Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

Q) Suite 17

Aujourd’hui le capitalisme, c’est donc devenu l’aristocratie financière qui vit de ses rentes spéculatives et de ses fraudes légalisées comme celle très néfaste des subprimes aux États-Unis (voir à ce sujet l'excellent film « The Big Short : Le Casse du siècle » de Adam McKay). Par conséquent ils doivent être plus dénoncés que les chômeurs peu payés à rien faire, puisqu'ils sont beaucoup payés à détruire l'économie.
Comme l'avait vu Chateaubriand, toute aristocratie connaît souvent trois âges successifs : "l'âge des supériorités, l'âge des privilèges et l'âges des vanités ; sortie du premier, elle dégénère dans le second et s'éteint dans le troisième." Dans son dernier ouvrage "Populophobie - Pourquoi il faut remplacer la classe dirigeante française", le politologue Guillaume Bigot compare la France d'aujourd'hui à celle de 1789 : « Le roi s'appuie sur une noblesse de robe (la haute fonction publique) et d'épée (les capitalistes). Un néoclergé médiatique et culturel prie pour la construction européenne, les migrants et la sauvegarde du climat. Formant l'immense base de cette échelle matérielle et symbolique, un tiers état salarié pâtit de la mondialisation... A quand la nouvelle Révolution du peuple ? »
A l'aide d'une alternance de nationalisme xénophobe et de mondialisme, voire de l'augmentation de fragmentations des territoires en plus petites zones basées sur les ethnies et les confessions, ou de la multiplication d'organisations supranationales type union européenne, les riches sionistes et mondialistes cherchent à éviter cette lutte des classes apportée par le nouveau populisme. Ils continueront d'essayer par un illusoire récent progressisme, toujours plus libéral libertaire ou plus contenu, de défier, détourner et dominer la légitimité du protectionnisme, du souverainisme, du repli identitaire, du retour au véritable monothéisme et de l'étatisation de l’économie pour de meilleurs services publiques par les peuples. Surtout que cette démocratie progressiste et consumériste fabrique des émasculés, des soumis ou des psychopathes facilement dominables, comme toute politique ou spiritualité athées.
Pierre Hillard confirme que ces sionistes et oligarques ultra riches cherchent par le mondialisme supranational ou international, à créer une humanité indifférenciée (transgenrée, théorie du genre), métissée (sans race ou ethnie ou couleur bien que dans la nature tout se transforme et que le monothéisme est au-dessus de ces considérations), consommatrice (esclave) et déracinée (immigrée, nomade, délocalisée en fonction des aléas de la production économique) en quelques étapes, le tout plongé dans une mystique transhumaniste glorifiant l’homme-Dieu (une élite, pas le peuple) interconnecté au numérique (intelligence artificielle et biotechnologie). Pour qu'ensuite ils puissent effacer les états et créer des blocs continentaux afin de les fusionner dans une région monde en commençant par les traités commerciaux supranationaux suivants : Traité transatlantique, Accord Transpacifique, Union européenne, Union Africaine, Union des nation sud-américaines, Organisation de coopération de Shanghai.
Cette perverse organisation mondiale cherche à ce que l'humanité soit au service d'une élite sioniste ultra riche différente d'elle, puisque ses membres prônent la différence supérieure de leur race ne pouvant se métisser et devant vivre en Israël, ou au service de cet Etat corrompu par preuve de ses récentes lois favorisant les juifs par opposition au califat islamique qui demandait un impôt moins important aux non musulmans.
Or pour parvenir à ce nouveau paradigme les organisations mondialiste et sioniste ne suivent parfois pas la même stratégie. Lire à ce sujet l'article : « Troisième Forum de Chisinau » à l'adresse https://strategika.fr/2015/03/19/toisieme-forum-de-chisinau/.
En effet il existe au sein des élites une faction des juifs néoconservateurs pro grand israël divergeant un peu de celle des juifs mondialistes pro république planétaire, dégénérée, transhumaniste et virtuelle (métaréalité du métaverse).
C'est à dire que nous sommes dans un contexte où il y a une révolution technologique, numérique et robotique, le réel est de plus en plus anxiogène (terrorisme, virus, pass sanitaire, problème climatique), et donc une envie croissante de se réfugier dans le monde virtuel. Il s'agit d'un contexte que l'oligarchie veut mettre à son profit dont en prétendant qu'il faut baisser le niveau de vie général car tout le monde ne peut avoir celui de la bourgeoisie américaine, voire baisser la trop nombreuse population mondiale, tout en contrôlant tout dont en rendant inerte les peuples, c'est à dire les mettant en dehors du monde réel à travers une utilisation excessive du métaverse.
Suite à cette longue série de preuves sur le désordre mondial anormal qui se passe actuellement et qui sert mystérieusement à de rares lobbyistes loin d'être humanistes, il faut impérativement s'engager à démasquer le projet des mondialistes d’établir le Nouvel Ordre Mondial corrompu dans une forme de tyrannie à l’échelle mondiale, surtout que progressant de nos jours encore plus rapidement sous prétexte médical. Par conséquent il est important de dévoiler point par point tous les éléments de cette mascarade mondiale, dont la cible se réduit à deux priorités majeures des satanistes cachés en coulisses :
-DEPOPULATION ou LA REDUCTION DE LA POPULATION MONDIALE DE 90-95% ;
-L’ESCLAVAGISATION DES SURVIVANTS DE CET HOLOCAUSTE PLANÉTAIRE ;
-IMPOSITION DE LA « P(L)ANDEMIE » : mesures liberticides et génocidaires, port du masque, tests, injections forcées et répétées, confinements, destruction méthodique des économies du monde, numérisation totale, suppression de l’argent liquide, Agenda 21 et Agenda 2030, développement durable, Club de Rome et limites de croissance, rapport 2010 de la Fondation Rockefeller, projets de Bill Gates et Klaus Schwab (Great Reset), Organisation mondiale de la santé et GAVI, nanoparticules, 5G, cyber pandémie, urgence climatique (mythe du réchauffement climatique et armes climatiques), traces chimiques, agenda transhumanisme, puces, programmation prédictive, développement de l'IA, contrôle sur l’esprit humain, ingénierie sociale, etc. Il s'agit d'informations s’appuyant sur une multitude de sources internationales d’une crédibilité maximale.
