Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

X) Suite 24


La suite possible du scénario politique mondial pourrait aussi être fortement lié au fait que la Bank of America a déclenché une tempête de réactions dans les camps des partisans et des opposants au changement climatique, lorsqu’elle a publié l’un de ses énormes tomes de « Recherche thématique » c'est à dire en étant une des premières banques à quantifier le coût de la plus grande remise en question économique, écologique et sociale de l’histoire moderne. En résumé, pas moins de 150 000 milliards de dollars de nouveaux investissements en capital seraient nécessaires pour atteindre un monde « zéro carbone » sur 30 ans (ce qui équivaut à 5 000 milliards de dollars d’investissements annuels) c’est-à-dire deux fois le PIB mondial actuel qui est de 75 000 milliards. Il va sans dire que le secteur privé est loin de disposer du capital nécessaire pour réaliser cet investissement. C’est pourquoi la Bank of America (BofA) estime généreusement qu'une très grande partie de la facture devra être payée par les banques centrales sous la forme de dizaines de milliards de dollars d’assouplissement quantitatif. Et comme l’assouplissement quantitatif est essentiellement une monétisation de la dette, et que 150 000 milliards de dollars de nouvelles dettes auraient des conséquences dévastatrices sur l’économie, la BofA a eu l’amabilité de partager ses calculs sur l’ampleur de l’inflation que provoquerait ce projet de milliardaires : le scénario de « monétisation totale », dans lequel les banques centrales injecteraient 5 000 milliards de dollars de liquidités chaque année via un assouplissement quantitatif durant 30 ans, entraînerait une inflation supplémentaire de 3 % pendant une bonne décennie. Il s’agirait d’une inflation s’ajoutant à celle déjà en cours. À ce stade, la sonnette d’alarme devrait être tirée, même par les progressistes les plus écervelés, car malgré tous les avantages vantés, les coûts commencent à apparaître et (au moins pour les deux ou trois prochaines générations) ils seront absolument écrasants pour la classe moyenne, tout en permettant aux 1 % les plus riches de piller et de saccager pratiquement tous les actifs du monde par la grosse inflation annuelle de 3 % liée à ce projet, si il n'y a pas des révolutions populaires avant. Pensez-y comme au plus grand vol mandaté de l’histoire du monde, et vous comprendrez soudain pourquoi tous les milliardaires en jet privé soutiennent si bruyamment un monde « zéro carbone » qui n'est même pas sûr d'atténuer le problème et encore moins de réussir.
Alors que l’idée que les émissions anthropiques de dioxyde de carbone provoqueront un réchauffement catastrophique de la planète n’est même pas une théorie, car c’est une hypothèse comme le fut la fausse hypothèse du trou dans la couche d'ozone causé par les molécules CFC, car tout ce qui a été observé jusqu’à présent, ce sont seulement quelques fluctuations climatiques et une légère augmentation de la température moyenne de la planète depuis la toute fin de l’ère préindustrielle. Surtout que des réchauffements temporaires d’un ordre de grandeur similaire se sont produits pendant l’ère préindustrielle elle-même. Pour être promue au rang de théorie, cette hypothèse doit être confirmée par l’observation. C’est assez délicat, car même si un réchauffement planétaire catastrophique devait être observé pendant la durée de vie plutôt courte de la civilisation humaine, il faudrait encore prouver, d’une manière ou d’une autre, que les émissions anthropiques de dioxyde de carbone en sont la cause principale. Cela semble être une très mauvaise idée de dépenser des milliers de milliards de dollars de fonds publics pour une hypothèse non vérifiée.  Mais la suite possible de la politique mondiale pourrait aussi se voir à travers le biais de l’initiative B3W. C'est à dire que le G7 propose d’investir 40 000 milliards de dollars dans les infrastructures des pays en développement d’ici 2035 pour empêcher une nouvelle influence chinoise sur la scène mondiale. En effet les dirigeants du G7 veulent s’affirmer face aux défis posés par la Chine par le lancement d’un vaste plan mondial d’infrastructures pour les pays en développement. Pendant ce temps, le ministère chinois des Affaires étrangères a critiqué les informations sur un futur plan américain d’infrastructures pour contrer l’initiative chinoise d’« Une ceinture, une route (nouvelles routes de la soie) ». En réaction à de telles mesures, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré lors d’une conférence de presse, mardi 9 novembre, qu’il y avait suffisamment de potentiel pour une coopération mondiale sur la question et que fondamentalement, il n’y avait rien de tel que de rivaliser ou de remplacer une initiative par une autre. Il a déclaré que l’initiative chinoise « Une ceinture, une route » s’était considérablement développée au cours des huit dernières années et était devenue l’un des plus grands cadres de coopération internationale. Lors d’un sommet du G7, le groupe a adopté l’initiative de CGI (Clean Green Initiative). Ce plan d’investissement massif dans les infrastructures vise à contrer l’initiative chinoise et à freiner l’influence mondiale croissante de Pékin. Bien que la portée exacte du CGI ne soit pas encore connue, il est susceptible de cibler le développement de l’infrastructure indopacifique avec le soutien des États-Unis, de l’Australie et du Japon, qui privilégie la transparence financière et la durabilité environnementale de chaque projet ainsi que son impact sur l’économie.
Le général Mark Milley, l’officier militaire le plus haut gradé des États-Unis, a récemment rendu publique une de ses révélations : le monde n’est plus unilatéral (hégémonie des États-Unis) ou bilatéral (comme c’était le cas lors de la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique). Elle est désormais tripartite, avec trois grandes puissances engagées dans une « guerre tripolaire » : les États-Unis, la Russie et la Chine.
L’Occident, après l’effondrement de l’URSS, a commis à l’égard de la Russie presque toutes les erreurs qui pouvaient être commises. Le plus fondamental d’entre elles a été l’attitude vis-à-vis de la Russie comme avec un pays vaincu, qui doit renoncer volontairement à tout intérêt national. C’est la cause de tous les problèmes ultérieurs qui ont conduit à la seconde guerre froide actuelle.   Et maintenant, la « vraie » Alliance militaire de l’Occident devient l’AUKUS, et l’OTAN se transforme en une structure franchement factice. C’est l’AUKUS qui est conçue pour résoudre la mission principale de Washington, c'est à dire la dissuasion vis-à-vis de la Chine dans une alliance principale avec l'Australie et la grande Bretagne. Cet AUKUS comprend principalement des alliés vraiment proches et fiables des États-Unis : les Anglo-saxons. Quant à l’incapacité de l’OTAN contre la Russie, elle sera masquée par une rhétorique anti-russe de plus en plus dure et agressive et un ensemble d’actions démonstratives mais totalement dénuées de sens sur les frontières russes. Or les États-Unis ont perdu la course aux armements contre la Russie et la Chine et il est peu probable qu’ils la rattrapent un jour.
D’autre part, ni la Russie ni la Chine ne sont susceptibles d’attaquer les États-Unis. Il n’y a d'ailleurs aucune raison de le faire, étant donné qu’elles peuvent obtenir un effacement progressif de l’influence américaine sans recourir à une action militaire à grande échelle. Maintenir une position défensive forte tout en projetant leur puissance dans leurs sphères d’intérêt en expansion serait tout à fait suffisant. Face à cela pour maintenir leur hégémonie, les États-Unis se servent bassement de la guerre hybride, c'est à dire composée d'une guerre économico-financière sous forme de sanctions, d’impressions agressives de dollars et de blanchiment d’argent légalisé à grande échelle, d'une guerre informationnelle jouée sur Internet, d'une guerre médicale utilisant de nouveaux agents pathogènes, médicaments et vaccins, et d'une guerre culturelle sous forme de promotion et de défense de systèmes de valeurs conflictuels, etc. Cette guerre hybride est aussi composée d'activités militaires limitées à l’utilisation de tiers sacrifiables, à la fomentation de putschs et de guerres civiles, aux actions de sociétés militaires privées, etc...
Ainsi la conflictualité hybride composée d'ingérences, de soutiens aux révolutions de couleur, de guerre de communication, d'installation de bases militaires, d'extension de l'OTAN, de livraisons d’armement, est maintenue dans certaines régions du monde dont aux frontières de la Russie; d’où les crises en Ukraine, en Géorgie, en Biélorussie et dans le Caucase. L'empire américano-sioniste amoral dont car gravement menteur et tricheur amplifie donc sa pression aux portes de la Russie, ce qui apporte un grand danger à l'humanité, car la Russie nucléaire orthodoxe n'est pas du style à tricher pour continuer de jouer mais plutôt du style à renverser la table comme le sous-entendent ses déclarations. Or les Etats atlantistes sont ravis de présenter la Russie comme l’agresseur, dont afin de renforcer l’OTAN qui cherche à justifier son utilité. Surtout que cette accusation cherche aussi à faire porter juridiquement la responsabilité du début de la guerre à la Russie un ennemi, car dans ce cas lors d'une guerre internationale, on efface la dette. Et c'est peut être ce qui est recherché par les Etats-Unis ou/et l'occident voire par le système mondialiste à moins que les peuples les en empêchent.
Résumé de la vidéo « FR Chronique Hebdo #21 - Avec Valérie Bugault - L’ État Français n’existe plus » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=BY-jSJWMh-o&list=LL7jmiI69wnrMf8TSUGfh1aQ :
Or « L'actuel système parlementaire représentatif français provenant de la révolution française infiltrée par le monde anglo-saxon est basé sur une fausse séparation des pouvoirs. Ce système provient donc de l'Angleterre alors qu'il y était lié au droit maritime associé à la priorité pour le commerce  (association d'hégémonie impériale thalassocratique par l'économie) qui est en réalité une forme de ploutocratie permettant de dominer les autres nations. Ce qui n'a rien à voir avec le droit continental originel français qui ne mettait pas en avant le commerce et dont ses juristes ont ensuite abandonné leur utilité sociale par ce nouveau système ou par la corruption souvent d'origine maçonnique. La France s'est fait vendre de l'intérieur. L'union européenne mondialiste n'a pas soumis la France. C'est la France qui s'est soumise en créant l'union européenne. Les entités publiques y sont gravement soumises à des entités privées dans une inversion totale du sens, puisque il n'y a pas d'entités privées si il n'y pas de gens pour les réguler et déterminer leur règles. Donc c'est une imposture synonyme de la fin de l'Etat de droit du pouvoir politique au profit de la tyrannie financière et économique.
