Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

L) Suite 12


Le pass sanitaire est l’équivalent d’une pièce d’identité numérique fournie par les GAFAM sur la base des 10 commandements de la nouvelle religion de la technofinance. Le projet ID (identité) 2020 cherche même à ce que chacun finisse par avoir seule pièce d'identité contenant permis de conduire, carte d'identité, passeport, carte bancaire et carnet vaccinal. Qu’y a-t-il de commun entre l’Économie de marché, le technologie numérique, la sexologie et l’invention du pass sanitaire ? Les trois se parents des oripeaux de la Science pour nous ôter nos libertés et imposer la barbarie. Et ça fait plus de deux siècles et demi que ça dure.
Ainsi il n'est pas étonnant que Bill Gates ait investi massivement et donc explicitement sur toutes les technologies de dressage de la population : les machines à compter les votes, les machines à injecter la pensée officielle dans l'opinion (les médias, l'OMS et même l'ONU organisant les COP plus financés par le secteur privé que celui public alors que prétendant lutter pour le bien commun dont par la science) et les machines à piquer l'opinion (les vaccins), montre ces buts cachés décryptant logiquement notre époque. Tout cela devient d'autant plus clair puisque comme la secte satanique (démoniaque, franc-maçonne, oligarchique, sioniste) a subverti les trois religions du livre, elle a aussi subverti le médecine et d'autres secteurs. Elle a pris le contrôle de toutes les institutions médicales, y compris les académies, l’ordre des médecins et le complexe pharmaco-industriel.
Allons nous accepter une surveillance généralisée sous couvert d'assurer notre santé ? Non, hors de question d'accepter le puçage et donc le transhumanisme des êtres humains sous toutes ses formes en particulier lorsque s'attaquant à la liberté. Surtout que le vaccin ne sera très probablement pas obligatoire car le choix de recevoir la marque de la bête par impiété est essentiel, même si les conséquences de son refus nous marginalisera en partie.
Or avec l'obligation ou la généralisation des montres, des téléphones voire des toilettes (analysant nos excréments) connectées, il n'y a même pas besoin de surveillance des mouvements et du bionumérique à l'intérieur du corps. Cette technologie étant tellement envahissante que cela pourrait annoncer le retour de Jésus pour purifier la technologie quel que soit son niveau, c'est à dire en limitant sagement son utilisation entre le bien commun et la liberté individuelle. En effet toute chose doit être gérée ou utilisée avec un juste milieu. De plus comme il est logique d'inverser le mensonge pour trouver la vérité, alors il sera probablement facile d'inverser le transhumanisme pour trouver une grande partie de l'humanisme authentique.
La vidéo « Le plan de Bill Gates pour nous vacciner de force » de la chaîne youtube Planète 360 précise que : « la fondation Gates utilisera la technique du tiers de confiance pour convaincre les populations de se faire vacciner. La technique du tiers de confiance a été développée aux États-Unis dans les années 1920 par Edward Bernays, neveu de Freud, et "inventeur" du lobbying dont il détaille le premier les techniques dans son livre "Propaganda". C’est justement dans les années 1920 que ces techniques ont été développées et appliquées notamment pour les fabricants de cigarettes afin de faire fumer les femmes car elles représentaient possiblement la moitié du marché ! Pour cela, il a suffi de donner des cigarettes à des personnes bien exposées médiatiquement, de financer les causes des suffragettes et féministes, de les faire défiler la cigarette à la bouche dans leurs manifestations, et de répéter l’opération avec les vedettes de cinéma et les héroïnes, aviatrices et aventurières. Ensuite en répétant l’opération après la Seconde Guerre mondiale en mettant en scène des médecins vantant les mérites d’une marque de cigarette, vous avez toute l’obscénité de cette technique dont nous payons encore un prix terrible de 8 millions de morts annuels un siècle après. Bill Gates ne peut pas jouer avec nos "structures de confiance" impunément, il ne peut les souiller, les détourner à son profit sans apporter le chaos comme celui qui s’installe aux États-Unis, chaos qui mène à la guerre civile et finalement à la guerre conventionnelle. Et quand nous en serons-là, les centaines de milliards de l'hyperclasse américaine ne leur seront plus d’aucune utilité, car ils s’effondreront d’eux-mêmes, comme l’URSS s’est effondrée sur elle-même quand les apparatchiks ont fini par être dégoûtés d’eux-mêmes. Ou alors nous pouvons aussi leur dire NON et reprendre notre liberté. »
Suite à cette analyse, il est donc important de s'adresser à ces tiers de confiance pour développer des projets nobles (économique, spirituel, social) dans une région ou un pays.
Ainsi il n'est pas étonnant que la muselière physique du masque est apparue au moment où la muselière mentale de la censure se répandait contre les dissidents jusqu'à de la prison pour certains, alors que la France est le pays des droits de l'homme et de la liberté d'expression. C'est également logique puisque le masque est une évidente impersonalisation uniformiste jusque vers une pensée unique, oligarchiquement conformiste. De même le confinement est tel l'enfermement d'animaux domestiques dans leur enclos. À l’invention de l’imprimerie, de nombreux auteurs contestèrent les a priori de leur époque. Il fallut quatre siècles de combats pour que l’Occident finisse par garantir la liberté d’expression. Cependant avec l’invention d’Internet, la qualité d’auteur se démocratisa et la liberté d’expression sur ce réseau est de plus en plus remise en question. La censure revient donc en force alors que le but de l'être humain est de trouver les meilleures analyses de la vie et de les partager. Lire article « L’arbitraire et la censure sont de retour en Occident » à l'adresse : https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-arbitraire-et-la-censure-sont-de-retour-en-Occident-62340.html
          Or ce vaccin contre la covid pourrait ne pas forcément être technologique car il pourrait avant tout d'abord servir à amplifier à travers les séquences de VIH présentes dans ce virus son aspect destructeur du système humanitaire pour baisser la population mondiale (comme le souhaite Bill Gates selon ses propres déclarations) d'ici quelques années en les faisant mourir de maladies qui ne sont normalement pas incurables. Surtout que tout virus ayant souvent des variations avec le temps, un vaccin définitif devient donc impossible. Or cela permet aux cupides laboratoires pharmaceutiques de prétendre devoir actualiser semestriellement les vaccins ARN afin d'en vendre régulièrement et de rendre les populations obéissantes aux mesures liberticides de la tyrannie sanitaire.
          Ainsi toujours sous l'apparence d'un bien comme pour la proposition de mettre une puce sous la peau de votre enfant en cas d'enlèvement, le système cherche constamment à plus nous surveiller et donc nous contrôler par notre consentement :
« Jamais l'esclavage n'est aussi bien réussi que quand l'esclave est persuadé que c'est pour son bien. » (Aristote)
« La soumission à la tyrannie sanitaire préfigure la dictature d’une aliénation « soft », celle d’un esclavage consenti. » (Michel Maffesoli)
De même à cause d'hommes vantant excessivement de belle idées comme la liberté et l'égalité, la liberté à l'origine de l'idéologie libérale propagée par les lumières est devenue progressivement la loi du plus fort et l'égalitarisme (perverti plutôt que l'équité) a finalement débouché sur une laïciste société inégalitaire car favorisant fortement certaines minorités souvent perverses.
Cependant dans une certaine limite afin de conserver nos outils technologiques et éviter de vouloir retourner à l'état sauvage, et comme nous comprenons le contrôle de nos finances par le ministère des impôts, il est intéressant d'orienter notre époque moderne par des blockchains, c'est à dire dans un juste milieu entre surveillance économique et liberté individuelle.
          Les batailles lors des années de la Guerre froide dont en territoire afghan n’étaient donc bien pas étrangères à ces enjeux de domination mondiale et de contrôle de l'humanité américano-sionistes, puisque ayant donné le pouvoir au Taliban pénétré par le wahhabisme saoudien dont de ben Laden plutôt qu'au modéré commandant Massoud (possiblement trop modéré pour le contexte actuel qui allait venir) pour ensuite les diaboliser, afin d'envahir le pays, contrôler leurs oléoducs, gérer le très lucratif transfert énergétique de l'Asie et donc dominer le marché planétaire de l'énergie servant à enrichir aussi et donc développer sa surveillance technologique généralisée. Et c'est pourquoi l'Afghanistan a souvent été attaquée au cours des dernières décennies car une partie de l'oléoduc reliant l'inde et le Turkmenistan passe par son territoire. Mais les nouveaux talibans pourraient avoir grandement améliorer leur islam, par preuve qu'ils ont combattu les wahhabites takfiristes de Daech financés par l'empire amircano-wahhabo-sioniste et qu'ils ont rappelé à des reporters américains leur nouveau programme politique : interdiction d'avorter - Gay mariage interdit - Rejet de la science (irréligieuse) - Pas de vaccins (contre leur  religion) - Pas de séparation de l'église (sunnisme) et de l'état  - Religion dans les écoles - Bourka non obligatoire - Respect des chiites...
