Recherche

Menu principal

PDF Imprimer Envoyer

T) Suite 20 (1)


Nous ne sommes plus dans le matérialisme moderne, ni dans le « progressisme » idéaliste, qui fondèrent la révolution industrielle et scientifique. Nous sommes dans un irrationalisme absolu, qui correspond à l’idéologie postmoderne du capitalisme en décomposition au services de messianismes fous. Ce qui n’est pas rationnel, n’est pas réel. Notre époque existe mais elle n’est pas rationnelle, ni donc dans un sens réelle. Le système néocapitaliste ploutocratique inconséquent existe, mais il est très dangereux car dépourvu de toute nécessité populaire, surtout que sa propre survie implique l’anéantissement de la rationalité de l’esprit et donc du monde réel et donc de la vie. Ainsi sa continuité et sa permanence sont rationnellement inadmissibles, et il faut donc tendre désormais vers les meilleures choses du réel pour sortir urgemment de ce système pervers, c'est à dire en vivant la plus noble réalité authentique qu'est le monothéisme complet et bien compris.
« Il est apparu progressivement une structure sociale que l’on peut décrire avec Oswald Spengler comme le « socialisme des milliardaires », tel que toutes les civilisations vieillissantes l’ont connu. Au sommet se trouve donc un système capitaliste de plus en plus monopolistique à travers des acteurs comme le Big Money, le Big Data, le Big Tech et le Big Pharma, dont chacun est plus puissant que de nombreux États et emploie des légions de politiciens, de journalistes et d’intellectuels. En bas se trouve une masse étroitement surveillée de consommateurs appauvris et de salariés remplaçables, maintenus heureux par le pain et les jeux et l’économie planifiée, et coupés de toute possibilité de résistance collective par le multiculturalisme, l’hédonisme et l’endoctrinement, à moins que leur ressentiment ne soit détourné contre les derniers souverainistes patriotes des pays occidentaux en tant que prétendue menace droitiste pour la démocratie. Alors que le bradage de la technologie occidentale, le vieillissement de la population, l’autodestruction de l’industrie, le déclin de l’éducation, les tensions ethniques, la crise de l’euro et de la dette, les chaînes d’approvisionnement défaillantes, la crise de l’énergie et la folie de la neutralité climatique peuvent qu'accélérer énormément le déclin et conduire au césarisme tyrannique, car cela a toujours été la conséquence du socialisme des milliardaires à travers l’histoire humaine. Plus l’État recule en tant que garant de la sécurité, de l’ordre, de la paix, de la prospérité et de l’identité, plus d’autres forces entreront en scène, qu’il s’agisse de clans, de groupes religieux, de communautés fermées, de grandes corporations ou d’églises clandestines. Ces groupements se feront une concurrence de plus en plus féroce pour le territoire, la main-d’œuvre, les matières premières, l’argent, les moyens de production, les médias, le soutien politique et bien d’autres choses encor. Cette rivalité sera parfois ouverte, parfois secrète, mais impliquera un recours croissant à la violence jusqu’à ce qu’un nouveau paradigme social émerge enfin. Les partis politiques, associations, académies, confréries spirituelles, écoles, hôpitaux, organisations d’entraide, institutions caritatives, associations de sécurité, protections juridique et physique, système éducatif indépendant, soin accordé à l’épanouissement spirituel, organisation d’un espace professionnel aussi varié et complémentaire que possible, gestion responsable de l’environnement et des ressources stratégiques, création d’une défense résiliente contre tout type d’agression, et soutien aux cas de difficultés sociales doivent tous travailler étroitement ensemble afin d’être reconnus comme faisant partie d’une seule nation solidaire. » Extraits de l'article « Après la fin du politique, la venue du césarisme ? » à l'adresse https://strategika.fr/2022/04/06/apres-la-fin-du-politique-la-venue-du-cesarisme/
Sinon tout continuera dans un statu quo : les grands de ce monde auront tous les droits, et les petits de ce monde, tous les devoirs. Or cela peut être pire avec le néocapitalisme oligarchique synonyme de soviétisme 2.0 qui se met en place et qui tend vers un système de crédit social basé sur un contrôle numérique comme celui du gouvernement chinois que beaucoup de gouvernements oligarchiques envient et espèrent.
« La technolâtrie est devenue l’obsession du monde entier. Nous sommes aujourd’hui les témoins impuissants de la numérisation totale du monde. La fin de la vie privée et la création d’un GULAG numérique mondial ne sont plus qu’à un pas. Aujourd’hui, des notions comme «l’homme augmenté» et la «réalité augmentée» ne ressemblent plus à un cauchemar. Et puisque tous les pays du monde exécutent le même programme commun (comme lors du Covid), j’ai appelé la nouvelle réalité internationale LA FIN DE LA GÉOPOLITIQUE CLASSIQUE. En d’autres termes, il est évident qu’il n’y a qu’un seul centre de pouvoir mondial, qui impose un modèle d’avenir unique à tous les pays. Les phénomènes qui ont englobé le monde entier ont deux noms complémentaires: TECHNOCRATIE et TRANSHUMANISME. C’est une dictature mondiale de nature luciférienne qui cherche la fin de l’homme en tant que création divine. L’agenda de la pieuvre mondialiste se résume à deux priorités: DÉPEUPLEMENT et CONTRÔLE. Et le plan général imposé partout, qui se met en place à une vitesse fulgurante, porte un nom bien connu: AGENDA 21 ou AGENDA 2030 pour le DEVELOPPEMENT DURABLE. Et puisqu’il existe UN AGENDA COMMUN pour tous les pays du monde, la multipolarité ne reste pour l’instant qu’une perspective souhaitable. » (Extraits du discours d'ancien vie premier ministre de Moldavie Iurie Rosca « LE GRAND RESET ET LA FIN DE LA GÉOPOLITIQUE CLASSIQUE » à la Conférence internationale sur la multipolarité)
« Je voudrais remercier notre ami d’Allemagne, Peter Topfer, d’avoir noté mon intervention (ci-dessus) lors de la récente conférence internationale sur la multipolarité. Et si ma modeste contribution a été remarquée, c’est parce que j’ai essayé de souligner qu’en ce moment, malgré des conflits majeurs entre différents pays, ils suivent tous docilement le même agenda mondialiste. J’ai mentionné qu’il s’agit de ce qu’on appelle le Great Reset, Agenda 21 ou Agenda 2030 pour le développement durable, adopté au sein de l’ONU. Et si tous les pays, sans exception, suivent le même ordre du jour, le résultat qui sera atteint sera commun à toute l’humanité. C’est-à-dire la disparition de tout élément d’identité religieuse, civilisationnelle et culturelle collective. Il s’agit du vaste programme des élites mondialistes qui se résume à deux priorités : DÉPEUPLEMENT et CONTRÔLE. Et les moyens pour atteindre ces objectifs démoniaques sont ceux fournis par la techno-science. Il s’agit du phénomène complexe de la destruction de l’homme en tant que création divine ou, pour ceux qui ne s’associent à aucune foi religieuse, de l’homme tel qu’il a existé à travers l’histoire. Et quiconque ignore cette évidence, préférant n’en rester qu’au niveau de la dilatation de certaines rivalités, même réelles, entre divers États et groupes d’États, commet au moins une erreur de perspective. De plus, au-delà des éléments d’uniformisation du monde, mentionnés dans le texte précédent (adhésion à la politique génocidaire de l’OMS, la numérisation totale de la société, l’élimination de l’argent liquide (ou même la grande limitation de son retrait) et l’imposition de la CBDC, l’introduction des documents électroniques, l’expansion du réseau 5G et l’acceptation du plan de développement technologique 6G, l’adhésion au mythe climatique, etc.), il faut aussi rappeler la guerre totale contre l’identité sexuelle et la famille (la théorie du genre et le féminisme faisant partie des conventions de l’ONU et les politiques de l’UE, de l’OTAN, etc.). Et le fait que les pays de l’Est et du Sud n’aient pas encore atteint le niveau de dégradation de l’Occident collectif est un état de fait provisoire, car aucun régime politique ne peut mettre un terme au réseau mondial de l’Internet, ni à l’immense offensive culturelle par l’hollywoodisation du monde. Autrement dit, la guerre (conquête) culturelle dévastatrice, la rupture des codes moraux, le