Ô Gabriel ! Rends-toi auprès de Mouhamed et dis-lui que Nous allons lui donner satisfaction à propos de sa communauté et qu'il ne sera pas lésé. » (Mouslim)
L'esprit parfait du Prophète Jésus (paix sur lui) représente donc plus l'esprit parfait de Dieu dans la forme puisque ils ne commettent jamais d'erreur. Ainsi il apparaît que la vie de Jésus a été entièrement guidée divinement. C'est à dire qu'il a toujours eu le meilleur comportement en fonction des épreuves, de ses émotions (même si elles ont été parfois mauvaises), des situations dont sociales et des suggestions de Satan. En effet il s'agit de la meilleure explication de sa sainteté innée et donc de son exclusive représentation permanente et donc maximale de la sainteté de Dieu, en tant qu'homme et créature sans être l'esprit de Dieu incarné. Surtout qu'en islam un des surnom de Jésus est « l'esprit de Dieu » mais plus dans le sens de « fils spirituel de Dieu », et que son excellente représentation de la sainteté de Dieu fut apparemment facilitée grâce à l'Archange Gabriel qui lui fut attaché en permanence pour ça.
Par conséquent cette personnalité de Jésus beaucoup marquée par l'amour universel, la compassion, la douceur, la générosité, la vérité et le pardon révèle le caractère principal de Dieu malgré Son obligation morale de juger et donc de prévenir voire menacer. Ainsi Jésus n'est donc pas Dieu incarné, même s'il représente au mieux Sa sainteté puisque ne commettant pas d'erreur, ce qui prouve l'erreur de la trinité. D'ailleurs le deuxième verset suivant montre que Dieu sait les sentiments et connaissances de Jésus, alors que l'inverse n'est pas possible :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui a attesté qu’il n’existe pas de divinité à part Allah, unique et sans aucun associé, que Mouhamed est Son humble adorateur et Son Messager, que Jésus est l’humble adorateur (serviteur) de Dieu, Son Messager, Sa parole qu’Il a jetée à Marie et un esprit venant de Lui (déterminisme saint et intelligent selon Dieu), que le Paradis est vrai et que l’Enfer est vrai, Dieu l’introduit au Paradis quelle que soit son œuvre. »
Commentaire : Jésus est par déterminisme divin l'esprit et le verbe de Dieu avant tout et seulement car le rôle, le message, les paroles, le caractère, la moralité, le comportement et la vie de Jésus auraient été joués identiquement par Dieu. C'est à dire que Jésus est l'esprit de Dieu seulement donc similairement dans le sens de l'esprit de la révélation plutôt que dans le sens littéral.
Le Prophète (SBDSL) a écrit dans une lettre envoyé au Négus : « J'atteste que Jésus est l'esprit d'Allah et Sa parole qu'il a révélée à Maryam la chaste, la pure, la bonne et la vierge. Elle porta Jésus et Allah le créa de Son esprit et Sa parole (déterminisme saint selon la volonté de Dieu)comme il créa Adam par Sa main et Son souffle. »
(S5v72) « Ce sont certes des mécréants ceux qui disent : « En vérité, Allah c’est le Messie, fils de Marie. » Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d’Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur. »
(S5v116) « (Rappelle-leur) le moment où Allah dira (au Jour du Jugement Dernier) : Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : “Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d'Allah ?” Il dira : “Gloire et pureté à Toi ! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire (puisque toute sa vie est prédestinée) ! Si je l'avais dit, Tu l'aurais certes su. Tu sais ce qu'il y a en moi (comme sentiments, connaissances, paroles et actions), alors je ne sais pas ce qu'il y a en Toi (comme sentiments et connaissances). Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu.” »
Bible (Actes 20, 22) « Et maintenant voici, lié par l'Esprit, je (Jésus) vais à Jérusalem, ne sachant pas ce qui m'y arrivera (ce qui prouve que son esprit n'est pas celui de Dieu puisqu'il n'est pas omnisiscient. »
(S4v171/172) « Ô gens du Livre (chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion et ne dîtes d’Allah que la vérité. Le Messie Jésus fils de Marie n’est qu’un Messager d’Allah, Sa parole qu’Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Allah et en Ses Messagers. Et ne dites pas « Trois ». Cessez. Ce sera meilleur pour vous. Allah n’est qu’un Dieu Unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. »
Commentaire : Ainsi Jésus, Mouhamed et les hommes ne peuvent logiquement obtenir un rang divin qu'au niveau spirituel, c'est à dire en suivant les ordres religieux, la moralité et le caractère divins.
Surtout qu'Adam ayant été créé miraculeusement, Jésus (le pur car saint) a très bien pu l'être également, comme le prouve l'insistance du Coran à associer son nom à l'expression « fils de Marie (la pure car pieuse et vierge) » :
(ExtS2v253) « Parmi ces Messagers, Nous avons favorisé certains par rapport à d'autres. Il en est à qui Allah a parlé, et Il en a élevé d'autres en grade. A Jésus fils de Marie Nous avons apporté les preuves, et l'avons fortifié par le Saint-Esprit. »
(ExtS57v27) « Ensuite, sur leurs traces, Nous avons fait suivre Nos (autres) Messagers, et Nous les avons fait suivre de Jésus fils de Marie et lui avons apporté l'Evangile, et mis dans les cœurs de ceux qui le suivirent douceur et mansuétude. »

Et les anges étant dans un divin déterminisme saint, Jésus a très bien pu l'être aussi dont possiblement suite à un apprentissage par cœur de sa future vie ou suite à avoir suivi toutes les décisions divines principales depuis le début de la Création ainsi que leurs explications et donc à s'être imprégné énormément du caractère et de la moralité divins dont aussi dans Son amour, surtout que selon les chrétiens l'esprit de Jésus a existé auprès de Dieu dès le début de la Création. Ceci expliquant clairement que Dieu n'a aucune raison d'être trois entités (hypostases, principes) embrouillant notre conscience. Jésus est donc beaucoup plus simplement presque similaire à un programme informatique parfait n'étant ainsi pas Dieu, car aucun informaticien dira que son programme c'est lui-même. On peut aussi dire que Jésus n'est pas l'incarnation de Dieu au sens propre, mais qu'il est l'incarnation de Dieu au sens figuré, qu'il n'est pas incarnation de Dieu dans le fond, mais qu'il est l'incarnation de Dieu la forme. C'est à dire qu'il s'agit encore une fois de l'esprit de la lettre et pas du sens littéral. A travers sa perfection humaine exclusive, Jésus représente donc seulement l'excellente sainteté de Dieu symboliquement et donc pas réellement.
De plus, le sens aussi symbolique de « Mon Père » parfois utilisé par Jésus lorsqu'il parle de Dieu est d'affirmer l'origine première et donc la souveraineté de Dieu ainsi que la légitimité et donc la piété du patriarcat. Or Jésus, étant l'homme représentant le plus la perfection spirituelle de Dieu et ne provenant que de sa mère Marie qui est la meilleure femme qui aura vécu sur terre, prouve que malgré son rôle juste de Juge tel un père, Dieu est avant tout miséricordieux, doux, compatissant, généreux, fin et dans un sens même humble de caractère, puisque la femme incarne plus ces qualités que l'homme et Jésus s'est agenouillé pour laver les pieds d'une prostituée et a vécu principalement à servir les gens et à rappeler l'authentique noblesse morale, tout ceci rappelant que Jésus est seulement le fils spirituel de Dieu. (Or comme Dieu est le seul à pouvoir être orgueilleux et l'humilité appartient exclusivement aux créatures, ce lavage des pieds d'une prostituée par Jésus Le représentant est plus une forme de sublime miséricorde profonde qu'une forme d'humilité, ce qui en réalité permet en plus encore à Dieu de pouvoir légitimement s'en enorgueillir suprêmement au niveau moral, même s'il ne l'explique pas pudiquement par des mots.) Dans ce sens Jésus évoque aussi Dieu en tant que son Père dans un sens seulement symbolique, afin de rappeler Son attribut de Souverain Juge à la balance lors du Jour de la Résurrection, c'est à dire au cours duquel la justice divine sera ultime et parfois intransigeante même si la plus grande miséricorde divine y sera aussi présente. Il faut noter que le Prophète Mouhamed a perdu son père avant sa naissance et devint complètement orphelin à six ans suite au décès de sa mère, ce qui symboliquement signifie que par rapport à Jésus qui a eu sa mère jusqu'à son élévation, il a été plus durement élevé par Dieu, dont afin parfois d'établir et répandre plus sévèrement la religion, c'est à dire dans un sens de justice paternelle relativement plus ferme, en particulier lors de la période médinoise du Prophète (SBDSL) :
(Extrait d'un hadith) «… il (le Mahdi) remplira la terre de paix et de justice comme elle est aujourd’hui remplie de violence et de tyrannie. Il combattra (vivra) pour le sens spirituel(, symbolique, concluant et rappelant urgemment la religion particulièrement par sa miséricorde telle une mère, évoquant l’aspect avant tout dissuasif des lois coraniques comme la lapidation tel Jésus) de la révélation, comme j’ai moi-même combattu (vécu) pour la révélation du sens littéral (plus par la justice ferme établissant urgemment la religion tel un père, parfois jusqu'à la lapidation même à travers son surnom de miséricorde pour les mondes). »
D'ailleurs dans la cellule familiale, le père incarne l'autorité et donc principalement l'importance de la justice et de l'égalité ou de l'équité pour préserver ou établir son union harmonieuse. Ainsi Jésus représente un juste milieu entre les masculines qualités du père et les féminines qualités de la mère, mais tend plus vers celles de la mère afin de montrer que Dieu préfère la plus grande noblesse, c'est à dire la miséricorde préférant et choisissant le plus grand bien quand c'est possible, comme lorsque on donne un délai pour se faire rembourser ou encore mieux on annule la dette. D'ailleurs par des paroles et des actions grandement miséricordieuses puisque très nobles afin que les gens soient guidés sur terre jusqu'au Paradis et par des paroles justes de grands avertissements afin que les gens évitent l'Enfer, Jésus a clairement prouvé cela. Dans ce sens, on peut noter que l'excellente sainteté innée car donc principalement miséricordieuse, compatissante, douce et généreuse de Jésus désigné roi et Prophète-Messager dès sa naissance est liée à son évidente piété suprême, puisque provenant du Père divin et de la religiosité inégalable de sa mère ayant établi son rang de meilleure femme de l'humanité sur terre, car au Paradis ce sera logiquement le rang de la pieuse fille Fatima du Prophète (SBDSL, étant la meilleure créature) qui deviendra la reine des femmes du Paradis.
D'ailleurs le rang de Prophète-Messager est proche d'un mélange du rang du père, de la mère et du chef, que ce soit dans le sens Prophète vers adeptes et adeptes vers Prophète, surtout que le rang de Prophète est supérieur hiérarchiquement par rapport au rang des parents. Or Jésus utilisant parfois l'expression « mon père » en parlant de Dieu montre effectivement que la société doit d'abord être un patriarcat bien compris, c'est à dire être organisée dans une hiérarchie devant avant tout établir la justice en rapport avec le monothéisme authentique pour que le reste de la noblesse généralement supérieure (douceur, miséricorde, générosité, altruisme, etc...) puisse se développer au mieux. Or il ne faut pas tendre vers le patricentrisme protestant ou juif, mais bien vers le patriarcat catholique, orthodoxe (chrétien) et islamique, dont donc selon le « au nom du Père » chrétien désignant Dieu. D'ailleurs la perverse destruction wokiste, de la religieuse autorité du père étant normalement synonyme de justice et aussi donc de raison, sert à aliéner les gens dans l'irréligieux consumérisme matériel, physique et même émotionnel puisque propageant la maladie mentale qu'est la bipolarité après avoir déréglé voire détruit les cœurs, afin qu'ils s'abandonnent dans la soumission aux volontés de la corrompue ploutocratie oligarchique mondialiste.
Pour revenir à l'erreur de la trinité, la Bible montre aussi que Jésus et Dieu ne sont pas liés par la trinité :
(Bible selon saint Marc 16, 19) « Le Seigneur (Jésus), après leur avoir parlé (aux apôtres pour les autoriser dans la prédication), fut enlevé au ciel, et il s'assit à la droite de (du Trône de) Dieu. »

Et comme il a été vu un peu plus haut que l'esprit parfait du Prophète Jésus (paix sur lui) représente plus l'esprit parfait de Dieu
dans la forme puisque ils ne commettent jamais d'erreur, l'esprit légèrement imparfait du Prophète Mouhamed (SBDSL) s'étant ennobli au maximum par son orientation vers le meilleur caractère, la moralité religieuse complète et l'adoration permanente, à l'image de l'Esprit neutre de Dieu s'étant ennobli au maximum par son orientation vers un caractère et une moralité irréprochables, représente plus l'Esprit de Dieu dans le fond. En effet l'idée du mal de l'imperfection révèle la compréhension du bien permanent de la perfection comme le repentir révèle la valeur suprême qu'est l'ennoblissement à la sainteté à l'image de l'ennoblissement de la neutralité divine à la sainteté. Or l'Archange Gabriel a lavé jusqu'à la sainteté le cœur du Prophète (SBDSL) dans son enfance afin d’empêcher les mauvaises suggestions du diable à travers une tâche du cœur permettant les maladies que sont les mauvaises émotions et les mauvais sentiments tels l'avarice, la cupidité, l'orgueil, la cruauté. C'est à dire qu'à l'image de Dieu, cela a permis au Prophète (SBDSL) de n'avoir plus qu'à gérer au mieux uniquement les bonnes émotions et les bons sentiments tels la miséricorde, l'amour, la douceur, la patience ou la colère. En effet le Prophète (SBDSL) n'avait plus qu'à bien gérer pieusement ces bons sentiments, en les utilisant à bon escient et en les conservant dans de sages limites, et donc dans un honorable équilibre, et donc dans un comportement raisonnable. Ainsi c'est seulement contre cette gestion correcte que les mauvaises suggestions du diable pouvaient continuer, car divers enseignements qui seront vus au chapitre IV/C précisent que le Prophète avait comme tout humain un djinn du diable (de Satan) attachait à lui pour le tenter. Et comme Dieu, le Prophète (SBDSL) devait prioritairement pratiquer la justice quand c'était nécessaire et la miséricorde voire la miséricorde par excellence dès que c'était possible. C'est ce que fit d'ailleurs le Prophète (SBDSL) dont pour honorer le Créateur, valoriser l'existence, expliquer la morale, aider les autres, répandre la paix, unir les populations et propager le mode de vie coranique :
(S94v1-4) « N'avons-Nous pas ouvert pour toi (Mouhamed) ta poitrine (pour laver ton cœur afin de l'empêcher de recevoir les mauvaises suggestions du diable et les maladies que sont les mauvais sentiments) ? Et ne t'avons-Nous pas déchargé du fardeau qui accablait ton dos (soutient divin au long de sa mission), et exalté pour toi ta renommée ? »
(S68v4) « Et tu es certes (Mouhamed), d'une moralité éminente. »

Suite à ces analyses concernant l'esprit saint du Prophète Jésus et le cœur saint du Prophète Mouhamed, il apparaît que lorsque nous contrôlons notre âme bestiale par la piété et la tradition prophétique, nous fermons la porte aux mauvaises suggestions des diables et aux maladies du cœur. C'est à dire que l'esprit saint par une intelligence exclusivement pieuse comme Jésus repousse les  pensées diaboliques, évite les maladies du cœur (et donc les mauvais sentiments) et guide donc au meilleur comportement à travers le cœur devenu totalement pieux, et le cœur saint par les sentiments exclusivement nobles comme Mouhamed empêche les maladies du cœur, évite les pensées diaboliques vers elles, et guide donc au meilleur comportement à travers l'intelligence devenue totalement pieuse (lorsqu'elle gère au mieux tous les nobles sentiments).
Ainsi par l'imitation du comportement prophétique de l'islam, on tend à ces deux niveaux : une gestion exclusive des bons sentiments fermant la porte aux mauvaises suggestions du diable et de l'âme bestiale, ou/et une fermeture aux mauvaises suggestions du diable et de l'âme bestiale permettant de n'avoir plus qu'à gérer les bons sentiments.
Ceci signifiant qu'il est donc possible de tendre vers un esprit saint comme celui de Jésus similaire à la perfection que Dieu pratiquerait à notre place de créature aux capacités limitées. De plus ce destin de Jésus écrit entièrement par Dieu, dans le sens de représenter Dieu excellemment, a eu aussi pour but principale d'expliquer le meilleur comportement, la bonne morale et la véritable identité (dont du caractère et de la moralité) de Dieu. Il s'agit donc de suivre ces principes excellents du Christ si possible en tendant au mieux à la tradition prophétique complète de l'islam, puisque cela correspond au meilleur chemin. D'ailleurs la vie de Jésus représente la moralité, le caractère et le comportement que l'Esprit de Dieu aurait eu en tant que Messie. C'est à dire en tendant à devenir totalement un représentant de Dieu lorsqu'en Son nom, on gère bien les nobles sentiments exclusivement, n'utilise qu'un verbe bon, n'agit que dignement en rapport avec la religion et ne recherche que le meilleur bien commun. Ainsi le sens de « chrétien » signifiant « disciple du Christ (et donc de Dieu) » et le sens de « musulman » signifiant « dignement soumis à Dieu » sont donc entièrement logiques, dont aussi dans leur ressemblance. C'est à dire qu'avec nos capacités limitées (physiquement, matériellement, financièrement) et notre nature humaines, l'Esprit de Dieu agirait donc plus ou moins comme nous dont au niveau de la piété et de nos bonnes actions familiales et sociales. Et c'est pourquoi notre cœur doit réserver son centre pour Dieu, afin de tendre à gérer le plus noblement possible chaque qualité et chaque situation. Il s'agit de ressentir la suprême sagesse divine pour essayer de la vivre et de la transmettre au mieux, dont afin d'être dans une sublime forme de transcendance par une excellente représentation honorable du divin :
(ExtHadithQoudsi) Abou Dharr al-Ghafari (SDP) a rapporté que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : Dieu a dit : « Ô Mes adorateurs ! Ce sont vos œuvres seulement dont je tiendrais compte, ensuite Je vous rétribuerai. Donc celui qui trouve du bien, qu’il loue Dieu, et celui qui trouve autre chose, qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même. » (Mouslim)
On peut aussi dire qu'il faut mettre en adéquation notre raison (conscience, intelligence), représentant l'Esprit de Dieu dans la forme, avec la fitra (intense foi du très fin et ainsi intense centre profond du cœur), représentant les qualités morales dans le fond de l'Esprit de Dieu :
(S49v13) « Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « J’ai été envoyé pour parfaire les caractères et les ennoblir. » (Mouslim)
(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : Dieu le Très Haut a dit : « Celui qui se fait l’ennemi de l’un de Mes bien aimés, Je lui ai effectivement déclaré la guerre. Mon esclave ne s’est jamais rapproché de Moi par une œuvre plus aimable à Moi que par les obligations que Je lui ai imposées. Mon esclave ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à que Je l’aime. Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. »
Il faut noter que même si le cheminement de Jésus et le cheminement de Mouhamed paraissent différents car Jésus est parfait (saint) de naissance, et Mouhamed est parfait (saint) par son ennoblissement maximal choisi dont à travers le repentir, la purification du cœur, la pratique religieuse complète, le sage caractère, la bonne moralité, et donc l'adoration permanente, et donc un honneur supérieur à Jésus, leur destination est la même : la valeur suprême qu'est la dignité excellente, logiquement synonyme de satisfaction divine maximale à notre égard, puisque évidemment liée à cette constante piété cultuelle, sociale et comportementale.
On peut aussi dire que la sainte dépense pieuse de Mouhamed puisque de tout élément personnel (temps, biens, personne) pour Dieu synonyme d'adoration permanente est similaire à la sainteté innée de Jésus représentant la vie pieuse par excellence aussi synonyme d'adoration permanente.
Or parvenir à rejeter tout mauvais sentiment (défaut spirituel) en ne gérant que les bons (qualités spirituelles) au mieux à travers la meilleure moralité appartient principalement à l'ennoblissement suprême puisque correspondant à celui de Dieu, et c'est uniquement dans ce sens que Dieu nous a créé à Son image et qu'on se rapproche donc le plus de Lui.
Dans ce sens sublime de rapprochement du Seigneur, il est important de comprendre que les surnoms des grands Messagers semblent montrer ses niveaux principaux :
Noé, surnommé le serviteur reconnaissant de Dieu, peut amener au niveau d'Ibrahim, surnommé l'ami intime de Dieu, qui peut amener au niveau de Moïse (même s'il bégayait un peu car cette faiblesse et sa sagesse plurent à la miséricorde divine), surnommé la parole de Dieu (dont par la prédication religieuse glorifiant Dieu, Ses qualités, Ses nobles lois et Ses conseils, ce qui signifie que tout prédicateur devient progressivement l'ami de Dieu, et par la vie d'efforts pieux des Prophètes, comme le divin Coran le fait fréquemment, ce qui fait évoquer le nom de son auteur par Dieu à Ses créatures proches de Lui dans les cieux, et donc devenir un ami plus proche qu'Abraham puisque Dieu parle de cet ami aux autres bonnes créatures plutôt que de la garder cachée dans l'intimité), qui peut finir par amener au niveau de Jésus, surnommé l'esprit de Dieu (dans la forme, c'est à dire par la représentation de l'esprit divin en tendant à ne faire que le meilleur bien dont particulièrement par la prédication, ce qui est évidemment la proximité la plus grande avec Allah), synonyme logiquement du niveau de Mouhamed, surnommé le bien aimé de Dieu, car comprenant donc tous ces niveaux. Or quand on acquiert complètement un de ces niveaux, on a aussi en réalité obtenu les autres. Cette évolution de la spiritualité humaine et religieuse à travers ces surnoms prouve encore moralement la valeur suprême de l'ennoblissement personnel maximal :
(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : Dieu le Très Haut a dit : « Mon esclave ne s’est jamais rapproché de Moi par une œuvre plus aimable à Moi que par les obligations que Je lui ai imposées. Mon esclave ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à que Je l’aime. Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. »
(ExtS5v3) « (Dieu) J'ai parachevé pour vous votre religion (en concluant les diverses révélations dont donc le sens final des surnoms des cinq Messagers principaux), et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour (l'humanité) vous. »
C'est pourquoi ceux qui veulent préserver une tradition ancestrale prétendument européenne, chrétienne ou autre en rejetant l'islam ne sont pas dans la meilleur noblesse, car ils refusent l'amélioration maximale par le monothéisme complété qu'est l'islam bien compris :
(S2v170) « Et quand on leur dit : “Suivez ce qu'Allah a fait descendre”, ils disent : “Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres.” Quoi ?! Et si leurs ancêtres n'avaient rien raisonné et s'ils n'avaient pas été dans la bonne (ou meilleure) direction ? »
Le service social, la pratique religieuse, le suivi de la personnalité toujours pieuse de Mouhamed et la prédication à l'aide du message coranique incarnant la parole, le rappel et donc une forme de l'esprit divin comme Jésus, nous font aussi bien représenter Allah, en nous amenant logiquement à une amitié intime puis un amour partagés avec le Créateur. Surtout si nous tendons donc également à Son image vers une bonne gestion des nobles sentiments exclusivement, à travers la meilleure moralité, le meilleur caractère et le meilleur comportement, comme le saint esprit inné de Jésus et l'ennoblissement maximal choisi de Mouhamed (SBDSL).
On peut rappeler que le Prophète Jésus est le seul homme réellement parfait de l'humanité, puisqu'il a reçu la pureté de la sainteté dès sa naissance en tant que Messie annoncé à sa mère et créé sans père, c'est à dire sans relation sexuelle ayant un de ses aspects impur pour confirmer encore plus sa réelle sainteté et donc pureté par excellence (véritablement sans péché ni faute). D'ailleurs sa désignation de Messie même avant et pendant la petite enfance apporte également un sens de sainte pureté, puisque la petite enfance est liée à la pureté de l'innocence et incarne un aspect du saint caractère sensible et irréprochable d'Allah.
Dans ce sens, il faut savoir que le Prophète Mouhamed (SBDSL), qui s'est ennobli religieusement vers la sainteté à partir de 40 ans, fut orphelin vers la fin de sa petite enfance à l'âge de 6 ans, et que par conséquent il connut un grand sentiment d'enfance humble, sensible, mature et donc intensément pur puisque désormais sans père ni mère. D'ailleurs c'est vers ce moment là que l'ange Gabriel lui a lavé le cœur jusqu'à la sainte pureté, c'est à dire en confirmant la pureté de cette innocence infantile, de la gestion exclusive des qualités morales (bons sentiments et émotions) lorsqu'on devient adulte, et de la fermeture aux mauvaises suggestions du diable, pareillement au saint esprit pieux par excellence de Jésus :
(S68v4) « Et tu es certes (Mouhamed), d'une moralité éminente (bonne gestion des qualités spirituelles exclusivement). »
A ce sujet la mère de Jésus, la vierge Marie, était pure d'abord par son innocence similaire à celle des enfants, mais étant liée à sa virginité. C'est à dire que toute femme vierge croyante semble conserver cette pureté infantile. Cependant sa pureté provenait aussi beaucoup de son cœur très pieux, car avant l'immaculée conception, elle passa principalement sa vie dans un temple à se consacrer à Dieu en particulier par la prière. Ainsi clairement, cette virginité pieuse de laquelle provient Jésus incarne symboliquement sa perfection spirituelle sans erreur, dont donc en plus car sa naissance n'est pas liée à la relation sexuelle ayant un de ses aspects impur, comme d'ailleurs la création d'Adam puisque créé des mains de Dieu et de Eve puisque créée à partir de la côté d'Adam, montrant également leur perfection spirituelle originelle avant qu'ils ne mangent le fruit interdit. Pour montrer encore le très grand lien essentiel qu'il existe entre Jésus et Mouhamed par rapport à l'ensemble de la Création, il faut savoir que ce dernier va se marier avec Marie au Paradis dont car elle n'aura pas eu de mari sur terre, ce qui sera probablement la première fête musicale et dansante réunissant toutes les créatures conscientes du Paradis.
L'ennoblissement maximal de l'homme vers l'excellente sainteté correspond donc aussi à tendre vers le pieux amour universel de Jésus et la pieuse tradition complète de Mouhamed. C'est à dire que le saint ennoblissement maximal humain est composé du caractère, de la moralité et du comportement constamment irréprochables pieusement.
Dans ce sens selon le hadith suivant, le bon comportement régulier en particulier au niveau social correspond à un niveau de piété similaire à prier toutes les nuits et jeûner tous les jours. Or comme l’islam n’est pas qu'une religion cultuelle mais aussi un mode de vie complet touchant à tous les aspects du quotidien dont donc au niveau social, les bonnes manières et l'action humanitaire deviennent la plus importante forme de piété et donc d’adoration. Car prier toutes les nuits et jeûner tous les jours doit apporter un niveau de pieuse noblesse similaire à ce bon comportement régulier en particulier au niveau social, sinon la valeur pieuse de ces œuvres surérogatoires permanentes deviendraient inférieures à la valeur pieuse de ce bon comportement régulier en particulier au niveau social, surtout que prier toutes les nuits en entier et jeûner tous les jours ne fait pas partie de la tradition prophétique :
Aïcha (SDP) rapporte : Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Le croyant atteint sûrement par son bon comportement (bonne moralité et affabilité) le degré (de piété) de celui qui jeûne toute l’année et passe toutes ses nuits à prier et à évoquer Dieu. » (Abou Dawoud)
(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : Dieu le Très Haut a dit : « Mon esclave ne s’est jamais rapproché de Moi par une œuvre plus aimable à Moi que par les obligations que Je lui ai imposées. Mon esclave ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à que Je l’aime. Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. »
Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui entretient par son travail la veuve et l'orphelin est comme le combattant au service (ou comme le représentant) de Dieu. » Je crois même qu'il a ajouté : «...et comme celui qui passe toute sa nuit à prier et comme celui qui jeûne toute l'année de manière permanente. » (Boukhari et Mouslim)

