Imprimer

J) Suite 10

La croyance qui confine à l’illusion, celle en l’occurrence qu’"on va tous mourir du virus", provoque l’impératif de survivre avant celui de comprendre - le cerveau reptilien ayant la primauté sur le néo-cortex et la raison. Il n’est donc pas nécessaire que le fait scientifique soit avéré ou confirmé par le plus grand scientifique ou le Pouvoir lui-même, mais il faut absolument prolonger le pass qui prolonge aussi le danger sanitaire en enracinant ainsi cette croyance collective dans la société, provoquant peu à peu un dressage des esprits par auto-conditionnement vers une neutralisation générale de la réaction. Tout ça via l’Écran. Peu importe qu’on n’ait pas de télé, un écran suffit pour diluer la Peur sur la ville et sur les ondes, le simple reflet de cette ingénierie partout dans la rue, la signalétique etc., pourvu qu’on la voit, qu’on en parle peu importe que ça soit en bien ou en mal, qu’on est raison ou tort.
« Le Pr Mattias Desmet enseigne la psychologie clinique à l’université de Gand en Belgique et s’est spécialisé dans la « formation de masse » typique des régimes totalitaires. Dans un exposé brillant, il présente un modèle effectivement éclairant quant aux conditions préalables nécessaires, mais aussi à la dynamique propre des dérives de l’ordre de celle dans laquelle nous sommes. Laquelle se caractérise en effet par un « état préalable » de la société, fait de niveaux élevés de mal-être et de perte de sens. Soulignant les taux stupéfiants (littéralement) de consommation de médicaments psychotropes dans nos différents pays ainsi que de marqueurs de souffrance psychique comme le burn-out et les dépressions, le Pr Desmet souligne que nous étions déjà des sociétés souffrant de fort taux d’anxiété et de frustration psychique diffuses, amplifiées par la perte de liens sociaux. Il en résulte une société déboussolée, avec des individus en proie à des affects d’autant plus douloureux qu’ils ne savent pas les attribuer à une cause en particulier. Cette souffrance « flottante » est d’autant plus redoutable que tout facteur obvie apparaissant porte en lui le risque de précipiter les deux principaux processus inconscients mis en lumière par Freud : le déplacement et la condensation.  Un agent comme le coronavirus peut ainsi devenir la cible de cette projection massive sur laquelle les individus vont décharger mais aussi investir massivement leur souffrance diffuse : grâce au Covid, ils savent enfin (ou croient savoir bien sûr) pourquoi ils sont aussi angoissés et déboussolés. La captation de cet investissement pulsionnel par le narratif officiel devient un jeu d’enfant : dans une configuration élémentaire « à la » triangle de Karpmann (que Desmet ne mentionne pas), les gens s’éprouvent victimes ou à risque de l’être avec un bourreau identifié (le redoutable virus, auquel se retrouvent agglutinés ceux qui contestent le narratif officiel -complotistes et antivaxx selon les étiquettes de circonstance- désignés eux aussi comme des « dangers publics » ) et un sauveur qui l’est tout autant (les autorités protectrices et le « vaccin » salvateur).  Dans ce processus, les individus se soulagent efficacement de leur souffrance diffuse, avec de surcroît le sentiment de participer à une communauté héroïque, recréant ainsi le sentiment d’être en liens d’une manière où ils se sentent prêts à tous les sacrifices. Le Pr Desmet insiste sur le fait que la participation à la dérive totalitaire est tout sauf égoïste : elle est à l’inverse solidaire, altruiste et même sacrificielle. Ce que confirme la facilité avec laquelle les peuples renoncent actuellement à leurs droits et libertés. Une fois cet « engoncement » dans un narratif fantasmatique réalisé, le piège s’est refermé : le risque qu’il y aurait à ouvrir les yeux, à comprendre la réalité de la situation, à mesurer aussi l’étendue et la gravité des manipulations et maltraitances subies de la part de dirigeants en qui ils avaient placé leur confiance implique nécessairement le risque d’être renvoyé à la souffrance flottante, perspective psychiquement insupportable. Ce qui explique pourquoi les « covidistes » (autorités et population) sont si peu intéressés par les faits, les chiffres et les données. A tel point qu’ils les rejettent même avec acharnement et une hostilité marquée envers ceux qui cherchent à les en informer. Un paramètre frappant de ce processus est que ce ne sont de loin pas les personnes les mieux éduquées ou soi-disant les plus aptes à la pensée critique qui se trouvent être les mieux protégés face à cette dérive délirante. Au contraire ! Les « élites » sont d’autant plus à risque que leur narcissisme social rend difficile pour elle l’admission de leurs erreurs ou dérapages. Les biais cognitifs de confirmation, amplifiés par la pensée grégaire et la supériorité de caste, rend à l’inverse les médecins, scientifiques, universitaires, avocats, psychologues, dirigeants d’entreprise, cadres et journalistes d’autant plus à risque de s’enfermer dans des postures délirantes. » (Extrait de l'article « Viol des esprits et psychose de masse » à l'adresse https://strategika.fr/2021/10/06/viol-des-esprits-et-psychose-de-masse/
Or on ne négocie pas avec l'expérience totalitaire, car moins on négocie avec et plus vite on la fera couler d'autant plus avec de massifs boycotts intelligents et unis, car le destin du totalitarisme est de s'autodétruire, de s'effondrer, puisqu'il est contraire à toutes les lois de la nature, de l'espèce, de l'esprit, de l'âme, de l'intelligence, surtout qu'impopulairement la nomenklatura y a généralement droit à tout même à certaines interdictions imposées au peuple.
Nous sommes arrivés à un point tel que la survie n'est plus mesurée par des critères moraux, spirituels ou humains, on nous traite dont par les vaccins comme des bestiaux sous la propriété totalitaire de l'Etat. Nous savons que jamais personne ne s’empare du pouvoir avec l’intention d’y renoncer. Ainsi suite à l'effondrement du messianisme communiste (totalitarisme d'apparence militaire) et le messianisme capitaliste libéral (totalitarisme d'apparence chic et donc plus vicieux), le pire totalitarisme est celui de la société libertaire d'hyper consommation (organisé par une ploutocratie), dont le virtuel (vie à travers le numérique, athéisme, Lgbtisme, féminisme, GPA, transhumanisme, gauche sociétale...) lutte contre le réel après l'avoir follement qualifié de fascisme, alors que ce n'est que pars une évidente inversion des valeurs que le fascisme tend à revenir mondialement à travers cette gauche sociétale ayant particulièrement formaté les jeunes générations.
Or selon Karl Marx, l'Histoire (d'un totalitarisme) revient toujours deux fois, mais la première fois elle vient en tant que tragédie, alors que la seconde fois, elle revient en farce. Et la plus grande menace pour un totalitarisme impie n'est pas les rebelles d'autant plus violents sur lequel il pourrait construire une fausse légitimité, mais les sceptiques, les ironiques et les décontractés dont l'esprit fin, clairvoyant, sage et intelligent peut être contagieux. Pour certains le pouvoir n’est pas un moyen, il est une fin. Surtout que quand la passion ou la peur est forte chez le peuple, l'idéologie (la propagande tyrannique et divisante comme celle du Covid) prime sur la raison, la science et le bon sens. Ainsi malgré la démocratie liée à la république française, le système veut nous faire croire que l'autorité a le pouvoir, alors qu'il est prêté uniquement par le peuple un certain temps pouvant être raccourci par une révolution. D'ailleurs la dictature sanitaire liée au Covid a clairement fait passé l'autorité à de l'autoritarisme. En effet on ne peut nier qu'actuellement, un totalitarisme se met en place par les confinements, les couvre-feu, le traçage, les délations, la stigmatisation de populations, les camps, le code de Nuremberg, le passeport (covid) pour circuler sur le territoire national, le règne de la terreur par la propagande etc. Surtout que les forces progressistes qui ont imposé cette tyrannie sanitaire détruisent l’économie productive au profit des puissances financières. Voir vidéo « L'Eloge de la force avec Laurent Obertone - Le samedi politique » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?v=Ue9CqPFtQgo&t=192s
Le nouveau passeport covid national est la suite liberticide de mouvement commencée lors de la première guerre mondiale et continuée par les passeports et les visas : « Rien peut-être ne rend plus sensible le formidable recul qu’a subi le monde depuis la Première Guerre mondiale que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et, de façon générale, à leurs droits. Avant 1914 … chacun allait sans passeport où il voulait sur terre et y demeurait aussi longtemps qu’il lui plaisait. » (Stefan Zweig, Le monde d’hier. Souvenirs d’un Européen, 1942)
          Egalité et réconciliation sont les deux choses que les majorités doivent absolument offrir aux minorités (dont les ultra riches font partie) si elles veulent empêcher ces dernières de donner prise aux techniques de manipulations utilisées par les forces qui veulent transformer tout le monde en esclaves obéissants et désemparés. Surtout que par le pouvoir de subordination de la dette usurière, une hyper classe donc minoritaire cherche le pouvoir politique et parvient même à obtenir les infrastructures des nations, la dématérialisation de la monnaie (en futures crytpomonnaies liées aux monnaies nationales gérées par les banques) et le démantèlement des services publiques (dont les moyens hospitaliers étaient insuffisants au début du covid) en les faisant devenir payant. Ces majorités qui s’illusionnent et croient qu’elles peuvent résoudre le « problème des minorités » en les expulsant ou en les faisant disparaître ne font que se tromper elles-mêmes. Résoudre « simplement » le « problème des minorités » en les réprimant pousse inévitablement celles-ci directement dans la chaude étreinte des grands manipulateurs, et cela transforme ces minorités en une puissante arme contre la majorité. C’est le grand danger de mouvements comme le Rassemblement national en France. Leurs actes ne servent qu’à « armer » les minorités. Surtout que le Rassemblement national  a été attaqué pendant 40 ans par les forces sionistes, qu’il a finalement été dévirilisé, et qu’une fois dévirilisé, il a été attaqué sur sa dévirilisation (par Zemmour), on saisit l’ingénierie, aussi subtile que cruelle. La nouvelle droite de Zemmour en réalité sioniste est fausse puisque étant pour L'Euro, l'Union européenne et le pass sanitaire, cela signifie qu'elle est macronienne. Ainsi ceux qui le suivent participent à éjecter les derniers véritable défenseurs de la droite authentique. L’ennemi te demande de faire la paix, de poser ton arme, puis, sans risque, t’enfonce son épée, que lui n’a pas posée. Bien entendu, cela ne signifie pas que les préoccupations et les griefs émis par ces mouvements sont sans mérite, pas du tout, ce sont leurs (pseudos) « solutions » qui sont le véritable danger. Il n’y a qu’un seul moyen efficace de désamorcer le potentiel explosif des minorités :
-Expliquer que la domination des élites perverses se fait donc de la manière suivante : libéralisme libertaire, appauvrissement du bas et de la classe moyenne entrepreneuriales de la société, destruction des acquis sociaux, manipulation entre minorité et majorité, racisme, division horizontale, et ainsi lutte verticale entre le peuple et le pouvoir profond évitée.
