Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

C) La morale correspond à la science des mots (suite)

          Ainsi la menace de l'Enfer cherche à assagir l'homme, car comme le vaccin préserve de la maladie,ela foi en cette possible rétribution préserve généralement des actes ignobles. En effet, il y aura forcément une différence entre un être qui vivra sans l'idée d'un jugement universel et un homme qui voudra se réformer à cause de sa foi en ce jour capital :
(S107v1-7) « Vois-tu celui qui traite de mensonge la Rétribution ? C'est bien lui qui repousse l'orphelin, et qui n'encourage point à nourrir le pauvre. Malheur donc, à ceux qui prient tout en négligeant (et retardant) leur Salat, qui sont pleins d'ostentation, et refusent l'ustensile (à celui qui en a besoin pour cuisiner). »
De plus, le jour du jugement universel sert à comprendre que tout est enseignement moral en particulier pour valoriser le bien face au mal, le bonheur face au malheur et l'amour doux et généreux face à la haine coléreuse et égoïste.
          Dans ce sens, il est évident que la morale n'a de valeur que si un jour de la rétribution existe, car si l'on croit qu'au moment de la mort l'esprit humain retourne au néant, la morale n'a aucun intérêt. Les expressions « sans foi ni loi » et « pas vu pas pris » confirment parfaitement cette analyse, 
comme les deux interrogations suivantes du célèbre avocat et homme politique du 18ème siècle Maximilien de Robespierre montrant que la foi devrait presque être obligatoire : « L’idée (à l'homme) de son néant lui inspirera-t-elle des sentiments plus purs et plus élevés que celle de son immortalité (après le jugement universel) ? Lui inspirera-t-elle plus de respect pour ses semblables et pour lui-même, plus de dévouement pour la patrie, plus d’audace à braver la tyrannie, plus de mépris pour la mort ou pour la volupté (que la foi en Dieu) ? » :
(S47v22/23) « Si vous détournez (de Dieu), ne risquez-vous pas de semer la corruption sur terre et de rompre vos liens de parenté ? Ce sont ceux-là qu'Allah a maudits, a rendus sourds et a rendu leurs yeux aveugles. »
En effet il est clair qu'en reconnaissant et respectant Dieu, cela amène à se respecter soi même et donc à éviter ce qui nous rabaisserait et donc pourrait déstabiliser la société.
          Ainsi Robespierre proposa une laïcité modérée dont pour corriger diverses injustices sociales de la féodalité, mais préservant la reconnaissance de l'Etre Suprême et valorisant toute idéologie allant dans ce sens, c'est à dire cherchant l'ordre et l'amélioration des valeurs familiales et sociales, des valeurs naturelles et des valeurs monothéistes s'y rattachant, et donc l'amélioration de la vie en général :
(S45v17) « Et Nous leur avons apporté des preuves évidentes de l'Ordre (cadre légal religieux commun devant amener l'harmonie et l'union dans la société). Ils ne divergèrent qu'après que la science leur fut venue, par agressivité entre eux. Ton Seigneur décidera parmi eux, au Jour de la Résurrection, sur ce en quoi ils divergeaient. »
(S26v150-152) « Craignez Allah donc et obéissez-moi. N'obéissez pas à l'ordre des outranciers qui sèment le désordre sur la terre et n'améliorent rien (socialement ou scientifiquement). »

Dans ce sens la laïcité ne doit donc concerner l'état qu'au niveau des services publics, mais pas au niveau de l'espace public dont par rapport aux opinions et signes religieux ne troublant pas l'ordre public tels le voile islamique, la croix chrétienne, la kippa juive et la toge bouddhiste, comme ce fut le cas la plupart du temps dans les différents empires de l'Histoire. Surtout qu'un débat comme sur le voile islamique ne fait qu'augmenter les extrêmes religieux et politiques et que la laïcité est d'abord une loi de liberté avant d'être d'interdiction, en particulier quand il s'agit de vêtements non impudiques ou ne couvrant pas les visages.
          Il faut admettre que cette idée laïque d'inviter à dépasser dans la dignité les barrières communautaires par la citoyenneté et donc par la supériorité de la nation demeure intéressante (ce qui était en quelque sorte le cas dans le califat islamique originel facilitant en plus certaines règles au non musulman comme l'allégement de l'impôt social), sauf qu'il faut y associer la volonté de bienveillance pieuse, car sans transcendance elle serait trop plate pour élever les foules vers une noblesse maximale. Surtout qu'aucune neutralité n'existant en politique, la prétendue neutralité de la laïcité est clairement fictive en particulier car elle est venue pour écarter le catholicisme, le christianisme ou l'islam des états afin d'y favoriser le sionisme. D'ailleurs cette idée de reconnaissance de l'Etre Suprême par la constitution dans une union du peuple par la citoyenneté, les lois naturelles et bienveillantes, et l'interdiction de pratiques immorales ressemble aussi clairement au Califat islamique originel.            
          A notre époque dans une nécessité de retour moral, une marche en arrière vers une laïcité modérée devient nécessaire face à la laïcité devenue gravement ultra libérale libertaire, après avoir trop oublié d'importantes voies de bien sociales du Seigneur en particulier dans les pays protestants ou ne pratiquant plus aussi l'authentique christianisme. En effet en suivant le chemin inverse de la régression religieuse de la révolution française ayant commencé l'effacement du catholicisme charitable jusqu'à presque sa disparition de nos jours, cette idée de Robespierre de reconnaître l'Etre Suprême dans la constitution peut être considérée comme un premier pas incontournable vers l'importance de plus de piété chez les peuples afin de préserver le monde de la nocive corruption. Or cette idée de retour à l'ordre moral religieux authentique devient même essentielle, car il est clair que la laïcité extrémiste actuelle, étant devenue une théocratie pervertie stricte qui proclame un libéralisme libertaire sans limite, sans transcendance et donc sans Dieu dans un désordre moral par une addiction croissante au matériel, profite aux appétits les plus vils, puisque cette fausse religion occulte qu'est le laïcisme fait oublier les véritables valeurs monothéistes en ouvrant ainsi sournoisement la porte aux manipulations maléfiques en tout genre et donc au chaos :
(S45v18) « Puis Nous t'avons mis sur la voie de l'Ordre (une religion claire et parfaite). Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas. »
Il faut noter qu'il suffit au peuple français de vouloir retourner à cette laïcité modérée pour retrouver les racines monothéistes de la France, une sincère solidarité nationale, les véritables valeurs morales et un air de liberté religieuse pour chacun. Surtout qu'il est grand temps que l'humanité apprennent sérieusement de ses graves erreurs dont de ses tueries historiques pour définitivement ne plus les reproduire à travers la simplicité de la justice et de l'empathie. En effet, cette laïcité modérée retrouvée amènerait de la compassion et une prêche douce pour éviter des provocations énervantes ou des critiques grossières, comme celles de personnes impudiques contre la pudeur de certains croyants, ou celles de croyants rigoristes contre l'impudeur ou la consommation de porc, d'alcool ou de drogues de certains.
          L'Enfer étant donc une réalité utile, les difficultés à comprendre le sens de certains châtiments tels que la lapidation pour un adultère constaté par quatre témoins, châtiment se trouvant également dans la Bible, et la main coupée, sauf pour des personnes affamées, faisant suite à un vol, deviennent moins compliquées dans une époque où les valeurs se perdent :  voir vidéo de Riles du 18 janvier 2016 : « Résistance du bon sens en milieu libéral-libertaire » à :
https://www.egaliteetreconciliation.fr/Resistance-du-bon-sens-en-milieu-liberal-libertaire-37318.html 
Pour éviter d'entrer dans les détails, l'essentiel est de savoir que ces châtiments sont causes de pardon divin pour les croyants, et que Dieu ne cherche qu'à montrer l'immense gravité de ces péchés et donc le mal des actions irréligieuses, pouvant complètement briser des cœurs, des familles, des vies, des pays ou des civilisations. En effet, avec l'apparition du SIDA, des sauvegardes informatiques, des véhicules permettant de traverser les déserts, et de banques d'affaires et de spéculateurs corrompus déstabilisant parfois voire souvent dangereusement l'équité et la liberté vitales du marché économique, puisque allant même jusqu'à manipuler cupidement le prix des denrées alimentaires et des produits de première nécessité au niveau mondial et national, en appauvrissant, affamant ou détruisant des populations, la gravité de ces péchés devient évidente, surtout si leurs sanctions deviennent nocivement laxistes. Pour l'éducation humaine, il faut parfois savoir choisir entre la justice (punition) et la miséricorde (pardon). Or le meilleur chemin n'est parfois logiquement pas la miséricorde comme pour expliquer certaines choses à un enfant ou à un peuple. D'ailleurs il est arrivé que dans une concertation avec le Prophète (SBDSL), Omar Ibn Al Khattab (SDP) proposa l'option du châtiment contre des infidèles d'une armée ennemi ayant combattu l'islam par rapport à la décision miséricordieuse du Prophète (SBDSL) de les pardonner, puis que Dieu révèle que la meilleure décision eut été celle d'Omar.
C'est pourquoi au niveau des règles de la sexualité en islam, il est logique que l'auteur d'un viol d'autant plus d'un enfant soit également condamné à cette peine capitale de lapidation, surtout qu'à l'époque de la révélation islamique, ce péché était considéré comme très grave dans toutes les régions du monde. Or qu'est-ce que l'adultère sinon un viol de la confiance, de l'amour, de l'honneur et du coeur du conjoint, pouvant en plus donner naissance à un enfant et une descendance vivant dans le déshonneur, aussi gravement que si quelqu'un volait un bébé à la maternité juste après sa naissance. Il faut noter qu'il n'y eut que trois cas de lapidation au temps du Prophète (SBDSL), dont un était pour viol et un autre par choix personnel de repentir, et que le plus petit taux de vols au monde, démontrant la supériorité de la règle de la main coupée à ce sujet, est celui de l'Arabie Saoudite qui pratique la loi islamique. Or divers autres conditions sont nécessaires pour appliquer cette loi de la main coupée qui seront expliquées dans le chapitre V, A, 3, c. De plus, un enseignement explique que les grands péchés nécessitent le repentir pour être pardonnés plus la restitution de l'objet en cas de vol.
          Ainsi le plus souvent les châtiments corporels sont évitables, sauf s'ils ont été la cause de problèmes graves pour une ou plusieurs personnes devant être jugées, ou si la personne ayant commis l'adultère a la volonté de subir le châtiment terrestre par crainte de sa possible mauvaise rétribution dans l'au-delà. Cependant le repentir personnel ou auprès de la personne offensée est clairement possible pour éviter les châtiments corporels, en particulier sans l'existence d'un califat islamique valide voulu unanimement par la population qui en plus n'attribuera pas généralement cette peine aux non musulmans à part parfois suite à des détournements de fonds publics comme il sera vu plus bas.
          Par rapport à la lapidation, il est également important de préciser que les quatre témoins oculaires doivent être d'une grande fiabilité pour pouvoir condamner un homme et une femme ayant eu des rapports illégitimes. Or dans le Coran, l'espionnage est formellement interdit. Par conséquent pour démontrer l'aspect surtout dissuasif de cette loi divine prouvant la forme avant tout miséricordieuse du Coran moralement, telle l'évidente persuasion de paix liée l'arme nucléaire, il faut comprendre qu'il est pratiquement impossible de prouver que deux personnes ont eu des relations coupables à moins que ce couple illégitime n'ait eu ce type de rapport en pleine place publique.
D'ailleurs dans la Bible (Jean, 8:6/7), Jésus (paix sur lui) montre l'aspect surtout dissuasif de la lapidation : « Ils (certains rabbins et personnes énervés) disaient cela (qu'une femme adultérine méritait la lapidation) pour l'éprouver (Jésus), afin de pouvoir l'accuser (de ne pas reconnaître le châtiment divin de la lapidation pour adultère). Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. Comme ils continuaient à l'interroger, il se releva et leur dit (avec douceur) : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. Et s'étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre (comme pour montrer l'esprit de la lettre, ce qui apaisa tout le monde et les amena à retourner à leurs occupations dans une calme méditation contrainte)… »
          Ainsi il faut avoir une vision christique (ou miséricordieuse) du (miséricordieux) Coran, surtout que le Prophète Mouhamed (SBDSL), dont un de ses surnoms est « miséricorde pour les mondes », a déclaré suivre Jésus (paix sur lui). En effet Jésus, lui est surnommé l'esprit de Dieu en islam par son éducation divine totale prouvant aussi dont par cette histoire la priorité miséricordieuse de Dieu. De plus pour montrer encore l'aspect avant tout dissuasif de la lapidation, il faut rappeler que la conscience morale humaine n'est possible que par la connaissance de la peur (souffrance, de la menace de châtiments corporels pour certains péchés et de l'Enfer) et de la récompense (plaisir, Paradis) liée à la mémoire, comme le prouve notre noyau amygdalien :
(S54v4) « Ils ont pourtant reçu comme nouvelles (expliquées dans la phrase suivante) de quoi les empêcher (de faire du mal), une sagesse parfaite (nécessaire pour la conscience morale humaine). Mais les avertissements (Coran, jour du jugement, Enfer, Paradis, peuples criminels détruits, expériences personnelles) ne (leur) servent à rien. Détourne-toi d'eux. Le jour où l'appeleur appellera vers une chose affreuse, les regards baissés, ils sortiront des tombes comme des sauterelles éparpillées, courant, le cou tendu, vers l'appeleur. Les mécréants (destinés à l'Enfer) diront : “Voilà un jour difficile.” »
En fait pour avoir un véritable cœur pur, dans cet autre passage biblique en rappelant aussi l'esprit de la lettre concernant la relation des hommes envers les femmes, Jésus montre qu'il faut penser avant tout comment toute femme entre au Paradis :
Bible (Matthieu 5, 27-30) « Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Mais moi je vous dis : Quiconque regarde une femme pour la convoiter (sans intention de mariage) a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi. Car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe la et jette la loin de toi, car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne. »
          De plus notre destination étant l'Enfer si notre mort arrive au cours d'un des grands péchés et le Créateur voulant évidemment notre bien, la menace des châtiments corporels religieux nous incitent à s'en écarter définitivement, mais aussi afin d'éviter divers gros problèmes terrestres ou une grave perte morale dans la sensibilité de notre cœur. Ainsi toutes les bienfaisantes règles religieuses prouvent que le Seigneur est incontestablement Tout et Très Miséricordieux, et qu'il ne faut surtout pas tomber dans la catégorie de gens citée par Dieu qui ne reconnaissent pas comme juste l'intégralité du Coran :
(ExtS2v85) « Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste ? Ceux d'entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l'ignominie dans cette vie, et au Jour de la Résurrection ils seront refoulés au plus dur châtiment, et Allah n'est pas inattentif à ce que vous faites. » 
Cependant l’islam s’est répandu progressivement, en tenant compte de la mentalité des sociétés, et n’a pas commencé en appliquant des lois punitives. En effet, l'être humain accepte plus facilement le changement progressif en douceur, et l'islam ne force donc pas le peuple à vivre sous la charria, mais prône d'adord son éducation morale jsuqu'à ce qu'il veule lui-même vivre selon ses lois. C'est à dire que le Prophète (SBDSL) a d'abord calmement conquis les cœurs pour que les croyants reconnaissent sincèrement la suprême sagesse de Dieu, puis les lois les plus dures sont logiquement devenues respectables, applicables et naturelles, tout en apportant le caractère raisonnable de l'islam, puisque la barbarie spirituelle, économique ou physique ne peut être rétribuée que par la barbarie physique représentant souvent symboliquement ici-bas ou dans l'au-delà la valeur du péché, surtout pour préserver la sécurité dans une société et faire comprendre la gravité de ces fautes à certains criminels indifférents à leurs péchés ou à la prison comme le prouvent les statistiques actuelles sur la récidive en France. D'ailleurs dans ce sens patient et raisonnable avant d'appliquer les lois coraniques les plus dures, il faut savoir que la divine interdiction définitive de l'alcool s'est passée en plusieurs étapes. En effet, le Seigneur a d'abord reconnu de manière compréhensible son aspect enivrant, puis a interdit d'approcher de la prière en état d'ivresse, et enfin cette loi a été abrogée par l'interdiction définitive probablement car ayant produit plus de mal que de bien au sein de l'humanité. Ainsi cet exemple simple prouve clairement que l'application de certaines lois ne peut se faire qu'en douceur, c'est à dire progressivement pour suivre le véritable chemin de la sagesse et convaincre la majorité des gens de leur origine divine, surtout aussi car la manière forte ou trop de violence poussent les adeptes novices à rejeter la religion :
(S3v159) « C'est par quelque miséricorde de la part d'Allah que tu (Mouhamed) as été si doux envers eux (ses compagnons) ! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, implore pour eux le pardon (d'Allah), et consulte-les à propos des affaires. Puis une fois que tu t'es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime en vérité ceux qui Lui font confiance. »        
De plus il peut être rappelé que pour connaître la mauvaise valeur d'une chose, il faut montrer dans ses mauvaises conséquences les souffrances ou dégâts moraux possibles, comme boire de l’alcool peut provoquer des maladies, des accidents, des viols et des séparations de famille. De même voler un objet précieux ou important professionnellement peut déjà être cause de main coupée par un propriétaire armé et affolé s'il prend le voleur en flagrant délit.
Cependant les châtiments corporels ne peuvent donc logiquement pas être imposés au peuple tant qu'il n'a pas augmenté sa piété et élu à l'unanimité par la dévolution un calife pour diriger l'état avec toutes les règles divines comme il sera vu dans le chapitre II. A ce sujet il faut reconnaître que la prison à vie tout de même cruelle et très coûteuse est compréhensible plutôt que la peine de mort quand un pays en a les moyens financiers, en particulier donc sans Califat unanimement reconnu, mais la loi divine demeure irréprochable, car comme il sera vu plus bas, dans certains cas, diverses punitions plus ou moins sévères ou violentes existent. De même dans certains cas particuliers, comme lors de tirs de défense pendant une intervention policière, il faut essayer de viser des parties non vitales quand c'est possible et sans danger pour les innocents. Par conséquent les châtiments corporels doivent être les dernières lois mises en place dans un califat, voire à ne pas être mises en place sans l'unanimité des musulmans, en pouvant les remplacer comme il sera vu après par de l'exil, des compensations financières ou de la prison, sauf tout de même pour la peine de mort concernant les meurtres ou viols en particulier d'enfants surtout en cas de récidive, en particulier si les populations arrivent à ne pas en être choquées comme lors de la neutralisation d'un terroriste par la police. Cela sans oublier au moins de rappeler aux autres condamnés, la gravité de leurs grands péchés en précisant la punition corporelle coranique que leurs actes méritaient normalement en rétribution. En revanche dans un jeune califat, les interdictions contre le mariage homosexuel et l'usure doivent être mises en place prioritairement car étant les principales causes destructrices de civilisation, puisque faisant perdre les valeurs naturelles et enrichissant seulement le grand capital en bloquant les petits salaires.
         Ainsi le meilleur moyen d'améliorer la société comme à l'époque du Prophète (SBDSL), c'est d'abord de transformer les mentalités par l’excellence du comportement exemplaire et la prédication pacifique vers les irréprochables moralité et pratique religieuses. En effet, si une loi interdisait soudainement l'alcool en France par la force, sa production pourrait continuer puisque les gens ne s'étant pas encore réformés eux-mêmes, ils continueraient probablement d'en acheter au marché noir comme à l'époque de la prohibition aux États-Unis, et les problèmes de santé, d'accidents ou de comportement liés à sa consommation existeraient encore. Alors que même si une loi gouvernementale autorise la vente d'alcool, lorsque les gens changent leur comportement eux-mêmes en comprenant la grandeur agréable de se réformer vers la fine noblesse de la piété synonyme d'une clarté d'esprit précise presque enivrante, dont l’interdiction d'alcool fait partie, la production d'alcool cesserait automatiquement puisque les producteurs iraient à la faillite, prouvant ainsi que le peuple peut être le pouvoir :
(S13v11) « En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple (par un chef sage apparaissant par exemple), tant que les (individus qui le composent) ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. (en prouvant ainsi que la société ne s'améliore pas principalement par le haut de la pyramide sociale ou la force) »
En effet aucun homme, envoyé ou Messie ne changera l'état du monde de force, en un clin d'œil. Les consciences doivent s'ouvrir progressivement car il est nécessaire que les Hommes fassent individuellement leur propre introspection. Personne ne peut effacer les ténèbres d'une autre personne. Chaque Homme doit évoluer jusqu'à la Compréhension de la Vérité et la véritable noblesse. Dieu respecte notre Libre-Arbitre, notre cheminement. L'Homme est destiné à tendre vers la Perfection et peu importe le temps que cela prendra, Il doit arriver lui-même vers cette complétude dans l'intention.
Surtout que lorsque le cœur change en bien par l'augmentation de la foi grandissant avec les activités prophétiques, les actions s'orientent principalement vers le bien, puis les situations et donc le monde s'améliorent en permettant la possibilité d'apparition d'un chef sage. Chacun doit donc améliorer sa relation avec Dieu pour que les situations personnelles et sociales changent positivement. Dans ce sens, telle une balance automatique, le destin divin pousse inévitablement les fidèles vers au moins un minimum d'honneur, dans un juste milieu entre un minimum de bonne relation avec Dieu et un minimum de bon comportement au niveau familial et social.
De plus pour que les bonnes actions deviennent constantes, le coeur doit rester constamment dans une grande foi et une profonde piété, par un souvenir fréquent d'Allah et par de véridiques paroles morales véritablement nourrissantes par opposition aux fausses paroles synonymes de nourriture en plastique, et donc par de la noblesse et de la justice activées grâce à la langue et la pratique religieuse. Surtout que si la foi baisse trop, la désobéissance devient certaine par cet oubli du divin puis par l'inconséquente âme bestiale avide inhérents à la nature humaine. En effet le rappel présent dans la pratique religieuse augmente la foi, et par conséquent la piété, et par conséquent la dignité, et c'est pour ça aussi que certaines paroles coraniques sont répétées afin qu'elles rentrent dans notre coeur et donc notre vie, en particulier car ne pas adorer Allah signifie adorer autre qu'Allah, ce qui nous déstabilise par la faiblesse ou l'imperfection inhérentes à toute chose autre qu'Allah. De même quand notre esprit se détourne de la pensée pour la transmission de la religion, il s'orientera vers autre chose ayant moins de valeur ou égarant, jusqu'à la transmettre ou jusqu'à se faire appeler par les autres. C'est à dire que si l'homme ne prêche pas le vrai, c'est lui qui devient prêché par le faux :
(S33v41) « ô vous qui croyez ! Evoquez Allah d'une façon abondante. »
(S33v70/71) « Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture (donc sans mensonge, poliment et en évoquant Allah souvent comme Il le mérite puisqu'Il maintient la Création en permanence et qu'Il est digne par excellence), afin qu'Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son Messager obtient certes une grande réussite. »
(S7v201) « Ceux qui pratiquent la piété, lorsqu'une suggestion du Diable les touche se rappellent (d'Allah ou du Jour du Jugement Universel à venir), et les voilà devenus clairvoyants. »
D'après Ibn Masoud (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit: « La sincérité mène aux œuvres de bien et les œuvres de bien mènent au Paradis. L'homme ne cesse de dire la vérité jusqu'à ce qu'on le mentionne auprès de Dieu sous le nom de véridique. Le mensonge mène à l'immoralité et l'immoralité mène en Enfer. L'homme ne cesse de mentir jusqu'à ce qu'il soit considéré auprès de Dieu comme menteur. » (Boukhari et Mouslim)
Aïcha (SDP) rapporte : Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Le croyant atteint sûrement par sa bonne moralité (dont la prédication) et son affabilité le degré de celui qui jeûne toute l’année et passe toutes ses nuits à prier et à évoquer Dieu. » (Abou Dawoud)