(S2v21) « Ô hommes ! Adorez votre Seigneur qui vous a créé vous et ceux qui vous ont précédé. Ainsi atteindriez-vous à la piété. »
(S2v183) « Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne (as-siyam) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez vous la piété. »
(S3v92) « Vous n'atteindrez (une réelle partie de) la piété que si vous faites largesses de ce que vous chérissez (comme biens). Tout ce dont vous faites largesses (pieusement, dont dépenser notre temps dans les prières de nuit, notre argent fans les aumône et notre corps dans le jeûne), Allah le sait certainement bien. »
(S29v69) « Et quant à ceux qui luttent pour Notre cause, Nous les guiderons certes sur Nos sentiers (de la piété complète), Allah est en vérité avec les bienfaisants (dont font partie les prédicateurs, c'est à dire plus qu'avec de simples prieurs). »
Ainsi il apparaît bien que le bon comportement régulier en particulier au niveau social devient un niveau de piété supérieur et donc prioritaire par rapport à certaines œuvres cultuelles surérogatoires, surtout que prier toutes les nuits en entier et jeûner tous les jours ne fait donc pas partie de la tradition prophétique. Par conséquent les actions individuelles comme la prière nocturne et le jeûne surérogatoires sont à diminuer si elles fatiguent la lucidité et donc la clairvoyance par rapport au bon comportement régulier en particulier au niveau social, surtout que les versets précédents montrent clairement que le jeûne et la zakat sont d'abord des moyens d'atteindre la piété, dont l'aspect le plus important correspond donc au bon comportement régulier en particulier au niveau social :
Anas (SDP) raconte : Nous étions avec le Prophète (SBDSL) en voyage. Certains parmi nous jeûnaient et d'autres non. Un jour, il a fait très chaud. Certains se faisaient de l'ombre avec leurs manteaux et ceux qui n'en avaient pas se protégeaient avec leurs mains. Nous avons campé et les jeûneurs tombèrent à terre tandis que les autres ont monté les tentes et abreuvé les bêtes. Le Messager d'Allah dit alors : « Aujourd'hui, ceux qui n'ont pas jeûné ont remporté la récompense (ceci montrant que le service aux autres pendant des sorties collectives est ce qui a le plus de valeur). »
Abou Qouleba (SDP) rapporte : Des compagnons du Prophète (SBDSL) sont venus chez lui faire l'éloge d'un de leurs amis. Ils déclarèrent : « Nous n'avons jamais vu quelqu'un comme Untel. Chaque fois que nous voyagions, il lisait le Coran, et chaque fois que nous campions, il priait. » Le Prophète demanda : « Qui donc se chargeait de ses affaires ? », jusqu'à ce qu'il questionna : « et qui donnait le fourrage à son chameau ou sa monture ? » et à chaque fois, ils répondaient : « Nous. » II déclara : « Vous êtes tous meilleurs que lui. »

D'ailleurs, le Prophète (SBDSL) confirme dans le hadith suivant que le bon comportement correspond bien à la meilleure forme d’adoration venant immédiatement après les cinq piliers islamiques obligatoires, surtout qu'ils servent aussi d'abord à tendre vers la meilleure piété, et donc la meilleure dignité, et donc le meilleur comportement :
Le Prophète (SBDSL) a dit :« Au jour de la Résurrection, rien ne pèsera plus lourd (en bonnes actions pieuses) dans la balance du croyant que le bon comportement. Dieu déteste ceux qui jurent et qui hurlent des obscénités. » (Abou Dawoud et Tirmidhi)
En effet la pieuse relation avec Dieu est plus importante à travers un bon comportement doux envers autrui que dans la pratique individuelle d'œuvres surérogatoires, puisque cela propage évidemment plus le bien.
Cette dernière analyse montre qu'irréprochablement par Allah, notre esprit associé à notre cœur est sublimement éduqué uniquement vers le bon caractère pieux et la bonne moralité pieuse, amenant au meilleur comportement pieux et donc à la meilleure rencontre avec Lui.
Or le bon caractère pieux correspond aux qualités telle la générosité raisonnable bien gérée, et la bonne moralité pieuse correspond par exemple au savoir vivre (bonnes manières) de donner la priorité aux personnes âgées lors d'une distribution modérée de bonbons, ce qui est la réalisation correcte de cette qualité de générosité raisonnable bien gérée.
Ainsi le bon comportement pieux, c'est à dire dicté par le caractère digne et la noblesse morale, correspond à utiliser les bonnes qualités (générosité, justice, miséricorde, etc), au bon moment (bon caractère, sagesse), avec le bon dosage (juste milieu, douceur, sagesse), et dans le bon ordre de l'environnement (bonne moralité, savoir-vivre, bonnes manières, bonnes mœurs, tradition prophétique, belle adaptation, compromis mesuré, conciliation, coopération gagnant-gagnant) :
Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Les croyants qui ont la foi la plus accomplie sont ceux d’entre eux qui jouissent de la meilleure moralité et du plus doux caractère. Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui traitent le mieux leurs femmes. » (Tirmidhi)
Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Rien ne pèse plus dans la balance du croyant le Jour de la Résurrection que sa bonne moralité et son bon caractère. Dieu déteste en effet tout grossier au parler impudique. » (Tirmidhi)

(S25v67) « (Les pieux sont ceux) Qui, lorsqu'ils dépensent, ne sont ni prodigues ni avares mais se tiennent au juste milieu. »
Sahl Ibn Sad (SDP) rapporte : « On apporta au Prophète (SBDSL) une boisson dont il se désaltéra. Il avait à sa droite un jeune homme et à sa gauche des personnes âgées. Il dit au jeune homme : « Me permets-tu de faire boire d'abord ceux-là (par opposition à la tradition religieuse demandant de servir par la droite en prouvant que le bon comportement peut parfois être les bonnes manières traduisant la qualité de respect et pas qu'une rigueur religieuse, sauf si le droit religieux de Dieu est prioritairement demandé par autrui comme suit) ? » Le jeune homme répondit : « Par Dieu non Prophète de Dieu ! Je ne céderai à personne ce qui me revient (de droit) de toi. » Le Prophète (SBDSL) lui mit alors le récipient dans sa main. » (Boukhari et Mouslim)
Commentaire : Par conséquent si ce cas de figure apparaît avec des non musulmans, la transmission prioritaire vers la personne âgée peut être effectuée sans demande préalable à la personne jeune, mais l'explication religieuse demeure possible si elle est acceptée. Ce qui prouve qu'avec une bonne et pieuse intention morale, les bonnes manières peuvent être parfois choisies à la place de la tradition prophétique, et que trouver, comprendre, vouloir et tendre vers l'ennoblissement maximal demeure l'essentiel suprême quel que soit notre niveau religieux. Ce hadith montre aussi qu'en plus de la supériorité sur les liens de parenté, le rang de Prophète est aussi supérieur à celui des personnes âgées.
(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : Dieu le Très Haut a dit : « Mon esclave ne s’est jamais rapproché de Moi par une œuvre plus aimable à Moi que par les obligations que Je lui ai imposées. Mon esclave ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à que Je l’aime. Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. »
C'est pourquoi le cœur éduqué jusqu'à ce niveau de pieuse noblesse correspond logiquement à une personnalité pouvant être considérée totalement sage comme le confirme l'enseignement suivant :
(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Sachez que dans le corps humain il y a une bouchée de viande. Quand cette bouchée est bonne, tout le corps est bon, et quand elle est devenue mauvaise, tout le corps le devient. Sachez que cette bouchée est le cœur. » (URA)
Or pour parvenir à cette personnalité totalement bonne, les œuvres cultuelles, la tradition prophétique et surtout le savoir vivre sont donc essentielles. En sachant que chaque bonne action étant du bon comportement, elle peut encore évidemment être embellie par une noble manière de l'accomplir faisant aussi partie du bon comportement et donc du meilleur comportement.
La religion ne cesse donc de recommander la plus grande dignité et donc le meilleur comportement qui est celui commandé par le bon caractère et la bonne moralité. C'est pour ça que dans le Coran, Allah a rendu exemplaire Son Messager bien-aimé Mouhamed (SBDSL) pour sa sagesse éminente et a par ailleurs aimé des compagnons par preuve de Sa satisfaction à leur égard :
(S68v4) « Et tu es certes (Mouhamed), d'une moralité éminente. »
Dans ce sens, il faut remarquer que la religion et la vie poussent l'homme au bon comportement même à travers la consommation des bons aliments, au bon moment, avec le bon dosage (juste milieu) et dans le bon ordre de préparation, puisque c'est une image du bon comportement s'organisant donc à travers l'utilisation des bons sentiments, au bon moment, avec le bon dosage et dans le bon ordre moral... :
(ExtS2v143) « C’est ainsi que Nous avons fait de vous la communauté du juste milieu. »
Ainsi le cœur doit réserver son centre pour Dieu, afin de gérer chaque qualité dans un juste milieu et chaque situation le plus sagement possible, c'est à dire dans une forme de sublime transcendance permettant en plus de vivre la relation avec les proches au mieux par les attributs divins suprêmes, illimités ou éternels :
(S49v13) « Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. »
Surtout qu'en possédant un noble caractère, de bonnes manières et un comportement social bienfaisant, le musulman devient logiquement un instrument de Dieu précieux à Ses yeux :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les serviteurs de Dieu qui sont les plus chers à Ses yeux sont ceux qui possèdent les plus belles manières. » (Al-Hakim)
Par une finesse liée à une sincère volonté de bien pour autrui et ainsi de meilleure bienfaisance, la piété améliore donc le scanner du cœur cherchant à ennoblir chaque situation au maximum.
Par conséquent pour orienter personnellement notre cœur positivement et noblement au mieux, c'est à dire vers la meilleure qualité du moment, la raison pieuse a le pouvoir tel un excellent acteur du cinéma de se servir souvent des doigts d'Allah orientant les émotions du cœur évoqués dans un hadith et sous-entendu dans un verset précisant qu'Allah se situe entre l'homme et son cœur. En fait il s'agit plutôt d'agir comme un représentant d'Allah en ressentant souvent l'excellence noble, pure, bienveillante, aimante et joyeuse de la fitra. De plus, il sera logiquement possible d'orienter aussi le cœur des autres vers la meilleure qualité du moment, puisque souvent les cœurs peuvent communiquer entre eux. En effet les cœurs sont comme des rois pouvant avoir des discussions secrètes.
Et si le cœur n'est pas écouté à travers la piété envers Allah permettant de recevoir la meilleure qualité du moment ou donc de la choisir, mais à travers l'insensibilité voire l'amour des péchés, les maladies du cœur tels l'avarice, la cupidité et l'orgueil apparaissent, puis pervertissent logiquement sa capacité originelle de perception du véritable bien et amènent ainsi à un comportement toujours plus mauvais :
(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Sachez que dans le corps humain il y a une bouchée de viande. Quand cette bouchée est bonne, tout le corps est bon, et quand elle est devenue mauvaise (prouvant sa capacité originelle à percevoir le véritable bien), tout le corps le devient. Sachez que cette bouchée est le cœur. » (URA)
Selon Abdullah Ibn Amr Ibn Al-As (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) n’a jamais été grossier et n’a jamais voulu le paraître. Il disait : « Parmi vos meilleurs sont ceux d’entre vous qui ont la plus haute moralité et le meilleur caractère (c'est à dire le meilleur comportement par la piété, la douceur et la générosité). » (URA)
Ici il peut être déduit que l'adoration devient la forme et la piété le fond.
Ainsi, ce cheminement permettant de se rapprocher du comportement que Dieu aurait avec nos capacités humaines limitées en rapport avec un Créateur Omnipotent Irréprochable détient évidemment une valeur sublime puisque elle est qualifiable de divine :
(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : Dieu le Très Haut a dit : « Mon esclave ne s’est jamais rapproché de Moi par une œuvre plus aimable à Moi que par les obligations que Je lui ai imposées. Mon esclave ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à que Je l’aime. Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. »
Enfin il faut noter que l'Esprit de Dieu associé à Son Verbe est dans un sens réellement incarné exclusivement par Jésus et le Coran. (Or l'être humain pieux et le Califat politique tendent aussi à représenter Dieu au mieux.) C'est pourquoi s'entretenir avec Jésus lors de sa première venue ou lors de son retour et écouter le Coran en arabe correspond donc à la très enviable plus grande proximité avec Dieu sur terre par le langage :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui a attesté qu’il n’existe pas de divinité à part Allah, unique et sans aucun associé, que Mouhamed est Son humble adorateur et Son Messager, que Jésus est l’humble adorateur de Dieu, Son Messager, Sa parole qu’Il a jetée à Marie et un esprit venant de Lui, que le Paradis et vrai est que l’Enfer est vrai, Dieu l’introduit au Paradis quelle que soit son œuvre. »
(S32v2/3) « La Révélation du Livre (Coran), nul doute là-dessus, émane du Seigneur de l'univers. Diront-ils qu'il (Mouhamed) l'a inventé ? Ceci est, au contraire, la vérité venant de ton Seigneur pour que tu avertisses un peuple à qui nul avertisseur avant toi n'est venu, afin qu'ils se guident. »
Ainsi quand nous nous servons des paroles du Coran en arabe lors de notre prédication, nous sommes réellement des représentants de Dieu comme Jésus, à conditions d'avoir les ablutions.
Or nous ne pouvons suivre directement Jésus qui est parfait de naissance car nous sommes imparfait de naissance, et nous devons donc suivre Mouhamed qui est un homme imparfait de naissance ayant reçu les enseignements coraniques divins montrant le cheminement jusqu'à la perfection par l'ennoblissement maximal. En effet, il faut suivre la réelle sainteté du Prophète Mouhamed (SBDSL), puisque ayant vécu religieusement ou/et pieusement en permanence tout en se réclamant de Jésus selon le quatrième prochain hadith. C'est à dire que le Prophète Mouhamed (SBDSL) a suivi le saint esprit de Jésus dans tous les sens du terme, puisqu'il est venu après lui, en le suivant moralement, et en apportant la suite du développement de la spiritualité monothéiste, de la piété et de la possibilité d'accès à une excellente sainteté par l'ennoblissement maximal. D'ailleurs le saint esprit de Jésus a lui même suivi complètement l'ensemble des lois divines au niveau tribal et national révélées aux différents messagers depuis Adam, puis les a orienté vers l'universel. C'est à dire que toutes les lois divines révélées auparavant ont logiquement préparé pour le monde, la venue de la sainteté de Jésus les ayant parfaitement incarnées particulièrement au niveau de la bienfaisance sociale, puis la venue de la sainteté de Mouhamed les ayant parfaitement incarnées particulièrement au niveau de l'adoration constante. Ainsi quand Jésus reviendra sur terre pour épanouir sa sainteté totalement en suivant la religion complète reçue par Mouhamed, lui aussi aura bien connu une forme d'ennoblissement maximal, même si sa sainteté était déjà excellente auparavant car il était toujours pieusement juste ou miséricordieux voire miséricordieux par excellence dès que c'était possible. Par une noblesse suprême divine synonyme d'une miséricorde maximale divine, le Prophète Mouhamed (SBDSL), dont un de ses surnoms est « miséricorde pour les mondes », est donc venu aussi logiquement pour faciliter à l'humanité imparfaite cet accès à une forme de sainteté similaire à celle innée de Jésus. Or cet ennoblissement maximal humain n'est logiquement atteint principalement que par l'intention et en tendant progressivement à la tradition prophétique complète :
(S16v61) « Si Allah s'en prenait aux gens pour leurs méfaits, Il ne laisserait sur cette terre aucun être vivant (car personne n'est parfait) »
(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les actions (et donc l’œuvre d'une vie vers l'ennoblissement maximal) ne valent que par les intentions et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement l’intention de faire. » (URA)
D'après Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Mon exemple par rapport aux Prophètes avant moi est celui d'un homme ayant parfaitement construit et embelli une maison à part l'espace d'une brique dans un coin. Alors les gens qui passaient près de cette maison s'étonnaient de sa beauté et se demandaient : « Pourquoi n'a-t-on pas posé cette brique ? » Je suis cette brique et je suis le dernier des Prophètes. » (Boukhari et Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « De tous les hommes, c'est de Jésus, fils de Marie, que je suis le plus proche aussi bien dans ce monde que dans l’autre. Les Prophètes sont des frères aux mères différentes mais dont la religion est unique. » (Boukhari)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu ne perdra pas une communauté dont je suis le fondateur et Jésus le terme. »
Abou Hourayra (SDP) rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu (SBDSL) : « Les Prophètes sont d'un père unique, mais de mères différentes, (c'est-à-dire qu'ils puisent leur science à une source unique mais que les adaptations faites en vue des diverses communautés sont multiples) et leur religion est unique. Nul n'est plus en droit de se réclamer de Jésus fils de Marie que moi-même, car entre lui et moi il n'y a aucun Prophète. »

Commentaire : C'est à dire que le Prophète Mouhamed (SBDSL) est bien le seul Prophète à être à la suite du Prophète Jésus (paix sur lui) et à montrer comment le suivre spirituellement.
(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection (du digne comportement excellent de la piété et de la religion complètes), rectifiez continuellement votre conduite (pour atteindre le sommet de l'amélioration) »
Aïcha (SDP) a dit : « Le caractère du Prophète était le Coran. » (Mouslim)
En effet avec l'intention et le repentir, il faut être certain que Dieu et la morale nous accordent cette perfection. Or l'excellence de cette perfection est la plus réelle, lorsque un être humain suit constamment les règles religieuses divines, la moralité monothéiste et le caractère prophétique similaire au caractère divin qui est toujours juste (dont à travers l'honnêteté, la loyauté, la courtoisie, l'élégance) ou miséricordieux voire miséricordieux par excellence dès que c'est possible (dont à travers la générosité, douceur, la patience, le pardon, l'altruisme raisonnable), surtout que le Seigneur considère alors logiquement que cet être humain pieux par excellence le représente sublimement sur terre, puisqu'il est devenu Son instrument réalisant le plus grand bien. Il faut donc être ferme dans nos devoirs et souple voire indifférent ou plutôt altruiste par rapport à certains de nos droits. C'est à dire qu'effectivement comme Dieu, il faut savoir être juste tout le temps, miséricordieux dès que c'est possible et miséricordieux par excellence dans une juste mesure quand la situation le peut ou le mérite afin tendre également à l'ennoblissement personnel maximal. Par exemple, il faut par la justice impérativement rembourser nos dettes en tant et en heure, mais en revanche donner miséricordieusement du temps à une personne nous devant de l'argent voire atteindre une miséricorde par excellence dans ce cas en lui faisant une remise totale si cela ne nous laisse pas dans la pauvreté :
(S2v280) « A celui qui est dans la gêne, accordez un sursis jusqu'à ce qu'il soit dans l'aisance. Mais il est mieux pour vous de faire remise de la dette par charité ! Si vous saviez (comme choisir la miséricorde par excellence quand c'est possible qui est synonyme de dignité maximale correspond à l'extraordinaire valeur suprême, puisque c'est lié à l'excellent choix divin moral et donc à la meilleure valeur divine) ! »
(ExtS39v17-18) « Annonce la bonne nouvelle (plus haut niveau du Paradis) à Mes serviteurs qui prêtent l'oreille à la Parole (du Coran), puis suivent ce qu'elle contient de meilleur. Ce sont ceux-là qu'Allah a guidés et ce sont eux les doués d'intelligence ! »

Selon Aïcha (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) entendit une fois deux rivaux discuter à voix haute devant sa porte. Or voici que l'un d'eux priait l'autre de renoncer à une partie de sa créance et de lui faire des facilités pour le reste. L'autre disait : « Par Dieu, je n'en ferai rien. » Le Messager de Dieu sortit alors à eux et leur dit : « Où est celui qui jure par Dieu de ne pas faire le bien envers son compagnon ? » L'autre dit : « Moi, ô Messager de Dieu ! Mais j'accepte maintenant la solution qui lui convient. » (Boukhari et Mouslim)
(ExtS2v219/220) « Et ils t'interrogent : “Que doit-on dépenser (en charité) ?” Dis : “L'excédent de vos bien.” Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditez sur ce monde et sur l'au-delà. Et ils t'interrogent au sujet des orphelins. Dis : “Leur faire du bien est la meilleure action.” »
(S25v67) « (Les pieux sont ceux) Qui, lorsqu'ils dépensent, ne sont ni prodigues ni avares mais se tiennent au juste milieu. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « La main qui est au dessus est meilleure que la main qui est au dessous. Commence par ceux qui sont sous ta responsabilité. La meilleure aumône est celle qui laisse de la richesse après elle. »
La sainteté (ne faire que du bien) peut donc être seulement juste (dont pour établir la justice au niveau des biens, de l'honneur ou du sang entre êtres humains), ou souvent être meilleure en étant miséricordieuse (dont donc à travers un délai donner à quelqu'un nous devant de l'argent ou une éducation à des enfants), voire parfois être excellente en étant miséricordieuse par excellence (dont donc à travers la remise totale à quelqu'un nous devant de l'argent ou le pardon). Or la noblesse maximale divine vers laquelle nous devons tendre gère donc au mieux ces degrés de la sainteté.
C'est à dire qu'après s'être grandement imprégné de Dieu par la piété, nous atteignons la meilleure vie en pratiquant avec justice la religion régulièrement et en tendant avec miséricorde à être le plus utile à autrui.
Valider la perfection de l'homme et sa représentation permanente du Seigneur suite à son intention constante de tendre toujours vers le mieux, c'est à dire jusqu'à l'ennoblissement maximal qu'est le mode de vie prophétique complet, est légitime pour Allah, car c'est comparable à l'acceptation totale de l'action d'un homme qui mourrait pendant qu'il fait aumône de 1000 euros en distribuant équitablement des billets à plusieurs personnes. C'est pourquoi vivre consciemment cet ennoblissement maximal en tendant vers la religion complète, le meilleur caractère et l'excellente moralité est supérieur à ceux l'ayant vécu mais compris seulement après la mort.
La première arrivée du saint esprit du Prophète Jésus n'était donc pas la conclusion morale de la révélation divine et donc de la Création, mais seulement l'avant dernière étape en lien avec le cheminement exemplaire du Prophète Mouhamed vers cette sainteté afin d'y guider l'humanité de nature imparfaite. Alors que le retour du saint esprit de Jésus, pour qu'il suive la religion totalement complétée qu'est celle révélée à l'ultime Prophète Mouhamed, représentera la réalisation du but final de l'humanité qu'est son saint ennoblissement maximal islamique, méritant ainsi en plus logiquement d'être gouverné par ce saint esprit du Prophète Jésus qui se sera donc également ennobli au maximum en devenant aussi musulman. Et c'est cette réalité qui incarnera la conclusion morale de cette Création par conséquent noble par excellence.


b) Quelques arguments sur certaines morales particulières :

La polygamie :