De même depuis les accords du Latran (entre l'Italie et le Vatican) et ensuite Vatican II, l’Eglise n’existe plus que par sa capacité financière gérée par les banquiers et financiers internationaux puis par sa soumission au prêt usurier accentué par la révolution française qui l'introduit en France. Ce pouvoir spirituel a été acheté et donc manipulé par le pouvoir temporel et matérialiste.
Il faut savoir que la mise en place de ce système d'usure est lié à Norman Montagu directeur de la banque centrale d'Angleterre (servant les oligarchies perverses internationales et donc la ploutocratie jusqu'à l'établissement par des politiciens soumis de règles dont des paradis fiscaux telle des trusts anonymes bancaires pierre angulaire de la domination monopolistique du capital) qui eut des discussions avec J.P Morgan émissaire américain du pouvoir financier de la banque Rothschild et Allen Dulles (aussi à l'origine de la CIA et de l'OTAN) afin de manigancer la création de la Banque des Règlements Internationaux (BRI). Cette BRI provient donc principalement de la City (internationalisme financier qui n'est jamais abordé au collège, au lycée ni même à l'université) qui est depuis sa création la principale cause de déstabilisation des nations soumises et non soumises à son hégémonie dont en étant alliée avec les mafias (souvent liés à des mercenaires, des djihadistes manipulés, des troupes irrégulières) puisque s’alimentant mutuellement. » A ce sujet il est très intéressant de voir l'entretien « Ukraine : la subversion de la finance internationaliste - Le Zoom - Morad El Hatab - TVL » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=xqSAS9krTt4&list=LL7jmiI69wnrMf8TSUGfh1aQ
La domination destructrice par la subversion (dont en plus à travers l'usure et le wokisme actuellement) de cette perverse finance internationale (avant tout ploutocratique et sioniste) a pour origine des banquiers commerçants (vénitiens, espagnols, hollandais) qui se sont associés pendant le 18è siècle au gouvernement anglais en prenant leur quartier général à la City puis à Wall-Street.
« Après Waterloo, aucune puissance n'a pu contrebalancer celle des usuriers. » (Brooks Adams)
Ainsi une autre suite possible du scénario mondial est de dénoncer prioritairement le système avant les personnes, car les personnes changent. C'est à dire que c'est l'agenda, le contrôle du terrain et les armes juridiques du système à combattre en priorité et à réformer, dont à travers la réhabilitation du rapport de force à l'intérieur de l'économie, et donc à travers la réhabilitation de l'entreprise participative, du champs hors du commerce, du système monétaire, et donc à travers l'histoire juridique et la culture historique traditionnelle. Or ni la France, ni les Etats Unis, ni l'Europe ne cherchent à s'émanciper de la finance internationaliste apatride, mais dans une guerre géopolitique majeure, la Chine le fait légitimement dont en s'orientant vers le droit continental et le développement culturel des pays. En effet l’État en étant hors du champs commercial avait pour fonction d'organiser le plus sereinement possible la vie en commun. Il faut donc réorganiser l'intégralité de la société à travers l'association du peuple aux trois groupements d’intérêts principaux synonyme de contre-pouvoirs même entre eux et lors des élections : celui commercial, celui non commercial dont fait partie le développement de la communauté (instruction, sport, culture, art), et celui spirituel (ayant aussi des contre-pouvoirs dans ce groupement par les divers avis des différentes religions). »
Malgré les crises covid, inflationniste et énergétique l'ayant révélée clairement, l'oligarchie financière qui a pris le pouvoir aurait pu donc ne jamais se cacher car elle nous tient par le droit.
Lire à ce sujet l'article « Il n’existe pas de "valeurs communes" entre les Européens et les USA » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Il-n-existe-pas-de-valeurs-communes-entre-les-Europeens-et-les-USA-66593.html
« Le professeur Korbel assurait que pour dominer le monde, il suffisait que Washington impose une réécriture des relations internationales dans des termes juridiques anglo-saxons. En effet, en plaçant le contrat au-dessus de la Loi, le droit anglo-saxon privilégie sur le long terme les riches et les puissants par rapport aux pauvres et aux misérables. » (Thierry Meyssan)
Or une alliance internationaliste basée sur de sérieux patriotes pieux (Poutine, Trump, Xi) apparaît de plus en plus contre la subversion internationaliste basée sur d'impies financiers mondialistes. Dans ce sens, il est important de fusionner les expériences anti-subversives de l'histoire. Par exemple, l’extension mondiale des relations financières sous l’égide des fonds d’investissement et des banques anglo-américaines impose des rendements financiers supérieurs à 15 %, incompatibles avec l’industrialisation des pays en croissance, incompatibles avec le maintien d’entreprises artisanales, familiales, indépendantes, incompatibles avec la présence de banques de proximité finançant l’activité locale par crédit à long terme à faible taux (6 à 7 %), et plus encore, incompatibles avec l’autonomie stratégique des Nations et la résilience de l’environnement. Bref, la mobilité internationale des capitaux et des services détermine des abus de droit qui entravent sans cesse davantage la liberté des Nations et prétendent leur interdire d’adopter le système économique qui leur convient comme concernant le financement public des entreprises stratégiques. Voilà pourquoi la globalisation conduit à la guerre, puisqu’elle appelle une uniformisation des règles incompatible avec la liberté des peuples. Voilà pourquoi tout ce qui permet l’application des lois américaines et des principes juridiques, comptables et commerciaux américains suscite non seulement un rejet, mais des alternatives qui auront bientôt marginalisé cette puissance qui se prenait pour le monde, et qui devient donc une Nation provinciale, intolérante et décomposée, dont le reste du monde s'écarte de plus en plus voire se passerait volontiers.
Ainsi le droit à outrance a progressivement occultés les droits et devoirs authentiques, ceux monothéistes. C'est à dire que le système pousse fortement à la mise au pas administrative fiscale et juridique du droit social français en faveur du droit anglo-saxon et donc des oligarques. En effet Macron a été choisi pour mettre au pas le droit social français : réforme de la sécurité sociale, de l'assurance chômage, de la SNCF, de la fiscalité, et disparition de l'argent liquide. Or le social, l'institutionnel et le géopolitique peuvent faire changer les opinions des hommes politiques pro-macron si il y a trop de problèmes.
Dr Malone a déclaré : « Je suis devenu convaincu que nous avons une très grave situation qui est essentiellement la croissance et l’expansion de la tyrannie mondialiste qui est harmonisée, gérée, alignée entre les États-nations, et elle semble être alignée au détriment des peuples sur les intérêts économiques d’un petit groupe de fonds d’investissement qui représente la majeure partie du capital occidental mondial. Et ce qui m’inquiète particulièrement ainsi que beaucoup d’autres, c’est que cette réserve de capitaux est si grande maintenant, qu’elle a plus de pouvoir que les États-nations individuels et peut dicter la politique économique et la politique nationale dans différents États-nations. Surtout que ce capital a en plus acquis tous les principaux médias, toutes les Big Tech et toutes les grandes sociétés de vaccins et de produits pharmaceutiques. »
C’est en raison de cette préoccupation que le Dr Malone a ensuite explicitement approuvé l’appel de l’archevêque Viganò à une alliance anti-mondialiste. En effet dans une lettre ouverte Monseigneur Viganò a appelé à la création d’une alliance internationale anti-mondialiste :
« Depuis maintenant deux ans, nous assistons à un coup d’État mondial dans lequel une élite financière et idéologique a réussi à prendre le contrôle d’une partie des gouvernements nationaux, des institutions publiques et privées, des médias, de la justice, des politiciens et des chefs religieux. Tous, sans distinction, sont devenus esclaves de ces nouveaux maîtres qui assurent pouvoir, argent et affirmation sociale à leurs complices. Les droits fondamentaux, qui jusqu’à hier étaient présentés comme inviolables, ont été foulés aux pieds au nom d’une urgence : aujourd’hui urgence sanitaire, demain urgence écologique, puis urgence internet. Ce coup d’État mondial prive les citoyens de toute possibilité de défense, puisque les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire sont complices de la violation de la loi, de la justice et de l’objet pour lequel ils existent. C’est un coup d’État global car cette attaque criminelle contre des citoyens s’étend au monde entier, à de très rares exceptions près. C’est une guerre mondiale, où les ennemis sont nous tous, même ceux qui, sans le vouloir, n’ont pas encore compris la signification de ce qui se passe. C’est une guerre menée non pas avec des armes mais avec des règles illégitimes, des politiques économiques perverses et des limitations intolérables des droits naturels. Des organisations supranationales, financées en grande partie par les conspirateurs de ce coup d’État, s’ingèrent dans les gouvernements des nations individuelles, et dans la vie, les relations et la santé de milliards de personnes. Ils le font pour de l’argent, certes, mais plus encore pour centraliser le pouvoir afin d’établir une dictature planétaire. C’est la Grande Réinitialisation du Forum économique mondial, l’Agenda 2030 des Nations Unies. C’est le plan du Nouvel Ordre mondial, dans lequel une république universelle asservit tout le monde et une religion de l’humanité annule la foi en Christ. Face à ce coup d’État mondial, il est nécessaire de former une alliance anti-mondialiste internationale qui rassemble tous ceux qui veulent s’opposer à la dictature, qui n’ont pas l’intention de devenir les esclaves d’un pouvoir sans visage, qui ne veulent pas annuler leur propre identité, leur propre individualité, leur propre foi religieuse. Si l’attaque est