PDF Imprimer Envoyer

I) Présentation

          

          Avant tout, il est important de préciser que l'intention première de ce site qui était au départ une lettre voulant expliquer ma conversion à l'islam à ma famille, puis un exposé cherchant à classer au mieux tous les arguments principaux de la foi musulmane en exprimant les plus importantes idées du monothéisme et en ouvrant de nouvelles perspectives d'interprétations pour intéresser quiconque la méconnaîtrait ou faire gagner de nombreuses années de compréhension à quiconque s'y intéresserait, que j'améliore en le relisant, corrigeant et complétant depuis 20 ans, est d'essayer de décrire la plus grande sérénité, en exprimant la plus inévitable morale, qui démontre la plus noble des responsabilités. En effet, désormais, je n’hésite plus à transmettre ce que je pense être le meilleur de mes idées justes, car je voudrais humblement nous aider à réévaluer nos opinions concernant le sens de l'existence.
          Dans notre monde, tout être humain raisonnable reconnaît que la justice est une notion fondamentale vers laquelle il faut logiquement aspirer pour préserver l'humanité du chaos apportant le malheur, car personne ne peut accepter que son sang, ses biens et son honneur ne soient pas respectés, puisqu'il est par définition injuste de se faire agresser, voler ou calomnier. De ce fait, la justice doit devenir la base de notre existence, car elle incarne les règles des voies du bien de la morale, des droits et des devoirs apportant la paix, l'harmonie et le bonheur dans une société par sa recherche du bien commun avec l'ordre, et parce que ceux qui ne la suivraient pas, marcheraient donc sur les sentiers du mal, de la bassesse,
du déshonneur, de la folie et de la perdition.
          Alors pour commencer cet exposé et pour mieux le comprendre, il est absolument essentiel de reconnaître totalement, car juste, que ces voies du bien méritent toute notre détermination pour être explorées, toute notre application pour être pratiquées et tout notre courage pour être défendues. Or depuis quelques temps, je me suis aperçu que dans des circonstances particulières, certaines voies du bien sont réellement surprenantes.

          Et si je prends ma plume aujourd’hui, ou plutôt mon clavier, c’est aussi pour rappeler la grande importance de l'amour, l'excellente sagesse de la vie, et l'extraordinaire mystère de la mort.
          Pour vous présenter ce résumé de mes convictions et afin de tendre vers la plus
grande clarté dans l'espoir de me faire comprendre du plus grand nombre par une puissante attention clairvoyante et perspicace de chacun, je souhaite que mon cœur trouve le juste milieu entre poésie, simplicité et enseignements religieux, car je pe
nse qu’en s'exprimant avec son cœur, l’être humain s'approche des sommets de la beauté même avec un faible niveau littéraire : des nobles paroles peuvent devenir de lumineux, merveilleux et délicieux trésors.
          D'autre part, j’aimerais aussi que vous respiriez la bienfaisance à
chacun de ces mots, car j'espère éveiller
«l'hypersensibilité» en exprimant l'amour avec résolution et fermeté. Il ne faut surtout pas avoir trop de pudeur dans ce précieux sentiment, puisqu'il fait parti des raisons pour lesquelles nous pouvons mourir fièrement et parce que cela pourrait diminuer nos élans d’attention. Au contraire, il faut plutôt être à l'affût des doux gestes et paroles
de tendresse pour que nos cœurs s'ouvrent le plus naturellement possible vers ce qu’ils ressentent, reçoivent et donnent de plus beau.
         
D’ailleurs je ne désire que tendrement vous souffler toute la légèreté de mon âme, car même si quelques-uns de ces enseignements seront certainement lourds, ils pourraient s'alléger avec la juste quête, du noble sens de l'existence, détenant la sérénité suprême de cette vie. En effet, quelles que soient nos épreuves au cours de l'existence, cette philosophie a la possibilité de nous apaiser jusqu’à notre dernier souffle de vie, puisqu'elle prouve que nous devons voir ce monde sans avoir à juger, en n'y regardant que le bon aspect, en ne voulant que le bien pour autrui, en ne recherchant que la sagesse et en ayant l’espoir du mieux. De plus, il faut savoir que dans cette spiritualité, cette vision des choses correspond aux justes raisons à l'origine de notre existence.
          Ainsi à l'aide de mon humble sincérité et de
ma sincère humilité, je souhaite démontrer que les plus hauts degrés de la morale sont liés à cette incontournable question existentielle qui est de savoir si l’amour éternel envers nos proches est une réalité ou une utopie. 

         
Or pour débuter de répondre à cette précieuse interrogation qui semblerait être au premier abord la plus importante de l'existence, il paraît logique d'admettre que le point de départ des voies du bien est de se demander si la vie a une signification. 
         Par conséquent, j'espère réussir à vous intéresser par cette introduction qui voudrait que vous consommiez ces écrits avec autant de facilité et autant de saveur que des
nectars de fruits frais en été, car la nourriture spirituelle est aussi importante que la nourriture corporelle. Et si tel était le cas je serais sûrement rassuré, c
ar vous aurez certainement la patience et l'envie de tout lire, puis le plaisir de le relire pour mieux le comprendre.
         
De nos jours la grandeur, la réussite et le sublime sont recherchés dans différentes occupations telles que la politique, le travail, le sport, le voyage, le cinéma, la musique ou l’art. Cependant le plus admirable est de vivre ces activités en cherchant à découvrir la morale définissant le mieux l'existence. Mais à notre époque, l'esprit humain se détourne souvent de la question évidente sur son origine, car il est fréquemment absorbé par une ambiance divertissante de paillettes, de frivolités, de spectacles, de publicités, de musiques, de télévision, de jeux multimédias et de loisirs, parvenant généralement à diriger sa vie, à occuper sa pensée et à utiliser son temps libre, malgré son apport insuffisant d'enrichissement spirituel, car c'est évidemment surtout la culture, la science et le savoir qui apportent l'épanouissement, l'accomplissement et la plénitude à la nature humaine naissant dans l'ignorance et ayant donc une grande soif de connaissance. Ainsi dans ce contexte, les souvenirs de l'homme se troublant et l'appréciation des valeurs émotionnelles de son environnement proche devenant difficile, il doit chercher à mieux ressentir les états d’âmes produits par son entourage familial et son quotidien, s'il veut mieux percevoir la réalité de cette mystérieuse existence reçue.