dynamitage des traditions et l’homogénéisation rapide du monde prennent des rythmes et des proportions colossales. Et ce type d’agression identitaire généralisée et omniprésente nous ne pouvons pas nous opposer uniquement par des moyens économiques, technologiques et militaires à la disposition d’États prétendant constituer des pôles géopolitiques indépendants. Un autre facteur qui doit être pris en compte dans nos analyses géopolitiques est le fait qu’aujourd’hui les États du monde ne représentent plus des acteurs internationaux indépendants. Il conviendrait ici de rappeler la stratégie des élites mondialistes pour désindustrialiser les pays occidentaux et transformer la Chine non seulement en « usine du monde », mais aussi en un projet pilote, un modèle de société qui s’imposerait à tous les États. Il serait bon de se rafraîchir la mémoire sur le rôle d’Henry Kissinger (sa visite de juillet 1971 à Pékin) pour mieux comprendre quels facteurs ont assuré le saut économique et technologique de la Chine. Ignorer le fait que les élites sataniques ont des stratégies de longue date, ainsi que le fait qu’elles sont essentiellement apatrides, exerçant leur domination mondiale en tant qu’entités extraterritoriales, serait une erreur regrettable. Les sociétés transnationales ont définitivement subordonné leurs États, et le facteur économique a pris le dessus sur le facteur politique. C’est une vérité connue depuis plusieurs décennies. Dans ces conditions, surestimer le rôle des hommes d’État aux postes clés est une exagération regrettable. Et si les États sont devenus des coquilles vides, manipulés par certains groupes privés, dans quelle mesure pouvons-nous ignorer un autre problème, bien connu dans la Modernité ? Il s’agit du paradigme de la démocratie qui a triomphé après la Révolution française. Dans les conditions des avancées technologiques actuelles et de l’impact des médias de masse sur l’esprit collectif, l’idéologie libérale fondée sur le parlementarisme, le pluripartisme, l’électoralisme et la religion des droits de l’homme ne représente qu’une illusion majeure cultivée par les élites mondialistes. Mais c’est précisément ce système de référence qui est considéré partout comme la seule forme d’organisation politique de la société. C’est précisément pour cette raison que tous les pays membres de l’ONU, y compris ceux qui sont qualifiés d’illibéraux, sont contraints de simuler régulièrement certains processus électoraux et d’alimenter le mythe de la souveraineté du peuple. Ainsi, même ceux qui se disent conservateurs ou communistes sont victimes des mythes fondateurs de la Révolution française. Et pourtant, le libéralisme politique qui sous-tend la démocratie de masse, assurant la domination des usuriers et des marchands, apparaît à l’heure actuelle comme une réalité obsolète. Actuellement, les techniques de contrôle de l’esprit, de façonnage du comportement et de gestion de la perception permettent au système soi-disant démocratique de fonctionner dans l’intérêt des élites satanisées. (En effet nous sommes arrivées à une époque de gestion des perceptions par le politico-médiatique impie comme concernant la crise des subprimes, les gilets jaunes, le covid, la guerre en Ukraine, la crise énergétique, l'inflation et la guerre en Palestine et au Moyen-Orient.) Les cercles occultes qui se cachent derrière des organisations telles que le WEF (Le Forum économique mondial), la Commission Trilatérale, le CFR (Council on Foreign Relations), le Groupe Bilderberg, le Club de Rome, etc. et qui opèrent par le biais d’organismes internationaux officiels tels que l’ONU, l’UE, l’OMS, l’OMC, le FMI, la Banque mondiale, la Banque des règlements internationaux, etc. ont des instruments de domination, devant lesquels aucun État ne peut résister. Il s’agit d’entités nébuleuses comme Big Money, Big Tech, Big Pharma, Big Media avec un impact mondial dévastateur. Face à un tel tsunami aux proportions diluviennes, toute revendication d’indépendance politique et d’autonomie civilisationnelle me paraît être soit une grossière naïveté, soit un simulacre. Les réalités mentionnées ci-dessus sont largement décrites dans une multitude de livres et d’études. Mais on ne peut s’empêcher d’admettre que, pour l’instant, il n’a pas été possible d’identifier des moyens efficaces de résistance face à ces tendances extrêmement puissantes. Le paradigme libéral comme expression de la religion politique de l’Occident exposé par une brillante pléiade d’auteurs, au premier rang desquels Alain de Benoist et Alexandre Douguine, appartient au passé. La « civilisation de l’argent » elle-même qui s’est affirmée au cours des derniers siècles dans l’Occident mondialisé est sur le point de disparaître. Dans une société sans numéraire, la fonction de ces unités conventionnelles attribuées électroniquement sera radicalement différente de celle d’aujourd’hui. La théorie politique libérale a rempli sa fonction historique malheureuse, étant abandonnée à l’heure actuelle par les élites mondialistes qui l’ont utilisée pour dominer les masses, s’emparer des richesses mondiales, assujettir leurs États et concentrer tout le pouvoir politique à l’échelle mondiale. Les élites mondialistes n’ont plus besoin de ses outils théoriques ni de son expression politico-juridique et économique. Mais la mort de l’Homo oeconomicus ne détermine pas la renaissance de l’Homo hierarchicus comme expression de la tradition. Louis Dumont a tout dit à ce sujet, mais ses excellentes recherches concernent néanmoins une époque arrivée à sa fin logique. La sacralisation des dogmes du capitalisme classique, la déification d’un Adam Smith, le caractère axiomatique du darwinisme social en économie, la libre concurrence et la propriété privée appartiennent au passé, ils ne sont plus aujourd’hui qu’un simulacre ou un camouflage de la propagande. L’histoire du capitalisme comme "destruction créatrice" (Werner Sombart) termine son cycle. Aujourd’hui l’oligarchie mondialiste ou la superclasse mondiale (David Rothkopf, Michel Geofroy) s’approprie l’accomplissement complet d’une stratégie d’asservissement et de contrôle. La Ploutocratie établit une tyrannie mondiale absolue avec un autre nom – la Technocratie. Big Money assure la domination du monde grâce à Big Tech. Au triomphe de l’idéologie économique, excellemment décrit par Louis Dumont, succède le triomphe de l’idéologie technocratique. À l’heure actuelle, toute analyse géopolitique qui ferait abstraction de l’entrée en scène de l’histoire d’un nouveau phénomène – la Technocratie – est incomplète et implicitement déformante. L’auteur américain Patrick M. Wood est indispensable à la compréhension approfondie de ces réalités à l’impact mondial sans précédent dans l’histoire. Une réalité complémentaire à celle décrite ci-dessus s’appelle le transhumanisme. Klaus Schwab nous a familiarisé avec ce concept en 2016 à travers son livre « La quatrième révolution industrielle. » Or selon certains analystes, la structure de la « Quatrième révolution industrielle » sert à soutenir le contingent du néolibéralisme de la période du consensus post-Washington et remplit donc la mission de masquer le déclin progressif de l’ordre mondial globalisé avec le récit d’un « Nouveau monde merveilleux ». Schwab aurait simplement mis en scène un coup d’État idéologique en utilisant un ensemble de métaphores pour parler d’une révolution imaginée. Cette quatrième révolution industrielle selon Schwab ne serait rien d’autre qu’un mythe moderne. Le contexte social de ce monde serait donc toujours le même que celui de la quatrième révolution industrie et peu de changements seraient attendus. Et aucun pays au monde ne semble pouvoir résister à ce danger pour l’existence même de l’humanité. Au contraire, la technophilie et l’enchantement provoqués par l’émergence de l’Intelligence Artificielle, ainsi que la numérisation totale du monde, ont également affecté les masses comme les gouvernants. Le philosophe et théologien français d’origine roumaine, Jean Boboc, apporte une contribution fondamentale au décryptage du transhumanisme. Et toute analyse politique qui ignorerait ce phénomène d’une ampleur et d’une gravité écrasantes est partielle et donc incapable de saisir l’image globale du monde d’aujourd’hui. En ce moment historique, critique pour l’humanité, l’esprit de sacrifice et le courage des élites intellectuelles anti-Système est la condition indispensable de notre effort pour réveiller les nations. Le temps des héros frappe à la porte. L’avenir dépend de la volonté de quelques minorités qui constituent les véritables élites des nations. Nous désirons tous la naissance d’un monde meilleur. Et le chemin qui y mène passe nécessairement par la rupture des schémas et la remise en cause du libéralisme, mais aussi de la technocratie qui tend à prendre sa place. À ce moment crucial de l’histoire, une révolte majeure, mondiale, inconciliable et victorieuse des nations s’impose. Un nouveau monde ne peut être construit que sur les ruines d’un ancien monde. La génération actuelle est destinée à devenir le fossoyeur du capitalisme mondialiste, mais aussi de la technocratie démoniaque. » (Extraits de l'article de Iurie Roşca « La mort du paradigme libéral et la montée de la technocratie » ou comment sortir de l’impasse paradigmatique à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Comment-sortir-de-l-impasse-paradigmatique-72375.html#forum3176605)
