Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

Z) Fin


Cette voix de l’élite cognitive juive, se faisant passer pour la voix de Dieu, exerçait et exerce toujours le même genre d’autorité charismatique et irrationnelle sur ses victimes que la voix de l’hypnotiseur sur ses sujets hypnotisés. Les premières victimes de cette « hypnose » étaient des juifs n’appartenant donc pas à l’élite. Mis en transe par le récit puissant de l’élite cognitive, ils se sont soumis à l’autorité de leurs prêtres, rabbins et scribes de la même manière qu’un sujet hypnotisé se soumet à l’hypnotiseur. L’élite tribale juive a créé « un peuple qui demeure séparé » en isolant leurs sujets, en encourageant l’endogamie et en les forçant par la terreur à s’isoler des goyims au lieu de les inviter au monothéisme. Or à travers la gestion de la crise sanitaire du covid, l’élite mondialiste se prétendant juive traite aussi le peuple israélien comme de vulgaires goyim.
Comme le montre Guyénot, l’élite cognitive juive a hypnotisé une grande partie du monde en lui faisant croire que leur dieu tribal Yahvé – représentant de l’autorité et des intérêts de cette même élite – était le Seigneur et le Créateur de l’univers entier. L’équivoque délibérément entretenue par l’ancienne élite juive entre le chauvinisme tribal de Yahvé et sa prétention à l’universel, n’est pas sans rapport avec la présentation équivoque de la judéité, par l’élite juive d’aujourd’hui, tantôt comme religion, tantôt comme ethnie (selon la version qui sert le mieux l’intérêt de l’élite juive en fonction des circonstances). Les juifs et les goyims qui ne font pas partie de l’élite acceptent ces contradictions avec la même passivité que des sujets hypnotisés acceptent les ordres d’un maître hypnotiseur. Surtout qu'avec les écrans numériques souvent synonyme de divertissements massifs hypnotiques, le conditionnement de la population est encore plus facile. D'autant plus que par diverses publicités dont souvent à travers leurs intonations utilisées, par les chaînes d'information de plus en plus moralisatrice dans le progressisme ou par diverses autres causes comme la télé-réalité, l'infantilisation voire l'abrutissement et donc le rabaissement intellectuel et donc la soumission des peuples par le système s'amplifient. Surtout que que l'abrutissement médiatique se répandant diminue le champs lexical (le vocabulaire) de nombreux gens en les faisant donc arrêter de penser, puisque lorsqu'on a pas les mots, il est impossible d'articuler des idées même si leur conception est bonne. Cette infantilisation de la société se perçoit clairement dans diverses publicités, mesures sanitaires et campagnes télévisuel de prévention. La connaissance est un processus critique actif et un combat permanent contre l’éternelle paresse et les facilités du divertissement dans lesquels le système cherche à nous faire sombrer, que ce soient les sociétés commerciales pour nous vendre leur camelote ou les gouvernements pour nous asservir et nous contrôler. Voir vidéo à l'adresse : Comment s'est-on fait prendre au piège ? Ingénierie sociale et manipulation des foules/ : https://www.youtube.com/watch?time_continue=584&v=m5QgeTxaTXE&feature=emb_title
Le but poursuivi par une certaine élite juive visant à soumettre le monde par l’hypnose était déjà apparent vers 1 500 ap JC, lorsque le sionisme messianique d’Isaac Abarbanel a tracé le plan pour la création de l’État d’Israël plus de quatre siècles plus tard, et pour la guerre apocalyptique entre musulmans et chrétiens que cela déclencherait. Pour comprendre la signification du projet d'Abarbanel, nous devons nous rappeler que la pensée messianique juive a toujours attendu la venue du Messie, considéré faussement comme un roi et un chef de guerre qui mènera les juifs à un triomphe militaire sur toutes les autres tribus (les goyims) et instituera 1 000 ans de Pax Judaïca dont le début pourrait être le grand reset synonyme de fin du capitalisme libéral (fin de la pax americana ayant commencé  en 1918 ou 1945 mais ayant été en réalité le plus souvent en guerre, possiblement aussi lorsque le dollar aura perdu son statut mondial de monnaie de réserve), alors que ces mille ans évoquent le possible règne de Jésus à son retour. Or cette pax judaïca ne durera ou est en train de durer que 20 ans, car ces 1 000 ans concerne possiblement en réalité de le temps de règne de Jésus à son retour (ce qui signifierait que la mise en place tyrannique du pervers voire satanique nouvel ordre mondial de l'antichrist est probablement l'ultime grande épreuve pour l'humanité puisque Jésus doit revenir pour gouverner, voir article « Met Gala 2021 : une démonstration publique d’occultisme et de sociopathie élitaire » prouvant que le monde de la mode est devenu la matrice toxique de la dictature écologiste, woke et ploutocratique à l'adresse https://strategika.fr/2021/09/21/met-gala-2021-une-demonstration-publique-doccultisme-et-de-sociopathie-elitaire/), alors que ces mille ans évoquent le possible règne de Jésus à son retour. Or cette pax judaïca qui durera ou est en train de durer 20 ans devient aussi possible si Israël dont via les Etats-Unis prend un grand contrôle sur l'électronique et internet dont par le monopole acquis par l'achat de la plupart des serveurs. Évidemment, leur messianisme illégitime provient de leur rejet absolu gravement erroné de la doctrine chrétienne et musulmane affirmant que Jésus fils de Marie est bien le Messie, surtout qu'il apporta pourtant en quelque sorte une pax mondiale liée aux chrétiens puis aux musulmans ayant suivi le Prophète (SBDSL) ayant suivi le Saint Esprit de Jésus (paix sur lui).
          Abarbanel fut donc une figure clé du tournant hérétique et satanique du millénarisme juif, puisque marquant la transition de l’orthodoxie juive traditionnelle selon laquelle Dieu seul instituerait l’âge messianique sans aide humaine, à la doctrine sioniste selon laquelle les juifs devaient « forcer la main de Dieu » en reprenant Jérusalem et conquérant le monde eux-mêmes, au moyen s’il le faut de magie noire kabbalistique, de complots sournois, de gros mensonges, de meurtres de masse, d'armes de guerre, d’usure également comme arme de guerre, de chantages par la pédophilie et d’autres abominations.
Aujourd’hui, Naturei Karta et d’autres juifs traditionnels véritablement orthodoxes considèrent légitimement le sionisme comme une hérésie satanique. Mais la plupart des communautés juives du monde et les populations dont ils dominent les médias ont été hypnotisées afin de mordre dans l’oignon pourri qui pue le sionisme tout en pensant qu’il s’agit d’une pomme fraîche et délicieuse. Arbanarel a recommandé aux juifs de retourner en masse en Terre sainte et d’orchestrer une guerre apocalyptique entre chrétiens et musulmans. Après que les chrétiens et les musulmans auront fini de se détruire, Abarbanel prophétisa que les juifs – sous le commandement de leur Messie – régneraient sur le monde depuis Jérusalem.
Plus d’un siècle après qu’Abarbanel ait jeté les bases du Choc des Civilisations, la pré-incarnation du faux-messie juif qu'est Sabbatai Zevi – dont la carrière a connu son apogée en 1666 – a donné naissance à la première vague de sionisme politique et populaire en persuadant un grand nombre de juifs d’émigrer en Terre sainte. La pensée de Zevi a été reprise au siècle suivant par Jacob Frank (1726-1791) qui a codifié la folie de Zevi dans la doctrine de la « purification par la transgression » pour hâter la venue du Messie puisque devant apparaître dans une époque de troubles moraux et donc plus seulement avec des actes de dévotions : la notion donc selon laquelle les individus et les communautés devraient « religieusement » commettre des crimes sexuels, des grandes corruptions et d’autres abominations. Des rumeurs de magie noire kabbalistique, de sacrifices humains et de pratiques sexuelles bizarres ont entaché les Frankistes, qui – selon des intellectuels juifs tels que le journaliste d’investigation Barry Chamish, le rabbin Marvin Antelman ou d'autres intellectuels – étaient à la fois à l’origine de la monnaie fiduciaire libérale des Rothschild, du communisme et même du nazisme. Pris ensemble, le capitalisme des Rothschild et le communisme marxiste ayant permis la recréation impie de l'Etat d'Israël suite au nazisme forment donc une sorte de double-coup dialectique athée hégélien au service du projet plus vaste qu'est le millénarisme juif matérialiste sécularisé. Ainsi alors même qu’elles « hypnotisaient le monde » en ayant participé aux massacres du peuple juif lors de la shoah et en le divisant en camps capitalistes et communistes, les élites juives hérétiques préparaient le terrain pour le sionisme, et selon le plan Abarbanel, pour la guerre apocalyptique ultime entre chrétiens et musulmans menant à la tyrannie planétaire du Messie juif (Antéchrist, Faux Messie).
Bible (Esaïe 49:17) « Tes destructeurs et tes bourreaux sortent de toi. »
D'ailleurs le président d'Israël et celui de Pfizer ont déclaré qu'Israël était le laboratoire de l'occident pour lutter contre le covid (alors que pour trouver en réalité comment pérenniser la crise sanitaire dans un niveau maîtrisable permettant de changer de paradigme).
La plupart des juifs ont tendance à appliquer cette observation divine aux dissidents juifs, mais l’histoire juive peut au contraire suggérer que ce sont les dirigeants juifs acceptés, tant politiques, spirituels que religieux, qui ont souvent conduit leur peuple sur les chemins les plus désastreux et les plus tragiques.
Bien que la prophétie attribuée à Albert Pike à la fin du 19e siècle sur les trois guerres mondiales orchestrées par la franc-maçonnerie et le sionisme soit peut-être apocryphe, la forte implication de l’élite franco-juive dans la Première et la Seconde Guerre mondiale et dans le choc des civilisations a été décrite de manière convaincante dans les quatre derniers chapitres du livre de Guyénot, From Yahweh to Zion.
Ainsi le plan visant à entraîner la civilisation laïque post-chrétienne dans une guerre mondiale contre la civilisation musulmane, déclenché le 11 septembre 2001, est en quelque sorte une affaire de la famille Netanyahou réalisant le projet d'Arbanarel.
