Recherche

Menu principal

PDF Imprimer Envoyer

E) Suite 5


Ainsi ce sont clairement les guerres américaines et les objectifs mondialistes (coïncidant souvent) qui provoquent ces secousses tectoniques en matière d'immigration, et donc de démographie, et donc de politique, et donc de géopolitique. Le Grand Jeu en Asie et au Proche-Orient est en train d’évoluer dans sa forme, mais les stratégies mondialistes sont toujours les mêmes. 
          Or une fois certaines guerres commencées, il est évident que les intentions de divers militaires étaient nobles, légitimes et essentielles, car ils luttèrent contre l'intolérance et l'immoralité comme lors de l'alliance face à l’Allemagne nazie. Dans ce sens, les versets suivants expliquent principalement pourquoi la guerre est parfois autorisée :
(S2v251) « Ils les mirent en déroutent par la grâce d’Allah. Et David tua Goliath, et Allah lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu’Il voulut. Et si Allah ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la terre serait certainement (trop) corrompue (autre sens également : endommagée). Mais Allah est Détenteur de la faveur pour les mondes. »
(S22v39/40) « Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre), parce que vraiment ils sont lésés et Allah est certes Capable de les secourir, et à ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient : “Allah (Dieu) est notre Seigneur.” Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d'Allah (de Dieu) est beaucoup invoqué. Allah (Dieu) soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa religion et donc les valeurs monothéiste). Allah est assurément Fort et Puissant, »

          Ainsi comme le montre la légitimité du combat face au nazisme, la noblesse morale ne peut qu'affirmer que la guerre peut être justifiée et autorisée dans certains cas. En effet comme l'a dit le pourtant pacifique Martin Luther King : « la véritable paix n'est pas seulement l'absence de tension, c'est aussi la présence de justice », et il faut y rajouter la tranquillité de l'esprit et du cœur nobles, car celui qui face à la tyrannie sacrifie sa dignité pour sa sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et celui qui abandonne une partie de sa liberté (en particulier de pratiquer la religion) pour sa sécurité finit par ne plus avoir ni l'une ni l'autre. Surtout que le dicton autoritaire « moins de liberté, c’est plus de sécurité » est complètement faux en démocratie oligarchique, car les élites se protègent en priorité et laissent la guerre civile froide s'entretenir pour préserver voire amplifier leur pouvoir, mais la garde au maximum tiède comme le prouve la forte surveillance de l'extrême droite par l'Etat, quoique de moins en moins car le système tendant de plus en plus vers la national sionisme, et rabaissant la gauche anti-sioniste par les médias, espère que cette dernière en vienne aux mains, voire aux armes ou au terrorisme, afin d'augmenter la répression. Il n'y a pas de gouvernement français pas plus qu’il n’y a de gouvernement américain. Messieurs Macron et Biden sont des marionnettes entre les mains de l’État profond. Il n’y a donc pas de logique dans notre politique. Comment expliquez-vous, par exemple, que le gouvernement français accueille de plus en plus d’immigrés, en majorité musulmans, et que, parallèlement, il s’aligne de plus en plus sur la politique israélienne définie par le gouvernement de M. Netanyahou qui est composé de forcenés anti-arabes ? N’y a-t-il pas une petite contradiction dans tout cela ? Or la division est aussi utilisé dans chaque nation africaine par l'occident ? Or comme le Prophète (SBDSL) l'a fait pendant dix au cours de sa mission à la Mecque pour changer les choses en douceur, il est sage de préserver la paix au maximum en l'appréciant profondément, et si nécessaire au début d'être discret dans un contexte oppressif quand c'est donc pour protéger la propagation de la religion et donc améliorer la société. Mais il faut donc privilégier la dignité (la liberté, le courage) au confort (sécurité) quand c'est nécessaire, et allier les deux quand c'est possible. Par conséquent si par l'action pacifique, la justice et donc l'harmonie et donc la paix sociales ne triomphent pas dont face à l'interdiction de prier en groupe, cela devient un danger pour la nation, et la guerre devient donc légitime.
« La paix n’est pas (seulement) l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice(, et de tranquillité pieuse du cœur). » (Baruch Spinoza)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Vos meilleurs guides (gouverneurs) sont ceux que vous aimez et qui vous aiment, ceux que vous bénissez et qui vous bénissent. Vos plus mauvais guides sont ceux que vous détestez et qui vous détestent, ceux que vous maudissez et qui vous maudissent. » Awf (un compagnon du Prophète) dit : « Nous dîmes : « Ô Messager de Dieu ! Devons-nous nous rebeller contre eux ? » Il dit : « Non, tant qu’ils assurent parmi vous l’office de la prière. Non, tant qu’ils assurent parmi vous l’office de la prière. » (Mouslim)
          Alors si Dieu existe, et qu’Il envoie Son dernier Messager à l’humanité pour rappeler Sa présence, Ses décisions irréprochables, Ses lois bienfaitrices, Sa miséricorde, la bonne nouvelle du Paradis, la menace de l’Enfer et l’avertissement d’un Jugement Universel, ceux qui empêcheraient de laisser prêcher cette parole devraient être légitimement combattus. C'est pourquoi l'un des sens principaux du petit jihad (guerre sainte militaire) des premières décennies de l'islam, ayant purifié une grande partie du mal mondial particulièrement au final à travers un vaste califat, était comparable à la destruction nécessaire du peuple de Sodome et Gomorrhe pour éviter la propagation de son mal, dont car ce peuple avait choisi définitivement la rébellion envers Dieu quand le Prophète Lot les invita à changer leurs vils comportements. En effet il est nécessaire de tuer un virus avant qu'il ne contamine tout le corps. Or comme par rapport à notre époque où la force physique organisée maintient tout bien tels la justice, le droit et la propriété, cette armée musulmane était aussi légitime dans ce sens mais aussi donc pour la préservation du monothéisme authentique. Et elle était encore plus légitime dans un contexte historique souvent en guerre comme c'était le cas à l'époque de la révélation coranique vers 622, mais uniquement après avoir épuisé toutes les solutions pacifiques, et dans le seul but d'arriver le plus vite possible à une paix durable pour laisser place au débat d'idées, aux négociations, à la purification économique et à la justice social.
D'ailleurs c'est prouvé par le mot « paix », incarnant l'attribut de douceur pacifique du Seigneur et le meilleur chemin dont pour l'humanité, qui est divinement cité quatre fois plus que le mot « guerre » dans le Coran afin de montrer sa supériorité morale. C'est pourquoi cette paix était donc réellement recherchée prioritairement par le Prophète (SBDSL). Surtout qu'entre les humains, il n’existe presque que deux types de relations : la logique (dont du savoir-vivre) ou la guerre, comme le montre la politesse élémentaire qu’on se doit, et qui amène de l'antipathie envers celui qui ne la pratique pas.
Tout ceci est également prouvé par rapport au fait que le premier verset coranique autorisant la guerre défensive a été révélé après 70 versets proscrivant la violence en général et que cela concerne uniquement le combat en dehors des villes en particulier car la sécurité des civils doit évidemment être la priorité absolue d'un gouvernement.
En effet particulièrement à notre époque d'armes modernes très destructives, il faut tout faire pour arrêter de voir des petites filles (des petis enfants) couvertes de poussière grise jusque sur leur visage, sanglotant fortement de tristesse, gémissant puissamment de déception, le regard complètement hagard et traînant les pieds abasourdies de malheur, à cause d'une incompréhension totale d'avoir perdu lors de bombardements leurs familles et leur vie stable. Ainsi l'humanité doit parvenir à arrêter définitivement l'honteux manque de considération pour la vie humaine de certaines géopolitiques en la faisant devenir la priorité des priorités.
          Surtout que sans cela, ce genre de stupide politique inconséquente exacerbe évidemment les tensions à l'extrême et les idées de vengeance personnelle possiblement jusqu'à l'injuste terrorisme aveugle. D'autant plus si la personne a subi en plus de la torture comme dans les territoires occupés palestiniens, ce qui pourrait d'ailleurs être recherché par l'entité sioniste (Palestine occupée) pour conserver les tensions utiles politiquement. De même l'utilisation de drones américains tuant anonymement des milliers de gens au Proche-Orient, les famines créées par de la spéculation à outrance, l'exploitation de nombreux peuples, l'inhumanité de la prison de Guantanamo, les sévices ayant eu lieu dans la prison d'Abou Grahib et de nombreuses autres exactions de l'armée américaine dénoncées les quatre sites d'informations russes SouthFront, NewsFront, Strategic Culture Foundation et InfoRos, participent à la création du terrorisme. Dans ce sens encore, qualifiant d’inacceptable que la Suède autorise le blasphème et la profanation du Saint Coran, le ministre des Affaires étrangères de la RII s’est exprimé en ces termes : « La démocratie et la liberté ne consistent pas à donner libre cours à de tels comportements qui ne font qu’encourager le terrorisme et l’extrémisme. » Cependant les vagues du terrorisme islamique ont pu aussi être liées à un mimétisme télévisuel synonyme d'islamisation de la radicalité voire de la folie criminelle par les auteurs ou le pervers système médiatico-politique, et donc principalement pas de la radicalisation par l'islamisme ni par de grandes organisations. D'ailleurs les auteurs des tueries de masse fréquentes aux Etats-unis sont souvent de simples citoyens en colère, dépressifs et donc dominer par le mal du diable ou de leur nation fer de lance de l'individualisme, de l'oppression, du wokisme, de la guerre et de la ploutocratie mondialiste. Or il existerait en plus clairement un lien entre les tueries de masses aux États-Unis et les médicaments psychiatriques selon ce bon article « Drogué et prêt à tuer » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Drogue-et-pret-a-tuer-72383.html
D'ailleurs quand la justice américaine a fini par étudier les tueurs en série qu’elle avait attrapés au lieu de les griller directement sur la chaise électrique quand la police ne les avait pas tuer lors de leur intervention, elle a compris comment se fabriquait un tueur en série moyen : c’était la plupart du temps des enfances massacrées qui avaient survécu et qui devenaient des bombes humaines (d'autant plus ceux ayant subi la guerre, la violence, des viols, la pédocriminalité ou l'inceste), car aucun enfant ne peut retenir autant de mal en lui, surtout qu'il lui faut autant d'amour que de lait pour s'épanouir noblement. Beaucoup d'autres ayant vécu ces horreurs se suicident, sombrent dans la folie, ou rendent le mal. Ainsi de même quand on combat des monstres, il faut veiller à ne pas en devenir un. Or le peuple est comme un enfant : le mal qu’on lui fait, il l’incorpore parce qu’il ne comprend pas qu’on lui fasse du mal, et parfois, s’il survit à ces injections de mal, il arrive qu'il ne le retienne plus et le restitue à sa façon, c'est à dire plus ou moins consciemment, violemment ou révolutionnairement. En effet les meilleurs ou pires moments de notre passé agissent souvent sur notre présent. C'est pourquoi il faut laisser le jugement final à Dieu même concernant les tueurs de masse ou en série, car le Créateur omniscient condamnera plutôt ceux qui auront provoqué perversement ces traumatismes mentaux si c'est le cas.
