Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

a) La relation centrale : Pratiquer la religion

          La morale liée à Dieu l'Irréprochable impose une adoration des créatures envers le Créateur pour qu'elles s'ennoblissent suprêmement. Or il faut savoir que le Seigneur n’a nullement besoin de notre culte car Ses choix Lui ont permis de gagner Sa dignité maximale, et Il se suffit à Lui-même au niveau de la morale, de la spiritualité et de la subsistance. La pratique religieuse permet donc principalement de purifier notre cœur en complétant sa foi et ses qualités avant de rencontrer Allah, et la vénération de l'homme ne sert ainsi qu'à lui-même afin d'obtenir sa dignité maximale après avoir reconnu la dignité maximale de Dieu. Ainsi en réalité, réussir sa propre vie ne correspond pas à principalement obtenir le confort ou à l'offrir aux autres, car si nous avions du vivre seul sur une île toute notre vie avec de quoi manger et boire, quelle serait notre véritable réussite si ce n'est pratiquer trois piliers principaux de l'islam : l'attestation de foi, la prière et le jeûne :
(S48v8) « Ô Mouhamed, Nous t’avons envoyé à l’humanité en tant que témoin annonciateur de la bonne nouvelle du Paradis et avertisseur de l’Enfer, pour que vous croyiez en Dieu et en son Messager, que vous L’honoriez, reconnaissiez Sa dignité, et pour que vous Le glorifiiez matin et soir. »
(S51v55/56) « Et rappelle, car le rappel profite aux croyants. Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent (afin qu'ils puissent gagner leur dignité après avoir reconnu la Mienne). »
(S9v112) « Ils (Les adorateurs) sont ceux qui se repentent, qui adorent, qui louent, qui parcourent la terre (ou qui jeûnent), qui s'inclinent, qui se prosternent, qui commandent le convenable et interdisent le blâmable et qui observent les lois d'Allah (dont l'impôt social)... et fais bonne annonce aux croyants. »
(S5v74) « Ne vont-ils donc pas se repentir à Allah et implorer Son pardon, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux ? »
(S84v20/21) « Qu'ont-ils à ne pas croire et à ne pas se prosterner quand le Coran leur est lu ? »
(S7v206) « Ceux qui sont auprès de ton Seigneur (les anges) ne dédaignent pas de L'adorer. Ils Le glorifient et se prosternent devant Lui. »

Il faut noter que la plus grande dignité pieuse correspond à s'écarter des interdits religieux tout en pratiquant les obligations religieuses et œuvres surérogatoires avec la forme surérogatoire d'excellence, et qu'un amour sincère et puissant pour Dieu facilite son acquisition.
En effet dans la pratique religieuse, il existe trois niveaux : l'obligatoire, le surérogatoire et l'excellence, comme par exemple dans les gestes obligatoires, surérogatoires et excellents de la prière. Et c'est en imitant l'excellence du comportement prophétique qu'on atteint ce plus haut niveau de dignité. C'est pour cela qu'il faut demander pardon par rapport à l'excellence de la pratique et donc par rapport à l'ennoblissement maximal pour espérer l'obtenir par la grande miséricorde divine. Cependant Dieu a facilité certaines œuvres qu'il faut suivre dans des situations particulières, comme le raccourcissement pendant le voyage de trois des cinq prières obligatoires. A ce sujet, il faut comprendre que les principales œuvres de la religion se répètent quotidiennement et que l'approche vers son apprentissage général ne doit donc pas être inquiète puisque tout se pratique petit à petit et par conséquent facilement, si nécessaire par l'apprentissage d'une seule habitude prophétique principale par jour, semaine, ou mois. En effet il faut se détendre par rapport à notre risque d'oublier certaines bonnes paroles ou œuvres religieuses, car si on les comprend bien elles resteront en nous d'autant plus si on les répète au moins deux fois ou on s'habitue à noter les plus belles. Surtout que plus nous aurons l'intention ferme de progresser dans le bien et la piété, plus le destin qui nous est révélé chaque nuit au cours de nos rêves plus ou moins inconscients, nous montrent par avance une première fois ces paroles religieuses ou œuvres pieuses que nous découvrirons :
Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque la fin approchera, la vision (synonyme d'analyses ou de rêves dont ces derniers ont parfois été utilisés pour apporter des enseignements au Prophète Mouhamed) du croyant sera rarement fausse et la vision du croyant représente un quarante-sixième de la prophétie (dont du futur). »
Une version rapporte : « Celui d'entre vous qui a les visions les plus véridiques (et donc sincèrement croyant) est celui dont les propos sont les plus sincères. »
De plus, la pratique religieuse doit être respectée quelle que soit l'adversité comme on respecte honorablement le jeu d'un sport quel que soit le niveau de l'adversaire, surtout que la bonne valeur de l'adoration permanente du mode de vie prophétique mérite de ne concéder aucune condition comme la protection des proches, de la veuve, de l'orphelin, de l'innocent, de la justice et du faible en général.
 Ainsi par Ses règles miséricordieuses de la religion, Dieu permet à l'homme d'avoir la possibilité de suivre un chemin constamment noble (ennoblissement maximal) et d'augmenter ses bonnes actions simplement, puisque l'adoration permanente transmise au Prophète (SBDSL) est noble par essence et que pour prendre un exemple, la lecture d'une simple lettre du Coran rapporte dix bonnes actions. Or l'importance des moments de détente sans exagération fait partie de ce mode de vie prophétique. En prouvant également le possibilité d'adoration permanente, les différentes pratiques peuvent s’adapter aux handicaps ou maladies, comme il est possible de prier assis ou même uniquement avec la tête, les paupières ou l'esprit même à cause d'une dépression ou d'une fatigue mentale ou physique, et de faire un certain nombre d’aumônes pour remplacer le jeûne du mois de ramadan pour des raisons de santé ou de reporter certains de ses jours en cas d'impossibilités médicale, professionnelle ou physique :
Almottalib Ibn Abou Wedeaa rapporte : Le Messager d'Allah (SBDSL) vit un homme prier assis et dit : « La prière assis vaut la moitié de la prière debout (dont en cas de fièvre, mais est donc valide) », et les musulmans assis s'efforcèrent de se lever. »
Abdulhlh Ibn Saqiq raconte : Aïcha (SDP) a dit concernant le comportement du Prophète la nuit : « Certaines nuits, il restait très longtemps debout, et d'autres nuits il priait très longtemps assis. Quand il lisait le Coran debout, il s'inclinait et se prosternait debout, et quand il lisait assis (pour cause de maladie, il priait quand même la nuit), il s'inclinait et se prosternait assis. Quand l'aube se levait, il priait deux rakat puis sortait et dirigeait la prière de l'aube pour les musulmans. »
Enfin l'homme doit tendre à se délecter du raffinement de la pratique religieuse, et savoir que dans cette relation centrale, des droits et des devoirs existent par rapport à notre esprit, notre corps, nos biens et la reconnaissance envers la Création, comme il existe des droits et devoirs dans la relation verticale avec Dieu, dans la relation horizontale au niveau social, et dans la relation globale de l'écologie. En voici une grande partie dont certains passages peuvent être encore complétés :

a1) Les cinq piliers sont les pieuses obligations minimales et prioritaires de l'homme lui permettant de s'ennoblir, d'obtenir l'absolution divine et de gagner le Paradis :

Selon Abou Hourayra (SDP), un bédouin vint dire au Prophète (SBDSL) : « Ô Messager de Dieu ! Indique-moi une œuvre qui me fasse entrer au Paradis. » Il lui dit : « Tu adores Dieu sans rien Lui associer, tu fais correctement la prière, tu t'acquittes de l'aumône obligatoire et tu jeûnes le mois de Ramadan. » Il dit : « Par celui qui tient mon âme dans Sa Main, je n'y ajouterai rien. » Quand il s'en alla, le Prophète (SBDSL) dit : « Celui qui serait heureux de regarder un homme destiné au Paradis, qu'il regarde cet homme. » (URA)

En voici un aperçu :

1) L'attestation de foi (chahada en arabe) convertissant simplement à l'islam lorsqu'elle est prononcée à voix haute avec sincérité  : « J'atteste qu'il n’y a pas de divinité à part Allah et que Mouhamed est Son Messager »

          La première partie de cette attestation signifie que nul n'est digne d'être adoré à part Allah, car il est le Sage Dieu Unique qui donne les biens ou qui les reprend. Elle a pour but de faire sortir du cœur les mauvaises idées sur l'origine du monde et sur les fausses causes, afin d'y faire entrer la véritable certitude que le Créateur crée tout en permanence. 
          La deuxième partie montre que jusqu’à la fin des temps le Prophète (SBDSL), ayant reçu le Coran, est un annonciateur de la bonne nouvelle du Paradis et un avertisseur du châtiment de l'Enfer. Par conséquent, il est venu pour sortir les gens des ténèbres, de l’étroitesse et de l’étouffement de l'incroyance en les emmenant vers la lumière, la largeur et la sérénité de l’éternité de l'âme par la foi en Allah. 
          L'ensemble de cette affirmation sert donc à indiquer que le bonheur et la réussite dans ce bas monde se trouvent uniquement dans les ordres d’Allah sur le chemin du Prophète (SBDSL), surtout que reconnaître la mission du Prophète (SBDSL) en pratiquant dignement son mode de vie pieux qui suit les lois coraniques permet d'accéder au Paradis.


Morales :

(ExtS47v19) « Sache donc qu'en vérité, il n'y a point de divinité digne d'adoration si ce n'est Allah, »

(S4v48) « Certes Allah ne pardonne pas qu’on lui donne quelque associé. A part ça, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelqu’associé commet un énorme péché. »

(S4v116) « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allah s’égare très loin dans l’égarement. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui a attesté qu’il n’existe pas de divinité à part Allah, unique et sans aucun associé, que Mouhamed est son humble adorateur et son Messager, que Jésus est l’humble adorateur de Dieu, Son Messager, Sa parole qu’Il a jetée à Marie et un esprit venant de Lui, que le Paradis est vrai et que l’Enfer est vrai, Dieu l’introduit au Paradis quelle que soit son œuvre. »

Le Prophète (SBDSL) dit à Mouad (SDP) : « Ô Mouad ! Sais-tu quel est le droit de Dieu sur Ses créatures et quel est le droit des créatures sur Dieu ? » Je dis : « Dieu et Son Messager le savent mieux que moi. » Il dit : « Le droit de Dieu sur les créatures est qu’elles ne Lui associent rien (car pire injustice liée à l'unicité divine), et le droit des créatures sur Dieu est qu’Il ne soumette pas au supplice celui qui ne Lui associe rien. » Je dis : «  Ô Messager de Dieu ! Puis-je annoncer cette bonne nouvelle aux gens ? » Il dit : « Ne la leur annonce pas car ils ne compteraient plus sur leurs propres œuvres. » (URA)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Toute ma communauté entre au Paradis sauf celui qui s’y refuse. » On dit : « Et qui s’y refuse, ô Messager de Dieu ? » Il dit : « Celui qui m’a obéi entre au Paradis et celui qui m’a désobéi s’y est refusé. » (Boukhari)


Comportements :

Quand c'est possible, il faut faire l'attestation de foi devant un imam ou des témoins, et il est noble d'effectuer auparavant les grandes ablutions (douche complète ou bain) similaires au bain du baptême.

Après lui avoir récité le Coran, Ouseyd un chef de tribu de Médine déclara à Mouçaab Ibn Ooumèyr (SDP) venu de la Mecque pour prêcher l'islam : « Ceci est tellement bien et beau ! Comment faites-vous pour embrasser cette religion ? » Ils lui expliquèrent : « Lave-toi, purifie-toi et nettoie tes habits. Ensuite proclame l'attestation de vérité et prie. » II se leva, se lava, nettoya ses habits, proclama l'attestation de vérité puis pria deux rakaat.

Anas (SBDSL) a dit : J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : Dieu le Très-Haut a dit : « Ô fils d'Adam ! Tant que tu M'implores et que tu espères en Moi, Je te pardonnerai tes péchés sans M'en soucier. Ô fils d'Adam ! Si tes péchés atteignaient le ciel et que tu Me rencontres sans M'associer quoi que ce soit, Je t'apporterai sa contenance comme absolution. » (Tirmidhi)

Récompenses :

Selon Anas (SDP), Le Prophète (SBDSL) dit à Mouad : « Ô Mouad ! » L’autre dit : « Obéissance et assistance ô Messager de Dieu ! » Il dit une troisième fois : « Ô Mouad ! » L’autre dit : « Obéissance et assistance, ô Messager de Dieu ! » Le Prophète (SBDSL) dit alors : « Dès que quelqu’un atteste sincèrement et du fond  du cœur qu’il n’existe pas de divinité à part Allah et que Mouhamed est Son humble adorateur et Son Messager, Dieu l’interdit aussitôt à l’Enfer (ou lui donne le Paradis). Il dit : « Ô Messager de Dieu ! Puis-je en informer les gens afin qu’ils s’en réjouissent ? » Il dit : « Cela les pousserait à ne plus compter sur leurs propres œuvres. » Mais Mouad en informa quand même les gens au moment de la mort du Prophète pour éviter d’avoir caché une science qu’il détenait de Dieu. (Boukhari et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui meurt en ayant pour dernière parole « il n'existe pas de divinité à part Allah (Dieu) » entrera au Paradis. »


2) La Prière:

          La prière est le plus important des piliers de l'islam car elle correspond à l'acte central de l'adoration. Sa pratique quotidienne confirme et rappelle la sincérité de l'attestation de foi cinq fois par jour, en apportant une certitude de la foi ainsi qu'une clairvoyante sagesse. En effet, elle permet de recevoir un discernement pour se comporter honorablement, car son but est d'habituer l'être humain à être à l’extérieur de la prière comme il est à l’intérieur : c’est à dire son cœur, son esprit, son regard et tout son corps dans la digne obéissance à Allah. Par conséquent, elle doit être effectuée avec application, concentration et dévotion, car elle est le lien entre la créature et le Créateur pour profiter des trésors de la noblesse divine. De plus, elle incarne la plus grande proximité avec Dieu et l'égalité fondamentale entre les croyants. Il apparaît aussi à travers les versets suivants que la sage qualité d'humilité, représentant la qualité spécifique d'une créature, facilite la pratique de la prière en la rendant attirante par ses indiscutables apports apaisants de foi et de dignité synonyme de réussite des épreuves :
(S2v45/46) « Et cherchez secours (pour vous apaiser) dans l'endurance et la Salat (prière) : certes, la Salat est une lourde obligation, sauf pour les humbles, qui ont la certitude de rencontrer leur Seigneur (après leur résurrection) et retourner à Lui seul. »

          En effet il faut rappeler que les prières assagissent l'être humain, puisqu'il obtient un heureux apaisement en ressentant mieux la présence divine, en augmentant la certitude de sa foi en particulier par celles effectuées en groupe avec des centaines de personnes, en soulageant le poids de cette anoblissante obligation principale, en orientant son cœur vers la pureté véridique, concrète, efficiente, immense et intense des authentiques et inépuisables attributs suprêmes et vitaux et des qualités lumineuses illimitées de l'inestimable identité divine sage dont la douceur, la finesse et la puissance sentimentales le renforçant moralement et physiquement, en améliorant sa capacité de concentration, en recevant une énergie mentale et donc corporelle vu leur charge spirituelle et émotionnelle, en développant sa sensibilité, en habituant son âme à suivre les lois religieuses, en valorisant les liens avec ses proches, en s'exhortant vers les bonnes œuvres, en luttant contre ses mauvais penchants, en se remémorant la vérité de son origine, en ressentant un aspect solennel de l'existence, en se recueillant magnifiquement au creux de son torse lors de la position debout le raffermissant, en s'élevant majestueusement lors de l’inclinaison devant la haute majesté du Seigneur, en s'humiliant légitimement lors des prosternations conformément à sa nature de créature et donc dans un décuplement de la justice l'harmonisant dans son rapport avec toute chose et de la modestie développant la modération, en trouvant l'équilibre nécessaire dans les différentes positions de la prière qui habitue l'âme à l'équilibre nécessaire avec toute chose, en lui rappelant l'inéluctabilité du jugement universel, en décontractant son corps et par conséquent son stress avec des gestes pieux, en vivant un relâchement émotionnel dans la confiance et l'amour en Dieu, en comprenant la sagesse de se résigner au destin pour relativiser sur les soucis et éviter la dépression, en s'abandonnant totalement devant la sage Création divine avec l'intention d'utiliser complètement ses capacités limitées pour la bienfaisance, en obtenant l'absolution pour ses petits péchés, en faisant une logique demande de guidée et de Paradis, en développant le plaisir des bienfaits divins, en se rappelant la souveraineté naturelle du Seigneur, en profitant de l’addition des énergies des coreligionnaires lors de celles effectuées en groupe l’entraînant également à l'harmonie avec les autres, en rendant un reconnaissant hommage justifié par la Création permanente de son Seigneur Pourvoyeur de toute subsistance, en validant complètement l'irréprochabilité des choix divins, en fêtant la dignité partagée avec le Dieu Unique suprêmement sage, en vivant une belle intimité avec l'Omniscient Omnipotent par une attention complète de tous les éléments composant son être lors d'un rite précis et reprenant les 7 types d’adorations existantes : prière, lecture coranique, invocations lors des habitudes quotidiennes, évocation et glorifications du divin, prière sur le Prophète, repentir, et méditation, et donc en se nourrissant du très noble sens de la vie apportant une régénération d'énergie du bien permettant de le pratiquer plus souvent et de vivre joyeusement :  
(S29v45) « Récite ce qui t’est révélé du Livre et accomplis la Salât (Prière). En vérité la Salât préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d’Allah est certes ce qu’il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites. »
(Sourate 1) : La fatiha (L'ouverture) : A réciter obligatoirement pour valider chaque prière :

Louange à Dieu, Seigneur des mondes.
Le Tout Clément, le Très Miséricordieux.
Le Roi du Jour de la rétribution.
C'est Toi (Seul) que nous adorons, et c'est Toi (Seul) dont nous implorons secours.
Guide-nous dans le droit chemin,
le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. Amen
(S2v45/46) « Et cherchez secours (pour vous apaiser) dans l'endurance et la Salat : certes, la Salat est une lourde obligation, sauf pour les humbles, qui ont la certitude de rencontrer leur Seigneur (après leur résurrection) et retourner à Lui seul. »

Abou Hourayra (SDP) a dit : « J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Que pensez-vous si l'un de vous avait devant sa porte une rivière où il se laverait cinq fois par jour, est-ce qu'il lui resterait quelque chose de sa saleté ? » Ils (ses compagnons) dirent : « II ne lui en resterait rien. » Il dit : « Telle est l'image des cinq prières quotidiennes par lesquelles Dieu efface les fautes (sauf les grandes qui nécessitent le repentir, voir V, 2, a, a2). »
Le Prophète (SBDSL) a dit à une délégation de Taïf avant leur conversion : « Pour ce qui est de casser vos idoles de mains, nous vous en dispensons (et quelqu'un d'autre s'en occupera). Mais quant à la prière, sachez qu'il n'y a pas de bien dans une religion sans prière. »
Jabir (SDP) a rapporté : « J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « La prière est ce qui sépare le croyant de l'incroyant. » (Mouslim)

(S25v77) « Dis : « Mon Seigneur ne se souciera pas de vous sans votre prière », mais vous avez démenti (le Prophète Mouhamed). Votre (châtiment) sera inévitable et permanent. »
De plus les prières obligatoires, en particulier précédées de la fraîcheur des ablutions revigorantes, apportent aussi une clarté d'esprit permettant de ressentir et percevoir les choses plus facilement, et donc plus agréablement, et donc plus tranquillement, et donc plus sagement. La prière comme le reste du mode de vie prophétique permet donc de se charger en lumineuse noblesse divine afin de s'en servir pour éclairer sagement notre vie et éventuellement celle des autres.
La main droite sur la main gauche posées vers la verticale sur le torse sont une des meilleurs positions de recueillement lors du passage debout pendant la prière.
          Il faut noter qu'à notre époque, le mal de dos et le mal de tête sont des douleurs physiques répandues. Or les fraîches ablutions apaisant le corps et les gestes de la prière le décontractant ainsi donc que l'esprit permettent d'éviter ces maux, en particulier pendant les prosternations qui facilitent la circulation du sang vers la tête et détiennent la position utilisée par les kinésithérapeutes pour soulager le mal de dos. Une bonne hygiène de vie dont à travers un repos nocturne sérieux empêche aussi les fractures improbables juste causées par trop de fatigue.
(Voir vidéo « Entre technique et idéologie : la médecine en question - Le Zoom - Odon de Cacqueray - TVL » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?v=QRUT6KteY90&t=629s)

De même le problème de l'insomnie répandu de nos jours peut être réglé par le rythme religieux puisqu'il épuise sagement et donc apaise émotionnellement, car tout est une question d'état de cœur :
(S39v23) « Allah a fait descendre le plus beau des récits, un Livre dont (certains versets) se ressemblent et se répètent. Les peaux de ceux qui redoutent leur Seigneur frissonnent (à l’entendre), puis leur peaux et leurs cœurs s’apaisent au rappel d’Allah. Voilà le (livre) guide d’Allah par lequel Il guide qui Il veut (et égare ceux qui le renient). Mais quiconque Allah égare n’a point de guide. »
(S13v27-29) « Ceux qui ont mécru disent : “Pourquoi n'a-t-on pas descendu sur lui (Mouhamed) un miracle venant de son Seigneur ?” Dis : “En vérité, Allah égare qui Il veut et Il guide vers Lui celui qui se repent, ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l'évocation d'Allah.” N'est-ce point par l'évocation d'Allah que se tranquillisent les cœurs ? Ceux qui croient et font de bonnes œuvres, auront le plus grand bien (celui du cœur) et aussi le plus bon retour (déjà ici-bas par la paix intérieure avant le Paradis). »

De plus concernant la prosternation, l
es savants ont découvert que pendant un voyage le sens le plus utilisé est le touché, probablement pour ressentir que nous ne rêvons pas et que l'environnement inhabituel que nous traversons est bien réel. Ainsi en se rappelant que lors de la prosternation, les parties du corps représentant le plus le contact, c'est à dire les mains, le visage, les genoux et les pieds touchent le sol simultanément, il peut être déduit que cette position la plus pieuse participe clairement à nous confirmer que la vie n'est pas un rêve et que la foi que nous vivons est bien réelle. Enfin concernant la prosternation, son apport d'humilité facilite énormément certaines sages humiliations nécessaires telle la vieillesse pour l'éducation morale de l'humanité, l'augmentation de la sensibilité et la valorisation du Paradis dont la jeunesse éternelle.

          Par ailleurs dans les débuts de la prière, plus on la pratique, plus on comprend son sens, sa valeur, et ses apports bienfaisants. Et, c'est en s’imaginant que c'est la dernière de notre vie ou en s'abandonnant totalement en Dieu dont à travers le sens des paroles récitées du Coran, qu'on la pratique le plus correctement.
          Les horaires de prière et la manière de l'effectuer peuvent être trouvés facilement sur internet avec un moteur de recherche. Les librairies musulmanes ont également des petits livres expliquant la façon de la pratiquer et des calendriers indiquant les horaires.
Pour avoir une idée de l'heure des 5 prières obligatoires, voici comment les premiers musulmans s'y prenaient pour calculer leur moment avant que la science moderne les calcule par avance par rapport aux horloges :
1)Prière obligatoire de « sobh » dans le début de l'aube.
2)Prière obligatoire de « dhor » au moment où l'ombre d'un bâton planté dans le sol est égale à sa longueur.
3)Prière obligatoire de « asr » au moment où l'ombre d'un bâton planté dans le sol est égale à deux fois sa longueur.
4)P
rière obligatoire de « maghreb » juste après le coucher du soleil.
5)Prière obligatoire de « isha » au moment où la lumière du jour a totalement disparu.

Il faut noter que lorsque le temps était nuageux, ils utilisaient probablement des sabliers, et que si la direction de la Mecque dans ce genre de cas n'a pas été trouvée, il est autorisé de prier dans n'importe quelle direction :
(S2v115) « Où que vous vous tourniez, la Face (direction) d'Allah est donc là, car Allah a la grâce immense, Il est Omniscient. »

          En fait au cours d'une journée, l'homme vit selon un rythme : la fameuse horloge biologique. Cette horloge biologique interne située dans l'hypothalamus au niveau des noyaux suprachiasmatiques reçoit l'information lumineuse par des voies venant de la rétine. Cette horloge biologique interne, en l'absence de synchroniseur externe (par exemple un séjour prolongé dans un abri ou une grotte) fonctionne "en libre cours" avec un petit retard ou une avance sur le rythme de 24 h, donc à peu près 24 h, d'où le terme de rythme circadien. Or cette horloge interne tient sous sa dépendance de nombreuses autres horloges qui contrôlent la synthèse d'enzymes et d'hormones, la température centrale et indirectement le rythme d'éveil et de sommeil.
Quelles sont donc les modifications biologiques qui coïncident avec les horaires de ces prières obligatoires ?


1) La prière de l’aube : le musulman se réveille pour effectuer la prière et vivre trois grands phénomènes physiologiques :
a- la diminution de la sécrétion de la mélatonine suite à la réception lumineuse, rappelons que cette hormone est en quelque sorte « anti énergique ».
b- le système neurologique parasympathique, dominant au cours de la nuit, qui est de nature relaxante, cède la place au système neurologique sympathique qui est activateur de principe, pour dominer pendant la journée.
c- l'organisme se prépare à la sécrétion de l’hormone la plus énergétique qui ne se sécrète que le matin, le cortisol. D'autres hormones telle que la sérotonine sont également sécrétées à ce moment de la journée.
Bref, le statut hormonal du matin est un statut « activiste ». Se réveiller à l’aube est par conséquent synonyme de profiter de cette énergie, ce qui n'est d'ailleurs pas le cas à défaut.

2) La prière de midi (dhor) : après le stress engendré par la sécrétion de la plus grande hormone connue pour cet effet, l'adrénaline, le musulman se donne l'occasion pour se relaxer aussi bien sur le plan spirituel que corporel (comme il est d'ailleurs de tradition religieuse de faire une sieste raisonnable après cette prière quand c'est possible). En plus cette relaxation permet d'échapper à l'autre phénomène de stress qu’engendre la faim mais surtout un état corporel plus froid, un besoin réflexe de ce moment de la journée :
(S30v18) « A Lui toute louange dans les cieux et la terre, dans l'après-midi et au milieu de la journée. »
Al Bayhaqi rapporte : On interrogea Al Hassan sur la sieste dans la mosquée et il dit : «J 'ai vu Othman Ibn Afan  (SDP) faire la sieste dans la mosquée alors qu'il était calife. »

3) La prière de l'après-midi (asar) : la troisième prière de la journée correspond à un moment où la sécrétion de l'adrénaline connaît son deuxième pic de sécrétion journalière. D'ailleurs il a été constaté que les patients qui souffrent de maladies cardiaques développent le plus grand nombre de complications à ce moment de la journée, même si les explications demeurent en cours d'étude. La relaxation corporelle par le biais spirituel qu’assure la prière pourrait mettre le musulman à l'abri de ce genre de complications. Elle le protège également des accidents qui pourraient survenir suite à la diminution de la concentration à ce moment de la journée. Il s'agirait de raisons pour lesquelles le Coran insiste sur l'importance de cette prière dans le verset :
(S2v238) « Soyez assidus aux Salâts et surtout la Salât médiane, et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité. »
(S30v18) « A Lui toute louange dans les cieux et la terre, dans l'après-midi et au milieu de la journée. »


4) La prière du crépuscule (maghreb) : à l'inverse de l’aube, c'est l'heure de transition de la lumière à l'obscurité. La mélatonine reprend sa sécrétion et engendre une sensation de sommeil et de relaxation.

5) La prière au début de la nuit complète (isha) : la dernière prière obligatoire de la journée. Elle correspond au passage de l'activité au repos. Le système nerveux parasympathique reprend sa domination pour ralentir toutes les activités de l'organisme. Il pourrait être la raison pour laquelle le Prophète (SBDSL) avait recommandé de la faire assez tard dans la nuit (avant celle de l'aube quand non effectuée en groupe), ou aller au lit immédiatement après celle-ci ou donc après la quatrième si on se lève avant celle du matin pour faire la cinquième seul.

L'ensemble de ces analyses montre que le musulman est en harmonie avec le cycle naturel de notre monde et que Dieu établie des règles physiologiques pour le sage équilibre entre le corporel et le spirituel nous habituant à l'équilibre avec toute chose.
Il faut noter qu'il est de tradition prophétique de soulager un éventuel besoin d'uriner et de faire ses ablutions avant de manger qui est la nourriture corporelle et avant la prière qui est la nourriture spirituelle ainsi que la science, car ces types d'acquisition de subsistance et de connaissance méritent une détente de l'âme pour être plus appréciées, valorisées, efficaces et donc enrichissantes :
Selon Aïcha (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Nulle prière ne doit être accomplie quand le repas est servi, ni quand on se retient de faire ses besoins. » (Mouslim)
Quotidiennement pour l'homme, la nourriture corporelle est donc plus pour l'énergie physique et la nourriture spirituelle plus pour la clarté d'esprit.
Pour beaucoup de croyants, Dieu semble se faire attendre. Mais il faut comprendre que, quoi qu’il arrive, Dieu répond toujours à nos prières, et s’Il ne nous accorde pas toujours immédiatement ce que nous voulons ou nous le remplace par des récompenses au Paradis Eternel, Il pourvoit au moins toujours à ce dont nous avons besoin.
La première, la quatrième et la cinquième prières obligatoires se font à voix hautes, alors que la deuxième et la troisième prières obligatoires ainsi que toutes les surérogatoires se font intérieurement :
(S7v205) « Et invoque ton Seigneur en toi-même (possibilité donc de faire les invocations sans parler comme la deuxième, troisième et cinquième prières obligatoires quotidiennes), avec humilité et crainte, et à mi-voix le matin (première prières obligatoires quotidienne) et le soir (quatrième prières obligatoires quotidiennes), et ne sois pas du nombre des insouciants. Ceux qui sont auprès de ton Seigneur (les anges) ne dédaignent pas de L’adorer. Ils Le glorifient et se prosternent devant Lui. »
Environ trois quart d'heure supplémentaire est possible pour qu'une prière demeure effectuée à l'heure, sinon il est possible de rattraper une prière :
Abdullah Ibn Masoud (SDP) raconte : Quand le Messager d'Allah (SBDSL) retourna de Houdaybiya, il campa dans un endroit et s'y installa à la fin de la nuit. Il dit : « Qui nous montera la garde ? -Moi, moi ! dis-je. -Toi ?! répéta-t-il deux ou trois fois en voulant dire que je ne résistais pas au sommeil ! » Puis il approuva : « Tu en es chargé. » J'ai monté la garde, et juste avant l'aube il m'arriva ce qu'avait dit le Messager d'Allah (SBDSL). Je m'endormis et nous ne nous réveillames qu'à cause du soleil qui brûlait nos dos. Le Messager d'Allah se réveilla, fit selon son habitude, puis accomplit la prière du matin (en retard) et dit : « Si Allah Eleve avait voulu, vous n'auriez pas dormi et raté la prière, mais Il a voulu que ce soit un exemple pour ceux qui seront après vous, il faudra alors faire ainsi pour celui qui s'endort ou oublie. »
Abou Qatada (SDP) rapporte : Le Prophète (SBDSL) a dit : « Allah Elevé a pris vos âmes quand il a voulu et les a remises (miséricordieusement pour votre repos) quand Il a voulu (en retard après la première prière obligatoire). » Ils firent leurs besoins et effectuèrent leurs ablutions. Le soleil arriva alors à sa blancheur et le Prophète se leva et pria. »

Enfin, il est fortement conseillé d'effectuer ces cinq prières obligatoires en commun, car elles permettent aussi aux coreligionnaires de s'unir pour porter plus facilement la responsabilité de la foi bienfaisante par l’association de leur énergie spirituelle et physique, comme des personnes s'unissent pour pousser plus facilement une voiture sans essence.
La belle grandeur de la force solidaire humaine s'entend d'ailleurs quand une foule de personnes se synchronise lors d'un applaudissement ou parvient inévitablement à un chant harmonieux malgré le chant désaccordé de certains.
Dans ce sens il faut savoir que d'après le biologiste S. Ayyadurai, c'est l'isolement social qui est la plus grande cause d'infection virale, puisque selon l'etude de Steph Cawl en 1988, si les gens sont isolés leur système immunitaire est détruit plus gravement que le tabagisme, l'hypertension artérielle ou l'obésité. De plus, cette union apporte aussi une habitude de solidarité, d'harmonie et de paix :
Noumân Ibn Bachir (SDP) a dit : « J’ai entendu dire le Messager d'Allah (SBDSL) : « Vous veillerez soigneusement votre alignement (dans la prière), sinon Dieu sèmera la discorde dans vos cœurs. »


Morales :

(S25v77) « Dis : « Mon Seigneur ne se souciera pas de vous sans votre prière », mais vous avez démenti (le Prophète Mouhamed). Votre (châtiment) sera inévitable et permanent. »

(S62v9/10) « Ô vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salat du jour du Vendredi, accourez à l'invocation d'Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous si vous saviez... Puis quand la Salat est achevée, dispersez-vous sur la terre, et recherchez (quelque effet) de la grâce d'Allah, et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez. »

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque l'appel à la prière est lancé, ne vous y rendez pas avec précipitation, mais allez-y d'un pas serein et en toute quiétude. Accomplissez (avec le groupe) ce que vous pouvez et rattrapez ensuite ce que vous avez manqué. » (Boukhari et Mouslim)
Dans une autre version, Mouslim ajoute ceci : « Celui d'entre vous qui décide de se rendre à la prière est déjà en prière. »

Selon Oqba Al Ansari (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui dirige la salat (l'imam) est celui qui est le plus savant en matière de Coran. S'il s'avère que leurs connaissances sont semblables, l'imamat revient alors à celui qui connaît le mieux la Sunna. Si leurs savoirs dans ce domaine sont similaires, on désigne alors le premier à avoir accompli l'Hégire. S'ils ont effectué l'Hégire en même temps, la présidence revient alors au plus âgé. Nul ne peut présider la salat devant le maître des lieux ni s'asseoir à sa place habituelle sans son autorisation. » (Mouslim)

Oqba Al Ansari (SDP) rapporte : « Le Prophète (SBDSL) nous plaçait épaule contre épaule au moment d'accomplir la salat en disant : « Alignez-vous correctement et ne soyez pas décalés sinon vos cœurs seront divisés. Que se placent derrière moi les pubères et les adultes, viennent ensuite les plus jeunes.
Selon une autre version : Il le répéta par trois fois. Et évitez d'élever la voix et de vous disputer dans les mosquées comme cela a lieu dans les marchés. » (Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les prières obligatoires effectuées en commun (particulièrement celles faites à la mosquée) dépassent en mérite les prières obligatoires effectuées individuellement de vingt-sept degrés (ayant chacun une valeur exponentielle de récompenses et qui ne sont clairement pas équivalent à vingt-sept prières effectuées individuellement). » (URA)
Commentaire : Abd ar-Razzaq rapporte : Ibn Omar (SDP) a dit : « La prière (en groupe, à la mosquée) est (tellement) bonne alors peu m'importe celui qui y participe avec moi (même si j'ai une animosité avec lui voire s'il y a des hypocrites). »

Abou Hourayra et Ibn Aabbes (SDP) racontent : Nous avons entendu le Messager d'Allah (SBDSL) dire dans son dernier discours : « Quiconque garde bien ces cinq prières prescrites en groupe sera le premier à passer sur le pont comme l'éclair foudroyant, Allah le rassemblera avec le premier groupe des suiveurs (génération suivant les compagnons et premiers nouveaux convertis dans une famille, un quartier, une ville ou une région) et il aura pour chaque jour où il les a gardées la récompense de mille martyrs tués dans la voie d'Allah. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Si les gens savaient quelle récompense il y a à faire en commun les prières du soir et de l’aube, ils y viendraient même à quatre pattes. » (URA)

Abdelaziz Ibn Rouféyi raconte : Après avoir que j'ai effectué la prière en groupe au premier rang au temps de Abdallah Ibn Zoubeyr (SDP) à la Mecque, Aamir Ibn Masooud Alqourachi me serra pour recevoir de la bénédiction du premier au rang. Je lui ai demandé : « Disait-on du bien du premier rang (du temps du Prophète Mouhamed) ? » Il dit : « Oui par Allah ! Le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « si les gens connaissaient le bien contenu dans le premier rang, ils ne l'occuperaient plus qu'en tirant au sort ou à tour de rôle (pour le habitués) ! »
Commentaire : Tabarani rapporte : Ibn Aabbes (SDP) a dit : « Recherchez le premier rang de la prière et recherchez-en la partie droite, et évitez le rang entre les piliers. »

Abou Nadhra rapporte : Quand la prière était levée (iqama), Omar Ibn Alkhattab disait : « Alignez-vous ! Avance, Untel ! Recule, Untel ! Alignez vos rangs ! Allah veut pour vous la manière de Ses anges. » Puis il récitait : (S37v165/166) « Nous sommes certes les rangés en rangs (uniformément, et donc harmonieusement, et donc plus fortement car ensemble) ; et c'est nous certes, qui célébrons la gloire d'Allah (ainsi au mieux). »
Commentaire : Ibn Abou Cheyba rapporte : Ali (SDP) a dit : « Alignez-vous, vos cœurs s'aligneront, et serrez-vous, vous serez miséricordieux entre vous. »

Le Prophète (SBDSL) vit un gros crachat à l’endroit où se tient l’imam. Cela lui fit de la peine et on le lut sur son visage. Il se leva et l’essuya lui-même. Puis il dit : « Quand l’un de vous se lève pour sa prière, il entre ainsi en conversation avec son Seigneur et son Seigneur se tient entre lui et la direction de la prière (la Mecque). Que l’un de vous ne crache pas en direction de la Mecque mais vers sa gauche ou sous son pied (en dehors de la mosquée). » (URA)

D'après Ibn Masoud (SDP), j'ai demandé au Prophète (SBDSL) : « Quelle est l'oeuvre la plus aimée d'Allah ? » Il me répondit : « La prière accomplie à son heure fixe. » « Quoi encore ? », repris-je. Il me dit : « La piété filiale. » « Quoi encore ? », dis-je. Et le Prophète de répondre : «  L'effort au service de Dieu. » (Boukhari et Mouslim)

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Ô gens ! Priez dans vos maisons (les prières volontaires), car la meilleure prière de l’homme est celle faite chez lui sauf les prières obligatoires. » (URA)


(S17v79) « Et de la nuit consacre une partie (avant l’aube) pour des Salât surérogatoires, afin que ton Seigneur te ressuscite en une position de gloire. »

(S73v6/7) « La prière pendant la nuit est plus efficace et plus propice pour la récitation. Tu as, dans la journée, à vaquer à de longues occupations. »

(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « La meilleure prière après les prières obligatoires est celle de la nuit. » (Mouslim)

Ibn Aabbes (SDP) raconte une nuit où il dormit chez la femme Maymouna quand il était enfant et que le Prophète rentra dormir :
Vers la fin de la nuit, le Prophète (SBDSL) se leva et se dirigea vers une outre accrochée. Il l'ouvrit et fit ses ablutions. Je voulus me lever pour verser sur lui, mais je ne voulus pas lui montrer que j'étais réveillé. Puis il se tourna vers le lit, prit ses deux habits et enleva le vieux tissu. II alla à la mosquée et se mit à prier. Je me suis levé, j'ai fait mes ablutions, je suis venu vers lui et je me suis tenu à sa gauche. Il me prit par la main derrières lui et me plaça à sa droite (ce qui signifie qu'ils étaient deux pendant cette prière surérogatoire de nuit et qu'Ibn Abbes eu donc l'immense honneur et la grande joie de faire cette magnifique œuvre seule avec le messager d'Allah). Il pria et j'ai prié avec lui treize rakaats. Puis il s'assit et je m'assis à son côté. Il pencha sa joue vers ma joue jusqu'à ce que je l'entendis dormir. Puis Bilel (SDP) vint et dit : « La prière, ô Messager d'Allah ! » Il se leva dans la mosquée et entama deux rakaats (sans refaire les ablutions car il s'était endormi assis) alors que Bilel faisait l'iqama (deuxième appel pour se mettre en rangs et prier).
Commentaire : La prière de nuit peut être effectuée à deux (avec le deuxième prieur à droite de celui qui dirige la prière) ou plus (en rangée derrière celui qui dirige la prière).

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le meilleur jeûne et la meilleure prière aux yeux d'Allah sont ceux de David : il dormait la moitié de la nuit, veillait son tiers, puis se rendormait le dernier sixième. Il jeûnait un jour sur deux, et ne s'enfuyait guère devant l'ennemi. » (Boukhari et Mouslim)

Thawbân (SDP), l’affranchi du Messager de Dieu (SBDSL) a dit : J’ai entendu dire le Messager de Dieu dire : « Multiplie les prosternations, car chaque fois que tu te prosterneras pour Dieu, Il t'élèvera d'un degré et t'enlèvera une faute. » (Mouslim)

Selon Aïcha (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Quand l’un de vous s’endort pendant la prière, qu’il aille se coucher jusqu'à ce que le sommeil le quitte, car si il fait la prière en somnolant, il ne sait pas s’il s’insulte lui-même quand il veut en réalité demander l’absolution de ses péchés. » (Boukhari et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui a fait la prière de l’aube s’est mis sous la sauvegarde d’Allah. Fais bien attention ô fils d’Adam, à ne pas offenser Allah en omettant de faire ce qui te vaut Sa sauvegarde ! » (URA)

Selon Joundab Ibn Abdullâh (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui a fait la prière de l’aube s’est mis sous la protection de Dieu. Dieu ne laisse alors aucun mal vous toucher tant que vous êtes sous Sa protection et si quelqu’un veut vous nuire, Il le rattrape puis le jette sur sa face dans le feu de l’Enfer. » (Mouslim)

Aïcha (SDP) a dit : « Quand le Messager de Dieu (SBDSL) omettait de prier le soir à cause d’une maladie ou autre, il faisait le jour suivant douze unités de prière (six prière surérogatoires). » (Mouslim)

Aïcha (SDP) a dit : « Le Prophète (SBDSL) n'était régulier dans aucune prière surérogatoire autant que dans les deux rakats de l'aube. » Dans une autre version : « Je n'ai pas vu le Messager d'Allah (SBDSL) se précipiter vers une bonne œuvre ou vers un butin, avec autant de ferveur que quand il se précipitait vers les deux rakats avant la prière du matin. »  (Boukari et Mouslim)

Malgré qu'il prévint le Prophète (SBDSL) plusieurs fois concernant le dépassement de l'heure de la première obligatoire, Bilal (SDP) rapporte qu'après être sorti en retard car le jour était très levé, le Prophète (SBDSL) lui dit : « J'ai prié la prière surérogatoire d'avant la première obligatoire, et même si le jour était encore plus levé, je les aurais priées, je les aurais soignées et je les aurais bien faites. » (Abou Dawoud)


Abou Ayyoub raconte : Quand le Messager d'Allah (SBDSL) resta chez moi (à son arrivée à Médine), je l'ai vu prier régulièrement quatre rakats avant e Dhor. Il dit : « Quand le soleil dépasse le zénith, les portes du ciel s'ouvrent et aucune ne se referme avant la prière du Dhor (ce qui est constatable avec un peu de concentration sur le niveau de lumineuse noblesse à ce moment là). J'aime que des bonnes œuvres me soient élevées à ce moment. »

Ibn Garir rapporte : Abd Ar Rahman Ibn Abdullah entra chez Omar Ibn Al Khattabalors qu'il priait quatre rakats  avant le dhor. Il demanda : « Quelle est cette prière ? » Il dit : « Elle est comptée parmi les prières surérogatoires de nuit (qui ont plus de valeur que les prières surérogatoires du jour).

Masrouq rapporte : Abdullah Ibn Masoud a dit : « Aucune prière du jour ne vaut celle de la nuit sauf quatre rakat avant le Dhor. Comparées à la prière du jour, leur avantage est comme l'avantage de la prière en groupe par rapport à la prière individuelle. »

Mouhammad Ibn Ammar Ibn Yésir raconte : J'ai vu Ammar Ibn Yasir (SDP) prier six rakat après le magreb, et Il dit : « J'ai vu mon bien-aimé le Messager d'Allah (SBDSL) prier après le magreb six rakat et il dit : « Quiconque prie six rakat après le magrheb, ses péchés lui seront pardonnés mêmes s'ils sont au nombre de l'écume de la mer  (car c'est généralement une heure d'inattention populaire) ! »

Ibn Zangawayh rapporte : Ibn Abbas (SDP) a dit : « Les anges, entourent avec allégresse ceux qui prient entre le magrheb et le isha, et c'est la prière des repentants (sincérité au moment de la plus grande inattention générale populaire de la journée). »

Ibn Zang awayh rapporte : Ibn Qmar (SDP) a dit : « Celui qui prie quatre rakat après le maghreb est comme celui qui repart en guerre sainte après en être revenu (car c'est généralement une heure d'inattention populaire). »

Abduliah Ibn Abou Qays rapporte : Aïcha (SDP) a dit : « Ne laisse pas la prière de nuit car le Messager d'Allah (SBDSL) ne la laissait pas. Même quand il était malade ou fatigué, il priait assis. »

(S2v45) « Et cherchez secours dans l’endurance et la Salât : certes, la salât est une lourde obligation, sauf pour les humbles, qui ont la certitude de rencontrer leur Seigneur (après la résurrection) et retourner à Lui seul. »

(S29v45) « Récite ce qui t’est révélé du Livre et accomplis la Salât (Prière). En vérité la Salât préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d’Allah est  certes ce qu’il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites. »

(S19v59-61) « Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition, sauf celui qui se repent, croit et fait le bien : ceux-là entreront dans le Paradis et ne seront point lésés, aux jardins du séjour (éternel) que le Tout Miséricordieux a promis à Ses serviteurs (qui ont cru) au mystère, car Sa promesse arrivera sans nul doute. »

(S20v14) « Certes, c’est Moi Allah, point de divinité que moi. Adore-Moi donc et accomplis la salât pour te souvenir de Moi. L’heure (du Jugement Dernier) va certes arriver. Je la cache à peine, pour que chaque âme soit rétribuée selon ses efforts. »

(S2v151-154) « Ainsi, nous avons envoyé parmi vous un Messager de chez vous qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous enseigne le Livre et la sagesse et vous enseigne ce que vous ne saviez pas. Souvenez-vous de Moi donc, Je vous récompenserai. Remerciez-Moi et ne soyez pas ingrats envers Moi. Ô les croyants ! Cherchez secours dans l’endurance et la Salât, car Allah est avec ceux qui sont endurants. Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d’Allah qu’ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients. »

Oqba Ibn Amr Al Badri (SDP) rapporte : Un homme est venu voir le Prophète (SBDSL) et lui dit : « Je manque la prière du matin (Subh) en groupe car untel (qui dirige la prière) fait une prière trop longue pour nous. » Je n'ai jamais vu le Prophète (SBDSL) se mettre autant en colère lors d'un sermon que ce jour-là.. Il dit : « Ô hommes, il y a parmi vous des personnes qui font fuir les gens. Quiconque dirige la prière se doit de la raccourcir, car Il y a derrière lui des vieillards, des jeunes et d'autres qui ont des occupations. » (Boukhari et Mouslim)
Commentaire : Ainsi même si le Prophète (SBDSL) a demandé à un jeune de refaire sa prière trois fois pour prendre plus de temps dans chaque position selon un hadith quand on a du temps pour toute prière surérogatoire, il arrivait souvent que les prières obligatoires en commun soient rapidement dirigées par le Prophète (SBDSL) selon un autre hadith.

Selon la femme du Messager Aïcha (SDP), le Prophète (SBDSL) priait la nuit (seul) jusqu’à fendiller la peau de ses pieds. Elle lui dit : « Pourquoi fais-tu cela quand Dieu t’a effectivement pardonné tes fautes passées et futures ? » Il dit : « Est-ce qu’il ne m’appartient pas de vouloir me comporter en être reconnaissant ? » (URA)

(S20v132) « Et commande à ta famille la Salat (prière), et fais-la avec persévérance. Nous ne te demandons point de nourriture. (En revanche) C'est à Nous de te nourrir. La bonne fin est réservée à la piété. »

Divers mérites supplémentaires concernant les prières en commun ou surérogatoires :

Pour connaître de nombreux mérites supplémentaires concernant les prières en commun ou surérogatoires voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/

Comportements :

Faire ses ablutions.

(S4v43) « Ô les croyants ! N'approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi quand vous êtes en état d'impureté (pollués) - à moins que vous ne soyez en voyage - jusqu'à ce que vous ayez pris un bain rituel. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains. Allah, en vérité est Indulgent et Pardonneur. »

Mettre du parfum et de l'encens pour faciliter la concentration.

Se laver les dents : Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit  : « Si je ne craignais de trop charger ma nation, je leur ordonnerais de se frotter les dents avant chaque prière. » (URA)

Se laver les dents : Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit  : « Si je ne craignais de trop charger ma nation, je leur ordonnerais de se frotter les dents avant chaque prière (ce qui est suffisant avec le bâton d'arak en tant politesse protocolaire supplémentaire). » (URA)

Aïcha (SDP) rapporte : Le Messager d'Allah (SBDSL) préférait la prière après le brossage des dents à soixante-dix prières sans brossage de dents.