Le journaliste Ron Unz avait dit que c’est le Mossad qui a commis les attentats du 11 septembre 200, mais Israël Shamir reste réticent à accorder autant de crédit au Mossad (seul et doit être lié à  à la CIA, des évangélistes, et des wahhabites). Selon Shamir : « Celui qui a commis l’attaque du 11 septembre 2001 a fait preuve d’audace et a apporté beaucoup de plaisir au monde abusé par les États-Unis. La grande majorité de l’humanité a apprécié de voir ses agresseurs frappés au cœur. Oui, la conséquence du 11 Septembre, la « guerre contre la terreur », a été horrible, mais les mêmes coupables de celle-ci auraient pu la déclencher avec un prétexte moins spectaculaire, ou sans prétexte aucun. Certes, l’histoire officielle du 11 Septembre est invraisemblable, mais pas plus invraisemblable que celle du Covid-19... »  Voici ce qu'il écrivait en 2001 : « Comme les quatre cavaliers de l’Apocalypse, les kamikazes inconnus ont foncé dans leurs vaisseaux géants sur les deux symboles visibles de la domination mondiale américaine, Wall Street et le Pentagone. Ils ont disparu dans les flammes et la fumée, et nous ne savons pas encore de qui il s’agissait. Il pourrait s’agir de n’importe qui : des nationalistes américains, des communistes américains, des chrétiens fondamentalistes américains, des anarchistes américains, parmi tous ceux qui rejettent les dieux jumeaux du dollar et du MI6, qui détestent la bourse et les interventions à l’étranger, qui rêvent d’une Amérique pour les Américains, qui ne veulent pas soutenir la volonté de domination mondiale. Il pourrait aussi s’agir d’Amérindiens qui retournent à Manhattan ou d’Afro-Américains qui n’ont toujours pas reçu de compensation pour l’esclavage. Il peut s’agir d’étrangers de pratiquement toutes les origines, car Wall Street et le Pentagone ont ruiné la vie de tant de gens dans le monde entier. Les Allemands se souviennent de l’holocauste de Dresde, avec ses centaines de milliers de réfugiés pacifiques incinérés par l’armée de l’air américaine. Les Japonais n’oublieront pas l’holocauste nucléaire d’Hiroshima. Le monde arabe ressent encore l’holocauste rampant de l’Irak et de la Palestine. Les Russes et les Européens de l’Est ressentent la honte de Belgrade vengée. Les Latino-Américains pensent aux invasions américaines du Panama et de Grenade, au Nicaragua détruit et à la Colombie défoliée. Les Asiatiques comptent leurs morts de la guerre du Vietnam, des bombardements du Cambodge, des opérations de la CIA au Laos par millions. Même un présentateur de télévision russe pro-américain n’a pu s’empêcher de dire que « maintenant, les Américains commencent à comprendre les sentiments de Bagdad et de Belgrade ». Les cavaliers de l’Apocalypse, ce peut être n’importe qui ayant perdu sa maison au profit de la banque, ayant été écarté de son travail et mis au chômage de façon permanente, ayant été déclaré « Untermensch » par le nouveau Herrenvolk. Il peut s’agir de Russes, de Malaisiens, de Mexicains, d’Indonésiens, de Pakistanais, de Congolais, de Brésiliens, de Vietnamiens, car leur économie a été détruite par Wall Street et le Pentagone. Ils pourraient être vous et moi, car ils sont tout le monde. Leur identité n’a aucune importance car leur message est plus important que leur personnalité, et leur message se lit haut et fort dans le choix des cibles.  Si j’étais musulman, je préférerais attribuer le 11 Septembre à des héros musulmans plutôt qu’à des escrocs juifs. Il s’agit essentiellement de savoir si vous approuvez l’exploit en question. Si vous l’approuvez, ou du moins le tolérez, vous pouvez dire qu’il a été commis par des musulmans intrépides. Si vous ne l’approuvez pas, vous pouvez penser qu’il a été commis par des agents du Mossad qui, de toute façon, font toutes sortes de choses horribles. La vérité, c’est important, mais la narration autour de celle-ci, c’est précieux. »
          Pour revenir à la question de l’hypnose, il est évident que les élites juives ont joué un rôle important dans la découverte et la manipulation de l’esprit inconscient. Par cela, les élites juives cherchent à faire reconnaître le peuple juif comme le plus opprimé de l'Histoire afin de bénéficier de cette position même malhonnêtement. Et pour que les goys comprennent bien le message, ces élites juives ont utilisé leur extraordinaires richesses, leur quasi monopole sur les masses médias, leur influence politique massive et leur censure des points de vue alternatifs. La découverte de l’inconscient par Sigmund Freud a été transformée en arme par son neveu Edward Bernays et aussi instrumentalisée dans les « relations publiques », afin de manipuler directement l’inconscient des peuples dans un processus rappelant l’hypnose de masse, comme donc à travers la victimisation éternelle du peuple juif suite à la shoah et ainsi le chantage à l'antisémitisme entretenus par les grands médias pour faire passer en force le mondialisme et son profit.
Une partie de la haine correspond à un aspect de la victimisation. La victimisation des juifs donne la lutte contre l’anti-sémitisme et donc la haine envers toute personne critique de l'Etat d'Israël. La victimisation des femmes donne le féminisme et donc la haine contre toute personne revendiquant la famille traditionnelle. La victimisation des homosexuels devient la lutte et donc la haine envers toute personne valorisant l'hétérosexualité. La victimisation des colonisés donne la lutte contre le racisme et donc la haine envers toute personne recherchant le patriotisme.
Or il faut noter que telle l'ingérence Etats-unienne à travers le monde par leur puissance financière et militaire de plus en plus contestée, en déstabilisant divers partis politiques à travers le monde en les accusant d'antisémitisme appuyés par les grands médias, l’emprise du judéo-sionisme sur les structures politiques et les esprits du monde occidental connaît un certain fort reflux. Ceci explique pourquoi les organisations et intellectuels juifs sionistes de droite s’appuient ces dernières années en Occident sur le philosémitisme national de droite pour contrer l’antisionisme social de gauche.
En réalité, les contributions de Bernays (et de Freud) n’étaient pas originales. En effet, elles doivent plutôt être considérées comme des versions modernes des techniques de contrôle de l’esprit vieilles de plusieurs siècles basées sur la « magie » kabbalistique, telles que décrites dans « Eros and Magic in the Renaissance » de Ioan Couliano. Il faut noter que la révélation de ces secrets kabbalistiques par Couliano lui a peut-être coûté la vie, puisqu'il a été assassiné dans des toilettes de l’Université de Chicago, cette Mecque des néoconservateurs, c'est à dire des gens prétendant défendre le judaïsme alors que servant à le faire dominer le monde d'abord par la laïcité matérialiste et l'utilisation de puissances (nations) étrangères avant de le resacraliser officiellement en Israël.
L’hypnose est basée sur la répétition : vous regardez la montre qui se balance d’avant en arrière, d’avant en arrière, d’avant en arrière, ou la cuillère qui tourne, tourne, tourne autour de la tasse, et vous entrez en transe hypnotique. Lewis Carroll résume admirablement l’équivalent verbal de ce type de répétition hypnotique : « Ce que je vous dis trois fois est vrai. »
C’est pourquoi les téléspectateurs du 11 septembre 2001, stupéfiés à coup d’images traumatiques, ont subi des centaines de rediffusions d’avions pénétrant dans des bâtiments, d’avions pénétrant dans des bâtiments, d’avions pénétrant dans des bâtiments, puis de bâtiments explosant en nuages ​​pyroclastiques, de bâtiments explosant en nuages ​​pyroclastiques, de bâtiments explosant en nuages ​​pyroclastiques, tandis qu’un défilé sans fin de têtes parlantes scandait « Pearl Harbor, Pearl Harbor, Pearl Harbor » et « Ben Laden, Ben Laden, Ben Laden ». En faisant concentrer sur une seule chose (un son régulier ou une image), l'hypnose peut faire passer des injonctions subliminales que l'on pourrait éventuellement refusé sans cela. On ne peut imaginer un exemple plus honteux d’opération d’hypnose de masse, en particulier car il s'agit d'une attaque sous faux drapeau ou de connivence. Et si autant de gens se vaccinent, c’est que le monde est encore victime d’une énorme hypnose collective. Ce que l’on observe avec l’hypnose de masse, c’est qu’une grande partie de la population est totalement incapable de traiter de nouvelles données et faits scientifiques démontrant qu’elle a été induite en erreur sur l’efficacité et les effets nocifs de l’utilisation obligatoire du masque, des enfermements et des vaccins génétiques qui obligent le corps à fabriquer de grandes quantités de protéine Spike de coronavirus biologiquement active. C'est pourquoi il faut aussi faire attention aux cartes météorologiques alarmant les populations avec uniquement du rouge de plus en plus foncé en fonction de la chaleur, afin d’éviter de se faire manipuler par d’éventuelles futures mesures liberticides en faveur du climat concernant nos déplacements, voyages et dépenses énergétiques. On a l’impression que si un ministre ou un président disait aujourd’hui aux foules « on vous a bien arnaqués », la majorité des gens ne réagirait pas, ne comprendrait même pas ce message pourtant très primaire. C’est pourtant ce qu’il se passe ! Quand ce sont les réprouvés, les mal-pensants, les résistants qui le disent, cela ne passe naturellement pas, ça provoque une réaction de défense bien naturelle. Quand ce sont des oligarques, ça ne peut pas être compris, car cela crée un bug entre la croyance en l’autorité et la parole officielle. Un oligarque ne peut pas mentir, sinon tout s’effondre, un monde s’écoule.