« Il est impossible de concevoir une dystopie totalitaire plus efficace que celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Une dystopie où tout le monde subit un lavage de cerveau par la propagande sans même le savoir, où tout le monde pense, agit, vote et fait ses courses exactement comme leurs dirigeants le veulent, tout en pensant qu’ils sont libres. Les gens s’inquiètent à juste titre des escalades technocratiques telles que la surveillance accrue, les cartes d’identité numériques, les monnaies numériques des banques centrales, etc. Mais beaucoup imaginent à tort qu’une future dystopie technocratique créée par ces mesures serait très différente de la dystopie dans laquelle nous nous trouvons actuellement, ce qui n’est tout simplement pas le cas. Ces mesures seraient utilisées pour aider à maintenir le système actuel en place, et non pour en créer un nouveau. Les gens imaginent la dystopie totalitaire comme une sombre menace se profilant à l’horizon parce qu’ils ne comprennent pas à quel point nous sommes déjà profondément privés de liberté à l’heure actuelle. Ils pensent que nous sommes libres parce que nous pouvons choisir ce que nous achetons au supermarché et appeler le président « Brandon » (ciritiquer les politiciens), mais ce n’est pas le cas. Ils imaginent que nos dirigeants ont une grande conspiration pour créer une dystopie où ils peuvent nous forcer à faire ce qu’ils veulent, sans se rendre compte que nous sommes déjà dans une dystopie où nous faisons exactement ce qu’ils veulent. Il n’y a vraiment pas d’amélioration possible. Ils ne font que la verrouiller. Sérieusement, réfléchissez : qu’est-ce que les dirigeants de la société occidentale pourraient bien nous soutirer qu’ils n’obtiennent pas déjà ? Il n’y a pas d’opposition politique significative, pas de mouvement anti-guerre, pas de mouvement anti-capitaliste, très peu de pensée critique – ils ont le contrôle total. Tout ce que nous faisons dans cette dystopie est conçu pour faire entrer le profit dans les coffres des oligarques et le pouvoir dans les mains des impérialistes, et tous les efforts pour résister et changer ces systèmes d’entonnoir ont été écrasés avec succès par une manipulation psychologique à grande échelle. Cette dystopie totalitaire ressemble à la liberté parce qu’elle nous laisse plus ou moins faire ce que nous voulons, tout en contrôlant ce que nous voulons faire au moyen d’une manipulation à grande échelle. Ils renforcent encore cette idée en créant des systèmes dans lesquels ce que nous faisons n’a que peu ou pas d’effet significatif. Même si notre cerveau était doté d’un véritable logiciel permettant à nos dirigeants de contrôler totalement et entièrement notre esprit, les masses penseraient et se comporteraient plus ou moins de la même manière qu’à l’heure actuelle. L’arme principale de nos dirigeants totalitaires n’est pas la surveillance, les robots policiers, les cartes d’identité numériques ou les CBDC – leur arme principale est la propagande. Le système de conditionnement psychologique à grande échelle qu’ils ont créé ne ressemble à rien de ce qui a existé dans l’histoire. La capacité à détecter et à réprimer une révolution naissante est largement inférieure à la capacité à utiliser le conditionnement psychologique pour empêcher les gens de penser à se révolter. Voilà à quoi ressemble le vrai pouvoir. C’est le contrôle total. Il s’agit d’une dystopie dont les habitants s’alignent tous sur la volonté de leurs dirigeants, sans même penser qu’ils ne sont pas libres ou qu’ils devraient essayer de le devenir. Essayez de concevoir une dystopie totalitaire plus efficace que celle-ci. C’est impossible. Elle est parfaite. La propagande est le véritable mécanisme de contrôle, et c’est ce que nous allons devoir combattre si nous voulons un jour devenir libres. Le seul moyen de sortir de cette gigantesque matrice de contrôle psychologique est de montrer aux gens à quel point nous ne sommes pas libres, à quel point ils sont trompés, à quel point les choses pourraient être meilleures. Réveillez les gens aux mensonges, à la vraie nature des institutions politiques, éducatives et médiatiques conçues pour nous maintenir en esclavage, affaiblissez la confiance du public dans la machine de propagande, et alors nous aurons peut-être les prémices de la possibilité d’un véritable changement. En attendant, nous sommes enfermés. La personne que vous considérez comme un héros anti-autoritaire en dit long sur vous en tant que personne. Si je vous demande d’imaginer quelqu’un qui lutte contre le pouvoir et que vous pensez à Tank Man ou à Navalny ou à un autre personnage historique au lieu des personnes vivantes qui luttent contre la structure du pouvoir sous laquelle vous vivez réellement, cela signifie que vous avez avalé le mensonge selon lequel votre propre gouvernement et ses alliés sont bons et vertueux ici et maintenant, et que « lutter contre le pouvoir » est quelque chose qui ne peut se produire que pour de nobles raisons dans d’autres pays ou à d’autres époques de l’histoire. En réalité, la nécessité de « combattre le pouvoir » est plus grande sous l’empire centralisé des États-Unis qui règne sur tous ceux qui sont susceptibles de lire ces mots, parce que l’empire centralisé des États-Unis est la structure de pouvoir la plus meurtrière et la plus tyrannique du monde à l’heure actuelle. Ainsi, lorsque je vous demande d’imaginer une figure anti-autoritaire qui vous vient à l’esprit, si vous êtes lucide, vous n’imaginerez pas quelqu’un comme Tank Man, Navalny, Gandhi, Mandela ou MLK. Vous imaginerez quelqu’un comme Julian Assange : quelqu’un qui combat le vrai pouvoir là où il se trouve, ici et maintenant. » (Extraits de l'article « La dystopie totalitaire est déjà là » à l'adresse https://strategika.fr/2023/04/24/la-dystopie-totalitaire-est-deja-la/)
« Les Américains ne veulent pas protester sont utiles en ce qu’elles montrent l’état dégradé de la vie quotidienne américaine, étant à la fois des raisons de protester et des raisons de ne pas le faire. Mais elles ne présentent pas la cause profonde, sur laquelle je reviendrai plus tard. Tout d’abord, les raisons invoquées par les Américains eux-mêmes. La plupart des gens ont du mal à joindre les deux bouts d’un mois à l’autre, et le système est structuré de telle sorte que la perte d’un emploi entraîne immédiatement la perte d’un logement, de l’assurance maladie et, en général, l’éjection du milieu social habituel. De nombreuses personnes sont obligées de cumuler plusieurs emplois ou de faire des heures supplémentaires, alors que les horaires de travail aux États-Unis sont conçus de manière à épuiser les forces d’une personne bien plus qu’un emploi similaire en Europe ou ailleurs. De nombreuses personnes doivent faire des trajets d’une heure pour se rendre à leur travail et en revenir, et doivent conduire elles-mêmes au lieu de faire la sieste ou de se détendre en chemin. Ils n’ont généralement droit qu’à une seule pause non rémunérée d’une demi-heure pour le déjeuner. Ils n’ont pas la possibilité de s’absenter du travail pour quelque raison que ce soit, même pour se rendre chez le médecin. De nombreux emplois ne prévoient aucun « congé maladie » pendant la période d’essai initiale de six mois. Il n’y a pas de vacances payées ni de congé de maternité ou de paternité. Les mères peuvent être licenciées pour être restées à la maison afin de s’occuper de leurs enfants malades. La liste de ces indignités semble sans fin, mais les gens n’ont pas d’autre choix que de continuer à travailler, persistant dans un état de rage permanente refoulée qui ronge peu à peu leur âme. Les gens vivent dans le stress permanent des factures impayées et craignent de tomber malades et, par conséquent, de faire faillite et de devenir sans-abri avec les membres de leur famille qui dépendent d’eux, mais ils doivent malgré tout maintenir un comportement professionnel et joyeux jusqu’à ce que la fausseté de la situation imprègne et empoisonne leur psyché. Le résultat final est que la plupart des gens sont tout simplement trop affaiblis pour sortir et protester. » (Extraits de l'article « La futilité de la protestation américaine » à l'adresse https://strategika.fr/2023/04/24/la-futilite-de-la-protestation-americaine/)