Dans l'idéal lorsque l'âge adulte est atteint, le tronc cérébral, le système limbique et le cortex associent instinct, sentiment et pensées harmonieusement. Mais un traumatisme précoce change la donne, car dans ce cas la peur peut aller directement du thalamus à l'amygdale sans passé par le cortex frontal qui est le siège de la pensée rationnelle. Or souvent dans une forme de grâce divine à travers un mécanisme de défense, l'occultation d'un traumatisme mais aussi la folie peuvent être la conséquence d'un excès subi mentalement insupportable dont en fonction de la personnalité et de l'histoire de chacun. Il s'agit donc souvent d'une réaction organique personnelle propre à l'histoire de chacun et à une situation particulière pouvant parfois entraîner des débordements de rage et des peurs irrationnelles en rapport avec l'instinct de survie précédant la pensée, même si souvent par grâce divine les personnes qui ont été victimes d'une grave perversité et donc d'un grand choc dans leur jeunesse arrivent donc à oublier cette partie de leur passé. C'est à dire que le mécanisme de survie permet fréquemment de refouler des souvenirs trop dures. En effet pour survivre à certains traumatismes (dont viol, inceste), a fortiori quand on est enfant, l’esprit l’enfouit profondément dans la mémoire. Il peut ressortir un jour, et, entre-temps, peut provoquer des dégâts à la fois physiques, psychiques et comportementaux (drogue, dépression, révolte, autodénigrement). Cependant si ce traumatisme mental correspondant à une sorte de bug est détecté, alors il est plus facile de réparer ce mal, car évidemment on peut pieusement le calmer par la discussion, le guérir par la douceur et le transformer en un énorme profit par une orientation de son ressenti immensément sensible vers la noblesse religieuse et donc vers une évidence de vivre, accepter et transmettre le bien inconditionnellement dans un juste milieu. Il s'agit en partie de canaliser l'énergie des pulsions ou des traumas afin de les transformer en une noble force constructive, dont en reconnaissant et donc distinguant clairement le mal, afin de le haïr totalement jusqu'à devenir sensibiliser uniquement par la profonde noblesse douce. Ainsi le partage d'un profond amour dont à travers de doux gestes, paroles et intonations tendres envers l'enfant ou le traumatisé mental est le meilleur moyen de tout préparer positivement pour l'enfant ou tout réparer précieusement pour le traumatisé, en particulier en les accompagnant joyeusement de la pratique pieuse et de l'enseignement religieux. En effet pour évacuer les mauvaises ondes de l'esprit et du cœur telles celles accumulées au cours d'une journée, dont suite à avoir écouté quelqu'un se vider vers nous en nous confiant ses problèmes ou donc à un traumatisme, un des meilleurs moyens est de mettre notre tête à terre pendant la prosternation à Dieu lors de la prière comme une prise de terre évacue les mauvaises ondes, surtout lorsqu'on y abandonne mentalement et émotionnellement tous nos soucis par notre croyance au destin divin irréprochablement riche d'enseignements dont donc intérieurement. D'ailleurs si au niveau mondial, les musulmans sont souvent parmi les plus éprouvés par la difficulté voire le malheur surtout quand ils ne pratiquement plus la religion ou la prédication, c'est parce qu'étant nés musulmans, c'est un des principaux chemins pour éprouver, intensifier et affiner leur foi obtenue facilement.
De plus certains dirigeants des pays arabes ou musulmans mettant trop de pression sur les pratiquants pour conserver leur pouvoir par une pseudo lutte contre le terrorisme exacerbent également les tensions parfois jusqu'à l'extrémisme voire le terrorisme militaire, totalitaire ou religieux.
          Les géopolitiques et les politiques ne cherchant pas le bien pour tous devraient donc être strictement interdites et apporteront ainsi logiquement une énorme honte lors du Jugement Dernier à ceux les ayant pratiquées. Surtout que la bonne politique se doit prioritairement de rechercher la paix et la stabilité au niveau national et international, afin d'abord que le maximum de gens puissent être guidés vers Dieu doucement, profiter de leur foi calmement, pratiquer la religion sereinement et vivre leur piété bienfaisante profondément.
D'ailleurs si les premiers musulmans étaient généralement des commerçants, c'est parce que le commerce est le principal lien qui permet souvent d'entretenir pacifiquement un équilibre vital entre les intérêts de différents pays, dans une forme d'interdépendance aussi enrichissante et importante que les humains en société, et donc à travers une bonne relation civilisée permettant d'honorer voire de propager l'islam sans effort militaire, mais seulement par la liberté d'expression et le bon comportement. Or pour renforcer ces nobles relations internationales à notre époque, il faut avancer sur un pied d'équité :
(S49v13) « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez (dans la dignité par le commerce honnête, le partage culturel et le compromis raisonnable dans vos intérêts respectifs). Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur »
Pour prendre un exemple si l’Indonésie a été guidée, c'est parce que lorsque les premiers commerçants musulmans proposant leurs marchandises dans ses ports estimaient avoir suffisamment vendu de produits dans une journée, ils indiquaient aux acheteurs indonésiens un autre vendeur musulman (par forcément arabe) ayant les mêmes produits et n'ayant pas fait beaucoup de ventes. Dans ce sens alors que plusieurs présidents d'états latino-américains exigent une remise en cause de la conquête de leurs territoires par les Européens dont en réclamant une repentance officielle, des historiens indépendants (à l'instar du professeur Conrad) s'interrogent au contraire sur ce que ces nations doivent à l'héritage espagnol. Comment Hernan Cortés (1485-1547) et ses trois cents compagnons de même qu d'autres auraient-ils pu vaincre un empire de plusieurs millions d'habitants sans l'adhésion d'une population libérée du joug aztèque, des razzias collectives, du rituel des sacrifices humains, du cannibalisme et donc de la violence inouïe, sans la noblesse et l'amour du Christ ? Scandalisés par ces pratiques, Cortés, agissant au nom du pieux Charles Quint, fit cesser ces actes barbares après avoir fait tomber, à l'issue d'un siège de 93 jours, la future Mexico le 13 août 1521.
De plus c'est aussi probablement dans le sens de l'équilibre parfois vital entre des pays et par rapport à l'épreuve enrichissante moralement de la mondialisation ainsi donc qu'à la stabilité socio-économique du monde voire aussi pour les rapports de force géo-économiques à la fin des temps, que Dieu a laissé vivre certains peuples polythéistes comme la Chine, l'Inde et le Japon, mais aussi probablement car suivant la loi naturelle, et car il s'y trouve réparti des centaines de millions de musulmans. C'est à dire que tels les humains, chaque nation a un destin divin pour jouer certains rôles dont certaines malgré leur paganisme, comme Babylone et l’empire romain jouèrent un rôle divin en dominant la nation juive.
Or si la dignité de la guerre sainte faisait et peut encore parfois faire partie de la meilleure noblesse religieuse dont lorsqu'elle protège le message divin dans certains contextes comme du temps de la révélation ou lorsqu'elle préserve un faible peuple pieux comme la Russie défendant le Donbass, c'est parce que l'importance du monothéisme est véritablement comparable à un remède capable d'anéantir un virus menaçant l'ensemble de l'humanité. En effet, il est le remède montrant aux gens le chemin de la noblesse authentique, et donc du repentir, et donc du perfectionnement et donc de la miséricorde divine, pour empêcher leur autodestruction par la corruption, pour éviter d'aller en Enfer à cause de leur nature imparfaite et pour être rétribués par le Paradis pur par leur pureté obtenue :
Noomene Ibn Mouqarran (SDP) dit au roi Yezdejrid : « Après avoir rejeté le Prophète (SBDSL), Allah lança quand même dans nos cœurs la croyance en lui et le désir de le suivre, et il nous mena au Seigneur de l'univers. Ce qu'il nous dit est la parole d'Allah. Ce qu'il nous ordonne est l'ordre d'Allah. II nous dit : votre Seigneur dit : « Je suis Allah seul sans associé. J'étais quand rien n'était. Tout périra sauf Ma Face. Moi, j'ai tout créé. A Moi, tout retournera. Et Ma miséricorde vous a prise. Je vous ai envoyé cet homme (Mouhamed) pour vous indiquer la voie par laquelle Je vous sauverai de mon châtiment après la mort et Je vous admettrai dans ma maison, la maison du salut. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Toute ma communauté entrera au Paradis sauf celui qui s’y refuse. » On dit : « Et qui s’y refuse, ô Messager de Dieu ? » Il dit : « Celui qui m’a obéi (peut être au moins juste en reconnaissant l'unicité divine) entrera au Paradis et celui qui m’a désobéi s’y est refusé. » (Boukhari)
Anas (SBDSL) a dit : J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : Dieu le Très-Haut a dit : « Ô fils d'Adam ! Tant que tu M'implores et que tu espères en Moi, Je te pardonnerai tes péchés sans M'en soucier. Ô fils d'Adam ! Si tes péchés atteignaient le ciel et que tu Me rencontres sans M'associer quoi que ce soit, Je t'apporterai sa contenance comme absolution. » (Tirmidhi)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la (pieuse) perfection, rectifiez continuellement votre conduite et sachez que nul d’entre vous ne devra son salut à ses seules œuvres. » On dit : « Pas même toi, ô Messager de Dieu ? » Il dit : « Pas même moi, à moins que Dieu ne me couvre du voile de Sa miséricorde (dont pour me purifier et car le Paradis éternel ne peut être égal à des œuvres éphémères) et de Sa générosité. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Mon image et la vôtre est celle de quelqu'un (Dieu) qui a allumé un feu (le soir). Les criquets et les papillons (les hommes) se mirent à y tomber dedans cependant qu’il cherchait à les en écarter (car l'Enfer est entouré des plaisirs exagérés ou illicites). C’est ainsi que moi-même je vous retiens par votre ceinture (par mon rappel et mon mode de vie religieux) pour vous éviter de tomber dans le feu (par votre nature imparfaite indomptée et non améliorée), tandis que vous échappez de ma main. » (Mouslim)
(S51v58-60) « En vérité, c'est Allah qui est le Grand Pourvoyeur, Le Détenteur de la force, l'Inébranlable. Ceux qui ont été injustes auront une part (de tourments) pareille à celle de leurs compagnons (qu'ils auront offensés ou qu'ils auront soutenus dans leur injustice). Malheur donc à ceux qui ont mécru à cause du jour (du Jugement Dernier établissant la justice) dont ils sont (inévitablement) menacés (par leur nature imparfaite) ! »
(S39v53/54) « Dis : Ô mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah, car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux. Et revenez repentant à votre Seigneur, et soumettez-vous à Lui, avant que ne vous vienne (pour éviter par rapport à votre nature imparfaite) le châtiment où vous ne recevrez alors aucun secours. »

C'est pourquoi il est arrivé qu'en plus de ses nombreux sacrifices et efforts, le Prophète (SBDSL) utilise parfois des moyens durs pour faire comprendre à certains l'importance de se convertir (en particulier ceux qui rabaissaient l'islam ou le Prophète), car certains comprennent mieux l'avertissement (peur, châtiment, Enfer) que la récompense (dignité, amour, Paradis).