La première chose à préciser est qu'une femme a le droit de choisir son mari et de refuser des coépouses lors du contrat de mariage. Ensuite il faut savoir qu'au début de l'islam diverses guerres eurent lieu pour défendre le droit à transmettre la religion et que le nombre de femmes devint ainsi plus important que celui des hommes, car beaucoup d'hommes y moururent en martyrs alors que les femmes n'y participaient pas en tant que militaires. Beaucoup de pères de famille et de maris laissèrent donc leur femme et leurs enfants sans leur soutien affectif, physique et financier, et c'est pour éviter certains problèmes économiques ou sociaux que des hommes assez riches purent prendre jusqu'à quatre épouses, surtout qu'à l'époque pré-islamique, leur nombre n'était pas limité. De plus le nombre des femmes dépassant donc celui des hommes après la mort de nombreux combattants, les naissances seraient devenues moins importantes sans la polygamie et la propagation de la religion aurait ainsi été moins étendue. D'ailleurs l'alternance des épouses augmentant le désir de l'homme et permettant par conséquent plus de naissances, la polygamie fut souvent autorisée voire essentielle dans diverses nations à travers l'Histoire pour leur pérennité et donc celle de l'humanité. De plus partout dans le monde, la filiation d'un homme ayant plusieurs femmes reste vérifiable, alors qu'une femme ayant plusieurs maris empêche de connaître le père des enfants. Enfin dans de nombreux pays, le nombre de femmes étant aussi supérieur à celui des hommes, la polygamie devient encore légitime, car chaque femme a le droit d'avoir un mari.
Ces constatations semblent donc être les principales raisons pour lesquelles Dieu a autorisé un homme à se marier au maximum avec quatre épouses, s'il en a les capacités financières, consent à avoir un comportement honorable identique envers elles, et leur apporte une subsistance et un temps égaux. Par exemple comme le Prophète (SBDSL) le faisait, si un homme a consacré trois nuits de noce avec sa première femme, il devra passer le même nombre de nuits de noce avec ses prochaines épouses, puis revenir à une nuit chacune leur tour. Afin de faire apparaître un aspect compréhensible pour tous, la polygamie pouvant donner des enfants à un homme avec des femmes différentes est dans un sens comparable à un homme ayant divorcé de quatre femmes les unes après les autres et eu des enfants avec chacune d'elle sans qu'elles se remarient. De plus un des avantages de la polygamie, c'est que la femme n'est plus l'attention principale de l'homme, ce qui est important quand elle la recherche trop, car cela soulage l'attention de la femme et de l'homme pour d'autres domaines en particulier les œuvres religieuses surérogatoires et la bienfaisance familiale et sociale. Cependant probablement plus pour les périodes sans guerre en particulier dans une société assez riche, le Seigneur invite clairement l'homme à n'épouser qu'une femme, car la conscience morale humaine n'étant pas omnisciente, elle ne pourra jamais établir une justice parfaite envers plusieurs femmes comme le précisent les deux verset suivants, et surtout car n'être marié qu'à une seule femme permet plus de présence patriarcale importante pour les enfants dont pour leur éviter trop de carence affective, et c'est aussi pourquoi le Coran ordonne d'avoir quatre femmes au maximum. D'ailleurs la polygamie en période de paix à notre époque moderne est déconseillée pour éviter une augmentation démographique trop rapide pour le développement, en particulier en Afrique :
(S4v3) « Et si vous craignez de n'être pas justes (sagement responsables) envers les orphelins..., Il (vous) est permis d'épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n'être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou (il vous est aussi permis d'épouser) des esclaves que vous possédez (du temps ou l'esclavage était encore répandu). Cela afin de ne pas faire d'injustice (ou afin de ne pas aggraver votre charge de famille si vous n'êtes pas suffisamment riche). »
(S4v129) « Vous ne pourrez jamais être équitable entre vos femmes, même si vous en êtes soucieux. Ne vous penchez pas tout à fait vers l'une d'elles, au point de laisser l'autre comme en suspens. Mais si vous vous réconciliez et vous êtes pieux... alors (cela prouve qu')Allah est certes, Pardonneur et Miséricordieux. »

Il faut noter qu'Adam, Eve ayant été tirée du corps d'Adam, et par conséquent toute l'humanité sont donc liés à un seul corps et ainsi à une seule âme et donc à une seule entité représentant celle de Dieu, afin d’exprimer l'importance morale essentielle de la complémentarité du couple parental représentant le caractère divin au niveau du caractère masculin fort, puissant et juste, et du caractère féminin doux, fin et miséricordieux, et devant amener à un pieux amour familial, amical et solidaire dont à travers la procréation d'enfants et la bienfaisance sociale :
(S7v189) « C'est Lui qui vous a créés d'un seul être (âme, représentant la connaissance complète de Dieu) dont il a tiré son épouse, pour qu'il trouve de la tranquillité (douceur, miséricorde, finesse, sérénité, intensité de l'amour, paix, repos, tous des composants de la félicité) auprès d'elle, et lorsque celui-ci eut cohabité avec elle, elle conçut une légère grossesse, avec quoi elle se déplaçait (assez facilement). Puis lorsqu'elle se trouva alourdie, tous deux invoquèrent leur Seigneur : “Si Tu nous donnes un (enfant) sain, nous serons certainement du nombre des reconnaissants.” »
(S38v6) « Il vous a créés d'une personne unique et a tiré d'elle son épouse. »

Selon An-Nomân Ibn Bashir (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'image des croyants dans l'amour, la miséricorde et l'affection qu'ils se portent, est comparable à celle d'un même corps : lorsqu'un membre se plaint de quelque douleur, c'est l'ensemble du corps qui en pâtit par l'insomnie et la fièvre (l'empathie et la solidarité). » (Boukhari et Mouslim)
Ainsi l'homme seul et la femme seule sont des humains incomplets, et ne représentent donc pas tout l'humain séparément,  ce qui appartient à la dignité irréprochable du Créateur Divin puisque c'est pour que les humains s'habituent à s'unir entre eux et avec Dieu.
          Par conséquent lorsque nous arrivons à gérer aimablement la relation conjugale nous apportant la complétude dans notre caractère que ce soit donc au niveau de la finesse pour l'homme et de la force pour la femme, la prière obligatoire devient moins un besoin de se nourrir du caractère divin unissant force et finesse mais plutôt plus un renforcement de notre harmonie avec Dieu.
          Pour aborder les sujets de la fidélité amoureuse à vie et de la jalousie, il faut préciser que ce sont des sentiments particuliers, car il faut reconnaître qu'à travers leur vie, les êtres humains peuvent avoir plusieurs relations conjugales à cause d'un décès prématuré, d'une stérilité ou d'un divorce. En effet dans ces trois cas à la différence des catholiques qui interdisent de se remarier probablement pour préserver le mariage éternellement alors que l'homme aura plusieurs femmes au Paradis, il est juste de pouvoir se remarier pour retrouver un soutien dans une nouvelle relation amoureuse ou pour avoir des enfants.
Surtout que selon divers enseignements avant d'entrer au Paradis, une femme ayant eu plusieurs maris pourra choisir le dernier épousé, celui qui aura été le plus digne pieusement, celui qu'elle aura le plus aimé ou celui qui avait le meilleur caractère et lui réservait le meilleur traitement, voire aucun d'entre eux si elle peut choisir mieux ou s'ils sont finalement en Enfer ou à un niveau inférieur dans le Paradis. Cependant, le choix du conjoint pour le Paradis n'étant souvent certainement pas rigide, un couple pourra choisir d'être ensemble même s'ils ne sont pas dans niveau de Paradis équivalent, car les personnes les plus hautes peuvent visiter les plus basses. Or il ne faut donc pas oublier que certaines personnes rechercheront possiblement à avoir un conjoint vivant dans un degré du Paradis au moins équivalent au leur quels que soient leurs amours conjugaux sur terre, surtout si tout y a plus de qualité que dans les niveaux inférieurs et que leur ancien conjoint est en en Enfer. Ce qui prouve que la relation conjugale sur terre est avant tout une épreuve pour établir la valeur de chacun de ses membres. Surtout qu'un verset coranique précise que les mauvais hommes sont pour les mauvaises femmes et vice-versa :
(S24v25/26) « Ce Jour-là, Allah leur donnera leur pleine et vraie rétribution; et ils sauront que c'est Allah qui est le Vrai de toute évidence. Les mauvaises (femmes) aux mauvais (hommes), et les mauvais (hommes aux mauvaises (femmes). De même, les bonnes (femmes) aux bons (hommes), et les bons (hommes) aux bonnes (femmes). Ceux-là sont innocents de ce que les autres disent. Ils ont un pardon et une récompense généreuse. »
          Au Paradis beaucoup d'hommes pourront donc avoir plusieurs femmes du monde terrestre. Surtout que les femmes étant plus nombreuses au Paradis et en Enfer selon des enseignements religieux, cela signifie probablement que pour pérenniser l'humanité face à ses nombreuses guerres souvent injustifiées, le Créateur Omniscient a dû créer plus de femmes que d'hommes, car donner la vie prend neuf mois et va même jusqu'à 20 ans pour créer un homme capable de se battre, alors que tuer peut prendre moins d'une seconde(, et sans oublier les innombrables meurtres de bébés filles au cours de l'histoire comme chez les romains, en Inde, et chez les arabes dans l'époque pré-islamique, qui pourraient au bout d'un certain temps au Paradis devenir des femmes). D'ailleurs cette analyse semble aussi expliquer pourquoi un autre enseignement religieux précise que les hommes du Paradis auront généralement au minimum deux femmes terrestres pour épouses (logiquement à part Adam car impossible au sein de la même ascendance ou descendance). Les femmes dans un degré du Paradis pourraient donc être partagées entre les hommes y vivant, sauf évidemment entre ceux qui auront été une parenté proche sur terre, car l'inceste y sera aussi évidemment interdit par rapport l’ascendance, la descendance et les oncles et aux tantes, et limité au minimum aux cousins et cousines.
          De plus chaque homme au Paradis aura plusieurs houris comme épouses et chaque martyr en aura au minimum 72, car elles sont les femmes créées au Paradis par Dieu pour récompenser les hommes croyants qui auront retenu et donc anobli leur fonction sexuelle en la gardant dans le cadre légal religieux. En effet par leur nature qui a un taux de testostérone supérieur aux femmes, provoquant des érections liées à la production dans leurs testicules de spermatozoïdes nécessaires à la pérennité de l'espèce humaine, recherchant l'apaisant aspect de l'amour sexuel et donc renforçant la sensible maturité importante pour eux, les hommes éprouvent plus le désir que les femmes. C'est à dire que chez l'homme, la testostérone qui est une hormone appartenant à celles androgènes, est principalement fabriquée dans les testicules et de manière permanente, ce qui fait que son désir n'a pas de condition et peut être fréquent. Alors que chez la femme, cette hormone qui est aussi responsable du désir sexuel est principalement produite par les ovaires, mais en quantités beaucoup moindres, surtout que chez elle, la période de fertilité comprenant l'ovulation ne dure environ que sept jours. C'est pourquoi comme il faut respecter les femmes par rapport à leurs hormones, il faut aussi respecter les hommes par rapport à leurs hormones, tout en sachant que chacun doit pieusement se maîtriser.
C'est pour ça que sans fantasmer sur des choses interdites, l'onanisme est toléré dans certains cas extrêmes. En effet pour éviter un mal plus grand tel l'adultère d'un conjoint longtemps éloigné ou la fornication (donc hors mariage) d'un jeune célibataire trop désireux, le Prophète (SBDSL) l'a autorisé bien qu'il soit nettement plus noble de jeûner ou d'attendre un orgasme involontaire au cours d'un rêve érotique béni pour libérer ce besoin. Par conséquent cette accumulation de désirs pouvant devenir une étourdissante gêne perturbante par sa trop forte sensualité, il est logique qu'une femme doive se dévouer, sincèrement et amoureusement, lorsque son mari éprouve une augmentation de son amour physique pour elle et désire avoir des relations intimes. Évidemment le désir de l'homme doit rester dans de sages limites, respecter l'état de forme de sa femme et se rappeler que l'abstinence d'une semaine, voire de moins si l'amour partagé par le couple marié est fort et pur, amène à un plaisir intime généralement plus fort par la femme et l'homme, dont par la sensibilité du cœur aussi grandement approfondit :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Par Celui qui tient mon âme dans Sa main, chaque fois qu’un homme appelle sa femme à son lit et qu’elle s’y refuse, tous les habitants du ciel (anges) se remplissent de colère contre elle jusqu’à ce que son mari soit satisfait d’elle. »
La réciprocité de cette morale est également évoquée en islam, car une femme peut évidemment aussi éprouver le désir envers son mari et lui demander d'avoir des relations intimes pour profiter de l'amour physique apportant de l'apaisement, un épanouissement de l'aspect de la nature féminine devant être désirée pour la pérennité de l'humanité, une expression de l'intimité, une importante maturité (encore plus nécessaire à la réalisation d'un homme dont pour sa force mentale et sa sensibilité comme il vient d'être vu, et c'est pourquoi la polygamie peut être une solution si une femme ne veut pas ou ne peut pas donner ce droit sexuel à son mari, surtout que la relation intime apporte donc aussi l'homme de la joyeuse virilité maîtrisée et ainsi de la bonne énergie importante se répandant), un lien solide du couple, un sentiment vivant fort, un temporaire niveau de cœur exemplaire suite à l'orgasme, et donc une facilitation face aux épreuves terrestres et possiblement un enfant.
Un hadith rapporte que l’épouse de Abdullâh ibn Amr ibn al As s’était plainte du fait que son mari enchaînait prières et jeûnes facultatifs et la délaissait sur tous les plans, intime y compris. Mis au courant de ce fait, le Prophète (SBDSL) parla donc à Abdullâh ibn Amr ibn il As. Il lui rappela que son corps et ses yeux avaient des droits sur lui et qu’il devait les ménager (en se reposant malgré son rythme religieux important). Et il lui rappela aussi ceci : « Et ton épouse a aussi des droits sur toi (dont de recevoir de l'affection même sur le plan intime). »
Or si la femme est souvent moins désireuse que l'homme même si elle est plus émotionnelle, c'est car ce ressenti féminin supérieur perçoit généralement plus la pudeur de la fitra du cœur, surtout quand il n'a pas été dévoyé.
Le désir par essence donc beaucoup sexuel est une énergie qui permet aussi d'agir dans les études ou le travail. Or si ce désir est trop mis en avant voire fortement libéré comme à notre époque en particulier à travers la pornographie, il peut donc devenir de l'ignorance et de l'oisiveté, synonyme d'une société dans le chaos où tout est permis mais plus rien n'est possible, surtout que tout devient payant et les mesures sanitaires de même que la paupérisation apportent la division, la solitude et la dépression. C'est pourquoi en raison en plus de son impudeur évidente, la pornographie est interdite, surtout qu'elle peut aussi être considérée comme de la prostitution quand elle n'en est pas aussi vraiment. Ainsi le sérieux, c'est articuler correctement travail et désir en sachant que tout, même au niveau de la meilleure noblesse de caractère et de comportement vis à vis des relations conjugale, familiale et sociale, doit être professionnel.
La complémentarité de l'homme et de la femme se voit aussi évidemment à travers la procréation, car le besoin féminin est de recevoir les cellules reproductrices mâles, alors que le besoin masculin est de les envoyer. Ce qui prouve dans un sens l'aspect plus extérieur et donc effectivement plus désireux de l'homme et l'aspect plus intérieur et donc plus plaisant de la femme. Et comme la femme est plus intérieure, elle est bien logiquement plus émotionnelle comme le confirme aussi la science et la religion, ce dont l'homme doit profiter pour devenir plus sensible comme la femme doit profiter de la retenue plus raisonnée de l'homme par rapport aux émotions. D'ailleurs l'authentique amour conjugal hétérosexuel synonyme d'une plénitude par la complémentarité des qualités plus présentes chez le sexe opposé est comparable à l'énergie magnétique attirant deux aimants. Et le désir masculin correspond donc à une volonté de se recharger précieusement en finesse, en sensibilité et en intensité, puisque l'homme est donc moins émotionnel que la femme.
Pour revenir aux récompenses du Paradis, il convient de préciser que les houris seront également les servantes des femmes de leur mari qui auront été pieuses sur terre, et que ces dernières seront toujours plus désirables par leur statut de femmes ayant connu la piété, car les femmes du Paradis ne seront évidemment pas désirées seulement pour leur immense beauté, mais aussi principalement pour leur grande intelligence, leur finesse élégante et leur profonde noblesse d'âme :
Selon At Tabarabi, Oum Salama (SDP) demanda : « Ô Messager de Dieu, qui sont meilleures : les femmes de la vie ici bas ou les houris aux grands yeux ? » Il répondit : « Les femmes de la vie ici bas sont meilleures que celles du Paradis, comme l'est l'extérieur d'un habit par rapport à sa doublure. » Elle demanda : « Ô Messager d'Allah, par quoi ? » Il répondit : « Grâce à leurs prières, leurs jeûnes et leur adoration, Allah a couvert leur visage de lumière et leur corps de soie. Elles ont le teint blanc, les habits verts, les bijoux tressés. Leur encensoirs sont faits de perles et leur peignes en or. Elles disent : « Nous sommes éternelles et nous ne mourrons pas, nous sommes les heureuses et nous ne connaissons pas la misère, nous sommes celles qui demeurent et nous ne partons pas, nous sommes les satisfaites et ne nous mettons pas en colère. Bienheureux celui à qui nous appartiendrons et qui nous appartiendra. »
Or pour équilibrer les récompenses des femmes par rapport aux hommes ayant plusieurs femmes au Paradis, voire en rendant légitime les récompenses des hommes par rapport aux femmes du Paradis à travers l'existence de ces houris, il faut savoir que Dieu attribuera aux hommes lors de l'acte intime, une très agréable intensité sexuelle comparable à l'accumulation de celles de 100 ou 100 000 hommes suivant les versions. Ce qui comblera les femmes au summum par leur nature plus orientée vers le plaisir surtout qu'elles redeviennent vierges sexuellement après chaque rapport, et leur fera comprendre sans jalousie que leur mari aille vers d'autres femmes pour recommencer l'acte intime, afin de combler leur nature plus orientée vers le désir. Surtout que comme le symbole et le sens de cette masculinité fortement désireuse participe énormément au ressenti immense de la félicité paradisiaque par les femmes, c'est aussi pour çà que la polygamie au paradis ne sera pas du tout cause de jalousie :
D’après Anas (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Au Paradis, l’homme aura une puissance sexuelle si grande… » Quelqu'un demanda : « Ô Messager d’Allah ! Sera-t-il si puissant ? » Le Prophète (SBDSL)répondit : « Il aura une puissance sexuelle centuplée. » (Tirmidhi)
Selon Abou Mousa (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « II y a certainement pour le croyant dans le Paradis une tente creusée dans une seule perle. Elle s'élève dans le ciel à une hauteur de soixante lieues. Le croyant y a aussi des épouses qu'il visite successivement (intensité de l'intimité) sans qu'elles se voient les unes les autres. » (URA)
Commentaire : Or les femmes terrestres étant les reines, elles seront prioritaires possiblement en pouvant créer des espace-temps individuels.

D'autant plus que le clitoris, l'organe féminin du plaisir sexuel, est beaucoup plus petit et donc fin que la verge masculine, et ressentira donc logiquement plus vite et plus intensément la finesse extrême de la félicité du Paradis. D'ailleurs aussi pour compenser cette réalité, les tétons des hommes sont plus fins que ceux des femmes.
Pour qu'un homme soit également comblé au summum sexuellement dans le Paradis, c'est un argument supplémentaire expliquant qu'il devra effectivement y prendre plus de temps quotidiennement avec plusieurs femmes. Par conséquent coté plaisir sexuel, ce sont les femmes qui sont avantagées au Paradis, et plusieurs femmes à y honorer pour l'homme quotidiennement est finalement seulement une récompense légitime.
Ainsi au Paradis, l'immense force physique de l'homme sera suffisante pour combler le plaisir physique de sa femme car manquant de cette force dans sa nature, et le mari pourra donc logiquement être considéré comme une intensité et une beauté suprêmes pour la femme, surtout qu'ayant un seul mari tel le rôle d'un mâle alpha expérimenté dans le monde animal, et telle une femme préfère être avec un roi pour le prestige même si c'est une concubine officielle et d'autant plus si c'est la reine, ce qui sera en quelques sortes le cas au Paradis pour les houris (concubines) et les femmes terrestres (reines).
Et comme le plaisir physique donné par la femme à l'homme sera moins fort malgré le désir supérieur de ce dernier car cette force y sera désormais encore plus présente dans sa nature, le cumul de plusieurs beautés physiques féminines quotidiennement sera donc nécessaire à l'homme pour être comblé dans le plaisir physique, en particulier car les houris ne pourront être considérées comme des beautés suprêmes ni les femmes terrestres à la beauté supérieure mais quand même presque suprême dans ce sens.
Surtout qu'également, l'intensité (finesse) étant plus présente dans la nature féminine que dans la nature masculine (forte), l'homme devra donc s'en nourrir plus pour être comblé. En effet l'immense félicité du Paradis étant basée principalement sur une extrême finesse de sensations et de ressentis, et les femmes ayant dans leur nature une finesse supérieure à celle contenue dans la nature des hommes, elles y entretiendront plus facilement la plénitude de finesse paradisiaque dont possiblement à travers une seule relation intime quotidiennement voire moins, surtout donc à travers la force immense du désir de l'homme qui intensifiera et comblera leur finesse déjà supérieure, d'autant plus que leur mari unique incarnera donc une beauté et ainsi une intensité suprêmes. Alors que l'homme possédant moins de finesse dans sa nature devra s'en imprégner plus pour entretenir cette plénitude de finesse à travers une relation intime avec chacune un certain nombre de ses femmes terrestres ou/et de ses femmes houris quotidiennement. Surtout qu'en ayant perdu sa côté qui est la femme, l'homme recherche plus de complétude par rapport à la femme, puisque elle, en tant que côte, est déjà une entité et a son identité propre, même si elles proviennent de l'homme et si la femme en tant que côte perdue a tout de même parfois besoin d'être nécessairement et donc amoureusement retrouvée et réintégrée. C'est similaire à du (électro)magnétisme où les opposés s'attirent en tant que des aimants physiques et sentimentaux.
De toute manière, ce qui est essentiel derrière la polygamie et les autre règles sociales ou cultuelles, c'est seulement la compréhension des attributs divins, de la réalité et de la morale.
Ainsi c'est logiquement lors des relations intimes que le couple marié épanoui s'échange le plus la finesse et la force de caractère noble, dont car ils y vivent le plus fortement au niveau physique l'amour, la profondeur, la joie et l'intensité qui sont tous des sentiments essentiels dans la noblesse, car ces qualités sont souvent utilisables en particulier dans la relation à autrui et toujours présentes dans l'orgasme partagé synonyme de premier degré de la félicité paradisiaque. En effet l'orgasme partagé représente clairement une union de la force, de la finesse, de l'amour, de la profondeur, de la joie et de l'intensité, et représente donc de la noblesse, qui sont toutes logiquement des qualités composant la félicité. Par conséquent il faut comprendre que même à travers l'acte physique intime marital, les qualités spirituelles doivent être et sont en réalité recherchées (dont par manque voire par besoin complémentaire de finesse profonde pour l'homme et de force rassurante pour la femme), car elles composent donc logiquement le bien-être. Surtout que l'orgasme licite au sein du couple marié étant nécessaire à la reproduction prouve bien que la composition, le but et la noblesse de la félicité sont un sujet principal invitant à de nobles interprétations multiples :
(ExtS7v189) « C'est Lui qui vous a créés d'un seul être (âme) dont il a tiré son épouse, pour qu'il trouve de la tranquillité (forme de miséricorde prouvée dans le verset suivant qui est une qualité divine particulièrement présente dans le couple) auprès d'elle (car étant plus faible physiquement, plus imparfaite moralement et désirée conjugalement, elle recherche, apprécie et incarne donc plus la miséricorde logiquement) »
(S30v21) « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles, et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté (ce duo de qualité étant une forme de miséricorde). Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. »
(ExtS2v187) « elles (les femmes) sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles(, c'est à dire que l'homme et la femme se complètent tel un réchauffement élégant à travers un échange de qualités qui les renforce et les adoucit spirituellement). »