          Dans ce monde moderne, où toutes les sciences sont facilement accessibles grâce aux médias, cohabitent un grand nombre d'idéologies. Or il parait logique d'affirmer qu'une seule de ces doctrines détient la vérité du sens de l'existence. Et je pense vraiment, contrairement aux insouciants qui ne s'étonnent pas de leur propre création et aux agnostiques qui abandonnent la recherche de la vérité, que réflexion, persévérance et humilité sont des moyens amplement suffisants pour trouver la solution de cette suprême énigme existentielle. Tout est une question de recherche sincère, de raffinement intellectuel et de raisonnement cohérent. Parfois certains m'ont dit que je réfléchissais trop et je n'avais rien à rétorquer. Pourtant il suffisait simplement de répondre que cela pouvait être eux qui ne réfléchissaient pas assez. De toute manière, la grande question sur l'existence arrive tôt ou tard, car l'épreuve de la vieillesse apporte forcément une interrogation sur la mort.
         
Alors pour éclaircir cet exposé, il est indispensable de faire une pause pour prendre un peu de recul sur la vie. En effet lorsqu'un objet se situe trop près du champ visuel, on ne peut le percevoir clairement, et il faut donc s'en éloigner pour mieux le distinguer. Ainsi, au fur et à mesure de ce rappel sur l'existence pour en avoir une vision plus nette, il est possible que les cœurs se remplissent d'une puissante volonté, de trouver comme un explorateur, la plus rationnelle des définitions de la vie, en méditant calmement. 
          Exister est évidemment l’expérience la plus surprenante, la plus étonnante, la plus intéressante, la plus émouvante, la plus sérieuse, la plus précieuse, la plus mystérieuse et la plus prodigieuse qu’il nous est permis de connaître. Cette aventure dans laquelle, ni vous, ni moi, ne pouvons prétendre en être à l’origine, puisque nous ne savons pas comment nous recevons la vie de nos géniteurs et comment nous la transmettons à nos enfants, se situe à l’intersection de deux mondes : l’un, intérieur, qui est l'esprit, et l’autre, extérieur, qui est l'univers. L'existence de chaque être humain se compose donc d'une naissance après avoir poussé comme une plante dans le ventre maternel suite à la transmission de la graine paternelle, d’un corps, d’un esprit, d’une conscience, d’un cœur, d’un univers, d'une communauté et de plusieurs étapes évolutives dans la science, la morale et le choix. Sensations, émotions, sentiments, intelligence, langage, réflexion, actions et mort sont également présents dans le grand voyage de la vie.  

          Le plus important à rappeler sur ces apparitions d’esprits au milieu d’un univers est que d'une part, nous ne contrôlons rien dans le processus de création de la vie même si nous en sommes la cause lors de la reproduction, et que d'autre part, nous dépendons complètement de notre planète pour survivre.
          L’esprit de l’homme s’allume donc mystérieusement au milieu de l’univers. Chaque fois que nous dormons, notre conscience s’éteint, et chaque fois que nous nous réveillons, elle se rallume. Par conséquent, il semble logique d'affirmer que l'esprit humain dispose d'un interrupteur qui fut déclenché lors de son premier allumage.
          Sur la terre comme dans le ventre maternel, les besoins de l’homme sont présents : oxygène, eau, nourriture, température appropriée, lumière du jour pour les occupations et obscurité de la nuit pour le repos :
(S45v13) « Et Il vous a assujetti tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, le tout venant de Lui. Il y a là des signes pour des gens qui réfléchissent. »
(S3v190) « A travers la création des cieux et de la terre, l'alternance de la nuit et des jours, il y a des signes pour les doués d’intelligence. »
Il est donc facile de constater que des principes règnent autour de nous et que l'homme est effectivement tributaire de son environnem
ent.
          Or comme aucun scientifique ne peut expliquer les forces intelligentes qui assemblent le corps du fœtus ou qui régissent l'organisation de l'univers, l’objectivité de chacun devrait se laisser doucement attirer vers les sublimes interrogations sur l'origine de la vie et du monde ainsi que sur leur
sens. De plus, si demain matin en nous réveillant le ciel était devenu jaune et le soleil bleu, ou si nous venions d'apparaître à l'existence depuis seulement dix secondes, de nombreuses questions viendraient à nous. Ainsi toute cette vie ne pouvant être qualifiée que de mystérieuse puisque c'est indépendamment de sa volonté que l'être humain reçoit l'existence et  subit la mort, il est d'autant plus logique de devoir se questionner sur cette réalité dès l'âge de raison :