(ExtHadith) « (Suite à avoir répondu à un éternuement pendant la prière peu après sa conversion) Mouâwiya ibn al-Hakam explique : « Mes parents peuvent être témoins du fait que je n'ai jamais vu quelqu'un, ni avant lui ni après lui, enseigner d'une meilleure façon que le Prophète (SBDSL). Par Dieu, il ne me blâma pas, il ne me frappa pas, il ne me dit rien de mal. Il me dit (agréablement) : « En prière, il ne convient pas qu'il y ait quelque chose relevant des paroles des gens. Cette prière n'est que proclamation de la pureté de Dieu, proclamation de la grandeur de Dieu, et récitation du Coran. » (Mouslim)

Selon Abou Darda (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque trois hommes qui se trouvent en ville ou dans le désert n'accomplissent pas la prière en commun, Satan prend le dessus sur eux. Astreignez-vous donc à la prière en commun car le loup ne dévore du troupeau que la bête isolée. » (Abou Dawoud)

Um Rûman raconte : Abou Bakr me vit osciller dans la prière. Il me blâma si brusquement que je faillis quitter ma prière. Puis il dit : « J'ai entendu le Messager d'Allah (SBDSL) dire : Quand l'un de vous se lève en prière, qu'il immobilise ses membres et qu'il n'oscille pas comme les juifs, car la tranquillité des membres fait partie de la perfection de la prière. »

Said Ibn Hisham rapporte qu'Aïcha (SDP) lui a dit concernant la prière de nuit de son mari le Prophète (SBDSL) : (Nous lui préparions son siwak (bâtonnet cure-dent) et son eau et Allah le réveillait quand il voulait dans la nuit. Il se brossait alors les dents, il faisait ses ablutions et il priait huit rakat. Il ne s'asseyait qu'à la huitième, il évoquait alors son Seigneur éleve et l'implorait. Puis il se relevait sans saluer. Il se mettait debout et priait la neuvième (witr). Puis il s'asseyait et évoquait Allah seul et l'implorait, et enfin saluait d'un salut que nous entendions. Il priait ensuite deux rakat assis après ce salut. Cela faisait en tout onze rakat, mon fils. Quand le Messager d'Allah (SBDSL) fut âgé et prit de la chair, il priait le witr en sept rakat puis priait deux rakat assis après le salut. Cela faisait en tout neuf, mon fils. Quand le Messager d'Allah priait une prière, il aimait la faire continument ; aussi, s'il manquait ses prière de nuit à cause d'un sommeil, d'une douleur ou d'une maladie, il priait douze rakat dans la journée. Je n'ai jamais appris que le Prophète d'Allah (SBDSL) a lu le Coran entier en une nuit jusqu'au matin. De même, il n'a jamais jeûné un mois entier sauf Ramadan. »


Réciter la première sourate du Coran pour valider chaque prière :

Sourate 1 : La fatiha (l'ouverture en arabe)
Louange à Dieu, Seigneur des mondes.
Le Tout Clément, le Très Miséricordieux.
Le Roi du Jour de la rétribution.
C'est Toi (Seul) que nous adorons, et c'est Toi (Seul) dont nous implorons secours. Guide-nous dans le droit chemin,
le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni
des égarés. Amen

Utiliser un niveau sonore dans le juste milieu :

(ExtS17v110) « Et dans ta Salat, ne récite pas à voix haute, et ne l'y abaisse pas trop, mais cherche le juste milieu entre les deux. »

Certains cas particuliers :

(S2v238/239) « Soyez assidus aux Salats et surtout la Salat médiane, et tenez-vous debout devant Allah avec humilité. Mais si vous craignez (un grand danger), alors priez en marchant ou sur vos montures. Puis quand vous êtes en sécurité, invoquez Allah comme Il vous a enseigné ce que vous ne saviez pas. »

Diverses invocations obligatoires et surérogatoires :

Invocations surérogatoires possibles dès le début de la prière (après le takbir « Allahou akbar » de commencement) :

« Seigneur, éloigne-moi de mes péchés comme Tu as éloigné l'Est et l'Ouest. Seigneur, purifie-moi de mes péchés comme on purifie la robe blanche de la souillure. Seigneur, lave moi avec la neige, l'eau et la grêle. »

« Gloire à Toi Seigneur, louange à Toi, béni soit Ton nom, exaltée soit Ta grandeur, il n'y a de divinité que Toi. »

« Je tourne ma face vers celui qui a créé les cieux et la terre. Je ne suis pas au nombre des polythéistes. Ma prière, mes pratiques religieuses, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu, le Seigneur des mondes. Il n'a nul associé, et comme j'en ai reçu l'ordre, je suis du nombre des musulmans. Seigneur, Tu es le Souverain, il n'y a de divinité que Toi. Tu es mon Seigneur et je suis Ton serviteur, j'ai été injuste envers moi-même et j'ai avoué mes péchés, alors absous-les moi tous car nul autre que Toi ne peut absoudre les péchés, et guide-moi à la meilleure morale car nul autre que Toi ne peut y guider, et protège-moi de la mauvaise morale car nul autre que Toi ne peut en protéger. Me voilà à Ta disposition et prêt à Te satisfaire. Tout le bien est entre Tes mains et le mal ne provient pas de Toi. Je suis créé par Toi, et vers Toi je retournerai, béni sois-Tu, je Te demande pardon et je T'exprime mon repentir. »

« Ô Allah, Maitre de Djibril (Gabriel), Mikaël et Israfïl, Créateur des cieux et de la terre, le connaisseur du visible et de l'invisible, Tu es le seul Juge de Tes serviteurs dans leurs divergences. Guide-moi vers la vérité par Ta permission, car certainement Tu guides celui que Tu veux dans le chemin droit. »

« Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand. Beaucoup de louanges à Dieu, beaucoup de louanges à Dieu, beaucoup de louanges à Dieu. Gloire à Dieu à la pointe et au déclin du jour. Gloire à Dieu à la pointe et au déclin du jour. Gloire à Dieu à la pointe et au déclin du jour. Je cherche refuge auprès de Dieu contre Satan le lapidé, contre ses souffles, ses suggestions et ses pièges. »


Invocations pendant l'inclinaison (Roukou) :

« Gloire et pureté à mon Seigneur le Très Grand ainsi que la louange. (Trois fois) » :
« Sobhana Rabia el Adzim wa bihamdihi »

« Gloire à Toi mon Dieu notre Seigneur, Louange à Toi, Seigneur absous-moi. »

« Glorifié Sois-Tu et que Ta sainteté soit magnifiée, Seigneur des anges et de l'Esprit. »

« Seigneur pour Toi je mu suis incliné, en Toi j'ai cru, et à Toi je me suis soumis. Mon ouïe, ma vue, mon cerveau, mes os, mes nerfs et tout ce que mes pieds portent sont humbles devant Toi. »

« Gloire au Roi absolu, au Tout Puissant, au Tout Superbe, et au Tout Sublime. »

Invocations à dire lorsqu'on se lève de l'inclinaison, en position debout :

« Ô Seigneur entend ceux qui te louent. » : « SamiAllah liman hamidaou »

« Dieu entend ceux qui le louent. » : « Rabana walaka el hamd »

« Notre Seigneur à Toi les louanges et beaucoup de louanges bonnes et bénies. »

« Les cieux, la terre, ce qui est entre eux et qui remplit n'importe qu'elle chose que Tu veux, doivent reconnaître que Tu es digne de louanges et de Gloire. Ce sont les paroles les plus véridiques qu'un serviteur puisse dire. Nous sommes tous tes serviteurs, nul ne peut repousser ce que Tu as décidé de donner, ni donner ce que Tu as interdit. La richesse et la grandeur ne serviront à personne, car c'est Toi qui les accorde. »

Invocations pendant la prosternations :

« Gloire à mon Seigneur le Très Haut ainsi que la louange (trois fois) » : « Sobhana Rabia el Ala wa bihamdihi »

« Gloire à Toi mon Dieu notre Seigneur, Louange à Toi, Seigneur absous-moi. »

« Glorifié Sois-Tu et que Ta sainteté soit magnifiée, Seigneur des anges et de l'Esprit. »

« Seigneur je me suis prosterné pour Toi, en Toi j'ai cru, à Toi je me suis soumis, Mon visage s'est prosterné devant Celui qui l'a créé, L'a façonné et lui a accordé son ouïe et sa vue. Béni soit Dieu, le parfait Créateur. »

« Gloire au Roi absolu, au Tout Puissant, au Tout Superbe, et au Tout Sublime. »

« Seigneur pardonne-moi tous mes péchés, les excusables parmi eux ainsi que les graves, les premiers ainsi que les derniers, ceux que j'ai commis en plein jour et ce que j'ai commis en secret. »

« Seigneur je cherche refuge auprès de Ton agrément contre ta colère, en Ton pardon contre Ton châtiment, je me réfugie auprès de Toi contre Toi. Je ne puis dénombrer les louanges pour Toi. Tu es comme tu t'es loué Toi-Même. »

Invocations lorsqu'on est assis entre les deux prosternations :

« Seigneur pardonne-moi, Seigneur pardonne-moi. »

« Seigneur pardonne-moi, sois clément envers moi, guide moi, rends-moi satisfait, accorde moi ma subsistance et élève moi. »

Invocations lorsqu'on se prosterne après certains versets du Coran :

« Mon visage s'est prosterné devant Celui qui l'a créé et lui a accordé son ouïe et sa vue par Sa force et Sa puissance. »

« Ô Allah écris-moi par elle (prosternation) une récompense, décharge-moi par elle d'un fardeau (péché), garde la chez toi comme épargne et accepte la de moi comme Tu l'as accepté de Ton serviteur David. »

Invocation pendant le Tashahoud (position assise avec mouvement de l'index droit) :

« Les salutations, les prières et toutes les meilleures œuvres appartiennent à Allah. Ô Prophète, que la paix soit sur toi, ainsi que la miséricorde de Dieu et ses bénédictions. Que la paix soit sur nous et les vertueux serviteurs de Dieu. Je témoigne qu'il n'y a de divinité qu'Allah et je témoigne que Mouhamed est Son serviteur et Son Messager. »

Formule de la prière sur le Prophète (SBDSL) après la Tashahoud :

« Ô Allah, penche Toi sur Mouhamed et sur sa famille, comme Tu T'es penché sur Ibrahim et sur sa famille. Ô Allah, répands Tes bénédictions sur Mouhamed et sur sa famille, comme Tu les a répandues sur Ibrahim et sur sa famille. Tu es vraiment digne de louanges et de glorifications. »
« Ô mon Dieu, penche-Toi sur Mouhamed ainsi que sur ses femmes et sa descendance comme Tu t'es penché sur la famille d'Ibrahim. Répands tes bénédictions sur Mouhamed ainsi que sur ses femmes et sa descendance comme Tu les as répandues sur la famille d'Ibrahim. Tu es vraiment digne de de louanges et de glorifications. »

Invocations après la formule de prière sur le Prophète (SBDSL) et avant le salam finissant la prière :

« Ô mon Dieu je cherche refuge auprès de Toi contre le supplice de la tombe, contre le supplice de l'Enfer, contre la tentation de la vie et de la mort et contre le mal de l'Antéchrist. »

« Ô mon Dieu je cherche refuge auprès de Toi contre le supplice de la tombe et je me réfugie auprès de Toi contre la tentation de l'Antéchrist. Je me réfugie auprès de Toi contre la tentation de la vie et de la mort. Ô mon Dieu je cherche refuge auprès de Toi contre les péchés et l'excès des dettes. »

« Ô mon Dieu, j'ai été exagérément injuste envers moi-même, nul n'absout les péchés en dehors de Toi, alors, accorde-moi une absolution de chez Toi et sois clément envers moi, Tu es le Tout clément, le Tout-Miséricordieux. »

« Ô mon Dieu, pardonne-moi les péchés passés et futurs, que j'ai fait en secret ou en plein jour, pardonne-moi mes excès et ce dont Tu es plus informé que moi, Tu es Celui qui avance et Celui qui retarde, il n'y a de divinité que Toi. »

« Ô Allah ! Aide-moi à T'évoquer, à Te remercier et à T'adorer de la meilleure des façons. »

« Ô Allah ! Je cherche refuge auprès de Toi contre l'avarice et la peur, je cherche refuge auprès de Toi d'être prolongé jusqu'à la décrépitude, et je cherche refuge auprès de Toi contre la tentation du bas-monde et contre le supplice de la tombe. »

Invocations possibles à dire après la salutation finale "taslim" clôturant la prière  : mouvement de tête vers la droite en disant "salam aleykoum wa ramatoula wa barakatou (salut, miséricorde et bénédiction  de Dieu sur vous)" puis vers la gauche en disant "salam aleykoum wa ramatoula (salut et miséricorde de Dieu sur vous)" :

Abou Zoubeyr rapporte : J'ai entendu Abdallah Ibn Zoubeyr parler sur ce minbar et dire : Quand le Messager d'Allah (SBDSL) saluait à la fin de la prière, il disait : « Il n'y a de divinité qu'Allah, seul sans associé, à Lui est le royaume et à Lui est la louange, et Il est capable de tout. Il n'y a de force ni de puissance qu'en Allah et nous n'adorons que Lui. C'est lui qui donne les bienfaits et les dons et Il mérite les beaux remerciements. Il n'y a de divinité qu'Allah, nous lui vouons sincèrement la religion même si les mécréants la détestent. »

Abou Hourayra (SDP) a rapporté que l'Envoyé de Dieu (SBDSL) a dit : « Dès que l'un d'entre vous a terminé la salutation finale (marquant la fin de la prière), qu'il demande à Dieu de le garder de quatre choses : des peines éternelles de la Géhenne, des supplices de la tombe, des tourments de la vie et de la mort, et des malices de l'Antéchrist. » (Mouslim)

« Je demande pardon à Allah (trois fois). Ô Seigneur Tu es la paix, de Toi viens la paix, et vers Toi retourne la paix. Tu es la source de bénédiction et de supériorité, Ô détenteur de majesté et de bienfaisance. »

« Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu. Il n'a pas d'associé, à Lui la souveraineté, à Lui la louange, Il est capable de toute chose. Nul ne repousse ce que Tu donnes ni ne donnes ce que Tu retiens et la fortune du riche ne lui servira à rien auprès de Toi sinon Ta miséricorde. »

« Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu. Il n'a pas d'associé, à Lui la souveraineté, à Lui la louange, Il est puissant sur toute chose. Il n'y a de force ni de puissance que par Dieu. Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu, nous n'adorons que Lui, à Lui le bienfait, la grâce et la meilleure louange. Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu et il est digne de Lui rendre un culte pur en dépit des mécréants. »

Selon Kab Ibn Ujra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Il est des paroles (de mérite) que l'on prononce après chaque prière prescrite. Celui qui les répète ne sera pas déçu : « gloire à Dieu » (soubhan Allah) trente-trois fois, « louange à Dieu » (al hamdou li Lah) trente-trois fois, et « Dieu est le plus Grand » (Allahou Akbar) trente-quatre fois. »

On peut rajouter : « Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu. Il n'a pas d'associé, à Lui la souveraineté, à Lui la louange, Il est puissant sur toute chose. »

Les trois dernières sourates du Coran peuvent être récitées une fois à la fin de la prière de dhor, de asar et de isha, et trois fois de suite à la fin de Fajr et maghreb.

Il est aussi recommandé de réciter le verset du Trône après chaque prière :
(S2v255) « Allah ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même et par Qui tout subsiste. Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur, et de Sa science, ils n'embrassent que ce qu'Il veut. Son Trône déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand. »

« Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu. Il n'a pas d'associé, à Lui la souveraineté, à Lui la louange, Il donne la vie et Il fait mourir. Il est capable de toute chose. » (dix fois après la prière surérogatoire de l'aube, Fajr, et de la prière obligatoire du soir, Maghreb)

« Seigneur je Te demande de m'indiquer une science utile, de m'accorder un bien licite et une œuvre acceptée. » (en particulier entre la prière surérogatoire de l'aube, fajr, et celle obligatoire du matin, sobh)


(S3v26) « Ô Allah, Maître de l'autorité absolue. Tu donnes l'autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l'autorité à qui Tu veux, et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent. Tu fais pénétrer la nuit dans le jour, et Tu fais pénétrer le jour dans la nuit, et Tu fais sortir le vivant du mort, et Tu fais sortir le mort du vivant. Et Tu accordes attribution à qui Tu veux, sans compter. » (invocation possiblement rétribuable du plus haut niveau du Paradis)

Invocation lors de la prière (surérogatoire) de witr :

Avant ou après l'inclinaison :

« Seigneur guide-moi dans le droit chemin avec ceux que Tu as guidé, pardonne-moi comme à ceux que Tu as pardonné, fais-moi parie de ceux que Tu protèges, bénis-moi ce que Tu m'as accordé et préserve-moi du mal que Tu as prescrit, en vérité c'est Toi qui prescrit et nul ne peut te prescrire, ne seras pas humilié celui que Tu as protégé, et ne sera jamais puissant celui dont Tu es l'ennemi. Béni et exalté sois-Tu, ô notre Maître. »

« Ô Seigneur je demande protection à Ta satisfaction contre Ta colère et à Ton pardon contre Ton supplice. Je me réfugie auprès de Toi contre Toi. En vérité je ne peux dénombrer les louanges que je Te dois car Toi Seul connais la louange qui Te sied. »

« Seigneur, c'est Toi que nous adorons et que nous prions, vers Qui nous nous prosternons et pour  qui nous œuvrons, de Qui nous espérons la miséricorde et craignons le châtiment, en vérité Ton supplice, Tu vas l'infliger au mécréants. Seigneur nous Te demandons de nous secourir et de nous absoudre alors que nous sommes fidèles à Toi. Nous croyons en Toi et nous rejetons quiconque Te désobéit. »


Au milieu de la salutation finale :

Le Prophète (SBDSL) disait trois fois : « Gloire au Souverain, que Sa sainteté soit magnifiée ! » A la troisième fois, il élevait et prolongeait sa voix en disant : « Maître des anges et de l'âme ! »

Après la salutation finale :

Après le taslim il disait trois fois : « Gloire au Souverain, que Sa sainteté soit magnifiée »

Le Messager d'Allah (SBDSL) récitait les sourates suivantes : Le Très-Haut, Les infidèles, Al Ikhlaas, et certaines autres.

Récompenses :

(S2v277) « Ceux qui ont la foi, ont fait de bonnes œuvres, accompli la Salat et acquitté la Zakat, auront certes leur récompense auprès de leur Seigneur. Pas de crainte pour eux, et ils ne seront point affligés. »

Abou Hourayra (SDP) a dit : « J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Que pensez-vous si l'un de vous avait devant sa porte une rivière où il se laverait cinq fois par jour, est-ce qu'il lui resterait quelque chose de sa saleté ? » Ils (ses compagnons) dirent : « II ne lui en resterait rien. » Il dit : « Telle est l'image des cinq prières quotidiennes par lesquelles Dieu efface les fautes (sauf les grandes qui nécessitent le repentir, voir V, 2, a, a2). »

Le Prophète (SBDSL) dit : « Celui qui me garantit les prières de la fraîcheur (du matin et de l'après-midi), je lui garantis le Paradis. »

Le Prophète (SBDSL) dit : « Celui qui fait quarante jours la prière derrière l’imam, sera protégé de l’hypocrisie et de l’Enfer. »

La prière de consultation :

Jabir (SDP) rapporte : « Le Prophète (SBDSL) nous enseignait la prière de la consultation (al-istikhara) pour toute circonstance de la même façon qu'il nous enseignait une sourate du Coran. Il disait : « Lorsque l'un d'entre vous envisage d'accomplir quelque chose, qu'il accomplisse deux rakaat en dehors des salat obligatoires puis qu'il prononce ces paroles : "Mon Dieu, je Te demande de m'indiquer le meilleur choix par Ta science, et je Te demande de m'accorder de la force par Ta force. Je Te demande également de m'accorder de Tes bienfaits immenses, car Tu es Capable et je suis incapable, Tu sais tout et je ne sais rien, Tu es assurément le grand Connaisseur de l'invisible. Mon Dieu, si Tu sais que cette affaire est une source de bien pour ma religion, pour ma vie et pour ma destinée future, alors destine-la-moi, facilite sa réalisation et bénis-là. Et si Tu sais que cette affaire est une source de mal pour ma religion, pour ma vie et pour ma destinée future, alors détourne-là de moi, détourne-moi d'elle, destine-moi le bien ou qu'il se trouve, et fais que j'en sois satisfait." Le demandeur doit nommer l'affaire en question (au cours de l'invocation). » (Boukhari)

3) Le jeûne

          Le jeûne du mois de ramadan pendant lequel chaque jour, il ne faut pas manger, ni boire, ni avoir des relations sexuelles du début de l'aube au coucher du soleil, est une obligation ayant plusieurs raisons :
-il est logiquement une augmentation de la foi puisqu'on se prive pour Dieu. Et il apporte donc aussi une augmentation de la piété par la privation de nourriture synonyme d'effacement du matérialisme, d'augmentation de la valeur des bienfaits divins et d'un ressenti de proximité de la mort et donc du Jugement Dernier.
-il permet d'abord
à l'être humain d'augmenter sa foi par un effort prolongé pour Dieu et de purifier l'intérieur de son corps en particulier, le système digestif comme une vidange améliore la performance d'une voiture. Par conséquent, il prédispose donc à la pratique religieuse et à la piété. En Allemagne le jeûne est officiellement reconnu comme une thérapie pour certaines maladies. En effet il faut savoir qu'une mauvaise hygiène de vie (alimentaire, physique, émotionnelle, mentale) apporte trop de toxine au corps. Ainsi la maladie est en même temps un avertissement, un effort et une guérison du corps physique. Or ce corps physique est également lié au corps émotionnel, au corps mental et au corps spirituel liés à l'état du cœur. Ainsi pour accélérer la guérison des maladies, voire des plus graves, il faut donc  aussi améliorer ces autres corps. Dans ce sens, le jeûne est une des meilleure pratique, surtout qu'il économise beaucoup d'énergie du corps, puisque la digestion en utilise 60 %. Cependant comme pour la religion, on doit s'habituer au jeûne régulier par palier. Enfin la fitra, correspondant au lien maximal et hypersensible vers la pureté et la noblesse divines, est logiquement la source principale purifiant, ennoblissant et même guérissant le cœur, l'esprit et le corps humains, comme le prouve donc le Ramadan (et le jeûne régulier) facilitant ou développant le ressenti de cette fitra par le cœur, la perception de cette fitra par l'esprit et la sensation de cette fitra par le corps.
-il fait prendre conscience de la valeur de la subsistance et donc du partage, tout en augmentant la perception de la sagesse divine par la reconnaissance des bonnes saveurs de la nourriture.
-il montre que le cœur se nourrit en particulier par l'amour ou la pureté de l'innocence d'un nourrisson puisque cela fait oublier la faim et apparaître clairement la lumineuse noblesse recherchée par le cœur.
-il décuple la perception de la sagesse de l'âme spirituelle, puisque la puissance des instincts de l'âme bestiale diminuent par l'interdiction de les assouvir.

-il apporte donc aussi un noble apprentissage pour dignement contrôler ses instincts, obéir aux ordres divins et ne pas désobéir aux interdictions religieuses.
-il provoque un permanent état de faiblesse apaisant, transmettant ainsi à l'homme une nette diminution des soucis liés aux contraintes de la vie et de la nervosité acquise à cause des épreuves de l'existence, car il se rend compte que physiquement comme les animaux, son seul besoin essentiel est de se nourrir de l'alimentation pure de la terre et que spirituellement comme les anges, son seul besoin essentiel est de se nourrir de l'adoration pure envers son Seigneur.

-il permet de développer à travers cette faiblesse, les qualités de la patience, de la douceur, de la sérénité joyeuse, de l'humilité, de la sensibilité, d'effort de piété et de certitude de la foi. Tout cela apporte souvent réellement une douce trance (ivresse) pour l'esprit synonyme d'une plaisante plénitude satisfaite en Dieu ressenti par le centre hypersensible du cœur.
En effet la faim peut changer ce que l'on croyait sur soi même. Mais pour fortement ressentir ces qualités, il faut accompagner les journées de ramadan avec des œuvres cultuelles tout en évitant les occupations qui n'apportent pas de sagesse.
-par la faim journalière synonyme d'une légitime angoisse corporelle prioritaire durant un mois mais surpassé noblement et donc agréablement par la foi synonyme de crainte révérencielle supérieure, le ramadan efface les autres angoisses souvent illusoires et leurs toxines créées par l'esprit et le cœur humain dans le corps, ainsi que les toxines de l'esprit et du cœur.
-lorsqu'une personne jeûne le mois du ramadan en ayant une consommation de nourriture dans un juste milieux, cela détend les traits du visage et donc l'illumine, et donc l'embellit, comme la prière.
-même si il est parfois fatiguant voire difficile, le jeûne du Ramadan embellit toute chose par son détachement du matérialisme.
-Enfin, il faut parvenir à ne pas subir le ramadan, mais donc à le vivre comme il faut vivre la vie pleinement plutôt que de vivoter (surtout qu'un hadith précise qu'en jeûnant certains ne ressentent que le manque de boire et manger), et si une journée est trop chaude, un travail trop physique, ou un âge avancé, il est possible de reporter des jours ou de donner des aumônes pour les remplacer. Or dans un pays musulman, ces musulmans doivent donc sagement manger cachés pendant le ramadan par respect pour ceux l'effectuant. Par l'intention sincère, la religion est donc « facilité » avant tout. Mais généralement les familles ou les proches réussissent à vivre agréablement le Ramadan, et vivent pendant un mois, en particulier lors de repas du soir en commun, une ambiance similaire à celle du réveillon de Noël :
(ExtS5v6) « Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait (en vous montrant la sagesse). Peut-être serez-vous reconnaissants. »
Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète a (SBDSL) dit : « La religion est aisance et facilité. Jamais quelqu'un ne cherchera à rivaliser de force avec la religion sans que la religion ne l’écrase. Suivez plutôt la voie sage du juste milieu, rapprochez-vous en douceur de la perfection et soyez optimistes. Aidez-vous en cela par vos allées et venues à la mosquée le matin, le soir et aux dernières heures de la nuit. »

Morales :

(S2v183) « Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne (as-Siyam) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez vous la piété »

D'après Abou Hourayrah (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : Dieu Puissant et Sublime a dit : « Le jeûne est pour Moi et Je donne une récompense pour cela, à celui donc qui abandonne sa passion sexuelle, sa nourriture et sa boisson pour l'amour de Moi. » Le jeûne est tel un bouclier, et celui qui jeûne a deux joies : une joie quand il casse le jeûne, et une joie quand il rencontre son Seigneur. L'haleine de celui qui jeûne est meilleure en estimation pour Dieu que le parfum du musc. (Boukhari, Mouslim, Malik, Tirmidhi, An-NasaÎ et Ibn Majah).

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu n'a nullement besoin de voir s'abstenir de manger et de boire celui qui ne s'abstient pas de mentir ni d'agir trompeusement. » (Boukhari)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand vous jeûnez, abstenez-vous de vous montrer grossiers et tapageurs. Et si quelqu'un vous insulte ou vous provoque, dites : « Je jeûne. » (Boukhari et Mouslim)

Chaabi rapporte : Ali (SDP) prononçait un discours quand venait le ramadan et disait : « En ce mois béni, Allah a imposé le jeûne et n'a pas imposé la prière la nuit. Que chacun se garde de dire : Je jeûne si Untel jeûne, ou je romps mon jeûne si Untel le rompt. Attention ! Le jeûne ne concerne pas la nourriture et la boisson, mais plutôt le mensonge, le mal et les paroles futiles. Attention ! Ne précédez pas le mois (par un jeûne avant la veille du début du ramadan ni le lendemain de sa fin) ; quand vous voyez la nouvelle lune, jeûnez, et quand vous la voyez (au début du mois suivant), rompez le jeûne. Si elle est couverte par les nuages, complétez le nombre (à trente jours). Il disait cela après la prière du matin et du aasr.

Divers mérites supplémentaires concernant le jeûne obligatoire et surérogatoire :

Pour connaître de nombreux mérites supplémentaires concernant le jeûne obligatoire et surérogatoire voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/

Comportements :

Tabarani rapporte : Oubada Ibn Samit (SDP) a dit : « Le Messager d'Allah (SBDSL) nous enseignait ces paroles quand venait le Ramadan : « Ô Allah ! Permets-moi de me consacrer au Ramadan, de profiter pleinement de Ramadan, et fais-en une œuvre acceptée. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Prenez le dernier repas de la nuit car il y a dans ce repas une bénédiction. »

(Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu, 6:16-18) « Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand l’un de vous rompt son jeûne, qu’il le fasse en mangeant des dattes. S’il n’en trouve pas, qu’il boive de l’eau car c’est un moyen de purification. » (Abou Dawoud et Tirmidhi)

(S2v183-185) « Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam (le jeûne) comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété, pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d'entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d'autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu'avec grande difficulté), il est possible de compenser (cette obligation du jeûne) en nourrissant un pauvre, et si quelqu'un fait plus de son propre gré, c'est pour lui. Mais il est mieux pour vous de jeûner si vous saviez ! (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours. Allah veut pour vous la facilité. Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d'Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants. »

(S2v187) « On vous a permis, la nuit d'as-Siyam (du Ramadan), d'avoir des rapports avec vos femmes. Elles sont un vêtement pour vous et vous un vêtement pour elles. Allah sait que vous aviez clandestinement des rapports avec vos femmes. Il vous a pardonné et vous a graciés. Cohabitez donc avec elles maintenant, et cherchez ce qu'Allah a prescrit en votre faveur. Mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu'à la nuit. Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les mosquées. Voilà les lois d'Allah : ne vous en approchez donc pas (pour les transgresser). C'est ainsi qu'Allah expose aux hommes Ses enseignements, afin qu'ils deviennent pieux. »

Ce qu'on doit dire lorsqu'on est insulté pendant qu'on jeûne :

« Je jeûne, je jeûne. »

Invocation de celui à qui on offre à manger alors qu'il fait un jeûne surérogatoire :

« Lorsque l'un de vous est invité à manger qu'il réponde à l'invitation, s'il jeûne qu'il invoque Dieu (en le louant) et s'il ne jeûne pas qu'il mange. »

Invocations à dire en rompant son jeûne :

« Ô mon Seigneur, pour Toi j'ai jeûné et par Toi je coupe ce jeûne. »

« La soif est étanchée, les veines sont humectées, et la rétribution qui plait à Dieu est confirmée. »

Abdullah Ibn amar Ibn Al-Aas (SDP) a rapporté que le Messager d'Allah (SBDSL) a dit :
« Certainement le jeûneur a droit à une invocation exaucée, qu'il en formule une lorsqu'il rompt son jeûne. »

Idn Abee Moulayka (SDP) a dit : J'ai entendu Abdallah Ibn Omar dire ceci à la rupture de son jeûne : « Ô Allah, je Te demande par ta miséricorde qui enveloppe toute chose, de m'accorder le pardon. »

Récompenses :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui a veillé à prier les nuits de Ramadan poussé par sa foi et par l’unique espoir de la récompense d’Allah, Allah lui pardonne tous ses péchés précédents. »  (URA)

4) L'impôt social purificateur (Zakat)

          Il s'agit d'une taxe de 2,5% pour le trésor public de la nation musulmane sur de l'argent ou des denrées non périssables d'une valeur supérieure à 2800 euros n'ayant pas été utilisées pendant un an, récupérée par l’État, servant à purifier l'ensemble des biens de l'homme, se protéger de l'avarice, aider les faibleet les plus démunis (voire pour l'emménagement de meubles pour les jeunes mariés), financer l'armée protectrice, construire des biens publics et préserver la bonne santé de l'économie puisque l'argent qui dort (thésaurisation) (de même que l'usure qui oriente l'argent dans un seul sens) la stérilisent évidemment comme l'eau qui stagne devient nocive. Il faut aussi le prélever concernant les animaux d'élevage dépassant un certain nombre comme indiqué un peu plus bas. Selon le Prophète (SBDSL), il est évidemment possible de donner mieux que ce que le califat demande. Une des catégories de gens qui reçoivent la zakat est ceux dont on veut gagner les coeurs à l'islam. Cet impôt doit être unique (sans donc en supplément TVA ni impôts sur le revenu ou autre) seulement prélevé aux sociétés, aux travailleurs, et aux commerçants thésaurisant des ressources ou de l'argent, et donc pas sur les personnes modestes vivant du travail de leur main qui ne commercent pas (agriculture, élevage) et ayant peu de biens ou de réserves. Cet impôt invite donc clairement les hommes et les entreprises à investir pour faire fructifier l'économie et leurs bonnes actions. Par conséquent, cela signifie que l'Etat ne doit pas prendre d'impôt sur la production des hommes puisque n'y participant pas. En effet ce sont les propriétaires d'entreprises qui apportent les machines, les employés qui apportent le travail et les fournisseurs qui apportent les biens nécessaires à la production. Quand un trésor enfoui est découvert en creusant, il faut donner le cinquième au trésor public, et si c'est un objet trouvé dehors (sans creuser), il faut chercher le propriétaire pendant un an, après quoi l'argent lui revient.

Mouadh (SDP) a dit : Le Messager de Dieu (SBDSL) m’a envoyé (en mission au Yémen). Il me dit : « Tu vas te rendre dans une communauté des gens du Livre. Invite-les à attester qu’il n'y a de divinité que Dieu et que je suis le Messager de Dieu. S’ils acceptent de l’attester, fais-leur savoir que Dieu leur a prescrit cinq prières de jour et de nuit. S’ils acceptent cette prescription, annonce-leur que Dieu a imposé une aumône qu’on prend de leurs riches pour les redistribuer entre leurs pauvres. S’ils acceptent cette imposition, garde toi de toucher à leurs biens précieux, et crains la malédiction de l’opprimé car rien ne l’arrête dans sa montée jusqu’à Dieu. » (Boukhari et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) confia une lettre à une délégation venu de la tribu de Amr : « Vous avez droit aux creux de la terre (de votre région),  à ses plaines, ses lits de fleuves et ses montagnes. Vous avez droit au pâturage et à l'eau et en échange vous devez acquitter la zakat et prier les cinq (prières). Pour le petit troupeau de moutons (jusqu'à quarante) et le troupeau de chameaux ou de moutons (de 121 à 200) il faut acquitter deux moutons s'ils sont réunis (un seul propriétaire), et un chacun s'ils sont séparés (deux propriétaires différents). Il n'y a pas d'aumône à payer pour les vaches utilisées au labour ni pour les chameaux utilisés à l'irrigation. »

Aantara Acheybeni rapporte : Le calife Ali (SDP) prenait les impôts des non musulmans dans le produit de chaque artisan et travailleur. Il prenait même des fabricants d'aiguilles les aiguilles, les poinçons, les fils et les cordes, puis il les partageait entre les musulmans. Il ne laissait aucun bien passer la nuit dans le trésor public et le partageait (en donnant généralement à chaque député la part qui revient aux musulmans qu'il représente), à moins d'être pris par les occupations, et alors il s'en occupait le matin. Il disait : « Bas monde ! Ne me leurre pas, leurre quelqu'un autre ! »

Sahllbn Abou Hathma raconte : Le calife Abou Bakr Asçiddiq (SDP) distribuait ce qu'il y avait du trésor public jusqu'à ce qu'il n'en restait rien. Quand Abou Bakr se déplaça à Médine, il déplaça le trésor public et le mit dans sa maison. Il reçut une grande quantité d'argent de Qabal et de Jouheyna. De plus, les Benou Souleym commencèrent à payer la zakat au temps d'Abou Bakr, et on plaça leur aumône dans le trésor public. Abou Bakr effectuait le partage entre les musulmans par pièces d'or et d'argent, et donnait un montant à chaque personne nécessiteuse voire à toute personne quand le trésor public contenait autre chose que la zakat (comme les butins de guerres, le commerce interétatiques et les biens d'utilité publics lucratifs) comme le fit également Omar qui déduit de tous les versets coraniques sur le butin que tout musulman a un droit dans cet argent même un berger à Aden (au Yémen). Il donnait une part égale à l'homme libre et à l'esclave, à l'homme et à la femme, au grand et au petit. Il achetait les chameaux, les chevaux et les armes et équipait les combattants dans la voie d'Allah. Une année, pendant l'hiver, il acheta des tuniques qu'on avait amenées de la campagne et les partagea entre les veuves de Médine. Quand Abou Bakr mourut et fut enterré, Omar Ibn Alkhattab appela les hommes dé confiance et entra avec eux pour voir le trésor public d'Abou Bakr. Il était accompagné de Abderrahmane Ibn Aawf et Othmane Ibn Aatfene (SDP). Ils ouvrirent le trésor public et n'y trouvèrent ni dinar ni dirham. Ils trouvèrent un sac pour l'argent le secouèrent et ils y trouvèrent un dirham. Ils demandèrent alors à Allah d'accorder Sa miséricorde à Abou Bakr. Il y avait à Médine au temps du Prophete (SBDSL) un homme qui pesait l'or. Il avait l'habitude de peser l'argent que détenait Abou Bakr et on lui demanda : « Quel était le montant de l'argent qu'Abou Bakr avait reçu ? » Il répondit : « Deux cent milles. »

Yezid Ibn Abou Habib rapporte : On proposa au premier calife Abou Bakr d'accorder des préférences entre les musulmans dans le partage (par rapport aux premiers convertis et combattants). Il répondit : « Les préférences sont chez Allah. Mais en ce qui concerne la vie matérielle, il vaut mieux être égalitaire (mais les esclaves recevaient évidemment moins ce qui n'était pas le cas des servants). »
Commentaire : Il faut noter que le deuxième calife Omar ne suivit pas cette habitude d'Abou Bakr, car il voulut revaloriser le statut ou plutôt la valeur (pieuse) de chacun en favorisant donc les premiers émigrants ou enfants d'émigrants, les ançars ou leurs enfants, les premiers combattants ou enfants de combattants, les liens familiaux avec le Prophète (SBDSL). Puis le calife Omar décida de revenir à l'avis d'Abou Bakr. Ce qui signifie qu'il faut généralement partagé équitablement mais qu'il n'est pas interdit de valoriser parfois certaines œuvres ayant participé grandement à l'intérêt général. Or les quatre premiers califes partageaient tout ce qu'il y avait dans le trésor public :  Ibn Omar (SDP) raconte : Le calife Omar reçut de l'argent de l'Irak et se mit à le partager. Un homme se leva et proposa : « Chef des croyants ! Si tu laissais une partie de cet argent pour un ennemi qui viendrait ou une difficulté qui surviendrait ? » Omar répliqua : « Qu'as-tu ? Qu'Allah te combatte ! Un démon a prononcé ces paroles par ta bouche, mais Allah m'a enseigné le bon argument. Par Allah ! Je ne désobéirai pas à Allah aujourd'hui pour demain. Non ! Plutôt je leur préparerai ce que leur a préparé le Messager d'Alla (SBDSL). » Moujammii Attaymi rapporte : (Après l'avoir entièrement donné sagement) Ali Ibn Abou Talib balayait le trésor public et y priait. Il l'utilisait comme lieu de prière dans l'espoir qu'il témoignerait en sa faveur le jour de la résurrection. Mais à notre époque où les ressources sont de plus en plus aux mains des Etats et des multinationales, des aides sociales mensuelles paraissent plus logiques.

Abou Ooubeyd rapporte : Le calife Ali (SDP) partagea l'argent trois fois en une année. Puis il reçut de l'argent d'Ispahan et dit : « Venez le matin pour un quatrième partage, car je ne vais pas garder cette richesse. » II partagea et certains les prirent tandis que d'autres les refusèrent.

Morales sur l'aumône :

          Il semble important de préciser que l'image que les riches doivent avoir de l'aumône donnée aux pauvres ne doit pas être celle d'un esclave travaillant pour un maître qui ne fait rien, mais plutôt d'un noble prince offrant dignement la subsistance à des sujets dans le besoin, car les riches ayant le confort et une sérénité concernant leur subsistance doivent vraiment voir les choses comme ça :
On demanda au Prophète SBDSL) : « Qu'est que la zakat ? » Il répondit : « Le riche parmi nous donne au pauvre (donc les dépenses militaires personnelles peuvent voire doivent êtres faites par chacun, et les services publiques peuvent voire doivent être payés (par le privé ou le publique puis faiblement payant sauf pour les pauvres) au niveau local voire national si ils sont nécessaires au commerce ou au déplacement). »
C'est pourquoi tant que la zakat n'existe pas, il serait incompréhensible qu'une faible taxe sur les transactions monétaires internationales, comme celle proposée par James Tobin lauréat du prix Nobel de l'économie en 1972, et qu'une loi interdisant la spéculation ne soient pas créées pour régler définitivement le problème de la faim dans le monde et du déséquilibre du marché économique mondial. En sachant que selon une étude de l'ONU, rien que 20 % des 500 milliards du seul secteur de la publicité annuelle mondiale empêcherait la faim dans le monde. L'humanité a été créée pour aller vers la bienfaisance alors elle ne doit pas hésiter à améliorer sa condition par ce genre de taxes, bien que si tous ceux devant payé la zakat la payaient, aucun autre impôt ou taxe ne serait nécessaire au niveau national ou mondial. En effet il a été calculé que si les 200 000 mille personnes les plus riches donnaient cette zakat annuelle, il n'y aurait plus de problèmes de faim dans le monde. En comprenant cela et en se rappelant que les dictateurs, beaucoup de multinationales et de banques, et des élites cupides s'enrichissent par une oppression financière sur les peuples, la corruption dont la thésaurisation et l'usure apparaissent clairement comme la principale cause de stérilité économique et de pauvreté sur terre.
Dans ce sens bienveillant pour la réussite de l'agriculture, la recherche éthique dans les biotechnologies et surtout les biotechniques (comme à travers la permaculture) et les études sur la nutrition peuvent donc être également employées, bien que la sagesse, le repos de la terre en jachère tous les trois ans comme le Coran le demande pour favoriser la fertilité du sol lors d'une agriculture industrielle (différente de la permaculture ne nécessitant pas la jachère mais l'entretien du sol) et la confiance en Allah soient les meilleurs moyens pour cette agriculture industrielle (confiance en Allah évidemment aussi pour la permaculture). L’agriculture traditionnelle pré-industrielle était intensive en termes de travail, et l’agriculture industrielle est intensive en termes d’énergies fossiles. La permaculture agricole est elle intensive en matière grise ; elle est une manière de travailler plus en phase avec la nature. L’énergie utilisée doit de préférence provenir de ressources renouvelables comme le vent, le solaire passif, ou les biocarburants.  Un bon exemple est la serre poulailler. En accolant le poulailler à une serre solaire, on réduit le besoin de chauffer la serre avec des énergies fossiles, car la serre est réchauffée par le métabolisme des poulets. On utilise également leurs déchets (plumes, déjections, chaleur, grattage du sol) pour diminuer le travail : les déjections fertilisent, les plumes forment l'équivalent d'un paillis, la chaleur diminue la quantité d’énergie à apporter pour garder une température voulue, le grattage permet de se débarrasser des mauvaises herbes et des insectes. Dans une production en batterie, tous ces sous-produits sont considérés comme des déchets, toute l’énergie étant concentrée sur la production d’œufs. L'initiative des villes en transition vise à créer des communautés résilientes face à la triple menace du pic pétrolier, du dérèglement climatique et d'une crise économique mondiale. L’économie de la communauté nécessite un équilibre entre les trois aspects que comprend une communauté : la justice, l’environnement et l’économie, aussi appelée le triple facteur décisif, ou triple E (écologique- économique-éthiques). Un marché coopératif de paysans serait un bon exemple d’une telle structure. Les agriculteurs sont les travailleurs et les propriétaires. De plus, toute l’économie est pondérée par son écologie. Aucun système économique ne peut exister indépendamment de son écosystème ; par conséquent tous les coûts externes doivent être pris en compte quand on parle d’économie.
De même l'intelligence artificielle et le « big data » modernes sagement utilisés, peuvent permettre par des algorithmes le traitement d'une très grande quantité de données provenant de tout appareil électronique dont les statistiques sont mesurables informatiquement, afin de les mettre désormais à la disposition du bien commun à travers les associations humanitaires, les secteurs médicaux, les gouvernements, les entreprises et autres organisations, pour déterminer leur potentiel maximal ainsi que leurs meilleurs opportunités stratégiques. Or il faudra encore beaucoup de temps pour que le système nous réoriente vers la pureté du primitif et du primordial. Ce retour à la terre, qui est la condition pour retrouver notre liberté, autour des trois catégories fondamentales de l’existence : alimentation, logement et habillement ; l’existence humaine étant ce subtil mélange de liberté individuelle et d’entraide sociale, il faut retrouver ce que le système s’évertue à nous faire oublier à chaque minute : le respect de la vie.  Cela commence par la recherche d’une alimentation naturelle. Lire article « L’histoire des molécules (fondements de la naturopathie) » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-histoire-des-molecules-fondements-de-la-naturopathie-60220.html
Cependant l'aumône n'a pas seulement un sens financier, car notre personne, notre temps et nos biens peuvent tous être dépensés en tant qu'aumône. Or ce n'est pas la taille de l'action qui compte mais la grandeur de son sens et du contexte. En effet un milliardaire qui dépense 10000 euros sans grand sacrifice obtient moins de valeur qu'un pauvre dépensant entièrement ses seuls 10 euros par altruisme :
Alhasan rapporte : Un homme dit a Othmane (Ibn Aboul Aar) (SDP) : « Vous les riches, vous avez emporté le bien : vous faites l'aumône, vous affranchissez les esclaves, vous allez au pèlerinage et vous dépensez. Othmane demanda : « Et vous nous enviez ? Par Allah ! Un dirham que l'un de vous dépense malgré sa pauvreté est meilleur que dix milles qu'un riche donne et qui sont insignifiants devant sa fortune. »
Enfin, créer par le travail honnête des récoltes, des richesses et des biens afin de les partager, les échanger ou les commercer devient par conséquent un des buts principaux de l'être humain :

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : Dieu Puissant et Majestueux dira le jour de la Résurrection : « Ô fils d'Adam, J'étais malade et tu ne M'as pas rendu visite. » L'homme répondra : « Seigneur, comment aurais-je pu Te rendre visite alors que Tu es le Maître des mondes ? » Dieu dira : « Ne savais-tu pas que Mon serviteur untel était malade ? Pourtant tu ne lui as pas rendu visite. Si tu l'avais fait, tu M'aurais trouvé auprès de lui. » Dieu dira ensuite « Ô fils d'Adam, Je t'ai demandé de Me nourrir et tu ne l'as pas fait. » L'homme répondra : « Seigneur, comment aurais-je pu Te nourrir alors que Tu es le Maître des mondes ? » Dieu dira : « Untel t'avait demandé de le nourrir, et tu ne l'as pas fait. Si tu l'avais nourri, tu aurais trouvé la récompense de ton action auprès de Moi. » Puis Dieu continuera : « Ô fils d'Adam, Je t'ai demandé à boire et tu ne M'as pas abreuvé. » L'homme dira : « Seigneur, comment aurais-je pu Te donner à boire alors que Tu es le Maître des mondes ? » Alors Dieu conclura : « Untel t'a demandé à boire et tu as refusé de l'abreuver. Si tu l'avais abreuvé, tu aurais trouvé la récompense de ton action auprès de Moi. » (Mouslim)

Aamr Alleythi raconte : Nous étions chez Wethila Ibn Alasqaa (SDP) quand un pauvre vint demander l'aumône. II prit un morceau de pain, plaça un sou dessus puis se leva et le posa dans sa main. On lui dit : « Aboul Asqaa ! Ta famille aurait pu s'en charger. » Il répondit : « Oui , mais celui qui se lève pour donner une aumône à un pauvre, quelle que soit cette aumône, un péché lui sera effacé pour chaque pas. Une fois qu'il l'a placée dans sa main, dix péchés lui sont pardonnés pour chaque pas. »
Commentaire : Un autre récit précise que celui qui donne au pauvre de main à main est protégé des mauvaises morts.

Abdallah Ibn Ooubeyd rapporte : Omar Ibn Alkhattab (SDP) vit Alahnaf (SDP) porter une tunique. Il demanda : « Ahnaf ! Combien as-tu acheté cette tunique ? -Je l'ai prise pour douze dirhams. -Malheureux ! Que n'as-tu acheté une pour six dirhams et depensé le reste ou tu sais (en aumône pour Allah) ? »

Melik rapporte : Un pauvre demanda l'aumône à Aïcha (SDP), l'épouse du Prophète (SBDSL) sur lui, alors qu'elle jeunait et qu'elle n'avait dans sa maison qu'un morceau de pain. Elle dit à sa servante : « Donne-le lui. » Elle objecta : « Mais tu n'as pas de quoi rompre ton jeune. » Aïcha répéta : « Donne-le lui», et elle s'exécuta, Le soir, une personne qui n'avait pas l'habitude de leur offrir à manger, leur donna un mouton et du pain en abondance. Aïcha (SDP) appela sa servante et dit : « Mange ceci, c'est mieux que ton morceau de pain. »

Selon Abou Houreyra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui a fait aumône de la valeur d'une datte provenant d'une acquisition pure (car Dieu n'accepte que ce qui est pur), Dieu l'agréera, la prendra de Sa Main droite (en la bénissant), et la fera fructifier et grandir autant que l'un d'entre vous élève avec soin son poulain, jusqu'à rendre cette aumône aussi grande que la montagne Uhud. » (Boukhari et Mouslim)

(S36v47) « Et quand on leur dit : « Dépensez de ce qu’Allah vous a attribué (pour vous anoblir) », ceux qui ont mécru disent à ceux qui ont cru : « Nourrirons-Nous quelqu’un qu’Allah aurait nourri s’Il avait voulu ? » Vous n’êtes que dans un égarement évident. »
Le verset précédent montre que le partage de la subsistance est évidemment un des actes nobles que l'être humain doit moralement reconnaître, acquérir et donc effectuer.

