Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

C) Suite 3


Gilad Atzmon explique : « Au contraire, le peuple doit faire la politique et raconter le passé, à mesure que nous avançons, car l’Histoire devient une aventure qui a du sens, seulement à partir du moment où nous avons revisité et révisé le passé (pour avoir l'entière vérité surtout car il n'y a que les vainqueurs qui écrivent l'Histoire. L'écrivain Balzac précise : « Il y a deux Histoires : l'Histoire officielle, menteuse qu'on enseigne, l'Histoire ad usum delphini (expurgée) puis l'Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse. »). Lorsque l’Histoire se transforme en un chapitre scellé et intouchable, elle est réduite à une religion. L'occident sous une très grande pression sioniste devient rapidement un endroit très sombre. La liberté d’expression est réduite à la nostalgie. De manière assez désastreuse, la plupart des partis politiques jouent un rôle clé dans cette catastrophe naissante. Il faut donc se lever face à cette chasse aux sorcières et à ce changement tyrannique au sein des sociétés, et rester à l’écoute des dernières voix qui résistent de manière permanente, surtout que malheureusement, les politiciens, les universitaires, les journalistes, et les autres artistes, s’inclinent très rapidement. Camille Desmoulins : « Les despotes maladroits se servent des baïonnettes, alors que « l’art de la tyrannie » consiste à faire la chose avec les juges (la loi). » Au lieu de commander l’oubli, le droit international actuel ordonne, sous peine de poursuites, de cultiver la mémoire des horreurs en particulier envers les peuples qui les ont commises. Il s’agit de nourrir dans le cœur des hommes la flamme de la vengeance. C’est une culture de haine qui va même jusqu'à la perplexité de voir des personnes âgées sionistes pourrir la vie des gens au lieu d’être un exemple d’amour, de pardon et de générosité. Le progressisme qu'utilise le sionisme s'appuie pourtant sur une prétendue générosité envers par exemple les Lgbt, et le sionisme s'appuie aussi sur une réparation politico-financière (n'existant que pour les juifs suite au tribunal de Nuremberg ayant en plus facilité la recréation impie de l'Etat d'Israël en 1948 non reconnue par certains pays), l'idéologie de la minorité tyrannique, la culpabilisation systématique des majorités, et la dette éternellement due et irremboursable. Ainsi la shoah est devenue une religion de haine à la différence du christianisme authentique qui est une religion d'amour. Tel est le sens caché des lois françaises Pleven ou Gayssot, qui prétendent lutter contre la haine en condamnant haineusement de blasphème le révisionnisme (impossibilité totalement injuste d'apporter des preuves contre la thèse officielle). Cependant malgré que la lutte contre l'antisémitisme sert de plus en plus à diviser une nation pour la contrôler, elle sert quand même dans un sens (selon le plan divin) à faire tenir le vivre ensemble actuel, dont en incarnant une partie de la dénonciation de la bassesse du racisme car beaucoup doivent dépolluer leur esprit d'indignes stéréotypes attribués à des ethnies, et même si l'islamophobie est répandue par une partie du système puisque utilisant souvent le lexique de la doxa islamophobe. Or si les institutions juives veulent que tout le monde comprenne l’Holocauste en termes numériques, il serait peut-être raisonnable d’attendre des Juifs qu’ils connaissent le nombre de crimes colossaux contre l’humanité perpétrés en grande partie ou partiellement par des juifs. L’historien moderne obéissant sans intégrité aux hommes politiques est investi d’une mission sacrée : souffler sur les braises pour entretenir le foyer de la guerre civile (possiblement larvée) mondiale. (Le « ni pardon ni oubli » utilisé à travers diverses minorités perverses est l’arme la plus puissante de nos maîtres avides en nous empêchant de découvrir l’autre, de peur qu’on discute, qu’on se comprenne, qu’on apprenne, qu’on se réconcilie et qu'on construise ensemble dans le bien commun. Tous les mouvements radicaux de contestation minoritaire comme les Lgbt, les antiracistes, les environnementaux, et cætera, ne sont plus des mouvements de défense mais d’agression, de division et de destruction, et sont donc devenus dangereusement fondamentalistes. En effet la jurisprudence du communautarisme victimaire qui exige des compensations donne en réalité des avantages aux minorités par rapport à celui qui est normal, qui n'a droit à rien, qui est même en dette avec elles, et qui doit donc s'excuser auprès des noirs, des juifs, des homosexuels, des femmes, parce que lui est le méchant normal ! Ce qui permet à ces minorités de retourner les accusations valables sur certains de leurs mauvais comportements. Alors que les droits des minorité non perverses doivent être reconnus mais pas au détriment de ceux de la majorité, surtout que religieusement certains dogmes et pratiques cultuelles peuvent changer, mais pas les justes règles sociales et économiques. Or la plupart des responsables politiques, la majorité silencieuse et les forces de police soumises aux mondialistes ont plus de responsabilité par rapport à cette dégénérescence de la France que les perverses minorités actives. En effet la majorité silencieuse est opprimée par la ou les perverses minorités non silencieuses agissantes. La France est devenue une dictature de sionistes ultra avec comme auxiliaires des féministes hystériques, des antiracistes militants qui sont en fait des racistes, des homosexuel prétendant se défendre contre l'homophobie alors qu'en fait on découvre derrière des réseaux pédophiles : c'est un contexte abject ! c'est un contexte horrible ! Ceux qui attendaient une fin des temps avec des orcs comme dans le film "le seigneur des anneaux" doivent comprendre qu'ils ont en réalité une apparence plus présentable : une douce tyrannie raffinée en talon aiguille (vaccinale) passe plus facilement qu'une brutale tyrannie grossières avec des tenues militaires, car la première est sournoise et puissante par la manipulation et l'argent alors que la deuxième est  violente et visible ce qui entraîne plus de réactions d'opposition. En effet quelle que soit la conséquence de la vaccination, elle n'était que le prélude au pass sanitaire puis vaccinal, la procédure nécessaire, au marquage général de toute la population, à la surveillance voire au contrôle absolus sur le peuple par les oligarchies perverses. Alors que dans les années 90, il aurait été impensable qu'un pass soit créé pour contrôler les gens par rapport au sida.) Dès lors on peut se demander qui est le plus coupable devant le tribunal de l’Histoire, un homme recherchant la vérité pour apaiser les tensions et faciliter la paix comme le Professeur Robert Faurisson condamné par des lois visant à entretenir la haine et la guerre, ou les législateurs violant des règles morales en votant ces lois et les magistrats les appliquant sans réfléchir un minimum. »
« Finalement, la question (dont par rapport à l'existence des chambres à gaz des nazis) n’est plus tant de savoir si l’histoire est libre ou non. Il faut distinguer selon que l’histoire est brûlante ou non, c’est-à-dire actuelle ou pas, politique ou sans enjeu. Lorsque l’histoire est présente (il peut s’agir de faits récents comme des faits très lointains), l’histoire n’est jamais libre. Sauf la liberté absolue pour l’historien d’enfreindre l’interdit, à ses risques et périls. Mais il est une distinction cardinale en la matière. Certains interdits, comme celui de Créon, sont des prolongements de la guerre, tandis que d’autres, comme l’éclair de Zeus évoqué par Carl Schmitt dans un texte de 1947, sont des gages de paix. Entretien de la mémoire dans un cas, effacement de la mémoire dans l’autre. » (Maître Damien Viguier)
Ce qui irrite les gardiens de la mémoire, c’est qu’à Auschwitz avec les jeunes qui font des selfies (dont de nombreux ados israéliens) ou à Buchenwald où les promeneurs font du sport, la vie reprend ses droits, et les reprend sur la mort. La réalité serait-elle révisionniste ?  Le culte des morts est une chose, le culte de la mort – comprendre son exploitation – en est une autre. Si les livres d’Histoire ont un sens, et il y en a un beaucoup sur le sujet de la déportation, avec des niveaux très inégaux, on ne pourra pas empêcher les enfants de faire du foot dans le bloc 41, de se bécoter devant un crématoire ou de jouer au chat et à la souris, aux gendarmes et aux voleurs, voire aux SS et aux juifs derrière l’infirmerie. Pour les jeunes, le devoir de mémoire est encore un « devoir », et ça ne les intéresse pas. Et ceux qui recrachent leur leçon apprise par cœur ne valent pas mieux que les cancres. C’est la morbidité de ce culte qui le rend inadéquat et immangeable aux jeunes générations, qui ne pensent qu’à vivre et à s’amuser, pas à mourir et à se morfondre. Cultiver la mort, c’est l’histoire du rocher de Sisyphe. 
Or piégé par sa vanité et aspiré par son propre flux, les phrases du sioniste sortent parfois toutes seules et il a du mal à les contrôler. La pensée inconsciente, celle qui sous-tend le discours, a tendance à vouloir sortir du carcan du langage logique, et le sioniste dit alors tout sans s’en rendre compte tellement son ambiguïté et sa duplicité débordent. Il valide implicitement l’amalgame populiste entre « banque » et « juifs ». Ce qui n’est pas une preuve en soi, mais qui montre que les sionistes présents dans les grands médias ne sont là que pour protéger les sujets tabous. Les gardiens du Système ont fabriqué l’arme de l’antisémitisme dans ce but : ils décident de ce qui est tabou et de ce qui ne l’est pas. La définition objective d’un pouvoir religieux.
-interdiction du polythéisme (désormais en reconnaissant la démocratie des droits de l'homme laïciste comme seul système politique valable ou la volonté divine que les juifs soient le peuple prêtre de l'humanité organisant cette nouvelle société à travers cette fausse idéologie prétendant éclairer la vérité comme depuis l'époque des lumières alors que servant à rabaisser moralement les peuples pour les dominer)
-interdiction d'inceste (comme avant)
-interdiction de meurtre (comme avant).
          Or tout mouvement même religieux se liant voire se soumettant au sionisme comme l'évangélisme états-unien, le protestantisme anglais et le wahhabisme saoudien peut également être considéré comme noachide et avoir une résidence secondaire en Israël, de même que ceux qui croient en Dieu à travers la laïcité et qui ne croient donc pas authentiquement en Lui puisque Ses lois christiques ou coraniques font partie de la foi, ou ceux croyant seulement en la laïcité en la faisant devenir une fausse divinité puisque par ses lois, elle est soumise à Israël par la domination des minorités dont prioritairement des juifs.