A l'époque de la révélation comme pour la préservation donc d'un remède vital, tout devait ainsi logiquement être dépensé pour Dieu par chaque musulman si nécessaire, afin de transmettre le bien, propager la religion, honorer la famille du Prophète (SBDSL) et protéger la vie du Prophète (SBDSL), dont car il devait recevoir l'ensemble de la divine révélation coranique et gérer la nation musulmane jusqu'à sa mort : sacrifice matériel (en particulier lors de l'Hégire à Médine quand les premiers musulmans durent abandonnés leurs demeures à cause de la persécution des idolâtres à La Mecque), sacrifices financiers, sacrifice de rang social (dont de chef dans certains cas), sacrifice de sa vie, sacrifice de la vie des parents ou de la famille :
Lors du pacte de la Aqaba entre les habitants de Médine (ançars) et le Prophète (SBDSL) pour accueillir ce dernier, il fut demandé : « Ô Messager d'Allah ! Pour quelles choses devons-nous te prêter serment ? » Il répondit : « Prêtez serment pour écouter et obéir au moment de l'ardeur et de la paresse, dépenser dans la gêne et l'aisance, ordonner le bien et interdire le mal, parler pour la cause d'Allah sans craindre le reproche de quiconque, m'aider et me défendre quand je viendrai chez vous comme vous défendez vos personnes, vos femmes et vos enfants. En échange, vous aurez le Paradis. » Puis il fut demandé au Prophète (SBDSL) : « Si ensuite Allah te fait triompher, retourneras-tu a ta tribu et nous laisseras-tu ? » Le Messager d'Allah (SBDSL) sourit et répondit : « Non, mon sang est votre sang, ma tombe est vos tombes. Je fais partie de vous et vous faites partie de moi. Je combats qui vous combattez et je déclare la paix quand vous la déclarez. »
Commentaire : Cette déclaration du Prophète lors de ce pacte montre bien qu'en défendant l'islam, les humains peuvent participer et appartenir à la mission prophétique.
Selon le récit de compagnons, Aboul Haythem le chef des ançars fut satisfait de cette réponse du Messager d'Allah (SDP), puis se tourna vers les siens et déclara : « Mon peuple ! Voici le Messager d'Allah (SBDSL). Je témoigne qu'il est véridique. II est aujourd'hui dans la terre sacrée d'Allah et sous la protection d'Allah, au sein de sa tribu et de sa famille. Sachez bien que si vous l'emmenez, les arabes vous tireront dessus d'un même arc (ils seront tous unis pour vous combattre). Si vous acceptez de bon coeur le combat pour la cause d'Allah et la perte des biens et des enfants (et des nobles de la tribu selon Aabbes Ibn Qoubeda dans une autre intervention), alors appelez-le à votre terre car il est vraiment l'envoyé d'Allah (SBDSL). Si, par contre, vous craignez de l'abandonner, alors dès maintenant ne vous engagez pas. » Ils répondirent : « Qu'avons-nous en échange si nous tenons notre engagement, ô Messager d'Allah ? ». « Le Paradis », dit-il. Alors ils dirent : « Nous acceptons ce qu'Allah et son Messager nous ont donné, et nous te donnons ce que tu nous as demandé, ô Messager d'Allah ! Laisse nous donc prêter serment au Messager d'Allah (SBDSL) Aboul Haythem ! » Aboul Haythem dit : « Je suis le premier à prêter serment. » Puis ils prêtèrent tous serment et le pacte fut donc conclu.
Khabbab Ibn Al Aratt (SDP) a dit : « (Après avoir souffert de durs tourments de la part des idolâtres) Nous nous plaignîmes un jour auprès du Messager de Dieu (SBDSL) alors qu'il était allongé à l'ombre de la Kaaba, la tête appuyée sur son manteau. Nous dîmes : « Pourquoi ne demandes-tu pas le soutien de Dieu ? Pourquoi ne pries-tu pas pour nous ? ». Il dit : « Parmi ceux qui vous ont précédés, on prenait l'un d'eux, on lui creusait un trou et on l'y mettait. On apportait ensuite une scie qu'on lui plaçait sur la tête qu'on sciait en deux morceaux. Ou bien on passait sur sa tête un peigne de fer jusqu'à lui arracher ce qu'il y avait au dessous de sa chair et de ses os. Il ne reniait pas pour autant sa foi. Par Dieu, le Seigneur parachèvera cette chose (l'islam) jusqu'à ce que le voyageur aille sur sa monture de Sana à Hadramawt ne craignant que Dieu ou le loup pour ses troupeaux (même pas à la fin des temps). » (Boukhari)
En démontrant la véracité de sa mission et dans l'espoir de guider de nombreuses personnes, il faut savoir que le Prophète (SBDSL) a pieusement dépensé toute sa richesse. De même divers compagnons, dont Abou Bakr (SDP) étant le seul à avoir suivi complètement le Prophète (SBDSL) dans son sacrifice matériel en donnant toute sa richesse et Omar (SDP) étant aussi parmi ceux qui sacrifièrent le plus matériellement, dépensèrent également beaucoup de leur temps, de leur personne et de leur argent pour la cause divine qu'est la propagation de Sa religion et de la meilleure noblesse morale par de pieux comportements excellents. De plus pour faciliter la mission du Prophète (SBDSL) qui lui prenait la plupart de son temps, ses proches et adeptes devaient aussi pieusement l'aider, l'inviter à manger ou lui offrir divers biens autre que l'argent en fonction de leurs possibilités ou de leurs niveaux spirituels, car les Prophètes n'ont pas droit à l'aumône. Surtout que la cause du Prophète (SBDSL) qui réussira divinement quoi qu'il arrive appartient aux situations permettant de pouvoir dépenser pieusement avant la dépense divine éternelle envers les hôtes du Paradis. Ainsi pour obtenir une partie importante de la dignité en s'associant pieusement à la mission prophétique, et comme le Prophète (SBDSL) dépensait l'essentiel de sa personne, de son temps et de son argent pour notre guidée, nous devons aussi évidemment dépenser de notre personne, de notre temps et de notre argent pour lui, sa famille et sa mission, mais de nos jours plus dans un juste milieu que grandement lors de l'époque de la révélation coranique :
(S33v6) « Le Prophète (Mouhamed) a plus de droit sur les croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes ; et ses épouses sont leurs mères. »
(S9v120) « Il n'appartient pas aux habitants de Médine, ni aux bédouins qui sont autour d'eux, de traîner loin derrière le Messager d'Allah, ni de préférer leur propre vie à la sienne, car ils n'éprouveront ni soif, ni fatigue, ni faim dans le sentier d'Allah, ils ne fouleront aucune terre en provoquant la colère des infidèles, et n'obtiendront aucun avantage sur un ennemi, sans qu'il ne leur soit écrit pour cela une bonne action. En vérité Allah ne laisse pas perdre la récompense des bienfaiteurs. »
(S33v36) « Il n'appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu'Allah et Son Messager ont décidé d'une chose d'avoir encore le choix dans leur façon d'agir (dans leur vie personnelle et par rapport au Coran et aux hadiths). Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s'est égaré certes, dans égarement évident. »
(S35v29/30) « Ceux qui récitent le Livre d’Allah, accomplissent la Salât, et dépensent (pieusement), en secret et en public de ce que Nous leur avons attribué, espèrent ainsi faire un commerce qui ne périra jamais (Paradis éternel). Afin (qu’Allah) les récompense pleinement et leur ajoute de Sa grâce. Il est Pardonneur et Reconnaissant. »
(S4v104) « Ne faiblissez pas dans la poursuite du peuple (ennemi). Si vous souffrez, lui aussi souffre comme vous souffrez, tandis que vous espérez d'Allah ce qu'il n'espère pas. Allah est Omniscient et Sage. »

(ExtHadith) Yazid Ibn Hayyan (c'est à dire Zayd SDP, le fils adoptif du Prophète Mouhamed) rapporte : « Il (le Prophète Mouhamed) nous encouragea à appliquer les préceptes contenus dans le Livre (Coran) jusqu'à susciter en nous l'envie (de les appliquer). Puis il reprit concernant les membres de sa famille : « Je vous rappelle au respect de Dieu à travers le respect envers les membres de ma famille. » Husayn demanda alors : « Et qui sont les membres de sa famille, ô Zayd ? Ses épouses font-elles partie des membres de sa famille ? » Il répondit : « Ses épouses en font partie ainsi que tous les membres qui n'ont pas le droit de recevoir l'aumône. » Husayn ajouta alors : « Et qui sont-ils ? » Zayd précisa : « Ce sont les membres de la famille de Ali, de la famille de Aqil, de la famille de Jafar et de la famille de Abbas (et donc pas Zayd). » Husyan reprit : « A tous ceux-là, l'aumône a été interdite ? » Zayd répondit : « Oui. »  (Mouslim)
Anas (SDP) rapporte : « Le Prophète (SBDSL) n'a jamais refusé de donner quoi que ce soit au nom de l'islam. Un jour, un homme vint à lui et le Prophète (SBDSL) lui donna un troupeau d'ovins s'étendant dans toute une vallée. L'homme retourna parmi les siens et s'exclama : « Devenez musulmans, car Mouhamed fait don à la manière de celui qui ne craint pas la pauvreté. » Et même s'il arrivait qu'un homme devienne musulman pour acquérir les biens de ce monde, l'islam ne tardait pas à lui devenir plus cher que ce monde et ce qu'il contient. » (Mouslim)

Par conséquent à l'époque de la révélation pour les croyants, lutter avec tout bien pour la cause divine en défendant et propageant la religion correspondait effectivement au plus logique but prioritaire, car ayant évidemment une valeur suprême qui procure la meilleure rétribution divine qu'est le Fidaws et Sa satisfaction. Et par cette excellente piété, ni les persécutions, ni les menaces de mort ni la guerre contre l'islam ne faisaient donc apostasier les musulmans, dont la plupart des hommes disaient souvent au Prophète (SBDSL) pour commencer à lui parler « Ô Messager de Dieu, je sacrifierais pour toi mon père et ma mère (légitimement puisque un Prophète est supérieur en valeur par rapport aux parents et même aux enfants) ! », et dont certaines femmes, par leur fière foi intense et lucide en la noble valeur du sacrifice pour défendre les glorieuses voies de bien du Seigneur, déclaraient à haute voix en levant honorablement leur nourrisson au-dessus de leur tête lors d'un pieux discours enthousiasmant du Prophète (SBDSL), espérer qu'il puisse mourir en arrêtant une flèche destinée au Prophète (SBDSL), tout en dénonçant la honte des ennemis infidèles et de leurs comportements impies, vils, belliqueux et indignes :
Abou Bakr (SDP) a dit lors du dernier discours du Prophète (SBDSL) sur sa chaire : « Je sacrifierais pour toi mon père et ma mère. Nous sacrifierons pour toi nos pères, nos mères, nos personnes et nos biens ! »
Oorwa rapporte: Cafiya Bint Abdelmottalib parmi les vers d'amour qu'elle a écrit après sa mort est : « Je sacrifierais pour le Messager d'Allah ma mère et ma tante, mon oncle, ma propre personne et mes enfants ! »
Cependant, il faut avoir cet état d'esprit tout en s'organisant évidemment pour éviter les morts inutiles...
         Or dans les pays islamiques depuis la mort du Prophète (SBDSL), les militaires musulmans doivent défendre le territoire prioritairement pour protéger pieusement le chef croyant, puis le peuple, puis la religion si nécessaire en s'enfuyant, car actuellement la piété dans cet ordre de priorité est la plus authentique et la principale défense de la religion. Dans ce sens d'ordre prioritaire, lorsque diverses religions voire idéologies sont présentes dans la population, un dirigeant doit d'abord choisir dans l'intérêt général, la sécurité et donc la paix sans violence, la subsistance et donc l'ordre économique sans usure, la morale naturelle et donc la vie sans mariage homosexuel.