(ExtS2v177) « La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux anges, au Livre et aux Prophètes, de donner de son bien, quelqu'amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents, à ceux qui demandent l'aide et pour délier les jougs, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. »

(ExtS9v34-35) « A ceux qui thésaurisent l'or et l'argent et ne les dépensent pas dans le sentier d'Allah, annonce un châtiment douloureux, le jour où (ces trésors) seront portés à l'incandescence dans le feu de l'Enfer et qu'ils en seront cautérisés, front, flancs et dos(, et il leur sera dit) : voici ce que vous avez thésaurisé pour vous-mêmes. Goûtez de ce que vous thésaurisiez. »

Selon Abdullah Ibn Amr Ibn Al As (SDP), un homme demanda au Messager de Dieu (SBDSL) quel était le meilleur aspect de l'islam. Il dit : « Tu offres à manger et tu salues celui que tu connais comme celui que tu ne connais pas. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'aumône que l'on fait ne diminue en rien les biens dont on dispose. Dieu n'ajoute au serviteur indulgent que considération. Nul ne s'humilie pour Dieu sans que Dieu l'élève. » (Mouslim)

Selon Abou Musa al-Ashari (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Lorsqu'ils n'ont plus de provisions au cours d'une bataille ou que la nourriture pour leurs familles à Médine vient à manquer, les Asharites (une tribu) rassemblent dans un même vêtement tout ce qu'ils ont comme aliments puis font un partage équitable à l'aide de récipients de même dimension. Ils font partie de moi et je suis un des leurs. » (Boukhari et Mouslim)

Asma (SDP), fille de Abou Bakr (SDP), rapporte : Le Messager de Dieu (SBDSL) m'a dit : « Ne sois pas avare, sinon Dieu le sera à ton égard. » (Boukhari et Mouslim)
Une version rapporte : « Dépense et ne thésaurise pas, sinon Dieu te traitera avec parcimonie. »

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Alors que Job (paix sur lui) se lavait nu (après avoir connu le plus grand dénuement puis retrouvé sa famille, sa richesse et sa santé), des sauterelles en or tombèrent (du ciel). Il se mit alors a recueillir les sauterelles et à les glisser dans son vêtement. Dieu l'interpella alors : « Ô Job, ne t'ai-Je pas donné suffisamment pour te dispenser de tout cela ? » Job dit : « Par Ta puissance certes ! Mais je ne pourrais me passer de Ta bénédiction. (surtout tant qu'il paye la zakat) » (Boukhari)

Aïcha (SDP) rapporte : Une brebis avait été égorgée. Le Prophète (SBDSL) demanda : « Qu'en reste-t-il ? » Je répondis : « Il ne reste plus que l'épaule. » Le Prophète (SBDSL) me dit : « Il reste la totalité à l'exception de l'épaule (car les autres parties sont devenues des bonnes actions pour le Jour du Jugement Universel et le Paradis Eternel). » (Tirmidhi)

Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « La nourriture d’une seul personne suffit à deux, celle de deux suffit à quatre, et celle de quatre suffit à huit. » (Mouslim)

L'abbé Pierre : « Le contraire de la misère, ce n'est pas la richesse. Le contraire de la misère, c'est le partage. »

Selon Ibn Omar (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'envie (jalousie) n'est permise que dans deux cas :
-un homme auquel Dieu a accordé la connaissance du Coran et qui le récite en prière aux heures de la nuit et du jour
-et un homme auquel Dieu a fait don de richesses qu'il dépense dans le bien aux heures de la nuit et du jour. » (Boukhari et Mouslim)
Commentaire : le hadith précédent prouve que la propagation fréquente du bien spirituellement et matériellement participent à l'ennoblissement maximal.

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Jamais richesse de quelqu’un n’a été diminuée par une aumône. »

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Il ne se lève pas un seul jour sur l'humanité sans que deux anges ne descendent du ciel. Le premier invoquant : « Mon Dieu ! Accorde une compensation à tout donateur ! » Quant au second, il dit : « Mon Dieu ! Inflige une perte à l'avare ! » (Boukhari et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « La main qui est au dessus est meilleure que la main qui est au dessous. Commence par ceux qui sont sous ta responsabilité. La meilleure aumône est celle qui laisse de la richesse après elle. »
Commentaire : La main qui est au dessus est celle de la personne qui donne et la main qui est au dessous est celle de celui qui mendie.

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « La main supérieure (celle qui donne) vaut mieux que la main inférieure (celle qui reçoit) et commence (dans tes dépenses) par ta famille. Ta meilleure aumône est celle qui ne laisse pas ta famille dans le besoin. Celui qui ne se rabaisse pas à demander l'aumône. Dieu lui préserve sa fierté et celui qui ne montre pas son besoin, Dieu le met au-dessus du besoin. » (Boukhari)

Selon Hakim Ibn Hizam (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « La main qui donne (littéralement la main haute) est meilleure que la main qui reçoit (littéralement la main basse) et il faut commencer par ceux dont on a la charge ! La meilleure des aumônes consiste à faire don du superflu. Celui qui fait preuve de retenue, Dieu le rend digne, et celui qui se passe d'autrui, Dieu le met au-dessus du besoin. » (Boukhari et Mouslim)

Abou Hourayra (SDP) a dit : « Quelqu’un vint demander au Prophète (SBDSL) : « Quelle est l'aumône la plus méritoire ? » Le Prophète (SBDSL) répondit : « Celle que tu donnes alors que tu es bien portant, très attaché à l'argent, craignant la pauvreté et espérant la richesse. N'attends pas pour la faire d'être agonisant et de dire alors : "Ceci est pour untel et cela pour tel autre", alors que cela leur appartient déjà (par les règles de l'héritage). » (Boukhari et Mouslim)

Oum Salama (SDP) a dit : J'ai dit : « Ô Messager de Dieu ! Ai-je un salaire dans ce que je dépense pour les enfants de Abou Salama (ceux de son premier mariage), car je n'ai pas l'intention de les laisser se débattre dans la misère alors que ce sont mes propres enfants ? » Il me répondit : « Oui, tu auras un salaire pour tout ce que tu dépenses pour eux (ainsi que pour le conjoint, la famille ou toute personne). » (Boukhari et Mouslim)

Selon Abou Masud Al Badri (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Quand l'homme fait une dépense pour sa famille, y recherchant la satisfaction de Dieu, cela lui est compté comme aumône. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Thawbàn Ibn Yohdod (SDP), l'affranchi du Messager de Dieu, le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Le meilleur dinar que dépense l'homme est celui qu'il dépense pour sa famille, puis celui qu'il dépense pour sa monture consacrée au service de Dieu, puis celui qu'il dépense pour ses compagnons au service de Dieu. » (Mouslim)

Selon Sad Ibn Abi Waqas (SDP) dans son long hadith au sujet de "l'intention", le Messager de Dieu (SBDSL) lui a dit : « Il n'y a pas une dépense que tu fais recherchant la Face de Dieu sans que tu n'en sois rétribué, jusqu'à la petite bouchée que tu déposes dans la bouche de ton épouse. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Zaynab at-Thaqafîya (SDP), la femme de Abdullah Ibn Masud, le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Ô Femmes, faites aumône, ne serait-ce que de vos bijoux. » Je revins auprès de Abdullah ibn Masud et lui dis : « Tu es un homme dans le besoin et le Prophète nous a ordonné de faire l'aumône. Va donc l'interroger pour savoir s'il m'est permis de te donner l'aumône (compte tenu de ta situation). Sinon, je la donnerai à quelqu'un d'autre. » Abdullah (SDP) répondit : « Non, va plutôt lui demander toi-même. » Je m' en allai donc trouver le Prophète (SBDSL) mais voilà que la femme d'un ansar se trouvait justement devant la porte de l'Envoyé de Dieu pour les mêmes raisons. L'Envoyé de Dieu avait un maintien majestueux et noble (qui impressionnait). Bilal sortit à notre rencontre, nous lui dîmes : « Va donc voir l'Envoyé de Dieu et annonce-lui que deux femmes à sa porte sont venues lui demander si l'aumône qu'elles font à leur mari et aux orphelins qui se trouvent sous leur toit est valable. Mais, ne lui dis pas qui nous sommes. » Bilal entra chez le Prophète (SBDSL) et le questionna. Le Prophète lui répondit : « Mais qui sont-elles ? » « La femme d'un ansar et Zaynab », répondit Bilal. Le Prophète questionna à nouveau : « De quelle Zaynab s'agit-il ? » « De la femme de Abdullah », répliqua Billal. » Le Prophète reprit alors : « Elles bénéficieront de deux récompenses : une pour avoir entretenu les liens familiaux et une autre pour avoir fait l'aumône (ceci prouvant la possibilité de cumuler les intentions avant une bonne action). » (Boukhari et Mouslim)

(ExtHadith) Salman Ibn Amr (SDP) rapporte ces propos du Prophète (SBDSL) : « L'aumône que l'on fait au pauvre est une simple aumône, alors que celle faite à un proche compte double car elle vaut une aumône supplémentaire en raison du maintien des liens de parenté. » (Tirmidhi)

Jaber (SDP) a rapporté que le Messager de Dieu  (SBDSL)a dit : « Toute bonne action est une aumône. » (Boukhari)

Bible (2 Corinthien, 9 :7) « (Jésus a dit :) Que chacun donne comme il l'a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie. »

(S3v92) « Vous n'atteindrez (une réelle partie de) la piété que si vous faites largesses de ce que vous chérissez. Tout ce dont vous faites largesses, Allah le sait certainement bien. »

(S74v6) « Et ne donne pas dans le but de recevoir davantage. »

(S30v39) « Tout ce que vous donnerez à usure pour augmenter vos biens au dépens des biens d'autrui ne les accroît pas auprès d'Allah, mais ce que vous donnez comme Zakat, tout en cherchant la Face d'Allah (par Sa satisfaction)... Ceux-là verront (leurs récompenses) multipliées. »


Selon Abou Oumama (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Ô Fils d'Adam, ce sera meilleur pour toi de dépenser le superflu, car le garder te portera préjudice. On ne te reprochera pas cependant d'avoir conservé le nécessaire vital. Lorsque tu dépenses, commence par ceux qui sont à ta charge. » (Tirmidhi)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Entre un dinar que tu as dépensé au service de Dieu, un dinar que tu as utilisé pour affranchir un esclave, un dinar dont tu as fait aumône à un pauvre, et un dinar que tu as dépensé pour ta famille, c’est celui que tu as dépensé pour ta famille qui te rapporte le plus grand salaire. » (Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Un sourire fait à ton frère est une aumône, ordonner le bien ou interdire le mal est une aumône, orienter un homme ayant perdu son chemin est une aumône, guider l'aveugle dans la rue est une aumône, dégager du chemin ce qui nuit ou gêne est une aumône, verser l'eau de ton seau (que tu viens de remplir du puits) dans le seau de ton frère (ou donner à boire) est aussi une aumône. » (Tirmidhi)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'homme, pour chacune de ses articulations, doit verser l'aumône chaque jour où le soleil se lève. Pratiquer l'équité entre deux personnes est une aumône. Aider un homme à enfourcher sa monture ou à lui hisser ses bagages est une aumône. Dire une bonne parole est une aumône et tout pas effectué vers un (lieu) de prière est une aumône. Enfin, écarter ce qui gêne la voie est également une aumône. »

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « La parole gentille est déjà une aumône. » (Boukhari et Mouslim)


(S2v215) « Ils t'interrogent : “Qu'est-ce qu'on doit dépenser ?” Dis : “Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les pères et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents.”  Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait. »

(ExtS2v219/220) « Et ils t'interrogent : “Que doit-on dépenser (en charité) ?” Dis : “L'excédent de vos bien.” Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditez sur ce monde et sur l'au-delà. Et ils t'interrogent au sujet des orphelins. Dis : “Leur faire du bien est la meilleure action.” »

(S2v263) « Une parole agréable et un pardon valent mieux qu'une aumône suivie d'un tort. Allah n'a besoin de rien, et Il est indulgent. »

(S2v264) « Ô les croyants ! N'annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les gens sans croire en Allah et au Jour dernier. Il ressemble à un rocher recouvert de terre, qu'une averse (épreuve) l'atteigne, elle le laisse dénué (par le rappel de ses aumônes au lieu de laisser pousser ses bonnes actions tels des fruits). De pareils hommes ne tireront aucun profit de leur actes. Et Allah ne guide pas les gens mécréants. »


Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : Un homme dit une fois : « Je ferai sûrement une aumône. » Il sortit donc avec son aumône et la mit dans la main d'un voleur. Le lendemain matin les gens se disaient : « On a donné cette nuit une aumône à un voleur ! » L'homme reprit : « Seigneur Dieu, sois loué ! Je ferai sûrement une aumône. » Il sortit avec son aumône et la plaça dans la main d'une fornicatrice. Le lendemain matin les gens se disaient : « On a donné cette nuit une aumône à une fornicatrice ! » L'homme persista : « Seigneur Dieu, sois loué ! Je ferai sûrement une aumône. » Il sortit donc avec une aumône et la mit dans la main d'un riche. Le lendemain matin les gens se disaient : « On a donné cette nuit une aumône à un riche ! » Puis l'homme dit : « Seigneur Dieu sois loué, même s'il s'agissait d'un voleur, d'une fornicatrice et d'un riche. » On vint lui dire en rêve : « Pour ce qui est de ton aumône au voleur, il se peut que cela le fasse renoncer au vol. Pour ce qui est de la fornicatrice, il se peut que cela la fasse renoncer à la fornication. Pour ce qui est enfin du riche, il se peut que cela lui serve de leçon et le pousse lui-même à dépenser de ce que Dieu lui a donné. » (Boukhari)

(S28v77) « Et recherche à travers ce qu’Allah t’a donné, la Demeure dernière. Et n’oublie pas ta part en cette vie. Et sois bienfaisant comme Allah a été bienfaisant envers toi. Et ne recherche pas la corruption sur terre, car Allah n’aime point les corrupteurs. »

Après avoir gagner un pari (qui nétait pas encore interdit à l'époque ou il eut lieu) avec les quoraychites concernant une victoire prochaine des byzantins sur les perses selon le Coran, Abou Bakr (SDP) partit chez le Prophète (SBDSL) et dit : « Ceci est une souillure (le gain du pari) ! -Donne-le en aumône (trésor public ou pauvres inconnus mais pas à la famille). » Commentaire : L'argent illicite gagné inconsciemment doit donc être donné en aumône, sauf si on vient de se convertir l'islam.

Abou Dhar (SDP) raconte : Je suis sorti un jour et je me suis rendu chez le Messager d'Allah (SBDSL). Il dit : « Voulez-vous que je vous informe de l'homme le plus avare ? -Oui, Ô Messager d'Allah, dirent-ils. -Celui auprès de qui je suis évoqué et il ne prie pas sur moi, c'est lui l'homme le plus avare (surtout car tout musulman quel que soit son rang social peut le faire et le Prophète intercédera possiblement pour tout le monde le Jour du Jugement Dernier). »


Divers mérites supplémentaires concernant l'aumône obligatoire et surérogatoire :

Pour connaître de nombreux mérites supplémentaires concernant le jeûne obligatoire et surérogatoire voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/

Comportements :

(ExtS2v219/220) « Et ils t'interrogent : “Que doit-on dépenser (en charité) ?” Dis : “L'excédent de vos bien.” Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditez sur ce monde et sur l'au-delà. Et ils t'interrogent au sujet des orphelins. Dis : “Leur faire du bien est la meilleure action. Si vous vous mêlez à eux, ce sont alors vos frères (en religion).” Allah distingue celui qui sème le désordre de celui qui fait le bien. Et si Allah avait voulu, Il vous aurait accablés. Certes Allah et puissant et Sage. »

(S9v60) « Les Sadaqats ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent (associations humanitaires), ceux dont les cœurs sont à gagner (à l'islam), l'affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, (ceux qui sont) dans le sentier d'Allah (prédication, professeurs), et pour le voyageur (en détresse). C'est un décret d'Allah ! Et Allah est Omniscient et Sage. »

(S2v267-271) « Ô les croyants ! Dépensez des meilleures choses que vous avez gagnées et des récoltes que Nous avons fait sortir de la terre pour vous. Et ne vous tournez pas vers ce qui est vil pour en faire dépense. Ne donnez pas ce que vous-mêmes n’accepteriez qu’en fermant les yeux ! Et sachez qu’Allah n’a besoin de rien et qu’Il est digne de louange. Le Diable vous fait craindre l'indigence et vous recommande des actions honteuses, tandis qu'Allah vous promet pardon et faveur venant de Lui. La grâce d'Allah est immense et Il est Omniscient. Il donne la sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c'est un bien immense qui lui est donné. Mais les doués d'intelligence seulement s'en souviennent. Quelles que soient les dépenses que vous avez faites, ou le vœu que vous avez voué, Allah le sait. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! Si vous donnez ouvertement vos aumônes, c'est bien, c'est mieux encore pour vous, si vous êtes discrets avec elles et les donnez aux indigents. Allah effacera une partie de vos méfaits (pour cela, en prouvant la lutte de domination au sein de la société entre le bien et le mal). Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. »

(S2v262-264) « Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d'Allah sans faire suivre leurs largesses ni d'un rappel ni d'un tord auront leur récompense auprès de leur Seigneur. Nulle crainte pour eux, et ils ne seront point affligés. Une parole agréable et un pardon valent mieux qu'une aumône suivie d'un tort. Allah n'a besoin de rien, et Il est indulgent. Ô les croyants ! N'annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les gens sans croire en Allah et au Jour dernier. Il ressemble à un rocher recouvert de terre, qu'une averse l'atteigne, elle le laisse dénué. De pareils hommes ne tireront aucun profit de leur actes. Et Allah ne guide pas les gens mécréants. Et ceux qui dépensent leurs biens cherchant l'agrément d'Allah (sans donc rappel ni tort), et bien rassurés (de Sa récompense), ils ressemblent à un jardin sur une colline. Qu'une averse l'atteigne, il double ses fruits (propage le bien sur terre ou en profite au Paradis), à défaut d'une averse qui l'atteint, c'est la rosée (état toujours pur). Et Allah voit parfaitement ce que vous faites. L'un de vous aimerait-il voir un jardin de dattiers et de vignes sous lequel coulent les ruisseaux, et qui lui donne toutes espèces de fruits, que la vieillesse le rattrape, tandis que ses enfants sont encore petits, et qu'un tourbillon contenant du feu s'abatte sur son jardin et le brûle (pour avoir eu un rappel ou un tort de ses bonnes actions et peut être même l'Enfer en rétribution puisque étant une action faite pour autre que Dieu) ? Ainsi Allah vous explique les signes afin que vous méditiez... »

(S17v29/30) « Ne porte pas ta main enchaînée à ton cou (par avarice) et ne l'étend pas non plus trop largement, sinon tu te trouveras blâmé et chagriné. En vérité ton Seigneur étend Ses dons largement à qu'Il veut ou les accorde avec parcimonie. Il est, sur Ses serviteurs, Parfaitement Connaisseur et Clairvoyant. »

(S25v67) « (Les pieux sont ceux) Qui, lorsqu'ils dépensent, ne sont ni prodigues ni avares mais se tiennent au juste milieu. »


Récompenses

(S2v277) « Ceux qui ont la foi, ont fait de bonnes œuvres, accompli la Salat et acquitté la Zakat (impôt social purificateur de nos biens), auront certes leur récompense auprès de leur Seigneur. Pas de crainte pour eux, et ils ne seront point affligés. »

(S2v274) « Ceux qui, de nuit et de jour, en secret et ouvertement, dépensent leurs biens (dans les bonnes œuvres), ont leur salaire auprès de leur Seigneur. Ils n'ont rien à craindre et ils ne seront point affligés. »

(S2v276) « Allah anéantit l'intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et Allah n'aime pas le mécréant pécheur. »

D'après Abou Hourayrah (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : Dieu Puissant et Sublime a dit : « Dépense (en charité), ô fils d'Adam, et Je dépenserai pour toi. » (Boukhari et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Mettez-vous à l’abri du feu de l’Enfer ne serait-ce que par le don d'un morceau de datte ; si vous ne la trouvez pas, alors par une bonne parole. » (URA)

Morales sur la mendicité

Selon Abou Abdillah Zubayr ibn al-Awwam (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Il est préférable à l'un d'entre vous qu'il prenne ses cordes, aille à la montagne pour en revenir avec des fagots de bois sur son dos, et qu'il les vende, plutôt que de mendier auprès des gens même si on lui donne. » (Boukhari)

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Chaque fois que quelqu’un choisit la porte de la mendicité, Dieu lui ouvre la porte de l’indigence. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le miséreux n’est pas celui qui s’en va quand on lui donne une datte ou deux, une bouchée ou deux. Le vrai miséreux est celui qui ne se rabaisse pas à la mendicité (quand il n'a pas d'autre choix). »

Qabisa Ibn Moukharik (SDP) rapporte : « Je pris à ma charge de payer un dédommagement (pour mettre fin à une querelle), puis j'allai trouver le Prophète (SBDSL) afin de me le faire restituer. Il me dit : « Reste avec moi jusqu'à ce que nous parvienne l'argent de la zakat, j'ordonnerai alors qu'on te remette ton dû. » Puis il ajouta : « Ô Qabisa, il n'est permis de réclamer de l'argent que dans trois cas : 
-Un homme qui s'est chargé de verser une somme afin de mettre fin à une querelle. Il lui est alors permis de demander de l'argent jusqu'à ce qu'il ait atteint la somme due, au-delà, il ne lui est plus permis de mendier.
-Un homme victime d'une catastrophe (financière) et se retrouvant sans argent. Il lui est alors permis de demander assistance jusqu'à ce qu'il assure sa subsistance.
-Un homme victime d'une extrême pauvreté dont peuvent témoigner trois hommes raisonnables parmi ses proches. Il lui est alors permis de demander assistance jusqu'à ce qu'il assure sa subsistance. En dehors de ces trois cas, Qabisa, toute demande est interdite, et celui qui le fait mange ce qui lui est interdit. »

Selon Iyad Ibn Himar (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Les gens du Paradis se classent en trois catégories : un homme de pouvoir juste et agréé de Dieu, un homme clément et sensible à l'égard de tout proche et de tout musulman, et un homme qui s'abstient de mendier et s'attache à cela malgré une famille à charge. » (Mouslim)

Abou Kabsha (SDP) rapporte qu'il a entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Je vous jure trois choses que je vais vous citer, retenez-les donc :
-L'aumône que fait un serviteur ne diminue en rien ses biens.
-Il n'est pas un serviteur qui a été victime d'une injustice et qui a fait montre de patience sans que Dieu ne lui ajoute de la considération.
-Et il n'est pas un serviteur qui a ouvert la porte de la mendicité sans que Dieu ne lui ouvre la porte de la pauvreté.
Je vais vous dire autre chose, retenez-le aussi. Ce monde se divise en quatre catégories de gens :
-La première est celle d'un serviteur auquel Dieu a accordé argent et savoir. Il craint son Seigneur lorsqu'il dépense de son argent, il s'en sert pour entretenir les liens de parenté et sait que Dieu a un droit sur cet argent. Il occupe la position la plus élevée..
-La seconde catégorie est celle d'un serviteur auquel Dieu a accordé la science mais non l'argent. Cependant, il est sincère et assure : « Si j'avais de l'argent, j'œuvrerais comme untel a œuvré. » Par son intention, il aura la même récompense que le précédent.
-La troisième est celle d'un serviteur auquel Dieu a accordé de l'argent mais pas la science. Il dépense son argent de manière irraisonnée, sans craindre son Seigneur dans ce qu'il dépense et sans même s'en servir pour renforcer ses liens de parenté. Il ne reconnaît à Dieu aucun droit sur cet argent. Celui-là occupe la pire des positions.
-Enfin la quatrième catégorie est celle d'un serviteur auquel Dieu n'a accordé ni argent ni science et qui dit : « Si je possédais de l'argent, j'œuvrerais à l'instar d'un tel. Du fait de (sa mauvaise) intention, il se verra inscrire des péchés identiques à ceux du précédent. » (Tirmidhi)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui mendie en vue de s'enrichir mendie en réalité une braise en Enfer, qu'il mendie peu ou beaucoup. » (Mouslim)

Selon Samoura Ibn Joundab (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « La mendicité est une écorchure que l'homme se fait sur le visage, sauf s'il réclame au gouverneur (ce qui lui est dû) ou qu'il mendie par nécessité absolue. » (Tirmidhi)


5) Le Pèlerinage

          Il a lieu une fois par an à La Mecque et rassemble des croyants du monde entier. Il correspond à un ensemble d'actes cultuels répartis sur quatre jours dont quelques-uns sont basés sur l'histoire de certains Prophètes. Il doit être effectué au moins une fois dans la vie de l'homme s'il en a la capacité physique et financière. Son accomplissement efface tous les péchés précédents et apportent beaucoup de sagesse, en particulier par l'union pacifique de la communauté musulmane à travers des millions de musulmans pratiquant ce pilier islamique chaque année. D'ailleurs la tenue d'Irham (de la sacralisation) des pèlerins de la Mecque est composée de deux étoffes blanches sans couture ni tâche dont chacune représente l'unité et la pureté de la pieuse communauté solidaire, comme la tunique sans couture ni tâche de Jésus le Saint Esprit humain représentait l'unité de sa communauté ou qu'elle aurait dû préserver.

(ExtS3v97) « Et c'est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le pèlerinage de la Maison (kaaba à la Mecque). »

(S2v196-203) « Et accomplissez pour Allah le pèlerinage et l'Umra. Si vous en êtes empêchés, alors faite un sacrifice qui vous soit facile. Et ne rasez pas vos têtes avant que l'offrande (l'animal à sacrifier) n'ait atteint son lieu d'immolation. Si l'un d'entre vous est malade ou souffre d'une affection de la tête (et doit se raser), qu'il se rachète alors par un siyam (jeûne), ou par une aumône, ou par un sacrifice. Quand vous retrouverez ensuite la paix, quiconque a joui d'une vie normale après avoir fait l'Umra en attendant le pèlerinage, doit faire un sacrifice qui lui soit facile. S'il n'a pas les moyens, qu'il jeûne trois jours pendant le pèlerinage et sept jours une fois rentré chez lui, soit en tout dix jours. Cela est prescrit pour celui dont la famille n'habite pas auprès de la Mosquée sacrée. Et craignez Allah, et sachez qu'Allah est dur en punition. Le pèlerinage à lieu dans des mois connus. Si l'on se décide de l'accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage. Et le bien que vous faites, Allah le sait. Et prenez vos provisions, mais vraiment la meilleur provision est la piété. Et redoutez-Moi, ô doués d'intelligence ! Ce n'est pas un pêché que d'aller en quête de quelque grâce de votre Seigneur. Puis, quand vous déferlez depuis Arafat, invoquez Allah, à al-Mashar-al-Haram (Al-Muzdalifa), et invoquez-Le comme Il vous a montré la bonne voie, quoiqu'auparavant vous étiez du nombre des égarés. Ensuite déferlez par où les gens déferlèrent, et demandez pardon à Allah, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. Et quand vous aurez achevé vos rites, alors invoquez Allah comme vous invoquez vos pères, et plus ardemment encore. Mais il est des gens qui disent seulement : “Seigneur ! Accorde nous (le bien) ici-bas !” Pour ceux-là, nulle part dans l'au-delà. Et il est des gens qui disent : “Seigneur ! Accorde nous belle part ici-bas, et belle part aussi dans l'au-delà, et protège-nous du châtiment du Feu !” Ceux-là auront une part de ce qu'ils auront acquis. Et Allah est prompt à faire rendre compte. Et invoquez Allah pendant un nombre de jours déterminés. Ensuite, il n'y a pas de péché pour qui se comporte en piété deux jours, et à s'attarder non plus. Et craignez Allah. Et sachez que c'est vers Lui que vous serez rassemblés. »


Selon Gabir (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit en partant au pèlerinage à la Mecque avec un grand nombre de compagnon : « « Nous voici, Ô Allah, répondant à Ton appel ! Nous Te répondons, Tu n'as pas d'associé ! La louange et les bienfaits sont à Toi ainsi que le royaume, Tu n'as pas d'associé ! »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui fait le pèlerinage sans commettre ni immoralité, ni dévergondage, retourne (chez lui) aussi pur que le jour où sa mère l’a mis au monde. » (URA)

Nefii Ibn Abdelhatith raconte : Le calife Omar (SDP) fit l'aumône d'une chèvre blanche tâchée et âgée de plus de deux ans pour expier sa faute selon la règle religieuse d'avoir été la cause de la mort d'un pigeon dans la mosquée sacrée même en dehors du pèlerinage.

Le Tabliya (invocation à prononcer avant le début du pèlerinage (le hajj) ou du petit pèlerinage (la omra) : 

« Me voici, Seigneur, me voici, Tu n'as aucun associé, me voici. La louange, la grâce et la souveraineté sont à toi, Tu n'as pas d'associé. »

L'invocation entre le coin yéménite et la pierre noire (de la Kabah) :

Le Prophète (SBDSL) avait l'habitude de dire entre le coin yéménite et la pierre noire : 
(S2v201) : « Seigneur ! Accorde nous belle part ici-bas, et belle part aussi dans l'au-delà, et protège-nous du châtiment du Feu ! »

Invocations à dire à As-Safa et Al-Marwa :

Jaabir (SDP) a dit lorsqu'il décrivait le pèlerinage du Prophète (SBDSL) : « ...et lorsqu'il fut proche d'As-Safa, il récita : « As-Safa et Al-Marwa sont vraiment parmi les lieux sacrés d'Allah », « Je commence parce qu'Allah a commencé »..., alors il commença par Safa et l'escalada afin qu'il puisse voir la Kabah, ensuite il lui fit face (à la montagne) et dit : « Allah est grand, Allah est Grand, Allah est Grand »...et puis il formula ce qui suit trois fois, en faisant une invocation de supplication après chacune d'elle : « Il n'y a de divinité que Dieu, l'Unique sans associé. A Lui la royauté, à Lui la louange, et Il est de toute chose capable. Il n'y a point de divinité en dehors d'Allah. Il a tenu Sa promesse, accordé la victoire à Son serviteur et vaincu les alliés. »... Il répétait la même chose en arrivant à Al-Marwah.

Le Jour d'Arafah :

La meilleure invocation est celle qu'on formule le Jour d'Arafah et la meilleure formule que les Prophètes qui m'ont précédé et moi avons dites est : « Il n'y a point de divinité en dehors d'Allah, l'Unique, sans associé. A Lui la royauté, à Lui la louange, Il est capable de toute chose. »

En arrivant à Al-Mashar Al-Harram :

Jaabir (SDP) a dit : « Il (SBDSL) dirigea Al Qaswaa (sa chamelle) jusqu'à ce qu'il arriva à Al-Mashar Al-Harram. Il s'est ensuite tourné vers la qibla, invoqua Allah le Très-Haut, l'Unique. Il resta ainsi jusqu'à l'aube mais partit avant le lever du soleil. »

Lorsqu'on jette des pierres au jamraat (stèle représentant Satan):

Chaque fois que le Prophète (SBDSL) jetait une pierre (trois fois) aux trois jamaraat, il disait « Allah est Grand ». Après avoir complété le premier jamarrah, il avançait un peu, se tenait debout en faisant face à la Kabah, levait les mains et invoquait Dieu. Il le fit de même pour le deuxième jamaraah, mais pas pour le troisième après avoir lancé les trois pierres.

A la pierre noire :

Le Prophète faisait le Tawaf sur le dos d'un chameau (pour qu'il soit bien vu), et chaque fois qu'il arrivait près de la pierre noire il la touchait avec son bâton et disait : « Allah est Grand ».

a2) Suivre les quatre aspects de la personnalité du Prophète (SBDSL) et rester dans ses cinq activités d'adoration correspond au sommet de la sagesse (sainteté des êtres humains, et donc ennoblissement maximal, et donc plus grande dignité méritante s'ils cherchent à compléter leur piété au mieux)

          L’adoration en islam ne correspond pas seulement aux cinq piliers car elle propose aussi de suivre la personnalité du Prophète (SBDSL) :
d'une part au niveau de quatre aspects :
-le mode de vie
-le caractère
-l’apparence physique et hygiène
-la pensée
et d'autre part au niveau de cinq activités d'adoration permanente :
-les œuvres cultuelles
-l'enseignement et l'acquisition
-la prêche
-le service
-la concertation

          Le Prophète (SBDSL) qui a mis en actes toutes les lois coraniques est donc l'exemple à suivre. Il faut noter qu’à notre époque tout le monde suit plus ou moins des modes de vie : les rappeurs, les rockeurs, les motards, les hommes d’affaires etc... Alors il parait évident que la nature humaine tend vers des codes et que les meilleures habitudes sont celles transmises par le Prophète (SBDSL) :
(S2v151) Ainsi, Nous avons envoyé parmi vous un Messager de chez vous qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous enseigne le Livre et la Sagesse et vous enseigne ce que vous ne saviez pas. »
(S33v21) « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle (à suivre), pour quiconque espère en Allah et au jour dernier et invoque Allah fréquemment. »
          Pour gravir les échelons de la pieuse dignité, l'homme doit donc se purifier en allant vers la droiture, garder ses acquis du comportement religieux et tendre vers les habitudes prophétiques qu'il ne pratique pas encore. Ainsi, le Prophète (SBDSL) a expliqué la morale, le comportement et la rétribution de la plupart des ordres divins, afin de nous montrer que la perfection spirituelle humaine serait de rester en permanence dans les habitudes prophétiques d'adoration en se repentant au début et à la fin, pour avoir la meilleure valeur continuellement et progresser dans la foi constamment. 

1) Les quatre aspects à imiter :

1) Mode de vie

a) Comportement général

          Il est fondamental de comprendre que toutes les fonctions du corps humain, même celles qui ont un aspect impur (sexualité, menstrues, urine, défécation...), proviennent d'une digne science prestigieuse. Sur ce point, l'islam affirme que seuls de sages comportements, pour gérer ces fonctions convenablement, permettent de confirmer leur noblesse tout en faisant apparaître la nôtre.
          Ainsi le comportement du Prophète (SBDSL) est l'exemple à suivre pour effectuer en permanence tous nos actes sagement dans un cadre légal synonyme d'adoration constante et donc de dignité maximale, puisque permettant d'anoblir tout le temps de l'homme et toutes les fonctions de son corps, en répétant simplement ses invocations et ses gestes pour chacun de nos besoins ou chacune de nos nobles occupations.
          Pour ceux qui n'ont pas encore étudié la religion, il suffit de dire « bismila »  (au nom de Dieu) ou « amdulila » (la louange est à Dieu) au début de chaque occupation sage, et « astafala » (pardon à Dieu) à la fin et possiblement au début.
          Comme il sera vu ci-après, il faut aussi faire les choses pures avec la main droite, ou commencer certains actes avec la main droite (voire partie corporelle droite) et les finir avec la main gauche (voire partie corporelle gauche) comme pour l'habillement et le déshabillement, ou faire les choses impures avec la main gauche, afin d'avoir par ce mode vie nos deux mains droites comme Dieu :
Sèid Ibn Manyour rapporte : Ibrahim (SDP) a dit : « Le Messager d'Allah (SBDSL) consacrait sa main droite à sa nourriture, sa boisson, ses ablutions et aux choses de ce genre, et il utilisait sa main gauche pour se nettoyer des impuretés, se moucher et les choses de ce genre. »
          Il apparaît donc qu'en suivant cette piété, tout notre temps et toutes nos nobles occupations deviendront une sainte adoration constante reflétant une forme d'esprit saint et d'ennoblissement maximal puisque provenant de l'imperfection humaine, si c'est accompagné par un noble caractère et une sage moralité.

Voici un aperçu de ce comportement exemplaire du Prophète (SBDSL) inspiré par Dieu qui sera plus détaillé ci-après dans le chapitre a3) 5)

Au niveau des repas

Il mangeait uniquement lorsqu'il avait faim et jamais jusqu'à sa faim afin de toujours se sentir agréablement et donc sagement léger.

Omar Ibn Abu Salama (le fils de l'une des épouses du Prophète) a dit : J'étais un enfant vivant sous le toit du Messager de Dieu (SBDSL). Quand je mangeais avec les autres (dans un même plat), ma main se promenait pour prendre le manger de devant eux. Le Messager de Dieu me dit alors : « Enfant ! Prononce le nom de Dieu (en te mettant à table), mange avec ta main droite et mange de ce qui est devant toi. » Cela n'a cessé depuis d'être ma façon de manger. » (Boukhari et Mouslim)

Avant :

Il est de tradition prophétique de soulager un éventuel besoin d'uriner et de faire ses ablutions avant de manger qui est la nourriture corporelle et avant la prière qui est la nourriture spirituelle, car ces deux types d'acquisition de subsistance méritent une détente de l'âme pour être plus appréciées, plus valorisées, et donc plus efficaces et donc plus enrichissantes.

Selon Shaddad Ibn Aws (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Dieu prescrit al-ihsan (l'excellence) en toute chose. Ainsi, si vous tuez, tuez convenablement et si vous égorgez, faites-le avec soin : que l'on aiguise la lame et qu'on épargne à la bête de souffrir. » [Muslim]
Commentaire : Al-ihsan signifie le bien faire, le savoir-faire, l'excellence, la perfection (dans la crainte de Dieu) que l'on doit observer en toute chose. Toute oeuvre que l'on accomplit doit se faire en recherchant la perfection. Ainsi, l'islam nous impose le respect des animaux que l'on doit abattre et de leur épargner, autant que possible, toute souffrance. D'ailleurs, il y a de nombreuses prescriptions concernant l'abattage rituel : il faut traiter la bête avec prudence et douceur, utiliser un instrument tranchant afin de lui épargner la souffrance, ne pas l'abattre en présence d'une autre bête et, après l'abattage, ne pas la tenir attachée.

Au début:

Dire « au nom de Dieu » et « ô mon Seigneur répand la plénitude dans tout çe que Tu nous a accordé comme bien et garde-nous du châtiment de l'Enfer. »

Pendant :

Le Prophète (SBDSL) utilisait uniquement de sa main droite pour manger et boire. Il servait toujours de la droite vers la gauche et pour boire, il commençait par une gorgée, puis une autre, et enfin il buvait ce qu'il voulait.
D'après Anas (SDP), le Prophète (SBDSL) n'a jamais pris de repas à table (mais seulement sur une nappe posée au sol par humilité), ni mangé de pain à sa faim.
Le Prophète (SBDSL) nous a interdit de porter des vêtements de soie et de boire dans des récipients d’or ou d’argent en nous disant : « Ces choses sont pour eux (les mécréants) dans ce bas-monde et pour vous dans l’autre. » (URA)
(S16v114) « Mangez donc de ce qu’Allah vous a attribué de licite et de bon. Et soyez reconnaissants pour les bienfaits d’Allah, si c’est Lui que vous adorez. »
Aïcha (SDP) rapporte : Le Messager d'Allah (SBDSL) mangeait avec six personnes quand entra un nomade. Il mangea ce qui était devant eux en deux bouchées. Le Messager d'Allah dit alors : « S'il avait invoqué le nom d'Allah comme vous, cette nourriture vous aurait suffi. Quand vous mangez, évoquez le nom d'Allah élevé. Si vous oubliez puis vous vous rappelez, dites : au nom d'Allah pour son début et sa fin. »

A la fin :

Dire : « louange à Dieu qui nous a donné à manger et à boire et a fait de nous des musulmans »

ou : Le Prophète (SBDSL) a dit à Abou Bakr et Omar (SDP) : Quand vous finissez d'avoir manger suffisamment, dites : « Louange à Allah qui nous a rassasiés et qui nous a donné ses bienfaits en abondance. » C'est le remerciement de cette nourriture abondante (ainsi vous n'aurez pas à en rendre compte le Jour Dernier).

Invocation quand on a été invité à manger :

Selon Anas (SDP), lors d'une invitation dans la maison de Saad qui offrit de l'huile au Prophète (SBDSL) et espérait des bénédictions, le Prophète (SBDSL) mangea, et une fois qu'il finit, il dit : « Que les pieux mangent votre nourriture, que les anges prient pour vous et que les jeûneurs rompent leur jeûne chez vous. »

Abdallah Ibn Bosr rapporte qu'après que le Prophète (SBDSL) ait mangé chez ses parents sur invitation, il dit : « Ô Allah ! Pardonne-leur, accorde-leur Ta miséricorde et bénis leurs biens. »

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

Au niveau du sommeil :

Pour se coucher :

Le Prophète faisait ses ablutions, se couchait sur le coté droit, la main droite sur sa joue droite et disait :
Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit  : « Ô untel ! Quand tu te mets au lit dis : « Ô mon Seigneur, je me soumets à Toi et je m'en remets en toi pour toute chose. Je m'appuie sur Toi à cause de mon désir d'aller vers Toi et de ma crainte de Toi, car on ne saurait trouver d'assistance et de refuge sûr contre Toi, qu'en Toi-même. Je crois au livre que Tu as révélé et au Prophète que tu as envoyé. » Si tu meurs cette nuit, tu mourras dans la foi conforme à la saine nature (l’islam) et si tu te réveilles le matin, ce sera un bon réveil. » (URA)
Il est évidemment possible de changer de côté  lorsqu'on n'arrive pas à s'endormir, mais la position sur le ventre est interdite.
Or il faut noter qu'une journée complète dans la piété facilite l'endormissement.

En se réveillant :

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

Le Prophète (SBDSL) disait « Louange à Dieu qui m'a fait revivre après m'avoir fait mourir et c'est auprès de Lui que se fera la résurrection » puis se lavait les dents et faisait ses ablutions.

Au niveau des toilettes :

En entrant :

Avant d'entrer il disait : « Je cherche refuge auprès de Dieu contre les démons mâles et femelles», puis il entrait du pied gauche et fermait la porte.
En voyage, il cherchait un endroit à l'abri du regard des gens.

Pendant :

Il utilisait sa main gauche, se nettoyait avec de l'eau, et ne parlait pas.

En sortant :

Il sortait du pied droit et disait : « Louange à Dieu qui m'a permis de me débarrasser des choses nuisibles et m'a accordé une bonne santé. »

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

          Par conséquent, le Prophète (SBDSL) a toujours sagement évoqué Dieu en agissant donc constamment noblement selon la volonté divine et ainis dans un saint ennoblissement maximal :
Une personne rapporte : « La main droite du Messager de Dieu (SBDSL) lui servait à ses ablutions et à son manger, tandis que sa main gauche lui servait après l‘accomplissement de ses besoins et pour tout acte impur. » (Abou Dawoud)
De plus, lors de l'utilisation d'un bien, il faut donc commencer par la droite et finir par la gauche. Par exemple pour mettre un vêtement, il faut le mettre sur soi en commençant par la droite et l'enlever en commençant par la gauche :
Aïcha (SDP) rapporte : « Le Prophète aimait commencer par la droite en toute chose : lorsqu'il faisait ses ablutions, se peignait et se chaussait. » (Boukhari et Mouslim)
Toujours selon elle : « Le Prophète (SBDSL) se servait de sa main droite pour faire ses ablutions et se nourrir, et il utilisait sa main gauche lorsqu'il était aux toilettes et pour ôter tout désagrément (saleté). » (Abou Dawoud)
Oum Atiya (SDP) rapporte : Le Prophète (SBDSL) dit aux femmes chargées du lavage rituel de sa fille Zaynab : « Commencez par la partie droite de son corps après avoir procédé à ses ablutions. » (Boukhari et Mouslim)
Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque l'un de vous s'apprête à se chausser, qu'il commence par le pied droit, et lorsqu'il se déchausse, qu'il commence par le pied gauche. Que le pied droit soit le premier chaussé et le dernier déchaussé. » (Boukhari et Mouslim)
Hafsa (SDP) rapporte : « Le Messager de Dieu (SBDSL) réservait sa main droite pour manger, boire et se vêtir, et il utilisait sa main gauche pour le reste. » (Abou Dawoud)
Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Lorsque vous vous habillez et que vous accomplissez vos ablutions, commencez toujours par la droite. » (Abou Dawoud et Tirmidhi)
Anas (SDP) rapporte : Le Prophète (SBDSL) se rendit à Mina (pendant le Hajj), puis il se dirigea vers la stèle (de Aqaba) et jeta (les cailloux sur les stèles représentant le Diable). Ensuite il rejoignit sa demeure à Mina, sacrifia une bête et dit au barbier (pour couper ses cheveux selon la tradition islamique) : « Vas-y. », tout en désignant le côté droit de sa tête, puis le gauche. Ensuite, il distribua ses cheveux parmi les gens. (Boukhari et Mouslim)

          Ainsi ces habitudes automatisent presque les gestes de la piété et rendent le corps conscient de sa foi, de sa piété et de sa droiture, comme le prouve la récente découverte de la mémoire des muscles dans nos habitudes. Et quand l'occasion de choisir entre le pair et l'impair se présente, il est de tradition de choisir l'impair, car Dieu est impair puisqu'il est unique.
          D'autre part, il faut noter que même dans la banale façon de mélanger, il y a un pieux comportement à suivre qui apporte de la sagesse car il va à l'opposé des pulsions physiques. En effet pour mélanger des aliments, notre main droite tourne naturellement la cuillère en faisant un mouvement circulaire de gauche à droite dans le sens des aiguilles d'une montre. Ainsi pour apprendre au corps à être conscient de sa droiture pieuse et pour anoblir l'esprit, le Prophète (SBDSL) nous a montré qu'il fallait le faire dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, c'est à dire de droite à gauche. En effet il s'agit aussi d'un sage apprentissage logique puisque permettant également d'automatiser l'esprit à contrôler ses instincts en lui apportant la glorieuse dignité, comme on peut voir l'importance d'habituer à maitriser dignement les instincts et donc l'ego à travers la tradition prophétique de penser à dire « bismila (au nom de Dieu, signifiant rendre hommage à Dieu) » avant de boire ou de manger. .

          Pour anoblir complètement l'être humain,
le Messager de Dieu (SBDSL) a également donné l'exemple du comportement à la maison, en s'habillant, sur un moyen de locomotion, au marché, pendant les intempéries, lors des relations intimes, etc...
          Le livre nommé "le jardin des vertueux (ryad salihin en arabe)" permet de connaître une grande partie de ces habitudes et des mérites que l'on peut obtenir dans la religion musulmane. Il peut être acheté dans une librairie musulmane ou être étudier dans le site : http://islammedia.free.fr/
          La plupart des comportements quotidiens prophétiques sont également disponibles au chapitre a3) de cette page.


b) Tendre vers les oeuvres méritoires (par conséquent aussi tous les actes surérogatoires)

          Pour un être conscient et responsable, la sagesse semble ainsi classable dans ces différents niveaux :
-L'injustice, c'est faire ce qui est mal tout en ne faisant pas le bien qui est légitimement obligatoire : sa rétribution sera l'Enfer.
-
La médiocrité, c'est ne pas faire de mal tout en étant indifférent au bien :
sa rétribution pourrait être comparable à « Al Araf ».
-La dignité minimale, c'est faire le bien qui est légitimement obligatoire et éviter de faire le mal :
sa rétribution sera un des niveaux du Paradis.

-La noblesse correspond au bien obligatoire et non obligatoire : s
a rétribution est un des niveaux supérieurs au premier niveau du Paradis.

-La sainteté, c'est ne faire que du bien. (Pour les hommes, c'est également être en permanence dans la noble adoration de Dieu) : sa rétribution sera le plus haut niveau de Paradis.

-La méritante dignité (noblesse, grandeur) maximale, c'est ne faire que le mieux pour soi-même noblement et pour les autres miséricordieusement :
sa rétribution sera le plus haut niveau de Paradis.

(S46v19) « Et il y a des rangs (de mérite) pour chacun, selon ce qu'ils ont fait, afin qu'Allah leur attribue la pleine récompense de leurs œuvres, et ils ne seront point lésés. »

Voici quelques exemples d'oeuvres méritoires:

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Quiconque accomplit ses ablutions chez lui, puis se rend (avec mérite) dans une mosquée afin d'y accomplir l'une des prières prescrites se verra pardonner un péché pour un pas accompli et sera élevé d'un degré pour le pas suivant. »

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Si les gens connaissaient les vertus (du mérite) de l'adhan (appel à la prière) et du premier rang (de la prière) et s'ils ne trouvaient d'autre moyen pour se départager que le tirage au sort, ils auraient recours à cette méthode. S'ils connaissaient les mérites qu'il y a à se rendre tôt à la mosquée (pour accomplir la prière), ils feraient la course pour y parvenir les premiers. Enfin, s'ils connaissaient les vertus (et récompenses) de la dernière prière de la journée et la de première, ils y viendraient même en rampant. »

Abou Qatada (SDP) rapporte : Le Prophète (SBDSL) fut interrogé sur le mérite du jeûne du lundi. Il répondit : « C'est le jour de ma naissance et le jour où on m'a envoyé en tant que Prophète (ou le jour où j'ai reçu la révélation). »

Selon Kab Ibn Ujra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Il est des paroles (de mérite) que l'on prononce après chaque prière prescrite. Celui qui les répète ne sera pas déçu : « gloire à Dieu » (soubhan Allah) trente-trois fois, « louange à Dieu » (al hamdou li Lah) trente-trois fois, et « Dieu est le plus Grand » (Allahou Akbar) trente-quatre fois. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui prend une route à la recherche d’une science, Allah lui facilite une voie vers le Paradis. » (Mouslim)

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Sept catégories de personnes seront ombragées par l'ombre de Dieu le jour où il n’y aura d’ombre que la sienne (c'est à dire lors du Jugement Universel) : un chef équitable, un jeune homme qui a grandi dans le culte de Dieu, un homme dont le cœur est attaché aux mosquées, deux êtres qui se sont aimés en Dieu, se sont réunis en Lui et se sont séparés en Lui, un homme qu’une belle femme de haute position sociale a appelé à elle mais qui lui dit : « Je crains Dieu », et un homme qui évoqua Dieu loin de tous les regards et en eu les yeux débordant de larmes. » (URA)


Or sans une grande foi synonyme d'une pratique religieuse et d'un bon comportement réguliers, et donc d'une profonde piété, certaines œuvres méritantes particulières semblant parfois simples sont en réalité souvent peu simples surtout si on veut toutes les cumuler, de plus fréquemment.

