PDF Imprimer Envoyer

B) Les qualités choisies par Dieu incarnent Sa dignité

          Les textes religieux expliquent donc qu'avant le début de la création, Dieu était seul. Ainsi cette situation, Sa science, Ses sentiments et Son pouvoir créateur L'ont inévitablement exposé à plusieurs réflexions liées à ces circonstances. Pour saisir ce raisonnement philosophique du Seigneur vers la morale, il paraît logique d’essayer de résumer simplement les alternatives qui se présentaient à Lui :

-Créer injustement des créatures qui souffrent sans raison, faisant ainsi un choix dégradant et  donc rabaissant car indigne de Sa haute position souveraine :
(ExtS2v220) « Et si Allah avait voulu, Il vous aurait accablés. Certes Allah est Puissant et Sage. »
Or il faut bien comprendre que si Dieu avait choisit d'être malfaisant, rien, ni personne, n'aurait pu y faire quelque chose. Alors évidemment merci et gloire à Lui pour ne pas avoir choisi ce chemin...

-Ne rien créer et par conséquent ne pas partager l’existence, ni obtenir une grande partie des 99 attributs qu’Il détient désormais.

-Créer sagement, en partageant donc légitimement une existence fondée sur une juste et noble morale, et en obtenant ainsi les attributs confirmant Sa dignité d'Être Suprême tel que Le Généreux, Le Sage, Le Noble, Le Saint, Le Doux, L'Amour...

          Le Seigneur devait donc répondre à cette suprême question existentielle : Est-il meilleur que Dieu fasse du mal, reste Seul, ou partage une existence proposant d'acquérir noblesse, dignité, amour et joie ?
          L'intelligence louable de Dieu, comprenant que Sa place souveraine d’Esprit Suprême devait L'amener constamment vers le mieux, Le guida sagement et donc glorieusement vers les sublimes décisions élevées convenant à la valeur de Son rang : les voies nobles du partage, de l'honneur, de l’amour, de la justice, de la sainteté, et par conséquent du bien, et donc de la dignité :
(S30v8) « N'ont-ils pas médité en eux-mêmes ? Allah n'a créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux, qu'à juste raison (légitimement) et pour un terme fixé. Beaucoup de gens cependant ne croient pas en la rencontre de leur Seigneur. »
(S14v19/20) « Ne vois-tu pas qu'Allah a créé les cieux et la terre pour une juste raison (légitimement) ? S'Il voulait, Il vous ferait disparaître et ferait venir de nouvelles créatures, et cela n'est nullement difficile pour Allah. »
(S5v54) «  ô les croyants ! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion... Allah va faire venir un peuple qu'Il aime et qui L'aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier d'Allah, ne craignant le blâme d'aucun blâmeur. Telle est la grâce d'Allah. Il la donne à qui Il veut. Allah est Immense et Omniscient. »
Ext Hadith Qoudsi : D'après Abou Dharr al-Ghifari (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) rapporta que Dieu (Glorifié soit-Il) a dit : « O Mes adorateurs ! Je Me suis interdis l'injustice, et Je vous l’interdis, alors ne soyez pas injustes les uns envers les autres. » (Rapporté par Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque Dieu fit la création, Il écrivit dans un Livre chez Lui au-dessus du Trône : « Ma miséricorde a devancé (ou vaincu) Ma colère. » (URA)
(ExtS38v27) « Nous n’avons pas créé le ciel et la terre et ce qui existe entre eux en vain (oisiveté ou par amusement). C’est ce que pensent ceux qui ont mécru.»
(S21v16-18)« Ce n’est pas par jeu que Nous avons créé le ciel et la terre et ce qui est entre eux. Si nous avions voulu prendre une distraction, Nous l’aurions prise de Nous-même, si vraiment Nous avions voulu le faire (sous entendant probablement que tout n'est que science pour Dieu). Bien au contraire, Nous lançons contre le faux la vérité qui le subjugue, et le voilà qui disparaît. Et malheur à vous pour ce que vous attribuez injustement à Allah.»
(S51v55/56) « Et rappelle ; car le rappel profite aux croyants. Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent (afin qu'ils puissent gagner leur dignité après avoir reconnu la Mienne). »
          Pour commencer, Dieu créa la nature, les sept cieux, et les anges premiers êtres conscients spirituellement parfait, puisque leur nature et leur subsistance ont de nobles limites qui ne peuvent être enfreintes car dépendant uniquement de leurs saintes fonctions et de l'énergie spirituelle pure d'œuvres cultuelles au sein d'un déterminisme. Après ces créations qui n'existent en permanence que par Sa puissance, Il a donc logiquement obtenu la première partie de Ses nouveaux attributs :
Le Premier sans début qui existe depuis toujours (Al-Awwal), Le Créateur de tout en permanence et qui détermine (Al-Khaliq), Le Producteur à partir de rien (Al-Bâri), Le Formateur qui façonne et qui dessine (Al-Moçauwir), Le Lumineux qui crée la lumière (An-Nour), Le Pourvoyeur de tout (Ar-Razzaq), Le nourricier (Al-Moqit), Le Suprême qui domine tout et qui détient l'autorité suprême et la législation suprême (Al-Qahhâr), Le Roi qui possède la Royauté (Mâlik al Moulk), Le Grand Donateur Gracieux (Al-Wahab), L’Apparent qui se manifeste par Sa création (Az-Zair), Le Caché derrière Sa création (Al-Batin), Celui qui commence sans modèle (Al-Mobdi), Celui qui répète et refait (Al-Moid), L'Omnipotent (Al-Moqtadir), Celui qui est en avant de tout ou au centre de tout (Al-Moqqaddim), Celui qui est en arrière de tout ou au large de tout (Al-Moakkhir), Le Maître de tout et qui dirige tout (Al-Wâlyi), L'Indépendant qui se suffit à Lui-même, qui détient l'opulence, et qui n'a besoin de personne (Al-Ghani), Le Tuteur Très Proche (Al-Waliy), Le Sécurisant (Al-Mouhmin), Le Surveillant digne de confiance (Al-Mouhaimin), Le Protecteur (Al-Hafiz), Le vigilant auquel rien n'échappe (Ar-Raqib), Le Garant fiable qui gère tout et à qui l'on se confie (Al-Wakil), L'Exemption de toute ressemblance avec les créatures (Tanazzouhouhou anil-mouchabahati). 
          De plus, la morale  irréprochable qu'Il choisit pour Lui-même et pour toute cette création, Lui permit de gagner en même temps une autre grande partie de Ses nouveaux attributs : 
L'Excellemment Bien Guidé par Lui-même qui agit avec une droiture excellente (Ar-Rachid), L’Amour qui aime la bienfaisance et Ses serviteurs tendrement et affectueusement (Al-Wadoud), Le Très-Bon Très Bienfaisant (Al-Barr), Le Juste (Al-Adl), Le Saint (Al-Qoudous), Le Suprêmement Sage (Al-Hakim), Le Très-Noble par excellence (Al-Maajid), Le Sublime Transcendant qui est conscient de Sa grandeur et d'être Le Plus Haut (Al-Moutaaliy), Le Tout Clément envers toute la création (Ar-Rahman), Le Très-Généreux (Al-Karim), Le Pacifique qui salue (As-Salam), Le Doux (Ar-Raouf), Celui qui détient la Majesté et la générosité (Zoul Djalali wal Ikram), Le Majestueux (Al-Djalil), Le Grand (Al-Khabir), Le Très-Grand (Al-Azim), Le Très-Haut (Al-Aliy), Le Tout-Glorieux et Très-Glorieux par excellence (Al-Majid), Le Digne de louanges par excellence (Al-Hamid), Le Superbe en tout, conscient de Sa grandeur maximale, qui mérite de se magnifier et auquel appartient légitimement l'exclusivité de l'orgueil (Al-Motakabbir).
          Puis la science divine, pouvant correspondre aussi à Sa capacité d'inventer, fut confrontée à la possibilité de créer un nouvel être vivant conscient devant établir sa valeur au cours d'une période : une créature imparfaite pouvant tendre personnellement vers la droiture pour se perfectionner, puisque sa nature est définit par une incertitude en la présence divine, une enfance innocente, une subsistance pas seulement liée à l'énergie spirituelle pure procurée par des œuvres cultuelles mais aussi à une énergie physique pure procurée par des besoins corporels licites, et ainsi par un noble libre arbitre pouvant gérer par la sagesse un cadre légal bienveillant encadrant ces différents besoins et apportant la valeur suprême qu'est la dignité par l'ennoblissement maximal similaire à celle du Seigneur comme il sera vu plus tard, mais pouvant dangereusement être enfreint par l'avilissement de l'excès, de l'illicite et de la corruption :
(S15v98/99) « Glorifie donc Ton Seigneur par Sa louange et sois de ceux qui se prosternent; et adore ton Seigneur jusqu'à ce que te vienne la certitude (sur Son existence : la mort). »
Abou Hourayra (SDP)
a rapporté : « On demanda : « Ô Envoyé de Dieu ! Quand on te voit nos cœurs s'attendrissent et on se sent parmi les gens de l'au-delà ; puis quand on te quitte, l'ici-bas nous plaît, et on sent l'odeur des femmes et des enfants. » Il répondit : « En tous les cas, si vous restiez dans l'état dans lequel vous êtes avec moi, les anges vous serrerez la main. Et si vous ne commettiez pas de péchés, ils vous rendraient visite chez vous. » Dieu ramènera les peuples qui ont commis des péchés pour qu'Il leur pardonne. »
Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, si vous ne péchiez pas, Dieu vous emporterait pour faire venir des gens qui pécheraient et demanderaient ensuite à Dieu le Très-Haut de les absoudre et Dieu les absoudrait. » (Mouslim) 