          Par ailleurs légitimement par rapport aux premiers califats qui étaient bien guidés, à l'ensemble de la Création appartenant au Créateur et à la charia affirmant le refus possible de l'islam surtout si on ne l'affronte pas, il était juste que les gouvernements des pays qui laissaient prêcher cette parole sans s’y convertir, devaient payer une taxe à l’État divin (Califat) tant que l'armée musulmane, qui se devait de traverser ces nations pour pouvoir aussi légitimement prêcher les populations situées derrières, participait à leur protection. En effet il s'agit d'un message à la priorité suprême, puisque venant de Dieu, l'Absolu, le Souverain, le Créateur, l'Omnipotent, le Seigneur de l'Univers, le suprêmement Sage, le Contraignant irréprochable :
Extrait d'une lettre de Khalid Ibn Alwelid (SDP) pour les appeler les Perses à l'islam rapporté par Abou Weil (SDP) : « Au nom d'Allah, Tout miséricordieux, Très miséricordieux. De Khalid Ibn Alwelid aux chefs Perses. Embrassez l'islam vous serez saufs. Sinon, considérez-vous sous mon autorité et acquittez l'impôt (et selon l'islam nous vous défendrons ainsi que votre peuple comme nous-mêmes). Sinon, je vous ai amené des hommes qui aiment la mort comme vous aimez le vin. »
Ibn Aabbes (SDP) rapporte : le Messager d'Allah (SBDSL) n'a jamais combattu des gens sans les avoir prêchés d'abord. »
Bourayda (QDP) rapporte : Quand le Messager d'Allah (SDP) envoyait un chef avec une expédition ou une armée, il lui conseillait d'être pieux envers Allah personnellement et d'être bienveillant a l'égard des musulmans avec lui. II disait : « Quand tu rencontres tes ennemis associateurs, appelle-les à une seule attitude parmi trois. S'ils en acceptent une, satisfais-toi d'elle et laisse-les. Appelle-les à l'islam, s'ils acceptent admets-le et laisse-les. Puis appelle-les à se déplacer de leur terre vers la terre des émigrants (cette règle était avant la prise de la Mecque, puis l'émigration fut abrogée) et informe-les qu'ils auront alors les droits et les devoirs des émigrants (le combat et le butin). S'ils refusent et préfèrent leur terre, alors informe-les qu'ils sont comme les campagnards musulmans : les lois d'Allah qui s'appliquent aux croyants s'appliquent sur eux et ils n'ont pas de part dans les captures et le butin des musulmans sauf s'ils combattent avec les musulmans. S'ils refusent l'islam appelle-les à payer l'impôt ; s'ils sont d'accord, accepte le et laisse-les. S'ils refusent, aide-toi d'Allah et combats-les. Quand tu assièges un fort et qu'ils te demandent de se rendre au jugement d'Allah alors n'accepte pas, car vous ne savez pas quel est le jugement d'Allah pour eux. Mais soumettez-les à votre jugement puis jugez les comme vous voulez (selon les préceptes de l'islam). »

          En fait le Califat, synonyme d'islam politique correct qui n'oblige donc personne à se convertir en montrant donc l'importance du libre-arbitre, devrait normalement suivre le chemin de la noble vérité morale incontestable qui reconnaît que toute la Création dont donc  la Terre appartiennent entièrement et exclusivement à Dieu en tant que royaume, surtout puisque le Coran est l'irréprochable ultime message divin de lois envoyé à toute l'humanité. En effet cette alliance des pays du monde à la nation islamique paraîtrait encore plus logique avec la venue de cet ultime Messager, puisqu'il est le seul à avoir donc été envoyé directement à l'ensemble de l'humanité, en particulier parce que la religion complète pour tout temps et tout lieu et que le message divin essentiellement universel ne se trouvent que dans le Coran et la tradition prophétique de Mouhamed (SBDSL). En effet Jésus fut envoyé à l'humanité seulement à la fin de sa mission, c'est à dire après avoir été d'abord missionné à son peuple juif pour lui rappeler la réalité de la spiritualité et après avoir formé ses apôtres pour qu'ils propagent sa religion à travers le monde.
En effet dans la Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu, 15:24) : Jésus dit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues (juifs égarés) de la maison d’Israël. »
Et il donna encore d'autres paroles aux douze apôtres et à sa communauté qui confirment cette mission selon l’Evangile :
Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu, 10:5-6) « N’allez pas vers les païens (culte polythéiste) et n’entrez pas dans les villes des samaritains, allez plutôt (d'abord avant vers les autres nations) vers les brebis perdues de la maison d‘Israël (afin tout de même de les orienter vers l'universalisme fraternel religieux). »
Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 16:15) « Puis il (Jésus) leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle (monothéisme et Paradis) à toute la création. »
Bible (Actes 1:8) « Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »
Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu Matthieu 28:19) « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit »
Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu 24 :13) « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. »
Commentaire : Quand Jésus dit d'aller évangéliser les nations, cela signifie que l'Eglise et le concept de nation doivent fonctionner comme le califat, c'est à dire qu'il faut que le pouvoir politique (temporel) organise la nation par rapport aux lois monothéistes (pouvoir spirituel).
Alors que le Coran précise :
(S34v28) « Et Nous ne t’avons envoyé (Mouhamed) qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité. Mais la plupart des gens ne savent pas. »
          Or à part la taxe en rapport à la protection militaire, imposée à tous les pays qui devaient légitimement laisser prêcher l'ultime message divin et autoriser l'armée musulmane à traverser leur territoire afin qu'elle puisse aussi légitimement prêcher dans le territoires situés derrière, Dieu laisse donc aux hommes la liberté de culte et la possibilité de gouverner quand ils sont tolérants, raisonnables, s'occupent de leurs faibles et organisent un marché économique libre et juste. D'ailleurs même dans les pays islamiques, il est autorisé de laisser législativement par exemple les conditions de l'héritage et du divorce aux autres religions. Ce qui n'a rien à voir avec les wahhabites et takfiristes, puisque les conquêtes militaires musulmanes des premiers temps ont conquis des terres mais sans tués ni expulsés les non musulmans suite à la fin des combats. En revanche pour défendre leur nation et aider les pauvres, les nouveaux musulmans devaient effectuer le service militaire (permettant souvent de gagner le martyr lors de combats) et payer l'impôt islamique "zakat" purifiant leurs biens par sa participation à l'aide sociale et militaire, en sachant que chaque membre de l'armée se payait au début son propre équipement. Et lorsque par de nombreuses conversions, des régions devenaient des provinces du Califat et plus des pays sous l'empire islamique, les places de gouverneur étaient strictement réservées aux musulmans, de hautes fonctions pouvaient être attribuées à des non musulmans savants, et les habitants non musulmans devaient payer l'impôt "Jizia" inférieur à celui "zakat" des musulmans pour éviter le service militaire, aider les pauvres et donc soutenir aussi l'armée protectrice, ce qui montre que l'islam n'est pas oppressant envers les non musulmans et élève la noblesse et donc la valeur de la dépense pour Dieu, et qui montre aussi que la jizia n'étant payé qu'en cas de protection militaire, il s'agit plus d'une alliance que d'une soumission. En effet dans l'impôt, l'État musulman doit chercher l'union populaire en donnant des devoirs similaires à tous les groupes confessionnels et ethniques afin de préserver la paix, voire donc en donnant des devoirs moins importants aux non musulmans, alors que dans un Etat juif les dhimmis non juifs payent un impôt plus cher.
Cependant dans sa réalité depuis la fin des califes bien guidés annoncée par le Prophète (SBDSL), l'islam pouvait ne pas chercher à légitimement se propager militairement au-delà de ses frontières. En effet encore une fois par l'immense miséricorde divine, l'histoire de la diffusion du califat résumée ci-après semble prouver que la conquête islamique n'était pas nécessaire après les califes bien guidés malgré les morales justes qui viennent d'être évoquées, car la taille hégémonique du califat et sa position géographique centrale au niveau mondial à cette époque pouvait par la prédication et son respect des règles religieuses dont commerciales ennoblir les autres nations. D'ailleurs si un califat bien guidé réapparaissait à notre époque, il est évident que Dieu voudrait que son gouvernement agisse encore noblement au niveau géopolitique dont dans le respect des religions comme à Jérusalem, en particulier car c'est Dieu qui permis la situation mondiale actuelle et l'invention de la bombe atomique. (C'est pourquoi, il n'est pas étonnant que l'impie empire américano-sioniste anglo-saxon s'est particulièrement occupé à dominer ou détruire le Moyen Orient.)
          C'est à dire que pour participer à la guidée au Paradis des gens d'une région non musulmane tel dans le contexte des premières années de la révélation, au début la prédication (devant être synonyme de se sentir investi profondément d’une mission sacrée) doit être discrète car la prudence mérite bien cela, comme l'a prouvé la prédication cachée (possiblement donc sans tenue religieuse) du Prophète (SBDSL) lors des trois premières années après le début de la révélation coranique. (Selon Aristote, la prudence correspond à de la sagesse contextuelle, qui n'est donc pas de la peur irrationnelle.)
          Puis à partir de la conversion de plusieurs dizaine de personnes, elle doit devenir publique mais mesurée et accommodante, car la noblesse mérite bien cela.
          Ensuite car la justice mérite bien cela, si trop de persécutions apparaissent ou l'ambiance rend trop difficile la pratique religieuse, pour ceux qui peuvent, l'exil (comme Mouhamed lors de l'hégire de la Mecque à Médine et comme Jésus l'a ordonné) après un pacte avec un groupe extérieur ou vers un lieu communautaire libre ou privé permettant de créer l'autosuffisance alimentaire, devient nécessaire pour créer un micro califat sous forme d'un village devant être basé sur les traditions prophétiques, l'agriculture, l'élevage et des peines maximales de prison ou d'exclusion en cas de faute grave, sans donc châtiment corporel :
(S4v97-100) « Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les anges enlèveront leurs âmes en disant : “Où en étiez-vous (à propos de votre religion) ?” Ils dirent : “Nous étions impuissants (dans une région d'incroyance) sur terre.” Alors les anges diront : “La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre d'émigrer ?” Voilà bien ceux dont le refuge est l'Enfer. Et quelle mauvaise destination ! A l'exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie. A ceux-là, il se peut qu'Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur. Et quiconque émigre dans le sentier d'Allah trouvera sur terre maints refuges et abondance. Et quiconque sort de sa maison, émigrant vers Allah et Son Messager, et que la mort l'atteint, sa récompense incombe à Allah. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
Ceci est d'ailleurs confirmé dans la Bible :
(Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu, 26:52-54) « Plus tard, Pierre s'est servi d'une des deux épées des disciples. Comment Jésus a-t-il réagi ? » Il dit : « Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prendront l'épée, périront par l'épée. Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l'instant plus de 12 légions d'anges ? Comment donc s'accompliraient les Ecritures (fin de la morale jusqu'à Mouhamed (SBDSL), nos jours et le retour de Jésus), d'après lesquelles il doit en être ainsi (guidée de nombreuses personnes avec dignité et ennoblissement maximal de l'humanité) ? »
(Evangile de Jésus Christ selon saint Jean, 7:1) « Puis Jésus a guéri l'oreille du serviteur et Pierre a rangé son épée. Ces événements montrent que Jésus ne voulait pas que ses disciples utilisent leur épée pour le défendre. Lorsqu'il était menacé, Jésus prenait ses distances »
(Evangile de Jésus Christ selon saint Mathieu, 12:14/15) « Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. Les pharisiens (juifs impies, marchands du temple) sortirent et ils se consultèrent sur les moyens de le faire périr. Mais Jésus, l'ayant  su, s'éloigna de ce lieu »
(Evangile de Jésus Christ selon saint Jean, 8:59) « Là-dessus ils prirent des pierres pour les jeter contre lui, mais Jésus se cacha et il sortit du temple. »
Jésus a ordonné à ses disciples de faire de même :
(Evangile de Jésus Christ selon saint Mathieu, 10:23) « Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. »
(Evangile de Jésus Christ selon saint Mathieu, 10:14) « Lorsqu'on ne vous recevra pas et qu'on n'écoutera pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville et secouez la poussière de vos pieds. »
          Puis si ce califat de la taille d'un village évolue vers les dimensions d'une ville qui doit rester en dessous de 20 000 habitants afin d'être gérée plus facilement, d'éviter des délabrements futurs et de préserver un lien social important favorisant l'innovation scientifique et technique, l'industrie seulement mesurée peut également être choisie (quoique l’artisanat peut être meilleur pour l'équilibre économique), car l'industrialisation massive a été le début de la problématique centralisation économique actuelle, puisque synonyme de chômage de masse, de difficulté d'entreprendre, de contrôle oligarchique des ressources, de tyrannie ploutocratique, de lassitude ouvrière dépressive par le trop long travail à la chaîne enfermé en usine, de dépendance populaire au système, et donc de perte de libertés. Surtout que cette centralisation citadine de la propriété par l'oligarchie finit par obliger les populations à retourner vers ces écovillages presque autonomes pour éviter leur exploitation à travers des loyers toujours plus chers et des salaires stagnants. Mais pour réussir leur pérennité, les micro communautés de ces écovillages doivent vivre en réseau afin de multiplier les échanges commerciaux et sociaux équilibrant la vie de leur population restreinte.