Bien souvent le véritable objectif de la transe hypnotique n’est pas ce qui se passe pendant la session d’hypnotisme, mais les changements futurs de comportement induits par la suggestion post-hypnotique : le fumeur arrête de fumer, la personne grosse perd du poids ou le sujet de MK-Ultra tire avec une arme à feu sur Robert Kennedy, sans la moindre idée de ce qu’il fait ou pourquoi, parfois après avoir aussi subi un lavage de cerveau synonyme de programmation mentale avec du LSD (drogue terriblement forte dans ses effets physiques et ses hallucinations puisque arrivant dans un sens à faire pénétrer la conscience encore éveillée dans l'imagination du sommeil et donc faisant croire que tout provient de l'esprit, et donc perdre la foi, et donc des dégâts qualifiables de bombe atomique spirituelle et de possible représentation du faux messie ou/et de la Bête). L’opération d’hypnose de masse du 11 Septembre, analysée avec l’aide de Douglas Rushkoff (un utopiste juif) comme exemple classique de coercition, avait pour but de faire de l’islamophobie la principale suggestion post-hypnotique, au service d’un Choc des civilisations dont le principal bénéficiaire serait le sionisme. Surtout que le racisme antimusulman est de rigueur, mais le simple humour sur les juifs et même sur les sionistes est interdit, et vaut toutes les relégations, toutes les répressions. Lire à ce sujet l'article : « Déconstruire l’islamophobie » du sakerfrancophone à l'adresse : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Deconstruire-l-islamophobie-57337.html
Et « Dans l’ère covidienne, en France, l’hypnotiseur est le pouvoir, à savoir l’État, l’appareil médiatico-politique et ses relais aux ordres de l’oligarchie, et l’hypnotisé est le peuple français. (Mais cette état de sidération traumatique s'estompe avec le temps). » (extrait de l'article « Tyrannie sanitaire et folie collective – Youssef Hindi » à l'adresse https://strategika.fr/2021/12/09/tyrannie-sanitaire-et-folie-collective/)
Il faut espérer qu’un certain nombre de lecteurs aveuglés d’unz.com et d'autres sites vont finir par comprendre qu’ils sont sous l’influence néfaste de cette suggestion post-hypnotique en se déprogrammant eux-mêmes.
Lorsque quelqu’un comme Ilhan Omar (qui a subi un traumatisme horrible à la suite du plan sioniste déclenché par le 11 Septembre, visant à détruire « sept pays en cinq ans » selon la vidéo de l'ancien général des armées Wesley Clark, dont son pays natal la Somalie) voit les États-Unis, une nation de 300 millions d’habitants, travailler avec obéissance pour le petit Israël comme une sorte de golem zombie, on comprend pourquoi le mot « hypnose » est entré dans son esprit et sur son compte Twitter. Ainsi qu'il a été montré, sa métaphore de l’hypnose est à la fois éclairante et appropriée, surtout que les médias et l'industrie du cinéma qu'est Hollywood y participent incontestablement comme à travers le monde. En effet à travers des films d'anticipation, cette industrie cinématographique permet même de PREPARER les peuples à diverses évolutions mondiales servant les intérêts des oligarchies corrompues. De plus à travers de nombreux clips, séries et films, d'évidents messages subliminaux sataniques envers les jeunes augmentent sans arrêt. En conclusion, une précision va de soi : il est évident que les élites juives ne sont pas les seules personnes impliquées dans le secteur de l’hypnose de masse. Tous les gouvernements et toutes les entreprises hypnotisent leurs sujets et leur personnel pour obtenir d’eux une obéissance loyale dont évidemment par la télévision. Toute religion implique un degré d’hypnose de masse ; et le mysticisme, le cœur de la religion, implique un certain degré d’auto-hypnose. Et même les parents hypnotisent régulièrement leurs enfants pour les endormir par des histoires répétitives. Une partie de tout cela est normal et sain, comme le prouve le Coran en nous invitant au rappel religieux fréquent. Ce qu'il faut comprendre, c’est que d'abord pour leur profit puis pour un prétendu messianisme impie autorisé, les élites juives ont eu un succès inhabituel dans l’utilisation de la manipulation hypnotique de masse, puisque particulièrement efficace à travers leur manière énormément immorale et destructrice.
Dans ce sens sur internet, les sentinelles surveillant les dérives du système et les lanceurs d'alerte concernant les grandes corruptions deviennent souvent comme les prédicateurs religieux des apôtres supplémentaires de la justice et de la noblesse que les journalistes des grands médias ont délaissées. La plupart des hommes honorables cités dans ce site sont noblement pour la droite des valeurs (monothéistes, famille traditionnelle, classe moyenne productive) et pour la gauche du travail (ouvriers urbains et ruraux produisant des biens, idée similaire au véritable christianisme et au véritable socialisme pouvant donc s'unir puisque ayant des valeurs communes) et contre la droite du travail (finance amorale dominant sans conscience, bourgeoisie cosmopolite faisant travailler perversement l'argent sans rien produire, s'enrichissant donc sur le travail des autres et pouvant même aller jusqu'à spéculer gravement sur les matières premières alimentaires, s'éloignant de la droite souverainiste authentique) et contre la gauche des valeurs (libertaires, sociétales, s'éloignant de la solidaire gauche sociale authentique).
En effet face à une fausse opposition entre la gauche et la droite destinée à cacher l'alliance véreuse de la "droite financière" avec la "gauche libertaire", seule une union juste et équilibrée de la "gauche ouvrière" et de la "droite morale" peut constituer une opposition efficace.
          Toutes ces analyses de plus en plus dénoncés par une précieuse libération de la parole du peuple montrent que ces lobbyistes sans règle morale sont bien les nouveaux barbares contre la civilisation. En effet, les barbares ne sont-ils pas en réalité ceux qui prennent l’argent du travail d’autrui ? Détruisent les moyens de production ? Poussent les populations à la misère ? Broient les identités culturelles ?
« Plus folle et totalitaire que jamais, entre ses guerres, ses vaccins, ses Reset et ses chasses au petit blanc, la démocratie occidentale nécessite une cure de jouvence libertarienne – et surtout un petit rappel du Maître (Jouvenel donc) qui se rend compte comme Hayek vers 1944-45 que quelque chose va mal au pays des libertés privées et publiques. Le grand chapitre de Du pouvoir est selon moi celui sur la démocratie totalitaire. Comment se fait-il qu’en termes de tyrannie, règles, lois, guerres et conquêtes (coloniales ou autres), la démocratie puisse tout se permettre ? Réponse : le droit de vote. Bitru supporte tout depuis qu’on lui a donné le droit de vote – à commencer par la conscription et la guerre ad mortem contre les « tyrans ». Jouvenel cite Taine (voyez mes textes sur cet auteur extraordinaire) : « Sous les menaces et les souffrances de l’invasion, observe Taine, le peuple a consenti à la conscription : Il la croyait accidentelle et temporaire. Après la victoire et la paix, son gouvernement continue à la réclamer: elle devient permanente et définitive; après les traités de Lunéville et d’Amiens, Napoléon la maintient en France ; après les traités de Paris et de Vienne, le gouvernement prussien la maintient en Prusse. » La gangrène française a gagné le monde : « De guerre en guerre, l’institution s’est aggravée : comme une contagion elle s’est propagée d’État en État; à présent elle a gagné toute l’Europe continentale, et elle y règne avec le compagnon naturel qui toujours la précède ou la suit, avec son frère jumeau, avec le suffrage universel, chacun des deux plus ou moins produit au jour et tirant après soi l’autre, plus ou moins incomplet ou déguisé, tous les deux conducteurs ou régulateurs aveugles et formidables de l’histoire future, l’un mettant dans les mains de chaque adulte un bulletin de vote, l’autre mettant sur le dos de chaque adulte un sac de soldat… » Taine entrevoit les charniers de Quatorze et de quarante : « …avec quelles promesses de massacre et de banqueroute pour le Xxème siècle, avec quelle exaspération des rancunes et des défiances internationales, avec quelle déperdition du travail humain, par quelle perversion des découvertes productives, par quel recul vers les formes inférieures et malsaines des vieilles sociétés militantes, par quel pas rétrograde vers les instincts égoïstes et brutaux, vers les sentiments, les moeurs et la morale de la cité antique et de la tribu barbare, nous le savons… »  Ensuite il y a un problème : en démocratie ce n’est jamais le peuple qui décide ou qui gouverne ; Jouvenel cite aussi Montesquieu : « Comme dans les démocraties le peuple paraît faire à peu près ce qu’il veut, on a mis la liberté dans ces sortes de gouvernements, et on a confondu le pouvoir du peuple avec la liberté du peuple. » Il en tire vite une conclusion essentielle ; la souveraineté du peuple est une fiction. « Cette confusion est le principe du despotisme moderne. On peut, par des institutions sagement combinées, assurer la garantie effective de chaque personne contre le Pouvoir. Mais il n’y a point d’institutions qui permettent de faire concourir chaque personne à l’exercice du Pouvoir, car le Pouvoir est commandement et tous ne peuvent commander. La souveraineté du peuple n’est donc qu’une fiction et c’est une fiction qui ne peut être à la longue que destructive des libertés individuelles. »  Jouvenel est un nostalgique subtil de la royauté traditionnelle : « La volonté royale était connue pour celle du personnage couronné, de son favori, de son ministre: elle était par là humaine et particulière, de plain-pied avec les autres volontés. La volonté du Pouvoir démocratique se dit générale. Elle accable chaque individu sous le poids de la totalité des individus qu’elle représente, et opprime chaque intérêt particulier au nom d’un intérêt général qui s’incarne en elle. » En démocratie ce qui dirige, c’est l’abstraction, c’est le tout : « La fiction démocratique prête aux régents l’autorité du Tout. C’est le Tout qui veut, c’est le Tout qui agit. » La royauté protégeait les pouvoirs locaux. Cet heureux temps n’est plus, comme dit Racine – qui n’avait pas vu Bruxelles ou Washington. A ce sujet Jouvenel cite aussi Tocqueville : « Les vieux pouvoirs locaux disparaissent sans se rajeunir ou être remplacés par rien, et partout à leur place le gouvernement central prend la direction des affaires. Toute l’Allemagne donnerait plus ou moins le même spectacle, je puis dire tout le continent. Partout on sort de la liberté du Moyen Age, non pour entrer dans la liberté moderne mais pour retourner au despotisme antique, car la centralisation, ce n’est autre chose que l’administration de l’empire romain modernisée. » Lettre à H. de Tocqueville dans OEuvres, t. VII, p. 322-323. Dès le début de la Révolution on va tout balayer. Jouvenel cite Sieyès :  « La France ne doit point être un assemblage de petites nations qui se gouverneraient séparément en démocraties, elle n’est point une collection d’États; elle est un tout unique, composé de parties intégrantes; ces parties ne doivent point avoir séparément une existence complète parce qu’elles ne sont point des touts simplement unis, mais des parties formant un seul tout. Cette différence est grande, elle nous intéresse essentiellement. Tout est perdu