Divers mérites supplémentaires concernant les pratiques religieuses ou autres actions importantes :

Pour connaître de nombreux mérites supplémentaires concernant les pratiques religieuses ou autres actions importantes voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/

c) Eviter les interdictions pour tendre vers la suprême dignité

Morales

(S2v219) « Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : “Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens, mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité.” »

(S5v90/91) « Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en afin que vous réussissiez. Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l'inimité et la haine, et vous détourner d'invoquer Allah et de la Salat. Allez-vous donc y mettre fin ? »

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Allah le Très-Haut est jaloux. Ce qui provoque la jalousie d'Allah le Très-Haut, c’est quand l’homme fait ce qu'Allah lui a interdit de faire. »

Enumération de divers péchés principaux

1-Le polythéisme : le plus grave, 2- Le meurtre, 3- La magie, 4- La négligence de la prière, 5- La non transmission de l'aumône (zakat), 6- La rupture du jeûne lors du mois de Ramadan sans excuse valable (maladie, voyage), 7- La négligence du pèlerinage alors qu'on est matériellement en mesure de le faire, 8- L'ingratitude envers son père ou sa mère, 9- Le refus d'aider des parents proches dans le besoin, 10- L'adultère et la fornication hors mariage, 11- L'homosexualité, 12- L'usure, 13- L'oppression d'un orphelin et le détournement de ses biens, 14- L'invention de mensonges sur Dieu et son Messager, 15- La fuite du combat lors de la guerre sainte, 16- Le gouvernement injuste qui ne suit pas les prescriptions de l'islam, 17- L'orgueil et la magnificence, 18- Le faux témoignage, 19- La consommation de boissons alcoolisées, la toxicomanie en général (haschich compris), 20- Le jeux de hasard, 21- La calomnie des femmes mariées, 22- La fraude devant le trésor public ou avec les biens des aumônes, 23- Le vol, 24- Le banditisme de grand chemin, le gangstérisme, 25- Le faux serment, 26- L'injustice en général, le fait de ne pas suivre la charia (les lois de l'islam), 27- La dîme, pratique antéislamique de ceux qui prélevaient un dixième du montant des marchandises lors du passage dans un village, sur un pont, 28- L'acquisition de biens par des moyens illicites : faux serment, vol, escroquerie, jeu de hasard, 29- Le suicide, 30- Le mensonge, 31- Le jugement non conforme aux révélations de Dieu, 32- Le pot-de-vin, 33- L'imitation des femmes par des hommes, et réciproquement, le travestisme et, a fortiori, le transsexualisme, 34- Le proxénétisme, 35- Le mariage blanc, mariage de pure convention conclu par intérêt, 36- La souillure, en particulier par l'urine, 37- L'hypocrisie, en particulier la simulation de la foi, 38- La dissimulation de la révélation divine, ou la manipulation des textes révélés, dont par des gens du Livre, 39- La trahison, 40- Le reproche joint à l'aumône, 41- La négation du destin décidé par Dieu, "l'existentialisme", 42- L'espionnage de personnes dans leur vie privée, l'indiscrétion, 43- La calomnie, la diffamation, 44- La malédiction, 45- La perfidie, 46- La croyance aux devins, aux astrologues, aux cartomanciennes, aux superstitions, 47- L'insubordination de la femme, si le mari est juste, 48- Les représentations figurées, les idoles, les sculptures 49- L'affliction exagérée et non sincère lors d'un décès (référence aux "pleureuses" antéislamiques), 50- L'iniquité, la rébellion sans justification, 51- L'oppression (et mauvais traitements) des faibles : esclaves, pauvres, femmes, concubines, orphelins et aussi animaux, 52- La méchanceté envers son voisin, 53- L'offense et la calomnie en particulier envers les musulmans, 54- L'empiètement sur les droits des pauvres, 55- L'arrogance, aussi bien dans le port de riche vêtement que dans la démarche, 56- Le port par l'homme de vêtements en soie et de bijoux en or, 57- La fuite pour un esclave, si le maître est juste, 58- Le sacrifice adressé à un autre qu'a Dieu, 59- Le reniement de son père, en particulier par l'adoption d'un autre nom, 60- La vaine querelle, la discussion malhonnête, le goût de la dispute, 61- Le refus de donner de l'eau, 62- La fraude d'un marchand dans le poids des marchandises, 63- Le doute de la toute puissance de Dieu, 64- Le préjudice causé à de bons serviteurs de Dieu, 65- L'abandon de la prière en groupe pour prier seul, 66- La persistance de l'abandon de la prière en groupe, en particulier celle du Vendredi, 67- Le tort causé à un héritier, par l'invention de dettes imaginaires ou tout autre moyen, 68- La ruse, la tromperie, 69- L'espionnage des autres musulmans et la révélation de leurs faiblesse, 70- L'injure, en particulier aux compagnons du Prophète (SBDSL).

D'après Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Evitez les sept turpitudes (péchés mortels) ! » « Quelles sont-elles, ô Envoyé d'Allah ? », demandèrent les fidèles. Il répondit : « Ce sont le polythéisme, la magie, le meurtre qu'Allah a interdit sauf à bon droit, l'usurpation des biens de l'orphelin, l'usure, la fuite du front au jour du djihad, et la fausse accusation (de fornication) des femmes vertueuses, chastes et croyantes. »

(Abou Hounaynan) Selon Abou Bakra Ibn Al Hàreth (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit (trois fois de suite) : « Voulez-vous que je vous informe des plus grands péchés ? » Nous dîmes : « Certainement que oui, ô Messager de Dieu ! » Il dit : « Le fait de donner à Dieu des associés, l'ingratitude envers les deux parents... » Il était appuyé à quelque chose. Il se mit assis et dit : « Attention ! Il y a aussi le parler mensonger (dont calomnie) et le faux témoignage. » Il ne cessa de les répéter jusqu'à ce que nous dîmes : « Si seulement il n'en avait rien dit ! » (URA)

Selon Abdullàh Ibn Amr Ibn Al As (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Les grands péchés sont : Le fait de donner à Dieu des associés. L'ingratitude envers les deux parents. Le meurtre. Et le faux serment. »

D'après AbdAllah ibn Amar ibn Al Ass (SDP), Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les péchés capitaux sont : le polythéisme, la désobéissance aux parents, le suicide et le faux serment prémédité. » (Boukhari)

(Evangile de Jésus Christ selon saint Marc, 10:19) : « Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d'adultère; tu ne tueras point ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère. »

Il semble sage de rappeler ici les péchés capitaux dans le christianisme :
L'orgueil, l'avarice, l'envie, la colère démesurée, la luxure, la paresse et la gourmandise.

Il important de savoir que pour se faire pardonner ces grands péchés, le repentir est nécessaire. C'est à dire que les prières quotidiennes n'effaçant que les petits péchés ne suffisent pas pour être pardonné en cas de grand péché.

Pour que le repentir soit accepté il faut :

-exprimer sincèrement la demande de pardon à Dieu

-arrêter immédiatement le péché

-avoir du regret quand on repense à ce péché

-rétablir la justice envers un offensé (rendre la chose volée par exemple ou payer sa valeur) ou lui demander pardon

-savoir laisser le mauvais passé derrière soi pour avancer plus facilement dans le bien

(S4v17/18) « Allah accueille seulement le repentir de ceux qui font le mal par ignorance et qui aussitôt se repentent. Voilà ceux de qui Allah accueille le repentir. Et Allah est Omniscient et Sage. Mais l'absolution n'est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et qui s'écrie “Certes, je me repens maintenant”, non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c'est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux. »

Selon Abou Houreyra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit dans ce qu'il rapporte au sujet des paroles de son Seigneur (Glorifié soit-Il) : Suite à un péché qu'un de Ses serviteurs a fait seul (sans nuisance à autrui, c'est à dire dans la limite de ne pas forcer les autres à faire quelque chose de mal ou de leur faire du mal car sinon nécessitant aussi leur pardon) et a ensuite demandé pardon à son Seigneur, Dieu dit : « Mon serviteur a commis un péché puis a dit : Mon Dieu ! Pardonne-moi mon péché ! » Puis Dieu lui répond alors : « Mon serviteur a commis un péché et a su qu'il avait un Seigneur qui pardonne les péchés et qui châtie celui qui les commet. » Le serviteur recommença à pécher et demanda à nouveau : « Seigneur ! Pardonne-moi mon péché. » Dieu s'exclama encore : « Mon serviteur a commis un péché et a su qu'il avait un Seigneur qui pardonne les péchés et qui châtie celui qui les commet. » Puis le serviteur pécha encore une fois et il réitéra sa demande de pardon : « Seigneur ! Pardonne-moi mon péché. » Dieu répéta encore : « Mon serviteur a commis un péché et a su qu'il avait un Seigneur qui pardonne les péchés et qui châtie celui qui les commet. J'ai déjà pardonné à Mon serviteur, qu'il fasse donc ce qu'il veut. » (Boukhari et Mouslim)


Les comportements à éviter dans le langage :


Parler de ce qui ne nous regarde pas - le surplus dans la parole - parler vainement - sournoiserie et polémiques - les disputes - l'âpreté dans la parole - le libertinage, l'insulte et la vulgarité - la poésie et les chansons licencieuses - les discussions stériles ou futiles - l'excès de la plaisanterie - la moquerie - la divulgation du secret - la promesse mensongère - le mensonge dans la parole et le serment - la médisance - la calomnie.

Lors de discussions, avoir évidemment une douce ou moyenne intonation légèrement dynamique, un petit peu chantonnante par la bonne humeur et raisonnablement affective, et un courtois langage au moins courant ni trop soutenu en articulant pas trop rapidement, tout en ne regardant pas tout le temps dans les yeux l'interlocuteur. Et les temps de silence doivent être considérées comme un fruit de l'amitié ou de l'amour en Dieu, car tel la présence d'un enfant, le rappel de Dieu purifie les situations. De plus en pensant satisfaire Allah, il ne faut pas hésiter à exprimer certaines nobles idées d'une belle manière personnelle. En effet lorsque on ne se sert pas de la liberté d’expression, elle périclite, elle peau-de-chagrine, elle s’atrophie. Il s’agit donc d’un muscle, qu’il faut travailler chaque jour, sinon on finit avec un masque et on trouve ça normal. Car la censure, et sa fille appeurée l’autocensure, c’est l'inutilité sociale d’esprit. Quand on ne s'exprime pas, la bouche se ferme, et on n’arrive plus à la rouvrir. Ce théorème du Christ appliqué à la liberté d’expression donne : celui qui ouvre sa bouche (noblement) la gardera ouverte, et celui qui ne l’ouvre pas perdra (noblement) jusqu’à sa bouche. Voilà pourquoi la plupart des personnalités (soumises au système), qui ont accès au micro des médias, n’ont plus de bouche (liberté d'expression). Enfin le bon comportement demandé par la religion doit nous amener à nous taire lorsque nous ne sommes pas concernés ni consultés et il est donc sage de parler au bon moment, et nous inciter à se déplacer pour éviter de parler fort. Or notre époque vie une décomposition du langage et de l'expression au niveau de la pudeur, de la décence et de la tenue jusque dans les grands médias. Cela va même souvent jusqu'à de gros problèmes cognitifs à travers l'intonation et l'expression grotesquement irrespectueuses de nombreux jeunes de quartiers sensibles. Voir concernant l'importance du bon langage, la vidéo « Le drame du Rap » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1046&v=NKFuRjQJb9U&feature=emb_title

(S33v70/71) « Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture. afin qu'Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son Messager obtient certes une grande réussite. »

Aïcha (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) après avoir considérablement baissé la voix devant son oncle Alaabbes (devenu musulman) dit à Abou Bakr (SDP) : Jibril m'a ordonné de baisser ma voix en présence de (mon oncle) Aabbes (par respect pour sa piété, sa position sociale et surtout sa descendance qui fut le califat abbasside) comme il vous a ordonné de baisser vos voix en ma présence. »

Aïcha a rapporté qu'après que le Prophète (SBDSL) ait glorifié discrètement la descendance de son oncle Alaabbes (devenu musulman) à l'oreille d'Abou Bakr devant cet oncle, il répondit à cet oncle qui qui n'avait pas entendu ces propos et qui voulait les connaître à la différence du Prophète qui voulait pudiquement les garder secrètes : « Je n'ai dit que du bien (dont sagement pour qu'il ne s'inquiète pas d'une mauvaise parole cachée). »  Puis son oncle dit : « Tu dis vrai (je te crois), je sacrifierais mon père et ma mère pour toi, et (de toute manière) tu ne dis toujours que du bien (car telle était la réputation du Prophète).

Abdullah Ibn Amr Ibn Al-As (SDP) rapporte : Le Prophète (SBDSL) n'était pas grossier et ne tenait pas non plus de propos inconvenants. Il disait : « Les meilleurs d'entre vous sont ceux qui jouissent du meilleur caractère. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Abou Darda (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Le jour de la Résurrection, rien n'est plus lourd sur la balance du serviteur croyant que le bon caractère. Dieu déteste tout être vulgaire aux propos inconvenants. » (Tirmidhi)

Abou Tamima Alhoujaymi raconte : Le Prophète (SBDSL) a dit à un homme venu lui demander conseil : « N'insulte personne (ni rien). » L'homme dit (vers la fin de sa vie) : « Je n'ai jamais rien insulté, même un chameau ou  une chèvre, depuis que le Messager d'Allah me l'a conseillé. »

D'après Abou Umâma al-Bahili (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Je garantie une maison dans la périphérie du Paradis à celui qui délaisse la polémique même si il a raison, une maison au milieu du Paradis à celui qui délaisse le mensonge même si il plaisante, et une maison en haut du Paradis à celui qui améliore son comportement. » (Abou Dawoud)

Le Messager de Dieu (SBDSL) fut interrogé sur ce qui faisait entrer les plus les gens au Paradis. Il dit : « La crainte de Dieu et la bonne moralité. » On l’interrogea de même sur ce qui faisait entrer le plus les gens en Enfer et il dit : « La bouche et le sexe. » (Tirmidhi)

D'après Ibn Masud (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « La sincérité mène aux œuvres de bien et les œuvres de bien mènent au Paradis. L'homme ne cesse de dire la vérité jusqu'à ce qu'on le mentionne auprès de Dieu sous le nom de véridique. Le mensonge mène à l'immoralité et l'immoralité mène en Enfer. L'homme ne cesse de mentir jusqu'à ce qu'il soit considéré auprès de Dieu comme menteur. » (Boukhari et Mouslim)

D'après Abou Hourayra (SDP), l'Envoyé d'Allah (SBDSL) a dit : « Ceux qui quittent une assemblée où ils n'ont pas mentionné Dieu le Très Haut sont comparables à ceux qui quittent le cadavre décomposé d'un âne (clairement sans aucune valeur voire synonyme d'immense idiotie). Cette assemblée sera pour eux (le Jour de la Résurrection) une source de regrets. » (Abou Dawoud)
Commentaire : Ce hadith à l'image très explicite montre comme dans la plupart des enseignements en rapport avec Dieu, l'importance essentielle de la politesse de noblement se Le rappeler dans diverses situations dont des particulières importantes comme celle évoquée dans celui-ci.

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Rien ne pèse plus dans la balance du croyant le jour de la résurrection que sa bonne moralité et son bon caractère. Dieu déteste en effet tout grossier au parler impudique. » (Tirmidhi)

Aïcha (SDP) rapporte : « Les paroles du Prophète (SBDSL) étaient claires et comprises de tous. »

Abou Yaala rap porte: Jebir ou Ibn Omar (SDP) a dit : « Dans les paroles du Messager d'Allah (SBDSL), il y avait une lenteur et une clarté (application dans l'expression et facilitation d'un sens profond voire multiple). »

Abou Hourayra (SDP) rapporte : J'ai entendu le Messager d'Allah (SBDSL) dire : « J'ai été envoyé avec des paroles concises et pertinentes. »

(ExtHadith) Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui croit en Dieu et au Jour ultime, qu'il dise une bonne chose ou se taise. » (URA)
Commentaire : Ainsi il est conseillé de tourner sept fois la langue dans la bouche avant de dire un mot, car c'est la moisson des mauvaises actions de la langue ou du sexe qui le plus souvent jette les gens dans l'Enfer. Proverbe : « Si ce que tu vas dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (surtout que le silence est ou doit être source de sérénité). » Surtout que le silence est un des endroits principaux où peut se percevoir le mieux la lumineuse noblesse divine quand on veut bien la recherchée.

Selon Ooubeda Ibn Qamit (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit à  Mouaadh Ibn Jebel : « Quiconque croit en Allah et au Jour Dernier, qu'il dise du bien ou qu'il se retienne de dire un mal. Dites du bien vous gagnerez (le Paradis) et taisez-vous plutôt que de prononcer le mal vous serez saufs (en évitant les conflits et l'Enfer. »

Abou Weil rapporte : Abdallah (SDP) a dit : J'ai entendu le Messager d'Allah (SBDSL) dire : « la plupart des péchés du fils d'Adam sont commis par la langue. »


Seiid Aljeriri rapporte : Ibn Aabbes (SDP) a dit : « J'ai appris que le Jour de la Résurrection, le plus de hargne qu'aura la personne sera contre sa langue. »

Ibn Abou Donya rapporte : Ali (SDP) a dit : « Le corps dépend de la langue. Quand la langue est droite, les membres sont droits, et quand la langue dévie aucun membre le résiste. »

Abou Nouaaym rapporte: Ibn Omar (SDP) a dit : « La chose que la personne doit le plus purifier est sa langue. »

Abdallah Ibn Dinar Albahrani rapporte : Zeyd Ibn Thebit écrivit à Oubey Ibn Kaab (SDP) : « Allah a fait de la langue l'expression du cœur, et il a fait du cœur un contenant et un gouverneur, et la langue est soumise à son enseignement. Quand la langue est reliée à un cœur pieux, les paroles viennent aisément, elles sont cohérentes et droites, et la langue ne gaffe pas et ne glisse pas. Et il n'a point de sagesse celui dont le cœur n'est pas en avant de sa langue. »

Ahmed rapporte : Aïcha (SDP) a dit : « Les paroles du Messager d'Allah (SBDSL) étaient détachées, toute personne pouvait les comprendre, et il ne déversait pas les paroles (pour éviter trop d'accumulation ou de vitesse rendant compliqué la mémorisation, alors que maintenant certains se déversent souvent). »

Anas Ibn Melik (SDP) raconte : Les arabes se servaient mutuellement pendant les voyages. Abou Bakr et Omar (SDP) étaient en compagnie d'un homme qui les servait. Ils dormirent une fois puis se réveillèrent et constatèrent qu'il ne leur avait pas préparé de nourriture, ils dirent : « Cet homme est un grand dormeur. » Ils le réveillèrent et dirent : « Pars chez le Messager d'Allah (SBDSL) et dis-lui : Abou Bakr et Omar te passent le salut et te demandent un condiment (un accompagnement avec le pain). » Le Prophète (SBDSL) dit : « Ils ont eu leur condiment. » Ils vinrent alors et demandèrent : « Ô Messager d'Allah ! Quel accompagnement avons-nous mangé ? » Il répondit : « La viande de votre frère. Par celui qui tient mon âme dans sa main ! Je vois sa viande entre vos incisives. » Ils demandèrent : « Prie pour notre pardon, ô Messager d'Allah ! » Il dit : Demandez-lui qu'il prie pour votre pardon (et vous pardonne). »

Aïcha (SDP) raconte : J'ai dit au Prophète (SBDSL) : « De toute façon, Cafiya est ainsi et ainsi (Cafiya était une épouse du Prophète belle et courte, et Aïcha a évoqué sa petite taille par jalousie. » Il répondit : « Tu as dit une parole, que si elle était mélangée à l'eau de la mer, elle l'aurait pourrie ! » Une fois, je lui ai mimé (le défaut d') une personne et il dit : « Je n'aimerais pas que tu me mimes une personne même si je posséderais tant et tant de richesses en échange. »

Selon Ibn Omar (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque vous êtes trois, ne discutez pas à deux à voix basse en excluant le troisième (mais permis à partir de quatre personnes). »


(S49v6) « Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair (de crainte) que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens (par médisance ou calomnie) et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait. »

Aalqama Ibn Waqqaç rapporte que le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « Il se peut qu'une personne dise une parole qui plaise à Allah sans croire qu'elle atteindra une grande valeur, et Allah sera satisfait d'elle jusqu'au jour où elle le rencontrera grâce à cette parole. Et il se peut qu'une personne prononce une parole qui déplaise à Allah sans penser qu'elle atteindra une grande importance et Allah sera en colère envers elle jusqu'au jour où elle Le rencontrera à cause de cette parole. »

Selon Abou Hourayra, le Prophète (SBDSL) a dit : « Il suffit pour mentir de rapporter tout ce qu'on entend. » (Mouslim)

(ExtHadith) Selon Abou Isa al-Mughira ibn Shouba (SDP), Ie Prophète de Dieu (SBDSL) a dit : Il répugne à Dieu le Très-Haut de vous voir rapporter sans distinction tout ce que vous entendez, de poser trop de questions (ou de demander avec insistance ce qui s'avère inutile), et de dilapider vos biens. (Boukhari et Mouslim)


(S4v148) « Allah n'aime pas qu'on profère de mauvaises paroles sauf quand on a été injustement provoqué. Et Allah est Audient et Omniscient. »

(ExtHadith) Selon Ibn Masoud (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Evitez d'élever la voix et de vous disputer comme cela a lieu dans les marchés. » (Mouslim)

(S49v2-5) « Ô vous qui avez cru ! N'élevez pas vos voix au-dessus de la voix du Prophète (ou autorité ou hiérarchie supérieure familiale ou sociale), et ne haussez pas le ton en lui parlant, comme vous le haussez les uns avec les autres, sinon vos oeuvres deviendraient vaines sans que vous vous en rendiez compte. Ceux qui auprès du Messager d'Allah baissent leurs voix sont ceux dont Allah a éprouvé les cœurs pour la piété. Ils auront un pardon et une énorme récompense. Ceux qui t'appellent à haute voix de derrière les appartements, la plupart d'entre eux ne raisonnent pas. Et s'ils patientaient jusqu'à ce que tu sortes à eux, ce serait certes mieux pour eux. Allah cependant, est Pardonneur et Miséricordieux. »

Selon Anas (SDP), quand le Prophète (SBDSL) prononçait une parole, il la répétait (souvent) trois fois afin qu’il fût bien compris (et que ça rentre leur cœur et donc aussi  leur mémoire). Quand il se rendait chez des gens, il les saluait trois fois. » (Boukhari)

Commentaire : En effet l’apprentissage et la profondeur des choses vient de leur rappel, comme une musique se comprend mieux avec le temps.

En essayant de lier ce qui vient d'être dit sur les deux niveaux de péchés et les règles du langage, il apparaît l'analyse suivante :
La différence entre un petit mensonge comparable à un petit péché et un mensonge colossal comparable un grand péché, c’est l’intentionnalité perçue, c’est-à-dire le bénéfice du doute et la condamnation morale. On peut attribuer le petit mensonge à une erreur, c’est-à-dire à un défaut dans la mémoire, une maladresse dans les paroles, ou une légère faute morale. Le petit mensonge est pardonnable parce que « l’erreur est humaine », que nous sommes tous des êtres humains, et que nous avons tous déjà menti ou fait des erreurs. Dans le cas du mensonge colossal, comme envers un peuple, l’intentionnalité de mentir et de manipuler est incontestable. Cela revient à une trahison. En effet, lorsque l’intentionnalité est indéniable et que l’ampleur du mensonge est « colossale », lorsque le lâche ne se contente plus seulement de fermer les yeux sur la vérité et devient un partisan « actif » du mensonge, il devient un traître. Ainsi d’un point de vue moral, pardonner une trahison est beaucoup plus difficile que de pardonner une lâcheté ou une incompétence.
En résumé, si le mensonge ne comporte pas de nuisance volontaire à quelqu'un, c'est un petit péché (comme donc une incompétence ou une plaisanterie tout de même déconseillée par le Prophète), et s'il comporte une nuisance volontaire à quelqu'un et d'autant plus à beaucoup c'est un grand péché.

Diverses interdictions religieuses supplémentaires :

Pour connaître de nombreuses interdictions supplémentaires voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/


2) Caractère

          La création divine permet à l'être humain d'apprendre la valeur des sentiments. Par miséricorde, le Prophète (SBDSL) nous indique quand et comment les utiliser. En effet, la religion explique que pour l'homme certains sentiments sont  :

-toujours interdits tels l'orgueil et évidemment la cruauté :
Le Prophète (SBDSL) a rapporté que Dieu a dit : « La fierté est Mon pagne et l’orgueil est mon manteau. Celui qui veut Me disputer l’un d’eux, Je l’assure déjà des tourments qui l’attendent. » (Moslem)
Ibn Omar a rapporté : « Le Prophète (SBDSL) a interdit la torture. » (Tabarâny)

-parfois autorisés tels la jalousie et le mensonge :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Allah le Très-Haut est jaloux. Ce qui provoque la jalousie d'Allah le Très-Haut, c’est quand l’homme fait ce qu'Allah lui a interdit de faire. » 
Un homme rapporte  qu’il n’a jamais entendu le Prophète (SBDSL) autoriser le mensonge sauf dans trois cas : la guerre, la réconciliation des gens, et ce que dit l’homme à sa femme et la femme à son mari (par de petits mensonges pour faciliter, préserver, développer ou améliorer la sérénité ou la joie du cœur du conjoint et donc une bonne ambiance familiale).
Commentaire : Cependant il faut essayer de parler au maximum avec vérité, même s'il s'agit de gestes détournés comme dans l'histoire suivante :
Le Prophète (SBDSL) accompagné de certains compagnons reçut un homme voulant lui offrir du raisin. Après lui avoir passé le salam il l'autorisa à entrer en le remerciant. Pendant qu'il gouta au raisin, l'homme attendit en espérant sa satisfaction. Le Prophète (SBDSL) lui sourit et l'homme partit le cœur joyeux. Or dans ses habitudes le Prophète (SBDSL) partageait toujours ce qu'il avait comme nourriture et les compagnons présents s'en étonnèrent en lui demandant pourquoi ce n'était pas le cas cette fois. Il répondit que le raisin ayant mauvais goût, il eut peur que leur réactions offensent l'homme.
En effet parler avec noblesse appartient évidemment à ce qu'il y a de plus beau comme le sous-entend le verset suivant :
(S19v50) « Et Nous leur donnâmes (le rang de prophète à Isaac et Jacob) de par Notre miséricorde, et Nous leur accordâmes un langage sublime de vérité. »
Un sentiment comme la haine peut parfois également être autorisé s'il s'oriente vers l'injustice.

-et constamment valables évidemment dans le bon chemin tels la piété, l'humilité et la pudeur :
Selon Imràn Ibn Housayn (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : «La pudeur ne peut apporter que du bien (ou sous tous ses aspects est un bien). » (URA)
Dans une autre version de Mouslim : « La pudeur est entièrement bonne (ou est un bien absolu signifiant que c'est une des rares choses à ne pas avoir même au moins un peu de mal en elle). »

De plus, il faut savoir que la piété et la pratique religieuse permettent de se construire spirituellement afin de s'accomplir vers le meilleur caractère, la meilleure moralité et le meilleur comportement, en particulier avec la prédication accélérant énormément cet accomplissement.

Divers enseignements sur le caractère prophétique lié à sa moralité :

          Le musulman qui réalise l’importance du bon caractère et qui comprend que ce dernier définit en partie la piété sait également qu’il doit travailler sur cet aspect de sa foi, car si le bon caractère est absent de sa personnalité, il ne deviendra pas pieux simplement en croyant ou adorant Dieu. Mais que considère-t-on comme un bon caractère en islam ? Le Coran et la tradition prophétique le définissent comme toute qualité qui est bénéfique aux humains, à celui ou celle qui la possède comme à autrui, tout en n’étant pas réprouvée par l’islam, de manière générale ou spécifique. Ainsi la piété, c’est surtout au nom de Dieu, traiter de façon juste, sincère, honnête et polie, voire altruiste parfois, les membres de sa famille, l'ensemble des gens, sa propre personne et Dieu. De plus pour exceller dans ce domaine, il faut même pardonner à celui qui nous fait du mal, aller voir celui qui ne nous visite pas, et donner à celui qui ne nous donne rien.
          Par ailleurs dans les diverses épreuves et situations de l'existence, il faut noter que le Prophète (SBDSL) prenait toujours le chemin le plus pratique. En effet, la recherche de la facilité dans les épreuves est légitime puisqu'il est naturellement plus agréable de participer à une bonne action dans la simplicité plutôt que dans la difficulté, afin de profiter avec un esprit le plus lucide possible de la noblesse de son enseignement, surtout que cela représente clairement la bienfaissance car elle est d'abord synonyme de facilitation pour autrui. Cependant de nombreuses morales s'apprennent, ou se comprennent plus clairement, avec des pieux efforts épuisant le corps et l'esprit, car développant les ressentis du cœur :

Aïcha (SDP) rapporte : « Chaque fois que le Prophète (SBDSL) était face à une alternative, il choisissait toujours la solution la plus simple tant qu'elle ne constituait pas un péché. Mais si c'était un péché, il en était le plus éloigne des hommes. Le Prophète ne s'est jamais vengé pour lui-même, sauf si les interdits divins étaient bafoués. Dans ce dernier cas, il se vengeait pour Dieu le Très-Haut. » (Boukhari et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : Allah a dit : « Je révélerai au Prophète Mouhamed, lui enseignerai Mes attributs, le parerai de foi, la bonté sera son slogan, la piété sa conscience, la vérité sa parole, la fidélité sa nature, le chemin droit sa conduite, la bonne direction sa tradition. Je lui accorderai exclusivement un Livre pour confirmer les autres Livres en abrogeant quelques textes de leur contenu. Il voyagera de nuit vers moi, ira de ciel en ciel jusqu’à ce qu il soit épris, alors je l'approcherai de Moi, le saluerai, lui ferai des révélations, puis l'enverrai de nouveau à mes serviteurs, heureux, retenant ce que Je lui confierai, obéissant à Mes ordres, exhortant les gens à croire en Mon unicité avec des paroles gentilles et de bons sermons. Il n'est point rude, ne vocifère pas dans les marchés, a pitié de ceux qui le suivent, de la miséricorde envers ceux qui croient en lui, et agit avec rudesse à l'égard de ceux qui se font ses adversaires. Il exhortera son peuple a croire en Mon unicité, M'adorera et leur parlera des signes qu'il a vus. »

Anas (SDP) rapporte : « Le Prophète (SBDSL) était la personne qui possédait le meilleur caractère. » (Boukhari et Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « J’ai été envoyé pour parfaire les caractères et les ennoblir. » (Mouslim)

Selon Aïcha (SDP) : « Le caractère du Prophète était le Coran. » (Mouslim)

Saad Ibn Hichem raconte : Aïcha la mère des croyants (SDP) a dit en disant: « Les vertus morales du Messager d'Allah (SBDSL) étaient le Coran (dans une autre version : et le Coran a amené les meilleures vertus morales pour les hommes). » Dans un autre récit de Abou Dara (SDP) : « Il est satisfait pour ce qui satisfait le Coran (Allah) et se fâche pour ce qui fâche le Coran (Allah). »

Zeyd Ibn Benous raconte : Nous dimes à Aïcha : « Mère des croyants ! Comment étaient  les vertus morales du Messager d'Allah (SBDSL) ? Lis-tu le début de la sourate « Les croyants » ?
(S23v1-11) « Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur Salat, qui se détournent des futilités, qui s'acquittent de la Zakat, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent , car là vraiment, on ne peut les blâmer ; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs ; et qui veillent à la sauvegarde des dépôts confiés à eux et honorent leurs engagements, et qui observent strictement leur Salat. Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement. » Ainsi étaient les valeurs morales du Messager d'Allah. »

Calih, le serviteur de Tawama, rapporte : Abou Hourayra (SDP) nous décrivait le Messager d'Allah (SBDSL) et disait : « Il se dirigeait avec tout son corps vers la personne et il se retournait avec tout son corps (dont quand on s'adressait à lui). Je sacrifierais mon père et ma mère (pour lui) ! Il n'était pas grossier et ne disait pas d'obscénités, il ne criait pas dans les marchés. Je n'ai pas vu son pareil avant ni après lui . »

Oorwa rapporte : Aïcha (SDP) a dit : « Personne n'avait de meilleures vertus morales que le Messager d'Allah (SBDSL). Quand n'importe lequel de ses compagnons ou de sa famille l'appelait (ou lui demandait quelque chose), il répondait : « Labbayka, Labbayka (je suis à toi, je suis à toi) ! » Pour cela, Allah Puissant et Glorieux a révélé :
(S68v4) « Et tu es certes, d'une moralité éminente. »

(S3v133/134) « Et concourrez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (Paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux, qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité, qui dominent leur rage et pardonne à autrui, car Allah aime les bienfaisants. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les croyants dont la foi est la plus parfaite sont ceux dont la conduite et les manières sont les plus parfaites. Et les meilleurs d’entre vous sont ceux qui se comportent le mieux envers les membres de leur famille. » (Tirmidhi)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « En vérité, la sincérité et la piété vont de pair, et la piété mène au Paradis. » (Mouslim)  An-Nawwas ibn Samaan a rapporté que le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit :  « La piété équivaut au bon caractère, et le péché est ce qui tourmente votre conscience et que vous ne voulez pas que les gens sachent. » (Mouslim)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Le croyant n'est jamais piqué deux fois à partir du même trou. » (URA)
Commentaire : C'est-à-dire qu'on ne le trompe pas deux fois.

Selon Anas (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) jouissait dans la société de la plus haute moralité. » (URA)

Anas (SDP) rapporte : « Je n’ai jamais touché un brocart, ni une étoffe de soie plus lisse que la paume de la main du Messager de Dieu (SBDSL). Je n’ai jamais senti de parfum plus suave que celui du Messager de Dieu (SBDSL). J’ai effectivement servi le Messager de Dieu (SBDSL) durant dix années. Jamais il ne m’a dit « ouf ! » (en signe d’impatience et de réprobation). Jamais il ne m’a dit pour quelque chose que j’avais faite « tu n'aurais pas dû la faire ? », ni pour quelque chose que je n’avais pas faite « tu aurais dû la faire ? » (car très noblement il se résignait totalement au destin). » (URA)

Anas (SDP) raconte : J'ai servi le Messager d'Allah (SBDSL) pendant des années. II ne m'a jamais dit une seule insulte. Il ne m'a jamais donné le moindre coup, il ne m'a jamais brusqué, il n'a jamais froncé les sourcils devant moi et il ne m'a jamais fait de reproches pour avoir négligé un de ses ordres. Si une personne de sa famille me faisait des reproches, il disait : « Laissez-le, car si ça avait été destiné, ça aurait eu lieu. »

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit  : « Crains pieusement Allah quel que soit l’endroit où tu te trouves (seul ou avec les gens). Fais suivre la mauvaise action par la bonne et voilà qu’elle l’efface. Sois affable et courtois avec les gens. »

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Quiconque désire être écarté du feu et entrer au Paradis se doit de croire en Dieu et au Jour du Jugement lorsque la mort le surprendra, et doit traiter autrui comme il aime à être traité. » (Ahmad, Thirmidi et Ibn Maja)

Le Messager d'Allah (SBDSL) dit une fois à Ashaj Abdulkays (SDP) : « Il y a en toi deux qualités que Dieu aime : la clémence et la patience. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : Dieu le Très-Haut a dit : « Mon amour est acquis de droit à ceux qui (en M'évoquant) s’aiment en Moi, se visitent en Moi (dont la prédication), se réunissent en Moi, se séparent en Moi, et se font des cadeaux en Moi. » (Mâlek)

Un compagnon rapporte : J’ai dit : « Ô Messager de Dieu ! Dis-moi sur l’islam quelques paroles sur lesquelles je n’interrogerai personne d’ autre que toi. » Il dit : « Dis : « J'ai cru en Dieu. » Puis suis le droit chemin. » (Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Jamais le croyant n’aura assez de faire du bien jusqu’à ce que le Paradis soit son étape finale. » (Tirmidhi)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu est doux et Il aime la douceur. Il donne pour la douceur ce qu’Il ne donne pas pour la violence ni toute autre chose. » (Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand la douceur est dans quelque chose, elle ne peut que l'embellir, et quand elle en est retirée, elle ne peut que l'enlaidir. »

Selon Ibn Abbas (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit une fois à Ashaj Abd al-Qays : Tu possèdes deux qualités aimées de Dieu : « La mansuétude et la patience. » (Mouslim)

Selon Aïcha (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu est doux et Il aime la douceur en toute chose. » (Boukhari et Mouslim)

Selon elle encore, le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu est doux et Il aime la douceur. Il donne pour la douceur ce qu'il ne donne pas pour la violence ni pour aucune autre qualité. » (Mouslim)

Abou Hourayra (SDP) rapporte : Un bédouin urina une fois dans la mosquée. Les gens se levèrent en vue de le réprimander lorsque le Prophète (SBDSL) les interpella en ces termes : « Laissez-le et versez sur son urine un seau d'eau. Vous n'avez été envoyés que pour faciliter (les choses) et non pour les rendre difficiles. » (Boukhari)

Selon Anas (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Facilitez et ne rendez pas la tâche pénible, annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir les gens. » (Boukhari et Mouslim)

Jarir Ibn Abdullah (SDP) rapporte qu'il a entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Celui qui est privé de douceur est privé de tout bien. » (Mouslim)

Selon Ibn Masoud (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Vous dirais-je qui sera préservé du Feu ? Sera préservé du Feu tout homme aimable, humble, doux et de tempérament facile. » (Tirmidhi)

(S57v22-24) « Nul malheur n'atteint la terre ni vos personnes, qui ne soit enregistré dans un Livre avant que Nous ne l'ayons créé, et cela est certes facile à Allah. (Ceci) afin que vous ne vous tourmentiez pas au sujet de ce qui vous a échappé, ni n'exultiez pour ce qu'Il vous a donné (or il paraît logique de pouvoir exulter pour ce que Dieu est). Et Allah n'aime point tout présomptueux plein de gloriole, (et) ceux qui sont avares et ordonnent aux gens l'avarice. Et quiconque se détourne... (qu'il sache qu') Allah Se suffit alors à Lui-même et (qu') Il est Digne de louange. »

Les qualités :

La sagesse, la noblesse, l'éthique, la décence, la science, la bonté pieuse, la reconnaissance, la méditation, l’endurance, le repentir, l'humilité, la générosité, la compassion, la convivialité, l'altruisme, l'abnégation, la patience, l'honnêteté, le courage, la loyauté pieuse, la véracité, la sincérité, la sérénité, la justice, l’amour, la pudeur, la courtoisie, la douceur, la sensibilité, l'honneur, le pardon, la dignité, etc...


Les défauts :

L'orgueil, l'ostentation, la vanité, l'hypocrisie, la méchanceté, la cruauté, l'avarice, la luxure, la calomnie, la médisance, l'insouciance, l'intolérance, le racisme, l'injustice, l'impudeur, la grossièreté, l'impatience, l'ingratitude, la malhonnêteté, l'indignité, etc...

3) L'apparence

a) Hygiénique

Les ablutions :

          Pour donner un sens pur à son corps, le
Prophète (SBDSL) faisait les petites ablutions après avoir été aux toilettes, au réveil et après une flatulence. De même, il faisait les petites ablutions avant une relation sexuelle, mais les grandes après. De même, il faisait les grandes ablutions avant et après une relation sexuelle. Il faut noter qu'il faut obligatoirement avoir fait ses ablutions pour lire le Coran et prier. Il est donc recommandé de les avoir tout le temps (en pensant donc à avoir une pierre lisse et propre constamment dans une poche pour les faire dès qu'on les perd jusqu'à trouver de l'eau), car elles représentent en plus la moitié du sentiment de foi. Pour connaître la façon de les pratiquer, des précisions sont apportées un peu plus bas au chapitre a3), 5). Et si quelqu'un ne trouve pas d'eau pour faire ses ablutions, il peut donc avoir recours à de la terre pure ou à une pierre lisse propre pour les effectuer en ayant l'intention de se purifier :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « La purification rituelle représente la moitié de la foi. » (Mouslim)

(S5v6) « Ô les croyants ! Lorsque vous vous levez pour la Salat (prière), lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes, passez les mains mouillées sur vos têtes, et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles (pour accomplir vos ablutions). Et si vous êtes pollués “junub” (après les relations sexuelles), alors purifiez-vous (par un bain ou une douche), mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à la terre pure (ou pierre lisse et donc pure car sans aspérité), passez-en sur vos visages et vos mains. Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait (en vous montrant la sagesse). Peut-être serez-vous reconnaissants. »

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Le jour de la Résurrection, quand les membres de ma communauté seront appelés, ils seront ornés d'une lumière jaillissant de leurs visages et de leurs corps sous l'effet de leurs ablutions. Que celui qui peut étendre ce rayonnement le fasse (en s'appliquant à accomplir ses ablutions un peu plus largement). » (Boukhari et Mouslim)

Abou Hourayra (SDP) rapporte : J'ai entendu mon ami intime (le Prophète Mouhamed) dire : « La parure du croyant couvrira les parties touchées par les ablutions. » (Mouslim)

Selon Othman Ibn Affan, le Prophète (SBDSL) a dit : « Les péchés de celui qui parfait ses ablutions sortiront de son corps jusqu'à s'écouler par ses ongles. » (Mouslim)

Or l'islam apporte également d'autres comportements hygiéniques transmettant une véritable fraîcheur corporelle de foi supplémentaire :

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Cinq actes font partie de la saine nature (de l'islam et donc de la piété) : la circoncision, le rasage du bas-ventre, la taille des ongles, l’arrachage des poils des aisselles. »

Selon Aïcha (SDP), le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Dix actes font partie de la saine nature : Se tailler la moustache. Respecter l’intégrité de la barbe. Se frotter les dents. Se laver les narines par aspiration d’eau et son rejet. Se couper les ongles. Se laver les nodosités des doigts. S’arracher les poils des aisselles. Se raser le bas-ventre. Et se laver les émonctoires (les issues de l’urine et des matières fécales). » Le narrateur ajoute qu'il a oublié le dixième, à moins qu’il ne s’agisse du rinçage de la bouche.

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit  : « Si je ne craignais de trop charger ma nation, je leur ordonnerais de se frotter les dents avant chaque prière. » (URA)

Selon Houdheyfa (SDP), dès que le Messager d’Allah se levait (après le sommeil), il se frottait les dents.

L'interdiction de l'excision :

          Il est très important de noter que l'excision est une pratique tribale barbare pré-islamique que l'islam a fermement condamné et interdit. En effet, le Prophète (SBDSL) a dit ainsi à une femme de Médine : « N'enlève pas (le clitoris). Cela sera source de plaisir pour la femme et apprécié par le mari. » (Abou Dawoud)
En effet l'amour physique chez les adultes apporte un fort plaisir, de l'apaisement, une expression de l'intimité, une certaine forme de maturité (apparemment encore plus nécessaire à la réalisation d'un homme), un lien solide du couple, un sentiment vivant fort et un possible enfant.
Le savant Al-Azîm-âbâdî a écrit en commentaire des mots "apprécié par le mari" employés par le Prophète (SBDSL) : "Ceci parce que lorsque le mari fait à sa femme des attouchements sur ses lèvres et son clitoris, la femme en ressent du plaisir au point d'atteindre parfois l'orgasme sans qu'il y ait pénétration. En effet, cette partie du corps est très innervée et donc très délicate. C'est pour cette raison que le Prophète (SBDSL) a ordonné de ne pas l'enlever, afin que la femme ressente du plaisir. Son mari appréciera alors d'avoir des jeux intimes faits avec cette intensité de plaisir féminin développant le désir masculin. Et tout ceci sera la cause de plus d'amour, d'entente, de joie et donc d'harmonie entre l'époux et l'épouse. Tout ceci est mentionné dans les ouvrages de médecine." (Awn ul-maboud sharh sunan Abi Daoud, commentaire du hadith précédent)
L'ordre du Prophète (SBDSL) a donc légitimement pour objectif de rappeler que l'épouse n'a pas à être privée d'un droit qui lui était déjà reconnu par la religion : la satisfaction sur le plan intime noblement encadrée par la religion. D'ailleurs le droit islamique reconnaît comme cause légitimant le divorce au profit de l'épouse, le fait que le mari soit impuissant ou refuse d'avoir des relations intimes avec elle. Nous sommes donc ici exactement à l'opposé de l'objectif poursuivi par certaines cultures voulant priver la femme du plaisir qui lui revient de droit au moment de l'acte intime par la partie de son corps créé à cet effet par le Créateur.

b) Physique

(S7v31) « Ô enfants d'Adam, dans chaque lieu de Salat (prière) portez votre parure (vos habits). Et mangez et buvez, et ne commettez pas d'excès, car Il (Allah) n'aime pas ceux qui commettent des excès. »

Sahl Ibn Alhandhaliya Alaabchemi (SDP) raconte : Le Prophète (SBDSL) me dit : « Khouraym Alesedi est un excellent homme si ce n'était sa chevelure trop longue et son izar (tissu qu'on enroule autour dela taille en guise de pantalon) qui traine». Khouraym apprit cela, il prit un couteau et coupa sa chevelure à mi-oreilles et releva son izar à mi-genoux.

D’après Abou Hourayrah, le Prophète (SBDSL) a dit : « Nous sommes un peuple qui ne mange que lorsqu’il a faim, et lorsque nous mangeons, nous ne le faisons jamais à satiété. » (Aboû Nuaym)

Après avoir vu un homme corpulent, l'Envoyé de Dieu (SBDSL) lui a dit en montrant son ventre du doigt : « Si tu avais mis cela ailleurs, cela aurait été plus bénéfique pour toi (dont en aumône pour le Jour du Jugement Dernier). » (Tabarani)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Pensez beaucoup à la mort, car si les animaux savaient autant que vous sur la mort, il est certain qu'on ne trouverait pas des animaux gras pour se nourrir.»

Il faut noter que le Prophète (SBDSL) a conseillé trois sports :
-la natation permettant de développer tous les muscles du corps et l'habitude de l'effort
-le tir à l'arc permettant de développer la concentration et l'habileté
-l'équitation permettant de développer le bon rapport à l'environnement et donc le bon accompagnement du destin.
La lutte regroupant en quelque sorte les qualités des trois sports précédents était aussi pratiquée par ses compagnons.

c) Vestimentaire

         La tradition montre qu'il faut porter des vêtements amples cachant les formes du corps. Tous les vêtements amples sont donc admis mais les habits traditionnels sont recommandés, au moins pour faire la prière. Il faut noter que comme pour la femme, la tradition prophétique conseille à l'homme de se couvrir également la tête et les bras même si sa pudeur minimale est de se couvrir du nombril aux genoux :

Abou Oumema (SDP) que Omar Ibn Alkhattab (SDP) a dit : « J'étais un jour avec le Messager d'Allah (SBDSL) et on lui amena des habits neufs qu'il se mit en disant : « Louange à Allah qui m'a vêtu de ce avec quoi je couvre ma nudité et je m'embellis dans ma vie. »

Asma Bint Yazid (SDP) a dit : « Les manches de la tunique du Messager de Dieu arrivait jusqu'au poignets. » (Abou Dawoud et Timidhi)

Om Selema (SDP) a dit : « L'habit préféré du Messager d'Allah était la tunique. » (Tirmidhi)

Nefii rapporte : Ibn Omar (SDP) a dit : « Quand le Prophète (SBDSL) portait un turban, il laissait tomber le bout entre ses épaules. » Ibn Omar faisait ainsi et a dit : « J'ai vu Alqasim Ibn Mouhammed et Selim faire ainsi. »

Abderrahmane Ibn Abou Leyla rapporte : J'étais avec Omar Ibn AIkhattab (SDP) et il dit : « J'ai vu Aboul Qasim, (SBDSL) porter une djellaba du Chem avec des manches étroites. »

Ibn Abou Cheyba rapporte : Selema Ibn Alakwaa (SDP) a dit : « Othmane Ibn Aaffene (SDP) portait son izar à mi-genoux et disait : ainsi était l'izar de mon bien-aimé (Prophète Mouhamed). »

Sayheqi rapporte : Quand Ali portait une tunique, il tendait le bras et coupait ce qui dépassait les doigts. Il disait : « Les manches ne doivent pas dépasser les mains. »

Un serviteur d'Abou Roucayn rapporte : J'ai vu Ali (SDP) partir et se rendre chez un vendeur d'habits de coton dont l'écorce des grains n'avait pas ete enlevée. Il lui demanda : « As-tu une tunique ample ? » Il lui sortit une tunique, il la porta et elle arrivait à mi-genoux. Il regarda à sa droite et à sa gauche et dit : « Je la trouve à juste mesure. Combien vaut-elle ? » Il dit : « Quatre dirhams, chef des croyants. » Il les prit dans la poche de son izar et les lui donna puis partit avec la tunique.

