Recherche

Menu principal

PDF Imprimer Envoyer

C) Suite 3


Il faut remarquer qu'il existe une similitude inégalitaire et violente entre le suprémacisme ploutocrato-social (oligarchique), celui judéo-protestant (calviniste), celui sioniste, celui wahhabite et celui nazi (pour ce dernier plus dans un sens racial), dont face au concept prioritairement égalitaire ou plutôt équitable et doux de l'islam, du catholicisme et de l'orthodoxie, même ces religions peuvent se défendre par la guerre.
Par conséquent ces analyses justifient encore la nécessité divine d'envoyer des Prophètes tout au long de l'Histoire ou des hommes bien-guidés depuis la mort de l'ultime, afin de rappeler le sens véridique des paroles sacrées révélées et d'unir les croyants, puisque pour reprendre les trois exemples précédents se prétendant réformateurs, le judaïsme matérialiste sioniste dominateur (croyant au but ultime de devoir triompher sur terre en tant que peuple afin d'y établir un paradis terrestre suite à la naissance et l'autorité de leur Macchia (leur messie), qui permettra en plus dans une forme tout de même surnaturelle d'y ressusciter tous les juifs morts, à part possiblement les athées) a perverti l'authentique mosaïsme intègre, le christianisme protestant (calviniste, évangéliste vétérotestamentaire) cupide a perverti l'authentique christianisme charitable et l'islam wahhabite rigoriste a perverti l'authentique islam accommodant. Surtout que ces trois hérésies ont trahi un commandement essentiel du monothéisme en pratiquant l'usure, ont en commun d'avoir massacré des populations entières, et incarnent donc des grands égarements que certaines gens vivent naïvement. Cependant de plus en plus nombreux sont ceux qui ont pris conscience de cela, par preuves que de plus en plus de juifs sont prêts à ignorer, excuser ou valider l’anti-sionisme, que la majorité des chrétiens valident tout anti-christianisme égoïste (cupide) et que la majorité des musulmans valident l'anti-wahhabisme :
(S2v11) « Et quand on leur dit : “Ne semez pas la corruption sur la terre”, ils disent : “Au contraire nous ne sommes que des réformateurs !” Certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s'en rendent pas compte. »
(S41v40) « Ceux qui dénaturent le sens de Nos versets (des livres révélés) ne Nous échappent pas. Celui qui sera jeté au Feu sera-t-il meilleur que celui qui viendra en toute sécurité le Jour de la Résurrection ? Faites ce que vous voulez car Il est Clairvoyant sur tout ce que vous faites »

Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu 21:12/13) : Jésus entra dans le temple de Dieu. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons. Et il leur dit : « Il est écrit : Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs... »
Bible (Évangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu, 12:14/15) : Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les juifs cherchaient à le faire mourir. Les pharisiens (juifs égarés, marchands du temple, à l'origine du sionisme qui amena au messianisme juif qui entraîna le protestantisme et aussi probablement le wahhabisme) sortirent et ils se consultèrent sur les moyens de le faire périr. Mais Jésus, l'ayant su, s'éloigna de ce lieu.
Commentaire : Une des principales raisons pour lesquelles certains juifs dont les pharisiens ont refusé de suivre Jésus comme Messie est qu'ils attendaient faussement un Messie guerrier et dominateur dont économiquement et militairement, et pas un revificateur de la spiritualité pieuse, digne, profonde et humaniste, précisant qu'elle est prioritaire et qu'il faut tendre désormais vers l'universel, c’est-à-dire l'anti-communautaire, à moins qu'auparavant dont du temps des rois David et Salomon il était facile de se convertir au judaïsme comme actuellement à l'islam. En effet ils attendait une domination mondiale matérielle de Jésus le Messie alors qu'elle fut spirituelle. C'est à dire qu'une partie des juifs de l'époque attendaient l'illusion de la victoire de leur puissance (domination) temporelle collective et tribale, alors que Jésus est venu établir la vérité de la victoire par la puissance (noblesse) spirituelle individuelle et universaliste. D'ailleurs selon Jésus "Mon royaume n’est pas de ce monde (ni de l'autre en réalité car il est seulement le triomphe du spirituel et Mouhamed sera la meilleure créature au Paradis)", alors que les juifs comprenaient donc jusqu’alors la venue du messie comme le triomphe d’un chef de guerre surnaturel venu chasser l’occupant romain afin de leur apporter la suprématie tant rêvée sur terre, en récompense de leur fidélité à la Loi. Cette fausse interprétation sur le Messie des juifs l'ayant refusé est en rapport avec les Prophètes juifs qui vinrent après les destructions du temple à Jérusalem ainsi que la perte d'autorité politique des juifs dans cette région, et qui évoquaient de plus en plus sa venue, ayant d'ailleurs guidé vers la domination du christianisme puis de l'islam (suivant spirituellement Jésus) sur Jérusalem. Ainsi l'actuelle violence des sionistes pour récupérer Jérusalem et se débarrasser de leurs pseudos ennemis est illégitime, ce qui est d'ailleurs en rapport avec l'interdiction divine concernant la récréation de l’État d'Israël. De plus l'éternelle grande paix bénie annoncée à Jérusalem par les textes juifs, chrétiens et musulmans évoquent en réalité la fin des temps et le retour du Messie.
(ExtS61v13/14) « Et annonce la bonne nouvelle (du Paradis) aux croyants. Ô vous qui avez cru ! Soyez les alliés d'Allah, à l'instar de ce que Jésus fils de Marie a dit aux apôtres : “Qui sont mes alliés (pour la cause) d'Allah ?” Les apôtres dirent : “Nous sommes les alliés d'Allah.” Un groupe des Enfants d'Israël crut, tandis qu'un groupe nia. Nous aidâmes donc ceux qui crurent contre leur ennemi, et ils triomphèrent. »
(S5v78-80) « Ceux des Enfants d'Israël qui n'avaient pas cru ont été maudits par la bouche de David et de Jésus fils de Marie, parce qu'ils désobéissaient et transgressaient. Ils ne s'interdisaient pas les uns aux autres ce qu'ils faisaient de blâmable. Comme est certes mauvais ce qu'ils faisaient ! Tu vois beaucoup d'entre eux s'allier aux mécréants. Comme est certes mauvais ce que leurs âmes ont préparé pour eux-mêmes, de sorte qu'ils ont encouru le courroux d'Allah, et c'est dans le supplice qu'ils éterniseront. »
(S2v213) « Les gens formaient (à l'origine) une seule
communauté (croyante). Puis, (après leurs divergences,) Allah envoya des Prophètes comme annonciateurs et avertisseurs ; et Il fit descendre avec eux le Livre (Bible et Coran) contenant la vérité, pour régler parmi les gens leurs divergences. Mais, ce sont ceux-là mêmes à qui il avait été apporté, qui se mirent à en disputer, après que les preuves leur furent venues, par esprit de rivalité ! Puis Allah, de par Sa Grâce, guida ceux qui crurent vers cette Vérité sur laquelle les autres disputaient. Et Allah guide qui Il veut vers le chemin droit. »
(ExtS2v253) « Et si Allah avait voulu, les gens qui vinrent après eux ne se seraient pas entre-tués après que les preuves leur furent venues, mais ils se sont opposés : les uns restèrent croyant, les autres furent infidèles. Si Allah avait voulu, ils ne se seraient pas entre-tués, mais Allah fait ce qu'il veut (dans Sa noblesse d'éprouver les hommes vers la dignité). »
(S3v105) « Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer, après que les preuves leur furent venues, et ceux-là auront un énorme châtiment. »
(S3v19) « Certes, la religion acceptée d'Allah, c'est l'islam. Ceux auxquels le Livre (Bible et Coran) a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu'après avoir reçu la science. Et quiconque ne croit pas aux signes d'Allah... alors Allah est prompt à demander compte ! »
(S42v13-15) « Il (Dieu) vous a légiféré en matière de religion, ce qu'Il avait enjoint à Noé, ce que Nous t'avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus : “établissez la religion, et n'en faites pas un sujet de division.” Ce à quoi tu appelles les associateurs leur parait énorme. Allah élit et rapproche de Lui qui Il veut et guide vers Lui celui qui se repent. Ils ne se sont divisés qu'après avoir reçu la science (religieuse) et ceci par rivalité entre eux. Et si ce n'était une parole préalable de ton Seigneur pour un terme fixé (scénario complet de l'humanité), on aurait certainement tranché entre eux (en faisant mourir les injustes ou amenant le Jour du Jugement Dernier immédiatement). Ceux à qui le Livre (Bible) a été donné en héritage après eux sont vraiment à son sujet (concernant son sens suite aux diverses divisions précédentes). Appelle donc (les gens) à cela (l'union par le Coran ou le monothéisme) ; reste droit comme il t'a été commandé ; ne suis pas leurs passions ; et dis : “Je crois en tout ce qu'Allah a fait descendre comme Livre (Thora, Evangile, Coran), et il m'a été commandé d'être équitable entre vous. Allah est notre Seigneur et votre Seigneur. A nous nos oeuvres et à vous vos oeuvres. Aucun argument (ne peut trancher) entre nous et vous. Allah nous regroupera tous. Et vers Lui est la destination.” »
Commentaire : Or par rapport à ces divergences dont intra monde musulman, il faut que chacun se rappelle le passage coranique suivant (ExtS5v48) « Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Certes, Allah enverra un revificateur de la religion auprès de cette communauté (musulmane), et ceci, à l’avènement de chaque siècle. (Les derniers seront Al Mahdi puis Jésus lors de son retour.) » (Abou Dawoud)
(Pour essayer de beaucoup mieux percevoir la base du contexte mondial, quelques analyses, interprétations et estimations politiques, géopolitiques ou eschatologiques qui suivront dans ce chapitre II comme certaines autres du site peuvent être approximatives et donc manquer de clarté, de précision, synchronicité voire de justesse par rapport au présent, à la réalité ou au reste du site expliquant l'excellence morale de Dieu, du Prophète (SBDSL), de l'islam, de la religion, de la spiritualité et de la piété. Or ces derniers points sont certainement les sujets les plus intéressants et importants dans le fond, car n'étant pas de simples descriptions matérialistes ni donc primaires, et même si pouvant être un champ certain de diverses réponses possibles dont principales. Cependant la politique et la géopolitique noblement, respectueusement voire subtilement constructives, dont par la négociation ou le compromis intelligents, appartiennent aussi évidemment à l'excellence morale. De plus il y aura parfois peu voire pas de transitions entre les sujets évoqués, car comme dans le Coran, il s'agit d'abord de transmettre des connaissances importantes, qui sont d'ailleurs souvent difficiles à classer dans un seul thème.)