          Comment et pourquoi ?
D'où viennent la constitution intelligente de nos cinq sens et les règles physiques et chimiques nécessaires à la vie dans notre système solaire ? Le corps humain et les êtres vivants résultent-ils de l’évolution ou ont-ils été créés avec une capacité d’adaptation ? L'existence est-elle seulement un rêve provenant du hasard ou une prodigieuse création ? La matière et l'énergie créent-elles l’esprit ou un Esprit Supérieur peut-Il créer une image comme quand nous rêvons, nous nous souvenons ou nous imaginons ? La matière et l'énergie inintelligentes et sans langage peuvent-elles créer un esprit humain intelligent ayant le langage, ou un Esprit Supérieur Intelligent ayant le langage peut-il créer un esprit humain intelligent ayant le langage ? Quels doivent être nos objectifs et notre moralité pour qu’ils soient les plus nobles ? Quel genre d’homme serait celui qui ne chercherait pas à accompagner le monde dans le mieux ? Est-ce juste de se préoccuper du mystère de la vie et de la mort ? Survivre est-il le seul but de l’être humain ? La mort est-elle une fin ou une suite ? Est-ce que cette vie ne serait pas absurde et amère si sa finalité n'avait aucun sens et qu'au moment de la mort chaque conscience humaine retournait au néant ? L'existence n'est-elle pas bien plus qu'une histoire de chance et de simples coïncidences ? Une conception de la morale peut-elle vraiment exister sans un jour de jugement universel ? N'y a-t-il pas logiquement une cause première intelligente subsistant par elle-même à l'origine des innombrables causes qui ont permis la construction d'un univers intelligemment organisé puisque pouvant accueillir la vie ? L’univers et les êtres humains ont-ils été créé par un hasard dépourvu de science et de logique ou par un Être Suprême Omniscient et Omnipotent ?
          Il apparaît donc clairement que la principale question à laquelle nous devons répondre au cours de cette courte existence est : en quoi devons-nous croire ? La réponse est là, quelque part… elle nous cherche… et elle nous trouvera si nous voulons sincèrement et résolument qu’elle nous trouve. Mais il faut rappeler que notre société de grande consommation, de nombreuses obligations administratives, de divers loisi
rs et de multiples préoccupations peut faire oublier de consacrer du temps à cette sage question évidente que l'apparition de la vie consciente mérite indiscutablement.
En effet, il semble pertinent d'affirmer que cette interrogation légitime ne peut que correspondre à un digne impératif anoblissant la conscience humaine, puisqu'elle lui rappelle que même dans une civilisation de pointe aux technologies avancées, le devoir juste le plus logique est de raisonner sérieusement jusqu'à répondre avec une responsabilité capitale à ces célèbres questions incontournables : d’où venons-nous, pourquoi marchons-nous, où allons-nous et donc pourquoi existons-nous ?
          Parfois, tout semble banal dans cette existence, alors que nous devrions être constamment en contemplation devant cette courte vie qui a une fin, pour vivre chaque instant pleinement et parvenir à méditer clairement. L’esprit, berceau de l’intelligence, le cœur, berceau des émotions, le corps, berceau des sensations, et l’univers, berceau de la vie terrestre, sont véritablement des miracles.
          Par ailleurs, l'homme étant le seul individu terrestre conscient de sa mortalité et d'une possible rétribution après la mort, il peut choisir une existence spirituelle. En effet étant le seul à posséder l'intelligence et le langage permettant de discerner la moralité de l'immoralité et donc la vertu du vice, il peut différencier le bien du mal et distinguer les qualités spirituelles : la justice de l'injustice, la vérité du mensonge, la bonté de la cruauté, la générosité de la cupidité, l'honnêteté de la malhonnêteté... Sa nature montre donc clairement un sens moral affirmant que le vice apportera le mal et que la vertu apportera le bien, sur terre et lors d'un probable jugement universel.    
          Ainsi quand l'être humain comprend qu'il est l'acteur d’un film vivant, où il peut choisir de devenir un héros de la bienfaisance pouvant découvrir un sacré secret caché comme un aventurier, son existence devient véritablement grandiose. D'ailleurs quand nous voyons une œuvre cinématographique, nous ne pouvons oublier le scénariste, le réalisateur et le producteur, alors pourquoi n’en serait-il pas de même pour l'histoire de la vie : univers, nature, naissance, existence, subsistance, enfance, éducation, apprentissage, sciences, langage, déduction, vie familiale et sociale, humanité, courtoisie, convivialité, justice, honneur, amour, conscience, morale, sagesse, noblesse, piété, dignité, vieillesse, mort, ne sont-ils pas des mots qui guident vers le divin et qui inspirent légitimement à la vie l'inévitable demande d'un glorieux Seigneur majestueux pour qu'elle soit magnifiquement complète ?
          L'existence peut-elle vraiment être la conséquence de la chance alors que le célèbre savant Albert Einstein (et bien d'autres), en remarquant les formules parfaites qui régissent l'ordre de l’univers, conclut que notre monde ne pouvait être le résultat du hasard, et alla même jusqu'à répondre par une lettre à un jeune étudiant venu l'interroger pour savoir s'il croyait en Dieu : « tout ceux qui sont sérieusement impliqués dans la science finiront par comprendre un jour qu'un esprit se manifeste dans les lois de l'univers, un esprit immensément supérieur à celui de l'homme.»
A ce propos, il est important de préciser que philosophiquement et scientifiquement, il est impossible que le néant soit à l'origine de l'existence, car le vide ne peut être la source de la vie puisque le privé d'une chose ne peut la donner. 
De plus comme tous les philosophes et scientifiques du monde reconnaissent que les indiscutables règles précises des mathématiques et de la physique ne s'inventent pas puisqu'elles se découvrent, cela signifie clairement que le hasard n'existe pas, surtout que le sens moral très vaste de la vie ne peut sérieusement être que bien au-delà du hasard.
En effet, on ne peut que reconnaître que les découvertes modernes de la valeur très précise de diverses lois et constantes de l’univers allant parfois de 40, à 60, et même jusqu'à 120 chiffres après la virgule, forment comme une sorte d'apogée de la science humaine, puisque cela prouve qu'elles proviennent d'un Grand Architecte. 
Ainsi il est à constater que tout a été structuré de manière optimale pour que la vie soit possible, et que ce plan organisé, montrant que tout a une raison d’être, prouve la présence d'un projet élaboré parfaitement réussi, tel un dessin intelligent, visant à nous faire comprendre qu'Il existe un Esprit bien plus grand que nous même
:
-vue permettant de voir les images et les couleurs
-ouïe permettant d'entendre les sons
-odorat permettant de sentir les odeurs
-goût permettant de goûter les saveurs
-toucher permettant de percevoir les matière
s et la température
-cœur permettant de ressentir les qualités
-taux d'oxygène et
d'azote valables permettant aux être
s vivants de respirer 
-précieuse eau douce transportée par le vent dans des nuages créés par l'évaporation provenant du soleil pour permettre à l'homme de survivre puisqu'il en est constitué à environ 65 %
-présence de fruits, de légumes, de plantes et d'animaux permettant de répondre aux besoins de se nourrir et de s'habiller
-distance appropriée entre la dimension
de la terre et la dimension du soleil pour une température moyenne vitale
-
rotation de la terre permettant l'alternance d'un jour pour les affaires de la vie et d'une nuit pour notre nécessaire repos physiologique quotidien
-utilité essentielle des fonctions vitales du corps
humain
-
chaînes de montagnes stabilisant la croûte terrestre