Ousema Ibn Zeyd (SDP) raconte : Le Messager d'Allah (SBDSL) m'offrit un habit égyptien épais parmi ceux que Dihya Alkelbi lui avait offertes. Je l'ai donné à ma femme et le Messager d'Allah me demanda : « Pourquoi ne portes-tu pas l'habit égyptien ? -Ô Messager d'Allah, dis-je, je I'ai donné à mna femme. -Ordonne-lui de porter un jupon avec car je crains qu'il décrive ses formes. »


(S7v26) « Ô enfants d’Adam ! Nous avons fait descendre sur vous un vêtement pour cacher vos nudités, ainsi que des parures (similaires au Paradis). Mais le vêtement de la (sage et donc digne) piété voilà qui est meilleur. C’est un des signes d’Allah afin qu’ils se rappellent. »

Selon Imràn Ibn Housayn (SDP) , le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : «La pudeur ne peut apporter que du bien. » (URA)
Dans une autre version de Mouslim : « La pudeur est entièrement bonne. »

Selon Ibn Abbàs (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Parmi vos vêtements, portez (fréquemment) ceux qui sont blancs car ce sont les meilleurs. Habillez-en aussi vos morts. » (Abou Dawoud et Tirmidhi)

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « N’entreras pas au Paradis celui qui a dans son cœur le poids d’un atome d’orgueil. » Quelqu’un dit : « On aime pourtant avoir un bel habit et de belles chaussures. » Il dit : « Dieu est beau et Il aime la beauté. L’orgueil c’est le fait de ne pas accepter une vérité venant des autres et de les mépriser. » (Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) nous a interdit de porter des vêtements de soie et de boire dans des récipients d’or ou d’argent en nous disant : « Ces choses sont pour eux (les mécréants) dans ce bas-monde et pour vous dans l’autre. » (URA)


(S74v4) « Et tes vêtements, purifie-les. »

Selon Abou Houreyra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Un homme vêtu d'un beau manteau et bien peigné se pavanait tant dans sa démarche que Dieu le fit engloutir, ne cessant depuis de l'enfoncer dans la terre jusqu'au jour de la Résurrection. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Le jour de la Résurrection, Dieu ne regardera pas celui qui laisse traîner son vêtement par arrogance. » (Boukhari et Mouslim)

Commentaire : A l'époque de la révélation coranique, le signe de richesse au niveau vestimentaire consistait à porter des tuniques et des pagnes longs de façon à ce qu'ils trainent sur le sol. Il s'agissait d'un signe extérieur de richesse condamnable si l'arrogance en est le motif.

Divers mérites supplémentaires concernant l'habillement :

Pour connaître de nombreux mérites supplémentaires concernant l'habillement voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/

4) La pensée (le souci)

          La pensée correspond à la sage préoccupation prophétique apaisante qui chercha les meilleurs moyens d'agir pour que l'humanité entre au Paradis en devenant musulmane et donc éviter l'angoisse de l'indigne indifférence pour autrui. En effet on ne peut pas vivre bien dans un environnement de mal, ou vivre heureux dans un environnement de malheur. Cette pensée constitue évidemment ce que nous pouvons éprouver de mieux pour les autres et pour l'accompagnement de notre monde dans le meilleur chemin. Elle est une force sous-estimée correspondant au principal moteur du grand mérite de la prédication. En effet, le souci du Prophète (SBDSL), qui n’est jamais sorti de la péninsule arabique, a contribué à étendre la religion à travers le monde. Ainsi plus l'homme tourne sa pensée vers cette très digne responsabilité, plus il va créer en lui et autour de lui tous les nobles moyens pour tenter d'œuvrer au mieux dans ce sens. Il faut donc renouveler fréquemment un temps de souci pour la propagation de la religion et de volonté de guidée pour l'humanité, et noter que le puissant souci du Prophète (SBDSL) était presque permanent et qu'il déstabiliserait un être humain sans les capacités particulières de ce Messager. L'opportunité de pouvoir imiter Mouhamed (SBDSL), le dernier Messager d'Allah, donne donc aux musulmans une inestimable bénédiction, et logiquement à sa communauté la préférence divine surtout car elle a inévitablement reçu la très honorable responsabilité de la noble transmission du message divin depuis la mort de cet ultime Prophète. A ce sujet il ne faut pas croire que la prédication est difficile puisqu'il suffit de visiter les gens en les invitant à la mosquée pour les prières obligatoires, de leur lire le Coran et des hadiths, ou de partager des repas, surtout en se rappelant que selon divers hadiths des milliers d'anges demandent la bénédiction divine pour ces moments.
Il faut noter que la prédication précise la sincérité du coeur car elle la seule action religieuse avec la prière de nuit effectuée seul qui permettent de donner exclusivement pour Allah, c'est à dire sans chercher d'autres possibles intérêts comme l'évocation d'Allah pourrait plus rechercher la sérénité, le jeûne plus la félicité, la science plus la volonté de devenir savant, ou l'apprentissage du Coran par cœur plus le rang d'Hafiz (titre honorifique pour une personne connaissant le coran par cœur).
De plus seule la pratique de la prédication est clairement et très fréquemment exprimée dans le Coran à travers les histoires des différents Messagers. Dans un sens, la prédication peut être comparée à l'abeille car souvent elle gêne les gens habitués à leur insouciance incroyante comme si elle les piquait pour les réveiller, puis elle ne recherche que les qualités chez autrui comme si elle cherchait les meilleures fleurs, et enfin elle guérit le cœur des gens comme le miel guérit leurs corps.
Ensuite il faut habituer le cœur à une logique et donc naturelle simplicité du sens de la vie pour toucher plus facilement les gens :
(S3v110) « Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre (Bible) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d'entre eux sont des pervers. »
(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Transmettez de ma part ne serait-ce qu’un seul verset. » (Boukhari)
De plus des textes précisent que chaque bonne action effectuée lors d'un aller ou un retour de prédication est multipliée par 700 000 voire 1 000 000 comme il sera vu vers la fin du dernier chapitre, ce qui est possible puisque un hadith explique que faire l'invocation prophétique lors de l'entrée dans un marché vaut 1 000 000 bonnes actions.
Ceci est également confirmé par des hadiths édifiants expliquant que les gens qui auront pris la responsabilité de la transmission dans une relation d'amour fraternel en Allah et à une époque où ce rappel sera faible, auront des trônes de lumière que leur envieront les Prophètes et les martyrs, puisque n'étant que des hommes, ils auront connu le plus grand ennoblissement en prenant personnellement la responsabilité prophétique, puisque par sa lutte contre la corruption, elle détient la valeur de sauver l'humanité de son autodestruction et de son envoi en Enfer :
D’après Noumân Ibn Bachir (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « L’image de celui qui ne reconnaît pas les interdits de Dieu, les transgresse, ou cherche à les abolir, et l’image de celui qui les évite et invite les autres à les éviter, est celle d’un groupe de gens qui ont tiré au sort pour donner à chacun d’eux sa place dans un bateau. A certains revint le pont et à d’autres la soute. Ceux qui logeaient dans la soute étaient obligés de passer par le pont pour puiser l’eau (de la rivière). Ils dirent : « Si nous faisions un trou dans la partie qui nous revient, nous cesserons de déranger ceux qui sont au dessus de nous. » Si les passagers du pont les laissaient faire, ils périraient tous, mais s'ils les en empêchent, ils auront tous la vie sauve (ceci prouvant l'importance de prêcher (voire combattre) pour empêcher la propagation du mal des impies synonyme d'égarement puis d'autodestruction de l'humanité). » (Boukhari et Mouslim)
Cependant, il faut noter ici que cette responsabilité de prédication valorisant les musulmans peut devenir un problème pour eux, car des hadiths précisent que même si des musulmans pratiquants vivent au milieu d'une région corrompue sans appeler à la vérité et à la droiture pour inciter le peuple à devenir raisonnable, le châtiment pourrait tomber sur tous les gens vivant dans cet endroit afin d'éviter la propagation de son mal, puis le Jugement Universel déterminerait les torts de chacun dans cette punition divine collective :
Houdheyfa (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « Par celui qui tient mon âme dans Sa main, vous commanderez le bien et interdirez le mal ou bien vous ne serez certainement pas loin de voir Dieu envoyer sur vous un châtiment venant de Lui. Vous L’invoquerez alors et Il ne répondra pas à votre appel. Aicha (SDP) interrogea le Prophète (SBDSL) : « Ô Messager d’Allah ! Serions-nous (quand même) anéantis alors qu’il y a parmi nous des gens vertueux ? » Il dit alors : « Oui, si la perversion est répandue (dans votre région pour empêcher la propagation de son mal). » (Tirmidhi)
Abou Darda (SDP) a dit : J’ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Aidez-moi à secourir les faibles (et à éviter donc les sociétés barbares possiblement punissables divinement), car vous ne serez (donc) secourus et pourvus de votre subsistance que par égard aux faibles. » (Abou Dawud)
On rapporte ces propos de Abou Bakr (SDP) : « Ô gens ! Vous lisez ce verset : « Ô vous qui avez cru ! Vous ne répondez que de votre propre personne et celui qui s’égare ne vous fait aucun tort si vous avez suivi la bonne voie. » Cependant j’ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Les gens, quand ils voient l’injuste commettre son injustice (oppression) sans l’en empêcher, ne sont plus loin de voir Dieu les frapper tous, sans distinction, d’un châtiment provenant de Lui. » (Abou Dawoud, Tirmidhi et An-Nasaî)
(S6v123) « Ainsi, Nous avons placé dans chaque cité de grands criminels qui y ourdissent des complots. Mais ils ne complotent que contre eux-mêmes (à cause de la rétribution du jour du jugement) et ils n'en sont pas conscients. »
(S6v129) « Et ainsi accordons-Nous à certains injustes l'autorité sur d'autres à cause de ce qu'ils ont acquis. »
(S17v16) « Et quand Nous voulons (Nous nous apprêtons à) détruire une cité (pour éviter la propagation de son mal), Nous ordonnons (comme dernière chance) à ses gens opulents (d'obéir à Nos prescriptions, si le peuple ne les a pas incité à changer les injustices et les lois trop perverses), mais (si, ou au contraire) ils se livrent à la perversité. Alors la Parole prononcée contre elle se réalise, et Nous la détruisons entièrement. »
(S20v78/79) « Pharaon les poursuivit avec ses armées. La mer les submergea bel et bien. Pharaon égara ainsi son peuple et ne le mît pas sur le droit chemin. »

A ce propos il convient de rapporter cette parole d'Edmund Burke « il suffit pour que le mal triomphe, que les hommes de bien ne fassent rien (et donc pour que le bien triomphe que les hommes de bien agissent » et celle de Ghandi « Un individu conscient et debout est plus dangereux pour le pouvoir que dix mille individus endormis et soumis (surtout que nous sommes entrés dans une guerre de l'information et spirituelle). »
Or ces trônes étant probablement ce qu'il y a de plus précieux à gagner avec la satisfaction divine et les plaisirs supérieurs des délices du plus haut niveau du Paradis, il faut insister sur le fait que les opportunités d'un musulman sont inestimables, surtout pour ceux vivants à une époque égarée telle que la nôtre où faire revivre une tradition prophétique équivaut à la récompense de 100 martyrs et pratiquer correctement la religion rapporte la valeur de 50 compagnons selon deux hadiths, puisque autour de nous l'oubli du divin est élevé ou l'extrémisme inquiétant, et que donc le besoin de prédication pour lutter contre la corruption mondiale menaçant l'ensemble de l'humanité devient primordial.
 Il faut avoir vraiment conscience de ça, car chaque jour est un pas de plus vers notre extraordinaire rencontre avec Allah et parce qu' Il ne pourra logiquement guider à ces trônes de lumière que ceux qui les veulent vraiment, car pour qu'une situation ou un événement se réalisent, il faut au moins visualiser cette idée si ce n'est pas la désirer plus que tout, ceci montrant la force de la pensée claire ou sincère.
Enfin, il semble très intéressant de rappeler les innombrables causes honorables qui ont permis la venue de l'islam dans notre vie :
Du haut de Son Trône, Allah a transmis des messages à l'Archange Gabriel, qui a traversé les sept cieux pour les descendre vers le Prophète Mouhamed (SBDSL), qui les a communiqués à ses proches, puis les proches vers les compagnons, les compagnons vers les différentes tribus arabes, la communauté entière vers les autres pays, puis le message a traversé les siècles et les distances grâce aux pratiques religieuses telles que la prière en commun, l'imitation du comportement prophétique, l'évocation de la morale, les invocations quotidiennes à Allah et la prédication, tout ça lié à l'humanité s'étant répandue sur terre depuis nos chers parents Adam et Eve.

(S41v33-36) « Et qui profère plus belle parole que celui qui appelle à Allah, fait bonnes œuvres et dis : « je suis du nombre des musulmans » ? La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur, et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. Mais (ce privilège) n’est donné qu’à ceux qui endurent et il n’est donné qu’au possesseur d’une grâce infinie. Et si le Diable t’incite (à agir autrement), alors cherche refuge auprès d’Allah, (car) c’est Lui vraiment, l’Audient, l’Omniscient (Protecteur de pieux). »

(S6v51) « Et avertis par ceci (le Coran), ceux qui craignent d'être rassemblés devant leur Seigneur, qu'ils n'auront hors d'Allah ni allié ni intercesseur. Peut-être deviendraient-ils pieux ! »


Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit à Ali (SDP) : « Par Allah, quand Allah met par toi un seul homme sur la bonne voie, cela t’est préférable aux biens les plus précieux de ce monde. » (URA)

Tamim Ibn Ousayd (SDP) rapporte : « J'arrivai auprès du Prophète (SBDSL) alors qu'il prononçait un sermon et je lui dis : « Ô Prophète de Dieu, un étranger est venu t'interroger au sujet de sa religion, car il n'en connaît rien. » Le Prophète se tourna vers moi, délaissa son sermon, et vint me rejoindre. On lui apporta un siège sur lequel il s'assit et il se mit à m'enseigner de ce que Dieu lui avait enseigné. Puis il reprit son sermon et le termina. » (Mouslim)

Ousâma Ibn Zayd (SDP) a dit : « J’ai entendu dire le Messager de Dieu (SBDSL) : « Le jour de la Résurrection, on fera venir un homme et on le jettera au Feu. Ses entrailles sortiront par son ventre et il tournera autour d'elles comme l'âne tourne autour d'une meule. Les habitants de l'Enfer se rassembleront et diront : « Ô untel ! Qu'as tu donc ? N'ordonnais-tu pas le convenable et ne réprouvais-tu pas le blâmable ? » L'homme répondra : « En effet, j'ordonnais le convenable, alors que moi-même, je ne l'accomplissais pas, et je réprouvais le blâmable, alors que, moi-même, je le commettais. » (Boukhari et Mouslim)

Mouaz ben Jabal (SDP) a rapporté que l’Envoyé de Dieu (SBSDL) a dit : Dieu Puissant et Glorieux a dit : « Ceux qui (provenant de diverses ethnies) s’aiment en Ma majesté (et qui, dans une autre version, auront ordonné le bien, interdit le mal et seront parvenus à faire aimer Allah aux gens en ne leur parlant que en bien de Lui comme Dieu l'avait conseillé à son Prophète David (paix sur lui) et en les faisant aimer d'Allah lorsque leurs conseils sont écoutés par la pratique des obligations religieuses et l'évitement des interdits religieux, à une époque corrompue vide de ce genre de rappel,) auront des chaires (ou trônes) de lumières (auprès du Trône divin, représentant probablement par le choix de l'effort prophétique l'élévation de l'ennoblissement maximal comme le Créateur) que leur envieront les Prophètes et les martyrs (et qui seront aussi synonyme des meilleures actions et du rang incomparable des premiers musulmans émigrants, « mouhajirins » en arabe, et  des premiers musulmans accueillants de musulmans émigrants, « ançars » en arabe). » (Tirmidhi)

2) Effectuer quotidiennement les cinq activités prophétiques d'adoration en restant constamment dedans correspond pour les hommes à la sainteté, à l'ennoblissement maximal, et à une augmentation permanente de la foi : les œuvres cultuelles, l'enseignement et l'acquisition, la prêche, le service et la concertation


          Le rappel est le fondement de l'islam. Ainsi chaque acte, chaque occupation et chaque journée doivent être noblement vécus en l'honneur de notre Seigneur puisqu'Il est à l'origine de tous les bienfaits et maintient en permanence la Création. D'autre part, il faut rappeler que nos habitudes remplissent nos cœurs car celui-ci se nourrit d'ambiance. Ainsi pour qu'il se recouvre de voiles lumineux permettant de percevoir plus clairement la présence de Dieu, il doit rester dans la façon de vivre du Prophète (SBDSL). En revanche si l'homme reste dans de mauvaises ambiances, des tâches apparaissent sur son cœur et des voiles de ténèbres le recouvrent, troublant ainsi la perception du divin. Rester dans les occupations prophétiques en pratiquant toutes les œuvres surérogatoires correspond donc au plus haut niveau de la sainte, ennoblissante, et méritante dignité pieuse.

a) Les oeuvres cultuelles sont classables en 7 sortes de rappel

Il faut noter que ces différents types d'adoration permettent de diversifier, et donc d'augmenter, et donc d'améliorer notre perception du Seigneur.

1) La méditation sur la Création de Dieu et sur les intentions qui visent à progresser dans la foi et la piété :

(S3v190/191) « A travers la création des cieux et de la terre, l'alternance de la nuit et des jours, il y a des signes pour les doués d’intelligence, qui debout, assis, couchés sur leurs côtés, invoquent Dieu et méditent sur la création des cieux et de la terre disant : Notre Seigneur ! Tu n’as pas créé cela en vain. Gloire à toi ! Garde-nous du châtiment du feu. »

(S34v46) « Dis : “Voici le seul et unique conseil que je vous donne : Mettez-vous sérieusement à l’œuvre à propos de Dieu (en L'évoquant), par groupes de deux ou chacun à part, et méditez ensuite.” »

Il faut donc méditer en essayant de se concentrer profondément et longuement sur les idées et les intentions qui visent à progresser dans la piété afin d'obtenir toutes les habitudes prophétiques et d'augmenter la foi.

2) Les invocations pour anoblir nos besoins (voir plus bas au chapitre 5) ou pour demander la guidée et des choses pures

Diverses invocations prophétiques dont certaines seront rapportées plus bas peuvent être reprises quotidiennement et permettent d'être dans une adoration permanente. Ces invocations doivent être faites avec une humble profondeur de cœur comme le prouve les versets suivants :
(S7v55) « Invoquez votre seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n’aime pas les transgresseurs. »
(S7v205) « Et invoque ton Seigneur en toi-même (possibilité donc de faire les invocations sans parler), avec humilité et crainte, et à mi-voix le matin, et ne sois pas du nombre des insouciants. Ceux qui sont auprès de ton Seigneur (les anges) ne dédaignent pas de L’adorer. Ils Le glorifient et se prosternent devant Lui. »

Cependant il faut aussi penser à faire des invocations personnelles pour l'amélioration de notre relation avec Dieu et notre famille, de notre destin, et de la vie de nos proches.
Il est possible de commencer ces invocations de demande par des noms d'Allah tels que :

Ô Omniscient, Ô Infiniment Sage, Ô Très-Haut, Ô Magnifique, Ô Détenteur de la Majesté et de la Générosité, Ô Vivant...

Le Prophète (SBDSL) a dit à sa fille Fatima qu'elle pouvait par exemple commencer ses invocations dont pour la demande de subsistance par : « Ô Premier des premiers, Dernier des derniers, Toi le Fort et le Puissant, le Miséricordieux envers les faibles et le plus Miséricordieux des miséricordieux ! »

Selon Abou Houreyra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Il y a trois personnes dont l'invocation n'est pas refusée (bien que toute invocation raisonnable soit généralement acceptée) : « L'imam juste, le jeûneur jusqu'à ce qu'il mange, et l'opprimé dont cette dernière est portée sur les nuages (elle s'élève très rapidement vers Dieu et peu repoussé le destin), on lui ouvre les portes des cieux et le Seigneur Béni et Elevé dit : Par ma puissance, Je te secourrai même après un temps ! »


3) La prière (as-salat)

4 )L'imploration du pardon de Dieu (istirhfar)

Invocation pour chercher le pardon de Dieu et se repentir à Lui :

Le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « Par Allah, je demande pardon à Allah et je reviens repentant vers Lui plus de soixante dix fois par jour. »

Il a aussi dit : « Ô les gens, repentez-vous, car je me repens devant Allah cent fois par jour. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « Quiconque dit « Je demande à Allah de me pardonner. Il n'y a point de divinité en dehors de Lui, le Vivant, le Subsistant, et je reviens à Lui », Allah lui pardonnera même s'il a fui des rangs du combat. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « Le moment où le serviteur est le plus proche de son Seigneur correspond au milieu de la nuit. Si vous êtes capables d'être parmi ceux qui invoquent Allah à cette heure, alors soyez-y. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « Le moment où le serviteur est le plus proche de son Seigneur, est lorsqu'il se prosterne, alors invoquez y Allah intensément. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « S'il m'arrive d'avoir le cœur « distrait », je demande pardon à Allah cent fois par jour. »
Commentaire : « distrait » signifie dans un état de négligence. Le Prophète (SBDSL) avait l'habitude d'invoquer intensément son Seigneur, de se rapprocher de lui et de L'avoir dans sa conscience au point que si cette intensité diminuait de quelque sorte, il considérait cela comme un péché et se hâtait de demander pardon. De plus, il est important de répéter le repentir car l'imperfection de l'homme peut faire des péchés sans qu'il s'en rende compte.

Il (SBDSL) a aussi dit : « Ô Mon Seigneur, pardonne-moi mes péchés et ouvre-moi les portes de Ta Bénédiction, Ô plus Miséricordieux des Miséricordieux. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « Ô Mon Seigneur, pardonne-moi ainsi qu'à mes parents. »


5) La louange et la glorification de Dieu (évocation du divin en répétant : gloire et pureté à Dieu, louanges à Dieu, Dieu est grand, il n'y a pas de divinité à part Dieu...)

Selon Abou Dardà (SDP), le Messager de Dieu a dit : « Voulez-vous que je vous dise quelles sont vos meilleures œuvres, quelles sont celles qui sont les plus pures et les plus méritoires auprès de votre Roi, celles qui élèvent le plus haut votre degré, celles qui vous rapportent plus de salaire (Le Jour du Jugement Dernier) que le don de votre or et de votre argent ou que le fait d'aller à la rencontre de vos ennemis pour en frapper les cous et pour qu'ils vous frappent les vôtres ? » Ils dirent: « Nous voulons bien. » Il dit : « C'est l'évocation de Dieu (Glorifié soit-il). » (Tirmidhi)

Le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : Quiconque dit « Gloire et louanges sont à Allah » cent fois pendant la journée, ses péchés seront effacés, même s'ils sont autant que l'écume qui surnage à la surface des océans. »

Abou Ayoub Al-Ansaree (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) a dit : Quiconque dit « Il n'y a de divinité digne d'adoration qu'Allah, Seul et sans associé. A Lui appartiennent la Royauté et la Louange et Il est Tout-Puissant en toute chose » dix fois, est comme celui qui a libéré quatre âmes des enfants d'Ismaël. »

Abou Hourayra (SDP) a rapporté que le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : Il y a deux mots (qui sont légers) sur la langue, lourds sur la balance et les plus aimés du Très- Miséricordieux : « Gloire à Allah et qu'Il soit loué. Gloire à Allah, Allah est le Suprême. »

Abou Hourayra (SDP) a rapporté que le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « Dire « Gloire à Allah, louange à Allah, il n'y a point de divinité en dehors d'Allah et Allah est Grand » m'est plus cher que toute chose se trouvant sous le soleil. »

Saad (SDP) a dit : Nous étions assis avec le Messager d'Allah (SBDSL) quand il dit : « Quelqu'un parmi vous est-il capable d'avoir mille bonne œuvres par jour ? », alors une personne lui demanda : « Comment faire pour avoir mille bonnes œuvres ? » Il répondit : « Il doit dire « Gloire à Allah » cent fois, et mille bonnes œuvres seront écrites à son compte ou mille péchés lui seront effacés. »

Jaabir (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) a dit : « Quiconque dit « Gloire et louange à la pureté d'Allah le Suprême » aura un palmier qui sera planté pour lui au Paradis. »

Abdullah Ibn Qays (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) lui a dit : « Abdullah Ibn Qays, ne voudrais- tu pas que je t'indique un des trésors des trésors du Paradis ? », puis il (SBDSL) continua en lui disant : « Dis : Il n'y a de force ni de puissance que par Allah. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : Les paroles les plus aimées d'Allah sont au nombre de quatre : « Gloire à Allah, louange à Allah, il n'y a de divinité qu'Allah, Allah est Grand. » Il n'y a aucun mal à commencer par n'importe laquelle.

Saad Ibn Abee Waqqas (SDP) a rapporté qu'un homme vint chez le Messager d'Allah (SBDSL) et lui dit : « Enseigne-moi quelque chose que je dois dire. » Il (SBDSL) lui répondit : « Dis : Il n'y a de divinité digne d'adoration qu'Allah, l'Unique sans associé. Allah est Grand et beaucoup de louanges à Allah. Gloire à Allah, Maître de l'univers. Il n'y a de force ni de puissance que par Allah, le Tout-Puissant, le Sage. » Alors l'homme dit : « Ceci est pour mon Seigneur et qu'y a t-il pour moi ? » Il (SBDSL) lui répondit : « Dis : Ô Allah, absous-moi, sois clément envers moi, guide-moi et accorde-moi ma subsistance. »

Tariq Al-Ashjaee (SDP) a dit : « Quand quelqu'un embrassait l'islam, le Prophète (SBDSL) lui enseignait la façon d'accomplir la prière et l'ordonnait de lire l'invocation suivante : Ô Allah, pardonne-moi, sois clément envers moi, guide-moi, accorde-moi une bonne santé et accorde-moi ma subsistance. »

Jaabir Ibn Abdullah (SDP) relata que le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « Certainement la meilleure des invocations est « Louange à Allah », et sans doute, la meilleure façon de se rappeler Allah est la parole « Il n'y a de divinité digne d'adoration qu'Allah. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : Les bonnes oeuvres éternelles sont : « Gloire à Allah, louange à Allah, il n'y a de divinité digne d'adoration qu'Allah, Allah est Grand et il n'y a de force ni de puissance que par Allah. »

Selon Abou Said Al Khoudri et Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui atteste : "Il n'est de dieu que Dieu et Dieu est le plus Grand.", son Seigneur confirmera ses propos en ces termes : "Il n'est de dieu que Moi et Je suis le plus Grand." S'il atteste : "Il n'est de dieu que Dieu, Seul et sans associé.", Dieu lui répondra : "Il n'est de dieu que Moi, Seul et sans associé." S'il atteste : "Il n'est de dieu que Dieu, c'est à Lui qu'appartient la Royauté et que revient la louange.", Dieu dira : "Il n'est de dieu que Moi, c'est à Moi qu'appartient la Royauté et que revient la louange." S'il atteste : "Il n' est de dieu que Dieu, il n'est de force ni de puissance si ce n'est en Dieu.", Dieu dira : "Il n'est de dieu que Moi, il n'est de force ni de puissance si ce n'est en Moi." Celui qui aura prononcé ces paroles pendant une maladie ayant causé sa mort ne sera pas touché par le Feu. » (Tirmidhi)

Abullah Ibn Amar (SDP) a dit : « J'ai vu le Prophète (SBDSL) se servir des phalanges de sa main droite pour compter ses glorifications. »

Le Prophète (SBDSL) disait : « Ô Allah, envoie la paix et la bénédiction sur le Prophète Mouhamed, ses compagnons, sa famille, et tous ceux qui le suivent sur le bon chemin jusqu'au jour dernier. »


6) L'appel de la bénédiction de Dieu sur le Prophète (exemple : que le salut et la bénédiction de Dieu soient sur le Prophète) :

(S33v56) « Certes Allah est Ses anges prient sur le Prophète (Mouhamed), ô vous qui croyez priez sur lui et adressez (lui vos salutations) »

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Celui qui me bénit une fois, Allah le bénit dix fois à cause d’elle. » (Mouslim)

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Les gens qui seront les plus dignes de ma sollicitude et de mon amour le jour de la résurrection seront ceux qui me bénissaient le plus dans ce bas-monde. » (Tirmidhi)

On dit : « Ô Messager d’Allah ! Comment devons-nous te bénir ? » Il dit : « Dites : Seigneur Allah ! Donne ta miséricorde à Mouhamed, à ses épouses et à sa descendance comme tu as béni Abraham. Tu es digne de louanges et de glorifications. » (URA)

Invocation pour le Prophète (SBDSL) :

« Ô Allah, penche-Toi sur Mouhamed ainsi que sur ses femmes et sa descendance comme Tu t'es penché sur la famille d'Ibrahim. Répands tes bénédictions sur Mouhamed ainsi que sur ses femmes et sa descendance comme Tu les as répandues sur la famille d'Ibrahim. Tu es vraiment digne de de louanges et de glorifications. »

Le mérite de la salutation sur le Messager d'Allah :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quiconque prie sur moi une fois, Allah priera sur Lui dix fois. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « Ne faites pas de ma tombe un endroit pour célébrer vos fêtes, mais priez en faveur de moi car votre prière me parviendra quelque soit le lieu où vous vous trouvez. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « L'avare est celui qui ne prie pas pour moi quand on me mentionne. »

7) La lecture et la récitation du Coran :

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « La jalousie n’est permise que dans deux choses :
-un homme à qui Allah a donné d’apprendre le Coran et de passer des heures de la nuit et du jour à le lire et à méditer sur son contenu.
-Un homme à qui Allah a donné une fortune qu’il ne fait que dépenser dans le bien de nuit et de jour. »

Selon Ibn Omar (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'envie (jalousie) n'est permise que dans deux cas :
-un homme auquel Dieu a accordé la connaissance du Coran et qui le récite en prière aux heures de la nuit et du jour
-et un homme auquel Dieu a fait don de richesses qu'il dépense dans le bien aux heures de la nuit et du jour. » (Boukhari et Mouslim)

(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit à un compagnon : « Ne m’a-t-on pas informé que tu jeûnes tout le temps et que tu lis chaque nuit le Coran ? » Je dis : « Si, ô Messager de Dieu ! Et je ne cherche en cela qu’à bien faire. » Il dit : « Jeûne à la façon de David (un jour sur deux), car il était le dévot de son temps, et lis le Coran une fois par mois. »
Commentaire : Des notes sur le bord des pages du Coran divisent ce livre en soixante partie. Il faut donc essayer de lire deux soixantièmes par jour : un le matin à l'aube et un le soir avant le coucher du soleil, quand les occupations nécessaires de la journée le permettent.

Omar Ibn Al Khattab (SDP) rapporte que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui s’est endormi sans avoir lu son chapitre habituel du Coran ou qui n’en a pas lu une partie, qu’il lise entre la prière de l’aube et celle de midi. On lui en inscrira le même salaire que s’il l’avait lu la nuit. » (Mouslim)

Aws Ibn Houdheyfa (SDP) raconte : « Pendant qu'une délégation de Taïf passa quelques jours à Médine pour se convertir à l'islam, le Prophète (SBDSL) les visitaient chaque soir. Or une fois il fut en retard et leur expliqua : « Je n'avais pas fini ma récitation quotidienne du Coran et je n'ai pas voulu venir avant de la finir. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « L’image du croyant qui lit le Coran est celle de l’orange : son odeur est suave et sa saveur est suave. L’image du croyant qui ne lit pas le Coran est celle de la datte : elle n’a pas d’odeur et elle est douce. L’image de l’hypocrite qui lit le Coran est celle de la plante aromatique : son odeur est bonne et son goût est amer. L’image de l’hypocrite qui ne lit pas le Coran est celle de la coloquinte : elle n’a pas d’odeur et elle est amère. » (URA)

Selon Othman Ibn Affan (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Le meilleur d'entre vous est celui qui apprend le Coran et l'enseigne. » (Boukhari)

Selon Omar Ibn Al Khattab (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu élèvera (sur terre et dans l'au-delà) par ce Livre (le Coran) certaines personnes et en rabaissera d'autres. » (Mouslim)

Selon Ibn Masoud (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui lit une seule lettre du Coran se voit inscrire une bonne action et la bonne action a dix fois son salaire. Je ne dis pas que alif lam mim constituent une seule lettre, mais bien que alif est une lettre, lam en est une autre, et mim également. » (Tirmidhi)

Selon Ibn Abbas (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui n'a rien du Coran en son for intérieur est comme une maison en ruine. » (Tirmidhi)

b) L'enseignement et l'acquisition (de la religion et des sages sciences utiles)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui prend une route à la recherche d’une science, Allah lui facilite une voie vers le Paradis. » (Mouslim)

Selon Mouawiya (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui auquel Dieu veut du bien, Il lui accorde la compréhension de la religion. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui appelle au bien aura la récompense de celui qui le suivra, sans que leurs récompenses (respectives) ne soient pour autant diminuées. Celui qui appelle à l'égarement aura le péché de celui qui le suivra, sans que leurs péchés (respectifs) ne soient pour autant diminués. » (Mouslim)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque le Fils d'Adam meurt, ses œuvres cessent à l'exception de trois d'entre elles : une aumône dont les effets se perpétuent, une science dont on tire profit, et un enfant vertueux qui prie en sa faveur. » (Mouslim)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Assurément ce monde est maudit comme l'est tout ce qu'il contient, à l'exception du souvenir de Dieu et de ce qui s'y rapporte, du savant, et de celui qui étudie. » (Tirmidhi)

Selon Anas (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui part à la recherche de la science est sur la voie de Dieu jusqu'à son retour. » (Tirmidhi)

Selon Abou Said al-Khoudri (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Le croyant n'aura de cesse de faire le bien jusqu'à ce qu'il parvienne au Paradis. » (Tirmidhi)

Selon Abou Oumama (SDP), le Prophète de Dieu (SBDSL) a dit : « La supériorité du savant sur le dévot est comparable à la mienne par rapport au plus petit d'entre vous. » Puis le Prophète ajouta : « Dieu, Ses anges, les habitants des Cieux et de la Terre, jusqu'à la fourmi dans son trou et au poisson dans la mer, prient en faveur de celui qui enseigne le bien aux gens. » (Tirmidhi)

Abou Darda (SDP) a dit : « Celui qui emprunte une voie en quête d'un savoir, Dieu lui facilite l'accès au Paradis. Les anges recouvrent de leurs ailes celui qui recherche le savoir en signe de satisfaction pour ce qu'il fait. Ceux qui se trouvent dans les Cieux et sur la Terre ainsi que les poissons dans l'eau demandent pardon pour le savant. La supériorité du savant sur le dévot est comparable à la supériorité de la lune par rapport aux autres astres. Les savants sont les héritiers des Prophètes. Or, les Prophètes n'ont laissé en héritage ni dinar ni dirham, ils n'ont légué que la science. Celui donc qui s'empare (de cet héritage) recueille une part (de bien) considérable. » (Abou Dawoud)

Selon Ibn Masoud (SDP), le Prophète de Dieu (SBDSL) a dit : « Que Dieu fasse resplendir de beauté de celui qui aura entendu quelque chose venant de moi et qui l'aura transmis tel qu'il l'a entendu. Il se peut que celui à qui parviendra un de mes propos soit plus attentif et plus perspicace au niveau de sa signification que celui qui les a entendus. » (Tirmidhi)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Allah le Très-Haut a des anges itinérants de très grand mérite qui parcourent les routes à la recherche des cercles d’évocation d’Allah. Dès qu’ils trouvent des gens en train d’évoquer Allah Honoré et Glorifié, ils s’appellent les uns les autres (en disant) : « Venez à l’objet de vos recherches » et s’assoient avec eux. Ils se couvrent les uns les autres de leurs ailes jusqu’à remplir l’espace entre eux et le ciel inférieur. Leur Seigneur leur demande et Il sait mieux qu’eux : « Que disent Mes esclaves ? » Ils disent : « Ils Te glorifient, Te purifient, proclament Ta grandeur, Ta louange et Ta gloire. » Il dit : « Est-ce qu’ils ne M’ont jamais vu ? Ils disent : « Non par Allah, ils ne T’ont jamais vu. » Il dit : « Comment seraient-ils donc s’ils M'avait vu ? » Ils disent : « S’ils Te voyaient, ils mettraient encore plus d’ardeur à T’adorer, à Te louer et à Te glorifier. » Il dit : « Que demandent-ils ? » Ils disent : « Ils  Te demandent le Paradis. » Il dit : « Est-ce qu’ils l’ont jamais vu ? » Ils disent : « Non par Allah, ils ne l’ont jamais vu. » Il dit : « Comment seraient-ils donc s’ils l’avaient vu ? » Ils disent : « S’ils l’avaient vu, ils y tiendraient encore plus, le demanderaient avec plus de force et le désireraient avec plus d’ardeur. » Il dit : « Contre quoi demandent-ils Ma protection ? » Ils disent : « Contre l’Enfer. » Il dit : « L’ont-ils jamais vu ? » Ils disent : « Non par Allah, ils ne l’ont jamais vu. » Il dit : « Comment seraient-ils donc s’ils l’avaient vu ? » Ils disent : « S’ils l’avaient vu, ils le fuiraient encore plus, le craindraient davantage et Te demanderaient encore plus de les absoudre. » Il dit : « Je vous prend à témoin que je les ai effectivement absous, que Je leur ai donné ce qu’ils demandent et que Je les ai protégés contre ce qu’ils craignent. » L’un des anges dit : « Il y a parmi eux untel qui ne fait pas partie de leur cercle. Il y est seulement venu pour une affaire le concernant. » Il (Dieu) dit : « Ils représentent le cercle idéal et celui qui leur tient compagnie ne saurait être misérable. » (URA)

Le cercle d'enseignement :

Signification :

C’est une tradition que le Messager d'Allah et ses compagnons pratiquaient souvent dans la mosquée, puis avec leur femme et leurs enfants dans leur maison.
Cette habitude religieuse a été la principale source de guidée. En effet la force du bâton n'éclaire pas l'obscurité du cœur, alors que la douceur de ces cercles y parvient, en particulier quand ils accompagnés de temps en temps d'un petit cadeau. Ainsi faire revivre cette tradition amène à la piété en attirant donc la satisfaction d'Allah vers les participants et l'humanité vers le Paradis.

But (Maksad) :

Son premier but est d'augmenter en nous la certitude sur l’existence d'Allah, de Ses anges, des Prophètes, du monde de la tombe, du Jour de la Résurrection, du Jugement Universel, de l’Enfer et du Paradis, afin que nos cœurs réagissent aux informations de l'invisible et de l'au-delà (Al Arila) comme ils ont appris à réagir aux informations du monde visible ici bas (Donya).
Son deuxième but est de nous entraîner à capter de la lumière des paroles du Prophète (SBDSL), jusqu’à ce que vienne en nous l’envie sincère de pratiquer les bonnes œuvres et la religion : agréable et généreux comportement familial et social, prière, invocations quotidiennes avant et après les divers besoins quotidiens comme pour le réveil l'hygiène le repas et le coucher, méditation, lecture du Coran, répéter 100 fois : Sobhanallah (Gloire à Dieu), Amdoulila (Louange à Dieu), La ilaha il Allah (Il n'y a de divinité que Dieu l'Unique), et Allahoou Akbar (Dieu est Grand), et Allahoumma sali wa sallim ala rasoulila (Ô mon Seigneur salue et bénit le Prophète Mouhamed), et Astarfallah (Pardon Seigneur) matin et soir.
Son troisième but sert à se satisfaire de la subsistance minimale et à faciliter le ressenti simple et naturel des bonnes valeurs familiales et sociales, car ce type de cercle correspond à des recharges réelles de spiritualité, de piété et de qualités aussi présentes dans le reste de la pratique religieuse et du mode de vie prophétique.
Pour comprendre la valeur des cercles religieux, il est possible de prendre l'exemple de la poule devant couver ses œufs pour qu'ils puissent se développer en poussins.
En effet ces cercles religieux, attirants les anges composés uniquement de la noble lumière divine et donc seulement de qualités pour recouvrir les participants de leurs ailes, développent logiquement les cœurs vers le meilleur niveau. A ce propos, il faut noter que cette lumineuse noblesse des anges éduquent les hommes vers nombreuses qualités spirituelles dont l'obéissance et la justice, source de paix intérieure et donc de bonheur :
(S16v49-52) « Et c'est devant Allah que se prosterne tout être vivant dans les cieux et sur la terre, ainsi que les anges (étant des créatures parfaites moralement et donc) qui ne s'enflent pas d'orgueil. Ils craignent leur Seigneur au-dessus d'eux, et font ce qui leur est commandé. Allah dit : “Ne prenez pas deux divinités. Il n'est qu'un Dieu unique. Donc ne craignez que Moi.” C'est à Lui qu'appartient ce qui est dans les cieux et sur la terre, c'est à Lui que l'obéissance perpétuelle est due (puisque il a choisit de se servir de son omniscience dans la sagesse). Craindriez-vous donc autres qu'Allah ? »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le bon caractère conduit au bonheur. » (Al-Kharaytî)
Et les hommes éduquent les anges vers la valeur de bienfaits divins comme la santé, la subsistance et la générosité, puisque les anges ne sont jamais malades, ne connaissent pas la faim, ni donc la sagesse du partage.
De plus la compréhension des paroles coraniques et prophétiques lues au cours de ces cercles apportent également l'augmentation des qualités morales en nous.
Ainsi tout cela correspond à de la lumineuse noblesse pieuse, et il est donc logique que par cet effort commun, l'énergie alimentaire consommée puis dépensée par les coreligionnaires hommes dans ces cercles religieux se transforme en bonne énergie spirituelle (lumineuse noblesse divine, noble ambiance chaude liée à la transpiration dans une bonne œuvre comme dans une classe d'élèves à l'école) nourrissant logiquement ces anges spéciaux puisque ils composés d'une énergie bonne comme tout ange.

Comportement, politesse, discipline (Adab) :

Quand une heure est fixée par une concertation, il faut évidement arriver à l’heure comme pour un entretien.
Se parfumer, et avoir les ablutions.
On s’assoit avec concentration. C'est à dire qu'il faut habituer l'esprit et le cœur à être présents du début à la fin, sans penser au lecteur mais uniquement à ce qu’il dit comme lors d'un journal télévisé, car la plus grande lumière de noblesse sereine se trouve dans l'écoute sérieuse. Il faut mettre l’intention de s’asseoir avec humilité et besoin, tout en voulant comprendre, grandir, apprendre, pratiquer et transmettre.
Lire des hadiths (deux fois chacun depuis des livres recueils de hadiths), des versets (depuis le Coran) ou ce site par exemple.
Dire « que la paix d'Allah et Ses bénédictions soient sur lui (salla allahou alayhi wa salam) » quand le Prophète (SBDSL) est évoqué, « que la satisfaction d'Allah soit sur lui (radi ala wanou) ou sur elle (radi ala wana) » quand un compagnon ou une femme de compagnon sont évoqués, et « que la miséricorde d'Allah soit sur lui (rahim Allah) » quand un savant mort rapporteur de hadiths est évoqué.
Quand le cercle est organisé sur un tapis, on essaye de s'habituer à prendre la position de l'aprentissage (position d'enseignement assis sur les tibias prise par l'Archange Gabriel et le Prophète Mouhamed).
Commencer le cercle par une invocation : « Ô notre Seigneur enlève de notre coeur l’amour des choses mauvaises que Tu n'aimes pas et mets dans notre cœur l'amour des bonnes choses que Tu aimes. »

Abou Said Al Khoudri (SDP) rapporte: J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Les meilleurs cercles sont les plus larges. » (Abou Dawoud)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui s'assoit dans un cercle et abuse de verbiage, s'il dit avant de se lever de ce cercle « Gloire et pureté ainsi que louange à Toi Seigneur Dieu, jatteste qu'il n'y a divinité que Toi, je Te demande Ton absolution, et je reviens à Toi repentant », Dieu l'absout de son bavardage dans ce cercle. » (Tirmidhi)

Selon Abou Barza (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL), à la fin de sa vie, disait quand il se préparait à se lever de son cercle : « Gloire et pureté ainsi que louange à Toi Seigneur Dieu, j'atteste qu'il n'y a divinité que Toi, je Te demande Ton absolution, et je reviens à Toi repentant ». Un homme dit : « Ô Messager de Dieu ! Tu dis là certainement des mots que tu ne disais pas avant. » Il lui dit : « Cela efface les péchés qu'on a pu commettre dans le cercle. » (Abou Dawoud)

Ibn Omar (SDP) a dit : « C'était rare que le Messager de Dieu (SBDSL) se levât d'un cercle sans prononcer cette prière : « Seigneur Dieu ! Alloue-nous une part de Ta crainte suffisante pour que Tu T'interposes entre nous et les actes qui Te désobéissent. Alloue-nous de Ton obéissance ce qu'il faut pour que Tu nous fasses parvenir à Ton Paradis. Alloue-nous de la conviction ce qu'il faut pour que Tu nous rendes aisées les épreuves de ce monde. Seigneur Dieu! Fais-nous jouir de notre ouïe, de notre vue et de nos forces tant que Tu nous maintiendras en vie et fais-en jouir nos héritiers. Assure notre revanche sur nos agresseurs et donne-nous victoire sur nos ennemis. Ne fais pas que notre infortune nous frappe dans notre religion, ne fais pas de ce bas-monde notre plus grand souci, ni le but final de notre savoir, et ne nous mets pas sous l'autorité de qui nous traite sans aucune clémence». (Tirmidhi)

Toujours selon lui, le Prophète (SBDSL) a dit : « Chaque fois que des gens s'assoient dans un cercle sans y évoquer Dieu exalté et sans invoquer la bénédiction de Dieu pour leur Prophète Mouhamed, c'est de leur part un manquement pour lequel Dieu les soumettra au châtiment s'Il veut, ou les absoudra s'Il veut. » (Tirmidhi)


Récompenses, mérites (Fadila) : :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Aussitôt que les gens s’assoient pour évoquer Allah, les anges les entourent (de leurs ailes), la miséricorde d’Allah les recouvre et la sérénité descend sur eux (tout cela ressenti réellement similairement à serrer son bébé contre soi). Et Allah les évoque parmi ceux qui vivent auprès de Lui. » (Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Si vous voyez un jardin du Paradis, asseyez-vous y. » « Mais où sont les jardins du Paradis ? » demandèrent les compagnons. Le Prophète (SBDSL) répondit : « Ce sont les lieux où l’on évoque Allah. »

Commentaire : La comparaison avec un jardin du Paradis est logique puisque de belles paroles religieuses sont semblables à de jolies fleurs parfumées apportant une sublime bonté au cœur synonyme d'entrée au Paradis. De plus il paraît possible que dans l'invisible le cercle ait vraiment lieu dans un jardin du Paradis, ou au moins au niveau du cœur de chacun et son ressenti.

Organisation :  

Lecture d'un recueil de hadiths, du Coran, ou de ce site, récitation des dix dernières sourates, et discours sur les 6 qualités évoquées dans le dernier chapitre.