La maritale relation intime amoureuse permet donc aussi d'intensifier le bonheur de la force et de la finesse de la beauté de la noblesse.
Ainsi également, la femme doit sentir que sa faiblesse (sexe faible féminin selon la définition et synonyme de finesse) est renforcée et donc complétée, puisque elle est désirée par la force (sexe fort masculin selon la définition et synonyme d'assurance) de son mari, qui lui doit sentir que sa finesse est intensifié et donc complétée, puisqu'il s'imprègne du fin plaisir féminin car ce dernier augmente ce désir masculin. D'ailleurs pendant l'acte intime, la force masculine se voit dans le durcissement et donc la solidification et donc le symbole de l'assurance (en particulier via la justice) de son organe sexuel et la finesse féminine se voit dans l’humidification et donc le glissement et donc le symbole de la miséricorde de son organe sexuel. Et cela représente donc en plus le partage de la force et de la finesse de l'amour réel. On peut aussi dire que la femme pieuse représente pour son mari la source principale de fraîcheur et d'intensité de finesse élégante dont pour l'expression de la noblesse, alors que l'homme pieux représente pour sa femme la source principale de chaleur et de protection de force vitale (utiles telle une maison, puisque l'homme qui a été créé avant la femme est donc source première de vie et a une masse physique plus importante devant en plus travailler pour elle) dont pour la défense de la noblesse. Il s'agit encore d'importantes réalités morales que notre esprit recherche plus ou moins inconsciemment en tant que complétude :
Selon Anas (SDP), un jour le Prophète (SBDSL) évoqua ses femmes comme des coupes (élégantes voire des flûtes fines) de cristal (à laquelle donc il s'abreuvait sentimentalement).
Par conséquent il est difficile de savoir si dans le plaisir intime au Paradis, il est préférable d'être comblé parfaitement par plusieurs plaisirs suite à de multiples désirs comme pour l'homme ou d'être comblé parfaitement par un unique plaisir suprême suite à un avoir été désirée par l'excellence comme pour la femme. Et il est donc aussi difficile de savoir s'il y est préférable de partager une valeur (beauté) suprême ou de profiter seul de plusieurs valeurs (beautés) magnifiques, puisqu'un homme aura donc une beauté suprême dont à travers son apparence sublime, son unicité et son nom gravé sur le cœur de ses femmes dans le sens de correspondre aux côtes de leur mari (comme Eve par rapport à Adam) et en sachant que les pieuses femmes terrestres incarneront logiquement la côte sensibilisant le plus, alors que les femmes auront des apparences magnifiques différentes mais supérieures pour les femmes qui auront été pieuses sur terre. Cependant ces deux processus différents permettent au final d'atteindre le même état de cœur suprêmement sensible, fin, joyeux et comblé pour ces deux natures différentes que sont la femme et l'homme.
Ainsi dans un sens, le Paradis sera le juste reflet de la grandeur du terrestre ennoblissement maximal humain dans un cadre légal par essence limité, grâce à la pieuse maîtrise de celui qui aura dignement retenu religieusement sa nature ayant un aspect de volonté de plaisirs illimités, c'est à dire en lui offrant légitimement une rétribution permettant de finalement l'assouvir fréquemment, grandement et éternellement, en particulier au niveau des naturelles fonctions corporelles, et donc inévitables besoins physiques, et donc logiques plaisirs personnels.
Ce qui signifie qu'il ne faut pas se demander en tant que femme ce que je mérite par rapport à l'homme ou en tant qu'homme ce que je mérite par rapport à la femme, mais ce qu'autrui mérite pour l'ennoblissement de sa nature. Il s'agit d'ailleurs logiquement d'une des raisons principales pour laquelle la jalousie n'existera absolument pas entre co-épouses au Paradis, mais aussi d'une logique mécanique de justice dans la divine rétribution miséricordieuse (illimitée) au Paradis. De même les plaisirs éternels du Paradis étant tellement grands, ils vont aussi participer à effacer cette jalousie. Mais comprendre qu'on a atteint dans un sens divin la grandeur suprême de l'ennoblissement maximal au Paradis à l'image de l'ennoblissement maximal de Dieu le Créateur, va aussi principalement effacer facilement cette jalousie.
Surtout que l'ennoblissement personnel maximal similaire à celui de Dieu étant la valeur suprême, il n'y a donc pas de réussite plus importante même par rapport à la réussite conjugale, familiale et sociale sur terre et au Paradis. Ainsi il faut bien prioritairement rechercher l'ennoblissement personnel maximal et vouloir celui des autres, plutôt que d'attendre certaines choses de la vie ou des autres à notre égard :
(ExtS4v84) « Combats (ennoblie-toi) donc dans le sentier d'Allah, tu n'es responsable que de toi même, »
Dans ce sens au Paradis, les houris serviront plus leurs maris, alors que les femmes terrestres y seront plus servies par leur mari (comme le montrent d'ailleurs la dote avant le mariage, et l'obligation de l'homme à nourrir sa femme quand c'est possible),, ce qui indique que la valeur des femmes terrestres est en réalité la plus grande, puisqu'elles sont les plus éprouvées. En effet elles sont plus imparfaites (car plus impulsives puisque plus émotionnelles), plus faibles physiquement, devant obéir à leur mari, subissant mensuellement les menstrues souvent gênantes voire douloureuses, et donnant naissance aux bébés après neuf mois de grossesse.
D'ailleurs le Coran précise : (ExtS3v36) « Le garçon n'est pas comme la fille. »
Commentaire : Selon certains savants, ce passage coranique qui est en partie en rapport avec Marie, la mère de Jésus le Saint, correspond logiquement à exprimer la préférence d'Allah pour les filles (femmes) pieuses par rapport aux hommes pieux malgré l'autorité supérieure qu'il a donné aux hommes à travers le monothéisme, car elles ont donc en réalité un cœur plus humble, plus pudique et plus émotionnel, et donc plus apte et plus profond dans le ressenti de la piété. Ce qui expliquerait aussi en partie la dote devant être donnée à la femme par le mari avant le mariage.
Cela correspond à des vérités morales pouvant définitivement nous apaiser.
D'autant plus qu'au Paradis, ces conditions différentes pour permettre l'assouvissement des natures sexuelles différentes de l'homme et la femme corresponde donc à l'unique moyen de combler totalement la félicité de leur plaisir intime voire la félicité de leur vie au Paradis, même malgré ses autres félicités apportant dans chacun de leur domaines dont alimentaire, matériel et vestimentaire, une réelle plénitude joyeuse irréprochable, en particulier par leurs cumuls souvent simultanés et donc transcendants de bonheur.
Mais dans un autre sens, ces futures relations intimes paradisiaques, qui seront totalement et intensément harmonieuses malgré les natures différentes de l'homme et la femme, ne représenteront qu'un délice parmi les innombrables délices du Paradis, et il n'y a donc vraiment pas que ça qui compte, car tout compte, et ça ne doit donc pas faire plus plaisir ou moins plaisir que tout le reste du Paradis et de la morale, dont par rapport à la légitimité irréprochable du Paradis car il représente un noble mini cadre légal illimité reflétant le noble cadre légal terrestre limité.
De plus pour un adulte habitué à ce fort plaisir charnel licite, qu'est le légitime acte intime conjugal, ayant un de ses aspects impurs par preuve qu'on ne peut le pratiquer aux yeux de tous, la relation sexuelle n'est pas foncièrement très interpellante, très esthétique, très gratifiante et très agréable, sans un amour amical débordant entièrement vécu par le couple, dont à travers un lien solide des âmes, une grande proximité des corps et des étreintes intensément sensuelles, pouvant en plus créer la vie, apportant des qualités complémentaires et permettant à leurs cœurs de s'encastrer et donc de ressentir supérieurement la noblesse quelques temps en particulier lors de l'orgasme partagé. Surtout quand cet adulte sait que son esprit provient de l'Etre Suprême Immatériel Incorporel et que la relation homme femme ne se base heureusement pas qu'à ça. Or il faut tendre à toujours conserver ce ressenti supérieur de la noblesse pour pieusement agir au mieux le plus souvent possible :
D'après Anas Ibn Malik (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « On m'a fait aimer de votre vie d'ici-bas les femmes et le parfum (dont pour leur finesse complémentant la force masculine dans et pour le caractère noble comme l'a prouvé la fréquente sage subtilité du Prophète), et la réjouissance de mes yeux (dont du cœur) se trouve (le plus) dans la prière. » (Nasaî)
Autre traduction ou sens : Le Prophète (SBDSL) a dit : « On m'a fait aimer dans ce monde les femmes et le parfum (puisque ils sont synonyme de finesse agréable), et la fraîcheur de mes yeux (sérénité profonde à la finesse supérieure) est dans la prière (car je n'ai trouvé de félicité exclusivement spirituelle qu'en elle). »

Commentaire : En effet les femmes et le parfum peuvent éveiller le désir corporel ou amener au plaisir physique, alors que la prière ne peut qu'éveiller la dévotion corporelle et qu'amener au plaisir spirituel.
Par rapport à tout cela, la jalousie n'aura ainsi pas lieu d'être au Paradis, surtout qu'en plus les particularités d'un mari aux yeux de ses femmes et ainsi leur niveau d'amour pour lui auront une valeur suprême, comme le niveau d'amour supérieur des hommes envers leurs femmes qui auront été pieuses sur terre aura dans un sens une valeur suprême par rapport aux houris, et donc malgré la beauté différente de leurs femmes qui auront été pieuses sur terre. Mais ce qui enlèvera totalement la jalousie entre les femmes et les hommes sera que tous suivront les règles divines qui sont une très grande partie de la profondeur paradisiaque de l'amour en Dieu.
Concernant ce sujet de la beauté, il faut remarquer rapidement que sous une certaine inclinaison de lumière, même les visages des gens considérés comme moins beaux sur terre se révéleront sublimes au Paradis en s'intensifiant pour l'éternité au minimum par la vision hebdomadaire de la Face du Seigneur et donc par l'augmentation de cette lumière, surtout que Dieu est l'absolu contenant l'infini. C'est à dire qu'au Paradis, avec le poids dans le juste milieu, un angle particulier de forte lumière, une peau saine et jeune, et la vision régulière de la face de Dieu, toute personne détient les traits d'un très beau visage qui seront visibles clairement et de plus en plus embellis :
(ExtHadith) D'après Abou Hourayra (SDP), l'Envoyé de Dieu (SBDSL) a dit : «...Ils (les hommes) auront tous l'aspect d'un même homme (physiquement et au niveau de l'intensité de la beauté)...» (Boukhari et Mouslim)
Selon Anas (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : «II y a au Paradis un marché où les gens viennent le vendredi. A ce moment souffle un vent du Nord qui jette une poussière sur leurs visages et leurs vêtements. Leur beauté en devient plus resplendissante. Ils retournent alors auprès de leurs épouses et les trouvent, elles aussi, plus belles et plus resplendissantes. Leurs épouses leur disent: «Par Dieu, vous êtes devenus plus beaux et plus resplendissants». Et ils leur disent: «Vous aussi, par Dieu, vous êtes devenues plus belles et plus resplendissantes». (Mouslim)

En revenant aux valeurs physiques de la nature humaine, il apparaît en plus que la nature sexuelle de l'homme représente plus le désir (d'amour) et la quantité, alors que la nature sexuelle de la femme représente plus le plaisir (d'amour) et la qualité, et c'est dans le juste milieu de ce glorieux partage d'amour que se trouvent une grande partie de la dignité, du respect et de la joie présents par essence dans le couple marié et ennoblissant ses membres.
On peut également rajouter que dans l'amour intime partagé par le couple marié, la nature de l'homme est effectivement plus extérieure par son désir devant pénétrer sa femme, alors que la nature de la femme est effectivement plus intérieure par son plaisir lié au fait d'être pénétrée. L'homme désire donc donner du plaisir (de l'amour) à sa femme pour se sentir aimé et la femme veut recevoir du plaisir (être aimée) par le désir (l'amour) de son mari. D'ailleurs beaucoup de femmes pudiques savent que leur auto-autorisation d'accéder au plaisir intime est grandement facilité par le désir fréquent des hommes, en sachant que cela augmente beaucoup la sensibilité d'un couple pieux et amoureux.
Pour interdire l'excision le Prophète (SBDSL) a dit à une femme de Médine : « N'enlève pas (le clitoris). Cela sera source de plaisir pour la femme et apprécié par le mari. » (Abou Dawoud)
Surtout que le plaisir de la femme augmente fortement le désir de l'homme, et que ces deux circonstances participent donc à augmenter leur plaisir respectif. C'est à dire que lorsque le plaisir de la femme augmente, cela augmente le désir, le plaisir et la satisfaction de l'homme, qui à son tour dans un cercle vertueux augmente le plaisir et le désir dont d'être encore plus désirée et satisfaite de la femme. Ceci prouvant qu'un des principaux désirs de l'homme doit être de tendre à ce que sa femme soit satisfaite tout le temps (dans le juste milieu) et qu'une des principales responsabilités de la femme est de tendre à ce que sont mari soit satisfait sexuellement (dans le juste milieu).
Il faut savoir que toutes les analyses de ce sous-chapitre sont en accord avec la médecine moderne qui a découvert que les hommes ont environ cinquante fois plus de testostérone que les femmes, qui en revanche y sont plus sensibles par leur nature plus émotionnelle et par preuve que leur orgasme dure environ trois fois plus longtemps et peut être très fréquent. Or cette nature féminine sert probablement à rendre les femmes plus fortes face aux épreuves dont celle grande de l'accouchement, mais en revanche plus imparfaites que les hommes car leur ressenti supérieur de ce fort plaisir intime personnel et l'aspect en plus désirable de leur nature les rendent souvent plus légère au niveau de la raison, de la piété, l'amour et de la moralité, surtout qu'être plus émotionnel (et donc aussi plus émotif) signifie géalement dans un sens être plus impulsif et donc moins sereinement profond, et souvent plus vivant. De plus cela donne fréquemment aux femmes une appréciable attitude moins grave, plus enthousiaste, plus sociale et ainsi presque enfantine, mais en étant donc généralement moins rigoureuse moralement que les hommes, sauf souvent concernant la propreté à travers leur pratique du ménage qui est une lumière de foi synonyme de nourriture vitale émotionnellement, sentimentalement et psychologiquement, en particulier pour les peu pratiquantes religieusement puisque le service est une des cinq occupations prophétiques d'adoration apportant en grande partie de la pureté intérieure surtout pour elles, car elles sont en réalité les maîtresses de maison par preuve que leur mari doit les aider quand il est présent dans le domicile, qu'il doit travailler pour subvenir aux besoins de sa femme et que la femme a donc souvent la responsabilité d'éduquer leurs enfants. Cependant lorsque elle maîtrise ses émotions dans le respect et l'amour de Dieu, la femme peut donc percevoir plus intensément la foi, la piété et donc le bonheur par sa perception plus forte de ces émotions et de ainsi ces sentiments.
Encore à travers un autre exemple, la finesse féminine peut être prouvée par la prudence et la délicatesse nécessaires lors de la gestion d'un nourrisson, et la force masculine peut être prouvée par la puissance et la violence lors du travail d'un bûcheron.
Ici, il faut noter qu'il est absolument certain que grâce à la sage omniscience divine, les niveaux différents de caractéristiques sexuelles entre l'homme et la femme étaient les meilleurs pour le bien, la reproduction et donc la préservation de l'humanité.
Par conséquent suite à tout ce qui vient d'être évoqué, il faut reconnaître que la fidélité amoureuse à vie entre conjoint ou la jalousie sont des sentiments moins importants que les éléments suivants :
-l'apprentissage de la dignité, de certaines vérités et de valeurs supérieures comme il suivra :
Aïcha (SDP) a dit : « Je n'ai jamais éprouvé de jalousie à l'égard des épouses du Prophète (SBDSL) comme j'en ai éprouvée vis-à-vis de Khadija alors que je ne l'avais jamais vue. Il (SBDSL) ne cessait en effet de parler d'elle. Quand il sacrifiait un agneau, il lui arrivait de le couper en morceaux pour les envoyer aux anciennes amies de Khadija. Il m'arrivait alors de lui dire : « On dirait qu'il n'y a eu aucune femme au monde si ce n'est Khadija ! » Alors il me disait : « Elle était ceci, elle était cela et c'est d'elle que j'ai eu des enfants. » (Boukhari et Mouslim)
-la compréhension de la nature moralement et surtout métaphysiquement (théologiquement) utile de chacun.
-l'apaisement et le soutien dans une nouvelle relation amoureuse après un décès prématuré ou un divorce. Mais il faut savoir que Dieu déteste les divorces même s'Il les a autorisés puisque préserver les liens familiaux est important (sauf si une impiété répétitive ou extrême est commis par un conjoint), surtout car la famille unie est un pilier d'une société stable. En effet construire, réparer, espérer et préserver dans la douceur de nobles relations est évidemment intéressant, courageux, pieux, digne, parfois difficile et donc supérieur à les casser par lassitude, indifférence, facilité, orgueil et colère, comme il est plus bon, long et éprouvant de construire un bâtiment par rapport à le démolir par décharge explosive. Surtout que le bien peut être définit comme la construction positive avec un minimum de destruction. D'autant plus que construire malgré les épreuves est le seul chemin pour l'intensification perpétuelle d'un noble sentiment social comme l'est le précieux amour conjugal incomparable, car principalement source importante et exemplaire de bonheur, de bienveillance, de plaisir et de réussite familiale, et donc de stabilité de la société et de préservation de la civilisation. C'est pour ça que le diable estime que les divorces sont parmi ses plus grandes victoires et que ces séparations ne peuvent être considérées que comme tristes, décevantes et dangereuses :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « La chose permise la plus détestée de Dieu est le divorce » (Abou Dawoud)
Commentaire : Il semblerait qu'en plus de tous les arguments précédents, Dieu ait d'abord autorisé le divorce car Il savait que l'époque matérialiste compliquée actuelle divisant souvent les couples allait arriver. Surtout qu'avant, le travail et ainsi le revenu d'un mari faisait souvent vivre exclusivement sa femme et leurs enfants, ce qui renforçait et donc facilitait les liens solidaires et donc amoureux du couple. Alors que de nos jours la femme peut subvenir seule à ses besoins, et qu'il y a même parfois un vide juridique concernant le statut de la femme au foyer dans un sens dévalorisant pour leur prétendue inactivité. Pourtant s'occuper d'une maison et d'enfants est souvent un travail à plein temps. Chacun devrait donc se convaincre qu'il est interdit de divorcer en dehors de graves raisons telles la trahison, l'infidélité et la stérilité. Et afin que les oligarques corrompus continuent de facilement dominer chaque peuples par la division, il n'est pas étonnant que le divorce des couples mariés soit recherché par le pervers voire satanique mondialisme, surtout que « satanique » signifie en grande partie « divisant » : D'après Jabir (SDP) le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : Iblis (Satan) a déposé son trône sur l’eau. Puis il a envoyé ses armées à travers le monde. Celui de ses agents qui est le plus proche de lui est celui qui provoque la plus grande corruption (dont les œuvres dévastatrices sont les plus importantes). Lorsque l’un d’eux vient à lui et lui dit : « J’ai fait ceci et cela (faire voler ou faire mentir par exemple) », Iblis lui rétorque : « Tu n’as absolument rien fait. » En revanche lorsque vient l’un d’entre eux et lui dit : « Je n’ai quitté cet homme que lorsqu’il divorça de son épouse », Iblis le rapproche de lui et lui dit : « Quel bon fils tu es (ou, très bien, tu es un proche) ! » (car ayant détruit le principal lien social puisqu'étant celui sacré de la parenté). » (Mouslim)
Il faut donc que les couples mariés veuillent vraiment se cultiver amoureusement, s'améliorer religieusement, se soutenir dans la prédication honorablement et se pardonner humblement, afin de lutter dignement pour conserver pieusement leur union. Faire des cercles d'évocation de Dieu en partageant des hadiths, ou manger modestement sur le sol à la façon du Prophète (SBDSL) comme lors d'un pique-nique, appartiennent aux nobles moyens parvenant à préserver cette importante relation conjugale par leur capacité à rapprocher d'abord pieusement puis amoureusement les cœurs. Or à notre époque laïciste, l'amour sans valeur transcendante est problématiquement le principal moteur du couple, car le couple devraient donc être liés amoureusement d'abord à travers la défense de la cause d'Allah et de Ses voies du Bien par le conjoint, dont font partie la propagation de la religion et la consolidation de la subsistance pour la famille unie. C'est à dire qu'il n'est pas étonnant que les divorces augmentent sans ces valeur partagées, car sans cela l'amour s'essouffle souvent avec le temps, sauf s'il est sincèrement profond, compris, raisonnable et donc noble en grande partie.
-la pérennité de l'espèce humaine qui est expliquée à travers l'histoire du Prophète Abraham qui eut deux femmes car la première était stérile. A ce propos, il faut noter qu'en islam les femmes dont le mari est impuissant ou stérile peuvent demander le divorce. Ceci prouvant encore que nécessité fait généralement loi.
-la propagation de la religion. En effet pour prouver ou montrer clairement certaines règles religieuses et propager politiquement la religion, le Seigneur a obligé le Prophète Mouhamed (SBDSL) à prendre onze femmes au cours de sa vie (dont neuf vivaient encore à sa mort), au lieu de quatre maximum pour les autres hommes :
(S33v37) « Quand tu disais à celui (Zayd le fils fils adoptif du Prophète Mouhamed) qu'Allah avait comblé de bienfaits, tout comme toi-même l'avais comblé : “Garde pour toi ton épouse et crains Allah”, et tu cachais en ton âme ce qu'Allah allait rendre public. Tu craignais les gens, et c'est Allah qui est plus digne de ta crainte. Puis quand Zayd eût cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin qu'il n'y ait aucun empêchement pour les croyants d'épouser les femmes de leurs fils adoptifs (puisque n'ayant pas de lien de sang), quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. Le commandement d'Allah doit être exécuté. »
Mais il faut rappeler que Dieu n'a donné qu'Eve à notre père Adam, et que le Prophète Mouhamed (SBDSL) n'était qu'avec sa première femme avant la révélation.
La polygamie, correspondant à un sacrifice demandé aux femmes moins important que celui de la vie demandé à des hommes soldats voire non soldats pour défendre la religion, la nation ou les nobles valeurs, peut ainsi parfois être légitime. Il s'agit d'un ordre des valeurs morales établi par Dieu, classant donc par exemple logiquement la pérennité de l'espèce humaine et de Sa religion au-dessus de la monogamie. Par conséquent en réalité, toutes les lois divines dont même la possible polygamie doivent être aussi bien comprises et acceptées que les nécessaires lois physiques comme la gravité ou la lumière solaire. Or les preuves d'amour sur terre sont plus nobles et donc plus belles que celles dans le Paradis, car elles seront naturelles au Paradis alors qu'elles sont offertes sur terre. Ainsi nous devons bien valoriser et distinguer les gestes affectifs sur terre dont pour les augmenter grandement et les apprécier profondément.
L'amour d'un seul conjoint au cours de la vie terrestre correspondant à un bienfait qui n'est donc pas une certitude, une généralité, ni une priorité dans certains cas, la jalousie doit vraiment être prise avec précaution.
Or une histoire d'amour avec une âme sœur est possible et probablement le plus beau des mariages, si un fort amour doux et respectueux préserve le couple jusqu'à la mort. On peut rappeler que le centre du cœur doit appartenir uniquement à Allah pour garder l'équilibre dans notre relation aux autres, tout en la vivant dans un niveau maximal à travers les divins attributs illimités, suprêmes et transcendants. Et si cet amour conjugal est si grand, alors il appartiendra à l'homme de rester fidèle à sa femme même au Paradis, en refusant donc les mariages supplémentaires au Paradis avec des houris ou d'autres femmes terrestres. Cependant cela modérera probablement sa nature désireuse et donc aussi celle du plaisir de sa femme, à moins que l'amour profond et unique envers un seul conjoint au cours de leur vie terrestre amplifient fortement leur relation. Car sinon donc l'intensité de plaisir apporté à la femme par son mari ne sera pas maximal, à cause l'épanouissement incomplet de son désir masculin extrême au Paradis prévu normalement pour honorer et satisfaire des dizaines de ses femmes les unes après les autres le matin quotidiennement, en rappelant qu'un jour au Paradis équivaut à mille ans terrestres.
Pour conclure ce chapitre, il paraît logique d'affirmer qu'il n'y a que l'amour pour Dieu qui peut avoir l'assurance d'être unique et fidèle à vie, en particulier car les parents sont deux, nos enfants peuvent être plusieurs et une personne marie peut se remarier suite à un décès ou un divorce.

L'ordre donné aux femmes de porter le voile :

Tout d'abord il est essentiel de reconnaître que la pudeur appartient à la noblesse de la morale. Ainsi cet ordre divin donné aux femmes de se couvrir leurs cheveux et de ne laisser apparaître que leur visage, leurs mains et leurs pieds n'est pas un rabaissement. Au contraire c'est une obligation logique qui cherche à les élever vers la meilleure pudeur, puisqu'il est incontestable qu'elles incarnent le désir sexuel de l'homme dans la noble procréation, et que s'habiller de manière affriolante face à un homme célibataire depuis longtemps est comparable dans un certain sens irrespectueux et malsain à présenter de la nourriture à une personne affamée sans qu'elle puisse s'en nourrir :
(S33v59) « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues (en signifiant qu'elles sont dans les relations sociales en Dieu) et éviteront d'être offensées (harcelées sexuellement). Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
D'ailleurs la vierge Marie incarnant la meilleure femme pieuse est toujours représentée avec un voile couvrant ses cheveux, et la Bible demande aussi le port du voile par les femmes en particulier mariées au début du chapitre « Corinthiens ». Or évidemment, il est possible voire conseillée de porter le voile avec une tenue moderne pudique pour éviter la fragmentation nationale et l'ingérence culturelle de certains pays étrangers.
Il convient aussi de rappeler que le port du voile par les femmes se trouve dans de nombreuses cultures, qu'il peut même être considéré comme ancestral et que cela n'a jamais choqué personne que toutes les nonnes se couvrent la tête. Cependant dans les pays laïques, le port du voile est un choix personnel n'appartenant qu'aux femmes pour avoir une réelle valeur et ne pouvant être critiqué par personne même s'il s'agit d'un péché quand elles ne le portent pas. Surtout que dans ce contexte, Dieu demeure le seul juge dont de leur repentir, que les hommes doivent baisser le regard quoi qu'il en soit, et qu'à l'époque du début de la révélation où les musulmans étaient minoritaires, cette obligation religieuse n'était pas présente, ce qui prouve encore que l'islam peut être accommodant en fonction des circonstances, d'autant plus quand une ou certaines de ses obligations sont interdites. Il faut noter que la tradition prophétique montre à l'homme qu'il doit aussi se couvrir la tête et les bras, même si sa pudeur minimale est de se couvrir du nombril aux genoux, et ordonne à tous les êtres humains de porter des vêtements larges non transparents et cachant les formes corporelles :
Asma Bint Yazid (SDP) a dit : « Les manches de la tunique du Messager de Dieu (SBDSL) arrivait jusqu'au poignets. » (Abou Dawoud)
Or dans les pays n'ayant pas d'origine islamique ou n'étant pas basés sur la charia, il paraît logique de dire que la pudeur minimale pour les femmes va des genoux jusqu'au dessus des seins voire aux épaules.
De plus la piété monothéiste sensibilisant profondément le cœur, et donc grandement l'esprit, et ainsi presque sensuellement le corps, la religion recommande aussi logiquement aux hommes de baisser leur regard sur les femmes n'appartenant pas à leur famille, voire dans certaines situations d'éviter d'entendre leurs voix.
Par ailleurs pour qu'elles soient plus facilement reconnues et respectées, le voile sur le visage était réservé lors de l'époque de la révélation aux femmes du Prophète (SBDSL) selon les enseignements suivants :
(S33v54) « Et si vous leur demandez (aux femmes du Prophète) quelque objet (comme le prêt d'un ustensile de cuisine), demandez-le leur derrière un rideau : c'est plus pur pour vos cœurs et leurs cœurs ; vous ne devez pas faire de la peine au Messager d'Allah, ni jamais vous marier avec ses épouses après lui ; ce serait, auprès d'Allah, un énorme péché. Que vous divulguiez une chose ou que vous la cachiez, Allah demeure omniscient »
Aata Ibn Yesar rapporte : Quand Cafiya vint de Khaybar, elle fut installée dans la maison de Haritha Ibn Nomene (SDP). Les femmes des ançars l'apprirent et vinrent regarder sa beauté. Aïcha (SDP) vint le visage voilé (précision faisant sous entendre que les autres femmes n'avaient pas de voile sur le visage). Quand elle sortit, le Prophète (SBDSL) sortit derrière elle et demanda : « Qu'en penses-tu, Aïcha ? » Elle dit : « J'ai vu une juive ! » Il dit : « Ne dis pas cela ! Elle a embrassé l'islam et elle est devenue une bonne musulmane. »
Ainsi à notre époque dans les pays laïques, il est autorisé voire recommandé que les femmes ne se couvrent que les cheveux, même si le choix de celles qui veulent plus de pudeur ne peut qu'être respecté, car le Prophète (SBDSL) a dit : « la pudeur est entièrement bonne », et en sachant que le voile sur le visage entre femmes ou avec des enfants n'a aucun sens et est donc illégitime, surtout que pouvant être considéré comme de l'ostentation, et que la femme se couvrant sauf les mains, les pieds et le visage est connu par la très grande majorité de musulmans dans le monde. Et comme se couvrir le visage correspond à une interdiction dans certains de ces pays, ces dernières peuvent donc chercher à migrer dans un pays musulmans, mais elles doivent se rappeler qu'avec l'intention de prédication, cela les autorise à ne pas y migrer. D'ailleurs les musulmans français n'ayant pas une bi-nationalité ne peuvent que rester en France et sont donc autorisés à y accommoder leur niveau religieux en particulier donc avec l'intention de prédication ou au moins de témoignage, surtout par conséquent quand ils ont du mal à développer leur spiritualité complètement à cause de l'ambiance générale insouciante, athée ou perverse. Or il faut rappeler en particulier aux immigrés que l’immigration en terre non musulmane est interdite même pour des raisons économiques, sauf si c'est pour y vivre avec la prédication ou au moins le témoignage dont la pratique religieuse de base fait partie. Dans ce sens de pouvoir vivre dans une nation non monothéiste, Jésus a dit sa fameuse phrase sur l'impôt à César « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu », ce qui signifie qu'en plus de tous les impôts et taxes d'une nation, afin de dépenser aussi pour Dieu, il faut par exemple sur notre argent de plus de 3000 euros thésaurisés pendant un an, payer la zakat à des associations caritatives.
Par ailleurs, l'ensemble du cadre légal religieux étant basé sur l'idée du juste milieu, ne pas couvrir l'ensemble du corps pour une femme ou un homme n'est pas si grave, voire est déconseillé, car le visage est l'expression de l'âme et le Prophète (SBDSL) recommande à ses coreligionnaires de se rencontrer avec un visage souriant :
Abou Dharr rapporte le Prophète (SBDSL) m’a dit : « Ne méprise aucune bonne action si petite soit-elle, comme le fait d’accueillir ton frère avec un visage souriant. » (Mouslim)
Or l'islam étant accommodant, les visages couverts comme ceux des inuits à cause du froid polaire et ceux des touaregs à cause de la chaleur tropicale sont évidemment autorisés.
Et comme tous les gens respectent donc que des personnes se couvrent le visage à cause du froid, de la chaleur ou d'une épidémie, il n'y a aucune raison qu'ils ne respectent pas celles ou ceux qui se couvrent le visage par pudeur.
Surtout que selon la laïcité, tout signe ostentatoire ne troublant pas l'ordre public n'a pas à être interdit. Et d'autant plus quand ça ne couvre pas le visage.
Or il est certain qu'une femme ne doit pas se couvrir le visage quand elle travaille avec des enfants, car les expressions de son visage sont importantes pour leur développement linguistique, psychologique et social, comme l'explique bien l'article dont sur les effets négatifs du masque sanitaire porté par les professeurs en classe, déjà cité dans le chapitre II « À propos des impacts traumatiques de la politique sanitaire actuelle sur les enfants » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/A-propos-des-impacts-traumatiques-de-la-politique-sanitaire-actuelle-sur-les-enfants-62231.html
Il faut noter que dans les versets coraniques suivants étant les seuls à évoquer le port du voile, le visage n'est pas explicitement évoqué :
(S33v59) « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
(S24v31) « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines (après leurs têtes, ce qui rend impossible à couvrir en même temps leurs visages) ; et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. »