« Les attentats du World trade center en 2001 sont un événement traumatique qui a servi d’alibi à l’Ogre mondialiste pour enclencher ouvertement sa cruelle marche destructrice dans le but d’édifier un monde uniformisé, remodelé et de conception anglo américaine. Mais force est de constater que le totalitarisme oligarchique en marche nous entraîne plus dans des dérives mortifères de tous ordres : militaire, sanitaire, économique, social, sociétal. De même, au regard de la façon dont la puissance états-unienne a pillé le fleuron industriel sensible français Alstom (qui représentait l’autonomie et donc la sécurité énergétiques de la France, et tous les français qui y ont participé cette venet dont Macron devraient donc être condamnés à mort pour haute trahison), via sa compagnie Général Electric, n’hésitant pas à emprisonné Frédéric Pierucci, cadre français durant 2 années, nous ne pouvons plus douter des intentions concurrentielles agressives américaines, même envers des nations considérées comme ses alliées. Ainsi, il est grand temps de ne plus suivre aveuglément les USA dans leurs aventures guerrières souvent illégales et de récupérer une souveraineté nationale en quittant l’UE de même que l’OTAN bras armé de l’Ogre Sam inféodés aux USA. Surtout que l'UE, qui avait été présentée à l’origine comme porteuse de prospérité et de paix, va plonger les pays européens dans la guerre et le désastre économique, dont par preuve de l'annonce paradoxale allemande de réarmement militaire, d'autant plus inquiétante que liée à son suicide économique puisque refusant l'achat du gaz russe suite à son obéissance au pervers empire américano-sioniste mondialiste.
L’effroi provoqué par cet attentat odieux de 2001 très probablement sous faux drapeau permit aussi de justifier sur le plan intérieur, un contrôle de plus en plus invasif de la population américaine, et sur le plan extérieur, un démembrement programmé de certains pays du Moyen Orient (Irak, Libye, Syrie...) pour prétendument diffuser le modèle démocratique occidental alors que pour principalement s’emparer des ressources énergétiques du pays détruit. En effet un complexe militaro-industriel rendu surpuissant par l’entretien de guerres permanentes ne peut en fin de compte que compromettre les libertés qu’il prétend pourtant protéger. Les vagues de violence terroriste que connut l’Europe à cause de ces guerres et de ces manipulations aboutissent curieusement aux mêmes conséquences : perte de libertés et accroissement de la surveillance de la population. » (Extraits de l'article « Peur, terrorisme, guerre et chaos : détruire le monde pour mieux le sauver ? » à l'adresse https://strategika.fr/2022/09/20/peur-terrorisme-guerre-et-chaos-detruire-le-monde-pour-mieux-le-sauver/)
« La fin des 30 glorieuses coïncident avec la Loi du 3 janvier 1973 (ou loi Pompidou-Giscard-Rothschild) qui met fin à la nationalisation de la Banque de France et qui a pour conséquence « d’obliger » l’État a emprunté auprès des banques privées : la dette est née à cet instant. Depuis l’institution de l’Union Européenne (UE), c’est même devenu interdit car c’est inscrit, expressément, dans la constitution européenne. Au surplus, la fin de la convertibilité dollars-or, accords de Bretton-Woods n’était que l’hirondelle annonciatrice d’un « hold-up » qui permettra la mise en place de la dictature totale du billet vert sur le monde et de la financiarisation des économies occidentales : on produit moins en occident que l’on consomme, désormais ! C’est le système de l’Argent-Dette. Petite piqûre de rappel historique : C’est à la suite de la deuxième Guerre mondiale que sous l’impulsion du Conseil National de la Résistance (CNR) que la nationalisation de la Banque de France, et donc, la possibilité pour l’État Français à taux zéro pour les dépenses publiques (hôpitaux, infrastructures, industries, recherches…) : c’est une époque révolue, au cours de laquelle les hommes politiques servaient les intérêts supérieurs de la nation Française et non ceux des USA et de quelques banquiers tyranniques de la City de Londres et de Wall Street. Revenons en l’an de grâce de l’année 2023 où la montagne de dettes à atteint, dans le monde, la somme inhumaine de presque 1 Million de Milliards de Dollars (dettes publiques, privées, ménages, entreprises et produits dérivés…). C’est à travers cette dette mondiale qu’il faut appréhender le phénomène méconnu qui est tirée de cette règle historique : ce ne sont pas les crises économiques qui décident des guerres mais plutôt les liquidations qu’elles exigent face aux dérives monétaires du crédit et de la dette. Le dollar et l’euro sont non seulement en sursis mais que de surcroît il va forcément y avoir une accélération de la dette ; mais qu’en plus leur avenir face aux Etats « émergents » (ou plutôt le reste du monde) est plus que compromis à cause des taux d’intérêts. Par conséquent, ils sont pris entre deux feux : soit ils laissent filer la dette et donc les monnaies s’effondrent ; soit ils maîtrisent l’inflation mais les risques sont bien plus grands, puisque les acteurs économiques et les populations n’auront plus accès aux crédits (comme sous le covid-19, le remède est pire que mal). Quand la machine va s’enrayer, définitivement, le crack sera long et la récession de l’occident n’en sera plus que douloureuse. Pour Michael Hudson, chercheur et historien de l’économie à travers les âges, démontre que s’il n’y a pas à un moment donné, un effacement pur et simple de la dette, le monde contemporain sera plongé directement dans l’âge sombre. En effet, comprendre le phénomène « Clean Slate » littéralement ardoise effacée, permet d’éviter à l’humanité de passer par la case autodestruction, comme l’a toujours fait le système capitaliste en phase de crise aiguë. » (Extraits de l'article « La dette, arme de destruction massive des économies occidentales » à l'adresse https://strategika.fr/2023/04/25/la-dette-arme-de-destruction-massive-des-economies-occidentales/)
« Si un mot peut résumer cinq ans de macronisme liberticide et chaotique, c’est transition. Transition dans tous les sens du terme : transition économique, c'est à dire d’une économie disons mixte à une économie 100 % néolibérale ; transition numérique, c’est-à-dire dématérialisation à tous les étages, on l’a vu avec l’école et le travail à la maison à cause de cette expérience folle de laboratoire que fut le confinement ; transition de l’État lui-même qui perd donc sa force, c'est à dire par sa sous-traitance de plus en plus de prérogatives à des entités privées comme Kinsey ; et enfin transition sexuelle, c'est à dire à travers l'encouragement LGBTiste à changer de sexe dès qu’on se sent mal dans sa peau, ce qui est le cas de 99 % des jeunes. Et n’oublions pas la transition énergétique, ce passage des énergies fossiles aux énergies vertes, celles du vent, du soleil, soit pas grand-chose si l’on exclut la fusion et la fission de l’atome, ce qui était une expertise en grande partie française. Depuis peu, ce transitionniste en chef nous vend la « transition démographique » avec des migrants qui pourraient remplir de nombreux villages désertés.