(S41v33) « Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait bonne œuvre et dit “Je suis du nombre des musulmans” ? »
         
Ainsi par sa mise en place de retraites spirituelles temporaires et sa prédication, l'organisation musulmane apolitique de transmission pacifique du message divin « oumma tabligh » (communauté de la transmission) est le médicament guérissant les problèmes de ce monde, car guérissant les cœurs de l'humanité sans diviser, et donc améliorant la société.
Par conséquent à notre époque dans tous les pays du monde, cette façon de vivre l'islam est la meilleure voie à emprunter par la communauté musulmane. En effet de régulières retraites spirituelles dans la voie d'Allah sont importantes, car elles amènent les gens vers le noble caractère et les pieuses habitudes du Prophète (SBDSL) allégeant les cœurs, et donc les âmes, et donc les esprits, et harmonisant donc magnifiquement les relations sociales comme il sera revu souvent.
A ce propos, il est important de se rappeler souvent que chacune de nos œuvres pieuses provoque de bonnes conséquences, comme ne pas boire d'alcool augmente donc les possibilités d'arrêt de sa production, prier à la mosquée entretient l'union de la communauté, éviter les prêts à intérêts augmente l'apparition des prêts à taux zéro, arrêter les jeux d'argent participe à faire disparaître cette tentation, manger halal augmente le nombre de produits halal en vente, laisser la barbe provoque l'apparition de produits pour l'entretenir, occuper son temps avec des activités ou loisirs purs embellit les relations sociales, et sortir dans le chemin d'Allah pour améliorer notre comportement et appeler les gens à cet effort nous améliore, peut améliorer les autres, et améliore donc la société. En effet vivre avec un mode de vie religieux amène évidemment de la religion dans la société.
          En fait dans certains contextes, il faut doucement démodé le système en place qui ne doit donc pas être considéré comme notre ennemi mais comme une épreuve divine, puisque nous pouvons l'ennoblir par la piété en respectant par exemple les lois républicaines similaires aux interdictions religieuses tels le meurtre et le vol, en s'interdisant les lois républicaines autorisant les interdits religieux tels le prêt à intérêt et l'alcool, et en s'adaptant aux lois républicaines interdisant des obligations religieuses sur certains lieux de travail tels les horaires des prières obligatoires pouvant être décalés et le bandana ou les cheveux attachés pouvant remplacer le voile des femmes, même s'il est parfois difficile de doser notre comportement afin d'éviter de devenir un mouton du système irréligieux ou un fervent religieux déraisonnable. Le compromis est une des plus grandes formes d'intelligence pieuse de la nature humaine et ayant par conséquent une immense valeur, puisque utilisé fréquemment lors de la mission prophétique et révélant ce noble sens hautement moral présent dans l'identité divine avec lequel nous pouvons donc parfois nous arranger moralement, surtout qu'il y a des raccourcis moraux qui apparaissent quand on avance dans la pieuse intimité :
(ExtHadith) « Selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Eloignez-vous de ce que je vous interdis, et faites ce que je vous ordonne autant que vous le pouvez. »
(S13v11) « En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple (par un chef sage apparaissant par exemple), tant que les (individus qui le composent) ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. (en prouvant ainsi que la société ne s'améliore pas principalement par le haut de la pyramide sociale ou la force) »
Surtout qu'à notre époque trop laïcisée, correspondant à l'époque mecquoise (début) de la révélation où ni le prophète ni Allah n'avait imposé trop de règles car l'islam n'était pas assez répandu comme dans un pays non musulman à tel point que la prédication était discrète, certaines obligations tel le port du voile ou certaines traditions tel le port de vêtements religieux peuvent être momentanément reportées pour les personnes le préférant, ou en tout cas être gérées tranquillement entre la vie privée et la vie professionnelle, mais sans oublier de porter au moins des vêtements larges dissimulant les formes physiques, comme le prouve cet échange entre deux intellectuels français :
Éric Zemmour : « L’islam est une théocratie ... Il faut choisir entre l’islam et la France. »
Jacques Sapir : « Vous faites une lecture fondamentaliste de l’islam, et moi une lecture contextuelle ... Il peut y avoir une lecture fondamentale, du point de vue de la foi, du fait religieux, mais il n’y a jamais de lecture hors contexte du fait religieux quand il s’applique dans le champ politique. » 
En effet la prière, les invocations lors des habitudes quotidiennes, le bon caractère, la bienfaisance sociale fréquente, une belle moralité, l'apprentissage de la science, la consommation du licite exclusivement, des vêtements larges et la prêche bien dosée sont honorablement suffisants dans ce genre de conditions, c'est à dire quand les musulmans sont une minorité dans un pays non musulman, ou quand les pratiquants sont une minorité dans un pays musulman ou sont gouvernés par des dictateurs peu religieux :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Laissez moi tant que moi-même je vous laisse, car ceux qui étaient avant vous ont péri (par trop de précision religieuse) à cause de leurs questions (trop nombreuses) et de leur opposition à leurs Prophètes. Quand je vous interdis quelque chose, abandonnez-le totalement, et quand je vous ordonne quelque chose, faites-en ce que vous pouvez. » (Boukhari)
Selon Ibn Omar (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque nous faisions un pacte d'obéissance et de soumission au Prophète, il ajoutait : « (Obéissez) Selon vos possibilités. » (Boukhari et Mouslim)