          Ainsi contrairement au changement d'avis de Pierre Hillard concernant le bon rôle du véritable islam, cette religion ne peut être en même temps l'ami noahide du sionisme et son ennemi par sa pratique des valeurs traditionnelles, dont de la famille naturelle, du monothéisme authentique et du refus de l'usure, d'autant plus par preuve de la destruction du califat et de nombreux pays musulmans. En effet comme ami noahide du sionisme, il ne peut y avoir que l'égaré réformisme islamique de certains car se conformant au système économique occidental actuel et participant à détruire les pays arabes musulmans de l'intérieur, et que le rigoriste wahhabisme car appauvrissant gravement la morale islamique, s'égarant dans le lien à Dieu, se soumettant à la domination américano-sioniste et participant aussi à détruire les pays arabes musulmans mais plus de l'extérieur. Il faut noter qu'une partie du réformisme islamique apparaît au départ pour rattraper le niveau civilisationnel occidental à travers des loges maçonniques orientales liées à celles occidentales, c'est à dire dans un sens de progressisme vers la modernité technologique, mais que finalement cela sert sournoisement le monde anglo-américain dans sa volonté de manipuler puis dominer une partie du monde arabe ou/et musulman si possible par l'internationaliste laïcisme capitaliste, sioniste, oligarchique, et financier en dollar voire le wokisme comme contre la France et la Russie.
Surtout que ceci est prouvé également par l'ancien ministre français Vincent Peillon qui a affirmé que c'est la laïcité, basée sur une déclaration des droits de l'Homme ne reconnaissant même plus l'Être suprême, qui est la religion de la république. Ces droits de l'Homme sont donc passés sournoisement d'une cause idéologique pour le maintien de l'union politique nationale, à une cause politique poussant à l'idéologie laïciste, wokiste, sioniste, ploutocratique, bancaire, mondialiste et tranhumaniste, dont en les faisant perversement tendre de moins en moins sur le relationnel mais sur l'individu, surtout car ce dernier isolé ne fait pas le poids face à ce vaste et donc lourd système idéologique. Il est intéressant de lire à ce sujet l'excellent livre de Youssef Hindi : « La mystique de la laïcité : généalogie de la religion républicaine de Junius Frey (petit neveu du kabbaliste et satanique Jacob Frank) à Vincent Peillon ».
En effet l'ami principal du judaïque messianisme internationaliste et sioniste demeurera toujours la nouvelle religion qu'est la laïcité modifiant les lois naturelles, rabaissant le niveau spirituel des peuples, et favorisant d'autres minorités dites opprimées (parfois impies comme l'organisation LGBT, politiques comme les migrants ou économiques comme des oligarques) au détriment de la majorité chrétienne ou raisonnable. C'est à dire que dans une forme de dictature de ces minorités se créant des privilèges, cela facilite le pouvoir du judaïsme politique ploutocratique de la perverse oligarchie mondialiste, juive ou/et israélienne souvent ashkénaze. Afin de récupérer toujours plus de pouvoirs, ces minorités trans, Lgbt, oligarchique et sioniste oppressent même certains conservateurs jusqu'à que ces derniers se défendent parfois maladroitement et soient accusés de fascistes. D'ailleurs il est important de remarquer l’aspect essentiellement international des réseaux du messianisme juif et oligarchique influençant fortement de nombreux grands pays pour leurs intérêts propres, et le sioniste lobby pro-israélien qui a soumis le monde politique, médiatique et intellectuel de l'occident et d'une grande partie du globe. L'establishment des affaires étrangères US comptera autant de soutien dans les rangs des parlementaires républicains que dans ceux des démocrates, car les parlementaires, les sénateurs et les gouverneurs des deux camps sont trop souvent élus grâce aux soutiens financiers lors de leur campagne électorale provenant de sponsors milliardaires liés majoritairement aux néoconservateurs, aux russophobes et à l’AIPAC. Aux USA, comme en UE ou en France, la politique étrangère n’est pas faite en fonction des aspirations majoritaires ou des besoins du peuple, mais par une petite élite mafieuse qui fait passer en priorité des intérêts particuliers dont principalement ceux des sionistes, ceux des mondialistes et donc les siens. C’est la raison pour laquelle il ne faut probablement pas attendre de grands changements dans la gestion de la crise ukrainienne. Tout au plus une légère baisse de l’aide financière et matérielle. C’est donc l’hiver et la résilience économique et sociale des deux partis en conflit qui pourrait désigner le vainqueur. Il faut noter que l'histoire de la géopolitique mondiale prouve qu'une forme divine de juste milieu l'a généralement encadrée, dont à travers les actions des dirigeants devant éviter tout effet contre-productif comme une haute trahison ou un massacre d'innocent. Et même les mauvaises exceptions ont souvent orienté l'histoire. Or l'histoire géopolitique a aussi avancé en fonction des diverses pressions ou alliances internationales de gouvernements. C'est pourquoi une partie des dirigeants du monde pourraient être des pieux, des anges, des démons (parfois des criminels sous chantage comme semble le prouver la position pro-covid et pro-israélienne de beaucoup malgré les dérives liberticides et le génocide à Gaza) ou des tièdes suivant tous plus ou moins consciemment voire obligatoirement (possiblement à cause de Dieu de manière cachée) le scénario divin des épreuves géopolitiques pour l'humanité dont du début jusqu'à la fin d'Israël. Cependant ni l'Occident anglo-saxon ni la Russie ne peuvent perdre cette guerre, mais pour une raison d'influence et donc de survie pour l'Occident anglo-saxon, alors que pour une raison de survie et donc d'influence pour la Russie.
Dans ce sens idéologique pervers et absurde, la géopolitique occidentale sérieuse dont de la France et des Etats-unis, qui devrait favoriser au Proche-Orient des liens avec les nombreuses nations arabes, privilégie même la petite entité israélienne depuis des décennies. Et cela va donc aussi follement jusqu’à préférer se sacrifier pour l'Ukraine plutôt que de préserver des bons liens avec la Russie en particulier au niveau économique dont par rapport à son gaz peu cher.
Le journaliste Gearóid Ó Colmáin va même subtilement plus loin en disant que la religion noahide pourrait finalement être l'Eglise de Rome qui progressivement s'est fortement réformé perversement. Or si possible, le nouvel ordre mondial préférera toujours un bouddhisme new age car athée, comme le prouve son action de faire affronter le christianisme et l'islam afin de laisser un champ de ruine pour y construire une nouvelle religion. L’Église de Rome s'est transformée en une anti-église aux valeurs moderniste, mondialiste, laïciste, financière, progressiste, climatiste, écologiste, matérialiste, immigrationniste, Lgbtiste (au point d'avoir invité une quarantaine de transsexuels au Vatican en novembre 2023 alors que c'est une des pires impiétés) et vaccinale occultant donc sa doctrine comme le prouvent une circulaire du Pape François, et son annuaire pontifical ayant évacué son titre de vicaire du Christ synonyme de coupure avec la révélation et donc de matérialisme franc-maçon ou/et juif. Car la république universelle mondialiste doit avoir une religion pour se réaliser solidement si la religion de la laïcité ou/et celle du bouddhisme ne suffisent pas. Ce Pape a donc perversement fait passer son Eglise de la morale des intellectuels archevêques à celle de la masse populaire laïciste pour prétendument attirer plus de fidèles. Il a d'ailleurs autorisé les prêtres à bénir les couples de même sexe, comme en grande partie à cause du sabbato-frankisme, il existe des rabbins homosexuels ou femme et même une synagogue lgbt. C’est une grande avancée pour la franc-maçonnerie chrétienne, car le progressisme a donc même infesté le cœur et le sommet du catholicisme. Alors que même la plupart des républicains de la révolution de 1789 qui prônaient tous la raison seraient déjà horrifiés de voir les républicains du wokisme qui prônent donc le nihilisme.
Emmanuel Todd date d'ailleurs la fin du protestantisme (et donc du catholicisme depuis que le Saint-Siège autorise les prêtres à bénir les couples de même sexe) et le début de l’ère nihiliste à l’adoption du mariage pour tous et du droit de changer de sexe à volonté. Quand un homme peut être une femme et une femme un homme indépendamment de son sexe biologique et que cette possibilité devient l’idéologie dominante, il y a rupture anthropologique avec le reste du monde, qui pense que l’Occident est devenu fou.
« Quelque chose a sérieusement mal tourné au sein de la hiérarchie de l'Église. L'hérésie généralisée, le scandale, la corruption et l'apostasie des bergers que le Christ a condamnés à juste titre comme des "loups déguisés en brebis" sont trop systématiques, et maintenant manifestes, pour être le fruit du hasard ou de la faiblesse humaine. Une planification ingénieuse et une exécution impitoyable et calculée ont amené la hiérarchie de l'Église à un tel état que les mauvais évêques ne cachent plus leur rejet du Dépôt de la Foi, leur haine de la morale chrétienne ou leur mépris envers les catholiques croyants et fidèles. L'agenda pro-LGBT, pro-contraception, pro-avortement, pro-femmes-prêtres de la « voie synodale » des évêques allemands, le « rite de bénédiction » des évêques flamands pour les couples homosexuels, l'étiquetage dérisoire des catholiques traditionnels par le cardinal Arthur Roche plus protestants que catholiques, l'élévation par le pape de nombreux évêques pro-LGBT au Collège des cardinaux, la dissimulation de la tristement célèbre affaire McCarrick, le vaste réseau du lobby gay parmi les évêques et à l'intérieur des murs de Rome, la remise de l'Église clandestine en Chine au Parti communiste chinois (PCC) par le Vatican, l'approbation et l'adhésion du Saint-Siège à l'Accord de Paris sur le climat fortement pro-avortement, le culte de la Pachamama et la participation aux invocations indigènes des esprits des morts. La liste se rallonge de plus en plus. L'apostasie massive à laquelle nous assistons aujourd'hui dans les rangs des plus hauts membres de l'Église n'a cependant pas été l'œuvre d'un seul jour ni d'une seule année. À cet égard, quelques faits aideront à mettre la situation actuelle en perspective. Le rapport ci-dessous comprendra les éléments suivants :
-Le plan maçonnique d'infiltrer la hiérarchie de l'Église énoncé dans la "Alta Vendita" et la correspondance vaticane/maçonnique témoignant d'une tentative de prise de contrôle des séminaires italiens dans les années 1960.
-Liste de Pecorelli de 1978 identifiant 120 fonctionnaires du Vatican qui étaient membres de la franc-maçonnerie, y compris leurs dates d'entrée, leurs numéros de code et leurs acronymes.
-Faits sur la loge maçonnique romaine Propaganda Due (P2) et son chef Licio Gelli, en arrière-plan de la liste de Pecorelli.