Concernant l'embellissement autorisé aux femmes par le Prophète (SBDSL) dans le domaine public, il faut savoir que leur parfum doit être discret, leur maquillage peut être posé sur les mains, les yeux et légèrement sur les joues, et leurs bracelets, bagues et colliers sont acceptés, c'est à dire tout bijou et métal, à la différence de l'homme qui ne peut porter qu'une bague en argent et du khol sur les yeux.
Le voile religieux permet ainsi aussi précieusement aux hommes d'éviter la frustration de ne pouvoir aimer l'âme à l'intérieur de tant de beauté féminine, même si la véritable plus grande et intense beauté d'une femme ne se trouve pas dans ses vêtements, dans son physique, ni dans sa coiffure, car elle se trouve réellement dans ses yeux. En effet son regard est la reflet de son cœur, de son amour, de son âme, de son esprit, de sa finesse, de son affection, de sa chaleur, de sa passion, de son désir, de son plaisir, de sa complicité et donc de sa vie, et son regard correspond donc en réalité au désir principal de l'homme pendant la relation intime.
Or ce que l'homme recherche et désire avant tout chez la femme, c'est de se nourrir de la finesse, de l'élégance, de la douceur, de l'amour, de la miséricorde et de l'intensité plus présents dans sa nature pour s'accomplir dans la plénitude, comme la femme se nourrit de la force, de la stabilité, de la puissance, de la sécurité, de la justice et de l'assurance plus présentes dans la nature de l'homme pour aussi s'accomplir dans la plénitude. Ainsi à travers la vision monothéiste dont concernant l'hétérosexualité, et donc même dans la relation intime qui est l'essence du plaisir charnel, l'être humain recherche en réalité avant tout le plaisir de compléter ses qualités spirituelles. Or aussi dans ce cas, il est meilleur d'y parvenir dans la noblesse, c'est à dire en se mariant auparavant religieusement. Surtout que l'orgasme partagé est une forme de transcendance, puisque pendant un court moment en atteignant clairement la fitra, il fait retrouver la félicité originelle édénique représentant le ressenti des toutes les qualités morales et donc la complète connaissance émotionnelle de Dieu. Ainsi il faut noter que le rapport à une partie du corps dénudé ou à la relation intime comme dans les pubs touche perversement l'intensité de la fitra qui est donc la plénitude absolue.
L'actuel esprit français laïque d'origine chrétienne, ayant perdu l'habitude de voir des femmes voilées lors de ces dernières décennies, ne comprend souvent pas le mal impudique de ne pas porter de voile pudiquement sur les cheveux. Par conséquent il doit tolérer voire respecter le port du voile religieux en gardant ce cœur laïque d'origine chrétienne ne jugeant personne même s'il devient musulman, comme devraient aussi le faire toutes les personnes monothéistes par rapport à aux femmes ne le portant pas ou se couvrant en plus le visage. Ainsi par la piété, la voix des femmes ou l'impudeur vestimentaire féminine ne doivent pas toucher perversement ou négativement le cœur d'un homme.
Selon Youssef Hindi dans son livre « Les mythes fondateurs du choc des civilisations » : « la prescription du port du voile se fait donc dans le cadre général de la pudeur que doivent respecter les hommes et le femmes, sans distinction. D'ailleurs, lorsque le Coran fixe les règles de la pudeur, il s'adresse d'abord aux hommes, puis aux femmes :
(ExtS24v30/31) « Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C'est plus pur pour eux. Allah est certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu'ils font. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît, et de rabattre leur voile sur leurs poitrines, »
Il s'agit ici de pudeur et aucunement de soumission à l'homme. Ces versets n'ordonnent pas seulement aux hommes et aux femmes d'avoir des tenues respectant les règles élémentaires de pudeur, mais aussi d'observer une certaine pudeur quant à ce que l'on regarde.
Et c'est en substance ce qu'a enseigné Jésus (paix sur lui) lorsqu’il a dit :
Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu, 5:27/28) « Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras point d'adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter (sans intention de mariage) a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. »
Par là encore une fois, le Christ a donné l'esprit de la lettre. Surtout qu'au niveau islamique, il est enseigné que le premier regard posé sur une femme est pour l'homme, alors que le second est contre lui, sauf si c'est dans une intention sincère de mariage, et donc de discussion pieuse dans le domaine publique, voire de demande de permission de la visiter chez elle, c'est à dire sous le même toit que ses parents ou son tuteur pendant leur présence et après les avoir rencontrés.
La deuxième raison pour laquelle le Coran a ordonné aux femmes de se couvrir les cheveux et leurs atours est pour les protéger des attitudes offensantes de possibles pervers.
Pour résumer brièvement, le voile fait partie de l'habit de la femme qui dans l'ensemble doit être pudique, afin de la protéger et de la faire respecter dans l'espace public (dont en lui évitant donc d'être parfois voire souvent seulement sexualisée, c'est à dire considérée comme un objet de plaisir permettant en plus des théories irréligieuses comme celle du genre). Sans oublier que l'ordre de respecter la pudeur est d'abord adressé au regard des hommes devant le baisser pieusement. Contrairement à la société libérale où l'espace public est envahi par la marchandisation du corps, l'impudeur et le rapport de séduction, la société traditionnelle, qu'elle soit chrétienne, musulmane ou autre, « impose » légitimement des règles élémentaires de pudeur aux hommes et aux femmes, afin que l'espace public reste neutre et exempt de rapports ambigus entre les deux sexes. »

Le mariage du Prophète avec la jeune femme Aïcha, la fille de son compagnon le plus proche :

A notre époque, il s'agit d'un point délicat à développer vu les controverses répandues souvent erronées, incultes ou perverses, mais voici quelques arguments pour essayer d'expliquer sa sagesse. Tout d'abord il faut comprendre que le Prophète (SBDSL) est la meilleure créature de Dieu et le roi des Prophètes. Ainsi tout père affectueux voudrait que sa fille épouse cet homme pour qu'elle le retrouve éternellement au Paradis. C'est ce que Dieu accorda à Abou Bakr en révélant au Prophète (SBDSL) lors d'un rêve que la fille alors âgée de six ans de son meilleur ami deviendra son épouse, et c'est ce qu'accepta Abou Bakr lors d'une promesse de mariage au début de sa puberté, c'est à dire aux alentours de 10 ans. Or comme il sera expliqué un peu plus bas certains savants précisent que le mariage ne fut consommé que vers ses 20 ans, et pas stupidement lors de ses 9 ans et encore moins de ses 6 ans.
          Parmi les autres raisons principales de ce mariage, il s'agissait de préciser la règle divine autorisant logiquement l'acte intime et par conséquent le mariage à partir de la fin de la puberté dans les alentours de 16 ans, au moment où le corps est bien apte à créer la vie, mais aussi de conseiller le moment le plus approprié pour la mariage d'une femme, c'est à dire apparemment donc aux alentours de ses 20 ans. En effet, la puberté est une étape du développement du corps qui est atteinte lorsque les organes de la reproduction sont fonctionnels (apparition des cellules reproductrices, spermatozoïdes et ovules), et qui est détectable par les premières menstrues pour la femme, les premières pertes séminales pour l'homme (parfois suite à de l'excitation sexuelle) et la fin des dents de lait, la voix s'aggravant et l'apparition de la pilosité pour les deux (environ 13 ans). Cette étape s’accompagne de modifications importantes du psychisme et des sentiments dont souvent via de la pudeur très noblement et pieusement importante, et désigne donc la transition de l'enfance à l'adolescence (jeunes adultes).
D'autre part, il faut savoir que Aïcha avait atteint l'âge de 30 ans lorsque le Messager de Dieu est mort à l'âge de 63 ans et que sa première femme avait 40 ans lorsqu'il s'est marié pour la première fois à l'âge de ses 20 ou 25 ans.
La différence d'âge n'a donc pas d'importance dans une relation amoureuse sur le chemin de Dieu, puisque les relations sexuelles apportent une grande maturité aux âmes, la relation amoureuse peut être éternelle et les adultes du Paradis auront tous 33 ans éternellement.
De plus la puberté apportant les premiers désirs intimes, la tentation de la fornication doit être évitée, et c'est pour cela que le Prophète (SBDSL) a conseillé de se marier jeune pour anoblir la relation amoureuse et la fonction sexuelle en les gardant dans la dignité du sage et légitime cadre légal religieux :
Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Ô vous les jeunes ! Que celui qui est en mesure de se marier parmi vous le fasse ! C’est mieux pour le regard et plus chaste pour les parties génitales. Que celui qui ne peut se marier (après la puberté), alors qu'il jeûne, car le jeûne lui sera un bouclier (contre la fornication). » (Boukhari et Mouslim)
Il faut noter qu'au moyen âge en Europe lorsque les femmes atteignaient 12 ans, elles étaient considérées comme majeures, et que dans ce sens après la puberté au septième siècle en Arabie, elles étaient éligibles au mariage. En effet les sociétés de cette période historique où l'espérance de vie était courte et la vie moins complexe permettaient de devenir des parents beaucoup plus tôt qu'à notre époque. D'ailleurs à travers le monde actuellement, l'âge de la responsabilité pénale varie de 7 ans dans certains pays musulmans à 13 ans comme en France.
Or c'est logiquement à la puberté, c'est à dire à la fin de l'innocence de l'enfance, que Dieu commence à compter pour le Jour du Jugement Universel les mauvais actes commis. Cependant, il est important qu'un pubère préserve la pureté, l'enthousiasme et la joie de vivre de l'enfance pour qu'il puisse se développer au mieux jusqu'à l'âge adulte. Mais en prouvant encore Sa miséricorde concernant l'établissement de la morale, Dieu compte tout de même les bonnes actions dès l'âge de raison se situant aux alentours des 7 ans, voire les compte depuis la naissance de chaque personne. Il faut noter également que l'âge du consentement pour une relation sexuelle avec un adulte est débattu en France pour l'autoriser à l'âge de 15 ans.
Alors ceux qui considèrent qu'Aïcha était une enfant quand le mariage fut consommé se trompent, car Aïcha avait dépassé sa puberté. Dans ce sens il faut remarquer que même si la relation sexuelle d'un adulte est moins grave avec une personne mineure consentante ayant fini sa puberté ou au moins commencé sa puberté qu'avec un enfant non pubère, accorder le consentement trop tôt peut amener à l'abus de faiblesse dont par de fausses promesses d'amour voire de mariage à une personne inexpérimentée. De plus la gravité de l'écart d'âge doit aussi être pris en compte par rapport à tout cela, car la faute est évidemment plus petite quand il s'agit d'une différence d'âge d'un adulte de 19 ans par rapport à un mineur de 17 ans, que quand il s'agit d'un adulte de plus de 50 ans par rapport à un mineur de moins de 15 ans.
Enfin une autre raison essentielle de ce mariage, c'est qu’Aïcha rapporta de nombreux hadiths. En effet, le rôle des Prophètes étant d'apporter le message divin et des enseignements religieux aux humains, le Prophète Mouhamed (SBDSL) avait besoin de gens pour noter ses paroles et dans le cas d’Aïcha de les mémoriser beaucoup, afin de l'aider à les propager, surtout qu'Aïcha fut reconnue douée pour l'apprentissage dès son jeune âge. Ainsi suite à la décision divine par ce rêve prémonitoire car un rêve est toujours véridique chez les Prophètes, le Prophète Mouhamed (SBDSL) put commencer à l'éduquer à partir de ses six ans, en particulier car il est prouvé scientifiquement que la forte mémorisation dans ce jeune âge utilise des zones particulières du cerveau qui ne sont actives qu'avant la puberté, et pour montrer que l'éducation religieuse peut être commencée à cet âge.
Elle passait la plupart de son temps à étudier les enseignements prophétiques, à mémoriser la révélation et même à s'occuper des finances familiales puis conjugales après son mariage. Son savoir fut donc crucial à la propagation de l'islam. Elle devint une des femmes les plus instruites et souvent beaucoup plus que les hommes de l'époque. Étant donné sa proximité du Prophète (SBDSL), elle fut une des rares personnes à rapporter plus de 2000 traditions. Elle vécut près de 50 ans après la mort du Prophète (SBDSL) et ses connaissances furent indispensables pour la législation musulmane et appréciées de tous. D'ailleurs les compagnons du Prophète (SBDSL) venaient souvent la voir lorsqu'ils avaient des doutes sur un sujet.
Abou Mousa Al-Ashari (SDP) dit un jour : « Si nous, compagnons du Messager de Dieu, avions des difficultés concernant un sujet donné, nous demandions l'aide d’Aïcha. »
Abou Mousa al-Ashari (SDP) dit dans une autre tradition : « Jamais Aïcha ne nous a mal informé sur la solution à un problème sur lequel nous avions des doutes. » (Sirat-I-Aisha, sous l'autorité de Tirmidhi, P. 163)
Urwah bin Az-Zubair (SDP) dit à son sujet : « Je n'ai jamais trouvé quelqu'un d'aussi versée (qu'Aïcha) dans la connaissance du Coran, du licite, de l'illicite, de la généalogie (Ilmul-Ansab) et de la poésie arabe. C'est pourquoi même les compagnons les plus sages consultaient Aïcha (SDP) pour résoudre des sujets complexes. » (Jala-ul-Afham par Ibn Qaiyem et Ibn Saad, Vol.2, P.26)
Aïcha (SDP) fut donc une grande enseignante et oratrice. Les hommes et les femmes de l'époque venaient de partout pour l'entendre.
Elle fut décrite par Al-Ahnaf dans des termes élogieux : « J'ai entendu jusqu'à ce jour, des discours d'Abou Bakr, d'Omar, d'Othman, d'Ali et des califes, mais je n'ai jamais entendu de discours aussi persuasifs et aussi beaux que ceux qui sortent de la bouche d'Aïcha. »
Le mariage d’Aïcha avec le Prophète (SBDSL) n'était donc pas le fruit du hasard, car c'était plutôt une très noble destinée nécessaire pour la communauté musulmane, puisque Dieu est le Sage Créateur Omniscient.

Commentaire de Youssef Hindi à ce sujet dans son livre « les mythes fondateurs du choc des civilisations » :

« Un des mythes qui s'est largement répandu et qui est issu du cœur même du monde musulman concerne l'âge qu'avait la seconde femme du Prophète (SBDSL), Aïcha, lorsqu'elle se maria avec lui.
Le mythe nous dit qu’elle se serait mariée avec le Prophète (SBDSL) à l'âge de six ans et que le mariage aurait été consommé lorsqu’elle eut neuf ans. (Selon Boukhari d’après les dires de Hisham ibn Urwa, sous plusieurs formes, réf. : Sahih Bukhari, livre 58, hadith n°234 et 236 ; livre 62, n° 64, n° 65 et n° 88)
Cette fausse information fut rapportée par une seule et même personne et se répandit dans le huitième siècle.
Nous commencerons par pointer celui qui a rapporté cette tradition, avant de démontrer qu’Aïcha ne put être si jeune lorsqu’elle se maria avec le Prophète (SBDSL).
La seule et unique personne à l’origine de ce mythe est donc Hisham ibn Urwa fils ds Urwa ibn al-Zubayr, neveu et élève de Aïcha. Mais Hisham n’a pas connu Aïcha.
Nous allons, pour rendre notre exposé compréhensible, utiliser le calendrier musulman qui a pour début l’Hégire (l'émigration du Prophète vers Médine).
Hisham ibn Urwa est né en 61 de l’Hégire puis est mort en 146 de l’Hégire (à 85 ans). Il avait vécu à Médine jusqu’à ses 71 ans et passa les dernières années de sa vie en Irak (peut être à Kûfa).
Hisham rapporta nombres de hadiths communiqués par Aïcha et qu’il tenait de son père Zoubayr.
Mais durant les 71 années qu’il passa à Médine, jamais Hisham ne rapporta qu' Aïcha s’était mariée au Prophète (SBDSL) à l'âge de six ou neuf ans. Ce n’est qu’une fois arrivé en Irak qu’il se mit à rapporter des hadiths inédits auparavant, parmi lesquels celui du mariage précoce de Aïcha.
C’est à partir de l’Irak que des relais (dont Boukhari) commencèrent à répandre ce faux hadith du cru de Hicham.
Aucun des relais, ni aucun savant de Médine (ou Hicham a donc passé les 71 premières années de sa vie), ni même un seul des élèves de Hicham n’ont rapporté ce hadith.
Le grand savant de Médine, Malik ibn Anas, fondateur d’une des quatre grandes écoles juridiques (l'école malikite), et qui fut un élève de Hicham ibn Urwa, refusait même de transmettre les traditions qu'Hicham a narrées aux Irakiens.
Ibn Hajar al-Asqalani (ainsi que l’imam al-Dhahabi dans son al-Tahdhib) dans son très célèbre ouvrage critique des transmetteurs de traditions, Tehziboul-tehzib, rapporte que Yacub ibn Shaybah disait : « Les récits rapportés par Hicham sont fiables en dehors de ceux qu'il a rapportés aux Irakiens. »
Il y confirme aussi que le grand imam Malik ibn Anas, qui fut par ailleurs un rapporteur très fiable de hadiths, avait rejeté les récits irakiens de Hicham : « On m’a dit que Malik s'est opposé à ces récits de Hicham qui ont été signalés par les gens de l’Irak ».
La raison pour laquelle Hicham a rapporté tant de faux récits en Irak s’explique par le fait qu'à cause de son âge avancé, sa mémoire lui faisait défaut de sorte qu’il mélangeait les informations.
(Cheik Imran Hosein précise également que le Prophète Mouhamed (SBDSL) a bien reçu par rêve l'ordre divin de se marier avec Aïcha quand elle avait 6 ans mais que c'est seulement la promesse de mariage qui se déroula à ses neufs ans. Ainsi le mariage n'eut bien lieu que plus tard.
De plus, concernant l'invalidité du hadith à propos du prétendu mariage du Prophète (SBDSL) avec cette enfant de 6 ans, Cheik Imran Hosein déclare logiquement d’arrêter les enfantillages dans notre perception de la noblesse de la religion et de la relation entre Dieu et son bien-aimé ultime Prophète (SBDSL), surtout après que le Prophète (SBDSL) ait transmis la révélation divine suivante que la théorie du hasard n'a certainement pas pu créer, et qui doit nous amener clairement à réfuter toute dévalorisation de la vie très honorable du Prophète (SBDSL) :
(S70v6-18) « Ils (criminels, infidèles) le (le châtiment) voient bien loin, alors que Nous le voyons bien proche, le (ce) jour où le ciel sera comme du métal en fusion et les montagnes comme de la laine, où nul ami dévoué ne s'enquerra d'un ami bien qu'ils se voient l'un l'autre. Le criminel aimerait pouvoir se racheter du châtiment de ce jour, en livrant même ses enfants, sa compagne, son frère, son clan qui lui donnait asile, et tout ce qui est sur la terre, tout ce qui pourrait le sauver. Mais rien (ne le sauvera). (L'Enfer) est un brasier arrachant brutalement la peau du crâne. Il appellera celui qui tournait le dos et s'en allait, amassait et thésaurisait. »)
Cette défaillance de Hicham est rapportée par un autre ouvrage de traditionalistes, Mizanu'l-aitidal, où il est écrit : « lorsqu'il devint vieux, la mémoire de Hicham avait beaucoup souffert ».
Plusieurs autres grands savants, dont l'imam al-Qattan, ont accusé Hicham ibn Urwa d’inexactitude dans la dernière partie de sa vie (en Irak).
Tous les hagiographes, les chroniqueurs et les historiens qui ont écrit qu’Aïcha était née seulement quatre, cinq, six ou sept ans avant l’Hégire (sachant qu’elle s’est mariée au Prophète un ou deux ans après l’Hégire), n’ont fait que reprendre les dires de Hicham qui ont été transmis en Irak.
C’est pour cette raison que ce mensonge s’est si largement répandu à partir de l’Irak et non pas de Médine.
Maintenant que nous avons mis en évidence l’origine de ce mythe, nous allons révéler, avec des sources sûres et diverses, l'âge qu’avait réellement Aïcha lorsqu’elle épousa le Prophète (SBDSL). Certaines informations préalables sont indispensables pour situer les événements et leur chronologie.
Lorsque le Prophète (SBDSL) reçut la première révélation, il avait 40 ans, puis l’Hégire (l'émigration vers Médine) eut lieu 13 ans après la révélation, et le Prophète (SBDSL) se maria avec Aïcha un ou deux ans après l'émigration à Médine.
Aïcha est la fille d’Abou Bakr, compagnon du Prophète (SBDSL) qui fut le premier homme à le suivre dans sa mission en acceptant l’islam dés la première année de la Révélation.
Tabari (839-923) qui est un des historiens majeurs de l’ère islamique et contemporain de Boukhari (celui qui a rapporté les propos de Hicham) a écrit « Tous les enfants d’Abou Bakr sont nés de ses deux épouses au cours de la période préislamique (avant la première révélation faite au Prophète) ».
Si comme l’a écrit ce grand historien, Aïcha fille d’Abou Bakr, est née avant la Révélation, elle ne pouvait pas avoir six ou neuf ans lors de son mariage qui eut lieu 14 ou 15 ans après la Révélation. Elle avait logiquement plus de 16 ans lors de son mariage.
La totalité des historiens, comme Ibn Kathir, sont d'accord pour dire que la grande sœur de Aïcha, Asma, est morte à l’âge de 100 ans. Comme Ibn Kathir, ibn Hajar al-Asqalani a écrit : « Asma a vécu 100 ans et est décédée en 73 ou 74 de l’Hégire ».
Les historiens, rapporteurs et chroniqueurs, déclarent quasi unanimement qu’Asma avait dix ans de plus qu' Aïcha. Parmi eux se trouve Abdal Rahman ibn abi Zannad qui a écrit : « Asma était de dix ans plus âgée que Aïcha ».
Ibn Kathir confirme : « Asma était la soeur de Aïcha de dix ans son aînée ».
Étant donné qu’elle est morte en 73 ou 74 de 1’Hégire à l'âge de 100 ans, au moment de 1’Hégire, Asma avait donc 27 ou 28 ans, et par conséquent Aïcha avait 17 ou 18 ans pendant 1’émigration vers Médine, et donc 19 ou 20 ans lors de son mariage avec le Prophète (SBDSL).
Ceci vient appuyer ce qu’a écrit Tabari (à savoir que Aïcha est née avant la Révélation) et contredit ce que rapporte Hicham (qu’elle serait née six ou sept ans avant l’Hégire).
Deux ans après l’Hégire, a eu lieu la bataille de Badr qui opposa les musulmans aux agresseurs mecquois qui vinrent dans le but d’exterminer le Prophète (SBDSL) et sa communauté. Nous apprenons par Boukhari que Aïcha a participé (les femmes soignaient les blessés et leur apportaient de l’eau sur le champ de bataille) à cette bataille ainsi qu’a la bataille d’Uhud qui eut lieu un an plus tard.
Or le Prophète (SBDSL) a interdit aux jeunes hommes de moins de 15 ans de participer aux combats. Il est dés lors impensable qu’il prit la décision d’emmener une fillette de moins de 10 ans sur un champ de bataille.
Aïcha raconte (selon Boukhari) qu’elle était une jâriya lorsque la sourate La Lune (Sourate 54) fut révélée. Le terme jâriya désigne une jeune adolescente d’environ 11-12 ans. La sourate en question fut révélée au Prophète (SBDSL) six ans après la première révélation et huit ans avant l’Hégire. Si les dires de Hicham ibn Urwa étaient conformes à la réalité, à savoir qu’Aïcha aurait eu 9 ans à la consommation du mariage, alors elle n’était même pas née lors de la révélation de cette sourate.
La réalité qui confirme tous les éléments que nous avons apportés au-dessus est que Aïcha avait 11 ou 12 ans (pas moins, car le terme arabe désignant une petite enfant est sibyah) lors de la révélation de la sourate La Lune et que par conséquent elle devait bien avoir autour de 20 ans lors de son mariage avec le Prophète (SBDSL), car ils se sont mariés neuf ou dix ans après la révélation de ladite sourate.
Tous ces éléments, et bien d’autres encore, rendent le récit de Hicham ibn Urwa inconcevable et irrecevable. Les diverses sources fiables, les historiens et les événements historiques ainsi que leur chronologie, s’opposent à ce que rapporte Hicham, qui de surcroît avait une mémoire notoirement défaillante. D’ailleurs, les autres informations au sujet de Aïcha que rapporte Boukhari (qui a rapporté la tradition de Hicham) et que nous avons citées, contredisent Hicham.
Pour terminer, il est à préciser que le Coran interdit le mariage avant l'âge de la maturité. C’est à dire la maturité physique et mentale, avec la capacité de faire le choix du mariage librement et responsablement.
A titre d’exemple analogique, voici un verset qui explicite comment l’on doit traiter un orphelin dont on a la responsabilité et à quel moment une personne est assez mature pour se marier :
(ExtS4v6) « Et éprouvez (la capacité) des orphelins jusqu'à ce qu'ils atteignent (l'aptitude) au mariage. Et si vous ressentez en eux une bonne conduite, remettez-leur leurs biens. Ne les utilisez pas (dans votre intérêt) avec gaspillage et dissipation, avant qu'ils ne grandissent. »
(S17v34) « Et n'approchez les biens de l'orphelin que de la façon la meilleure, jusqu'à ce qu'il atteigne sa majorité (probablement en rapport avec la loi en cours du pays concernant son âge). Et remplissez l'engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements »

Nous voyons là que l'indépendance économique, du moins la capacité de gérer ses biens coïncide avec l'âge et la maturité nécessaires pour le mariage. Il est donc inconcevable que l'on puisse marier un enfant immature qui est incapable de prendre des décisions pour lui-même, et le hadith sur la mariage à 9 ans de Aïcha n'étant pas en conformité avec le coran, il est par conséquent invalide. Surtout que comme en islam aucun mariage ne peut être validé sans le consentement de la femme et de l'homme, le mariage d’un enfant ainsi donc que les relations sexuelles en bas âge (avant donc la puberté et l'indépendance économique) sont d’un point de vue islamique d'autant plus clairement non valides. »
          En conclusion pour qu'un mariage soit valable, il faut que les futurs mariés soient prêts physiquement, moralement, intellectuellement et personnellement. Ainsi ce mariage entre le Prophète (SBDSL) et Aïcha (SDP) a servi principalement à préciser le religieux cadre légal du mariage, à travers donc ces conditions, l'autorisation de différence d'âge dès lors que le couple est considéré comme adulte (fin de la puberté), et un âge conseillé aux alentours de 20 ans, sans contraception si un travail permet d'élever financièrement des enfants ou avec contraception si des études prolongées sont prévues ou si la personne ne gagne pas suffisamment d'argent, en particulier dans le monde moderne actuel, à moins d'aides de l'Etat ou en confiant les enfants à des famille d'accueil voire à des orphelinats momentanément.