si nous nous permettons de considérer les Municipalités qui s’établissent, ou les Districts ou les Provinces, comme autant de républiques unies seulement sous les rapports de force et de protection commune. » La chasse aux centrifuges (la Vendée…) commence et la démocratie génocidaire sait s’illustrer : « Tout pouvoir fait nécessairement la guerre aux tendances centrifuges. Mais la conduite du Pouvoir démocratique offre des particularités remarquables. Il se présente comme venant libérer l’homme des contraintes que faisait peser sur lui l’ancien Pouvoir, issu plus ou moins directement de la conquête. Pourtant la Convention guillotine les fédéralistes, le Parlement d’Angleterre écrase, sous des répressions qui sont parmi les plus sanglantes de l’Histoire, le séparatisme national irlandais, le Gouvernement de Washington déchaîne une guerre telle que l’Europe n’en avait pas encore vu pour étouffer les tentatives des États du Sud de s’organiser en corps séparé. Faut-il citer encore l’action de la République espagnole en 1934 contre la volonté d’indépendance catalane? » Voilà pour la cruauté démocratique. Ensuite, il y a le fait que le peuple n’a pas le pouvoir et que certains n’auraient pas dû attendre la réélection de Macron pour le savoir :  « Loin que le peuple soit seul auteur des lois, il ne lui est même pas permis de se prononcer sur les plus générales, qui affectent le plus profondément son existence. Quoiqu’il existe un mode de consultation populaire, le référendum, qui a fait ses preuves en Suisse, le Pouvoir démocratique n’a garde d’y recourir. » On fait la chasse au local et au particulier (cf. le social-corporatisme de Minc) : « Le vocable même d’intérêt particulier est alors devenu et demeuré une manière d’injure, évolution du langage qui reflète, pour peu qu’on y réfléchisse, la perpétuelle mobilisation de l’opinion sociale contre les fractions constituantes de la communauté. » Comme chez Platon (voyez mes textes sur Bloom et Platon), l’avilissement démocratique débouche sur la tyrannie : « L’Autorité n’est plus alors qu’un enjeu, elle perd toute stabilité, toute considération. Le caractère de ceux qui l’exercent va sans cesse s’abaissant jusqu’à ce qu’enfin le Palais du Commandement ait un occupant qui décide de ne point s’en laisser chasser: c’est le tyran. » Et puis il y a un problème : la démocratie a une élite de gens très occupés par les fonctions et les commissions et cette élite méprise le peuple « pas assez éclairé » depuis toujours ; cette fois Jouvenel cite Kant : « Le philosophe rangeait parmi les passifs « tous ceux qui pour la conservation de leur existence, leur nourriture ou leur protection, dépendent d’un autre particulier », c’est-à-dire qu’il aurait refusé le droit de vote à tout le personnel salarié d’une usine. Ce n’est pas, chez d’autres penseurs, l’indépendance mais le loisir qui est le critère des droits civiques. Et ici l’on sent l’influence d’Aristote: c’est le loisir de réfléchir aux affaires publiques qui fait le citoyen, point de loisir point de citoyen. On trouve chez Sieyès et même chez Rousseau comme un regret honteux des facilités que l’esclavage antique donnait à l’homme libre pour former une opinion éclairée. »  Les parlements dégénèrent très vite (cf. l’actuel, drivé par Mélenchon et Le Pen, qui est presque comique dans sa volonté – on pense au deus otiosus d’Eliade – de ne rien foutre) : « L’avilissement de l’électeur et l’abaissement de l’élu ne sont encore qu’accidentels. Ils vont progressivement devenir systématiques. Des syndicats d’intérêts et d’ambitions se formeront qui, regardant l’assemblée comme une simple attributrice du Pouvoir et le peuple comme un simple remplisseur de l’assemblée, s’ingénieront à capter les suffrages pour investir des députés dociles qui rapporteront à leurs maîtres l’enjeu de toute l’opération; le commandement de la Société. » Jouvenel découvre comme Cochin Ostrogorski qui a très bien décrit la « machine » administrative et politique. Et cela donne quelque chose de déplorable la machine : « C’étaient de grands esprits, les Rousseau, les Jefferson. Les techniciens de la machine n’ont pas de si hautes prétentions; mais ils connaissent l’homme réel, qui veut de la chaleur, de la camaraderie, de l’esprit d’équipe, et qui est capable pour son clan de nobles sacrifices. Fondée sur une psychologie empirique, la machine réduit au néant et au ridicule les prétentions de la philosophie politique. » On reverra le Grand McGinty du génial Preston Sturges à ce sujet.  Toujours aussi implacable Jouvenel ajoute : « Loin d’éveiller la capacité citoyenne chez ceux qui ne la possèdent pas encore, on l’éteint chez ceux qui l’ont acquise. »  Les partis établissent leur tyrannie (voyez nos textes sur Roberto Michels) et Jouvenel établit un parallèle entre démocratie et discipline militaire en citant cette fois Baudelaire : « Pour étouffer la curiosité que peut inspirer un orateur éminent du bord adverse, pour combattre l’envie de s’instruire par la connaissance d’arguments différents, pour anéantir cette gentillesse naturelle qui prédispose l’homme en faveur de son prochain, on fait vibrer la corde du loyalisme. C’est trahison de lire le journal de l’ennemi, de se rendre à ses réunions sinon pour couvrir sa voix et ensuite le réfuter d’après un canevas passe-partout. Car la bataille politique est une véritable guerre. Baudelaire s’étonnait déjà d’y trouver un langage militaire: « L’avantgarde de la démocratie », « à la pointe du combat républicain », et autres. Le poète avait raison. On a transformé les électeurs en soldats, en « militants ». C’est que leurs meneurs sont des conquérants du Pouvoir. »  La politique n’attire donc que les nuls et les soumis – ou les roués : « La machine a commencé d’écarter les intelligences et les caractères. Maintenant ils s’écartent d’eux-mêmes. Le ton et l’allure de l’assemblée vont s’abaissant. Elle perd toute considération. La puissance effective quitte d’ailleurs l’assemblée à mesure que les partis gagnent en consistance et en discipline. Si l’un d’eux dispose d’assez de sièges pour dominer l’assemblée, elle n’est plus qu’une chambre d’enregistrement de ses décisions. Dans ces conditions aucun gouvernement n’est possible que celui voulu par le parti, que celui du parti. » Le résultat c’est (par exemple) la tyrannie de Macron et de son parti : « Ainsi la pratique des partis a fait passer la Souveraineté du Parlement à la Machine victorieuse et les élections ne sont plus qu’un plébiscite par lequel tout un peuple se remet entre les mains d’une équipe. » Magnifique conclusion : « Les citoyens acceptent cette tyrannie et ne la haïssent que trop tard. » On se consolera avec cette dernière observation : « Mais on remarque que là même où la poussée du Pouvoir ne les dépossède point, les citoyens se déchargent eux-mêmes. »  Vive donc Biden, Leyen et Macron. Et une énième guerre exterminatrice pour « faire du monde un lieu sûr pour la démocratie ». » (Article « Bertrand de Jouvenel et la démocratie totalitaire- Nicolas Bonnal »)
« Les tensions internationales, les conflits et les changements qui se produisent dans le scénario mondial démontrent irréfutablement la phase de modification des équilibres de l’ordre international que le monde traverse. On peut dire qu’une nouvelle guerre mondiale a commencé depuis longtemps en raison de la volonté des États-Unis, en tant que superpuissance hégémonique, de maintenir leur leadership perdu sur la scène internationale. Aujourd’hui, les États-Unis cherchent désespérément à maintenir leur leadership par des actions destructrices non seulement contre leurs adversaires, mais aussi contre leurs alliés et ce, dans toutes les directions possibles. Cela est démontré à la fois par les nombreux conflits armés et les agressions dans le monde entier dont les États-Unis sont les instigateurs, et par les sanctions imposées aux pays qui ne veulent pas se plier aux directives de Washington et n’acceptent pas d’être les marionnettes de la superpuissance américaine. Sans compter que ces sanctions sont imposées en violation des normes généralement acceptées et sans l’approbation des organisations internationales. L’élite du pouvoir à Washington est déterminée à faire en sorte que le monde unipolaire le reste à jamais. C’est la meilleure condition pour les hégémonistes, car elle est optimale pour leurs affaires. Les monopoleurs savent qu’il n’y a rien de mieux qu’un monopole assuré pour toujours. Cette condition leur permet d’accumuler de nombreux bénéfices, d’imprimer des dollars à volonté pour financer leur niveau de consommation, de financer leurs guerres et de vivre sur le dos des autres. La campagne massive de propagande et de désinformation menée par les méga-médias du système a fait naître un fort sentiment de « russophobie » en Europe, qui a incité l’UE à répudier tous les accords économiques existants avec Moscou et à suspendre les importations d’énergie en provenance de Russie, ce qui a porté un grave préjudice à la compétitivité du système industriel européen, déstabilisé la situation politique et sociale des pays européens et réduit encore davantage leur compétitivité. Exactement ce que Washington voulait et qui endommage irréversiblement l’économie européenne. » (Extraits de l'article « La guerre mondiale en cours et l’asservissement des peuples européens » à l'adresse https://strategika.fr/2022/09/24/la-guerre-mondiale-en-cours-et-lasservissement-des-peuples-europeens/)
Malheureusement encore pas assez de gens ont pris conscience de la gravité économique de cette politique internationale occidentale qui va probablement opposer par les armes les grands pays de ce monde, puis l'imparfaite république démocratique des pays laïques et donc de l'empire sioniste cachant son essence messianiquement religieuse, face à la parfaite dictature divine des pays islamiques et chrétiens au cours de l'Armageddon (Malhama en arabe signifiant grande mêlée, grande guerre, grande tuerie, grande boucherie ou grande prédation de chair pour la richesse par de grandes alliances stables, changeantes, et instables, dans le moyen orient ou au niveau mondial par une guerre nucléaire). En effet comme l'a évoqué Cheikh Imran Hosein qui a manifesté un beau courage et une grande intelligence en essayant de forger une alliance entre les musulmans et les chrétiens orthodoxes, la légitimité d'une alliance islamo-chrétienne est évidente car le prophète Mouhamed (SBDSL) a reconnu Jésus (paix sur lui), alors qu'une alliance judéo-chrétienne, en plus laïque, est illégitime car les juifs ne le reconnaissent pas :
Bible (Evangile de Jésus Christ selon saint Jean, 15:26) « Il (le Paraclet, l'ultime Prophète qu'est Mouhamed) rendra lui-même témoignage de moi. »
          Or l’impressionnant mot Armageddon, appelé donc aussi en islam la grande mêlée (grande guerre), ou actuellement peut être troisième guerre mondiale, pourrait donc finir en guerre nucléaire puisque deux de ces bombes infernales ont déjà été utilisées lors de la deuxième guerre mondiale qui n'était donc pas la dernière ni la plus grande puisque le retour de Jésus n'a toujours pas eu lieu. Surtout qu'une remise à zéro matérielle ou financière, et donc spirituelle, paraît nécessaire au niveau mondial, pourquoi pas par cette épreuve qui en plus révélera le niveau de cœur de chacun. Cependant il semble ne pas y avoir de raison qu'elle n'est pas déjà eu lieu.