-L'enquête Gagnon commandée par le Vatican concernant l'infiltration des francs-maçons au sein du Saint-Siège et les circonstances entourant la mort de Jean-Paul I.
-Le travail d'infiltration du père Luigi Villa contre les francs-maçons au Vatican, une mission confiée par Padre Pio et confirmée par Pie XII.
-Des noms notables sur la liste de Pecorelli et les dommages causés à l'Église par les prélats maçonniques.
Comme cela devrait être clair pour quiconque examine les faits entourant la liste de Pecorelli, la franc-maçonnerie est certainement entrée dans les murs du Vatican il y a au moins plusieurs décennies. Une vérification complète de la liste, bien que difficile, est certainement possible, étant donné la saisie par la police des documents de Licio Gelli nommant tous les membres de la loge maçonnique de Rome, Propaganda Due. Le rapport de Mgr Gagnon est également inédit dans les archives du Vatican. A ces sources s’ajoutent les enquêtes menées par le P. Luigi Villa, dont certains ont été publiés dans la revue Chiesa Viva. Avec des prélats italiens tels que l’évêque Francesco Soddu de Terni qui ont récemment prétendu assister publiquement à l’inauguration d’une nouvelle entrée à la loge maçonnique du Grand Orient d’Italie, une nouvelle enquête sur la franc-maçonnerie dans les rangs de la hiérarchie de l’Église se fait attendre depuis longtemps. Ce n’est qu’alors que les dommages que la Maçonnerie a causés et causent au Corps du Christ commenceront à être mis en lumière. » (Extraits de l'article « L'infiltration maçonnique est-elle responsable de l'apostasie généralisée du clergé catholique ? » à l'adresse https://www-lifesitenews-com.translate.goog/opinion/is-masonic-infiltration-responsible-for-the-widespread-apostasy-among-catholic-clergy/?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp)
Surtout que selon le texte du secret de la Salette qui est un message mariale (rapporté ici : http://seigneurjesus.free.fr/secretdelasalette.htm), Rome (l'Eglise catholique) perdra la foi et deviendra le siège de l'antéchrist, et que la France fille aînée de l'Eglise devenue fille aînée de la république laïque montre bien ce projet. Car le mondialisme actuel dilue la France en faisant dominer intrinsèquement le sionisme et en se servant de la perversion actuelle de l'Eglise romaine vers l'anti-Eglise dont donc par l'encyclique (circulaire) transmise à tous les évêques par le Pape François, validant des lois irréligieuses comme le mariage homosexuel, l'immigration de masse, la fin de la position de vicaire du christ par le pape et donc l’effacement de la valeur prioritaire de la révélation. Pour préparer sa succession et préserver cet égarement, le pape François a même formé vingt cardinaux proches de sa ligne.
En 2016, le Pape avait baisé les pieds de migrants dans un geste qui rappelait celui du Christ, qui oignait les pieds des pauvres avec de l’huile. C’est louable, sauf que laver les pieds des migrants, ça va au-delà du sanitaire, de la bonté et de la purification, ça bascule dans le politique : c’est dans la droite ligne du programme mondialiste de destruction des frontières, donc des nations. Sans oublier les loges qui ont intérêt à voir disparaître la France éternelle. Là, on est dans le combat eschatologique. Et François est de leur côté. Ce pape mondialiste n'est donc pas allé par hasard à Marseille, ville composée à plus de 30 % d’immigrés plus ou moins récents, selon qu’on compte les clandestins ou pas. KTO nous rappelle que François a placé son règne sous le signe du soutien à l’immigration. Quelle différence avec Soros (et sa société ouverte internationaliste comme il sera revu), Leyen, Schwab, Attali et Macron ?
A ce sujet il est intéressant de lire l'interview « Mgr Viganò : “l’Eglise catholique de plus en plus obscurcie par la secte qui se superpose abusivement à elle” » à l'adresse https://www.medias-presse.info/mgr-vigano-leglise-catholique-de-plus-en-plus-obscurcie-par-la-secte-qui-se-superpose-abusivement-a-elle/138012/
Et aussi l'excellent article : « Pas de Copernic pour la médecine » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Pas-de-Copernic-pour-la-medecine-66683.html
Il faut noter que même si Dieu préfère l'islam, les apparitions mariales ont toujours averti l'Eglise de ne pas se pervertir et souvent dénoncé la perversion de certains de ses membres dont pour guider les catholiques mais aussi les orthodoxes. De plus l'apparition mariale de Lourdes dont pour prévenir du rationalisme, du libéralisme, du progressisme et du modernisme impies et l'apparition de Fatima dont pour prévenir du rationalisme, du communisme, du progressisme et du modernisme impies ont aussi rappeler l'importance de la prière, des sacrements, de la pénitence, de l'eucharistie, de la lecture en famille des saintes écritures, des prières du chapelet, de la confession mensuelle, du jeûne et de l'orientation vers la civilisation de l'amour. La plupart d'entre elles sont d'ailleurs des pratiques similaires à celles demandées par l'islam. En effet l'intelligence reconnue des lumières ou de savants comme Darwin et Schopenhauer se prétendant la plus haute du monde par rationalisme et raison a très étonnamment aussi produit le plus noir des espoirs qu'est l'athéisme.
« Ce très étrange Pape François trouve même le temps de recevoir de hauts représentants du Nouvel Ordre Mondial, des représentants du mondialisme et de la finance usurière, des dictateurs ; des criminels de guerre, des épouses de combattants du bataillon néo-nazi Azov, et l’activiste russo-canadien Piotr Verzilov (le fondateur et le porte-parole du groupe féministe Pussy Riot, connu pour les profanations et les sacrilèges perpétrés en Russie contre les églises orthodoxes, sur le modèle des Femen en Occident). Il est déconcertant que ce représentant d’un mouvement antichrétien qui a fait du blasphème le cœur de son action subversive soit admis au Vatican. Cette attitude d’une duplicité rare, mais loin d’être ambiguë, montre comment l’église profonde de Bergoglio est totalement alignée non seulement sur le récit psychopandémique, mais aussi sur la folle gestion de la crise russo-ukrainienne par l’État profond. Il confirme la volonté de normaliser dans l’Église Catholique le pansexualisme de l’infâme idéologie LGBTQ, avec la perdition éternelle qui en résulte pour de nombreuses âmes. La sagesse et la prudence de la diplomatie vaticane, ce précieux héritage des siècles, admiré par toutes les chancelleries du monde, aujourd’hui sous la direction de Pietro Parolin, n’est plus qu’un lointain souvenir : les intérêts courtois (et particuliers), les profits économiques (surtout des multinationales) et les connivences criminelles prévalent sans honte devant Dieu et devant les hommes. Les fidèles regardent avec scandale la transformation du Saint-Siège en repaire de voleurs (et d'impies). » (Extraits de la Déclaration de Mgr Viganò sur l’arrestation de Son Eminence le cardinal Joseph ZEN consultable à l'adresse https://strategika.fr/2022/05/17/declaration-de-mgr-vigano-sur-larrestation-de-son-eminence-le-cardinal-joseph-zen/)
Selon l'article « L’intention de Bergoglio est aussi subversivement de nuire aux (rabaisser les) âmes, de discréditer l’Église et d’offenser (la majesté de) Dieu », Bergoglio tente même de normaliser (au service du mondialisme) les péchés de théorie du genre, d'homosexualité, de sodomie, de concubinage et de transsexualisme.
Le mondialisme n'est pas à confondre avec la mondialisation à laquelle il a été souvent lié :
-mondialisation : C'est un phénomène qui n'est que l'extension des échanges économiques via la technique se développant inexorablement, et qui est donc c'est un phénomène normal, naturel. Dans ce paradigme qu'est la mondialisation, il existe parfois de vertueuses dont car pacificatrices relations économiques (en particulier à travers l'importance de l'énergie gazière), puisque dans divers cas lorsqu'un pays prend des sanctions contre un autre même s'il est un rival, cela peut lui retomber dessus. C'est un peu comparable à la dissuasion nucléaire (appelée aussi l 'équilibre de la terreur, car il y a une garantie de destruction mutuelle et ces nations ne pourront donc être renversées ou dominées que par des subversions de l’intérieur dont via des révolutions oranges pouvant provenir de sanctions économiques) ou à la dissuasion du coût de la guerre. En effet il est clairement admissible qu'à notre époque, le monde se développe en interdépendance. La survie alimentaire, technologique et énergétique des peuples empêchent même actuellement les gouvernements du monde d'aller trop loin dans l'escalade de la guerre économique et militaire sous peine de révolutions internes, puisque la mondialisation les a donc en partie liés dont à travers les usines de fabrications et l’approvisionnement en ressources énergétiques, technologiques et alimentaires à l'étranger. Tout est de plus en plus lié et interconnecté, car par exemple le pétrole ou le gaz participent à la création de l'engrais servant aux cultures. Ainsi par rapport au mondialisme, il peut y avoir une bonne mondialisation comme celle multipolaire utile à la Chine mais moins à la Russie par son autonomie quoique importante pour sa géopolitique. Il faut noter que la première mondialisation eut lieu avec l'empire romain et ses routes terrestres, que la seconde correspond aux routes maritimes ouvertes par Magellan, que la troisième correspond à l'hégémonie du dollar, et que la quatrième peut être attribuée aux voies technologiques de communications mondiales comme le téléphone, les satellites, la télévision et internet. En effet au 16e siècle, la navigateur Magellan réalise plusieurs découvertes. Après avoir longé la côte atlantique de l'Amérique du Sud et hiverné en Patagonie, il trouve un passage vers l'océan Pacifique, qui porte son nom : le détroit de Magellan. Magellan est alors le premier Européen à naviguer sur l'océan Pacifique. Or la mondialisation à outrance dont via la recherche à l'étranger du moindre coût dans les processus industriels ayant impacté négativement de nombreux pays, quand de gros problèmes dont géopolitiques surviennent, les productions nationales peuvent gravement être arrêtées à cause du manque de certaine pièces, matériaux ou ressources et du prix de la main d’œuvre nationale. Ainsi il faut un juste milieu entre patriotisme et mondialisation, et donc entre souverainisme et commerce international, dont car on ne peut pas assurer un avenir stable à sa famille et ses proches sans y tendre au niveau national.
-mondialisme : Le mondialisme peut doncêtre définit comme la mondialisation à outrance ou comme le globalisme économique, financier et privé qui se sert entre autres de la convergence entre l'occidentalisme, l'atlantisme et l'européisme oligarchique ou/et sioniste. C'est à dire que ce globalisme tend à réunir toutes les caractéristiques d'un totalitarisme planétaire. Sa politique est basée sur l'ultra-libéralisme économique et le wokisme (laïcisme, progressisme perverti, transhumanisme) visant une ploutocratie internationale et sioniste.