          Lorsque vous définissez par des termes précis ce que sont le viol ou l’escroquerie, vous avertissez le violeur ou l’escroc des bornes qu’il ne doit pas franchir. Vous lui laissez donc la possibilité de jouer avec la limite. Et c'est ce que pourrait empêcher une loi cherchant à assimiler l'antisionisme à l'antisémitisme pour encore plus faciliter l'ingérence israélienne dans toute nation. Avant un antisémite était quelqu'un qui n'aimait pas les juifs, aujourd'hui c'est quelqu'un que les juifs n'aiment pas. Il faudrait donc demander aux intellectuels juifs une définition précise de l'antisémitisme afin de pouvoir savoir la limite de la critique voire si on a le droit de critiquer concernant le judaïsme et ses élites... En effet actuellement, on est soit un antisémite soit un sioniste mondialiste ou souverainiste et donc du parti unique en France, et il n’y a pas de milieu, et encore moins de juste milieu. Comme le disait le stupide GW Bush après l’attentat du Mossad sur le sol américain en 2001, vous êtes avec nous ou contre nous, vous êtes soit pro-CIA, soit de vils terroristes islamistes. Quant au terrorisme du Mossad et de la CIA, ça n’entre pas en ligne de compte, trop compliqué pour le grand public, cet enfant. C'est à dire qu'on peut blasphémer, sauf la religion juive ; on peut critiquer les gouvernements, sauf Israël ; on peut s’attaquer aux communautés, sauf la communauté juive ; on peut est contre toute politique, sauf contre le sionisme ; on peut rire de tout, sauf des juifs si on n’est pas juif ; on dit qu'une agression sur quelqu'un est de la violence, sauf sur un juif car c’est du racisme ; on peut remettre en cause n’importe qui, sauf un juif sinon c'est considéré comme antisémite.
Les militaires et policiers (et même beaucoup de juges) sont dans l'incapacité de comprendre la logique de l'adversaire (surtout d'une ingérence étrangère ou privée) car ils ont un déficit de culture générale et un manque d'imagination ; les diplomates sont souvent corrompus et manquent de courage ; et la plupart des dirigeants occidentaux sont incompétents ou indignes. En matière de politique, tout l’enjeu est de conserver le pouvoir de décider si dans tel ou tel cas on applique ou non la notion polémique. C'est à dire que les pervers partisans du système actuel corrompu font de la conservation du pouvoir leur priorité, dont en infiltrant, influençant ou/et récupérant des orientations populaires pour devenir une opposition contrôlée qui fera comme d'habitude de fausses promesses électorales afin d'ensuite continuer constamment à favoriser l'oligarchie. En effet actuellement, nous sommes dans une opposition contrôlée judéo-maçonnique synonyme d'auto-alternance pour l'oligarchie. C'est à dire entre une droite judéo-nationale sioniste et une gauche judéo-maçonique. Il s'agit donc de renouveler par les finances de nombreux milliardaires, le bail du système politique tout en feignant de s'opposer à lui.

          Désormais donc massivement, des infiltrés dans la politique et les gouvernements s'ingèrent et soumettent les pays pour des tiers par le contrôle de l'approvisionnement, la dette, le formatage de l'éducation nationale, les théories anthropologiques de l'évolution et de l'hominisation, les médias ou une idéologie perverse :
Principe clé chez les penseurs chinois : « Le summum de la l'art de la guerre c'est de gagner sans livrer bataille, c'est de soumettre l'ennemi sans verser le sang, et même sans qu'on se rende compte qu'on lui livre bataille (sauf si cela signifie rabaisser la noblesse excellente). »
Or ce principe ne peut être valide que si c'est dans l'optique de répandre le monothéisme authentique, car si c'est utilisé perversement ce n'est plus le jeu des Echecs mais cela devient le jeu chinois « go » (et donc de l'échec au Jugement Dernier) qui a pour but d'encercler l'adversaire (société adverse) et de le priver de liberté (en particulier au niveau de la surveillance, du contrôle économique et de la religion) comme c'est clairement le cas en France et en occident actuellement à cause des mondialistes se servant du Covid, la dette, les grands médias, le progressisme enseigné à l'école, la guerre en Ukraine, etc.
Voir l'excellente vidéo : « La guerre invisible de l'Etat profond contre la France - Le Zoom - Stanislas Berton - TVL » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=kK5iH7BZrGA&list=LL7jmiI69wnrMf8TSUGfh1aQ
Voir aussi vidéo : « Pression Sociale et Auto-Conformisme Naturel du Mougeon ou le contrôle mental auto-induit » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=GpXuxGzAJTo&t=455s
Et lire article « Le monde entier sera-t-il un jour comme Hollywood ? » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-monde-entier-sera-t-il-un-jour-comme-Hollywood-63365.html
Les magistrats sont évidemment sensibles aux caps pris par les politiques mais sont de plus en plus soumis aux mondialistes, sans compter qu’ils ont eux aussi des idées politiques possiblement similaires (sans parler des ambitieux et des francs-maçons). C’est déplorable en particulier car ils oublient souvent que dans un État de droit, leur mission est précisément de veiller au respect des bornes. En effet le principe de séparation des pouvoirs devrait leur rester présent sans cesse à l’esprit, surtout qu'un État où ce principe est violé n’est qu’une tyrannie. C'est à dire qu'un État où les magistrats condamnent les gens qui s’opposent aux politiques publiques corrompues est clairement une dictature perverse. Ainsi un tyran est un dirigeant qui ne veut pas le bien commun pour le peuple alors que le dictateur peut être éclairé dans ce sens.
Or grâce à la caméra s'étant répandue via les smartphone, le pouvoir de la baïonnette (par la force, les tueries de masses voire le génocide) tend à disparaître en particulier dans les pays développés, ce qui équilibre le combat entre le peuple et la tyrannie. Pour ne pas entrer en tyrannie et pacifiquement manifester légitimement quand il le faut, le peuple doit donc absolument jauger quand des niveaux sécuritaires liberticides sont exceptionnels, deviennent des restrictions temporaires, ou demeurent une permanente généralisation autoritaire, car dans les démocraties occidentales, le respect des libertés est normalement la règle, et les restrictions, l’exception. En effet il devrait être évident pour tout citoyen d’une nation occidentale que des « pouvoirs d’urgence » sans fin peuvent facilement se transformer en une véritable dictature. Lorsque on permet aux politiciens de violer nos droits en temps de crise, ils créeront des crises pour violer nos droits. Quand on connaît l'Histoire et la ploutocratie actuelle, il n’y a aucune raison pour que cela n’arrive pas aussi à d’autres nations autrefois libres. Et cela signifie, plus que jamais, qu’il est temps de penser à un plan B.
Surtout que le système actuel sait donc créer des problèmes ou des crises tel que le covid pour le résoudre avec plus de restrictions et de mesures liberticides. En effet ce nouvel ordre mondial démocratique, laïque, progressiste, sioniste, matérialiste, bancaire, sanitaire, lobbyiste et oligarchique n'arrange rien et amplifie voire crée les problèmes. Le fait que des personnes à la rue meurent de plus en plus dans les pays développés est suffisant pour montrer la dégradation morale s'étendant à cause de cette basse politique depuis des décennies. A ce sujet lire article « Pour l’Union européenne le moment d’utiliser la force est venu » à l'adresse : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Pour-l-Union-europeenne-le-moment-d-utiliser-la-force-est-venu-57628.html
Or sans doute, connaissez-vous l’histoire de la grenouille qui, dans son bocal, se laisse cuire sans réagir. Si l’on réchauffe son eau peu à peu, insensiblement, elle se laisse mollement anesthésier par la chaleur et, venu le moment crucial, n’a plus l’énergie nécessaire pour sauter et sauver sa peau.   Pour lutter contre ce système gravement corrompu, il faut savoir que le véritable islam est bien là pour confirmer les véritables judaïsme et christianisme dont à travers l'interdiction de la trinité, de l'usure et du mariage homosexuel, et n'incarne donc pas la religion noachide comme le véritable christianisme (dont le catholicisme et l'orthodoxie sont proches puisque ils sont attaqués par les sionistes pour être détruits) ayant également rappelé le noble sens spirituel authentique de l'ancien testament aux juifs dont aussi à travers le refus de l'usure : :
(S43v59) « Il (Jésus) n'était qu'un Serviteur que Nous avions comblé de bienfaits (spirituels parfaits) et que Nous avions désigné en exemple aux Enfants d'Israël. »
(S43v63-66) « Et quand Jésus apporta les preuves, il dit : “Je suis venu à vous avec la sagesse et pour vous expliquer certains de vos sujets de désaccord. Craignez Allah donc et obéissez-moi. Allah est en vérité mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc.” Voilà un droit chemin. Mais les factions divergèrent entre elles. Malheur donc aux injustes du châtiment d'un jour douloureux ! Attendent-ils seulement que l'Heure leur vienne à l'improviste, sans qu'ils ne s'en rendent compte ? »
(S16v43/44) « Nous n'avons envoyé, avant toi, que des hommes auxquels Nous avons fait des révélations. Demandez donc aux gens du rappel (moines, prédicateurs chrétiens) si vous ne savez pas. (Nous les avons envoyés) avec des preuves évidentes et des livres saints. Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour eux et afin qu'ils réfléchissent. »
(S27v76) « Ce Coran raconte aux enfants d’Israël (et aux chrétiens) la plupart des sujets sur lesquels ils divergent, cependant qu’il est pour les croyants un guide et une miséricorde. »
(S3v23) « N'as-tu pas vu comment agissent ceux qui ont reçu une part du Livre, et qui sont maintenant invités au Livre d'Allah pour trancher leurs différends ; comment un groupe des leurs tourne le dos et s'esquive ? »
D'ailleurs pour encore prouver la véracité de l'islam, il faut noter que le monde et les religions ne s'expliquent pas uniquement à travers le comportement égaré de certains adeptes, la géopolitique, des nécessités matérielles, des idées politiques erronées ou des mauvaises interprétations religieuses, mais surtout par la logique de la noblesse spirituelle progressivement révélée aux différents messagers par Dieu depuis Adam, en passant par Abraham, Moïse, Jésus (paix sur eux), et se terminant avec Mouhamed (SBDSL) comme l'explique clairement ce site. En effet, il est cohérent que le saint esprit de Jésus soit descendu sur terre après la révélation complète de la loi tribale et nationale juive pour l'orienter vers l'universel, et que l'ultime Messager Mouhamed soit venu après le saint esprit de Jésus afin de faciliter l'acquisition de cette sainteté aux êtres humains imparfaits par nature, puisque Jésus est né saint alors que Mouhamed l'est devenu par la religion et la piété.