          Depuis 1991, les États-Unis, le Royaume Uni, l'Arabie Saoudite, la Russie et l’Iran se disputent aussi le contrôle de l’acheminement des hydrocarbures du moyen orient vers les marchés asiatiques et européens par des oléoducs et des gazoducs dont le carrefour principal est en grande partie composé de la Syrie et la Turquie...
          Lors des dernières décennies, ce sont donc clairement des intérêts impériaux inconséquents qui sont à la base des opérations oppressives ou militaires américaines corrompant une partie des peuples, enrichissant uniquement certains notables, déstabilisant certaines nations par des sommes d'argent accordées aux manifestants anti-gouvernementaux afin de créer des révolutions oranges en leur faveur, pervertissant certains hommes politiques ou se servant des plus idiots ou des corrompus par du chantage (dont des oligarques tel Bill Gates finançant pourtant l'OMS gérant la crise sanitaire comme le prouve l'affaire Epstein), divisant donc les pays pour mieux régner, menaçant de fortes sanctions les pays ne suivant pas leur politique internationale dans une forme évidente de chantage honteux, imposant leur système politique et financier impies surtout que basé sur l'usure, violant le droit international, participant à l'appauvrissement de nombreuses régions du monde, détruisant des familles entières, tuant des millions de civils, répandant le chaos. Tout cela permet de révéler en amont l’ampleur, la noirceur et les implications principalement nuisibles de la CIA et d'autres services secrets ou spéciaux de certains états aidés par la complicité abjecte des médias mainstream dans le développement ou la manipulation de divers courant de pensées extrémistes, la réalisation de certains attentats, le détournement du but humanitaire de nombreuses ONG à des fins géopolitiques, et la critique de la culture ou du système politique des pays envahis et de nombreux autres malgré le manque considérable de civilisation et de divin dans de nombreuses lois aux Etats-Unis et en occident.
L'ancien président français François Mitterrand a dit : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique (et morale, d'autant plus de nos jours), une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »
Il faut arrêter de croire que les États-Unis disent toujours la vérité, que c’est une puissance bienfaitrice de l’humanité, désintéressée, pacifique et qui ne vise qu’au bien commun. Depuis la fin de la Guerre froide Washington fait montre d’un hégémonisme accru, imposant sans retenue ses lois au reste du monde, sanctionnant et rackettant ses alliés, saturant l’opinion d’informations qui servent ses intérêts, refusant de voir ses ressortissants traduits devant la Cour pénale internationale (CPI) et ayant clairement pris leurs distances avec le respect de droits humains (légalisation de certaines formes de torture, enlèvements extra-judiciaires, prisons secrètes, etc.) dans le cadre de la lutte antiterroriste. Les Américains conduisent dans le monde une politique ne répondant qu’à leurs intérêts propres. Nous vivons une période difficile dans laquelle les esprits sont l’enjeu des stratégies des uns et des autres et où les médias sont devenus un véritable champ de bataille comme par rapport au pro-américanisme ou anti-américanisme. En la matière, par leur maîtrise des canaux de communication mondiaux, les États-Unis disposent d‘un net avantage ; ils ont réussi à imposer leur vision du monde, laquelle répond à la promotion et la défense de leurs intérêts… mais en rien à ceux de la démocratie ni de l’Occident – et surtout pas de la France. Ils ont également réussi à convaincre que leur point de vue était « la » vérité objective et que tous ceux qu’ils désignent comme leurs adversaires sont le « mal ». Mais tout cela finit par une domination des mondialistes sur les Etats-unis afin de diluer cette nation hégémonique dans une gouvernance globale laïciste logiquement en tant que meneuse par rapport aux nations en particulier occidentales.
          En résumé, l’article V de l’OTAN, la lutte idéologique de la démocratie laïque contre l’islam et le christianisme catholique et orthodoxe, le contrôle de l'Europe par l'union européenne dont par la chute du mur de Berlin, l’isolement de la Russie et de la Chine, la pression sur les cultivateurs afghans afin de produire du pavot générant des milliards de bénéfices pour la CIA, le contrôle des approvisionnement en pétrole ou en gaz et l'hégémonie mondiale états-unienne sont ou ont été à l’origine des interventions occidentales en Afghanistan, Irak, Libye, Yémen (par la coalition arabe pro-américaine) et Syrie, et auparavant au Vietnam et contre l'Allemagne.
Or en prenant l'exemple d'une société tribale comme en Libye, il est parfois impossible et donc dangereusement illogique d'y installer la démocratie, car il faudrait d'abord en changer la base de leur organisation sociale jusqu'à ce que les gens deviennent des individus en dehors de tribus, à part évidemment donc si c'est pour honteusement déstabiliser longuement le pays, voire le diviser en sous pays plus faibles. Surtout qu'il est évident qu'après l'intervention américaine pour imposer prétendument la démocratie dans les dictatures de l'Irak et la Lybie, les problèmes d'eau, d'électricité et de sécurité sont apparus alors qu'auparavant ce n'était pas du tout le cas. Il ne faut donc pas intervenir n'importe comment, mais les Etats-Unis le savent et ne s'en inquiètent pas car il vise d'abord l'affaiblissement de la nation combattue.
Paul Wolfowitz écrivait en 1991 que Washington ne doit pas chercher à être le meilleur dans ce qu’il fait, mais à être le premier par rapport aux autres. Cela implique, notait-il, que pour maintenir leur hégémonie, les États-Unis ne doivent pas hésiter à se faire du mal, s’ils en font beaucoup plus aux autres dont par de la déstabilisation massive voire de la destruction. Nous faisons tous les frais de cette manière de raisonner.
L’histoire nous démontre une fois de plus qu’il ne faut jamais se contenter des explications fournies par les dirigeants et la plupart des grands médias. En effet par une basse propagande d'état bien connue, ils ne tirent jamais la population vers le haut. Surtout que via ces médias dominants honteusement soumis, le système ose en plus promotionner la loi sur les fake news apportant de la méfiance du peuple envers toute nouvelle idée et donc pensée, surtout que même s'il est juste de prévenir les gens des mauvaises influences, il faut d'abord se méfier de ceux qui disent de nous méfier, en particulier quand ils se victimisent alors qu'ils sont loin d'être irréprochables mais plutôt source principale de mensonge .Pourtant il est intéressant de lire à ce sujet la charte de Munich de 1971 concernant le journalisme à l'adresse https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_Munich
La fake news est devenue le moyen de décrédibiliser toute information qui viendrait contredire la version médiatique. En effet après la crise des subprimes, les critiques des journalistes mainstream ont été si fortes contre le système que les oligarchies ont décidé de racheter tous les grands médias. Les médias mainstream ne font donc plus de l’information impartiale mais bien de la propagande du système égaré voire corrompu. Les mensongères promesses de campagne présidentielle se généralisent donc facilement, surtout qu'il a été démontré que le spectateur de la société spectacle a une mémoire de plus en plus courte. D'autant plus que l'expérience Milgram a prouvé que la grande majorité des gens obéissent aveuglément à ce qu'ils considèrent comme une autorité, ce que les médias mainstream deviennent faussement de plus en plus pour eux. Le mensonge est devenu si institutionnel que la République s’est séparée en deux mondes : ceux qui gouvernent et mentent, ceux qui obéissent et subissent le mensonge. Certes, le mensonge a toujours fait partie de la politique. Mais, le temps aidant, la démocratie déclinant, le mensonge politique est devenu une industrie, une organisation à part entière, un mode de gouvernement structuré par des officines qui ne laissent plus aucune place à l’amateurisme et remplacent la vérité par une « narration ».
Jérome le Filiatre du journal libération reconnaît que les médias ont majoritairement renoncé à être un contre-pouvoir (quatrième pouvoir devenu le premier par sa propagande massive souvent sournoise alors que devant encadrer celui législatif, exécutif et judiciaire, surtout qu'un cinquième pouvoir apparaissant avec les GAFAM commence à censurer politiquement ses utilisateurs) critique de tous les ordres établis. C'est à dire que par des intérêts commun avec divers grands capitalistes libéraux-libertaires, ils ont pu devenir un pouvoir n'informant plus, mais formant la mentalité des populations vers ce système gravement progressiste. Lorsque des journaux déficitaires sont rachetés (même par des oligarques dissidents au système), ce n'est pas pour gagner de l'argent mais de l'influence dont en pouvant faire des enquêtes devenant des articles rabaissant des ennemis.