En effet pour prétendument lutter contre l'anarchie naturelle (de coopération, de compromis ou de guerre) des relations interétatiques préservant la souveraineté (et donc le conservatisme selon la suite), le mondialisme pousse à la prédominance du commerce et du marché sur le politique dont via la finance internationaliste, le wokisme et la subversion des nations par la société ouverte sorrossienne, alors qu'il n'existe pas d’État mondial naturel puisque l'Histoire l'a prouvé, car les hommes ont par essence des intérêts matériels différents voire progressivement des visions différentes que ce soit au niveau politique et même religieux comme le montrent les nombreuses sectes du christianisme et de l'islam. Surtout que le rapport de force est l'essence des relations internationales pouvant aller donc vers la coopération, le compromis ou la guerre, c'est à dire qu'il n'y a pas de bien ou de mal à ce niveau, à part pour Israël qui est une nation mauvaise par essence puisque Dieu l'a interdit, et d'autant plus que l'occident politique prétend que son libéralisme universaliste est le seul camp du bien dont face à des pays conservateurs comme la Russie et la Chine. Ainsi la victoire progressive de ces oligarchiques mondialistes révolutionnaires ultra-libéraux type Soros se voit à chaque société qui se dissout nationalement, religieusement, familialement, moralement, économiquement, financièrement, ethniquement à cause de lois supranationales, wokistes, Lgbtistes... D'où le retour de l'impérialisme conservateur russe et chinois face l'hégémon unipolaire ultra-libérale occidental dont pour éviter aussi que cette anarchie naturelle des nations descendent illégitimement au niveau intra-étatique à cause des tensions inter-ethniques ou inter-religieuses voire de la guerre civile généralisée créées par l'actuel pouvoir globaliste immigrationniste pour préserver ses intérêts, puisque la masse apeurée demande plus d'autorité et que la division évite la formation d'un grand bloc lors des élections afin de plus facilement faire élire des agents particuliers.
D'ailleurs comment les dirigeants qui imposent des politiques qui détruisent leurs pays et nuisent à leurs citoyens, qu’ils sont censés représenter, peuvent se soustraire indéfiniment à un véritable examen de leurs trahisons ? Comment peut-on durablement être en guerre contre son propre peuple ? Combien de temps un gouvernement peut-il négliger les intérêts de ses citoyens et vilipender ceux qui se plaignent ? Comment les critiques envers ces politiciens peuvent être réduites au silence dont à par rapport à une censure qui ne peut être totale ? Si ce n’est de remplacer la population née dans le pays assez rapidement pour éviter de devoir rendre des comptes.
Par rapport à une nation, le mondialisme est donc un parasite l'affaiblissant économiquement et le déconstruisant moralement pour le diluer dans le supra-national, dont par des élites faussement patriotes. Même l'idée de Hobbes de devoir parvenir à une entité supranationale mondiale pour éviter l'anarchie internationale est une erreur, car elle est impossible par rapport à l’ordre divin ayant décidé de se faire rencontrer les peuples dans la dignité humaine du compromis, même si des unions régionales sont possibles.
Or il y a une différence entre le mondialisme de Soros voulant qu'il soit américano-centré pour préserver la domination de la finance occidentale et le mondialisme de Schwab étant prêt à accepter que la Chine devienne l'hégémon en espérant que cela participe à la diluer dans le supra-national, ce qui pourrait s'avérer l'inverse.
« La définition proposée par Stanislas Berton (entrepreneur, économiste et écrivain français, diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Reims en 2008, spécialisation en marketing, entrepreneuriat et intelligence économique) sur « qu’est-ce que le mondialisme ? » est la suivante : « C’est un système totalitaire, politico-religieux, qui vise à la mise en place d’une gouvernance mondiale, à une religion mondiale, à la dépopulation, à la fin de la propriété privée, à la destruction de la famille et des valeurs traditionnelles, à la normalisation des perversions et des déviances. Ce projet est porté par une véritable secte qui fonctionne comme une mafia. » L’avènement de la gouvernance mondiale se réalise par la destruction des états nations avec un transfert des pouvoirs vers les ONG, tout comme en ce moment avec l’OMS et son RSI (le règlement sanitaire international). La suite est la création des monnaies numériques par les banques centrales, une monnaie qui sera contrôlable comme par exemple avec un montant maxi alloué pour chaque dépense comme la viande ou le carburant, deux produits dans le collimateur des mondialistes.  Le mondialisme fonctionne grâce à plusieurs leviers d’action, celui de l’information par un financement des principaux médias, celui de l’ingénierie sociale via l’infiltration de tous les gouvernements par les youngs globals leaders du WEF par exemple, Klaus Schwab s’en félicitant lui-même. Ce courant politique unipolaire n’est pas récent, de grands événements comme la révolution française ou sinon encore plus récemment la révolution russe ont été préparé et financé par ces personnes et grands familles qui dirigent le monde, tout comme la deuxième guerre mondiale. La façon d’agir du mondialisme est de créer un problème et d’amener la solution qui sera alors accepter par les populations. C’est aussi affaiblir les peuples avec la destruction du noyau familiale et l’aliénation des enfants qui représentent l’avenir du pays, ou du monde. Pour lutter contre le mondialisme, la spiritualité est importante. Peu importe la religion, ou même le fait d’être athée, il convient aux populations de concevoir qu’elles sont dans un combat du bien contre le mal, et que ce dernier est en train de corroder toutes les structures socialisantes et constructives. Encore une fois, même athée, la situation actuelle fait bien appelle à notre intériorité, à notre alignement psycho-philosophique par rapport à la Vie, ensuite chacun peut y mettre des nuances religieuses ou pas. » (Média en 4-4-2)
Le mondialisme est aussi une doctrine qui cherche à libérer les humains de tout déterminisme historique, national, familial, sexuel, afin de laisser les envies de chacun s'assouvir au maximum pour que les multinationales en profitent. L'arme principale du mondialisme est le contrôle de la monnaie et des banques centrales. Or le mondialisme est d'abord le plan d'une super classe planétaire principalement américano-européo-sioniste qui suit l'agenda caché d'un messianisme juif erroné cherchant la domination économique internationale. En effet ce messianisme juif provient d'une mauvaise tournure d'esprit basée en plus sur de faux ou incompris textes religieux talmudiques, afin de détruire le messianisme christique authentique, puis de dominer les nations avec l’hégémonie de l'État Israël ou avec un gouvernement mondial basé à Jérusalem et similaire à celui de l'UE. Il s'agit donc d'une concurrence et parfois d'une alliance entre le projet messianiste juif du grand Israël par la force (militaire) et le projet messianiste juif du gouvernement mondial par l'endettement (bancaire) des nations et par des institutions privées supranationales imposées par les oligarchies comme la BCE et la commission européenne. (Or cela a été parfois une féroce opposition comme entre les messianistes juifs libéro-américains et ceux communisto-soviétiques, dont dans leur critique du camp opposé.) C'est à dire que le mondialisme oligarchique occidental et sioniste cherche à imposer un monde unipolaire dont à travers l'éclatement des nombreuses nations liées aux USA, mais comme il est bloqué par les BRICS, le Grand Israël pourrait être privilégié surtout que le premier ministre Netanyahu a annoncé réaliser la prophétie d'Isaïe écrite en réalité par des rabbins sataniques.
Et il y a donc une grosse différence entre les messianistes ethno-centrés d’Israël voulant Jérusalem comme nouvelle capitale nationale avec le mont du tempe reconstruit comme lieu de culte exclusivement juif, et les messianistes cosmopolites de la diaspora juive riche voulant Jérusalem comme nouvelle capitale mondiale telle d'une UE mondiale avec le mont du temple reconstruit comme lieu de culte réunissant les trois monothéismes.
Pourtant suite aux destructions du temple juif à Jérusalem à cause de leurs péchés, les juifs savent eux-mêmes qu'ils ont perdus le statut de peuple divinement choisi (élu), et que pour cela, ils doivent en plus attendre la venue du Messie pour obtenir la rédemption et ne pas se rebeller contre les nations, ce qui est donc particulièrement rejeté par le messianisme juif mondialiste dominateur et par le très impie Israël puisque annexant de nombreux territoires, se battant contre diverses nations et se prétendant stupidement voire perversement son propre messie et donc rédempteur. A ce sujet si la prolétaire révolution mondiale athée du juif Marx avait réussi, lui, le peuple juif et l'état d’Israël au départ socialiste auraient aussi incarné leur propre messie ou plutôt dieu, de même que le messianisme juif mondialiste basé sur l'ultra-libéralisme, la finance internationaliste et donc la privatisation de tout dont via des structures supra-nationales comme l'Union Européenne, l'OMS, l'OMC.
Il faut noter que les deux bandes bleues sur le drapeau israélien représentent d'ailleurs pour beaucoup les fleuves Nil et Euphrate nécessaires à la survie aquifère d'Israël, ou pour d'autres seulement la Méditerranée et le Jourdain synonyme de toute la Palestine. C'est à dire que la volonté d'expansion de l'Israël sécularisé allait déjà du Nil à l’Euphrate comme selon un texte religieux, mais le sionisme révisionniste, de l'ashkénaze descendant des khazars Jabotinsky, recherche le Grand Israël dans une forme fasciste (par rapport donc à celui socialiste initialement), alors que le messianisme sioniste le recherche dans une forme monarchique, ce qui signifie que tous deux sont suprémacistes et correspondent donc à l'extrême droite de l'extrême droite, et qui est particulièrement dangereux puisque allant jusqu'à formater en Israël et ailleurs les élèves juifs à l'extrémisme juif, dans de juives écoles ultra-orthodoxes voire publiques, comme l'a prouvé le formatage nazi des écoles hitlériennes ou islamiste de certaines madrassa, d'autant plus que la guerre en Ukraine et Gaza sont liées puisque Jabotinski fut allié au fascisme de Mussolini et aux nazis ukrainiens et correspond à un père spirituel de Netayahou. D'ailleurs ces deux sionismes suprémacistes ont fini par fusionner. D'ailleurs ces deux sionismes suprémacistes ont fini par fusionner dont à travers le parti israélien « likoud » héritier des sionistes révisionnistes allié aux sionistes religieux (ultra-orthodoxes ashkénazes et séfarades) en formant le gouvernement de Netanyahou. Selon Youssef Hindi le rapprochement entre le sionisme révisionniste et le sionisme messianiste (religieux) a commencé dès 1947 et est clairement incarné par Netanyahou qui est le fils du secrétaire particulier de ce Jabotisnky.