-Instruire les minorités et leur expliquer qu’elles sont manipulées
-Instruire ceux qui rejoignent les mouvements opposés aux minorités qu’ils sont aussi manipulés
-Offrir aux minorités un avenir fondé sur l’égalité et la réconciliation
-Pointer les projecteurs vers ceux qui soufflent sur les braises du conflit et essaient de tourner les minorités et les majorités les unes contre les autres afin de préserver leurs privilèges corrompus. (voir article complet à http://lesakerfrancophone.fr/les-minorites-manipulees-representent-un-danger-majeur-pour-les-etats-democratiques)
          Les grands problèmes sociaux mondiaux proviennent principalement des élites perverses  sionistes, cupides ou avides de pouvoir de l'occident. En effet exactement 11 ans après le démembrement de l'union soviétique et le discours du président Bush Père américain sur le nouvel ordre mondial séculier à venir, les attentats probablement effectués sous faux drapeau au World Trade Center du 11 septembre 2001 eurent lieu, ce qui permit au président Bush américain, fils du précédent de même nom, de dire qu’il fera la guerre au terrorisme, car il s'agit d'une guerre possiblement sans fin permettant aux Etats-Unis leurs perpétuelles ventes d'arme et la préservation de leur hégémonie puisque cet empire est un complexe militaro-industriel. Or s’il avait affirmé qu’il avait l’intention de livrer une bataille à l’islam, cela aurait mis en danger le projet sioniste de domination du monde par la perverse laïcité occidentale et l'instabilité des guerres, puisqu'il aurait uni la population musulmane représentant le cinquième de l'humanité. Ceci prouvant qu'il est grand temps qu'un califat bien guidé et donc sagement constructeur réapparaisse sur tous les pays musulmans afin de purifier le monde qui en est devenu à être organisé pour entretenir l'empire américano-sioniste survivant par l'exploitation du chaos.
Surtout que suite à tout ce qui vient d'être évoqué et comme il est reconnu désormais mondialement que divers services spéciaux occidentaux instrumentalisent le terrorisme à des fins politiques ou géopolitiques puisque même le Président Trump a admis la création états-unienne de Daech qui était au début la rébellion de l'ancienne armée et administration irakienne de Saddam Hussein humiliés par leurs licenciements puis qui fut infiltrée par le saoudo-wahhabisme, il est unanimement reconnu que les premiers Talibans ont été soutenus par la CIA. C'est à dire que certains spécialistes arabes et mondiaux affirment que le complexe militaro-industriel des États-Unis a manipulé le groupe Al-Qaïda pour le lier de près ou de loin aux terribles attentats du World Trade Center afin de pourvoir envahir divers pays musulmans pour contenir la Russie, l’Inde et la Chine, et bien sûr contrôler une grande partie des ressources pétrolières du moyen orient et de l’Asie.
Cela fut d'autant plus possible sans l'opposition véritable de ces grandes puissances concurrentes depuis la déstabilisation de l'Irak par des islamistes ayant suivi celle par les Etat-unis sous un faux prétexte d'empêcher des armes de destruction massive d'être utilisées. Et ce fut aussi le cas lors de la guerre en Lybie jusqu'à un niveau trop important de déstabilisation de la Syrie, car la Russie n'avait probablement pas encore avoir remonté la pente économique et militaire (dont le temps de finaliser certaines armes modernes comme ses boucliers électromagnétiques et ses missiles hypersoniques) depuis la dislocation de l'union soviétique et parce que la Lybie n'appartient pas à Sa sphère de sécurité ou d'influence (surtout que cela a affaibli l'Europe par l'immigration de masse étant liée à cette déstabilisation) comme le proche orient n'appartient pas à la sphère de sécurité ou d'influence de la Chine ni de l'Inde, mais le devient quand même car c'est un centre mondial de pressions internationales. Or pour la Russie, s'engager dans la Syrie en guerre devenait impératif, puisqu'il s'agissait d'une survie politique car il fallait éviter que le terrorisme aille jusqu'à ses portes, et d'une survie financière car si la Syrie devenait pro-occidentale cela aurait permis à un pipeline venant des grandes ressources en gaz du Qatar de la traverser puis de passer par la Turquie afin de détruire l'économie russe et donc soumettre la politique russe. En effet la souveraineté russe est divinement d'abord basée sur la vente de gaz. Ainsi dans le plan divin, toutes ces circonstances ont fort heureusement obligé la Russie à freiner l'apparition de cet interdit grand Israël et à combattre cet innovation malfaisante gravement erronée qu'est l'islamisme politique destructeur et meurtrier de masse qui devrait d'ailleurs s'appeler simplement terrorisme comme on ne fait pas d'amalgame avec les autres religions et les idéologies politiques même quand ils sont terroristes.
Par ailleurs cette déstabilisation états-unienne du proche orient espère aussi au bout du compte une guerre permanente entre sunnite et chiite similaire à celle sans fin contre le terrorisme puisque permettant leur honteuses ventes d'armes indéfiniment et l'exploitation des ressources des pays dans le chaos. C'est également dans ce sens que le pouvoir profond occidental lié à divers lobbies pervers et certains de leurs services spéciaux comme la CIA organisent divers foyers de tensions dans le monde.
          Ce démoniaque pouvoir profond très nocif de l'occident souhaite aussi la destruction de l'islam, du catholicisme et du christianisme orthodoxe car ces religions sont en opposition au laïcisme hyper consommateur de leur capitalisme libéral libertaire enrichissant seulement les très riches. De plus ce pouvoir oligarchique pervers cherche la maîtrise de divers territoires dont certains donc pour leur principale colonie qu'est le Grand Israël devenu par rapport au monde leur capitale ou Etat leader, puisque permettant par l'honteuse suprématie victimaire des juifs liée à la shoah de valider la belliqueuse et dominatrice politique internationale des sionistes.
          Pour y parvenir au fur et à mesure des dernières décennies dont par la prise de contrôle des pays occidentaux, diverses autorisations législatives furent données pour la création de chaînes d'informations partisanes, l'apparition de groupes de réflexion ultra-libéraux subventionnés par les très riches pour leur permettre de payer moins d'impôts, et l'organisation de groupes de discussions avec des citoyens représentant la population afin de plus facilement manipuler le peuple à accepter par exemple la guerre en Irak et en Syrie ou la Russophobie. Surtout que des sociétés privées type « behavioral insigts team (l'équipe d'analyse comportementale) » étudient la psychologie humaine pour modifier le comportement de la population, en particulier à travers les enfants, dont afin de faire croire que l'autorité a le pouvoir, alors qu'il est prêté uniquement par le peuple un certain temps pouvant être raccourci par une révolution.
De plus avec des découvertes scientifiques et des lois de plus en plus perverses amenant bientôt à valider la sélection des gênes pour le fœtus, la GPA et les utérus artificiels voire les clonages, ils pourront créer des armées de serviteurs sous prétexte d'adoption, voire créer des êtres humains supérieurs qui n'hésiteront pas à faire disparaître les anciennes générations plus faibles.
Tout cela confirme donc la nécessité urgente d'un retour à l'éthique morale d'un Califat bien guidé sur tous les territoires musulmans pour qu'il participe à l'assagissement du monde, surtout que s'étendant sur des zones très riches en hydrocarbures et très stratégiques géopolitiquement dont vis à vis du commerce international :
Twaban (SDP) rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu (SBDSL) : « Peu s'en faut que les nations ne se liguent contre vous à la manière de mangeurs se conviant à manger du même plat (pétrole du moyen orient et maghreb). L'un des compagnons demanda : « serons-nous en minorité ce jour-là, ô Envoyé de Dieu ? » « Non, vous serez nombreux, mais (sans plus de valeur) que l'écume charriée par un torrent (car divisés), et Dieu ôtera du coeur de vos ennemis la crainte que vous leur inspiriez et Il mettra de la faiblesse dans les vôtres. » répondit le Prophète (SBDSL). Un autre demanda : « De quelle nature sera cette faiblesse ? » « L'amour de ce monde et la crainte de la mort (vous faisant oublier la défense des faibles et de la morale) », finit le Prophète (SBDSL). »
Selon Bruno Guigue analyste géopolitique français, le terrorisme ne s’est jamais aussi bien porté depuis que les USA prétendent le combattre, mais les États souverains qui l’affrontent pour de vrai (aujourd’hui comme hier) figuraient depuis longtemps sur la liste noire des faucons du Pentagone. Afghanistan envahi, Irak laminé, Libye pulvérisée, Soudan tronçonné, Syrie agressée, Iran sanctionné, Yémen affamé : la guerre contre la terreur est l’alibi d’une destruction méthodique des structures étatiques du « grand Moyen-Orient », pour reprendre l’expression de Michel Raimbaud. On ne comprend pas la politique occidentale dans la région si l’on refuse d’admettre que la guerre contre la terreur était en fait une guerre pour la terreur, destinée à perpétuer le chaos dans une partie du monde aussi riche en puits de pétrole qu’en peuples récalcitrants. Contrairement au discours convenu des chancelleries occidentales sur « notre ennemi mortel, l’islamisme radical » (discours destiné aux naïfs), les coupeurs de tête n’ont jamais causé le moindre tort à l’hégémonie US (ni à Israël), qui a précisément besoin de leur nocivité pour se perpétuer. À la fois mercenaires et boucs-émissaires, les djihadistes en tous genres ont fourni des hommes de mains jetables à l’empire du crime. Progressivement, les États-Unis retirent leurs troupes des conflits où elles étaient engagées. Ils leur substituent des mercenaires sur le terrain (les djihadistes) et des sanctions économiques, version moderne du siège médiéval. En effet ce que les arrogants, méprisants, despotiques et tyranniques dirigeants états-uniens échouent à faire directement ou par procuration militairement, ils veulent y parvenir en affamant population, femmes et enfants, imposant des embargos ou de blocus qui sont des actes de guerres et établissant des sanctions économiques, même vis à vis de leurs pays alliés qui passeraient outre leur politique perverse contre diverses nations ou régions particulières du monde. Ces actions stratégiques sont d'autant plus perverses qu'elles s'effectuent en dehors de tout droit international dans une forme de jungle animale opposée à l'humanisme qu'ils prétendent pourtant sournoisement défendre, surtout qu'elles ne sont pas dénoncées par des organisations comme l'ONU et l'OMC prétendant défendre la justice internationale, alors qu'elles sont pourtant aussi graves qu'une bombe nucléaire puisque 500 000 enfants irakiens en sont morts lors de l'embargo contre l'Irak à l'époque de Saddam Hussain. C'est pour ça qu'il est insupportable que la morgue moralisatrice des dirigeants occidentaux est l’écran de fumée qu’ils jettent complaisamment sur les tas de cadavres dont ils sont responsables et qu'ils donnent à leur peuple. C’est non seulement une insulte à l’intelligence des peuples qui les écoutent, mais surtout (c’est de loin le plus grave) une ignominie à l’égard des peuples qu’ils ont condamnés à la mort ou à la misère. Dans cette entreprise mortifère où le false flag est la règle et le bombardement aveugle le mode opératoire, de Kaboul à Bagdad, de Tripoli à Sanaa et de Mossoul à Damas, les États-Unis battent tous les records, mais leurs supplétifs français et britannique, ces roquets de l’Empire, ne sont pas en reste dans l’exécution du crime de masse. Quel autre pays dans le monde, outre ces trois-là, peut se vanter d’avoir fait autant de guerres chez les autres (dont nombreuses par procuration), imposé autant de sanctions économiques, et déstabilisé autant de nations souveraines ? S’ils avaient une vague idée de ce qu’est le patriotisme, leurs citoyens descendraient dans la rue pour imposer la fin de cet acharnement criminel contre des populations qui ne leur ont rien fait, et dont certaines avaient même la candeur de croire aux valeurs usurpées par un Occident failli.