C'est pourquoi cette grande dernière guerre pourrait avoir des interprétations différentes comme celle des plus de 120 pays ayant été liés à la guerre en Syrie (et qui s'étend au Yémen, en Libye ou ailleurs principalement entre l'occident americano-europo-wahabo-sioniste et l'orient russo-irano-chinois avec au milieu la Turquie) ou celle d'une concurrence idéologique entre les peuples face aux élites perverses, en particulier si le multimédia doit être préservé pour qu'il soit utile comme outil vers les sages sciences uniquement et comme moyen de communication pour Jésus en tant que Calife ou Roi. En effet nous pouvons mettre fin à ce mal, mais seulement si nous osons essayer. Cela commence par un simple geste : dire à la tyrannie sanitaire, économique et technologique « Nous ne nous soumettrons pas (et le peuple s'unira dont par des réseaux) ! ». Et ensuite, nous devons tenir notre promesse.
Il s'agirait actuellement de la mère des batailles devenant eschatologique entre donc le réveil des peuples ou la gouvernance mondiale des élites ayant déclaré clairement la guerre à l'humanité dont par Macron et l'attaque à travers le covid. Surtout qu'au milieu de la tempête eschatologique, les gens cherchent un phare nécessairement religieux qui doit répondre avec des armes comprenant cette époque. En effet le gouvernement mondial ne peut s’accomplir que sur le contrôle par la technologie voire sur la ruine des nations et de nombreux morts, dont donc possiblement à travers le covid, le pass sanitaire ou à travers les vaccins ARN puisque des effets mortels pourraient être déclenchés par la 5 G. C’est justement l’OMS, derrière qui Bill Gates ne se cache plus puisqu’il la finance en grande partie, qui entretient depuis presque deux ans la psychose. Le lundi 28 décembre, cette officine privée qui se prend pour la plus haute juridiction de santé publique supranationale, à travers son directeur exécutif (Michael Ryan), a remis une pièce dans la machine à terroriser et désinformer : « C’est un virus transmissible mais avec une mortalité relativement faible. C’est un signal d’alarme. Nous devons nous préparer à une pandémie plus grave à l’avenir. La planète est fragile. » Autant dire que si les humains n’obéissent pas aux injonctions des satanistes au pouvoir, ces derniers vont leur envoyer un virus naturel, bien entendu, encore plus virulent ! La guerre mondiale est lancée, et ce n’est pas pays contre pays, mais hyperclasse mondialiste contre les peuples. Surtout qu'en 2015, Bill Gates, l’ami du pédocriminel Epstein, dessine le scénario qui ressemble étrangement à la situation actuelle, certainement plus par cynisme meurtrier que par prémonition géniale. Or même si avec le multimédia actuel, les gens se renferment parfois désagréablement sur eux-mêmes et leur clavier car ils ont moins besoin de la communication orale pourtant synonyme d'un agréable souffle de vie subtilement enivrant (dont l'intensité est encore plus développée lors de rappels oraux religieux et du divin), l'humanité étant destinée à partager un comportement agréable et souvent un bien être, pourquoi n'arriverait-elle pas à trouver un équilibre entre technologie et environnement ? Surtout que l'amélioration dont de la technologie pour le confort physique est autorisé, car faisant partie, telle la religion apportant un épanouissement spirituel, de l'ennoblissement dans le bien comme le confirment le Prophète (SBDSL) qui choisissait toujours la facilité quand elle était noblement possible. D'autant plus qu'on arrête pas le progrès technique qui est d'ailleurs un outil à utiliser en bien ou en mal, et qu'il faut donc l'équilibrer avec l'humain malgré la mondialisation ayant accéléré rapidement voire violemment sa diffusion en créant du chômage de masse et recherches immorales. Et d'autant plus que la technologie actuelle permet de contourner la censure par internet et l'oppression financière et bancaire par les cryptomonnaies décentralisées.
Cependant pour y parvenir en préparant le retour de Jésus, l'intelligence de la foi et la clairvoyance prudente concernant le bénéfice/risque sont nécessaires, car le progrès technique et de l'intelligence artificielle, si ils sont mal gérés, pourraient provoquer le danger du transhumanisme et du contrôle ou de la destruction de l'humanité. En effet le progrès technique et l'intelligence artificielle actuels, faisant de plus en plus tout pour nous, rendant déjà de plus en plus de gens trop dépendants d'eux (dont le plus grave émotionnellement) et par conséquent souvent peu compétents (au niveau intellectuel mais aussi  donc relationnel), pourraient même avoir de très dangereux bugs de confusion dans les différents protocoles militaires de défense ou d'attaque, surtout avec des bombes atomiques existantes.
Un autre sens de cette grande guerre de la fin des temps pourrait correspondre à un combat continu entre chiites contre sunnites extrémistes au moyen orient dont à cause d'un prétendu futur établissement d'un Kurdistan indépendant à l'Est Syrien de l'Euphrate en faisant ainsi devenir cette région telle base arrière protégée par les américains servant à une technique de harcèlement des forces gouvernementales, iraniennes et russes en Syrie par les djihadistes comme le permet actuellement la région d'Idlib, afin d'y mettre un gouvernement servant le projet de l'empire americano-sioniste du Grand Israël, de voler les ressources énergétiques ou/et d'autoriser les routes de la soie. En effet cette déstabilisation du moyen orient et donc du monde entier par sa dépendance au pétrole pourrait être un de ses sens supplémentaires de l'Armageddon, puisque pouvant mener à une éventuelle intervention américaine prétendument légitime en Iran et donc à une troisième guerre mondiale étant donné les alliances internationales en cours. Mais ceci reste peu probable puisque l'Iran et la Russie étant allié, cela finirait en troisième guerre mondiale nucléaire que personne ne veut en réalité.
Or le bloc occidental anglo-saxon est déjà dans une guerre froide devenant commercialement tiède voire chaude contre la Russie et la Chine, et pouvant aggraver fortement les prochaines crises financières mondiales, et par conséquent l'économie et la stabilité mondiale déjà à bout de souffle, surtout que même l'Europe et la plupart des pays du monde sont éventuellement concernés par cette grande guerre commerciale actuelle s'ils ne se soumettent pas à l'hégémonie économique états-unienne. En effet ces conditions risquent à tout moment de faire basculer le monde dans une guerre chaude puisque militaire. Cependant cette guerre commerciale peut cacher de convaincre la Chine de rééquilibrer bénéfiquement leur balance commerciale avec les USA ou la preuve que l'empire américain s'effondre.
Ainsi comme il a été vu et pour évoquer une autre interprétation supplémentaire concernant le sens de l'Armageddon, selon une analyse en rapport avec un hadith expliquant que la plus grande guerre est de se battre contre les mauvais penchants de son âme bestiale, cette grande guerre de la fin des temps pourrait opposer longuement les peuples contre leurs âmes bestiales en plus de leurs élites égarées ou corrompues. Surtout donc que s'il avait dû y avoir une troisième guerre mondiale nucléaire dans le plan divin, il n'y a aucune raison qu'elle ne soit pas déjà arrivée vu le contexte mondial actuel dont la réapparition de l'Etat d'Israël et la grande crise financière de 2008. Or c'est probablement car la blockchain et la cryptomonnaie infalsifiables et à la transparence absolue vont purifier le monde économiquement et dans un sens aussi en partie spirituellement, synonyme de retour à l'Eden terrestre.
Suite à tout ce qui vient d'être évoqué, l'Armageddon peut donc ne pas correspondre à une troisième guerre mondiale, mais plutôt au triomphe spirituel voulu par Dieu contre l'oppression et la perversion à travers les valeurs du monothéisme conclu par le christianisme et l'islam ou/et la justice des populations, en rendant légitimement au Seigneur Son pouvoir suprême bienfaisant sur la société par sa base qu'est le peuple. En effet il s'agirait d'un magnifique réveil spirituel des peuples triomphant d'une oligarchique gouvernance mondiale matérialiste.
On est passés dans une nouvelle époque, car la démocratie est terminée ! C’est soit la Loi martiale et monothéiste (au début possiblement à travers une dictature militaire) imposée par les patriotes, soit le grand reset et la tyrannie mondialiste transhumaniste (bancaire). Or tout le grave contexte actuel (dette, inflation, covid, guerre prolongée, sanctions économiques, pénuries) touchant les peuples occidentaux ne cherche pas d'abord le grand reset suivi par le gouvernement mondial occidental mais à faire quitter la Russie du territoire du grand Israël, surtout que ce sont les néoconservateurs qui sont le plus derrière cette déstabilisation.