En mettant uniquement la souffrance en avant, les médias érigent même un mur infranchissable pour le vrai travail d’investigation, aux yeux du grand public bien entendu, car cela ne nous empêche pas de douter, de réfléchir, de travailler. C'est pourquoi la presse actuelle se vautre dans le sang, dans l’exhibition, dans les larmes, avec un sadisme confondant. Partager la souffrance annuellement pendant des décennies des victimes ne sert à rien pour ceux qui ont survécu, les témoins et les proches : l’empathie ne leur enlèvera pas un gramme de douleur, car la douleur nous ramène à notre peau, à notre individualité, à notre solitude devant la mort, alors que les morts, eux, ne souffrent plus. Les médias qui collaborent avec le Système disposent donc de plusieurs instruments pour ne pas dire ou ne pas chercher la vérité : la diversion, la minimisation, l’indifférence, l’oubli, le mensonge par omission, le mensonge direct, et depuis ce procès, le poignantisme.
Or le mal qui ronge la France (et par voie de conséquence son système de santé) est plus profond et plus complexe, car il correspond à l’aboutissement d’une longue dégénérescence du mode de gouvernance, en l’occurrence le régime démocratique placé sous l’empire d’une idéologie sociale-libérale-libertaire synonyme d'un consumérisme compulsif… Il s'agit d'une décomposition sociétale due au premier chef à la déficience qualitative, morale et intellectuelle des hommes (élus ou recrutés) composant nos modernes classes dirigeantes et à ce quatrième pouvoir (médiatique) devenu donc le premier par la télé et les réseaux sociaux censurés. La tiers-mondisation du pays, l’abaissement constant du niveau scolaire (nivellement par le bas sous couvert d’égalitarisme) et la déspiritualisation d’une grande partie de la population convertie à un hédonisme matérialiste et libertaire (le consumérisme compulsif) ne sont évidemment pas étranger au déclin général. Surtout que le quatrième pouvoir qui est normalement un contre pouvoir que sont donc les chaînes d'infos et médias mainstream deviennent volontairement de plus en plus superficiels voire progressistes en particulier sur l'actualité mondiale pour abaisser le niveau intellectuel et sagement rebelle du peuple. C'est pourquoi un cinquième pouvoir « citoyen » synonyme d'un réel contre-pouvoir devient nécessaire pour équilibrer la société afin de lui faire retrouver l'équilibre et l'équité. Voir vidéo « Médias mainstream : les archétypes du libéralisme-libertaire » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?time_continue=349&v=cFW_ctclqcA
Surtout que les grands médias privés vivant en partie des subventions et donc du peuple mais aussi actuellement même les médias publics ne cochent plus les cases de la charte du service public qui consiste à ne pas prendre parti et à donner la parole à toutes les tendances politiques qui existent en France. C’est la mission théorique du service public. Or la télévision est principalement devenue une propagande du privé déguisée en service public, d'autant plus puisque cela est financé par les contribuables. Il s’agit tout simplement d’un abus de confiance doublé d’une extorsion. Cette perversion de l’intérêt public est tellement entré dans les mœurs que plus grand-monde ne s’en affecte aujourd’hui, sauf bien sûr les tendances politiques qui sont maintenues dans l’obscurité médiatique ou dénoncées par le système comme étant dangereuses pour la « démocratie ». Ainsi il s’agit clairement d’un fascisme réel qui dénonce un fascisme imaginaire. Les lâches agents du pouvoir profond préfèrent rester dans l’ombre, on les comprend : à force de vouloir réprimer le souverainisme patriotique dans les pays qui les accueillent, les choses pourraient virer au vinaigre. Dans la France de 2021, où le pouvoir en panique ne sait plus quoi inventer pour garder la main malgré la multiplication des frappes répressives et la densification de la propagande, le lien entre élite et peuple est brisé. Et ça semble définitif. Surtout que le jugement moral manipulant le peuple devient la norme au lieu de comprendre les circonstances géopolitiques comme par rapport à l'intervention russe en Ukraine ou de laisser la parole à des scientifiques préconisant des mesures plus légères par rapport au covid. Ainsi le pouvoir profond a mis le pouvoir visible dans l’impasse avec ses injonctions liberticides et irréalisables. Les contraintes imposées par le lobby sioniste et la franc-maçonnerie ne sont ni le fictif pouvoir visible de droite ni le fictif pouvoir visible de gauche, car le pouvoir réel est caché, c'est celui de l’Argent, de la Banque, de la Dette, des multinationales, du Big Tech, du Big Pharma et de la violence sociale. Le pouvoir visible, coincé entre l’oligarchie et le peuple, deux forces aux intérêts totalement divergents, est logiquement devenu schizophrène, ce que tout le monde peut voir chaque jour. Traduction : tous ceux qui soutiennent la politique de répression du pouvoir, qu’il soit profond ou visible, prennent le risque de se retrouver un jour violemment rejetés. L’Histoire nous apprend que lors des phases d’hypertensions politiques, les juges et responsables politiques corrompus peuvent très vite se retrouver sur le banc des accusés.
          Jacques Baud, colonel de l'Etat major, ancien membre des renseignements suisses et spécialiste du renseignement et du terrorisme définit l'expression « Fake news » :  « Il s'agit de toutes les informations qui sont partielles, quelquefois biaisées, quelquefois des rumeurs, qui sont devenues des informations sur lesquelles on se base pour juger les activités ou la situation internationale. On a fait avec de vraies rumeurs de fausses nouvelles, et cela biaise notre perception du monde. Bien souvent ce sont des Etats qui cherchent à expliquer ou excuser leur action internationale en masquant une partie de la vérité, occultant une partie de la réalité, afin de diffuser uniquement la partie qu'ils veulent bien communiquer. » En effet quels sont les faits qui permettent d'affirmer que l'Etat islamique cherche à créer une guerre civile en France ; que le président syrien Bachar al-Assad a utilisé des armes chimiques (; que Saddam Hussein avait des bombes nucléaires ; Mouammar Kadhafi tuait son peuple avec des engins militaires) ; que Vladimir Poutine tente de déstabiliser nos démocraties ; que le terrorisme a frappé la France, non pas pour ce qu'elle fait, mais pour ce qu'elle est ; que le génocide au Darfour a fait 400 000 victimes ? Littéralement aucun, mais ces affirmations suffisent à asseoir la politique étrangère des pays occidentaux. Dans son ouvrage "Gouverner par les fake news", Jacques Baud passe ainsi en revue les principaux conflits contemporains, que les pays occidentaux ont orchestré et géré à coups de fake news, ces trente dernières années. Pour obtenir encore plus de discernement dans ce contexte de fake news, voir également l'excellente vidéo « Pfizer, une entreprise qui vous veut du bien [IDRISS ABERKANE] » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=M8W-9_40m98&list=LL7jmiI69wnrMf8TSUGfh1aQ
          Ainsi les médias mainstream, c’est très rarement de l’honnêteté intellectuelle et principalement de la trahison sociale, de la perverse propagande lobbyiste, de l’agressivité sioniste, des délires évidents, de la fausse pugnacité d’un Jean-Jacques Bourdin, des limites conceptuelles, de la platitude soporifique, de la soumission oligarchique, de la courtisanerie grotesque, de la fière sottise, de l’obsession délatrice, de la morale réformée, de la souplesse d’échine, ou de la façade révolutionnaire de divers intervenants du prétendu politiquement correct.