Le professeur Michel Chossudovsky, directeur du Centre for Research on Globalization, rappelle que deux pays, classés aujourd’hui comme ennemis, sont ceux qui, quand ils étaient alliés aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, payèrent la victoire sur l’Axe nazi-fasciste Berlin-Rome-Tokyo du plus haut prix en vies humaines : environ 26 millions pour l’Union Soviétique et 20 millions pour la Chine, par rapport à un peu plus de 400 mille pour les États-Unis. Avec ce préliminaire Chossudovsky introduit sur Global Research une étude documentée par James A. Lucas sur le nombre de personnes tuées par la série ininterrompue de guerres (parfois sous de faux prétextes humanitaire ou démocratique alors que principalement pour dominer les ressources et la politique de diverses nations du monde), de coups d’État et autres opérations subversives effectués par les États-Unis de la fin de la guerre de 1945 à aujourd’hui : nombre estimé à 20-30 millions. Le double environ des morts de la Première Guerre mondiale, dont on vient juste de célébrer à Paris le centenaire de la fin avec un « Forum de la paix ». En plus des morts il y a les blessés, qui souvent se retrouvent infirmes : certains experts calculent que, pour chaque personne morte en guerre, 10 autres sont blessées. Ceci signifie que les blessés provoqués par les guerres étasuniennes se montent à des centaines de millions. À cette estimation dans l’étude s’ajoute un nombre non quantifié de morts, probablement des centaines de millions, provoqués depuis 1945 jusqu’à maintenant par les effets indirects des guerres : famines, épidémies, migrations forcées, esclavagisme et exploitation, dégâts environnementaux, soustraction de ressources aux besoins vitaux pour couvrir les dépenses militaires. L’étude documente les guerres et les coups d’État effectués par les États-Unis dans plus de 30 pays asiatiques, africains, européens et latino-américains. Elle révèle que les forces militaires USA sont directement responsables de 10-15 millions de morts, provoqués par les plus grandes guerres : celles de Corée et du Vietnam et les deux contre l’Irak. Entre 10 et 14 autres millions de morts ont été provoqués par les guerres par procuration conduites par des forces alliées armées, entraînées et commandées par les USA, en Afghanistan, Angola, Congo Soudan, Guatemala et d’autres pays.
          Les Etats-Unis ont été en guerre 93% du temps de leur existence depuis leur création en 1776, c’est à dire 222 des 239 années de leur existence. Le pays n’a donc été en paix que 21 ans depuis sa création en 1776…Cela apporte une évidence de plus en plus partagée suivant l'avis du bon sens élémentaire : un pays en guerre incessante partout dans le monde, et cela depuis 170 ans, ne peut plus faire croire qu’il dispense la paix, le bien et la démocratie !
          Eux et les sionistes tuent, détruisent, sont racistes, pleurnichent des lois mémorielles, s’approprient des terres en excluant les autochtones, s’ingèrent dans la politiques des autres pays du monde, manipulent les autres états en organisant des infractions économiques et financières, en usant de trafic d’influence, et en utilisant des escroqueries en bande organisée. Ces gens, consciemment corrompus complètement, par conséquent criminellement très coupables, sont extrêmement nocifs mondialement.
          Ainsi actuellement les intérêts américano-sionistes dans leurs opérations militaires sont toujours perversement d’ordre financier, politique et hégémonique. En ce début de 21ème siècle, le contrôle des hydrocarbures, l'ingérence dans la politique étrangère, la laïcité affaiblissant le niveau moral des gens et la vente d'armes sont encore la priorité pour tenir leur domination par le chaos chez les autres.
          Par conséquent l’Afghanistan représentait aussi un endroit stratégique, puisque jouant le rôle de voies d’acheminement des hydrocarbures de l’Asie centrale, permettant l'établissement de bases militaires américaines pour contrôler la région, et participant au développement d'un ennemi mondial perpétuel qu'est le terrorisme. Ainsi le terrorisme des premiers talibans ayant permis l'envahissement de l'Afghanistan par les américains facilite donc bien la manipulation mondiale à leur profit, provoque toujours plus de ventes d'armes, et peut ne jamais disparaître totalement par preuve que des monarchies arabes pétrolières alliés des États-Unis participent à son financement. De plus pour le profit des oligarchies très riches corrompues, le terrorisme sert également à dévier la colère des peuples face à la mise en place de lois antisociales, sécuritaires et asservissantes économiquement. Ces élites cupides prennent aussi particulièrement le pouvoir sur les états par leur corruption d'hommes politiques et par des organisations ou lois commerciales supranationales avec des traités internationaux. En effet cela participe à leur domination dont par l'argent et surtout par le dollar créé ex-nihilo au sein des banques occidentales semblant donc être impossible à combattre économiquement et donc militairement par la puissance américaine, sans une union de tous les vrais musulmans, chrétiens et peuples honnêtes dans un système financier d'investissement plus pur que les BRICS pourquoi pas avec des blockchains et des cryptomonnaies basées sur des chartes honorables. En effet les banques centrales privées créant ex-nihilo des lignes de comptes et de l'argent sans donc rien produire et devant être remboursés en plus avec intérêt par les peuples, rien que cette réalité devrait être cause de révolution. D'ailleurs si l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord appartiennent aux pays les plus opprimés mondialement, c'est parce qu'ils n'ont pas de banques centrales appartenant aux Rothschild.
Surtout que si rien n'est fait dans ce sens pour diminuer l'étendue de la domination impie de l'empire américano-sioniste, la situation mondiale évoluera inévitablement vers l'apparition d'un système presque planétaire de l'antéchrist basé sur le mondialisme économique, une monnaie unique, la laïcité, l'usure, la dette, le pouvoir des banques privées, et des sommes astronomiques d'argent thésaurisé dans la Paradis fiscaux. C'est à dire que dans ce cas, le pouvoir planétaire sera géré par un consortium du privé, possiblement sous forme d'énormes conglomérats multinationaux appartenant à très peu d'humains anonymes par la juridiction actuelle et cristallisant le pouvoir politique tout en facilitant l'accaparement excessif contraire à la civilisation, sous forme de grandes fusions multiples comme c'est déjà le cas en se rapprochant d'un monopole injuste, ou sous forme de multinationales gestionnaires d'énormément d'actifs type Blackrock, telles des supers structures économiques internationales tendant vers le chantage du supra national sur la souveraineté des pays. En effet par exemple à Hong Kong, territoire indépendant, où la moitié des sièges à la législature doivent représenter des intérêts commerciaux, c'est déjà le cas puisque les intérêts des entreprises privées « font la Loi ». Hong Kong est un centre financier majeur mais également un foyer non moins important de délinquance financière prouvant la nécessité de blockchains synonyme de totale transparence purifiant l'économie et donc le monde. Entre 2013 et 2017 à Hong Kong, le nombre de transactions suspectes signalées aux forces de l’ordre est passé de 32 907 à 92 115. Pourtant en prouvant l'augmentation de la corruption, il y a eu une baisse des poursuites puisqu'elles sont passées d’un maximum de 167 en 2014, à 103 en 2017 dont une seule personne condamnée à plus de six ans de prison. C'est pourquoi un chef d'état doit être en dehors du privé et du peuple pour gérer au mieux dans un juste milieu les intérêts de chacun dont de l'état afin d'empêcher autant de corruption grossière.
          Or une énorme société d'investissements comme BlackRock domine peu à peu les états et devient probablement inarrêtable par son poids planétaire de risque systémique puisque gérant quotidiennement 18 mille milliards de dollars d'actifs mondialement (montant proche de la production annuelle des Etats-Unis) avec leur intelligence artificielle « Aladdin ». Ce logiciel beaucoup plus développé qu'un algorithme effectue 200 millions de calculs quotidiens sans aucune intervention humaine afin de conseiller des placements et peut apparemment reconnaître utilement les titres toxiques et contrôler les grandes banques mondiales dans une forme de noblesse. Cependant cette société n'hésite pas à engager d'anciens hommes politiques et à investir bassement dans l'armement, mais aussi pour leur image dans des secteurs comme l'énergie verte alors qu'ayant de parts dans des sociétés polluantes, ou dans la sécurité de fonds de retraites appartenant normalement aux états. De plus cet algorithme recherchant d'abord l'argent et donc la cupidité avant l'humain prouve aussi la perversité de l'évolution du système commercial et financier comme la trading à haute fréquence. BlackRock appartient aux trois plus gros fonds d'investissement états-uniens, actionnaires majoritaires dans 90 pourcents des 500 plus grandes entreprises de leur pays. La propriété commune amenant à des monopoles injustes est donc la règle immorale et non l'exception, surtout que des contre expertises malhonnêtes défendent cette domination dangereuse pour les pays puisque spéculant aussi sur les faibles.
En effet généralement par des fusions, des énormes sociétés parviennent à des monopoles (capitalisme de copinage, dictature économique) faisant sans honte augmenter les prix (même de denrées et produits de première nécessité) ou les loyers et donc appauvrir les peuples, mais heureusement des populismes bien compris se réveillent de plus en plus à travers le monde.
Le problème principal devient donc l'ascendant du capital financier international sur la démocratie nationale.