-gulf stream, courant d'eau sous-marin permettant aux eaux océaniques profondes de ne pas devenir nocives par stagnation
-importance de la
vitesse invariable de la lumière
-masse adéq
uate de l'électron
-niveau de force essentiel et constant de la gravitation dans tout l'univers
-
atmosphère protégeant par le frottement de sa densité du danger des météorites en les effritant par échauffement à la différence des nombreux cratères de la lune qui en est privée
-couche d'ozone constituée d'atomes d'oxygène repoussant les mauvais rayons ultraviolets du soleil
-champs magnétique autour de la terre provenant des mouvements du noyau terrestre métallique solide tournant sur celui en fusion
par la vitesse suffisante de rotation de la terre
, protégeant des brûlantes particules solaires et créant les splendides voiles lumineux célestes des aurores boréales
-complexité extrême de la structure d'une cellule
-
nombre d'or de la perfec
tion « 1,618 » se trouvant dans le corps humain
et la nature
-innombrables fonctionnements étonnants du corps humain : (voir site « Les mystères du corps humain » à l'adresse : http://www.corps.dufouraubin.com/home.htm)
-organes principaux protégés par les os de la cage thoracique et de la boîte crânienne -
ralentissement momentanée de la vitesse d'expansion de l'univers vers son début et son accélération actuelle
-densité extrêmement précis
e de l'univers nécessaire à sa survie
-carte céleste formée par les étoiles guidant les marins
sur les océans et les caravanes dans les déserts
-les décimales sans suites similaires du nombre pi
juste à l'infini et essentiel pour l'existence de l'univers "3.14159....."
-chaos du début de l'univers s'ordonnant jusqu'à la possibilité de vie sur notre planète avec le temps
(voir site http://mobile.le-systeme-solaire.net/systemesolaire.html)
-fabuleux enchaînements justes des règles physiques et temporelles au début du Big-bang qui suivirent les étapes inévitables pour établir les conditions incontournables à l'organisation d'un univers rationnel pouvant accueillir la vie, malgré au centre de tout une forme chaotique au niveau subatomique minimal qu'est la particule de Planck, similaire à la forme chaotique du mur de Planck au-delà de tout avant le début du Big Bang dans lequel ces règles physiques et temporelles avaient eu de multiples variations démesurées totalement irrationnelles (voir vidéos du site "YouTube.com" : "The Signs" à l'adresse suivante : http://www.youtube.com/watch?v=ywVS-Yy5ruE  et de l'émission "rayons x" sur la création du monde à l'adresse suivante :  http://www.youtube.com/watch?v=5A0SNCBDvoM) -très grande précision de la valeur des différentes constantes fondamentales dans l'univers (http://physique.coursgratuits.net/principes-de-mecanique/constantes-en-physique.php
), -etc.
(S41v53) « Nous leur montrerons Nos signes dans l'univers et en eux-mêmes, jusqu'à ce qu'il leur devienne évident que c'est cela (le Coran), la Vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute-chose ? »
(S81v
27) « Ceci (le Coran) n'est qu'un rappel pour l'univers »
          Or le monde sans une origine divine correspondrait à un hasard complètement illogique et imparfait, alors que toute la perfection de cet univers guide la réflexion vers un Savant Créateur Parfait, puisqu'on finit par comprendre que toute cette science ne peut provenir que d'un Grand Savant et que tous ces bienfaits ne peuvent provenir que d'un Sage Bienfaiteur. En effet comme quand dans une enquête policière ou journalistique, les coïncidences trop fréquentes deviennent une piste évidente, ces circonstances nécessaires à la vie indiquent l'évidente présence d'une Origine Intelligente Supérieure. De plus, toutes ces vérités devenant une forme de preuve empirique, cela participe à la connotation de croyance certaine qu'est la foi.