          De toute façon à notre époque, beaucoup de choses qu'on nous raconte sont fréquemment fausses, même dès l'enfance comme la théorie de l'hominisation. Dans un aspect donc aussi de fin des temps, nous sommes sous le contrôle du vice, du mensonge et de la perversion, tout en perdant notre liberté au nom de la liberté, et notre possible foi au nom de la consommation. En effet déjà depuis notre apprentissage à l'école, rien n'est neutre au niveau de la science, de l'histoire ou de la culture, car tout est lutte d'influence ou d'intérêt. Et il faut donc être très prudent afin de distinguer le vrai du faux en croisant de nombreuses informations et opinions. De plus notre monde moderne qui devrait clairement mieux tourner par sa richesse, sa technologie développée, ses liens politiques et économiques importants au niveau planétaire, ses rares guerres et son niveau rapide de communication mondiale, prouve qu'il y a certainement des grands complots ou conspirations. Surtout que c'est prouvé par des lanceurs d'alerte (pour la justice, la liberté ou l'intérêt général types Julian Assange et Edward Snowden honteusement condamnés par le pouvoir profond corrompu) et divers cas de conscience délivrés sur le précieux internet dont concernant le réseau pédocriminel voire pédosataniste de certaines élites. En effet ces alerteurs cherchent à améliorer l'humanité en luttant par la pensée critique contre la pensée unique, en lisant entre les lignes ou selon des grilles de lectures particulières ce qui n'est pas dit, c'est à dire en décryptant les sous entendus, en comprenant l'origine de certains événements ou en dénonçant des oppressions ou malhonnêtetés flagrantes. Une révolution est donc en train de se produire dans la façon dont les gens consomment les médias et dans le nombre progressifs de vérités qui parviennent aux gens normaux par les journalistes indépendants via des chaînes youtube, des sites ou d'autre plateformes. Surtout car les médias dominants donnent souvent du monde une lecture biaisée, falsifiée, déformée. Ainsi les anti-complotistes des grands médias désormais tous donc soumis au pouvoir  sont ceux qui sont effectivement les moins bien placés pour critiquer les complotistes ou conseiller les gens. D'autant plus que des personnes comme Andreas M. Antonopoulos, technologue et entrepreneur en série qui est devenu l'une des personnalités les plus connues et les plus respectées du bitcoin, dénonce clairement des organisations cachées malveillantes contre l'intérêt général dont la principale est le Cartel Bancaire. Il s'agit des plus grandes institutions financières composées des grosses banques d'investissements et des énormes gestionnaires de fonds privés et publics américains et mondiaux en réalité interconnectés via un ou des mégagroupes. En effet cette kleptocratie correspond à un groupe d'entreprise qui s'entendent pour fixer les prix, organiser les marchés, bloquer la concurrence, manipuler les régulateurs et corrompre les politiciens, comme ils l'ont fait en rapport avec toutes les grandes crises économiques. Et c'est pour cela qu'Andreas demande pourquoi nous parlons tant des cartels de la drogue et du pétrole, mais rarement du plus nocif cartel au monde correspondant donc à celui bancaire puisque étant à l'origine de toutes les grandes crises économiques des dernières décennies.
          Ainsi comme il ne faut pas faire l'erreur de voir des complots partout, il ne faut pas faire l'erreur d'en voir nulle part, car les mensonges de versions officielles ont souvent été prouvés. En effet à force de tout taxer de complotisme, on va cesser de réfléchir et se contenter des affirmations de l'autorité même si elle est corrompue. Surtout que les « vaccins » anti-covid, préparés puis commercialisés en un temps record, ont révélé la vérité évidente de certains complotistes, d’autant qu’ils furent méticuleusement précédés d’une omerta, d’un dénigrement ou même directement d’une interdiction de toute molécule qui aurait pu soigner. Le complotisme à outrance rend idiot, mais le constant suivisme irréfléchi aussi. Il y a donc deux formes de complotisme : le complotisme intelligent, qui consiste à ne pas se satisfaire des explications puériles et illogiques de la pensée unique, et le complotisme idiot, qui consiste à voir des complots partout. Le complotisme intelligent, sourcé et cohérent, est ce qu’on appelle trivialement la recherche de la vérité, et représente une totale opposition à ceux pensant très naïvement qu'il n'en existe nulle part et se croyant vivre dans le meilleur des mondes. Surtout que qu'il ne peut être nié qu'il y a des complots vu le grand nombre de condamnations judiciaires pour corruption, parfois en plus grâce à des lanceurs d'alerte qui avaient été traités de complotistes. C’est pour cette raison que le complotisme intelligent est tant attaqué par les forces de l’oligarchie perverse qui essayent de le ridiculiser ou de l’interdire, dont en voulant faire avaler au peuple de fausses théories complotistes émises en réalité par le caché pouvoir profond corrompu. A ce sujet l'intéressant article « Complotisme, homéopathie, et Covid-19 » peut être lu à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Complotisme-homeopathie-et-Covid-19-59561.html
          De plus pour prouver la malhonnêteté de ceux qui accusent injustement de « complotiste » les personnes recherchant noblement la vérité, il faut savoir qu'il s'agit d'un honteux anathème. C'est à dire que cela n'apporte pas d'arguments afin de couper net à la discussion alors que la politique en particulier moderne est incontestablement remplie de complots.
Surtout qu'évidemment, les comploteurs (conspirateurs) dont font bien sûr partie des personnes politiques, des lobbies, et les médias mainstream (télé, radio, journaux) pourtant subventionnés en partie par les impôts du peuple qu'ils manipulent, qualifient facilement les attaques contre eux de « complotisme » afin de les décrédibiliser ou perversement de « conspiration » afin de les menacer ou les faire douter. L'accusation de complotisme concernant le mondialisme sert aussi à détourner l'attention, alors que de nombreux livres d'une caste y participent pourtant clairement comme ceux de Rockfeller, Attali, ou Warbourg. On en arrive à une concurrence entre journalistes pour caser le maximum de poncifs en une seule phrase d’accroche pour rabaisser des mouvements ou des pensées anti-système : « Complotiste », « Adeptes », « Extrême droite », « Pro Trump » et allant désormais dans une forme d'inversion accusatoire jusqu'à « « Conspirationniste ». Cette promotion de la pensée unique confirme la dérive sectaire de nos sociétés. Un "conspirationniste" correspond pourtant souvent simplement à quelqu’un qui a raison avant les autres (comme concernant l'obligation vaccinale et le pass sanitaire) et qui est particulièrement dénigrer par les médias mainstream dont le travail est désormais d'honteusement nier ou de déformer les faits jusqu’à ce que leurs mensonges ne soient plus tenables par preuve des manifestations massives contre la tyrannie sanitaire. Or concernant ces journalistes soumis au système, le peuple peut lui utiliser ce type de poncifs : propagandiste, sournois, pathétique, etc... Commentaire d'un internaute : « On nous conspue parce que l’on ne veut pas être dupes. Or une fois le doute dissipé par la raison, la logique et le bon sens, une fois la réflexion faite et le positionnement assumé, tout homme commence normalement par sagement douter parce qu'on le fait douter. Puis il s'informe plus encore, il réfléchis abondamment, il se positionne, et si possible il agit au mieux en conséquence. Tout cette noble nature humaine n’est plus permise, c’est le début de la fin. Là où il n’est toujours question que de complotisme, il y a des personnes qui pensent, qui doutent, qui cherchent, qui réfléchissent, qui élaborent, qui font le choix d’une théorie plutôt qu’une autre. Qu’on nous laisse ces droits fondamentaux bon sang. Nous n’avons pas « envie d’apprendre à vivre avec ce virus »… car c’est le virus de la peur, du mensonge d’état et de la tyrannie ! »
Dans ce sens l’important n’est pas ce que les comploteurs (conspirateurs) disent ou font, mais pourquoi ils le disent ou le font. Or avec les liens pervers entre le politico-bancairo-médiatico-pharmaco-sanitaire dans la crise du Covid que les médias mainstream cachent, ce système finit par se décrédibiliser totalement. C'est pourquoi dans une forme de guérilla numérique, il faut participer à la réinformation des autres par tous les moyens de télécommunication dont en les invitant à aller souvent sur des sites comme « Egalité et réconciliation » pour contourner la structure du contrôle mental médiatique.
« Ainsi seul le complotisme permet d’appréhender la nature du pouvoir. L’anti-complotisme est une émanation du pouvoir dont la vocation est de le protéger et de lui permettre d’échapper à la compréhension de ceux sur lesquels ce pouvoir s’exerce. On ne dialogue pas avec le pouvoir : on s’y soumet ou on le combat. Il s’ensuit, naturellement, que les complotistes n’ont plus à chercher les faveurs des anti-complotistes ou de leurs maîtres, ni à s’excuser de penser hors des sentiers battus ou d’émettre des hypothèses de travail audacieuses. Il est temps pour les complotistes de se montrer offensifs et face à l’idéologie du chaos que le pouvoir incarne et projette sur le monde à travers ses relais médiatiques et institutionnels, de présenter le complotisme comme un remède aux pulsions mortifères de l’hydre mondialiste. Le complotisme est un humanisme. Le complotisme est la grande aventure humaine, intellectuelle et politique de notre siècle. Si nous voulons que l’homme perdure dans ses fondamentaux humains, loin des promesses trans-humaniste et technicistes qu’on veut nous imposer sans débat, il est temps d’affirmer ce que nous sommes : un humanisme. » Extrait de l'excellent article « Le Génie du Complotisme » pouvant être lu à l'adresse : http://lidiotduvillage.org/2020/06/05/le-genie-du-complotisme/
Comme souvent à travers l'Histoire, les anti-complotistes suiveurs cherchent à disqualifier et ainsi discréditer les autres en particulier ceux qui luttent contre le mondialisme, car ils ont perdu la capacité de penser et cherchent donc à ne surtout pas entendre ce que les complotistes (diseurs de vérité) ont à dire. Dans ce genre de cas, il ne faut pas trop insister, rester digne et doux, et ramener la discussion vers un exemple réaliste ou une action calme, en particulier si des personnes neutres pouvant aller dans notre sens assistent à la discussion ou si l'anti-complotiste s'en va en s'énervant.
