Imprimer

La morale correspond à la science des mots

(ExtS2v31) « Et Il (Dieu) apprit à Adam tous les noms (principaux des êtres vivants,  des partie du corps humain, des choses, des valeurs, de la morale et des règles religieuses du début de la Création) »

          Comme il vient d'être vu dans le chapitre précédent, la science des mots et donc de la morale détient d'évidentes règles à l'image des lois mathématiques, physiques, d'orthographe, de grammaire ou de conjugaison, surtout que comme pour les mathématiques, lorsque une formule est juste, sa réalité est incontestable. En effet, certaines définitions ou situations ordonnent ou conseillent certains actes, sentiments, vérités ou/et morales. Par conséquent l'étymologie des mots et le sens des notions et des idées doivent être utilisés au mieux, en particulier car ils peuvent avoir différentes significations en fonction d'expressions ou de contextes. Ainsi nos pensées et paroles doivent être clairement et explicitement exprimées, et quand c'est possible être donc simplifiées au maximum, surtout quand cela participe à décrypter précisément et donc révélés précieusement la grandeur irréprochable de la morale et du monothéisme authentique. Or diverses morales apportent de nobles règles, induisant souvent d'autres morales apportant des règles supplémentaires. La plupart des enseignements ou lois de la religion permettent souvent de découvrir d'autres règles ou vérités par la déduction dont à travers des rapports entre eux. Et certaines morales supérieures peuvent abroger ou suspendre quelques unes de ces nobles règles en tant qu'exception, comme lorsqu'il est autorisé de manger du porc modérément quand une personne est affamée et qu'elle ne trouve rien d'autre à manger, car dans divers cas, nécessité fait certaines lois :
(ExtS2v106) « Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. »
(S2v173) « Certes, Il vous est interdit la chair d'une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu'Allah. Il n'y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

Commentaire : Les deux versets précédents montrent que le Coran sert aussi à clarifier nettement les obligations, les permissions et les interdictions.
          Par conséquent certaines œuvres cultuelles et comportements permettent logiquement d'obtenir des mérites, des qualités et des récompenses divines. Et les qualités apportent de nobles comportements et aussi diverses faveurs divines. Or il faut bien comprendre que le Créateur fait les meilleurs choix dans la morale, comme si Il avait un programme informatique ou une balance précise permettant de l'établir au mieux.
          Ainsi la morale découlant de l'existence divine établit que pour obtenir sa dignité et le précieux Paradis éternel décrit précédemment, quelques conditions justes et donc inévitables doivent être remplies par l'homme. La principale est une attestation de foi à prononcer avec sincérité et correspondant à l'acte facile qui convertit à l'islam, comme il est légitime que des parents apprennent à leurs nourrissons les mots « papa » et « maman » pour leurs respectables rôles respectifs :

« J'atteste qu'il n’existe pas de divinité à part Allah et que Mouhamed est Son Messager. »

De plus cette affirmation transmise par Dieu à Son dernier Messager marque logiquement pour l'être humain le début légitime de sa soumission personnelle envers son Seigneur, de sa piété dans les lois anoblissantes de l'islam et donc de sa dignité en particulier si il considère honorable le reste du cadre moral, éthique et légal religieux y étant lié :
(S39v33) « Tandis que celui qui vient avec la vérité (le Messager Mouhamed et tout prédicateur) et celui qui la confirme, ceux-là sont les pieux. (déclarer sa foi fait donc bien déjà partie de la piété) »
En effet pour accéder à la meilleure valeur qu'est la dignité suprême, ce témoignage (premier pilier obligatoire de l'islam), imposé par la morale servant ainsi que tout le reste du mode de vie prophétique à rendre hommage noblement et donc légitimement à la souveraine unicité divine pourvoyeuse de subsistance, ne peut être qu'un contrat moral obligatoire puisque proposant religieusement à l'être humain son début d'ennoblissement. Cependant cette attestation ne doit évidement pas être effectuée sous la contrainte pour qu'elle soit validée et permette d'espérer recevoir la miséricorde divine :
(ExtS2v158) « Et quiconque fait de son propre gré une bonne oeuvre, alors Allah est Reconnaissant, Omniscient. »
(S2v256) « Nulle contrainte en religion, car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroît au Rebelle tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse (vérité) la plus solide (car authentique), qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. »
(S30v13) « Et lorsque Loqman dit à son fils tout en l'exhortant : “Ô mon fils, ne donne pas d'associé à Allah, car l'association à (Allah) est vraiment une injustice énorme.” »
(S56v82) « Et est-ce pour vous (une façon d'être) reconnaissant (digne) à votre subsistance que de traiter (le Coran) de mensonge ? »
(S5v3) « Ô hommes ! Rappelez-vous le bienfait d'Allah sur vous : existe-t-il en dehors d'Allah, un créateur qui du ciel et de la terre vous attribue votre subsistance ? Point de divinité à part Lui ! Comment pouvez-vous vous détourner (de cette vérité) ? »
(ExtS18v29) « Et dis : “La vérité émane de votre Seigneur. Quiconque le veut, qu'il croit, et quiconque le veut qu'il mécroie.” »
(S33v21) « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle (à suivre), pour quiconque espère en Allah et au jour dernier et invoque Allah fréquemment. »
(S39v53/54) « Dis : Ô mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah, car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux. Et revenez repentant à votre Seigneur, et soumettez-vous à Lui, avant que ne vous vienne (pour éviter) le châtiment où vous ne recevrez alors aucun secours. »
(S7v63) « Est-ce que vous vous étonnez qu'un rappel vous vienne de votre Seigneur à travers un homme issu de vous, pour qu'il vous avertisse, que vous deveniez pieux et que la miséricorde (divine) vous soit accordée (dont par le repentir) ? »
(S29v23) « Et ceux qui ne croient pas aux versets d’Allah et à Sa rencontre désespèrent de Ma miséricorde. Et ceux là auront un châtiment douloureux. »
(S15v55/56) « Ils (des anges annonçant au Prophète Abraham la naissance d'un enfant à venir pur lui et sa femme alors qu'ayant atteint la veillesse) dirent : “Nous t'annonçons la vérité. Ne sois donc pas de ceux qui désespèrent.” Il (le Prophète Abraham) dit : “Et qui désespère de la miséricorde de son Seigneur sinon les égarés ?” »

Il est important d'insister que cette primordiale reconnaissance de Dieu, peut être même d'au moins un seul de Ses attributs car appartenant au domaine minimal de la dignité permettant de pouvoir espérer la miséricorde divine, devient une cause indispensable pour gagner le Paradis de Dieu et éviter Son Enfer :
Le Prophète (SBDSL) dit à Mouad : « Ô Mouad ! Sais-tu quel est le droit de Dieu sur Ses créatures et quel est le droit des créatures sur Dieu ? » Je dis : « Dieu et Son Messager le savent mieux que moi. » Il dit : « Le droit de Dieu sur les créatures est qu’elles ne Lui associent rien, et le droit des créatures sur Dieu est qu’Il ne soumette pas au supplice celui qui ne Lui associe rien. » Je dis : « Ô Messager de Dieu ! Puis-je annoncer cette bonne nouvelle aux gens ? » Il dit : « Ne la leur annonce pas car ils ne compteraient plus sur leurs propres œuvres. » (URA)
En effet, la morale liée à Dieu affirme sans contestation possible que le Seigneur Créateur Saint et Digne par excellence est Le Seul à pouvoir purifier les âmes imparfaites de Ses créatures humaines repentantes, salies par l’impureté de leurs péchés, en les pardonnant, pour leur permettre d'accéder par Sa miséricorde dans Son Paradis pur. Il s'agit de vérités morales évidentes devant nous apaiser :
(S51v60) « Malheur donc à ceux qui ont mécru à cause du jour (du Jugement Dernier établissant la justice) dont ils sont (inévitablement) menacés (par leur nature imparfaite) ! »
(S3v135)« et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Allah ? »
(S42v25) « Et c'est Lui qui agrée de Ses serviteurs le repentir, pardonne les méfaits et sait ce que vous faites. »
(S29v23) « Et ceux qui ne croient pas aux versets d’Allah et à Sa rencontre désespèrent de Ma miséricorde. Et ceux là auront un châtiment douloureux. »
(S7v22-26) « Alors il (le Diable) les (Adam et Eve) fit tomber par tromperie. Puis, lorsqu'ils eurent goûté de l'arbre (interdit), leurs nudités leur devinrent visibles et ils commencèrent tous deux à y attacher des feuilles du Paradis. Et leur Seigneur les appela : “Ne vous avais-Je pas interdit cet arbre ? Et ne vous avais-Je pas dit que le Diable était pour vous un ennemi déclaré ?” Tous deux dirent : “Ô notre Seigneur, nous avons fait du tort à nous-mêmes. Et si Tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas miséricorde (pour nous purifier), nous serons très certainement du nombre des perdants.” »
(S2v37) « Puis Adam (et donc Eve) reçut de son Seigneur des paroles (pour exprimer sa demande de pardon), et Allah agréa son repentir car c'est Lui certes, le Repentant, le Miséricordieux. »
(S24v21) « Et n’eussent été la grâce d’ Allah envers vous et Sa miséricorde, nul d’entre vous n’aurait jamais été pur. Mais Allah purifie qui Il veut (par les règles religieuses dont le repentir, les ablutions et les cinq piliers). Et Allah est Audient et Omniscient. »
(S40v2/3) « La révélation du livre vient d'Allah, le Puissant, l'Omniscient. Le Pardonneur des péchés, l'Accueillant au repentir, le Dur en punition, le Détenteur des faveurs. Point de divinité à part Lui et vers Lui est la destination. »
(S48v4-6) « C’est Lui qui a fait descendre la quiétude dans les cœurs des croyants afin qu’ils ajoutent une foi à leur foi. A Allah appartiennent les armées des cieux et de la terre, et Allah est Omniscient et Sage, afin qu’ils fassent entrer les croyants et les croyantes dans des Jardins (purs) sous lesquels coulent des ruisseaux où ils demeureront éternellement, et afin de leur effacer leurs méfaits (pour les purifier suite à leur repentir). Cela est auprès d’Allah un énorme succès. »
(S3v30) « Le Jour (du Jugement Dernier) où chaque âme se trouvera confrontée avec ce qu'elle aura fait de bien et ce qu'elle aura fait de mal, elle souhaitera qu'il y ait entre elle et ce mal une longue distance ! Allah vous met en garde à l'égard de Lui-même. Allah est Compatissant envers (Ses) serviteurs. »
(S3v30) « Le jour (du Jugement Dernier) où chaque âme se trouvera confrontée avec ce qu'elle aura fait de bien et ce qu'elle aura fait de mal, elle souhaitera qu'il y ait entre elle et ce mal une longue distance ! Allah vous met en garde à l'égard de Lui-même. Allah est Compatissant envers (Ses) serviteurs. »
Anas (SBDSL) a dit : J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : Dieu le Très-Haut a dit : « Ô fils d'Adam ! Tant que tu M'implores et que tu espères en Moi, Je te pardonnerai tes péchés sans M'en soucier. Ô fils d'Adam ! Si tes péchés atteignaient le ciel et que tu Me rencontres sans M'associer quoi que ce soit, Je t'apporterai sa contenance comme absolution. » (Tirmidhi)
Aïcha (SDP) rapporte : J’ai demandé au Prophète (SBDSL) : « Ô Messager d'Allah ! Avant la venue de l’islam, Ibn Judan maintenait les liens de parenté et nourrissait les pauvres. Cela lui sera-t-il d’aucune utilité (dans l’au-delà) ? » Il dit : « Cela ne lui profitera pas car il n’a jamais dit : Ô Seigneur ! Pardonne-moi mes péchés au Jour de la Rétribution (et il ne pourra donc être purifié). » (Mouslim)