Ce qu’il faut comprendre, c’est que cette élite mondialiste corrompue qui a mis la main sur l’État français avec la complicité des médias, de grands groupes économiques, de forces occultes déguisées en démocratie, de groupes de pression, ne veut pas détruire la France, elle veut la changer, la transitionner, dont donc en lui changeant son sexe, sa nature, sa vocation. C’est pourquoi toutes les transitions pré-citées tiennent ensemble, car elles ont la même racine, cette volonté de couper les testicule du pays pour en faire une première prostituée eunuque de l’Empire. Pourtant, aujourd’hui, avec la résistance d’une Chine et d’une Russie qui ont relevé la tête en 20 ans, même en transitionnant la France, l’Empire ne gagnera pas facilement. La France est un symbole, celui de la liberté et du catholicisme, c’est pourquoi les mondialistes oligarchiques wokistes veulent la mettre au pas. Ainsi sous l’égide de Macron, la France libre est en train de devenir l’esclave de toutes les forces les plus malignes, au vrai sens du terme, intérieures et extérieures. Elles travaillent en termites contre la France, et on peut le constater tous les jours, quand on voit par exemple « notre » production culturelle officielle. Alors le peuple français ne doit pas oublier son origine, son histoire et donc sa place dans le monde afin de retrouver sa dignité, sa piété et sa force contre l'injustice. » (Extrait de l'article « Le macronisme ? Un régime de transition(s) » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-macronisme-Un-regime-de-transition-s-69619.html)
D'ailleurs la décision de remontée des taux de 2022 mise en application par la Fed et par la BCE est en réalité prise en application d’une directive émanant de la Banque des Règlements internationaux et de la City, laquelle contrôle aussi la banque centrale d’Angleterre et la plupart des paradis fiscaux de la planète, plus précisément, ceux sous administration de trusts anonymes et du droit de propriété économique. Cette décision radicale de remontée des taux directeurs est un prétexte utilisé par les banquiers globalistes afin de gagner du temps. Le temps qui sera nécessaire pour permettre par de pseudos raisons (covid, guerre en Ukraine, inflation, prix de l'énergie, changement énergétique), le passage de l’ancien système financier au nouveau système financier tout entier dématérialisé, mais toujours et encore plus contrôlé par les mêmes pervers tenanciers mondialistes oligarchiques. Or l'économie industrielle avancée actuelle est un système trop délicat et trop imbriqué pour des changements dont énergétique trop rapides, car même un boulanger a besoin d’électricité et la crise alimentaire généralisée demeure donc possible, ce qui pourrait amener enfin une révolution populaire car lorsque il n'y a plus de pain en vente tout devient possible. Pour éviter cela, l’indisponibilité des avoirs bancaires, le revenu universel et la dictature se mettront très probablement en place.
« Les criminels ont tendance à se vanter de leur criminalité lorsqu’ils pensent que personne ne peut rien y faire. Dans leur narcissisme, beaucoup d’entre eux ne peuvent s’empêcher de se délecter du moment et de faire savoir à tous combien ils sont « supérieurs » au reste d’entre nous, surtout qu'il ne leur reste que çà à rechercher une fois qu'ils ont tout le pouvoir et l'argent. Nous avons assisté à de nombreux moments de ce genre de la part des élitistes au sein des institutions mondialistes ces dernières années dont en particulier au plus fort de la pandémie. Si leur vision de la « démocratie » est la tyrannie médicale et l’expansion forcée du marxisme culturel, ou si leur idée de la démocratie est la coopération du gouvernement avec le monopole des entreprises et l’effacement des principes fondateurs de notre pays, alors oui, il faut effectivement être un ennemi de la « démocratie ». Les mondialistes se prélassaient vraiment dans l’éclat de leur victoire présumée. Ils pensaient qu’ils nous tenaient, nous les paysans, par la peau du cou et que leur agenda était pratiquement assuré. Mais les élites financières ont peut-être célébré leur victoire un peu trop tôt. Le programme covid a complètement échoué si l’objectif était de mettre en œuvre des obligations et des restrictions de longue date en Amérique du Nord et en Europe. Si vous voulez savoir à quoi aurait ressemblé le succès des mondialistes, il suffit d’examiner la Chine avec ses cycles de confinement sans fin et ses passeports vaccinaux numériques. Les élites voulaient ce résultat pour l’Occident et ils ne l’ont pas obtenu. Elles ont failli, car des millions d’Américains, de Canadiens et d’Européens ont tenu bon et le coût pour nous forcer à nous conformer aurait été trop élevé car synonyme d'une révolution massive. Or un réveil des peuples face aux menaces mondialistes est en cours, et les mondialistes ne peuvent pas l’arrêter. La peur qu’ils éprouvent est palpable. Ainsi la Banque des règlements internationaux, la banque centrale des banques centrales et l’institution qui rédige les initiatives de politique globale pour toutes les autres banques membres, a appelé à plus de hausses de taux, ce qui prouve que les mondialistes souhaitent un crash et créent des conditions d’instabilité. Ils ont installé les dominos à l’avance et ont maintenant décidé de les faire tomber. Il s’agit probablement d’un dispositif de sécurité, d’un déclencheur de panique au cas où ils n’obtiendraient pas le contrôle qu’ils voulaient de la pandémie de covid. Ils accuseront la Russie, la Chine, les conservateurs, n’importe quoi et n’importe qui d’autre qu’eux-mêmes pour tenter de détourner encore l’attention du public des actions bancaires internationales qui ont créé les conditions de ce crash en premier lieu. Nous ne pouvons pas les laisser faire. Quoi qu’il arrive ensuite, il est essentiel que les gens se souviennent qui nous a vraiment fait ça et qui doit être puni. Ils vont essayer d’exploiter cette peur pour obtenir une gouvernance encore plus centralisée et modifier les fondements mêmes de notre société tout en étouffant ce qui reste de nos libertés. » (Brandon Smith)
La majorité des gens ne croit plus au Système, car il a trop menti (les politiciens corrompus), pillé (la haute finance qui tue le travail), violé (Epstein et son réseau pédocriminel), tué (le Pentagone et son émanation OTAN). L’idée du système est de faire croire à une puissance supérieure inaccessible, totalitaire, qui nous surveille depuis longtemps, et qui a des moyens technologiques hors de portée du Terrien moyen. Ceci afin que ce pouvoir totalitaire et fou réussisse à travers son agenda mondialiste et cabalistique, c'est à dire à travers une désintégration à la fois démographique (avortement en roue libre, immigration folle, dénatalité, vaccin, etc), culturelle (anéantissement et effacement de tout passé culturel et spirituel) et économique (car l'économie n’importe plus depuis que la bourse monte comme un folle sans elle). C’est ainsi que Peugeot pèse en bourse 0.5% d’Apple (vous avez bien lu). L’économie matérielle est bien sûr aussi liquidée au nom du climat et de Dame Greta, de Davos et des oligarques américains. On ne garde comme source de richesse que l’inflation folle des valorisations boursières de certaines sociétés (celles technologiques et de luxe par exemple) et l’inflation des services financiers et des valeurs immobilières (Paris vaut dix fois plus au mètre qu’il y a une génération). Cela prépare aussi mentalement les peuples à mourir dans des guerres tels les ukrainiens pour ces maîtres.
Le monde parfait des mondialistes serait tyranniquement celui où tout serait sous contrôle des Etats, des multi-nationales, de Big Tech, des assureurs, des banquiers, des trusts agro-alimentaires, de Monsanto et de Big Pharma, et où tout serait donc uniformisé, homogénéisé et aseptisé à outrance en leur faveur.