« Désormais la plus haute, la plus belle performance que devra réaliser l’humanité, sera de répondre à ses besoins vitaux avec les moyens les plus simples et le plus sains. Cultiver son jardin ou s’adonner à n’importe quelle activité créatrice d’autonomie sera considérée comme un acte politique, un acte de légitime résistance à la dépendance et à l’asservissement de la personne humaine. » (Pierre Rabhi)
La ville « civilisation » (massive) actuelle temps même vers la barbarie, en particulier la mégalopole, car y découvre de graves problèmes supplémentaires de la densité. En effet elle réduit les capacités d’empathie et d’hospitalité, tout en devenant source d’agressivité voire d'ensauvagement. On observe ainsi une corrélation entre urbanisation et délinquance. C'est à dire que la grande ville favorise la criminalité, le mondialisme, les tentations, la technologie transhumaniste, l'individualisme et l'oubli du voisinage, et empêche donc le bioconservatisme, la paix intérieure et une pratique religieuse épanouie.
Ce premier temps discret puis accommodant de la prédication, prouvant que comme pour toute espèce, c'est en s'adaptant au changement de situation, de contexte ou d'environnement que les musulmans par essence responsables de l'islam survivent, et que se trouve donc le summum de l'intelligence, montre qu'à notre époque de fin des temps lorsque c'est possible, le mieux est de suivre cette progressive propagation religieuse pour urgemment gagner définitivement à la piété de nombreux cœurs n'étant touchés que par la douceur pacifique, et ainsi pour triompher face au dominateur mondialisme laïciste des perverses élites financières et sionistes.
          A ce niveau d'organisation locale puis communale qui est le moment où les musulmans purent très honorablement créer le premier micro califat lors de l'époque de la révélation coranique, la prédication pacifique peut par exemple continuer grâce au commerce licite et à des institutions nobles. Et si dans cette situation la nécessité d'une guerre défensive apparaissait, elle serait légitime par cette organisation fraternelle de micro califat ayant suivi la stratégie de l'ultime Prophète (SBDSL), et l'aide divine comme à l'époque du Prophète (SBDSL) devrait normalement intervenir tant que les musulmans restent unis et se battent en dehors des villes ou au moins après avoir mis à l'abri des civils par exemple dans des camps éloignés. Ce qui prouve qu'en islam, seul un chef d'Etat peut choisir la guerre, sauf si un tyran parvient au pouvoir dans un pays musulman et y interdit la prière en commun. En effet pour obtenir cette aide divine quelle que soit la taille de l'ennemi, ce qui compte c'est l'importance que les musulmans accordent solidairement à la défense de la justice et donc de la religion, sans division, ni colère ni haine, et le fait qu'en suivant cette prophétique organisation communautaire de transmission du message divin, ils auront évité la guerre civile en ayant migré, et donc en permettant si nécessaire honorablement de légitimement combattre vitalement sur des terrains hors des villes, c'est à dire sans destruction de civils ni de biens publics. L'islam est donc plus qu'une religion de paix ou/et de guerre, car l'islam est une religion de vie par rapport à la réalité des divers intérêts et croyances au sein de l'humanité, dont dans ce cas entre persécuteurs idolâtres guerriers et monothéistes se défendant. C'est à dire que pour protéger les civils et éviter une guerre civile qui peut s'éterniser, Dieu et le Prophète (SBDSL) ont refusé qu'il y ait des combats militaires pendant la période mecquoise qui a duré 13 ans. C'est ce que devrait d'ailleurs au minimum faire intelligemment les différents protagonistes des guerres actuelles. Des sociologues occidentaux ont reçu des réponses intéressantes d'ukrainiens à la question de savoir si leur logement avait été endommagé à la suite d’opérations militaires russes. L’écrasante majorité des personnes interrogées ont déclaré que leur logement n’avait pas été endommagé au cours de l’opération militaire spéciale menée par la Russie. En fait, cela confirme le fait que les troupes russes ne frappent pas les habitations et les infrastructures sociales en Ukraine. Elles ne frappent que des cibles militaires : visibles ou camouflées. Ce genre de réponses a été donné par 94 à 100% des personnes interrogées dans 18 villes sur 21, et par 73% à Mykolaiv, 66% à Chernihiv et 60% à Kharkiv. Cependant s'ils devaient persister à se battre dans les villes en continuant donc de stupidement les détruire, ils pourraient donc au moins placer tous les civils dans des camps de réfugiés ou au sein d'autres nations comme le fait aussi la Russie. En effet afin de protéger les civils pendant une guerre, cette sagesse logique est prioritaire quels que soient les intérêts en jeu, car ce sont les civils qui doivent réellement avoir une valeur supérieure, en particulier pour les combattants se prétendant pieux, civilisés ou/et défenseurs de ces civils.
Or l'humanité doit évidemment prier pour que la justice et la paix mondiales adviennent, tellement les pertes d'innocents, de faibles, de civils et de biens publics sont grandes, puisque la violente, chaotique et cruelle guerre moderne aux armes massivement destructrices frappe souvent indistinctement dont aussi à travers la famine.
          Puis après la victoire du micro califat soutenue par le divin, une union départementale, régionale voire nationale peut être recherchée, comme lorsque le Prophète (SBDSL) unifia les tribus de la péninsule arabique au sein du premier (macro) califat, dont en ayant pardonné à celles ennemies présentes à la Mecque suite à sa pacifique conquête triomphante de cette ville principale par le très grand nombre de musulmans qui y ont participé, car l'union fait évidemment encore plus la force quand elle est large. Surtout que la plupart des nations actuelles proviennent aussi de confédérations de peuplade comme pour la France (bretons, occitans, alsaciens, flamands, bourguignons, provençaux, basques, etc).
Il faut noter qu'au niveau de leur organisation administrative, de leur système judiciaire, de leurs infrastructures et de leur science, la constructions des nations européennes est en grande partie liée à la bonne philosophie grecque dont quand elle est basée sur le naturel et la concertation populaire, au développement et droit romains, au christianisme et à l'islam dont au niveau de la justice et l'équité sociales. Et c'est pourquoi le plan diabolique du faux messie juif cherchera par opposition à dissoudre les nations sous la bannière du mondialisme ploutocratique, individualiste et wokiste. Le Christ ne peut que faire le bien et l’antéchrist peut faire le mal. Le Christ annonce la venue Royaume des Cieux parmi les humains puis sur terre et enfin dans l'au-delà synonyme d'ennoblissement maximal, alors que l’antéchrist cherche l’avènement du Diable à travers la domination juive par l'esclavage économique laïciste de l'humanité voire par une destruction massive possiblement nucléaire. Tous ceux qui ont un peu de vécu, qu’ils soient croyants ou incroyants, savent qu’il y a un conflit entre Dieu et le Diable parmi les humains, et dans chaque humain. De l’issue de ce conflit décidée par chaque humain dépend la noblesse et donc la qualité de notre vie future ainsi que de la vie sur terre, même si Dieu triomphera à la fin des temps et dans l'au-delà lors du Jugement Dernier puisque Il y sera le Suprême Juge Unique.
          Enfin comme semble le prouver le fait que le Prophète (SBDSL) n'est jamais sorti de la péninsule arabique, une fois la guerre défensive gagnée et une union régionale voire nationale du Califat obtenue, la prédication pacifique peut à nouveau continuer grâce au commerce honnête avec les autres régions ou nations, à travers le marché économique libre et équitable imposé par le Coran. Mais quand nécessaire selon le calife Omar, ce marché doit être régulé par un peu d'interventionnisme étatique comme quand il s'agit d'éviter des problèmes tels une augmentation exagérée des prix suite à un arrangement entre tous les commerçants (au niveau local ou national) ou tout autre abus flagrant(, comme la valeur de la monnaie qui n'est plus l'or ou l'argent doit désormais être régulée quand elle est trop élevée par exemple à cause d'un seul secteur économique très bénéfique comme l'énergie). En effet cette situation du Califat pourrait être suffisante pour participer à la guidée ou au moins à la purification des relations internationales, comme cela s'est donc passé pour la conversion de l'Indonésie par le commerce solidaire des musulmans ou à l'époque du royaume d'Israël sous le règne du Prophète David puis de Salomon, puis à celles de l'empire chrétien et de l'empire islamique. Ainsi malgré les accusations de colonisation brutale souvent erronées, ce sont principalement les révélations divines portées par des hommes ou des chevaliers cherchant en plus à commercer, qui ont participé à civiliser de grandes parties du monde dont celles contrôlées par les aztèques et les incas qui pratiquaient des sacrifices humains d'autres tribus pour une grande illusion satanique de devoir empêcher le néant d'emporter le monde. C'est à dire que les nations entretenant des relations commerciales avec un califat exemplaire sont logiquement éduquées vers le monothéisme pur, comme lorsque les grecs civilisèrent et pacifièrent des peuples barbares également par le commerce honnête. Surtout que le meilleur moyen d'éviter des guerres est de faire du commerce en toute honnêteté avec tous les autres états, sans favoritisme ni exclusion, ce qui est d'ailleurs une des rares qualités de l'Union Européenne. De plus par l'existence d'un califat bien guidé, d'éventuels nouveaux convertis étrangers seraient autorisés à y demander l'asile en cas de persécutions dans leur pays dont particulièrement à cause d'un gouvernement hostile à l'islam.