          Le principal catalyseur de l’exploitation et de la victimisation de vastes populations est le fait que nombre d’entre elles ne parviennent pas à se faire à l’idée d’une conspiration organisée de monstres humains. Ils refusent de reconnaître l’existence du mal qui se trouve juste devant eux, ce qui permet au mal de rester sans opposition pendant de longues périodes. Il y a TOUJOURS un moment, cependant, où les psychopathes poussent les mauvaises personnes trop loin. Ils ne peuvent pas s’en empêcher, et c’est à ce moment-là qu’ils se retrouvent au bout d’un nœud coulant ou dans la ligne de mire du canon d’une arme. Lorsqu’il s’agit d’organisations de psychopathes, le même moment finit par arriver, il faut simplement plus de temps pour que le public comprenne que c’est nécessaire.
C’est ici que nous devons comprendre les développements horribles en Australie et en Nouvelle-Zélande : Les confinements sont maintenant normalisés dans ces pays et les gouvernements n’ont pas besoin d’une réelle excuse pour les justifier. Ils annoncent simplement qu’il y a une poignée de cas de Covid et que les confinements doivent revenir. Les voyages sont étranglés et les droits et libertés fondamentaux sont inexistants.
Les globalistes vont essayer d’appliquer l’agenda Covid et la tyrannie du passeport quoi qu’il arrive. Ils ne peuvent pas arrêter le processus qu’ils ont mis en marche. Les événements en Australie et en Nouvelle-Zélande montrent que leur addiction au totalitarisme est insatiable et qu’elle exige qu’ils poursuivent un contrôle croissant quel qu’en soit le coût. Ils nous disent exactement ce qu’ils sont sur le point de faire.  Les événements en Afghanistan montrent qu’un tel contrôle est presque impossible à maintenir sur une population armée et que, du moins aux États-Unis, ils finiront par perdre... gravement. Même s’ils utilisent des tactiques de terreur absolue, ils perdront toujours tant que les Américains continueront à se battre. Les lois de l’usure prévalent toujours, et la supériorité technologique ne signifie rien. Pour résumer, le combat est déjà gagné, mais la lutte ne fait que commencer.
En effet le fait est que gagner a TOUJOURS été IMPOSSIBLE en Afghanistan. L’establishment le savait il y a vingt ans lorsqu’il a envoyé les premières troupes américaines. Ils n’avaient pas besoin de saboter la mission américaine en Afghanistan, car perdre en Afghanistan était de toute façon inévitable.
L’occupation d’une nation entière afin de réduire une insurrection importante et d’imposer un changement culturel est un effort qui doit être accompli rapidement ou pas du tout. Le coût financier est écrasant, le coût humain est stupéfiant et la quantité de ressources nécessaires pour maintenir la subjugation est exponentielle. En vérité, plus une occupation se prolonge sans l’élimination totale de l’insurrection, moins elle a de chances de réussir. Le problème est que, pour éliminer complètement l’insurrection, il faudrait anéantir la majeure partie de la population en utilisant des tactiques grotesques, qui ne font qu’inspirer davantage d’insurrection. C’est un peu ce qui se passait au Proche-Orient, où toutes les communautés pouvaient vivre en harmonie, jusqu’à ce que l’axe américano-israélien mette fin à la paix dans la région. Certains esprits retors vont même jusqu’à imaginer que les autorités sionistes basées en Palestine occupée ont jeté de l’huile sur le feu intercommunautaire, agitant les factions indépendantistes, par exemple dans le Maghreb des années 60, lors des indépendances africaines, pour pousser les juifs nord-africains à émigrer en Israël. Même chose dans l’URSS des années 70-80, quand Israël salivait sur l’apport démographique alléchant de plus d’un million de juifs locaux...
Cependant la démocratie américano-sioniste comme la plupart des ingérences étrangères ont fini par quitter l'Afghanistan comme des voleurs ! En effet tout pays occupé finit toujours par être récupéré par ses habitants naturels, historiques. Cette leçon devrait résonner aux oreilles des militaires au pouvoir à Tel-Aviv. La solution militaro-policière n’en est pas une, elle n’est pas durable, et envenime chaque jour le conflit. L’histoire du monde nous apprend que la justice finit par vaincre, même si ça met du temps. C’est pour ça qu’en France il faut avoir la foi (que Dieu sortira les américano-sionistes du pouvoir). Et les résistants l’ont, par définition. Pas les occupants.
Les mondialistes se rapprochent de leur but. Ils détruisent à Kaboul et ailleurs ce qui reste d’empire américain, même si les distraits pensent que cela met fin au Nouvel Ordre Mondial alors que cela ne fait que le mettre en place. L’Amérique était une dernière protection, il serait temps de le dire. Voyez le tyran de Syracuse Denys (une femme prie pour que le tyran en place reste au pouvoir) : elle a en effet compris que le tyran suivant est toujours PIRE. C’est maintenant que cela va empirer avec la tyrannie des banquiers et des informaticiens. Ils sont obsédés par ce vaccin imposé. Il doit bien y avoir une raison. Je me suis rappelé alors du soma de Huxley.