Surtout que l’information dans les médias dominants français ne sert vraiment plus qu’à une chose : étouffer, calomnier, criminaliser toute opposition réelle au Système, un Système qui est moralement à bout de souffle, ce qui explique son délire répressif et son agressivité tous azimuts, dont en prétendant par exemple  que le nationalisme et la démocratie ne peuvent pas cohabiter, et donc que seul l’antinationalisme est compatible avec la démocratie.
Les faux dieux auto-proclamés de l'état profond ont une stratégie basse derrière les révolutions colorées : « châtrer les Etats modernes » dans le but de les transformer en minus faiblards postmodernes émasculés. Cette castration est une partie du plan des « maîtres du monde » pour détruire la virilité libre et préserver leur domination. Pour cette domination, elle est aussi importante que leur recherche du contrôle complet très lucratif de toutes les ressources.
Le mondialiste Kissinger a d'ailleurs dit qu'il faut contrôler les ressources (militairement, financièrement ou monétairement) pour contrôler les nations.
Julian Assange a dit : « Les « élites » complotent et conspirent toujours ; notre devoir est de faire la lumière sur leurs obscures menées. »
Dans ce sens il faut se rappeler que la plupart des grandes guerres ont commencé sur un grand média mensonge, puis donc chercher plus loin pour découvrir la vérité comme par rapport aux mensonges historiques souvent utilisés afin de légitimer le pouvoir des vainqueurs de guerres, et enfin déduire et dénoncer le pouvoir profond égaré (CIA, complexe militaro-industriel, lobbies pétrolier, bancaire ou sioniste) à l'origine de divers graves événements afin de l'exposer au grand jour et le freiner voire le bloquer parfois. En effet, il est très étonnant que les États-Unis aient détruit la Yougoslavie pour un génocide inexistant, restent en Irak par des bases militaires malgré leur mensonge qu'il s'y trouvait des armes de destruction massive, qu'ils ont autorisé l'Otan à intervenir en Libye sous prétexte que Khadafi tuait prétendument son peuple par des avions militaires, et qu'ils prétendaient lutter contre le terrorisme islamique en Afghanistan, alors qu'il est évident que ce problème est devenu mondial et que sa principale source provient de leur allié l'Arabie Saoudite. Il s'agit clairement d'un empire américano-sionisto-occidental du mensonge même concernant l'origine du covid favorisant les ultra riches, alors que seule la vérité nourrit et détend réellement le cœur et donc l'esprit. Tout se tient. Quel que soit le côté par lequel on aborde l’actu, on retombe sur sa structure, c’est-à-dire, pour reprendre le parallèle qui parle/qui te fait parler, ce qui advient/ce qui fait advenir. Les mécanismes d’apparition de l’événement, une fois qu’on connaît les forces qui le déterminent, peuvent s’appliquer presque partout. Il n’y a de surprise que pour les ignorants ou les paresseux.
A ce sujet, il est important de noter ici rapidement que l'idéologie des élites occidentales (dont des lobbies et du militantisme de minorités perverses) se sert du cinéma comme d'un support privilégié car cela permet souvent de fabriquer un consentement de la part des spectateurs, dont de tolérer voire d'accepter le progressisme impie favorisant les ultra riches : la fiction, ça permet de tordre la réalité..
En effet le cinéma a souvent couplé l’émerveillement devant la technique et le phénomène culturel de grande ampleur permettant la vaccine générale des populations. Temple du règne de l’image sur lequel s’est bâtie notre société moderne, le cinéma devint l’outil qui permet à la fois d’alimenter le mythe moderne, de naturaliser l’injustice et de transmettre la propagande grâce à des histoires simples et manichéennes, s’adressant davantage à l’affect qu’à la raison. Le réalisme qu’apporte l’image réelle et l’émotion qu’elle favorise vont effacer le rapport critique du spectateur. La technique devient alors la caution du discours. A part quelques chef d’œuvres diminuant avec le temps dont sur les valeurs morales, les histoires épiques ou des événements historiques, ou avec des effets spéciaux (ainsi que les jeux vidéos) apportant des idées sur les possibilités de l'omnipotence utilisable par les hôtes du Paradis dans un mini cadre légal, le cinéma va s’imposer de plus en plus comme le moyen privilégié par le pouvoir pour répandre l’idéologie dominante tout en se détruisant progressivement par le désintérêt du public, mais plus tard la télé s’immiscera même jusqu’à l’intérieur des foyers, engloutissant le domaine privé dans un réel imaginaire. Enfin la publicité va normaliser le libéralisme matérialiste. La propagande va alors reposer sur la diffusion d’un imaginaire irréel, celui d’une communauté du peuple homogène.
Lire article « De la Révolution française au Covid, Petite histoire de manipulation du peuple, de propagande et d’illusion démocratique. » à l'adresse https://lemediaen442.fr/de-la-revolution-francaise-au-covid-petite-histoire-de-manipulation-du-peuple-de-propagande-et-dillusion-democratique-partie-2/
Nous sommes même arrivés à une époque dans la quelle de si nombreux gens sont tellement ignorants et futiles qu'ils consomment gloutonnement les séries-télé alors qu'elles sont de plus en plus médiocres.
BVA est une entreprise post-soixante-huitarde bien connue des gens de la pub, du marketing et de la politique, qui analyse les comportements des Français pour mieux les vendre aux publicitaires. Ici, il s’agit de vendre des produits sournois, par exemple le vaccin, au consommateur potentiel, car le vaccin fait peur. Mais il rapporte. Pour le Marché, le vaccin est un produit comme un autre et les consommateurs sont un bétail comme les autres. Le marché du vaccin n’existe pas ? Les forces du Système le créent, c’est ce que les Français vivent depuis 2020, une fabrique de peur afin de vendre l'arnaque vaccinale. Le reste, les conséquences, les effets secondaires de cette giga combine, le Marché s’en moque : les gens se débrouilleront entre eux, et avec leur État, un État de plus en plus faible, pauvre, et inefficace, sauf pour tabasser les pauvres en colère qui comprendraient cette entourloupe comme celles économiques, politiques et financières.
Lire à ce sujet les articles « PfizerLeak : les contrats Pfizer et leurs clauses surprenantes » à l'adresse https://www.francesoir.fr/societe-sante/pfizerleak-les-contrats-surprenants-vaccins-pfizer
et « 18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas injecter le vaccin anti-covid » à l'adresse https://strategika.fr/2021/09/12/18-raisons-pour-lesquelles-je-ne-me-ferai-pas-injecter-le-vaccin-anti-covid/
On peut parler d’une exploitation commerciale des neurosciences ou des sciences du comportement. Comme quoi on n’est pas dans la science, mais bien dans une manipulation monstrueuse, qu’on retrouve dans le livre d’Ewen sur le basculement de la société artisanale et familiale américaine dans la société dite moderne, avec les métiers qui disparaissent au profit des emplois (un employé, relisez ce mot plusieurs fois), des emplois qui disparaissent au profit des machines, puis de l’IA, mais ça, ce n’est pas dans le livre. Ce qui est chez Ewen, c’est l’éclatement familial dû à la publicité qui a vanté de nouveaux modes de comportements, comportements qui rapportaient tout simplement beaucoup plus au Marché. D’où le féminisme (les femmes qui fument), le célibat et la consommation sexuelle contre le mariage et la fidélité, au risque de la dépression, et l’invasion de l’espace public par la publicité, qui peut faire ce qu’elle veut. En revanche, quand on veut dessiner un truc sur un mur ou écrire un slogan, aussitôt la maréchaussée intervient : social danger ! Les ingénieurs sociaux du Marché ne partent donc pas seulement des comportements pour vendre le matérialisme aux gens, mais ils modifient ces comportements. Le (théorie du) nudge, ce mot récent, est un concept qui existe en fait depuis un bon siècle. C’est une contrainte sans contrainte, un viol mental qui ne déclenche pas l’alerte du système de défense, une intrusion perfide sous les radars de l’individu.
Cependant par le cinéma ou des livres, un camp subversif peut aussi contredire ce qu'une idéologie dominante tente à imposer, et comme une biographie, il peut également montrer l'origine de la personnalité ou de la vie de certaines personnes parfois condamnées injustement par diverses catégories d'un peuple ou encensées indignement par le système pervers.