L'interdiction de l'homosexualité :

Il est très logique d'affirmer que l'homosexualité est contre-nature, et qu'elle ne va donc pas dans le sens de la science correcte ni par conséquent de la noblesse morale, car même l'amour ne peut excuser ce qui va à l'encontre des valeurs de la famille traditionnelle et des principes de notre corps. D'ailleurs avant 1974, l'homosexualité était considérée par la médecine internationale comme une pathologie :
(S20v50) « Notre Seigneur, dit Moïse, est celui qui a donné à chaque chose sa propre nature (dont humaine imparfaite) puis l'a dirigée (vers ses fonctions ou vers l'ennoblissement maximal religieux pour la nature humaine imparfaite). »
Après avoir écarté le mot « Création » en privilégiant le mot « Nature », la folie des progressistes wokistes voudrait donc maintenant faire oublier le naturel...
Ainsi au cours de notre existence, il faut parvenir à aimer le licite qui plaît à Dieu et à ne pas aimer l'illicite qui déplaît à Dieu. On peut par ailleurs dire qu'à notre époque, on a illégitimement fait d'une question en réalité privée quelque chose de politique.
De plus si tous les êtres humains devenaient homosexuels, la fin de l'humanité serait certainement proche.
Et pour qu'un enfant obtienne le meilleur équilibre psychologique, il est évident de devoir préserver ses relations filiales avec ses géniteurs ou de le faire adopter par un couple hétérosexuel lorsqu'il est orphelin, afin qu'il s'épanouisse dans une ambiance familiale naturelle. (Il est intéressant de voir à ce sujet la vidéo « Aude Mirkovic chez Gabrielle Cluzel », celles de « Béatrice Bourge Saint-Pétersbourg », celles de l'abbé Xavier Beauvais « François c'est par toi que je meurs », et certaines de Farida Belghoul sur la théorie du genre dans le site « YouTube.com »)
En effet l'enfant doit s'épanouir à travers la finesse, la douceur et l'élégance de la mère, l'assurance la force et la protection du père, et la relation d'entre-aide et donc de complémentarité de leur couple. C'est à dire que suite au mariage, un homme et sa femme s'accomplissent mutuellement en partageant leurs qualités principales respectives, afin de vivre et donc d'obtenir l'âme commune originelle d'Adam et Eve, source de connaissance entière de l'identité divine. La femme est donc tel un vêtement de finesse, de douceur et d'élégance pour l'âme de l'homme, et l'homme est tel un vêtement d’assurance, de force et de protection pour l'âme de la femme, ce qui est particulièrement ressenti lorsque leur corps s'enlacent nus lors de l'intimité, tel jusqu'à s'échanger mutuellement une deuxième peau. Pour cela et pour d'autres moments, le mari est aussi comparable à un vêtement de chaleur humaine pour sa femme, de même que sa femme est aussi comparable à un vêtement de chaleur humaine pour lui :
(ExtS2v187) « elles (les femmes) sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles, (c'est à dire que l'homme et la femme se complètent tel un réchauffement élégant à travers un échange de qualités qui les renforce et les adoucit spirituellement). »
(S13v20/21) « Ceux qui remplissent leur engagement envers Allah et ne violent pas le pacte, qui unissent ce qu'Allah a commandé d'unir (liens naturels, conjugaux, familiaux, sociaux et respectueux du pouvoir), redoutent leur Seigneur et craignent une malheureuse reddition de compte »
De même quand Jésus parle du Père, c'est une image de la justice intransigeante forte appartenant à l'identité divine, alors que la mère de Jésus représente plus la douceur, la finesse et la miséricorde de l'identité divine, et Jésus représente un juste milieu entre les deux (par des paroles de très grande miséricorde pour que les gens soient guidés sur terre et des paroles justes de grands avertissements pour que les gens évitent le châtiment), en tant qu'enfant authentiquement roi à la sainteté innée généreuse dont l'excellente piété provient évidemment du Père et logiquement de la grande religiosité de la mère.
Enfin il est clair que selon les passages coraniques suivants, l'homosexualité est strictement interdite puisque cela a mené à la destruction Sodome et Gomorrhe comme châtiment divin :
(S29v28-30) « Et Lot, quand il dit à son peuple : “Vraiment, vous commettez la turpitude où nul dans l'univers ne vous a précédés. Aurez-vous commerce charnel avec des mâles ? Pratiquerez-vous le brigandage ? Commettrez-vous le blâmable dans votre assemblée ?” Mais son peuple ne fit d'autre réponse que : “Fait que le châtiment d'Allah nous vienne, si tu es du nombre des véridiques.” Il dit : “Seigneur, donne-moi victoire sur ce peuple de corrupteurs !” »
(S15v67-74) « Et les habitants de la ville (Sodome) vinrent (au Prophète Lot) dans la joie. Il (Lot) dit : “Ceux-ci sont mes hôtes (des anges ayant pris une apparence d'hommes beaux pour annoncer le châtiment à venir sur les pervers), ne me déshonorez donc pas. Et craignez Allah. Et ne me couvrez pas d'ignominie. Ils dirent : “Ne t'avions-nous pas interdit de (recevoir) du monde ?” Il dit : “Voici mes filles, si vous voulez faire (des relations sexuelles, mais ils essayèrent plutôt de séduire ceux qui allaient devenir leur bourreau) !” Par ta vie ! ils se confondaient dans leur délire. Alors, au lever du soleil le Cri (la catastrophe) les saisit. Et Nous renversâmes (la ville) de fond en comble et fîmes pleuvoir sur eux des pierres d'argile dure. »
(S21v74-77) « Et Lot ! Nous lui avons apporté la capacité de juger et le savoir, et Nous l'avons sauvé de la cité où se commettaient les vices (Sodome et Gomorrhe) : ces gens étaient vraiment des gens du mal, des pervers. Et Nous l'avons fait entrer en Notre miséricorde. Il était vraiment du nombre des gens du bien. »
(S26v160-174) « Le peuple de Lot traita de menteurs les Messagers. Quand leur frère Lot leur dit : “Ne craindrez-vous pas (Allah]) ? Je suis pour vous un messager digne de confiance. Craignez Allah donc et obéissez-moi. Je ne vous demande pas de salaire pour cela ; mon salaire n'incombe qu'au Seigneur de l'univers. Accomplissez-vous l'acte charnel avec les mâles de ce monde ? Et délaissez-vous les épouses que votre Seigneur a créées pour vous ? Mais vous n'êtes que des gens transgresseurs.” Ils dirent : “Si tu ne cesses pas, Lot, tu seras certainement du nombre des expulsés.” Il dit : “Je déteste vraiment ce que vous faites. Seigneur, sauve-moi ainsi que ma famille de ce qu'ils font.” Nous le sauvâmes alors, lui et toute sa famille, sauf une vieille qui fut parmi les exterminés. Puis Nous détruisîmes les autres en faisant pleuvoir sur eux une pluie (de pierres). Et quelle pluie fatale pour ceux qui sont avertis ! Voilà bien là un prodige. Cependant, la plupart d'entre eux ne croient pas. »
(S27v54-58) « (Et rappelle-leur) Lot, quand il dit à son peuple : “Vous livrez-vous à la turpitude (l'homosexualité) alors que vous voyez clair.” Vous allez aux hommes au lieu de femmes pour assouvir vos désirs ? Vous êtes plutôt un peuple ignorant. Puis son peuple n'eut que cette réponse : “Expulsez de votre cité la famille de Lot ! Car ce sont des gens qui affectent la pureté. Nous le sauvâmes ainsi que sa famille, sauf sa femme pour qui Nous avions déterminé qu'elle serait du nombre des exterminés. Et Nous fûmes pleuvoir sur eux une pluie (de pierres). Et quelle mauvaise pluie que celle des gens prévenus ! »

L'interdiction de la transsexualité, du transgenrisme, du non-binarisme et du Lgbtisme :

La transsexualité est la pire conséquence du mondialisme progressiste cherchant à détruire toute souveraineté dont pour baisser la population mondiale, car elle pervertie la nature souveraine de chacun et devient ainsi une des pires impiétés et donc humiliations par Satan. En effet la nature de chacun est d'abord définie par sa fonction dans la reproduction, surtout que l'embryon humain est déjà sexué entre les deux paires de chromosomes xx (femme) ou xy (homme) uniquement, c'est à dire dès l'instant de la première cellule qui formera un être humain. , ce qui signifie qu'il existe seulement deux sexes humains, et qu'être un homme ou une femme, c’est bioLogique, sinon ce n'est pas logique et donc fou ou impie. Ainsi changer de sexe par des opérations chirurgicales ou changer l'apparence du corps par des injections d'hormones de sexe opposé est bien clairement contre-nature et similaire à de la grande rébellion envers Dieu et Ses nobles règles, surtout que le changement de sexe est irréversible et stérilisant, et que la prise d'hormones détruit progressivement le corps. C'est à dire que valider la grave confusion voire la perversion des personnes s'orientant vers le transgenre sous le pseudo prétexte des droits de l'homme libre est aussi follement grave que de valider l'orientation d'un enfant qui affirmerait que ce sont les voisins qui sont ses parents ou d'affirmer qu'une fraise est une pomme. Or ces perversions proviennent souvent d'une dépression par manque de foi. Ces perversions sont d'autant plus graves que l'essence de la médecine et d'un chirurgien est normalement seulement la guérison ou la réparation, et que désormais un(e) pieux(se) hétérosexuel(le) peut gravement devenir homosexuel(le) sans le savoir s'il(elle) se fait perversement abuser par un(e) transsexuel(le) menteur(se). Ici on peut clairement distinguer la notion de subjectivité (illégitime) quand une personne veut qu'on la considère de son sexe opposé, de la notion d'objectivité (légitime) de voir cette personne selon sa nature sexuelle de naissance. Dans ce sens, la noble limite incarnée par l'interdiction du changement de sexe (comme de tout transhumanisme) doit être aussi évidente que la noble limite incarnée par l'interdiction de l'inceste. De plus si dans l'espace publique, la barbe est une tradition religieuse pour l'homme et le voile une obligation religieuse pour la femme, c'est clairement pour affirmer l'importance essentielle de leur nature respective en particulier pour la pérennité de l'humanité, dont face aux mondialistes progressistes voulant donc la diminuer :
(S20v50) « Notre Seigneur, dit Moïse, est celui qui a donné à chaque chose sa propre nature (dont humaine imparfaite) puis l'a dirigée (vers ses fonctions ou vers l'ennoblissement maximal religieux pour la nature humaine imparfaite). »
(S49v13) « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, (ce qui prouve qu'il n'existe que deux genres) »