Selon le roman d'anticiption d' Adous Huxley « Le meilleur des mondes » le soma était une plante dangereuse, si dangereuse qu’elle rendait même malade le grand dieu du ciel en personne, Indra. Les simples mortels mouraient parfois d’une dose un peu trop forte mais l’expérience procurait une telle béatitude transcendante et une telle illumination qu’elle était considérée comme un privilège qu’on ne pouvait payer trop cher. Aussi, ce genre de toxicomanie n’était-il pas un vice personnel, mais bien une institution politique, l’essence même de la Vie, de la Liberté et de la Poursuite du Bonheur garanties par la Déclaration des Droits. Mais ce privilège inaliénable des sujets, précieux entre tous, était en même temps l’un des instruments de domination les plus puissants dans l’arsenal du dictateur. L’intoxication systématique des individus pour le bien de l’Etat (et, incidemment, pour leur propre plaisir) était un élément essentiel du plan des Administrateurs Mondiaux. La ration de soma quotidienne était une garantie contre l’inquiétude personnelle, l’agitation sociale et la propagation d’idées subversives. Karl Marx déclarait maladroitement que la religion était l’opium du peuple, mais dans le Meilleur des Mondes la situation se trouvait renversée : l’opium, ou plutôt le soma, était la religion du peuple, comme de nos jours, l'alcool, les drogues, la télévision, les jeux vidéos, les séries, le cinéma et les loisirs de masse sont l'opium du peuple. Comme la religion, le soma (ressemblant au mot « sommeil » dans lequel on rêve) avait le pouvoir de consoler et de compenser, il faisait naître des visions d’un autre monde, plus beau, il donnait l’espoir, soutenait la foi et encourageait la charité. Par exemple, le calmant classique est l’opium, mais c’est aussi un stupéfiant dangereux qui, depuis les temps néolithiques jusqu’à aujourd’hui, a fait des toxicomanes et ruiné des santés sans nombre. On peut donc en dire autant de l’alcool, euphorisant classique, qui, selon les termes du psalmiste, « réjouit le cœur de l’homme ». Malheureusement, il ne fait pas que cela ; pris en quantités excessives, il provoque la maladie, l’accoutumance et, depuis huit à dix mille ans, il a été une cause majeure de crimes, de chagrins domestiques, de dégradation morale et d’accidents évitables. Pendant ce temps, des forces impersonnelles sur lesquelles nous n’avons presque aucun contrôle semblent nous pousser tous dans la direction du cauchemar de ce type d'anticipation dystopique d'Huxsley et cette impulsion déshumanisée est sciemment accélérée par les représentants d’organisations commerciales et politiques qui ont mis au point nombre de nouvelles techniques pour manipuler, dans l’intérêt de quelque minorité, les pensées et les sentiments des masses. Ces forces impersonnelles sont en train de rendre le monde si peu sûr pour les démocraties, si peu hospitalier pour la liberté individuelle.
          Un état de crise continu justifie le contrôle continu de tout et de tout le monde par les agents du gouvernement et c’est précisément cette tension entretenue à quoi l’on peut s’attendre, dans un monde où la prétendue surpopulation crée une situation telle qu'une dictature sous les auspices communistes devient presque inévitable selon l'hyper classe ultra riche. Dans un tel univers, les Petits, avec leurs fonds de roulement insuffisants, seront bien sûr gravement désavantagés, puisque dans la concurrence avec les Gros, ils perdent leur argent et finalement leur existence même en tant que producteurs indépendants : les Gros les auront dévorés. A mesure que les Petits disparaissent, la puissance économique en vient à être concentrée entre des mains de moins en moins nombreuses. Dans cette tyrannie, les Grosses Affaires, rendues possibles par des progrès techniques constants et la ruine des Petites Affaires qui en est résultée, sont sous le contrôle de l’État financier, c’est-à-dire celui d’un groupe peu nombreux de chefs politiques et des soldats, policiers, fonctionnaires exécutant ses ordres. Dans une démocratie capitaliste comme les U.S.A., elles sont sous la coupe de ce que le professeur C. Wright Milis a appelé l’Elite du Pouvoir.
De manière plus locale, l’acharnement de la Miviludes et de son conseil d’orientation contre une personnalité très influente comme Thierry Casasnovas dans le domaine de la santé et du bien-être, est une excellente illustration de l’ambition totalitaire du régime républicain, qui entend contrôler tous les aspects de la vie des Français, de la naissance à la tombe : c’est exclusivement de ses prêtres que doit émaner la bonne parole, toute voix autonome et divergente devant être bannie ou pourchassée et écrasée sans états d’âme. La bride qui relie le cerveau du citoyen consommateur à l’État doit être solide et constamment tenue serrée, dans tous les domaines de la vie et de l’activité humaine, et ne saurait être parasitée par aucune autre forme d’influence. En cela nous commençons à entrevoir que cet État s’inscrit de manière de plus en plus ouverte dans une démarche globale d’embrigadement sectaire de toute la population. Dans ce sens on peut remarquer que depuis bientôt 60 ans, avec le départ du général de Gaulle, ce qu’on pouvait encore appeler sans ambiguïté l’État français n’a jamais cessé de perdre en autonomie et en souveraineté, pour se réduire aux apparences d’une coquille vide, avec la délégation de son pouvoir à l’Europe de Bruxelles, l’OTAN, la Banque centrale européenne et l’euro, avec la politique de régionalisation, l’ouverture de plus en plus large à l’immigration de masse, l’abandon progressif de tout ce qui s’apparente à la richissime culture française originelle, et avec la délégation aux grands médias privés et pseudo publics de toute la production et la diffusion des informations, des divertissements, du lancement des fatwas, de la remise des récompenses et du magistère de la morale établissant ce qui est bien et ce qui est mal et persécutant ou récompensant en conséquence.
          Mais nous avons bien vu qu’il ne fallait pas confondre l’État français avec « l’État républicain », et qu’à mesure qu’on dépouillait le peuple français de sa souveraineté, l’État républicain s’est vu adjoindre avec le temps le concours de forces considérables qui lui permettent d’exercer sur les âmes et les corps un pouvoir dont les tant décriés souverains des temps jadis (jusqu’à Louis XIV lui-même !) n’auraient jamais rêvé disposer : les médias privés, les GAFA, les communautés organisées, une justice aux ordres devenue inquisitoriale à force d’infiltration et de noyautage par des magistrats pervers, véreux ou lâches : il existe bien une souveraineté forte qui s’exprime, qui ne la sent pas ? Mais c’est une souveraineté contre nature, comme si ce qu’on pourrait comparer au « cerveau » de la France avait été complètement colonisé et perverti par un parasite qui unirait à présent tout ce qui reste des fonctions régaliennes pour travailler au dépérissement final du « corps », en promouvant tous les agents pathogènes et en traquant et éliminant tous les lymphocytes destinés à la défense immunitaire, tout en lui tenant du matin au soir un discours obsédant qui pourrait se résumer à « C’est pour ton bien… c’est pour ton bien… ».