Ceci est confirmé par le milliardaire américain Warren Buffet ayant déclaré : « Il existe bel et bien une guerre des classes, mais c'est ma classe, la classe des (très) riches qui fait la guerre et c'est nous qui la gagnons (sauf donc depuis le réveil des peuples comme aux Etats-Unis par preuve de l'élection de Trump, en Angleterre par preuve du vote pour le Brexit, en Italie par preuve de l'élection d'un gouvernement souverainiste et en France par preuve des grandes manifestations des gilets jaunes). » Cette déclaration est validée par le fait que 1% de la population au niveau mondial détient gravement de 50 à 99 % des richesses, surtout que souvent mises dans des paradis fiscaux apparus étrangement, puisque détruisant l'économie mondiale des peuples par l'argent thésaurisé (sans imposition) qui ne circule pas dont à cause de malhonnêtes sociétés écrans. (voir film « The Laundromat : L'Affaire des Panama Papers » de Steven Soderbergh)
Selon le collectif « Anonymous » :
« Il y a les 1 % qui contrôlent le monde (voire 1 % de ces 1%),
les 4 % qui ne sont que des marionnettes corrompues,
les 90 % qui sont endormis ou vivent le syndrome de Stockholm,
et les 5 % qui savent et essayent de réveiller les 90 %.
Mais les 1% ne veulent pas que les 5% réveillent les autres. En effet les gens réveillés subissent une triple attaque par la grande masse des ignorants, l’armée des manipulés et la poignée de manipulateurs. »
En Europe, la fortune des milliardaires a augmenté de 14 % pendant la crise sanitaire de 2020. Oxfam révèle que les « sept premiers milliardaires français possèdent plus que les 30 % les plus pauvres ». Avec la crise du Covid, la France, par son endettement extérieur, a injecté beaucoup d’argent dans les marchés. L’augmentation des Bourses est tout simplement l’évolution de la quantité d’argent et du volume de dépenses dans l’économie. L’indice boursier actuel suit donc en réalité l’évolution de la masse monétaire. Nous sommes dans un système corrompu (lié au banques, à la finance et aux grands patrons) qui favorise donc beaucoup et exclusivement le développement des très riches.
Fritz R. Glunk, éditeur allemand de Die Gazette précise : « Ces "forces de l'ombre (très riches)" se composent de représentants de groupements industriels et économiques … Elles établissent entre elles des règles en vigueur à travers le monde qui ont pratiquement force de loi. Les parlements en prennent note sans les discuter ni prendre de décisions. »
Selon ce dernier, la raison d'être de ces groupes et de leur influence de l'ombre, dont l'opinion publique ne se doute même pas, sont argumentées par la thèse selon laquelle les problèmes universels qu'ils traitent sont devenus si complexes que seuls des experts, et non les élus du peuple, peuvent s'en occuper. Les spécialistes relèvent qu'il s'agit là d'une sorte d'«expertocratie» qui assied son pouvoir sur l'idée (erronée, perverse et humiliante) que le peuple est «incompétent» et qu'il vaut mieux laisser à «ceux qui savent» (les élites oligarchiques) le soin de conduire les affaires publiques. Or une ploutocratie servira toujours principalement les intérêts des très riches.
Ainsi la période révolutionnaire que nous vivons est originale en ce sens que c’est le pouvoir qui s’en prend au peuple, et pas l’inverse. On avait l’habitude que le néolibéralisme s’attaque aux acquis (sociaux) du CNR (EDF, AGF, Sécu) avec l’axe des vendus Fabius-Sarkozy-Hollande, mais le pouvoir avançait masqué, en prétextant que c'était lié à la mondialisation plutôt qu'à leurs actions. Aujourd’hui, les attaques sont directes, sous la ceinture, vicieuses, violentes, voulues. Et tous les jours, les têtes des violeurs de la Liberté s’affichent dans des médias de plus en plus honnis. Surtout qu'avec la crise du Covid suivi par la fraude gigantesque contre la victoire de Trump lors des élections présidentielles de 2020 au vu et au su de tous, le pouvoir profond corrompu ne se cache vraiment plus dont donc en ayant organisé ce coup d’État aux Etats-Unis. On est en plein bras de fer et ce n'est pas près de se terminer. En effet par exemple les Français qui résistent ne sont pas près de lâcher tant l’anti-France les a exploité.
          Par ailleurs comme les sionistes jouent avec la guerre de l’Armageddon (risque de troisième guerre mondiale) pour dominer des pays, passer des lois économiquement oppressantes et philosophiquement libertaires, en baissant donc le niveau matériel et spirituel des peuples afin de mieux les contrôler et pouvoir plus facilement les coloniser, nous pouvons aussi jouer avec en la freinant par une forte volonté et une intelligente prédication recherchant à ce que le maximum de l'humanité soit guidé. Or comme trop de lignes rouges ont été franchies tels que le mariage homosexuel, l'hyperconsommation, la société individualiste aidant de moins en moins les faibles, la pornographie, la forte consommation de drogues dont l'alcool, les tensions liées au statu quo géopolitique mondialement et l'oubli répandu de Dieu, il est possible que l'humanité ait provoqué sa propre destruction de civilisation et que le seuil d'activation réelle de la fin des temps soit sur le point d'être franchi.
Cependant pour préparer le retour de Jésus quel que soit le temps qu'il reste avant qu'elle débute véritablement et aussi dans cette perspective qu'une grande partie de l'humanité soit guidée, des actions politiques participant également à la ralentir (en plus des actions économiques à travers des blockchains) comme les suivantes peuvent être effectuées, puisque luttant contre la volonté sioniste d'un gouvernement mondial par le secteur privé et le commerce sans frontière :
-Défaire les traités commerciaux internationaux afin d'abandonner les intérêts de la classe dirigeante transnationale et de développer l'économie nationale
-Recadrer ou dissoudre les structures intergouvernementales comme l'ONU ou l'OTAN
-Réinvestir dans l’économie productive et moins l'automatiser
-Réorienter le Pentagone, la CIA, les armées et les services spéciaux des divers pays du monde seulement à la défense du territoire national.
Or avec le terrorisme, des Etats anciennement démocratiques et libres peuvent vite devenir des états policiers apportant une surveillance généralisée indigne pouvant aller jusqu'à de la censure totalitaire en particulier envers les intellectuels dissidents diabolisés afin de n'accorder aucune considération à leur liberté de penser et de s'exprimer. Surtout qu'en censurant (alors que se prétendant démocrates) de nombreux commentaires n'allant pas dans le sens de la pensée unique souvent liée aux annonceurs les faisant vivre par énormément d'argent, les prestataires de service que sont les réseaux sociaux (comme youtube, facebook) donnent raison aux complotistes qu'ils dénoncent, car ils ne sont plus seulement des hébergeurs de contenus, puisqu'ils sont devenus aussi des éditeurs de contenus allant jusqu'à interdire des idées politiques et promouvoir le pervers progressisme, voire donc devenus aussi des juges. Et cette censure va jusqu'à ne pas pouvoir critiquer des influenceuses matérialistes sous peine de condamnation judiciaire pour mise en péril d'une entreprise à cause d'un pseudo harcèlement moral, et va jusqu'à devenir de l'ingérence numérique lorsqu'elle est utilisée pour bloquer la communication de certains opposants politiques ou intellectuels dissidents dans divers pays.
Le film « Ceci n’est pas un complot(isme) » lève le voile sur un discours des grands médias au service d’un programme politique de grande ampleur qui se sert de la peur pour se mettre en place. Il met en évidence la censure et le discours unilatéral proposé dans la sphère publique pour transformer la réalité. Au programme, l’installation de la peur, la déformation des faits, la stigmatisation de la pensée critique et la censure systématique. Mais aussi les liens d’intérêt entre les laboratoires, les médecins de plateaux télé et le business qui se fait sur le Covid. En outre, de très nombreux comptes de réseaux sociaux ont été créés et gérés par de l'intelligence artificielle pour influencer les populations, alors il faut bien faire la part des choses et recouper les informations et nos opinions.
La tyrannie de ce système apparaît encore plus clairement quand la censure des médicaments non-occidentaux n’est pas uniquement inadmissible parce qu’elle s’opère au détriment de la santé humaine et au profit de l'industrie pharmaceutique et d'un plan occulte, mais aussi parce qu’elle est le fait de pouvoirs non élus (Google, Facebook, Twitter, etc.). Le problème ici n’est pas de savoir si ces traitements sont efficaces ou pas, mais de libérer la recherche pour qu’elle puisse étudier ces molécules pour les rejeter, les approuver ou les améliorer.
« Ce qu’ils appellent « théorie du complot » se nommait auparavant esprit critique et était considéré comme salutaire pour une démocratie. La « théorie du complot » c’est le fait de s’interroger sur la véracité des discours politiques, et se demander à qui profite le crime. » (Ariane Walter, blogueuse)
Notre monde bascule dans un totalitarisme où l’État n’est plus qu’un sombre policier au service du Marché et des parasites qui l’animent. La seule chose qui justifie la censure, c’est la guerre, comme le président Français Macron a d'ailleurs annoncé « nous sommes en guerre ». Il faut en conclure que la France se trouve actuellement attaquée par des forces obscures. Une censure en temps de paix n’a aucun sens sinon renvoyer les gens à leur enfance ou à leur infériorité sociale ou mentale. Actuellement on cherche à éliminer les érudits pour qu'il ne reste que les imbéciles... Nous sommes dans une ère de destruction totale des valeurs. Et ceci est vérifiable aussi à travers la cellule familiale que l'on cherche à diviser. Le père n’a plus droit d’autorité et est ridiculisé, la femme croit être libéré mais s’enferme dans un non sens hystérique, associable et matérialiste, les enfants n’ont plus de modèles et ne se forment qu'autour de leur ego. Il faut rebâtir la nation mais d’abord apprendre à rebâtir une famille. C’est la base d’une nation qui tient debout.
De plus ces forces obscures veulent aussi que les gens réduisent leur cercle d’amis par les liberticides mesures sanitaires liées au Covid, afin de les empêcher d’échanger et de réfléchir ensemble, et pour masquer de grands problèmes dont la crise bancaire et les taux négatifs. En effet les actuelles mesures sanitaires disproportionnées et en plus basées sur la panique par une vision de la pandémie systématiquement dramatisée servent incontestablement beaucoup à cela. Par ces mesures perverses, on assiste à la destruction systématique de tout lien social non numérisé : éducation, culture, sport. Tous types de rencontres et d'interactions physiques entre les citoyens sont rompus ou déconseillés, ce qui entraîne la fin de l'humain. De plus par du sensationnel répété, les médias mainstream provoquent des bombardements de chocs émotionnels entraînant de l'obsessionnel sur lesquels les démons ont pour habitude de construire leurs plans manipulant ou égarant les esprits et cœurs humains. Avant pour les médias, les complotistes étaient des chômeurs, des alcooliques, des gilets jaunes, des sous éduqués, des pauvres. Aujourd’hui ce sont des généticiens, des professeurs de médecine, des prix Nobel, des procureurs réveillés... Nous sommes arrivés à une époque si manipulatrice que même pour ces derniers, questionner est accusé de remise en question. Cela signifie que le combat moral a passé un cap important et crucial.