(S2v174/175) « Ceux qui cachent ce qu'Allah à fait descendre du Livre et le vendent à vil prix, ceux-là ne s'emplissent le ventre que de Feu. Allah ne leur adressera pas la parole, au Jour de la Résurrection, et ne les purifiera pas. Et il y aura pour eux un douloureux châtiment. Ceux-là ont échangé la bonne direction contre l'égarement et le pardon contre le châtiment. Qu'est-ce qui leur fera supporter le Feu ? ! »
Pour continuer de montrer que le repentir est nécessaire à tous les hommes pour se purifier, il faut savoir que divers enseignements religieux affirment que tout fils d'Adam est fautif par rapport au comportement de la perfection, sauf Jésus (paix sur lui) :
(S16v61) « Si Allah s'en prenait aux gens pour leurs méfaits, Il ne laisserait sur cette terre aucun être vivant (car personne n'est parfait et chacun doit donc aller au Jugement Dernier voire en Enfer, mais dans un autre sens exclusif aussi Jésus car sa perfection liée à sa sainteté doit aller au Paradis). Mais Il les renvoie jusqu'à un terme fixe. Puis, quand leur terme vient, ils ne peuvent ni le retarder d'une heure ni l'avancer. »
(ExtHadithQoudsi) Le Prophète (SBDSL) a dit : Dieu (Glorifié soit-Il) a dit : « Ô Mes adorateurs ! Vous péchez nuit et jour et Moi Je pardonne tous les péchés, demandez-Moi le pardon et Je vous l’accorderai. »
L'Envoyé d'Allah (SBDSL) a dit : « Tous les fils d’Adam sont fautifs et les meilleurs des fautifs sont ceux qui se repentent. » (Tirmidhi)

(ExtS2v253) « Parmi ces Messagers, Nous avons favorisé certains par rapport à d'autres. Il en est à qui Allah a parlé, et Il en a élevé d'autres en grade. A Jésus fils de Marie Nous avons apporté les preuves, et l'avons fortifié par le Saint-Esprit. »
(RésuméHadith) : Abou Hourayra (SDP) rapporte : (Le jour du rassemblement avant le jugement universel, les hommes seront lassés d'attendre et iront demander aux principaux Prophètes de demander l'ouverture du jugement, requête qu'ils refuseront tous de peur en s'attribuant un péché, sauf Jésus mais qui refusera aussi puisque sa perfection ne peut être jugée, et qui leur dira d'aller voir Mouhamed, le sceaux des Prophètes et bien aimé de Dieu qui le fera.)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection, rectifiez continuellement votre conduite et sachez que nul d’entre vous ne devra son salut à ses seules œuvres. »

          Ensuite l'attestation de foi qui correspond au premier pilier de l'islam doit être immédiatement accompagnée par l'acceptation des cinq prières quotidiennes ordonnées par Dieu correspondant au deuxième pilier, car elles permettent légitimement de la confirmer cinq fois par jour à des moments précis tout en purifiant notre temps de vie.
De plus il est aussi très important de savoir que ces cinq prières obligatoires journalières assagissent l'être humain, puisqu'il obtient un heureux apaisement en ressentant mieux la présence divine, en augmentant la certitude de sa foi en particulier par celles effectuées en groupe avec des centaines de personnes, en soulageant le poids de cette anoblissante obligation principale, en orientant son cœur vers la pureté véridique, concrète, efficiente et immense des authentiques et inépuisables attributs suprêmes et vitaux et des qualités lumineuses illimitées de l'inestimable identité divine sage dont la douceur, la finesse et la puissance sentimentales le renforçant moralement et physiquement, en améliorant sa capacité de concentration, en recevant une énergie mentale et donc corporelle vu leur charge spirituelle et émotionnelle, en développant sa sensibilité, en habituant son âme à suivre les lois religieuses, en valorisant les liens avec ses proches, en s'exhortant vers les bonnes œuvres, en luttant contre ses mauvais penchants, en se remémorant la vérité de son origine, en ressentant un aspect agréablement solennel de l'existence puisque effectuées pour et vers Le Tout et Très Bon Seigneur source de tout le bien et donc de l'authentique sérénité, en se recueillant magnifiquement au creux de son torse lors de la position debout le raffermissant, en s'élevant majestueusement lors de l’inclinaison devant la haute majesté du Seigneur, en s'humiliant légitimement lors des prosternations conformément à sa nature de créature et donc dans un décuplement de la justice l'harmonisant dans son rapport avec toute chose et de la modestie développant la modération, en trouvant l'équilibre nécessaire dans les différentes positions de la prière qui habitue l'âme à l'équilibre nécessaire avec toute chose, en lui rappelant l'inéluctabilité du jugement universel, en décontractant son corps et par conséquent son stress avec des gestes pieux, en vivant un relâchement émotionnel dans la confiance et l'amour en Dieu, en comprenant la sagesse de se résigner au destin pour relativiser sur les soucis et éviter la dépression, en s'abandonnant totalement devant la sage Création divine avec l'intention d'utiliser complètement ses capacités limitées pour la bienfaisance, en obtenant l'absolution pour ses petits péchés, en faisant une logique demande de guidée et de Paradis, en développant le plaisir des bienfaits divins, en se rappelant la souveraineté naturelle du Seigneur, en profitant de l’addition des énergies des coreligionnaires lors de celles effectuées en groupe l’entraînant également à l'harmonie avec les autres, en rendant un reconnaissant hommage justifié par la Création permanente de son Seigneur Pourvoyeur de toute subsistance, en validant complètement l'irréprochabilité des choix divins, en fêtant la dignité partagée avec le Dieu Unique suprêmement sage, en vivant une belle intimité avec l'Omniscient Omnipotent par une attention complète de tous les éléments composant son être lors d'un rite précis et reprenant les 7 types d’adorations existantes : prière, lecture coranique, invocations lors des habitudes quotidiennes, évocation et glorifications du divin, prière sur le Prophète, repentir, et méditation, et donc en se nourrissant du très noble sens de la vie apportant une régénération d'énergie du bien permettant de le pratiquer plus souvent et de vivre joyeusement :
(S29v45) « Récite ce qui t’est révélé du Livre et accomplis la Salât (Prière). En vérité la Salât préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d’Allah est certes ce qu’il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites. »
La prière correspond donc à une réelle énergie positive nous rechargeant en piété, en pureté, en bienveillance, en solidarité, en coopération et en dynamisme pour la pratique d'actions religieuses, utiles ou grandes, et donc nobles.
(Sourate 1) : La fatiha (L'ouverture) : A réciter obligatoirement pour valider chaque prière :
Louange à Dieu, Seigneur des mondes.
Le Tout Clément, le Très Miséricordieux.
Le Roi du Jour de la rétribution.
C'est Toi (Seul) que nous adorons, et c'est Toi (Seul) dont nous implorons secours.
Guide-nous dans le droit chemin, le chemin (des bonnes actions) de ceux que Tu as comblés de faveurs,
non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. Amen
(S2v45/46) « Et cherchez secours (pour vous apaiser) dans l'endurance et la Salat (prière) : certes, la Salat est une
lourde obligation, sauf pour les humbles, qui ont la certitude de rencontrer leur Seigneur (après leur résurrection) et retourner à Lui seul. »
Abou Hourayra (SDP) a dit : « J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Que pensez-vous si l'un de vous avait devant sa porte une rivière où il se laverait cinq fois par jour, est-ce qu'il lui resterait quelque chose de sa saleté ? » Ils (ses compagnons) dirent : « II ne lui en resterait rien. » Il dit : « Telle est l'image des cinq prières quotidiennes par lesquelles Dieu efface les fautes (sauf les grandes qui nécessitent le repentir, voir V, 2, a, a2). »
Jabir (SDP) a rapporté : « J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « La prière est ce qui sépare le croyant de l'incroyant. » (Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit à une délégation de Taïf avant leur conversion : « Pour ce qui est de casser vos idoles de mains, nous vous en dispensons (et quelqu'un d'autre s'en occupera). Mais quant à la prière, sachez qu'il n'y a pas de bien dans une religion sans prière. »