« Lettre ouverte à nos chers amis Talibans » de Maître Damien Viguier :
« Chers amis,  Je ne vous cache pas que c’est avec une joie immense que nous avons appris que vous aviez remporté la victoire dans cette bataille contre le Grand Satan. Depuis vingt ans nous étions morts d’inquiétude et ne nous relâchions pas dans nos prières. Dieu les a exaucées. Dieu merci.  Certes, ce n’est pas terminé et il faut rester vigilant. Mais ce qui est rassurant c’est que vous êtes entourés de puissants alliés : Pakistan, Russie, Chine, Iran. Je voudrais vous dire la honte particulière que nous avons en France d’avoir pour ministres et pour chefs de l’État des personnages aussi ridicules que ce monsieur Le Drian. Ce dernier s’est montré d’une arrogance comique en vous imposant cinq conditions à respecter pour qu’il vous fasse l’honneur de vous reconnaître ! Ce serait seulement comique si ça n’avait pas l’aspect sinistre d’une déclaration de guerre totale.  Il vous demande de permettre que « ceux qui ont peur » de vous puissent quitter l’Afghanistan : moyen de vous priver d’une partie de vos forces, comme ils l’ont fait pour la Syrie. Il vous accuse d’accueillir des terroristes : inversion accusatoire, quand on sait comment la France héberge et nourrit le terrorisme. Le comble, c’est qu’il vous demande d’accueillir l’aide humanitaire, alors que vous venez de parvenir à chasser de votre territoire ces prédateurs et ces rapaces, et qu’il ose encore, vraiment comme s’il vous dominait, vous demander de constituer « un gouvernement de transition » : on croit rêver ! De transition vers quoi et avec qui ? Mais je voudrais surtout insister sur la dernière de ses cinq requêtes, celle qui concerne « les droits des femmes ». C’est la plus importante. Il s’agit d’un message envoyé aux Occidentaux pour les convaincre que vous seriez d’irréductibles ennemis du genre humain. Mais les populations occidentales elles-mêmes ne voient pas ce que cette formule signifie. Le droit est mon domaine. Je cultive depuis près d’un demi-siècle cette discipline difficile, dont il est dit dans la tradition en Occident qu’une vie entière ne suffit pas à s’en rendre maître. Personnellement, lorsque j’entends « droits des femmes », je sors mon Manurhin. Voici pourquoi. Je ne vous fais pas la liste exhaustive des droits des femmes, mais seulement, en forme de code, de quelques éléments qui viennent naturellement à l’esprit : Petit code des droits des femmes :
- Article 1. Droit des femmes… de tuer l’enfant qui sommeille en leur sein : ils ont nommé ça dépénalisation de l’avortement. C’était perfide. Aujourd’hui ils parlent ouvertement du droit à l’avortement. Un droit exercé par la femme seule, quel que soit son âge, sous l’influence insistante de militants fanatiques. Ils considèrent que l’embryon humain, c’est le corps de la femme !
- Article 2. Droit des femmes… d’éteindre dans leur ventre toute capacité procréative : ils nomment ça droit à la contraception libre et gratuite. Ils revendiquent pour les femmes seules la maitrise de la procréation et y voient une merveilleuse révolution anthropologique.
- Article 3. Droit des femmes… de divorcer librement, c’est-à-dire de répudier leur mari ad nutum (d’un froncement des sourcils).
- Article 4. Droit des femmes… à une sexualité libre, même si elles sont mariées, c’est-à-dire dépénalisation de l’adultère et droit de tromper son mari à volonté.
- Article 5. Droit des femmes… de faire éloigner du domicile le conjoint violent, physiquement ou même moralement, ou qui se livre à du harcèlement moral. Autrement dit possibilité de chasser manu militari le mari de sa maison, pour un oui ou pour un non.
- Article 6. Droit des femmes… de refuser tout commerce avec le mari. Il peut être condamné pour viol ou pour harcèlement sexuel s’il insiste.
- Article 7. Droit des femmes… de se défendre contre le mari par le meurtre et l’assassinat. L’opinion publique est systématiquement mobilisée contre les juges qui condamnent les meurtrières. Nos présidents les gracient et nos jurés les acquittent ou ne les condamnent que symboliquement.
- Article 8. Droit des femmes… sur les enfants, à qui elles peuvent transmettre leur nom.
- Article 9. Droit des femmes… de priver les enfants de leur père. Par le rapt lors de la séparation et par la procédure de divorce. Par contre le mari doit payer une rançon (sans pour autant retrouver ses enfants).
- Article 10. Droit des femmes… de vivre avec un homme sans être mariées. C’est la reconnaissance des droits de la concubine.
- Article 11. Droit des femmes… de se marier avec qui elles veulent, sans l’accord de leurs parents.
- Article 12. Droit des femmes… de se livrer à la débauche, dès le plus jeune âge, y compris contre rémunération en tant que « travailleuses du sexe ». Avec, pour les partenaires masculins, le risque imprescriptible d’être accusés un jour de viol. Il suffit que la séductrice prétende qu’elle était dissociée, ou sous emprise, ce qui invalide rétroactivement son consentement.
- Article 13. Droit des femmes… à l’éducation. Ils entendent par là leur scolarisation, au mépris de la transmission de la culture orale ancestrale qui ne peut se faire que par le contact constant du foyer familial. Ce qu’ils veulent, à l’évidence, c’est un génocide, en coupant les jeunes générations de leur culture. Leurs écoles ? C’est la mixité, la sexualité, la drogue et l’alcool. L’apprentissage de la rébellion contre les parents et contre toute autorité.
- Article 14. Droit des femmes… de faire des études supérieures, c’est-à-dire de parasiter les universités et d’y gâcher toute leur vie de mère.
- Article 15. Droit des femmes… à occuper de hautes fonctions. L’expérience occidentale montre que c’est une catastrophe. Elles sortent de leurs années perdues dans les écoles écervelées et arrogantes pour travailler comme avocate, juge ou journaliste. Elles parviennent même, par le psittacisme et les intrigues, à infiltrer l’enseignement supérieur.
- Article 16. Droit des femmes… à hériter de leurs parents à part égale avec les hommes.
- Article 17. Droit des femmes… d’hériter de leur défunt mari, même si elles ne sont pas leurs parentes et contre ses parents à lui.
- Article 18. Droit des femmes… de devenir ou de se sentir homme. Et d’être reconnues comme telles. D’épouser une femme, d’avoir des enfants entre elles, sans père.