Commentaire : Le hadith  précédent montre que pour prouver notre volonté de piété et de dignité, les interdictions (ne pas faire) sont légitimement prioritaires et parfois plus simples à respecter que les obligations (faire), surtout qu'avec l'intention sincère les obligations non effectuées par trop de difficulté sont plus facilement acceptées, sauf évidemment si des interdictions ont été faites sous la contrainte.
          Enfin pour en terminer sur le châtiment de la lapidation d'abord présent dans la Thora et l'Evangile, il faut savoir que le savant Imran Hossein a remarqué que le mot « lapidation » n'était pas présent dans le Coran et que cette polémique à propos de la lapidation en islam n'a même pas lieu d'être. En effet, cela signifie clairement que les trois cas de lapidation exprimés dans des hadiths, source de législation moins importante que le Coran, qu'ordonna le Prophète Mouhamed (SBDSL) durant la révélation, n'eurent lieu que pour montrer à certains juifs défiant sa mission la véracité de son rang de prophète, car plus tard, un passage coranique a miséricordieusement abrogé cette loi punitive monothéiste présente donc dans le judaïsme en la remplaçant par cent coup de fouets, apparemment pour soulager l'amertume du Prophète (SBDSL) concernant ce châtiment.
Ainsi l'aspect moral principal qui ressort de la punition religieuse dénonçant le grand mal de l'adultère est de montrer la noble valeur essentielle des liens sacrés du sang, et donc de la famille, et donc de la civilisation, et donc de l'ordre de la législation, et donc du bonheur, par opposition à la basse valeur rejetable de la désunion, et donc de la séparation, et donc de la destruction, et donc du désordre du chaos, et donc du malheur :
(S45v18) « Puis Nous t'avons mis sur la voie de l'Ordre (une religion claire et parfaite). Suis-la donc et ne suis pas les passions (synonyme de chaos) de ceux qui ne savent pas. »
Par conséquent les lois divines concernant les relations sociales sont toujours d'intérêt général en particulier celles accompagnées d'une menace d'un châtiment corporel en cas de désobéissance.
Les interdictions religieuses et leurs punitions corporelles cherchant à montrer la gravité, le danger et la nocivité de certains péchés sont donc aussi légitimes qu'un panneau "danger de mort" cherchant à dissuader au maximum d'une direction mauvaise en indiquant la proximité d'un transformateur électrique à haut voltage, surtout que comme il a été vu un peu plus haut, mourir dans un grand péché est synonyme d'envoi en Enfer :
(S20v2) « Nous n’avons point fait descendre sur toi le Coran pour que tu sois malheureux »
(S5v87) « Ô les croyants ! Ne déclarez pas illicites les bonnes choses qu'Allah vous a rendues licites (et licites celles qu'Il a déclaré illicites). Et ne transgressez pas (pour ne pas devenir des infidèles). Allah, (en vérité,) n'aime pas les transgresseurs. »
(S26v150-152) « Craignez Allah donc et obéissez-moi. N'obéissez pas à l'ordre des outranciers, qui sèment le désordre sur la terre et n'améliorent rien. »
Cependant il faut absolument noter que dans un état musulman récent ou avec des juges clairvoyants, un verset montre que les sanctions pour corruption, vol ou tout chose illicite pouvant mériter un châtiment corporel, peuvent n'aller que jusqu'à l'expulsion du pays :
(S5v33/34) « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son Messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas et dans l'au-delà : il y aura pour eux un énorme châtiment, excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir, car sachez qu'alors Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
De plus il faut rappeler que couper la main quand il s'agit d'un bien appartenant à un personne individuelle n'est aussi pas obligatoire par la restitution ou le remboursement, puisque même dans le cas de la gravité supérieure d'un meurtre injustifié, le prix du sang payé à la famille ou le pardon est possible pour éviter la légitimité du talion. En effet l'honneur de la morale ne peut pas être oublié par la vengeance ou le désespoir, surtout que le pardon est obligatoire suite au prix du sang ou à la décision de la condamnation à mort par le membre familial le plus proche. Ainsi l'être humain ne doit surtout pas faire plus de mal qu'il en a reçu et doit donc demander au maximum la même mort à la justice ou au mieux évidemment pardonner. C'est bien çà ne pas être un musulman aveugle littéraliste naïf, surtout en fonction des époques de divers niveaux et conceptions moraux. Et s'il s'agit d'un vol par un responsable politique concernant un bien de l’état devenant très grave quand des administrés sont trompés, comme le détournement de fonds publics ou le trafic d'influence si fréquents de nos jours, c'est alors au chef de la nation ou aux juges nationaux ou régionaux de décider entre la mort (possiblement donc par crucifixion), les membres opposés coupés (représentant la difficulté apportée au peuple par son vol) ou l'expulsion du pays :
(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les communautés qui vous ont précédées ont péri, car quand une personne riche commettait le vol, ils ne lui appliquaient pas la peine prévue et quand une personne pauvre le commettait, ils la lui appliquaient. Je jure par Allah ! Si Fatima, fille de Mouhamed volait, je lui couperais la main. » (Boukhari 4053, Mouslim 1688)
On a dit au Prophète (SBDSL) : « Untel prie toute la nuit, et quand vient le matin il vole ! Il (SBDSL) a dit : « sa prière l'empêchera (de cela). » (Ahmad, Al-Bazzar et d'autres)

(S29v45) « Récite ce qui t’est révélé du Livre et accomplis la Salât (Prière). En vérité la Salât préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d’Allah est certes ce qu’il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites. »
(ExtHadith) Abou Dharr rapporte : Le Prophète (SBDSL) me répondit : « Tu l'as entendu ? » « Oui », répondis-je. Le Prophète (SBDSL) poursuivit : « C'est Gabriel qui est venu me dire : "Celui qui meurt parmi les membres de ta communauté sans avoir associé quoi que ce soit à Dieu entrera au Paradis." » Je demandai alors : « Et même s'il a volé et forniqué ? » « Même s'il a volé et forniqué », conclut le Prophète (SBDSL). (Boukhari et Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Tout homme à qui Dieu a confié la gestion des intérêts d’un groupe, s’il meurt alors qu’il trompe ses administrés, Dieu lui interdit le Paradis. » (URA)
          Ainsi les châtiments de Dieu envers les peuples qui reniaient les Messagers et les miracles en se rebellant de manière criminelle, tels que Sodome et Gomorrhe ou ceux pratiquant des sacrifices humains, la barbarie, le cannibalisme ou certaines autres habitudes immorales, avaient également des raisons justifiables, car lorsque la corruption atteint des sommets et que le vice se généralise, l'environnement devient préjudiciable pour les nouvelles générations et pour la survie de l'humanité. En effet, il est nécessaire de détruire un virus avant qu'il ne contamine tout le corps, surtout qu'en plus le mauvais mode de vie apporte une mauvaise consommation et donc un affaiblissement et donc une perte de la sexualité vers une déviance sexuelle, et donc un risque supplémentaire de disparition de la population. Par conséquent dans le Coran, lorsque Allah menace souvent du châtiment les gens se détournant personnellement ou dans une région des signes de la création et donc de la religion, c'est parce que quand les gens demeurent sans foi, le ni loi (ou mauvaise loi) arrive vite derrière en pouvant menacer le reste de l'humanité :
(S21v74-77) « Et Lot ! Nous lui avons apporté la capacité de juger et le savoir, et Nous l'avons sauvé de la cité où se commettaient les vices (Sodome et Gomorrhe) : ces gens étaient vraiment des gens du mal, des pervers. Et Nous l'avons fait entrer en Notre miséricorde. Il était vraiment du nombre des gens du bien. Et Noé, quand auparavant il fit son appel. Nous l'exauçâmes et Nous le sauvâmes, ainsi que sa famille, de la grande angoisse (du déluge), et Nous le secourûmes contre le peuple qui traitait Nos prodiges de mensonges. Il furent vraiment des gens du Mal. Nous les noyâmes donc tous. »
(S44v37) « Sont-ils les meilleurs ou le peuple de Tubbaa et ceux qui les ont précédés ? Nous les avons fait périr parce que vraiment ils étaient criminels. »
(S2v251) « Ils les mirent en déroutent par la grâce d’Allah. Et David tua Goliath, et Allah lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu’Il voulut. Et si Allah ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre (ou par des châtiments), la terre serait certainement corrompue. Mais Allah est Détenteur de la faveur pour les mondes. »
(S22v40) « (Ont le droit au combat) ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, - contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient : “Allah est notre Seigneur”. - Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres (ou par des châtiments), les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d'Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant, »
(S6v137) « Et c'est ainsi que leurs divinités ont enjolivé à beaucoup d'associateurs le meurtre de leurs enfants, afin de les ruiner et de travestir à leurs yeux leur religion. Or si Allah voulait, ils ne le feraient pas. Laisse-les donc, ainsi que ce qu'ils inventent. »
(S9v115) « Allah n'est point tel à égarer un peuple après qu'Il les a guidés, jusqu'à ce qu'Il leur ait montré clairement ce qu'ils doivent éviter. Certes, Allah est Omniscient. »
(S26v208/209) « Et Nous ne faisons pas périr de cité avant qu'elle n'ait eu des avertisseurs, (à titre de) rappel, et Nous ne sommes pas injuste. »
(S10v13) « Nous avons fait périr les générations d'avant vous lorsqu'elles eurent été injustes alors que leurs Messagers leur avaient apporté des preuves. Cependant, elles n'étaient pas disposées à croire. C'est ainsi que Nous rétribuons les gens criminels. »
(S40v5) « Avant eux, le peuple de Noé a traité (Son Messager) de menteur, et les coalisés après eux (ont fait de même), et chaque communauté a conçu le dessin de s'emparer de Son Messager. Et ils ont discuté de faux arguments pour rejeter la vérité. Alors Je les ai saisis. Et quelle punition fut la Mienne ! »
(S10v47) « A chaque communauté un Messager. Et lorsque leur Messager vint, tout se décida en équité entre eux et ils ne furent point lésés. »
(S17v58/59) « Il n'est point de cité (injuste) que Nous ne fassions périr avant le Jour de la Résurrection, ou que Nous ne punissons d'un dur châtiment (pour empêcher leur bassesse et la propagation de leurs maux). Cela est bien tracé dans le Livre (des décrets immuables). Rien ne Nous empêche d'envoyer les miracles, si ce n'est que les anciens les avaient traités de mensonges. Nous avions apporté aux Tamud la chamelle (sortie de la roche d'une montagne) qui était un (miracle) visible : mais ils lui firent du tort. En outre, nous n'envoyons de miracles qu'à titre de menace. »
(S21v6-8) « Pas une seule cité parmi celles que Nous avons fait périr avant eux n'avait cru (à la vue des miracles). Ceux-ci croiront-ils donc ? Nous n'avons envoyé avant toi que des hommes à qui Nous faisions des révélations. Demandez donc aux érudits du Livre, si vous ne savez pas. Et Nous n'en avons pas fait (des Prophètes) des corps qui ne consommaient pas de nourriture. Et ils n'étaient pas éternels (prouvant la sincérité de leur message). »
(S10v50-52) « Dis : “Voyez-vous ! Si Son châtiment vous arrivait de nuit ou de jour, les criminels pourraient-ils en hâter quelque chose ? Est-ce au moment où le châtiment se produira que vous croirez ? (Il vous sera dit : Inutile) Maintenant ! Autrefois, vous en réclamiez (ironiquement) la prompte arrivée !” Puis il sera dit aux injustes : “Goûtez au châtiment éternel ! êtes-vous rétribués autrement qu'en rapport de ce que vous acquériez ?” »
(S19v97/98) « Nous l'avons rendu (le Coran) facile (à comprendre) en ta langue, afin que tu annonces par lui la bonne nouvelle aux gens pieux, et que, tu avertisses un peuple irréductible. Que de générations avant eux avons-Nous fait périr ! En retrouves-tu un seul individu ? ou en entends-tu le moindre murmure ? »
(S7v74) « (Allah s'adressant aux hommes) Et rappelez-vous donc les bienfaits d'Allah et ne répandez pas la corruption sur la terre “comme des fauteurs de trouble. »
(S50v12-14) « Avant eux, le peuple de Noé, les gens d'Ar-Rass et les Tamud crièrent au mensonge, de même que les Aad et Pharaon et les frères de Lot, et les gens d'Al-Aïka et le peuple de Tubbaa. Tous traitèrent les Messagers de menteurs. C'est ainsi que Ma menace se justifia. »
(S28v59) « Ton Seigneur ne fait pas périr des cités avant d’avoir envoyé dans leur métropole un Messager pour leur réciter Nos versets. Et Nous ne faisons périr les cités que lorsque leurs habitants sont injustes »
(S30v10) « Puis, mauvaise fut la fin de ceux qui faisaient le mal, ayant traité de mensonges les versets d'Allah et les ayant raillés. »
(S9v70) « Est-ce que ne leur est pas parvenue l'histoire de ceux qui les ont précédés : le peuple de Noé, des Aad, des Tamud, d'Abraham, des gens de Madyan, et des Villes renversées ? Leurs Messagers leur avaient apporté des preuves évidentes. Ce ne fut pas Allah qui leur fit du tort, mais ils se firent du tort à eux-mêmes. »
(S22v45) « Que de cités, donc, avons-Nous fait périr, parce qu'elles commettaient des tyrannies. Elles sont réduites à des toits écroulés : Que de puits désertés ! Que de palais édifiés (et désertés aussi) ! »
(S27v3-6) Nous te racontons en toute vérité, l'histoire de Moïse et de Pharaon, à l'intention des gens qui croient. Pharaon était hautain sur terre. Il répartit en clans ses habitants, afin d'abuser de la faiblesse de l'un d'eux. Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre. Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeant et en faire les héritiers, et les établir puissamment sur terre, et faire voir à Pharaon, à Haman, et à leurs soldats, ce dont ils redoutaient. »
(S23v44) « Ensuite, Nous envoyâmes successivement Nos messagers. Chaque fois qu'un Messager se présentait à sa communauté, ils le traitaient de menteur. Et Nous les fîmes succéder les unes aux autres (parties des populations impies dans la destruction), et Nous en fîmes des thèmes de récits légendaires. Que disparaissent à jamais les gens qui ne croient pas ! »
(S27v45-53) « Nous envoyâmes effectivement vers les Tamud leur frère Salih (qui leur dit) : “Adorez Allah.” Et voilà qu'ils se divisèrent en deux groupes qui se disputèrent. Il dit : “Ô mon peuple, pourquoi cherchez vous à hâter le mal plutôt que le bien, si seulement vous demandiez pardon à Allah, peut-être vous serait-il fait miséricorde.” Ils dirent : “Nous voyons en toi et en ceux qui sont avec toi, des porteurs de malheur.” Il dit : “Votre sort dépend d'Allah. Mais vous êtes plutôt des gens qu'on soumet à la tentation.” Et il y avait dans la ville un groupe de neuf individus qui semaient le désordre sur terre et ne faisaient rien de bon. Ils dirent : “Jurons par Allah que nous l'attaquerons de nuit, lui et sa famille. Ensuite nous dirons à celui qui est chargé de le venger : Nous n'avons pas assisté à l'assassinat de sa famille, et nous sommes sincères.” Ils ourdirent une ruse et Nous ourdîmes une ruse sans qu'ils ne s'en rendent compte. Regarde donc ce qu'a été la conséquence de leur stratagème : Nous les fîmes périr, eux et tout leur peuple. Voilà donc leurs maisons désertes à cause de leurs méfaits. C'est bien là un avertissement pour des gens qui savent. Et Nous sauvâmes ceux qui avaient cru et étaient pieux. »
(S46v27/28) « Nous avons assurément fait périr les cités autour de vous, et Nous avons diversifié les signes afin qu'ils reviennent (de leur mécréance). Pourquoi donc ne les secourent pas ceux qu'ils avaient pris en dehors d'Allah comme divinités pour (soi-disant) les rapprocher de Lui ? Ceux-ci au contraire les abandonnèrent. Telle est leur imposture et voilà ce qu'ils inventaient comme mensonges. »
(S20v29) « Chez moi (Dieu), la parole (Mes décisions arrêtées) ne change pas, et Je n'opprime nullement les serviteurs. »
(S91v14) « Leur Seigneur les détruisit donc, pour leur péché et étendit Son châtiment sur tous. Et Allah n'a aucune crainte des conséquences. »
(S17v111) « Et dis : “Louange à Allah qui ne S'est jamais attribué d'enfant, qui n'a point d'associé en la royauté et qui n'a jamais eu de protecteur de l'humiliation.” Et proclame hautement Sa grandeur. »