          De nos jours le manque généralisé d’éducation, de culture et d'ouverture apporte souvent un désarmement intellectuel ou une fermeture religieuse ne pensant pas à la foi ou à la réalité des possibles ponts entre monothéismes. Il faut donc s'habituer à savoir penser contre soi et refuser de réfléchir systématiquement par soi-même car nous sommes inconsciemment imbibés des idées dominantes dont de pensée unique ou de contradiction irréfléchie, surtout que l'esprit de nuance est nécessaire dans toute quête (d'autant plus celle de la foi puis de la piété) en particulier donc dans un système portant une pensée unique et critiquant de complotiste toute pensée différente. Alors que les complotistes qui remarquent ou trouvent des vérités sournoises évidentes devraient être dénommés des constatistes (dignes). En effet en France et ailleurs, il est apparu la mainmise idéologique d’une intelligentsia culturelle, philosophique et laïque, devenant rapidement une dangereuse police de la pensée apportant une police politique (voir vidéo de Vincent Lapierre à https://www.youtube.com/watch?time_continue=360&v=K4xIuKl1Ppw). Elle s’est accaparée le droit de réfléchir en propageant des opinions souvent erronées mais devenant majoritaires dans divers domaines par un mimétisme inconscient des populations lié à la passivité mentale souvent d'origine télévisuelle. Elle participe aussi à faire de la France pour la première fois dans l'Histoire, le pays le plus arnaqué au monde dont en la faisant faire d'énormes efforts en particulier financiers pour des politiques qui la détruisent. Beaucoup sont tellement imbibés de chaînes d'information du système, de programmes mondialistes et de divertissements de plus en plus infantiles, qu'ils préfèrent la facile mais aussi fade passivité mentale et n'arrivent même plus à réfléchir d'autant plus grandiosement. En plus d'être souvent une boîte à insouciance pour beaucoup, la télévision est donc devenue une machine à consentement et à aliénation (il fait chaud, hydratez vous, il fait froid, couvrez vous etc...) qui conduit à réagir comme des enfants à la propagande politique, laïciste et progressiste, car les enfants ne doute pas de l’autorité et du sérieux des adultes.
Dans ce sens « le schéma vaccinal » est une expression qui permet à un tas de covidés de se trouver normaux ET intelligents. C’est toujours bien pour les ingénieurs sociaux et les spécialistes du « nudging (concept affirmant que des suggestions indirectes peuvent, sans forcer, influencer les motivations et inciter à la prise de décision des groupes et des individus) » de monter des arnaques où la victime se trouve intelligente et normale. C’est même carrément idéal pour le consentement. Or moralement, démocratiquement et même dans l'actuelle législation, le consentement doit être éclairé pour ne pas devenir manipulation d'autant plus par rapport à un vaccin. En effet être libre signifie forcément être éclairé. Surtout que quand on est blessé ou gravement malade, il est normal d'aller à l'hôpital ; mais quand on est en bonne santé, il est sagement prudent de ne pas vouloir se faire piquer même en cas d'obligation par des produits obscurs. Surtout quand ils sont vendus très chers à nos gouvernements corrompus par des multinationales appartenant à des capitalistes voraces et souvent impies, qui nous considèrent au mieux comme des vaches à traire, des cochons de payant, voire au pire en plus comme des cobayes...
Forcer le consentement, ce n'est pas neutre, voire c'est impie... Ainsi les êtres humains doivent arrêter de se servir infantilement de leur prétendue innocence liée à leur nature imparfaite pour se faciliter, et donc effacer fortement cette idée d'innocence liée à leur nature imparfaite pour la remplacer par une haute responsabilité pieuse d'adulte et cela même s'il doivent garder un enthousiasme et un émerveillement enfantins pour tout bien. Surtout que les 1 % ultra riches veulent la soumission des 99 % autres.
Les mondialistes veulent tout : notre pays, notre liberté, notre surveillance, notre argent, notre santé, nos enfants et notre âme. Les gens qui argumentent contre le droit à la disposition de son corps par rapport à des vaccins sont des totalitaristes, des tyrans et des apologistes de l’apartheid biologique et de la discrimination médicale. En effet il faut voir la vue d'ensemble politique de la propagande pour la vaccination contre le covid afin de comprendre ses sens cachés. D'ailleurs sans vue d'ensemble, on ne peut distinguer la réalité du nouvel ordre mondial étant lié à de nombreux événements : covid, vaccin, guerre en Irak, en Libye, en Syrie, en Ukraine, inflation. Le mal existent et certains ont organisé des plans diaboliques auxquels nous n'aurions même pas pensés. Même par la dette (l’usure), l’État nous ruine au profit de la Haute Banque, des assurances et des financiers internationaux. Ce sont donc nos services publics, c’est-à-dire la qualité de vie à la française, qui engraisse la finance. On pensait ce genre de pensées tyranniques finies, on découvre qu’elles ne faisaient que dormir. Il faut noter que par rapport aux croyants, ce sont les athées qui croient le plus au vaccin, comme si il s'agissait d'une épreuve devant distinguer les soumis au système corrompu se servant du prétexte de la science pour manipuler leur crédulité vers la tyrannie au début sanitaire puis économique. Et il faut donc se battre pour défendre son corps du viol chimique comme l'a fait le numéro un mondial de tennis Novak Djokovik en refusant cette substance qui peut être le contraire d'un dopage, c'est à dire une diminution des capacités physiques. Le système maçonnique a dominé les âmes en effaçant le monothéisme par la laïcité, puis les esprits en les fatiguant dans l'abrutissement par la télévision ou le travail sans culture. De plus il y est aussi parvenu en les faisant vivre dans la haine de la France par la culpabilisation de colonialisme, de racisme et d'antisémitisme (c'est à dire en simplifiant les choses par la racialisation, qui est toujours une simplification s'orientant vers un aspect identitaire au lieu d'une volonté de socialisme souverainiste). La détestation des jeunes, qu’ils soient blancs ou pas, pour leur propre patrie à cause de la culpabilisation, explique en partie leur manque de confiance en eux. Et avant la domination ploutocratique de l'économie par la crise énergétique, c'était au tour des corps à être dominés par la vaccination qui est la preuve finale d'un complot mondialiste avec cette apparition internationale du coronavirus très étonnamment souvent gérée similairement au niveau mondial.
Or lorsque l'accaparement porte sur le corps du peuple, il s'agit d'une société esclavagiste, lorsque l'accaparement porte sur la terre, il s'agit d'une société féodale, et lorsque l'accaparement porte sur le travail, il s'agit d'une société capitaliste. Mais comme la société capitaliste est en crise terminale, elle s'oriente donc vers le grand reset synonyme d’accaparement des consciences (dont par les techniques médiatiques, la manipulation politique, l'hyper normalisation et la technologie à outrance) et donc d'une sournoise société oppressive et tyrannique, similairement à la société esclavagiste par l'accaparement des corps mais par des moyens modernes. Et l'accaparement par l'abrutissement de la classe moyenne se fait plus par une prétendue normalité sociale athée.
Par conséquent les mesures liberticides liées à la gestion sanitaire du covid dont l'obligation vaccinale et le pass de contrôle correspondent à la dernière limite à ne pas céder pour ne pas perdre définitivement dans une forme d'esclavage total tout ce qui nous appartient, dont même notre esprit par la paranoïa. Surtout que l'obligation vaccinale est interdite, car le code civil et le code de la santé publique précisent qu'on ne peut pas porter atteinte à l’intégrité de notre corps, et car nous sommes évidemment maîtres de décider ou pas du traitement qui pourrait nous être infligé.
La science n’a pas de morale, pas d’éthique, pas de sentiment de bien ou de mal. C’est un outil. Ce sont les hommes qui décident comment l'utiliser. La science ne vous dirait pas quoi faire. La science n’est pas une église, elle n’est pas censée guider les gens ; ce sont les gens qui doivent guider la science. Les gens comprennent ce qui est bon et ce qui est mauvais, ce qui est bien et ce qui est mal. Ce n’est pas le cas de la science. Quiconque parle au nom de la science est un imposteur, comme un prêtre qui parle au nom d’une idole. À une différence près : Dieu peut parler aux gens, peut-être, parfois, alors que la science ne peut pas parler. Elle n’a ni voix ni esprit.
« La science est cette figure d’autorité à qui l’on doit « demander ». La mission est de la plus haute importance : « protéger l’humanité des maladies (et des dangers) », rien de moins. La tournure impérative, qui permet de faire passer un ordre pour un conseil, est une manière d’entériner une adhésion – supposée spontanée – au narratif. Sauf que – comme on dit – l’humanité n’est pas un organisme. Souhaiter protéger l’humanité, c’est souhaiter protéger chacun des membres qui la compose, sans en perdre en route. Or on ne peut partir du postulat que tout le monde est à la même enseigne. Les riches et les pauvres, les biens nourris et les affamés, les citoyens libres et les habitants de zones de conflits, n’aurons pas à souffrir du même degré d’atteinte de leur capital santé. Sur ce registre, il vaudrait mieux demander à madame Justice sociale plutôt que madame la Science. Ou a monsieur Budget à la fin du mois. Le recours à la science permet ainsi de circonscrire la santé au seul domaine de compétences techniques ou des avancées de la recherche, en excluant tout autre déterminant. « Demander à la science » permet ainsi d’éclipser le politique.
Or en réalité, la Science n’a ni bras ni jambes, ni essence guidante. Elle observe le monde pour en tirer des lois générales. Elle établit des liens entre des séries de faits, des relations entre les phénomènes. Or, si les lois physiques sont connues et acquises, le vivant n’y obéit pas. Ce qui n’est pas acquis, ce qui reste aléatoire, c’est l’efficacité des traitements.
« On ne passe pas le meilleur de nous, de notre argent, de nos richesses et de notre science pour améliorer l’homme, pour le rendre plus humain, alors que ça lui donnerait à nouveau une forme de joie et d’optimisme supérieurs, et donc l'envie de créer une planète apaisée. Parce que nous avons les moyens de nous apaiser. Or c’est tout le contraire qui se passe. » (Jean Lassalle)
D’autre part, même en imaginant que l’on puisse parler de l’humanité comme d’un seul corps, il est tout autant irréaliste de penser lui éviter les maladies. Ou le stress. Ou les peines de cœur. (Ou les catastrophes naturelles). Car la seule chose que l’on ne puisse pas faire pour nos proches, c’est bien de leur éviter de mourir ou de souffrir. En revanche, il est tout à fait possible de mettre en place un système de soin performant, peu cher, local et accessible, avec par exemple les médecins généralistes en première ligne à qui on laisse la possibilité de faire leur travail. Dans ces conditions, on peut soigner, réduire les souffrances, améliorer le confort de vie. Or pour cela, nous n’avons pas besoin de progrès scientifiques. Sans vouloir reparler de molécules peu chères qui soignent, tout est déjà bien accessible.