Or le pire de l'Etat d'Israël est clairement incarné par la messianiste idéologie suprémaciste néo-nazie de Kahane qui a progressivement investi toute la sphère médiatico-politique. Concernant ce sujet et les différentes branches politiques en Israël, il est important de voir le reportage « Kahanistan (version sous-titrée français) » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=YtjfRi_n5Nw&t=719s
Mais le sionisme d'Israël sera donc passer d'abord par le socialisme laïque, puis le libéralisme laïque, puis le révisionnisme fasciste puis le messianisme monarchique suprémaciste.
Or le messianisme globaliste juif et le messianisme sioniste juif convergent par rapport au devenir de Jérusalem qui doit devenir illégitimement la capitale hégémonique du monde. Les globalistes sont d'ailleurs très étonnamment contre les nations sauf pour l’État d'Israël. D'ailleurs ce globalisme et ce sionisme ont donc la même racine qui est le messianisme juif gravement erroné.
« On a déjà étudié Mgr Delassus et sa Conjuration antichrétienne – et son étude sur l’américanisme qui montre que l’Amérique est sans doute une matrice et une république (ou un royaume comme celui d’Oz) antéchristique qui repose sur quatre piliers : le militarisme messianique d’essence biblique ; le matérialisme effroyable ; la subversion morale totale qui défie et renverse aujourd’hui toutes les civilisations (LGBTQ, BLM, Cancel culture, Green Deal, etc.). Quatrième pilier enfin : pire qu’Hiroshima, l’arme absolue semble être cette bombe informatique. Surtout que c’est aussi en Amérique qu’a pris corps le projet de l’établissement d’une religion humanitaire, devant se substituer aux religions existantes. Depuis longtemps on y travaille à abaisser les barrières dogmatiques et à unifier les confessions de façon à favoriser les voies à l’humanitarisme. » (Nicolas Bonnal)
Dans ce sens, leur plan principal cherche par diverses politiques manipulatrices à créer une monnaie mondiale unique synonyme d'ultime politique, une collectivité généralisée synonyme d'ultime économie et une religion noachique synonyme d'ultime spiritualité pour les non juifs. Suite au laïcisme, au progressisme, au libertarisme et au wokisme s'étant répandus après un discret, progressif et patient effacement des cultures traditionnelles, du patriotisme, de la loi naturelle et du monothéisme authentique par ce système messianiste corrompu dont principalement à travers la télévision, cette dernière pourrait donc être basée sur le christianisme perverti si le bouddhisme new age athée ne suffit pas. Il faut noter que selon ce messianisme impie afin que le peuple juif soit définitivement le seul peuple prêtre intermédiaire entre Dieu et le reste de l'humanité, Israël peut donc incarner son lieu d’accueil dont à travers le Grand Israël (surtout à cause la cancel culture qui peut clairement participer à ce que beaucoup croient à la fausse mission divine de cet Etat, d'autant plus que cette cancel culture préserve le culte de la shoah, que le noachisme est aussi développé par les menoras à l’Élysée, au Sénat, sur le champ de mars en face de la tour Eiffel, sur la place de la république et ailleurs donc très symboliquement car en plus religieusement et militairement par rapport à la fête juive d'Hanoucca dans une forme de soumission des nations non juives qui pourraient en plus au final prétendre que le judaïsme d'état sert à dominer les autres religions pour empêcher tout extrémisme et toute idéologie, et que si cet État gagne dans sa conquête de nombreux territoires palestiniens il pourrait au final contrôlait tout Jérusalem), ou héberger un gouvernement mondial à Jérusalem basé sur le socialisme et la technocratie écolo-sanitairo-numérique. D'ailleurs les juifs israéliens soutiennent majoritairement les républicains américains, et les juifs américains soutiennent majoritairement les démocrates.
Or l'enjeu du mondialisme se voit aujourd'hui principalement dans le combat de l'empire américain patriote essayant d'empêcher l'empire américain mondialiste qui n'est plus que celui de la finance atlantiste globaliste. C'est un combat comparable à celui de l'empire russe soviétique patriote de Staline qui empêcha l'empire russe soviétique internationaliste de Trotski. Et c'est Staline et donc la patriotisme qui triompha... D'ailleurs des messianistes talmudiques ont vu dans la révolution de 1789, dans celle bolchevique, dans la deuxième guerre mondiale contre Hitler puis dans l'effondrement de l'union soviétique, qui sont toutes des crises ayant été organisées par la finance internationaliste principalement anglo-saxonne, le début de la réalisation d'une prétendue promesse biblique de gouvernement mondial géré par les élites juives et oligarchiques, surtout avec la réapparition interdite par Dieu de l'Etat d'Israël en 1948 et la création de l’Otan étonnamment l'année suivante. D'autant plus qu'avec sa définition du sionisme qui est de parvenir à une humanité une, sans frontière et avec les juifs retournant en terre d'Israël sous une forme de nation, parallèlement à la destruction du patriotisme dans toutes autres nations, le fondateur du sionisme moderne et laïque comme il sera revu, correspondant donc à une des formes du judaïsme politique étant une branche du messianisme juif actif, Theodor Herzl avait déjà montré le sens du mondialisme actuel. Il faut noter que ce projet de retour des juifs en terre sainte sous forme d'état est au départ exclusivement un impie projet ashkénaze détournant une hérésie religieuse sous le prétexte de ne plus subir de persécutions, alors que c'était parce qu'ils oppressaient les économies européennes, et que les juifs avaient pourtant principalement vécu harmonieusement avec les musulmans en Palestine. Le sionisme est donc une idolâtrie de la terre en partie athée et laïque, de même que le résultat d'un mouvement hérétique dans le judaïsme et d'une petite partie de la kabbale.
« Saviez-vous que de nombreux Premiers ministres israéliens ont modifié leur nom d'origine ? Cette pratique, qui vise souvent à renforcer le lien avec la région, est répandue chez les Israéliens d'origine européenne. Parmi les exemples les plus notables, on trouve David Ben Gourion, Premier ministre de 1948 à 1954 et de 1955 à 1963. D’origine polonaise, son nom d’origine était Grün, qu’il a modifié pour le rendre plus conforme à l’identité juive et moyen-orientale. Benjamin Netanyahu, quant à lui, est né sous le nom de Mileikovsky, petit-fils de Nathan Mileikovsky, un rabbin et militant politique sioniste. D’autres Premiers ministres ont également suivi cette tendance. Moshe Sharett, en fonction de 1954 à 1955, avait pour nom d’origine Shertok. Levi Eshkol, d’origine ukrainienne et Premier ministre de 1963 à 1969, avait comme nom d’origine Shkolnik. Yigal Allon, un général et homme d’État israélien, est né sous le nom de Paikovitch : Netanyahu - Benzion Mileikowsky (Poland), Ben-Gurion - David Grün (Poland), Levi Eshkol - Levi Shkolnik (Ukraine), Yigal Allon - Yigal Peikowitz (Belarus), Golda Meir - Goldie Mabovitch (Ukraine).
Cette pratique de changement de nom soulève des questions sur l’identité et l’appartenance. Bien que diverses personnes vivent au Levant, y compris des individus à la peau claire, les gouvernements israéliens ont souvent été dirigés par des Ashkénazes, des Juifs d’Europe de l’Est qui ne sont pas originaires de cette région.  Bien que le changement de nom puisse être perçu comme un moyen de renforcer le lien avec la région et l’identité juive, cette pratique soulève également des questions sur l’authenticité et la légitimité des dirigeants israéliens. En effet, en modifiant leur nom d’origine, ces derniers peuvent être perçus comme cherchant à se détacher de leur passé et de leur héritage culturel, voire à cacher leur véritable identité. De plus, cette pratique peut être perçue comme une forme d’appropriation culturelle, dans la mesure où les dirigeants israéliens d’origine européenne cherchent à se faire passer pour des Juifs moyen-orientaux, alors que les Palestiniens, qui vivent dans la région depuis des millénaires, sont souvent marginalisés et privés de leurs droits. » (Média en 4-4-2)
L'origine ashkénaze des principaux présidents israéliens est clairement montrée dans cette vidéo: https://x.com/TAMI19641971/status/1793885478170820781
« Le rabbin Yisroel Dovid Weiss affirme que le sionisme est une hérésie et prédit la fin programmée d’Israël  Rav Yisroel Dovid Weiss est une des plus grandes figures de « l’antisionisme juif » aux USA. Nous publions ici un entretien qu’il a accordé à Al-Jazira en date du 22 juin 2002. Il y rappelle notamment que le sionisme est une hérésie : « le Tout-Puissant nous a interdit de créer un État. » « Le judaïsme est une religion révélée il y a plusieurs milliers d’années. Les juifs ont la Torah, le texte révélé par Dieu, qu’ils suivent constamment. Et la Torah affirme que l’armée juive a reçu la Terre sainte, et quiconque tombe dans le péché sera expulsé de cette Terre. Les livres des Prophètes nous ont prouvé avec toute leur franchise que nous avions été expulsés de cette Terre à cause de nos de nos péchés. Tous les juifs sont au courant de cela. Nous le récitons toujours dans nos prières. C’est le credo juif. Les juifs ont accepté cette punition venue du Très-Haut, et ont consenti à vivre parmi les autres nations à travers le monde, en respectant leurs lois. Tout ceci était encore en vigueur avant l’apparition du sionisme et du mouvement réformiste, qui rejettent les croyances juives basées sur la Torah. Ces idéologistes, tels que Herzl et d’autres de ce genre, n’étaient pas des religieux et n’observaient pas les préceptes de la Torah. C’est la raison pour laquelle, au lieu d’accepter la punition de Dieu (il est dit dans la Torah : « Si une punition vous vient, vous devez vous repentir »), ils créèrent le sionisme. (…) Le Tout-Puissant nous a interdit de créer un État. Il avait dit qu’il nous punirait en nous dispersant et que nous devions nous repentir et nous accrocher à Lui. Et si nous nous détachons de Lui, si nous commençons à Le combattre en créant un État, alors nous deviendrions des athéistes. Les sionistes utilisent en fait deux stratagèmes. Le premier est l’antisémitisme. Si vous contredisez les sionistes, ils vous accuseront aussitôt d’antisémitisme et ils monteront les juifs et le reste du monde contre vous. Le deuxième mensonge sioniste est que s’ils abandonnent cette Terre, les Arabes extermineront tous les juifs qui s’y trouvent. Ils rabaissent la dignité des Arabes et affirment que ces personnes sont cruelles et impitoyables. Ce sont des mensonges horribles, une grossière erreur de la part des sionistes. Ils accusent les Arabes d’être hostiles vis-à-vis des juifs, alors qu’en réalité les juifs ont vécu en paix pendant très longtemps dans des régions arabes et sous la loi islamique : en Tunisie, en Iraq, en Iran, et dans bien d’autres pays. Nous, les juifs à travers le monde, nous ne renions pas ce fait. Et les Arabes nous ont manifesté bien plus d’hospitalité que n’importe quel pays non arabe. Mais les sionistes cherchent à altérer la réalité dans la mémoire des gens, alors qu’il s’agit d’une partie de l’histoire commune aux juifs et aux musulmans. Les sionistes modifient effrontément l’histoire, et en plus ils accusent les musulmans de violence à l’encontre des juifs, déclarant que ceux-ci veulent exterminer les juifs. Ils instillent cette crainte dans le cœur des juifs. Et cette attitude porte ses fruits empoisonnés. Par exemple, comme vous le savez, de nombreux juifs religieux n’envoient pas leurs enfants dans les camps militaires où ils pourraient tuer, mais ils sont convaincus qu’ils ne peuvent pas quitter la Terre sainte, se laissant avoir par les mensonges sionistes. (…)  L’État d’Israël va certainement finir par cesser d’exister, car Israël est contre Dieu. Le Seigneur n’est pas satisfait d’Israël, et nous Lui demandons de liquider ce pays, sans souffrance et sans faire couler de sang. Afin que les juifs et les Palestiniens qui ne sont pas impliqués dans les crimes sionistes ne souffrent pas. Nous voulons que les Palestiniens règnent sur la Palestine. Nous attendons la venue du Messie, et non la venue d’Israël. » » (Arthur Saupadia)
Dans son œuvre monumentale, la Somme théologique, Thomas d’Aquin (1225-1274) sondait les abysses de la condition juive, énonçant avec une autorité inébranlable que les terres de Palestine ne devraient point s’incliner sous le joug juif, ce peuple ayant sur son dos le fardeau collectif de la crucifixion : « Quant aux juifs, ils doivent être maintenus dans une condition servile à cause de leur crime de crucifixion et parce qu’ils sont le peuple déicide. De plus, il faut les empêcher de répandre leur doctrine, et cela, en premier lieu, à l’aide de la puissance de l’Église, à savoir en les empêchant de se propager librement. » Ainsi donc, tel que ce court récit l’a esquissé, depuis les premiers pères de l’Église jusqu’à une époque récente, les théologiens catholiques se sont généralement montrés réticents à l’égard du retour des juifs en Terre sainte. Les pères de l’Église n’ont généralement guère plaidé en faveur de l’établissement des juifs dans leur antique patrie, certains manifestant même une opposition ouverte. Par conséquent, prétendre que la présence de l’Ancien Testament dans la Bible des chrétiens expliquerait leur inclination favorable envers le sionisme se voit contredite par l’opposition constante et abondamment attestée des théologiens catholiques.