Dans son essence divine et par rapport à sa grande mais limitée surface de son âge d'or territorial, le but du Califat islamique hégémonique bien guidé n'est donc pas d'obtenir tous les territoires de l'humanité par la force, mais de la guider par une exemplarité pieuse dont donc au niveau de l'économie licite et des relations internationales honorables. Surtout que les règles monothéistes économiques sont bonnes pour tout pays.
« Le fait est qu’il n’y a jamais eu de puissance mondiale véritablement « dominante » jusqu’à l’émergence de l’Amérique sur la scène mondiale... Au cours de la dernière partie du 20e siècle, aucune autre puissance ne s’en est approchée. Cette époque touche désormais à sa fin. Vers un réalignement mondial » (Zbigniew Brzezinski, The American Interest)
D'ailleurs comme le fait penser la possible conclusion subtile du plan divin de la fin des temps préférant très probablement la victoire la plus pacifique possible pour l'ennoblissement maximal de l'humanité tel lors de la conquête de la Mecque par le Prophète (SBDSL) et suite à ce qu'a intelligemment déclaré le jeudi 19 décembre 2019 le Président iranien Hassan Rohani concernant la possible création d'une cryptomonnaie éthique pour les musulmans du monde, il est clair que par rapport à notre époque de grandes tensions internationales dont la grave instabilité économique mondiale à cause de l'usure en plus massive fait partie, un nouveau califat bien guidé et donc pacifiant devient nécessaire. D'autant qu'il a été annoncé par le Prophète (SBDSL) et sera très probablement basé sur la perfection économique d'une blockchain monothéiste islamique infalsifiable. Ainsi la réalité de ce califat économique  pourrait déjà exister si tous les musulmans ou tous les pays musulmans du monde développaient puis utilisaient cette blockchain économique islamique. D'ailleurs cette monnaie du monde musulman pourrait correspondre au dinar islamique numérique toujours basé sur la valeur de l'or ou sur la valeur d'un panier de matières premières, car cette matière monétaire inoxydable n'est qu'un moyen basé sur un accord général pour faciliter l'établissement de la valeur des biens et les transactions. Et cela pourrait être la même chose pour le dirham argent. Surtout que la création du nouveau califat bien-guidé peut possiblement d'abord commencer virtuellement via internet tel le projet ecclesia d'Etat-Nation sans frontières à cette adresse https://lemediaen442.fr/ecclesia-le-projet-detat-nation-sans-frontieres/
Les musulmans ont donc désormais clairement l'opportunité de pouvoir s'unir avec une (ou des) cryptomonnaie, une (ou des) blockchain et une (ou des) plateforme d'échange basées sur une charte éthique en rapport avec les règles monothéistes authentiques, tout en prouvant qu'unis ils sont en partie le Mahdi et que dans cette situation un chef politique pour la communauté musulmane mondiale ne serait qu'une petite cerise sur le gâteau. Surtout que le  message du Mahdi (signifiant bien-guidé) sera beaucoup plus important que lui, car très probablement il conduira facilement à la satisfaction divine synonyme de plus haut niveau du Paradis. D'autant plus que le Mahdi ne pouvant rien seul, c'est à dire si il n'est massivement pas reconnu, désigné et soutenu dans la transmission de son message, cela signifie que chaque personne le suivant sera donc bien en partie le Mahdi et qu'il n'est pas étonnant que certains musulmans prétendent comprendre l'être sans l'être pourtant entièrement, surtout que cela sert à préparer son apparition. Et il faudra probablement l'aider au mieux, car comme le Coran invite à réfléchir sur son contenu divin, sur la Création (dont l'histoire de l'humanité) et sur l'excellence du Prophète (SBDSL), il aura possiblement sacrifié une grande partie de sa vie à cela sous forme d'études religieuses, de classements précis, de recherches d'interprétations, et d'élaborations de nombreuses conclusions morales principales facilitant l'accès à la satisfaction divine dans le firdaws.
          De plus avec le grand Califat établi à la fin des califes bien guidés, l'islam pouvait également continuer de se répandre par des voyages de prêches à l'étranger tant que les autres nations ne tuaient pas ces musulmans prédicateurs. Surtout que si tous les musulmans depuis cette période avaient pris la responsabilité de cette transmission pacifique du message divin comme cela leur est autorisé, l'humanité aurait potentiellement pu être guidée entièrement.
Or pour que moralement la communauté musulmane triomphe noblement à notre époque, elle doit s'équiper au mieux de la science et des vertus se trouvant dans la connaissance acquise à cours de l'Histoire, le monothéisme authentique, les pieuses qualités, les technologies, les arts et la civilisation en particulier résumés dans ce site, tout en penchant grandement dans la quête de la justice, de la vérité, de la modération, de la noblesse, de l'excellence, de la miséricorde et de l'amour profond pour tous comme Jésus (paix sur lui) et Mouhamed (SBDSL).
          Et si une guerre défensive internationale était encore nécessaire, l'aide divine devrait normalement encore une fois intervenir comme à l'époque du Prophète (SBDSL) et des premiers califes tant que les musulmans restent unis dans et pour la noblesse religieuse, puis évitent les guerres dans des villes ou proches des populations.
          Il faut noter que le plan divin dans le bien pour l'établissement de l'islam se fit principalement à travers l'accommodement pacifique, la subtilité miséricordieuse, la parole véridique, la générosité sociale, l'équité, la justice nécessaire et donc la grandeur dignement pieuse, alors que le plan diabolique dans le mal pour l'établissement de l’unipolaire mondialiste, américano-sinoniste, laïciste, wokiste et ploutocratique se fait à travers la violence, l'humiliation, le mensonge, l'égoïsme, l'oppression, l'injustice, le machiavélisme et donc la bassesse indignement impie.
          Concernant le rôle important que le Prophète (SBDSL) a joué dans cette création du Califat islamique ayant participé à la purification du monde avec le christianisme, le livre « Les 100 : classement des personnes les plus influentes de l'Histoire (qui demeurera toujours un mouvement religieux, politique, spirituel, philosophique ou scientifique, dont le moteur sont les idées progressant parfois au milieu de circonstances particulières, d'un matérialisme dialectique ou d'événements préparés, qui peuvent être des accélérateurs historiques, c'est à dire être synonyme d'un saut qualitatif quand il s'agit de transformer la société en bien ou en mal, comme le Covid 19 fabriqué a perversement essayé de l'être pour le système néolibéral visant le grand reset synonyme de ploutocratie occidentale voire mondiale en détruisant l'économico-sociale et facilitant la monopolisation corrompue) » est un best-seller écrit par Michael H. Hart sorti en 1978 et réédité en 1992 après quelques révisions, relatant ou plutôt classant les 100 personnages réels qui ont été les plus influents mondialement, et affirmant que c'est le Prophète Mouhamed (SBDSL) qui a été le plus influent dans ce sens, tout en prouvant ainsi l'omnipotente aide divine dans sa mission de propagation de l'islam.
Pourtant Michael H. Hart (né le 28 avril 1932 à New York) est un astrophysicien et essayiste américain, représentant du nationalisme blanc américain, qui défend une partition raciale des États-Unis. Il a organisé en 2009 à Baltimore une conférence intitulée « Preserving the Western Civilization » qui appelait à défendre « le (pseudo) héritage judéo-chrétien (car cette expression provient de la franc-maçonnerie influencée par le judaïsme) et l’identité européenne » contre les migrants en provenance du tiers monde, l’islam et les afro-américains.
Le Prophète Mouhamed (SBSDL) arrivant en tête, l’auteur du livre justifie ce choix en déclarant : « Certains lecteurs seront peut-être étonnés de me voir placer Mouhamed en tête des personnalités ayant exercé le plus d’influence en ce monde, et d’autres contesteront probablement mon choix. Cependant, Mouhamed est le seul homme au monde qui ait réussi par excellence sur les plans religieux et séculier. D'origine modeste (au cœur de l’Arabie désertique pauvre, divisée en lutte de tribus, et donc sans aucune influence sur la géopolitique mondiale de son époque au septième siècle après JC), Mouhamed a fondé et promu une des plus grandes religions du monde et est devenu un leader politique extrêmement actif.
Surtout que son influence sur le monde est d'autant plus grande puisque sa mission ayant eu donc lieu dans une zone désertique isolée, étouffante fréquemment par sa chaleur, divisée, barbare et peu évoluée a réussi mondialement. Or ceci montre donc bien aussi avant tout que cela doit servir pour toujours à prouver à l'humanité l'aide divine reçue par le Prophète Mouhamed malgré sa louable vie d'efforts pieux constants :
(S11v12) « Il se peut que tu négliges une partie de ce qui t'est révélé (Mouhamed), et que ta poitrine s'en sente compressée parce qu'ils disent : “Que n'a-t-on fait descendre sur lui un trésor ?” (alors que chaque année de sa mission prouvait toujours plus l'aide divine) Ou bien : “Que n'est-il venu un ange en sa compagnie ?” (alors que voir un ange sera synonyme de fin de libre-arbitre et donc de vie humaine). Tu n'es qu'un avertisseur. Et Allah est Le protecteur de toute chose. »
(S17v89-96) « Et certes, Nous avons déployé pour les gens, dans ce Coran, toutes sortes d'exemples. Mais la plupart des gens s'obstinent à être mécréants. Et ils dirent : “Nous ne croirons pas en toi jusqu'à ce que tu aies fait jaillir de terre pour nous une source ; ou que tu aies un jardin de palmiers et de vignes entre lesquels tu feras jaillir des ruisseaux en abondance ; ou que tu fasses tomber sur nous comme tu le prétends le ciel en morceaux ; ou que tu fasses venir Allah et les anges en face de nous ; ou que tu aies une maison (garnie) d'ornements ; ou que tu sois monté au ciel. Encore ne croirons-nous pas à ta montée au ciel, jusqu'à ce que tu fasses descendre sur nous un Livre que nous puissions lire.” Dis (leur) : “Gloire à mon Seigneur ! Ne suis-je pas qu'un être humain-Messager ?” Et rien n'empêcha les gens de croire, quand le guide leur est parvenu, si ce n'est qu'ils disaient : “Allah envoie-t-Il un être humain-Messager ?” Dis : “S'il y avait sur terre des anges marchant tranquillement, Nous aurions certes fait descendre sur eux du ciel un ange-Messager.” Dis : “Allah suffit comme témoin entre vous et moi.” Il est, sur Ses serviteurs, Parfaitement Connaisseur et Clairvoyant. »
(ExtS17v59) « Rien ne Nous empêche d'envoyer les miracles, si ce n'est que les anciens les avaient traités de mensonges. »
)
Aujourd'hui, treize siècles après sa mort, l'influence du Prophète (SBDSL) est toujours puissante et vaste.
La plupart des personnes classées dans ce livre ont eu l'avantage d'être nées et élevées au cœur de la civilisation, avec une culture brillante ou au milieu de nations aux enjeux politiques forts. Mouhamed en revanche est né en 570 au sud de l'Arabie dans la ville de la Mecque, à une époque où cette région du monde était donc arriérée, car loin des centres principaux mondiaux de commerce, d'art et de culture. Orphelin à l'âge de 6 ans, il a été élevé dans un environnement modeste. La tradition islamique nous apprend qu'il était illettré. Sa situation économique s'est améliorée quand à l'âge de 25 ans, il épousa une veuve aisée. Néanmoins, alors qu'il approchait ses quarante ans, peu de signes laissait donc croire qu'il serait une personne remarquable.