Ext hadith : Le Prophète (SBDSL) a dit : "Rapprochez-vous de la perfection (de la tradition prophétique complète), rectifiez continuellement votre conduite"

          Or si Dieu avait choisi de s'arrêter à Son attribut de Sainteté incarnant la perfection du bien, la sainte morale aurait empêché la création de cet être imparfait pouvant faire le mal alors que la sagesse du choix de la miséricorde le permet.
Ce passage coranique où les anges, incarnant la perfection intransigeante de la sainteté, ne comprennent pas la justification de la création d'un être tel que l'homme paraît le confirmer : 
(S2v30-33) « Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : “Je vais établir sur la terre un vicaire “Khalifat”. Ils dirent : “Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ? ” - Il dit : “En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ! Et Il apprit à Adam tous les noms (de toutes choses et donc de la miséricorde), puis Il les présenta aux Anges et dit : “Informez-Moi des noms de ceux-là (toutes ces choses), si vous êtes véridiques ! ” (dans votre prétention que vous êtes plus méritants qu'Adam). Ils dirent : “Gloire à Toi ! Nous n'avons de savoir que ce que Tu nous a appris. Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage”. Il dit : "Ô Adam, informe-les de ces noms; ” Puis quand celui-ci les eut informés de ces noms, Allah dit : “Ne vous ai-Je pas dit que Je connais les mystères des cieux et de la terre, et que Je sais ce que vous divulguez et ce que vous cachez ? ” »