Invocation pour terminer le cercle religieux :  

« Sobhanaka Allahoumma Wa Bihamdik Ach Hadou An La Ilaha Illa Ant Astaghfirouka Wa Atoubou ila ik.
Soubhâna rabbika rabbi-l-izzati ammâ yasifoûn, wasalâmoun ala-l-moursalîn, walhamdou lillâhi rabbi-l'âlamîn »

« Gloire et louanges à toi ô Allah, j'atteste qu'il n'y a pas d'autre divinité en dehors de toi, je te demande pardon et me repens à toi.
Gloire au Seigneur, le Seigneur de la puissance. Il est au dessus de ce qu'ils décrivent. Et paix sur les Messagers, et louanges à Allah, Seigneur de l'Univers. » 

Divers mérites supplémentaires concernant la science :

Pour connaître de nombreux mérites supplémentaires concernant la science voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/


c) La prêche (suite prédication)

          La valeur de la religion peut être comparée à la découverte d'un vaccin permettant de guérir le cancer car il permet à l'imparfaite nature humaine de se perfectionner pour éviter l'Enfer destiné à rétribuer le mal par le mal. Ainsi, celui qui connaîtrait le vaccin contre le cancer sans le transmettre aux autres pourrait être considéré comme un être irresponsable, alors que celui qui le transmettrait serait logiquement considéré comme un noble responsable. Par conséquent, il faut absolument avoir la même idée de la prédication pour ne pas hésiter à transmettre la religion, puisqu'il s'agit là plus que d'une question de vie ou de mort, puisqu'il est question de Paradis Éternel ou d'Enfer Éternel. Et quels que soient les résultats de nos efforts de prédication, en islam, les seuls combats qu'on perd sont les nobles qu'on ne livre pas, surtout qu'il n'y a aucune honte à perdre un combat (honorable) mais seulement à ne pas y participer quand nous le pouvons dont par paresse, peur ou crainte de la défaite. De plus ce but de prédication étant honorable, il est évident que l'honneur ne doit pas se trouver uniquement dans la fin, mais aussi avant tout dans les moyens et l'intention sages.
D'autre part, il faut noter que cette religion est le seul trésor qui augmente quand on le partage, puisque lorsque Dieu considère que nous sommes la cause de la guidée d'une personne, toutes ses bonnes œuvres sont également inscrites à notre actif sans rien diminuer des siennes.
Par ailleurs pour prouver notre plus grande sincérité dans cet effort, après avoir appelé les gens vers le Créateur pendant la prédication de la journée, il faut appeler le Créateur vers Ses créatures pendant les prières et invocations du dernier tiers de la nuit.
Enfin comme le montre l'histoire de Noé dans le Coran qui continua de prêcher son peuple pendant encore 350 ans malgré le fait qu'au bout de 600 ans Allah lui avait annoncé que plus personne ne serait guidé avant le déluge car leurs cœurs s'étaient probablement fermés par toutes leurs mauvaises œuvres persistantes, il faut comprendre que l'oreille la plus proche est celle du prédicateur et qu'au niveau de l'apport de sagesse cet appel profite donc d'abord à lui, puisqu'il s'attire lui-même vers la piété. Il faut noter que la prédication peut réellement être un médicament, une cause de solution de tout problème, et une source d'énergie physique.
Enfin selon des savants musulmans indiens et pakistanais du mouvement tabligh, les réunions publiques et l'étude de livres ne changent pas à elles seules la situation et ne donnent pas la motivation spirituelle et la volonté d'agir. La plume ne remplace jamais le pas. Pour propager la piété, il faut changer l'intérieur, purifier le comportement et les actions, honorer la science et les savants, introduire la révolution religieuse dans toute la vie, sacrifier et militer, s'attacher à Allah, supporter les difficultés pour sa cause, respecter les principes et les règles, organiser les réunions religieuses et contacter les masses, créer des lieux de culte communs en y désignant des responsables qui peuvent tourner, former les groupes, demander aux gens de dépenser leurs personnes et leur argent pour la cause d'Allah, le soutien aux gens et le bien commun, et établir les cercles d'instruction, la consultation et les invocations.

(S41v33-36) « Et qui profère plus belle parole que celui qui appelle à Allah, fait bonnes œuvres et dis : « je suis du nombre des musulmans » ? La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur, et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. Mais (ce privilège) n’est donné qu’à ceux qui endurent et il n’est donné qu’au possesseur d’une grâce infinie. Et si le Diable t’incite (à agir autrement), alors cherche refuge auprès d’Allah, (car) c’est Lui vraiment, l’Audient, l’Omniscient (Protecteur de pieux). »

(S16v125) « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon, car c'est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s'égare de Son sentier et c'est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés. »

(S6v51) « Et avertis par ceci (le Coran), ceux qui craignent d'être rassemblés devant leur Seigneur, qu'ils n'auront hors d'Allah ni allié ni intercesseur. Peut-être deviendraient-ils pieux... »


(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Transmettez de ma part ne serait-ce qu’un seul verset. » (Boukhari)

Selon Ibn Abbâs (SDP), le Jour du sacrifice, le Messager d’Allah (SBDSL) a fait un sermon aux gens où il a déclaré :
« Ô gens ! Quel jour sommes-nous ?
-Un jour sacré
-Sur quelle terre sommes-nous ?
-Sur une terre sacrée.
-Quel mois sommes-nous ?
-Un mois sacré.
-Votre sang, vos biens, et votre honneur sont sacrés comme sont sacrés votre jour-ci, votre terre-ci, et votre mois-ci.
Après l’avoir répété trois fois, il a levé ses yeux au ciel pour s’exclamer : « Ô Allah ! Ai-je transmis ? Ô Allah ! Ai-je transmis ? »
Puis il dit : « Que la personne présente transmette à celle absente. Surtout ne devenez pas mécréants après moi en brandissant vos épées les uns contre les autres. » (Boukhari)

(Extrait du sermon d'adieu du Prophète) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Ô musulmans, écoutez moi et soyez raisonnables. Vous savez que les musulmans sont frères. Un musulman n'a droit qu'à la part des biens de son frère qu'il lui cède de plein gré. Ne soyez pas injustes envers vous mêmes. Ai-je bien transmis le message ? Vous comparaîtrez un jour devant Dieu, c'est pourquoi vous devrez éviter de vous égarer et de vous entretuer après ma mort. Que ceux qui sont ici présents transmettent ce message aux absents, ils le comprendront peut être mieux que ceux qui l'auront écouté. Vous serez interrogés à mon sujet, que direz vous alors ? » Et la foule de répondre : « Nous certifions que tu nous a communiqué ton message, que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils. » (URA)

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « La marche au service d’Allah (dont dans la prédication ou les bonnes œuvres sociales avec l'intention de guidée) au début du jour ou à sa fin vaut mieux que le monde et tout ce qu’il porte. » (URA)


(S3v104) « Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable, car ce seront eux qui réussiront. »

(ExtS3v110) « Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable, et croyez à Allah. »

(S74v2/3) « Lève-toi et avertis. Et de ton Seigneur, célèbre la grandeur. »

(S4v95/96) « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux - sauf ceux qui ont quelques infirmités - et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d'Allah (pour propager la religion). Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d'excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense (Paradis), et Allah (y) a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense (supérieure), des grades de supériorité de Sa part ainsi qu'un pardon et une miséricorde. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »


Mouaz ben Jabal (SDP) a rapporté que l’Envoyé de Dieu (SBSDL) a dit : Dieu Puissant et Glorieux a dit : « Ceux qui (provenant de diverses ethnies) s’aiment en Ma majesté (et qui, dans une autre version, auront ordonné le bien, interdit le mal et seront parvenus à faire aimer Allah aux gens en ne leur parlant que en bien de Lui comme Dieu l'avait conseillé à son Prophète David (paix sur lui) et en les faisant aimer d'Allah lorsque leurs conseils sont écoutés par la pratique des obligations religieuses et l'évitement des interdits religieux, à une époque corrompue vide de ce genre de rappel,) auront des chaires (ou trônes) de lumières (auprès du Trône divin, représentant probablement par le choix de l'effort prophétique l'élévation de l'ennoblissement maximal comme le Créateur) que leur envieront les Prophètes et les martyrs (et qui seront aussi synonyme des meilleures actions et du rang incomparable des premiers musulmans émigrants, « mouhajirins » en arabe, et  des premiers musulmans accueillants de musulmans émigrants, « ançars » en arabe). » (Tirmidhi)


d) Le service

          Ce point concerne les occupations de la vie tels que les relations familiales, l'activité professionnelle, le nettoyage, le rangement, le bricolage, les obligations administratives, se rendre utile aux autres etc...

e) La concertation avec des proches (pour toutes les décisions importantes et pour s'organiser, si possible quotidiennement, afin de propager la religion)

(S3v159) « C'est par quelque miséricorde de la part d'Allah que tu (Mouhamed) as été si doux envers eux (ses compagnons). Mais si tu avait été rude au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d'Allah). Et consulte-les à propos des affaires, puis une fois que tu t'es décidé, confie-toi donc à Allah. Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance. »

Signification :

C’est un ordre d’Allah et une tradition du Prophète (SBDSL) qui participent à faire venir la religion complète en nous, et donc la dignité maximale, et donc le meilleur des bienfaits.
En effet elle représente un précieux moment pour s'organiser à faire le mieux pour soi-même et pour les autres.

But (Maksad) :

Son but est de chercher le meilleur avis auprès des participants puis de prendre une décision réunissant les cœurs pour la religion d’Allah, la famille, les coreligionnaires, le voisinage, les citoyens, l'entreprise, le commerce, les associations, le groupe, les villes, les pays, le monde ou l'humanité.
Il faut renouveler l’intention d'agir au mieux pour Dieu dans chaque concertation.
Concernant celles pour l'organisation commune de la prédication, il faut comprendre que prendre la responsabilité de la propagation de la religion doit être aussi naturel que par rapport à la responsabilité d'une activité professionnelle.
Or pour faire progresser la religion d'Allah au niveau local, les membres de la concertation doivent avoir aussi l’intention de s’asseoir en ayant la plus grande pensée noble (fiqh). De plus il peuvent  également approfondir cette noble pensée en la renouvelant fréquemment pendant la semaine, ou chaque jour si la concertation est faite quotidiennement.
Ainsi les principales intentions à avoir et sujets à traiter avant une concertation pour la propagation et le bien de la religion sont :
-la guidée de l'humanité
-améliorer la piété
-programmer les heures et jours propices pour les cercles religieux, concertations et visites hebdomadaires de prédication
-s'organiser pour profiter au mieux de la lumière de la religion
-augmenter à la mosquée, dans les habitations et dans la ville, les 5 activités prophétiques (hamals : œuvres cultuelles, enseigner ou se faire enseigner, prêche, service, concertation), et les 7 œuvres cultuelles spirituelles (prière, lecture coranique, invocation lors des habitudes quotidiennes, glorifications, repentir, prière sur le Prophète Mouhamed, méditation) -temps qu’on peut passer régulièrement dans la mosquée dont à son service
-fixer une heure pour la tournée hebdomadaire de prédication dans notre quartier et une autre heure pour la visite de prédication hebdomadaire dans une mosquée proche voire d'une autre ville :
Ibn Omar (SDP) a dit : « Le Prophète (SBDSL) visitait régulièrement la mosquée de Qobâ aussi bien à pied que sur une monture (dont pour prêcher les gens). Il y accomplissait alors deux unités de prière. » (Boukhari et Mouslim)
Dans une autre version : « Le Prophète (SBDSL) visitait la mosquée de Quba tous les samedis à pied ou à dos de monture (dont pour prêcher les gens). Ibn Umar (SDP) en faisait de même. »

-cibler la sortie mensuelle d'un groupe vers des mosquées de la région pendant 3 jours, puis du pays pendant 40 jours, puis du monde pendant 4 mois, afin de profiter de cette retraite spirituelle pour développer notre piété, apprendre la religion, valoriser la prédication, s'habituer au mode de vie prophétique constant et donc adorer Dieu en permanence :
Selon Abou Houreyra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « (Dans certains cas) Une des meilleures façons de vivre pour un homme est de tenir les rênes de son cheval cavalant (ou marcher) au service de Dieu : chaque fois qu'il entend un cri de guerre (ou de sortie pour la prédication ou la justice ou la noblesse), il s'élance à la recherche du combat ou de la mort là où il pense les trouver. Ou encore, c'est le fait d'emmener paître un troupeau au sommet d'une montagne ou au fond d'une vallée, d'y accomplir la prière, de s'acquitter de la Zakat et d'adorer son Seigneur jusqu'à ce que la mort le saisisse, ne côtoyant les gens que pour accomplir le bien. » (Mouslim)
-choisir donc un pays proche et un lointain pour penser à leur guidée et les visiter 40 jours ou 4 mois tous les deux ou trois ans si possible. -et enfin donner ses disponibilités pour d'éventuelles aides sociales comme accompagner une personne âgée à faire des courses, garder des enfants, soutenir des handicapés, déménager un meuble, ou participer à du bricolage, car le bon comportement désintéressé est la meilleure source de guidée.
Pour les groupes qui sortent en retraites spirituelles, les trois points principaux sont :
-profiter au mieux du temps de la sortie pour Allah
-faire augmenter les travaux dans les mosquées visitées
-faire sortir un groupe rapidement (4 mois, 40 j ou 3 j)
Pour développer grandement la noble pensée de ces concertations cherchant à propager la religion et donc la guidée de l'humanité au Paradis, il est utile de prendre en exemple une anecdote arrivée à des musulmans qui ont découvert une canette de « Coca-cola » vide au milieu d'un désert, puisque cela prouve que la pensée lors des concertations dans les réunions de la société « Coca-cola » et donc aussi pour la transmission de la religion peut réussir à se propager partout.
Enfin afin de sagement préserver l'union précieuse de cette organisation, il est conseillé de ne pas se marier ni commercer entre membres.

Comportement, politesse, discipline (Adab) :

Il faut :
-avoir les ablutions et être parfumé.
-s’asseoir en cercle avec la plus grande pensée et le plus grand souci.
-choisir un responsable (émir) choisissant un des avis pour fermer la porte à la division voulue par Satan.
-renouveler l'intention d'agir pour Dieu afin que l'humanité entre au Paradis.
-faire une invocation pour la concertation afin qu'elle soit profitable.
-donner un avis sincère, avec facilité, sans l’embellir et sans l’imposer, puis demander « pardon à Allah » si notre avis est choisi par le responsable pour enlever l'orgueil de notre cœur et parce qu'il peut y avoir un mal dedans, et dire « louange à Allah » s’il n’est pas pris car il pouvait y avoir un mal dedans.
-bâtir notre avis sur l’avis des autres.
-ne pas se moquer des différents avis.
-prendre un cahier pour y inscrire : date, nom du responsable de la concertation, points du jour.
-commencer en parlant de ce qu’on a fait la veille, puis parler du programme prévu de la journée ou de la semaine (cercles d'enseignements, discours, discussion, visites).
-gérer les visites de prédication si des informations sont présentes dans le cahier pour trouver les gens au meilleur moment.
-réfléchir aux personnes à visiter la semaine suivante pour les garder à l'esprit et augmenter la puissance de l'intention, de l'aide divine invisible et de la lumineuse noblesse dans le cœur, et en essayant de préserver au moins une visite par semaine.
-penser aussi à ce qu’on veut transmettre mais surtout à la cause de ces choses là :
causes de l'amour « mahaba » : passer le salam et sourire
causes de la guidée « hidaya » : parler d'Allah et de Ses bienfaits, des situations de l’au-delà, et des actions les facilitant.
-concernant les autres sujets comme l’entre-aide ou soutenir des faibles tels orphelins, veuves, pauvres, personnes âgées ou handicapés, penser à parler principalement des solutions et non des problèmes.
-tendre à faire la concertation quotidiennement en réfléchissant au choix de la meilleure heure par rapport au plus grand nombre possible de participants.

Récompenses, mérites (Fadila) :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui fait revivre une de mes traditions, c’est qu’il m’aime, et celui qui m’aime sera à mes côtés au Paradis. »
Il est reconnu également que s’asseoir pour la religion d’Allah équivaut à environ 70 années d’adoration.

Invocation pour terminer la concertation : 

« Sobhanaka Allahoumma Wa Bihamdik Ach Hadou An La Ilaha Illa Ant Astaghfirouka Wa Atoubou ila ik.
Soubhâna rabbika rabbi-l-izzati ammâ yasifoûn, wasalâmoun ala-l-moursalîn, walhamdou lillâhi rabbi-l'âlamîn »

« Gloire et louanges à toi ô Allah, j'atteste qu'il n'y a pas d'autre divinité en dehors de toi, je te demande pardon et me repens à toi.
Gloire au Seigneur, le Seigneur de la puissance. Il est au dessus de ce qu'ils décrivent. Et paix sur les Messagers, et louanges à Allah, Seigneur de l'Univers. »

f) Combiner les acttivités d'adoration quand c'est possible pour parfaire certaines occupations

Il apparaît donc que l'on peut parfois combiner les travaux d'adoration comme par exemple en faisant du nettoyage :
Dire au nom de Dieu pour commencer, en ayant ses ablutions, en portant du parfum, en étant habillé pudiquement, et en répétant il n'y a de divinité qu'Allah tout au long de cette activité.

g) Idée de programme pour commencer les efforts afin de propager la religion :

a) La première chose à faire, c’est de former un noyau de coreligionnaires motivés pour cet effort (ceux déjà venus à la mosquée par exemple).

b) Ensuite il faut faire un programme pour installer de façon régulière les 8 travaux de groupe : concertation hebdomadaire ou quotidienne si possible, prières de groupe, cercle d'enseignements et de glorifications hebdomadaire ou quotidien si possible, visite locale samedi et visite hors localité dimanche, discours hebdomadaire ou quotidien si possible pour sa propre mosquée ou en sortie, repas (taham) et coucher (num) pour les sorties.

c) Il faut aussi écrire les intentions du temps que chaque participant peut consacrer à la mosquée et à la maison en restant dans les 5 travaux tout en essayant de les augmenter.

Il faut aussi essayer de diminuer 4 choses : moins manger, moins dormir, moins parler des passions terrestres et moins sortir de la mosquée ou de la maison.

d) Installer la sortie de 3j par mois pour entretenir la foi, la pratique religieuse et le mode de vie prophétique, et éviter d'entrer dans des habitudes mondaines.

e) Lors d'une visite de motivation à la pratique religieuse, il faut d'abord augmenter la valeur du Créateur en rappelant Ses bienfaits comme la vue, l’ouïe, l'oxygène et l'eau, puis évoquer la tombe, le Jour du Jugement, l'Enfer et le Paradis, en rappelant que les bonnes actions facilitent ces étapes, et enfin préciser que la religion permet de nombreuses bonnes actions.

Les 5 travaux prophétiques :

1) Ibada (adoration ou actes cultuels ou besoins spirituels) :

Diverses œuvres individuelles possibles :

Prière de nuit et surérogatoires, lecture du coran (1/60 matin et soir), évocation, invocations, méditation, prêche individuelle.

2) Talim wa taloum (enseigner ou se faire enseigner) :

Activités collectives comme lecture de hadith, moudakarra (discussion sur un sujet), apprentissage des 10 dernières sourates ou plus, parler des 6 qualités principales, expliquer les règles de prédication comme le comportement lors des visites tel ne pas regarder la décoration des demeures ou ne pas rentrer dans une demeure si il n'y a pas d'homme, et le comportement lors de la prédication dans la rue comme choisir un guide (dalil), celui qui parle (moutaqalim), un responsable (émir) et laisser deux autres au maximum dans le rappel ou la glorification d'Allah.

3) Dawa (préche) :

Dawa infiradi individuelle (discussion avec un ami ou inconnu)

Dawa ichtimahi grou(discours)

Visite du quartier

Visites précises (frères déjà venus à la mosquée pour commencer).

Ensuite voir dans le bottin les noms des musulmans en divisant la ville par quartier et en prenant les infos lors des visites : présent, parlé, intéressé. Puis inviter au cercle de la mosquée et proposer qu'il le pratique lui-même chez lui en famille et donc préciser si le cercle est déjà en place chez lui. L'informer de notre but de répandre le bien spirituel et matériel.

Utiliser un cahier des visites : Nom prénom / Adresse, Bat, étage et porte / situation, âge, enfant, famille, travail / info donc sur les intentions et les réactions.

Gérer les visites pour que les rencontres se fassent dans un moment propice.

4) Ridma (le service) :

Être au service de soi même (vêtements propres, douche, hygiène, parfum…), de la famille, de la mosquée, du groupe, du responsable, du quartier et de la ville, voire du pays ou du monde.

5) Machouarra (cercle de concertation) :

Essayer de la faire quotidiennement en famille et entre coreligionnaires.
Allah crée les êtres et les situations. Il n’a besoin de personne alors que tout a besoin de Lui et Il a mis notre succès, notre bonheur et ceux de toute l’humanité dans Ses bienveillants ordres sur le chemin du Prophète (SBDSL).
Le moyen pour que cela entre dans notre cœur et dans le cœur des gens afin que cela entre dans notre vie et dans la vie des gens, c’est en faisant l’effort de prédication et en ayant une grande volonté de participer à la guidée des gens.
En effet même s'il n’y a qu'Allah qui guide vers la pratique religieuse, Il a basé ce monde sur des causes. C'est à dire que nos efforts et notre souci pour que les gens entrent au Paradis font partie des causes de Sa guidée.
Ainsi en libérant du temps pour cette cause, Allah descendra la guidée autour de nous ou loin de nous tout en nous donnant beaucoup plus de sagesse.
C'est pourquoi en utilisant intelligemment beaucoup de notre personne, de nos biens et de notre temps dans l'effort pour la religion, les effets de nos actions bienveillantes seront logiquement plus fortes, plus enrichissantes, et plus productives.

a3) Exemple d'une vie pieuse représentant pour l'être humain, sa sainte perfection, son ennoblissement maximal, et sa plus haute dignité méritante

          Il s'agit de chercher tous les oeuvres surérogatoires que le Prophète (SBDSL) effectuait, afin de pouvoir les réaliser lorsque notre emploi du temps le permet et ainsi tendre vers une droiture constante.
          Or les occupations d'adoration de service qui ne peuvent être déplacées telles l'activité professionnelle, les responsabilités familiales même au niveau des loisirs parfois, les nécessités médicales, le service urgent aux autres, la gestion d'une association humanitaire et les obligations administratives sont prioritaires dans cette pieuse organisation :
(ExtHadith) Selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Eloignez-vous de ce que je vous interdis, et faites ce que je vous ordonne autant que vous le pouvez. »
          Mais lorsque le temps de loisir et la santé le permettent, il faut donc essayer de s'approcher de tous ces actions surérogatoires prophétiques :
(S28v77) « Et recherche à travers ce qu’Allah t’a donné, la Demeure dernière. Et n’oublie pas ta part en cette vie. Et sois bienfaisant comme Allah a été bienfaisant envers toi. Et ne recherche pas la corruption sur terre, car Allah n’aime point les corrupteurs. »
Commentaire : Le verset précédent explique donc au croyant à ne pas déserter les intérêts matériels au profit d’une pratique cultuelle exagérée.
(S94v5-8) « A côté de la difficulté est certes une facilité ! A côté de la difficulté est certes une facilité ! Quand tu te libères (de tes occupations nécessaires) donc, lève-toi, et à ton Seigneur aspire. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Il est deux bienfaits que beaucoup de gens n’apprécient pas à leur juste valeur : la santé et le loisir. »
          D'autre part, il faut s’entraîner à noblement se concentrer dans nos œuvres religieuses pour bien comprendre ce que l'on dit et pour mieux percevoir Dieu, car c'est en ressentant plus clairement nos invocations, évocations et gestes pieux, qu'on parviendra à les exprimer avec plus de sincérité et qu'on évitera d'entrer dans de distraites habitudes inappliquées. Surtout que nous vivons une époque où la concentration s'efface à cause des nombreuses distractions médiatiques nous habituant par le zapping à changer fréquemment d'ambiances ou de sujets. C'est pourquoi il faut noter que la crainte révérencielle par une forme de discipline personnelle est la plus belle preuve d'amour de l'homme envers Dieu pour recevoir Son intimité, car elle est le sentiment qui l'oblige à toujours s'améliorer sérieusement, afin d'être constant dans l'adoration permanente prouvant la force de sa sincérité amoureuse et développant celle du Seigneur envers lui. En effet l'amour sans crainte peut distraire l'âme par sa trop forte confiance en l'espoir et provoquer de trop nombreuses négligences impolies dans les pieux efforts visant à encore plus se faire aimer de Dieu, car il arrive souvent que l'être humain soit moins attentif et attentionné lorsqu'il considère un amour comme acquis, surtout que notre amour envers Lui est plus intense dans le doute de Son amour envers nous, même s'il est acquis. La crainte révérencielle lors de fréquentes bonnes œuvres appliquées reflète donc notre plus grande sincérité amoureuse envers Allah, puisqu'elle prouve que tellement nous L'aimons, nous sommes vraiment inquiets que nos bonnes actions ne soient pas acceptées par Son agrément, comme le montrent la crainte respectueuse et la persévérance évidente d'Abou Bakr (SDP) dans ses innombrables bonnes actions. De plus pour invoquer Dieu le plus sincèrement possible il faut parvenir à le faire avec une réelle profondeur d'âme s'abandonnant dans la certitude de sa présence omnisciente. Surtout que pour apprécier au mieux leur véritable effet très agréable pour et par le centre du coeur, il faut pratiquer pratiquer les œuvres cultuelles (à distingeur des œuvres religieuses comprenant tout le mode de vie prophétique, c'est à dire la relation intime en direct avec Dieu seulement spirituelle et personnelle) dans le calme, le silence, le relâchement émotionnel, la concentration sur le moment présent et la sincérité. Il faut noter qu'au début de la pratique religieuse, l'ego et le diable peuvent parfois nous faire passer par l'ostentation jusqu'à finalement nous en lasser pour atteindre l'attention et la sincérité exclusives pour Dieu. Ainsi il faut être plus noblement appliqué que si toute l'humanité nous regardait en direct à travers une caméra, en particulier car Allah est Le seul à pouvoir aussi regarder le niveau de sincérité de notre cœur. C'est à dire que pour faciliter et élever notre ennoblissement, il faut adorer Allah comme si on Le voyait et donc comme si Son jugement était immédiat :
L'Archange Gabriel (paix sur lui), sous une apparence humaine, demanda au Prophète (SBDSL) : « Fais-moi connaître la vertu (l'excellence de la foi et du comportement). » Le Prophète (SBDSL) lui répondit : « La vertu consiste à adorer Dieu comme si tu Le voyais (en parvenant à sentir, entendre, toucher, goûter, ressentir, voir et représenter Dieu avec le cœur, jusqu'à voir Dieu avec tout notre corps surtout que l'ayant créé), car si tu ne Le vois pas, certes, Lui te voit. »
(S21v49) « (Les pieux sont) ceux qui craignent leur Seigneur (qui établira la justice au Jour du Jugement) malgré qu'ils ne Le voient pas, et redoutent l'Heure (de la fin du monde suivie par le début de la résurrection). »
          Par conséquent être inquiet de ne pas recevoir l'amour divin apporte bien plus de clairvoyance, de sagesse, et donc de rapprochement d'Allah.

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète a (SBDSL) dit : « La religion est aisance et facilité. Jamais quelqu'un ne cherchera à rivaliser de force avec la religion sans que la religion ne l’écrase. Suivez plutôt la voie sage du juste milieu, rapprochez-vous en douceur de la perfection et soyez optimistes. Aidez-vous en cela par vos allées et venues à la mosquée le matin, le soir et aux dernières heures de la nuit. »

Aïcha (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) entra chez elle alors qu’elle était avec une autre femme. Il dit : « Qui est donc celle-ci ? » Elle dit : « Une telle qui vient me parler du grand nombre de ses prières. » Il dit : « Ne vous surchargez point ainsi car on ne vous a imposé que ce que vous pouvez supporter. Par Dieu, Dieu ne se lasse pas de vous récompenser jusqu'à ce que vous vous lassiez de faire des œuvres de bien. » Aïcha conclut alors : « Les pratiques religieuses les plus agréables aux yeux du Prophète étaient celles accomplies avec régularité (même si elles étaient moins nombreuses). »


(ExtS49v13) « Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. »

1) Exemple de l'organisation d'une journée totalement pieuse (pouvant être complétée par des recherches supplémentaires) et correspondant pour les hommes à la perfection spirituelle et donc à l'ennoblissement maximal, si c'est accompagnée par un caractère noble permanent, une sage moralité, et des invocations et habitudes quotidiennes notées plus bas :

(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection (de la tradition prophétique complète), rectifiez continuellement votre conduite »

Il faut noter qu'avec simplement la pratique des cinq prières obligatoires quotidiennes de l'islam, la plénitude (satisfaction) peut être ressentie par chacun, mais que plus on augmente le suivi du mode de vie prophétique au long de la journée, plus le ressenti de cette plénitude s'intensifie.

A) Le réveil à la moitié ou au début du dernier tiers de la nuit

-En se couchant, avoir une forte intention de se réveiller afin de prier la moitié ou le dernier tiers de la nuit et faire une sincère invocation pour raffermir cette sage décision et faciliter le réveil.

-Invocation avant de dormir : « Ô Allah ! En Ton Nom je vis et je meurs. »

-Invocation dès le réveil : « La louange est à Dieu qui nous a ressuscites après nous avoir fait mourir et c'est auprès de Lui que se fera la résurrection. »

-Se repentir pour purifier l'ensemble de l'occupation du sommeil

-Demander pardon à Dieu par avance pour les fautes que l'on commettra dans les occupations d'adoration au cours de la journée

-Dire bismila pour commencer l'occupation du réveil jusqu'à l'occupation des ablutions avec de l'eau

-Toucher un caillou propre et lisse pour faire tayamoun (façon différente des ablutions pour obtenir la pureté rituelle en cas de manque d'eau, de maladie de peau ou d'incontinence fréquente)

-Dire Allouakbar en s'asseyant dans le lit pour éviter de se lever trop vite en risquant dangereusement de s'évanouir

-Souffler trois fois par le nez

-Se frotter les dents avec le siwak

-Rester un peu assis dans le lit en méditant pour terminer de se réveiller avant de se mettre debout

-Se mettre debout en disant à nouveau allaouhakbar

-Répéter la parole lailaha il Allah (il n'y a de divinité que Dieu) pendant le trajet jusqu'aux ablutions

-Dire l'invocation du début des ablutions

-Faire les ablutions

-Dire l'invocation de la fin d'ablution

-Mettre du parfum

-Dire bismila pour débuter le trajet jusqu'au lieu de la pratique des prières nocturnes en répétant la parole lailaha il Allah pendant ce trajet

-Dire l'invocation avant le début des prières nocturnes

-Faire des prières nocturnes

-Garder du temps pour les invocations

-et garder du temps pour les glorifications et le repentir : Répéter les évocations de Dieu 100 fois chacune : sobhanallah (gloire et pureté à Dieu), amdoulila (louange à dieu), lailaha il Allah (il n'y a de divinité qu'Allah), Allah ou akbar (Dieu est le plus grand), Allahoumma sali wa sallim ala rasoulila (Ô mon Seigneur salue et bénit le Prophète Mouhamed), astafallah (pardon à Dieu), sobhanallah wa bihamdihi sobhanallah el adzim (gloire et pureté à Dieu ainsi que la louange gloire et pureté à Dieu le Très Grand), la ala wa la quoata il la bila (il n'y a de force ni de puissance que par Dieu), la ilaha illa-llah wahdahou la charika lah lahou-l-moulkou walahou-l-hamd wahouwa 'ala koulli chay'in qadîr (il n y a de divinité qu'Allah l'Unique Il n'a point d'associé à Lui la louange à Lui la royauté et Il est capable de toutes choses)

-se recoucher le dernier sixième de la nuit.

-puis aller à la moquée pour effectuer la première prière surérogatoire de la journée (Fajr) et la première prière obligatoire en commun de la journée (Sobh).

Justifications de cette pieuse organisation :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le meilleur jeûne et la meilleure prière aux yeux d'Allah sont ceux de David : il dormait la moitié de la nuit, veillait son tiers, puis se rendormait le dernier sixième. Il jeûnait un jour sur deux, et ne s'enfuyait guère devant l'ennemi. » (Boukhari et Mouslim)

(S20v130) « Supporte patiemment ce qu'ils disent et célèbre Sa louange (de Dieu) avant le lever du soleil, avant son coucher et pendant la nuit, et exalte Sa Gloire aux extrémités du jour. Peut-être auras-tu satisfaction »

(ExtS3v41) « Invoque beaucoup Ton Seigneur, et glorifie-Le en fin et en début de journée. »

(S50v39/40) « Endure donc ce qu'ils disent, et célèbre la louange de ton Seigneur avant le lever du soleil et avant (son) coucher, et célèbre Sa gloire une partie de la nuit et à la suite des (pendant les) prosternations (des prières). »

(ExtS52v48/49) « en vérité, tu es sous Nos yeux. Et célèbre la gloire de ton Seigneur quand tu te lèves. Glorifie-Le une partie de la nuit et au déclin des étoiles. »

(S51v15-19) « Les pieux seront dans des Jardins et parmi des sources, recevant ce que leur Seigneur leur aura donné, car ils ont été auparavant de bienfaisants : ils dormaient peu la nuit, et aux dernières heures de la nuit, ils imploraient le pardon (d'Allah), et dans leurs biens, il y avait un droit au mendiant et au déshérité. »

(S76v25/26) « Et invoque le nom de ton Seigneur matin et après-midi, et prosterne-toi devant Lui une partie de la nuit, et glorifie Le de longues (heures) pendant la nuit. »

Invocations avant de dormir :

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit  : « Ô untel ! Quand tu te mets au lit dis : « Ô mon Seigneur, je me soumets à Toi et je m'en remets en toi pour toute chose. Je m'appuie sur Toi à cause de mon désir d'aller vers Toi et de ma crainte de Toi, car on ne saurait trouver d'assistance et de refuge sûr contre Toi, qu'en Toi-même. Je crois au Livre (Coran) que Tu as révélé et au Prophète (Mouhamed) que tu as envoyé. » Si tu meurs cette nuit, tu mourras dans la foi conforme à la saine nature (fitra, islam) et si tu te réveilles le matin, ce sera un bon réveil. » (URA)

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) disait avant de dormir : « Ô Allah ! En Ton Nom je vis et je meurs. »


Invocation dès le réveil :

Houdheyfa (SDP) a dit: « Quand le Prophète (SBDSL) se couchait la nuit dans son lit, il mettait sa main sous sa joue et disait: « Seigneur Dieu! C'est en Ton Nom que je vis et que je meurs. » Et quand il se réveillait, il disait : « La louange est à Dieu qui nous a ressuscites après nous avoir fait mourir et c'est auprès de Lui que se fera la résurrection. » (Boukhari)

Comportements en se réveillant :

Selon Houdheyfa (SDP), dès que le Messager d’Allah (SBDSL) se levait, il se frottait les dents.

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Quand l’un de vous s’endort, le Diable fait trois nœuds derrière sa tête en disant sur chacun d’eux : « Que ta nuit te soit longue ! Dors ! » S’il se réveille entre temps et évoque Allah exalté, l’un de ces nœuds se délie. S‘il fait ses ablutions, le deuxième nœud se délie. Et s’il prie, les trois nœuds se délient tous. Ainsi il se réveille plein d’énergie et l’haleine bien odorante, sinon son haleine sent mauvais et il est plein de paresse. » (URA)


Les prières nocturnes :

(S17v79) « Et de la nuit consacre une parti (avant l’aube) pour des Salât surérogatoires, afin que ton Seigneur te ressuscite en une position de gloire. »

(S39v9) « Est-ce que celui qui aux heures de la nuit reste en dévotion, prosterné et debout, prenant garde à l'au-delà et espérant la miséricorde de son Seigneur... Dis : “Sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ?” Seuls les doués d'intelligence se rappellent. »

(S73v2-4) « Lève-toi (pour prier) toute la nuit, excepté une petite partie, sa moitié, ou un peu moins, ou un peu plus. Et récite le Coran, lentement et clairement. »

(S73v20) « Ton Seigneur sait certes que tu (Mouhamed) te tiens debout moins de deux tiers de la nuit, ou sa moitié, ou son tiers. De même qu'une partie de ceux qui sont avec toi. Allah détermine la nuit et le jour. Il sait que vous ne saurez jamais passer toute la nuit en prière. Il a usé envers vous avec indulgence. Récitez donc ce qui (vous) est possible du Coran. Il sait qu'il y aura parmi vous des malades, et d'autres qui voyageront sur la terre en quête de la grâce d'Allah, et d'autres encore qui combattront dans le chemin d'Allah. Récitez-en donc ce qui (vous) sera possible. Accomplissez la Salat, acquittez la Zakat, et faites à Allah un prêt sincère. Tout bien que vous vous préparez, vous le retrouverez auprès d'Allah, meilleur et plus grand en fait de récompense. Et implorez le pardon d'Allah, car Allah est Pardonneur et Très Miséricordieux. »


Il (SBDSL) a aussi dit : « Le moment où le serviteur est le plus proche de son Seigneur, est au milieu de la nuit, si vous êtes capables d'être parmi ceux qui invoquent Allah à cette heure, alors soyez-y. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « Le moment où le serviteur est le plus proche de son Seigneur est lorsqu'il se prosterne, alors invoquez y Allah intensément. »

Aïcha a dit : « Le Prophète (SBDSL) faisait au cours de la nuit onze unités de prière. Une fois que les premières lueurs de l'aube pointaient à l'horizon, il faisait deux autres unités de prière avec une courte récitation. Puis il s'étendait sur le côté droit jusqu'à ce que l'appel du Muezzin lui annonce l'heure de la prière de l'aube. » (URA)

Selon Abou Moussa (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui a fait (assidûment) les prières de l'aube et de l'après-midi entre au Paradis. » (URA)

Selon Joundob Ibn Soufyàn (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui a fait la prière de l'aube s'est mis sous la sauvegarde de Dieu. Fais bien attention, ô fils d'Adam, à ne pas offenser Dieu en omettant de faire ce qui te vaut Sa sauvegarde ! » (URA)


Invocation avant les prières nocturnes :

« Ô Allah, toutes les louanges t'appartiennent. Tu es la lumière des cieux, de le terre et de tout ce qui s'y trouve. Toutes les louanges T'appartiennent. Tu es le supporteur des cieux, de la terre et de tout ce qui s'y trouve. Toutes les louanges T'appartiennent. Tu es le Maître des cieux, de la terre et de tout ce qui s'y trouve. Toutes les louanges T'appartiennent. Et à Toi  la royauté des cieux, de la terre et de tout ce qui s'y trouve. Toutes les louanges T'appartiennent. Tu es le Roi des cieux et de la terre. Toutes les louanges T'appartiennent. Tu es la vérité, Ta promesse est Vérité, Ta parole est vérité, Ta rencontre est vérité, le Paradis est vrai, le feu de l'Enfer est vrai, les Prophètes sont vrais, Mouhamed est vrai, et l'Heure est vraie. Ô Allah je me suis soumis à Toi, sur Toi j'ai compté, en Toi j'ai cru, vers Toi je suis retourné en repentance, pour Toi j'ai disputé, vers toi je tourne mon jugement, alors pardonne mes péchés que j'ai commis et que je commettrai, ceux que j'ai fait en secret et ceux que j'ai fait en plein jour. Tu es Celui qui avance et Celui qui retarde. Il n'y a de divinité que Toi, Tu es mon Dieu, Il n'y a de divinité que Toi. »

Les glorifications :

(S76v26) « et prosterne-toi devant Lui (Dieu) une partie de la nuit, et glorifie Le de longues (heures) pendant la nuit. »

Répéter par exemple 100 fois chacune : sobhanalah « gloire et pureté à Dieu », amdoulila « louange à Dieu », lailaha il Allah « il n'y a de dieux qu'Allah », Allahou akbar « Allah est le plus grand », Allahoumma sali wa sallim ala rasoulila « Ô mon Seigneur salue et bénit le Prophète Mouhamed », astafallah « pardon Allah », sobhanallah wa bihamdihi sobhanallah el adzim « gloire et pureté à Dieu ainsi que la louange, gloire et pureté à Dieu le très grand », la ala wa la quoata il la bila « il n'y a de force ni de puissance que par Dieu », il n y a de divinité qu'Allah l'Unique il n'a point d'associer à lui la louange à Lui la royauté et Il est capable de toutes choses...

La mère des croyants, Juwayriya (SDP), fille de Harith rapporte : « Le Prophète (SBDSL) sortit un matin de chez moi après avoir accompli la salat du matin (subh) tandis que je demeurais assise à l'endroit où j'avais effectué la salat. Puis il revint en milieu de matinée, me trouva assise au même endroit, et me demanda : « Tu n'as pas changé de posture depuis que je t'ai quittée ? » « Non. » répondis-je (signifiant qu'elle a passé tout le début de la matinée à glorifier Dieu). » Le Prophète (SBDSL) dit alors : « Après t'avoir quittée, j'ai prononcé à trois reprises quatre formules qui pèsent plus lourd (sur la balance) que tout ce que tu as dit depuis ce matin : "Gloire et louange à Dieu, autant de fois qu'il y a de créatures, autant qu'il le faut pour obtenir Son agrément, autant que pèse Son Trône, et autant qu'il faudrait d'encre pour écrire Ses paroles." »

Sad Ibn Abi Waqqas (SDP) rapporte : « J'entrai en compagnie du Prophète (SBDSL) chez une femme qui tenait des (milliers de) noyaux (ou des cailloux dont elle se servait pour compter ses glorifications de Dieu). Le Prophète (SBDSL) lui dit : « T'informerais-je de ce qui sera plus facile (ou meilleur) pour toi ? Dis : "Gloire à Dieu autant de fois qu'il y a de créatures dans le ciel. Gloire à Dieu autant de fois qu'il y a de créatures sur la Terre. Gloire à Dieu autant de fois qu'il y a de créatures entre les deux. Gloire à Dieu autant de fois qu'Il a créé. Dieu est plus Grand autant de fois que cela. Louange à Dieu autant de fois que cela. Il n'est de divinité que Dieu autant de fois que cela. Et il n'est de force ni de puissance que par Dieu autant de fois que cela." »


Importance des invocations nocturnes :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Chaque nuit le Seigneur descend vers le ciel de ce monde au moment ou le dernier tiers de la nuit aura passé et dit : « Je suis le Roi ! Je suis le Roi ! Qui donc m'invoquera pour que je l’exauce ? Qui donc me demandera pour que je lui donne ? Qui donc me demandera pardon pour que je lui pardonne ? » Le Seigneur reste ainsi jusqu’à ce que la clarté de l’aube apparaisse. »

Il (SBDSL) a aussi dit : « Le moment où le serviteur est le plus proche de son Seigneur est au milieu de la nuit, si vous êtes capables d'être parmi ceux qui invoquent Allah à cette heure, alors soyez-y. »


Diverses invocations de protection du matin :

Les trois dernières sourates (x3)

Au nom d'Allah, nul ne peut nuire en présence de Son nom sur terre et dans le ciel, et Il est l'Audient l'Omniscient. (x3) 

Je me mets sous la protection des paroles parfaites d'Allah contre le mal de ce qu'Il a créé. (x3) 

J'agrée Allah comme Seigneur, Mouhamed (SBDSL) comme Prophète, et l'Islam comme religion. (x3) 

Allah me suffit, il n'y a de divinité que Lui, c'est en Lui que je place ma confiance, et Il est le Seigneur du Trône immense. (x7)

 « Ô Allah ! Protège moi du feu » (x7)

Ô Seigneur, nous voici au matin et en nous se trouve la nature première qui est l'Islam, en nous la parole du monothéisme. Nous sommes dans la religion de notre Prophète (SBDSL), et sur la voie de notre père Ibrahim qui vouait son culte exclusivement à Allah, soumis à Allah, et n'était point du nombre des associateurs. (x1) 

Ô Seigneur, nous voilà au matin et le règne appartient à Allah. Louange à Allah, il n'y a pas d'autres divinités sauf Allah l'Unique, Il n'a point d'associé, à Lui la royauté et à Lui la louange, et Il est capable de toutes choses. Ô Seigneur je te demande le bien de ce jour et le bien qui vient après, et je mets sous Ta protection contre le mal de ce jour et le mal qui vient après. Je me mets sous ta protection contre la paresse et les maux de la vieillesse. Je demande ta protection contre le châtiment de l’Enfer et contre les tourments de la tombe. (x1)

Ô Seigneur, c'est par toi que nous nous retrouvons au matin et c'est par Toi que nous nous retrouvons au soir. C'est par toi que nous vivons et c'est par Toi que nous mourrons et c'est vers Toi que se fera la résurrection. (x1)

Ô Seigneur, me voici au matin. Je te prends à témoin et je prends à témoin les porteurs de Ton Trône ainsi que les anges et toutes Tes créatures, que c'est Toi Allah, qu'il n'y a de divinité que Toi, que Tu es seul et sans associé, et que Mouhamed est ton serviteur et Ton Messager. (x1 ou 2 ou 3 ou 4)

Ô Seigneur, tout ce qui m'arrive comme bienfait en ce jour qui se lève, à moi ou  l'une de Tes créatures, provient de Toi Seul sans associé. A Toi la louange ainsi que la gratitude. (x1)

Ô le vivant, Celui qui veille éternellement à la bonne marche de toute chose, j'implore secours auprès de Ta miséricorde, améliore ma situation, et ne me laisse pas à mon propre sort ne serait-ce le temps d'un clin d'oeil. (x1)

Ô Seigneur accorde moi la santé, Ô Seigneur accorde la santé à mon ouïe, Ô Seigneur accorde la santé à ma vue. Il n'y a de divinité que Toi. (x3)

Ô Seigneur je cherche refuge auprès de Toi contre la mécréance et la pauvreté, et je mets sous Ta protection contre les tourments de la tombe. Il n'a pas de divinité à part Allah. (x3)

Ô Seigneur, je te demande la santé dans cette vie et dans l'au-delà. Ô Seigneur, je te demande le pardon et la paix dans ma religion, ma vie, ma famille, et mes biens. Ô Seigneur cache mes défauts et mets moi à l'abri de tous mes effrois. Ô Seigneur protège-moi devant moi, derrière moi, sur ma droite, sur ma gauche, et au dessus de moi, et je me mets sous la protection de Ta grandeur pour que je sois pas assassiné par en-dessous de moi. (x1)
Commentaire : Cette protection peut servir en cas de risque mortel contre l'ennemi mais aussi par exemple contre le froid.

Ô Seigneur, le Créateur des cieux et de la terre, le Connaisseur de l'invisible et du visible, Seigneur et Maître de toute chose, je mets sous Ta protection contre le mal de mon âme, contre le mal du diable et son polythéisme, et contre la fait que je ne me nuise à moi-même ou que je nuise à un musulman. (x1)

Ô Seigneur, je Te demande un savoir utile, une bonne subsistance et des œuvres agréées. (x1)

Ô Seigneur, Tu es mon Dieu. Il n'y a pas d'autre divinité sauf Toi. Tu m'as créé et je suis ton serviteur. Je me conforme autant que le peux à mon engagement et à ma promesse vis à vis de Toi. Je me mets sous Ta protection contre le mal que j'ai commis. Je reconnais Ton bienfait à mon égard et je reconnais mon péché. Alors pardonne moi, car il n'y a que Toi qui pardonne les péchés. (x1)

Le repentir :

(ExtS3v14-17) « et ceux qui implorent pardon juste avant l'aube. »

se repentir pour purifier totalement ces occupations nocturnes

Aller à la mosquée en répétant lailaha il Allah

B) Invocation de l'entrée dans la mosquée, puis prière surérogatoire de Fajr au tout début de l'aube après le premier appel à la prière de sobh

C) Prière de sobh juste après celle de Fajr

Avant : Deuxième appel à la prière, invocation de l'appel à la prière, lavage des dents avec le siwak, invocation avant le début de la prière

Après : Glorifications et évocations de fin de prière obligatoire

Justification de cette pieuse organisation :

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui va à la mosquée le matin ou l'après-midi, Dieu lui prépare le Paradis comme lieu de séjour pour chacun de ses parcours. » (URA)  Toujours selon lui, le Prophète (SBDSL) a dit: « Celui qui fait ses ablutions chez lui, puis se dirige vers l'une des maisons de Dieu (les mosquées) pour y faire l'une des prières obligatoires de Dieu, de tous ses pas, l'un le décharge d'un péché et l'autre l'élève d'un degré. » (Mouslim)

Invocation après l'appel à la prière : « Ô Allah, le Seigneur de cet appel parfait et de l'office qui va être célébrée, accorde à Mouhamed le moyen d'intercession et l'excellence, ainsi que le rang louable que Tu lui as promis. »

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Si je ne craignais de trop charger ma nation, je leur ordonnerais de se frotter les dents avant chaque prière. » (URA)

Selon Ibn Omar (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : «La prière en commun dépasse en mérite la prière individuelle de vingt sept degrés. » (URA)

Abou Hourayra (SDP) rapporte : Les pauvres parmi les Muhajirun vinrent trouver le Prophète (SBDSL) et lui dirent : « Les gens fortunés se sont emparés des hauts degrés et de la jouissance éternelle. » Le Prophète (SBDSL) demanda : « Et comment ? » Ils répondirent : « Ils prient comme nous prions, jeûnent comme nous jeûnons, font l'aumône alors que nous ne pouvons la faire, et Ils affranchissent des esclaves alors que nous ne pouvons en affranchir. » Le Prophète (SBDSL) reprit alors : « Ne vous enseignerais-je pas ce qui vous permettra de rattraper ceux qui vous ont devancés et de devancer ceux qui sont derrière vous, si bien que personne ne pourra aussi meilleur que vous si ce n'est quelqu'un qui accomplit ce que vous faites ? » -« Nous voulons bien, Prophète de Dieu », dirent-ils. Il dit : « Après chaque Salat, prononcez trente-trois fois "soubhana Allah" (gloire à Dieu), trente-trois fois "al-hamdoulilah" (la louange est à Dieu), et trente-trois fois "Allahouakbar (Dieu est le plus Grand). » Puis les pauvres parmi les Muhajirun revinrent vers le Prophète (SBDSL) et lui dirent : « Nos frères riches ont été informés de ce que nous faisons, et désormais ils font de même. » Le Prophète (SBDSL) conclut alors : « Ceci est la faveur de Dieu, Il l'accorde à qui Il veut. »


D) De la fin de la prière de sobh un peu après le lever du soleil (prière de chorouk) : Rester à la même place où la prière a été effectuée

Lire ou réciter un izb (1/60 du Coran).

Lire ou réciter les invocations de protection
(si non effectué dans le dernier tiers de la nuit).

Méditer jusqu'à ce que le soleil resplendisse de toute sa beauté.

Il faut noter que le Prophète (SBDSL) a interdit de prier après la prière de sobh jusqu'à celle de Chourouk, car les adorateurs de Satan prient à ce moment là.