Houdheyfa (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « Par celui qui tient mon âme dans Sa main, vous commanderez le bien et interdirez le mal ou bien vous ne serez certainement pas loin de voir Dieu envoyer sur vous un châtiment venant de Lui. Vous L’invoquerez alors et Il ne répondra pas à votre appel. Aicha (SDP) interrogea le Prophète (SBDSL) : « Ô Messager d’Allah ! Serions-nous (quand même) anéantis alors qu’il y a parmi nous des gens vertueux ? » Il dit alors : « Oui, si la perversion est répandue (dans votre région pour empêcher la propagation de son mal). » (Tirmidhi)
Abou Darda (SDP) a dit : J’ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Aidez-moi à secourir les faibles (et à éviter donc les sociétés barbares possiblement punissables divinement), car vous ne serez (donc) secourus et pourvus de votre subsistance que par égard aux faibles. » (Abou Dawoud)
On rapporte ces propos de Abou Bakr (SDP) : « Ô gens ! Vous lisez ce verset : « Ô vous qui avez cru ! Vous ne répondez que de votre propre personne et celui qui s’égare ne vous fait aucun tort si vous avez suivi la bonne voie. » Cependant j’ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Les gens, quand ils voient l’injuste commettre son injustice (oppression) sans l’en empêcher, ne sont plus loin de voir Dieu les frapper tous, sans distinction, d’un châtiment provenant de Lui. » (Abou Dawoud, Tirmidhi et An-Nasaî)
D’après Noumân Ibn Bachir (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « L’image de celui qui ne reconnaît pas les interdits de Dieu, les transgresse, ou cherche à les abolir, et l’image de celui qui les évite et invite les autres à les éviter, est celle d’un groupe de gens qui ont tiré au sort pour donner à chacun d’eux sa place dans un bateau. A certains revint le pont et à d’autres la soute. Ceux qui logeaient dans la soute étaient obligés de passer par le pont pour puiser l’eau (de la rivière). Ils dirent : « Si nous faisions un trou dans la partie qui nous revient, nous cesserons de déranger ceux qui sont au dessus de nous. » Si les passagers du pont les laissaient faire, ils périraient tous, mais s'ils les en empêchent, ils auront tous la vie sauve (ceci prouvant l'importance de prêcher (voire combattre) pour empêcher la propagation du mal des impies synonye d'égarment puis d'autodestruction de l'humanité). » (Boukhari et Mouslim)
          Ainsi logiquement de tout temps pour préserver l'humanité, Dieu a souvent fini par donner le pouvoir à ses fidèles dignes ayant souvent été faibles (les pauvres et les jeunes furent fréquemment les rails du maintien de la religion au début) car ils avaient compris le sens important des valeurs sociales respectueuses de tous tout en renforçant l'assagissante foi en eux par la persévérance de leur croyance malgré des épreuves longues et difficiles, comme ça le sera à la fin des temps quand les vrais croyants seront parvenus à déduire l'importance de leur union pieuse suite à diverses grandes épreuves :
(S17v16) « Et quand Nous voulons (ou Nous nous apprêtons à) détruire une cité (pour éviter la propagation de son mal), Nous ordonnons (comme dernière chance) à ses gens opulents (d'obéir à Nos prescriptions si le bon comportement populaire n'a pas été suffisant pour les faire arrêter les corruptions et changer les lois injustes), mais (si au contraire) ils se livrent  (dirigeants et peuple) à la perversité, alors la Parole prononcée contre elle (la cité, une population ou une région) se réalise (légitimement), et Nous la détruisons entièrement. »
(S11v116/117) « Si seulement il existait dans les générations d'avant vous, des gens vertueux qui interdisent la corruption sur terre ! (Hélas) Il n'y en avait qu'un petit nombre que Nous sauvâmes, alors que les injustes persistaient dans le luxe (exagéré) dans lequel ils vivaient, et ils étaient des criminels. Et ton Seigneur n'est point tel à détruire injustement des cités dont les habitants se réforment (sagement). »
(S21v9) « Puis Nous réalisâmes la promesse (qui leur avait été faite). Nous les sauvâmes avec ceux que Nous voulûmes (sauver). Et Nous fîmes périr les outranciers. »
(S21v11) « Et que de cités qui ont commis des injustices Nous avons brisées ; et Nous avons créé d'autres peuples après eux. »
(ExtS22v40/41) « Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa religion). Allah est assurément Fort et Puissant, (Il soutient) ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Salat, acquittent la Zakat, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. »
Il faut noter que d'autre peuples ou certains individus furent châtiés à cause du mal de diverses croyances immorales égarantes comme donc la croyance en la débauche du temps du Prophète Lot (paix sur lui), mais aussi au contrôle de la subsistance du temps du Prophète Ibrahim (paix sur lui) et du Roi pervers Nemrod, au pouvoir du plus fort car étant des géants du temps des Prophète Houd et Salih (paix sur eux), au commerce corrompu par des pesées injustes sur leurs balances synonyme d'oppression du temps du Prophète Chuayb (paix sur lui), en la sorcellerie du temps du Prophète Moïse (paix sur lui), en la richesse en rapport avec l'avare Coré dont seulement la clé de son coffre devait être portée par plusieurs hommes aussi du temps de Moïse, en la médecine au commerce et en la sainteté innée et exclusive de l'élection juive du temps du Prophète Jésus (paix sur lui), et en l'idolâtrie du temps du Prophète Mouhamed (SBDSL). En effet une grande partie de ces peuples ayant refusé la foi authentique en croyant illégitimement en ces choses n'ayant en réalité de force ni de puissance que par Allah ou étant fausses ou mauvaises, ils durent être détruits car ils rejetèrent la piété, source vitale, puisque synonyme du meilleur comportement religieux préservant la société et donc l'humanité de son autodestruction :
(ExtS7v74) « ne répandez pas la corruption sur la terre “comme des fauteurs de trouble”. »
(ExtS14v9/10) « Ne vous est-il pas parvenu le récit de ceux d'avant vous, du peuple de Noé, des Aad, des Tamud et de ceux qui vécurent après eux, et que seul Allah connaît ? Leurs Messagers vinrent à eux avec des épreuves, mais il dirent, ramenant leurs mains à leurs bouches : “Nous ne croyons pas (au message) avec lequel vous avez été envoyés et nous sommes, au sujets de ce à quoi vous nous appelez, dans un doute vraiment troublant.” Leurs Messagers dirent : “Y a-t-il un doute au sujet d'Allah, Créateur des cieux et de la terre, qui vous appelle pour vous pardonner une partie de vos péchés et vous donner un délai jusqu'à un terme fixé (mort) ?” (Les mécréants) répondirent : “Vous n'êtes que des hommes comme nous.” »
(S8v54) « Il en fut de même des gens de Pharaon et ceux qui avant eux avaient traité de mensonges les signes (enseignements) de leur Seigneur. Nous les avons fait périr pour leurs péchés. Et Nous avons noyé les gens de Pharaon, car ils étaient tous des injustes. »
(ExtS11v59) « Ils avaient nié les signes (enseignements) de leur Seigneur, désobéi à Ses Messagers et suivi le commandement de tout tyran entêté. »
(S23v41) « Le Cri (unique et sans répétition) donc les saisit (tua) en toute justice puis Nous les rendîmes semblables à des débris emportés par le torrent. Que disparaissent à jamais les injustes (incroyants malfaisants) ! »
(S12v110/111) « Quand les Messagers faillirent perdre espoir (et que leurs adeptes) eurent pensé qu'ils étaient dupés voilà que vint à eux Notre secours. Et furent sauvés ceux que Nous voulûmes. Mais Notre rigueur ne saurait être détournée des gens criminels. Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d'intelligence. Ce (le Coran) n'est point un récit fabriqué. C'est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient. »
(ExtS7v137) « Et (après avoir détruit la population corrompue) les gens qui étaient opprimés, Nous les avons fait hériter les contrées orientales et occidentales de la terre que Nous avons bénies. »
(S30v47) « Nous avons effectivement envoyé avant toi des Messagers vers leurs peuples et ils leur apportèrent les preuves. Nous Nous vengeâmes de ceux qui commirent les crimes (de la négation), et c'était Notre devoir de secourir les croyants. »
(S7v165) « Puis, lorsqu'ils oublièrent ce qu'on leur avait rappelé, Nous sauvâmes ceux qui (leur) avaient interdit le mal et saisîmes par un châtiment rigoureux les injustes pour leurs actes pervers. »
(ExtS14v13-16) « Et ceux qui ont mécru dirent à leurs Messagers : “Nous vous expulserons certainement de notre territoire, à moins que vous ne réintégriez notre religion !” Alors, leur Seigneur leur révéla : “Assurément Nous anéantirons les injustes, et vous établirons dans le pays après eux. Cela est pour celui qui craint Ma présence et craint Ma menace.” Et ils demandèrent (à Allah) la victoire. Et tout tyran insolent fut déçu. L'Enfer est sa destination et il sera abreuvé d'une eau purulente »
(S11v116/117) « Si seulement il existait, dans les générations d'avant vous, des gens vertueux qui interdisent la corruption sur terre ! (Hélas) Il n'y en avait qu'un petit nombre que Nous sauvâmes, alors que les injustes persistaient dans le luxe (exagéré) dans lequel ils vivaient, et ils étaient des criminels. Et ton Seigneur n'est point tel à détruire injustement des cités dont les habitants se réforment (sagement). »
Selon Abou Mousa Al Ashari (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Lorsque Dieu veut faire miséricorde à une communauté, Il reprend l'âme du Prophète de cette communauté avant qu'elle périsse, de façon à en faire son éclaireur et son précurseur. Mais s'Il veut la perte d'une communauté, Il l'a châtié alors que son Prophète est encore en vie et la fait périr sous ses yeux. Dieu le console ainsi des moments où son peuple le traitait de menteur et n'obéissait pas à ses ordres. » (Mouslim)
(S44v25-33) « Que de jardins et de sources ils (les infidèles) laissèrent (derrière eux), que de champs et de superbes résidences, que de délices au sein desquels ils réjouissaient. Il en fut ainsi et Nous fîmes qu'un autre peuple en hérita. Ni le ciel ni la terre ne les pleurèrent et ils n'eurent aucun délai. Et certes, Nous sauvâmes les Enfants d'Israël du châtiment avilissant de Pharaon qui était hautain et outrancier. A bon escient Nous les choisîmes parmi tous les peuples de l'univers et leur apportâmes des miracles, de quoi les mettre manifestement à l'épreuve. »
(S21v11) « Et que de cités qui ont commis des injustices, Nous avons brisées, et Nous avons créé d'autres peuples après eux. Quand (ces gens) sentirent Notre rigueur ils s'en enfuirent hâtivement. Ne galopez point. Retournez plutôt au grand luxe où vous étiez et dans vos demeures, afin que vous soyez interrogés. Ils dirent : “Malheur à nous ! Nous étions vraiment injustes.” Telle ne cessa d'être leur lamentation jusqu'à ce que Nous les eûmes moissonnés et éteints. »
(S45v31-35) « Et quant à ceux qui ont mécru (il leur sera dit au Jour du Jugement Dernier) : « Mes versets ne vous étaient-ils pas récités ? Mais vous vous enfliez d'orgueil et vous étiez des gens criminels. Et quand on disait “la promesse d'Allah est vérité, et l'Heure n'est pas l'objet d'un doute”, vous disiez “Nous ne savons pas ce que c'est que l'Heure, nous ne faisons que conjecturer à son sujet, et nous ne sommes pas convaincus (qu'elle arrivera).” » Et leur apparaîtra (la laideur) de leurs mauvaises actions. Et ce dont ils se moquaient les cernera. Et on leur dira : « Aujourd'hui Nous vous oublions comme vous avez oublié la rencontre de votre jour que voici. Votre refuge est le Feu, et vous n'aurez point de secoureurs. Cela parce que vous preniez en raillerie les versets d'Allah et que la vie d'ici-bas vous trompait. » Ce jour-là on ne les en fera pas sortir et on ne les excusera pas non plus. »
          Ainsi, après avoir distingué les enfants allant au Paradis des adultes méritant l'Enfer, Dieu a logiquement anéanti ces peuples tout en sauvant les familles croyantes vertueuses. En effet, il faut savoir que le Seigneur a évidemment décidé que les enfants décédés, ou atteints d'un handicap mental à leur naissance les déresponsabilisant même à l'âge adulte, intégreraient le groupe des enfants du Paradis pour leur innocence :
(S10v101-103) « Dis : « Regardez ce qui est dans les cieux et sur la terre. » Mais ni les preuves ni les avertisseurs (Prophètes) ne suffisent à des gens qui ne croient pas. Est-ce qu’ils attendent autre chose que des châtiments semblables à ceux des peuples antérieurs ? Dis : « Attendez ! Moi aussi, j’attends avec vous. » Ensuite, Nous délivrerons Nos Messagers et les croyants. C’est ainsi qu’il Nous incombe (en toute justice) de délivrer les croyants. »
(Extrait du hadith du voyage nocturne du Prophète (SBDSL) dans les cieux selon la version d'Al Barqâni) : « L'homme très grand qui était dans le jardin (du Paradis), c'est Abrahâm. Quant aux enfants qui étaient autour de lui, ce sont tout enfant mort dans la saine nature (c'est-à-dire avant que ses parents n'en fassent un non-musulman). Certains musulmans dirent : « S'agit-il aussi des enfants des idolâtres, Ô Messager de Dieu ? » Le Messager de Dieu (SBDSL) leur dit : «Et les enfants des idolâtres. » (Boukhari)
Commentaire : Il faut savoir que les handicaps mentaux infantiles peuvent parfois provenir de la sage omniscience divine, mais il arrive aussi souvent qu'elles soient liées à des responsabilités humaines comme quand une femme enceinte boit de l'alcool ou se drogue (voir chapitre IV, B, 3). D'ailleurs la plupart des drogues ainsi que les boissons alcoolisées proviennent de la fabrication humaine, et les effets de certaines plantes ne devraient servir qu'à guérir ou apaiser les malades, comme les effets de l’alcool devraient seulement servir à désinfecter des plaies ou renforcer des muscles et des articulations éprouvés. La plupart des choses comme le corps humain, un couteau et certaines plantes sont donc des outils à utiliser de la bonne manière pour oeuvrer en bien, et les aliments dangereux comme les champignons vénéneux servent à rappeler l'importance de rester dans le licite du cadre moral présent dans la vie.
          Pour relativiser concernant les violents châtiments corporels religieux moraux, la destruction légitime de certains peuples et la difficulté assagissante de certaines épreuves liés à notre Seigneur, connaissant sans le moindre doute par Sa capacité omnisciente et Sa sagesse suprême le chemin de la meilleure éducation pour l'humanité, il ne faut surtout pas oublier la douceur, la noblesse, l'amour et la beauté qui existent principalement dans la création divine et les textes sacrés, tels qu' à travers les levers de soleil, les visages des nourrissons, les fleurs parfumées, ou la plupart des enseignements de la religion :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand la douceur est dans quelque chose, elle ne peut que l'embellir, et quand elle en est retirée, elle ne peut que l'enlaidir. »
Selon Anas (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Tout ce qui est entaché par la grossièreté est enlaidi et tout ce qui est revêtu de pudeur est embelli. » (Tirmidhi)
Selon Ibn Omar (SDP) et Aïcha (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : «L'ange Gabriel n'a pas cessé de me recommander le voisin à tel point que j'ai cru qu'il allait lui donner droit à l'héritage. » (URA)
Selon Abou Dharr (SDP) : « Mon grand ami le Prophète (SBDSL) m'a fait cette recommandation : « Quand tu prépares un ragoût augmente son eau, puis cherche une famille
de tes voisins (quelle que soit leur religion) et donne-lui-en un peu avec gentillesse. » (Mouslim)
Commentaire : cette pratique est reconnue comme étant une cause fréquente de guidée.
(ExtS12v100) « (Le Prophète Joseph dit :) Mon Seigneur est plein de douceur pour ce qu'Il veut. Et c'est Lui L'Omniscient, le Sage. »
(ExtS57v27) « Ensuite, sur leurs traces, Nous avons fait suivre Nos (autres) Messagers, et Nous les avons fait suivre de Jésus fils de Marie et lui avons apporté l'Evangile, et mis dans les cœurs de ceux qui le suivirent douceur et mansuétude. »
Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Par Celui qui tient mon âme dans Sa Main, vous n'entrerez au Paradis que lorsque croirez et vous ne croirez vraiment que lorsque vous vous aimerez. Voulez-vous que je vous indique une chose qu'en la faisant vous vous aimerez ? Saluez-vous les uns les autres. » (Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le fort n’est pas celui qui terrasse les gens dans la lutte, mais le fort est celui qui reste maître de lui-même dans sa colère. » (URA)