          Ainsi, il semble que ce soit principalement Son attribut de sagesse qui guida le Seigneur vers cette nouvelle qualité véritablement respectable, extrêmement noble et inévitablement liée à notre existence : Le Miséricordieux (Ar-Rahim) :
(S6v54) « Et lorsque viennent vers toi ceux qui croient à nos versets, dis : « Que la paix soit sur vous ! Votre Seigneur S’est prescrit à Lui-même la miséricorde. Et quiconque d’entre vous a fait un mal, par ignorance, et ensuite s’est repenti et s’est réformé… Il est, alors, Pardonneur et Miséricordieux »
(S6v12) « Dis : « A qui appartient ce qui est dans les cieux et la terre ? » Dis : « A Allah » Il S’est à Lui-même prescrit la miséricorde. Il vous rassemblera, certainement, au jour de la Résurrection : il n’y a pas de doute là-dessus. Ceux qui font leur propre perte sont ceux qui ne croient pas. »
D'ailleurs l'importance de cet attribut qui nous concerne spécifiquement est rappelé dans le Coran au début de chaque sourate, sauf logiquement dans celle appelée « Le désaveu », par l'expression suivante : « Au nom d’Allah, Le Tout Clément, Le Très Miséricordieux ». 
          Cependant il faut comprendre qu'en créant l'humanité, l'intention divine était quand même sainte, car Dieu a créé les hommes parce qu'ils peuvent devenir de sages bienfaiteurs, et parce que la sainte perfection de leurs nobles occupations peut être obtenue par leur intention d'agir au nom de Dieu, en imitant le comportement prophétique et en se repentant à la fin. De ce fait, il apparaît que cet acte divin était en définitive saint et qu'il est effectivement juste que les actes ne valent que par les intentions :
Ext hadith :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les actions ne valent que par les intentions et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement l’intention de faire. » (URA) 
          Tous les attributs divins précédents concernent aussi évidemment l’être humain, mais les suivants proviennent particulièrement de la création de l’homme, puisqu'il doit obtenir la foi pour s'ennoblir dans des épreuves, puis est destiné à être jugé sur ses bons et ses mauvais comportements, pour équilibrer la justice entre les offensés et les offenseurs ou les opprimés et les oppresseurs :
Le Très-Miséricordieux par excellence (Ar-Rhahim), Le Vrai qui est véridique (Al-Haq), Celui qui guide dans le mieux, pour le mieux et vers le mieux (Al-Hadiy), Le Contraignant pour le mieux (Al-Djabbar), Celui qui tient les comptes de tout (Al-Hassib), Le Très-Bien Informé (Al-Khabir), Celui qui prend tout en compte dans Ses décisions (Al-Mouhci), Le Subtil Très-Bienveillant par excellence (Al-Latif), Le Très Doux Magnanime (Al-Halim), Celui qui accorde la dignité (Al-Mouhiz), Celui qui humilie (Al-Moudhil), Celui qui donne avec largesse (Al-Basit), Celui qui retient (Al-Qabid), Celui qui accorde la richesse (Al-Moghni), Celui qui empêche ou qui défend (Al-Mani), Celui qui élève (Al-Rafi), Celui qui abaisse (Al-Khafid), Celui qui est utile et qui accorde le profit (An-Nafi), Celui qui peut nuire (Ad-Darr), Celui qui peut exaucer les requêtes et invocations (Al-Moujib), Celui qui accorde le pardon (Al-Ghafour), Celui qui peut tout pardonner (Al-Ghaffar), L'Indulgent qui efface tous les péchés si on ne lui associe personne en se repentant (Al-Afwou), Celui qui accepte tous les repentirs (Al-Tauwâb), Celui qui donne la vie (Al-Mohyi), Celui qui donne la mort (Al-Momit), Le Dernier sans fin qui existe pour toujours (Al-Akhir), Celui qui ressuscite (Al-Baîss), Celui qui réunit (Al-Djami), Le Témoin de tout (Ach-Chaid), L’Arbitre Suprême qui rétribue (Al-Hakam), Le Patient Endurant qui n'agit pas avec précipitation (As-Sabour), Celui qui juge à la balance équitable et précise (Al-Moqsit), L’Héritier de tout (Al-Wariss), Le Très-Reconnaissant par excellence (Ach-Chakour), Celui qui peut se venger (Al-Mountaqim).
          Il faut noter que des enseignements religieux rapportent que Le Créateur détient d'autres attributs que personne ne connaît à part Lui, car ils décrivent probablement d'inimaginables aspects de cet Être Suprême, que les hôtes du Paradis découvriront certainement avec une grande émotion.
          Pour purifier l'être humain, Dieu a donc décidé de regarder essentiellement ses intentions, son repentir et la fréquence régulière de ses œuvres pieuses, car les motivations permettent de distinguer les sincères des hypocrites ou les honnêtes des malhonnêtes, sa nature imparfaite lui fera parfois faire des erreurs inconsciemment même dans ses œuvres cultuelles, la régularité religieuse est la meilleure preuve de sincérité, et le réel comportement parfait permanent est donc inaccessible :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les actions ne valent que par les intentions et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement l’intention de faire. Celui qui s’est exilé par amour de Dieu et de Son Messager, son exil est pour Dieu et Son Messager. Celui qui s’est exilé pour parvenir à des biens de ce bas-monde ou pour épouser une femme, son exil est pour la raison qui l’y a poussé. » (URA) 
L'Envoyé d'Allah (SBDSL) a dit : « Tous les fils d’Adam sont fautifs et les meilleurs des fautifs sont ceux qui se repentent. » (Rapporté par Tirmidhy et considéré comme bon par Albâny)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu exalté ne regarde ni vos corps ni vos images, mais Il regarde (la foi, les intentions, la sagesse, la bienveillance, la sincérité, la concentration, la sensibilité, la pudeur, la grandeur, la profondeur, et donc le niveau de piété de) vos cœurs. » (Mouslim)
Commentaire : Ainsi même avec une pratique religieuse sérieuse participant à l'obtention d'une haute moralité qui peut également être obtenue par l'éducation dans l'enfance et le bon comportement, la sainteté c'est avant tout d'avoir un caractère parfait, et même si parfois nous pouvons être obligés d'agir plus durement dans certains contextes, puisque Dieu regarde seulement nos cœurs, et que le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Le croyant atteint sûrement par sa bonne moralité et son affabilité le degré de celui qui jeûne toute l’année et passe toutes ses nuits à prier et à évoquer Dieu. »(Abou Dawud)
(S64v4) « Il sait ce qui est dans les cieux et la terre, et il sait ce que vous cachez ainsi que ce que vous divulguez. Et Allah connaît bien le contenu des poitrines (intentions). »
(S3v29) « Dis : “Que vous cachiez ce qui est dans vos poitrines ou bien vous le divulguiez, Allah le sait. Il connaît tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah est Omnipotent. »
(S40v19) « Il (Allah) connaît la trahison des yeux, tout comme ce que les poitrines cachent. »
(S83v29-36) « Les criminels riaient de ceux qui croyaient, et, passant près d'eux (avec hypocrisie), ils se faisaient des œillades, et, retournant dans leurs familles, ils retournaient en plaisantant, et les voyant, ils disaient : “Ce sont vraiment ceux-là les égarés”. Or, ils n'ont pas été envoyés pour être leurs gardiens. Aujourd'hui (au Paradis), donc, ce sont ceux qui ont cru qui rient des infidèles sur les divans, ils regardent (l'Enfer). Est-ce que (en Enfer) les infidèles ont eu la récompense de ce qu'ils faisaient ? »
Thawban (SDP) rapporte : « Le Messager d’Allah (SBDSL), quand il terminait une prière, demandait trois fois de suite à Allah de l’absoudre, puis disait : « Seigneur Allah ! Tu es le salut et le salut vient de Toi. Béni sois-Tu par Toi-même, ô digne d’honneur et de glorification ! » On demanda à Al Ouza : « Comment invoquait-il l’absolution d’Allah ? » Il dit : « Il disait « Je prie Allah de m’absoudre, je prie Allah de m’absoudre, je prie Allah de m’absoudre. » (Mouslim)
Aïcha (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) entra chez elle alors qu’elle était avec une autre femme. Il dit : « Qui est donc celle-ci? » Elle dit : « Une telle qui vient me parler du grand nombre de ses prières. » Il dit : « Ne vous surchargez point ainsi car on ne vous a imposé que ce que vous pouvez supporter. Par Dieu, Dieu ne se lasse pas de vous récompenser jusqu'à ce que vous vous lassiez de faire des œuvres de bien. » Aïcha conclut alors : « Les pratiques religieuses les plus agréables aux yeux du Prophète étaient celles accomplies avec régularité (même si elles étaient moins nombreuses).»
          Pour poursuivre, il semble important de préciser que la science divine, sachant que certaines de ces créatures imparfaites seront honorées d'ennoblir leur âme en se perfectionnant avec les enseignements révélés, justifie le fait que Dieu laisse les autres se complaire dans la malfaisance. En effet, il serait véritablement injuste de priver de l'existence les bonnes personnes à cause du comportement des mauvaises. Des enseignements islamiques précisent cette morale évidente :