Justification de cette pieuse organisation :

Jaber Ibn Samoura (SDP) a dit : « Une fois que le Prophète (SBDSL) avait fait la prière de l'aube, il s'asseyait en tailleur en restant à sa place, jusqu'à ce que le soleil resplendisse de toute sa beauté. » (Abou Dawoud)

Selon Simek Ibn Harb, Jebir Ibn Semoura (SDP) a dit : « Le Messager d'Alla (SBDSL) ne se levait de l'endroit où il avait prié la prière du matin qu'après le lever du soleil. Une fois le soleil levé, il s'en allait. »

Sahl Ibn Sad As-Saidi rapporte : Le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « Assister à la prière du matin puis m'asseoir et évoquer Allah Puissant et Glorieux jusqu'au lever du soleil m'est préférable à fournir des coursiers aux combattants dans la voie d'Allah jusqu'au lever du soleil. »

Al Abbas Ibn Abd Al Moutalib(SDP) rapporte : Le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « M'asseoir après la prière du matin et évoquer Allah Elevé jusqu'au lever du soleil m'est préférable à lutter sur un cheval dans la voie d'Allah jusqu'au lever du soleil. » Il dit aussi : « M'asseoir après la prière du matin jusqu'au lever du soleil m'est préférable à affranchir quatre esclaves des fils d'Ismaël. »

(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit à un compagnon : « Ne m’a-t-on pas informé que tu jeûnes tout le temps et que tu lis chaque nuit le Coran ? » Je dis : « Si, ô Messager de Dieu ! Et je ne cherche en cela qu’à bien faire. » Il dit : « Jeûne à la façon de David (un jour sur deux), car il était le dévot de son temps, et lis le Coran une fois par mois. »


(S17v78) « Accomplis la Salat au déclin du soleil jusqu'à l'obscurité de la nuit, et (fais) aussi la Lecture (du Coran) à l'aube, car la Lecture (ou récitation) à l'aube a des témoins. »

(S76v25) « Et invoque le nom de ton Seigneur, matin et après-midi »

(S20v130) « Supporte patiemment ce qu'ils disent et célèbre Sa louange, avant le lever du soleil, avant son coucher et pendant la nuit, et exalte Sa Gloire aux extrémités du jour. Peut-être auras-tu satisfaction »

E) De la prière de chourouk après le lever du soleil jusqu'à la prière de doha

Invocation de sortie de la mosquée, se repentir pour purifier totalement cette occupation

Puis diverses occupations d'adoration possibles : obligations familiales à effectuer avec sagesse et motivation, repas, lire les histoires des Prophètes, apprendre l'arabe et des sourates, études de sages sciences utiles, nettoyer, ranger, sport, s'occuper des affaires de ce monde avec patience, s'impliquer dans une noble association humanitaire, prédication...

F) La prière de Doha

La possibilité de faire la prière du Doha est comprise entre l'élévation du soleil au-dessus de l'horizon (de la longueur d'une lance) jusqu'à son passage par le Zénith (midi). Mais sa meilleure heure est lorsque la chaleur du matin est à son plus fort et lorsque le soleil est bien haut dans le ciel. Elle détient quatre unités de prière au minimum.

Justification de cette pieuse organisation :

Zeyd Ibn Arqam (SDP) vit une fois des gens faire la prière du Doha aux premières heures de la matinée. Il dit : Et pourtant ils ont bien su qu'il y a un moment préférable pour cette prière. Le Messager de Dieu (SBDS) a dit : « La prière de ceux qui retournent constamment à Dieu se fait quand les jeunes chameaux ressentent l'ardeur de la canicule. » (Mouslim)

Abou Hourayra (SDP) a dit : « Mon grand ami (le Prophète Mouhamed) m'a recommandé de jeûner trois jours par mois, de faire deux unités de prière au Doha, et de faire une unité de clôture avant de me coucher. » (URA)

Selon Abou Dharr (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Chacun de vous, à son réveil le matin, est redevable d'une aumône pour chacun de ses organes qu'il trouve en bonne santé. Chaque fois qu'on dit «Soubhanallah» (gloire et pureté à Dieu), c'est une aumône. Chaque fois qu'on dit «Al hamdou lillah» (la louange est à Dieu), c'est une aumône. Chaque fois qu'on dit «La ilaha illallah» (il n'y a pas de divinité à part Dieu), c'est une aumône. Chaque fois qu'on dit «Allahou akbar» (Dieu est plus grand), c'est une aumône. Chaque fois qu'on exhorte à une bonne action, c'est une aumône. Chaque fois qu'on détourne d'une mauvaise action, c'est une aumône. De même que deux unités de prière faites au Doha suffisent à s'acquitter de toutes ces aumônes. » (Mouslim)

Aïcha (SDP) a dit : « Le Messager de Dieu faisait au Doha quatre unités de prière et il leur ajoutait encore ce que Dieu lui permettait de faire. » (Mouslim)

Oum Hani (SDP) a dit : « Je me rendis chez le Messager de Dieu (SBDSL) en l'année de la conquête de la Mecque (an VIII de l'Hégire). Je l'ai trouvé en train de prendre un bain rituel. Une fois qu'il termina ses ablutions, il fit huit unités de prière et c'était l'heure du Doha. » (URA)

G) Organisation d'un talim après la prière de doha jusqu'à la prière de dhor

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Aussitôt que les gens s’assoient pour évoquer Allah, des anges les entourent (de leur ailes), la miséricorde d’Allah les recouvre et la sérénité descend sur eux. Et Allah les évoque parmi ceux qui vivent auprès de Lui. » (Mouslim)

H) La prière obligatoire de dhor à la mosquée au moment où l'ombre d'un bâton planté dans le sol est égale à sa longueur

Avant : Invocation de l'entrée dans la mosquée (si on est sorti), une prière surérogatoire (d'entrée dans la mosquée), premier appel à la prière, invocation de l'appel à la prière, prière surérogatoire de l'appel à la prière, deuxième appel à la prière, lavage des dents avec le siwak, invocation avant le début de la prière

Après : Glorifications et évocations de fin de prière obligatoire, deux prières surérogatoires, invocation de sortie de la mosquée, se repentir pour purifier totalement cette occupation

Justification de cette pieuse organisation :

Ibn Omar (SDP) a dit : « J’ai fait avec le Messager d’Allah (SBDSL) deux unités de prière avant la prière de Midi (dhor) et deux après elle, deux après la prière du Vendredi, deux après celle du coucher du soleil (Magrehb) et deux après celle de la nuit (Isha). »

(URA) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui fait assidûment quatre unités de prière avant le dhor et quatre après, Allah l’interdit au feu. » (Abou Dawoud)

I) De la prière de dhor à la prière de Asr

Le Prophète (SBDSL) s'allongeait pour se détendre afin de reposer son corps et son esprit suite à ce début de journée puisque le sang circule plus facilement. Il lui arrivait aussi de s'endormir et il est donc autorisé (car propice) de faire une sieste raisonnable (voire courte) à ce moment :
Al Bayhaqi rapporte : On interrogea Al Hassan sur la sieste dans la mosquée et il dit : «J 'ai vu Othman Ibn Afan  (SDP) faire la sieste dans la mosquée alors qu'il était calife. »
Ensuite, il est possible d'avoir à nouveau diverses occupations d'adoration : obligations familiales, repas, lire les histoires des Prophètes, apprendre l'arabe, études de sages sciences utiles, nettoyer, ranger, sport, s'occuper des affaires de ce monde, s'impliquer dans une noble association, prédication...

J) La prière obligatoire de Asr à la mosquée au moment où l'ombre d'un bâton planté dans le sol est égale à deux fois sa longueur

Avant : Invocation de l'entrée dans la mosquée (si on est sorti), une prière surérogatoire (d'entrée dans la mosquée), premier appel à la prière, invocation de l'appel à la prière, prière surérogatoire de l'appel à la prière, deuxième appel à la prière, lavage des dents avec le siwak, invocation avant le début de la prière

Après : Glorifications et évocations de fin de prière obligatoire, invocation de sortie de la mosquée, se repentir pour purifier totalement cette occupation

Justification de cette pieuse organisation :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Qu’Allah donne Sa Miséricorde à celui qui fait quatre unités de prière avant le Asr. » (Abou Dawoud et Tirmidhi)

Il faut noter que le Prophète (SBDSL) a interdit de prier après la prière de Asr jusqu'à celle de Maghreb, car les adorateurs de Satan prient à ce moment là.

K) De la prière de la Asr jusqu'à la prière de Maghreb

Diverses occupations d'adoration possibles : obligations familiales, repas, lire les histoires des Prophètes, apprendre l'arabe, études de sages sciences utiles, nettoyer, ranger, sport, s'occuper des affaires de ce monde, s'impliquer dans une noble association, prédication...

Aller à la mosquée pour avoir assez de temps pour lire un autre soixantième du Coran, invoquer et glorifier Dieu avant le coucher du soleil comme le matin :

-Invocations de protections :

Les trois dernières sourates (x3)

Au nom d'Allah, nul ne peut nuire en présence de Son nom sur terre et dans le ciel, et Il est l'Audient l'Omniscient. (x3) 

Je me mets sous la protection des paroles parfaites d'Allah contre le mal de ce qu'Il a créé. (x3) 

J'agrée Allah comme Seigneur, Mouhamed (SBDSL) comme Prophète, et l'Islam comme religion. (x3) 

Allah me suffit, il n'y a de divinité que Lui, c'est en Lui que je place ma confiance, et Il est le Seigneur du Trône immense. (x7)

« Ô Allah ! Protège moi du feu » (x7)

Ô Seigneur, nous voici au au soir et en nous se trouve la nature première qui est l'Islam, en nous la parole du monothéisme. Nous sommes dans le religion de notre Prophète (SBDSL), et sur la voie de notre père Ibrahim qui vouait son culte exclusivement à Allah, soumis à Allah, et n'était point du nombre des associateurs. (x1) 

Ô Seigneur, nous voilà au soir et le règne appartient à Allah. Louange à Allah, il n'y a pas d'autres divinités sauf Allah l'Unique, Il n'a point d'associé, à Lui la royauté et à Lui la louange, et Il est capable de toutes choses. Ô Seigneur je te demande le bien de ce jour (ou de cette nuit) et le bien qui vient après, et je mets sous Ta protection contre le mal de ce jour (ou de cette nuit) et le mal qui vient après. Je me mets sous ta protection contre la paresse et les maux de la vieillesse. Je demande ta protection contre le châtiment de l’Enfer et contre les tourments de la tombe. (x1)

Ô Seigneur, c'est par toi que nous nous retrouvons au soir et c'est par Toi que nous nous retrouvons au soir. C'est par toi que nous vivons et c'est par Toi que nous mourrons et c'est vers Toi que se fait notre destiné. (x1)

Ô Seigneur, me voici au soir. Je te prend à témoin et je prends à témoin les porteurs de Ton Trône ainsi que les anges et toutes Tes créatures, que c'est Toi Allah, qu'il n'y a de divinité que Toi, que Tu es seul et sans associé, et que Mouhamed est ton serviteur et Ton Messager. (x1 ou 2 ou 3 ou 4)

Ô Seigneur, tout ce qui m'arrive comme bienfait en cette nuit qui arrive, à moi ou  l'une de Tes créatures, provient de Toi Seul sans associé. A Toi la louange ainsi que la gratitude. (x1)

Ô le vivant, Celui qui veille éternellement à la bonne marche de toute chose, j'implore secours auprès de Ta miséricorde, améliore ma situation, et ne me laisse pas à mon propre sort ne serait-ce le temps d'un clin d'œil. (x1)

Ô Seigneur accorde moi la santé, Ô Seigneur accorde la santé à mon ouïe, Ô Seigneur accorde la santé à ma vue. Il n'y a de divinité que Toi. (x3)

Ô Seigneur je cherche refuge auprès de Toi contre la mécréance et la pauvreté, et je mets sous Ta protection contre les tourments de la tombe. Il n'a pas de divinité à part Allah. (x3)

Ô Seigneur, je te demande la santé dans cette vie et dans l'au-delà. Ô Seigneur, je te demande le pardon et la paix dans ma religion, ma vie, ma famille, et mes biens. Ô Seigneur cache mes défauts et mets moi à l'abri de tous mes effrois. Ô Seigneur protège-moi devant moi, derrière moi, sur ma droite, sur ma gauche, et au dessus de moi, et je me mets sous la protection de Ta grandeur pour que je sois pas assassiné par en-dessous de moi. (x1)
Commentaire : Cette protection peut servir en cas de risque mortel contre l'ennemi mais aussi par exemple contre le froid.

Ô Seigneur, le Créateur des cieux et de la terre, le Connaisseur de l'invisible et du visible, Seigneur et Maître de toute chose, je mets sous Ta protection contre le mal de mon âme, contre le mal du diable et son polythéisme, et contre la fait que je ne me nuise à moi-même ou que je nuise à un musulman. (x1)

Ô Seigneur, je Te demande un savoir utile, une bonne subsistance et des œuvres agréées. (x1)

Ô Seigneur, Tu es mon Dieu. Il n'y a pas d'autre divinité sauf Toi. Tu m'as créé et je suis ton serviteur. Je me conforme autant que le peux à mon engagement et à ma promesse vis à vis de Toi. Je me mets sous Ta protection contre le mal que j'ai commis. Je reconnais Ton bienfait à mon égard et je reconnais mon péché. Alors pardonne moi, car il n'y a que Toi qui pardonne les péchés. (x1)

Glorifications et repentir :

Répéter par exemple 100 fois chacune : sobhanalah « gloire et pureté à Dieu », amdoulila « louange à Dieu », lailaha il Allah « il n'y a de dieux qu'Allah », Allahou akbar « Allah est le plus grand », Allahoumma sali wa sallim ala rasoulila « Ô mon Seigneur salue et bénit le Prophète Mouhamed », astafallah « pardon Allah », sobhanallah wa bihamdihi sobhanallah el adzim « gloire et pureté à Dieu ainsi que la louange, gloire et pureté à Dieu le très grand », la ala wa la quoata il la bila « il n'y a de force ni de puissance que par Dieu », il n y a de divinité qu'Allah l'Unique il n'a point d'associer à lui la louange à Lui la royauté et Il est capable de toutes choses...

La mère des croyants, Juwayriya (SDP), fille de Harith rapporte : « Le Prophète (SBDSL) sortit un matin de chez moi après avoir accompli la salat du matin (subh) tandis que je demeurais assise à l'endroit où j'avais effectué la salat. Puis il revint en milieu de matinée, me trouva assise au même endroit, et me demanda : « Tu n'as pas changé de posture depuis que je t'ai quittée ? » « Non. » répondis-je (signifiant qu'elle a passé tout le début de la matinée à glorifier Dieu). » Le Prophète (SBDSL) dit alors : « Après t'avoir quittée, j'ai prononcé à trois reprises quatre formules qui pèsent plus lourd (sur la balance) que tout ce que tu as dit depuis ce matin : "Gloire et louange à Dieu, autant de fois qu'il y a de créatures, autant qu'il le faut pour obtenir Son agrément, autant que pèse Son Trône, et autant qu'il faudrait d'encre pour écrire Ses paroles." »

Sad Ibn Abi Waqqas (SDP) rapporte : « J'entrai en compagnie du Prophète (SBDSL) chez une femme qui tenait des (milliers de) noyaux (ou des cailloux dont elle se servait pour compter ses glorifications de Dieu). Le Prophète (SBDSL) lui dit : « T'informerais-je de ce qui sera plus facile (ou meilleur) pour toi ? Dis : "Gloire à Dieu autant de fois qu'il y a de créatures dans le ciel. Gloire à Dieu autant de fois qu'il y a de créatures sur la Terre. Gloire à Dieu autant de fois qu'il y a de créatures entre les deux. Gloire à Dieu autant de fois qu'Il a créé. Dieu est plus Grand autant de fois que cela. Louange à Dieu autant de fois que cela. Il n'est de divinité que Dieu autant de fois que cela. Et il n'est de force ni de puissance que par Dieu autant de fois que cela." »

Justification de cette pieuse organisation :

(S76v25) « Et invoque le nom de ton Seigneur, matin et après-midi »

(S33v41-42) « Ô vous qui croyez ! Evoquez Allah abondamment et glorifiez-Le à la pointe et au déclin du jour. »

(ExtS3v41) « Invoque beaucoup Ton Seigneur, et glorifie-Le en fin et en début de journée. »

(S20v130) « Supporte patiemment ce qu'ils disent et célèbre Sa louange avant le lever du soleil, avant son coucher et pendant la nuit, et exalte Sa Gloire aux extrémités du jour. Peut-être auras-tu satisfaction »

L) La prière obligatoire de Maghreb à la mosquée juste après le coucher du soleil

Avant : Invocation de l'entrée dans la mosquée (si on est sorti), une prière surérogatoire (d'entrée dans la mosquée), premier appel à la prière, invocation de l'appel à la prière, prière surérogatoire de l'appel à la prière, deuxième appel à la prière, lavage des dents avec le siwak, invocation avant le début de la prière

Après : Glorifications et évocations de fin de prière obligatoire, une prière surérogatoire après.

Justification de cette pieuse organisation :

Anas (SDP) rapporte : « Nous étions à Médine. Quand le Muezzin avait fini de lancer l’appel à la prière du Maghreb, les gens s’empressaient derrière les colonnes pour faire deux unités de prière. Si bien que l’étranger qui entrait alors à la mosquée pensait qu’on faisait déjà la prière du Maghreb tellement ils étaient nombreux. » (Moslem)

Ibn Omar (SDP) a dit : « J’ai fait avec le Messager d’Allah (SBDSL) deux unités de prière avant la prière de Midi (Dhor) et deux après elle, deux après la prière du Vendredi, deux après celle du coucher du soleil (Magrehb) et deux après celle de la nuit (Isha). » (URA)

M) De la prière de Maghreb à la prière de Isha

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'un de vous ne cesse d'être en prière tant qu'il est retenu à la mosquée à cause de la prière suivante et alors que rien d'autre que la prière ne l'empêche de retourner chez lui. » (URA)

Selon lui encore, le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : Les anges ne cessent de prier pour l'un de vous tant qu'il est dans son lieu de prière où il vient de prier aussi longtemps qu'il garde ses ablutions. Les anges disent : « Seigneur Dieu! Absous-le et donne-lui Ta miséricorde ! » (Boukhari)


Un hadith précise que le Prophète (SBDSL) faisait trois prière surérogatoires avant Isha, donc probablement une de plus que celle surérogatoire après Maghreb et celle surérogatoire d'avant Isha, voire trois de plus que ces deux dernières.

N) La prière obligatoire de Isha au moment où la lumière du jour a totalement disparu

Avant : Appel à la prière, invocation de l'appel à la prière, prière surérogatoire, deuxième appel à la prière, lavage des dents, invocation avant le début de la prière

Après : Glorifications et invocation de fin de prière, invocation de sortie de la mosquée, se repentir pour purifier totalement cette occupation

O) Le coucher

1) Faire ses ablutions

Al Bara (SDP) a dit : Le Messager de Dieu (SBDSL) m'a dit : «Quand tu veux te mettre au lit, fais tes ablutions comme pour la prière, étends-toi sur le côté droit, et dis l'invocation. » (URA)

2) Lire quelques histoires des compagnons du Prophète (SBDSL) pour s'endormir avec des exemples de leurs pieux efforts :

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Certes, mes compagnons sont comme des étoiles, quiconque suit leurs exemples sera guidé comme il faut. »

3) Invocation à prononcer en s'allongeant

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui s'assoit à une place sans prononcer le nom de Dieu exalté a fait un manquement vis-à-vis de Dieu, de même que celui qui s'étend dans un endroit sans prononcer le nom de Dieu exalté. »

4) Positions à prendre

S'étendre sur le côté droit :

Selon Al Bara Ibn Azeb (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL), quand il se mettait au lit, se couchait sur le côté droit et a dit : « Quand tu te mets au lit dis : « Ô mon Seigneur, je me soumets à Toi et je m'en remets en toi pour toute chose. Je m'appuie sur Toi à cause de mon désir d'aller vers Toi et de ma crainte de Toi, car on ne saurait trouver d'assistance et de refuge sûr contre Toi, qu'en Toi-même. Je crois au Livre (Coran) que Tu as révélé et au Prophète (Mouhamed) que tu as envoyé. » Si tu meurs cette nuit, tu mourras dans la foi conforme à la saine nature (fitra, islam) et si tu te réveilles le matin, ce sera un bon réveil. » (URA)

Ne pas s' allonger sur le ventre :

Selon Yaish Al Ghifàri (SDP), son père a dit : « J'étais étendu sur mon ventre dans la mosquée quand quelqu'un me fit bouger avec son pied. » Il me dit : « C'est là une façon de se coucher que Dieu n'aime pas. » Je regardai alors et vis que c'était le Messager de Dieu (SBDSL). (Abou Dawoud)

Mettre la main droite sur la joue droite :

Houdheyfa (SDP) a dit : « Quand le Prophète (SBDSL) se couchait la nuit dans son lit, il mettait sa main sous sa joue et disait : « Seigneur Dieu ! C'est en Ton Nom que je vis et que je meurs. » Quand il se réveillait, il disait : « La louange est à Dieu qui nous a revivre après nous avoir fait mourir et c'est auprès de Lui que se fera la résurrection. » (Boukhari)

Avant de s'endormir, se repentir pour purifier totalement cette occupation et l'ensemble de la journée, puis finir de parler avec la parole la ilaha il Allah : Il n'y a de divinité qu'Allah.

P) Autres traditions quotidiennes :

1) Avoir les ablutions en permanence :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « La purification rituelle représente la moitié de la foi. » (Mouslim)

2) Essayer d'être toujours dans la répétition de la parole « Il n'y a de divinité qu'Allah » ou dans la méditation lorsque les situations le permettent :

Un homme a dit : « Ô Messager d’Allah ! Les règles de la législation islamique sont trop nombreuses pour moi. Indique-moi donc quelque chose à laquelle je m’attache. » Il dit : « Ne cesse pas de vivifier la langue par l’évocation d’Allah (par des discussions ou des glorifications). » (Tirmidhi)

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « La meilleure façon d’évoquer Allah est de dire : Il n y’a de divinité qu’Allah. » (Tirmidhi)

3) Penser à dire louange à Allah (amdoulila) et pardon à Allah (astarfallah) à la fin d'une occupation puis dire immédiatement au nom d'Allah (bismila) pour commencer une autre occupation d'adoration ou même se reposer ou se divertir au nom de Dieu

4) Ne prendre évidemment aucune drogue pour préserver la clarté et la pureté de l'état de l'esprit et donc du cœur au réveil.

En effet, s'efforcer à garder la clarté spirituelle et émotionnelle et donc pure après le réveil du matin et tout au long de la journée et de la vie permet d'intensifier notre clairvoyance pure. Surtout que c'est réellement important car la vie est souvent synonyme de douce ivresse (étourdissement) à travers le réveil matinal, la faim, la fatigue mentale ou physique, les espoirs et les craintes, les maladies ou les blessures, les peines sentimentales ou les désagréments physiques, les responsabilités diverses dont administratives et de subsistance, la gestion morale du libre arbitre, le Jugement Dernier à venir liés à l'existence du paradis éternel et de l'Enfer éternel et donc surtout l'énorme sens de l'existence, synonyme d'une ambiance qui avec l'intention de tendre progressivement au mieux pieusement peut amener à avoir parfois des fou rires complices avec Dieu.

2) Organisation d'une semaine pieuse 

          Il est recommandé de jeûner les lundi et les jeudi, car Hafsah déclara que le Prophète (SBDSL) avait l’habitude de jeûner les lundis et les jeudis de chaque semaine.

Le lundi :

Jeûne surérogatoire

Le jeudi :

Jeûne surérogatoire

ou vendredi matin  :

Comportement hygiénique du Prophète (SBDSL) : Selon Aïcha (SDP), le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Dix actes font partie de la saine nature : Se tailler la moustache. Respecter l’intégrité de la barbe. Se frotter les dents. Se laver les narines par aspiration d’eau et son rejet. Se couper les ongles. Se laver les nodosités des doigts. S’arracher les poils des aisselles. Se raser le bas-ventre. Et se laver les émonctoires (les issues de l’urine et des matières fécales). » Le narrateur ajoute qu'il a oublié le dixième, à moins qu’il ne s’agisse du rinçage de la bouche.

Ainsi par cette hygiène prophétique comme après les ablutions, le corps et l'âme ressentent une agréable fraîcheur de pureté apaisante et de liberté éclairante provenant intensément du fond du profond centre du cœur et englobant l'environnement proche, comparable à la fraîcheur que provoque un bonbon à la menthe blanche. En effet elle nous rapproche de la fraiche luminosité angélique pure et parfumée et nous éloigne de la dégoutante obscurité bestiale impure et puante.
C'est à dire que cette hygiène prophétique rafraichit, et donc purifie, et donc illumine, et donc ennoblit, et donc permet de mieux capter la lumineuse noblesse divine.
Or pour préciser, intensifier et favoriser cette réalité de pureté à la menthe blanche, il faut reconnaître son existence en allant jusqu'à la signer par une gravure dans notre cœur.
En effet la fraiche pureté corporelle éclaire réellement l'âme pieusement et donc bénéfiquement.
Il est également de tradition musulmane de prendre un bain (ou une douche) donc le jeudi ou le vendredi matin pour se purifier complétement avant la prière en groupe obligatoire du vendredi midi, et de mettre du khol (à base de poudre minérale) sur le bas des paupières pour ses vertus médicales et son bel aspect avant cette prière.

Le vendredi :

Augmenter l'appel de la bénédiction divine sur le Prophète (SBDSL).

Matin :

Lire sourate 18 « Al-Kahf » (la caverne).

Après-midi :

Prière en groupe obligatoire du vendredi à la mosquée après un discours. (deuxième de la journée mais de fois plus courte que d'habitude)

Il faut noter que ce jour est généralement un repos hebdomadaire et un jour plus spirituel pour la société que le reste de la semaine et qu'Il faut donc le préserver ou aller dans ce sens au maximum, sinon la société uniquement matérialiste devient une aliénation de travail détruisant la famille puisque n'ayant même pas un jour pour se retrouver plus longtemps. C'est d'ailleurs dans ces sens que le samedi dans le judaïsme, le dimanche dans le christianisme et le vendredi dans l'islam ne sont pas travaillés.

3) Organisation d'un mois pieux

Une lecture complète du Coran :

(ExtHadith) Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit à un compagnon : « Ne m’a-t-on pas informé que tu jeûnes tout le temps et que tu lis chaque nuit le Coran ? » Je dis : « Si, ô Messager de Dieu ! Et je ne cherche en cela qu’à bien faire. » Il dit : « Jeûne à la façon de David (un jour sur deux), car il était le dévot de son temps, et lis le Coran une fois par mois. »
Des notes sur le bord des pages du Coran divisent ce Livre sacré en soixante parties. Il faut donc essayer de lire deux soixantièmes par jour : un le matin à l'aube et un le soir avant le coucher du soleil, quand les occupations nécessaires de la journée le permettent ou en décalant évidemment ces temps de lecture quand elles ne le permettent pas.

4) Organisation d'une vie pieuse

A) La zakat annuelle

B) Les mois de l'année

1) Mouharram

Jeûnes surérogatoires du dixième jour appelé «ashoura » et du jour le précédent :

Ibn Abbâs (SDP) a dit : « Je ne connais aucun jour jeûné par le Prophète plus cher que celui-là. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Si je vivais jusqu' à l’année prochaine, je jeûnerai le 9ème jour (du début de l'année). » (Mouslim)

Le jeûne surérogatoire est agréé durant le mois de Mouharram et il est donc conseillé de l'augmenter :

Le Prophète (SBDSL) à qui l’on demanda quel était le meilleur temps de jeûne après Ramadan, répondit : « Mouharram. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le meilleur jeûne après celui du mois de ramadan est le jeûne du mois de mouharram, et la meilleure prière après la prière obligatoire est la prière de la nuit. » (Mouslim)

2) Safar

3) Rabi al Awal

12e jour - Fête du Mawlid-ennabaoui "Moulad", elle commémore la naissance de Mahomet mais n'est pas une tradition prophétique.

4) Rabi at Tani

5) Djamada al oula

6) Djamada at Tania

7) Radjab

8) Chaaban

Laila Al-Barh : la nuit du pardon. Les musulmans se pardonnent mutuellement leurs fautes avant d'entamer le Ramadan.

9) Ramadan

Effectuer le jeûne

26e jour - Leïlett el Kader, La nuit du destin : anniversaire du début de la révélation du Coran vers 610 (ap JC).

10) Chawwal

1er jour de Chawwâl : Fête de l'Aïd-el-fitr ou Aïd-el-Sghir : Marque la fin du jeûne de ramadan. On la célèbre par une prière commune.

6 jours de jeûnes surérogatoires : Le Prophète (SBDSL) a déclaré que le jeûne de ramadan suivi de six jours jeûnés au cours du mois de chawwal équivaut au jeûne de toute l’année.

11) Dou al Qada

12) Dou al Hidjia

Jeune surérogatoire du neuvième jour appelé « jour d'Arafât » en rapport avec un des rites du pèlerinage :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le jeûne de Arafât rachète les péchés de deux ans : celle écoulée et celle à venir. »

Le hadj : le pèlerinage à la Mecque.

Fête de l'aid el kebir (après la fin du pèlerinage)
Sacrifice du mouton célébrée le dixième jour.
Cette fête commémore la demande de Dieu à Abraham d'égorger son fils pour éprouver sa foi et rappelle que Dieu épargna son fils pendant l'exécution de ce sacrifice pour le remplacer par un mouton.
C'est la très grande fête religieuse de l'année, en tant que symbole inégalable de la Foi et de l'obéissance à Allah.
Elle a lieu en union avec les pèlerins de La Mecque, 70 jours après la rupture du Ramadan.
5) Organisation pieuse dans une vie

Effectuer le pèlerinage à la Mecque au moins une fois dans sa vie si on a les moyens physiques et financiers pour l'accomplir.

6) Comportements (politesses) lors des besoins humains

Lors des repas

Le Prophète (SBDSL) ne mangeait que quand il avait faim et jamais jusqu'à sa faim, afin de toujours se sentir agréablement et donc sagement léger.

Omar Ibn Abu Salama (le fils de l'une des épouses du Prophète) a dit : J'étais un enfant vivant sous le toit du Messager de Dieu (SBDSL). Quand je mangeais avec les autres (dans un même plat), ma main se promenait pour prendre le manger de devant eux. Le Messager de Dieu me dit alors : « Enfant ! Prononce le nom de Dieu (en te mettant à table), mange avec ta main droite et mange de ce qui est devant toi. » Cela n'a cessé depuis d'être ma façon de manger. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Aïcha (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Nulle prière ne doit être accomplie quand le repas est servi, ni quand on se retient de faire ses besoins. » (Mouslim)

Aata raconte : Abou Seiid Alkhodti (SDP) fut invité à un repas de mariage et j'étais avec lui. Il vit une nappe bien garnie et s'indigna : « Mais ne savez-vous pas que quand le Messager d'Allah (SBDSL) déjeunait, il ne dinait pas, et quand il dinait, il ne déjeunait pas ?! »

Aïcha (SDP) raconte : le Messager d'Allah (SBDSL) m'a vu manger deux fois en un jour. Il dit : « Aïcha ! Veux-tu n'avoir d'autre occupation que ton ventre (plutôt que le culte et un grand niveau de piété) ?! Manger deux fois par jour est un gaspillage et Allah n'aime pas les gaspilleurs. »

Avant
:

Avoir ses ablutions.

Il est donc de tradition prophétique de vider un éventuel besoin d'uriner puis donc de faire ses ablutions avant de manger qui est la nourriture corporelle et avant la prière qui est la nourriture spirituelle, car ces deux types d'acquisition de subsistance méritent une détente de l'âme pour être plus appréciées, plus valorisées, et donc plus efficaces et donc plus enrichissantes :
Selon Aïcha (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Nulle prière ne doit être accomplie quand le repas est servi, ni quand on se retient de faire ses besoins. » (Mouslim)

Abou Dewoud Alahmedi raconte : Houdheyfa nous fit un discours à Médéin. Il dit : « Musulmans ! Controlez vos esclaves et sachez d'où ils vous ramènent vos tributs ; car une viande (un corps humain) qui a poussé d'illicite n'entrera jamais au Paradis. Et sachez que le vendeur du vin, son acheteur et son intermédiaire (aussi transporteur) sont comme son consommateur. »

Selon Shaddad Ibn Aws (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Dieu prescrit l'excellence (al-ihsan) en toute chose. Ainsi quand vous tuez (l'animal avant de le consommer), faites le convenablement, et si vous l'égorgez, faites-le avec soin en aiguisant la lame auparavant afin qu'on épargne à la bête de souffrir. » (Mouslim)
Commentaire : Al-ihsan signifie le bien faire, le savoir-faire, l'excellence, la perfection (dans la crainte de Dieu) que l'on doit observer en toute chose. Toute œuvre que l'on accomplit doit se faire en recherchant la perfection. Ainsi, l'islam nous impose du respect envers les animaux que l'on doit abattre et donc de leur épargner toute souffrance autant que possible. D'ailleurs, il y a de nombreuses prescriptions concernant l'abattage rituel : il faut traiter la bête avec prudence et douceur, faire une invocation à Dieu clamant généralement la bête, utiliser un instrument tranchant afin de lui épargner la souffrance n l'égorgeant pour la vider de son sang, ne pas l'abattre en présence d'une autre bête, et après l'abattage, ne pas la tenir attachée pour qu'll puisse se débattre si nécessaire.

Au début :

Dire : « Au nom de Dieu (Bismila) » et « Ô mon Seigneur répand la plénitude dans tout ce que Tu nous a accordés comme bien et garde du châtiment de l'Enfer. »

Possibles invocations supplémentaires à dire avant de manger :

« Au nom d'Allah »

Celui à qui Allah donne à manger doit dire :

« Ô Allah, bénis cette subsistance et accorde-nous meilleure que celle-ci. »

Celui à qui Allah donne du lait à boire doit dire :

« Ô Allah, bénis ce lait pour nous et augmentes-en pour nous. »

Si on oublie de dire des invocations avant de manger alors pendant le repas il faut dire :

« Au nom d'Allah, au début et à la fin. »

Pendant :

D’après Abou Hourayrah, le Prophète (SBDSL) a dit : « Nous sommes un peuple qui ne mange que lorsqu’il a faim, et lorsque nous mangeons, nous ne le faisons jamais à satiété. (C'est pourquoi les musulmans qui pratiquent ce hadith sont rarement malades.) » (Aboû Nuaym)
Commentaire : Le hadith précédent prouve qu'il faut toujours tendre vers le juste milieu pour tout, car c'est le meilleur chemin pour tout.

Le Prophète (SBDSL) se servait uniquement de sa main droite pour manger. Pour boire, jamais il ne buvait au goulot d'une bouteille par hygiène, et il commençait par une gorgée, puis une autre, et enfin il buvait ce qu'il voulait, afin d'éviter les angines à cause de boissons froides, de se brûler à cause de boissons chaudes, ou de s'étouffer surtout lors d'un essoufflement suite à un effort physique. Et il servait toujours de droite à gauche. Il faut noter que par politesse envers les personnes âgées, il est possible d'inverser l'ordre de service :
Sahl Ibn Sad (SDP) rapporte : « On apporta au Prophète (SBDSL) une boisson dont il se désaltéra. Il avait à sa droite un jeune homme et à sa gauche des personnes âgées. Il dit au jeune homme : « Me permets-tu de faire boire d'abord ceux-là (par opposition à la tradition religieuse demandant de servir par la droite en prouvant que le bon comportement peut parfois être les bonnes manières traduisant la qualité de respect et pas qu'une rigueur religieuse, sauf si le droit religieux de Dieu est prioritairement demandé par autrui comme suit) ? » Le jeune homme répondit : « Par Dieu non Prophète de Dieu ! Je ne céderai à personne ce qui me revient (de droit) de toi. » Le Prophète (SBDSL) lui mit alors le récipient dans sa main. » (Boukhari et Mouslim)
La nourriture principal était mis dans un plat unique posé sur le sol et les gens y mangeaient simultanément de la nourriture évidemment licite située devant eux avec trois doigts, car cela donne un caractère délicat, élégant, fort et convivial.
D'après Anas (SDP), le Prophète (SBDSL) n'a jamais pris de repas à table (mais seulement sur une nappe posée au sol par humilité), ni mangé de pain à sa faim.
Zeyd Ibn Aslem rapporte : Omar (SDP) but du lait et il lui plut. Il demanda à celui qui le lui avait donné : « D'où as-tu eu ce lait ? » Il dit : « Je suis passé par un point d'eau et il y avait des bêtes de l'aumône qui s'abreuvaient. Ils nous ont trait de leur lait et je l'ai mi dans ma gourde. » Omar entra alors son doigt dans sa bouche et le vomit (car il est interdit de prendre de la zakat sans autorisation ni besoin).
Commentaire : Zeyd Ibn Arqam rapporte que Abou Bakr Asçiddiq a entendu le Prophète (SBDSL) dire : « Tout corps qui a poussé (s'est nourri) d'une nourriture illégale (obtenue par le vol, l'usure, le mensonge, la tromperie, etc),  le Feu en est plus digne. »
Kab Ibn Malik (SDP) a dit : « Le Prophète (SBDSL) mangeait avec les trois doigts de sa main droite (pouce, index et majeur), et lorsqu'il avait fini son repas, il les léchait (sur leurs cotés avec les lèvres et le bout de la langue sans les rentrer dans la bouche avant d'aller se lavait les mains, et sa place était propre). »
Abdallah Ibn Bousr (SDP) rapporte : « Le Prophète (SBDSL) possédait un grand plat que l'on nommait « le brillant » et qui nécessitait quatre hommes pour le porter. Un jour, après que les compagnons aient accompli la salat du milieu de la matinée (doha), on apporta ce plat contenant du pain émietté et trempé dans de la sauce. Les compagnons prirent place autour du plat, et comme ils étaient nombreux, le Prophète (SBDSL) s'agenouilla (pour laisser de la place aux autres). Un bédouin l'interpella en ces termes : « Mais qu'est-ce donc cette façon de s'asseoir ? » Le Prophète (SBDSL) répondit : « Dieu a fait de moi un serviteur généreux et non un oppresseur tenace. » Puis il ajouta : « Mangez au bord du plat et laissez le milieu (pour la fin), votre nourriture sera ainsi bénie. » (Abou Dawoud)

Commentaire : Le hadith précédent montre bien l'importance que Dieu, l'islam et le Prophète (SBDSL) accordent à l'union des musulmans et donc de la société.
Concernant les aliments autorisés, tout fruit, légume, céréale ou végétal comestibles, toute chaire sortie de la mer, et la plupart des animaux terrestres sur lesquelles on a évoqué le nom de Dieu en égorgeant l'animal sont purs. Les principales interdictions de boisson sont celles alcoolisées et de viandes se trouvent à cette adresse http://www.myreligionislam.com/detail.asp?Aid=5563 :
(S16v114) « Mangez donc de ce qu’Allah vous a attribué de licite et de bon. Et soyez reconnaissants pour les bienfaits d’Allah, si c’est Lui que vous adorez. »
(S2v173) « Certes, il vous est interdit la chair d'une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu'Allah. Il n'y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
(S5v90) « Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez. »

Selon Al Miqdad Ibn Madikariba (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Jamais un être humain n'a rempli pire récipient que son ventre. Il suffit au Fils d'Adam de quelques bouchées pour se nourrir. Mais s'il ne peut s'en contenter, qu'il réserve un tiers de son estomac à sa nourriture, un tiers à sa boisson, et qu'il laisse le dernier tiers vide pour lui permettre de respirer. » (Tirmidhi)
Omar Ibn Abi Salama (SDP) rapporte : « Alors que j'étais enfant sous la charge du Prophète (SBDSL), ma main se promenait autour du plat (lors d'un repas). Le Prophète me reprit en ces termes : « Ô enfant, mentionne le Nom de Dieu (avant de commencer), mange de la main droite, et mange ce qui se trouve devant toi (car la tradition prophétique demande donc à partager un repas dans une seule grande assiette quand c'est possible). » (Boukhari et Mouslim)
Selon Ibn Abbas (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Ne buvez pas d'un seul trait à l'instar du chameau, mais buvez plutôt en deux ou trois fois, et prononcez le Nom de Dieu avant de boire. Louez Dieu lorsque vous terminez. » (Tirmidhi)
Aïcha (SDP) rapporte : On amena au Messager d'Allah (SBDSL) un bol contenant du lait et du miel. Il dit : « Deux boissons en une et deux accompagnements en un bol ? Je n'en veux pas. Attention ! Je ne dis pas que c'est interdit, mais je détesterai qu'Allah Puissant et Glorieux me questionne le jour de la résurrection pour du surplus de ce bas monde. Je me fais humble pour Allah ; Allah élève celui qui se fait humble pour Lui et rabaisse l'orgueilleux, Allah enrichit celui qui est économe, et Allah aime celui qui évoque beaucoup la mort. »
Abou Qateda rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui donne a boire est le dernier à se servir. »
Wethila Ibn Alasqaa rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « Mangez par le bas et ne mangez pas par le haut, car la bénédiction descend sur le haut. »



A la fin
:

Anas (SDP) rapporte : Lorsque le Prophète (SBDSL) mangeait, une fois le repas terminé , il se léchait les trois doigts (pouce, index et majeur de la main droite, sur leurs cotés avec les lèvres et le bout de la langue sans les rentrer dans la bouche avant d'aller se lavait les mains, et sa place était propre). Et il (SBDSL) disait : « Quand une bouchée de l'un d'entre vous tombe au sol, qu'il la nettoie et la mange sans la laisser au diable. » Il ordonnait d'essuyer le plat et disait : « Vous ne savez pas dans quelle partie du repas se trouve la bénédiction. » (Mouslim)

Dire : « Louange à Dieu qui m'a donné à manger et à boire et a fait de moi un musulman. »

Invocations supplémentaires à dire à la fin du repas :

« Louange à dieu qui m'a donné cela à manger et m'en a pourvu sans aucune puissance et force de ma part. »

« Nous adressons à Dieu beaucoup de louanges bonnes et bénies. Nous allons persévérer d'adorer notre Seigneur qui se montre généreux sans cesse envers nous et nous n'allons jamais cesser de Le louer. Allah est notre Seigneur. »

ou

« Nous adressons à Dieu beaucoup de louanges bonnes et bénies. Il est Celui qui subsiste par Lui-même, qui nourrit et qui n'est pas nourri, qui est envié en accord parfait avec ce qui est avec Lui et dont on a besoin. Allah est notre Seigneur. »

Enfin se repentir pour purifier totalement cette occupation

Divers mérites supplémentaires concernant les repas :

Pour connaître plus de politesses concernant le repas voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/


Aux toilettes :

En entrant :

Avant d'entrer il disait : « Au nom d'Allah, je cherche refuge auprès de Dieu contre les démons mâles et femelles » et il entrait du pied gauche. De plus il ne portait entrer aucune chose sur laquelle était inscrite le nom d'Allah.

Pendant :

Il ne parlait pas. Il utilisait sa main gauche et de l'eau pour se nettoyer. Il est également conseillé d'uriner asssis pour éviter de faire du bruit et de répandre des éclaboussures sur nous, car tout comportement pouvant cacher et anoblir pudiquement l'aspect bestial de notre nature est évidemment noble.
Aïcha (SDP) a rapporté : « Si quelqu’un vous dit que le Prophète (SBDSL) a uriné debout, ne le croyez pas. Il n’urinait qu’assis. » (Tirmidhi)

En sortant :

Il sortait du pied droit et disait : « Louange à Dieu qui m' a permis de me débarrasser des choses nuisibles et m' a accordé une bonne santé. »

Puis il faisait ses ablutions.


En faisant les ablutions :

La purification du corps par les fraîches ablutions apaisantes sert à éclaircir la perception spirituelle, augmenter la concentration, et donc améliorer la foi :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « La purification rituelle représente la moitié de la foi (et la deuxième moitié sont probablement l'ensemble des nobles valeurs morales pouvant être acquises par le cœur et donc l'esprit). » (Mouslim)

Invocation au début :


« Ô Allah ! Pardonne mes péchés, béni mon foyer et béni tout ce que Tu nous donnes. » 

Pendant :

Il commençait par utiliser sa main gauche pour laver ses parties génitales puis son anus avec de l'eau.

Ensuite il se lavait les mains, puis utilisait sa main droite pour recueillir l'eau afin d'en passer successivement sur ses mains, dans sa bouche, dans son nez, puis avec les deux mains mouillées sur son visage, puis avec sa main droite sur ses avant bras jusqu'au coude, puis avec ses deux mains mouillées sur sa tête du cou vers le front et du front vers le cou
, puis avec ses index mouillés sur et dans ses oreilles, puis finissait par son pied droit et ensuite son pied gauche avec sa main droite mouillée pour le dessus et sa main gauche mouillée pour le dessous.
Il faut noter que selon la médecine moderne, lorsque le lavage de ces parties est accompagné du lavage des dents, cela suffit comme propreté corporelle quotidienne quand une personne n'a pas eu d'activité physique importante au cours de la journée.
En revanche après une relation sexuelle, il faut faire les grandes ablutions en passant de l'eau sur tout le corps, sauf si on se recouche, alors les petites suffisent jusqu'avant la prière.

Invocation à la fin :

« J’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah Unique sans associé et j’atteste que Mouhamed est Son serviteur et Son messager. Ô Allah ! Compte-moi parmi les repentants et les purifiés. »

Pendant le relation sexuelle :

(S2v222) « Et ils t'interrogent sur la menstruation des femmes. Dis : “C'est un mal. éloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions d'Allah (façon noblement poétique de dire que les relations sexuelles sont à nouveau possible mais sans sodomie) car Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient.” »
Commentaire : Selon divers enseignements supplémentaire, il semblerait que ce verset n'empêche des jeux érotiques si la femme porte un sous vêtement absorbant les menstrues et si donc il n'y a pas de pénétration directe.

Avant :
Avoir les ablutions
Invocation au début :

« Je cherche refuge auprès d'Allah contre Satan le lapidé »


Pendant :

Saad Ibn MasOoud (SDP) rapporte: Othmane Ibn MadhOoun (SDP) se rendit chez le Prophète (SBDSL) et dit : « Ô Messager d'Allah ! Je ne veux pas que ma femme voie ma nudité ! -Pourquoi donc ? demanda le Messager d'Allah. -J'ai honte de cela et je le déteste, dit-il -Allah a fait d'elle un habit pour toi et de toi un habit pour elle. Mes femmes voient ma nudité et je vois la leur, conclut le Prophète. »
Toutes les positions semblent autorisées sauf clairement la sodomie, en particulier car Dieu et le Prophète (SBDSL) se sont tus sur le reste :
Selon Jourthûm Ibn Nachir (SDP), le Messager de Dieu (SDBSL) a dit : « Dieu le Très-Haut vous a prescrit des obligations, ne les négligez pas. Il vous a tracé des limites, ne les transgressez pas. Il vous a interdit certaines choses, ne les enfreignez pas. Il S'est tu enfin sur certaines choses par miséricorde pour vous et non par oubli. Ne questionnez pas à leur sujet. » (Ad-Dârqoutni)
Et il faut évidement faire cet acte dans l'intimité intense du couple marié en ressentant le conjoint entièrement ainsi que son plaisir ou son désir devant augmenter les nôtres :
Selon Abou Mousa (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « II y a certainement pour le croyant dans le Paradis une tente creusée dans une seule perle. Elle s'élève dans le ciel à une hauteur de soixante lieues. Le croyant y a aussi des épouses qu'il visite successivement (intensité de l'intimité) sans qu'elles se voient les unes les autres. » (URA)
Le Prophète (SBDSL) a conseillé d'envoyer les ambassadeurs avant le coït, c'est à dire les baisers et les caresses.
De plus il semblerait important d'y rajouter une légère touche d'humour dans un grand amour sérieux et une attention régulière envers l'autre, avec une pudeur en partie effacée vers un instinct doux et impulsif comparable à celui des félins.

A la fin :

Faire les grandes ablutions (mouiller toutes les parties du corps)

Abou Abderrahmane Asselmi rapporte : Salmène a dit à des gens qui l'interrogeait sur sa nuit de noce : « Contentez-vous de questionner sur les apparences, et ne cherchez pas ce qui est caché, car j'ai entendu le Messager d'Allah (SBDSL) dire : celui qui parle de cela (relation intime conjugale) est comme deux ânes qui s'accouplent dans la rue. »

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

Pour le sommeil

Pour se coucher :

Avoir ses ablutions.

On questionna Aïcha (SDP) sur la litière du Messager d'Allah (SBDSL) et elle dit : « Elle était en cuir et fourrée de fibres végétales. (Il en refusa une en laine par modestie et par piété pour ne pas trop bien dormir à cause de sa mollesse et loupé la prière surérogatoire de nuit comme il refusa que son autre femme hafça plie le tissu rude en quatre au lieu de deux qu'il utilisait pour dormir chez elle. Mais tout lit raisonnablement conçu est licite.) »

Puis lorsque le Prophète (SBDSL) se mettait au lit : "Lorsque l'un de vous rentre dans son couchage ou quitte son lit la nuit et veut y revenir, qu'il l'époussette par le pan de son izar (vêtement d'arabie) trois fois, car il ne sait pas ce qui a pu prendre sa place sur le matelas."