En réalité, les maladies n’existent pas sans nous. Car la santé est un processus, un état qui s’améliore ou se détériore en permanence en fonction de nombreux facteurs. D’un point de vue hygiéniste, nous fabriquons notre santé et notre maladie tous les jours. Nous avons bien sûr une certaine marge de manœuvre pour mener une vie saine et contribuer à notre santé. Mais le point de vue s’élargit forcément pour inclure des strates où nous perdons la main : une situation financière fragilisée par une longue période de chômage, une panique collective créant de l’insécurité, une période de guerre...
De la même manière que le consommateur a été trompé sur la médicalisation comme voie de bonne santé, il est probable qu’il le soit encore sur les possibilités curatives d’implants et autre processeurs connectés. Et si d’aventure nous gagnions en forme grâce à la science, il resterait toujours le marché (illégitime) de la gestion du vieillissement ou de l’immortalité. Sans surprise, la liste des produits dérivés est longue... Nous n’avons plus de temps à perdre pour devenir responsables et autonomes en matière de santé. » (Extraits de l'article « La (perverse) déification de la science à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/La-science-gagnera-67699.html)
Surtout que le coronavirus n'est pas un virus tueur mais amplificateur de comorbidité. Et c'est plutôt le problème des perturbateurs endocriniens (venant de la mauvaise gestion environnementale comme l'utilisation des pesticides, de particules lourdes du secteur pétrochimique ou d'hormones de croissance dans l'élevage industriel se retrouvant dans l'eau) qu'il est grandement prioritaire de traiter, car souvent à l'origine de nombreuses de ces comorbidités tels les cancers (de plus en plus tôt), les diabètes type 2, l'obésité, les maladies auto-immunitaire, et diverses maladies génétiques dégénératives.
Il faut savoir qu'un premier type de vaccin correspond à injecter du virus inactivé pour entraîner la réaction immunitaire contre cet éventuel futur virus activé (originel, fort).
Un deuxième type de vaccin vient de la culture en laboratoire d'une protéine (recombinante) équivalente à celle portant le virus dans laquelle on introduit le gêne du vrai virus (qui détient le secret de fabrication de la vraie protéine entourant le virus), puis on les fait produire (aussi en laboratoire) dans des cellules qui sont de véritables usines à protéine virale fabriquée, puis on éclate les cellules afin de nettoyer la protéine virale puis de l'injecter dans les personnes.
Le vaccin génétique ARN (Pfizer via une particule de graisse possiblement porcine voire humaine provenant de fœtus avortés servant probablement en plus à d'autres composés du vaccin : lire à ce sujet l'article États-Unis : Big Pharma et le trafic de fœtus à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Etats-Unis-Big-Pharma-et-le-trafic-de-foetus-65127.html) ou ADN (AstraZeneca via un adénovirus recombinant, désarmé, inoffensif de chimpanzé pouvant être avec la particule porcine précédente une interprétation de la marque de la bête évoquée dans la Bible) envoie à nos cellules une portion (partie du virus sars cov 2) du secret de fabrication de la protéine spike (portant normalement le virus qui incarne la maladie) afin de la faire produire par nos propres cellules et de faire réagir le système immunitaire contre cette partie du sars cov 2. (Pour provoquer une réponse immunitaire artificielle, des scientifiques ont même très gravement mis au point des particules synthétiques semblables au coronavirus. Ces dernières imitent les structures-clés du pathogène : la protéine « Spike », la protéine d’enveloppe et sa protéine membranaire.) Or la plupart des vaccins autorisés actuellement, comme Pfizer ou AstraZeneca, sont basés sur la protéine Spike seule, ce qui les rend moins efficaces au fil du temps car la protéine Spike du virus mute. En effet en visant et donc imitant plusieurs parties du virus originel, ces vaccins ne peuvent être résistants aux variants. De plus ces derniers vaccins posent un certain nombre de problèmes (surtout car pouvant se recombiner avec d'autres virus, devenir impuissants ainsi que le système immunitaire face à des variants ou créer dont possiblement suite à une création trop importante de protéine spike une réponse immunitaire trop forte, et pouvant donc ensuite amener à une défense immunitaire affaiblie et en baisse), comme des thromboses, des AVC, des myocardites, beaucoup de désordres du coeur, infarctus du myocarde, des attaques, des myélites transverses, des encéphalites, des méningites, des embolies majeures ou mineures, péricardites, de la tolérance réduite à l’effort. Or comme le précisent certains savants dont le vaccinologue Geert Vanden Bossche, cela peut même modifier le fonctionnement des cellules et créer des variants surtout qu'auparavant un vaccin comme contre la rougeole était en rapport avec la nature, alors la protéine spike fabriquée par le virus sars cov 2 pour faciliter son déplacement et s'introduire nuisiblement dans son hôte n'est pas créée spontanément par le corps humain. Ce qui fait que les personnes vaccinées fabriquant cette protéine sont devenus des OGM humains, et qu'ils sont la première grande partie de l'humanité à être entrée massivement dans le pervers transhumanisme mondialiste (la production de la protéine spike inexistante dans le corps humain prouve que les vaccinés sont désormais des êtes humains augmentés). Surtout si ce virus est une construction humaine inexistante dans la nature et probablement une arme biologique créée en laboratoire, puisque divers laboratoires (dont chinois et ukrainiens) travaillaient sur l'augmentation de la charge virale (gain de fonction ou de viralité signifiant plus virulent plus transmissible) des coronavirus. D'autant plus que la protéine spike est donc produite désormais par les cellules des vaccinés, alors que cette protéine spike apparaît de plus en plus comme toxique pour l'organisme par sa multiplication trop importante et ses effets déchirants se voyant à travers l'augmentation de crises cardiaques, l'apparition de troubles cognitifs précoces tel presque un début d'Alzheimer puisque à partir de trentenaires, et l'affaiblissement voire la destruction ou la perversion du système immunitaire puisque suractivé à cause de l'ARN messager et laissant donc passer dans le corps des vaccinés une grande partie du reste des dangers sanitaires. En effet selon divers savants, les "vaccins" ARN ordonnent à TOUTES les cellules de fabriquer un maximum de protéines Spike qui est la plus dangereuse du virus, puis nos défenses immunitaires attaquent nos cellules qui contiennent du Spike. De plus il a été  trouvé que quasiment toutes les pathologies du virus étaient dues principalement à la toxicité de la spike. C’est donc simple à comprendre. Les vaccinés sont donc transformés en usine pour fabriquer de la protéine spike qui est en fait la partie toxique. Ainsi les vaccins transforment les humains en usine à fabriquer une molécule toxique.
De plus la majorité des Israéliens se sont fait piéger, car leurs trois doses n’ont servi à rien, si ce n’est à faciliter l’entrée du dernier variant dans leurs corps. Surtout que ces vaccins génétiques obligent donc le corps à fabriquer de grandes quantités de protéine Spike de coronavirus biologiquement active, ce qui signifie qu'ils sont en réalité un accélérateur de propagation du virus. Le professeur Perronne précise même que ce ne sont pas des vaccins mais des boosters de virus.