globale, la défense doit aussi être globale. J’appelle les dirigeants, les dirigeants politiques et religieux, les intellectuels et toutes les personnes de bonne volonté, les invitant à s’unir dans une alliance qui lance un manifeste anti-mondialiste, réfutant point par point les erreurs et les déviations de la dystopie du Nouvel Ordre mondial et proposant des alternatives concrètes pour un programme politique inspiré par le bien commun, les principes moraux du christianisme, les valeurs traditionnelles, la protection de la vie et de la famille naturelle, la protection de l’entreprise et du travail, la promotion de l’éducation et de la recherche, et le respect de la Création. Cette alliance anti-mondialiste devra rassembler les nations qui entendent échapper au joug infernal de la tyrannie et affirmer leur propre souveraineté, en concluant des accords de collaboration mutuelle avec des nations et des peuples qui partagent leurs principes et le désir commun de liberté, de justice et de bonté. Elle devra dénoncer les crimes des élites, identifier les responsables, les dénoncer devant les tribunaux internationaux, et limiter leur pouvoir excessif et leur influence néfaste. Elle devra empêcher l’action des lobbies, surtout en luttant contre la corruption des agents de l’État et de ceux qui travaillent dans l’industrie de l’information, et en gelant les capitaux servant à déstabiliser l’ordre social. Dans les nations où les gouvernements sont inféodés aux élites, pourront être mis en place des mouvements de résistance populaire et des comités de libération nationale, comprenant des représentants de tous les secteurs de la société qui proposeront une réforme radicale de la politique, inspirée par le bien commun et fermement opposée au projet néo-malthusien de l’agenda mondialiste. J’invite tous ceux qui veulent défendre la société chrétienne traditionnelle à se réunir dans un forum international, qui se tiendra le plus tôt possible, dans lequel des représentants de diverses nations se réuniront pour présenter une proposition sérieuse, concrète et claire. Mon appel s’adresse aussi aux dirigeants politiques et aux gouvernants soucieux du bien de leurs citoyens, laissant de côté les anciens systèmes de partis politiques et la logique imposée par un système asservi au pouvoir et à l’argent. J’appelle ainsi les nations chrétiennes ensemble, d’est en ouest, invitant les chefs d’État et les forces saines des institutions, de l’économie, du travail, des universités, de la santé et de l’information à se joindre à un projet commun, perturbant les anciens systèmes et mettant de côté les hostilités qui sont désirées par les ennemis de l’humanité au nom de Divide et impera (diviser pour régner dont en cherchant et préservant des lignes de fractures historiques pour créer du chaos comme ce le fut dans le Donbass). Nous n’acceptons pas les règles de notre adversaire, car elles sont précisément faites pour nous empêcher de réagir et d’organiser une opposition efficace et percutante. J’appelle les nations et leurs citoyens à s’allier sous la Croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ, le seul Roi et Sauveur, le Prince de la Paix : In hoc signo vinces (par ce signe, tu vaincras). Fondons cette alliance antimondialiste, donnons-lui un programme simple et clair, et libérons l’humanité d’un régime totalitaire qui rassemble en lui les horreurs des pires dictatures de tous les temps. Si nous continuons à tarder, si nous ne comprenons pas la menace qui pèse sur nous tous, si nous ne réagissons pas en nous organisant en une résistance ferme et courageuse, ce régime infernal qui s’installe partout ne sera pas arrêté. Et que Dieu tout-puissant nous assiste et nous protège. » (Monseigneur Viganò)
« (Concernant la suite en France par rapport aux diverses évolutions du monde possibles,) L’effondrement des partis politiques, subséquent à la mort des idéologies structurantes, a laissé apparaître le clivage fondamental de la société française, à savoir l’opposition entre peuple et oligarchie. (En fait, la nouvelle sociologie de la France au niveau politique se compose désormais en d'un bloc élitaire, d'un bloc social-souverainiste et d'un bloc social-immigrationniste.) Cette oligarchie a investi les organes de l’État et l’a transformé en système politique totalitaire, tyrannique ; utilisant la police comme une milice dans sa guerre privée menée contre le peuple. Le duo Zemmour/Macron consiste à donner l’illusion de la recomposition du clivage politique gauche/droite. Débarrassée de l’extrême droite goy et de tout son héritage, la nouvelle droite, appuyée par la finance internationale et représentée par Zemmour, influencera Macron, ramené sur des positions néoconservatrices. C’est la naissance du macro-zemmourisme, qu’on devrait plutôt appeler le macro-sarkozysme. Cette reconfiguration politique qui consiste à renouveler le bail du Système accentuera l’opposition oligarchie/peuple car les catégories populaires, la France périphérique et les classes moyennes paupérisées n’auront définitivement plus de représentant politique prétendant défendre leurs intérêts. Zemmour comme Macron valident l’euro, l’Union européenne, l’OTAN, la financiarisation de l’économie (sur laquelle Zemmour ne dit plus mot puisqu’il est soutenu par des banquiers), la tyrannie, le pass sanitaire et tout ce qui s’en suivra. La violence politique augmentera alors en intensité et la désignation de l’ennemi principal (les faux opposants comme le franc-maçon Mélenchon, le gauchiste libertaire Onfray et l'écologiste Jadot dont les idéologies vont toutes dans le sens du grand reset progressiste, oligarchique et mondialiste) sera facilité. … Pour en finir avec la repentance apportant de la soumission perverse et avec le système de rente basée sur la dette/culpabilité du peuple français, il ne faut pas se contenter de dire comme Zemmour « Pétain a sauvé les juifs français », ce qui revient au fond à protéger les juifs collabos qui ont donné des juifs étrangers, des enfants juifs, pour préserver leur position. Il faut aller plus loin et reconnaître la culpabilité des israélites collabos, leurs crimes, et la culpabilité du CRIF et du Consistoire qui les a blanchis. Jusqu’ici, ceux qui sont chargés des péchés de la collaboration, les bouc-émissaires, sont les Français, et eux exclusivement ; disculpant ainsi les israélites collabos qui sont englobés dans la catégorie des juifs victimes exclusives du nazisme et de Vichy. Si Éric Zemmour veut, comme il l’affirme, en finir avec la repentance, c’est de cette histoire qu’il doit parler. Tous les coupables doivent être désignés afin que soit levé le poids de la culpabilité(, de la soumission manipulable) et de la dette qui pèse sur les Français. » (Youssef Hindi)
En effet l'Etat français n'est plus protecteur car violemment, il détruit le peuple psychologiquement, socialement et désormais physiquement (œils crevés de dizaines de gilets jaunes et vaccins ARN aux effets secondaires graves), ce qui amènera à une réponse violente légitime du peuple contre l'Etat.
« Depuis des décennies, les Blancs sont la cible d’un véritable lavage de cerveaux culpabilisateur pour les désarmer psychologiquement et affaiblir leur instinct de conservation. Des millions d’Européens autochtones sont ainsi envahis par les peuples d’autres continents et paralysés moralement à la simple idée de se défendre contre ce « génocide par substitution », pour reprendre l’expression d’Aimé Césaire. La ligne directrice de ce piratage mental de masse consiste en la promotion d’une pensée universaliste, dérivant dans un égalitarisme qui est en fait le masque d’un système inégalitaire et mondialiste au profit des ultra-riches. Il existe quatre régimes politiques, dont le régime hitlérien, qui ont affirmé une supériorité blanche, donc leur propre supériorité. Comment se fait-il que ces régimes aient causé directement ou indirectement autant de morts parmi les Blancs, et qu’au minimum ils n’aient pas été capables d’assurer durablement la sécurité physique et culturelle des Blancs ? Avec des amis comme ça, les Blancs n’ont plus besoin d’ennemis. L’élitisme racial hitlérien, hybride de positivisme et d’irrationalisme, a été le pire ennemi du nationalisme blanc. Hitler pouvait dominer l’Europe, et peut-être le monde, par une simple guerre économique et culturelle, et en gérant l’Allemagne en « bon père de famille ». Mais il voulait plus, notamment une guerre militaire pour envahir la Russie, comme il l’écrit dans Mein Kampf dès 1925, mais probablement pour permettre la recréation de l'Etat d'Israël par ses liens avec des réseaux occultes. L’expansionnisme racial et le prométhéisme scientifique de la doctrine national-socialiste expliquent son caractère instable et probablement mégalomaniaque à moins donc qu'il servait un plan occulte, dont les conséquences ultimes ont été au bout du dompte la mort principalement d'énormément de blancs et leur dévalorisation par l'humanité. En effet Hitler et les dirigeants influents du national-socialisme allemand ont été les pires ennemis du blanc au regard des conséquences que leurs 15 années d’action ont eu sur toute une civilisation (Nuremberg, reductio ad hitlerum, repentance permanente, ethno-masochisme, rabaissement jusqu'à faire accepter lgbtisme et immigration massive, pénalisation de la liberté d’expression).
Or le suprémacisme blanc actuel est désormais en fait pour l’essentiel un suprémacisme ploutocratique techno-scientifique (lié en grande partie aux juifs blancs ashkénazes, aux sionistes et aux mondialistes) encore plus dangereux que les précédents, car soluble dans le mondialisme et convergeant dans ses grandes lignes avec le Great Reset. Ainsi les impies liens historiques complexes entre les mouvements suprémacistes blancs (néonazis), la franc-maçonnerie, le sionisme, le mondialisme et les projets transhumanistes du Great Reset sont clairs, puisque même si en apparence ils sont contradictoires, les objectifs politiques de ces mouvements convergent pourtant régulièrement. D'ailleurs toutes ces entités partagent un fondement de l'occultisme qui est la quête de l’humain augmenté, voire partagent tout l'occultisme.