          Par ailleurs en c
onstatant également que les appareils et constructions modernes n’ont pu s’assembler sans l'intervention humaine, il ne peut qu'être logique qu'il en soit de même pour la formation de notre corps et de notre planète. En effet, pour prendre un exemple simple, personne ne peut affirmer qu'une chaise s'est construite elle-même, car il est évident qu'un être intelligent a eu l'idée de cet objet, puis s'est organisé pour la construire, en assemblant scientifiquement avec de la colle et des clous, le bois soigneusement taillé. De ce fait, il peut être déduit que la science complexe liée à la formation de notre corps et de notre planète ne peut provenir que d'une intelligence.
          Enfin, si l'on pense vraiment que l'univers peut être le résultat d'une immense probabilité du hasard, il faut comprendre que l'existence de Dieu peut également être considérée comme une probabilité. Cependant la plupart des scientifiques actuels précisent que les probabilités pour que le hasard crée une explosion comme le Big-Bang, désormais prouvée factuellement par expérimentation, permettant l'apparition d'une race humaine si intelligente avec un univers si adapté sont presque nulles. C'est à dire que cela correspond à un pourcentage de chances extrêmement proche de zéro, 
car il y a eu progressivement une réelle émergence d'ordre à partir d'une apparente forme de désordre du début de l'univers mais qui ne l'était pas selon de nombreux astrophysiciens puisque s'organisant jusqu'à nos jours sur terre. On pourrait comparer cette probabilité avec celle qui calculerait la possibilité que des milliards de petits cubes identiques, remplissant parfaitement un immense bassin rectangulaire très profond, retombent à nouveau parfaitement dans ce bassin après avoir été soufflés par une explosion, ou à celle qui calculerait la possibilité qu'un homme puisse trouver des milliards de fois consécutivement les six numéros du loto, alors que dans notre société, pour seulement deux réussites consécutives, le ministère qui s'occupe des jeux d'argent ferait une enquête pour tricherie.
En effet les résultats de ces probabilités étant excessivement faibles, il nous apparaîtrait que ces idées sont impossibles et donc illégitimes à concevoir, et la vie mérite donc vraiment d'être grandement discutée. 
        Par conséquent et suite à tout de qui vient d'être évoqué précédemment, la présence du Grand Architecte devient logique, car c'est comme une vérité rationnelle comparable à un théorème mathématique, que l'être humain doit reconnaître pour continuer d'ava
ncer dans les voies du bien.
          La nature est un chef-d’œuvre qui a donc un auteur, et par bonheur de nos jours, nous pouvons nous réjouir des nouvelles technologies permettant à l’homme de mieux percevoir cette fabuleuse création. En effet, les sondes spatiales, les télescopes spatiaux, les satellites, les submersibles, les microscopes électroniques et les caméras de reportage nous transmettent des images de ce monde dont l'humanité ne pouvait profiter jusqu'à présent et dont la valeur donne encore plus un aspect mystique à la vie.
Or la finalité de la recherche, de l’exploration et de la connaissance serait véritablement subtile, si elle se trouvait dans certains livres...
          Religion et Science doivent être liées, car la présence du Créateur et la bienfaisance de nombreuses règles religieuses peuvent être démontrées par la science. De plus il est fondamental de comprendre que toutes les fonctions du corps humain, même cell
es qui ont un de leurs aspects impur (urine, défécation, menstrues, sexualité), proviennent d'une sage science prestigieuse. Sur ce point, la philosophie à laquelle j'appartiens, et la morale, affirment que seuls de dignes comportements, pour gérer ces fonctions convenablement, permettent de confirmer leur noblesse tout en faisant apparaître la nôtre.
          Ainsi
l'ensemble de ces constatations devrait normalement attirer l'être humain vers les différentes théories définissant l'existence, afin qu'il choisisse
en son âme et conscience la plus logique pour le syllogisme de son cœur.
          Cependant
depuis environ trois générations, il apparaît nettement que l’être humain se pose de moins en moins la question de sa place dans l’univers, car avec le monde moderne laïque de grande consommation et de grand confort, la mort est devenue un tabou répandant l'insouciance. Pourtant à travers l'histoire de l'humanité, l’homme a souvent recherché légitimement le sens de son existence et de son origine, bien que malheureusement, il ait fréquemment adoré injustement des idoles telles que les statues, le soleil, le feu, ses passions ou son ego, au détriment de diverses valeurs morales ou sociales. A notre époque, il faut encore rappeler que de nombreuses idéologies sont proposées à la personne qui atteint l’âge de l’indépendance physique et morale. Mais dans certains pays laïques, une conception unique de la vie est imposée à l'école. En effet, leurs manuels d'histoire affirment que l'homme descend du singe alors que la science reconnaît qu'il s'agit d'une hypothèse. Or dans ces mêmes classes, les frises chronologique et le calendrier indiquent que nous vivons dans des siècles postérieurs à la naissance de Jésus-Christ, un Messager de Dieu ! Toutes les incertitudes commencent là... Depuis la séparation de l’État et du religieux, la théorie de l’évolution est donc enseignée dans les livres scolaires, alors qu’il est unanimement reconnu qu’un chaînon manque pour passer du singe à l'homme, et que la combinaison des vingt acides aminés, constituant la formule protéinique des êtres humains, détient un nombre astronomique d'opérations excluant toute intervention d'une soi-disant nature sélective. De plus, près de trois milliards de croyants en un Créateur unique affirment que Dieu a produit l’humanité à partir d'un père et d'une mère : deux êtres créés dénommés Adam et Eve qui eurent des faux-jumeaux à chaque accouchement, afin de marier, seulement au cours de cette deuxième génération, chaque fils à la sœur jumelle de son frère pour que l'humanité puisse se répandre sur terre : environ 1.5 milliard de musulmans arabes, noirs, asiatiques, indiens et blancs environ 1.5 milliard de chrétiens blancs, noirs, arabes, asiatiques et indiens. En grandissant, les élèves de ces classes devront alors s’orienter vers ce qui leur paraient le plus raisonnable.
          Ainsi dans ce grand déb
at d’idées et d’opinions de la vie sur le sens de l'existence et sur son meilleur sens possible, la morale qui peut être qualifiée d'inévitable que je tenterai donc de résumer est celle de l’islam, puisqu'elle répond clairement et simultanément à ces deux interrogations. En fait, après avoir reconnu l'existence du Créateur, l'étape suivante dans les voies du bien
est de se demander si cet Être Suprême mérite notre respect, pour que nous puissions Lui rendre hommage, L'honorer, rechercher Son intimité, nous assagir, nous purifier, nous élever, nous perfectionner et nous ennoblir dans la dignité par une humble piété :
(S3v18) « Allah atteste, et aussi les anges et les doués de science, qu’il n’y a point de divinité à part Lui, le mainteneur de la justice. Point de divinité à part Lui, le Puissant le Sage. »
Ext hadith : Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Dieu le très haut a dit : « Mon esclave (serviteur) ne s’est jamais rapproché de Moi par une œuvre plus aimable à Moi que par les obligations que Je lui ai imposées. Mon esclave (serviteur) ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à que Je l’aime. »