Le texte suivant est un résumé écrit des présentations des docteurs Bhakdi et Burkhardt lors du symposium Doctors for COVID Ethics qui a été diffusé en direct par UKColumn le 10 décembre 2021 :
« Une erreur fondamentale à la base du développement des vaccins Covid-19 a été de négliger la distinction fonctionnelle entre les deux grandes catégories d’anticorps que le corps produit pour se protéger des microbes pathogènes.  La première catégorie (IgA sécrétoire) est produite par les cellules immunitaires (lymphocytes) qui sont situées directement sous les muqueuses qui recouvrent les voies respiratoires et intestinales. Les anticorps produits par ces lymphocytes sont sécrétés à travers et à la surface des muqueuses.  Ces anticorps sont donc sur place pour rencontrer les virus transmis par l’air, et ils peuvent être en mesure d’empêcher la liaison virale et l’infection des cellules. La deuxième catégorie d’anticorps (IgG et IgA circulants) se trouve dans la circulation sanguine. Ces anticorps protègent les organes internes de l’organisme contre les agents infectieux qui tentent de se propager via la circulation sanguine. Les vaccins qui sont injectés dans le muscle – c’est-à-dire à l’intérieur du corps – n’induiront que des IgG et des IgA circulants, et non des IgA sécrétoires. De tels anticorps ne peuvent pas et ne protégeront pas efficacement les muqueuses de l’infection par le SARS-CoV-2. Par conséquent, les « percées infectieuses » actuellement observées chez les personnes vaccinées ne font que confirmer les défauts de conception fondamentaux des vaccins. Les mesures d’anticorps dans le sang ne peuvent jamais fournir d’informations sur l’état réel de l’immunité contre l’infection des voies respiratoires. L’incapacité des anticorps induits par le vaccin à prévenir les infections par coronavirus a été signalée dans des publications scientifiques récentes. Les vaccins peuvent déclencher une autodestruction. Une infection naturelle par le SARS-CoV-2 (coronavirus) reste, chez la plupart des individus, localisée aux voies respiratoires. En revanche, les vaccins amènent les cellules situées au plus profond de notre organisme à exprimer la protéine de pointe virale, ce qui n’était pas prévu par la nature. Toute cellule qui exprime cet antigène étranger sera attaquée par le système immunitaire, qui fera intervenir à la fois des anticorps IgG et des lymphocytes T cytotoxiques. Cela peut se produire dans n’importe quel organe. Nous constatons aujourd’hui que le cœur est touché chez de nombreux jeunes, ce qui entraîne une myocardite, voire un arrêt cardiaque soudain et la mort. Comment et pourquoi de telles tragédies qui pourraient être liés à la vaccination sont restés des conjectures, faute de preuves scientifiques. Cette situation est maintenant rectifiée. L’analyse histopathologique montre des preuves claires d’une pathologie de type auto-immune induite par le vaccin dans plusieurs organes. Il est évident que l’on doit s’attendre à ce qu’une myriade d’événements indésirables dérivant de tels processus d’auto-attaque se produise très fréquemment chez tous les individus, en particulier après des injections de rappel. Sans aucun doute, l’injection de vaccins génétiques Covid-19 met des vies en danger de maladie et de mort. »
« De plus un vaccin utilisant une seule protéine, générant de fait une immunité « étroite » contre peu d’antigènes, aura une probabilité plus forte d’induire un échappement par mutation du virus. Les vaccins ARNm peuvent donc beaucoup participer gravement à la mutation fréquente du covid, surtout que pouvant finalement devenir des mutants plus résistants en particulier face aux vaccins s'affaiblissant avec le temps plutôt qu'à l'immunité naturelle. Il faudrait donc normalement une large couverture des différentes souches du virus et un contrôle de l’échappement immunitaire par sélection de variants. C'est pourquoi des combinaisons d'anticorps monoclonaux neutralisant le virus et non concurrentes pourraient être utiles. » (Passages résumés de l'excellente interview : « Ne faisons pas un remède pire que le mal" : l'entretien essentiel, avec Christian Vélot » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=nLyP03Iq4-4)
Christian Vélot précise ailleurs : « Évidemment, comme c’est pour échapper au système immunitaire, plus il y a d’entraves lors de la multiplication du virus (des embûches, des anticorps), plus il va essayer de les esquiver, plus on va générer de variants. Si vous avez une population non vaccinée, le virus va circuler et les gens vont l'attraper ; alors évidemment si ça donne une maladie grave il faut faire quelque chose, mais si les gens ne sont pas fragiles, ils vont développer leur immunité naturelle. (Surtout que si ils préservent ou développent leur immunité mentale et intellectuelle (sérénité intérieure et raison posée), leur immunité physique sera plus forte, puisque toute deux s'alimentent mutuellement. C'est pourquoi à notre époque et d'autant plus face aux actuelles crises sanitaires, économique, climatique, ukrainienne, inflationniste et wokiste, la défense personnelle, familiale et sociale commence par l'immunité mentale et intellectuelle liée à la piété.) Si on a une vaccination digne de ce nom face à cette maladie grave, c’est-à-dire un vaccin qui anéantit le virus, qui le bloque, pas de problème de faire une vaccination massive, aucun problème. Mais lorsqu’on a un vaccin aussi imparfait que ceux qu’on nous propose, devrais-je dire ceux qu’on nous impose, que sont les vaccins génétiques aujourd’hui, qui ne protègent ni de la contamination ni de la contagion, donc qui laissent circuler le virus, … donc si on fait une vaccination massive avec un vaccin qui laisse circuler le virus, on se place dans des conditions d’émergence et de sélection de virus variants. Alors c'est un mensonge de dire que les personnes qui ne sont pas vaccinées sont des égoïstes qui ne pensent pas à la collectivité. »
La protéine Spike peut provenir du SARS-CoV-2, mais aussi donc des vaccins ARN et ADN puisqu’ils commandent à nos cellules de la fabriquer afin d’entraîner notre organisme à neutraliser le virus qui la porte. Le Pr Perronne a même dit : « On est en train de modifier les cellules des gens. » Normalement un vaccin permet l'apparition d'anticorps devant rester dans le bras pour détruire les antigènes. Cependant cette protéine se répand dangereusement dans le corps dont dans le cerveau et le cœur. La protéine Spike est donc nocive, car elle ne reste pas dans les membranes des cellules qui font la transcription de l'ARN entré dans la cellule, c'est à dire dans l'endroit où l'ARN est traduit par le ribosome en une protéine « spike », alors qu'il était annoncé que cette protéine était la meilleure cible sur le coronavirus, puisque les anticorps vont s'accrocher à elle afin de l'empêcher de faciliter l'entrée du virus. Or la façon dont les vaccins ADN et ARN procurent réellement la protection est de la cytotoxicité (détérioration) cellulaire provenant de la création de lymphocytes T cytotoxiques. C'est à dire que ces derniers peuvent très dangereusement attaquer toutes les cellules créatrices et porteuses de la protéine Spike, surtout que cette dernière se répand donc souvent massivement dans le corps, le cerveau et le cœur en créant des problèmes comme des dégénérescences mentales et physiques, des maladies cognitives, de la psychose pouvant aller jusqu'au suicide, des incohérences mémorielles, la stérilité des ovaires, des myocardites (gonflement du cœur par conséquent contraire à l'affinement de sa sensibilité et de sa noblesse pieuses à l'image de certains êtres humains). D'autant plus qu'il s'agit d'un sacrifice de cellules par le système immunitaire qui les attaque.
Ces vaccins sont donc bien clairement une puissante injection immunitaire et génique qui détourne la machinerie cellulaire pour produire des protéines de pointe Spike (maintenant reconnue comme la partie la plus mortelle du coronavirus COVID-19) saturant et donc infectant désormais même le foie. La protéine Spike est ainsi fabriquée par nos cellules qui ont été ni plus ni moins piratées comme le vaccin ARN était entré par un mensonge pour les produire à la différence des autres vaccins qui sont reconnus pour activer le système immunitaire. Or c'est un risque non nul que cette fabrication devienne anarchique et provoque ce qui a déjà été rencontré et évoqué de nombreuses fois, c’est-à-dire des concentrations dans le cerveau, le cœur ou les gonades, entraînant des phénomènes thrombotiques graves, voire mortels, des fausses couches ou une stérilité, féminine comme masculine.
Selon le Dr Ryan Cole, les organes touchés par les injections massives de protéines Spike sont les poumons, les reins, les ovaires, les testicules, le foi. En sachant que certains savants disent que l'ARN artificiel des vaccins pourraient même possiblement entré dans l'ADN humain. Le vaccin ADN est en réalité un adénovirus recombinant, mais c'est aussi de la technologie de thérapie génique et tout ce qui découle de la traduction de la protéine spike est identique à ce vaccin dont le ARN. Ceci indiquant que nous vivons très probablement la fin des temps.
La vaccination à ARNm consistant donc à pirater le corps humain et précisément ses cellules afin qu’elles utilisent leur propre machinerie pour fabriquer la protéine S (dite protéine spike, une des quatre protéines structurelles du SARS-CoV-2) via l’information de construction que constitue le fameux brin d’ARN messager, il en ressort que la prolifération de la protéine spike dans le corps humain, s’il est parfois contenu et limité, peut dans d’autres cas se répandre dans le corps entier et faire son œuvre qui consiste à s’amarrer aux récepteurs ACE-2, entraînant une inflammation des tissus pouvant conduire à la mort. En effet à l’autopsie apparaissent souvent des lésions disséminées jamais vues, avec une forte infiltration de lymphocytes au niveau des tissus, signant des problèmes inflammatoires disséminés dans le corps, des inflammations rhumatismales, des micro-thromboses d’artères. Les micro-thromboses dans le corps entraînent des risques à moyen ou long terme. Dans le foie, la régénération est possible, mais pas dans les poumons où il existe un risque de pression dans les artères pulmonaires et donc d’insuffisance cardio-respiratoire. Quant aux myocardites constatées, souvent soignées dans un premier temps, elles ont un diagnostic à 5 ans défavorable, avec environ 50% de décès sur un tel terme, selon le Dr Ochs.
Par rapport à autant de gravité sanitaire, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, a même été jusqu'à affirmer que les pays occidentaux mènent une guerre contre toutes les religions mais également contre le code génétique de toutes les civilisations humaines dont pour la domination oligarchique.
« Le covid est une arme biologique qui a été utilisée par les forces globalistes pour mettre sous contrôle les populations. La Russie a oscillé entre obligation vaccinale et liberté totale, sans doute parce qu’elle s’était persuadée qu’il fallait maintenir une forme de dialogue avec l’Occident. Identiquement, il y avait un mouvement de balancier entre des phases un peu idéalistes de rapprochement avec l’ouest et des phases de réalisme géopolitique. Aujourd’hui les liens de dépendance politique, économique mais aussi idéologique sont rompus. L’hégémonie culturelle de l’Occident, la pensée unique (et leur idéologie ploutocratique malthusienne) ont fait leur temps. Depuis le début de l’opération spéciale, la Russie trace sa propre route. » (Daria Douguine)  Des chercheurs israéliens ont montré que le coronavirus SARS-CoV-2 provoquait des répercussions sur le système cardiaque et vasculaire en général. On imagine aisément que la vaccination à ARNm, en piratant la cellule humaine pour lui faire produire le virus, reproduit les mêmes symptômes. C'est pourquoi que le taux important de remplissage des urgences américaines est moins étonnant, alors même que l’épidémie est en recul aux États-Unis.
Le biologiste Clemens Arvay se demande en plus si les vaccins actuels à ARNm et à vecteur contre le SRAS-CoV-2 pourraient poser des problèmes à l’avenir en raison des anticorps qui renforcent l’infection. Une étude évaluée par des pairs et publiée dans le Journal of Infection met en garde contre les anticorps favorisant l’infection qui, selon l’étude du modèle de biologie moléculaire, sont formés en réponse à la vaccination et ont pu favoriser l’infection avec les variants Delta désormais dominants. Il préconise ainsi le principe de précaution.
De plus les vaccins à ARNm covid "reprogramment" (c’est-à-dire influencent) les réponses immunitaires adaptatives, innées et particuliers, qu’ils régulent à la baisse la voie dite TLR4, qui est connue pour jouer un rôle important dans la réponse immunitaire aux infections et aux cellules cancéreuses. C'est pourquoi il est clairement possible que ces modifications immunitaires puissent entraîner des conséquences imprévues sur l’état du receveur de l’injection génique. Il a par ailleurs été constaté une réactivation post-vaccination des infections virales latentes, notamment du virus du zona, l’EBV (Epstein-Barr) et le virus de l’hépatite.
Et les vaccin ARN peuvent donc détruire l’immunité corporelle, cela pourrait faire des dégâts incalculables, puisqu'ils vont s’étaler sur des années voire probablement sur des décennies.