À notre époque mondialisée, nous pouvons cependant coordonner de manière rationnelle l’entretien des différences, des distances et des souverainetés. Il faut défendre un internationalisme ethno-différentialiste, pour que tous les peuples autochtones luttent ensemble mais chacun chez soi contre le mondialisme nivelant. Dans cette perspective, le blogueur Antonin Campana propose de se placer sous la protection de la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones. C’est une excellente idée ! » (Lucien Cerise)
« Le gouvernement sud-africain sous l’égide de l’ANC (African National Congress) était déjà en train de passer au communisme intégral en 2018-2019 avant la pandémie de Covid. Dans le cadre des amendements proposés à la constitution, ils ont exigé que des « réparations » soient prises aux fermiers blancs sous la forme de saisies de terres, qui seraient ensuite redistribuées aux citoyens noirs. Il s’agit de l’argument classique de la théorie de la race critique : parce que le colonialisme a existé, tous les bénéficiaires et leurs supposés descendants doivent des réparations aux descendants des indigènes qui ont perdu leurs terres. Le problème est que seuls les descendants des colons blancs sont tenus de payer des droits. C’est exactement la même voie que suivent les socialistes/marxistes du parti Démocrate aux États-Unis, certains États et villes exigeant que des réparations pour les Noirs soient inscrites dans la loi à cause de l’esclavage, il y a près de 200 ans. Le mouvement des réparations est minuscule, mais comme toutes les autres initiatives de justice sociale, il gagne en puissance parce que les politiciens et les entreprises le soutiennent artificiellement, alors qu'il n'y pas eu de réparations dans l'histoire même quand des blancs ont été mis en esclavage. Pourquoi ? C’est facile : il s’agit de diviser pour mieux régner. Comme nous l’avons vu l’été dernier avec les 1 milliard de dollars de dommages causés par les émeutes « majoritairement pacifiques de Back Lives Matter (BLM) », le conflit racial est une arme efficace pour les élites pour créer le chaos. Après tout, BLM a reçu la majeure partie de son financement initial par la Fondation Ford et la Fondation Open Society de George Soros. Il s’agit d’un mouvement fabriqué de toutes pièces, construit autour d’affirmations erronées de la théorie critique des races, mais il est suffisant pour faire régner la violence à l’échelle nationale. La réponse du gouvernement sud-africain au Covid a été brutale et continue. Les mesures de confinement ont été parmi les plus strictes au monde : couvre-feu, interdiction de se réunir à l’intérieur ou à l’extérieur, interdiction de consommer de l’alcool et restriction des déplacements dans certaines zones. Une grande majorité de la population a été empêchée de participer à l’économie normale. Des émeutes ont éclaté  à Johannesburg et ailleurs, avec plus de 200 morts et des milliards de dollars de dégâts matériels et de vols. Dans ce cas, il est difficile de condamner catégoriquement les pillages car le gouvernement empêchait les citoyens de gagner leur vie au nom des confinements Covid. Surtout que cela s’ajoutait au niveau de pauvreté déjà élevé de l’Afrique du Sud, et au fait que contrairement aux États-Unis et à leur monnaie de réserve mondiale, l’Afrique du Sud n’a pas la même capacité à imprimer des chèques de relance pour apaiser les masses et dissimuler les dégâts. Lorsque le gouvernement sabote activement la capacité de millions de personnes à travailler et à nourrir leurs familles, la seule option qui reste à la plupart d’entre elles est le vol ou la révolution. Les chaînes d’approvisionnement du pays ont été complètement interrompues et les seuls points de vente au détail ayant des stocks sont ceux qui ont été protégés par l’armée ou ceux qui ont été protégés par des propriétaires armés de fusils et de battes de baseball. Seuls 6 % de la population ont été autorisés à posséder des armes à feu en vertu de la bureaucratie et de la paperasserie du contrôle des armes à feu en Afrique du Sud. Le gouvernement avait le quasi-monopole de la force et il est peu probable que les émeutiers ont changé grand-chose en termes de politique. En revanche, ils rendont la vie infernale au reste de la population. L’agitation civile dans cette région est, à mon avis, un avant-goût de ce qui est à venir aux États-Unis et dans d’autres nations occidentales. Nous avons déjà assisté à des émeutes en France, en Italie et dans d’autres parties du monde occidental à cause de la législation qui rendrait obligatoire l’utilisation des vaccins expérimentaux à ARNm par le biais de passeports vaccinaux. La seule raison pour laquelle la tyrannie médicale a été repoussée aux États-Unis est qu’environ 50 % des ménages américains sont armés. Les millions de propriétaires d’armes à feu créent une dissuasion contre la tyrannie. Par rapport à la crise sanitaire, il existe d'autres différences entre les États-Unis et l’Afrique du Sud en termes de motivations et d’économie, mais l’écart n’est pas aussi important que certains pourraient le penser. Les États-Unis présentent des signes similaires de déclin en termes de pauvreté, de fermeture de petites entreprises et d’inflation. Le taux de chômage et le taux de pauvreté de l’Afrique du Sud semblent beaucoup plus élevés, mais les États-Unis ont la capacité de cacher la pauvreté réelle grâce à des mesures de relance temporaires, des programmes d’aide sociale et des moratoires sur les expulsions. Lorsque les chèques sociaux seront épuisés et que les expulsions reprendront, nous assisterons à un nouveau pic massif des niveaux de pauvreté aux États-Unis. En outre, l’inflation des prix de base a atteint des sommets inégalés depuis 30 ans en raison des milliers de milliards de dollars imprimés et de la dévaluation du dollar, ainsi que des chaînes d’approvisionnement en difficulté.
(« Selon Vyacheslav Volodin, voici les cinq raisons pour lesquelles le dollar perd de plus en plus du terrain :
1. Le dollar n’est pas soutenu par des biens et des ressources réelles. Après le retrait des États-Unis des accords de Bretton Woods, le dollar n’est plus lié à l’or. La presse à imprimer américaine n’est freinée par rien. D’où l’énorme dette nationale américaine et l’inflation record de Biden.
2. Le dollar étant utilisé comme un instrument de lutte politique dont à travers des sanctions illégales tels que les  restrictions de paiement et le vol des réserves de change, cela n’ajoute pas à la confiance des autres nations dans la sécurité de leur argent.
3. Des changements de nature géopolitique sont en cours comme le modèle unipolaire devient dépassé. En effet comme il y a une demande de multipolarité dans le monde, une alternative au dollar en est une conséquence. La croissance des règlements mutuels en devises nationales en est la preuve.
4. La réticence de Washington à admettre ses propres erreurs et à y remédier.
5. La nature cyclique de l’histoire montre une régularité : chaque monnaie mondiale a sa propre période d’environ 100 ans. Le real portugais a été remplacé par le real espagnol. Puis vinrent le florin néerlandais, le franc français, la livre sterling et le dollar américain. Ce dernier sera également remplacé par une nouvelle. Aujourd’hui, nous pouvons dire que ce ne sera probablement pas par l’euro, car il perd de plus en plus du terrain même s'il aurait pu servir aux oligarques mondialistes comme empire succédant à celui américain. Il s'agira plutôt des monnaies des États à économie souveraine. La question de la vitesse reste ouverte, mais il est évident que le processus de dé dollarisation dans le monde a commencé et qu’il ne peut être arrêté. » Source : Politikus)
Il faut noter que lorsque l'URSS s'est effondrée, le rouble a été fortement dévalué au point que le troc fut utilisé sur les marchés en Russie, et qu'il est donc important de faire attention à l'effondrement économique occidental et à la valeur monétaire de l'euro et du dollar en investissant par exemple dans l'or et l'argent. Or l'effondrement occidental pourrait être beaucoup plus grave que celui de l'union soviétique dont monétairement. D'ailleurs ce qui est parmi le plus inquiétant, c’est que beaucoup de pays comme la France vivaient de la capacité à s’endetter à taux très bas en euros. Ce ne sera sans doute plus possible suite à la guerre en Ukraine. On pourrait même imaginer que Washington a utilisé cette crise pour tuer cette monnaie concurrente et s'attendre donc à une déstabilisation de l’Union européenne par sa propre monnaie. Pour l’instant, l’augmentation de la demande créée par les chèques Covid donne l’illusion que l’économie est en train de se redresser, mais tout comme les ventes de maisons sont en train de plonger après un pic récent, il en sera de même pour la demande dans la plupart des secteurs de l’économie. Cela ne signifie pas pour autant que les prix vont baisser avec la demande. Par exemple, les prix du bois d’œuvre sont en baisse à mesure que la demande diminue, mais après avoir augmenté de 300 % dans certaines régions, ils ont encore un long chemin à parcourir et ne reviendront probablement jamais à leur niveau d’avant la pandémie. Nous observons actuellement la même dynamique dans les ventes de logements par rapport aux prix des logements. Lorsque la demande diminue mais que l’inflation des prix continue d’augmenter ou reste élevée, c’est le signe d’une crise stagflationniste. (La stagflation, c'est aussi gravement la récession synonyme de perte massive d'emploi associée donc à l'inflation.) Et si c’est le cas, l’économie américaine va s’effondrer de manière spectaculaire, en entraînant des niveaux de pauvreté similaires à ceux de l’Afrique du Sud. L’impression monétaire est une solution temporaire qui conduit à des désastres à plus long terme. Ce n’est également qu’une question de temps avant qu’un variant Covid (comme la variant Delta) ne soit utilisé comme excuse pour ramener les confinements dans tout le pays. Et ne vous y trompez pas, ils tenteront de mettre en place des mandats de plus en plus durs, similaires à ceux de l’Afrique du Sud, afin d’intimider les gens pour qu’ils se soumettent à la piqûre et aux passeports. À ce stade, le gouvernement américain aura non seulement des émeutes de masse sur les bras, mais aussi une rébellion armée. Il ne fait aucun doute que les chaînes d’approvisionnement s’effondreront, si elles n’ont pas déjà été perturbées par le coût de la guerre en Ukraine, des confinements ou une crise financière connexe. La question qui se posera alors sera la suivante : Qui va reconstruire ? Si ce sont les élites de davos et la secte Covid, alors la liberté disparaîtra à jamais. Si ce sont des gens épris de liberté, alors il y aura peut-être une chance de sortir notre civilisation du gouffre. Tout dépend de qui restera debout après le chaos. L’Afrique du Sud est un avertissement pour les Américains : Ne prenez pas trop vos aises. Ne vous laissez pas aller à la complaisance. Soyez prêts à la prochaine mauvaise nouvelle. Préparez-vous en conséquence, et comprenez qu’un combat s’annonce. L’establishment fera le pari que les troubles et le désastre économique créeront un consentement fabriqué. Ils pensent que le public sera suffisamment désespéré et qu’il implorera le totalitarisme comme solution. Ne vous retrouvez pas parmi les désespérés, et si vous le pouvez, organisez votre communauté pour résister à la tempête. Enfin, rappelez-vous toujours qui sont les personnes qui ont causé ce désordre en premier lieu. Les émeutiers et les pillards vont constituer un problème, mais ils ne sont pas le véritable ennemi. Il faut s’attaquer au système mais aussi aux personnes qui se cachent derrière son rideau si nous voulons retrouver la paix. » (Brandon Smith)
La menace qui pèse sur le monde est celle d’une organisation totalitaire et concentrationnaire universelle qui ferait, tôt ou tard, sous un nom ou sous un autre, de l’homme libre une espèce de monstre réputé dangereux pour la collectivité tout entière, et dont l’existence sans tranhumanisme dans la société future serait aussi insolite que la présence actuelle d’un mammouth sur les bords du Lac Léman. Ne croyez pas qu’en parlant ainsi, je fasse seulement allusion au communisme ou à l’hitlérisme qui ont disparus. En effet le monde moderne et sa démocratie tendent à disparaître au profit d'un dirigisme universel.