(S2v30) « Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : “Je vais établir sur la terre un vicaire “Khalifat”. Ils dirent : “Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ? ” - Il dit : “En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ! » (les anges avaient probablement compris la nature imparfaite de cette nouvelle créature qui n'avait pas un aspect saint comme eux et le Créateur, mais Dieu savait qu'il y aurait parmi eux des Prophètes, des martyrs, des véridiques et des vertueux)
Abou Said Al Khoudri (SDP) rapporte : « Mouawiya (SDP) sortit un jour et trouva à la mosquée un cercle de gens qui évoquaient Allah. Il leur dit : « Dans quel but êtes-vous réunis ? » Ils dirent : « Nous nous sommes réunis pour évoquer Allah. » Il dit : « Par Allah, est-ce seulement votre but ? » Ils dirent : « C’est là seulement notre but. » Il dit : « Je tiens à vous dire que je ne vous ai pas fait jurer par Allah parce que je doutais de votre bonne foi, mais c'est uniquement parce que nul dans ma position par rapport au Messager d’Allah (SBDSL) n’est plus avare que moi (par circonspection et scrupule) à rapporter les hadiths. Alors sachez que le Messager d’Allah (SBDSL) sortit un matin et vit un cercle de gens évoquant Allah. Il leur dit : « Qu’est-ce qui vous a fait vous réunir ? » Ils dirent : « Nous nous sommes assis pour évoquer Allah et pour Le louer de nous avoir guidés à l’islam et pour les bienfaits dont Il nous a comblés. » Il dit : « Vous ne vous êtes assis que dans ce but ? » Ils dirent : « Par Allah, ce n’est que dans ce but que nous nous sommes assis. » Il dit : « Je tiens à vous dire que je ne vous ai pas fait jurer par Allah parce que je doutais de votre bonne foi, mais sachez que c'est seulement parce que (l'ange) Gabriel est venu m’annoncer qu’Allah se vantait de vous auprès des Anges. » (Moslem)
Anas ben Malek (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque Dieu créa la terre, elle commença à branler. Il posa ensuite les montagnes pour raffermir la terre. Les anges furent étonnés de la force des montagnes et demandèrent : « Ô Seigneur ! Y'a-t-il parmi tes créatures, plus fort que les montagnes ? - Oui répondit Dieu, il y a le feu. - Ô Seigneur, reprirent les anges, y'a-t-il plus fort que le feu ? - Oui, il y a l'eau. - Ô Seigneur, y'a-t-il plus fort que l'eau ? - Oui, il y a le vent. - Ô Seigneur demandèrent les anges de nouveaux, y'a-t-il plus fort que le vent ? - Oui, reprit Dieu, il y a le fils d'Adam qui fait l'aumône de sa main droite (généreusement) en sorte que (l'avarice de) sa main gauche ne le sache pas (en ne touchant pas l'argent lors d'un comptage).
» (Al Tirmizzi)
(S6v112/113) « Ainsi à chaque Prophète avons-Nous assigné un ennemi : des diables d’entre les hommes et les djinns, qui s’inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées. Si ton Seigneur avait voulu, ils ne l’auraient pas fait ; laisse les donc avec ce qu’ils inventent. Et pour que les cœurs de ceux qui ne croient pas à l’au-delà, se penchent vers elles (inspirations enjolivées des diables), qu’ils les agréent, et qu’ils perpètrent ce qu’ils perpètrent (comme crimes). »
(S7v182/183) « Ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements, Nous allons les conduire graduellement vers leur perte par des voies qu’ils ignorent. Et Je leur accorderai un délai, car Mon stratagème est solide !»
(S3v178) « Que ceux qui n'ont pas cru ne comptent pas que ce délai que Nous leur accordons soit à leur avantage. Si Nous leur accordons un délai, c'est seulement pour qu'ils augmentent leurs péchés. Et pour eux un châtiment avilissant. »
Abou Darda a rapporté que le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque Dieu créa Adam, Il lui donna un coup sur son épaule droite et il en sortit une descendance aussi pure que des perles. II donna ensuite un coup sur son épaule gauche et il en sortit une descendance aussi noire que des cendres. II dit alors a la descendance qui était sur son épaule droite : "Votre lieu de séjour sera le Paradis et Je ne M'en soucierai pas" et à la descendance qui était sur son épaule gauche: "Le vôtre sera l'Enfer, et Je ne M'en soucierai pas". » (Imam Ahmad)
          Alors celui qui par rapport à la morale reproche à Dieu de laisser faire le mal, puisque Il a sagement décidé de donner le libre arbitre à une créature pouvant faire des actes nobles ou des actes ignobles, il doit absolument reconnaître que par rapport à cette même morale, sa nature est nécessairement imparfaite même si c'est indépendamment de sa volonté, car le repentir purifiant son âme est obligatoire pour comprendre la valeur suprême qu'est l'ennoblissement apportant la dignité et la pureté pour le Paradis pur.
          Suite à tout ce qui vient d'être évoqué précédemment, il est évident que si Dieu, ce Suprême Esprit Supérieur, Unique, Éternel, Absolu et Souverain, avait choisi le mal qui est le chemin le plus bas comme un produit a une valeur basse lorsqu'il est de mauvaise qualité, Il n'aurait pu gagner Ses nouvelles qualités incarnant Son incontestable dignité qui est le principal sens de la grandeur. Par conséquent cette dignité obtenue, par Ses sages choix vers les meilleures qualités respectables et vers Ses authentiques attributs naturels, L'a légitimement ennobli. Et ce suprême ennoblissement jusqu'à la dignité maximale, provenant d'un haut cheminement spirituel, reflète donc le plus conformément Sa haute position souveraine, et élève Sa dimension absolue et suprême à un niveau supérieur par Son intelligence étant allé vers le sommet du bien, puisqu'Il a démontré un honorable caractère irréprochable, en répondant au mieux grâce à la meilleure moralité, à Son rang divin et à Son rôle créateur, comme cherchera de continuer à le prouver ce site :
(S48v8) «Ô Mouhamed, Nous t’avons envoyé à l’humanité en tant que témoin, annonciateur de la bonne nouvelle du paradis, et avertisseur de l’enfer, pour que vous croyiez en Dieu (le Grand, le Très-Grand, le Très-Haut) et en son Messager, que vous L’honoriez, reconnaissiez Sa dignité ; et pour que vous Le glorifiiez matin et soir. »
En effet, l'amélioration dans le bien élève un être comme l'amélioration d'un produit élève sa qualité, alors que la dégradation dans le mal rabaisse un être comme la dégradation d'un produit abaisse sa qualité. Ainsi l'ennoblissement jusqu'au mieux élève au maximum, et l'appréciation du bien, de la pureté, de la piété et de la noblesse face au mal, à l'impureté, à l'impiété et à la bassesse doit être aussi naturelle que l'appréciation d'une voiture en bon état face à une voiture ayant des problèmes.
          Le Seigneur s'étant donc soumis à la fatalité de la morale pour obtenir Sa dignité, l'homme devrait facilement se soumettre à son Noble Créateur pour acquérir la sienne, car il reconnaîtrait en effet dignement la sainteté lumineuse, la loi anoblissante et la souveraineté évidente de l'Etre Suprême Créateur liées à Son omniscience, tout en se conformant justement à l'humilité qui est la qualité propre à une créature et en avançant dans les qualités morales qui sont les meilleurs des bienfaits. 
          Les êtres humains, créatures tirées du néant, peuvent donc faire des choix permettant d'obtenir une dignité similaire à celle acquise par l'Esprit Suprême Absolu Exempt de commencement et de fin. C'est une inestimable opportunité, puisque sa valeur est meilleure que sa parfaite rétribution éternelle au Paradis. En effet, il est clair que parvenir par les efforts spirituels à la dignité est incontestablement supérieur à l'abandon spirituel dans les délices du Paradis, que la beauté de la morale est évidemment plus grande que celle du Paradis, que chaque bienfait sur terre et au Paradis ont pour origine la sagesse divine, et que cette sagesse à l'origine de toute cette bienveillante Création, représentant donc la cause première de tout et apportant la glorieuse dignité, est logiquement la plus importante des valeurs. Cependant, il faut savoir que le seul moyen pour arriver à cette précieuse dignité par la sagesse, c'est de demander sincèrement à Dieu de nous y guider par la piété, car il n'y a logiquement de force et de puissance que par Lui :
(S76v29-31) « Ceci est un rappel ; Que celui qui veut prenne donc le chemin vers son Seigneur ! Cependant, vous ne saurez vouloir, à moins qu’Allah veuille. Et Allah est Omniscient et Sage. Il fait entrer qui Il veut dans Sa miséricorde. Et quant aux injustes, Il leur a préparé un châtiment douloureux. » 
          Ainsi ceux qui moralement répondent parfois trop rapidement sans une réflexion profonde à la grande question humaine « être ou ne pas être » en disant qu'ils n'ont rien demandé, doivent savoir que la morale suprême ne peut qu'affirmer l'infériorité du néant existentiel face à une vie proposant d'atteindre noblesse, dignité, amour, joie et Paradis. 
          