À propos de la partition en 1947 de la Palestine en deux territoires, l’un israélien, l’autre arabe, Alain Soral affirme : "[…] ils (les juifs) arrivent à faire voter la partition […] et d’ailleurs ce vote est un vote qui passe ric-rac parce que la puissance d’argent juive internationale achète des voix de petits potentats africains […] on trouve des petits pays d’Afrique et on sait que ça a arrosé sec en valises pour que ça bascule du bon côté [...] Les juifs sionistes étaient persuadés que les Palestiniens n’étant pas une nation allaient devenir très vite leurs esclaves soumis et leur prolétariat. » Yossef Ovadia (1920-2013), Grand Rabbin d’Israël, qui fut le fondateur et le guide spirituel du Shass, troisième plus important parti en Israël, a d'ailleurs dit : « Les goyim (non-juifs en hébreu) sont nés seulement pour nous servir. Sans cela, ils n’ont pas leur place dans le monde. » La substance des propos tenus par Alain Soral concernant le partage territoriale de la Palestine en 1947 est fondée sur des faits historiques, rapportés en partie par le célèbre et très respecté journal L’Orient-Le Jour, dans un article du 10 août 2015. Ces affirmations s’appuient sur les sources suivantes :  • Alain Gresh, De quoi la Palestine est-elle le nom ? • Alain Gresh et Dominique Vidal, Palestine 1947, un partage avorté • Walid Khalidi, Before their Diaspora • Jean-Paul Chagnollaud, Le Mandat britannique • Documents : UNISPAL (The United Nations Information System on the Question of Palestine).                                                          
Aviv, décrit ainsi le sionisme : « Le sionisme prit à la tradition religieuse juive son aspect le plus orgueilleux et le plus refermé sur soi-même. La proclamation divine : "C’est un peuple qui a sa demeure à part, et qui ne fait point partie des nations" (Nombres 23:9), destiné à édifier une communauté monothéiste élue et sanctifiée au sein du monde antique, fut traduite en une philosophie d’action laïque séparatiste. »
« Vous constatez là, me dit-il, l’influence puissante et nocive du lobby juif en France (et ailleurs). » (Le président François Mitterrand à Jean d’Ormesson)
« Et certains mêmes redoutaient que les juifs, jusqu’alors dispersés, mais qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tous temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois qu’ils seraient rassemblés dans le site de son ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles : "l’an prochain à Jérusalem". » (Le président Charles de Gaulle, conférence de presse du 27 novembre 1967)
Le Philosophe juif ashkénaze Leo Strauss (lié à Jabotinski) à l'origine de la secte des straussiens a même affirmé indispensable pour le peuple juif d’instaurer lui-même une dictature mondiale pour échapper à une « nouvelle Shoah ». Aux Etats-Unis, cette petite secte varie de couleur politique, soit républicain, soit démocrate, mais demeure toujours en lien avec les néoconservateurs selon le parti du président en exercice.
Leurs méthodes varient même mais le but est le même, car celle des néoconservateurs républicains est forte à travers les bombardements massifs de la guerre militaire, ce qui amène au changement de pouvoir en leur faveur, et celle des néoconservateurs démocrates est sournoise à travers les révolutions colorées de la guerre civile, ce qui amène aussi au changement de pouvoir en leur faveur. Par exemple la déstabilisation de la Syrie à travers la guerre civile fut plus vicieuse que l'intervention militaire US en Irak, puisque cela obligea les musulmans à choisir entre deux camps.
Ces néoconservateurs juifs américains travaillent donc en réalité principalement pour Israël comme le lobby juif des USA.
D'ailleurs les juifs straussiens peuvent revendiquer l'invention du néoconservatisme, dont à travers des sionistes new-yorkais et un mouvent intellectuel né à la fin des années 60 sous la présidence Johnson au sein de la revue mensuelle « Commentary » de la communauté juive américaine. Il faut noter que les néoconservateurs de droite sont les anciens trotskistes de gauche (qui étaient en grande partie composés de juifs principalement ashkénazes), et qu'il s'agit donc d'un passage de l’extrême gauche socialiste à l'extrême droite libérale. C'est à dire que les personnalités de gauche comme B.H Levy et Glukssman, voyant l'URSS et donc l'espoir de la domination mondiale par la révolution de gauche s'effondrer, vont se servir de la dénonciation des goulags pour faire un virage à 180 degrés en devenant néoconservateurs et en espérant donc encore l'unification du pouvoir mondial mais par l'impérialisme militaire des USA ultra-libéraux dont en soumettant de plus ce dernier à l'oligarchie mondialiste. Ces personnalités néoconservatrices peuvent pousser à la division voire à la guerre, les nations insoumises à l'impérialisme américain. Par exemple pour disloquer la Yougoslavie, BHL fur pro-bosniaques et Finkielkraut fut pro-croates. Ce qui fit en plus que la Croatie n'eut depuis plus de poids politique ni diplomatique.
Ainsi les néoconservateurs ne sont en réalité ni démocrates ni républicains, mais ultra-nationalistes et résolument pro-Israël dont car lié à l'AIPAC.
Le néoconservatisme est une idéologie qui prêche à tout prix l’hégémonie réellement mondiale du camp américano-occidental (pseudo camp du bien), et donc par la guerre si nécessaire, sur le reste du monde, et qui imprègne désormais la quasi totalité de l’élite politique occidentale, formée à l’école des mondialistes. Ces straussiens qui ont poussé à la guerre en Ukraine dans ce sens n’ont donc en réalité que faire de l’Ukraine. Ce qui les intéresse, c’est la domination du monde et donc l’abaissement dont économique, social, monétaire, financier et moral de tous les autres protagonistes, en particulier la Russie et les Européens. D'ailleurs les straussiens ont poussé au sabotage des gazoducs Nord Stream. En effet contrairement à ce que prétendent certains, il ne s’agit pas seulement de casser l’économie russe, mais aussi l’industrie allemande qui ne peut pas s’en passer. D'ailleurs il n'y a pas de réelles raisons de se battre entre ukrainiens et russes, et encore moins entre entre allemands et russes, et entre français et russes, vu les intérêts de chacun. Dans ce sens, les néoconservateurs détruisent les nations (Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Libye, Syrie, Yémen) et vont donc de pair avec le globalisme par l'immigrationisme et la finance internationaliste. Ceci a été permis par le coup d'état politique (institutionnel) aux USA des néoconservateurs lors de la tricherie des présidentielles US de 2000, mais aussi en Occident suite aux attentats de 2001 et à l'état d'exception mondial qui a suivi pour prioriser les intérêts US et israélien. (Et une grande partie des évangélistes US aident à la construction d'Israël, car ils veulent au final faire revenir le Christ pour qu'il domine ensuite Israël et efface le judaïsme après avoir tué l'antéchrist.)
Le judaïsme politique visant la destruction des nations détient donc deux ailes : la première étant celle néoconservatrice se servant du militaire, et l'autre étant celle sorossienne facilitant l'immigration massive et le laïcisme wokiste. C'est à dire qu'il existe un messianisme globaliste juif de droite lié aux néoconservateurs et au Likoud, et un messianisme globaliste juif de gauche lié aux ultra-libéraux dont Soros. On peut aussi dire qu'il s'agit d'un globalisme américano-sioniste (néoconservateur) synonyme du judaïsme politique de droite détruisant le matériel (pays, monopolisation, etc) et globalisme socialo-sioniste (sociétal) synonyme de judaïsme politique de gauche détruisant le spirituel (mariage homosexuel, transsexualité, etc). Et donc il existe un mondialisme de type sorossien ayant une face inclusive car plus sournoisement au niveau national, et un mondialisme de type néoconservateur ayant une face exclusive car plus violemment au niveau extra-national, et donc aussi un globalisme usurier et un globalisme militaro-industriel. Et donc il existe un judaïsme politique voulant le grand Israël du Nil à l’Euphrate et un judaïsme politique voulant unifier le monde sous une globaliste domination cosmopolite et étant donc contre l'annexion israélienne de Gaza comme Soros et même Van Der Leyen. Or les messianistes globalistes, visant la terre entière par le socialisme laïciste, reprochent aux messianistes sionistes, visant seulement une portion de terre pour le retour du royaume d'Israël, donc de limiter les messianisme juif. Mais il existe aussi le messianisme juif alliant les deux comme le prouvent BHL et Attali, c'est à dire une société ouverte pour toute l'humanité sauf pour Israël, afin que cette nation soit la seule reconnue et qu'elle accueille un gouvernement mondial. Certains grands impies sont donc dans l’obsession aveugle pour le pouvoir total.