Il faut savoir que les sociétés secrètes, organisées depuis un siècle dans toutes les parties de l’Europe, ou plutôt dans le monde entier, sous divers noms et sous diverses formes sont le vrai foyer où se fomentent les projets détestables pour l'humanité, et d’où part le mouvement, la force d’agression qui s’attaque ensemble et à l’Église et aux puissances temporelles…
Parmi elles, la Franc-maçonnerie en partie aussi synonyme de la synagogue de Satan est un pouvoir occulte anti-France et compte donc parmi les responsables secrets du changement d’ordre qu'est la Révolution française, puisque ayant remis en cause la France catholique, la France royale et la France éternelle.
En plus des sociétés secrètes mondialistes, les mondialistes sociétés ploutocratiques très influentes (dont à travers les médias, leur liens dans la politique et le contrôle des réseaux sociaux) comme les organisations Davos (dont les stratégies sont souvent suivies par l'Union Européenne), Bidelberg (étant le bras armé politico-idéologique de l'OTAN qui est le bras armé de Wall Street), Trilatérale et Council on Foreign Relations (« arme miracle » de la géopolitique atlantique) agissent de moins en moins cachées, car avec internet elles sont de plus en plus dévoilées. On peut également évoquer les évangélistes et le réseau du comité des 300 comprenant : Washington, CIA, CIR, BRI, FMI, Forum économique de Davos, Grandes banques, B'NAI B'RITH, Organisation sioniste mondiale, GAFAMS, etc, le tout très probablement piloté par quelques décisionnaires du 33 e degré maçonnique satanique et contrôlé par le chantage concernant de graves crimes. Surtout que la franc-maçonnerie étant internationale, elle facilite l'établissement d'un plan mondialiste, d'autant plus quand ses hauts degrés sont occupés par de hauts responsables politiques, financiers et économiques dans chaque pays.
Selon l'entretien avec l'ancien résistant, membre des services de renseignements français, devenu journaliste et écrivain, et engagé à l'extrême droite, Pierre de Villemarest, à l'adresse https://youtu.be/SCpLqzsUfjk, des organisations secrètes mondialistes liées entre elles existent depuis 1814 en passant par 1918 et 1945 : la société fabienne (capitaliste pour les élites et socialiste ou collectiviste pour le peuple) et la synarchie de Vienne sont les ancêtres d'organisations ploutocratique ou/et mondialistes dont de la Trilatérale et du club Bidelberg. Ceci est d'autant plus prouvé, car elles tiennent le même langage depuis deux siècles. Elles veulent que 300 multinationales maximum contrôlent toute l'économie, le monétaire, le financier et le technocrate. Ces sociétés sont d'autant plus secrètes que pour y entrer, il faut être coopté par au moins 2 membres, même pour des non initiés pouvant servir de caution au plan caché. Or ces organisations peuvent ne pas rechercher la place suprême du pouvoir souvent éphémère, car elles préfèrent demeurer indispensables intellectuellement et économiquement aux divers dirigeants et gouvernements se suivant, afin que leur influence et leur projet soient continus.
Voir aussi à ce sujet la vidéo « Le discours de John F. Kennedy révélant l’existence des sociétés secrètes 10 jours avant son assassinat ! » à l'adresse https://lemediaen442.fr/le-discours-de-john-f-kennedy-revelant-lexistence-des-societes-secretes-10-jours-avant-son-assassinat/, qui précise que les conspirateurs sont les véritables parasites de cette planète.
« Imaginer que la direction planifiée de la vie économique sur une vaste région habitée par des peuples différents pourrait s’effectuer par des procédés démocratiques, c’est ignorer complètement les problèmes que pareil plan soulève. Le planisme, à l’échelle internationale plus encore qu’à l’échelle nationale, n’est que l’application de la force brute : un petit groupe impose à tous les autres un standard de vie et un plan de travail qu’il estime juste. L’économie des grands espaces, conçue par les Allemands ne peut être réalisée que par une race de seigneurs imposant impitoyablement ses buts et ses idées à tous les autres. La brutalité et le manque de scrupules à l’égard des désirs et des idéaux des petits peuples ne sont pas simplement une manifestation de leur méchanceté spécifique, mais découlent logiquement de la tâche qu’ils ont entreprise. Celui qui parle de race des seigneurs dans le cadre de l’unification européenne qui se profile dès la fin de la guerre de 40, c’est Friedrich Von Hayek. Il a été souvent récupéré par les néolibéraux mais sa Route de la servitude reste un modèle. Hayek prédit que selon la volonté des anglo-saxons vainqueurs de cette guerre, le modèle nazi allemand sera plus ou moins suivi lors de la construction européenne, ce qui se confirmera par la caste (seigneurs) de la commission de l'union européenne, surtout que cette union européenne a été faite par des agents americano-sionistes et l'oligarchie perverse. » (Nicolas Bonnal pour Strategika)
Le Bilderberg qui s'est réunit à Washington en 2022, a été un conseil de guerre de haut niveau, présidé par Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN. Après 2 ans d'interruption dus au Covid, ce sommet mondial de l'élite a donc été relancé à Washington DC, avec une liste d'invités de haut niveau comprenant les chefs de l'OTAN, de la CIA, du GCHQ, du conseil de sécurité nationale des États-Unis, 2 premiers ministres européens, une bonne dose de milliardaires de la technologie et Henry Kissinger.
Surtout qu'il apparaît de plus en plus nettement que pour établir leur gouvernement mondial, c'est à dire un monde technocratique et ploutocratique sans états, ni nations, ni églises, ni syndicats, ni corps intermédiaires, ni frontières, ni traditions, ni biens (tout en location) etc, et ainsi avoir le contrôle total, ces sociétés secrètes participent fortement à ce que les populations soient désorganisées dont par des crises et vivent dans des sociétés déstructurées dont par les grands médias achetés et des organisations supranationales s'étant établies progressivement depuis des décennies selon un agenda clair. Le dernier traité de l’OMS sur la pandémie demande même que les pays délivrent les pleins pouvoirs à l’OMS afin de déclarer des pandémies et de décider quel protocole doit être suivi, quelles que soient les constitutions des pays. Pour l'instant certains dirigeants l'ont accepté et d'autre l'ont refusé.