          Et avec l'inexorable évolution du progrès amenant à acheter de plus en plus d'objets connectés nous exposant toujours plus numériquement, la grave impudeur de la surveillance généralisée est de plus en plus facilitée, alors que sans cela ces produits modernes seraient uniquement intéressants et pratiques, en particulier à travers les sites et plateformes de vidéos des autres apportant souvent plus de vie, de communication, de convivialité et de science que beaucoup de programmes télés. Or la surveillance et le big data généralisés via internet et le système bancaire numérique sont déjà vastement répandus à travers la carte bleue et la demande du numéro de téléphone privé de chacun pour pouvoir s'inscrire sur les principales applications massivement utilisées par les populations (FaceBook, Twitter, etc). Surtout que dans le capitalisme 2.0, l’homme est un objet comme un autre ; et sa valeur, de fait, décroît tandis que les objets matériels prennent vie et voient leur valeur décupler au détriment donc de l'homme quand le bien commun n'est pas recherché !
En effet la vie privée des gens est très sacrée malgré l'incompréhension étonnante de certains progressistes égarés qui devront rendre compte difficilement dans l'au-delà, puisque par exemple il est tellement interdit de regarder par le trou d'une serrure d'une habitation que l'on pourrait crever l’œil de l'espion pour s'en défendre selon un hadith.
          Tous ces espionnages semblent être un signe de fin des temps car faisant disparaître la liberté individuelle même chez soi pourtant prétendument aussi sacrée dans les pays occidentaux modernes. Dans ce sens, cette inévitable progression technologique amenant donc une possible surveillance généralisée jusqu'à peut être bientôt d'honteuses puces RFID (possiblement sous forme de vaccin nanotechnologique pouvant donc dangereusement dévoilées les positions des militaires à une armée ennemie) possiblement par la 5G implantées sous la peau des citoyens, devrait au moins être contrôlé régulièrement par des conseils de citoyens se renouvelant tout le temps pour surveiller ceux qui nous surveillent. Cette surveillance biologique et donc physique et donc de mouvement, souvent défendue sous prétexte de protéger la santé des personnes en particulier âgées ou les enfants du terrorisme, fait donc partie des modernes projets pervers qui sont toujours présentés de manière idyllique. Les nanoparticules peuvent en plus aujourd'hui pénétrer une cellule et les connaissances ainsi que le contrôle dans ce domaine doivent dépasser largement les connaissances du grand public.
          Or le masque sanitaire contre le covid telle une muselière correspond déjà à une image de la marque de la bête dans l'apocalypse biblique de saint Jean, surtout que comme la marque de la bête, (correspondant probablement au pervers système bancaire monétaire et au futur vaccin nanotechnologique de Bill Gates nommé 060606 dont le brevet est authentique voire au QR code qui sera de plus en plus demandé, et ce n’est qu’un début qui annonce la couleur de ce qui viendra ensuite : l’asservissement total de l’humanité au satanisme technocratique et transhumaniste par une marche criminelle des élites complètement paumées sur le plan affectif vers la spoliation mondialiste) il est nécessaire pour travailler et faire ses courses (acheter/vendre). Et les masques, les puces RIFD, les QR code et les vaccins ARN pourront même servir à surveiller en permanence la population, voire à en rendre stérile une partie ou à avoir pouvoir de vie (dont sociale) et de mort (dont sociale) sur elle :
Bible (Apocalypse 13-18) « Et elle (la Bête) fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six. »
Il faut noter que comme cette marque de la bête est évoquée seulement dans l'apocalyspe de saint Jean qui était une figure importante du christianisme, il n'est pas étonnant que les pays à majorité chrétienne soit le plus touchés par la perversité de la planche à billet usurière et du pass sanitaire, d'autant plus les plus riches d'entre eux et ceux soumis à l'impie laïcisme.
          Les tenants du pouvoir (caste mondialiste ultra riche souvent sioniste liée au bancairo-technologico-pharmaco-technocratique) voulant la dépopulation ou la régulation de la population et faire muter l’identité classique en identité numérique universelle, cette pandémie du covid tuant et cette vaccination tuant et pouvant stériliser parmi ses effets secondaires incarnent donc très probablement le début de cette opération de contrôle massif. En effet il faut trouver à qui profite ce crime sanitaire. Surtout que le passeport sanitaire, appelé green pass, a vocation à devenir un passeport universel pour un Etat-entreprise unique, financier et global, et que la vaccination corona associé au projet ID 2020 pourrait bientôt aider des milliards de personnes à acquérir une identité numérique transnationale pour amener une pass basé sur la signature authentifiée par l’ADN (et des données biométriques alors que l'empreinte digitale suffit largement pour faire des papiers d'identification), ce qui donnera une pièce d'identité au milliard d'humains n'en n'ayant pas.
Le pass sanitaire est l’équivalent d’une pièce d’identité numérique fournie par les GAFAM sur la base des 10 commandements de la nouvelle religion de la technofinance. Le projet ID (identité) 2020 cherche même à ce que chacun finisse par avoir seule pièce d'identité contenant permis de conduire, carte d'identité, passeport, carte bancaire et carnet vaccinal. Qu’y a-t-il de commun entre l’Économie de marché, le technologie numérique, la sexologie et l’invention du pass sanitaire ? Les trois se parents des oripeaux de la Science pour nous ôter nos libertés et imposer la barbarie. Et ça fait plus de deux siècles et demi que ça dure.
Le pass sanitaire est l’équivalent d’une pièce d’identité numérique fournie par les GAFAM sur la base des 10 commandements de la nouvelle religion de la technofinance. Qu’y a-t-il de commun entre l’Économie de marché, la sexologie et l’invention du pass sanitaire ? Les trois se parents des oripeaux de la Science pour nous ôter nos libertés et imposer la barbarie. Et ça fait plus de deux siècles et demi que ça dure.
Ainsi il n'est pas étonnant que Bill Gates ait investi massivement et donc explicitement sur toutes les technologies de dressage de la population : les machines à compter les votes, les machines à injecter la pensée officielle dans l'opinion (les médias et l'OMS) et les machines à piquer l'opinion (les vaccins), montre ces buts cachés décryptant logiquement notre époque. Tout cela devient d'autant plus clair puisque comme la secte satanique (démoniaque, franc-maçonne, oligarchique, sioniste) a subverti les trois religions du livre, elle a aussi subverti le médecine et d'autres secteurs. Elle a pris le contrôle de toutes les institutions médicales, y compris les académies, l’ordre des médecins et le complexe pharmaco-industriel.
Allons nous accepter une surveillance généralisée sous couvert d'assurer notre santé ? Non, hors de question d'accepter le puçage et donc le transhumanisme des êtres humains sous toutes ses formes en particulier lorsque s'attaquant à la liberté. Surtout que le vaccin ne sera très probablement pas obligatoire car le choix de recevoir la marque de la bête par impiété est essentiel, même si les conséquences de son refus nous marginalisera en partie.
Or avec l'obligation ou la généralisation des montres, des téléphones voire des toilettes (analysant nos excréments) connectées, il n'y a même pas besoin de surveillance des mouvements et du bionumérique à l'intérieur du corps. Cette technologie étant tellement envahissante que cela pourrait annoncer le retour de Jésus pour purifier la technologie quel que soit son niveau, c'est à dire en limitant sagement son utilisation entre le bien commun et la liberté individuelle. En effet toute chose doit être gérée ou utilisée avec un juste milieu. De plus comme il est logique d'inverser le mensonge pour trouver la vérité, alors il sera probablement facile d'inverser le transhumanisme pour trouver une grande partie de l'humanisme authentique.
La vidéo « Le plan de Bill Gates pour nous vacciner de force » de la chaîne youtube Planète 360 précise que : « la fondation Gates utilisera la technique du tiers de confiance pour convaincre les populations de se faire vacciner. La technique du tiers de confiance a été développée aux États-Unis dans les années 1920 par Edward Bernays, neveu de Freud, et "inventeur" du lobbying dont il détaille le premier les techniques dans son livre "Propaganda". C’est justement dans les années 1920 que ces techniques ont été développées et appliquées notamment pour les fabricants de cigarettes afin de faire fumer les femmes car elles représentaient possiblement la moitié du marché ! Pour cela, il a suffi de donner des cigarettes à des personnes bien exposées médiatiquement, de financer les causes des suffragettes et féministes, de les faire défiler la cigarette à la bouche dans leurs manifestations, et de répéter l’opération avec les vedettes de cinéma et les héroïnes, aviatrices et aventurières. Ensuite en répétant l’opération après la Seconde Guerre mondiale en mettant en scène des médecins vantant les mérites d’une marque de cigarette, vous avez toute l’obscénité de cette technique dont nous payons encore un prix terrible de 8 millions de morts annuels un siècle après. Bill Gates ne peut pas jouer avec nos "structures de confiance" impunément, il ne peut les souiller, les détourner à son profit sans apporter le chaos comme celui qui s’installe aux États-Unis, chaos qui mène à la guerre civile et finalement à la guerre conventionnelle. Et quand nous en serons-là, les centaines de milliards de l'hyperclasse américaine ne leur seront plus d’aucune utilité, car ils s’effondreront d’eux-mêmes, comme l’URSS s’est effondrée sur elle-même quand les apparatchiks ont fini par être dégoûtés d’eux-mêmes. Ou alors nous pouvons aussi leur dire NON et reprendre notre liberté. »
Suite à cette analyse, il est donc important de s'adresser à ces tiers de confiance pour développer des projets nobles (économique, spirituel, social) dans une région ou un pays.
          Ainsi il n'est pas étonnant que la muselière physique du masque est apparue au moment où la muselière mentale de la censure se répandait contre les dissidents jusqu'à de la prison pour certains, alors que la France est le pays des droits de l'homme et de la liberté d'expression. C'est également logique puisque le masque est une évidente impersonalisation uniformiste jusque vers une pensée unique, oligarchiquement conformiste. À l’invention de l’imprimerie, de nombreux auteurs contestèrent les a priori de leur époque. Il fallut quatre siècles de combats pour que l’Occident finisse par garantir la liberté d’expression. Cependant avec l’invention d’Internet, la qualité d’auteur se démocratisa et la liberté d’expression sur ce réseau est de plus en plus remise en question. La censure revient donc en force alors que le but de l'être humain est de trouver les meilleures analyses de la vie et de les partager. Lire article « L’arbitraire et la censure sont de retour en Occident » à l'adresse : https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-arbitraire-et-la-censure-sont-de-retour-en-Occident-62340.html
          Or ce vaccin contre la covid pourrait ne pas forcément être technologique car il pourrait avant tout d'abord servir à amplifier à travers les séquences de VIH présentes dans ce virus son aspect destructeur du système humanitaire pour baisser la population mondiale (comme le souhaite Bill Gates selon ses propres déclarations) d'ici quelques années en les faisant mourir de maladies qui ne sont normalement pas incurables. Surtout que tout virus ayant souvent des variations avec le temps, un vaccin définitif devient donc impossible. Or cela permet aux cupides laboratoires pharmaceutiques de prétendre devoir actualiser semestriellement les vaccins ARN afin d'en vendre régulièrement et de rendre les populations obéissantes aux mesures liberticides de la tyrannie sanitaire.