Pourtant en regardant les différences entre les hommes, on pourrait croire qu’il y a des inégalités face à la vie. Or quels que soient les biens ou le corps que l'être humain obtient à sa naissance, c'est à lui d'écrire la suite jusqu'à la fin, et de comprendre que le but suprême est le même pour tous : avoir un noble comportement jusqu'à la mort, pour réussir les épreuves, propager le bien, acquérir la dignité, accéder au plus haut niveau de Paradis et recevoir la satisfaction divine.
En effet, quel que soit ce que l'être humain obtient comme prédestinations à sa naissance, il doit relever le défi moral de la vie tel un digne combattant inconditionnel participant à élever le niveau général de l'humanité.
A ce propos, des enseignements religieux expliquent qu'il ne faut pas sous-estimer les bienfaits de Dieu à notre égard :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Regardez ceux qui sont plus bas que vous et ne regardez pas ceux qui sont plus haut. Cela est plus à même de vous éviter de sous-estimer le bienfait de Dieu à votre égard. » 
De plus d'après aI-Hasan, Ibn Abou ad-Dounya a rapporté : « Lorsque Dieu créa Adam, II fit sortir de son coté droit les habitants du Paradis et de son coté gauche ceux de l'Enfer. Adam vit alors qu'il y avait parmi eux l'aveugle, le sourd et l'éprouvé. Puis il dit à Dieu : Seigneur ! Pourquoi n'as-Tu pas créé tous mes descendants égaux ?!" Dieu répondit : Adam ! J'ai voulu que l'on soit reconnaissant à Mon égard (pour que les êtres humains augmentent leur dignité en n'étant pas inattentifs aux bienfaits de leur Créateur et en s'entraidant) !" » (Rapporté aussi par Abdurrazzâq)
Il est également important de préciser que le pouvoir, la richesse, la force et la beauté sont loin d'être des atouts dans la quête du Paradis
, que la valeur du matériel est loin d'être meilleur que la valeur du spirituel, et que la supériorité matérielle est donc loin de correspondre à de la supériorité intellectuelle, bien que la réussite des deux dans un juste milieu correspond au mieux lorsque c'est possible :
Selon Abou Said Al Khoudri (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : «II y eut une dispute entre le Paradis et l'Enfer. L'Enfer dit : «J'ai chez moi les tyrans et les orgueilleux». Le Paradis répliqua : «J'ai chez moi les faibles et les miséreux d'entre les humains». Dieu arbitra alors entre eux en disant : «C'est toi, Paradis, qui est Ma miséricorde, et c'est par toi que Je la donne à qui Je veux. Et toi, Enfer, tu es Mon supplice, et c'est par toi que Je tourmente qui Je veux. Je M'engage personnellement à assurer son plein à chacun de vous deux». (Rapporté par Moslem)  
(S11v27) « Les notables de son peuple qui avaient mécru, dirent alors (au Prophète envoyé à eux) : “Nous ne voyons en toi qu'un homme comme nous; et nous voyons que ce sont seulement les vils (les pauvres) parmi nous qui te suivent sans réfléchir; et nous ne voyons en vous aucune supériorité sur nous. Plutôt, nous pensons que vous êtes des menteurs”. »
(S43v23-25) « Et c'est ainsi que Nous n'avons pas envoyé avant toi d'avertisseur en une cité sans que ses gens aisés n'aient dit : “Nous avons trouvé nos ancêtres sur une religion et nous suivons leurs traces”.
Il dit : “Même si je viens à vous avec une meilleure direction que celle sur laquelle vous avez trouvé vos ancêtres ? ” Ils dirent : “Nous ne croyons pas au message avec lequel vous avez été envoyés. Nous Nous vengeâmes d'eux. Regarde ce qu'il est devenu de ceux qui criaient au mensonge. »
(S39v49) « Quand un malheur touche l’homme, il Nous invoque. Quand ensuite Nous lui accordons une faveur de Notre part, il dit : « Je ne la dois qu’à [ma] science. » C’est une épreuve, plutôt ; mais la plupart d’entre eux ne savent pas. »
(S41v51) « Quand Nous comblons de bienfaits l’homme, il s’esquive et s’éloigne. Et quand un malheur le touche, il se livre à une longue prière. »
(S100v6-8) « L’homme est, certes ingrat envers son Seigneur ; et pourtant, il est certes témoin de cela ; et pour l’amour des richesses il est certes ardent. »
(S96v6/7) « Prenez-garde ! Vraiment l'homme devient rebelle (envers son Seigneur), dès qu'il estime qu'il peut se suffire à lui-même (à cause de sa richesse).
»
Il faut noter que la sensibilité des personnes ayant à leur naissance une infirmité, une grave maladie ou une grande épreuve comme le fait d'être orphelin, à cause de la sage omniscience divine ou de mauvaises responsabilités humaines, les amène souvent à être parmi les plus croyantes et les plus sages. (voir IV, B, 3)
Ainsi, d
epuis que dans des reportages j'ai vu un homme tronc et des sœurs siamoises âgées évoquer Dieu, je ne peux plus comprendre les arguments de ceux qui ne veulent pas croire en Lui à cause de certains handicaps, puisqu'en plus, la vie et ses épreuves de quelques années ne sont qu'un très court moment face à l'Éternité du Paradis.
Surtout que Dieu a un plan parfait pour tout le monde si on y croit, et que l'on comprendra tôt ou tard, et c'est pour ça que toutes Ses créations sont parfaites même celles qui ont un handicap : (ExtS77v23) « et Nous décrétons [tout] de façon parfaite. »
Incarner les nobles valeurs en les défendant, en les pratiquant, en les représentant, en y incitant ou en étant victime de ceux qui ne les respectent pas sont donc logiquement toutes des situations qui appartiennent aux voies du bien. Surtout que comprendre ou participer à faire comprendre que l'acquisition de la morale, qui est au dessus de tout sauf Dieu puisqu'il en est à son origine, est évidemment ce qui a le plus de valeur :
(S29v10/11) « Parmi les gens il en est qui disent : « Nous croyons en Allah » ; puis, si on les fait souffrir pour la cause d’Allah, ils considèrent l’épreuve venant des hommes comme un châtiment d’Allah. Or s’il vient du secours de ton Seigneur, ils diront certes : « Nous étions avec vous ! » Allah n’est-il pas le meilleur à savoir ce qu’il y a dans les poitrines de tout le monde. Allah connaît parfaitement les croyants et connaît parfaitement les hypocrites. »
(S2v207) « Et il y a parmi les gens celui qui se sacrifie pour la recherche de l'agrément d'Allah. Et Allah est Compatissant envers Ses serviteurs. »
 