Ce mondialisme ploutocratique allant dans le sens du socialisme, aboutissant au communisme, est la doctrine antisociale qui tend et aboutit à faire de l’État (et les ultra riches derrière) le maître absolu de toutes choses, c’est-à-dire des personnes et des biens, des corps et des âmes. « On a d'ailleurs droit comme avec Schwab et Davos à l’abolition de la propriété privée. Or l'orientation vers fin de la propriété privée, qui est pourtant l'essence du capitalisme, indique même clairement une soviétisation de l'économie surtout cela ne concerne pas les ultra riches. Selon Davos : « Les propriétaires, graduellement courbés et accablés sous un joug impitoyable et intolérable de charges et d’impôts, solliciteront alors, comme un moyen de s’exonérer et de vivre en paix, la faveur de passer à l’état de fermiers ou de tenanciers. Et selon son caprice ou ses intérêts, le système expulsera les uns et acceptera les autres, tenant à la fois les hommes par la terre et la terre par les hommes. Le nom de propriétaire aura péri. A part les ultra riches, il n’y aura dès lors ni classes élevées, ni classes inférieures ; il n’y aura ni pauvres, ni riches, ni petits, ni grands, si ce n’est ceux que le système lui plaira de combler et d’élever autant que durera son caprice. »
Car le patriotisme (ainsi que la famille traditionnelle) n’est déjà plus qu’une étroitesse d’esprit pour ces cosmopolites ultra libéraux wokiste, ces prochains dominateurs de l’opinion. » (Extraits de l'article « Gougenot et l’avènement apocalyptique du mondialisme totalitaire (1865) » à l'adresse https://strategika.fr/2021/12/14/gougenot-et-lavenement-apocalyptique-du-mondialisme-totalitaire-1865/)
« Le mode de consommation télévisuel et médiatique permet en réalité de dissoudre complètement la famille tout en sauvegardant l’apparence d’une vie de famille intime, voire en s’adaptant à son rythme. Le fait est qu’elle est bel et bien dissoute : car ce qui règne désormais à la maison grâce à la télévision, c’est le monde extérieur (réel ou fictif) qu’elle y diffuse tel un fantôme. Il y règne sans partage, au point d’ôter toute valeur à la réalité du foyer et de la rendre elle désormais fantomatique non seulement au niveau de la réalité des quatre murs et du mobilier, mais aussi de la vie commune. Quand le lointain se rapproche trop, c’est le proche qui s’éloigne ou devient confus. Quand le fantôme devient réel, c’est le réel qui devient fantomatique. Le vrai foyer s’est maintenant dégradé et a été ravalé au rang de « container » : sa fonction n’est plus que de contenir l’écran du monde extérieur. Or le monde extérieur, c’est le virus, et il va tout conditionner : je suis l’alpha et l’omicron, le principe et la Fin de votre monde. Le livre de Gunther Anders est riche et long. On ne va se concentrer que sur cette seule question de la destruction de la famille, à l’heure où les parents (comme les profs) détruisent, vaccinent et masquent leurs enfants, sauf une poignée de louves. Il précise dans son livre : « La télévision a liquidé le peu de vie communautaire et d’atmosphère familiale qui subsistait dans les pays les plus standardisés. » Rappelons que ce sont les pays les plus riches (les plus standardisés) qui se sont jetés sur les vaccins. Certains aiment citer l’occident et sa civilisation, ils sont servis... Etre un occidental moyen signifie être un riche et vieux consommateur, et un téléphage abruti, strictement rien d’autre. L’homme libre n’est jamais occidental. Le moyen âge se référait à l’orient comme le psalmiste. Sans même que cela déclenche un conflit entre le royaume du foyer et celui des fantômes, sans même que ce conflit ait besoin d’éclater, le royaume des fantômes a gagné dès l’instant où l’appareil a fait son entrée dans la maison : il est venu, il a fait voir et il a vaincu. Dès que la pluie des images commence à tomber sur les murailles de cette forteresse qu’est la famille, ses murs deviennent transparents et le ciment qui unit les membres de la famille s’effrite : la vie de famille est détruite. ... La télé a aussi marqué la Fin du christianisme (Cène/Table). Ce qui ne veut donc pas dire que la télévision est maintenant devenue le centre de la famille. Au contraire. Ce que l’appareil représente et incarne, c’est précisément le décentrement de la famille, son excentration. Il est la négation de la table familiale. » (Extraits de l'article « Gunther Anders et le virus de la télévision »)
Jamais défini, étendu sans discontinuer par les juges, l'Etat de droit est devenu un véritable totem. C'est aussi pour çà que le droit à outrance a progressivement occultés les devoirs authentiques, ceux monothéistes, dont familiaux. Ce concept a connu une véritable ascension après la seconde guerre mondiale sous l'influence des démocraties libérales et de l'idéologie des droits de l'homme pour détruire la nation au profit de l'individu roi devenu follement ultra libéral libertaire. La preuve, l'Union européenne, laboratoire du mondialisme, l'a placé au cœur de son logiciel pour coiffer son impérialisme. Dans son dernier ouvrage, l'avocat Ghislain Benhessa démontre comment nous sommes passés du « droit de l'Etat » à la primauté du droit sur l'Etat.
Par une épreuve de force devenant de plus en plus nécessaire pour un retour à la souveraineté, il faut donc se libérer de cette Etat de droit qui est devenu la première entrave qui nous empêche de nous défendre, surtout qu'il y a désormais un vide juridique dans lequel se trouve la France depuis l'instauration de l'Etat d'urgence dit sanitaire qui n'a rien de constitutionnel et qui a plongé la population dans un état de sidération totale. Etat de sidération créé par l'establishment en vue d'accélérer la désintégration de la France et d'accélérer l'intégration européenne, laboratoire des élites apatrides pour établir un gouvernement mondial qui plongera les populations occidentales dans l'esclavage. Les lieux de vie principaux des ultra riches apatrides sont les grandes nations occidentales, et c'est aussi beaucoup pour ça qu'elles ont été principalement touchées par la dictature sanitaire. Or quand la France sera libérée de la tyrannie mondialiste, quand nos enfants étudieront à l’école la monstrueuse occupation des années 2020 avec ses dizaines de milliers de morts, le désastre de la dictature sanitaire sur l’économie, la fracturation programmée du pays, l’apartheid entre vaccinés prisonniers et non-vaccinés dans le maquis, la répression des Gilets jaunes, des antipass et des antivax, le contrôle mental et social via les algorithmes, la corruption absolue du clan gouvernemental, la mainmise du Big Pharma sur la santé publique, l’influence du Big Tech sur l’information et les mentalités, de nombreux traîtres à la nation, les va-t-en guerre en Ukraine.
Pour l'instant comme il n’y a absolument rien d’alarmant à part le niveau de propagande, il est possible que les mondialistes veuillent se sauver en imposant une dictature internationale dont la capitale serait Jérusalem. Surtout que le système oligarchique international lutte clairement contre toute résistance à sa politique de répression économique cachée derrière le principe de précaution sanitaire, politique et financier. D'ailleurs c'est d'autant plus grave que le national sionisme se rapproche dangereusement de plus en plus de la prise du pouvoir dans de nombreux pays.
Extraits du texte « Non au national-sionisme » :
« -Parce que le premier « grand remplacement » fut d’abord celui qui s’est opéré partout dans les médias... -Parce que pas de « grand remplacement » sans grand remplaceur... -Parce que la communauté juive de gauche est la principale responsable de l’immigration de masse et la communauté juive de droite est la principale responsable de la radicalisation communautaire divisante... -Parce que les racailles ne sont pas les enfants de l’islam mais de SOS Racisme... -Parce que ceux qui nous poussent aujourd’hui à la guerre civile sont les mêmes qui ont détruit le Liban et la Yougoslavie... -Parce qu’un patriote authentique doit tout faire pour éviter la guerre civile ! -Parce que le « terrorisme islamique » est une création américano-saoudienne supervisée par Israël, dont pour détruire en premier lieu les nations arabo-musulmanes... -Parce que les crises migratoires actuelles sont aussi la conséquence des guerres pour Israël... -Parce que Netanyahou et Goldnadel ne sont pas l’alternative à George Soros... -Parce qu’Israël n’est pas un rempart contre l’immigration mais un État d’immigrés-colons... -Parce que le sionisme est un nationalisme pour les juifs, mais un antinationalisme pour tous les autres... -Parce qu’Israël n’est pas un rempart contre le terrorisme mais un État terroriste qui prospère sur l’insécurité et le mépris du droit international... -Parce que la « terre promise » au sens messianique juif, ce n’est pas seulement Israël mais toute la Terre... -Parce qu’un patriote chrétien digne de ce nom ne peut avoir aucune admiration pour une armée qui tire sur des femmes et des enfants, poussés à la misère et au désespoir, après leur avoir volé leur terre... -Parce que les premiers arabes à s’opposer au projet sioniste étaient des Palestiniens chrétiens, avant la création de comités islamo-chrétiens refusant l’expropriation de leur terre... -Parce que le « judéo-christianisme » est une escroquerie théologique et un mensonge historique ! -Parce que dès la naissance du christianisme les tenants du judaïsme ont persécuté le Christ et ses disciples... -Parce que les juifs considèrent le Christ comme un faux prophète et un sorcier (Sanhédrin 43a) et la Vierge Marie comme une prostituée (Sanhédrin 106a)... -Parce que la laïcité est une escroquerie maçonnique et que derrière la loge se tient la synagogue... -Parce qu’en France ce ne sont pas les musulmans qui attaquent le catholicisme mais les laïcards dont sionistes... -Parce qu’Attali ne nous aura pas non plus avec son nouveau national-mondialisme ! -Parce que nous ne sommes pas obligés de choisir entre Christine Angot et Élisabeth Lévy, entre LGBT et LDJ, entre Tel Aviv et Jérusalem ! -Parce que la crise sociale actuelle nous vient de la politique de la dette exercée par Wall Street et pas de la Mecque ni de la Bande de Gaza... -Parce que la question raciale doit toujours s’articuler avec la question sociale... -Parce que la minorité des racailles et des djihadistes ne doit pas nous faire oublier l’immense majorité des OS1 et des OS2 qui bossent au côté des autres ouvriers français sur les chaînes de montage... -Parce que nous sommes les nationalistes français authentiques et légitimes... »
C'est pourquoi l'Europe politique et économique actuelle incarne le plus le mondialisme sioniste, surtout qu' il existe étonnamment un parlement communautariste juif européen non médiatisé dans les mêmes locaux que le parlement européen de Bruxelles qui influence très probablement ce dernier dont à travers des organismes privés, alors que s'il était musulman tous les regards et mauvaises critiques seraient portés sur lui. Voir la vidéo « Omerta médiatique : Le parlement Juif Européen » sur youtube.com à : https://www.youtube.com/watch?v=1VzROerPJrE
En effet il est très étonnant qu'un Parlement juif existe au sein du Parlement européen. Qu’est-ce donc que les Israéliens font dans le pré carré Européen ? Cette question ne vient pas du fait que le Parlement européen doit être réservé au pays de ce continent, mais parce que l’intrusion d’intérêts extra-européens pose sérieusement problème. Dans ce sens il faut noter que certains juifs pervers cherchent à créer en France un parlement sioniste similaire et lié à des entités comme le CRIF. Lorsque l’entité israélienne s'ingère dans la politique profonde, ça mérite un carton jaune voire rouge. Il faut noter qu'avec le CRIF les principaux organisations proches du pouvoir et l'influençant fortement sont « Le club Le Siècle » et « La French American Foundation (FAF) ». Lire à ce sujet l'article « Qui gouverne la France ? » à l'adresse https://strategika.fr/2021/09/02/qui-gouverne-la-france/
Or cette ingérence d'Israël, des USA et du Privé en France se fait d'abord à travers une forme d'opposition contrôlée comparable à celle des syndicats et des partis politiques pour effacer l'authentique sentiment patriote français. C'est à dire que les sionistes et les mondialistes mettent des personnes à eux dans les principales entités politique, institutionnelle, ou autre. En effet les élites sionistes sont passées en 20 ans de l'antiracisme multiculturaliste de gauche pro-immigrés et anti-français considéré à l'époque comme congénitalement fasciste (correspondant toujours à une forme d'opposition contrôlée de gauche, par des hommes comme Michel Onfray en plus possible cheval de Troie du national-sionisme ou Bernard Henri Lévy, face à l'authentique esprit français national, catholique et social), à l'islamophobie rabique immanente pro-Israël contre la réconciliation sociale dans une sorte de national sionisme (correspondant toujours à une autre forme d'opposition contrôlée de droite, par des hommes comme Eric Zemmour, face donc aussi à l'authentique esprit français national, catholique et social) basé sur les non nationaux authentiques et s'incorporant dans un nouveau national globalisme et donc plus dans un mondialisme sans nation, c'est à dire à travers par exemple un passage de l'union européenne à une Europe des nations liée fortement à l'américano-sionisme.