Jean de la Fontaine : « A trop vouloir gagner, on (les sionistes) finit par tout perdre. »
Il existe deux dangers mortels qui menacent les peuples indigènes de la planète, et plus particulièrement les peuples indigènes d’Europe. Pris en tenaille par la Grande réinitialisation mondialiste, d’une part, et la tentation suprémaciste, d’autre part, et sachant que ces options apparemment antagonistes se rejoignent finalement sur le transhumanisme, les peuples autochtones n’ont d’autre choix que de renvoyer les deux dos à dos. Alors quelle solution pour en sortir vivants ? : le nationalisme autochtone quelles que soient les origines de chaque citoyen et en revenant à une laïcité reconnaissant la loi naturelle et donc divine.
Pour le théoricien politique russe Alexandre Douguine : « La bataille finale à venir ce n’est pas l’Occident contre l’Orient, ni les États-Unis et l’OTAN contre tous les autres, mais les progressistes (liberals en anglais) contre l’humanité, y compris ce segment de l’humanité sur le territoire de l’Occident qui rejette ses propres élites mondialistes. En un mot, Douguine propose de répondre à leur Grande Réinitialisation par notre Grand Réveil, par notre reconnaissance d’un terrible danger imminent. La Réinitialisation proclamée par Schwab est en marche depuis la prise de pouvoir aux États-Unis par Biden. L’objectif des Resetteurs n’est pas seulement le confinement tous azimuts, ni le pouvoir, ni notre appauvrissement ; ils visent à détruire totalement l’Homme. Il s’agit de l’étape finale du projet progressiste, qui dépouille l’Homme de tous ses liens collectifs. D’abord, ils se sont débarrassés de l’Église, puis de la race, de la nation, de la classe, du sexe. Après avoir vaincu l’ennemi extérieur (les nations et les politiques non libérales), les progressistes ont découvert deux autres formes d’identité collective. Tout d’abord, le genre. Après tout, le genre est aussi quelque chose de collectif : soit masculin, soit féminin. Le genre devait être aboli, comme toutes les autres formes d’identité collective. La migration de masse atomise les populations en Occident en utilisant une idéologie des droits de l’homme qui s’adresse à l’individu sans tenir compte des aspects culturels, religieux, sociaux ou nationaux. Les libéraux n’avaient plus qu’un dernier pas à franchir : abolir les humains. Après tout, l’humain est aussi une identité collective, ce qui signifie qu’il doit être surmonté, aboli, détruit et que les humains doivent être remplacés (certes partiellement) par du transhumanise, des cyborgs, des réseaux d’intelligence artificielle et des produits du génie génétique. Une personne sans religion, sans patrie, sans peuple d’appartenance, et maintenant sans sexe ni génétique naturelle mais avec des implants technologiques, accède à la Singularité, quand elle est en passe de devenir un ordinateur ou une calculatrice parmi d’autres, c’est-à-dire qu’elle cesse d’être, vie (humaine) mais chose. La thèse du Grand Réveil ne doit pas être hâtivement chargée de détails idéologiques, qu’il s’agisse du conservatisme fondamental, du traditionalisme, de la critique marxiste du capital ou de la protestation anarchiste pour l’amour de la contestation. Le Grand Réveil, c’est quelque chose de plus organique, de plus spontané et en même temps tectonique. C’est ainsi que l’humanité se voit soudainement éclairée par la proximité de sa fin imminente. C’est pourquoi le Grand Réveil nous vient de l’intérieur des États-Unis, là où l’obscurité est la plus profonde. C’est un cri qui sort de l’enfer lui-même, de cette zone où le futur obscur est en partie arrivé. »
Douguine croit en la victoire de l’Homme : « Nous sommes des alliés : les déplorables Américains, les populistes européens (qui doivent absolument laisser tomber le différend daté entre la gauche et la droite), les pays musulmans (la Turquie et l’Iran), la Chine géante qui tente de s’élever sur la vague mondiale mais s’y oppose néanmoins et conserve son identité civilisationnelle, et enfin la Russie redevenue orthodoxe avec son expérience de l’opposition mondiale à l’hégémonie. Les ennemis sont forts, mais nous sommes encore plus forts. »
Ca pourrait même finir en boycott mondial contre Israël et permettre de dérouler pacifiquement le tapis rouge à Jésus lors de son retour.
Guillaume Bigot : « Quand un pouvoir (mondialiste) donne des ordres qui ne sont pas exécutés (comme le confinement, le port du masque, la fermeture d'innombrables restaurants, ou l'interdiction de la critique du sionisme), il dévoile que son pouvoir repose sur le consentement et que si les gens refusent d’obéir, il perd son pouvoir. Le gouvernement se met en danger en donnant des instructions qui sont peu fondées ou difficiles à justifier. L’autorité publique se retrouve abîmée par l’État lui-même. »
Ici il est important de noter qu'un secteur économique se fédérant et agissant collectivement peut aussi avoir un grand impact sur une nation et sa politique, surtout que pouvant unir le peuple vers la révolution. Or les patrons de restaurants, bars, théâtres, boîtes de nuit, salles de sports, préfèrent pour l'instant mourir à cause de la crise du covid, plutôt que de rouvrir ensemble, car ils ne semblent pas avoir confiance dans la réouverture généralisée dont car certains croient ou espèrent encore du gouvernement mondialiste la fin totale des restrictions et donc dans la venue massive des clients leur faisant craindre de ne plus pouvoir payer leurs salariés qui ne toucheront plus le chômage partiel.
C'est pourquoi il est important de remarquer que pour leurs intérêts, les élites mondialistes impies du monde moderne actuel matérialiste et donc individualiste nous vendent du rêve idolâtre par les célébrités du sport, de la musique, de l'art, de la fausse politique, ou de la télévision, et de la peur affaiblissante par les risques de guerres, le covid ou de pauvreté sociale. En effet cette ambiance de rabaissement moral et amère pousse les gens à la consommation excessive d'alcool, de cigarettes, de drogues, de vêtements et de nourritures souvent peu équilibrées. Surtout qu'ajouté à cela, en répandant fréquemment divers produits chimiques ou des pesticides partout, cela va encore plus dans le sens des malfaisantes élites cupides au pouvoir, puisque faisant de plus en plus mourir les gens vers le début de leur retraite comme des esclaves pour qu'ils en profite peu voire pas du tout, à cause des fréquents cancers, crises cardiaque ou accidents vasculaires cérébraux. De plus il faut rappeler que les peurs comme celles liées au covid et au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 permettent de faire accepter n'importe quoi aux populations pour leur sécurité : mesure liberticide, contrôle social, identification numérique, refonte économique complète, mondialisme ploutocratique pour honteusement gérer l'humanité tel un troupeau.
Benjamin Franklin : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de sa liberté pour un peu de sécurité, ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. »
En effet par exemple sous le prétexte de notre protection comme contre le covid, l'antisémitisme, et la loi contre la haine (qui sont en réalité plus des coquilles vides), la liberté de mouvement et d'expression est diminuée. Alors que la perception de la haine est un sentiment subjectif, et que tout peut donc être supprimé au nom de la lutte contre la haine, car il suffit d'avoir une communauté de pleunichars suffisamment large. Ces lois obscures contre la haine et la désinformation pourraient même d'abord servir à ce que toute idée contraire au mondialisme devienne considérée comme mauvaise et interdite. L’esprit de résistance, c’est ce que les corrompus appellent la « haine », mais qui n’est que la réaction naturelle à leur corruption. Cet esprit de résistance a déserté les instances d’opposition classiques soumises à la lâcheté et aux petits calculs. Même la presse de gauche a abandonné le terrain à la dictature mondialiste en se soumettant au covid (car le covidisme, c’est la pointe acérée du mondialisme, l’aiguille de la seringue qui doit paralyser les peuples), vérifiant une fois encore la théorie selon laquelle la gauche officielle n’est que le moyen pour la droite dure (spéculative, usurière, dominatrice), celle qui est toujours aux commandes, la droite de la Banque et de la Répression, de faire croire à la démocratie.
Pour ne pas entrer en tyrannie et pacifiquement manifester légitimement quand il le faut, le peuple doit jauger absolument quand des niveaux sécuritaires liberticides sont temporaires, deviennent exceptionnels, ou demeure une généralisation autoritaire. Or pour beaucoup le fantasme de leur santé lié à la crise du covid est passé avant leur liberté alors qu'auparavant ils étaient prêts à mourir pour leur liberté. De plus quand le parlement refuse de dire que le Roi (Président) est fou, il faut comprendre que la tyrannie vient de lui. Des freins de la civilisation sont donc en panne en donnant libre cours à l'arbitraire (violent, dictatorial) des hommes que l'on croyait disparu en occident en particulier au sein la police.
          Alors si d'ici 2030 voire 2040 notre période possiblement synonyme de fin des temps n'évolue pas clairement en guerre mondiale comme le pense Pierre Hillard, cela signifie certainement que les puissances nucléaires et hégémoniques s'entendent bien plus ou moins sur l'accomplissement du grand Israël, d'une gouvernance mondiale (possiblement à cause des grands groupes financiers et commerciaux du privé), ou des ententes internationales économiques comme c'est probablement déjà le cas dans différents secteurs, ou qu'il s'agit d'une réelle lutte entre mondialistes et souverainistes pouvant déboucher sur un triomphe en grande partie pacifique du monothéisme authentique. Il pourrait donc se mettre en place le grand Israël ou un mondialisme occidental ou eurasien (russo-chinois) dont ce dernier possiblement lié à la restauration d'un califat bien guidé.
Ainsi la situation mondiale actuelle correspond donc avant tout à une épreuve divine pour distinguer les croyants bienfaisants aux impies malfaisants avant le retour de Jésus (paix sur lui) qui sauvera seulement les bons. Par conséquent il s'agit d'un temps supplémentaire d'épreuves pour l'humanité voulu par Dieu afin d'établir la valeur de chacun, dont certains dirigeants sont probablement au courant puisque cherchant à préserver cette épreuve le plus pacifiquement possible.
Selon Lurie Roşca de l'Université d'État de Moldavie, l'époque actuelle ayant mis fin à la théorie selon laquelle le mondialisme serait un pur produit américain, il rappelle que l’essayiste et économiste français Hervé Juvin développe une thèse très importante pour comprendre les phénomènes des dernières décennies : tout comme le peuple russe fut la première victime du communisme, le peuple américain est la première victime du mondialisme, également appelé capitalisme extraterritorial, impérialiste et destructeur. En effet il ne faut pas oublier que la majeure partie de l’oligarchie mondialiste réside aux États-Unis tout en agissant contre les intérêts de l’État américain et du peuple américain.