          Ainsi toujours sous l'apparence d'un bien comme pour la proposition de mettre une puce sous la peau de votre enfant en cas d'enlèvement, le système cherche constamment à plus nous surveiller et donc nous contrôler par notre consentement :
« Jamais l'esclavage n'est aussi bien réussi que quand l'esclave est persuadé que c'est pour son bien. » (Aristote)
« La soumission à la tyrannie sanitaire préfigure la dictature d’une aliénation « soft », celle d’un esclavage consenti. » (Michel Maffesoli)
De même à cause d'hommes vantant excessivement de belle idées comme la liberté et l'égalité, la liberté à l'origine de l'idéologie libérale propagée par les lumières est devenue progressivement la loi du plus fort et l'égalitarisme (plutôt que l'équité) a finalement débouché sur une laïciste société inégalitaire car favorisant fortement certaines minorités souvent perverses.
Cependant dans une certaine limite afin de conserver nos outils technologiques et éviter de vouloir retourner à l'état sauvage, et comme nous comprenons le contrôle de nos finances par le ministère des impôts, il est intéressant d'orienter notre époque moderne par des blockchains, c'est à dire dans un juste milieu entre surveillance économique et liberté individuelle.
          Les batailles lors des années de la Guerre froide dont en territoire afghan n’étaient donc bien pas étrangères à ces enjeux de domination mondiale et de contrôle de l'humanité américano-sionistes, puisque ayant donné le pouvoir au Taliban pénétré par le wahhabisme saoudien dont de ben Laden plutôt qu'au modéré commandant Massoud (possiblement trop modéré pour le contexte actuel qui allait venir) pour ensuite les diaboliser, afin d'envahir le pays, contrôler leurs oléoducs, gérer le très lucratif transfert énergétique de l'Asie et donc dominer le marché planétaire de l'énergie servant à enrichir aussi et donc développer sa surveillance technologique généralisée. Et c'est pourquoi l'Afghanistan a souvent été attaquée au cours des dernières décennies car une partie de l'oléoduc reliant l'inde et le Turkmenistan passe par son territoire. Mais les nouveaux talibans pourraient avoir grandement améliorer leur islam, par preuve qu'ils ont combattu les wahhabites takfiristes de Daech financés par l'empire amircano-wahhabo-sioniste et qu'ils ont rappelé à des reporters américains leur nouveau programme politique : interdiction d'avorter - Gay mariage interdit - Rejet de la science (irréligieuse) - Pas de vaccins (contre leur  religion) - Pas de séparation de l'église (sunnisme) et de l'état  - Religion dans les écoles - Bourka non obligatoire - Respect des chiites...
          Depuis 1991, les États-Unis, le Royaume Uni, l'Arabie Saoudite, la Russie et l’Iran se disputent aussi le contrôle de l’acheminement des hydrocarbures du moyen orient vers les marchés asiatiques et européens par des oléoducs et des gazoducs dont le carrefour principal est en grande partie composé de la Syrie et la Turquie...
          Lors des dernières décennies, ce sont donc clairement des intérêts impériaux inconséquents qui sont à la base des opérations oppressives ou militaires américaines corrompant une partie des peuples, enrichissant uniquement certains notables, déstabilisant certaines nations par des sommes d'argent accordées aux manifestants anti-gouvernementaux afin de créer des révolutions oranges en leur faveur, pervertissant certains hommes politiques ou se servant des plus idiots ou des corrompus par du chantage (comme le prouve l'affaire Epstein), divisant donc les pays pour mieux régner, menaçant de fortes sanctions les pays ne suivant pas leur politique internationale dans une forme évidente de chantage honteux, imposant leur système politique et financier impies surtout que basé sur l'usure, violant le droit international, participant à l'appauvrissement de nombreuses régions du monde, détruisant des familles entières, tuant des millions de civils, répandant le chaos. Tout cela permet de révéler en amont l’ampleur, la noirceur et les implications principalement nuisibles de la CIA et d'autres services secrets ou spéciaux de certains états aidés par la complicité abjecte des médias mainstream dans le développement ou la manipulation de divers courant de pensées extrémistes, la réalisation de certains attentats, le détournement du but humanitaire de nombreuses ONG à des fins géopolitiques, et la critique de la culture ou du système politique des pays envahis et de nombreux autres malgré le manque considérable de civilisation et de divin dans de nombreuses lois aux Etats-Unis et en occident.
L'ancien président français François Mitterrand a dit : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique (et morale, d'autant plus de nos jours), une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »
          En résumé, l’article V de l’OTAN, la lutte idéologique de la démocratie laïque contre l’islam et le christianisme catholique et orthodoxe, le contrôle de l'Europe par l'union européenne dont par la chute du mur de Berlin, l’isolement de la Russie et de la Chine, la pression sur les cultivateurs afghans afin de produire du pavot générant des milliards de bénéfices pour la CIA, le contrôle des approvisionnement en pétrole ou en gaz et l'hégémonie mondiale états-unienne sont à l’origine des interventions occidentales en Afghanistan, Irak, Libye, Yémen (par la coalition arabe pro-américaine) et Syrie, et auparavant au Vietnam et contre l'Allemagne.
Or en prenant l'exemple d'une société tribale comme en Libye, il est parfois impossible et donc dangereusement illogique d'y installer la démocratie, car il faudrait d'abord en changer la base de leur organisation sociale jusqu'à ce que les gens deviennent des individus en dehors de tribus, à part évidemment donc si c'est pour honteusement déstabiliser longuement le pays, voire le diviser en sous pays plus faibles.
L’histoire nous démontre une fois de plus qu’il ne faut jamais se contenter des explications fournies par les dirigeants et la plupart des grands médias. En effet par une basse propagande d'état bien connue, ils ne tirent jamais la population vers le haut. Surtout que via ces médias dominants honteusement soumis, le système ose en plus promotionner la loi sur les fake news apportant de la méfiance du peuple envers toute nouvelle idée et donc pensée, surtout que même s'il est juste de prévenir les gens des mauvaises influences, il faut d'abord se méfier de ceux qui disent de nous méfier, en particulier quand ils se victimisent alors qu'ils sont loin d'être irréprochables mais plutôt source principale de mensonge. La fake news est devenue le moyen de décrédibiliser toute information qui viendrait contredire la version médiatique. En effet après la crise des subprimes, les critiques des journalistes mainstream ont été si fortes contre le système que les oligarchies ont décidé de racheter tous les grands médias. Les médias mainstream ne font donc plus de l’information impartiale mais bien de la propagande du système égaré voire corrompu. Surtout que l'expérience Milgram a prouvé que la grande majorité des gens obéissent aveuglément à ce qu'ils considèrent comme une autorité, ce que les médias mainstream deviennent faussement de plus en plus pour eux.
Jérome le Filiatre du journal libération reconnaît que les médias ont majoritairement renoncé à être un contre-pouvoir (quatrième pouvoir devenu le premier par sa propagande massive souvent sournoise alors que devant encadrer celui législatif, exécutif et judiciaire, surtout qu'un cinquième pouvoir apparaissant avec les GAFAM commence à censurer politiquement ses utilisateurs) critique de tous les ordres établis. C'est à dire que par des intérêts commun avec divers grands capitalistes libéraux-libertaires, ils ont pu devenir un pouvoir n'informant plus, mais formant la mentalité des populations vers ce système gravement progressiste.
En mettant uniquement la souffrance en avant, les médias érigent même un mur infranchissable pour le vrai travail d’investigation, aux yeux du grand public bien entendu, car cela ne nous empêche pas de douter, de réfléchir, de travailler. C'est pourquoi la presse actuelle se vautre dans le sang, dans l’exhibition, dans les larmes, avec un sadisme confondant. Partager la souffrance annuellement pendant des décennies des victimes ne sert à rien pour ceux qui ont survécu, les témoins et les proches : l’empathie ne leur enlèvera pas un gramme de douleur, car la douleur nous ramène à notre peau, à notre individualité, à notre solitude devant la mort, alors que les morts, eux, ne souffrent plus. Les médias qui collaborent avec le Système disposent donc de plusieurs instruments pour ne pas dire ou ne pas chercher la vérité : la diversion, la minimisation, l’indifférence, l’oubli, le mensonge par omission, le mensonge direct, et depuis ce procès, le poignantisme.
Or le mal qui ronge la France (et par voie de conséquence son système de santé) est plus profond et plus complexe, car il correspond à l’aboutissement d’une longue dégénérescence du mode de gouvernance, en l’occurrence le régime démocratique placé sous l’empire d’une idéologie sociale-libérale-libertaire synonyme d'un consumérisme compulsif… Il s'agit d'une décomposition sociétale due au premier chef à la déficience qualitative, morale et intellectuelle des hommes (élus ou recrutés) composant nos modernes classes dirigeantes et à ce quatrième pouvoir (médiatique) devenu donc le premier par la télé et les réseaux sociaux censurés. La tiers-mondisation du pays, l’abaissement constant du niveau scolaire (nivellement par le bas sous couvert d’égalitarisme) et la déspiritualisation d’une grande partie de la population convertie à un hédonisme matérialiste et libertaire (le consumérisme compulsif) ne sont évidemment pas étranger au déclin général. Surtout que le quatrième pouvoir qui est normalement un contre pouvoir que sont donc les chaînes d'infos et médias mainstream deviennent volontairement de plus en plus superficiels voire progressistes en particulier sur l'actualité mondiale pour abaisser le niveau intellectuel et sagement rebelle du peuple. C'est pourquoi un cinquième pouvoir « citoyen » synonyme d'un réel contre-pouvoir devient nécessaire pour équilibrer la société afin de lui faire retrouver l'équilibre et l'équité. Voir vidéo « Médias mainstream : les archétypes du libéralisme-libertaire » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?time_continue=349&v=cFW_ctclqcA 
Surtout que les grands médias privés vivant des subventions et donc du peuple et même les médias publics ne cochent plus les cases de la charte du service public qui consiste à ne pas prendre parti et à donner la parole à toutes les tendances politiques qui existent en France. C’est la mission théorique du service public. Or la télé publique est devenu honteusement une propagande du privé déguisée en service public, d'autant plus puisque cela est financé par les contribuables. Il s’agit tout simplement d’un abus de confiance doublé d’une extorsion. Cette perversion de l’intérêt public est tellement entré dans les mœurs que plus grand-monde ne s’en affecte aujourd’hui, sauf bien sûr les tendances politiques qui sont maintenues dans l’obscurité médiatique ou dénoncées par le système comme étant dangereuses pour la « démocratie ». Ainsi il s’agit clairement d’un fascisme réel qui dénonce un fascisme imaginaire. Les lâches agents du pouvoir profond préfèrent rester dans l’ombre, on les comprend : à force de vouloir réprimer le souverainisme patriotique dans les pays qui les accueillent, les choses pourraient virer au vinaigre. Dans la France de 2021, où le pouvoir en panique ne sait plus quoi inventer pour garder la main malgré la multiplication des frappes répressives et la densification de la propagande, le lien entre élite et peuple est brisé. Et ça semble définitif. Le pouvoir profond a mis le pouvoir visible dans l’impasse avec ses injonctions liberticides et irréalisables. Le pouvoir visible, coincé entre l’oligarchie et le peuple, deux forces aux intérêts totalement divergents, est logiquement devenu schizophrène, ce que tout le monde peut voir chaque jour. Traduction : tous ceux qui soutiennent la politique de répression du pouvoir, qu’il soit profond ou visible, prennent le risque de se retrouver un jour violemment rejetés. L’Histoire nous apprend que lors des phases d’hypertensions politiques, les juges et responsables politiques corrompus peuvent très vite se retrouver sur le banc des accusés.