          L'économie dépendant en premier lieu de l’énergie dont elle dispose, ce besoin a toujours été l’une des principales causes de guerres. Jadis, il s’agissait de faire des esclaves pour travailler aux champs, puis au XIXème siècle de s’emparer du charbon pour alimenter des machines, et aujourd’hui principalement de contrôler les ressources énergétiques (pétrole et gaz). Pour masquer cette logique, les hommes ont toujours imaginé de bonnes raisons pour justifier ce qu’ils font. Comme fréquemment les nouvelles administrations aux commandes chargent hypocritement les précédentes pour les avoir induites en erreur une fois que le mal a été fait, mais dans le fond leur politique ne change jamais et l'étape perverse suivante après le nouvel état des choses imposé perversement peut être recherchée. Auparavant pour prétendre sournoisement qu'elles sont désormais sincères, ces administrations jetteront l'opprobre sur leurs renseignements respectifs, comme suite à la déclaration de Colin Powel ait affirmé à l'ONU que des armes de destructions massives étaient présentes en Irak. Mais le mal de la guerre en Irak déstabilisant l'ensemble du moyen orient pour longtemps aura donc bien été fait. En d'autres termes l'objectif aura été atteint, car ils auront amélioré leur géopolitique en plaçant toujours au pouvoir des marionnettes à leur service, et parce qu'ils auront récupéré les ressources des pays agressés en les contrôlant et en les extrayant souvent sans étonnement par des compagnies de leur pays.
Derrière ces guerres faisant d'innombrables dégâts collatéraux, il y a donc bien principalement des raisons de finance et de domination perverses qui devraient faire trembler de peur les dirigeants injustes qui en sont à l'origine et dont les cœurs ne craignent pas sincèrement le Seigneur.
Comme il a déjà été vu, afin d'asservir l'humanité en transmettant l'hégémonie à l’État d'Israël (ou plutôt aux élites juives probablement pas à travers le Grand Israël mais plus à travers un globalisme se servant du Covid et de la guerre en Ukraine pour établir une domination privée mondiale hyper surveillée par la technologie numérique) et aux oligarchies souvent malhonnêtes de nombreuses parties du monde par le pouvoir bancaire privé, une secrète poignée d'oligarques très riche et influente cherche à créer via des loges maçonniques ou autres organisations type groupe Bidelberg, l'effondrement économique mondial qui suivra celui des États-Unis au moment où sa dette sera trop grande et sa monnaie ne sera plus la monnaie d'échange mondiale. C'est d'ailleurs ce qui commence à être le cas à travers la Chine et la Russie se retirant de l'utilisation du dollar et à travers l'effondrement du prix du baril de pétrodollar et donc du pétrodollar, et donc de l'Euro et donc de l'occident. Il faut donc sortir de l'addiction au dollar pour un monde de paix, comme la Chine le fait et comme la Russie a réduit d’un tiers ses investissements dans la dette publique américaine en 2021 selon les rapports du département américain du Trésor. (Suite à l'Accord Quincy entre les Etats-Unis et les monarchies arabes productrices de pétrole à la sortie de la deuxième guerre mondiale en février 1945, les Etats modernes occidentaux ou dominés par l'Occident qui voulaient acheter du pétrole pour développer leurs économies étaient obligés d'avoir une réserve de dollars ayant donc remplacé l'or comme monnaie internationale d'échange stable et donc réserve de valeur. C'est pourquoi il faut revenir à l'or et à l'argent en tant que réserve de valeur au moins au niveau étatique surtout que ce sont des matières incréables et donc limitée à la différence de la planche billets, sinon la future monnaie mondiale recommencera son prétendu adossement à l'or pour finalement l'annuler. Ceci montrant que le pétrodollar étant totalitaire, il est illégitime commercialement et donc religieusement.) Surtout que que suite à un occidental progressisme écologiste oligarchique s'orientant vers l'improbable électricité verte, la valeur structurante de l'économie mondiale qu'est le pétrole est en train de disparaître, surtout que le système bancaire accompagnant ce pétrodallor est également en train d'arriver à ses limites par la dette. Or pour éviter que le système mondialiste se fasse accuser, il pourrait faire un jour gagner l'extrême droit nationaliste aux présidentielles afin de lui attribuer l'effondrement des banques. Mais le quinquennat grandement pro système de Macron montre que le pouvoir est en fait logiquement prioritaire quelles que soient les conditions dont un effondrement des banques qui d'ailleurs pourrait faciliter la mise en œuvre législative d'une grande partie du great reset et même si l'énergie verte est un leurre pour revaloriser le pétrole au profit des oligarchies puisque sa demande risque de devenir prochainement encore plus massive qu'avant. Lire article « Un changement d'époque » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Un-changement-d-epoque-62564.html
          Surtout que le système bancaire pourrait désormais disparaître à travers des cryptomonnaies basées sur des blockchains en parties décentralisées, nouveau système monétaire, économique et financier qui devient apparemment divinement une organisation solidifiant de plus en plus la stabilité de l'économie mondiale. D'autant plus que par rapport à l'actionnariat prédateur, les projets en cryptomonnaie permettent de faire venir des investisseurs tout en conservant le créateur du projet ou d'une entreprise, voire la souveraineté d'un pays.
Or la centralisation (concentration) de l'économie par les multinationales, la centralisation (concentration) de la finance par les grandes banques d’investissement (dont Goldman Sachs) et la centralisation (concentration) de la création monétaire par les banques centrales sont clairement le système chéri de la ploutocratie actuelle qui n'hésitera pas perversement à continuer cette course folle d'hyper centralisation synonyme de pouvoir absolu jusqu'à appauvrir la classe moyenne comme le fait le covid et provoquer des guerres civiles déstabilisant toujours plus le monde comme en Grèce et au Liban voire des guerres internationales pour préserver ses privilèges égoïstes. Surtout que toutes ces illégitimités s'incarnent particulièrement à travers l’impôt monétaire ne figurant pas dans le Code fiscal de la République laïque française et qui est donc illégal, mais que les banquiers centraux privés collectent sans jamais été inquiétés.
Pierre Jovanovic : « Vous, directeurs des banques centrales et privées, avez imprimé avec vos photocopieuses l'argent dette ou en avez profité, et nous, l'avons payé avec notre travail, nos demeures et nos terres. Par conséquent vous devez aller en prison. »
La centralisation du système sera donc toujours le problème du capitalisme par son oppression, ses combines et son chantage. Alors il est désormais évident que la décentralisation économique de certaines blockchains, les cryptomonnaies d'investissement populaire préservant donc à la tête des projets leurs propriétaires ou les Etats, et la création de la subsistance de base à travers un retour au village sont bien la solution pour adapter la technologie moderne à notre monde et pour que les peuples ne reçoivent plus seulement les miettes de la ploutocratie mondiale planétaire actuelle.
Or pour développer cette domination sioniste ploutocratique bancaire au niveau mondial, les oligarques corrompus semblent prêts à provoquer une guerre chaude militaire généralisée, par preuve qu'une guerre chaude financière est en cours contre la Chine, la Russie, l'Iran, le Liban et le Venezuela par des sanctions économiques, des taxes, des pressions politiques et d'appauvrissantes batailles militaires interminables par procuration comme en Syrie, en Lybie, en Arménie ou au Yémen. Cependant pour l'instant, la guerre chaude bactériologique et donc économique liée au Coronavirus semble remplacer la guerre chaude militaire.