« La dynamique globaliste d’interdépendance est un désastre en attente, et c’est en train de se produire. Sans exploitation décentralisée des matières premières, sans fabrication locale, sans produits d’origine locale, sans production alimentaire locale et sans réseaux commerciaux intégrés localement, il ne peut y avoir de véritable stabilité. Il suffit d’un ou deux événements de crise pour que le système implose et que la capacité de l’économie à répondre à la demande publique stagne. Le système ne s’arrête pas complètement, mais il se ratatine et se dégrade lentement. Le programme de « Grand Reset » du WEF, du FMI, de la BRI (Banque des règlements internationaux) et d’autres organisations globalistes nécessite une déstabilisation étendue de l’ordre existant. En d’autres termes, ils ont besoin d’une démolition contrôlée de certains piliers de l’économie. Pour effrayer le public et lui faire accepter de nouveaux modèles collectivistes et autoritaires tels que l’« économie partagée » (où vous ne posséderez rien et en serez heureux), ils ont besoin d’un désastre important et semi-chaotique. Il faudrait que les gens soient menacés par la perte de la certitude de l’approvisionnement. Car ce niveau d’incertitude appelle des solutions, et les globalistes seront évidemment encore là pour proposer leurs objectifs préétablis et sauver la situation désastreuse qu'ils auront à nouveau provoquée. En général, l’inflation et les pénuries conduisent à un contrôle des prix, à un rationnement gouvernemental, à une aide gouvernementale assortie de conditions, et finalement à la nationalisation ou à la privatisation centralisée à outrance de toute la production. La redistribution sera le mot d’ordre. » (Brandon Smith)
Comme l’aura relevé le très fin Éric Verhaeghe, suite au problème climatique, au covid, à l'inflation, à la crise en Ukraine et à la guerre énergétique, les banques centrales pourraient également mettre à profit un scénario de « cyberattaques » et donc un blackout pour introduire leurs fameuses monnaies numériques centralisées. On notera à toutes fins utiles que la Banque de Russie participe activement aux exercices Cyberpolygon, avec comme objectif assumé d’introduire un rouble numérique intégralement traçable et donc surveillable mais possiblement dignement. Il est également de fait que la BCE présente son « euro numérique » comme une solution de secours pour les paiements électroniques si les services bancaires ne sont plus disponibles à cause d'une cyberattaque.
Commentant les sombres prédictions du WEF concernant une éventuelle cyberattaque à grande échelle, Hinchliffe a estimé que « les mondialistes non élus profiteront de chaque crise pour exercer leur influence sur les politiciens, les chefs d’entreprise et la société civile ». « Peu importe si la crise a à voir avec la cybersécurité, le changement climatique, la pauvreté ou une pandémie mondiale (chaque solution proposée par le WEF appelle à des collaborations public-privé) une fusion plus étroite de l’entreprise et de l’État », a écrit Hinchliffe,
en sachant que le cyber virus (bug) entre Microsoft et CrowdStrike qui a paralysé des entreprises du monde entier, a principalement impacté les PME et donc amplifié la centralisation de l'économie comme le corona virus, ce qui pourrait être une préparation à une cyber pandémie plus grave. Et surtout un renforcement de mesures totalitaires. Surtout que concernant une cyber attaque massive, il précise que les gouvernements n’auraient pas besoin d’identifier de façon certaine l’auteur de la cyber-attraque avant de riposter, mais simplement de présumer qui en est l’auteur, ce qui est la porte ouverte à toutes les manipulations comme pour le covid et l'inflation attribuée faussement à la Russie.
Dans ce sens, imaginons alors ce qu’il adviendrait de nos libertés si par malheur l’OTAN nous engageait dans un conflit ouvert avec la Russie ! On nous imposerait une économie de guerre – c’est-à-dire de restrictions – comme ne cessent de le revendiquer déjà nos ministres, une censure de guerre, une police de guerre, une surveillance de guerre. Des « passes » et des QR codes pour tout. Et une opportune suspension des élections, comme le fait déjà l’Ukraine. Pendant que tous les opposants seraient évidemment présentés comme des agents de Moscou. Surtout que la guerre en Ukraine a déjà conduit à censurer les médias russes et l’information en Europe, alors même que l’Union européenne rêve de museler les réseaux sociaux. De même, la guerre entre Israël et le Hamas a conduit à diaboliser, sous couvert d’antisémitisme ou d’incitation au terrorisme prétendus, toute critique publique de la politique du gouvernement Netanyahou.
Extraits de l'article « Stratégie du choc et ingénierie de la soumission : vers un « blackout » programmé au service du Reset ? » de Vincent Held à l'adresse https://strategika.fr/2022/10/01/strategie-du-choc-et-ingenierie-de-la-soumission-vers-un-blackout-programme-au-service-du-reset/ :
« Pour expliciter la notion de « stratégie du choc », Naomi Klein commence par décrire la méthodologie des célèbres expériences de contrôle mental que la CIA avait élaborées à partir des années 1950 : la torture ou l’interrogatoire coercitif comme l’appelle la CIA est un ensemble de techniques conçues pour plonger les prisonniers dans un état de choc et de désorientation grave afin de les forcer à faire des concessions contre leur gré. La logique de la méthode est exposée dans deux manuels de l’agence qui ont été déclassifiés à la fin des années 1990. On y explique que la façon de vaincre les résistances des « récalcitrants » consiste à provoquer une fracture violente entre le prisonnier et sa capacité à comprendre le monde qui l’entoure. L’essentiel étant de faire en sorte que le prisonnier prenne peur au point de perdre toute capacité à penser de façon rationnelle et à protéger sa personne et ses intérêts. Plongé dans un état d’apathie et de paralysie psychologique, la personne concernée devient alors une page blanche ouverte à toutes les suggestions. C’est le point de frappe idéal pour le bourreau, le moment où le sujet est le plus susceptible de coopérer. Pour Naomi Klein, des techniques de fabrication du consentement basées sur cette approche ont depuis lors été constamment appliquées à grande échelle, c'est à dire à des populations entières aux quatre coins du monde. Les séances d’électrochocs infligées aux cobayes souvent non volontaires de la CIA deviennent ainsi une allégorie de la manière dont les maîtres du jeu politique imposent leurs choix à des populations entières, c'est à dire en exploitant délibérément des situations traumatisantes comme lors des attentats du 11 septembre. Or les attentats terroristes provoquèrent un choc différent de ceux qu’on imaginait dans les pages du manuel d’interrogatoire de la CIA, mais leurs effets furent remarquablement similaires : profonde confusion, peur et angoisse extrêmes, régression collective. À l’image d’un interrogateur qui s’érige en figure paternelle, l’administration Bush ne tarda pas à exploiter cette peur pour camper le rôle du parent protecteur, prêt à défendre par tous les moyens la patrie et ses enfants prétendument vulnérables. Dans idéal, il faut que le choc psychologique et la peur qui paralysent la volonté des populations et les renvoie à l’état d’enfants dépendants s’accompagnent de mesures d’isolement physique et social. Car la privation de stimuli provoque une régression en empêchant le sujet d’avoir des contacts avec le monde extérieur, ce qui l’oblige à se replier sur lui-même. Puis par la présence de stimuli bien dosés pendant l’interrogatoire, le sujet qui était en régression finit par voir l’interrogateur comme une figure paternelle. Il nous faut ici remarquer que cette privation de stimuli qui mène à la régression psychologique du sujet n’est pas sans évoquer l’effet des mesures de confinement (lockdown en anglais pouvant signifier une régression par enferment) qui ont été imposées à des milliards d’individus de par le monde. A l’origine au 19e siècle, le terme lock-down désignait une cheville utilisée pour tenir ensemble les poutres d’un radeau. Ce n’est que dans les années 1970 que le terme lockdown a commencé à être utilisé pour signifier un état de confinement prolongé dans les prisons et les hôpitaux psychiatriques. De fait, ces véritables mesures d’incarcération à domicile auront eu pour principal effet observable d’empêcher les personnes concernées d’avoir des contacts avec le monde extérieur, et ce parfois de nombreuses semaines durant comme en France en 2020. Couplé