L’extraterritorialité, c’est le concept numéro un d’une Amérique à la traîne économiquement (par rapport à la Chine) mais à la pointe militairement. Cela permet de punir les pays qui ne sont pas dans la ligne des intérêts maison (politique, financier, monétaire). Leur extraterritorialité s’applique donc en matière économique et militaire, deux champs qui finissent par se confondre : la guerre que les États-Unis mènent contre le monde depuis 120 ans est une guerre économico-militaire, le lobby militaro-économique faisant figure de gouvernement réel depuis un siècle. Enfin, l’extraterritorialité permet aux USA de tout retourner : en agressant d’autres pays sous des prétextes fallacieux présence d’une organisation terroriste en Afghanistan, armes de destruction massive en Irak), ils deviennent les vrais terroristes, le plus grand pays terroriste du monde.
« Le droit américain permet donc l’extraterritorialité de certains de ses textes juridiques du fait de dispositions l’autorisant expressément. Les principales lois à portée extraterritoriale sont les suivantes : l’embargo contre Cuba ; la loi Helms-Burton ; la lutte contre les États soutenant les groupes terroristes : la loi d’Amato-Kennedy ; la lutte contre la corruption dans les transactions internationales : le Foreign Corrupt Practices Act ; la fiscalité : le Foreign Account Tax Compliance Act ; la lutte contre le terrorisme : le Patriot Act ; la surveillance comptable et financière et la corruption : la loi Sarbanes-Oxley ; la surveillance des données du monde entier : le CLOUD Act ; le droit de la concurrence américain. » (Wikipédia)
Au fond, le terrorisme finit toujours par servir le pouvoir (profond) en place, qui peut augmenter la terreur sur la population, par le moyen des médias, de plus en plus affaiblis et donc soumis, augmenter la surveillance du citoyen (ce sont les résistants politiques et non de droit commun qui sont surveillés) et augmenter la répression sous couvert de sécurité nationale, le Patriot Act américain post-11/09 servant d’exemple à toutes les démocraties totalitaires, dont la France est aujourd’hui la figure de proue. Après 2001, pendant l’ère Bouteflika (1999-2019), l’époque était à l’entente et à l’échange d’informations entre les services américain et algérien. Après une première approche militaire commune en mai 2005, Rumsfeld a été reçu à Alger en février 2006. Selon le Canard enchaîné, repris par le site liberte-algerie.com, 400 hommes des forces spéciales US étaient basés près de Tamanrasset au milieu des années 2000. Il s'agissait d'une station d’écoute qui permet de craquer les communications des djihadistes de la bande sahélienne au sud, mais aussi celles des opposants algériens au nord !
Par conséquent il faut contribuer à renverser le système dominant actuel (ploutocratique et mondialisé), à reconstruire les États-nations et à harmoniser les relations internationales de manière à ce qu’elles servent les intérêts de tous les peuples, dont à travers l'expérience des peuples de l’ex-URSS ayant énormément appris en participant au démantèlement de l’ancien régime totalitaire. En effet particulièrement par rapport au mondialisme, personne n’aurait pu prévoir, il y a trente ans de cela, que le jour viendrait où nous aurions à revivre le « triomphe (de la souveraineté) des nations », où nous aurions à refaire la décolonisation de peuples captifs, victimes d’une corporatocratie mondialisée et technocratique ayant anéanti la souveraineté de tous les pays et provoquant des déséquilibres sociaux et économiques considérables. De la même façon que la chute de l’URSS fut possible et celle de l'hégémonie américaine est en cours, la fin du nouvel empire miniature et totalitaire de l’Union européenne (massivement infiltrée par les tentacules de George Soros et qualifiée, à juste titre, de système le plus corrompu au monde par le Premier ministre hongrois Viktor Orbàn) l’est tout autant, et son besoin se fait urgemment sentir. Il faut noter que l'Hongrie d'Orbàn est souvent critiquer négativement par la commission européenne alors qu'il a été élu à plus de 55 %, ce qui est fortement plus légitime que 30 000 fonctionnaires et 27 commissaires  que personne n'a élu et personne ne connaît. Les directives de la commission européennes sont toujours plus lourdes, contraignantes, formalistes et uniformisantes, ce qui entravent la compétitivité économique sur la scène mondiale. Or dans tous les domaines qui ne sont pas de compétences européennes, la commission européenne a trouvé un biais qui est l'Etat de droit et les valeurs (sans jamais les définir très clairement mais étant de plus en plus laïcistes voire perverses) et qui permet d'intervenir dans les politiques internes de tous les Etats membres. C'est pourquoi de plus en plus d'Etat veulent désormais s'orienter vers une Europe des nations plutôt de continuer à faire de l'union européenne un état centralisé bruxellois.
Suite à l’élection de Donald Trump, deux pouvoirs se sont fait face aux États-Unis : d’un côté, un président populiste guidé par le principe de « l’Amérique d’abord ! », et de l’autre côté, « l’État profond », qui privilégie l’accumulation de profits pour les élites corrompues au détriment des intérêts du pays. Tout patriote se retrouve donc dans le message suivant, car c'est un principe évident qui devrait être suivi par tout le monde et par toute élite politique qui se respecte : « Mon pays avant tout ! ». L’élection de Trump n’était pas prévu en 2016, et il s’en ait pris au pouvoir détenu par la Cabale : medias, Big Pharma, complexe industriel militaro (diminution des guerres), BlackLivesMatter, pro-masque et pro-confinement, pro-avortement, réseaux pédocriminels et même aux GAFAM convoqués juste avant l’élection présidentielle. Or Trump par sa défaite suite à une résistance importante mais peu réaliste a pu plus servir à décourager les patriotes qu'à les réveiller. Et suite à cette fraude ayant volé l'élection à Trump, les Etats-Unis sont désormais officiellement une tyrannie dirigée par la classe possédante privée et étrangère mondialiste qui ne profite plus en même temps aux patriotes, mais seulement à la domination d'une caste d’élus. C'est pourquoi il faut toujours lutter ensemble pour préserver nos traditions, nos cultures et nos religions, pour préserver notre souveraineté nationale, pour protéger nos économies nationales face aux attaques du capitalisme mondialisé, pour contrecarrer l’invasion de nos pays par des vagues de migrants clandestins, et pour cesser d’inonder leurs pays de requins spéculateurs capitalistes. L’issue de cette confrontation historique dépend de notre solidarité. Lurie Roşca dit à ce sujet en paraphrasant une célèbre citation marxiste : « Populistes de tous les pays, unissez-vous ! »
          Ainsi l'humanité doit se préparer à écrire la plus belle partie de son histoire, car après la révolution solidaire des peuples qui aura peut être évitée la troisième guerre mondiale, elle sera prête pour l'ultime révolution qui sera magnifiquement spirituelle, puisqu'elle sera synonyme d'ennoblissement religieux maximal et annoncera le retour désormais planétaire du jardin d'Eden originel et de Jésus qui pourrait proposer une sublime prière mondiale annuellement grâce à internet.
L’autre vision de la vie, l’autre système, appelons ça le système eugéniste de Darwin, mais en réalité ça remonte à très loin. C’est le système qui dit que les ultra riches sont son sommet dominant la vie.                                                                             
Ce qui inévitablement amène à trois catégories de personnes : l’Übermensch, le Mensch et l’Untermensch. Si vous appliquez ça il y a 80 ans, les Übermensch étaient les nazis qui se disaient descendants des dieux aryens ; ils estimaient que c’était leur prérogative, leur droit, de décider qui vit ou meurt. Les Mensch étaient les anglo-saxons, les Européens qui pouvaient vivre mais en tant qu'esclaves. Et les Untermenschen, les Juifs, les Slaves, les handicapés, les gitans, les prisonniers politiques, ceux-là devaient devenir de la poussière. Cela ressemble à de gentilles fadaises, mais cela a tué 60 millions de personnes.
Et c’est exactement la même chose qui se passe en ce moment, sauf que ce n’est pas antisémite. En effet aujourd’hui, c’est complètement différent : il y a un groupe de personnes qui ont le sentiment d’avoir évolué à un niveau de conscience le plus élevé, et qui dans leur nouvelle intelligence, et leur nouvelle perspicacité, leur permet de déterminer ces choses. Je ne pense pas qu’ils ont évolué. Je pense que ce sont des païens dévoyés. Ils sont devenus les mamzers dans la Torah (des adorateurs de Moloch). Il n’y a pas de différence.  Nous sommes dans une troisième guerre mondiale contre la malfaisance à un niveau certainement jamais vu dans l’histoire de l’humanité, puisque sacrifiant des enfants par des vaccins dangereux pour eux alors qu'ils ne sont pas touchés par le covid. L’expert en sécurité de l’information Ehden Biber rend les détails de l’accord public entre les Etats et Pfizer (suite à de possible fuites facilitée par les Services de Renseignements allemands ou russes) :
-Interdit pour l’acheteur de résilier le contrat si un autre vaccin est achevé ou approuvé plus tôt :
-Pfizer peut définir lui-même presque toutes les conditions aux limites.
-Pfizer n’est pas responsable du non-respect des dates de livraison.
-La non-conformité ne donne pas non plus à l’acheteur le droit d’annuler la commande de certaines quantités du produit.
-L’acheteur renonce à tous les droits et recours auxquels il peut avoir droit en vertu de la loi, de l’équité ou autre, découlant de ou liés aux défaillances de Pfizer (livraisons).
-Si des personnes vaccinées tombent malades à cause d’un lot défectueux, l’acheteur n’a aucun moyen de suivre (traçabilité) la dose et, si nécessaire, de retirer d’autres doses du marché.
-L’acheteur reconnaît que les effets à long terme et l’efficacité du vaccin ne sont pas actuellement connus et que le vaccin peut avoir des effets indésirables qui ne sont pas actuellement connus.
-L’acheteur s’engage par la présente à indemniser Pfizer, BioNTech (et) leurs sociétés affiliées (…) de et contre tous les procès, réclamations, actions, demandes, pertes, dommages, responsabilités, indemnités de départ, pénalités, amendes, frais et dépenses pour défendre et tenir inoffensif.