Surtout que Zemmour et Onfray (dont l'opposition contrôlée peut être plus incarnée par le franc-maçon anticatholique Mélenchon) n'ayant pas dénoncé la tyrannie sanitaire et ne s’étant pas opposés à la vaccination obligatoire des soignants ou au pass, cela en dit long sur leurs prétendus courage et honnêteté populaires.
Ainsi toutes ces oppositions contrôlées par des juifs ou des sionistes monopolisent le débat et empêche de parler des vrais problèmes qui sont sociaux, économiques, politiques, moraux et religieux.
De plus en finançant les partis politiques dans de nombreux pays et pour leurs propres intérêts, les très riches permettent donc aussi souvent à des agents mondialistes ou/et sionistes d'infiltrer tous les partis politiques, afin de créer ou maintenir encore sous leur pouvoir diverses autres oppositions contrôlées. De même de ridicules amalgames comme les expressions « islamo-gauchisme » ou « national-socialisme nazi » arrivent à égarer. Le concept d’islamo-gauchisme sert aujourd’hui à dynamiter ce qui reste de la vraie gauche : ceux qui soutenaient encore la Palestine, critiquaient la politique israélienne, défendaient les musulmans, dénonçaient le pouvoir du CRIF, s’opposaient à la tyrannie du néolibéralisme, refusaient les diktats de Bruxelles. Et le concept de national-socialisme associé à nazi sert à le faire craindre, alors qu'il s'agit actuellement d'un souverainisme social (antimondialiste). En effet en expurgeant la composante raciste du national-socialisme, cette théorie politique est rendue « sûre » et ses aspects positifs peuvent être pris en considération.
C'est à dire que pour manipuler à son avantage les français ou leurs nouveaux courants idéologiques, le pouvoir profond est donc passé du socialo-sionisme immigrationniste (faussement et sournoisement antiraciste et surtout bancairo-oligarchico-mondialiste) au national-sionisme islamophobe (sécuritaire). Surtout que ces deux idéologies sionistes encore un peu unie cherche à contrer par un désordre économique, social, public, éducatif, sécuritaire, sanitaire et sexuel, le national populisme, conservateur, catholique ou/et antimondialiste montant partout par le bas de la société.
D'autant plus qu'il existe aussi une opposition contrôlée entre le sionisme judéo-islamique et le sionisme judéo-chrétien servant la stratégie du choc des civilisations. En effet cela sert à entretenir une guerre civile larvée préservant les élites au pouvoir, à travers le détournement vers l'islam de la colère légitime de nombreux français appauvris par le système. Mais fort heureusement, l'Histoire prouve que le peuple français est avant tout dans une lutte des classes contre l'hyper classe mondialiste et sioniste (comme le montrent les gilets jaunes), et non ethnoconfessionnelle. Cependant le peuple français doit être prudent pour éviter une guerre civile car il est entre le marteau du national sionisme (islamophobe et xénophobe) et l'enclume de l'anti-racisme sioniste (immigrationniste, LGBTiste et mondialiste).
De plus pour faciliter cette main mise sur les plus grands partis politiques nationaux, les sionistes se servent aussi de variables d'ajustement à travers l'utilisation de tiers dans des partis supplémentaires divisant encore plus les votes du peuple. De même les « islamistes » divisant la société sont les créatures des francs-maçons, des mondialistes, des sionistes et de leurs affidés dont wahhabites comme l'Arabie Saoudite.
Nous sommes dans un système totalitaire créant de multiples oppositions contrôlées par des ingénieries sociales. C’est à dire que c'est un système de domination qui produit ses propres ennemis afin de neutraliser l’émergence d’ennemis authentiques autonomes. Antifas, anti-capitalistes, alter-mondialiste, national-sionisme, tous ces mouvements appartiennent à l’opposition contrôlée et c’est pour cette raison qu’ils ne s’attaquent jamais au pouvoir réel qui est socialo-sioniste mondialiste. Ainsi il faut faire attention à une autre ingénierie sociale sur internet : des trolls peuvent accuser faussement d'opposition contrôlée certaines personnes de bonne volonté s'organisant sérieusement face à ce système. L'opposition contrôlée ou l'orientation des tendances populaires se font encore en faisant de la gauche est un islamo-gauchisme LGBTiste permettant d'oublier la lutte des prolétaires et favorisant donc l'oligarchie. Les musulmans français en votant pour cette gauche et les catholiques bourgeois en votant pour Macron aussi Lgbtiste votent donc perversement pour leur intérêt de classe (sociale) et contre leurs spiritualités puisque ces musulmans et catholiques devraient voter pour une droite nationale religieuse.
Or des millions de Français ont compris qu’en obéissant à la fracture droite/gauche établie par les forces occultes, aucun changement n’était possible, et que tout discours établi sur cette fracture était un discours de complicité insidieuse avec le Système qui se retrouve aujourd’hui dans une impasse. Le PS est mort, LFI rétrécit. En effet le PS est en état de mort cérébrale, ce qui prouve un basulement populaire à droite. La faute à un parti qui ne croit plus en lui-même, qui a accepté la domination du Marché en 1983 (soit la trahison de la classe ouvrière, qui le lui fera payer en votant extrême droite) et qui en est mort. Le Système en profite pour grossir les rangs de la nouvelle impasse : l’écologie qui rafle la mise avec l’appui des forces des médias mondialistes et du Marché de la haute finance internationaliste qui n’est pas contre, puisque des deux côtés on parle déproduction, chômage de masse et revenu universel. Tous ces collabos du Système disent la même chose : nous pouvons devenir présidents. Et c’est tout à fait possible puisque la gauche sociale et l’écologie anti-impérialiste ont donc été laminées par le Système pour construire une gauche gentillette, factice, compatible avec la Banque !
Par cette très grande perturbation, synonyme de grande division ou d'effacement du sentiment national français, de l'homme blanc, de l'hétérosexuel et de la famille traditionnelle, cela pousse le peuple à s'amuser, à jouir, à danser et à se critiquer mutuellement, et donc à ne pas se cultiver ni à se spiritualiser, et cela évite qu'il retrouve une noblesse insoumise afin que ces élites mondialistes et sionistes préservent plus facilement leur domination oligarchique et politique. En effet la société wokiste au service du mondialisme et du sionisme n'apporte qu'obsession de l’accumulation des richesses, mise en scène perpétuelle de soi, fuite des angoisses via la fête ou le voyage, tout en détruisant la tradition nationale chrétienne.
Une nouvelle géographie du conflit de classe est donc apparue : il y a en haut la tyrannique classe financière déracinée des grands seigneurs nomades ou transnationaux de la spéculation, comme Georges Soros, et en bas les nouveaux « esclaves », pour citer Hegel, les masses nationales populaires devant se libérer. Dans cette classe opprimée, convergent l’ancien prolétariat décrit par Marx ainsi que la moyenne bourgeoisie entrepreneuriale.
Aujourd’hui le capitalisme, c’est donc devenu l’aristocratie financière qui vit de ses rentes spéculatives et de ses fraudes légalisées comme celle très néfaste des subprimes aux États-Unis (voir à ce sujet l'excellent film « The Big Short : Le Casse du siècle » de Adam McKay). Par conséquent ses membres doivent être plus dénoncés que les chômeurs peu payés à rien faire, puisqu'ils sont beaucoup payés à détruire l'économie. Comme l'avait vu Chateaubriand, toute aristocratie connaît souvent trois âges successifs : « l'âge des supériorités, l'âge des privilèges et l'âges des vanités ; sortie du premier, elle dégénère dans le second et s'éteint dans le troisième. » Dans son dernier ouvrage « Populophobie - Pourquoi il faut remplacer la classe dirigeante française », le politologue Guillaume Bigot compare la France d'aujourd'hui à celle de 1789 : « Le roi s'appuie sur une noblesse de robe (la haute fonction publique) et d'épée (les capitalistes de l'hyper classe). Un néoclergé médiatique et culturel prie pour la construction européenne, les migrants et la sauvegarde du climat. Formant l'immense base de cette échelle matérielle et symbolique, un tiers état salarié pâtit de la mondialisation... A quand la nouvelle Révolution du peuple ? »
A l'aide d'une alternance de nationalisme xénophobe et de mondialisme immigrationniste, voire en plus avec l'aide de l'augmentation de fragmentations des territoires en plus petites zones basées sur les ethnies et les confessions, et de la multiplication d'organisations supranationales type union européenne, les riches mondialistes et sionistes cherchent donc à éviter cette lutte des classes apportée par le nouveau populisme. Ils continueront d'essayer par un illusoire récent progressisme à outrance, c'est à dire toujours plus libéral libertaire ou plus contenu, de défier, détourner et dominer la légitimité du protectionnisme, du souverainisme, du repli identitaire, du retour au véritable monothéisme et de l'étatisation de l’économie pour une meilleure stabilité nationale et de meilleurs services publiques par et pour le peuples. Surtout que cette démocratie progressiste et consumériste fabrique des émasculés, des soumis ou des psychopathes facilement dominables, comme toute politique ou spiritualité athées.