(S25v77) « Dis : « Mon Seigneur ne se souciera pas de vous sans votre prière », mais vous avez démenti (le Prophète Mouhamed). Votre (châtiment) sera inévitable et permanent. »
Dans ce sens et comme l'être humain a des devoirs et des droits, tels nourrir ses enfants et avoir leur respect et leur reconnaissance, il doit également reconnaître que Dieu lui a tout donné (même si il naît handicapé), ce qui est dans un sens synonyme de ses droits, et que par preuve de respect, il est de son devoir de Lui rendre, grâce à la prière, un juste hommage lié à la dignité de la reconnaissance.
En effet une créature ne peut que rendre une adoration au Noble Créateur Irréprochable pour L'honorer et sagement s'ennoblir dont en n'évoluant dans une ingrate indifférence indigne, car les prières sont une œuvre légitime pour prouver notre sentiment de foi à divers moments de la journée, montrer notre reconnaissance, nous apaiser vers la sagesse et valider notre noblesse en particulier quand elle est choisie volontairement : aube, midi, après midi, soir et début de nuit, environ entre cinq et dix minutes à chaque fois, soit une totalité approximative de quarante cinq minutes par jour, c'est à dire très peu pour obtenir le très digne et très généreux Paradis Eternel du Seigneur :
(S32v15-20) « Seuls croient en Nos versets ceux qui, lorsqu'on les leur rappelle, tombent prosternés et, par des louanges à leur Seigneur, célèbrent Sa gloire et ne s'enflent pas d'orgueil. Ils s'arrachent de leurs lits pour invoquer leur Seigneur (Irréprochable) par crainte et espoir, et ils font largesse de ce que Nous Leur attribuons. Aucun être ne sait ce qu'on a réservé pour eux comme réjouissance pour les yeux, en récompense de ce qu'ils œuvraient ! Celui qui est croyant est-il comparable au pervers ? (Non), ils ne sont point égaux. Ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, auront leur résidence dans les Jardins du Refuge, en récompense de ce qu'ils œuvraient. Et quant à ceux qui auront été pervers, leur refuge sera le Feu : toutes les fois qu'ils voudront en sortir, ils y seront ramenés, et on leur dira : “Goûtez au châtiment du Feu auquel vous refusiez de croire.” »
Enfin concernant ces prières obligatoires apaisant le croyant dans la vie terrestre en lui faisant ressentir le parfum de son Seigneur et de sa demeure originelle qu'est le Paradis, elles peuvent également être comparée à un doudou calmant un enfant dans une école maternelle par son rappel de ses parents et de sa maison en particulier grâce l'odeur. Ainsi il faut comprendre que cette sérénité est bien réelle, et qu'elle augmente constamment en pratiquant régulièrement la religion et en vieillissant, puis degré par degré éternellement au Paradis, comme le prouve inversement en se pinçant progressivement de plus en plus fort, la capacité créatrice divine d'augmenter éternellement la douleur puisque Dieu est l'Absolu contenant l'infini dont au niveau des puissances physique, sensationnelle, émotionnelle et sentimentale :
(S17v42/43) « Dis : “S'il y avait des divinités avec Lui, comme ils le disent, elles auraient alors cherché un chemin (pour atteindre) le Détenteur du Trône.” Pureté à Lui ! Il est plus haut et infiniment au-dessus de ce qu'ils disent ! »
          Puis pour purifier tous nos biens (matériels, corporels et spirituels) en prouvant un autre aspect de l'excellence du possible ennoblissement maximal par la religion propre à l'être humain, le petit impôt social annuel (zakat) pour ceux ayant thésaurisé plus de 3 000 euros pendant un an et le jeûne du mois de ramadan pour ceux ayant une santé le permettant, doivent être effectués comme une autre condition, en tant que troisième et quatrième piliers de l'islam. Le cinquième et dernier pilier qui est le pèlerinage à La Mecque, demandant des pratiques rappelant l'histoire religieuse de l'humanité et l'importance de l'union de la communauté musulmane comme à travers la zakat, ne semble pas prioritaire même s'il demeure important, puisqu'il n'est obligatoire qu'en cas de moyens financiers suffisants :
Selon Abou Hourayra (SDP), un bédouin vint dire au Prophète (SBDSL) : « Ô Messager de Dieu ! Indique-moi une œuvre qui me fasse entrer au Paradis. » Il lui dit : « Tu adores Dieu sans rien Lui associer, tu fais correctement la prière, tu t'acquittes de l'aumône obligatoire et tu jeûnes le mois de Ramadan. » Il dit : « Par celui qui tient mon âme dans Sa Main, je n'y ajouterai rien. » Quand il s'en alla, le Prophète (SBDSL) dit : « Celui qui serait heureux de regarder un homme destiné au Paradis, qu'il regarde cet homme. » (URA)
(S68v45-47) « Ou bien est-ce que tu leur demandes un salaire, les accablant ainsi d'une lourde dette ? »
(S98v5) « Il ne leur a été commandé, cependant, que d'adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et voilà la religion de droiture. »
(S17v9/10) « Certes, ce Coran guide vers ce qu'il y a de plus droit (ennoblissement maximal), et il annonce aux croyants qui font de bonnes oeuvres qu'ils auront une grande récompense, et à ceux qui ne croient pas en l'au-delà, que Nous leur avons préparé un châtiment douloureux. »

          Enfin, une dernière condition est obligatoire pour entrer dans le Paradis pur de notre Créateur. Il s'agit d'effectuer pendant notre passage sur terre, au moins une bonne (pure) action pour Dieu, afin de donner un sens positivement pur à notre âme neutre par naissance et de justifier une bonne (pure) rétribution qu'est évidemment le Paradis. En effet, les prières obligatoires quotidiennes et les autres œuvres cultuelles obligatoires ne peuvent être considérées comme des bonnes actions, car elles correspondent plus à une dette que l'on rembourse noblement à Dieu pour les bienfaits qu'Il nous offre pendant une journée, comme lorsqu'une personne assoiffée perdue dans un désert remercie l'étranger qui lui donne à boire. Par conséquent, il est logique qu'une bonne action doit avoir un sens de don de sa personne ou de ses biens et non de remerciement, puisqu'il s'agit de se faire rétribuer par Dieu, pareillement à un salaire, pour avoir été Son représentant en utilisant Sa puissance présente dans notre corps lors de nos œuvres bienfaisantes, à l'image d'un employé utilisant les outils d'un patron. Ainsi tous nos biens matériels, mentaux et corporels de même que les sociétés humaines appartenant à l'entreprise de bienfaisance du Seigneur sont des éléments dont nous pouvons précieusement nous servir pieusement. A ce sujet il faut noter que nous participons selon nos moyens dans cette entreprise de bienfaisance du Seigneur, c'est à dire modestement par nos capacités limitées, et que le Seigneur nous le rend par un salaire également selon Ses moyens, c'est à dire infiniment par le Paradis éternel synonyme de Ses capacités illimitées :
(S28v77) « Et recherche à travers ce qu’Allah t’a donné, la Demeure dernière. Et n’oublie pas ta part en cette vie. Et sois bienfaisant comme Allah a été bienfaisant envers toi. Et ne recherche pas la corruption sur terre, car Allah n’aime point les corrupteurs. »
(ExtS73v20) « Accomplissez la Salat, acquittez la Zakat, et faites à Allah un prêt (une bonne action pour Lui) sincère. Tout bien que vous vous préparez, vous le retrouverez auprès d'Allah, meilleur et plus grand en fait de récompense. »
S2v244/245) « Et combattez dans le sentier d'Allah. Et sachez qu'Allah est Audient et Omniscient. Quiconque prête à Allah de bonne grâce (une bonne action), Il le lui rendra multiplié plusieurs fois. Allah restreint ou étend (Ses faveurs). Et c'est à Lui que vous retournerez. »
(S2v261) « Ceux qui dépensent leur biens dans le sentier d'Allah ressemblent à un grain d'où naissent sept épis, à cent grains l'épi. Car Allah multiplie la récompense à qui Il veut et la grâce d'Allah est immense, et Il est Omniscient. »
(S27v89) « Quiconque viendra avec le bien aura bien mieux, »
(S3v136) « Ceux-là (les pieux) ont pour récompense le pardon de leur Seigneur ainsi que les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement. Comme est beau le salaire de ceux qui font le bien ! »
(S9v111) « Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Evangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allah à son engagement ? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait. Et c’est là l’énorme succès. »
(S42v23) « Telle est la (bonne nouvelle du Paradis) qu'Allah annonce à ceux des Ses serviteurs qui croient et accomplissent les bonnes œuvres ! Dis : “Je ne vous en demande aucun salaire si ce n'est l'affection eu égard à (nos liens) de parenté.” Et quiconque accomplit une bonne action, Nous répondons par (une récompense) plus belle (grande) encore. Allah est certes Pardonneur et Reconnaissant. »
(S17v42/43) « Dis : “S'il y avait des divinités avec Lui, comme ils le disent, elles auraient alors cherché un chemin (pour atteindre) le Détenteur du Trône.” Pureté à Lui ! Il est plus haut et infiniment au-dessus de ce qu'ils disent ! »
(S38v53/54) « Voilà ce qui vous est promis pour le Jour des Comptes. Ce sera Notre attribution inépuisable. »
(ExtS2v30) « Lorsque Ton Seigneur confia aux anges : Je vais établir sur la terre un vicaire (représentant) »

Selon Abou Dharr (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Chacun de vous, à son réveil le matin, est redevable d'une aumône pour chacun de ses organes qu'il trouve en bonne santé. Chaque fois qu'on dit «Soubhanallah» (gloire et pureté à Dieu), c'est
une aumône. Chaque fois qu'on dit «Al hamdou lillah» (la louange est à Dieu), c'est une aumône. Chaque fois qu'on dit «La ilaha illallah» (il n'y a pas de divinité à part Dieu), c'est une aumône. Chaque fois qu'on dit «Allahou akbar» (Dieu est plus grand), c'est une aumône. Chaque fois qu'on exhorte à une bonne action, c'est une aumône. Chaque fois qu'on détourne d'une mauvaise action, c'est une aumône. De même que deux unités de prière faites au Doha suffisent à s'acquitter de toutes ces aumônes. » (Mouslim)
Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'homme, pour chacune de ses articulations, doit verser l'aumône chaque jour où le soleil se lève. Pratiquer l'équité entre deux personnes est une aumône. Aider un homme à enfourcher sa monture ou à lui hisser ses bagages est une aumône. Dire une bonne parole est une aumône et tout pas effectué vers un (lieu) de prière est une aumône. Enfin, écarter ce qui gêne la voie est également une aumône. »
Selon Abou Moussa (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Chaque musulman est redevable d’une aumône. » On dit : « Et s’il n’en a pas les moyens ? » Il dit : « Il travaille de ses deux mains. Il se fait ainsi du bien à lui-même et peut faire l’aumône. » On dit : « Et s’il en est incapable ? » Il dit : « Il aide autrui à atteindre ce qui lui tient à cœur. » On dit : « Et s’il en est incapable ? » Il dit : « Il prescrit le bien. » On dit : « Et s’il ne le fait pas ? » Il dit : « Il s’abstient de faire le mal et c’est déjà pour lui une aumône. » (Boukhari et Mouslim)