à la désorientation causée par la peur d’une épidémie aussi redoutable en apparence que mystérieuse en réalité, cet isolement et cette claustration arbitrairement imposés ont ainsi causé des dégâts psychologiques fort bien documentés. En novembre 2020, le ministre de la Santé français constatait une explosion des syndromes dépressifs et autres états anxieux parmi ses administrés. Une évolution causée particulièrement par le confinement, d’après ses propres dires. Or c’est bien lui qui avait présidé audit confinement quelques mois auparavant. En résumé, c’est en apeurant et brutalisant les populations, puis en adoptant une attitude protectrice, qu’on les convainc de coopérer  à des politiques qui vont directement à l’encontre de leurs propres intérêts, et même de leur simple bien-être physique et mental. En leur offrant ponctuellement des marques de compréhension, voire même de compassion, ainsi qu’une porte de sortie de crise dont à travers le pseudo vaccin sauveur, la figure tutélaire qui préside aux sévices se transforme encore comme par enchantement en une figure paternelle. Ce système soumet la population en disant que si tout le monde joue le jeu, tout se passera bien, mais que dans le cas contraire, on peut retourner à la case torture. Les manuels d’interrogatoire de la CIA nous fournissent ainsi une clé de compréhension décoiffante pour expliquer le but véritable des confinements sanitaires qui auront été mis en œuvre avec tant de zèle sur tous les continents. Il est ainsi parfaitement envisageable que ces quarantaines généralisées souvent imposées avec impitoyablement aient en réalité participé à une véritable ingénierie de la soumission. D'ailleurs les très nombreuses personnes traumatisées par les rigueurs du confinement se trouvèrent dès lors très vulnérables aux suggestions du pouvoir politique en particulier en matière vaccinale. Or avec la fin de la crise sanitaire, quel choc suffisamment brutal administré à la population de plus en plus récalcitrante, afin de la convaincre de tendre à nouveau les bras au système ? En tout état de cause, force est de constater que le scénario effrayant de coupures d’électricité prolongées, d'interruptions de services critiques, de pénuries et de guerre en Ukraine, auquel Schwab consacre tant de soin, se prêterait particulièrement bien à une stratégie du choc inédit par sa puissance afin de faire advenir le grand reset mondialiste. En effet le traumatisme général causé par la violence d'un tel événement pourrait pousser des populations entières à accepter un univers de surveillance, de pénuries, de rationnements et de taxation éco-citoyenne contrôlé par les mondialistes ploutocratiques. »
« Aujourd’hui, nous constatons que le communisme chinois et le libéralisme mondialiste ont fusionné au Forum économique mondial de Davos en menaçant le monde entier. Or la défaite de l’État profond lors de la prochaine élection par les forces saines au sein des États-Unis d’Amérique dont Trump serait la prémisse d’une coexistence pacifique des nations, sans qu’il y ait une nation qui se considère supérieure et légitimée à soumettre les autres. Le problème fondamental en Italie (comme aux USA) est que les gouvernements que nous avons eus, depuis la monarchie savoyarde, ont été entièrement manœuvrés par la franc-maçonnerie, décidant des réformes, déclarant les guerres, traçant les frontières et stipulant les traités toujours et uniquement sur les ordres des Loges. Des parlementaires maçonniques notoires, des ministres francs-maçons, des professeurs d’université maçonniques, des francs-maçons primaires, des officiers supérieurs maçonniques, des éditeurs francs-maçons et des évêques francs-maçons ont obéi au serment d’allégeance à la Grande Loge et trahi les intérêts de la Nation italienne. Aujourd’hui, la franc-maçonnerie se sert de son bras séculier, le Forum de Davos, qui établit l’ordre du jour des Nations unies, de l’Organisation mondiale de la santé, de l’Union européenne, des diverses fondations « philanthropiques », des partis politiques et de l’église bergoglienne. Il n’est pas nécessaire de parler de théories de la conspiration, car il suffit d’écouter ce que le principal architecte du Grand Reset, Klaus Schwab, a déclaré le 23 mai alors qu’il s’exprimait au Forum de Davos : « L’avenir ne se construit pas tout seul : c’est nous (du Forum économique mondial) qui allons construire l’avenir. Nous avons les moyens d’imposer le monde que nous voulons. Et nous pouvons le faire en agissant comme une partie prenante dans les communautés et en collaborant les uns avec les autres. » La crise ukrainienne fait également partie de ce plan : « Avec le bon récit, nous utiliserons la guerre pour vous rendre vert. » Le conseiller de Schwab, Yuval Noah Harari (qui résume tel un faux messie juif tous les « talents » de l’intellectuel woke en tant qu’Israélien, homosexuel, militant végétalien des droits des animaux, anti-Poutine et anti-Russie, ainsi que farouchement contre Trump) est allé jusqu’à déclarer sans vergogne : « Dans dix ans, tout le monde aura un implant cérébral et une vie éternelle dans le domaine numérique. Google et Microsoft décideront quel livre nous devons lire, qui épouser, où travailler et pour qui voter. » Harari est l’auteur de divers essais, dont « Sapiens », « Des animaux aux dieux », « Une brève histoire de l’humanité : Homo Deus » (2011), « Une brève histoire du futur » (2015). C’est le délire absurde de l’homme transhumain qui pense pouvoir vaincre la mort et se transformer en dieu. Dans ce sens, il n'est pas étonnant que les oligarques occidentaux se considèrent comme des élus et soient alliés aux oligarques juifs et israéliens dans leur guerre contre les peuples pour la domination mondiale.
Ainsi le moment est venu pour les Italiens de commencer à décider de leur avenir sans qu’il soit dicté par de véritables traîtres, et pour que les traîtres soient jugés pour ce qu’ils sont des conspirateurs criminels en les excluant à jamais de la politique et de toute possibilité d’interférer dans la vie du pays. Que les magistrats et les policiers se souviennent que très bientôt ceux qui ont soutenu ce régime dictatorial seront considérés comme des collaborateurs et condamnés comme tels. Un sursaut de dignité et d’honneur de leur part dès maintenant serait encore crédible. Attention : ceux qui nient Dieu comme Créateur et Rédempteur ne le font pas pour permettre à ceux qui ne sont pas chrétiens de pratiquer leur religion, mais plutôt pour empêcher ceux qui sont chrétiens de façonner la société selon les principes de la doctrine sociale et du bien commun. Derrière tout cela, il y a des gens qui détestent Notre Seigneur. La faute de l’Occident est d’avoir cru les mensonges de la Révolution (qui était aussi une Grande Réinitialisation) de s’être laissé entraîner dans un tourbillon de rébellion et d’apostasie, de violence et de mort (qui a d'ailleurs commencé par la décapitation d'un roi par guillotine). Le mondialisme est la métastase de toutes les erreurs modernes, que seule l’Église (depuis ses débuts) a su condamner avec clairvoyance. Et en effet si le mondialisme a connu une accélération, nous le devons précisément au fait que depuis Vatican II, la hiérarchie s’est transformée d’ennemi juré de la conspiration maçonnique en son allié zélé. Or un des projets de la franc-maçonnerie est la dépopulation, et c'est pourquoi cela procède dans cette direction avec l’avortement, l’euthanasie, les pandémies, les sérums expérimentaux, les guerres, les famines et l’homosexualité de masse. Qui les a nommés « cavaliers de l’Apocalypse » ? Un des piliers de la lutte est la préservation de la famille traditionnelle. Car la famille, c’est la tradition, l’identité, la foi, l’aide et le soutien mutuels, la transmission des principes et des valeurs. Famille signifie père et mère, chacun avec son rôle spécifique, irremplaçable et non interchangeable, aussi bien dans la relation mutuelle entre les époux que dans l’éducation des enfants, ainsi qu’envers la communauté. Famille signifie religion vécue, religion qui se communique à travers les petits gestes, les bonnes habitudes, la formation de la conscience et du sens moral. Vous comprenez bien que frapper la famille conduit indéfectiblement à la dissolution du corps social, qui par nature est incapable de remplacer le rôle de la famille. C’est ainsi que nous avons : le divorce, l’avortement, le « mariage » homosexuel, l’adoption d’enfants par des célibataires ou des couples irréguliers (ou illégitimes), la déchéance de l’autorité parentale pour des raisons idéologiques, l’élimination des grands-parents et de la parenté de la vie domestique, les conditions de travail des mères qui ne leur permettent pas d’accomplir les tâches familiales, la pénalisation des femmes mariées ou ayant des enfants lorsqu’elles cherchent un emploi, l’endoctrinement des enfants dès l’école primaire. Dans ce domaine aussi, une action courageuse et déterminée est nécessaire pour la défense de la famille naturelle et pour la protection des droits des parents dans l’éducation de leurs enfants, qui ne sont pas la propriété de l’Etat. » (Extraits de l'excellent entretien « La franc-maçonnerie utilise l’OMS et l’église bergoglienne pour faire avancer son coup d’Etat mondial » avec Monseigneur Vigano à l'adresse  https://strategika.fr/2022/08/09/la-franc-maconnerie-utilise-loms-et-l-eglise-bergoglienne-pour-faire-avancer-son-coup-detat-mondial-par-monseigne/)