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit: «Jamais aumône n'a rien diminué d'une richesse. Quand l'homme pardonne, Dieu ne lui ajoute à cause de cela que considération et puissance. Chaque fois que quelqu'un se montre modeste par amour pour Dieu (en lui rendant hommage et non par peur ou lâcheté), Dieu ne fait que l'élever davantage». (Mouslim)
Toujours selon lui (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit: «Celui qui fait ses ablutions chez lui, puis se dirige vers l'une des maisons de Dieu (les mosquées) pour y faire l'une des prières obligatoires de Dieu, de tous ses pas, l'un le décharge d'un péché et l'autre l'élève d'un degré». (Mouslim)
Ext hadith : Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection (du digne comportement de la piété complète), rectifiez continuellement votre conduite (pour atteindre le sommet de l'amélioration) » 
          Dans ce sens, mon analyse de cette religion fera la démonstration de la noble cohérence de sa moralité, pour prouver l’évidente omnisciente sagesse divine à son origine et la perfection du plus inattendu des espoirs. Je tiens à rappeler que mes seules intentions sont de méditer sur les textes sacrés, soulager ma responsabilité pesante, évoquer l'apaisante noblesse, montrer le bonheur, se rapprocher de la piété du cœur, inviter au chemin du Paradis et partager la meilleure des occupations : 

(S47v24) « Ne
méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y a-t-il un cadenas sur leurs cœurs ? »
(S54v32) « Et vraiment, Nous avons rendu le Coran facile à la méditation. Y’a-t-il quelqu’un pour réfléchir ? »
Ext hadith : Le Prophète (SBDSL) a dit : « Transmettez de ma part ne serait-ce qu’un seul verset » (Boukhari)

(S41v33) « Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait bonne œuvre et dit : “Je suis du nombre des Musulmans ? ” »
(ExtS13v28) « N'est-ce point par l'évocation d'Allah que se tranquillisent les cœurs ? »
Le Prophète (SBDSL) a dit : «Le bon caractère conduit au bonheur.» (Rapporté par Al-Kharaytî dans Al-Makãrim)
(S22v32) « Voilà [ce qui est prescrit]. Et quiconque exalte les injonctions d’Allah, s’inspire en effet de la piété des cœurs.» 
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Toute ma communauté entrera au Paradis sauf celui qui s’y refuse. » On dit : « Et qui s’y refuse, ô Messager de Dieu ? » Il dit : « celui qui m’a obéi entrera au Paradis et celui qui m’a désobéi s’y est refusé. » (Al Boukhâri)
(ExtS29v45) « Le rappel d’Allah est certes ce qu’il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites. »
          Alors pour débuter cette démonstration, il faut préciser que l'islam libère la raison en l'invitant à la contemplation de l'univers et en l'incitant vers la logique dans la réflexion noble. Il élève le rang de la science et de ceux qui la détiennent. Il propose de donner une chance à la juste morale du Seigneur avant qu'elle ne nous donne plus de chance. Il enseigne de prendre dans chaque chose le bon et l'utile, mais en interdisant légitimement certaines de ces choses lorsque leur mal est supérieur à leur utilité : 
(S2v219) "- Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : “Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité”. Et ils t'interrogent : “ Que doit-on dépenser (en charité) ? ” Dis : “ L'excédent de vos bien.” Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditiez." 
(S2v216) « Le combat (pour défendre la religion ou vos demeures) vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas. »

Enfin, cette religion proclame surtout que la sagesse est le but du croyant quelles que soien
t les épreuves et les lieux où il la trouve :
(S2v269) « Il (Dieu) donne la sage
sse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c'est un bien immense (probablement incomparable par subtilité divine pudique) qui lui est donné. Mais les doués d'intelligence seulement s'en souviennent. »
L'islam exhorte donc l'homme vers l'excellence du comportement digne, mais aussi par des récompenses futures liées à un jugement universel :
L'Envoyé de Dieu (SBDSL) a dit : « Aucun serviteur ne sortira que du lieu du grand rassemblement (du jugement universel) avant que ne lui soit demandé à quoi il a consacré sa vie, ce qu'il a fait de sa science, comment il a acquis ses biens, ou est-ce qu'ils les a dépensé et à quoi il a usé son corps. » (Mouslim)
(S36v54) « Ce jour-là aucune âme ne sera lésée en rien. Et vous ne serez rétribués que selon ce que vous faisiez. »

(S55v60) « Y a-t-il d'autre récompense pour le bien, que le bien ? »

(ExtS19v61) « Le Tout Miséricordieux a promis (le Paradis) à Ses (sages) serviteurs, [qui ont cru] au mystère. »

          Par conséquent il faut s'arrêter sur cette remarque indéniablement attirante par son inestimable valeur : Quel pourrait être la plus merveilleuse des réponses après la mort ? Il faut noter que si nous interrogions n'importe quelle personne raisonnable sur terre, elle ne pourrait être qu'absolument d'accord avec les points suivants, puisqu'ils ont une irréprochable valeur inégalable :