A ce sujet il faut remarquer que les personnes qui auront connu les plus grandes épreuves seront évidemment celles qui auront le plus la valeur du Paradis, et que chacun peut écrire sa légende personnelle (correspondant au livre de vie de chaque homme et apportant généralement de nouvelles compréhensions de la morale à tous) comme le précise l'écrivain Paulo Coelho dans son livre « L'alchimiste ».
D'autre part, il faut préciser que dans les couples n'ayant pas une grande beauté, l'amour est logiquement plus fort que dans les couples ayant une grande beauté, car le temps passé dans la relation amoureuse et la bienfaisance transforme l'apparence physique en une attirance plus profonde que pour une beauté reconnue de tous.
En effet, comme l'explique l'écrivain poète Jacques-Bénigne Bossuet, docteur en théologie qui fut ordonné prêtre à Metz en 1654 : « Il n’y a point de laides amours, car tout cœur passionné embellit dans son imagination l’objet de sa passion, puisqu'il lui donne un éclat éblouissant que la nature ne lui donne pas. » 
Et comme le dit par ailleurs l'écrivain poète Théophile Gauthier : « ce n’est pas la nature qui rend la femme belle, mais c’est l’amour, car sa beauté ne provient que de notre amour pour elle. »
Un sage proverbe roman vient également confirmer toutes ces analyses :
« N’est pas beau ce qui est beau, mais est beau ce qui agrée.
»
De plus dans le véritable amour qui est celui partagé, c'est d'abord la bonté de l'âme du conjoint qui est recherchée avant celle du physique, puisque nous ne pouvons aimer une personne nous faisant souffrir ou nous nuisant même si elle est belle, car une personne malfaisante devient détestable.
Pour conclure ce sujet de la beauté, il faut savoir que dans l'immense science divine et par rapport à la beauté présente au Paradis, même les personnes très belles de ce monde n'ont en vérité qu'un petit niveau de beauté. En fait la raison de cette réalité nous est expliqué dans des enseignements qui parlent de la beauté du Prophète Youssouf (Joseph) fils du Prophète Jacob :
Selon Anas Ibn Mâlik, le Prophète (SBDSL) a dit dans le hadith de l'ascension nocturne pour aller récupérer l'ordre de la prière : « Puis, je fus porté au troisième ciel, et Gabriel demanda aussi la permission d'y pénétrer. - "Qui est-ce ?", demanda-t-on. - "C'est Gabriel ", répondit-il. - "Et qui t'accompagne?". - "C'est Mouhamed ". - "A-t-il donc reçu la Mission?". - "Oui". On nous ouvrit et je trouvai aussitôt Yousouf (paix sur lui) à qui a été assignée la moitié de la beauté humaine. Celui-ci me souhaita la bienvenue et le bien. » (Mouslim n°239)
(S12v30-33) « Et dans la ville, des femmes dirent : “La femme d'Al-Azize essaye de séduire son valet (Yousouf) ! Il l'a vraiment rendue folle d'amour. Nous la trouvons certes dans un égarement évident. Lorsqu'elle eut entendu leur fourberie, elle leur envoya [des invitations,] et prépara pour elles une collation; et elle remit à chacune d'elles un couteau. Puis elle dit : “Sors devant elles, [ Yousouf !]” - Lorsqu'elles le virent, elles l'admirèrent, se coupèrent (se tailladèrent) les mains (sans s'en rendre compte, pendant qu'elles tranchaient des aliments) et dirent : “à Allah ne plaise ! Ce n'est pas un être humain, ce n'est qu'un ange noble ! ” Elle dit : “Voilà donc celui à propos duquel vous me blâmiez. J'ai essayé de le séduire mais il s'en défendit fermement. Or, s'il ne fait pas ce que je lui commande, il sera très certainement emprisonné et sera certes parmi les humiliés”. »
 