          Or chaque fois que vous évaluer un traitement, vous devez l’évaluer sous trois angles : Est-ce qu’il est sûr/sans danger ? Est-ce qu’il marche ? Est-ce qu’on en a besoin ? Les deux pays les plus vaccinés au monde sont les Seychelles (80+%) et Israël (85%). Cependant ces deux pays font face à une épidémie de variants Delta. Alors si vous avez vacciné la majorité de votre population, pourquoi faire encore face à une épidémie ? Pourquoi avoir une troisième injection de quelque chose qui n’a pas marché les deux premières fois ? Voilà pour le sujet de la sûreté.
À présent vient le vrai problème. Il y a trois niveaux de sécurité face à la mort que nous devons évaluer : risque aigu, risque subaiguë, et risque à long terme. Or sous tous les angles d’approche du problème des vaccins ARN on a : un Risque aigu (court terme) : caillots de sang, inflammation du cœur, fausse couche ; un Risque subaiguë (moyen terme) : réaction immunitaire pathologique désastreuse ; et un Risque à long terme : augmentation des maladies auto-immunes, des cancers, de la fertilité.
Le vaccin n'a donc jamais été apporté pour le covid. Le covid a été apporté pour le vaccin. Une fois qu'on a compris çà, tout fait sens. Et le but ultime du vaccin sera de faire baisser ultérieurement sans être inquiété la population mondiale par la continuité de l'épidémie, la stérilisation, la mort, des effets secondaires, la baisse du niveau d'accueil hospitalier, la dépression, etc.
Surtout que ce vaccin n’est pas nécessaire et personne n’en a besoin. En effet les enfants ont 99,998% de chances de survivre, les jeunes adultes de 18 à 45 ans ont 66,68% de chances de s’en sortir. D’après le CDC, une personne qui a déjà eu le covid 19 qui a des anticorps naturellement induits, est 1 milliard de fois plus efficace que l’immunité artificiellement induite par le vaccin. Alors pourquoi faire vacciner quelqu’un avec un poison mortel qui va créer des anticorps inférieurs ou dangereux quand il a déjà des anticorps sains ? De plus lorsque la population à haut risque qui a un taux de mortalité de 7,5 % est traitée les gens dans le bon délai, c'est à dire dans les premier jours avec de l'hydroxychloroquine, de l'ivermectine ou/et du zinc, vous réduisez le taux de mortalité de 85 %. Donc, sur 600 000 Américains, nous aurions pu empêcher 510 000 d’aller à l’hôpital et d’y mourir. En effet ces substance sont des pistes très sérieuses pour être immunisé face au covid. Donc la question : si il est possible de réduire le taux de mortalité de 7,5 % à moins de 0,5%, pourquoi utiliser un poison mortel qui ne fonctionne pas, mais qui a des effets secondaires terribles et horribles ?
          Ainsi la prétendue démocratie entourée de pays islamistes que serait Israël n'est en réalité qu'une théocratie racialiste favorisant seulement les élites prétendues juives. Surtout que l'apartheid israélien étatique contre les palestiniens est plus dur que le fut l'apartheid sud africain étatique contre les noirs. En effet l’État d’apartheid israélien est plus sadique, cruel, génocidaire, vicieux, fasciste et inhumain. Pourquoi y a-t-il eu des sanctions contre l’apartheid de l’Afrique du Sud tandis qu’aujourd’hui les gouvernements européens prennent au contraire des mesures pour criminaliser les mouvements non violents de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) qui lutte pour la liberté, la justice et l’égalité des droits du peuple palestinien souffrant actuellement de l'apartheid israélien. D'autant plus qu'auparavant les manifestations publiques contre l’apartheid sud africain faisaient partie de la vie universitaire et le boycott était respecté et promotionné ? Il y a trois explications à cette énigme.
Premièrement, les lobbies pro-israéliens de nombreux pays européens sont aussi efficaces que leurs homologues américains tout en étant moins voyants. Deuxièmement, il y a la culpabilité de l’Holocauste. La politique de certains pays, comme les Pays-Bas, à l’égard d’Israël, est toujours influencée par la culpabilité de ne pas avoir fait davantage pour sauver les juifs pendant la Seconde guerre mondiale. Troisièmement en rapport à ces deux première explications, et c’est le plus important, il y a la peur d’être traité d’antisémite. Mis en avant et manipulé par Israël et les lobbies israéliens ainsi que les mondialistes, le concept d’antisémitisme a été élargi pour recouvrir non seulement la haine des juifs mais aussi la critique de l’apartheid israélien et du messianisme juif.
          Or au sein du mondialisme selon Pierre Hillard, un affrontement idéologique aurait lieu entre l'organisation de coopération de Shanghai cherchant progressivement un mondialisme multipolaire voulu par des messianistes juifs modérés (russes) basé sur une équité des intérêts de chacun, et le monde anglo-saxon cherchant hâtivement un mondialisme unilatéral voulu par des messianistes juifs extrémistes (américains) basé sur la maîtrise de toute chose laissant des miettes aux autres et devenant logiquement le plus grand risque de troisième guerre mondiale, surtout avec fascination pour le pire se répandant au sein des peuples via la télévision. En effet il ne serait pas étonnant que le fin des temps soient liée aux premières décennies ou au premier siècle de l'arme télévisuelle formatant les esprits, surtout vu l'actuel contexte grandement impie, dangereux et auto-destructeur se répandant d'occident et d'Israël.
Il faut noter que ces deux tendances finissent tout de même par une hégémonie domination mondiale des juifs, mais qui sera rapidement perdue en faveur de l'hégémonie du monothéisme authentique dont à travers le retour de Jésus.
          En attendant suite à la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et à leur isolationnisme participant à renforcer les unions continentales, le scénario mondial sioniste amène la France et l'Allemagne à s'unir pour définitivement créer le bloc Européen, comme il pousse à l'union politique ou commerciale des Amériques, de l'Afrique, de l'Eurasie et du Moyen Orient, si nécessaire après avoir réduit par des guerres certains pays en nations plus petites comme ce qui s'est passé pour la Yougoslavie. Surtout que cette tendance est confirmée à travers l'affrontement économique envers le monde déclenché par l'empire de Etats-Unis s'affaiblissant et à travers le risque d'une nouvelle future grande crise économique apparaissant cycliquement environ tous les 7 ans depuis trois décennies et qui sera  probablement inédite dans son ampleur. En effet ces grands blocs précédant le gouvernement mondial et pouvant défavoriser les peuples aux profit de certaines oligarchies corrompues sont recherchés pour l'hégémonie financière, mondialiste et sioniste.
          Or pour l'instant l'empire Israélo-américain continuera de déstabiliser le moyen orient par des mercenaires ou des islamistes manipulés pour maîtriser ses importantes ressources énergétiques et aquifères devenues vitales à leur projet de domination économique mondiale. Ils pourraient même souhaiter une guerre entre sunnite et chiites pour affaiblir financièrement les deux camps afin de les contrôler encore plus facilement. Ceci est à l'image du système cupide oligarchique qui ne veut surtout pas de l'amitié entre catholiques (chrétiens) et musulmans dont en France, car elle est la clé de la préservation de la justice sociale, de la paix, de la civilisation et du sauvetage de diverses nations. Cependant par l'assassinat du faux calife Al Baghdadi et peu de temps après du Général Soleimani (qui a défendu au début toute population musulmane contre l'ennemi impérialiste oppresseur ou barbare comme Daech à la différence des frères musulmans), Trump isolationniste et comprenant l'état faible de l'empire américain semble avoir voulu arrêter cet affrontement entre sunnites et chiites, ce que l'administration Biden mondialiste cherchera probablement à annuler, surtout que la guerre Yémen est peu dénoncé par l'occident. C'est pourquoi Hassan Nasrallah, sercrétaire général du Hezbollah au Liban que l'occident évite en s'adressant seulement aux parlementaires du Hezbollah (politique et donc pas militaire), pourrait être la prochaine cible à éliminer par l'empire mondialiste, car il parle avec toutes les confessions de son pays et empêche l'exploitation du Liban par l'occident à travers son lien à l'Iran et sa résistance au mondialisme.
          Tout ceci semble confirmer la thèse de Pierre Hillard sur une entente plus ou moins importantes des mondialistes des grandes puissances concernant l'accomplissement du nouvel ordre mondial contrôlé par les messianistes juifs ou du grand Israël attaché à l'allié Kurdistan mis de côté pour ce projet depuis des décennies, surtout que les mondialistes contrôlent la majorité du système bancaire dont l'oppression pourrait s'accentuer avec la crise du coronavirus, veulent obtenir un gouvernement mondial ou le grand Israël au moyen orient puisque principal carrefour commercial du monde pour y autoriser une éventuelle nouvelle route de la soie, et frappe la Syrie sans réaction de la plupart des nations.
          Or il est très dangereux d’aborder les problèmes très complexes du moyen orient et autour d'Israël si chaque protagoniste déclare se battre pour sa survie. Ainsi honorablement, il faut sérieusement chercher d'autres moyens que la guerre pour satisfaire tout le monde, afin de vraiment comprendre chacun et n’oublier personne.
          Cependant en contrôlant la finance mondiale, la politique de mondialisation, le véto américain à l'ONU et avec le risque du troisième guerre mondiale nucléaire, les sionistes peuvent mettre la pression sur tous, sans donc laisser le choix à quiconque comme le prouve le fréquent unilatéralisme américain laïciste, matérialiste et progressiste. Dans ce sens, ils incarnent une partie du peuple de Gog et Magog servant quand même Dieu éphémèrement malgré qu'il soit maudit, puisque éprouvant l'humanité pendant une période amèrement matérialiste pour le pousser à un retour vers une grande spiritualité. En effet cette massive oppression impie doit amener l'humanité à vouloir retrouver solidairement désormais au niveau international le Jardin d'Eden par la religion complète amenant le cœur pur complété similaire à l'incomplet cœur pur originel d'Adam et représenté à travers le retour de l'excellent saint esprit de Jésus qui récupérera les clés de ce futur état monothéiste hégémonique :
(S7v183) « Et Je leur accorderai un délai, car Mon stratagème est solide ! »