          C’est ce qu’ils entendent en prononçant de leurs langues fourchues les mots droits-des-femmes. Pour choquant que cela soit, c’est indéniable. Ces droits brisent nos sociétés occidentales comme ils prétendent briser les vôtres. Aussi croyons-nous pouvoir au nom de la tradition d’Occident vous dire toute notre sollicitude. Puissiez-vous tenir et par votre exemple jeter chez nous les germes d’un monde restauré. Très cordialement, »
On dirait qu’entre tous les fous mondialistes, il y a une sorte de compétition à qui serait le plus fou. On a trouvé le plus fou : le Premier ministre australien, qui confine 400 000 personnes pour UN cas de covid delta. Cela montre clairement aux vaccinés que la raison et le but de la répression ne sont pas sanitaires, mais bien politiques : les gouvernements, qui avaient perdu la main sur les gens depuis l’avènement du Net, ne sont plus là pour faire le bien, mais le mal. Le pass a aussi achevé un 7e art qui agonisait depuis longtemps déjà. Bilan des courses : la démocratie (franc-maçonne) est morte, bon débarras ; le cinéma est mort, fin des navets progressistes ; le travail est mort, vive la révolution !
Les communistes (socialistes excessifs) actuels veulent voler les autres par l’intermédiaire du gouvernement et en revendiquant le statut de groupe de victimes. Ils travaillent main dans la main avec les politiciens et les oligarques des multinationales qu’ils disent mépriser. Les gouvernements et les entreprises le font parce qu’ils peuvent utiliser la foule marxiste comme une arme sociale pour faire peur à leurs adversaires idéologiques (les conservateurs), et ils le font parce qu’ils peuvent se nourrir des restes de la table des grands en utilisant le gouvernement pour les redistribuer de force dans leurs propres poches. C’est une sorte de gagnant-gagnant, du moins pendant un certain temps. Finalement, ceux d’en bas sont cloués au mur ou envoyés au goulag lorsqu’ils ne sont plus utiles, mais c’est une autre histoire…
Il y a deux façons de voir la vie : ou bien vous regardez un être humain comme étant fait à l’image de Dieu, cela veut dire que sa vie est sacrée ; et si vous avez une vie sacrée, alors vous avez des droits humains. Or si vous avez des droits humains, ce n’est pas vos affaires ou mes affaires de décider combien de personnes devraient être sur la planète ou qui devraient vivre ou mourir…
L’autre vision de la vie, l’autre système, appelons ça le système eugéniste de Darwin, mais en réalité ça remonte à très loin. C’est le système qui dit que les ultra riches sont son sommet dominant la vie.                                                                              Ce qui inévitablement amène à trois catégories de personnes : l’Übermensch, le Mensch et l’Untermensch. Si vous appliquez ça il y a 80 ans, les Übermensch étaient les nazis qui se disaient descendants des dieux aryens ; ils estimaient que c’était leur prérogative, leur droit, de décider qui vit ou meurt. Les Mensch étaient les anglo-saxons, les Européens qui pouvaient vivre mais en tant qu'esclaves. Et les Untermenschen, les Juifs, les Slaves, les handicapés, les gitans, les prisonniers politiques, ceux-là devaient devenir de la poussière. Cela ressemble à de gentilles fadaises, mais cela a tué 60 millions de personnes.
Et c’est exactement la même chose qui se passe en ce moment, sauf que ce n’est pas antisémite. En effet aujourd’hui, c’est complètement différent : il y a un groupe de personnes qui ont le sentiment d’avoir évolué à un niveau de conscience le plus élevé, et qui dans leur nouvelle intelligence, et leur nouvelle perspicacité, leur permet de déterminer ces choses. Je ne pense pas qu’ils ont évolué. Je pense que ce sont des païens dévoyés. Ils sont devenus les mamzers dans la Torah (des adorateurs de Moloch). Il n’y a pas de différence.  Nous sommes dans une troisième guerre mondiale contre la malfaisance à un niveau certainement jamais vu dans l’histoire de l’humanité, puisque sacrifiant des enfants par des vaccins dangereux pour eux alors qu'ils ne sont pas touchés par le covid. L’expert en sécurité de l’information Ehden Biber rend les détails de l’accord public entre les Etats et Pfizer (suite à de possible fuites facilitée par les Services de Renseignements allemands ou russes) :
-Interdit pour l’acheteur de résilier le contrat si un autre vaccin est achevé ou approuvé plus tôt :
-Pfizer peut définir lui-même presque toutes les conditions aux limites.
-Pfizer n’est pas responsable du non-respect des dates de livraison.
-La non-conformité ne donne pas non plus à l’acheteur le droit d’annuler la commande de certaines quantités du produit.
-L’acheteur renonce à tous les droits et recours auxquels il peut avoir droit en vertu de la loi, de l’équité ou autre, découlant de ou liés aux défaillances de Pfizer (livraisons).
-Si des personnes vaccinées tombent malades à cause d’un lot défectueux, l’acheteur n’a aucun moyen de suivre (traçabilité) la dose et, si nécessaire, de retirer d’autres doses du marché.
-L’acheteur reconnaît que les effets à long terme et l’efficacité du vaccin ne sont pas actuellement connus et que le vaccin peut avoir des effets indésirables qui ne sont pas actuellement connus.
-L’acheteur s’engage par la présente à indemniser Pfizer, BioNTech (et) leurs sociétés affiliées (…) de et contre tous les procès, réclamations, actions, demandes, pertes, dommages, responsabilités, indemnités de départ, pénalités, amendes, frais et dépenses pour défendre et tenir inoffensif.
          Or chaque fois que vous évaluer un traitement, vous devez l’évaluer sous trois angles : Est-ce qu’il est sûr/sans danger ? Est-ce qu’il marche ?  Est-ce qu’on en a besoin ? Les deux pays les plus vaccinés au monde sont les Seychelles (80+%) et Israël (85%). Cependant ces deux pays font face à une épidémie de variants Delta. Alors si vous avez vacciné la majorité de votre population, pourquoi faire encore face à une épidémie ? Pourquoi avoir une troisième injection de quelque chose qui n’a pas marché les deux premières fois ? Voilà pour le sujet de la sûreté.
À présent vient le vrai problème. Il y a trois niveaux de sécurité face à la mort que nous devons évaluer : risque aigu, risque subaiguë, et risque à long terme. Or sous tous les angles d’approche du problème des vaccins ARN on a : un Risque aigu (court terme) : caillots de sang, inflammation du cœur, fausse couche ; un Risque subaiguë (moyen terme) : réaction immunitaire pathologique désastreuse ; et un Risque à long terme : augmentation des maladies auto-immunes, des cancers, de la fertilité.