Pierre Hillard confirme que ces sionistes et oligarques ultra riches cherchent par le mondialisme supranational ou international, à créer une humanité indifférenciée (transgenrée, théorie du genre), métissée (sans race ou ethnie ou couleur bien que dans la nature tout se transforme et que le monothéisme est au-dessus de ces considérations par son origine que sont Adam et Eve), consommatrice (esclave) et déracinée (immigrée, nomade, délocalisée en fonction des aléas de la production économique) en quelques étapes, le tout plongé dans une mystique transhumaniste glorifiant l’homme-Dieu (une élite, pas le peuple) interconnecté au numérique (intelligence artificielle et biotechnologie électronique). Cela afin qu'ensuite ils puissent effacer les Etats et créer des blocs continentaux pour les fusionner dans une région monde en commençant par les traités commerciaux supranationaux suivants : Traité transatlantique, Accord Transpacifique, Union européenne, Union Africaine, Union des nation sud-américaines, et possiblement l'Organisation de coopération de Shanghai si le monde unipolaire triomphe.
Cette perverse organisation mondiale cherche à ce que l'humanité soit au service d'une élite mondialiste sioniste ultra riche différente d'elle, puisque ses membres prônent la différence supérieure de leur race ne pouvant se métisser et devant vivre en Israël ou au service de cet Etat corrompu, par preuve de ses récentes lois favorisant les juifs en opposition au califat islamique qui demandait pieusement un impôt moins important aux non musulmans.
Or pour parvenir à ce nouveau paradigme les organisations mondialiste et sioniste ne suivent parfois pas la même stratégie. Lire à ce sujet l'article : « Troisième Forum de Chisinau » à l'adresse https://strategika.fr/2015/03/19/toisieme-forum-de-chisinau/
En effet il existe par exemple au sein des élites une faction des juifs néoconservateurs pro grand Israël divergeant un peu de celle des juifs mondialistes pro république planétaire, dégénérée, transhumaniste et virtuelle (métaréalité du métaverse). Il y a donc une élite juive voulant dominer le monde par le contrôle des nations (droite identitaire américano-sioniste) et une élite juive voulant dominer le monde par le mondialisme (gauchiste, progressiste, wokiste).
C'est à dire que comme nous sommes dans un contexte où il y a une révolution technologique, numérique et robotique, le réel est de plus en plus anxiogène (terrorisme, virus, pass sanitaire, problème climatique), et donc une envie de se réfugier dans le monde virtuel augmente. Il s'agit d'un contexte que l'oligarchie veut mettre à son profit dont en prétendant qu'il faut baisser le niveau de vie général car tout le monde ne peut avoir celui de la bourgeoisie américaine, voire baisser la trop nombreuse population mondiale, tout en contrôlant tout, dont en rendant inerte les peuples, en particulier en les mettant en dehors du monde réel à travers une utilisation excessive du métaverse.  Surtout que les activités effectuées dans ce métaverse pourraient être surveillées par les administrateurs de la plateforme, ce qui aurait le potentiel de réduire considérablement la confidentialité de tous les utilisateurs de la plateforme. L’intégration de tous les aspects de sa vie avec le métaverse cadrerait avec la vision du WEF (Forum économique mondial) d’un avenir sans vie privée. L’assimilation de ces activités quotidiennes dans le World Wide Web via le Métaverse soulève également la question de savoir si tout discours, parole, écrit et avis prononcés alors qu’il est branché au Métaverse peut être réglementé par ses administrateurs. Un tel pouvoir réglementaire sans précédent ressemblerait à celui d’un gouvernement mondial, qui est un objectif explicite du Forum économique mondial. Le méta-président des affaires mondiales et ancien vice-Premier ministre britannique Nick Clegg a confirmé mercredi le rôle de leadership du WEF dans le Metaverse. En effet un de ses twitts précise que le WEF jouera un rôle de leadership en informant les meilleures pratiques et les principes de gouvernance dans le Metaverse. Le WEF a même expliqué que son initiative se concentrera également sur la création de valeur économique et sociétale dans le Métaverse, ce qui implique sa propre économie parallèle de biens et services virtuels. Une telle économie pourrait prendre plus d’importance par rapport au monde réel dont si la vision du WEF d’abolition de la propriété privée s'y concrétise et pas dans le Métaverse.
Face à tout ce désordre mondial anormal qui se passe actuellement et qui sert mystérieusement à de rares lobbyistes loin d'être humanistes, il faut impérativement dénoncer rapidement la mise en place du Nouvel Ordre Mondial corrompu des mondialistes et des sionistes synonyme de tyrannie à l’échelle mondiale, surtout que progressant de nos jours encore plus vite sous prétexte médical, économique, inflationniste, énergétique et guerrier. Par conséquent il est important de dévoiler point par point tous les éléments de cette mascarade mondiale satanique : dépopulation ou réduction importantes de la population mondiale ; esclavagisation des survivants de cet holocauste planétaire ; pandémies ; inflation ; guerre ; destruction méthodique des économies du monde ; numérisation totale : suppression de l’argent liquide ; Agenda 21 et Agenda 2030 ; développement durable ; Club de Rome et limites de croissance , rapport 2010 de la Fondation Rockefeller ; projets de Bill Gates et Klaus Schwab (Great Reset) ; Organisation mondiale de la santé et GAVI ; nanoparticules ; 5G ; cyber pandémie ; urgence climatique (mythe du réchauffement climatique et armes climatiques) ; traces chimiques ; agenda du transhumanisme ; puces ; programmation prédictive ; développement de l'IA ; contrôle sur l’esprit humain ; ingénierie sociale ; etc. Il s'agit d'informations s’appuyant sur une multitude de sources internationales d’une crédibilité maximale.
Le principal catalyseur de l’exploitation et de la victimisation de vastes populations est le fait que nombre d’entre elles ne parviennent pas à se faire à l’idée d’une conspiration organisée par des monstres humains. Ils refusent de reconnaître l’existence du mal qui se trouve juste devant eux, ce qui permet au mal de s'établir et se répandre sans opposition pendant de longues périodes. Cependant, il y a toujours un moment où les psychopathes poussent les mauvaises personnes trop loin. Ils ne peuvent pas s’en empêcher, et c’est à ce moment-là qu’ils se retrouvent au bout d’un nœud coulant ou dans la ligne de mire du canon d’une arme. Lorsqu’il s’agit d’organisations de psychopathes, le même moment finit par arriver, il faut simplement plus de temps pour que le public comprenne que c’est nécessaire.
Les globalistes vont essayer d’appliquer l’agenda 2030 et la tyrannie du passeport numérique dont écologique quoi qu’il arrive. Ils ne peuvent pas arrêter le processus qu’ils ont mis en marche. Les événements totalitaire en Australie et en Nouvelle-Zélande pendant le Covid ont montré que leur addiction à la tyrannie est insatiable et qu’elle exige qu’ils poursuivent un contrôle croissant quel qu’en soit le coût. Ils le disent d'ailleurs clairement. Or les événements en Afghanistan montrent qu’un tel contrôle est presque impossible à maintenir sur une population armée et que, du moins aux États-Unis, ils finiront par perdre, gravement. En effet le fait est que gagner a toujours été impossible en Afghanistan. L’establishment le savait il y a vingt ans lorsqu’il a envoyé les premières troupes américaines. Ils n’avaient pas besoin de saboter la mission américaine en Afghanistan, car perdre en Afghanistan était de toute façon inévitable. De même s’ils utilisent des tactiques de terreur absolue, ils perdront aussi toujours aux USA tant que les Américains continueront à se battre avec les armes à feu, même si les lois de l’usure prévalent toujours et car la supériorité technologique ne signifie rien. Pour résumer, le combat est déjà gagné, mais la lutte ne fait que commencer.
L’occupation d’une nation entière afin de réduire une insurrection importante et d’imposer un changement culturel est un effort qui doit désormais être accompli rapidement ou pas du tout. Le coût financier est écrasant, le coût humain est stupéfiant et la quantité de ressources nécessaires pour maintenir la subjugation est exponentielle. En vérité, plus une occupation se prolonge sans l’élimination totale de l’insurrection, moins elle a de chances de réussir. Le problème est que pour éliminer complètement l’insurrection, il faudrait anéantir la majeure partie de la population en utilisant des tactiques grotesques, qui ne font qu’inspirer davantage d’insurrection. C’est un peu ce qui s'est passait au Proche-Orient, où toutes les communautés pouvaient vivre en harmonie, jusqu’à ce que l’axe américano-israélien mette fin à la paix dans la région. Certains esprits retors vont même jusqu’à imaginer que les autorités sionistes basées en Palestine occupée ont jeté de l’huile sur le feu inter-communautaire en agitant des factions indépendantistes, comme dans le Maghreb des années 60 lors des indépendances africaines, afin de pousser les juifs nord-africains à émigrer en Israël. Même chose dans l’URSS des années 70-80, quand Israël salivait sur l’apport démographique alléchant de plus d’un million de juifs dans ses territoires...
Cependant la démocratie américano-sioniste comme la plupart des ingérences étrangères ont fini par quitter l'Afghanistan comme des voleurs... En effet tout pays occupé finit toujours par être récupéré par ses habitants naturels, historiques. Cette leçon devrait résonner aux oreilles des militaires au pouvoir à Tel-Aviv et aux mondialistes dans les nations européennes. La solution militaro-policière n’en est pas une, elle n’est pas durable, et envenime chaque jour le conflit. L’histoire du monde nous apprend que la justice finit par vaincre, même si ça met du temps. C’est pour ça qu’en France il faut avoir la foi que Dieu sortira les américano-sionistes et mondialistes du pouvoir. Et les résistants l’ont par définition, pas les occupants.