Surtout que certaines de ces élites perverses mondiales aussi fanatiques que certains extrémistes religieux veulent même au prix fou d'une troisième guerre mondiale militaire ou bactériologique, que le faux messie prenne le pouvoir d'une grande partie du monde à Jérusalem comme l'ont prophétisé les Prophètes Jésus et Mouhamed, et l'a annoncé perversement le Talmud puisque en partie corrompu en affirmant qu'il s'agira du vrai messie, car le rejet de Jésus par certains juifs (puisque selon leur vision du messie il doit servir uniquement sans forme d'universalisme fraternel la gloire d'Israël dont à travers sa domination sur les nations) et sa divinisation par les chrétiens ont participé à créer les conditions de l'apparition de cet antéchrist à la fin des temps et de ses épreuves difficiles déjà très compliquées telle que le laïcisme épuisant spirituellement : voir à ce sujet sur le site youtube.com les vidéos  « The Signs (la série) », « les arrivées (la série) » « Overdose - la prochaine crise financière », « ARTE Français - Goldman Sachs - 24 sept 2013 - LD », « Pax Britanica, America, Judaïca & Islamica » et « 2012, l'effondrement économique global ? » du Cheick Imran Hosein et du Dr. Ahmad Meera, et écouter la discussion « la planète pétrole » à l'adresse : https://www.franceculture.fr/emissions/planete-terre/la-planete-petrole
Cet effondrement économique global est actuellement précédé par les effondrements culturel, psychologique, social, politique, commercial et financier provoqués par l'immoralité du système en cours. Ces effondrements en particulier celui de la psychologie correspondent en quelque sorte à la liquidation totale des défenses immunitaires de l’esprit, du caractère, de la moralité, de la perception, de la compassion et de toutes les fonctions intellectuelles, laissant ainsi la raison complètement à découvert et à la merci permanente de la subversion dont par l'émotion, sinon de l’inversion de tout ce qui forme la réalité. En effet ces conditions empêchent même de reconnaître puis d’analyser cette situation d’effondrement généralisé, ses causes et son processus, et ainsi de tenter d'y opposer des mesures salvatrices, parfois donc avec l'insistance de persuasions émotionnelles honteuses dont de photos d'enfants désœuvrés ou morts montrées en boucle dans les chaînes dites d'information. Et avec différents sujets traités sournoisement par les grands médias, les élites sionistes se servent également de l'émotion pour essayer de politiquement placer leurs idées. Implosion des repères, liquidation des valeurs, répudiation des idéologies, communautarisations ethniques, culturelles, sexuelles, radicalisations religieuses : le monde change. Oui, mais pourquoi et comment ? La victoire de l'émotion sur la raison.
          Ainsi l'immorale cause originelle de ce processus d’effondrement psychologique massif ne peut être que mal intentionnée, puisque confortant stratégiquement toujours au pouvoir les élites cupides, avides de pouvoir et peu soucieuses du peuple. C'est pourquoi ce vaste affaiblissement des peuples n’est en aucune façon une pathologie innocente ou développée personnellement ou inconsciemment, mais tout au contraire une forte orientation maléfique provenant d'une organisation extérieure, puisque véhiculée par une diffusion très pressante, très vaste et très rapide du système de communication moderne des élites, en plus à la puissance extraordinaire dans son expression et son efficacité. Mais heureusement dans le plan divin, à force de voir du négatif les cœurs nauséeux de la population recherchent inévitablement de l'air pur, vrai et donc pieux. Ainsi les classes dirigeantes cupides, dominatrices et souvent sionistes du monde manipulant les peuples ne se soucient en réalité aucunement des personnes et enfants désœuvrés comme le prouvent l'abandon des palestiniens, de l'Afrique, des nations dans des organisations économiques et législatives supranationales comme l'Union Européenne, et de certains pays riches devant recevoir à cause de leurs guerres occidentales une immigration incontrôlée augmentant le chômage, baissant les salaires et accélérant l'effondrement économique global.
          Pour amplifier ce contrôle mondial ploutocratique pervers après le terrorisme religieux et sanitaire, l'utilisation du terrorisme climatique constitue l’autre méga-menace supranationale aussi vague que globale du système international corrompu en particulier au niveau financier. En effet les mesures mondialistes pour contrer la menace climatique planétaire est applicable partout et à tous en faisant et fait oublier les grandes injustices sociales se répandant sur toute la planète. L’Empire a donc trouvé une nouvelle stratégie hégémonique. Comme quoi les néoconservateurs (ou américano-sionistes) voyaient loin, et ils avaient raison (de leur point de vue). Un quart de siècle après une pseudo-prise de conscience écologique (qui date en réalité de 1988 selon Hacène Arezki suite à la création du GIEC « Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat » et pas de la première COP datant de 1992), les conférences sur le climat sont devenues un must pour les nations occidentales qui veulent garder leur avantage sur les puissances montantes qui, pour se développer, ont besoin de brûler du charbon et du pétrole. C'est à dire prétexter prendre en considération les générations futures en affirmant que l’environnement et le climat sont une préoccupation majeure. Or en réalité, il s'agit vraiment de préserver sournoisement l’Empire américano-sioniste par des lois écologiques supranationales et pour l'enrichissement de certains à travers l'organisation d'associations, l'écriture de livres ou la création de vidéos : Lire article « Écologisme radical, Gilets jaunes et climat : Hacène Arezki répond à l’agence russe Tass » à l'adresse suivante : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Ecologisme-radical-Gilets-jaunes-et-climat-Hacene-Arezki-repond-a-l-agence-russe-Tass-57253.html.
En effet comme toujours avec les Américains, il faut comprendre qu’il y aura deux sortes de pays, les écologiquement bons et les écologiquement mauvais. Et, ô surprise, les mauvais pays croisent l’axe du Mal. Il s'agit de ceux qui disputent son leadership à l’Empire américain, ce gendarme du monde qui fait aussi office de voleur du monde puisqu’il transforme mécaniquement son énorme arsenal militaire en parts de marchés. Par cette stratégie perverse, ces nations sont évidemment devenues dans une fausse légitimité les ennemis de l’Empire, de la Démocratie, et du Bien, et donc encore plus malhonnêtement avant tout de la Terre, notre Mère à tous, qui souffre de ces prétendus nouveaux et irrespectueux entrants dans le cercle des décideurs responsables de la planète.
On l’aura compris, on assiste à la constitution d’une gouvernance mondiale sous le prétexte d’un meilleur futur pour tous. En effet, la menace du réchauffement climatique est brandie par le pouvoir profond américain très hypocritement depuis qu’ils ont compris tout l’avantage qu’ils pouvaient en tirer, puisqu'ils refusent d’appliquer à eux-mêmes la plupart des protocoles de dépollution industrielle... À partir de cette ingénierie sociale en forme de sursaut écologique, chaque orage qui vire au déluge, chaque sécheresse qui vire au désert serrent un peu plus les boulons du supranationalisme. Les pays qui refusent ce chantage climatique sont donc considérés perversement comme des empoisonneurs qui veulent détruire la terre, Russes et Chinois en tête, ces ennemis pathologiques de la Vie (des Etats-Unis).
Signification de l'expression « ingénierie sociale » : Depuis la deuxième guerre mondiale et avant avec Hitler, l'origine psychologique de l'agissement d'un être humain a été totalement décortiqué au niveau individuel et collectif. Et le peuple peut ainsi se faire manipuler par les médias dont par l'orientation de son être à travers l'émotionnel transmis en particulier à travers certaines publicités et informations télévisuelles.
          Dans ce sens pour continuer à piller l'Afrique en évitant de la développer, les élites mondialistes ne s’arrêtent pas là et nous préparent un grave pack écologico-migratoire par les études liant l’immigration Sud-Nord à l’explosive démographie africaine, et la violence terroriste à la hausse des températures. La montée des peuples du Sud pauvre vers le Nord riche deviendrait inéluctable, et serait désormais établi unanimement (et bien aidé en cela par les officines mondialistes qui assurent le transport des « troupes » d’invasion) à l’image de l'acceptation du réchauffement climatique se propageant par les intoxiqués aux médias mainstream dont à travers les ours blancs squelettiques.
Ici il faut comprendre que ces élites internationales cupides, corrompues et égoïstes, sous couvert d'un faux prétexte d'aimer l'humanité, profitent également de l'idéologie mondialiste pour toujours plus s'enrichir en oppressant tous les peuples de la planète dont le leur. L’image du Blanc occidental à la prétendue Histoire totalement maléfique va devoir accepter en compensation toute la misère du monde et se serrer la ceinture jusqu'à disparaître ethniquement ou économiquement en commençant par celui de plus de 50 ans, d'abord car il est le principal frein à la société libertaire d'hyper consommation.
C’est ce que nous prépare le Pacte de Marrakech, la dernière trouvaille mondialiste des oligarchies qui entend « gérer » le déplacement de 50 millions de migrants vers cette Europe qui n’a rien demandé, du moins ses habitants. Les peuples hôtes n’ont pas leur mot à dire. En effet leurs élites se sont déjà entendues pour ouvrir les frontières et noyer le poisson nationaliste, un poison selon les mondialistes. On ne trouve dans ce pacte rien d’autre que la philosophie mondialiste qui prévaut depuis le début du XXe siècle : un monde peuplé d’hommes déracinés, sans patrie, sans famille et sans cervelle. Après cela il n’y a plus rien à dire. Et personne n’osera prétendre que les droits de l’homme pourraient être interprétés autrement au sujet des migrations. C’est bien la seule interprétation. Par conséquent, ceux qui sont contre le pacte de Marrakech, sont également accusés perversement d'être contre les droits de l’Homme. Ils seront donc traités en ennemi du genre humain, en outlaw, car la migration y est érigée en valeur positive même si le nombre de migrants dépasse les limites du raisonnable.