Le vaccin n'a donc jamais été apporté pour le covid. Le covid a été apporté pour le vaccin. Une fois qu'on a compris çà, tout fait sens. Et le but ultime du vaccin sera de faire baisser ultérieurement sans être inquiété la population mondiale par la continuité de l'épidémie, la stérilisation, la mort, des effets secondaires, la baisse du niveau d'accueil hospitalier, la dépression, etc.
          Surtout que ce vaccin n’est pas nécessaire et personne n’en a besoin. En effet les enfants ont 99,998% de chances de survivre, les jeunes adultes de 18 à 45 ans ont 66,68% de chances de s’en sortir. D’après le CDC, une personne qui a déjà eu le covid 19 qui a des anticorps naturellement induits, est 1 milliard de fois plus efficace que l’immunité artificiellement induite par le vaccin. Alors pourquoi faire vacciner quelqu’un avec un poison mortel qui va créer des anticorps inférieurs ou dangereux quand il a déjà des anticorps sains ? De plus lorsque la population à haut risque qui a un taux de mortalité de 7,5 % est traitée les gens dans le bon délai, c'est à dire dans les premier jours avec de l'hydroxychloroquine, de l'ivermectine ou/et du zinc, vous réduisez le taux de mortalité de 85 %. Donc, sur 600 000 Américains, nous aurions pu empêcher 510 000 d’aller à l’hôpital et d’y mourir. En effet ces substance sont des pistes très sérieuses pour être immunisé face au covid. Donc la question : si il est possible de réduire le taux de mortalité de 7,5 % à moins de 0,5%, pourquoi utiliser un poison mortel qui ne fonctionne pas, mais qui a des effets secondaires terribles et horribles ?
          Ainsi la prétendue démocratie entourée de pays islamistes que serait Israël n'est en réalité qu'une théocratie racialiste favorisant seulement les élites prétendues juives. Surtout que l'apartheid israélien étatique contre les palestiniens est plus dur que le fut l'apartheid sud africain étatique contre les noirs. Pourquoi y a-t-il eu des sanctions contre l’apartheid de l’Afrique du Sud tandis qu’aujourd’hui les gouvernements européens prennent au contraire des mesures pour criminaliser les mouvements non violents de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) qui lutte pour la liberté, la justice et l’égalité des droits du peuple palestinien souffrant actuellement de l'apartheid israélien. D'autant plus qu'auparavant les manifestations publiques contre l’apartheid sud africain faisaient partie de la vie universitaire et le boycott était respecté et promotionné ? Il y a trois explications à cette énigme.
Premièrement, les lobbies pro-israéliens de nombreux pays européens sont aussi efficaces que leurs homologues américains tout en étant moins voyants. Deuxièmement, il y a la culpabilité de l’Holocauste. La politique de certains pays, comme les Pays-Bas, à l’égard d’Israël, est toujours influencée par la culpabilité de ne pas avoir fait davantage pour sauver les juifs pendant la Seconde guerre mondiale. Troisièmement en rapport à ces deux première explications, et c’est le plus important, il y a la peur d’être traité d’antisémite. Mis en avant et manipulé par Israël et les lobbies israéliens ainsi que les mondialistes, le concept d’antisémitisme a été élargi pour recouvrir non seulement la haine des juifs mais aussi la critique de l’apartheid israélien et du messianisme juif.
          Or au sein du mondialisme selon Pierre Hillard, un affrontement idéologique aurait lieu entre l'organisation de coopération de Shanghai cherchant progressivement un mondialisme multipolaire voulu par des messianistes juifs modérés (russes) basé sur une équité des intérêts de chacun, et le monde anglo-saxon cherchant hâtivement un mondialisme unilatéral voulu par des messianistes juifs extrémistes (américains) basé sur la maîtrise de toute chose laissant des miettes aux autres et devenant logiquement le plus grand risque de troisième guerre mondiale.
Il faut noter que ces deux tendances finissent tout de même par une hégémonie domination mondiale des juifs, mais qui sera rapidement perdue en faveur de l'hégémonie du monothéisme authentique dont à travers le retour de Jésus.
          En attendant suite à la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et à leur isolationnisme participant à renforcer les unions continentales, le scénario mondial sioniste amène la France et l'Allemagne à s'unir pour définitivement créer le bloc Européen, comme il pousse à l'union politique ou commerciale des Amériques, de l'Afrique, de l'Eurasie et du Moyen Orient, si nécessaire après avoir réduit par des guerres certains pays en nations plus petites comme ce qui s'est passé pour la Yougoslavie. Surtout que cette tendance est confirmée à travers l'affrontement économique envers le monde déclenché par l'empire de Etats-Unis s'affaiblissant et à travers le risque d'une nouvelle future grande crise économique apparaissant cycliquement environ tous les 7 ans depuis trois décennies et qui sera  probablement inédite dans son ampleur. En effet ces grands blocs précédant le gouvernement mondial et pouvant défavoriser les peuples aux profit de certaines oligarchies corrompues sont recherchés pour l'hégémonie financière, mondialiste et sioniste.
          Or pour l'instant l'empire Israélo-américain continuera de déstabiliser le moyen orient par des mercenaires ou des islamistes manipulés pour maîtriser ses importantes ressources énergétiques et aquifères devenues vitales à leur projet de domination économique mondiale. Ils pourraient même souhaiter une guerre entre sunnite et chiites pour affaiblir financièrement les deux camps afin de les contrôler encore plus facilement. Ceci est à l'image du système cupide oligarchique qui ne veut surtout pas de l'amitié entre catholiques (chrétiens) et musulmans dont en France, car elle est la clé de la préservation de la justice sociale, de la paix, de la civilisation et du sauvetage de diverses nations. Cependant par l'assassinat du faux calife Al Baghdadi et peu de temps après du Général Soleimani (qui a défendu au début toute population musulmane contre l'ennemi impérialiste oppresseur ou barbare comme Daech à la différence des frères musulmans), Trump isolationniste et comprenant l'état faible de l'empire américain semble avoir voulu arrêter cet affrontement entre sunnites et chiites, ce que l'administration Biden mondialiste cherchera probablement à annuler, surtout que la guerre Yémen est peu dénoncé par l'occident. C'est pourquoi Hassan Nasrallah, sercrétaire général du Hezbollah au Liban que l'occident évite en s'adressant seulement aux parlementaires du Hezbollah (politique et donc pas militaire), pourrait être la prochaine cible à éliminer par l'empire mondialiste, car il parle avec toutes les confessions de son pays et empêche l'exploitation du Liban par l'occident à travers son lien à l'Iran et sa résistance au mondialisme.