          Jacques Baud, colonel de l'Etat major, ancien membre des renseignements suisses et spécialiste du renseignement et du terrorisme définit l'expression « Fake news » :  « Il s'agit de toutes les informations qui sont partielles, quelquefois biaisées, quelquefois des rumeurs, qui sont devenues des informations sur lesquelles on se base pour juger les activités ou la situation internationale. On a fait avec de vraies rumeurs de fausses nouvelles, et cela biaise notre perception du monde. Bien souvent ce sont des Etats qui cherchent à expliquer ou excuser leur action internationale en masquant une partie de la vérité, occultant une partie de la réalité, afin de diffuser uniquement la partie qu'ils veulent bien communiquer. » En effet quels sont les faits qui permettent d'affirmer que l'Etat islamique cherche à créer une guerre civile en France ; que le président syrien Bachar al-Assad a utilisé des armes chimiques (; que Saddam Hussein avait des bombes nucléaires ; Mouammar Kadhafi tuait son peuple avec des engins militaires) ; que Vladimir Poutine tente de déstabiliser nos démocraties ; que le terrorisme a frappé la France, non pas pour ce qu'elle fait, mais pour ce qu'elle est ; que le génocide au Darfour a fait 400 000 victimes ? Littéralement aucun, mais ces affirmations suffisent à asseoir la politique étrangère des pays occidentaux. Dans son ouvrage "Gouverner par les fake news", Jacques Baud passe ainsi en revue les principaux conflits contemporains, que les pays occidentaux ont orchestré et géré à coups de fake news, ces trente dernières années.
          Ainsi les médias mainstream, c’est très rarement de l’honnêteté intellectuelle et principalement de la trahison sociale, de la perverse propagande lobbyiste, de l’agressivité sioniste, des délires évidents, de la fausse pugnacité d’un Jean-Jacques Bourdin, des limites conceptuelles, de la platitude soporifique, de la soumission oligarchique, de la courtisanerie grotesque, de la fière sottise, de l’obsession délatrice, de la morale réformée, de la souplesse d’échine, ou de la façade révolutionnaire de divers intervenants du prétendu politiquement correct.
          De toute façon à notre époque, beaucoup de choses qu'on nous raconte sont fréquemment fausses, même dès l'enfance comme la théorie de l'hominisation. Dans un aspect donc aussi de fin des temps, nous sommes sous le contrôle du vice, du mensonge et de la perversion, tout en perdant notre liberté au nom de la liberté, et notre possible foi au nom de la consommation. En effet déjà depuis notre apprentissage à l'école, rien n'est neutre au niveau de la science, de l'histoire ou de la culture, car tout est lutte d'influence ou d'intérêt. Et il faut donc être très prudent afin de distinguer le vrai du faux en croisant de nombreuses informations et opinions. De plus notre monde moderne qui devrait clairement mieux tourner par sa richesse, sa technologie développée, ses liens politiques et économiques importants au niveau planétaire, ses rares guerres et son niveau rapide de communication mondiale, prouve qu'il y a certainement des grands complots ou conspirations. Surtout que c'est prouvé par des lanceurs d'alerte (pour la justice, la liberté ou l'intérêt général types Julian Assange et Edward Snowden honteusement condamnés par le pouvoir profond corrompu) et divers cas de conscience délivrés sur le précieux internet dont concernant le réseau pédocriminel voire pédosataniste de certaines élites. En effet ces alerteurs cherchent à améliorer l'humanité en luttant par la pensée critique contre la pensée unique, en lisant entre les lignes ou selon des grilles de lectures particulières ce qui n'est pas dit, c'est à dire en décryptant les sous entendus, en comprenant l'origine de certains événements ou en dénonçant des oppressions ou malhonnêtetés flagrantes. Alors que les médias dominants donnent souvent du monde une lecture biaisée, falsifiée, déformée. Ainsi les anti-complotistes des grands médias désormais tous donc soumis au pouvoir  sont ceux qui sont effectivement les moins bien placés pour critiquer les complotistes ou conseiller les gens. D'autant plus que des personnes comme Andreas M. Antonopoulos, technologue et entrepreneur en série qui est devenu l'une des personnalités les plus connues et les plus respectées du bitcoin, dénonce clairement des organisations cachées malveillantes contre l'intérêt général dont la principale est le Cartel Bancaire. Il s'agit des plus grandes institutions financières composées des grosses banques d'investissements et des énormes gestionnaires de fonds privés et publics américains et mondiaux en réalité interconnectés via un ou des mégagroupes. En effet cette kleptocratie correspond à un groupe d'entreprise qui s'entendent pour fixer les prix, organiser les marchés, bloquer la concurrence, manipuler les régulateurs et corrompre les politiciens, comme ils l'ont fait en rapport avec toutes les grandes crises économiques. Et c'est pour cela qu'Andreas demande pourquoi nous parlons tant des cartels de la drogue et du pétrole, mais rarement du plus nocif cartel au monde correspondant donc à celui bancaire puisque étant à l'origine de toutes les grandes crises économiques des dernières décennies.
          Ainsi comme il ne faut pas faire l'erreur de voir des complots partout, il ne faut pas faire l'erreur d'en voir nulle part, car les mensonges de versions officielles ont souvent été prouvés. En effet à force de tout taxer de complotisme, on va cesser de réfléchir et se contenter des affirmations de l'autorité même si elle est corrompue. Le complotisme à outrance rend idiot, mais le constant suivisme irréfléchi aussi. Il y a donc deux formes de complotisme : le complotisme intelligent, qui consiste à ne pas se satisfaire des explications puériles et illogiques de la pensée unique, et le complotisme idiot, qui consiste à voir des complots partout. Le complotisme intelligent, sourcé et cohérent, est ce qu’on appelle trivialement la recherche de la vérité, et représente une totale opposition à ceux pensant très naïvement qu'il n'en existe nulle part et se croyant vivre dans le meilleur des mondes. Surtout que qu'il ne peut être nié qu'il y a des complots vu le grand nombre de condamnations judiciaires pour corruption, parfois en plus grâce à des lanceurs d'alerte qui avaient été traités de complotistes. C’est pour cette raison que le complotisme intelligent est tant attaqué par les forces de l’oligarchie perverse qui essayent de le ridiculiser ou de l’interdire, dont en voulant faire avaler au peuple de fausses théories complotistes émises en réalité par le caché pouvoir profond corrompu. A ce sujet l'intéressant article « Complotisme, homéopathie, et Covid-19 » peut être lu à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Complotisme-homeopathie-et-Covid-19-59561.html
          De plus pour prouver la malhonnêteté de ceux qui accusent injustement de « complotiste » les personnes recherchant noblement la vérité, il faut savoir qu'il s'agit d'un honteux anathème. C'est à dire que cela n'apporte pas d'arguments afin de couper net à la discussion alors que la politique en particulier moderne est incontestablement remplie de complots.
          Surtout qu'évidemment, les comploteurs (conspirateurs) dont font bien sûr partie des personnes politiques, des lobbies, et les médias mainstream (télé, radio, journaux) pourtant subventionnés en partie par les impôts du peuple qu'ils manipulent, qualifient facilement les attaques contre eux de « complotisme » afin de les décrédibiliser ou perversement de « conspiration » afin de les menacer ou les faire douter. On en arrive à une concurrence entre journalistes pour caser le maximum de poncifs en une seule phrase d’accroche pour rabaisser des mouvements ou des pensées anti-système : « Complotiste », « Adeptes », « Extrême droite », « Pro Trump » et allant désormais dans une forme d'inversion accusatoire jusqu'à « « Conspirationniste ». Cette promotion de la pensée unique confirme la dérive sectaire de nos sociétés. Un "conspirationniste" correspond pourtant souvent simplement à quelqu’un qui a raison avant les autres (comme concernant l'obligation vaccinale et le pass sanitaire) et qui est particulièrement dénigrer par les médias mainstream dont le travail est désormais d'honteusement nier ou de déformer les faits jusqu’à ce que leurs mensonges ne soient plus tenables par preuve des manifestations massives contre la tyrannie sanitaire. Or concernant ces journalistes soumis au système, le peuple peut lui utiliser ce type de poncifs : propagandiste, sournois, pathétique, etc... Commentaire d'un internaute : « On nous conspue parce que l’on ne veut pas être dupes. Or une fois le doute dissipé par la raison, la logique et le bon sens, une fois la réflexion faite et le positionnement assumé, tout homme commence normalement par sagement douter parce qu'on le fait douter. Puis il s'informe plus encore, il réfléchis abondamment, il se positionne, et si possible il agit au mieux en conséquence. Tout cette noble nature humaine n’est plus permise, c’est le début de la fin. Là où il n’est toujours question que de complotisme, il y a des personnes qui pensent, qui doutent, qui cherchent, qui réfléchissent, qui élaborent, qui font le choix d’une théorie plutôt qu’une autre. Qu’on nous laisse ces droits fondamentaux bon sang. Nous n’avons pas « envie d’apprendre à vivre avec ce virus »… car c’est le virus de la peur, du mensonge d’état et de la tyrannie ! »   Dans ce sens l’important n’est pas ce que les comploteurs (conspirateurs) disent ou font, mais pourquoi ils le disent ou le font. Or avec les liens pervers entre le politico-bancairo-médiatico-pharmaco-sanitaire dans la crise du Covid que les médias mainstream cachent, ce système finit par se décrédibiliser totalement. C'est pourquoi dans une forme de guérilla numérique, il faut participer à la réinformation des autres par tous les moyens de télécommunication dont en les invitant à aller souvent sur des sites comme « Egalité et réconciliation » pour contourner la structure du contrôle mental médiatique.