(S40v39/40) « Et celui qui avait cru dit : Ô mon peuple, cette vie n'est que jouissance temporaire, alors que l'au-delà est vraiment la demeure de la stabilité. Quiconque fait une mauvaise action ne sera rétribué que par son pareil, et quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne action tout en étant croyant, alors ceux-là entreront au Paradis pour y recevoir leur subsistance sans compter. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Il y a quarante bonnes actions dont la plus haute est le fait de prêter à son prochain une chèvre pour le faire profiter de son lait. Tout être qui fait l’une de ces bonnes actions dans l’espoir de la récompense de Dieu et confiant dans ce que Dieu lui en a promis, Dieu l’introduit à cause d’elle au Paradis. »
(S55v60) « Y a-t-il d'autre récompense pour le bien, que le bien ? »
(S28v84) « Quiconque viendra avec le bien, aura meilleur que cela encore, et quiconque viendra avec le mal, (qu'il sache que) ceux qui commettront des méfaits ne seront rétribués que selon ce qu'ils ont commis. »
(S27v89) « Quiconque viendra avec le bien aura bien mieux (au Jour de la Rétribution), et ce jour-là ils seront à l'abri de tout effroi. »

Or dans la vie terrestre, l'homme peut donc rembourser avec les œuvres obligatoires tout ce qu'Allah lui a prêté sur terre pour ne rien Lui devoir, mais ensuite Lui troquer ses bonnes actions pour qu'il soit remboursé par une partie de son Paradis. C'est à dire qu'avant de pouvoir offrir quelque chose à Dieu, il est meilleur de particulièrement accepter les piliers islamiques puisqu'ils permettent le remboursement de la location des éléments composant notre vie terrestre : la remboursement de la location de notre temps par l'obligation de la prière, le remboursement de la locations de nos biens par l'obligation de l'impôt social purificateur (zakat), et la location de notre personne par l'obligation du ramadan annuel. En effet, alors que nous n'avions rien et pour refléter un des magnifiques sens de notre représentation du Seigneur, Allah nous permet sublimement de pouvoir commercer avec Lui d'égal à égal dans une relation d'amis partenaires d'un niveau presque similaire et pour nous faire participer honorablement à l'obtention du Paradis. De même d'autres exemples prouvant que Dieu veut nous élever à un niveau similaire à Lui seront expliqués plus tard :
(S35v29/30) « Ceux qui récitent le Livre d’Allah, accomplissent la Salât, et dépensent, en secret et en public de ce que Nous leur avons attribué, espèrent ainsi faire un commerce qui ne périra jamais. Afin (qu’Allah) les récompense pleinement et leur ajoute de Sa grâce. Il est Pardonneur et Reconnaissant. »
(S108v2) « Accomplis la Salat pour ton Seigneur et sacrifie (de ton temps, de tes biens et de ta personne pour la cause divine et les bonnes actions). »
(S9v111) « Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens (leurs vies et leurs actions) en échange du Paradis. »
(S57v11) « Quiconque fait à Allah un prêt sincère, Allah le Lui multiplie, et il aura une généreuse récompense. »
(ExtS2v30) « Lorsque Ton Seigneur confia aux anges : Je vais établir sur la terre un vicaire (représentant) »
(S2v16) « Ce sont eux qui ont troqué le droit chemin (leur âme) contre l'égarement. Eh bien, leur négoce n'a point profité. Et ils ne sont pas sur la bonne voie. »

          Cependant il semble que les légitimes piliers obligatoires précédents pour acquérir le Paradis ne soient pas totalement ni réellement nécessaires à part peut être au moins une bonne action pour Dieu, puisque les hadiths suivants paraissent clairement les abroger par une immense miséricorde divine précisant qu'attester de l'existence d'Allah (peut être d'un seul de Ses attributs) sera suffisant en particulier probablement dans certains contextes ou certaines époques de grand égarement, surtout que chronologiquement ce hadith fut parmi les derniers connus car transmis après la mort du Prophète (SBDSL) par son compagnon Mouad qui eut peur de garder une science importante. A notre époque d'égarement répandu dans laquelle l'égarement diabolique se voit désormais principalement à travers l'insouciance matérialiste, de mauvaises interprétations des textes religieux, ou de fausses idéologies, plus que vers la barbarie, cette reconnaissance au moins de l'unicité divine (voire de la non croyance en autre que Lui sans juger les autres ni étant trop immoral comme pour les agnostiques avouant leur faiblesse tels des enfants de découvrir la vérité, alors que les mécréants et les polythéistes ne peuvent recevoir la miséricorde divine puisque ayant fait le pire choix faux synonyme d'impureté suprême en rejetant la vérité de l'unicité divine) devient donc réellement prioritaire car quelles que soient nos erreurs, elles n'ont de sens que si on comprend qu'elles doivent nous éduquer moralement et nous améliorer socialement, et c'est d'ailleurs le sens principal de la foi en Dieu au moins demandé par Dieu :
Le Prophète (SBDSL) dit à Mouad : « Ô Mouad ! Sais-tu quel est le droit de Dieu sur Ses créatures et quel est le droit des créatures sur Dieu ? » Je dis : « Dieu et Son Messager le savent mieux que moi. » Il dit : « Le droit de Dieu sur les créatures est qu’elles ne Lui associent rien, et le droit des créatures sur Dieu est qu’Il ne soumette pas au supplice celui qui ne Lui associe rien. » Je dis : « Ô Messager de Dieu ! Puis-je annoncer cette bonne nouvelle aux gens ? » Il dit : « Ne la leur annonce pas car ils ne compteraient plus sur leurs propres œuvres. » (Cependant, Mouadh annonça cela à la mort du Prophète de peur de tomber dans le pêché pour ne pas avoir transmis ce hadith.) (URA)
(ExtHadith) Abou Dharr rapporte : Le Prophète (SBDSL) me répondit : « Tu l'as entendu ? » « Oui », répondis-je. Le Prophète (SBDSL) poursuivit : « C'est Gabriel qui est venu me dire : "Celui qui meurt parmi les membres de ta communauté sans avoir associé quoi que ce soit à Dieu entrera au Paradis." » Je demandai alors : « Et même s'il a volé et forniqué ? » « Même s'il a volé et forniqué (une version rajoute : et même s'il boit le vin). », conclut le Prophète (SBDSL). (Boukhari et Mouslim)
(ExtHadith) Abou Hourayra (SDP) a dit : « (Après avoir cherché le Prophète (SBDSL), Abou Hourayra le trouva, puis le Prophète (SBDSL) lui parla et) conclut tout en lui tendant ses sandales : « Prends ces sandales et va ! Toute personne que tu rencontreras derrière ce jardin et qui attestera de manière convaincue qu'il n'existe pas de divinité à part Dieu, annonce-lui alors le Paradis ! » (Mouslim)
Almousayib (SDP) rapporte : Quand Abou Talib (l'oncle protecteur du Prophète) allait mourir, le Prophète (SBDSL) entra chez lui puis le supplia : « Mon oncle ! Dis : Il n'y a pas de divinité à part Allah ! Avec cette parole, je te défendrai devant Allah (autre traduction : j'en témoignerai pour toi le jour dernier, ou : je m'occuperai du reste). » Or comme l'oncle du Prophète (SBDSL) refusa, il déclara : « J'implorerai ton pardon tant qu'Allah ne me l'interdira pas. » Mais un verset descendit qu'il ne fallait pas le faire pour les personnes ayant toujours affirmé leur infidélité.
Selon Anas (SDP), e Prophète (SBDSL) dit à Mouad : « Ô Mouad ! » L’autre dit : « Obéissance et assistance ô Messager de Dieu ! » Il dit une troisième fois : « Ô Mouad ! » L’autre dit : « Obéissance et assistance, ô Messager de Dieu ! » Le Prophète (SBDSL) dit alors : « Dès que quelqu’un atteste sincèrement et du fond  du cœur qu’il n’existe pas de divinité à part Allah et que Mouhamed est Son humble adorateur et Son Messager, Dieu l’interdit aussitôt à l’Enfer (ou lui donne le Paradis). Il dit : « Ô Messager de Dieu ! Puis-je en informer les gens afin qu’ils s’en réjouissent ? » Il dit : « Cela les pousserait à ne plus compter sur leurs propres œuvres. » Mais Mouad en informa quand même les gens au moment de la mort du Prophète pour éviter d’avoir caché une science qu’il détenait de Dieu. (Boukhari et Mouslim)
Surtout que comme avant de pouvoir entrer dans la demeure d'une personne, il faut évidemment la connaître et avoir sa permission, il en est de même avec la nécessité de reconnaître l'unicité divine pour entrer au Paradis qui est le royaume principal de Dieu :
(S92v12) « à Nous (Dieu) appartient, certes, la vie dernière (Paradis) et la vie présente. »
(S3v198) « Mais quant à ceux qui craignent leur Seigneur, ils auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement, un lieu d'accueil de la part d'Allah. Et ce qu'il y a auprès d'Allah est meilleur pour les pieux. »