          Tout ceci semble confirmer la thèse de Pierre Hillard sur une entente plus ou moins importantes des mondialistes des grandes puissances concernant l'accomplissement du nouvel ordre mondial contrôlé par les messianistes juifs ou du grand Israël attaché à l'allié Kurdistan mis de côté pour ce projet depuis des décennies, surtout que les mondialistes contrôlent la majorité du système bancaire dont l'oppression pourrait s'accentuer avec la crise du coronavirus, veulent obtenir un gouvernement mondial ou le grand Israël au moyen orient puisque principal carrefour commercial du monde pour y autoriser une éventuelle nouvelle route de la soie, et frappe la Syrie sans réaction de la plupart des nations.
          Or il est très dangereux d’aborder les problèmes très complexes du moyen orient et autour d'Israël si chaque protagoniste déclare se battre pour sa survie. Ainsi honorablement, il faut sérieusement chercher d'autres moyens que la guerre pour satisfaire tout le monde, afin de vraiment comprendre chacun et n’oublier personne.
          Cependant en contrôlant la finance mondiale, la politique de mondialisation, le véto américain à l'ONU et avec le risque du troisième guerre mondiale nucléaire, les sionistes peuvent mettre la pression sur tous, sans donc laisser le choix à quiconque comme le prouve le fréquent unilatéralisme américain laïciste, matérialiste et progressiste. Dans ce sens, ils incarnent une partie du peuple de Gog et Magog servant quand même Dieu éphémèrement malgré qu'il soit maudit, puisque éprouvant l'humanité pendant une période amèrement matérialiste pour le pousser à un retour vers une grande spiritualité. En effet cette massive oppression impie doit amener l'humanité à vouloir retrouver solidairement désormais au niveau international le Jardin d'Eden par la religion complète amenant le cœur pur complété similaire à l'incomplet cœur pur originel d'Adam et représenté à travers le retour de l'excellent saint esprit de Jésus qui récupérera les clés de ce futur état monothéiste hégémonique. Surtout que par une intention de tendre vers la sainteté spirituelle, l'humanité aura mérité de ne plus vivre cette oppression mondiale impie et de revivre la suprême bénédiction terrestre originelle du jardin d'Eden mais désormais possiblement jusqu' au niveau planétaire. Or Jésus n'étant pas revenu alors que la télévision internationale et l'internet mondial sont apparus, son noble retour victorieux pourrait être d'autant plus glorieux car probablement donc visible mondialement.
          En attendant, plutôt que d'aller vers une troisième guerre mondiale nucléaire, la plupart des pays préféreront certainement tendre vers cette gouvernance mondialiste contrôlée par l'élite juive perverse favorisant Israël et cherchant à faire de la terre une impie région laïque ploutocratique contrôlée par un prétendu peuple prêtre juif mais corrompu et liée par les énormes banques privées modernes d'investissement massif, les monnaies électroniques centralisées et les multinationales. Ainsi même de rares pays défenseurs des faibles, tels le Venezuela et l'Iran, ne pourront refuser ce scénario tant la pression économique et la domination financière sont déjà fortes, à moins qu'il s'adapte souverainement aux technologies modernes de la finance ou que le monde multipolaire proposé par la Russie, la Chine et l'Organisation de coopération de Shanghai parvienne à plus se développer.
          Toutefois la grande guerre prophétisée par Jésus et Mouhamed pour ouvrir la porte au retour de Jésus apparaitra certainement lorsque cette hégémonie israélienne sera pour les populations si oppressante et appauvrissante financièrement. En effet de nombreux peuples du moyen orient et du monde se soulèveront pour leur survie, comme le prouve la montée du populisme dans de nombreux pays basé sur le refus de l'inégalité sociale, de la domination bancaire et de l'immigration de masse risquant par le métissage un grand remplacement, synonyme dans un sens de génocide des blancs similaire à celui des indiens d'Amérique du Nord, voulu pourtant par les élites. Or il faut rappeler que le christianisme et l'islam dépassent les ethnies et que la laïcité les a imiter perversement dans ce sens. Cependant il faut relever que les droits civiques laïques ont précieusement participé au changement bénéfique de certaines mentalités repliées, en habituant les hommes au mélange ethnique effaçant le racisme et diversifiant les mariages qui ont souvent été injustement trop conservateurs. En effet en étant donc impieusement trop fermé d'esprit même entre coreligionnaires par rapport à la différence physique, sociale ou d'origine d'autrui, de nombreuses familles ont reproduit l'orgueil impie qu'Iblis fait de feu eut vis à vis d'Adam fait de terre. C'est à dire que cela signifie s'écarter illégitimement de la principale valeur regardée par Dieu, celle morale et religieuse dont l'humilité, la tolérance, la fraternité, le respect et l'amour font partie. D'ailleurs les croisements entre diverses ethnies peuvent donner beaucoup de noblesse dans le couple et les familles se respectant mutuellement et engendrent souvent des enfants aux beaux visages.
          Or la montée des populismes semble freiner ce métissage de l'humanité en orientant le monde vers une gouvernance globale des nations plutôt que vers un mondialisme sans frontière, surtout si les peuples arrivent à reprendre leur souveraineté en ramenant donc leur pays dans une simple organisation économique et géopolitique avec le reste de la planète par une bonne entente.
De plus pour éviter leur frustration colérique et des problèmes sociaux, il faut apporter plus de respect aux migrants manipulés en les accueillant bien dans des centre régionaux de socialisation par exemple (sous peine de créer le danger d'une population frustrée), en les répartissant mieux en Europe pour empêcher la montée du racisme et les tensions menant à la guerre civile en particulier dans ses pays du Sud portes d'entrées principales de l'immigration, en les rapatriant vers leur pays d'origine dans le respect de la dignité humaine, ou pourquoi pas en les recevant très honorablement chez soi comme du temps des ansars à Médine qui accueillirent les premiers musulmans persécutés à la Mecque ce qui fut la cause de la guidée en masse de la population vers la foi par cet œuvre hautement noble, et impérativement sans oublier comme depuis longtemps de s'occuper aussi prioritairement des nationaux sans logis.