Ensuite il s'asseyait dans le lit, joignait les paumes de ses mains, y soufflait en postillonnant légèrement trois fois en crachant légèrement et y récitait les trois dernières sourates du Coran. Puis il passait ses mains sur ce qu'il pouvait de son corps, en commençant par la tête, puis le visage, les bras, la partie antérieure de son corps et la partie postérieure de son corps tout en évitant les parties génitales et en passant le dessus de ses mains sur les aisselles. Parfois il effectuait cette opération trois fois :
Aïcha (SDP) rapporte : Quand le Messager d'Allah (SBDSL) entrait dans son lit, il postillonnait dans ses mains puis y réciter les trois dernières sourates. Puis il en essuyait son visage, ses bras, sa poitrine et ce que ses mains atteignent de son corps. Quand sa maladie s'aggrava, il me demandait de le lui faire. »
C'est alors qu'il se couchait sur le côté droit, la main droite sous sa joue droite (probablement car étant la main effectuant le pur quotidiennement, et donc rappelant le bien et donc le plaisir et donc le bien être, pour s'endormir apaisé et donc plus rapidement, et comme si le jour la tête habituait la main droite pour faire des actions pures et la nuit la main droite rappeler à la tête de faire des actions pures), et disait diverses invocations :

« Seigneur, préserve-moi de Ton châtiment le jour où Tu ressusciteras Tes serviteurs. » (x3)

« Ô Allah, c'est en Ton nom que je vis et que je meurs. » « Ô Allah,  c'est en Ton nom que je repose mon corps et que je me lèverai. »

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : Lorsque vous vous étendez pour dormir dites : « C'est en prononçant Ton nom Seigneur que je repose mon flanc, et par Toi je le relève. Si Tu retiens mon âme (pendant mon sommeil), sois clément envers elle, et si tu la relâches, garde-la par ce dont Tu gardes Tes saints serviteurs. »

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Ô untel ! Quand tu te mets au lit dis : « Ô mon Seigneur, je me soumets à Toi et je m'en remets en toi pour toute chose. Je m'appuie sur Toi à cause de mon désir d'aller vers Toi et de ma crainte de Toi, car on ne saurait trouver d'assistance et de refuge sûr contre Toi, qu'en Toi-même. Je crois au Livre (Coran) que Tu as révélé et au Prophète (Mouhamed) que tu as envoyé. » Si tu meurs cette nuit, tu mourras dans la foi conforme à la saine nature (fitra, islam) et si tu te réveilles le matin, ce sera un bon réveil. » (URA)

« Ô Dieu, c'est Toi qui a donné l'existence à ma vie, et c'est Toi qui mets fin à son existence, c'est à Toi qu'appartiennent sa mort et sa vie. Si Tu la laisses vivre, protège-la, et si Tu la fais mourir, alors efface ses fautes et ses péchés. » « Ô Allah, Seigneur des sept cieux et du Trône sublime, notre Seigneur et Seigneur de toute chose, Tu fends le grain et le noyau, Tu as fait descendre la Torah, l'Évangile et le discernement coranique (Furquaan). Je cherche refuge auprès de Toi contre le mal de toute chose qui est soumise à Ton pouvoir. Ô Allah, Tu es le premier et rien n'existe avant Toi, Tu es le dernier et rien n'existe après Toi. Tu es l'Apparent, rien n'existe au-dessus de Toi, Tu es le Caché, rien n'est plus près que Toi, acquitte nos dettes pour nous et débarrasse-nous de la pauvreté. »

« La louange est à Dieu qui nous a permis de manger et de boire avec suffisance, et nous as abrité, alors que de nombreux hommes ne trouvent personne pour les suffire et les abriter. »

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Lorsque vous voulez dormir, lisez (ou récitez) le verset du Trône :
(S2v255) « Dieu ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par Lui-même et par qui tout subsiste (Al-Qayyûm). Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A Lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur, et de Sa Science, ils n’embrassent que ce qu’Il veut. Son Trône (koursî) déborde les cieux et la terre dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, Le Très Grand. », Allah vous protégera et le démon ne vous approchera pas (dont par des cauchemars jusqu'au matin.

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a dit : « Celui qui récite les deux derniers versets de la sourate « la vache » la nuit, ces deux versets lui seront suffisants (en le protégeant contre tous les maux). »

Abou Chouaayb rapporte : Le Messager d'Allah (SBDSL) a dit contre les cauchemars (en particulier si se renouvelant, ou par avance) : « Quand l'un de vous subit une frayeur dans son sommeil, qu'il dise : Je me réfugie auprès des paroles parfaites d'Allah contre sa colère et sa punition, contre le mal de Ses serviteurs et contre les pincements des démons et leur présence. »

Lorsque Ali et Fatima demandèrent un domestique au Prophète (SBDSL), il leur répondit  : « Ne dois-je pas vous indiquer quelque chose de meilleur qu'un domestique ? Lorsque vous voulez dormir, prononcez gloire à Dieu 33 fois, louange à Allah 33 fois, et Dieu est le plus grand 34 fois, car ceci est meilleur pour vous qu'un domestique. »
Commentaire : Cette tradition donne un sommeil réparateur apportant plus de facilité que d'avoir quelqu'un à son service toute la journée suivante. En effet faire l'effort de réciter cents glorifications au moment de la fatigue somnolente habitue le corps et l'esprit à la surpasser le lendemain dont aussi par le travail de souvenir de cet effort au cours du sommeil.

Ensuite, il est important de parfois changer de côté au cours de la nuit ou si on n'arrive pas à s'endormir, mais la position sur le ventre est interdite:

(ExtS18v18) « Et tu les aurais cru éveillés, alors qu'ils dorment. Et Nous les tournons sur le côté droit et sur le côté gauche (pendant leur sommeil prouvant comme le battement du cœur qu'une force supérieure s'en occupe), »

Selon Yaish Al Ghifàri (SDP), son père a dit : « J'étais étendu sur mon ventre dans la mosquée quand quelqu'un me fit bouger avec son pied. » Il me dit : « C'est là une façon de se coucher que Dieu n'aime pas. » Je regardai alors et vis que c'était le Messager de Dieu. (Abou Dawoud)


Invocation à dire lorsqu'on se réveille la nuit et qu'on change de position :

Aïcha (SDP) rapporte qu'au cours de la nuit lorsque le Prophète (SBDSL) changeait de position pendant le sommeil, il avait l'habitude de dire : « Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu, l'Unique, le Dominateur, Seigneur des cieux et de le terre et de ce qui se trouve en eux. Il est le Puissant et Il absout volontiers. »

Invocation à dire par celui qui est envahi par l'insomnie, la frayeur et l'inquiétude durant son sommeil :

« Je cherche refuge dans les paroles parfaites de Dieu pour m'échapper à Son courroux, à Son châtiment, au mal de Ses serviteurs et aux tentations des démons et leur présence. »

Invocation à dire par celui qui fait un bon ou un mauvais rêve :

« Un beau rêve provient de Dieu et un mauvais rêve provient du démon. Lorsque l'un de vous fait un rêve qu'il aime, qu'il n'en parle qu'à ceux qu'il aime. »

Résumé de ce qu'on doit faire quand on fait un mauvais rêve :
-Postillonner légèrement vers la gauche trois fois.
-Chercher refuge auprès d'Allah contre Satan et le mal de ce qu'on a vu.
-N'en parler à personne.
-Tourner et changer de position.

Ou

-Se lever et prier.

En se réveillant :

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

Le Prophète (SBDSL) disait : « Louange à Dieu qui m'a fait revivre après m'avoir fait mourir et c'est auprès de Lui que se fera la résurrection » puis se lavait les dents et faisait ses ablutions.

Divers mérites supplémentaires concernant le coucher :

Pour connaître plus de politesses concernant le sommeil voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/

Lorsqu'on s' habille

Invocation du début:

« Louange à Allah qui m'a habillé d'un tel vêtement et qui me l'a accordé sans aucune puissance, ni force de ma part. »

Pendant :

Mettre tous les vêtements en commençant par la droite.

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

A la fin lorsqu'on se déshabille :

Enlever les vêtements en commençant par la gauche

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

7) Comportements dans différents lieux

Mosquée

Invocation en allant à la mosquée :

« Ô Seigneur, mets de la lumière dans mon coeur, dans ma langue, dans mes yeux et dans mes oreilles. Ô Seigneur mets de la lumière à ma droite, à ma gauche, au-dessus de moi, en dessous de moi, devant moi, derrière moi et assigne la lumière à moi. »

Invocation pendant qu'on entre dans la mosquée avec le pied droit :

« Je cherche refuge auprès d'Allah, le Sublime en Sa Noble Face et en Sa puissance éternelle, contre Satan le lapidé. Au nom d’Allah, que la bénédiction et la paix soient sur le Messager d’Allah. Ô Allah, ouvre-moi les portes de Ta miséricorde. »

Prière surérogatoire pour être entré dans une mosquée

Comportement pendant l'appel à la prière :

Répéter les phrases du muezzin sauf pour « venez à la prière (Haya ala salat) et « venez à la félicité (haya al el falah) » car il faut chaque fois dire à la place « il n'y a de force ni de puissance que par Dieu. (la ala wala quotta ila bila)»

Invocations après l'appel à la prière :

« Je témoigne qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah, l'Unique, qu'Il n'a point d'associé, et que Mouhamed est Son serviteur et Son messager. J'ai accepté Dieu comme Seigneur, Mouhamed comme Messager et l'islam comme religion. »

« Que la bénédiction et la paix soient sur le Messager d'Allah. »

« Ô Allah, le Seigneur de cet appel parfait et de l'office qui va être célébrée, accorde à Mouhamed le moyen d'intercession et l'excellence, ainsi que le rang louable que Tu lui as promis. »

Faire des invocations supplémentaires car entre l'adhaan (première annonce de la prière) et l'iqamaah (annonce du début de la prière) les invocations sont toujours exaucées ou récompensées dans l'au-delà.

Divers comportements convenables  dans la mosquée :

Selon Houdheyfa Ibn Al Yamàn (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a maudit celui qui s'installe au centre d'un cercle. (Abou Dawoud)

Alshadid Tbn Souweyd (SDP) rapporte : Le Messager de Dieu (SBDSL) passa devant moi alors que j'étais assis avec ma main gauche derrière mon dos tout en m'appuyant sur sa paume. Il me dit: « T'assois-tu donc à la façon de ceux qui ont encouru la colère de Dieu ? » (Abou Dawoud)

Ibn Omar (SDP) a dit : Le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Que l'un de vous ne fasse surtout pas lever quelqu'un de sa place pour l'occuper lui-même. Mais élargissez plutôt votre cercle et espacez-le. » (URA)

Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Quand l'un de vous se lève en quittant sa place puis y retourne, c'est à lui qu'elle revient. » (Mouslim)

Jaber Ibn Samoura (SDP) a dit : « Quand nous allions auprès du Prophète (SBDSL), chacun de nous s'asseyait à la première place qu'il trouvait. » (Tirmidhi et Abou Dawoud)

Selon Amr Ibn Shouayb (SDP), selon son père, selon son grand-père, le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « II n'est pas permis à quelqu'un de s'insérer entre deux personnes assises sauf avec leur permission. » (Abou Dawoud)

Abdullàh Ibn Yazid (SDP) rapporte qu'il a vu le Messager de Dieu (SBDSL) étendu sur le dos dans la mosquée et mettant une jambe sur l'autre. (URA)

Ibn Omar (SDP) rapporte : « J'ai vu dans la cour de la Kaba le Prophète (SBDSL) accroupi les genoux collés à son ventre et les serrant avec ses bras. » (Boukhari)

Qayla Bent Makhrama (SDP) a dit : « J'ai vu le Prophète (SBDSL) accroupi les genoux collés à son ventre et les serrant de ses bras. Malgré cette attitude tout empreinte d'humilité, la seule vue du Prophète me fit trembler de peur. » (Abou Dawoud)

Invocation pendant qu'on sort de la mosquée avec le pied gauche :

« Au nom d’Allah, que la bénédiction et la paix soient sur le Messager d’Allah. Ô Allah, je Te demande de m'accorder de Ta grâce. Ô Allah, protège-moi contre Satan le maudit. »Se repentir pour purifier totalement cette occupation

En sortant de la maison et en y entrant

Anas rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « En vérité, toute construction est un malheur pour son propriétaire sauf ce qui est vraiment indispensable. »

Yezid Ibn Abou Habib rapporte : Le premier à construire une chambre au premier étage en Egypte fut Khatija Ibn Houdhefa (SDP). Omar Ibn Alkhattab (SDP) en fut informe et écrivit à Aamr Ibn Alaaç (SDP) : «Paix sur toi ! J'ai appris que Kharija Ibn Houdhefa a construit une pièce au premier étage. Il a voulu regarder l'intérieur des maisons de ses voisins. Quand tu recevras ma lettre, détruis-là si Allah veut. Paix ! »

En sortant de la maison avec le pied gauche :

Se repentir pour purifier totalement les nobles occupations qu'on a eu à la maison
Invocation :

« Au nom d'Allah, je place toute ma confiance en Allah. Il n'y a de force ni de puissance qu'en Allah. »

ou

La mère des croyants (l’épouse du Prophète Mouhamed), Oum Salma  (SDP) a dit : Quand le Prophète (SBDSL) sortait de la maison, il disait : « Au nom de Dieu. Je m’en remets à Dieu. Seigneur Dieu ! Je me mets sous Ta protection afin de ne point m’égarer ni égarer personne, afin de ne pas glisser dans l’erreur ni d’y être poussé, afin de ne commettre aucune injustice ni d'en subir, de ne point me comporter en insensé ni d’être victime des insensés ! »

En entrant dans la maison avec le pied droit :

Invocation :« Ô mon Seigneur je te demande un bon retour et une bonne sortie. Au nom d'Allah je suis sorti et en Allah je place toute ma confiance. »

Se repentir pour purifier totalement les nobles occupations qu'on a eu dehors.

Au marché

Il est de tradition prophétique de faire ses courses le matin et Ali (SDP) a dit : « Le marché des musulmans est comme leur mosquée, toute place revient au premier vendeur à la prendre jusqu'à ce qu'il la laisse. »

Invocation à dire quand on entre avec le pied droit au marché rapportant un million de bonnes actions :

« Il n'y a point de divinité en dehors de Dieu, Seul, sans associé. A Lui appartient la royauté et à Lui la louange. Il donne la vie et Il fait mourir, alors qu'Il est Le Vivant qui ne meurt pas. Le bien est dans Sa main et Il est capable de toute chose. »
Commentaire : Souleym Ibn Handhala rapporte : Abdallah Ibn Massoud se rendit à la porte du marché et disait aussi  : « Ô Allah ! Je Te demande son bien et le bien de ses gens, et Je me réfugie auprès de Toi contre son mal et le mal de ses gens. »

Sortir avec le pied gauche en disant "au nom d'Allah"

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

8) Comportements à différents moments :

Des invocations à dire le matin et l'après midi :

Le matin :

« Nous sommes au matin et la royauté appartient à Dieu. Louange à Dieu. Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu, l'Unique sans associé. A Lui la royauté et la louange. Il est puissant sur toute chose. Seigneur je Te demande le bien de cette journée et le bien qui vient après elle, et je me réfugie auprès de Toi contre le mal de cette journée et le mal qui vient après elle. Seigneur je me réfugie au près de Toi contre la paresse et la mauvaise vieillesse. Seigneur je me réfugie au près de Toi contre le châtiment du feu et le châtiment de la tombe. »

« Ô Seigneur, c'est par Toi que nous nous retrouvons au matin et c'est par Toi que nous nous retrouvons au soir. C'est par Toi que nous vivons et c'est par Toi que nous mourrons et c'est vers Toi que se fera la résurrection. »

« Ô Seigneur ! Me voici au matin, je Te prends à témoin ainsi que les porteurs de Ton Trône, les anges et toutes les créatures, que c'est Toi Allah, qu'i n'y a de divinité que Toi, que Tu es seul et sans associé, et que Mouhamed est Ton esclave et Ton Messager. » (x4)

« Nous sommes au matin et la royauté appartient à Dieu, le Seigneur des mondes. Seigneur je Te demande le bien de cette journée, ainsi que sa victoire, son soutien, sa bénédiction et sa bonne direction, et je me réfugie auprès de Toi contre le mal de cette journée et le mal qui vient après elle. »

L'après-midi :

« Nous sommes au soir et la royauté appartient à Dieu. Louange à Dieu. Il n'y a pas de divinité en dehors de Dieu, l'Unique sans associé. A Lui la royauté et la louange. Il est puissant sur toute chose. Seigneur je Te demande le bien de cette nuit et le bien qui vient après elle, et je me réfugie auprès de Toi contre le mal de cette nuit et le mal qui vient après elle. Seigneur je me réfugie au près de Toi contre la paresse et la mauvaise vieillesse, Seigneur je me réfugie au près de Toi contre le châtiment du feu et le châtiment de la tombe. »

« Ô Seigneur, c'est par Toi que nous nous retrouvons au soir et c'est par Toi que nous nous retrouvons au matin. C'est par Toi que nous vivons et c'est par Toi que nous mourrons et c'est vers Toi que se fait notre destinée. »

« Ô Seigneur ! Me voici au soir, je Te prends à témoin ainsi que les porteurs de Ton Trône, les anges et toutes les créatures, que c'est Toi Allah, qu'il n'y a de divinité que Toi, que Tu es Seul et sans associé, et que Mouhamed est Ton esclave et Ton Messager. » (x4)

« Nous sommes au soir et la royauté appartient à Dieu, le Seigneur des mondes. Seigneur je Te demande le bien de cette nuit, ainsi que sa victoire, son soutien, sa bénédiction et sa bonne direction, et je me réfugie auprès de Toi contre le mal de cette nuit et le mal qui vient après elle. »

Matin et après-midi :

« Ô Notre Seigneur, donne-nous le bonheur ici-bas et dans l'au-delà et préserve-nous des supplices de l'Enfer. » « Ô Allah, Toi qui est mon Dieu, il n'y a de divinité que Toi. Tu m'as créé et je suis Ton serviteur. Je me conforme autant que je peux à mon engagement et à ma promesse vis-à-vis de Toi. Je me mets sous Ta protection contre le mal que j'ai commis. Je reconnais Tes bienfaits à mon égard et je reconnais mes péchés, alors pardonne-moi car il n'y que Toi qui pardonne les péchés. »

« Ô Seigneur ! Tout ce qui arrive comme bienfaits en ce jour qui se lève (ou en cette nuit qui arrive), à moi ou à l'une de tes créatures, provient de Toi Seul, sans associé. A Toi la louange ainsi que la gratitude. »
Commentaire : Celui qui dit l'invocation précédente au matin aura accompli le devoir de montrer sa reconnaissance pour cette journée, et celui qui le dit le soir aura accompli le devoir d'exprimer sa reconnaissance pour la nuit.

« Ô Seigneur ! Accorde moi la santé (ou le salut). Ô Seigneur ! Accorde la santé à mon ouïe. Ô Seigneur ! Accorde la santé à ma vue. Il n'y a de divinité qu'Allah. » (x3)

« Ô Seigneur ! Je cherche protection auprès de Toi contre la mécréance, la pauvreté et les tourments de la tombes. Il n'y a point de divinité en dehors de Toi. » (x3)

« Allah me suffit, il n'y a de divinité que Lui, c'est en Lui que je place ma confiance et Il est le Seigneur du Trône sublime. » (x7)

« Je me mets sous la protections des paroles parfaites d'Allah contre le mal de ce qu'Il a créé. » (x3)

« Ô Seigneur ! Je te demande de m'accorder la bonne santé dans cette vie et dans l’au-delà. Ô Seigneur je Te demande la santé pour ma religion, ma vie ici-bas, ma famille et mes biens. Ô Seigneur cache mes défauts et mets-moi à l'abri de tous mes effrois. Ô Seigneur protège-moi devant moi, derrière moi, sur ma droite, sur ma gauche, et au-dessus de moi. Je cherche refuge auprès de Toi pour que je ne sois pas englouti dans la terre. »

« Ô Seigneur, le Créateur des cieux et de la terre, le Connaisseur de l'invisible et du visible, Seigneur et Maître de toute chose, j'atteste qu'il n'y a point de divinité en dehors de Toi. Je cherche refuge auprès de toi contre le mal de mon âme, contre le mal du Diable et ses incitations au polythéisme, et contre le fait de commettre un mal contre moi-même ou contre un musulman. »

« Au nom d'Allah, nul ne peut nuire en présence de Son nom sur terre et dans le ciel, et Il est l'Audient, l'Omniscient. » (x3)

« J'ai accepté Allah comme Seigneur, Mouhamed comme Messager et l'islam comme religion. »

« Gloire à Allah, et louanges à Allah autant que le nombre de Ses créatures, que la satisfaction de son âme, que le poids de Son Trône et que l'encre de Ses mots. » (x3)

« Gloire, pureté et louange à Allah. » (x100)

« Ô le Vivant, Celui qui veille éternellement à la bonne marche de toute chose, j'implore secours auprès de Ta miséricorde, améliore ma situation et ne me laisse pas à mon propre sort ne serait-ce le temps d'un clin d'œil. »

« Il n'y a point de divinité en dehors d'Allah, l'Unique sans associé, à Lui la royauté à lui la louange, et Il est capable de toute chose. » (x100)
Commentaire : Le Messager de Dieu (SBDSL) a dit que celui qui dit  l'invocation précédente au matin aura une rétribution qui représentera l'affranchissement d'un esclave (des fils d'Ismaël), dix bonnes actions, l'effacement de dix mauvaises actions, l'élévation de dix degrés, et la protection contre le diable jusqu'au soir. S'il le dit le soir, il aura la même chose jusqu'au matin.

« Nous voici au matin et en nous se trouve la nature première qui est l'islam, en nous, la parole d'attestation de foi du monothéisme. Nous sommes dans la religion de notre Prophète Mouhamed (SBDSL) et sur la voie de notre père Abraham (paix sur lui) qui vouait son culte exclusivement à Allah et n'était point du nombre des associateurs. »

Les règles à respecter à la tombée de la nuit :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand la nuit tombe (après le couché du soleil), empêchez vos enfants de sortir hors de la maison car les démons y sont éparpillés à cette heure. Après une période de temps vous pouvez les laisser sortir. Fermez les portes de votre maison en mentionnant le nom d'Allah (au nom d'Allah, bismila) car le démon n'ouvre pas une porte fermée. Fermez vos sac d'eau en mentionnant le nom d'Allah. Couvrez vos vaisselles avec une couverture quelconque, et éteignez vos lampes (particulièrement à base de feu). »

Invocations à dire par temps venteux :

« Ô Allah, je Te demande de m'accorder son bien et je cherche refuge auprès de Toi contre son mal. »

« Ô Allah, je Te demande de m'accorder son bien et le mieux qui s'y trouve ainsi que le bien dont il est chargé, et je cherche refuge contre son mal et le pire qui s'y trouve ainsi que le mal dont il est chargé. »

Invocations à dire lorsqu'on entend le grondement du tonnerre :

« Gloire à celui que dont le tonnerre et les anges célèbrent Ses louanges sous l'effet de Sa crainte. »

Invocation à dire pour obtenir la pluie :

« Ô Allah, accorde-nous une pluie secourante, saine, utile, non violente, maintenant, non pas plus tard. »

« Ô Allah, secours-nous, ô Allah, secours-nous, ô Allah, secours-nous. »

« Ô Allah, abreuve Tes serviteurs et Tes bestiaux, répands Ta miséricorde, et réanime Ton pays mort. »

Invocation à dire quand il pleut :

« Ô Allah, fais que cette pluie soit abondante et utile. »

Invocation à dire après la pluie :

« Nous avons eu la pluie par la grâce et la miséricorde d'Allah. »

Invocation pour avoir le ciel clair :

« Ô Allah fais que cette pluie tombe autour de nous et pas sur nous. Ô Allah, fais qu'elle tombe sur les pâturages, les montagnes, les vallées et là où poussent les arbres. »

Invocation à dire lorsqu'on voit une nouvelle lune :

« Allah est grand. Seigneur fais que ce mois passe sur nous par la prospérité, la foi, la sécurité et l'islam, en accord avec tout ce que Tu aimes et Te plais. Notre Seigneur et ton Seigneur (à la nouvelle lune) est Allah. »

Invocation à dire lorsqu'on voit les premiers fruits de la saison :

« Ô Allah, bénis nos fruits, notre ville et nos mesures. »

9) Comportements (politesses) dans diverses situations

Dans l'achat et l'utilisation des différents biens (voiture, vêtements, mobilier)

Iyas Ibn Thaiaba Al Ansari (SDP) a dit : « Un jour les compagnons du Messager de Dieu (SBDSL) parlèrent en sa présence de ce bas-monde. Il leur dit : « Ecoutez bien ! Ecoutez bien ! La modestie concernant l'aspect extérieur fait partie de la foi ! La modestie concernant l'aspect extérieur fait partie de la foi ! » (Tirmidhi)

(ExtHadith) Selon Hakim Ibn Hizam (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui fait montre de retenue, Dieu le rend digne. » (Boukhari et Mouslim)

Selon Iyad Ibn Himar (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu m'a inspiré de vous commander la modestie afin qu'aucun d'entre vous ne se glorifie ni ne commette d'injustice envers l'autre. » (Mouslim)


En utilisant un moyen de transport :

Monter du pied droit.

Invocation :

« Au nom d’Allah, la louange est à Allah. Gloire à Celui qui a mis ceci à notre service alors que nous n’étions pas capables de le dominer (cheval, chameau, voiture...). Et c’est vers notre Seigneur que nous devons retourner.  Louange à Allah, louange à Allah, louange à Allah. Allah est Grand, Allah est Grand, Allah est Grand. Gloire et pureté à Toi, Ô Seigneur ! Je me suis fait du tort à moi-même, pardonne-moi donc, car nul autre que Toi pardonne les péchés. »

Ahmed rapporte : Le Messager d'Allah (SBDSL) fit monter Ibn Aabbes (SDP) derrière lui sur sa monture. Quand il fut installé (pour honorer le Créateur par rapport à la création de la monture et la force qu'Il lui donne, et donc pieusement sans associer à Dieu), il clama trois fois : Dieu est grand, trois fois : Gloire et perfection a Dieu, et une fois : il n'y a de divinité que Dieu. Puis le Prophète se pencha sur Ibn Aabbes et rit (ou souri). Puis il se tourna vers lui et dit : « Toute personne qui monte une monture et fait comme j'ai fait, Allah Puissant et Glorieux vient vers lui et lui rit (d'amitié, ou sourit d'amitié) comme je t'ai ri (ou souri). »

Ali Ibn Rabiaa raconte : Ali (SDP) me porta derrière lui sur sa monture et m'emmena au bord de la Harra (une terre à Médine), puis il leva la tête au ciel et dit : « Ô Allah ! Pardonne mes péchés, aucun autre que toi ne pardonne les péchés ! » Puis il se tourna vers moi, il rit (ou sourit) et j'ai dit : « Chef des croyants ! Pourquoi as-tu demandé pardon à ton Seigneur et t'es-tu tourné vers moi et as-tu ri (ou souri) ? » Il dit : « Le Messager d'Allah (SBDSL) m'a porté derrière lui et m'a emmené au bord de la Harra. Puis il a levé la tête au ciel et a dit : « Ô Allah ! Pardonne mes péchés car aucun autre que toi ne pardonne les péchés! » Puis il s'est tourné vers moi et a ri (ou souri). J'ai dit : « Ô Messager d'Allah ! Pourquoi as-tu demandé pardon à ton Seigneur et t'es-tu tourné vers moi et as-tu ri (ou souri) ? » Il dit : « J'ai ri du rire (ou : j'ai souri du sourire) de mon Seigneur qui est ravi de voir Son serviteur savoir que personne d'autre que Lui ne pardonne les péchés. »

Descendre du pied gauche.

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

En voyage :

Avant pour ceux disant au revoir :

Salim Ibn Abdullah Ibn Omar (SDP) rapporte : Lorsqu'un homme s'apprêtait à effectuer un voyage, Abdullah ibn Omar avait coutume de lui dire : « Approche-toi de moi afin que je te fasse mes adieux comme le Prophète (SBDSL) avait l'habitude de le faire : "Je confie à Dieu ta religion, ton respect du dépôt ( de foi al-amana) et tes oeuvres ultimes." » (Tirmidhi)

Abdullah Ibn Yazid Al Khatmi (SDP) rapporte : Le Prophète (SBDSL), lorsqu'il faisait ses adieux à l'armée, avait coutume de dire : « Je confie à Dieu votre religion, votre respect du dépôt (de foi, al-amana) et vos oeuvres ultimes." » (Abou Dawoud)

Anas (SDP) rapporte : Un homme vint trouver le Prophète (SBDSL) et lui dit : « Ô Prophète de Dieu, je m'apprête à voyager, invoque Dieu en ma faveur. » Le Prophète répondit : « Que Dieu t'accorde la crainte. » L'homme ajouta : « Accorde-moi davantage. » Le Prophète reprit alors : « Que Dieu te pardonne tes péchés. » L'homme réitéra : « Accorde-moi davantage. » Le Prophète conclut : « Et qu'Il te facilite l'accès au bien où que tu te trouves. » (Tirmidhi)


Albazzar rapporte : Omar (SD) a dit : « Si trois personnes (ou plus) voyagent ensemble, qu'ils désignent l'un d'entre eux comme émir (: celui qui connaît le mieux le Coran si possible). »

Le Prophète (SBDSL) a recommandé de lire ces cinq sourates au début d'un voyage : 109, 110, 112, 113, 114.

Pendant :

« Allah est Grand, Allah est Grand, Allah est Grand. Gloire à Celui qui a mis ceci à notre service alors que nous n’étions pas capables de le dominer (cheval, chameau, voiture...). En vérité nous retournerons vers notre Seigneur. Ô Seigneur ! Nous Te demandons dans ce voyage-ci la charité et la piété, ainsi que de nous diriger aux oeuvres qui Te satisferont. Ô Seigneur ! Facilite-nous ce voyage-ci et réduis-nous en le trajet. Ô Seigneur ! Tu es le compagnon du voyage et le remplaçant dans la famille. Ô Seigneur ! Je cherche refuge auprès de Toi contre les peines et les difficultés du voyage, contre toute image source de chagrin, et contre tout mal qui nous frapperait lors de notre retour dans nos biens et nos familles. »
Au retour, on rajoute : « Nous voilà donc de retour, pleinement soumis et dévoués, et proclamant la Louange de notre Seigneur. »

Avec Jebir (SDP) raconte : (Lors d'expéditions) Dans les montées, nous clamions la grandeur d'Allah (Allahou akbar), et dans les descentes, la perfection d'Allah (sobhan Allah).

Avec Jebir (SDP) raconte : (Lors d'expéditions) Dans les montées, nous clamions la grandeur d'Allah (Allahou akbar, Dieu est plus grand), et dans les descentes, la perfection d'Allah (sobhan Allah).

Anas Ibn Malik (SDP) rapporte : Quand le Messager d'Allah (SBDSL) grimpait une pente (d'un mont en voyage, dehors ou dans une maison comme en montant des escaliers) il disait : « Ô Allah! Tu es plus haut que toute hauteur, et la louange est à toi en tout état (ou juste : Dieu est plus grand). »

Tabarani rapporte : Anas (SDP) a dit : « Quand nous campions à un endroit, nous disions « perfection à Allah » jusqu'à desseller les montures. »

Après :

Ibn Omar (SDP) a dit que le Messager de Dieu (SBDSL) lorsqu'il revenait d'une expédition militaire ou du pèlerinage disait à chaque endroit élevé : « Allah est Grand, Allah est Grand, Allah est Grand. Il n'y a pas de divinité en dehors d'Allah l'Unique, sans associé. A Lui la royauté à Lui la louange, et Il est capable de toute chose, nous sommes revenus repentant, adorant, se prosternant et louant notre Seigneur. Allah a tenu véridique Sa promesse, accordé la victoire à Son serviteur et vaincu seul les coalisés. »

Kaab (SDP) raconta : « (Quand) le Prophète (SBDSL) retournait de voyage (d'expédition) dans la matinée, (et) il entrait dans la mosquée et priait deux rakaat avant de s'asseoir (ou rentrer chez lui). » (Boukhari)

Se repentir pour purifier totalement cette occupation

Invocation à dire en entrant dans une ville ou un village :

« Ô Allah, Seigneur des sept cieux et de ce qu'ils ont ombré, Seigneur des sept terres et de ce qu'elles sont chargées, Seigneur des démons et de ceux qu'ils ont égaré, Seigneur des vents et de ce qu'ils ont disséminé, Nous Te demande de nous accorder le bien de ce village ainsi que le bien de ses habitants et le bien qui s'y trouve, et nous nous réfugions auprès de Toi contre son mal, ainsi que le mal de ses habitants et le mal qui s'y trouve. »

Invocation a dire quand le moyen de transport perd l'équilibre :

« Au nom d'Allah. »

Invocation à dire au moment du départ par le voyageur pour les résidents :

« Je vous confie à Dieu dont les charges ne se perdent jamais. »

Invocation à dire par les résidents pour le voyageur :

« Je confie à Dieu ta religion, ainsi que le dépôt dont tu es chargé, et la fin de tes oeuvres. »

« Que Dieu t'approvisionne de la piété. Que Dieu te pardonne tes péchés et Te facilite le bien là où tu te trouves. »

Invocation à dire en montant ou en descendant :

Jabir (SDP) a dit : En montant (pendant un voyage) nous disions « Allah est grand (Allahou Akbar) », et en descendant nous disions « Gloire à Allah (Sobhanallah) ».

Invocations à dire en se levant et en s'asseyant :

En se levant dire : « Allah est grand (Allahou Akbar) » et en s'asseyant dire « Au nom d'Allah (Bismila) ».

Invocation du voyageur à l'approche du crépuscule :

« Qu'un témoin témoigne notre éloge pour Allah et Ses faveur. Notre Seigneur, protège-nous, accorde-nous encore Tes faveurs et délivre-nous du mal. Je cherche refuge auprès de Toi contre le feu. »

Invocation à dire lorsqu'on s'arrête ou campe quelque part :

« Je cherche refuge par les paroles parfaites d'Allah contre le mal de ce qu'Il a créé. »

Invocation à dire lorsqu'on entend le chant du coq ou le braiment de l'âne :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque vous entendez le chant du coq, demandez à Allah de vous donner de sa grâce car cet animal a vu un ange, et lorsque vous entendez le braiment d'un âne, cherchez refuge en Allah contre le démon car cet animal a vu un démon. »

Invocation à dire lorsqu'on entend l'aboiement du chien la nuit :

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque vous entendez les aboiements des chiens la nuit ou les braiments des ânes la nuit, cherchez refuge auprès d'Allah car vous ne voyez pas ce qu'ils voient. »

Ce qu'on doit dire lorsqu'on égorge un animal ou lorsqu'on fait un sacrifice :

« Au nom d'Allah, Allah est Grand. Ô Allah, c'est de Toi et pour Toi, ô Allah, accepte-la de moi. »

Invocation à dire devant une situation difficile :

« Seigneur, il n'y a de facile que ce que Tu as rendu facile, et si Tu veux Tu rends facile ce qui est difficile. »

Invocation à dire lorsqu'on on a commis un péché :

« Quiconque a commis un péché et ensuite fait ses ablutions et prie deux unités de prières en demandant le pardon à Allah, Allah lui pardonnera. »


« Il n'y a pas de divinité en dehors d'Allah. Allah est Grand. Il n'y a pas de divinité en dehors d'Allah l'Unique, sans associé. Il n'y a pas de divinité en dehors d'Allah, à Lui appartiennent la Souveraineté et la Louange. Il n'y a pas de divinité en dehors d'Allah, il n'y a de force ni de puissance que par Dieu. »

Invocation à dire quand on est prêt de mourir :

Aïcha (SDP) a dit : « Le Messager de Dieu disait beaucoup avant sa mort : « Gloire et pureté à Toi, Seigneur Dieu, ainsi que louange. Je Te demande de m’absoudre et je reviens à Toi repentant ». Aïcha a dit : « Je dis : « Ô Messager de Dieu ! Que ce sont paroles que tu prononces ? » Il dit : « On a placé dans ma nation un indice. Quand je vois cet indice je prononce ces paroles. Cet indice est le chapitre 110 du Coran : « Quand viendra la victoire de Dieu et que s’ouvriront les portes (de la guidée ou du Paradis). »

Invocation à dire quand on est dans le besoin :

« Ô Allah ! Je te demande de Tes bienfaits et de Ta miséricorde, car ils t'appartiennent et personne d'autre que Toi ne les possède. »

Invocation à dire quand on oublie une tradition prophétique :

(S18v24) « et invoque ton Seigneur quand tu oublies et dis : “Je souhaite que mon Seigneur me guide et me mène plus près de ce qui est correct.” »

Invocations à dire quand on est atteint par un malheur :

Le Prophète (SBDSL) a dit : Le croyant fort est meilleur et plus aimé de Dieu que le croyant faible et dans les deux il y a un bien. Recherche avec énergie tout ce qui te fait du bien, demande aide à Dieu et ne faiblis jamais. Si un malheur te touche ne dis pas : « Si j’avais fait telle chose il ne m’aurait pas touché », mais dis : « Dieu en a prédestiné ainsi et ce qu’Il a voulu, Il l’a fait », car le mot « si » ouvre la voie à l’œuvre de Satan. » (Mouslim)

Le Prophète (SBDSL) a dit : Dieu reproche à l'homme la négligence et le relâchement, alors tu dois agir avec détermination, et si une affaire te surmonte et te dépasse, dis : « Dieu me suffit et quel excellent protecteur. »

Invocation à dire lorsqu'on est victime d'une calamité :

« Nous appartenons à Dieu et c'est à Lui que nous retournerons. Grand Dieu, récompense -moi pour mon malheur et donne-moi en échange un bien meilleur. »

Ce qu'on doit dire quand on apprend une bonne ou une mauvaises nouvelles :

Quand il (SBDSL) recevait une bonne nouvelle, il disait « Louange à Allah, par la grâce de qui les bonnes œuvres sont accomplies », et en recevant une mauvaise nouvelle, il disait « Louange à Allah dans toutes les circonstances ».

Invocation lorsqu'on est face à un ennemi, un problème ou quand on est en difficulté :

« Allah me suffit, Il est mon meilleur garant. »

Interdiction d'attribuer des choses ou des événements aux augures :

« Ô Allah, il n'y a d'augure que Ton décret, il n'y a de bien que Ton bien, et personne n'est digne d'être adoré à part Toi. »

Diverses politesses supplémentaires lors du voyage :

Pour connaître diverses politesses supplémentaires concernant le voyage voir le livre "le jardin des vertueux (Ryadh Salihin)" consultable gratuitement sur http://islammedia.free.fr/

10) Comportements (politesses lors de diverses émotions et sensations :

Invocations en cas d'angoisse ou de tristesse :

« Seigneur, je suis Ton serviteur, fils de Ton serviteur et de Ta servante, Je suis sous Ton autorité et soumis à Ton pouvoir, Ton jugement s'exécute sur moi et Ta prédestination est juste pour moi, je te demande par tous les noms qui T'appartiennent, c'est à dire par ceux que Tu T'es nommé Toi-même, ceux que Tu as révélés dans Ton livre, ceux que Tu as enseigné à l'une de tes créatures, et ceux que Tu a gardé chez Toi dans la science de l'invisible, de faire du Coran la lumière de ma poitrine, le printemps de mon cœur, la dissipation de ma tristesse, et la disparition de mon angoisse. »

« Ô Allah, je me réfugie auprès de Toi contre l'angoisse et la tristesse, la faiblesse et la paresse, l'avarice et la lâcheté, le fardeau des dettes et la prééminence des hommes. »

Invocation à dire en cas d'affliction :

« Il n'y a de divinité que Dieu le Sublime, le Patient. Il n'y a point de divinité en dehors de Dieu, Seigneur du Trône sublime. Il n'y a point de divinité hormis Dieu, Seigneur des cieux, Seigneur de la terre et Seigneur du Noble Trône. »

« Seigneur, j'espère gagner Ta miséricorde, ne me laisse pas m'en remettre à moi-même, même pour un clin d'oeil et amende toutes mes situations, il n'y a point de divinité hormis Toi. »

« Il n'y a point de divinité en dehors de Toi, Gloire à Toi, j'étais du nombre des injustes. »

« Allah est mon Seigneur, je n'associe rien à Lui. »

Ce que l'on doit dire au moment de la stupéfaction :

« Gloire à Allah » (Sobhanallah)

Ce que l'on doit dire au moment de la joie :

« Allah est Grand » (Allahou akbar)

Ce que l'on doit dire au moment de la colère :

Sulayman ibn Surad (SDP) rapporte : J'étais assis aux côtés du Prophète (SBDSL) lorsque deux hommes s'insultèrent l'un l’autre. Le visage de l’un d'eux rougit et les veines de son cou gonflèrent. Le Prophète (SBDSL) dit à ce moment : « Je connais une parole qui aurait apaisé sa colère. S'il avait dit « Je me mets sous la protection de Dieu contre Satan le maudit », sa colère se serait dissipée. » On dit alors à cet homme : « Le Prophète t’a demandé de prononcer cette formule. » (Boukhari et Mouslim)

Ce que l'on doit faire quand on apprend une bonne nouvelle :

Lorsqu'il recevait une bonne nouvelle qui lui plaisait ou qui lui faisait plaisir, le Prophète (SBDSL) se prosternait à Allah.

Ce qu'on doit dire lorsqu'on est surpris :

« Il n'y a point de divinité en dehors d'Allah (la ilaha il Allah). »

L'invocation de celui qui est atteint de doute dans sa foi :

« Je cherche refuge auprès d'Allah contre le doute dans ma foi. »

« J'ai cru en Allah et Ses messagers. »

« Allah est le Premier et le Dernier, l'Apparent et le Caché, et Il connait Toute chose. »

Invocation à dire par peur de commettre l'association :

« Ô Allah, je cherche refuge auprès de Toi afin que je ne commette pas l'association envers Toi sciemment, et je cherche Ton pardon pour ce que je fais inconsciemment. »

Ce qu'on doit dire et faire lorsqu'on ressent des douleurs dans son corps :

Mettre la main sur l'endroit douloureux du corps et dire : « Au nom d'Allah » (trois fois). Et répéter sept fois la formule suivante : « Je cherche refuge auprès d'Allah contre le mal ainsi que contre ce dont je souffre et que je redoute. »

Invocation à dire lors d'une grande souffrance et montrant que l'euthanasie active est interdite surtout que la souffrance efface les péchés ou guérit les cœurs

Selon Anas (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Aucun d'entre vous ne doit souhaiter la mort pour un mal dont il souffre. S'il doit absolument le faire qu'il dise : « Seigneur Dieu ! Garde-moi en vie tant que la vie m'est préférable et fais-moi mourir si la mort m'est préférable. » (Boukhari et Mouslim)

Invocations d'un malade qui a perdu l'espoir de vivre :

« Ô Allah, pardonne-moi, accorde-moi la miséricorde, et fais-moi rejoindre le plus haut compagnon. »

L'épouse aimée Aïcha (SDP) a dit que le Prophète (SBDSL) a prononcé avant de mourir : « Ô Seigneur, Toi qui retire la vie du corps, allège ma souffrance. » Puis il fit demander un bol d'eau dans laquelle il plongeait sa main bénie qu'il passait sur sa figure que la douleur ravageait en disant : « l'agonie est sans doute une vérité. » Son visage se teintait de rouge (la douleur faisant affluer le sang à son visage), c'est dans cet état qu'il prononça : « Allhoumma raffioul Ala » et sa sainte âme trouva le refuge dans la paix divine. »


11) Comportement dans diverses réactions corporelles :

Lors d'un fort rire :

Le Prophète (SBDSL) mettait sa main droite devant sa bouche.

Los d'un bâillement :

(ExtHadith) Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Quant au bâillement, il provient de Satan, aussi lorsque l'un de vous baille, qu'il se contienne du mieux qu'il peut, car lorsque vous baillez, Satan rit de vous. »

Lorsque le bâillement n'était pas contrôlable le Prophète (SBDSL) mettait le dos de sa main gauche devant sa bouche car c'est une impureté légère.

Lors d'un éternuement :

Selon Abou Hourayra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit :  Lorsque l'un d'entre vous éternue, qu'il dise : « Louange à Dieu  (possibilité de rajouter : paix sur le Prophète) ! (al-hamdu li-Lah !) », et que son Frère ou son compagnon lui réponde : « Que Dieu te fasse miséricorde ! (Yarhamuka Lah !) » A son tour, celui qui a éternué lui dira : « Que Dieu vous guide et qu'il améliore votre situation ! (Yahdikumu Lahu wa yuslihu balakum !) »
Dans d'autres récits : On peut conclure par : « Qu'Allah vous guide et rende saine votre pensée » ou « qu'Allah me pardonne ainsi qu'à vous » ou « Qu'Allah nous évite le Feu ainsi qu'à vous, et qu'Il vous fasse miséricorde ».

Om Selema (SDP) rapporte : Un homme éternua dans un côté de la maison du Prophète (SBDSL)  et dit : « Louange à Allah. » Le Prophète dit : « Qu'Allah te fasse miséricorde. » Puis un autre homme éternua dans un côté de la maison et dit : « Louange à Allah le Seigneur des mondes d'une grande louange, bonne et bénie. » Le Prophète (SBDSL) dit : « Celui-ci s'est élevé de dix-neuf degrés au-dessus de l'autre. »

Lors d'une maladie :

D’après Abou Hourayrah, le Prophète (SBDSL) a dit : « Nous sommes un peuple qui ne mange que lorsqu’il a faim, et lorsque nous mangeons, nous ne le faisons jamais à satiété. (C'est pourquoi les musulmans qui pratiquent ce hadith sont rarement malades.) » (Aboû Nuaym)
Commentaire : Le hadith précédent prouve qu'il faut toujours tendre vers le juste milieu pour tout, car c'est le meilleur chemin pour tout

Ali (SDP) raconte : J'étais malade et le Prophète (SBDSL) passa près de moi tandis que je disais : « Ô Allah ! Si mon heure est venue, soulage-moi ; si elle est encore loin, guéris-moi ; et si c'est une épreuve, donne-moi la patience. » Il dit : « Comment as-tu dit ? » et je lui ai répété mes paroles. Il me tapa avec son pied et dit : « Ô Allah ! Guéris-le. » Je ne ressentis plus ce mal depuis.

Quel que soit l’âge, il est reconnu que la médecine préventive (bonne hygiène de vie) augmente les défenses immunitaires de l'être humain : air respiré, lumière naturelle, espace vital, activité physique, cadre de vie, rythmes circadiens tels que veille-sommeil, activités scolaires ou professionnelles et leurs productions (tous ces éléments étant fortement perturbés par la vie en confinement), l’alimentation et les conditions des repas, enfin et tout particulièrement l’importance de l’état de son humeur psychique. De nombreuses études ont montré qu’une humeur dépressive (a fortiori une dépression), de même qu’une anxiété chronique, diminuent les défenses immunitaires de celui qui en souffre. Les facteurs sociaux jouent un grand rôle dans ces états psychiques, et la cohésion du groupe ainsi que la qualité des relations affectives avec l’entourage sont des éléments importants dans leur prévention ou leur traitement. Pour les plus jeunes, qui ont moins de moyens de prise de distance émotionnelle que les adultes, le port du masque, la distance sociale et même le confinement vont donc à l’encontre des éléments favorables au développement d’une bonne immunité personnelle.
Il est unanimement reconnu que la médecine prophétique était à base de plantes médicinales et produits naturels. C'est pourquoi il n'est pas étonnant que l'actuelle pieuse médecine naturelle peu chère voire gratuite à base de plantes (homéopathie) est attaquée par la perverse industrie pharmaceutique chimique (artificiel) lucrative.
Ecouter à ce sujet l'émission « Le b.a.-ba de Béa Bach #8 – L’homéopathie (avec le Dr Édouard Broussalian) » à l'adresse : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-b-a-ba-de-Bea-Bach-8-L-homeopathie-avec-le-Dr-Edouard-Broussalian-61001.html
Il existe diverses invocations et gestuelles dont le fait de mettre la main sur la zone principale de souffrance ou de blessure et dire trois fois « bismila » (au nom de Dieu), puis sept fois : « Ô mon Seigneur je cherche refuge auprès de toi contre le mal dont je suis atteint et que je crains. »
Il faut noter que quand un médicament existe (si possible naturel), il faut utiliser cette cause en se rappelant que c'est Allah qui donne la maladie et qui guérit.
Les épreuves de maladie existent pour nous faire apprendre la valeur de la bonne santé éternelle au Paradis, nous permettre d'acquérir sur terre des qualités morales par l'entre-aide, et nous amener à comprendre que Dieu crée même les changements invisibles d'états personnels, comme Il a créé des choses invisibles tels les atomes, les anges et divers mondes (tombes, Jour du jugement, Paradis, Enfer).

Lors d'une flatulence :


Refaire ses ablutions possiblement avec tayyamoun si pas d'eau à proximité.

(ExtHadith) Abdullàh Ibn Zama (SDP) rapporte : Puis le Prophète (SBDSL) les mit en garde (ses compagnons) contre les rires moqueurs provoqués par les flatulences et leur dit : « Pourquoi donc rire de ce que vous faites vous mêmes ? » (Boukhari et Mouslim)


12) Diverses invocations de protection :


Voir les invocations coraniques et prophétiques de protection dans le chapitre suivant au sous chapitre V, 3, b, 7