-une vie éternelle où nous retrouverions ceux que nous avons aimés :
(S13v23/24) « les jardins d'Éden, où ils entreront, ainsi que tous ceux de leurs ascendants, conjoints et descendants, qui ont été de bons croyants. De chaque porte, les anges entreront auprès d'eux (en disant) : “Paix sur vous, pour ce que vous avez enduré ! ” - Comme est bonne votre demeure finale !»
(S60v13) « Ô vous qui avez cru ! Ne prenez pas pour alliés des gens contre lesquels Dieu est courroucé et qui désespèrent de l’au-delà, tout comme les mécréants désespèrent de ceux qui sont dans les tombeaux »

La relation entre les gens est un des arguments : amour, liens de parenté, fraternité…

-un univers éternel où nous aurions tout ce que nous souhaitons : 
(S25v16) « Ils auront là tout ce qu'ils désireront et une demeure éternelle. C'est une promesse incombant à ton Seigneur. »
Abou Dharr al-Ghafari (SDP) a rapporté que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Dieu (Glorifié soit-Il) a dit : « Ô Mes adorateurs ! si du premier au dernier, hommes ou génies, vous vous teniez dans une seule région de la terre pour Me solliciter d’accorder à chacun ce dont il a besoin, cela ne pourrait amoindrir en rien mes propriétés, pas plus que l'aiguille n’enlève quoi que ce soit à la mer en y étant trempée. »
Selon Abdulah Ibn Awfa (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) annonça à Khadija (SDP) la bonne nouvelle qu’elle a au Paradis une maison faite d’une perle creuse où il n’y a ni rumeur ni fatigue. » (URA)
(ExtS47v15) « Voici la description du Paradis qui a été promis aux pieux : il y aura là des ruisseaux d'une eau jamais malodorante, et des ruisseaux d'un lait au goût inaltérable, et des ruisseaux d'un vin délicieux à boire, ainsi que des ruisseaux d'un miel purifié. »
Le monde du rêve pendant notre sommeil et l'imagination sont des arguments : Plusieurs planètes comme lieux de résidence personnels, rues construites d'or et d'argent, gravier constitué de pierres précieuses, plages de sable composés de grains de diamant, maisons taillées dans des perles géantes, demeures sous-marine avec des murs extérieurs en verre transparent, palais somptueux constitués également de matière d'or, d'argent et de pierres précieuses flottant dans le ciel dans un mélange de l'ambiance monarchique et majestueuse des anciens palais orientaux et occidentaux et de l'ambiance lumineuse et électrique des nouvelles villes modernes et technologiques, villes futuristes, excellente nourriture sans fin n’écœurant pas et ne faisant pas grossir, température idéale, climat désiré, fleurs multicolores, feux d'artifice insonores, éclairs figés, arc-en-ciel divers, aurores boréales nocturnes ou diurnes, et tornades colorées inoffensives pouvant décorer les paysages, jeunesse éternelle, beauté physique extrêmement magnifique, clairvoyance permanente ne nécessitant pas de sommeil, souffrances et mort inexistantes, vacances permanentes, réjouissances constantes, jeux vidéo cinématographiques réels, animaux sauvages bébés ou apprivoisés, fêtes foraines démesurées, satisfaction totale, vols par la volonté ou sur des chevaux ailés dont chaque battement d'ailes amène jusqu’où porte le regard en permettant ainsi de traverser facilement la carte céleste des étoiles (planètes synonyme donc de demeures) de l'univers du Paradis, puisque sur terre la nuit, notre regard peut voir des étoiles situées à des années lumières, voyages dans l'espace, visites dans l'histoire de la Création, 
téléportation et gestion de la vie dans divers espaces temps, souhaits réalisés à volonté…

-un monde éternel dans lequel un Être Supérieur pourrait développés les plaisirs, nous apprendre des sciences inconnues, et nous offrir des degrés grandement étonnants d'amour joyeux et de noblesse émouvante par Son intime relation partageant Sa phénoménale puissance sentimentale de dignité :