Dans une miséricorde par excellence, Dieu nous demande donc légitimement une reconnaissance minimale envers Lui pour établir la base de notre dignité, et une minimale seule bonne action en Son honneur pour qu'en revanche dans un niveau maximal Lui puisse être reconnaissant éternellement. En effet des enseignements religieux (dont de ce chapitre) semblant parfois contradictoires sont en réalité des explications de morales se complétant ou/et de miséricordes divines supérieures. Et pour très sagement toucher leurs cœurs, cela correspond au premier argument que nous devons absolument transmettre aux incroyants pendant notre prédication impérative, car il ne s'agit pas d'une question de vie ou de mort, mais de Paradis Eternel ou d'Enfer Eternel. En effet dans ce cas, prévenir peut devenir synonyme de bénir.
          Dans ce sens les deux versets suivants montrent qu'il existe différents niveaux ou grades possibles à atteindre religieusement et donc personnellement, et ainsi un degré suprême comme le prouve aussi le Firdaws qui est l'étage le plus haut du Paradis et Allah s'étant élevé au maximum grâce à son choix vers la miséricorde par excellence dont à travers Son pardon pour certains êtres humains n'ayant pas atteints les divers degrés supérieurs à la dignité minimale qu'est la reconnaissance de la présence de Dieu (le Créateur) :
(S67v1/2) « Béni soit celui dans la main de qui est la royauté, et Il est Omnipotent. Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en oeuvre, et c'est Lui le Puissant, le Pardonneur. »
Commentaire : Ici "(savoir)...le meilleur en œuvre" signifie
bien que la morale et le Paradis détiennent divers niveaux pour lesquels il faut se concurrencer dans les bonnes actions et le plus souvent possible dans la bienfaisante entraide religieuse et sociale jusque logiquement dans l'organisation de la transmission de la religion :
(S3v163) « Ils (les hommes) ont des grades (différents) auprès d'Allah et Allah observe bien ce qu'ils font. »
Le meilleur en œuvre peut être le premier ou ceux qui auront découvert seuls l'intention de tendre vers la valeur suprême qu'est l'ennoblissement maximal personnel religieusement dont par la demande à Dieu d'y parvenir et de suivre le plus possible la tradition prophétique. Or tous ceux qui suivront cette idée ou la voulaient plus ou moins inconsciemment pourront apparemment l'obtenir, comme le prouverait le hadith suivant expliquant que ceux entreront au Paradis avec la splendeur de la lune, image de Dieu selon et donc probablement voire logiquement de son ennoblissement maximal selon le second hadith suivant :
(ExtHadith) D'après Abou Hourayra (SDP), l'Envoyé de Dieu (SBDSL) a dit : « Le premier groupe d'hommes qui entreront au Paradis auront la splendeur de la pleine lune. Ceux qui les suivront auront l'éclat de la plus brillante étoile du firmament. » (Boukhari et Mouslim)
Nous étions auprès du Prophète (SBDSL) quand il leva ses yeux vers la pleine lune et dit : « Vous verrez certainement votre Seigneur tout comme vous voyez maintenant la lune sans que Sa vue ne vous fasse aucun mal. » (URA)

C'est pourquoi il est bien très sage de chercher impérativement les plus belles flèches de lumineuse noblesse afin de les tirer dans le centre de la cible du cœur des égarés. En effet comme nous ne pouvons laisser mourir quelqu'un, nous nous devons de proposer le Paradis aux gens avec sagesse. Et il ne s'agit donc pas seulement de sauver le monde de sa destruction, mais de sauver l'humanité de l'Enfer Eternel. Ceci devant apporter logiquement une motivation maximale vers cet honneur suprême qu'est la prédication proposée par le Seigneur parmi les grandes valeurs et donc grades se trouvant dans Sa Création.
          Par conséquent suite aux explications précédentes ayant montré certaines règles morales devenues progressivement non obligatoires par l'immense miséricorde divine de pardon, il apparaît que tout le reste de la pratique religieuse incarnée par la vie du Prophète (SBDSL) en dehors des piliers obligatoires et de la première bonne action, sert plutôt à constamment se purifier par la piété, s'améliorer par la droiture, progresser dans la sagesse, s'ennoblir vers la dignité maximale, s'approcher donc de l'excellence, devenir un représentant du Seigneur, recevoir l'intimité divine, et gravir les degrés du Paradis jusqu'au plus haut. Or cette reconnaissance de l'unicité divine abrogeant donc apparemment même les 4 autres piliers lors du Jugement Dernier, il faut vraiment avoir de la miséricorde pour tout le monde, car la foi et la bienfaisance peuvent être présentes chez autrui même sans pratique religieuse ou être obtenues à tout moment même dans la vieillesse, surtout  que personne n'est réellement parfait par rapport au comportement de la perfection :
(S38v27) « Nous n’avons pas créé le ciel et la terre et ce qui existe entre eux en vain. C’est ce que pensent ceux qui ont mécru. Malheur à ceux qui ont mécru pour le feu (qui les attend) ! »
(S23v115) « Pensiez vous que Nous vous avions créés sans but (juste et honorable), et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ? »
(S75v36) « L'homme pense-t-il qu'on le laissera sans obligation à observer ? »
(ExtS21v73) « Et Nous leur révélâmes de faire le bien, d'accomplir la prière et d'acquitter la Zakat. »
(ExtS34v11) « Et faites le bien. Je suis Clairvoyant sur ce que vous faites. »
(ExtS65v11) « Et quiconque croit en Allah et fait le bien, Il le fait entrer aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Allah lui a fait une belle attribution. »
(S45v22) « Et Allah a créé les cieux et la terre en toute vérité et afin que chaque âme soit rétribuée selon ce qu’elle a acquis. Ils ne seront cependant pas lésés. »

Un compagnon rapporte : J’ai dit : « Ô Messager de Dieu ! Dis-moi sur l’islam quelques paroles sur lesquelles je n’interrogerai personne d’ autre que toi. » Il dit : « Dis : "j'ai cru en Dieu", puis suis le droit chemin. » (Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Jamais le croyant n’aura assez de faire du bien jusqu’à ce que le Paradis soit son étape finale. » (Tirmidhi)