La grande majorité des arabes à cette époque étaient païens, et croyaient en de nombreux dieux. Il y avait, en revanche à la Mecque, un petit nombre de juifs et de chrétiens. Il y a beaucoup de chances pour que ce soit par leur intermédiaire que Mouhamed apprit pour la première fois qu'un seul dieu omnipotent dirigeait tout l'univers (alors que c'est plutôt par les restes de la tradition abrahamique demeurant dans certains groupes). A quarante ans, Mouhamed devint convaincu (plutôt affirma) que ce seul vrai Dieu (Allah) s'adressait à lui (par l'intermédiaire de l’Archange Gabriel) et l'avait élu pour répandre la vraie foi.  Durant trois ans, Mouhamed ne prêcha qu'auprès d'amis proches et d'associés. Puis en 613 environ, il commença à prêcher en public. Pendant qu'il gagnait doucement quelques convertis à l'unicité divine, les autorités de la Mecque commencèrent à les considérer comme une nuisance et à les persécuter, puisque leur richesse reposait à cette époque sur le commerce autour de 360 idoles vénérées à la Kaaba, et que le Prophète Mouhamed (SBDSL) et ses adeptes revendiquaient donc l'importance et la légitimité de l'adoration exclusive envers l'unicité de Dieu.
En 622 suite à la guidée d'environ cent personnes prouvant encore l'aide divine à travers, et alors qu'il craignait pour sa sécurité, le Prophète Mouhamed (comme le firent auparavant ces premiers croyants) s'enfuit à Médine (une ville à 320 km au nord de La Mecque), car ses responsables politiques lui avaient proposé (suite à la reconnaissance par beaucoup de ses habitants de sa prophétie annoncée dans certains textes sacrés juifs et chrétiens) d'y jouer un rôle au pouvoir politique influent devant en plus unir une grande partie de la ville suite à diverses divisions de ses tribus. Cette émigration de La Mecque à Médine appelée l'Hégire fut le tournant de la vie du Prophète (et le début du calendrier musulman). A la Mecque il avait eu quelques fidèles. A Médine, il en eu rapidement beaucoup plus, et il acquit finalement une influence qui faisait de lui un guide absolu. Pendant les années suivantes, alors que les fidèles de Mouhamed devenaient de plus en plus nombreux, une série de batailles opposant la Mecque et Médine eurent lieu. Cette longue guerre s'acheva en 630 avec le triomphe de Mouhamed qui rentra à la Mecque en la conquérant pacifiquement puisque accompagné de 10 000 fidèles et en étant assis sur sa chamelle la tête baissée humblement pour rendre hommage à la victoire exclusive de Dieu. Puis les deux années et demie restantes de sa vie furent le témoin de la rapide conversion des tribus arabes de toute la péninsule arabique du sud à la nouvelle religion, et un peu plus tard aussi du Nord. Quand Mouhamed mourut en 632, il était donc le guide effectif de toute l'Arabie du Sud.  Les bédouins des tribus d'Arabie avait une réputation de fiers guerriers. Mais ils étaient peu nombreux et déchirés par des guerres intestines. Il n'y avait jamais eu de grand combat commun ni d'armée unie importante dans tout le royaume située dans les régions d'agriculture sédentaire au Nord de l'Arabie, ni dans les régions du Sud. Toutefois, unifiées par Mouhamed pour la première fois dans l'Histoire, et inspirées par leur fervente croyance récente au Dieu unique, ces petites armées arabes s'engagèrent dans une des plus impressionnantes séries de conquêtes de l'histoire humaine (montrant également l'omnipotente aide divine). Au Nord Est de l'Arabie s'étendait le vaste empire Néo-perse des Sassanids. Au Nord Ouest s'étendait l'empire Byzantin (l'empire Romain Oriental) centré sur Constantinople. Numériquement, les arabes ne faisaient pas le poids face à leurs opposants, mais sur le champ de bataille, c'était très différent. Ainsi ces arabes inspirés conquirent rapidement toute la Mésopotamie, la Syrie et la Palestine (dont Jérusalem). Moins de dix ans après la mort du Prophète (SBDSL), l’Égypte avait été arrachée à l'empire Byzantin alors que les armées perses avaient été écrasées à la bataille clé de Qadisiya en 637 et Nehavend en 642.
Or même après ces grandes conquêtes effectuées sous les ordres des amis (compagnons) proches du Prophète Mouhamed, ses successeurs immédiats devenus les deux premiers califes bien guidés Abou Bakr et Omar Ibn al-Khattab, cela ne marqua pas la fin de l'avancée des musulmans. En 711, ils avaient (déjà) complètement rejoint, à travers l'Afrique du Nord, l'océan Atlantique. C'est ici qu’elles tournèrent vers le Nord, et traversant le détroit de Gibraltar, elles eurent raison de l'empire Visigoth en Espagne. Pendant un moment, il semblait que les musulmans allaient vaincre toute l'Europe chrétienne. Mais en 732 lors de la fameuse bataille de Tours, une armée musulmane, qui s'était avancée au centre de la France, fut vaincue par les Francs. Néanmoins, au cours d'un petit siècle de batailles, cet élan spirituel inspiré par les mots du Prophète (SBDSL), avaient sculpté un empire qui s'étendait des frontières de l'Inde à l'océan Atlantique, l'empire le plus étendu que le monde ait vu. Partout où l'armée avait conquis, une conversion de masse vers la nouvelle foi s'ensuivait librement.
Toutes les conquêtes ne se maintinrent pas jusqu'à nos jours. Les Perses, bien qu'ils soient restés fidèles à la religion du Prophète (SBDSL) ont regagné leur indépendance vis à vis des arabes. Et en Espagne, plus de sept siècles de guerre virent finalement les chrétiens reconquérir l'ensemble de la péninsule. Toutefois, la Mésopotamie et l’Égypte, les deux berceaux des civilisations anciennes sont restées musulmanes, tout comme l'ensemble de la côte du Nord de l'Afrique. La nouvelle religion, bien sûr, continua à se répandre au cours des siècles, bien au-delà des frontières des conquêtes musulmanes originelles. Petit à petit, elle eut des dizaines de millions d'adeptes en Afrique et Asie centrale, et encore plus au Pakistan, en Inde du Nord et en Indonésie. En Indonésie, la nouvelle foi fut un facteur d'unité. Dans le subcontinent indien, en revanche, un conflit opposant les musulmans et les hindous reste un obstacle majeur à l'unité.
Or suite à tout cela, comment peut-on donc mieux préciser l'impact global de Mouhamed sur l'histoire humaine?
Comme toutes les religions, l'islam exerce une influence prépondérante sur la vie de ses fidèles. C'est pour cette raison que les fondateurs des grandes religions du monde figurent tous de manière conséquente dans ce livre. Or puisqu'il y a à peu près deux fois plus de chrétiens que de musulmans dans le monde (désormais à peu près égal), il peut paraître à première vue étrange que Mouhamed soit placé avant Jésus, mais diverse raisons motivent ce choix.
Tout d'abord, Mouhamed a joué un rôle beaucoup plus important dans le développement de l'islam que Jésus pour le développement de la chrétienté. Bien que Jésus soit responsable des principaux préceptes moraux et éthiques du christianisme (dans la mesure où certains différent du judaïsme), c'est Saint Paul qui fut le plus grand promoteur de la théologie chrétienne, son principal diffuseur et l'auteur d'une grande partie du Nouveau Testament.
Mouhamed en revanche est responsable à la fois de la théologie de l'islam et de ses principaux principes moraux et éthiques. De plus suite à la révélation, il a joué un constant rôle clé dans le prosélytisme de la nouvelle foi et l'établissement des pratiques religieuse de l'islam. Enfin, il est l'auteur des écritures sacrées des musulmans : le Coran (parole divine exclusive vraiment protégée par un style poétique miraculeux) et ses paroles ou commentaires (hadiths du Prophète ou sur le Prophète qui peuvent donc être aussi liés à son comportement) qu'il croit (affirme) divinement inspirés(, en particulier le Coran qui n'est que de la répétition du message divin transmis à cet ultime Messager). La plupart de ces paroles ont été copiées plus ou moins fidèlement pendant la vie de Mouhamed et ont été rassemblées dans des recueils qui firent autorité peu de temps après sa mort. Or les paroles du divin Coran, étant exactes par essence, représentent donc plus fidèlement les enseignements divins reçus par Mouhamed, et il faut donc mettre une parole prophétique (hadith) en rapport avec le Coran pour valider son ou ses sens (surtout que n'étant pas totalement protégées comme le Coran). Et comme aucun recueil d'une telle précision rassemblant les enseignements du Christ n'a survécu et comme le Coran est au moins aussi important pour les musulmans que l'est la Bible pour les Chrétiens, l'influence de Mouhamed par le Coran est donc considérable et supérieure à Jésus. Il est même ainsi probable que l'influence de Mouhamed sur l'islam est plus importante que les influences combinées de Jésus Christ et Saint Paul sur le christianisme. La place centrale du Coran dans la religion musulmane et le fait qu'il soit écrit en arabe ont en plus probablement empêché que la langue arabe éclate en de multiples dialectes inintelligibles, ce qui aurait pu se passer dans les treize siècles postérieurs aux conquêtes musulmanes. De plus en considérant le niveau religieux seulement, il semble que Mouhamed ait été aussi influent dans l'histoire humaine que Jésus. Il faut noter que si Dieu n'a pas donné la religion complétée totalement au saint esprit de Jésus alors qu'il est l'esprit de Dieu selon les musulmans, cela montre encore que Dieu propose bien irréprochablement à l'humanité un noble cheminement personnel comparable au Sien, puisque l'islam révélé à Mouhamed, Son bien-aimé, permet d'obtenir la sainteté et un ennoblissement maximal similaires à Dieu.
Pour beaucoup d'événements historiques importants, on pourrait dire qu'ils étaient inévitables et qu'ils auraient eu lieu même sans la présence du leader politique particulier qui les a conduits. Par exemple, les colonies d'Amérique latine auraient probablement gagné leur indépendance vis à vis de l'Espagne même si Simon Bolivar n'avait jamais vécu. Mais cela n'est pas valable pour les conquêtes arabes. Rien de comparable n'avait eut lieu avant Mouhamed, et il n'y a aucune raison de croire que les conquêtes auraient pu être effectuées sans lui. La seule conquête comparable dans l'Histoire est celle des Mongols au treizième siècle, qui a été principalement causée par l'influence de Genghis Khan. Ces conquêtes (destructrices) en revanche, bien que plus étendues que celles des musulmans (constructrices), n'eurent aucune permanence, et aujourd’hui les seules régions occupées par les Mongols sont celles qu'ils occupaient avant Genghis Khan.
Le cas des conquêtes des arabes (des musulmans) est donc bien différent. De l'Irak au Maroc (et du Pakistan et à la Turquie), elles réunissaient une véritable chaîne de nations arabes unies (et aussi musulmanes non arabes), non seulement par leur foi dans l'islam mais aussi par leur langue, leur histoire et leur culture arabe (et non arabe). (D'ailleurs l'islam est encore présent dans toutes ces régions du monde, même si elles sont désormais divisées.)