L’idéologie anglo-saxono-américano-sioniste modèle donc le monde à son image, si possible par la guerre, sinon par la déstabilisation et la corruption.

Or alors que ce messianiste socialisme (désormais donc libéralisme) juif internationaliste cherche perversement la réparation universelle et donc planétaire, le messianisme sioniste cherche et perversement une réparation ethnocentrique du peuple juif et donc nationale.
Depuis que l'Etat d'Israël avait approximativement atteint sa dimension actuelle entre 1948 et 1967, le Messianisme globaliste socialiste avait été privilégié. Mais il semble que suite au blocage de ce dernier par la Russie en Ukraine et les BRICS au niveau mondial, c'est le messianisme sioniste qui pourrait désormais être privilégié comme le prouve la guerre d'Israël à Gaza après avoir refusé pendant plus de 75 ans la création d'un Etat palestinien.
Ainsi le messianisme globaliste juif correspond au judaïsme politique de gauche (plus de la diaspora), alors que les messianisme sioniste juif correspond au judaïsme politique de droite (plus de l'Etat d'Iraël). Cependant au final avec donc le blocage du messianisme globaliste juif de gauche par les BRICS mais aussi le blocage du messianisme globaliste juif de droite par l'arme russe dont en Syrie, il ne reste que le petit messianisme sioniste en Palestine afin d'annexer entièrement ce territoire dont Jérusalem, même si Israël tente d'étendre le conflit lors de sa guerre contre Gaza depuis le 7 octobre 2023.
Il faut noter que ces messianismes juifs ont eu une réelle action concrète en profondeur depuis des siècles dont dans l'Ouest et l'Est de l'Europe et en Turquie, alors que d'autres idéologies comme le communisme se sont effondrées. Mais les messianismes du sionisme et de l'évangélisme étant laïcistes et wokistes, ils sont donc destructeurs et nihilistes, et ne pourront donc aussi que disparaître.
L'achat par le secteur privé en particulier Rothschildien de nombreuses terres palestiniennes afin d'y faire vivre beaucoup de juifs avant de les fournir en armes pour rétablir l'Etat d'Israël reflète la stratégie du pervers messianisme progressiste, mondialiste, oligarchique et sioniste. Surtout que les annexions de vastes territoires de la Palestine par cet Etat d'Israël peut être représenté par la colonisation anglo-saxonne et judéo-protestante de l'Amérique du Nord ayant génocidé les indiens et désormais de l'Europe. C'est pourquoi, les pays qui se disent victimes d'une colonisation qui n'a pas été seulement bonne en particulier ceux africains, doivent comprendre que que les peuples européens en ont été aussi victime gravement, via la déspiritualisation et deux guerre mondiales sur son sol.
(Bible, Apocalypse 2:9) « Je connais ta tribulation et ta pauvreté bien que tu sois riche, et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan (tels donc les messianistes pervers actifs dont les sabatto-frankistes mondialistes et les sionistes hégémonistes, tous descendants des pharisiens font partie comme il sera revu). »
Il faut noter que la famille Rothschild s'est développée d'abord par le commerce du tissu, puis par les banques et donc l'usure en ayant souvent profité des guerres pour s'enrichir, puis par la spéculation et la banque et donc la finance internationales, puis par les exploitations minières, la métallurgie, les chemin de fer et les médias, dont pour défendre puis favoriser les juifs et les sionistes.
Or la communauté juive libérale est la plus importante et s’affiche majoritairement démocrate, israélo-sceptique et surtout mondialiste.
« Deux phénomènes se conjuguent actuellement à la volonté de dictature mondiale par certains :
D'une part l'apparition d'une hyper lasse mondialisée capitaliste qui se comporte comme une oligarchie planétaire dont depuis l'effondrement de l'oligarchie soviétique qui la concurrençait et donc la limitait. En effet elle est ainsi devenue de plus en plus débridée jusqu'à un capitalisme financier, apatride et sauvage basé sur la manipulation et la favorisant exclusivement. Ce capitalisme n'est même plus un capitalisme de production car il est devenu un capitalisme de connivence de gens qui ont la culture du mensonge lié en partie à leur détachement du christianisme et à leur volonté de puissance démiurgique dont à travers leur participation au progressisme transhumaniste. (Or avec l’avènement du médiatique, cela a aussi conduit logiquement à la culture du buzz, qu'il concerne du bien ou du mal, mais plus souvent du mal.)
D'autre part le niveau de technique (internet, smartphone, numérisation de l'économie et de l'administratif, centralisation des ressources et des richesses, système bancaire) le permettant ou en tout cas le rendant possible plus qu'avant. » (Extraits de l'excellent entretien « Despotisme numérique : vers l'esclavage planétaire ? - Poleco n°344 avec O. Tournafond » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=0GEUlUA4Yo0&list=LL7jmiI69wnrMf8TSUGfh1aQ)
Le mondialisme correspond donc aussi à la privatisation de la politique par l’impie hyperclasse mondiale principalement composée de mondialistes affairistes. Ce phénomène majeur qui s’est produit en Occident à partir de la fin du 20e siècle est tout simplement la captation du pouvoir par les grandes entreprises mondialisées et les grandes institutions financières, principalement anglo-saxonnes, aux dépens des peuples et des Etats.
Le mondialisme est même devenu un réseau de multinationales et de grands gestionnaires financiers du privé voulant créer un système politique comme le sournois grand reset qui les favorise à jamais face au système des Etats contrôlant l'économie comme le font la Russie et la Chine. Il s'agit donc d'un néocolonialisme mais qui est plus basé sur des entités privées, même si il est aussi basé sur le domaine publique puisque le pentagone (Afghanistan, Irak) et l'Otan (Serbie, Libye) ont été souvent en guerre et que les nations occidentales ont sanctionné massivement de nombreux pays dont la Syrie et la Russie. Dans ce sens, les pays occidentaux prétendent qu’ils lutent honorablement pour apporter la démocratie, alors que ça finit toujours par de l’exploitation et de l’esclavage quand ils y parviennent. En effet tout cet ordre mondial occidental est antidémocratique, dont car tyranniquement oligarchique : tout ça est de l’hypocrisie.
La destruction ou/et la dilution des nations (des peuples) dans ce nouvel ordre mondial ploutocratique et sioniste se fait donc par la domination de l'usure, le laïcisme progressiste immoral, le supranational comme l'Union Européenne, ou la guerre aux pays (peuples) insoumis comme en Yougoslavie, Irak, Libye, Syrie, Yémen et Donbass afin de diviser leurs territoires en plus petits pays, changer leurs gouvernements ou les soumettre politiquement.
C'est pourquoi, il n'est pas étonnant que le mondialiste globalisme occidental se fasse donc principalement via l’Otan, l'Union Européenne et la normalisation d'Israël avec des monarchies pétrolières et des pays musulmans. Il faut noter que cette normalisation est en réalité une officialisation de la reconnaissance d'Israël suivi avec l’établissement de l'ambassade à Tel Aviv voire à Jérusalem, surtout que la plupart des pays concernés entretiennent déjà une relation plus ou moins officielle avec Israël dont au niveau commercial. Des experts américains ont même proposé de faire un Otan économique (mondialiste) probablement encore avec eux comme décideur principal tel que dans l'Otan militaire.
Le mondialisme est ainsi aussi d'abord une ploutocratie corrompue se mélangeant dans un niveau supranational à la Banque et à des réseaux occultes, afin de faire du monde entier un marché économique libre mais perversement non régulé, car évidemment par rapport à un enrichissement enfermé dans le cadre national, il permet aux ultra riches cupides et pervers de faire beaucoup plus d'argent. C'est pourquoi il n'est pas étonnant que de nombreux membres de cette ploutocratie corrompue sont fréquemment soumis par chantage à des réseaux pédocriminels souvent satanistes. Du moment que vous faites partie du monde d’en bas, c'est à dire tant que vous êtes soumis, piqué, fliqué et bombardé médiatiquement de manipulations du matin au soir, l’hyperclasse mondialiste à l’origine du terrorisme covidiste ne se préoccupe donc pas que vous soyez chrétien, juif ou musulman. En effet cela leur suffit de maintenir l’inculture populaire, la désinformation massive, l'endettement des états et donc ses privilèges ainsi que son pouvoir international. Ses membres se croient donc au dessus des nations dont par l'impiété et la corruption. Dans ce sens, il faut remarquer que la corruption est beaucoup plus développée au niveau national puis au niveau mondialiste. Par conséquent pour tout ce qui est en dehors des principaux devoirs régaliens de l'Etat étant principalement de souverainement dire la loi, de faire monnaie, de former une armée, de décider de la guerre et de la paix, et d'affirmer ses frontières, il faut revenir à un contrôle local plus répandu et à de petites structures coopératives décentralisées au niveau communal ou départemental. Surtout que pour le profit des grands financiers et le pouvoir des mondialistes ultra riches, le mondialisme cherche donc à désorganiser et à déstructurer la société en faisant qu'il n'y ait plus de traditions, de localisme, de nations, d'églises, de syndicats, d'associations ni même de famille afin d'isoler et donc d'affaiblir chaque individu, car cela l'empêche ainsi de s'orienter et de se défendre collectivement. Surtout que ce système cherche à faire croire faussement au consommateur esseulé qu'il a trouvé la liberté et le bonheur.
La conclusion du mondialisme pourrait donc être basée principalement sur les Etats-unis contrôlé en réalité par les élites oligarchiques, juives et sionistes. Surtout que tellement l'hégémon américain a privilégié ses oligarques mondialistes qu'il en a oublié son peuple, comme le prouvent ses nombreux incultes, obèses, suicides, délinquants, meurtres, tueries de masses. Ainsi les Etats-Unis en tant que première puissance mondiale ne profitent étrangement qu'à très peu de personnes par rapport aux empires précédents. D'ailleurs rien que le nom de ce pays synonyme de nations unies portent en lui son mondialisme.
Dans ce sens le mondialisme cherche aussi de pseudos problèmes globaux principaux pour y donner une réponse globale, c'est à dire par le supranational : climat, terrorisme, pandémie, guerre en Ukraine, pénurie. Pour soumettre certains pays, ce pervers mondialisme cherche même à approfondir une fracture nationale ou régionale en la manipulant et en la développant jusqu'à une plaie ouverte, ou à blesser à plusieurs endroits économique, monétaire et social lorsque c'est un gros pays.