(S2v177) « La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux anges, au Livre et aux Prophètes, de donner de son bien quelqu'amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide, et pour délier les jougs, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants (religieusement) dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! »
(S69v27) « (Après la fin du monde et avant le Jour de la Rétribution) (Seule) subsistera La Face (Wajh) de ton Seigneur, plein de majesté et de noblesse. »
Selon Anas (SDP), un homme était assis auprès du Prophète (SBDSL) quand passa quelqu'un. Il dit : « Ô Messager de Dieu, j'aime vraiment cet homme ! » Le Prophète (SBDSL) lui dit : « L'en as-tu informé ? » Il dit : « Non. » Il lui dit : « Informe-le donc. » Il le rejoignit et lui dit: « Je t'aime en Dieu. » L'autre lui dit : « Puisse t'aimer Dieu en qui tu m'as aimé ! » (Abou Dawoud)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu (Glorifié soit-Il) a dit : « Ceux qui s’aiment en Mon Nom Glorieux auront des chaires de lumière que leur envieront les Prophètes et les martyrs. » (Tirmidhi)
(S27v60) « N'est-ce pas Lui qui a créé les cieux et la terre et qui vous a fait descendre du ciel une eau avec laquelle Nous avons fait pousser des jardins pleins de beauté. Vous n'étiez nullement capables de faire pousser leurs arbres. Y-a-t-il donc une divinité avec Allah ? Non, mais ce sont des gens qui Lui donnent des égaux. »
Selon Abdulah Ibn Awfa (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) annonça à sa femme Khadija (SDP) la bonne nouvelle qu’elle a au Paradis une maison faite d’une perle creuse (taillée dans une perle géante) où il n’y a ni rumeur ni fatigue. » (URA)
(S6v99) « Et c'est Lui qui du ciel a fait descendre l'eau. Puis par elle, Nous fîmes germer toute plante, de quoi Nous fîmes sortir une verdure d'où Nous produisîmes des grains superposés les uns sur les autres. Et du palmier et de sa spathe, (Nous fîmes sortir aussi) des régimes de dattes qui se tendent. Et aussi (Nous fîmes aussi sortir) les jardins de raisins, l'olive et la grenade, semblables ou différent les uns des autres. Regardez leurs fruits au moment de leur production et de leur mûrissement. Voilà bien là des signes pour ceux qui ont la foi. »
(S55v17-23) « Seigneur des deux Levants et Seigneur des deux Couchants (lune et soleil) ! Lequel donc des bienfaits de votre seigneur nierez-vous ? Il a donné libre cours aux deux mers pour se rencontrer. Il y a entre elles une barrière qu'elles ne dépassent pas. Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? De ces deux (mers) sortent la perle et le corail. Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? »
(S20v4) « (Le Coran est une) révélation émanant de Celui qui a créé la terre et les cieux sublimes. »


          La foi en Dieu, en Son Paradis et en Son Enfer détient donc un aspect terrifiant car nécessaire pour la conscience morale humaine, le sérieux de la morale et la représentation de l'extrême gravité de certains péchés comme il a déjà été vu. Or quand un homme est ou devient pieux, des savants de la religion précisent qu'ils faut qualifier cette crainte de « révérencielle » (de politesse) et expliquent qu'elle ne cherche pas à immobiliser l'homme par la peur, mais l'incite au contraire à agir courageusement pour défendre les valeurs monothéistes, pratiquer les bonnes œuvres, éviter les péchés et demander l'absolution. Elle permet également à l’être humain d’acquérir l’ensemble des nobles sentiments liés à sa nature de créature (humilité, prudence, dignité...), d'intensifier sa sensibilité, de ne plus craindre aucune créature ni critique, d'augmenter la Grandeur d'Allah dans son cœur, de rejeter les mauvais sentiments et d'admettre l'évidence de la morale. Craindre et aimer Dieu n'est donc pas incompatible, car il suffit de reconnaître les sages effets de cette crainte pour apprendre à la respecter et donc à l'aimer :
(ExtS3v102) « Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit d’être craint. »
(S3v175) « C'est le Diable qui vous fait peur de ses adhérents. N'ayez donc pas peur d'eux. Mais ayez peur de Moi, si vous êtes croyants (afin d'être apaisé face à ces mauvaises pensées insufflés par le diable). »
(S3v101/102) « Et comment pouvez-vous ne pas croire, alors que les versets d'Allah vous sont récités, et qu'au milieu de vous se tient son messager ? Quiconque s'attache fortement à Allah, il est certes guidé vers un droit chemin. Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu'en pleine soumission. »
(S6v64) « Dis : “C'est Allah qui vous en délivre (de certains risques de mort) ainsi que toute angoisse (par notre crainte apaisante de Lui supérieure aux autres craintes, étant un des plus profonds aspects véridiques de la foi). Pourtant, vous Lui donnez des associés”. »

Pour prouver la légitimité de la crainte révérencielle quand un homme est pieux, il faut savoir que Dieu a décidé de psalmodier le Coran afin de montrer Sa pudeur même dans des versets menaçant les hommes par cette inévitable présence morale de l'Enfer, surtout que la violence de l'Enfer sert même à défendre et propager la qualité de la douceur.
De plus l'équilibre entre la crainte et l'espoir sert logiquement à embellir de politesse et de courtoisie la foi, de même que notre relation avec autrui.
La peur (la crainte, l'angoisse) correspond aussi à un des plus intenses sentiments (même si tous  les nobles sentiments devraient aussi être vécu intensément) et donc à une des plus grosse source de foi et donc presque de bien être, surtout que son intensité déviée participera à la force de la félicité du Paradis.
Et lorsque nous maintenons notre cœur droit et nos œuvres bonnes, il semble légitime dans notre relation avec le Seigneur de n'avoir qu'à profiter de notre amour pour Lui et de l'espoir du Sien pour nous :
(S19v95/96) « Et au Jour de la Résurrection, chacun d'eux se rendra seul auprès de Lui. A ceux qui croient et font de bonnes oeuvres, le Tout Miséricordieux accordera Son amour. »
Ainsi la croyance en Dieu n’est pas besoin craintif face à la mort comme certains le disent, mais plutôt une véritable logique sagement accompagnée d’espoir et de crainte. De toute manière, croire que l'homme retourne au néant au moment de la mort est infiniment moins terrifiant que de croire à un jugement universel divin pouvant l'envoyer éternellement en Enfer, même si la mort mérite aussi son pesant de peur, en particulier par respect envers la vie et Dieu, et donc pour ne pas oublier le jour du jugement universel à venir très prochainement, et donc pour rechercher principalement la paix et le bien être au sein de l'humanité :
(S4v42) « Ce jour-là, ceux qui n'ont pas cru et ont désobéi au Messager, préféreraient que la terre fût nivelée sur eux (être dans une mort synonyme de néant éternel) et ils ne sauront cacher à Allah aucune parole. »
(S2v13) « Et quand on leur dit : « croyez comme ont cru les gens », ils disent : « Croirons-nous comme ont cru les faibles d’esprit (parce qu'ils ont peur de la mort) ? » Certes, ce sont eux les véritables faibles d'esprit mais ils ne le savent pas. »