Il apparaît donc clairement, que dans notre monde terrestre dont les règles sont basées sur un juste milieu, l'éblouissement d'une immense beauté provoquerait une passion obscurcissant la lucidité, puisque empêchant l'importance de la concentration vers les autres sujets de la morale telle que la gestion d'un nourrisson. De même trop de félicité sur terre empêcherait la sereine perception de la foi, apportant la douce clarté spirituelle noble à la base de la félicité, améliorant la perception de la future félicité extrême du Paradis.
Enfin il devient également clair que par rapport à la famille, la santé, la beauté, la richesse, la nourriture, l'eau et l’oxygène, la guidée à la foi et chercher à la propager est le meilleur des bienfaits, car c'est le chemin qui conduit au plus haut niveau du Paradis Éternel et à la satisfaction divine.
          Pour continuer d'essayer de concevoir le raisonnement divin irréprochable, il est intéressant de le mettre en rapport avec une immense assemblée de justes cherchant à trouver le meilleur scénario et la meilleure morale découlant de l’existence du Dieu Unique, Éternel et Créateur, puisque afin de mettre donc en relief l'excellence de ce raisonnement divin, il faut comprendre que par rapport à ce que n'aurait pas décidé cette assemblée de justes dans les décisions favorisant le bien, Dieu l'a considérablement fait en facilitant et valorisant fortement le bon chemin. En effet dans ce sens bienveillant, par Son immense miséricorde irréprochable, le Seigneur a décidé de faire ce qu'Il veut de la morale, car il faut tout de même rappeler qu'elle existe grâce à Lui :

-En effet, Il a avantagé les bonnes actions face aux mauvaises et Il les a facilité:
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu a fait mentionner par écrit les bonnes et les mauvaises actions, puis il a donné cet éclaircissement : « celui qui a eu l’intention de faire une bonne action mais n’a pu la réaliser, Dieu Glorifié et Exalté, la lui inscrit comme une bonne action entière. S’il a eu l’intention de la faire et s’il l’a exécutée, Dieu peut lui inscrire pour elle une bonne action dont la valeur peut être de dix jusqu’à sept cent et davantage encore. S’il a eu l’intention de commettre une mauvaise action et s’il ne l’a fait pas, Dieu la lui inscrit comme une bonne action entière. S’il a eu l’intention de la faire et s’il la fait, Dieu la lui inscrit comme une seule mauvaise action. » (URA)
Lire une une simple lettre du Coran vaut dix bonnes actions :

Selon Ibn Masud (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui lit une seule lettre du Coran se voit inscrire une bonne action et la bonne action a dix fois son salaire. Je ne dis pas que "alif", "lam" et "mim" (lettres arabes énigmatiques se trouvant au début de certains chapitres du Coran) constituent une seule lettre, mais bien que "alif" est une lettre, "lam" en est une autre, et "mim" également. » (Tirmidhi)
Alors que la stricte morale juste aurait équilibré la valeur entre les bonnes et les mauvaises actions, en les comptant toutes, et en n'accordant le Paradis qu'aux humains repentants dont le nombre de bonnes actions seraient supérieures aux mauvaises.

-Il a facilité les obligations en les allégeant :
(S4v28) « Allah veut vous alléger (les obligations,) car l'homme a été créé faible. »
Des enseignements religieux expliquent que par miséricorde divine, le nombre de prières quotidiennes obligatoires est passé de 50 à 5 lors de l'ascension nocturne du Prophète dans les cieux pour aller récupérer l'ordre de la prière. 
Alors que la stricte morale juste aurait demandé plus d'obligations pieuses conformément à la valeur de la création permanente du Seigneur et au fréquent oubli de la foi à notre époque moderne, mais apportant de nombreuses lassitudes physiques et psychologiques à cause des nombreux efforts nécessaires pour répondre à ces multiples devoirs difficiles :
(ExtS2v220)« Et si Allah avait voulu, Il vous aurait accablés. Certes Allah et puissant et Sage. »

-Il peut accorder le Paradis pur à l'homme pour une simple bonne action puisque le rendant positivement pur, et par Son pardon des mauvaises étant négativement impures :
(S40v39/40) « ô mon peuple, cette vie n'est que jouissance temporaire, alors que l'au-delà est vraiment la demeure de la stabilité. Quiconque fait une mauvaise action ne sera rétribué que par son pareil; et quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne action tout en étant croyant, alors ceux-là entreront au Paradis pour y recevoir leur subsistance sans compter. »
Anas (SBDSL) a dit: «J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire: «Dieu le Très-Haut a dit: «O fils d'Adam! Tant que tu M'implores et que tu espères en Moi, Je te pardonnerai tes péchés sans M'en soucier. 0 fils d'Adam! Si tes péchés atteignaient le ciel et que tu Me rencontres sans M'associer quoi que ce soit, Je t'apporterai sa contenance comme absolution». (Attirmidhi)
Alors que la stricte morale juste aurait compté toutes les actions en n'accordant le Paradis qu'aux humains repentants dont le nombre de bonnes actions seraient supérieures aux mauvaises.

-Par conséquent par une reconnaissance infinie et suprême Lui apportant l'Attribut de Très Reconnaissant par excellence, et donc par une miséricorde infinie et suprême Lui apportant l'attribut de Très Miséricordieux par excellence, et donc une noblesse infinie et suprême Lui apportant l'Attribut de Très Noble par excellence, Il est par conséquent Irréprochable, et par conséquent Digne par excellence, et par conséquent Digne de louange par excellence, puisqu'Il a donc fait le meilleur des choix en pouvant faire gagner aux croyants un Paradis Éternel pour les efforts d'une vie ayant une courte durée et même pour la rétribution d'une simple bonne action :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Il y a quarante bonnes actions dont la plus haute est le fait de prêter à son prochain une chèvre pour le faire profiter de son lait. Tout être qui fait l’une de ces bonnes actions dans l’espoir de la récompense de Dieu et confiant dans ce que Dieu lui en a promis, Dieu l’introduit à cause d’elle au Paradis. »
(S36v55-58) « Les gens du Paradis seront, ce jour-là, dans une occupation qui les remplit de bonheur; eux et leurs épouses sont sous des ombrages, accoudés sur les divans. Là ils auront des fruits et ils auront ce qu'ils réclameront, “Salam” [paix et salut] ! Parole de la part d'un Seigneur Très Miséricordieux. »
Alors que la stricte morale juste aurait dicté de vivre d'innombrables milliards d'années de pratique religieuse pour comprendre la valeur du Paradis éternel, ou de donner légitimement de simples récompenses éphémères pour une vie pieuse éphémère :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection, rectifiez continuellement votre conduite et sachez que nul d’entre vous ne devra son salut à ses seules œuvres. » On dit : « Pas même toi, ô Messager de Dieu ? » Il dit : « Pas même moi, à moins que Dieu ne me couvre du voile de Sa miséricorde et de Sa générosité. »
(Cette parole prophétique montre que l'ensemble des bonnes actions de l'homme ne lui servent qu'à gravir les étages du Paradis et ne correspondent pas à une valeur suffisante pour mériter le Paradis éternel. En effet, il n'y a logiquement que la miséricorde divine qui permet d'y accéder, comme le prouve un autre enseignement qui explique que cinq cents ans d'adoration n'avaient pas suffi à un ascète pour rembourser l'éclat d'un regard (ou un cil ou un œil suivant les versions) créé par Dieu dans le bas-monde, surtout étant donné les causes innombrables pour arriver à cet instant. De toute manière quelle que soit la période d'adoration, cela signifie qu'elle a une fin et qu'elle est donc incomparable à l'éternité des délices du Paradis. Par conséquent, il est évident que seule l'immense miséricorde divine permet d'accéder au Paradis et qu'aucune
œuvre ne peut justifier une telle récompense
Enfin étant donné le nombre de causes incalculables, le destin divin doit beaucoup être respecté.)
(S45v22) « Et Allah a créé les cieux et la terre en toute vérité et afin que chaque âme soit rétribuée selon ce qu’elle a acquis. Ils ne seront cependant pas lésés. (vu ce qui vient d'être expliqué et vu ce qu'il y a à gagner : subtilité divine) »