(S51v55/56) « Et rappelle, car le rappel profite aux croyants. Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent (afin qu'ils puissent gagner leur dignité après avoir reconnu la Mienne). »
(S2v151/152) « Ainsi, nous avons envoyé parmi vous un Messager de chez vous qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous enseigne le Livre et la sagesse et vous enseigne ce que vous ne saviez pas. Souvenez-vous de Moi donc, Je vous récompenserai. Remerciez-Moi et ne soyez pas ingrats envers Moi. »
(S22v77/78) « Ô vous qui croyez ! Inclinez-vous, prosternez-vous, adorez votre Seigneur, et faites le bien. Peut être réussirez vous ! Et luttez pour Allah avec l’effort qu’Il mérite. C’est lui qui vous a élus, et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion, celle de votre père Abraham, lequel vous a déjà nommés « musulmans » avant (ce livre) et dans ce livre, afin que le Messager soit témoin contre vous, et que vous soyez vous-mêmes témoins contre les gens. Accomplissez donc la Salât, acquittez la Zakat et attachez-vous fortement à Allah. C’est Lui votre Maître. Quel Excellent Maître ! Et quel Excellent Soutien ! »
(S2v177) « La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux anges, au Livre et aux Prophètes, de donner de son bien, quelqu'amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide et pour délier les jougs ; d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants (religieusement) dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! »
(S6v153) « Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc, et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. Voilà ce qu'Il (Dieu) vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la (digne) piété. »
(ExtS49v13) « Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection (ensemble de la tradition prophétique), rectifiez continuellement votre conduite et sachez que nul d’entre vous ne devra son salut à ses seules œuvres. » On dit : « Pas même toi, ô Messager de Dieu ? » Il dit : « Pas même moi, à moins que Dieu ne me couvre du voile de Sa miséricorde et de Sa générosité. » Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Quiconque désire être écarté du feu et entrer au Paradis se doit de croire en Dieu et au jour du jugement lorsque la mort le surprendra et doit traiter autrui comme il aime à être traité. » (Ahmad, Tirmidhi, Ibn Maja)
(ExtS2v30) « Lorsque Ton Seigneur confia aux anges : “Je vais établir sur la terre un vicaire (représentant) »
Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : Dieu le Très Haut a dit : « Celui qui se fait l’ennemi de l’un de Mes bien aimés, Je lui ai effectivement déclaré la guerre. Mon esclave ne s’est jamais rapproché de Moi par une œuvre plus aimable à Moi que par les obligations que Je lui ai imposées. Mon esclave ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à que Je l’aime (régularité dans quelques aspects voire dans tous les aspects de la tradition prophétique en particulier concernant les jeunes, les aumônes, les prières, les bons comportements en particulier familiaux, et surtout les rapides invocations au début et à la fin des habitudes quotidiennes dont des besoins). Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. S’il Me demande alors quelque chose Je la lui donne, et s’il se met sous Ma protection Je la lui accorde. Je ne retarde pas une chose que Je dois faire comme Je retarde pour le croyant la mort qui lui serait pénible car Je répugne à lui faire du mal. »
          Or une âme n'ayant aucun péché à cause du pardon divin, et aucune bonne œuvre, devient neutre. Elle sera donc possiblement envoyée vers une autre rétribution après le Jugement Dernier : « Al-Arâf », une muraille située entre le Paradis et l'Enfer ne détenant ni jouissance ni souffrance mais seulement crainte et espoir :
(S7v46-48) « Et entre les deux il y aura un mur, et sur cet al-Arâf, seront des gens qui reconnaîtront tout le monde par leurs traits caractéristiques. Et ils crieront aux gens du Paradis : “Paix sur vous !” Ils n’y sont pas entrés bien qu’ils le souhaitent. Et quand leurs regards seront tournés vers les gens du Feu, ils diront : “Ô notre Seigneur ! Ne nous mets pas avec le peuple injuste.” Et les gens d'al-Araf, appelant certains hommes de l'Enfer qu'ils reconnaîtront par leurs traits caractéristiques, diront : “Vous n'avez tiré aucun profit de tout ce que vous aviez amassé et de l'orgueil dont vous étiez enflés !” »
Selon l'exégèse du Coran d'Ibn Kathir, « Al-Arâf » est le lieu réservé à ceux qui auront le même nombre de bonnes et de mauvaises actions, car ils n'auront pas demandé à Dieu l'absolution de certains de leurs péchés, ou parce qu'ils n'auront pas demandé ou reçu le pardon de certaines personnes qu'ils auront offensées. En effet il faut savoir que lors de la pesée des œuvres dans la balance du Jugement Dernier, les bonnes et les mauvaises actions seront la monnaie d'échange pour légitimement équilibrer la justice dans les torts effectués entre êtres humains : celui qui aura fait un mal à quelqu'un sans recevoir son pardon devra donc le dédommager en lui donnant un certain nombre de bonnes actions, et s'il n'en a plus, il devra récupérer des mauvaises actions de cet offensé :
Abou Hourayra (SDP) rapporte, le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui a lésé son frère (et quiconque) dans son honneur ou de quelque autre manière, qu'il s'en acquitte immédiatement avant que ni le dinar ni le dirham ne soient de quelque utilité. Sans quoi, s'il a quelques bonnes actions à son actif, on en prélèvera selon la gravité de son injustice, et s'il en est démuni, il supportera en compensation une partie des péchés de son frère. » (Boukhari)
Pardonner tous les soirs à tout le monde (dans une forme d'aumône vaste selon le Prophète Mouhamed) et avoir la plus grande attention pour ne pas offenser ou oppresser autrui prend donc tout son sens en sachant cela. Il semblerait que si un être humain se repent sincèrement à Dieu afin de changer positivement son comportement, ses mauvaises actions à autrui puissent aussi devenir bonnes mais peut être insuffisantes pour rembourser totalement tous ses maux effectués à autrui si il n'a pu les réparer sur terre. Or certaines bonnes actions d'une très grande valeur peuvent permettre de fournir toute compensations à des personnes offensées :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui fait le pèlerinage sans commettre ni immoralité, ni dévergondage, retourne (chez lui) aussi pur que le jour où sa mère l’a mis au monde. » (URA)
De plus il semble que les personnes tuées illégitimement transmettent logiquement toutes leurs mauvaises actions à leur meurtrier, mais en revanche il est sûr qu'elles obtiennent le Paradis selon un hadith qui précise que celui qui meurt injustement en défendant sa vie est un martyr.
Par ailleurs si un homme croyant a une montagne de mauvaises actions après le Jugement Universel, mais qu'il lui reste au moins une bonne action, il sera parfois possible qu'en fonction de son destin, il ait la possibilité d'être pardonné par Dieu car parfois l'homme est le produit de son passé telle une somme négative d'expériences négatives, et s'il part en Enfer, ce sera le temps de se purifier avant d'entrer au Paradis puisque selon un hadith tous ceux qui auront eu au moins un atome de foi (voire de bien) dans leur cœur y entreront tôt ou tard.
          En revanche comme la morale l'inspire, quiconque aura dénié Dieu ne se repentira jamais et l'impureté des péchés de son âme ne pourra être purifiée par le pardon divin. Par conséquent sa rétribution sera l'Enfer Éternel, puisque c'est logiquement la mauvaise demeure finale des impurs, des injustes et des criminels, pour qu'ils soient rétribués par le mal pour leur mal et parce que les mauvaises personnes vont légitimement au mauvais endroit, surtout que comme nous récoltons ce que nous semons, nous ne sommes que la somme de ce que nous avons appris, compris, fait et fui, nous ne sommes donc que ce que nous pensons, choisissons, faisons et pratiquons comme habitudes, et le monde n'est tel que ce que nous en faisons et notre destination après la mort également, à l'image de la valeur de nos actions sur terre influant souvent positivement ou négativement notre destinée. En effet comme nous vivons nous mourrons, et comme nous mourrons nous serons ressuscités. De plus nous sommes aussi définis par la vie que nous avons eue, les rencontres que nous avons faites, et surtout par les valeurs qui nous animent, ce qui n’empêche pas d’être conscient d’avoir été parfois maladroit, laxiste, excessif ou imprudent :
Jaber (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « Chacun sera ressuscité dans l’état où il était au moment de sa mort. » (Mouslim)
(S36v54) « Ce jour-là (Jour du Jugement Universel), aucune âme ne sera lésée en rien. Et vous ne serez rétribués que selon ce que vous faisiez. »
(S42v20) « Quiconque désire labourer (le champ) de la vie future, Nous augmenterons pour lui son labour. Quiconque désire labourer (le champ) de la vie présente, Nous lui en accorderons de (ses jouissances), mais il n'aura pas de part dans l'au-delà. »
(S39v32/33) « Quel pire injuste donc celui qui ment contre Allah et qui traite de mensonge la vérité quand elle lui vient ! N’est-ce pas dans l’Enfer qu’il y a un refuge pour les mécréants ? »
(S30v43-45) « Dirige tout ton être vers la religion de droiture, avant que ne vienne d'Allah un jour qu'on ne peut repousser. Ce jour-là (les gens) seront divisés : Celui qui aura mécru subira (les conséquences) de son infidélité. Et quiconque aura oeuvré en bien... C'est pour eux-mêmes qu'ils préparent (leur avenir), afin qu'(Allah) récompense par Sa grâce ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres. En vérité, Il n'aime pas les infidèles. »
(S40v58) « L'aveugle et le voyant ne sont pas égaux, et ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres ne peuvent être comparés à celui qui fait le mal. C'est rare que vous vous rappeliez ! »
(ExtS17v7) « Si vous faites le bien, vous le faites à vous-mêmes, et si vous faites le mal, vous le faites à vous (aussi, car vous serez rétribués au Jour du Jugement Dernier). »
(S41v46) « Quiconque fait une bonne oeuvre, c'est pour son bien. Et quiconque fait le mal, il le fait à ses dépens. Ton Seigneur, cependant, n'est point injuste envers les serviteurs. »
(S6v120) « évitez le péché apparent ou caché, (car) ceux qui acquièrent le péché seront rétribués selon ce qu'ils auront commis. »

(S6v160) « Quiconque viendra avec le bien aura dix fois autant, et quiconque viendra avec le mal ne sera rétribué que par son équivalent. Et on ne leur fera aucune injustice. »
(S16v34) « Les méfaits qu'ils accomplissaient les atteindront, et ce dont ils se moquaient les cernera de toute part. »
(S30v10) « Puis, mauvaise fut la fin de ceux qui faisaient le mal, ayant traité de mensonges les versets d'Allah et les ayant raillés. »
Celui qui n'aura pas remercié son Seigneur au moins une fois dans sa vie, même pour une simple bouffée d’oxygène, aura donc une des pires positions le Jour du Jugement Dernier. Alors que dire de ceux qui auront lutté contre la cause de Dieu sans se repentir, comme s'ils avaient craché au visage de leur mère. (Il faut noter que Dieu laisse généralement le libre arbitre au maximum comme lors du meurtre de Abel par son frère Caïn. Or l'enseignement de l'enterrement du corps qui en a suivi aurait pu avoir lieu avec la mort de vieillesse des parents Adam et Eve, et la forte condamnation divine concernant le meurtre et l'interdiction divine du meurtre qui en suivirent aurait pu provenir d'un autre meurtrier.)
Dans ce sens, il est évident que la justice condamne le reniement d'un père honnête ou d'une mère affectueuse, et encore plus donc l'agression à leur égard, alors pour l'être humain imparfait, nier voire combattre son Unique Dieu, Saint, Miséricordieux, Irréprochable, Pardonneur, Créateur et Pourvoyeur de la subsistance est également injuste, indigne et condamnable, surtout que rejeter Dieu correspond à rejeter la partie essentielle du bien, en particulier dans celui que nous partageons avec nos proches ou aimons dans nos habitudes, puisque Dieu en est à son origine et qu'en plus Il peut le préserver éternellement :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Si ce monde avait aux yeux de Dieu le poids de l’aile d’un moustique, il n’aurait pas consenti au mécréant une seule gorgée (voire ni bouffée d'oxygène d'autant plus envers celui combattant Sa cause...). » (Tirmidhi)
Abou Hourayra (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) a dit : Lorsque Dieu a achevé la création des êtres, Il inspira aux liens de parenté de s’accrocher à Son Trône en disant : « Celui qui nous respecte, que Dieu reste lié à lui ! Et celui qui nous rompt, que Dieu rompe avec lui. » (URA)
Commentaire : Le hadith précédent montre que comme notre existence débute par Dieu puis nos parents (la famille), il est légitime que les liens de parenté soient accrochés au Trône divin et que Dieu brise son alliance avec ceux qui les brisent.
(S51v58-60) « En vérité, c'est Allah qui est le Grand Pourvoyeur, Le Détenteur de la force, l'Inébranlable. Ceux qui ont été injustes auront une part (de tourments) pareille à celle de leurs compagnons. Malheur donc à ceux qui ont mécru à cause du jour (du Jugement Dernier établissant la justice) dont ils sont (inévitablement) menacés (par leur nature imparfaite) ! »
(S3v135) « et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Allah ? »
(S5v74) « Ne vont-ils donc pas se repentir à Allah et implorer Son pardon ? Car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
(S42v25) « Et c'est Lui qui agrée de Ses serviteurs le repentir, pardonne les méfaits et sait ce que vous faites. »
(S29v23) « Et ceux qui ne croient pas aux versets d’Allah et à Sa rencontre désespèrent de Ma miséricorde. Et ceux là auront un châtiment douloureux. »