          Cependant la très belle miséricorde divine veut rassurer l'être humain à travers de nombreuses paroles comme ces hadiths :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu le Très-Haut détient cent miséricordes dont Il n’a fait descendre qu’une seule parmi les Génies et les Humains ainsi que les animaux et les insectes. C’est grâce à elle qu’ils s’aiment entre eux, qu’ils éprouvent de la miséricorde les uns envers les autres et c’est par cette miséricorde que la bête sauvage a de la commisération pour son petit. Dieu (Glorifié soit-Il) a réservé pour la fin quatre vint dix neuf miséricordes grâce auxquelles Il traite avec clémence Ses créatures le Jour de la Résurrection. » (URA)
Omar Ibn Al Khattab (SDP) a rapporté : Le Prophète (SBDSL) se rendit auprès de prisonniers après une bataille. Soudain, une prisonnière se précipita en direction d'un enfant qui se trouvait aussi parmi les prisonniers. Elle le serra contre sa poitrine et l'allaita. A cet instant, le Prophète (SBDSL) demanda : « Pensez-vous que cette femme puisse jeter son enfant au feu ? » Nous dîmes : « Non, par Dieu ! » Il (SBDSL) dit : « Dieu est assurément plus Miséricordieux à l'égard de Ses serviteurs que ne l'est cette femme envers son enfant. » (URA)
Ce dernier hadith confirme clairement que Dieu est bien trop noble de choix, de caractère, de moralité et de position pour S'amuser à nous faire peur gratuitement avec l'Enfer, car il s'agit bien de donner une conscience morale aux hommes ne pouvant exister que par la connaissance de la crainte et de la douleur selon l'unanimité des philosophes et des psychologues et comme le prouve la découverte du centre de la peur dans notre cerveau.
Or comme Allah ne manque jamais à sa promesse même si celle d'envoyer des créatures en Enfer était nécessaire moralement, il y a bien des créatures qui vont aller en Enfer à cause de leur libre arbitre et du noble scénario divin :
(S32v13) « Si Nous voulions, Nous apporterions à chaque âme sa guidée. Mais la parole venant de Moi doit être réalisée : “J'emplirai l'Enfer de djinns et d'hommes réunis.” »
Cependant certains savants estiment de la subtilité divine qu'au bout d'un certain temps, il ne pourrait finalement ne rester en Enfer que les corps sans les âmes qui elles seront accueillies au plus bas niveau du Paradis dans un nouveau corps comme tous les autres hôtes entrés directement au Paradis, mais qui eux après les épreuves du jour du jugement auront transformés leurs corps par leur traversée du bassin du Prophète (SBDSL) probablement par leur ennoblissement religieux. Ceci apportant une nouvelle interprétation possible au verset suivant :
(S11v106/107) « Ceux qui sont damnés seront dans le Feu où ils ont des soupirs et des sanglots. Pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur décide autrement (prouvant le libre arbitre dans la nature divine) - car ton Seigneur fait absolument tout ce qu'Il veut. »
Il apparaît donc que notre Seigneur irréprochable, et par conséquent Digne de louanges par excellence, mérite vraiment que notre amour s'attache globalement et fortement à Lui, en ressentant intensément Sa lumineuse noblesse permanente.
De plus, en utilisant une balance pour peser les actions des hommes le jour du jugement, Dieu montre qu'Il n'est pas concerné par les actes humains tels que la piété, l'adoration et les prosternations, même si Il les mérite en particulier pour son excellence morale et Ses attributs suprêmes, et même si Son rôle est de les juger. En effet, Lui a déjà acquis Sa dignité maximale en partageant l'existence de la meilleure manière et ce que les hommes font de leur vie ne Lui apporte donc rien de supplémentaire comme le montreront les enseignements ci-après, et ce n'est donc pas par besoin de subsistance ou d'occupation, ni par envie de glorification ou de de distraction, qu'Il nous a créé, mais seulement légitimement par une digne générosité (toujours Juste et Miséricordieux dès que c'est possible). Le « pourquoi » de notre existence est donc cette digne générosité (partage de l'existence) et son meilleur « comment » (plus honorable manière de partager l'existence) est donc la suprêmement digne adoration constante (dans le sens rendre hommage, louer et glorifier Dieu légitimement en permanence particulièrement pour Sa sagesse irréprochable et Sa création constante) du mode de vie Prophétique (SBDSL) puisque logiquement seule possibilité d'être dans une occupation noble en permanence, en particulier car Dieu maintient toujours la Création, est irréprochable et nous veut le Paradis Eternel. Les deux analyses exprimées dans la phrase précédente paraissent d'une extrême évidence. De toute manière, si la morale justicière devait avoir un visage, cela ne pourrait être que celui de Dieu, puisque Il en est à son origine, l'a établie au mieux, est Omniscient, demeure le Créateur Unique qui a fait les meilleurs choix dans le bien pour obtenir Sa sainteté et Son ennoblissement maximal, et a fait de nous Ses créatures pouvant par le libre arbitre tendre personnellement vers le mal ou vers un ennoblissement maximal à Son image par notre intention d'atteindre la sainteté, surtout que comme il est légitime qu'un parent sage demande des comptes à ses enfants scolarisés, il est légitime au Dieu Saint (Parfait moralement) de demander des comptes à Ses imparfaites créatures éprouvées :
(S30v8) « N'ont-ils pas médité en eux-mêmes ? Allah (le Créateur) n'a créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux, qu'à juste raison (légitimement par générosité pour partager l'existence avec des créatures provenant toutes du néant comme il est légitime de partager généreusement ses biens avec une personne n'ayant rien, nue et affamée) et pour un terme fixé (afin d'évaluer votre valeur). Beaucoup de gens cependant ne croient pas en la rencontre de leur Seigneur. »
S14v19/20) « Ne vois-tu pas qu'Allah a créé les cieux et la terre pour une juste raison (légitimement, c'est à dire de Son droit voire de Son devoir) ? S'Il voulait, Il vous ferait disparaître et ferait venir de nouvelles créatures (plus reconnaissantes), et cela n'est nullement difficile pour Allah. »
(ExtS39v7) « Si vous ne croyez pas, Allah se passe largement de vous (et donc de nos glorifications et de nos louanges). De Ses serviteurs cependant, Il n'agrée pas la mécréance. Et si vous êtes reconnaissants, Il l'agrée pour vous »
(S52v25-28) « et (au Paradis) ils (les pieux) se tourneront les uns vers les autres s'interrogeant. Ils diront : “Nous vivions au milieu des nôtres dans la crainte (d'Alla). Puis Allah nous a favorisés et protégés du châtiment du Samum (Enfer). Antérieurement, nous L'invoquions. C'est Lui certes, le Charitable, le Très Miséricordieux.” »
(ExtHadithQoudsi) Abou Dharr al-Ghafari (SDP) a rapporté que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : Dieu a dit : « Ô Mes adorateurs ! Vous péchez nuit et jour et moi Je pardonne tous les péchés, demandez-Moi le pardon et Je vous l’accorderai. Ô mes adorateurs ! Vous n’arriverez jamais à Me nuire où à M’être utile. Ô Mes adorateurs ! Si du premier au dernier, hommes ou génies, vous étiez aussi pieux que l’est celui au cœur le plus pieux d’entre vous, cela n’ajouterait rien à Mon royaume (avant tout spirituellement noble comme l'est la gestion royale d'une famille par un père ou des enfants par une mère, puisque le scénario de la vie prouve que Dieu a acquis toutes les qualités morales en s'ennoblissant au maximum par la sainteté jusqu'à la miséricorde par excellence, synonyme de meilleur caractère, de meilleure moralité et donc de meilleures actions pour Sa création). Ô Mes adorateurs ! Si du premier au dernier, hommes ou génies, vous étiez aussi pervers que l’est celui d’entre vous au cœur le plus pervers, cela ne diminuerait en rien Mon royaume. Ô Mes adorateurs ! Si du premier au dernier, hommes ou génies, vous vous teniez dans une seule région de la terre pour Me solliciter d’accorder à chacun ce dont il a besoin, cela ne pourrait amoindrir en rien Mes propriétés, pas plus que l’aiguille n’enlève quoi que ce soit à la mer en y étant trempée. Ô Mes adorateurs ! Ce sont vos œuvres seulement dont je tiendrais compte, ensuite Je vous rétribuerai. Donc celui qui trouve du bien, qu’il loue Dieu, et celui qui trouve autre chose, qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même. » (Mouslim)
Commentaire : Ici, il apparaît que le seul véritable aspect de libre arbitre que nous utilisons pour le bien est de tendre sincèrement vers le meilleur chemin que Dieu attend de nous, car comme il n'y a de force ni de puissance que par Dieu, c'est Lui qui fait tout le reste, et nous devons donc tendre vers l'ennoblissement religieux maximal synonyme de retour à l'Eden originel. En effet la grandeur et donc la beauté de la religion ("zin din" en arabe)  apporte l'ensemble des nobles qualités morales et par conséquent le petit paradis terrestre à l'humanité avant le grand Paradis céleste éternel :
(S34v50) « Dis : “Si je m'égare, je ne m'égare qu'à mes dépens, tandis que si je me guide, alors c'est grâce à ce que Mon Seigneur m'a révélé, car Il est Audient et Proche.” »
(ExtS4v79) « Tout bien qui t'atteint vient d'Allah, et tout mal qui t'atteint vient de toi-même (mal réel n'existant donc seulement qu'au niveau de nos péchés ou conséquences de nos péchés car les épreuves divines sont uniquement bonnes). »
(ExtS57v22-24) « et quiconque se détourne... Allah Se suffit alors à Lui-même et Il est Digne de louange. »
(S10v108) « Dis : Ô gens ! Certes la Vérité vous est venue de votre Seigneur. Donc quiconque est dans le bon chemin ne l'est que pour lui-même, et quiconque s'égare ne s'égare qu'à son propre détriment. Je ne suis nullement un protecteur pour vous. »
(S17v15) « Quiconque prend le droit chemin ne le prend que pour lui-même, et quiconque s'égare, ne s'égare qu'à son propre détriment. Et nul ne portera le fardeau d'autrui. Et Nous n'avons jamais puni (un peuple) avant de (lui) avoir envoyé un Messager. »
(ExtS35v18) « Et quiconque se purifie, ne se purifie que pour lui-même, et vers Allah est la destination. »
(S28v70) « C'est Lui Allah. Pas de divinité à part Lui. A Lui la louange ici-bas comme dans l'au-delà. A Lui appartient le jugement. Et vers Lui vous serez ramenés. »
(S95v4-8) « Nous avons certes créé l'homme dans la forme la plus parfaite. Ensuite, Nous l'avons ramené au niveau le plus bas (péché d'Adam et Eve ayant amené leur descente du jardin d'Eden vers la terre d'épreuves), sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres : ceux-là auront une récompense jamais interrompue (pour leur ennoblissement). Après cela, qu'est-ce qui te fait traiter la rétribution de mensonge ? Allah n'est-Il pas le plus sage des Juges (de la morale aussi) ? »
(S5v50) « Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? »
(S34v26) « Dis : “Notre Seigneur nous réunira, puis Il tranchera entre nous, avec la vérité, car c'est Lui le Grand Juge, l'Omniscient.” »

L'adoration demandée dans le verset suivant n'est donc bien que la plus honorable manière de partager l'existence et pas la raison principale de la Création :
(S51v56) « Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent (afin qu'ils puissent gagner leur dignité après avoir reconnu la Mienne). »
Ainsi même si au Paradis tout est aussi adoration par la reconnaissance et l'appréciation de toute la science divine à travers les plaisirs qui s'y trouvent et un aspect du cadre légal terrestre, la répétition de la louange suivante, inspirée à la respiration (voire à la langue si les gens parlent par télépathie) probablement avec un son très faible et sans fatigue propre à ce monde, et étant la seule œuvre réellement cultuelle qui y reste détiendra le plus de valeur et même de plaisir car Dieu est source de tout bien et bonheur :
(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « ...(Au Paradis) Dieu leur inspire les formules suivantes comme Il leur inspire leur respiration : Sobhanallah (Gloire et Pureté à Dieu, lors de l'expiration) et Allahou akbar (Dieu est Grand, lors de l'inspiration) »
(ExtS29v45) « Le rappel (l'adoration) d’Allah est certes ce qu’il y a de plus grand. »
(S34v1) « Louange à Allah à qui appartient tout ce qui est dans les cieux et tout ce qui est sur la terre. Et (logiquement aussi) louange à Lui dans l'au-delà. Et c'est Lui le Sage, le Parfaitement Connaisseur. »

De plus Dieu étant omniscient et donc très précis concernant la valeur des actions et leur nombre sur le compte de chacun, Son rôle de juge est encore plus légitime :
(S40v17) « Ce jour-là (du Jugement dernier), chaque âme sera rétribuée selon ce qu'elle aura acquis. Ce jour-là, pas d'injustice, car Allah est prompt dans (Ses) comptes (surtout que le destin ultime de l'humanité est déjà connu de Lui dans le livre de la création puisqu'Il est en dehors du temps et de l'espace). »
(S39v33-37) « Tandis que celui qui vient avec la vérité et celui qui la confirme, ceux-là sont les pieux. Ils auront tout ce qu'ils désireront auprès de leur Seigneur : voilà la récompense des bienfaisants, afin qu'Allah leur efface les pires de leurs actions et les récompense selon ce qu'ils auront fait de meilleur. Allah ne suffit-Il pas à Son esclave (comme soutien) ? Et ils te font peur avec ce qui est en dehors de Lui. Et quiconque Allah égare n'a point de guide.  Quiconque Allah guide, nul ne peut l'égarer. Allah n'est-Il pas Puissant et Détenteur du pouvoir de châtier (et donc de rétribuer par le Paradis ou l'Enfer en fonction de la valeur des actions humaines) ? »