Lire à ce sujet l'article « Les données officielles indiquent que les personnes triplement vaccinées développent le syndrome d’immunodéficience acquise à un rythme alarmant » à l'adresse https://strategika.fr/2022/01/21/les-donnees-officielles-indiquent-que-les-personnes-triplement-vaccinees-developpent-le-syndrome-dimmunodeficience-acquise-a-un-rythme-alarmant/
D'ailleurs des médecins du monde entier signalent une augmentation de la famille des virus de l’herpès, ainsi que du zona, du virus du papillome mono et humain (VPH) dans les biopsies cervicales, les frottis des femmes, et des biopsies tissulaires des hommes, un système immunitaire approprié dans le corps pour garder le cancer sous contrôle. Les médecins signalent que les cancers de l’endomètre, les mélanomes invasifs et divers autres cancers ont ainsi augmenté suite à la vaccination. On prévoit déjà que l’incidence de divers cancers sera aussi importante chaque année. En outre, de nombreuses infections opportunistes secondaires qui sont souvent observées chez les patients atteints du VIH se manifestent également chez ceux qui ont reçus le vaccins ARN ou été infectés par le SARS-CoV-2 (qui contiendrait d'ailleurs artificiellement une séquence du VIH suite à une manipulation en laboratoire selon le Professeur Montanier, surtout que selon cet article à l'adresse https://strategika.fr/2022/07/12/les-preuves-biochimiques-et-statistiques-officielles-confirment-a-100-que-moderna-a-cree-le-covid-19/, les preuves biochimiques et statistiques officielles affirmeraient que Moderna a créé le Covid-19).
Il faut noter que les variants du virus corona proviennent d'une pression immunitaire immense des vaccins ARN et de la vaccination massive empêchant l'immunité naturelle (ou innée) collective. Toute cette histoire correspond donc à une manipulation des peuples par la pseudo science biologique et génétique.
Surtout que la chloroquine vient d'un arbre et est donc en conformité avec la médecine prophétique basée sur l'utilisation des végétaux, et qu'en réalité, le seul vaccin valable et réellement efficace est la bonne hygiène de vie renforçant notre système immunitaire. En effet de plus en plus de chercheurs affirment que c'est la mauvaise hygiène de vie liée à des pratiques immorales, un état psychique faible, la pauvreté, la pharmacologie corrompue, ou le manque de sanitaire, qui affaiblissent et effondrent le système immunitaire, et non les virus, les bactéries ou les métastases.
          Or une grande majorité parmi les peuples vit souvent sous l’emprise de conditionnements et d’automatismes sans Dieu, en devenant un homme athée de la masse, fanatique, obsessionnel, sectaire et radicalisé, tel un programme d’ordinateur incapable de se corriger et répétant les mêmes erreurs en boucle. Ces personnes ne peuvent donc qu'effleurer le sens de l'existence en survolant superficiellement la vie laïquement et en se soumettant profondément au mondialisme malgré la haute grandeur de la morale religieuse. Car le cœur doit être préparé pieusement (et donc entraîné noblement) pour supporter la grandeur (le lourd poids noble) de la foi en Dieu le Très Haut devant apporter évidement un grand cœur synonyme de grandeur d'âme synonyme de bon esprit et donc de bonne personne.
          C'est pourquoi on n’entend jamais la parole des gens ordinaires, ceux qui n’ont pas fait de grandes études ou qui vivent simplement. Pourtant ces personnes lambda sont des gens normaux, de bon sens, avec une bonne dose de lucidité, celle qu’on contracte quand on est aux prises avec le réel et pas à donner ou recevoir des leçons via des plateaux TV. En effet cette lucidité populaire est loin du hors-sol des dirigeants médiatico-politiques corrompus, générateurs d’extorsions, de conflits d'intérêts, de mensonges et de catastrophes. Notre système est tellement méritocratique qu'une de cette population se refuse à donner son avis quand on ne l'empêche pas de parler dans les médias dominants. Heureusement contre cela, internet offre un vaste champ d’expression et de réflexion. Les chaînes éducatives, scientifiques, philosophiques, politiques ou religieuse sont légion, et donnent agréablement accès au savoir en dehors de toute rigueur académique ou violence symbolique.
          A notre époque, avec cet outil internet, l’éducation moderne, l'ensemble des médias et les flux migratoires, les différentes religions du monde sont donc présentes dans notre culture. Malheureusement le plus souvent, les journalistes rappellent principalement les mauvais actes de certains adeptes, mais surtout du catholicisme et de l'islam par conséquent de manière intrigante. Une petite parenthèse mérite d'être ouverte à ce sujet. Il faut reconnaître que notre quotidien est souvent calme, puisque sans télévision nationale ou mondiale les grands malheurs et les morts dans notre environnement proche semblent généralement assez rares, même si ça l'est de moins en moins pour un certain temps.
L'être humain doit ainsi profiter de ce doux aspect de la vie, en cherchant évidemment comment il peut agir pour toujours accompagner notre monde dans le mieux, car ce n'est pas à l'univers (Création) de s'adapter à nous, mais à nous de s'adapter à lui en tendant vers une parfaite gestion des qualités morales exclusivement. C'est à dire que sans s'attarder sur l'ambiance morose provoquée par les journalistes avides de choquant, de malheurs et de souffrances dont de faits divers, tel un culte du pire auquel beaucoup de téléspectateurs et journalistes succombent, l'homme peut confirmer la beauté de l'univers de même que l'excellence de ses épreuves par un digne comportement en particulier envers toute l'humanité, à l'image de la symbiose entre une fleur fournissant le sucre à une abeille et cette abeille lui apportant le pollen. En effet, le monde n'attend plus que nous pour que nous soyons en harmonie avec lui. C'est à dire que nous pouvons créer autant de noblesse et de beauté que celles qui font avancer le monde :
(S20v2-4) « Nous n'avons point fait descendre sur toi le Coran pour que tu sois malheureux, si ce n'est qu'un Rappel pour celui qui redoute (Allah), (et comme) une révélation émanant de Celui qui a créé la terre et les cieux sublimes. »
(S18v7) « Nous avons placé ce qu'il y a sur la terre pour l'embellir, afin d'éprouver (les hommes pour savoir s'ils vivent et partagent pieusement et ainsi dignement et conformément cet embellissement ou s'ils sont cupides et ainsi indigne et non conforme vers cet embellissement, et donc pour connaître) qui d'entre eux sont les meilleurs dans leurs actions. »
C'est à dire qu'avec la vision religieuse affirmant l'excellence des épreuves de la vie et par les qualités morales de sagesse, de bienveillance et de bienfaisance permanentes, nous pouvons ne voir que des solutions voire que du bien dans ce monde, et plus de problèmes.
          Or donc malencontreusement, il est à constater dont que par la perversité médiatique et politique, l'adoration monothéiste se perd par crainte, dégoût ou désintérêt, alors que pourtant nous sommes dans une période idolâtrant des célébrités, la richesse, le matérialisme, la science, la technologie, la nature, des sectes types franc-maçonne ou scientologue, les mouvements politiques athées, ou le polythéisme type hindou. Ainsi avant de se forger une opinion, chaque personne devrait d'abord étudier sérieusement les diverses spiritualités et s'informer clairement sur la réalité des forces visibles et cachées en présence dans le monde, de même que sur celle des forces lumineuses et occultes, afin d'éviter les mauvais préjugés et les plausibles manipulations.
Pour prendre un exemple, dans la guerre au terrorisme ou à la pauvreté décrétée par certains pays, où la désinformation atteint des sommets inégalés par les médias mainstream soumis aux politiques et oligarchies cupides sous une forme ressemblant dangereusement de plus en plus à un média unique dictatorial, puisque appartenant à environ dix milliardaires influençant inévitablement l'information transmise et apportant d'évidents problèmes moraux et démocratiques, nous ne pouvons oublier le double jeu de ces tenants de l’État qui ont armé des « rebelles » et affaibli le gouvernement et les peuples de diverses nations pour faire exploiter leurs ressources naturelles par les multinationales occidentales, ou/et continuer l'hégémonie de l'empire occidental politiquement par la laïcité et financièrement par la dette, ou plutôt l'hégémonie du pouvoir impérial oligarchique. Surtout que les milliardaires sont généralement copains entre eux et n’ont pas besoin de se consulter pour dire la même chose, et que leur possession des grands médias leur sert seulement donc pour leur influence car ne rapportant pas d'argent. On peut en plus qualifier ce système de « cartel de la presse subventionnée et des médias du système », car de moins en moins de gens la lient, ou de « médias de la désinformation généralisée », car faisant de très rares excuses alors qu'ils ont souvent tort puisque mentant fréquemment. En effet l’idéologie des différents journaux et des grandes chaînes mainstream correspond souvent en tous points à la ligne mondialiste, celle qui défend les intérêts de l’Empire et de son outil militaire l’OTAN (deuxième nom du Pentagone), de même que ses larbins que sont l’Union européenne et les gouvernements occidentaux alignés dont aussi par leur soumission à l'oligarchie internationale perverse. La militarisation de l'information fait donc aujourd'hui partie de la diplomatie internationale et de la stratégie diplomatique des pays occidentaux. Les chaînes d'infos mainstream créent même des campagnes médiatiques pour ensuite permettre au pouvoir de prétendre s'appuyer sur l'opinion publique lors de ses décisions. La fonction ultime des médias occidentaux apparaît de manière éclatante en période de guerre, quand BFM TV se met à soutenir les islamistes modérés ou les nazis ukrainiens dont on cache soigneusement les tatouages éloquents de croix gammées et qui sont présentés comme de simples patriotes, victimes de la « menace russe ». BFM, on le sait, est une chaîne mondialiste, c’est-à-dire à idéologie libérale-libertaire ou, pour reprendre la théorie soralienne, de droite du travail (financier et parasitaire) plutôt que des valeurs et de gauche des valeurs (sociétales) plutôt que du travail et du social, soit l’esclavage et le porno pour être directs.
Tout cela participe à ce que le laïque système international d'usure parvienne tôt ou tard à ses fins avec tous les pays utilisant ou se laissant dominer par les monnaies dette crées ex-nihilo (à travers de pervers crédits bancaires usuriers basés sur la vague promesse d'un remboursement futur) dont le dollar et l'euro, en particulier à travers la bourse et par les multinationales. C'est à dire que comme pour la crise des subprimes, lorsque certaines banques endettent par plusieurs crédits une personne, un couple, une famille, une ville ou un pays, puis que d'autres rachètent leur crédits en un seul crédit lorsqu'ils sont en difficulté, cela devient très oppressifs pour les peuples et la société puisque ils s'orientent vers à toujours plus de prêts, ce qui est synonymes d'asservissement. Et dans ce système comme seuls les très riches corrompus peuvent avoir une valeur économique grandement négative, il n'y a donc que les super escrocs, agents de la finance apatride, qui peuvent aller à moins l’infini car c'est le but de l’agenda politique sous-jacent dicté par la Banque too Big to fail (système bancaire oppressivement trop impliquée et donc nécessaire économiquement pour faire faillite tant que les valses de cryptomonnaies décentralisées et donc populaires ne se sont pas généralisées). La dette, c’est comme les amendes, ça n’affecte que les pauvres, car derrière les ultra riches (dont les énormes fonds d'investissement apatrides tel Vanguard et Black Rock) contrôlant de grande parties de l'économie et corrompant divers responsables politiques, il y a ceux qui impriment bassement l’argent ex-nihilo en roue libre par la planche à billets comme la BCE, c'est à dire sans que la création monétaire soit sagement basée sur l'économie réelle (or, devises, titres, production, contreparties diverses) et donc en s'accaparant perversement la richesse populaire par les intérêts, et donc le monde de la finance et donc l'influence politique.