Aïcha (SDP) rapporte : J’ai demandé au Prophète (SBDSL) : « Ô Messager d'Allah ! Avant la venue de l’islam, Ibn Judan maintenait les liens de parenté et nourrissait les pauvres. Cela lui sera-t-il d’aucune utilité (dans l’au-delà) ? » Il dit : « Cela ne lui profitera pas car il n’a jamais dit : Ô Seigneur ! Pardonne-moi mes péchés au Jour de la Rétribution (et il ne pourra donc être purifié). » (Mouslim)
(S71v7) « Et chaque fois que je (Noé) les ai appelés pour que Tu leur pardonnes, ils ont mis leurs doigts dans leurs oreilles, se sont enveloppés de leurs vêtements, se sont entêtés et se sont montrés extrêmement orgueilleux. »
(S5v104) « Et quand on leur dit : “Venez vers ce qu'Allah a fait descendre (La Révélation), et vers le Messager”, ils disent : “Il nous suffit de ce sur quoi nous avons trouvé nos ancêtres.” Quoi ! Même si leurs ancêtres ne savaient rien et n'étaient pas sur le bon chemin... ? »
(S7v40/41) « Pour ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements et qui s'en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n'entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l'aiguille. Ainsi rétribuons-Nous les criminels. L'Enfer leur servira de lit et, comme couverture, ils auront des voiles de ténèbres. Ainsi rétribuons-Nous les injustes. »
(S22v8-10) « Or il y a des gens qui discutent au sujet d’Allah sans aucune science, ni guide, ni livre pour les éclairer, affichant une attitude orgueilleuse pour égarer les gens du sentier d’Allah. A lui l’ignominie ici-bas, et Nous lui ferons goûter le jour de la Résurrection, le châtiment de la fournaise. Voilà pour ce que tes deux mains ont préparé ! Cependant Allah n’est point injuste envers Ses serviteurs. »
(S19v70) « Puis Nous sommes Le meilleur à savoir ceux qui méritent le plus d'y être brûlés. »
De plus l'incroyant ne doit surtout pas compter sur l'espoir invraisemblable que Dieu oubliera la morale pour lui pardonner, puisque c'est lui qui a désespéré de Sa miséricorde. En effet dans ce genre de cas, il faut se méfier fortement que Dieu soit tel un ordinateur parfait pesant tout et jugeant avec intransigeance en fonction de cela. Et cela plus par respect envers le Seigneur que pour les versets suivants précisant qu'Allah pourrait sortir un jour tous les châtiés de l'Enfer Éternel, probablement pour apaiser tous ceux qui espèrent cette idée et accentuer le fait que tout le reste de la morale religieuse est ce qu'il y a de plus important finalement, en particulier par rapport à la manière étrange dont fonctionne le monde actuellement autour de mouvements politiques athées et souvent libertaires. En effet Allah est bien trop noble de choix, de caractère, de moralité et de position pour S'amuser à nous faire peur ou nous humilier inutilement, ou détruire des peuples gratuitement, surtout que la menace de l'Enfer sert même à défendre, valoriser et répandre la qualité de la douceur, mais il faut savoir que certains très mauvais êtres humains méritent vraiment d'être puni fortement. D'autant plus que comme il sera revu, cette menace de l'Enfer et ces connaissances de la peur et de la souffrance sont nécessaires car cela est inévitable à l'être humain pour qu'il comprenne les qualités morales comme le prouve le noyau amygdalien qui est le centre de la peur et des récompenses dans notre cerveau.
          Le paragraphe précédent montre donc que même si le Paradis était en réalité promis à tout le monde, le but principal voulu par Dieu serait aussi d'abord que nous commencions à Le rencontrer dignement ici bas par la connaissance, la religion, la morale, la science, un grand cœur, des qualités spirituelles nombreuses, la bienveillance, des bonnes actions pieuses et sociales, l'encouragement à autrui à la piété, et la valorisation et donc la préparation à apprécier au mieux le Paradis Eternel à venir, afin de L'y rencontrer totalement pour la première fois en compagnie de tous les hôtes du Paradis. En effet au cours de l'inévitable vie terrestre pour la compréhension des attributs divins à travers les sens moraux de la religion, du corps humain (dont les cinq sens et les valeur de la santé, de l'hygiène, de l'esprit, de la raison, du libre arbitre et des noble sentiments), de la nature apportant la subsistance et des relations familiales et sociales, nous commençons clairement à connaître Dieu et donc à Le rencontrer pour se présenter au mieux à Lui au Paradis et y voir Son inimaginable Face avec la meilleure compréhension de Son identité :
(S2v45/46) « Et cherchez secours (pour vous apaiser) dans l'endurance et la Salat (prière) : certes, la Salat est une lourde obligation, sauf pour les humbles, qui ont la certitude de rencontrer leur Seigneur (après leur résurrection) et retourner à Lui seul. »
(S29v23) « Et ceux qui ne croient pas aux versets d’Allah et à Sa rencontre désespèrent de Ma miséricorde. Et ceux là auront un châtiment douloureux. »

Or même si certains non pratiquants se disent que Dieu pardonnera à tout le monde, ils ne montrent pas que même s'ils ont raison, ce qui sera le plus important dans l'au-delà car ayant le plus de valeur, ça sera donc les efforts dans la pratique religieuse et ainsi d'avoir tendu sincèrement vers l'ennoblissement maximal par le mode de vie prophétique complet au moins au niveau de la simplicité des habitudes pieuses quotidiennes rapprochant en plus de Dieu.
Surtout que c'est généralement les livres de vie des plus pieux qui expliqueront le mieux l'identité divine aux gens du Paradis. Cela en sachant que la volonté de noblesse est déjà une forme d'effort, car c'est synonyme de réflexion par rapport à un état végétatif ou de simple ressenti :
(ExtHadith) Selon Al Moughyra Ibn Shoba (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Moïse demanda à son Seigneur (après avoir appris de Lui que les plus bas au Paradis auront au minimum cinquante planètes comme lieux de récompense pour y avoir tout ce qu'ils veulent, alors que ceux qui sont les plus hauts auront probablement une galaxie et en plus ce qu'ils ne peuvent pas imaginer) : « Seigneur ! Comment sera alors celui qui aura la plus haute position ? » Il dit : « Ceux-là sont ceux que J'ai voulus pour Moi-même. J'ai planté de Ma propre Main l'arbre des honneurs qu'ils recevront et J'ai placé sur lui un cachet. Ainsi nul œil ne le voit, nulle oreille n'en entend parler et nul cœur d'humain ne se l'imagine. » (Mouslim)
Par conséquent sur terre, la valeur suprême serait de demeurer dans la relation avec Allah, la compréhension de l'ennoblissement et la volonté profonde de le suivre constamment, les liens de parenté (que les arabes honoraient déjà avant le début de la révélation coranique puisqu'ils utilisaient souvent l'expression père « abou, en arabe » d'untel, mère « oum, en arabe » d'untel,  fils « ibn, en arabe » d'untel ou fille « bint, en arabe » d'untel pour s'appeler), la pratique religieuse, l'acquisition des qualités morales par leur mise en actions pieusement au sein de la vie sociale terrestre, et donc le temps passé dans la tradition prophétique. En effet avec ce digne et magnifique cheminement, nous ferons partie des hommes supérieurement nobles qui évoquent, glorifient et représentent souvent le grandeur de Dieu quotidiennement pour Son existence inestimable et le sens irréprochablement moral de la Création :
(S6v128) « Et le Jour (du Jugement Universel) où Il les rassemblera tous (Dieu dira) : « Ô communauté des djinns, vous avez trop abusé des humains. » Et leurs alliés parmi les humains diront : « Ô notre Seigneur, nous avons profité les uns des autres, et nous avons atteint le terme que Tu avais fixé pour nous. » Il (Dieu) leur dira : « l'Enfer est votre demeure, pour y rester éternellement, sauf si Allah en décide autrement (prouvant le libre arbitre dans la nature divine). » Vraiment ton Seigneur est Sage et Omniscient. »
(S11v106/107) « Ceux qui sont damnés seront dans le Feu où ils ont des soupirs et des sanglots. Pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur décide autrement (prouvant le libre arbitre dans la nature divine) - car ton Seigneur fait absolument tout ce qu'Il veut. »
(S91v14) « Leur Seigneur les détruisit donc, pour leur péché et étendit Son châtiment sur tous. Et Allah n'a aucune crainte des conséquences »
(S17v111) « Et dis : “Louange à Allah qui ne S'est jamais attribué d'enfant, qui n'a point d'associé en la royauté et qui n'a jamais eu de protecteur de l'humiliation”. Et proclame hautement Sa grandeur. »
(S56v10-12) « Les premiers (à suivre les ordres d'Allah sur la terre) ce sont eux qui seront les premiers (dans l'au-delà). Ce sont ceux-là les plus rapprochés (car supérieurement nobles) d'Allah dans les Jardins des délices, »

Or le verset suivant précise également la possible sortie des gens du Paradis Eternel. Cependant cette idée n'est évoquée qu'une seule fois dans le Coran par rapport à l'éventualité de la sortie de tous les gens de l'Enfer Eternel qui est évoquée deux fois comme prouvé dans les deux premiers versets précédents. Cela pour montrer que ces deux idées ont une explication commune qui est le libre arbitre de la justice et de la miséricorde présents dans la nature divine, mais aussi une différence au niveau donc de la répétition et ainsi très probablement de l'importance ou de la réalité de chacune :
(S11v108) « Et quant aux bienheureux, ils seront au Paradis, pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur n'en décide autrement (prouvant le libre arbitre dans la nature divine) - c'est là un don qui n'est jamais interrompu. »
En effet cette éventuelle sortie de tous les gens du Paradis montre d'abord que Dieu est Très Noble par choix alors qu'Il pourrait tendre à être seulement dans la perfection de la justice en rendant une période paradisiaque éphémère pour la valeur éphémère de notre vie terrestre pieuse. Ainsi cela montre aussi qu'Il est clairement au-dessus de la morale et que malgré la confiance que nous devons avoir en Lui concernant Sa noblesse suprême, il faut L'invoquer grandement pour qu'Il conserve Ses décisions miséricordieuses par excellence dont du Paradis éternel lié à Sa possible rétribution selon Ses capacités c'est à dire infiniment et dont de la possibilité de sortir tous les gens de l'Enfer Eternel rétribuant aussi selon Ses capacités c'est à dire infiniment, probablement en partie par rapport au Prophète Mouhamed qui continuera d'avoir de la compassion pour eux lors du Jugement Dernier et même au Paradis selon des textes :
(S30v6) « Allah ne manque jamais à Sa promesse mais la plupart des gens ne savent pas. »
(S31v8/9) « Ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres auront les Jardins des délices, pour y demeurer éternellement, - c'est en vérité une promesse d'Allah. - C'est Lui le Puissant, le Sage. »
(S4v122) « Et quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes oeuvres. Nous les ferons entrer bientôt aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Promesse d'Allah en vérité. Et qui est plus véridique qu'Allah en parole ? »