Saul (SDP) rapporte : « j'ai assisté à l'une des réunions du Prophète où il a décrit le Paradis. A la fin de sa description, il dit : « Il y a au Paradis ce que nul œil n'a vu, nulle oreille n'a entendu et nul cœur humain n'a imaginé». Puis il récita ces deux versets : (S32v16/17) : « Ils s'arrachent de leurs lits pour invoquer (et prier) leur Seigneur (au derniers tiers de la nuit), par crainte et espoir; et ils font largesse de ce que Nous Leur attribuons. Aucun être ne sait ce qu'on a réservé pour eux comme sources de sérénité profonde, en récompense de ce qu'ils œuvraient ! ». (Al Boukhâri) 
Le Prophète (SBDSL) a dit : « L’image (des plaisirs) de ce bas-monde en comparaison de l’autre n’est que telle que celui d’entre vous qui plonge son doigt dans la mer, qu’il voie donc ce qu’il en retire avec son doigt. » (Mouslim)
Ext hadith :
Le Proph
ète (SBDSL) a dit : « Les habitants du Paradis y mangent et y boivent sans pourtant avoir ni défécation, ni morve, ni urine. Mais leur manger ne provoque chez eux que des rots ayant le parfum du musc... »
(S83v24-28) « (Au Paradis) Tu reconnaîtras sur leurs visages, l'éclat de la félicité. On leur sert à boire un nectar pur, cacheté, laissant un arrière-goût de musc. Que ceux qui la convoitent entrent en compétition (dans les bonnes actions et en s'y
entraidant quand c'est possible) [pour l'acquérir]. Il est mélangé à la boisson de Tasnim, source dont les rapprochés boivent. »
(S10v7) « Ceux qui croient et font de bonnes œuvres, leur Seigneur les guidera à cause de leur foi. A leur pieds les ruisseaux couleront dans les Jardins des délices. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu divisa la miséricorde en cent parties. Il en retint auprès de Lui quatre vingt dix neuf (pour le jour du jugement) et en fit descendre sur terre une seule. C’est de cette partie que provient la miséricorde qu’éprouvent les créatures entre elles, si bien que la bête lève son sabot au-dessus de son petit de peur de le piétiner. » (URA)
I
l faut noter que ces parties sont des degrés qui sont probablement multiplicateurs ou exponentiels.
L'apparition de l’existence, la création, les plaisirs, la noblesse, l'amour et l'infini contenu dans la dimension absolue de Dieu sont des arguments : émotions donc de bonheur, de noblesse et d'amour au-delà de nos espérances, béatitude constante, félicité suprême, extases inimaginables, couleurs inconnues (cette idée reflète particulièrement l'aspect précieux de ce Créateur car s'il était demandé à quiconque d'inventer une couleur en dehors des couleurs primaires, secondaires et de leurs dégradés, depuis sa jeunesse jusqu'à sa vieillesse, il n'y parviendrait pas car c'est en dehors de sa capacité d'imagination alors que c'est dans celle du Seigneur et dans Sa science), vision à 360 degrés, mélodies sublimes, inusables vêtements excessivement élégants, anciennes et nouvelles senteurs extrêmement agréables, anciens et nouveaux goûts immensément savoureux, capacités de de compréhension et de mémorisation instantanée et éternelle, intelligence décuplée, repos de l'âme, corps invulnérables et agrandis proportionnellement à une hauteur équivalente à soixante coudée (environ 33m) intensifiant aussi logiquement les sens et les émotions, santé excellente, fin des désagréments physiques, fin des sentiments pénibles, formatage spirituel faisant disparaître toute idée ou perception de perversité en n'y laissant donc que les nobles sentiments, harmonie totale dans la relation à autrui par des cœurs ressentant l'émotion et donc vivant le sentiment que l'autre veut nous faire partager, perception développée uniquement des agréables sensations et des belles émotions donc, communication par télépathie, plusieurs nouveaux sens permettant de percevoir de nouvelles sensations comme l'a prouvé Neil Harbisson qui s'est fait greffé impieusement une antenne permettant d'entendre les couleurs par des vibrations dans le cerveau, nouvelles occupations toujours très plaisantes, sciences prodigieuses inattendues, augmentation permanente, quotidienne ou hebdomadaire de l'intensité de nombreuses spécificités du Paradis...


          Avant de continuer, il est capital de préciser que la foi est logique avant d’être de l’espoir. Ainsi les porteurs de ce sentiment ne doivent pas être considérés comme des rêveurs, mais plutôt comme des scientifiques honorables qui cherchent par les plus pertinents arguments explicites à éradiquer totalement les idées matérialistes, darwinistes et athées, puis à démontrer définitivement sous forme de loi le fait de la création et de l’existence de cet Être Suprême pouvant nous offrir éternellement par Sa puissance absolue et Sa bonté infinie, tous ces magnifiques espoirs parmi lesquels la plus grande joie serait de Le voir :
(S92v5-7) « Celui qui donne et craint (Allah) et déclare véridique la plus belle récompense le Paradis), Nous Lui faciliterons certes la voie au plus grand bonheur (qui est de voir le Créateur). »
(S50v35) « Il y aura là (au Paradis) pour eux tout ce qu'ils voudront. Et auprès de Nous il y a davantage encore (c'est à dire voir ou visiter le Seigneur). »
L'être humain sait qu'il vient d'apparaître sur terre, alors il devrait lui être facile de reconnaître qu'une lointaine dimension exempte de commencement puisse exister, et que puisqu'il pense, c'est qu'il est, et que puisqu'il est, c'est qu'il existe, et que puisqu'il existe, c'est que la conscience de son âme est éternelle, comme l'ont prouvé les récits de nombreuses personnes mortes cliniquement (voir vidéo sur Youtube.com de l'interview du docteur charbonnier sur les NDE : https://www.youtube.com/watch?v=hCGkJB1bjqk&list=PL5D5DD9EDF2BF96E4).
          D'autre part, il faut bien comprendre que dans la philosophie religieuse, la réflexion et la morale ont pour point de départ l'Être Suprême et non pas le monde qui nous entoure. En effet, alors que certains philosophes et certains scientifiques, en partant de déductions établies à partir des caractéristiques de l'univers, ont déduit quelques attributs de Dieu par Sa création représentant Sa manifestation et donc par ce qu’Il n’est pas réellement, les textes sacrés transmis aux hommes permettent de savoir ce que Dieu dit de Lui-même et de Ses intentions lors de la création :

(S22v8) « Or, il y a des gens qui discutent au sujet de Dieu sans aucune science, ni guide, ni livre pour les éclairer. »
          Par conséquent, ces informations fascinantes deviennent le plus grand des trésors, car ce n’est pas au fond des grottes, sous la mer ou sur d'autres planètes que se trouvent les plus merveilleux, mais plutôt dans les enseignements décrivant notre Seigneur et la morale. L'organisation et l’immensité de l'univers peuvent effectivement faire percevoir la science et la puissance de ce Créateur à des esprits scientifiques ou philosophiques, mais la spécificité des livres révélés est de transmettre des renseignements inconnus sur Son identité et sur Ses nobles raisonnements qui Lui ont apporté Sa dignité maximale par Son choix vers l'excellence des qualités spirituelles. Pour conclure, il faudra remarquer que la morale décidée par Dieu découlant de Son existence, de Ses attributs dont l'omniscience, et des choix se présentant à Lui est toujours irréprochable, même si parfois notre faible niveau de connaissance ne peut comprendre certains de ses aspects qu'avec le temps, et si souvent celle apparue avec la laïcité ayant oublié cette présence divine s'y oppose paradoxalement puisque nombreuses de ses règles à son origine proviennent des religions monothéistes.