-Par son attribut de Très Miséricordieux par excellence, Il peut donner le plus haut niveau de Paradis par Sa satisfaction pour le simple fait de Le louer après avoir consommer des choses licites qu'Il a créé pour nous ou en Lui demandant sincèrement de nous faire mourir en martyr :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu accorde Sa satisfaction à quelqu’un pour la seule raison qu’il remercie Dieu après avoir mangé ou bu quelque chose. » (URA)
Sahl Ibn Houneyf (SDP), un ancien de la bataille de Badr rapporte : « Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui demande sincèrement à Dieu de faire de lui un martyr, Dieu lui fait atteindre le degré des martyrs même s'il meurt dans son lit ». (Muslim)
Alors que la stricte morale juste aurait demandé plus d'efforts religieux pour obtenir Sa satisfaction. 

          Ainsi, la divine sagesse miséricordieuse devient supérieure à la perfection de la sainte et stricte morale juste, et il peut donc être déduit sans hésitation que Dieu est plus que parfait. Dans ce sens extrêmement bienveillant, nous ne pouvons que remercier et louer notre Dieu si miséricordieux de faire ce qu'Il veut :
(ExtS14v27) « Et Allah fait ce qu'Il veut. »
(ExtS21v23) « Dieu n’est pas interrogé sur ce qu’Il fait, mais ce sont eux qui devront rendre compte de leurs actes. »
Le passage coranique précédent pourrait nous inciter à ne pas réfléchir sur les choix divins. Or il précise plutôt que les reproches sur les décisions divines doivent être à rejeter mais pas leurs bonnes analyses, puisque à travers Son livre saint Dieu invite l'homme à méditer sur son contenu : 
(S47v24) « Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y a-t-il un cadenas sur leurs cœurs ? »
En revanche concernant la justice, son intransigeance devient logiquement légitime quand elle concerne les interdictions protégeant les droits des créatures comme pour le sang, les biens et l'honneur des hommes :
(Ext Hadith)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Votre sang, vos biens et votre réputation (honneur) vous sont sacrés » 
De plus, il faut comprendre que personne de raisonnable ne pourrait juger l'innocence d'un nourrisson, puisqu'il est sans science par nature. Ainsi par opposition notre Créateur étant par nature Omniscient et pouvant donc trouver facilement le meilleur chemin dans Ses décisions, la même attitude de ne pas juger doit être employée dans notre rapport à Lui, puisque dès lors qu'Il a choisi d'aller prioritairement vers l'irréprochable et incomparable dignité suprême comme la morale l'inspirait, toutes Ses décisions pour y parvenir sont donc parfaites et innocentes, et toutes Ses lois bienveillantes pour l'humanité sont logiquement excellentes.
Ici nous pouvons nous demander si Allah est le plus juste et le plus miséricordieux, et donc saint et le plus noble, par nature ou par choix. Or comme il vient d'être vu à travers les nombreux choix divins de ce chapitre et comme il a été précisé qu'un de Ses attributs est l'Omniscient, cela pourrait être un peu des deux, même si par meilleurs nobles choix et donc par ennoblissement maximal semble le plus fort, puisque Son omniscience par nature lui affirme que la morale découlant de Ses attributs ne peut que l'amener à partager l'existence de la meilleures des manières, alors que cette morale lui imposant ce chemin d'excellence doit être acceptée dignement par choix malgré la souveraineté divine. Surtout que les deux enseignements suivants semblent clairement parler de choix et que l'homme étant la meilleure créature puisque l'unique devant gérer le libre arbitre prouve que Dieu le gère également car plus les créatures ressemblent à Dieu plus leur valeur augmente :
Ext Hadith Qoudsi : D'après Abu Dharr al-Ghifari (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) rapporta que Dieu (Glorifié soit-Il) a dit : « O Mes adorateurs ! Je Me suis interdis l'injustice, et Je vous l’interdis, alors ne soyez pas injustes les uns envers les autres. » (Rapporté par Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque Dieu fit la création, Il écrivit dans un Livre chez Lui au-dessus du Trône : « Ma miséricorde a vaincu Ma colère. » (URA)
          Il faut donc fortement réaliser que s'il avait été possible de nous demander avant notre création : « Si pouviez être créés, comment voudriez-vous que soit votre Créateur ? », nos plus grands espoirs auraient été bien en dessous de l'inestimable valeur d'Allah, puisque Sa nature, Son omniscience, Son omnipotence et Sa sagesse sont bien au-delà de ce qu'on aurait pu imaginer, à un point tel que nous devrions nous évanouir devant ces vérités. En tout cas, le minimum que nous aurions demandé, c'est qu'Il soit sage envers nous. Par conséquent, il est évident que notre Créateur suprêmement sage, par une grandeur intellectuelle maximale possible par Son Omniscience et donc logiquement indiscutable, attend de nous une sagesse similaire à son égard, afin que comme Il nous le propose majestueusement alors qu'Il est Celui qui peut se suffire facilement à Lui-même par nature mais qui est loin d'y être inattentif, nous puissions échanger dans une immense noblesse, une sublime relation avec Lui pouvant aller jusqu'à un amour aussi sincère que celui partagé entre un parent et son enfant, même si quand nous atteignons l'âge adulte et malgré Sa nature à l'origine de tout pouvant avoir un aspect plus parental par le rapport entre créature et Créateur, notre Seigneur Honorable par excellence semble magnifiquement plus parler d'une grande amitié puissante et sereine dans un joyeux amour d'amis intimes adultes au coeur d'enfant. Alors nous devons tendre à fréquemment trouver le juste milieu entre l'enfance et l'adulte : :
(S4v125) « Qui est meilleur en religion que celui qui soumet à Allah son être, tout en se conformant à la Loi révélée et suivant la religion d’Abraham, homme de droiture ? Et Allah avait pris Abraham pour ami privilégié (intime). » 
Cependant Allah aime surement Ses créatures découvrant Sa science et Ses trésors dans leur jeunesse, l'ensemble de leur vie et au Paradis, comme un parent aime regarder les yeux joyeux de son nourrisson découvrant le monde et l'existence, mais aussi donc comme un ami sincère si nous préférons. 
          Pour résumer ce chapitre, il peut être conclu que Dieu, cet Esprit Supérieur Unique, Éternel, Absolu, Suprême et Souverain, est plus que Parfait dans Sa spiritualité, et par conséquent plus que Noble dans Sa sagesse, et par conséquent plus que plus qu'Absolu dans Sa grandeur, et par conséquent plus que plus que Suprême dans Sa position, et par conséquent plus que plus que Légitime dans Sa souveraineté :
(S96v3) « Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble (par Ses choix), (le Grand par Sa sainteté, le Très-Grand par Sa miséricorde, Le Très-Haut par Son absolue position souveraine s'étant élevée vers une sagesse sainte et miséricordieuse par excellence
, et par conséquent le Très-Noble par ecellence par ses choix, et par conséquent Le Suprêmement Digne, et par conséquent le Digne de louanges par excellence) »
En effet, si Dieu s'était arrêté à Son attribut parfait et honorable de sainteté représentée par l'intransigeance de la justice, Il aurait été seulement Le Noble (ou Haut) Saint et donc que plus qu'Absolu dans Sa grandeur, et donc que plus que Suprême dans position, et donc que plus que Légitime dans Sa souveraineté. 
Mais étant allé en plus vers la méritante, irréprochable et indépassable miséricorde par excellence, représentée par la faveur extrême envers la bienfaisance, Il devient logiquement Le Très-Noble (ou Très-Haut) Miséricordieux par excellence, et donc plus que plus qu'Absolu dans Sa grandeur, et donc plus que plus que Suprême dans Sa position, et donc plus que plus que Légitime dans Sa souveraineté.
Son ennoblissement maximal vers la sainteté, et jusqu'à la miséricorde par excellence, L'a donc majestueusement élevé deux fois, pour atteindre par une dignité suprême, Sa grandeur maximale au sommet du mieux.  
Ainsi, il apparaît que quelles que soient la nature, la position, le rang, le rôle, l'autorité, la science, les capacités, la force, les richesses, la puissance et la dimension d'un être conscient, la valeur et la grandeur ne peuvent provenir que de la sagesse spirituelle, l'intelligence ne peut que suivre le chemin de la justice et de la noblesse pour être considérée comme telle, la piété est la véritable clairvoyance et le meilleur but, et les qualités spirituelles divines magnifiquement proposées aux hommes dans les épreuves terrestres ont donc une valeur supérieure aux naturels attributs divins suprêmes comme L'Absolu, Le Souverain, L’ Omniscient, L’ Omnipotent ou Le Créateur puisqu'elles les ennoblissent.
De ce fait, Le Seigneur ne peut qu'être fortement remercié de nous faire participer à cette fabuleuse expérience morale proposant la suprême valeur qu'est la glorieuse dignité. Cependant Il doit être adoré, glorifié, loué et imploré afin de s'imprégner de Lui, pour que nous réussissions au mieux cet ennoblissement spirituel à Son image, en recevant la guidée vers certaines de Ses qualités auxquelles nous pouvons aspirer (justice, noblesse, miséricorde...), ainsi que vers la compréhension de la soumission à l'ensemble de Ses justes attributs (Souverain, Créateur, Le Juge à la balance...), et vers la reconnaissance que certaines de Ses caractéristiques particulières doivent être évitées tel Son légitime orgueil, puisqu'Il nous a tout enseigné,
a tout décidé au mieux et qu'il n'y a de force, de puissance et de science que par Lui :
Ext hadith qoudsi : Le Prophète (SBDSL) a rapporté que Dieu (Glorifié soit-Il) a dit : « O Mes adorateurs ! Je Me suis interdis l'injustice, et Je vous l'interdis, alors ne soyez pas injustes les uns envers les autres. »
Le Prophète (SBDSL) a rapporté que Dieu (Glorifié soit-Il) a dit : « La fierté est Mon pagne et l’orgueil est mon manteau. Celui qui veut Me disputer l’un d’eux, Je l’assure déjà des tourments qui l’attendent. » (Mouslim)
En effet dans ce sens raffermissant notre foi et valorisant la piété, il est important de rappeler que les décisions divines vers les sublimes qualités spirituelles comme la sagesse, la justice, la miséricorde, et l'amour, vers lesquelles nous pouvons fabuleusement tendre, ont donc une valeur supérieure aux naturels attributs divins suprêmes comme L' Absolu, Le Souverain, L’Éternel, L’ Omniscient, L’ Omnipotent ou Le Créateur, car ce sont des choix qui les ennoblissent ayant par conséquent une valeur véritablement transcendante immensément enviable. Ainsi l'irréprochable idée divine de nous proposer de tendre vers la dignité incarnant une noble gestion exclusive de ces qualités spirituelles est loin d'être dérisoire, puisque supérieur à l'illimité et au suprême et donc honorable par excellence. Pour vivre l'aspect transcendant qui est donc la seule valeur supérieure au Suprême et à l'illimité, et par conséquent la meilleure, que sont les qualités spirituelles de la dignité, il suffit juste de les ressentir une par une, ou comme elles sont nombreuses de rester focaliser sur la pieuse noblesse, transcendante donc au niveau de la noblesse, mais aussi surtout sublimement de la piété.
          La sagesse spirituelle semble ainsi classable dans ces différents niveaux :  
-
L'injustice, c'est de faire ce qui est mal tout en ne faisant pas le bien qui est légitimement obligatoire.
-La médiocrité, c'est de ne pas faire de mal tout en étant indifférent au bien. 
-La dignité minimale, c'est de faire le bien qui est légitimement obligatoire et d'éviter de faire le mal.
-La noblesse correspond au bien obligatoire et non obligatoire.
-La sainteté, c'est de ne faire que du bien. (Pour les hommes, c'est également être en permanence dans la noble adoration de Dieu)
-La méritante dignité maximale,
c'est de ne faire que le mieux pour soi-même noblement et pour les autres miséricordieusement.
          Il faut noter qu'il est absolument remarquable et admirable que les qualités spirituelles fassent partie de l'identité divine, puisque cela permet d'exprimer la grandeur de la dignité, et donc la beauté dans l'existence, et donc un des aspects principaux de la gloire valorisant notre inestimable Seigneur. 
          Un dernier point important doit encore être évoqué. Il s'agit de rappeler que la morale liée à un Créateur et des créatures leur implique logiquement de nobles droits et devoirs incarnant le cœur du sens de cette création suprêmement sage, puisque proposant d'obtenir le meilleur bienfait qu'est la dignité, apportant logiquement la meilleure valeur qu'est la satisfaction divine, puisque le bienfaiteur a évidemment plus de valeur que le bienfait :
Le Prophète (SBDSL) dit à Mouad : « Ô Mouad ! Sais-tu quel est le droit de Dieu sur Ses créatures et quel est le droit des créatures sur Dieu ? » Je dis : « Dieu et Son Messager le savent mieux que moi. » Il dit : « Le droit de Dieu sur les créatures est qu’elles ne Lui associent rien ; et le droit des créatures sur Dieu est qu’Il ne soumette pas au supplice celui qui ne Lui associe rien. » Je dis : «  Ô Messager de Dieu ! Puis-je annoncer cette bonne nouvelle aux gens ? » Il dit : « Ne la leur annonce pas car ils ne compteraient plus sur leurs propres œuvres. » (URA)
Le Prophète (SBDSL) a dit : Dieu (Glorifié soit-Il) a dit  : "O mon serviteur, toi tu veux et Moi Je veux, et il n'y aura que Ma volonté. Si tu fais ce que Je veux, Je te donnerai ce que tu veux, mais si tu ne fais pas ce que Je veux, Je te fatiguerai sur ce que tu veux et a la fin il n'y aura que ce que Je veux"
(S30v47) « Nous avons effectivement envoyé avant toi des Messagers vers leurs peuples et ils leur apportèrent les preuves. Nous Nous vengeâmes de ceux qui commirent les crimes [de la négation]; et c'était Notre devoir de secourir les croyants. »
(ExtS10v26) « A ceux qui agissent en bien (dignité) est réservée la meilleure récompense (Paradis) et même davantage (satisfaction du Créateur et sa vision). »