Les différences et les divisions entre les états arabes existent bel et bien actuellement, et elles sont considérables, mais la division partielle ne doit pas masquer à nos yeux les éléments importants, facteurs d'unité qui ont continué à exister. Par exemple, l'Iran et l'Indonésie, tous deux états pétroliers et marqués par la religion islamique, ont rejoint l'embargo sur le pétrole de l'hiver 1973-1974. Ce n'est pas une coïncidence si tous les états arabes, et seulement les états arabes, ont participé à l'embargo. Comme nous pouvons donc le voir, les conquêtes arabes du septième siècle ont continué de jouer un rôle important dans l'histoire humaine jusqu'à nos jours.
Avec ces derniers arguments, il s'agit d'autant plus d'une combinaison d'influence séculière et religieuse qui selon l 'auteur donne légitimement le droit à Mouhamed d'être considéré comme la figure singulière la plus influente dans l'histoire humaine.
Voici le classement et les personnalités des 20 personnes le plus influentes de l'humanité selon ce livre :
1) Mouhamed 570/632 : Leader religieux et séculaire, figure emblématique de l’islam, considéré par les Musulmans comme le dernier de tous les Prophètes. Réformateur social, diplomate, philosophe islamique, orateur, législateur, meneur militaire et politique.
2) Isaac Newton 1643/1727 : Scientifique anglais physicien, mathématicien, astronome, philosophe, alchimiste, et théologien. Ses lois, la Loi universelle de la gravitation et les Lois du mouvement, ont conduit au développement de la Mécanique newtonienne.
3) Jésus-Christ : Leader spirituel, figure centrale de la chrétienté, vénéré par les chrétiens comme le fils de Dieu ainsi que l’incarnation de sa volonté. Dont par son sacrifice et de sérieux apôtres, il a réussit forcément par la grâce de Dieu à changer une partie du peuple juif et tout le polythéisme militaire de l'empire romain en un empire chrétien basé sur l'amour universel. A ceux qui doutent de Jésus, il faut poser ces questions : Comment se fait-il que les talmudistes les plus déchaînés n’ont jamais douté de l’existence de Jésus Christ ? Pourquoi le Talmud a eu recours aux pires calomnies concernant Jésus dont en le qualifiant de fils du légionnaire Pantera, de faux prophète et de magicien adepte de la magie noire, plutôt qu’à la  méthode révisionniste qui fonctionne encore de nos jours ?
4) Bouddha -563/-483 : Leader spirituel, philosophe de l’Inde ancienne. Fondateur du Bouddhisme.
5) Confucius -551/-479 : Philosophe, maître penseur chinois, fondateur du confucianisme dont les préceptes philosophiques ont influencé fortement les chinois, les coréens (korean confucianism), les japonais (edo neo-confucianism), les vietnamiens et les indonésiens. Il est possible de lire 238 intéressantes et souvent bonnes citations de Confucius à l'adresse https://citation-celebre.leparisien.fr/auteur/confucius
6) Paul de Tarse 5/67 : Un des apôtres chrétiens les plus marquants de la chrétienté. Il prêcha les enseignements de Jésus en Palestine et fut l'auteur des Épîtres de Paul qui feront partie du Nouveau Testament.
7) Cài Lún 50/121 : Politicien de la Chine impériale considéré comme le premier inventeur du processus de fabrique du papier.
8) Johannes Gutenberg 1398/1468 : Inventeur allemand qui inventa la machine d'imprimerie.
9) Christophe Colomb 1451/1506 : Navigateur génois, colonisateur et explorateur dont les voyages ont permis la découverte du continent américain.
10) Albert Einstein 1879/1955 : Scientifique éminent, physicien allemand, connu pour sa Théorie de la relativité ainsi que sa fameuse équation E = mc2.
11) Louis Pasteur 1822/1895 : Scientifique français, chimiste et physicien de formation, pionnier de la microbiologie, qui, de son vivant même, connut une grande notoriété pour avoir mis au point un vaccin contre la rage.
12) Galilée 1564/1642 : Mathématicien, géomètre, physicien et astronome italien du XVIIème siècle. Parmi ses réalisations techniques, il a perfectionné et exploité la lunette astronomique, en améliorant la découverte hollandaise d'une lunette d'approche, pour procéder à des observations rapides et précoces qui ont bouleversé les fondements de l'astronomie et confirmer certains travaux de Copernic.
13) Aristote -384/-322 : Philosophe grec de l'Antiquité. Avec Platon, dont il fut le disciple à l'Académie, il est l'un des penseurs les plus influents que le monde ait connu. Il est aussi l'un des rares à avoir abordé presque tous les domaines de connaissance de son temps : biologique, physique, métaphysique, logique, poétique, politique, rhétorique et de façon ponctuelle économique. Chez Aristote, la philosophie est comprise dans un sens plus large : elle est à la fois recherche du savoir pour lui-même, interrogation sur le monde et science des sciences.
14) Mustafa Kemal Atatürk 1881/1938 : Homme d'État turc (juif faussement converti à l'islam), fondateur et premier président de la République de Turquie de 1923 à 1938 ayant participé à la disparition du Califat islamique par la laïcisation.
15) Moïse vers -700 : Premier Prophète du judaïsme selon de nombreux juifs, qui s'appelle parfois « mosaïsme », ce qui signifie « religion de Moïse ». Moïse est probablement le personnage le plus important de la Bible hébraïque, recevant la Loi pour le judaïsme, préfigurant Jésus-Christ pour le christianisme, tous deux précédant instructivement la valeur suprême du Prophète Mouhamed pour l'islam.
16) Charles Darwin 1809-1882 : Naturaliste anglais à l'origine de la fausse théorie de l'évolution s'étant répandue à travers le monde.
17) Shih Huang Ti : Roi chinois qui standardisa l'écriture, la langue, la monnaie, les poids et les mesures et incarnerait le père de la Grande Muraille de Chine. Pourtant, si son œuvre posa les bases de la période impériale chinoise par la tyrannie, sa dynastie ne lui survécut que trois ans.
18) Auguste César -63/14 : Premier empereur romain.
19) Nicolas Copernic 1473/1543 : Chanoine, médecin et astronome polonais. Il est célèbre pour avoir développé et défendu la théorie de l'héliocentrisme selon laquelle le soleil se trouve au centre de l'univers (système solaire en vérité) et la terre sphérique tourne autour de lui contre la croyance répandue que cette dernière était centrale, plate et immobile.
20) Antoine Laurent de Lavoisier : Chimiste, philosophe et économiste français, souvent présenté comme le père de la chimie moderne.
Pour conclure les extraits de ce livre, l'auteur précise : « je tiens à faire remarquer aussi que les 10 premières places comportent 2 scientifiques, 2 inventeurs, 1 explorateur, 2 prophètes et 3 philosophes et religieux. Comme quoi (noblement et donc heureusement) la religion, la science et la philosophie sont des sujets qui passionnent (principalement) les foules plus que tout ! (Et il faut remarquer que chez ces grandes figures historiques, l’action et la théorie n’étaient que les deux faces d’une même pièce, les deux morceaux d’un même symbole que le vrai sage sait réunir dans une synthèse vivante entre contemplation et action. Or de tout temps dont particulièrement à notre époque, de nombreux corrompus sont viscéralement jaloux de ne pas accéder à la contemplation véritable et au bon comportement par leur bassesse spirituelle et cherchent à en écarter les autres.) »
          La première place de ce classement est également validée par le discours d' Alphonse de Lamartine, homme politique français du 19e siècle, concernant le Prophète de l'islam :
« Jamais homme ne se proposa volontairement ou involontairement un but plus sublime, puisque ce but surhumain était de saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l’homme et l’homme à Dieu, restaurer l’idée rationnelle et sainte de la Divinité dans le chaos des (faux) dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie. Jamais homme n’entreprit, avec de si faibles moyens, une oeuvre si démesurée par des forces humaines, puisqu’il n’a eu, dans la conception et dans l’exécution d’un si grand dessein, d’autres instruments que lui-même et d’autres auxiliaires qu’une poignée de barbares dans un coin du désert. Enfin jamais homme n’accomplit en moins de temps une si immense et si durable révolution dans le monde, puisque moins de deux siècles après sa prédication, l’islam prêché et armé régnait sur les trois Arables, conquérait la Perse, le Khorasan, la Transoxiane, l’Inde occidentale, la Syrie, l’Egypte, l’Ethiopie, tout le continent connu de l’Afrique septentrionale, plusieurs des îles de la Méditerranée, l’Espagne et une partie de la Gaule. Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l’immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne au Prophète Mouhamed ? Les plus fameux n’ont remué que des armes, des lois, des empires ; ils n’ont fondé (quand ils ont fondé quelque chose) que des puissances matérielles écroulées souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d’hommes sur un tiers du globe habité ; mais il a aussi remué des autels, des dieux, des religions, des idées, des croyances, des âmes ; il a fondé, sur un livre dont chaque verset est devenue loi, une nationalité spirituelle qui englobe des peuples de toute langue et de toute race, et il a imprimé, pour caractère indélébile de cette nationalité musulmane, la haine des faux dieux et la passion du Dieu Un et Immatériel. Ce patriotisme vengeur des profanations du ciel fut la vertu des enfants du Prophète Mouhamed ; la conquête du tiers de la terre à son dogme fut son miracle, ou plutôt ce ne fut pas le miracle d’un homme, ce fut celui de la raison. L’idée de l’unicité de Dieu, proclamée dans la répétition des glorifications merveilleuses, avait en elle-même une telle vertu, qu’en faisant explosion sur ses lèvres, elle incendia tous les vieux temples des idoles et alluma de ses lueurs un tiers (des cœurs) du monde (sans lassitude). »
Il a aussi dit :
« Cette terre arabe est la terre des prodiges. Dieu est plus visible là-bas qu’ici : c’est pourquoi je désire y vieillir et y mourir. »
« Le mahométisme peut entrer, sans effort et sans peine, dans un système de liberté religieuse et civile ; […] il a l’habitude de vivre en paix et en harmonie avec les cultes chrétiens. […] On peut, dans la civilisation européenne, […] lui laisser sa place à la mosquée, et sa place à l’ombre ou au soleil. »
Son humanisme ne résulte pas de quelque exotisme romantique, mais d’une réflexion historique sur son pays :
« La France est géographiquement comme moralement un pays de fusion et de contraste dans l’unité. […] Elle-même n’est plus qu’une grande mêlée de races, de sang, de langues, de mœurs, de législations, de cultes, qui fond tout ce qu’elle a de divers dans une lente et laborieuse unité. […] La diversité est donc le caractère essentiel et fondamental de la France nationale. […] C’est la pauvreté des autres races nationales de l’Europe, de n’avoir qu’un caractère national ; c’est le génie, c’est l’aptitude, c’est la grandeur, c’est la gloire de la France, d’en avoir plusieurs. »
On peut donc repérer dans l’œuvre de Lamartine un cheminement intellectuel parallèle à sa découverte personnelle de l’Orient, qui le mène par une sensibilité poétique proche de la spiritualité du Coran à un humanisme ouvert aux musulmans.
Alexandre Dumas a écrit dans son Journal d’un voyage en Arabie : « Fondre toutes ces croyances en une seule, réunir tous les Arabes sous une loi commune, et donner à ce peuple un nouvel élan, telle fut la tâche immense qu’entreprit le génie de Mahomet. Comment donc refuser un tribut d’éloges au créateur de tout ce que l’histoire musulmane offre de grand, de noble, de glorieux ? »
Napoléon Bonaparte a dit peu avant sa mort en 1821 : « L’islam est la vraie religion. […] J’espère que le moment ne tardera pas où l’islam prédominera dans le monde. »