Les tentacules de l’hydre mondialiste, les piliers du mondialismes, sont le féminisme, l’antiracisme perverti (ou le droit-de-l’hommisme, voire le racisme anti-blanc provenant souvent de la pensée décolonialiste et de la shoah dont via les médias, la repentance et la fausse bien-pensance, alors que le monothéisme authentique invite clairement au pardon pour repartir sur des bases saines solides), le sionisme, le protestantisme (en particulier calviniste), le maçonnisme, l’anti-christianisme (principalement anti-catholique, anti-orthodoxe, et anti-islamique, ce qui est résumable par le sionisme), le LGBTisme (dont l’homosexualisme, le transsexualisme et l'anti-hétérosexualisme), le pornocratisme, le mercantilisme (le libéralisme dérégulé ploutocratique, ou anti-socialiste), la matérialisme, le consumérisme, le jeunisme, l'immigrationnisme, l'égalitarisme (au lieu de l'équitarisme), l'individualisme (ou l'anti-collectivisme sauf celui favorisant la perverse ploutocratie mondiale), le transhumanisme et l’antinationalisme. En effet ces tentacules résume correctement le pseudo « progressisme » actuel, car il est en réalité totalement dégradé moralement et au service du tyrannique nouvel ordre mondial oligarchique, cet alliage entre le mondialisme et le messianisme juif impie. Or non seulement ces tentacules se cognent les unes contre les autres comme le prouvent les innombrables bugs dans cette matrice telles les oppositions entre féministes et transsexuels ou entre homosexuels et transsexuels, mais toutes se cognent contre cette bonne vieille réalité.
Ce mondialisme est principalement lié à des organisations internationales tels le Forum de Davos de Klaus Schwab avec son « Great Reboot (grand reset) », la Commission trilatérale, le Conseil américain des relations étrangères (CFR) ou la Fondation Open Society de George Soros, qui insistent sur l’unification complète de l’humanité sous un gouvernement mondial, l’idéologie libérale, l’individualisme extrême, la politique de genre et le transhumanisme. Il faut noter que le CFR a plus joué un rôle dans le contrôle de l'Europe après la deuxième guerre mondiale et que la Trilatérale s'occupe plus de contrôler l'Asie du sud est (dont Japon). En effet, le CFR a décidé d'imposer les intérêt stratégiques américain à l'ensemble du monde en particulier occidental, dont en captant les élites économiques des nations vers ce système encore avec des outils comme l'organisation Bidelberg. C'est dans ce sens que la perverse finance spéculative est hiérarchiquement supérieure aux multinationales qui sont hiérarchiquement supérieures aux politiciens en occident perversement démocratique, alors qu'il y a encore une supériorité hiérarchique des politiciens en Eurasie sagement autoritaire. En particulier désormais à travers le cyber-capitalisme incarnant encore plus la perte des valeurs du travail, de l'effort et du risque. Ainsi, le mondialisme correspond au totalitarisme de l'idéologie ultra-libérale libertaire. Par conséquent la finalité du mondialisme est de tout contrôler et donc dominer par le numérique, dont l'économie, la surveillance et le biologique, au profit des internationalistes oligarchiques et juifs. Selon les deux principales visions oligarchiques perversement dominatrices, le mondialisme est synonyme de technocratie globaliste ou/et de domination économico-politique sur des territoires.
A ce sujet, il est intéressant de voir la vidéo « Pour un Etat protecteur contre l'Etat profond - Politique & Eco n°307 avec Yves-Marie Adeline - TVL » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=ThrbAM5CQcg&t=2546s
« Ce sont les mêmes intérêts égoïstes, ceux du capital anonyme et vagabond, ceux des transferts financiers massifs de la spéculation, ceux des grandes multinationales, qui dans le but d'accumuler un profit illimité et donc illicite, ont mis en place et imposé dans les esprits comme solution inéluctable les éléments d'un véritable complot : le mondialisme. » (J.M Le Pen)
A ce sujet, il est intéressant de voir l'excellent entretien : « Il y a un consensus pour établir un gouvernement mondial - Zoom - Bernard Gantois - TVL » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=1h2VqLCDPf4&list=LL7jmiI69wnrMf8TSUGfh1aQ
C'est pourquoi de nos jours, « Etat » est un des nombreux mots censés désigner une chose qui n’a en fait plus de réalité. En effet un État est normalement un ordre politique qui dispose de la souveraineté, dont les quatre attributs sont : le pouvoir de battre monnaie, de faire les lois, de rendre la justice et de décider de la paix ou de la guerre. Surtout qu'une monnaie vaut ce qu'elle permet d'acheter dans un pays qui produit et que la valeur d'échange (ou prix relatif) définit le taux auquel une marchandise s'échange. On peut distinguer :
-La valeur d'échange relative à un autre bien, comme dans un système de troc (essentiellement fictif, pour les besoins de la théorie).
-La valeur d’échange dans les sociétés utilisant la monnaie, c'est-à-dire le prix dans une monnaie, qui sert ici d'unité de mesure commune, abstraite et universelle, et porte souvent une nation ou un projet économico-géopolitique.
-La valeur d'usage (ou de niveau d'importance) quant à elle est relative au besoin : elle est donc au moins partiellement subjective et fonction de la situation.
Il faut noter que par rapport aux innombrables valeurs du troc, l'apparition de la bonne monnaie a été une bénédiction, dont donc aujourd'hui dans les villes inévitablement. Or il faut trouver un système de remboursement exact quand elle change de valeur suite à un prêt sans intérêt, possiblement par rapport au prix d'une baguette ou des ingrédients la composant, ou à la valeur d'un panier de matière première étant une image du panier de la ménagère lors du prêt. Dans ce cas il ne s'agit pas d'usure mais de justice.
          Ainsi ce que les gros bonnets de l’Union européenne appellent « États membres » n’en sont pas, puisqu’ils n’ont pas le pouvoir de battre monnaie (sauf ceux qui ne sont pas dans la zone euro ce qui était le cas de l'Angleterre) et que la majorité de leurs lois leur sont imposées, au terme d’un processus totalement opaque. Surtout que c’est la Commission européenne technocratique, non élue, et privée qui décide en huis clos des GOPÉ ! GOPÉ signifie les Grandes Orientations des Politiques Économiques auxquelles sont soumis les pays membres. Ainsi il n'est pas étonnant que ces GOPÉ suivent en réalité un programme mondialiste oligarchique de dissolution des États. Or c’est loin d’être le seul objectif de ce programme mondialiste, car comme il veut donc garder et accentuer les injustes privilèges de la super classe dominante, il travaille aussi à détruire dont par le laïcisme wokiste toutes les structures traditionnelles, sociales, familiales, culturelles, géographiques, religieuses, ethniques, sexuelles, puisque souvent noblement insoumises à l'injustice. Enfin un des ultimes buts du mondialisme est donc le transhumanisme jusqu'à intégrer de l'électronique et du mécanique dans notre corps pour une surveillance et une déshumanisation totales, mais aussi car le capitalisme ne peut surmonter ses contradictions qu'avec le transhumanisme, le virtuel et le l'OGM.
          Pour lutter contre ce mondialisme libéral, antisocial et sociétal, il ne peut donc y avoir que du nationalisme, du socialisme et/ou de conservatisme, comme le prouve la France où les partis la Rennaissance (centre malheureusement perverti), la France insoumise (gauche malheureusement de plus en plus sociétale) et le rassemblement national (droite malheureusement de plus en plus soumise aux forces d'argent) vont devenir progressivement les principaux partis politiques. C'est à dire que les populations vont de plus en plus tendre vers un erroné extrême-centre bourgeois mondialiste (s'il ne devient pas pieux), ou une (extrême-)gauche sociale (si elle ne devient pas plus sociétale), ou une (extrême-)droite traditionnelle et patriote (si elle ne devient pas identitaire et raciste) : la France des villes et donc les bourgeois Renaissance pour le centre, la périphérie et les populations allogènes pour la gauche et la France profonde pour la droite patriote et traditionnelle, ce qui  amènerait donc à trois partis uniques de droite, de gauche et de centre presque donc comme aux USA, dont car ça pourrait aller finalement à deux partis si le centre macronien s'unit avec la gauche ou la droite (électeurs de Macron déçus par lui devant d'ailleurs choisir entre le RN et le NFP), ou que le centre Macronien va vers le RN si ce dernier protège beaucoup les riches et ultra-riches, ou que les centristes, les droitards modéré et les gauchistes modérés s'orientent vers la droite plus ou moins extrême, ou la gauche plus ou moins extrême. Surtout que la droite patronale joue sur le dumping social tout en critiquant l’islam, et la gauche se retrouve dans une position schizophrène en défendant l’immigration tout en stigmatisant l'islam, mais cela paraît difficile car la gauche est éclatée en deux camps : celui des sociaux antisionistes contre celui des libéraux sionistes. En sachant que cette orientation vers deux partis se fera très probablement seulement aux législatives en cas de risque de passage du RN, car les intérêts des partis composant des coalitions divergent rapidement ensuite, et que les législatives servent à financer les partis qui n'ont pas fait plus de 5 % au présidentielles, puisque un bulletin y équivaut à 1.60 euros de gagner grâce à l'Etat et donc les contribuables. Or le plus probable est un essai de construction d’une majorité “Front républicain”, d’Edouard Philippe aux écolos en passant par le PS, sans LFI, et avec une partie des LR. Justement, la Macronie « ne présentera pas de concurrents face à une vingtaine de sortants PS, LR ou Liot ». Ça signifie qu’une troisième force alliant des macronistes, des LR et des PS (contre les alliances avec les deux extrêmes) pourrait se dégager, qui veut profiter de l’opposition entre les deux extrêmes, et de la peur que ces dernières produisent dans le ventre de l’électorat. Pour l’instant, ce bloc central avec des revenants démonétisés comme François Hollande ne suffit pas à menacer les 500 duels qui s’annoncent entre le Front populaire et le RN lors des législatives de juin 2024.
« Avec son annonce surprise, le chef de l’exécutif peut aussi vouloir provoquer un électrochoc et instrumentaliser la peur de l’extrême droit et la division de la gauche pour obtenir un Parlement plus gouvernable. Une politique accompagnée de l’annonce tactique que la majorité présidentielle ne présentera pas de candidat face aux forces appartenant à « l’arc républicain ». Le pari est ainsi clair : tenter de ramener, d’une manière ou d’une autre, des secteurs de la gauche institutionnelle et de la droite dans son giron, à l’issue de législatives sous le signe du « front républicain ». » (French Press TV)