« Ainsi seul le complotisme permet d’appréhender la nature du pouvoir. L’anti-complotisme est une émanation du pouvoir dont la vocation est de le protéger et de lui permettre d’échapper à la compréhension de ceux sur lesquels ce pouvoir s’exerce. On ne dialogue pas avec le pouvoir : on s’y soumet ou on le combat. Il s’ensuit, naturellement, que les complotistes n’ont plus à chercher les faveurs des anti-complotistes ou de leurs maîtres, ni à s’excuser de penser hors des sentiers battus ou d’émettre des hypothèses de travail audacieuses. Il est temps pour les complotistes de se montrer offensifs et face à l’idéologie du chaos que le pouvoir incarne et projette sur le monde à travers ses relais médiatiques et institutionnels, de présenter le complotisme comme un remède aux pulsions mortifères de l’hydre mondialiste. Le complotisme est un humanisme. Le complotisme est la grande aventure humaine, intellectuelle et politique de notre siècle. Si nous voulons que l’homme perdure dans ses fondamentaux humains, loin des promesses trans-humaniste et technicistes qu’on veut nous imposer sans débat, il est temps d’affirmer ce que nous sommes : un humanisme. » Extrait de l'excellent article « Le Génie du Complotisme » pouvant être lu à l'adresse : http://lidiotduvillage.org/2020/06/05/le-genie-du-complotisme/
Comme souvent à travers l'Histoire, les anti-complotistes suiveurs cherchent à disqualifier et ainsi discréditer les autres en particulier ceux qui luttent contre le mondialisme, car ils ont perdu la capacité de penser et cherchent donc à ne surtout pas entendre ce que les complotistes (diseurs de vérité) ont à dire. Dans ce genre de cas, il ne faut pas trop insister, rester digne et doux, et ramener la discussion vers un exemple réaliste ou une action calme, en particulier si des personnes neutres pouvant aller dans notre sens assistent à la discussion ou si l'anti-complotiste s'en va en s'énervant.
Surtout que l’information dans les médias dominants français ne sert vraiment plus qu’à une chose : étouffer, calomnier, criminaliser toute opposition réelle au Système, un Système qui est moralement à bout de souffle, ce qui explique son délire répressif et son agressivité tous azimuts, dont en prétendant par exemple  que le nationalisme et la démocratie ne peuvent pas cohabiter, et donc que seul l’antinationalisme est compatible avec la démocratie.
Les faux dieux auto-proclamés de l'état profond ont une stratégie basse derrière les révolutions colorées : « châtrer les Etats modernes » dans le but de les transformer en minus faiblards postmodernes émasculés. Cette castration est une partie du plan des « maîtres du monde » pour détruire la virilité libre et préserver leur domination. Pour cette domination, elle est aussi importante que leur recherche du contrôle complet très lucratif de toutes les ressources.
Julian Assange a dit : « Les « élites » complotent et conspirent toujours ; notre devoir est de faire la lumière sur leurs obscures menées. »
Dans ce sens il faut se rappeler que la plupart des grandes guerres ont commencé sur un grand média mensonge, puis donc chercher plus loin pour découvrir la vérité comme par rapport aux mensonges historiques souvent utilisés afin de légitimer le pouvoir des vainqueurs de guerres, et enfin déduire et dénoncer le pouvoir profond égaré (CIA, complexe militaro-industriel, lobbies pétrolier, bancaire ou sioniste) à l'origine de divers graves événements afin de l'exposer au grand jour et le freiner voire le bloquer parfois. En effet, il est très étonnant que les États-Unis restent en Irak par des bases militaires malgré leur mensonge qu'il s'y trouvait des armes de destruction massive, qu'ils ont autorisé l'Otan à intervenir en Libye sous prétexte que Khadafi tuait prétendument son peuple par des avions militaires, et qu'ils prétendaient lutter contre le terrorisme islamique en Afghanistan, alors qu'il est évident que ce problème est devenu mondial et que sa principale source provient de leur allié l'Arabie Saoudite.
A ce sujet, il est important de noter ici rapidement que l'idéologie des élites occidentales (dont des lobbies et du militantisme de minorités perverses) se sert du cinéma comme d'un support privilégié car cela permet souvent de fabriquer un consentement de la part des spectateurs, dont de tolérer voire d'accepter le progressisme impie favorisant les ultra riches : la fiction, ça permet de tordre la réalité..
En effet le cinéma a souvent couplé l’émerveillement devant la technique et le phénomène culturel de grande ampleur permettant la vaccine générale des populations. Temple du règne de l’image sur lequel s’est bâtie notre société moderne, le cinéma devint l’outil qui permet à la fois d’alimenter le mythe moderne, de naturaliser l’injustice et de transmettre la propagande grâce à des histoires simples et manichéennes, s’adressant davantage à l’affect qu’à la raison. Le réalisme qu’apporte l’image réelle et l’émotion qu’elle favorise vont effacer le rapport critique du spectateur. La technique devient alors la caution du discours. A part quelques chef d’œuvres diminuant avec le temps, le cinéma va s’imposer comme le moyen privilégié par le pouvoir pour répandre l’idéologie dominante tout en se détruisant progressivement par le désintérêt du public, mais plus tard la télé s’immiscera même jusqu’à l’intérieur des foyers, engloutissant le domaine privé dans un réel imaginaire. Enfin la publicité va normaliser le libéralisme matérialiste. La propagande va alors reposer sur la diffusion d’un imaginaire irréel, celui d’une communauté du peuple homogène.
Lire article « De la Révolution française au Covid, Petite histoire de manipulation du peuple, de propagande et d’illusion démocratique. » à l'adresse https://lemediaen442.fr/de-la-revolution-francaise-au-covid-petite-histoire-de-manipulation-du-peuple-de-propagande-et-dillusion-democratique-partie-2/
BVA est une entreprise post-soixante-huitarde bien connue des gens de la pub, du marketing et de la politique, qui analyse les comportements des Français pour mieux les vendre aux publicitaires. Ici, il s’agit de vendre des produits sournois, par exemple le vaccin, au consommateur potentiel, car le vaccin fait peur. Mais il rapporte. Pour le Marché, le vaccin est un produit comme un autre et les consommateurs sont un bétail comme les autres. Le marché du vaccin n’existe pas ? Les forces du Système le créent, c’est ce que les Français vivent depuis 2020, une fabrique de peur afin de vendre l'arnaque vaccinale. Le reste, les conséquences, les effets secondaires de cette giga combine, le Marché s’en moque : les gens se débrouilleront entre eux, et avec leur État, un État de plus en plus faible, pauvre, et inefficace, sauf pour tabasser les pauvres en colère qui comprendraient cette entourloupe comme celles économiques, politiques et financières.
Lire à ce sujet les articles « PfizerLeak : les contrats Pfizer et leurs clauses surprenantes » à l'adresse https://www.francesoir.fr/societe-sante/pfizerleak-les-contrats-surprenants-vaccins-pfizer
et « 18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas injecter le vaccin anti-covid » à l'adresse https://strategika.fr/2021/09/12/18-raisons-pour-lesquelles-je-ne-me-ferai-pas-injecter-le-vaccin-anti-covid/
On peut parler d’une exploitation commerciale des neurosciences ou des sciences du comportement. Comme quoi on n’est pas dans la science, mais bien dans une manipulation monstrueuse, qu’on retrouve dans le livre d’Ewen sur le basculement de la société artisanale et familiale américaine dans la société dite moderne, avec les métiers qui disparaissent au profit des emplois (un employé, relisez ce mot plusieurs fois), des emplois qui disparaissent au profit des machines, puis de l’IA, mais ça, ce n’est pas dans le livre. Ce qui est chez Ewen, c’est l’éclatement familial dû à la publicité qui a vanté de nouveaux modes de comportements, comportements qui rapportaient tout simplement beaucoup plus au Marché. D’où le féminisme (les femmes qui fument), le célibat et la consommation sexuelle contre le mariage et la fidélité, au risque de la dépression, et l’invasion de l’espace public par la publicité, qui peut faire ce qu’elle veut. En revanche, quand on veut dessiner un truc sur un mur ou écrire un slogan, aussitôt la maréchaussée intervient : social danger ! Les ingénieurs sociaux du Marché ne partent donc pas seulement des comportements pour vendre le matérialisme aux gens, mais ils modifient ces comportements. Le (théorie du) nudge, ce mot récent, est un concept qui existe en fait depuis un bon siècle. C’est une contrainte sans contrainte, un viol mental qui ne déclenche pas l’alerte du système de défense, une intrusion perfide sous les radars de l’individu.
Cependant par le cinéma ou des livres, un camp subversif peut aussi contredire ce qu'une idéologie dominante tente à imposer, et comme une biographie, il peut également montrer l'origine de la personnalité ou de la vie de certaines personnes parfois condamnées injustement par diverses catégories d'un peuple ou encensées indignement par le système pervers.
          L'économie dépendant en premier lieu de l’énergie dont elle dispose, ce besoin a toujours été l’une des principales causes de guerres. Jadis, il s’agissait de faire des esclaves pour travailler aux champs, puis au XIXème siècle de s’emparer du charbon pour alimenter des machines, et aujourd’hui principalement de contrôler les ressources énergétiques (pétrole et gaz). Pour masquer cette logique, les hommes ont toujours imaginé de bonnes raisons pour justifier ce qu’ils font. Comme fréquemment les nouvelles administrations aux commandes chargent hypocritement les précédentes pour les avoir induites en erreur une fois que le mal a été fait, mais dans le fond leur politique ne change jamais et l'étape perverse suivante après le nouvel état des choses imposé perversement peut être recherchée. Auparavant pour prétendre sournoisement qu'elles sont désormais sincères, ces administrations jetteront l'opprobre sur leurs renseignements respectifs, comme suite à la déclaration de Colin Powel ait affirmé à l'ONU que des armes de destructions massives étaient présentes en Irak. Mais le mal de la guerre en Irak déstabilisant l'ensemble du moyen orient pour longtemps aura donc bien été fait. En d'autres termes l'objectif aura été atteint, car ils auront amélioré leur géopolitique en plaçant toujours au pouvoir des marionnettes à leur service, et parce qu'ils auront récupéré les ressources des pays agressés en les contrôlant et en les extrayant souvent sans étonnement par des compagnies de leur pays.