Mgr Viganò précise ailleurs : « L’Eglise profonde est à l’Eglise catholique ce que l’Etat profond est à l’Etat : les deux sont la version corrompue et pervertie de leur propre institution car infiltrée et tenue en otage par des impies. Les membres de l’Eglise profonde sont d’autant plus inconnus que leur pouvoir est grand : les personnalités publiques sont presque toujours des marionnettes dociles envers ceux qui tirent les ficelles. Biden et Bergoglio sont les hommes de paille de l’idéologie qui les unit : un mélange de collectivisme maoïste, de libéralisme maçonnique et d’œcuménisme conciliaire, avec des clins d’œil à l’idéologie du genre et aux instances LGBTQ. Dans l’ordre naturel, l’Etat a pour but la bonne gouvernance et le bien commun des citoyens : les traîtres de l’Etat profond en ont fait l’ennemi des honnêtes gens et le complice des criminels. Dans l’ordre surnaturel, l’Eglise a pour but le gouvernement des fidèles et la sanctification des âmes : les traîtres de l’Eglise profonde condamnent ceux qui préservent la Foi et la Morale et louent publiquement les hérétiques, les sodomites, les avorteurs, les usuriers, les meurtriers et les criminels. Mais que cela soit clair : si dans les projets délirants de ceux-ci il y a la destruction de l’Etat et de l’Eglise moyennant la démolition ou la corruption de ceux qui détiennent l’autorité dans l’un et dans l’autre, nous savons bien que si une nation, une culture, une langue, une civilisation peuvent aussi disparaître, dans le cas de la Sainte Eglise, la promesse de Notre Seigneur reste valable pour toujours : portæ inferi non prævalebunt adversus eam (et les portes de l’enfer ne prévaudront pas sur elle). Nous ne devons pas penser que les événements terrestres de l’Eglise doivent être jugés selon des paramètres purement humains, mais plutôt avoir la certitude que le Seigneur protégera son Eglise ut pupillam oculi (comme la prunelle de l’œil). L’objection à ceux qui soutiennent la théorie du complot mondial est légitime et compréhensible, parce que chacun de nous a justement été éduqué à un système partagé de valeurs et de principes que nous tenons toujours pour acquis : que le fils doit faire confiance au père ; que l’élève peut faire confiance à l’enseignant ; que le patient peut compter sur le médecin pour être soigné ; que ceux qui voient un droit violé peuvent obtenir justice d’un tribunal impartial ; que les nécessiteux peuvent espérer dans la compassion et la charité des autres ; que le citoyen a en ses dirigeants ses gardiens et protecteurs ; que les fidèles peuvent écouter avec confiance la voix des Pasteurs, comme si c’était la voix même du Christ ; que le lecteur n’est pas trompé par les agents de l’information ; que le client ne doit pas craindre d’être trompé par le commerçant, ou empoisonné par le restaurateur. Dans ce système, l’autorité du père, de l’enseignant, du médecin, du juge, du dirigeant, se réfère à l’autorité de Dieu, qui est Père, Maître, Juge et Roi. Il est évident que l’œuvre de dissolution de la société chrétienne (qui a commencé par la décapitation du roi et donc du père de la nation et donc du patriarcat légitimé par Dieu le Père dont selon le « au nom du père » chrétien désignant Dieu) est motivée par la haine inextinguible de Satan contre le Christ. Alors que se passe-t-il si, avec un travail constant de plus de deux cents ans, l’ennemi infiltre les écoles, les tribunaux, les institutions, les séminaires, les entreprises et les syndicats, et conquiert progressivement le sommet, prenant des ordres du même groupe de pouvoir qui commande tout le monde, qui fait chanter ou récompense tout le monde ? Face à l’évidence d’une telle subversion, nous ne devons pas fermer les yeux parce que cela semble incroyable de ne pas l’avoir remarqué auparavant, mais plutôt avoir le courage de reconnaître que beaucoup trop de nos silences ont permis au conseiller municipal corrompu, au curé vicieux, au soldat malhonnête, à l’assistant ignorant, au médecin sans scrupules, à l’employé apathique de devenir parlementaire, évêque, général, professeur, ministre et de s’être ainsi rendu sensible au chantage. En fin de compte, peu commandent, et les nombreux qui obéissent le font principalement par conformisme ou pour cacher des mesquineries. Mais ces quelques-uns, et nous le savons par les données qu’ils diffusent eux-mêmes, ont vraiment un pouvoir exorbitant, qui augmente avec chaque nouvel adepte nommé à la tête des institutions. Ce n’est pas impossible, au contraire : c’est extrêmement simple, si l’on considère qui possède les médias, qui finance les partis politiques, qui parraine les institutions internationales, qui donne les rapports de fiabilité aux budgets des nations. Ce sont toujours les mêmes, dirigés par quelques fonds d’investissement et un nombre encore plus restreint de représentants de la haute finance usuraire. Les noms sont ceux-là, et on les connaît. »
L'analyste des cycles financiers et géopolitiques Martin Armstrong a dit : « Les mondialistes font pression pour la tiède guerre civile généralisée voire chaude mondiale militairement mais en pensant la garder conventionnelle, comme le prouvent les médias dominants affirmant que l'Occident n'est pas en guerre contre la Russie, alors que seuls des occidentaux savent comment utiliser certaines armes envoyées en Ukraine qui bombardent les forces et le territoire russes. (En effet à cause d'une société violemment anarchique ou d'une guerre mondiale nucléaire, ils ne sont sûrement pas prêt à perdre leur vie luxueuse en allant dans des bunkers des années, surtout que tout peut vite y dégénérer. D'ailleurs sinon ils seront des mini maîtres car d'un petit monde sous terrain, en plus ça se trouve pendant des décennies voire des siècles, alors que deux de confinements ont déjà rendu déprimés ou fous tout le monde, et qu'ils ne sont clairement pas altruiste même pour donner la priorité à leurs descendants. Dans ce sens ils voudront donc éviter que la France s'effondre car çà pourrait être un des derniers bastions du mondialisme.) C'est à dire qu'ils pensent que suite à l'appauvrissement et la chaos généralisés, ils pourront créer un nouveau système monétaire. En effet suite à l'effondrement de la Russie voire aussi des USA, de la Chine et de l'UE, les Nations Unies pourraient ensuite apparaître comme le chevalier blanc et le pacificateur. C'est à dire qu'ils veulent un autre Bretton Woods, car lorsque vous pouvez redessiner toutes les monnaies, vous effacez toute la dette. C’est ce qui est à l’ordre du jour. Il n’y a aucun moyen pour eux de s’en sortir autrement que par un défaut de paiement. S’ils font défaut, ils s’inquiètent de voir des millions de personnes prendre d’assaut les parlements d’Europe et des USA. C’est vraiment une énorme crise financière à laquelle nous sommes confrontés. Ils ont emprunté année après année depuis la Seconde Guerre mondiale sans avoir l’intention de rembourser au bout d'un certain temps. »
Or nombreux sont ceux qui pronostiquent une guerre mondiale. Effectivement, quelques groupes s’y préparent. Mais les États sont raisonnables et, dans les faits, envisagent plutôt une séparation à l’amiable, une division du monde en deux mondes différents, l’un unipolaire et l’autre multipolaire. Peut-être assistons-nous en réalité à un troisième scénario : l’« Empire américain » ne se débat pas dans le piège de Thucydide, il s’effondre comme son ex-rival soviétique est mort. Les « straussiens » états-uniens, les « nationalistes intégraux » ukrainiens, les « sionistes révisionnistes » israéliens et les « militaristes » japonais appellent de leurs vœux une guerre généralisée. Ils sont bien seuls et ce ne sont pas des mouvements de masse.