L'adoration de l'être humain ne profite donc qu'à lui-même. En effet grâce à la piété, il ne doit surtout pas oublier qu'il peut obtenir l'incomparable dignité, rendre harmonieuses les relations sociales, accéder au Paradis et se faire aimer de Dieu. A ce sujet, il faut rappeler que par les règles hautement miséricordieuses de la religion, Dieu permet à l'homme d'avoir la possibilité d'augmenter facilement ses bonnes actions. Pour prendre un exemple, la lecture d'une simple lettre du Coran rapporte dix bonnes actions.
          Par ailleurs, le jugement appartenant au Seigneur, l'homme doit profiter de cette vérité pour apaiser son cœur pleinement, puisqu'il peut ressentir notre monde sans avoir à juger. En effet même quand c'est un mal qui lui arrive, il doit seulement juger sereinement selon les parfaites lois coraniques du Seigneur Omniscient, et évite donc de devoir difficilement estimer divers dilemmes moraux ou des sanctions qui pourraient être injustement disproportionnées dans un sens extrême ou laxiste. Cependant dans le Coran comme il a été vu, le pardon est fortement conseillé ou doit être au minimum accompagné avec le jugement, afin que le cœur soit apaisé en évitant noblement les sentiments d'une blessante vengeance ou d'une basse haine, finalement similaire à ce que l'on reproche au coupable et pouvant provoquer la possible mort du bien en nous, comme il est important de se pardonner à soi même ses erreurs du passé pour réussir par l'optimisme les nobles objectifs du futur, et en sachant que pour parvenir plus facilement à ce pardon apaisant, il faut éviter de trop s'aimer ou avoir de l'orgueil, surtout que la déception, le pessimisme et la rancœur détériorent le bien-être et les relations avec les proches, ou entraînent la violence amenant à la violence, et provoquent donc des souffrances psychologiques ou physiques répandant la peine, la douleur, la déception ou le malheur :
(S16v126) « Et si vous punissez, infligez (à l'agresseur) une punition égale au tort qu'il vous a fait. Et si vous endurez... cela est certes meilleur pour les endurants. »
(S5v13) « Et puis à cause de leur violation de l'engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs, (car) ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d'un petit nombre d'entre eux. Pardonne-leur donc et oublie (leurs fautes), car Allah aime certes les bienfaisants. »
(ExtS2v194) « Le talion s'applique à toutes choses sacrées. Donc, quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui, à transgression égale. (mais le pardon est autorisé voire conseillé) »
(ExtS15v85) « Pardonne-(leur) donc d'un beau pardon. »
(ExtHadith) Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète a (SBDSL) dit : « Suivez plutôt la voie sage du juste milieu, rapprochez-vous en douceur de la perfection (du mode de vie prophétique) et soyez optimistes. »
(ExtS31v17) « (Le Prophète Luqman s'adressant à son fils) : « Ô mon enfant, accomplis la Salat, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t'arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise ! »
          Après tout ce qui a été vu, il est évident que la morale affirme que l'intelligence d'un homme ne se reflète pas à travers son rang social ou ses connaissances, mais exclusivement à travers la reconnaissance des signes divins, la pieuse pratique, la bienfaisance sociale, l'ordre naturel, la science utile, le bon sens, le pardon et le bien commun :
(S3v190/191) « A travers la création des cieux et de la terre, l'alternance de la nuit et des jours, il y a des signes pour les doués d’intelligence, qui debout, assis, couchés sur leurs côtés, invoquent Dieu et méditent sur la création des cieux et de la terre disant : Notre Seigneur ! Tu n’as pas créé cela en vain. Gloire à toi ! Garde-nous du châtiment du feu. »
(S30v21-24) « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. Et parmi Ses signes la création des cieux et de la terre et la variété de vos idiomes et de vos couleurs. Il y a en cela des preuves pour les savants. Et parmi Ses signes sont votre sommeil, la nuit et le jour, et aussi votre quête de Sa grâce. Il y a en cela des preuves pour des gens qui entendent. Et parmi Ses signes Il vous montre l'éclaire avec crainte (de la foudre) et espoir (de la pluie), et fait descendre du ciel une eau avec laquelle Il redonne la vie à la terre après sa mort (prouvant la capacité du Créateur de faire ressusciter). Il y a en cela des preuves pour des gens qui raisonnent. »
(S13v19-24) « Celui qui sait que ce qui t'est révélé de la part de ton Seigneur est la vérité, est-il semblable à l'aveugle ? Seuls les gens doués d'intelligence (ou seuls sont intelligents ceux qui) réfléchissent bien : ceux qui remplissent leur engagement envers Allah et ne violent pas le pacte, qui unissent ce qu'Allah a commandé d'unir (liens de parenté par exemple), redoutent leur Seigneur et craignent une malheureuse reddition de compte, et qui endurent dans la recherche de l'agrément d'Allah , accomplissent la Salat (prière) et dépensent (dans le bien), en secret et en public, de ce que Nous leur avons attribué, et repoussent le mal par le bien. A ceux-là, la bonne demeure finale, les jardins d'Eden, où ils entreront, ainsi que tous ceux de leurs ascendants, conjoints et descendants, qui ont été de bons croyants. De chaque porte, les anges entreront auprès d'eux (en disant) : “Paix sur vous, pour ce que vous avez enduré ! Comme est bonne votre demeure finale !” »
(ExtS2v143) « C’est ainsi que Nous avons fait de vous la communauté du juste milieu »

          Pour continuer de faire les plus nobles choix dans la morale, il faut évidemment vouloir obtenir la meilleure valeur et donc attribution que Dieu puisse nous accorder. Or comme il a été vu précédemment, il s'agit tout simplement de Sa satisfaction qui conduit l'être humain directement au centième et plus haut degré du Paradis dont le ciel est le Trône divin. Cependant, les hommes ont souvent considérés leurs besoins comme des buts, alors qu'en y répondant religieusement, ils ne sont que des moyens pour acquérir la valeur suprême qu'est l'agrément du Seigneur pour notre dignité pieuse, familiale et sociale.
          Ainsi pour commencer à marcher sur le chemin de cet agrément divin, il suffit de rajouter à l'attestation de foi précédente : « Il n'y a pas de divinité à part Allah et Mouhamed est Son Messager » cette suite « ainsi que Jésus, Moïse, Abraham, Noé et Adam ». Le but de ce complément permet d'abord à l'être humain de confirmer la mission identique de tous les Messagers :
(S3v81) « Et lorsqu’Allah prit cet engagement des Prophètes : « Chaque fois que Je vous accorderai un Livre et de la Sagesse, et qu’ensuite un Messager vous viendra confirmer ce qui est avec vous, vous devrez croire en lui, et vous devrez lui porter secours. » Il leur dit : « Consentez-vous et acceptez-vous Mon pacte à cette condition ? » « Nous consentons. », dirent-ils. « Soyez en donc témoins, et Me voici avec vous parmi les témoins. », dit Allah. »
(S33v7/8) « Lorsque Nous prîmes des Prophètes leur engagement, de même que de toi, de Noé, d'Abraham, de Moïse, et de Jésus fils de Marie : et Nous avons pris d'eux que cet engagement soit solennel, afin (qu'Allah) interroge les véridiques sur leur sincérité. Et Il a préparé aux infidèles un châtiment douloureux. »
(S28v52-55) « Ceux (les fidèles authentiques, les pieux) à qui, avant lui (le Coran), Nous avons apporté le Livre (Bible), y croient (au Coran). Et (en effet) quand on le leur récite (le Coran), ils disent : “Nous y croyons. Ceci est bien la vérité émanant de notre Seigneur. Déjà avant son arrivée, nous étions soumis (à Dieu).” Voilà ceux qui recevront deux fois leur récompense pour (leur croyance en ces deux livres et donc pour) leur endurance, pour avoir répondu au mal par le bien, et pour avoir dépensé de ce que Nous leur avons attribué, et quand ils entendent des futilités, ils s'en détournent et disent : “A nous nos actions, et à vous les vôtres. Paix sur vous. Nous ne recherchons pas les ignorants.” »
(S3v3) « Il (Dieu) a fait descendre sur toi le Livre (Coran) avec la vérité, confirmant les Livres descendus avant lui. Et (parmi eux) Il fit descendre la Thora et l'Evangile »
(S2v136) « Dites : Nous croyons en Dieu, et en ce qu’on nous a révélé, et en ce qu’on a fait descendre vers (les Messagers) Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux Prophètes venant de Leur Seigneur. Nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes soumis. »
(S12v111) « Dans leurs récits (des Prophètes) il y a certes une leçon pour les gens doués d'intelligence. Ce (le Coran) n'est point un récit fabriqué (par Mouhamed). C'est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui (la Thora et les Evangiles), un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde (du Seigneur) pour des gens qui croient. »
          Puis lorsque l'homme reconnaît ces Prophètes et particulièrement le dernier, il admet qu'ils ont complété une seule religion à travers l'histoire de l'humanité :
(ExtS5v3) « J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. »
En effet même si dans les différentes révélations du monothéisme, il y a quelques adaptations dans la manière de vivre honorablement en suivant le Créateur, dont au niveau des lois sociales et de la fréquence ou de la pratique de certains œuvres cultuelles, les piliers principaux sont identiques : attestation de l’unicité divine, prière, jeûne, impôt social, et pèlerinage. L'islam qui correspond à ces cinq piliers a donc été transmis à toutes les communautés.
Par l’envoi des Prophètes successifs, Dieu ne cherchait qu’à raviver la foi en confirmant les messages précédents, rétablissant la vérité sur des textes religieux falsifiés, diversifiant les preuves historiques de la présence divine et éprouvant noblement les croyants puisque le Prophète précédent annonçait toujours le Prophète suivant, et à adapter parfois quelques lois bienfaisantes en fonction de la connaissance, de la science, du contexte historique, du nombre de personnes, du niveau d'oubli des lois religieuses et du comportement général des différents peuples. Ainsi tout en éprouvant la foi et le comportement des hommes, les Messagers se suivant ont été souvent des mises à jours de la religion unique depuis Adam et les Prophètes ont été des rappeleurs. Or Mouhamed (SBDSL), cet ultime Prophète et Messager, est le seul qui fut envoyé par Dieu à l'ensemble de l'humanité, car les autres étaient envoyés à des tribus, des peuples ou des régions :
(S46v27) « Nous avons assurément fait périr les cités autour de vous, et Nous avons diversifié les signes afin qu'ils reviennent (de leur mécréance). »
(S2v213) « Les gens formaient (à l'origine) une seule communauté (croyante). Puis (après leurs divergences,) Allah envoya des Prophètes comme annonciateurs et avertisseurs (pour rétablir des vérités morales ou adapter ou compléter la religion, ce qui entraîna inévitablement du sectarisme entre ceux qui les suivaient ou ne les suivaient pas, puis entre les diverses interprétations de ceux qui les suivaient), et (car) Il fit descendre avec eux le Livre contenant la vérité pour régler parmi les gens leurs divergences. Mais, ce sont ceux-là mêmes à qui il avait été apporté qui se mirent à en disputer après que les preuves leur furent venues, par esprit de rivalité ! Puis Allah, de par Sa Grâce, guida ceux qui crurent vers cette Vérité sur laquelle les autres disputaient. Et Allah guide qui Il veut vers le chemin droit. »
S11v118) « Et si ton Seigneur avait voulu, Il aurait fait des gens une seule communauté . Or, ils (les hommes) ne cessent d'être en désaccord (entre eux et deviennent des sectes séparées) »
(S3v19) « Certes, la religion acceptée d'Allah, c'est l'islam. Ceux auxquels le Livre (un Livre divin) a été apporté ne se sont (généralement) disputés (ou divisés), par agressivité entre eux, qu'après avoir reçu la science. Et quiconque ne croit pas aux signes d'Allah... alors Allah est prompt à demander compte ! »
(S30v30) « Dirige tout ton être vers la religion exclusivement (pour Allah), telle est la nature qu'Allah a originellement donnée aux hommes. Pas de changement à la création d'Allah. Voilà la religion de droiture, mais la plupart des gens ne savent pas. Revenez repentants vers Lui, craignez-Le, accomplissez la Salat et ne soyez pas parmi les associateurs, »
(S33v62) « Telle était la loi établie par Allah envers ceux qui ont vécu auparavant et tu ne trouveras pas de changement dans la loi d'Allah. »
(S98v5) « Il ne leur a été commandé, cependant, que d'adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et voilà la religion de droiture. »

Abou Hourayra (SDP) rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu (SBDSL) : « Les Prophètes sont d'un père unique, mais de mères différentes, (c'est-à-dire qu'ils puisent leur science à une source unique mais que les adaptations faites en vue des diverses communautés sont multiples) et leur religion est unique. Nul n'est plus en droit de se réclamer de Jésus fils de Marie que moi-même, car entre lui et moi il n'y a aucun Prophète. »
D'après Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Mon exemple par rapport aux Prophètes avant moi est celui d'un homme ayant parfaitement construit et embelli une maison à part l'espace d'une brique dans un coin. Alors les gens qui passaient près de cette maison s'étonnaient de sa beauté et se demandaient : « Pourquoi n'a-t-on pas posé cette brique ? » Je suis cette brique et je suis le dernier des Prophètes. » (Boukhari et Mouslim)

(ExtS25v18) « au point qu'ils (certains fidèles) en ont oublié le Livre du rappel (Thora, Evangile ou Coran). Et ils ont été des gens perdus (jusqu'à l'envoi d'un autre Prophète ou Messager). »
(S5v46-48) « Et Nous avons envoyé après eux Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui. Et Nous lui avons donné l’Evangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux. Que les gens de l’Evangile jugent d’après ce qu’Allah y a fait descendre. Ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux là sont les pervers. Et sur toi (Mouhamed) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité pour confirmer le Livre qui était avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne (pour vous proposer la valeur suprême qu'est la dignité). Concurrencez donc dans les bonnes œuvres (et en vous y entraidant quand c'est possible). C’est vers Allah qu’est votre retour à tous, alors Il vous informera de ce en quoi vous divergiez. »
(S3v81) « Et lorsqu’Allah prit cet engagement des Prophètes : « Chaque fois que Je vous accorderai un Livre et de la Sagesse, et qu’ensuite un Messager vous viendra confirmer ce qui est avec vous, vous devrez croire en lui, et vous devrez lui porter secours. » Il leur dit : « Consentez-vous et acceptez-vous Mon pacte à cette condition ? » « Nous consentons. », dirent-ils. « Soyez en donc témoins, et Me voici avec vous parmi les témoins. », dit Allah. »
(S28v52-55) « Ceux (les fidèles authentiques, les pieux) à qui, avant lui (le Coran), Nous avons apporté le Livre (Bible), y croient (au Coran). Et (en effet) quand on le leur récite (le Coran), ils disent : “Nous y croyons. Ceci est bien la vérité émanant de notre Seigneur. Déjà avant son arrivée, nous étions soumis (à Dieu).” Voilà ceux qui recevront deux fois leur récompense pour (leur croyance en ces deux livres et donc pour) leur endurance, pour avoir répondu au mal par le bien, et pour avoir dépensé de ce que Nous leur avons attribué, et quand ils entendent des futilités, ils s'en détournent et disent : “A nous nos actions, et à vous les vôtres. Paix sur vous. Nous ne recherchons pas les ignorants.” »
(S33v40) « (Le Prophète) Mouhamed n'a jamais été le père de l'un de vos hommes, mais le Messager d'Allah et le dernier des Prophètes. Allah est Omniscient. »
(S34v28) « Et Nous ne t’avons envoyé qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité. Mais la plupart des gens ne savent pas. »