Ces occupants apatrides, c’est la clique mondialiste antifrançaise qui a mis la main sur l’État, et qui s’en sert pour déprotéger les Français, briser leur moral, détruire leurs services publics, les asservir et les punir économiquement (dette, inflation, fisc, chômage).
Le problème principal est donc le contrôle de la création monétaire. Nous avons besoin d’un contrôle citoyen sur ce point. D'ailleurs la création monétaire étant normalement un devoir régalien mais qui est désormais contrôlé perversement par le privé, cela prouve qu'elle pourrait être confiée au peuple par la décentralisation d'une cryptomonnaie stable contrôlée par quelques comités populaires régionaux se renouvelant. Cette idée de monnaie populaire est parfois discutée à Bâle, pour lutter contre la Banque des règlements internationaux qui s'y trouve, la « banque des banques centrales ». Des réunion avec plusieurs groupes et experts autour de cette question et la World Freedom Alliance ont même décidé de l’inclure dans sa charte des droits de l’homme en tant que « liberté économique hors des systèmes de crédit coercitifs et exploitants ».
Or quand JF Kennedy a essayé de changer le système actuel et de rendre le contrôle de la création monétaire aux mains du Congrès en signant l’Executive Order 11110, il a été assassiné peu de temps après avant d'y parvenir. Et c'est pourquoi l'Etat profond états-uniens (complexe militaro-industriel bancaire lié à la CIA ou au FBI) peut être à l'origine de son assassinat, même si comme dans d'autres affaires similaires dans le monde, des services spéciaux ont pu se servir d'une mafia comme relais, surtout que l'assassin Jack Ruby du prétendu assassin Lee Harvey Oswald de Kennedy était lié à la mafia juive (khazar).
Concernant les autres raisons de son assassinat, l'excellent entretien « La mort de Kennedy marque un tournant majeur dans l’histoire des États-Unis et du monde : entretien avec Laurent Guyénot » peut être lu à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/La-mort-de-Kennedy-marque-un-tournant-majeur-dans-l-histoire-des-Etats-Unis-et-du-monde-entretien-66992.html      Cependant ce pervers pouvoir profond américain semble plus dirigé par la finance internationaliste de Wall-Street et de la City qui a donc fait une sorte putsch dans le monde anglo-saxon principalement incarné par les USA et la Grande Bretagne. Cette finance internationaliste vampirise les États dont en soumettant ou déstabilisant leurs dirigeants et en ayant progressivement la main mise sur leurs services publiques, surtout quand ces dirigeants ne la laissent pas d'abord vampiriser leurs peuples.
Même l'énorme dette US provient de cette vampirisation anti-populaire, puisque elles composée par les dettes des ménages, des étudiants, des entreprises, des États de l’union, des institutions locales de tous niveaux, des institutions financières et enfin la dette fédérale. Le rythme d’augmentation de la dette fédérale était encore de 3 milliards de dollars par jour en mai 2019 : il a été, en moyenne, de 9 milliards de dollars par jour sur les 16 derniers mois suivant le début de la crise du covid. Les étrangers ne se bousculant plus vraiment pour être créanciers des USA, c’est donc la planche à billet US qui accélère considérablement le rythme… Et en cas de crash, ce sont donc les citoyens US moyens qui en subiront directement les plus lourdes conséquences, car la caste mondialisée ultra riche détient souvent son argent dans les paradis ou plutôt enfers fiscaux, ce qui prouve l'organisation diabolique de ce système.
Ainsi il est apparu une mafieuse aristocratie financière (voire des mafieuses féodalités financières), synonyme d'autoritarisme immoral par une monarchique économie monopolistique, puisque bafouant la démocratie et les droits des peuples par une basse prédation constante des richesses et avide de la domination du monde. Elle s'appuie sur l'ultra libéralisme mondialiste apportant l'indifférenciation des valeurs, la négation de la différence des sexes, le mépris de la différence des âges, et le mépris de la différence des cultures et donc des ethnies. C'est à dire que par une forme cachée de guerre hybride basée sur un ultra libéralisme libertaire, anti monothéiste, hyper consommateur avilissant, financièrement oppressant, professionnellement usant et immigrationniste de masse, ces ultra riches corrompus cherchent par ces perversions à éteindre toute défense immunitaire populaire à leur domination, puisque effaçant sa meilleure arme qui est la piété noblement insoumise à la corruption. Il faut noter que cette guerre hybride peut ensuite être associée à la guerre sans contact comme les Etats-unis ont provoqué un putsh suite à une révolution de couleur en Ukraine, ont pratiqué des guerres par procuration, ou ont bombardé avec constance des hôpitaux, des ponts, un train, deux bus, un pont de village un jour de marché, de nombreuses de maisons, des casernes, des raffineries et des civils, dans l’intention de mettre la Serbie à genoux dont pour faire changer ses dirigeants par une manipulation du potentiel contestataire populaire possiblement par des ONG sournoise. Ces cas de fortunes colossales impies sont les symptômes de l’état de santé réelle de notre système et prouvent qu'il est effectivement bâti sur de l’artifice pervers à de nombreux étages. De plus avec l’Agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA), ce nouveau type de guerre oligarchique s'oriente vers le concept de « guerre mosaïque » (mosaic warfare) dont le but est de multiplier des attaques de différentes nature (politiques, informatiques, économiques, médiatiques, financières, immigrationnistes) qui séparément seraient peu décisives, mais qui, combinées et déployées simultanément ou successivement, ont pour but d’épuiser et de submerger les défenses adverses des nations et des peuples.
Or le cynisme politique de ce système occidental ose même très effrontément se couvrir de compassion à travers le wokisme. En effet peut-on croire un seul instant à la volonté farouche de ces élites de lutter contre le terrorisme et la pauvreté, qu’ils soutiennent en pratique à l’extérieur (à l'étranger) pour leur propre compte, et qui à l’intérieur (dans leur propre nation), leur a permis de raffermir leur pouvoir, de favoriser certains lobbies, de diviser la population, de tenir leur peuple en respect malgré leur nocivité, et de le surveiller du matin au soir par des lois sur le renseignement restreignant toujours plus les libertés, afin de criminaliser « préventivement » la réponse sociale, forcément violente, à leur politique souvent ultra libérale ? Il y a là un conflit d’extensions (qui va de soi par ses malhonnêtes buts convergents de domination), comme on dit en informatique, c'est à dire que cette situation prouve d'elle-même sa duperie.
Notre système médiatico-politique devenu partial, lobbyiste et corrompu est par conséquent très gravement défaillant. Il s'agit d'une lobbycratie (composé par exemple avec les lobbies sioniste, franc-maçon, bancaire, commercialo-mondialiste, Lgbt, pharmaceutique, des armes, etc, favorisant perversement leurs intérêts particuliers au lieu du bien commun et convergeant donc souvent dont au détriment de la moralité populaire) malgré parfois ou plutôt rarement des affrontements entre ces divers lobbies devenus des mafias. Lire à ce sujet l'article « De la Révolution française au Covid, Petite histoire de manipulation du peuple. Partie 3 (L’essor de l’ingénierie sociale particulièrement pour développer le consumérisme) » à l'adresse https://lemediaen442.fr/de-la-revolution-francaise-au-covid-petite-histoire-de-manipulation-du-peuple-partie-3/
Il faut noter que les mafias se développent quand il y a peu (ou de moins en moins) de culture, de services publics et de méritocratie authentique répandus au sein de la société, ce qui correspond au contexte actuel.
Ainsi les fonctionnaires et services publiques doivent incarner l'intérêt général et non finalement des intérêts particuliers comme lors aussi du nazisme ou du communisme, qui furent tout deux du socialisme totalitaire que le libéralisme américano-sioniste a organisé puis vaincu. Et à notre époque, les membres de nos bureaucraties doivent comprendre que tôt ou tard ils n'échapperont pas non plus aux poursuites.
La désinformation et les mensonges du système sont d'autant plus dangereux car pour survivre, il doit sans cesse « éliminer (écarter) » des grands médias dominants ceux qui ont décrypté son illégitimité. Parmi les désinformations les plus condamnables sont l’occultation ou le mensonge par omission empêchant la justice. Pour parvenir à autant de manipulation par ce gros niveau de propagande sournoise, ce système a donc d'abord acheté les personnes politiques puis les grands médias. Car cela lui permet d'interdire l'antenne à certains dissidents ou de se servir par leurs journalistes de la technique de noyade d’un invité contradicteur par de nombreuses questions rapides parfois sans rapport mais souvent suite à des coupures de paroles pour le discréditer, ce qui est qualifiable de terrorisme intellectuel envers tous ceux qui ne correspondent pas au socle idéologique et envers la plus dangereuse des armes pour une tyrannie qui est la vérité ainsi que la promotion de l'amitié dans le bien commun. Cette très basse technique de faire perdre les repères intellectuels d'une personne se voit également à travers les nombreuses infos, les nombreux nouveaux mots, les nombreux ordres et contre-ordres et même des discours paradoxaux pour sidérer puis noyer le citoyen, sa logique et sa raison, comme ce le fut particulièrement le cas lors de la perverse gestion sanitaire face au covid, et c'est pourquoi l'éventuel meilleur futur médical du groupe témoin des non-vaccinés est craint par le système. En effet tout état d'urgence permanent associé à de fréquentes nouvelles mesures votées et mises en place rapidement empêche la réflexion prenant par essence du temps, ce qui bloque ainsi tyranniquement diverses analyses et certaines nuances dans le débat. De plus le transsexualisme et la théorie du genre participent aussi à embrouiller la raison, puisque ils représentent clairement la fusion-confusion du système cherchant à faire perdre tout repère et à développer perversement tout humain pour le soumettre plus facilement. De même la succession de mensonges et de vérités assénés par le gouvernement décourage la réflexion.