Bible (Deutéronome, 23:1) « Celui dont les testicules ont été écrasés ou l'urètre coupé (volontairement, c'est à dire celui qui devient eunuque volontairement après avoir froissé ou coupé son sexe), n'entrera point dans l'assemblée de l'Eternel. »
« L'activisme LGBTQ+ étant une incitation à la mutilation sexuelle et à la stérilisation irréversibles sur les personnes vulnérables que sont les adolescents est un crime contre l'humanité, car l’enfance et la jeunesse étant l’avenir du monde, s’en prendre à leur santé physique et morale est un crime contre l’humanité ! » Alain Soral
C'est à dire que toute personne qui collabore à une intrusion dans le corps ou l'esprit d'un enfant en développement est coupable de maltraitance et de crime contre l'humanité, car cet enfant n'est pas prêt à prendre des telles décisions.
Le Lgbtisme est d'autant plus un crime contre l’humanité, car il se sert en plus perversement de la transition parfois difficile de l'enfance vers l'adolescence et de l'adolescence vers l'adulte pour dire qu'il peut exister une transition sexuelle.
Ainsi ceux qui combattent la théorie de genre ne sont pas des racistes et ceux qui y participent sont des criminels contre l'humanité. En effet c'est une idéologie de mort qui doit même être évidemment combattue comme toute idéologie de mort.
Or dans son nihilisme suicidaire, la LGBTisation des esprits n'amène pas qu'à fertiliser l'humanité, mais aussi le spirituel et le mental. D'ailleurs critiquer le Lgbtisme devient tyranniquement synonyme d'appel à la haine et donc de religion d'Etat, puisque en revanche, on peut critiquer l’hétérosexualité, le catholicisme et l'islam. Dans ce sens le mot « Homophobie » veut dire « peur des Hommes » ou « peur du même », ce qui ne veut rien dire en tant que chef d’accusation. Mais c’est principalement le but : effacer le signifiant pour effacer le sens, la raison, et pouvoir piloter le peuple par l’émotionnel et la déraison.
C'est aussi car on ne peut pas supprimer la mort que certains changent de corps.
La transsexualité étant l'un des pires actes contre-nature, elle est donc de l'impiété primaire, très grave et basée en réalité sur l'ego. Surtout que le changement de sexe détruisant la reproduction, cela empêche aussi très gravement aux parents d'une personne transgenre d'avoir des petits-enfants et donc une descendance. Or l'opération d’attribution sexuelle est évidemment possible pour ceux ayant un sexe mal développé, mais par rapport aux signes féminins ou masculins corporels. C'est dans ce sens que la Russie a voté l’interdiction seulement du changement de sexe de confort. C'est à dire que cette interdiction ne concerne pas les interventions médicales nécessaires pour traiter les anomalies et les malformations congénitales, ainsi que les maladies génétiques et endocriniennes liées à des altérations de la formation des organes génitaux chez les enfants. L’objectif est de protéger les enfants ayant des conditions médicales spécifiques en interdisant les interventions visant à changer de sexe, qui génèrent des milliards d’euros pour l’industrie pharmaceutique et peuvent conduire des adolescents à des actes irréversibles, pouvant entraîner des regrets et des conséquences tragiques comme le suicide.
« Ce qu'on ne dit pas, c'est que pour fabriquer un vagin artificiel, il y a toujours la flore du côlon qui est à l'intérieur et ça sent les excréments. Et beaucoup de trans qui, en voyant ce qu'on leur a fait, se suicident. » (Amélie Menu)
Surtout que par rapport à l'enfance où la distinction masculin/féminin est relativement fine, le corps développe généralement ensuite beaucoup son genre jusqu'à l'âge adulte en facilitant la personnalité de chacun. D'ailleurs dans ce sens, les familles doivent orienter l'éducation de leurs enfants vers leur sexe naturel.
Les partisans de l'idéologie « gender » affirment donc dans une perversité évidente que toute personnalité est une construction sociale. D'autant plus que cela va jusqu'à autoriser le non binaire, c'est à dire être ni homme en permanence, ni femme en permanence, voire être différents animaux certains jours par le transgenre (dans une forme de grave validation des délires dont de drogués car aucune personne se prétendant poisson ne peut rester 30 minutes sous l'eau), ce qui correspond clairement à de la schizophrénie et donc à une très grave maladie mentale flagrantes voire à de la dissociation ou de la possession démoniaque provenant ainsi clairement d'élites politiques sataniques, ouvrant en plus la porte à la zoophilie voire la pédophilie si un enfant finit par avoir le sournois droit d'être un adulte, comme des adultes Lgbt non binaire (gender-fluid, personnalité multiple) ont déjà le droit de se considérer un bébé. (Ce qui prouve clairement que si chacun a sa vérité pouvant en plus changer chaque jour, c'est que La Vérité est ignorée, que tout cela n'est donc que mensonge honteux et fou, et que ce non genré est aussi synonyme d'un individualisme à outrance, puisque chacun suit ses propres règles, d'autant plus les transsexuels car devenant stériles.) Surtout que cet effet de mode, médiatiquement boosté, ayant entraîné une véritable explosion d’autodiagnotics est aussi un contrefeu masquant les victimes et survivants réellement dissociés ; car malgré la médiatisation du TDI, jamais le sujet des abus rituels pédocriminels n’est abordé alors que ces deux phénomènes sont intimement liés.
La possible construction sociale de la théorie du genre dont par les parents correspond en réalité à la possibilité d'endoctriner follement un enfant comme Hitler l'a fait à son époque avec la jeune génération allemande à l'école.
Surtout que les hormones sont en grande partie cause de comportements masculins (comme mettre la main sur le genoux) ou féminins (comme serrer les jambes), mais aussi d'abord d'apparence corporelle telle la barbe. De nombreuses études ont d'ailleurs expliqué que l'identité sexuelle n'était pas malléable. Tout ceci est bien expliqué dans la vidéo « Marcel D. sur John Money, le père de la Théorie du genre (ayant brisé à son profit les deux petits garçons jumeaux et leurs parents qu'il suivit en premier) » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=07O3psZCT3Y)
Pour toujours mieux comprendre cette folie totalement illégitime de se prétendre appartenant à son sexe opposé, on pourrait aussi prétendre que la couleur de peau, l'ethnie, la nationalité, la famille, chaque rang familial et la nature humaine sont des idées construites, et qu'un blanc peut se prétendre noir (ou inversement), qu'un éthiopien peut se prétendre un sibérien, qu'un états-unien peut se prétendre chinois, qu'une personne peut se prétendre appartenir à une autre famille que la sienne, qu'un fils peut se prétendre être le père de sa propre mère, et qu'un être humain peut se prétendre être n'importe quoi. Au delà d'être risible par autant d'absurdité, ce contexte peut être pour certains très nocif moralement et donc spirituellement.Or une philosophie qui commence par postuler qu’il n’y a pas de vérité et que la rationalité est un instrument de domination, c’est une philosophie qui ne peut mener effectivement qu’à des propos incohérents et des comportements délirants. Il faut noter que le Lbgtisme se sert impieusement des jeunes pour faire avancer son agenda car ces derniers sont en formation personnelle, alors que les Prophètes l'ont fait pieusement. De plus la perverse liberté des Lgbt en occident permet aussi de cacher la montée de la dictature oligarchique mondialiste contre le patriotes souverainistes de droite. Surtout que la virilité politique insoumise est impossible pour l'homosexuel par essence travesti en femme et soumis au conjoint. Or la droite politique est de plus en plus gérée par des homosexuels, ce qui signifie que le système cherche à faire porter la droite des valeurs par la décadence des mœurs, ce qui est encore une ruse du diable, dont aussi par excuse de devoir préserver par rapport aux pays étrangers la valeur de liberté occidentale qui en réalité perverse. C'est d’ailleurs en prétendant dédiaboliser son image d'extrême droite que le FN l'a compensée par l'image gay. D'ailleurs le Rassemblement National devient de plus en plus un parti de centre droit remplaçant les LR en bout de course et laissant Reconquête seule au sein de l'extrême droite bassement identitaire, européenne et national-sioniste (likoudnique). C’est le likoudisme (de gauche) qui a désarmé les Français avec l’antiracisme et armé les racailles avec l’impunité. Et c’est le likoudisme (de droite) qui profite politiquement de la fracture inter-communautaire.
A propos des fanatiques de la « non-binarité » et de la « transidentité » qui prétendent donc que le sexe (qu’ils appellent, donc systématiquement « genre ») est une construction sociale et qu’il est assigné à la naissance par une société autoritaire, Ella Grant leur répond que ce n’est pas le sexe (même si Ella Grant emploie le mot « gender ») mais la notion de « non-binarité » (ou la volonté de transidentité) qui est une construction sociale (stupide).
Ainsi ceux qui disent que le genre est une construction sociale malgré la biologie prouvant l’évidente nature de chacun, désormais même visible jusque dans l’ADN, sont gravement dans l'erreur, et verront qu’elle se déconstruira toute seule, car étant mal montée, elle s’effondrera probablement ici-bas tôt ou tard et avec certitude dans l’au-delà. En effet la théorie du genre est clairement un désordre mental, surtout que la propagande LGBT+ a créé perversement de nombreuses nuances perverses, car il n'existe donc que deux sexes biologiques chez l'humain. Surtout que le militantisme LGBT+ va même jusque dans les écoles.
Ainsi nous naissons tous enfants et devenons un véritable homme ou une véritable femme, tout d’abord en commençant par reconnaître la loi naturelle puis donc celle de Dieu.
Et même si une personnalité est aussi le fruit d'un parcours social, cela ne légitime donc pas le changement de sexe.
Avec de la rigueur et des valeurs traditionnelles (christiques, islamiques), on construit un enfant. Avec les théories LGBT, synonymes de sexualité prioritaire, de perversion et de relâchement, on le détruit. La question est simple : veut-on faire de nos enfants des êtres intelligents et équilibrés ou de futures prostituées très perturbées ?
Par conséquent il est très étonnant qu’à notre époque en occident, tant de monde et de juges soient si loin de la réalité du droit. Ils ingurgitent la folle nouvelle législation perverse du gender (et du progressisme) sans la moindre convulsion. Or la folie aussi de la transsexualité se voit à travers la forte probabilité que l'évolution de la loi contre la transphobie aille jusqu'à interdire sous peine de prison d'appeler un trans par son prénom de naissance. D'ailleurs le conseil d'Etat français a validé l'utilisation par les enfants transgenres du prénom de leur choix à l'école. C'est pourquoi le Lgbtsime est devenu un totalitarisme, car malgré la perception que chacun se fait d'un homme ou d'une femme, il oblige à accepter le choix d'une personne sur son changement de sexe ou de dénomination dont le pronom « iel » (follement ni « il », ni « elle », et donc pourquoi pas « maître », « roi », ou « reine ») et à accepter l'écriture inclusive.
Camille Paglia, professeur de sciences humaines et des médias, et personne transgenre, précise à ce sujet : « Dans la chirurgie de réaffectation sexuelle, même aujourd’hui, avec toutes ses avancées, il est impossible de changer le sexe de quiconque. Vous pouvez vous définir comme un homme trans ou une femme trans ou une de ces nouvelles gradations le long de l’échelle, mais finalement chaque cellule dans le corps humain, et l’ADN dans cette cellule restent codés selon votre naissance biologique (dont les chromosomes xy et xx). »
Le corps restant donc le même à 99,99 % suite à un changement de sexe, la transsexualité, la transition, est donc une ENORME mensonge stupide. Et vivre, aimer ou respecter la transsexualité, c'est donc vivre, aimer ou respecter le mensonge, en plus en s'habituant à l'accepter en général.
Même selon la neuroscience, il est prouvé que le cerveau réagit différemment chez la femme et l'homme, et que la femme est plus émotionnelle (et donc aussi plus émotive) que l'homme.
De plus, les traitements hormonaux sont très gravement suspectés de favoriser un certain nombre de pathologies comme des maladies cardiovasculaires ou des cancers. Brusquer un corps, le contraindre à devenir l’exact inverse du sexe assigné par le code génétique, ne peut être que néfaste et contraire à la bonne physiologie du corps humain. Souvent, ils se rendent compte qu’en changeant de sexe, eh bien, ils sont toujours aussi mal avec eux-mêmes, ce qui veut dire que leur malaise est existentiel, avait d’être sexuel. Le sexe ou le genre n’est alors que le symptôme. Si la tête ne suit pas le corps, c’est à la tête de se soigner par la psychiatrie. Surtout que la dysphorie de genre, synonyme d'une volonté de mutilation définitive et irréversible du sexe naturel empêchant très gravement de se reproduire, est une maladie psychiatrique que les LGBT exploitent honteusement, car elle survient rarement chez l’enfant et disparaît de manière quasi-systématique en fin d’adolescence. Il faut noter que les maladies mentales comme l'homosexualité et la dysphorie de genre peuvent provenir de traumatismes ayant eu lieu pendant l'enfance puis ayant été refoulés parfois inconsciemment, et que le pieux rappel doux est la meilleure guérison. Mais ces problèmes de mauvaise orientation sexuelle sont aussi souvent tout simplement liés à des gens malheureux que certains pervers manipulent plus ou moins dont politiquement, plutôt que de les motiver vers le bien, la piété et donc le bonheur. Or même selon Freud, si l'homosexualité (et la transsexualité) ne vient pas d'un traumatisme, il s'agit clairement d'une immaturité sexuelle, d'une inversion du but et de l'objet et donc d'une grave perversion voire d'une abomination.
Pendant des décennies, les rares jeunes qui se plaignaient de « dysphorie de genre » étaient accompagnés par une psychothérapie adaptée. La plupart d’entre eux se réconciliaient avec leur corps en entrant dans l’âge adulte. Depuis quelques années, les transidentitaires et les professionnels de la réassignation sexuelle cherchent à imposer partout leur discours militant sur « la santé des enfants transgenres ». Ce matraquage médiatique contribue à l’explosion des demandes de réassignation sexuelle chez les adolescents. L’objectif est de rendre automatique la prescription de traitements médicaux et chirurgicaux expérimentaux, lourds et irréversibles, de plus en plus précocement, à toute personne en faisant la demande. Fût-elle mineure, ou sujette à des troubles psychiatriques. Or la réalité des traitements de réassignation sexuelle, et leur impact sont dévastateurs sur la santé physiques et mentales des personnes transidentifiées.
En effet cette mutilation définitive ne peut que correspondre à une décision dévastatrice psychologiquement, moralement et spirituellement. C'est à dire que la volonté de transsexualisme était considérée comme une maladie (mentale), car il n'existe évidemment que deux genres humains. Et la dysphorie de genre ne doit certainement pas être légitimée parce que la dysphorie corporelle existe, car cela n'a rien à voir. Dans ce sens, on peut donc rappeler que l'homosexualité était aussi considérée par la médecine internationale comme une pathologie avant 1974. Et l’opération de changement de sexe, qui avoisine les 36 000 euros, est en plus prise en charge par la Sécurité sociale, alors que pour les lunettes et les problèmes dentaires, ce n'est parfois pas le cas...
Le terme « genre », qui est une représentation individuelle pouvant changer, remplace le terme « sexe » qui est un rôle dans la reproduction et ne peut être changé. Accepter qu’un fantasme stupide soit considéré comme une réalité revient donc à nier indignement la réalité authentique. Parmi les objectifs fous de l'idéologie perverse du « genre » sont la destruction de la famille traditionnelle, la suppression des liens sociaux naturels, l'autorisation de l’homosexualité et la possibilité de la transsexualité. Évidemment, tout cela se fait principalement au profit des chirurgiens plasticiens puisque gagnant beaucoup d'argent et des puissances financières puisque attaquant toutes les structures qui pourraient leur résister à présent que syndicats et partis politiques ont été réduits à néant.
Ce n’est pas toujours le cas, mais il arrive que dans des conflits sociaux un côté ait entièrement raison et l’autre côté ait totalement tort. Ainsi dans le débat sur les droits des trans et l’exposition des enfants à l’idéologie trans, la nouvelle gauche politique n’a aucune défense logique : ses membres ont tort jusqu’à incarner de la pure folie, et comme la plupart des fous, ils choisissent de multiplier leurs illusions même face à l'évidente noblesse véridique.
« La principale raison pour laquelle l’idéologie transgenre est devenue un tel sujet de discorde dans notre pays est qu’elle semble avoir une obsession malsaine pour la manipulation d’enfants. Nous avons tous vu sur les médias sociaux des vidéos d’hommes adultes portant des vêtements de strip-teaseuses qui font des galipettes devant des enfants en bas âge pour gagner de l’argent. Bien que nous puissions ressentir un dégoût naturel face à cette situation, il est important de reconnaître que la majorité des activistes trans se sentent « fiers » et justifiés. Ils pensent en fait que c’est une victoire. Les gens normaux se situent à une tout autre extrémité du spectre moral que les activistes trans et il ne peut y avoir de diplomatie avec un tel groupe. Il y a dix ans, ce type de comportement aurait été considéré comme suspect, voire répugnant. Si des adultes atteints de dysphorie de genre (une maladie mentale rare) veulent se livrer à un fétichisme personnel pendant leur temps libre, c’est leur prérogative. Cependant, il s’agit ici d’exposer des spectateurs innocents, dépourvus d’esprit critique, à cette même maladie mentale et à ce même fétichisme ; un public captif. Il s’agit de parents et d’enseignants qui convainquent des enfants d’agir à l’encontre de leur biologie afin de pouvoir utiliser l’enfant comme un accessoire de signal de vertu. C’est ce que font les narcissiques et les psychopathes, sauf que cela est sanctionné politiquement dans de nombreux États et au sein du gouvernement fédéral. Pourquoi ? Parce que cela permet de gagner du pouvoir. Imaginez un instant que vous êtes un monstre, la créature la plus dérangée que vous puissiez imaginer. Vous n’avez qu’une soif de contrôle et d’angoisse pour vos ennemis, et cette soif ne peut jamais être rassasiée. Comment feriez-vous pour affirmer votre domination sur la population ? Il faut d’abord affaiblir les citoyens. Il faut les diviser, et quel meilleur moyen de les diviser que d’enfoncer un coin entre eux et leurs propres enfants. Faites des enfants une cible, amenez-les de votre côté ou utilisez-les comme levier pour faire plier les parents. Il faudrait saper les fondements de la société, éliminer les leçons de l’histoire et pervertir les piliers qui maintiennent la stabilité. Il faudrait convaincre les gens que la vanité et la « FIERTÉ » sont des vertus plutôt que des défauts. Il faudrait convaincre les gens que tous les comportements, aussi destructeurs soient-ils, doivent être considérés comme acceptables et que toute discrimination, aussi sensée soit-elle, est condamnable. Et, lorsque tous les héritages et tous les principes sont effacés, vous êtes alors libre de festoyer, car le mal est désormais le bien et le bien est désormais le mal, et il n’y a plus personne pour vous arrêter. Le mouvement transgenre est un moyen d’absorber la plus jeune génération dans un culte politique. Il fait partie d’un programme beaucoup plus vaste visant à saper non seulement les principes fondamentaux de la culture occidentale, mais aussi les structures de base de la morale et de la conscience. Certains activistes trans ne sont peut-être pas conscients du rôle qu’ils jouent ; ils peuvent même croire que le ciblage des enfants vise à les exposer à de nouvelles idées d’« acceptation ». Cela dit, je pense que beaucoup d’entre eux comprennent clairement leurs actions et sont parfaitement conscients des conséquences de leurs efforts, et ils se réjouissent de la destruction qu’ils sèment. Le pendule commence à repartir dans la direction opposée, car le grand public s’éveille enfin à la menace des mouvements d’extrême gauche. De nombreux États prennent des mesures pour interdire les centres d’affirmation du genre et s’efforcent de protéger les enfants des comportements prédateurs de l’activisme transgenre. Il reste cependant un long chemin à parcourir avant de revenir à une société où l’aliéné est largement considéré comme tel. Les patients dirigent toujours l’asile, pour l’instant. Ils ne veulent pas seulement vous forcer à utiliser leurs pronoms et leur vocabulaire inventé, ils veulent que vous rendiez hommage à leurs drapeaux et que vous applaudissiez leurs délires. Ils veulent que vous adhériez à leur version déformée de la réalité et à leur vision de l’avenir. Ils veulent que vous sacrifiiez vos enfants aux dieux de la déconstruction et du processus d’endoctrinement, et ils veulent que vous vous taisiez à ce sujet. Comme « Ça » le clown, le mouvement transgenre se déguise pour attirer ou effrayer. Ils ne veulent pas l’égalité (ils l’ont déjà), ils veulent la fidélité. Ils veulent la soumission. Et ils veulent absolument vos enfants. » (Fin de l'article de Brandon Smith « Les activistes transgenres ressemblent beaucoup à "Ça" le clown » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-activistes-transgenres-ressemblent-beaucoup-a-Ca-le-clown-71827.html)
Equipe ER : « La sanctuarisation du genre se prétendant synonyme de liberté dissidente est devenue claire, car le débat de société à ce sujet est écarté par toutes les institutions et peut même être tyranniquement désormais condamnable de délit, ce qui prouve la fin de sa dissidence et donc le réalité de sa récupération et de sa défense par le système. En 1881 les premières mesures concernant les limites de l'expression en général avaient pourtant pour but de défendre les bonnes mœurs. Puis au nom de la lutte contre l'antisémitisme, on a eu la condamnation des injures, de la diffamation et de l'incitation à la haine et à la violence, lorsque c'est à l'égard de l'origine, de l'ethnie, de la nation, de la race ou de la religion, puis plus tard par un glissement pervers, à l'égard du sexe, de l'orientation sexuelle, de l'identité de genre et du handicap même concernant la grossophobie.
Bientôt cela pourrait être à l'égard des politiciens, des médias, des policiers et des médecins du système, et même de l'immigration massive. D'ailleurs suite à la condamnation de 40 jours de prison pour Alain Soral après qu'il ait qualifié véridiquement mais aussi ironiquement de « grosse lesbienne » sur internet une personne Lgbt l'ayant attaqué mensongèrement, il faut se demander si la justice suisse considérerait que qualifier quelqu'un d'« hétéro maigre » serait condamnable de la même peine et alors qu'en plus l'ironie n'est pas interdit, mais comme cela ne serait très certainement pas aussi réprobateur et humiliant, elle ne ferait rien, alors que ça serait pourtant clairement synonyme d'homophobie de sa part...
Or l'immigration propage souvent le conservatisme, surtout car certains migrants en particulier africains deviennent parfois vraiment fous au contact de cette société dystopique en plus remplie de contradictions, dont en se droguant ou en pratiquant des vols, des viols voire des meurtres. Cependant beaucoup de ces criminels ont été sélectionnés par les pervers réseaux migratoires de Georges Soros dans des quartiers à forte délinquance ou pour leur isolement psychologique méritant d'être suivi par un hôpital psychiatrique. De plus le système républicain défend cette immigration massive comme il lutte contre l'antisémitisme, pour ensuite s'en servir afin de diviser et à manipuler le peuple au profit de la conservation du pouvoir par les pervers mondialistes oligarchiques. Ainsi par une inversion accusatoire organisée par le pouvoir profond et propagée par les médias dominants, ceux qui refusent ou dénoncent cela sont sournoisement considérés comme ayant des mauvaises mœurs. La nouvelle gauche wokiste (cancel culture) est basée sur la table rase biologique, culturelle et démographique, alors que Marx parlait de table rase sociale en gardant le patriarcat. Le diable vivant jusqu'à la fin du monde a tout son temps pour perdre l'homme. L'homme nouveau porté par la nouvelle gauche est trans, sans culture, accueillant des migrants et acceptant que sa prétendue totale liberté soit paradoxalement totalement surveillée numériquement. Cette incohérence totale ne peut pas durer longtemps malgré que le libéral-libertaire est au départ contre intuitif par sa forte connotation de liberté, même si elle est excessive et donc folle. Or le grand changement inévitable se fera-t-il après la guerre ou à la place de la guerre (civile voire mondiale) ? L'alternative n'est que celle-là. »
Dans le cas des handicapés qui ont un sexe mal formé voire deux sexes mal formés, afin de connaître leur nature sexuelle, ils doivent chercher leur type de cellules reproductives, ou/et le nombre de zones et fonctions masculines comme la barbe ou féminines comme les menstrues. Et si rien ne la distingue suffisamment, ils peuvent alors la choisir afin de la préparer pour l’au-delà. Mais de nos jours avec la science moderne, cette distinction est possible à travers l'observation des chromosomes, et ils pourraient donc au moins vivre en couple avec une personne de sexe différent ayant des problèmes similaires.
Ainsi il faut s’élever religieusement, véridiquement et donc dignement dans notre nature et ne pas la fuir en la changeant pour s’élever faussement, illégitimement et donc indignement. En effet l'ennoblissement maximal de la nature de chacun se trouve dans le mode de vie prophétique et dans l'acquisition par le mariage de certaines qualités morales se trouvant plus chez la femme pour l'homme et plus chez l'homme pour la femme, tout en conservant nos propres qualités morales spécifiques (masculines ou féminines) dans un juste milieu :
(ExtS2v143) « C’est ainsi que Nous avons fait de vous la Communauté du juste milieu. »
C'est à dire que chacun doit se servir pieusement de la complémentarité entre l'homme et la femme uniquement au niveau noblement moral et donc qualitativement spirituel, mais pas perversement au niveau physique ou de l'apparence, surtout que sinon l'être humain peut réellement être considéré comme ayant atteint la folie par son incarnation simultanée du tout et son contraire, à l'image donc de la transsexualité. D'ailleurs la représentation de Satan ou du faux messie sous l'apparence de Baphomet montre cette orientation contre-nature, synonyme d'une impiété maximale, et donc d'une dégénérescence extrême, et donc d'un égarement ultime, à travers un être mi homme mi animal, mi masculin mi féminin, avec des seins et une barbe, androgyne. Il s'agit d'un hybride qui contraste suprêmement avec l'ennoblissement maximal vers un niveau mi-humain mi-ange voire mi-humain mi-dieu expliqué dans ce site grâce à l'élévation qualitative de la nature de chacun par la religion. Cette différence faisant apparaître nettement le pire et le meilleure de l'humanité annonce probablement la proximité de la fin des temps, puisque le chemin honorable est de plus en plus clair. Surtout que le lobby LGBT, les médias et l'éducation nationale sont de plus en plus accusés du phénomène transgenre qui stérilise les mineurs. Malgré cela, les transphiles refusent souvent tyranniquement le débat dont par des manifestations de bruit infantile ou des moqueries effaçant la gravité, par l'accusation stupide de transphobie voire par de la violence évidemment condamnable en temps de paix et de liberté. Cet emportement mutuel irréfléchi accroît chaque jour le volume du délire victimaire et finit en grosse absurdité grotesque.

« Un projet de loi états-unien cherche à empêcher les enseignants des écoles publiques d’exposer les enfants dès la maternelle à des discussions sur la sexualité et l’identité de genre, et exige qu’ils parlent aux parents de l’exposition de leur enfant à de telles leçons. En d’autres termes, la Floride dit aux enseignants qu’ils n’ont pas le droit de faire de la propagande auprès des enfants avec leurs absurdités cultistes et de les préparer à entrer dans le giron du transsexualisme. Les enseignants des écoles publiques sont payés par l’État et par les impôts que les parents versent à l’État. Les enseignants travaillent pour les parents ; les parents sont les patrons. Mais les gauchistes ne voient pas les choses de cette façon. Ils disent qu’il s’agit de la liberté d’expression, et qu'au fond, ils ne sont pas des employés de l’école, mais des évangélistes pour la cause de la justice sociale. Ils sont largement opposés à ce que les idées religieuses soient enseignées dans les écoles, sauf si c’est leur propre religion. La vérité est qu’ils sont des fanatiques. Ils croient que leur idéologie supplante toutes les autres préoccupations et qu’ils ont le droit de modeler vos enfants dans cette idéologie sans votre approbation parce qu’ils pensent que vous êtes trop ignorants pour comprendre le « plus grand bien » qui est fait. Le projet de loi anti-grooming a été conçu pour protéger les jeunes enfants de l’endoctrinement sexuel, et les gauchistes en sont furieux. Ils revendiquent la propriété de vos enfants, et l’agenda trans est une partie importante du processus de moulage que les enseignants gauchistes disent avoir le droit de poursuivre. Tout ce qu’ils ont à faire pour prendre le contrôle des personnes qui les entourent est de rejoindre un groupe d’identité de genre ? Tout ce qu’ils ont à faire pour obtenir un traitement spécial et des privilèges est de proclamer qu’ils sont victimes de discrimination ? Pour les personnes sans conscience, c’est un nouveau monde excitant où leur narcissisme est applaudi et protégé. Si les gens ne se conforment pas, ils « oppriment » l’individu trans et sont maintenant automatiquement des bigots. Or les trans ne sont pas ce qu’ils prétendent être. Leurs fantasmes internes n’ont rien à voir avec les faits, et leurs sentiments n’ont aucune importance lorsqu’il s’agit de la vérité. Il s’agit de la dysphorie de genre, nous devons l’aborder comme toute autre maladie mentale. Lorsque nous avons affaire à un schizophrène qui croit être Napoléon ou Elvis Presley, nous n’exigeons pas que toute la société soit d’accord avec lui, qu’elle autorise ses fantasmes et qu’elle élabore des lois protégeant la validité de ses illusions, n’est-ce pas ? Nous ignorons ses fantasmes ; nous n’adaptons pas toute notre culture à ses caprices. Pourquoi faisons-nous cela avec les activistes trans ? Une grande partie de ce que fait la gauche politique consiste à faire de ses problèmes les vôtres, et il s’agit surtout de contrôle, pas d’égalité. Ils prétendent être des victimes et pensent donc avoir le droit de déterminer ce qui est oppression et ce qui est sectarisme. Reconnaître un fait scientifique (masculin, féminin) est-il « sectaire » ? Je demande, qui a fait d’eux la police de la vertu et comment sont-ils réellement qualifiés ? La plupart de ces personnes sont tellement rabougries et partiales qu’elles ne sont guère à la hauteur des normes élevées qui seraient requises pour porter des jugements aussi objectifs. Les gauchistes ne sont pas les plus vertueux, ils sont les plus instables, et pourtant ils sont positionnés comme les arbitres de notre moralité. Il est ironique que les féministes aient déformé la dynamique sociale homme-femme pendant si longtemps, que les femmes ordinaires ont commencé à croire à la vision gauchiste du monde, et maintenant cela leur revient en pleine figure par l'infiltration d'hommes trans raflant toutes les médailles dans des compétitions sportives. Si les femmes veulent sauver leur sport, elles vont devoir admettre que les féministes avaient tort et que les hommes sont physiquement supérieurs. Et c’est probablement l’une des principales raisons pour lesquelles très peu de femmes dans le sport ont pris la parole. Elles ont été conditionnées pendant si longtemps à des notions d’égalité qu’elles ne peuvent pas supporter la vérité de la réalité biologique confirmant la nécessité d'équité au niveau physique entre les homes et les femmes. L’autre raison est que si elles s’expriment, elles risquent de devenir des parias de la société et d’être ostracisées. Il est triste que de vraies personnes atteintes de dysphorie de genre soient prises au milieu de cette bataille pour la stabilité de notre société. Ils ne devraient pas être utilisés comme des pions dans la guerre culturelle (comme depuis des siècles la domination géopolitique plus ou moins bonne se fait aussi beaucoup par la conquête culturelle comme celle de l'Angleterre en Inde, celle de la France en Afrique et celle des USA en Europe). Mais là encore, il est peut-être temps qu’un plus grand nombre d’entre eux s’expriment s’ils ne soutiennent pas l’agenda woke. Je pense que cette farce a assez duré, pas vous ? Aussi fous que soient les gauchistes, nous sommes peut-être encore plus fous de laisser ces fous diriger l’asile. » (Extraits de l'article Brandon Smith « Les femmes trans sont des hommes et prétendre le contraire est une folie culturelle » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-femmes-trans-sont-des-hommes-et-pretendre-le-contraire-est-une-folie-culturelle-67878.html)
Face à l’hystérie véhiculée par certains à propos des joueurs de foot professionnels refusant de porter le t-shirt de l’idéologie LGBT qui prône le transsexualisme et l’indifférenciation sexuelle, Bastien Lejeune rappelle des fondamentaux : « Ce n’est pas la même chose d’être homophobe et de refuser de cautionner ou de s’associer à une idéologie LGBT qui fait la promotion du transsexualisme, de l’indifférenciation sexuelle… Je pense qu’on a le droit d’être en désaccord et que cette injonction est stupéfiante et totalitaire. »
Aborder les causes à l’origine de l'hystérie et la violence LGBT nous conduit à un sujet tabou : la forte occurrence de comorbidités psychiatriques au sein de la population trans (troubles du spectre autistique, troubles de la personnalité borderline, dépression, anxiété...), qui se greffe à des logiques d’embrigadement sectaires.
La Rédaction d’E&R : « Dans un collège français du 77, le professeur de français se fait désormais appeler "Madame". Cette nouveauté progressiste sent la cellule psychologique à plein nez. On ne serait pas étonnés de voir quelques élèves brutaux mal prendre le changement de sexe de l’adulte qui est censé les instruire et leur apprendre un peu la vie. Un modèle, voilà ce qu’était le professeur. En changeant de sexe devant les enfants, ce professeur annonce une ère nouvelle dans l’Éducation nationale : celle de la dégradation définitive des mœurs, de la fin absolue de l’autorité, de la négation des valeurs, du début d’une violence incontrôlable puisque face à la folie du contre-nature. On prend tous les paris. Notez bien que cette prophétie n’a rien à voir avec de la « transphobie » ou autre niaiserie micro-communautaire : il s’agit de quelque chose de beaucoup plus grand et grave qui est validé par la verticalité politique et qui touche au satanisme, c’est-à-dire à la sape programmée des valeurs religieuses qui font tenir, encore un peu, notre société debout. Le vice, c’est d’avoir caché cette volonté de destruction derrière la « tolérance », cette diversion sociale pour l'infiltration du Mal. Une certaine tolérance est bien le masque du Diable. »
« Se déguiser en mardi-gras ne suffit pas à transformer un individu sans qualités en VIP, mais cette vacuité victimaire suffit à déclencher une extase à la folle des plateaux TV. La plupart des people trans qui nous sont imposés à la télé sont souvent cons, rarement brillants : ils n’ont rien à dire.  S’ils étaient brillants, ils mettraient leurs qualités en avant, pas leur transidentité, qui n’est pas une valeur en soi : tout le monde s’en fout. Alors, on s’invente une valeur, et la seule valeur disponible, c’est la victimisation, c’est-à-dire la « haine » des normaux, ou normies. Sans ça, plus de discours, plus de médiatisation, le retour à la niche, le néant. Sauf que la plupart des normies ne ressentent aucune haine pour les trans, au mieux de l’indifférence, au pire de la pitié. Se charcuter le sexe ou prendre des pilules pour changer de voix, c’est juste l’horreur, il n’y a aucune valeur d’exemple là-dedans, bien au contraire. Les individus sensés fuient le grotesque – loi sociale numéro un. Les trans invités sur les plateaux TV sont juste là pour éviter de parler du chômage de masse ou de la paupérisation. On devrait interdire les signes extérieurs de changement de sexe comme la laïcité d’État veut interdire les signes extérieurs religieux. C’est indécent de nous coller leur pseudo-sexe sous le nez. Et c’est valable aussi pour les gays. Ce qui ressort de la sphère privée devient alors une provocation politique, et traitée comme telle. Car il s’agit d’inverser les valeurs, de dénormaliser les normaux, ou les hétéros. Les homos sont a-normaux au sens où ils ne sont pas dans la norme, établie sans le vouloir par la majorité (de l’humanité). Faut pas aller chercher plus loin dans une supposée haine ou une supposée homophobie. Que les homos et les trans se rassurent, il y a plein d’autres moyens de se sentir a-normal, comme le talent.  Bientôt, quand les perruques et maquillages seront tombés, on aura une marche des fiertés des hommes sans qualités (attention, on n’a pas dit sous-hommes). Qui accuseront les autres d’en avoir et de discriminer ceux qui n’en ont pas. » (Rédac ER)
Il faut noter que la transsexualité permet à des hommes avec une apparence de femme de créer de perverses images fantasmées de femmes, en particulier via la pornographie, que des femmes n’auraient possiblement pas osé incarner à part les follement ultra dégradantes voire destructrices ou sataniques, et de prendre la place de femme dont au niveau professionnel et donc sportif.
Nous arrivons à une époque si libertaire que certains pourront même se greffer des parties d'animaux ou des éléments technologiques. Surtout que comme la loi valide la transsexualité, c'est à dire de pouvoir s’identifier au sexe opposé, cela permet de pouvoir encore plus follement s'identifier à n'importe quoi : animal, objet, plante, etc...
Avec leur idiotie déguisée en intelligence, leur abaissement déguisé en élévation, leur décadence déguisée en évolution, leur obscurité déguisé en lumière, et finalement donc leur perversion déguisée en tolérance, les progressistes sont très dangereusement égarés pour le salut de leurs âmes et la préservation de la société. Surtout qu'il est souvent reconnu que le Lgbtisme cache des réseaux criminels de la pédophilie voire l'agenda de sa légalisation. D'ailleurs de plus en plus de pédophiles soutiendraient la cause LGBT, car ils pourraient exploiter l’idée que si les enfants de 8, 9, 10 ou 11 ans peuvent prendre des décisions importantes concernant leur genre et leur sexualité à un jeune âge, comme décider de subir une opération de réassignation sexuelle ou de ne pas avoir d’enfants, ils pourraient également être considéré comme suffisamment mature pour consentir à des actes sexuels.
          En plus « La communauté LGBT n’existe pas : elle n’existe ni juridiquement ni dans les faits. Il y a une guerre ouverte entre les lesbiennes et les homosexuels, d’autant plus d’ailleurs, une lesbienne se définit parce qu’elle n’a pas du tout envie de se faire baiser par un homme, et un gay se définit parce que le sexe des femmes le dégoûte ! Donc la communauté LGBTQ+, c’est une usine à gaz où personne n’a vraiment d’intérêt commun. Ça aussi, c’est du communautarisme abusif. » (Alain Soral)
          Pour lutter au mieux contre cette perverse idéologie Lgbt, il est important de remarquer qu'elle avance principalement dans les grandes villes.
          Enfin le principal argument que l'on peut donc utilisé contre l’autorisation de la transsexualité est de préciser que son absurdité est aussi folle que de dire le jour peut être la nuit, puis d'affirmer que si les enfants ont le droit de changer de sexe, alors ils auront bientôt le droit de consentir une relation sexuelle, ce qui est en réalité synonyme de pédophilie légalisée.