          Par conséquent l'islam détient à travers son livre révélé, l'ultime message divin aux hommes et le dernier miracle envoyé, car la manière utilisée par Dieu pour écrire ce livre montre que c'est une révélation permanente permettant un réel échange de paroles dans le présent entre Allah par Ses enseignements et Sa créature par des invocations, les vérités scientifiques contenues dedans étaient impossible à connaître à l'époque du Prophète (SBDSL) aux alentours de l'année 630 après Jésus Christ (voir chapitre IV, A, 3), sa compréhension est possible à toutes les époques ou aux différents niveaux de science et de langage, et certains sens cachés peuvent être déduits suite à l'évolution de chacun, du contexte mondial et du savoir de l'humanité :
(S21v106) « Il y a en cela (ces enseignements coraniques) une communication à un peuple d'adorateurs ! »
(S17v106) « (Nous avons fait descendre) un Coran que Nous avons fragmenté, pour que tu le lises lentement aux gens (et pour qu'il soit compris quel que soit le niveau intellectuel de chacun). Et Nous l'avons fait descendre graduellement. »
(S19v97) « Nous l'avons rendu (le Coran) facile (à comprendre) en ta langue, afin que tu annonces par lui la bonne nouvelle aux gens pieux, et que, tu avertisses un peuple irréductible. »
(S54v32) « Et vraiment, Nous avons rendu le Coran facile à la méditation. Y’a-t-il quelqu’un pour réfléchir (donc car sa compréhension de base et diverses analyses sont accessibles à tout le monde) ? »
(S35v28) « Parmi Ses serviteurs, seuls les savants (personnes lisant et apprenant souvent la religion ou la science) craignent (ou ressentent le plus) Allah. Allah est, certes, Puissant et Pardonneur. »

          La satisfaction divine agrée donc ceux qui pratiquent les ordres de cette révélation coranique bienveillante puisque amenant les hommes et les pays à se respecter et à vivre honorablement. Louer Dieu après avoir mangé est un exemple d'une simplicité extrêmement facile et d'une politesse excessivement juste pour obtenir Sa satisfaction si miséricordieuse surtout que prouvée aussi par la possibilité de gagner le Paradis simplement pour avoir donné généreusement du lait à son voisin (puisque meilleur bienfait terrestre car hydratant et nourrissant en même temps) :
(S49v13) « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez (dans la dignité). Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quiconque désire être écarté du feu et entrer au Paradis se doit de croire en Dieu et au jour du jugement lorsque la mort le surprendra, et doit traiter autrui comme il aime à être traité. » (Ahmad, Thirmidi, Ibn Maja)
Commentaire : Il faut noter ici que le passage positif « traiter autrui comme il (on) aime à être traité » inclut tout le domaine du bien à la différence de l'expression de la phrase négative « ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse » qui ne parle que d'éviter le mal aux autres et donc oublie le bien qu'on pourrait leur transmettre comme donner à manger, prêter de l'argent conduire quelqu'un, aider quelqu'un etc. Il faut donc faire des phrases positives pour s'ouvrir au maximum au bien.
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu accorde Sa satisfaction à quelqu’un pour la seule raison qu’il remercie Dieu après avoir mangé ou bu quelque chose. » (URA)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Il y a quarante bonnes actions dont la plus haute est le fait de prêter à son prochain une chèvre pour le faire profiter de son lait. Tout être qui fait l’une de ces bonnes actions dans l’espoir de la récompense de Dieu et confiant dans ce que Dieu lui en a promis, Dieu l’introduit à cause d’elle au Paradis. »
Ici il est important de comprendre que chaque habitude du Prophète (SBDSL), mettant par essence en pratique les ordres coraniques, a plus de valeur qu'une montagne d'or, car la tradition prophétique permet d'obtenir la valeur suprême qu'est la dignité apportant la satisfaction divine. En effet chaque tradition prophétique est noble par essence, alors que pour la montagne d'or, c'est la manière de l'utiliser qui établit sa valeur et c'est par la zakat qu'elle est purifiée. Ainsi qu'il soit riche ou pauvre, chaque tradition prophétique correspond bien à ce qui élève le plus la valeur de l'homme par l'amélioration qu'est l'ennoblissement religieux apportant logiquement la satisfaction divine, comme la mise à jour d'un produit multimédia améliore sa valeur en apportant la satisfaction du propriétaire :
(S74v37/38) « (Nous avons révélés le Coran avertissant de l'Enfer et annonçant le Paradis) Pour qui d'entre vous veut avancer (vers l'amélioration) ou reculer (se dégrader en refusant cette opportunité). Toute âme est l'otage de ce qu'elle a acquis. »
(S16v119) « Puis ton Seigneur envers ceux qui ont commis le mal par ignorance, et se sont par la suite repentis et ont amélioré leur conduite, ton Seigneur, après cela est certes Pardonneur et Miséricordieux. »
(S26v150-152) « Craignez Allah donc et obéissez-moi. N'obéissez pas à l'ordre des outranciers, qui sèment le désordre sur la terre et n'améliorent rien. »
(S47v2/3) « Et ceux qui ont cru et accompli de bonnes oeuvres et ont cru en ce qui a été descendu sur Mouhamed - et c'est la vérité venant de leur Seigneur - Il leur efface leurs méfaits et améliore leur condition (morale et donc sociale et donc future par le Paradis). Il en est ainsi parce que ceux qui ont mécru ont suivi le Faux et que ceux qui ont cru ont suivi la Vérité émanant de leur Seigneur (par les bonnes actions). C'est ainsi qu'Allah propose leurs exemples aux gens. »
(S48v29) « Telle est leur image (des pieux) dans la Thora. Et l'image que l'on donne d'eux dans l'évangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs (épanouissement maximal sous-entendant l'ennoblissement maximal, surtout que l'homme pousse au début comme une plante dans le ventre maternel). »
Ainsi comme nous voulons toujours la meilleure maison, la meilleure voiture ou les meilleurs vêtements, c'est à dire qu'ils ne soient pas en mauvais état, il ne faut pas oublier que la chose la plus importante à préserver et à vouloir de meilleur est notre âme par la pureté des qualités morales et du mode de vie prophétique permettant d'entrer dans la pureté du Paradis.
          Dans ce sens reconnaissant la valeur suprême qu'est la dignité apportant la satisfaction divine, on ne peut qu'implorer le Seigneur de grandir en nous les enseignements religieux vers les plus haut degrés de perception, afin qu'ils étourdissent nos cœurs par la magnificence de leur morale, de leur justesse, de leur sagesse, de leur noblesse, de leur beauté ou de leur poésie.
          Pour poursuivre ce chapitre, il apparaît que le sommet de la morale ne peut que conseiller à l'homme de vouloir profondément appartenir aux meilleurs êtres de la Création pendant qu'il recherche cette satisfaction divine, afin qu'il puisse toucher du doigt le plus noble des buts en parvenant aux élites de la dignité et de la Création, comme nous aimons être en communion avec des champions du monde de sports.
          Ainsi il est très utile de savoir que parmi Ses créatures, Dieu en éleva certaines au-dessus d'autres. L'être qu'Il décida de préférer fut l'homme pouvant s'ennoblir, car il est la principale créature reflétant que la raison de cette sage Création légitime est liée à l'ennoblissement maximal du Seigneur clairement prouvé par Son partage de l'existence d'une manière irréprochable. Puis, entre tous les humains, Dieu honora les Prophètes, car leur rôle est de préserver l'humanité de son extinction ou de son envoi en Enfer par leurs rappels des règles religieuses. Et de tous les Prophètes, Dieu privilégia logiquement les Messagers, puisqu'ils transmettent et mettent en exemple les lois bienfaisantes d'un livre sacré (règles religieuses sous forme de documents pouvant s'adapter ou se compléter) pour parvenir à ces très nobles buts prophétiques. Enfin parmi tous Ses Messagers, il préféra le dernier en le faisant ainsi devenir Sa créature favorite, car Mouhamed, le bien-aimé de Dieu, allait devenir la meilleure créature en étant le porteur exemplaire du dernier message divin : la religion complète révélée au fur et à mesure depuis Adam, proposant une possible ennoblissante adoration permanente, représentant pour les hommes une forme de sainteté constante ainsi qu'un ennoblissement maximal similaires au Seigneur :
(ExtS5v3) « (Dieu) J'ai parachevé pour vous votre religion (en concluant donc les révélations antérieures), et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « J’ai été envoyé pour parfaire les caractères (les esprits et les cœurs donc) et les ennoblir. » (Mouslim)
(S49v13) « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez (dans la dignité). Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur »
(S17v70) « Certes, Nous avons honoré les fils d'Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures. »

          Or il faut noter ici rapidement que la sainteté et l'ennoblissement total pouvait dans un sens tout de même être obtenus par les communautés précédentes, puisque la sainteté et l'ennoblissement total c'est agir dignement en permanence pour honorer le Seigneur et ne pas avoir de péchés grâce au repentir quel que soit le niveau de religion révélée, c'est à dire le nombre de règles d'adoration.
En revanche il est important de comprendre que le Seigneur étant Suprême par des attributs tels que L'Absolu, le Souverain, l'Omniscient et l'Omnipotent, Il a la capacité de créer l'excellence, et par conséquent le Prophète Mouhamed (SBDSL) est définitivement la meilleure de toutes les créatures pour l'éternité et donc évidemment la prioritaire à suivre, puisque ayant reçu la fin et donc la révélation complète synonyme de l'adoration permanente, son mode de vie reflète bien un ennoblissement maximal similaire à celui du Seigneur, établissant en plus la preuve précieuse d'un rapport authentique entre son excellent statut unique suprême (SBDSL) et l’excellente divinité unique suprême à son origine.
En effet, l'islam reconnaissant clairement que le Prophète (SBDSL), ayant connu l'ennoblissement maximal par preuve donc de la révélation progressive depuis Adam se concluant par lui mais aussi de la révélation coranique progressive sur 23 ans, est la meilleure des créatures puisque reflétant la mieux l’excellente valeur spirituelle divine, l'affirmation précisant qu'Allah s'est ennobli suprêmement est donc légitime, car telles toutes les pièces d'un puzzle collant logiquement entre elles, de nombreux autres enseignements de vérités morales se vérifient mutuellement dans la religion et par la raison comme ça sera encore le cas dans divers autres passages de ce site :
(ExtS39v55) « Dis : « Et suivez la meilleure révélation (complète et donc excellente) qui vous est descendue de la part de votre Seigneur, »
(ExtS39v17/18) « Annonce la bonne nouvelle à Mes serviteurs qui prêtent l'oreille à la Parole, puis suivent ce qu'elle contient de meilleur (prouvant la possibilité de recherche du mieux dont ce qui suit). Ce sont ceux-là qu'Allah a guidés et ce sont eux les (plus) doués d'intelligence ! »

          Ainsi en plus de l'ennoblissement maximal de l'homme, le Prophète (SBDSL) représente également l'ennoblissement final et maximal de toute la Création en particulier pour ceux qui peuvent imiter son mode de vie, comme le prouve aussi son nom associé à celui d'Allah dans l'attestation de foi écrite sur le Trône divin induisant bien encore son rang de meilleure créature et la valeur suprême qu'est l'ennoblissement maximal similaire au Créateur. Alors grandement merci à Allah de partager avec les musulmans cette glorieuse valeur suprême qu'est l'ennoblissement maximal.
          Par conséquent il est clair que par assujettissement toute la création est en rapport avec le rôle moral de l'homme dont principalement Adam et Eve, Noé, Abraham, Jésus, puis Mouhamed et le Mahdi.
          L'opportunité de pouvoir imiter Mouhamed (SBDSL), le dernier Messager d'Allah, donne donc aux musulmans une inestimable bénédiction, et logiquement à sa communauté la préférence divine surtout car elle a inévitablement reçu la très honorable responsabilité de la noble transmission du message divin depuis la mort de cet ultime Prophète. A ce sujet il ne faut pas croire que la prédication est difficile puisqu'il suffit de visiter les gens en les invitant à la mosquée pour les prières obligatoires, de leur lire le Coran et des hadiths, ou de partager des repas, surtout en se rappelant que selon divers hadiths des milliers d'anges demandent la bénédiction divine pour ces moments :
(S3v104) « Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. »
(S3v110) « Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre (Bible) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d'entre eux sont des pervers. »

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Transmettez de ma part ne serait-ce qu’un seul verset » (Boukhari)
(ExtS16v125) « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. »
(Extrait du sermon d'adieu du Prophète) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Ô musulmans, écoutez moi et soyez raisonnables. Vous savez que les musulmans sont frères. Un musulman n'a droit qu'à la part des biens de son frère qu'il lui cède de plein gré. Ne soyez pas injustes envers vous mêmes. Ai-je bien transmis le message ? Vous comparaîtrez un jour devant Dieu, c'est pourquoi vous devrez éviter de vous égarer et de vous entretuer après ma mort. Que ceux qui sont ici présents transmettent ce message aux absents, ils le comprendront peut être mieux que ceux qui l'auront écouté. Vous serez interrogés à mon sujet, que direz vous alors ? » Et la foule de répondre : « Nous certifions que tu nous a communiqué ton message, que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils. » (URA)
(S41v33) « Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait bonne oeuvre et dit : Je suis du nombre des Musulmans ? »
(S74v2/3) « Lève-toi et avertis. Et de ton Seigneur, célèbre la grandeur. »
(S4v95/96) « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux - sauf ceux qui ont quelques infirmités - et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d'Allah (pour propager la religion). Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d'excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense (Paradis), et Allah (y) a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense (supérieure), des grades de supériorité de Sa part ainsi qu'un pardon et une miséricorde. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
(S7v181) « Parmi ceux que Nous avons créés, il y a une communauté qui guide (les autres) selon la vérité et par celle-ci exerce la justice. »

Selon Ali (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Il n'est pas un musulman qui rend visite le matin à son frère (ou à quelqu'un pour le prêcher) sans que soixante-dix mille anges prient sur lui jusqu'au soir. Et s'il lui rend visite le soir, soixante-dix mille anges prient sur lui jusqu'au matin et il aura à sa disposition au Paradis des fruits fraichement cueillis. » (Tirmidhi)