Les médias et les hommes politiques dérangés par des prises de positions divergentes aux leurs trouveront aussi toujours un prétexte pour les stigmatiser. C’est ce qu’on appelle la technique de l’épouvantail : attaquer sur la forme plutôt que sur le fond.
Dans ce sens oppressif, ce harcèlement par des questions rapides de tout opposant au système sert aussi à casser sa dynamique et sa cohérence, surtout quand elles sont associées à des questions se détournant des sujets concernés et des informations dissidentes importantes pour le faire manquer de temps ou chercher à le décrédibiliser voire le culpabiliser.
« Et comme à l’heure actuelle, de nombreuses alternatives aux médias traditionnels apportent la visibilité nécessaire à certains groupes dissidents, nos gouvernants ont, à cet effet, mis en œuvre des stratégies adaptées pour détruire ces derniers. Il s’agit ici de décrédibiliser les individus qui les composent afin de les stigmatiser. Certaines techniques d’ingénierie sociale aboutissent à une horizontalisation du conflit. C'est à dire que les victimes de la narration officielle deviennent alors oppresseurs et la gouvernance n’a plus qu’à observer. Ce qui a pour effet d’entraver les mécanismes de construction des groupes, et de contribuer à communautariser les mouvements dissidents pour mieux les stigmatiser. Dans ce sens tyrannique, la gouvernance peut également produire et soutenir ses propres communautés contrôlées qui sèmeront le chaos et la terreur de façon spectaculaire afin d’être amalgamées avec les réels contestataires, ôtant à ces derniers la possibilité de se constituer en corps social. Les mouvements antifas d’extrême gauche entrent dans cette catégorie. Nous empêcher de nous fédérer pour nous exprimer est l’un des objectifs principaux d’une gouvernance non démocratique. Par ailleurs, le travail de sape qui consiste à isoler les individus ne date pas d’hier, car pour faire disparaître un groupe, il faut effacer la personnalité de l’individu. Dans un monde de plus en plus porté sur la virtualisation, la prééminence du « moi » et la quête d’admiration, il devient de plus en plus facile de briser les effets de la dynamique de groupe. Enfin, l’augmentation souhaitée et contrôlée de la précarité sociale, économique et intellectuelle constitue le terreau propice à une société individualiste, rendue docile à souhait par sa propre incapacité à s’inscrire dans une action collective. À l’avenir, si nous demeurons illusionnés, nous accepterons l’inacceptable sans même en avoir conscience, c’est orwellien. Ainsi le « tout sécuritaire », le « tout sanitaire » ou le « tout environnemental » sont les outils utiles de la gouvernance à la construction d’un régime totalitaire de contrôle permanent sous couvert de bienveillance. Ce détournement machiavélique de la bienveillance relève évidemment la stratégie du pompier pyromane. » (Passage de l'article de François Dubois « Macron est animé par un idéal messianique en lien avec la gouvernance mondiale » à l'adresse https://lemediaen442.fr/francois-dubois-macron-est-anime-par-un-ideal-messianique-en-lien-avec-la-gouvernance-mondiale/)
De plus, des tactiques tendent vers un effet de distraction par la diffusion de nouvelles non pertinentes, ou idiotes (événements de la famille royale britannique, ragots, etc.), ou annonciatrices de peur et de malaise (racisme généralisé, résurgences imaginaires du fascisme, homophobies diverses, persécution des migrants, etc), car cela permet aussi la dissimulation de bonnes critiques contre le système.
Sinon certaines analyses populaires correctes peuvent même sans aucun scrupule être censurées ou considérées comme des fake news.
Surtout que via ces médias dominants honteusement soumis, le système ose en plus promotionner la loi sur les fake news apportant de la méfiance du peuple envers toute nouvelle idée et donc pensée, surtout que même s'il est juste de prévenir les gens des mauvaises influences, il faut d'abord se méfier de ceux qui disent de nous méfier, en particulier quand ils se victimisent alors qu'ils sont loin d'être irréprochables mais plutôt source principale de mensonge. Pourtant il est intéressant de lire à ce sujet la charte de Munich de 1971 concernant le journalisme à l'adresse https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_Munich
La fake news est devenue le moyen de décrédibiliser toute information qui viendrait contredire la version médiatique. En effet après la crise des subprimes, les critiques des journalistes mainstream ont été si fortes contre le système que les oligarchies ont décidé de racheter tous les grands médias. Les médias mainstream ne font donc plus de l’information impartiale mais bien de la propagande du système égaré voire corrompu, surtout que ce sont principalement eux qui se servent de fake news comme propagande du système. Les mensongères promesses de campagne présidentielle se généralisent donc facilement, surtout qu'il a été démontré que le spectateur de la société spectacle a une mémoire de plus en plus courte.
Le Système dispose de deux armes, la propagande et la censure, qui vont ensemble, et qui croissent ensemble : le rejet naturel de la propagande désinformationnelle du Système doit être contré par encore plus de censure. On se retrouve alors avec un schéma schizophrénique, à la fois pour les tenants des émissions mainstream, et pour le grand public. Le citoyen est obligé de choisir entre une irrationalité martelée du matin au soir sur tous les canaux dépendant du Système, et une rationalité censurée, dénoncée, criminalisée. Pour sauver son intelligence ou son âme, il doit devenir un hors-la-loi. C’est la Bêtise qui interrompt et insulte l’Intelligence. Il s'agit d'un suicide moral qui conduit inévitablement à un suicide économique, qui d’ailleurs est déjà en cours, mais contre lequel luttent de nombreux sites de réinformation. Or en plus de la propagande et de la censure très honteuses, le système a même en place le fact-checking.
En effet les médias mainstream ont inventé les journalistes fact-checkeurs (pseudo vérificateurs des faits mais propagandistes et moralisateurs officiels). De plus au lieu de vérifier les informations, ces pseudos journalistes fact-checkeurs ciblent des personnalités désignées et harcèlent de vrais journalistes sans même recouper les propos de ces derniers. Mais de plus en plus de gens ne croient plus en ces fact-checkeurs ,i aux sondages ni aux mensonges du gouvernement. Ils ne se contentent plus de s’enrouler dans le confort de la pensée unique, dans la norme paralysante et dans le soutien du pouvoir en place, par pitié, par conviction, par peur, par insouciance ou par doute. Et ils ont raison car il ne faut surtout pas craindre les donneurs de leçons du système alors qu'ils sont soumis à l'impie finance internationaliste, wokiste, esclavagiste, oligarchique et ploutocratique.
Selon Jean-Yves Le Gallou, la société occidentale peut être facilement qualifiée de "société de propagande" (dont par les fake news donc). Il développe cette pensée et son expertise en rappelant qu’une société où la propagande est massive constitue le premier déterminant du contrôle du comportement social. Et sur cette base, l’auteur examine le goulag mental imposé aux Européens et propose d’y résister, en prônant un plan audacieux en trois parties concrètes : dissidence, rébellion et sécession.
Jacques Baud, colonel de l'Etat major, ancien membre des renseignements suisses et spécialiste du renseignement et du terrorisme définit l'expression « Fake news » :
« Il s'agit de toutes les informations qui sont partielles, quelquefois biaisées, quelquefois des rumeurs, qui sont devenues des informations sur lesquelles on se base pour juger les activités ou la situation internationale. On a fait avec de vraies rumeurs de fausses nouvelles, et cela biaise notre perception du monde. Bien souvent ce sont des Etats qui cherchent à expliquer ou excuser leur action internationale en masquant une partie de la vérité, occultant une partie de la réalité, afin de diffuser uniquement la partie qu'ils veulent bien communiquer. »
En effet quels sont les faits qui permettent d'affirmer que l'Etat islamique cherche à créer une guerre civile en France ; que le président syrien Bachar al-Assad a utilisé des armes chimiques (; que Saddam Hussein avait des armes de destructions massives ; Mouammar Kadhafi tuait son peuple avec des engins militaires) ; que Vladimir Poutine tente de déstabiliser nos démocraties ; que le terrorisme a frappé la France, non pas pour ce qu'elle fait, mais pour ce qu'elle est ; que le génocide au Darfour a fait 400 000 victimes ? Littéralement aucun, mais ces affirmations suffisent à asseoir la politique étrangère des pays occidentaux. Dans son ouvrage "Gouverner par les fake news", Jacques Baud passe ainsi en revue les principaux conflits contemporains, que les pays occidentaux ont orchestré et géré à coups de fake news, ces trente dernières années. Pour obtenir encore plus de discernement dans ce contexte de fake news, voir également l'excellente vidéo « Pfizer, une entreprise qui vous veut du bien [IDRISS ABERKANE] » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=M8W-9_40m98&list=LL7jmiI69wnrMf8TSUGfh1aQ
Surtout que le système sait que l'expérience Milgram a prouvé que la grande majorité des gens obéissent aveuglément à ce qu'ils considèrent comme une autorité, ce que les médias mainstream deviennent faussement de plus en plus pour eux. Le mensonge est devenu si institutionnel que la République s’est séparée en deux mondes : ceux qui gouvernent et mentent, ceux qui obéissent et subissent le mensonge. Certes, le mensonge a toujours fait partie de la politique. Mais, le temps aidant, la démocratie déclinant, le mensonge politique est devenu une industrie, une organisation à part entière, un mode de gouvernement structuré par des officines qui ne laissent plus aucune place à l’amateurisme et remplacent la vérité par une « narration ».
Jérome le Filiatre du journal libération reconnaît que les médias ont majoritairement renoncé à être un contre-pouvoir (quatrième pouvoir devenu le premier et qualifiable de sournois parti camouflé des médias oligarchiques par sa propagande massive souvent sournoise alors que devant encadrer celui législatif, exécutif et judiciaire, surtout qu'un cinquième pouvoir apparaissant avec les GAFAM commence à censurer politiquement ses utilisateurs) critique de tous les ordres établis. C'est à dire que par des intérêts commun avec divers grands capitalistes libéraux-libertaires, ils ont pu devenir un pouvoir n'informant plus, mais formant la mentalité des populations vers ce système gravement progressiste. Lorsque des journaux déficitaires sont rachetés (même par des oligarques dissidents au système), ce n'est pas pour gagner de l'argent mais de l'influence dont en pouvant faire des enquêtes devenant des articles rabaissant des ennemis. En effet les grands médias appartenant aux ultra riches, ils peuvent faire accélérer voire dicter des enquêtes à la police envers quiconque ne suit pas le pouvoir profond.