L'interdiction du transhumanisme :

          Les partisans du transhumanisme définissent leur mouvement philosophique comme un idéologie qui prône l’amélioration de la condition humaine en développant et en rendant largement disponibles des techniques sophistiquées qui peuvent grandement améliorer la longévité et la cognition. En termes profanes, cela correspond à une tentative de modifier les êtres humains via les nouvelles technologies, afin de le faire aller très au-delà de leurs limites corporelles et biologiques. S’il est vrai que la technologie peut être utilisée pour aider les personnes qui souffrent de problèmes de santé ou de handicaps sans dépasser la nature humaine, l’idéologie transhumaniste va au-delà de la réparation des corps en voulant dans une impiété évidente dépasser gravement le cadre moral divin lié au corps, aux 5 sens et au cerveau humains naturels. Or cette idéologie doit comprendre qu'il est impossible d'atteindre l'immortalité en transférant le cerveau vers un ordinateur même par une IA, car ce sera en réalité synonyme de mort puisque l'âme n'est pas transférable.
          Selon l'impie Yuval Noah Harari et ses livres « Sapiens » et « Homo Deus », si c’est le hasard (les accidents génétiques) et la sélection naturelle qui nous ont faits, alors faisons mieux grâce à la technologie et prenons en main l’évolution de notre espèce. Les idées ou les mythes moteurs d’une civilisation descendent des élites cognitives vers les masses, et non l’inverse. Elles peuvent être interrompues dans leur course par des changements brutaux de paradigme, comme le sont les révolutions. À noter aussi qu’elles peuvent être en partie suscitée, ou du moins renforcée, par « rivalité anti-mimétique » avec une autre civilisation : c’est ce qu’on observe aujourd’hui dans la polarisation des valeurs défendues respectivement par la Russie et l’Occident. C’est grâce à l’Occident qui a atteint le stade terminal de son idée faustienne (l’abolition des limites anthropologiques) que la Russie post-soviétique a pu se réinventer autour de la défense des valeurs traditionnelles.
Selon l'ensemble des enseignements religieux que nous avons et l'évidente bienveillance demandée par la religion, il semble que tout soit guérissable sauf la vieillesse. En effet comme la raison est bâtie sur des limites évitant la folie dont par la responsabilité, qui permettent de comprendre et de suivre la noblesse du cadre légal religieux ayant des limites, et comme l'importance essentielle de ces limites est rappelée par la vieillesse, apportant aussi les valeurs précieuses des qualités morales du service et de notre mort future synonyme de Jugement Dernier dans l'au-delà, nous ne devons ainsi pas la faire disparaître, dont donc pour éviter de tendre vers une dangereuse folie ou insouciance. De même faire enfants est important, car leur ambiance est vitale moralement, mentalement et émotionnellement pour l'humanité.
          Et même si des moyens financiers et technologiques colossaux drapés dans de bonnes intentions existent, il ne faut pas modifier la nature du vivant. Or le croisement entre races animales différentes a déjà été effectué en Chine en apportant la menace de super virus, et la création d'animaux hybrides croisés avec des gènes humains deviendrait donc une immense impiété folle très dangereuse, même si c'est pour un prétendu manque de dons d'organes au sein de l'humanité, surtout que nous vivons une époque ou des dons d'organes humains à travers le monde pourraient être facilités. Ainsi ces interminables expériences médicales risquent de se poursuivre dont pour développer de nouveaux types d’armes biologiques même sous le couvert de diverses études sur l’immunité, la résistance aux virus, la séroprévalence des anticorps, la transplantation.
De plus même si le transhumanisme est souvent promotionné par des films et des jeux vidéos, il est interdit d'augmenter ou changer des personnes technologiquement si cela détruit donc leur nature humaine et le divin cadre moral comme voir à travers les murs, car ces valeurs sont essentielles pour l'ennoblissement maximal de leurs âmes et la valorisation du Paradis. En effet, il est évident que le raisonnable et donc l'honorable ainsi que la valorisation de l'aspect illimité du Paradis se trouvent sur terre dans l'équilibre et le juste milieu (ou le respect des limites dont naturelles), comme le prouve la quantité raisonnable que doit consommer l'être humain à chaque repas, surtout que sur terre, avoir le juste milieu en toute chose éclaircit, embellit et rend agréable chaque situation.
(S20v50) « Notre Seigneur, dit Moïse, est celui qui a donné à chaque chose sa propre nature (dont humaine imparfaite) puis l'a dirigée (vers ses fonctions ou vers l'ennoblissement maximal religieux pour la nature humaine imparfaite).
Commentaire : Le transhumanisme comme la transsexualité ou la dénaturation de l'être humain dont à travers sa numérisation est une négation du divin voire pour certains une rébellion contre le divin.
(S4v118-121) « Allah l'a (le Diable) maudit et celui-ci a dit : “Certainement, je saisirai parmi Tes serviteurs une partie déterminée. Certes je ne manquerai pas de les égarer, je leur donnerai de faux espoirs, je leur commanderai et ils fendront les oreilles aux bestiaux, je leur commanderai et ils altéreront la création d'Allah (dont OGM, vaccin ARN synonyme d'OGM humain, Lgbtisme, transsexualité et transhumanisme).” Et quiconque prend le Diable pour allié au lieu d'Allah sera certes voué à une perte évidente. Il leur fait des promesses et leur donne de faux espoirs. Et le Diable ne leur fait que des promesses trompeuses. Voilà ceux dont le refuge est l'Enfer. Et ils ne trouveront aucun moyen d'y échapper ! »
Ce qui se profile aussi derrière l’homme augmenté, c’est l’homme supérieur qui régira la vie d’êtres inférieurs, car par manque de richesse tout le monde ne pourra pas être très augmenté. Le transhumanisme peut donc même être considéré comme un génocide de la nature humaine et donc de l'humanité.
Enfin, si nous acceptons qu’une personne puisse définir son sexe à sa guise, n’ouvrons-nous pas la porte à d’autres phénomènes tels que le trans-âge ou le trans-espèce ?

L'interdiction de la GPA, de la PMA et de l'Eugénisme :


Il s'agit de comprendre ici que :
-le lien entre les géniteurs et l'enfant doit être préservé, dont à travers la grossesse devant être menée par la mère authentique, car une mère doit évidemment porter son propre enfant pour conserver voire développer la noblesse d'un lien familial solide, à travers donc l'acquisition d'une profondeur de caractère et de moralité le valorisant.
On en arrive même horriblement à ce que lors de sa naissance, un pauvre bébé, qui devrait être couché sur des seins remplis de lait fait spécialement pour lui, se retrouve sur un imposteur à la poitrine poilue, en ne pouvant donc pas s'échapper pour assouvir son grand désir de retrouver le contact avec la femme qui l'a porté.
Et même si un couple stérile demande une GPA, il doit comprendre que le fœtus ressentira qu'il grandit sans l'amour d'une mère voire avec l'intérêt de la porteuse pour l'argent. Il est autorisé de guérir, mais il est interdit d'utiliser une propre fonction corporelle exclusivement pour autrui, comme si quelqu'un prêtait sa vue pendant un an en devant rester allongé dans un lit en particulier contre de l'argent.
« Olivia Maurel, née de GPA, témoigne des conséquences émotionnelles de cette pratique sur les enfants et se bat pour son abolition. Elle dénonce la traite des êtres humains et la commercialisation des enfants inhérentes à la gestation pour autrui. Née de mère porteuse aux États-Unis, Olivia Maurel grandit dans un contexte familial aisé, mais avec un sentiment profond de ne pas appartenir. Elle découvre la vérité sur ses origines à l’âge de 30 ans grâce à un test ADN et se lance depuis lors dans un combat pour l’abolition de la gestation pour autrui (GPA). Son témoignage poignant met en lumière les conséquences émotionnelles et éthiques de cette pratique sur les enfants et les femmes concernées :
.Un besoin vital de connaître ses origines : Pour Olivia Maurel, il est impossible de se construire sans connaître ses origines. Elle confie : « On ne peut pas se bâtir sans connaître d’où l’on vient. » Ce besoin vital de connaître ses origines la pousse à mener ses propres recherches et à découvrir la vérité sur sa naissance.
.Les indices qui ont éveillé ses soupçons : Au fil des années, Olivia Maurel a collecté plusieurs indices qui l’ont amenée à penser qu’elle était née d’une GPA. Parmi eux, son certificat de naissance américain, sur lequel sa mère d’intention est mentionnée comme étant sa mère biologique, alors qu’il n’y avait aucune raison pour que ses parents se rendent aux États-Unis pour accoucher.
.La découverte de la vérité en deux étapes : C’est à l’âge de 16-17 ans qu’Olivia Maurel découvre l’existence de centres de gestation pour autrui dans le Kentucky, où elle est née. Elle raconte : « Tout a fait ‘clic’ dans ma tête, c’était une évidence. » La seconde étape de sa découverte a lieu à ses 30 ans, lorsque sa belle-mère lui offre un test ADN. Les résultats révèlent non seulement qu’elle n’a aucune origine française, mais aussi l’existence d’une cousine germaine, qui confirme que quelqu’un dans la famille a été mère porteuse.
.Les conséquences émotionnelles de la GPA sur les enfants : Olivia Maurel témoigne des troubles et des difficultés qu’elle a rencontrés dans sa construction personnelle, en tant qu’enfant né de GPA : « J’ai eu des troubles avec les addictions, avec l’alcool, j’ai développé des troubles mentaux, une dépression, j’ai fait des tentatives de suicide et je suis récemment diagnostiquée bipolaire. » Elle ajoute : « C’est très difficile de se construire quand on sait que 50 % de nous est quelque part dans le monde et qu’on ne sait pas ce qu’est ce 50 %. »
.Le traumatisme de la séparation avec la mère porteuse : Selon Olivia Maurel, le plus traumatisant dans la GPA est la séparation de l’enfant avec sa mère porteuse. Elle explique : « La mère qui porte l’enfant pendant 9 mois et qui va ensuite céder l’enfant, j’avais besoin de savoir comment cela s’était passé. » Sa mère porteuse lui raconte que, lors de sa naissance, elle n’a pas pu la prendre dans ses bras et a dû la donner directement à ses parents d’intention.
« La médecine, le serment d’Hippocrate, c’est d’abord ne pas nuire. Quand on sépare un bébé de sa mère à la naissance, évidemment qu’on nuit. » (Marie-Estelle Dupont, Psychologue)
.Un combat pour l’abolition de la GPA : Aujourd’hui, Olivia Maurel se bat pour l’abolition de la gestation pour autrui, qu’elle considère comme une pratique inhumaine et éthiquement condamnable. Elle dénonce la commercialisation des enfants et l’utilisation du corps des femmes comme incubateurs. Selon elle, « il n’y a pas de régulation possible à la traite d’êtres humains, à la vente d’enfants et à l’utilisation du corps de la femme comme incubateur. » (Le Média en 4-4-2)
-des erreurs ou des abus, comme un homme riche au Japon ayant voulu follement avoir mille enfants suite à des dons de sperme, apportent la grande probabilité de nombreux incestes.
-des dérives tel l'esclavage d'enfants devient possible lorsque des personnes achètent les ovules et le sperme pour une GPA, surtout que des marchés aux enfants d'occasions n'ayant pas donné satisfaction au payeur sont déjà apparus, et augmentent fortement les risques de pédocriminalité.
-une servante peut donner naissance à la fille de sa maîtresse et donc à sa future maîtresse comme l'explique un hadith qui précise qu'il viendra un temps où la servante engendrera (donnera naissance à) sa maîtresse.
-normalement, l'ovule choisit le spermatozoïde qui le féconde pour fusionner avec celui qui lui est le plus différent, renforçant ou utile moralement. Ainsi l'insémination artificielle est contre-nature, surtout que cela augmente de trois à quatre fois les risques de stérilisation, de maladies épigénétiques et de cancers pour l'enfant.
-ces techniques sont une marchandisation du corps et de l'enfant en particulier suite à la loi de la GPA les ayant honteusement fait devenir des biens. Avec la GPA nous sommes donc déjà dans la monétisation et la chosification du corps et de l'enfant. On peut même aller jusqu'à dire que le GPA est une forme de cannibalisme moderne puisque se servant de la chaire et du sang des autres pour faire subsister sa lignée, particulièrement à travers le cordon ombilical.
-l’eugénisme est interdit car il trie irréligieusement l'humanité selon des paramètres génétiques effaçant la diversité et donc la particularité souvent enrichissante, surtout que sans l'eugénisme il y a souvent des phénomènes de compensation pouvant rendre plus fort.
-en généralisant la PMA et possiblement le choix génétique, il s'agirait donc irréligieusement et donc indignement de produire l'humain de manière industrialisée. D'ailleurs le Parlement européen a approuvé une proposition de règlement assimilant les embryons humains aux cellules et aux tissus, les définissant comme des « substances d’origine humaine ». Cela ouvre les portes à l’eugénisme et aux usages industriels. Un libre marché des embryons, des fœtus et des gamètes humains se profile. Pire encore, l’amendement du PPE n°241 sur l’indemnisation des donneurs de tels gamètes, embryons ou fœtus a été largement adopté, créant ainsi un dangereux précédent en matière de vente de parties du corps. Les amendements n°242 et n°243 (des groupes Identité et Démocratie et Conservateurs et Réformistes européens), qui visaient plutôt à rappeler le cadre législatif et éthique dans lequel l’UE devrait fonctionner, ont été rejetés de manière sensationnelle. Le texte approuvé représente un grand pas vers la reconnaissance d’un marché de la fertilité, comme le souhaitaient les socialistes, les gauchistes, les Verts et les libéraux, ainsi que la majorité du PPE et de multiples lobbies. Étant donné que les embryons et les fœtus sont inclus dans les catégories de tissus et de cellules, cela ouvrira la voie à la légalisation du marché des vies humaines en Europe.
-de plus avec les techniques modernes ou futures de clonages, de sélection très précise des gênes et de transhumanisme dont à travers l'utérus artificiel, et avec la conservation possible de spermatozoïdes et d'ovules ou l'achat possible de spermatozoïdes et d'ovules associé à des GPA, les membres ultra-riches de l'hyper classe pourront donc développer exagérément leurs familles ou honteusement de nombreux serviteurs gratuits sous prétexte d'adoption, et des personnes ou gouvernements malveillants pourront créer des grosses armées de mercenaires ou d'hommes supérieurs. Et ces derniers n'hésiteront pas plus tard à faire disparaître les anciennes générations plus faibles, dans une forme de génocide de l'humanité non augmentée. Cependant en utilisant seulement des grands essaims de petits drones militaires lors de la guerre, cette armée d'hommes augmentés pourrait finalement ne servir qu'au maintien de l'ordre de ce système oligarchique augmenté, quoique la construction de robots associés à l'IA pourrait aussi suffire dans ces deux cas.
          Or il n'y pas que les pieux monothéistes qui sont contre la GPA, mais aussi par exemple évidemment les marxistes, car c'est l’aliénation à la marchandisation jusqu'à celle du corps humain.
          Il faut noter que l'Ukraine est le premier pays à légaliser la GPA pour les étranger, avec des offres de 39 000 à 64 500 selon le service. Cette location de ventre existe aussi en Inde. Chez la société Fescov pour 120 000 euros, il y a même un service génomique en plus permettant d choisir le sexe, la couleur de la peau, la couleur des yeux, la couleur de cheveux, le niveau d'intelligence. C'est déjà monté à 18 000 naissance dont grâce à des partenaires dans le monde entier comme BioTexCom.
          Pour conclure il faut savoir qu'aux États-Unis la GPA est payé 18000 dollars, c'est à dire environ 2000 euros par mois, ce qui est du faible niveau salarial d'une serveuse : il s'agit d'une incarnation de l'extrême droite abjecte du capital(isme). Or diaboliquement tout ça avance sournoisement sous le vernis (tel d'une hôtesse) de la gauche et du progressisme homosexualistes, alors qu'on a toujours accusé la droite extrême d'être nazie et démoniaque. Ainsi la réelle extrême droite qui est celle du capital se sert du marxisme culturel pour préserver et aggraver sa domination. Ce sont d'excellentes analyses croisées que les personnes binaires moralement ne peuvent trouver voire comprendre, surtout que le libéral-libertaire est au départ contre intuitif par sa forte connotation de liberté, même si elle est excessive et donc folle. Or la GPA est d'autant plus devenue un scandale suite à l’ampleur du trafic international de bébés. L’aliénation de la femme et le trafic humain de la GPA sont inacceptables. La promotion de cette pratique indigne doit être empêchée et interdite. Il est temps de dire STOP.Il est temps d'arrêter cette traite d'être humain en sauvant ces femmes exploitées et d’exiger l’abolition universelle de la GPA. D’ailleurs la gestation pour autrui (GPA) est désormais inscrite dans un texte contraignant de l'Union européenne, en tant que forme de traite des êtres humains. Cette avancée majeure dans la lutte contre la GPA est le fruit d'un combat mené de longue date par de nombreux acteurs, dont des députés européens et des associations de défense des droits de l'homme. A ce sujet, il est intéressant d'écouter l'émission « Le café des Antigones n°5 : La PMA – Émission du 12 septembre 2019 » à l'adresse http://radio.erfm.fr/?show=Le%20Caf%C3%A9%20des%20Antigones
Le Prophète (SBDSL) a dit : « (A la fin des temps) proliféreront les enfants adultérins (probable référence aux dons actuels de sperme et d'ovules, à la PMA et à la GPA).» (Tabarani)

L'interdiction de l'avortement :

Même si la mise en place de l'interdiction contre l'avortement peut amener certaines femmes impies à se faire du mal en dehors du cadre médical pour arrêter leur grossesse, elle est dignement nécessaire pour apporter plus d'importance, de profondeur, de sérieux et de respect dans les relations hommes femmes, la noblesse du mariage, le droit à la vie et les valeurs familiales.
Or cette loi cherche d'abord irréprochablement à distinguer quand le début de la vie commence pour quelqu'un, afin d'être obligé de la respecter et de la sauver, plutôt que de la tuer. Allah nous le fait comprendre via les versets suivants :
(ExtS2v228) « et il ne leur est pas permis (aux femmes) de taire ce qu'Allah a créé dans leurs ventres, »
(S17v31) « Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté. C'est Nous qui attribuons leur subsistance, tout comme à vous. Les tuer, c'est vraiment, un énorme pêché. »

C'est à dire que la contraception avant la fécondation est autorisée comme le prouve également un hadith précisant que le retrait avant éjaculation est autorisé, mais qu'après la fécondation toute mesure cherchant à stopper la grossesse pourrait être interdite.
Suite à la libération d'un ovocyte par l'ovaire (ovulation), la fécondation donne naissance à la cellule-oeuf qui commence immédiatement à se diviser en tant qu'embryon. Puis cet embryon migre dans la trompe et gagne la cavité de l'utérus. Il s'implante alors dans la paroi interne de l'utérus vers le septième jour après la fécondation.
          Or un premier type de pilule empêche les ovaires de libérer des ovules, mais que les hormones endogènes superflues sont évacuées dans les urines avec de possibles mauvaises conséquences pour les eaux. Et un autre type de pilule agit juste après la fécondation, c'est à dire au moment du passage de l'embryon dans les trompes afin qu'il ne s'accroche pas à l'utérus pour y pomper la substance le développant.
Ainsi suite au verset précédent évoquant de ne pas faire taire ce que Dieu a créé dans le ventre d'une femme enceinte, ces deux types de pilule de contraception pourraient tout de même être autorisés, car le délai de ne pas « faire taire » pourrait plutôt possiblement correspondre au bruit de ce premier pompage de l'utérus par l'embryon, du premier battement du cœur ou du premier mouvement du corps. Certains juristes ont aussi évoqué le début de l'apparition du cordon ombilical qui a lieu en être la quatrième et la huitième semaine pour distinguer le début de la conception d'un être humain.
Et l’ultime dernier délai de « faire taire » ne pourrait être qu'avant le quatrième mois, c'est à dire avant que l'embryon devienne un fœtus et reçoive donc son esprit (partie de l'âme orientée vers le spirituel) descendu par l'ange selon le Prophète (SBDSL), puisque pouvant probablement faire des premiers sons avec la bouche, surtout qu'à cet âge, ses yeux et ses oreilles et son cerveau commencent à fonctionner. D'autant qu'il est désormais prouvé scientifiquement que c'est principalement le cerveau qui permet de ressentir et percevoir la vie terrestre, et donc de parler. Or l'audition et les vibration sont les seuls sens que nous percevons pendant la grossesse. D'ailleurs le son est une vibration portée et la pensée est un son.
          Mais vu l'insistance du mondialisme pour l'avortement, l'interdiction semble effective dès la fécondation voire le premier pompage de l'embryon dans l'utérus ou le premier battement de cœur. Il est intéressant de noter que quand l’œuf n'est pas fécondé les cellules de la paroi utérine sont détruites (muqueuse utérine gorgée de sang se détachant de la paroi de l’utérus car ne servant pas au développement d'un embryon puis d'un fœtus), ce qui empêche la formation du placenta, encore un principe extraordinaire et donc miraculeux du corps humain.
          Pour résumer l'embryon est certes une création du vivant, mais hors du ventre maternel, il n'est pas un être vivant, c'est-à-dire un individu doué d'unité, d'identité et d'indépendance, car il correspond plus à un ensemble de tissus et de cellules pareillement à une main ou un œil. Même le stade de six semaines créant une sorte de sangsue, d'ailleurs évoquée comme l’étape embryonnaire du 40e jour de grossesse selon un hadith, ne peut être considéré comme un individu.
En revanche le stade fœtal, qui commence à 10 semaines après les dernières règles et lorsque les principaux organes sont complètements formés, correspond au début de l'individu vivant.
Ainsi il peut être interprété que la création de la vie humaine commence suite à l'apparition de l'embryon, ou lorsqu'il s'accroche à la paroi utérine du ventre pour commencer à pomper sa subsistance, ou au stade du fœtus. En effet l'esprit descend au bout de 16 semaines et correspond plus au sens de l'existence. C'est à dire que jusque là le corps a des fonction vitales comme une personne dans le comas et réagit naturellement comme lors d'un éternuement. Et la possibilité d'avorter jusqu'à 9 mois pour des raisons psycho-sociales qui avait été votée par l'assemblée mais heureusement pas par le sénat est donc totalement interdit.
Par conséquent tout choix concernant l'arrêt d'une grossesse avant ce stade, même pour une raison de viol ou d'inceste synonyme normalement de condamnation à mort pour celui qui en est responsable, doit au moins se faire personnellement au nom de Dieu, car même dans ce type de situation compliquée puisque incertaine noblement, cela demeure de la piété (dont en fonction de la situation de chaque femme ou couple quoique la confiance en Dieu sans avortement est fortement conseillée) empêchant tout traumatisme surtout si elle est accompagnée d'un repentir reconnaissant notre hésitation et notre possible erreur. En effet sinon il peut apparaître un syndrome (traumatisme) post-avortement similaire à celui d'un crime refoulé contre un enfant et pouvant aller jusqu'à contre son pays ou l'humanité, car suite à avoir rejeté la reproduction essentielle pour la pérennité d'une société, d'une nation et de l'humanité :
(S5v32) « C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos Messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu'en dépit de cela, beaucoup d'entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre. »
          Ainsi même si au départ les femmes avortées peuvent avoir une forme de soulagement de ne pas avoir eu un bébé à un certain moment de leur vie dont en dehors du mariage, nombreuses finissent parfois voire souvent par chercher à retrouver cet enfant perdu par une voire plusieurs nouvelles grossesses.
Selon l'Eglise catholique, : « La défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu’un être humain est toujours sacré et inviolable, dans n’importe quelle situation et en toute phase de son développement. Elle est une fin en soi, et jamais un moyen pour résoudre d’autres difficultés. Si cette conviction disparaît, il ne reste plus de fondements solides et permanents pour la défense des droits humains, qui seraient toujours sujets aux convenances contingentes des puissants du moment. La seule raison est suffisante pour reconnaître la valeur inviolable de toute vie humaine, mais si nous la regardons aussi à partir de la foi, toute violation de la dignité personnelle de l’être humain crie vengeance en présence de Dieu et devient une offense au Créateur de l’homme. »
Suprême ironie de l’histoire, l'économiste Alfred Sauvy a remarqué que la pilule, conçue initialement pour arrêter la prolifération des peuples pauvres du Tiers-monde par crainte du grand remplacement à travers l'immigration de masse, aura eu pour conséquence d’entraîner la stérilité volontaire des pays riches. Car telle est bien l’histoire ! La conclusion qui s’impose à lui comme elle doit aujourd’hui s’imposer à nous : un peuple qui sous-traite la fabrication d’enfants aux populations immigrées (GPA) et n’a plus la volonté de se reproduire et de reprogrammer la vie est un peuple qui déjà rien que par cela consent à être remplacé et à sortir de l’histoire. Il en porte, quelques soient ses excuses par ailleurs, la responsabilité historique.
« L’avortement constitutionnalisé signe la défaite démographique et spirituelle de l’Occident. Généralement, cette prise de conscience se fait clairvoyance à l’âge de la retraite, quand les regrets remontent à la surface : plus on a avorté, moins on a de petits enfants à aimer, moins on a de part d’âme à transmettre, à faire revivre chez les plus jeunes. Ce qu’on nous cache : l’avortement est une pratique hautement rentable. Rappelons que la légalisation de la GPA, en 2024, est vivement encouragée au niveau des instances européennes, au mépris des lois nationales existantes, et qu’elle n’a cessé de se développer dans certains pays (l’Ukraine est la plus grande usine à bébés du monde), les parents acheteurs parvenant toujours à faire attribuer leur nationalité au bébé enfanté ailleurs. Par ailleurs, inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution implique d’ouvrir un peu plus la voie aux expérimentations pour l’ectogenèse, c’est-à-dire l’utérus artificiel, prochaine tentative de supplantation des femmes et des mères par des machines ; c’est aussi permettre l’essor du clonage thérapeutique, interdit pour le moment entre humains, mais pratiqué depuis des années sur les animaux, tout comme la PMA et la GPA. Cela compléterait la maîtrise par les technocrates de la vie de chacun, en symétrie avec le droit à l’euthanasie et au suicide assisté, déjà en voie d’acceptation, y compris pour les enfants. Les féministes, en soutenant l’idée d’inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution, ont des raisonnements à très court terme et fallacieux, indéfendables du point de vue de la protection des femmes ; elles se laissent corrompre par les puissantes organisations qui les financent(, alors que ces mêmes puissances d'argent vont exploiter les femmes pauvres à travers la GPA). La gauche institutionnelle choisit de s’aveugler aussi sur les enjeux, faisant ainsi le jeu des industries et mises sur le marché des femmes et des enfants grâce aux biotechnologies de pointe, le grand projet eugéniste et malthusien des instances mondialistes, OMS, Planning familial subventionné dans chaque pays. » (Extraits de l'article « L’avortement comme sacrement fatal » sur plumenclume.com)
          Enfin comme le montre la Pologne, si une politique démographique est nécessaire, il ne suffit pas seulement de la baser sur l'interdiction de l'avortement, et il faut donc motiver par un bon projet national pour le futur, les aides sociales et évidemment la piété.