En sachant que moralement même une seule créature dévouée, aimante, pieuse, bienveillante, invoquante, sensible ou noble pourrait convaincre Dieu de rester dans Sa moralité plus que parfaite en participant donc à préserver Son libre arbitre dans ce sens comme le suggèrent certains hommes sages ayant amélioré la mentalité de l'humanité au cours de l'Histoire et divers enseignements religieux comme ceux de la tradition islamique dont celui demandant la bénédiction de Dieu sur le Prophète (SBDSL) chaque fois que son nom ou son rang sont prononcés et l'invocation religieuse d'après l'appel à la prière demandant la confirmation de la promesse divine concernant la bénédiction maximale aussi sur le Prophète Mouhamed (SBDSL) qui profitera à toutes les créatures de différentes façons. En tout cas cette idée d'incertitude que Dieu garde Sa spiritualité excellente ou soit un juge dur en vers nous lors du Jugement Dernier apporte précieusement et irréprochablement plus d'espoir en sa noblesse suprême, et donc de foi, et donc de piété, et donc d'abandon dans notre humilité repentante face à Lui, et donc de proximité avec Lui, et donc d’intimité avec Lui, et donc d'amour partagé avec Lui :
Invocation après l'appel à la prière : « Ô Allah, le Seigneur de cet appel parfait et de l'office qui va être célébrée, accorde à Mouhamed le moyen d'intercession et l'excellence, ainsi que le rang louable que Tu lui as promis. »
(S22v14) « Ceux qui croient et font de bonnes oeuvres, Allah les fait entrer aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, car Allah fait certes ce qu'Il veut. »
(S25v16) « Ils auront là tout ce qu'ils désireront et une demeure éternelle. C'est une promesse incombant à ton Seigneur. »
(S31v8/9) « Ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres auront les Jardins des délices, pour y demeurer éternellement, - c'est en vérité une promesse d'Allah. - C'est Lui le Puissant, le Sage. »
(S42v36-40) « Tout ce qui vous a été donné (comme bien) n'est que jouissance de la vie présente, mais ce qui est auprès d'Allah est meilleur et plus durable pour ceux qui ont cru et qui placent leur confiance en leur Seigneur, qui évitent (de commettre) des péchés les plus graves ainsi que les turpitudes, et qui pardonnent après s'être mis en colère, qui répondent à l'appel de leur Seigneur, accomplissent la Salat, se consultent entre eux à propos de leurs affaires, dépensent de ce que Nous leur attribuons, et qui, atteints par l'injustice, ripostent. »
(S2v128) « Seigneur, fais que nous soyons soumis à Ta volonté, fais que notre postérité soit un peuple résigné à Ta volonté, enseigne-nous les rites sacrés, et accepte notre repentir, car Tu aimes à agréer la pénitence et Tu es Miséricordieux ! »

          Il est important de préciser que lorsque l'homme a reconnu Dieu au cours de l'attestation de foi, ses œuvres deviennent toutes positives puisqu'elles lui ont apporté la réflexion amenant à trouver la source de la sagesse, la compréhension du repentir et l'intention de pratiquer la piété, surtout que selon un hadith une excuse liée à l'ignorance de la foi est possiblement valable jusqu'à 60 ans. Son compteur de mauvaises actions retourne donc à zéro, car le but indispensable de l'être humain est de découvrir Dieu, quelles que soient ses expériences, afin ensuite de se soumettre noblement à Lui dans la reconnaissance, puis la repentance, les bonnes actions et la dignité de la pratique religieuse :
Makhoul rapporte : Un vieillard vint et dit : « Ô Messager d'Allah ! Un homme qui a trahi et commis des crimes sans retenue, qui a saisi tout ce qu'il a pu, qui a tout fait pour cela, que si ses péchés étaient partagés entre les habitants de la terre ils les anéantiraient, a-t-il un repentir ? -As-tu embrasse l'islam ? demanda le Prophète. -Pour ma part, j'atteste qu'il n'y a de divinité qu'Allah, seul sans associé, et que Mouhammed est son serviteur et son Messager. -Alors Allah te pardonne tes trahisons et tes crimes, et change tes péchés en bonnes actions tant que tu es ainsi. -Ô Messager d'Allah ! Et mes trahisons et mes crimes ?! -Et tes trahisons et tes crimes. » L'homme s'en retourna en clamant : « Allah est grand ! Il n'y a de divinité qu'Allah ! »
Le repentir religieux, possiblement par un simple mot, pourrait paraître trop simple pour être pardonné, alors qu'il ne faut pas s'en étonner puisque c'est un des principaux enseignement de notre nature imparfaite, surtout qu'un mourant peut parfois ne pas avoir assez de temps, de capacité ou de force pour faire au moins une bonne action avant de mourir même si c'est recommandé.
Pour ceux vivant en tant que croyant, il existe des actes particuliers suffisamment nobles pour se faire pardonner comme les prières obligatoires quotidiennes suffisent à absoudre automatiquement les petits péchés conscients et inconscients qu'il commettra, et comme le pèlerinage ou les cercles d'enseignements religieux semblent effacer automatiquement les grands péchés rétribuables d'Enfer. Or pour ces derniers, ils pourraient seulement être pardonnables par les conditions du grand repentir expliquées dans le chapitre V, A, 3, a, a2 dont font partie le pardon, la restitution ou le talion quand il s'agit d'une personne gravement offensée. Pardonner tous les soirs à tout le monde (dans une forme d'aumône vaste selon le Prophète Mouhamed) et avoir la plus grande attention pour ne pas offenser ou oppresser autrui prend donc tout son sens en sachant cela :
(S39v53/54) « Dis : Ô mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment (ne touchant pas autrui), ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah, car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux. Et revenez repentant à votre Seigneur, et soumettez-vous à Lui, avant que ne nous vienne le châtiment où vous ne recevrez alors aucun secours. »
(ExtS3v135/136) « et (ceux) qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu'ils ont fait. Ceux-là ont pour récompense le pardon de leur Seigneur, ainsi que les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Comme est beau le salaire de ceux qui font le bien ! »
A ce sujet, un verset et un hadith montrent que l'absolution divine ne fait pas qu'effacer les mauvaises actions et leurs moments, car le fait de se repentir permet de les transformer en bonnes comme une correction transforme une erreur, et ainsi de nous sanctifier puisque tout notre temps devient entièrement purifié :
(S25v70) « sauf celui qui se repent, croit et accompli une bonne œuvre ; ceux là Allah changera leur mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et Miséricordieux »
On a rapporté que Ali Ibn Abi Talib (SDP) a dit : « L'Envoyé de Dieu (SBDSL) a dit : « Quand viendra le Jour du Jugement, Dieu restera seul avec le croyant. Il lui détaillera ses péchés un par un, puis Il lui pardonnera. Personne ne sera cela, même un ange rapproché, même un Prophète. Dieu ne dévoilera pas les péchés qu'ils détesteront connaître. Il dira aux péchés : « Soyez des bonnes œuvres. »
En effet reconnaître humblement son imperfection et ses fautes lors d'un digne repentir peut être considéré comme un bien honorable de rattrapage, et donc comme une transformation des mauvaises actions en bonnes. Par cette règle de pouvoir se repentir à la fin de leurs pieuses occupations, les êtres humains croyants peuvent donc véritablement obtenir la sainte perfection, surtout que le mode de vie prophétique de l'islam permet d'être en permanence dans la noblesse de l'adoration, surtout si comme pour le Prophète (SBDSL) Dieu leur pardonne par avance leur fautes passées et futures avant qu'ils ne naissent quand ils tendent vers sa tradition complète constamment donc noble puisque les actes ne valent par les intentions, surtout que les fautes involontaires ou inconscientes dans la noblesse de l'adoration permanente ne peuvent être considérées mauvaises, et surtout que les fautes même conscientes peuvent devenir bonnes en étant considérées comme cause de bien lorsqu'elles finissent par être source de sagesse ou d'enseignement par la grâce divine, comme l'a été le premier d'Adam en particulier pour la compréhension de l'ennoblissement lié en partie au repentir, et comme le prouve l'innocence de l’enfance dont les erreurs nous apprennent tant :
(S48v1-3) « En vérité, nous t'avons accordé une victoire éclatante (triomphe maximal, valeur suprême en tant qu'ultime Prophète recevant la révélation complète), afin qu'Allah te pardonne tes péchés passés et futurs (par cette morale monothéiste finie), qu'il parachève sur toi Son bienfait (en te perfectionnant jusqu'à la sainteté) et te guide sur une voie droite (la meilleure : l'ennoblissement total) ; et qu'Allah te donne un puissant secours (par sa miséricorde permettant la sainteté du présent, mais aussi bien sûr pour réussir des pactes de paix ayant amené à la noble conquête de La Mecque pacifiquement) »
(S48v5) « Afin qu'il fasse entrer les croyants et les croyantes dans des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux ou ils demeureront éternellement, et afin de leur effacer leurs méfaits. Cela est auprès d'Allah un énorme succès. »

Ali (SDP) rapporte : Quand le Messager d'Allah (SBDSL) saluait de la prière, il disait : « Ô Allah ! Pardonne-moi mes fautes passées et futures, secrètes et divulguées, pardonne-moi ma négligence et ce que tu sais mieux que moi. Car c'est toi qui fait avancer ou reculer, il n'y a de divinité que toi. »
Albazzar rapporte : Aïcha (SDP) vit le Prophète (SBDSL) de bonne humeur et dit : « Ô Messager d'Allah ! Prie pour moi. » Il dit : « Ô Allah ! Pardonne à Aïcha ses péchés passés et futurs, secrets et connus. » Aïcha rit alors si fort qu'elle en fut pliée. Le Messager d'Allah dit : « Es-tu heureuse de ma prière ? -Et comment ta prière ne me rendrait-elle pas heureuse ? -Par Allah! C'est ma supplication pour ma communauté à chaque prière ! »
Le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « Au nom d'Allah, je demande pardon à Allah et me repens au cours d'une journée plus de 70 fois (signifiant aux alentours de 70 sans dépassé 700 dont par rapport à la fin des ouvres religieuses pour les purifier et aussi face aux mauvaises pensées de l'âme bestiale non éduquée complètement pour nous inciter à cette sagesse). » (Boukhari)

Il faut noter que par miséricorde divine avant de se coucher le soir, le croyant a encore la possibilité de se faire pardonner pour purifier ses petits péchés de l'ensemble de sa journée, de même automatiquement à chaque prière du Vendredi pour la semaine passée, et à chaque Ramadan pour l'année passée :
Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Les péchés commis d'une salat quotidienne à l'autre, d'une prière du vendredi à l'autre, de même que d'un mois de ramadan à un autre s'effacent (grâce à ces actes d'adoration), à condition de s'éloigner des péchés capitaux. »