          Cependant  l'affrontement de tous contre tous au sein des peuples détournant de celui contre les élites mondialistes corrompues en préservant leurs pervers privilèges sera difficile à contrer si la laïcité continue de dégrader le niveau moral des peuples. Or si l'oppression financière mondialiste aspirant tout l'argent sans compassion ni partage par l'usure et par les multinationales de plus en plus synonymes de monopole totalitaire ne s'arrête pas, cette situation dégradant toujours plus les conditions de vie des peuples, et donc leur survie, les amènera à une persévérante lutte des classes très probablement victorieuse.
          Surtout que ce combat avant tout spirituel devient vraiment urgent pour la liberté et la dignité des peuples, s'il est réel que selon certains de leurs textes sacrés corrompus, les sionistes mondialistes comptent déshonorablement avoir chacun 2800 esclaves non-juifs lors de l'hégémonie d'Israël, alors que les juifs ont pourtant connu la difficile servitude de l'indigne esclavage pendant 400 ans du temps des pharaons.
Ce qui ne serait pas étonnant puisque certains juifs ultra-orthodoxes israéliens considèrent par leur foi en un livre religieux impie puisque regroupant les commentaires de rabbins égarés, le Talmud, les non juifs moins que des chiens ou des animaux esclaves. C'est pour ces types de raisons que Pierre Hillard explique que les talmudistes sont la synagogue de Satan. L'ignorance de ces textes, leur non dénonciation par les hommes politiques et les journalistes, l'abandon fréquent de les critiquer ou l'évitement de les proscrire par divers rabbins actuels sont source de très nombreux maux sur terre, surtout car les élites juives perverses ou sionistes souvent à la croyance légère voire hypocrite déclarent véridiques le Talmud ou essayent de faire taire ceux qui dénoncent ces passages gravement erronés dans leur interprétation de nos jours :
Talmud, Kerithuth 6b, 78 : Les juifs sont des humains, non les goyim, ce sont des animaux (sauvages ou pouvant parfois êtres dressés/guidés).
Talmud, Ereget Rashi Erod, 22-30 : Un goy est comme un chien.
(S41v45) « Nous avons effectivement donné à Moïse le Livre. Puis, il y eut controverse (divergence) là-dessus. Et si ce n'était une parole préalable de ton Seigneur, on aurait certainement tranché entre eux (avant l'égarement des sionistes vers le faux messie à cause du Talmud). Ils sont vraiment, à son sujet (d'autant plus sans suivre le tranchement divin à travers la venue des Prophètes Jésus et Mouhamed), dans un doute troublant. »
Il faut noter que les paroles talmudiques précédentes auraient pu être valables du temps où les juifs dans l'antiquité combattaient les barbares tant qu'ils n'obtenaient pas la foi authentique ou ne se civilisaient pas, et que le sens originel non corrompu du mot « goy » signifierait seulement non juif. De plus le Prophète Jésus (paix sur lui) étant venu réformer le judaïsme vers l'universalisme et les barbares n'existant plus sur terre en tant que nation, en validant ces extraits précédents du Talmud, les élites impies sionistes créent les conditions pour que ces écrits se retournent par un probable combat divin et populaire contre eux aujourd'hui, mais certain à la fin des temps. Surtout qu'en continuant perversement ce judaïsme guerrier en corrompant sournoisement des lois religieuses par la laïcité et en s'alliant à des minorités impies type homosexuelle (devenant leur image) pour affaiblir la spiritualité des peuples afin de les dominer plus facilement, ces sionistes incarnent une nouvelle forme de barbarie.
A ce sujet le livre suivant de Youssef Hindi est important à lire pour comprendre cet égarement d'une grande partie du peuple juif vers une idéologie guerrière de domination : « Occident & Islam: Tome 2, Le paradoxe théologique du judaïsme (ou Comment Yahvé, idole guerrière et donc devenant un évident égarement satanique, usurpa la place de Dieu, par preuve qu'Isra(ël) est lié à « el » qui la dénomination authentique de la divinité unique en araméen, hébreux et arabe) ». En effet dans ce livre, cet historien retrace les diverses influences qui ont dévoyé la bible hébraïque et fait apparaître l'ombre qu'elle a fait peser sur l'histoire de l'humanité et le danger mondial qu'elle représente désormais. Yahvé incarne donc en réalité le guerrier symbole pervers de l’autorité et des intérêts des élites juives et mondiales corrompues au détriment de la moralité des peuples.
Bible (Evangile de Jésus Christ selon saint Jean 8, 44) : Jésus dit (aux pharisiens vénérant Yahvé à l'origine du sionisme) : « Votre père, c’est le diable, et vous voulez vous conformer à ses désirs. Depuis le commencement, c’est un meurtrier (car ayant participé au meurtre d'Abel, le fils d'Adam) : il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il ment, il parle de son propre fond, puisqu’il est menteur, lui le père du mensonge. »
Alain Escada : « Ce nouvel ordre mondial (en partie sioniste) avilit, nous animalise(, nous ensauvageonne), nous tribalise et nous individualise pour nous enlever les qualités humaines, morales, nationales et collectives nous aidant à être digne dans la relation avec notre Créateur, nos proches et la société. » Voir également son excellente vidéo « Le Réveil des Peuples et les mensonges des Etats (Alain Escada/Civitas) » à l'adresse :
https://www.youtube.com/watch?time_continue=7480&v=W2t3ILPSugQ&feature=emb_title
Jérôme Bourbon directeur du journal Rivarol : « L'agenda mondialiste utilisant entre autres l'agenda LGBT correspond à la destruction des nations (représentant principalement l'importance de l'union sociale) par celles de la famille (noyau fondamental), des identités, de la morale.... C'est une révolution anthropologique absolument considérable, inouïe et sans précédent dans l'histoire, à travers son ampleur, sa rapidité, et sa violence envers le corps social, les consciences et les individus. »