Ainsi une méfiance populaire est apparue envers l'actuelle politique imposée d'en haut, plaçant les intérêts supranationaux et globaux au-dessus des intérêts nationaux. Cette méfiance se caractérise de plus en plus par l'absence de certitude et un grand manque de confiance concernant les déclarations internationales qui prétendent amener des améliorations pour les nations. En effet tout ne marche pas comme prévu dans l’Union européenne avec la sécession probable d’une Italie redevenue populiste et la montée de la colère en France, un incendie qui risque de se propager de manière napoléonienne sur des braises qui n’attendent que ça (Belgique, Allemagne). Devant la grogne populaire, les signataires du pacte tentent de passer en force. En outre les débats à Marrkech ont lieu loin des principaux intéressés, c'est à dire des habitants européens qui vont subir physiquement le choc migratoire. Un choc qui s’ajoute au choc social du déclassement programmé des classes moyennes européennes consécutif au remboursement de la Dette, ce concept formidable qui permet de mettre un pays à genoux (comme l'a subi parmi les premières nations la Grèce puisque étant le pays principal à l'origine de la démocratie et devant donc prioritairement être attaqué symboliquement pour être le laboratoire en faveur de la domination tyrannique de le néolibéral euro-mondialisme financier, bancaire et politique, à travers la dette puis l'austérité) et de le piller avec la bénédiction des pervers grands instituts financiers usurières là encore supranationaux : BCE et FMI. Surtout que les nations ayant attribué aux banques privées leur création monétaire s'endettent perpétuellement et que de nombreuses ayant choisis des fermetures massives par rapport au covid les ont poussé vers la dépendance et donc la soumission au FMI mondialiste. Or il faut savoir que même la BCE a souvent des dettes qui sont très étonnamment remboursées par les monarchies pétrolières sponsorisant le terrorisme islamique. Chocs auxquels on peut donc ajouter le choc sanitaire et le choc terroriste des années 2015-2016 sur le sol de la vieille Europe, pour reprendre l’expression malheureuse du président américain en 2003, Bush Jr. Le réchauffement climatique, la crise sanitaire et l’immigration massive n’ont communément rien de naturel. Ce sont des chocs créés de toutes pièces ou alimentés pour augmenter la domination des Mêmes.
Tant que les dominés n’auront pas saisi cet aspect démoniaque de la géopolitique, ils continueront à voter bon an mal an pour ceux qui les déshumanisent. Bienvenue dans le combat du Mal contre le Bien. Or ces chocs terroristes participent de moins en moins à ressouder autour du pouvoir en place l’opinion désireuse de sécurité pour plus de stabilité, car par les échanges incontrôlables qui fourmillent sur les réseaux sociaux, ce système est de plus en plus contesté.
Hier, tout le monde riait en regardant ce résumé du plan Coudenhove-Kalergi. Aujourd’hui, avec le Pacte de Marrakech synonyme de destruction des nations, plus personne ne rit. Même les détracteurs des « théories du complot » doivent admettre qu’un bouleversement majeur est en cours, un bouleversement qui va changer la face des nations pour le plus grand profit des très riches mondialistes.
Rappelons que ces obscures manipulations planétaires par le terrorisme intellectuel et meurtrier ont pour but d'obliger à une gouvernance mondiale pilotée par les sionistes, qui malgré l'actuelle noble évidence de devoir le combattre ou de dénoncer sa malsaine mise en place par une révolte patriote des nations, semble devenir de plus en plus urgent à apparaître dans une organisation similaire à celle de l'ONU. Cependant cela devra être beaucoup moins supranational au niveau économique ou politique par rapport à l'union européenne, mais plus approfondi dans certains domaines. En effet pour l'intérêt général de l'humanité, les solutions aux problèmes mondiaux urgents doivent être facilités par un sage développement international comme au niveau de l'organisation mondiale de la santé (tant que cette organisation n'est pas corrompue ni au service du mondialisme en devenant privée comme actuellement), de la solidarité lors de catastrophes naturelles (feux, inondations, tremblements de terre dont par des budgets, effectifs et véhicules communs), des marchés communs pour des pays de valeur économique proche voire différente si des lois antitrust ou des taxes sont mises en place afin d'apporter un équilibre stabilisant car le marché libre à outrance appauvri même la classe moyenne en faveur de l'élite financière, des programmes communs de développement des pays pauvres avec des investissements étranger voire des prêts sans intérêt, des valeurs morales des ligues mondiales sportives telles qu'il en existe déjà, ou une police mondiale combattant plus facilement les paradis fiscaux stérilisant l'économie mondiale, la corruption internationale, le terrorisme ou les diverses mafias.
Ces derniers problèmes créés internationalement par l'oligarchie mondialiste manipulatrice et donc par l'accumulation des principales richesses au sein des pays de l'hémisphère Nord dont les USA, la Chine, et l'Europe participent également à l'immigration de masse déstabilisatrice du monde.
Et c'est pourquoi à notre époque selon Bernard Lugan, le développement de l'Afrique semble difficile en particulier car ayant en plus un taux de fécondité élevé, un besoin de 7% de croissance (probablement exagéré mais désormais pas impossible avec la cryptomonnaie et la blockchain en particulier car le potentiel de développement de l'Afrique est très important), des aides financières mondiales beaucoup moins importantes qu'ailleurs, des déstabilisations liées au terrorisme et peu de grands investisseurs sérieux. Surtout que selon Israël Adam Shamir l'immigration de masse entraîne aussi inévitablement le grave trafic d’esclaves de millions de personnes. Pourtant, elle est souvent organisée par des prétendus amis de la démocratie européenne recevant étrangement des millions de dollars dont une partie est reversée aux sauveteurs parmi lesquels certains sont par conséquent possiblement corrompus, alors qu'en plus elle ruine tant les pays donateurs, par leur grande perte de population parfois diplômée, que les pays receveurs, par les fortes dépenses d'accueil ou la prétendue nécessité d'assimilation qui au passage est une aussi grosse escroquerie que la dette puisque servant de manipulation dominatrice au profit de certaines élites perverses.
En effet les vrais passeurs, ce sont les organisations politiques plus ou moins occultes qui autorisent l’immigration illégale et massive pour détruire les nations. Et ceux-là, on ne les voit jamais dans les tribunaux à la place des coupables, ou des responsables. En général, ils sont partie civile. Un détail du principe général de l’inversion accusatoire qui a renversé notre justice... Les égalitaristes qui veulent donner massivement la nationalité à des étrangers sont en réalité des anti-égalitaires forcenés utilisant de la manipulation politique dont le but n'est pas la générosité ou l'égalité, mais de détruire les fondements d'intelligence, de qualité de vie et d'instinct de survie de communautés humaines structurées en nations historiques pour les livrer à la logique marchande mondialiste anti-frontières, c'est à dire aux prédateurs financiers privés.
Il faut donc remettre la vie et donc la psychologie et donc l'intelligence et donc la sagesse dans l'ordre. En effet les partenariats internationaux ne doivent pas être un simple établissement de nouveaux liens entre États et économies. Ils doivent aussi modifier le paysage politique et économique des continents, et apporter la paix, la stabilité, la prospérité et une nouvelle qualité de vie. Comme pour les nouvelles routes de la soie, il faut lever les restrictions aux infrastructures dans une perspective d’intégration et créer un système de corridors de transports interconnectés.
En attendant selon Cheikh Imran Hosein, un effondrement économique généralisé pourrait également faire chuter tout l'argent papier dans le monde, et laisser la place à l'argent électronique comme ça commence à l'être partout dans le monde par les cartes bancaires et la crise sanitaire. Celui-ci pourrait ainsi permettre au centralisé système bancaire sioniste ou très riche et pro-Israël de contrôler tout l'argent du système monétaire dans le monde moderne développé en particulier occidental. Il s'agit d'un des sens de l'hégémonie pouvant soumettre les pays aux grandes banques too big to fail (trop grosses pour échouer) puisqu'en dépendant désormais, comme le prouvent la dette accumulée mondialement, la crise de 2008 que les contribuables ont du réparé suite aux spéculations bancaires à outrance et leur vente souvent ignoblement conscientes de placement toxiques. Or divers spécialistes précisent que certaines sociétés d'assurances sont encore plus too big to fail que les grosses banques.
Cependant par la grâce divine ayant préparé la technologie pure de la blockchain décentralisée transparente en particulier car pouvant encadrer les utilisateurs par une charte honorable, pour atténuer cette domination perverse ou même à la place, les peuples peuvent désormais s'orienter vers des cryptomonnaies ou monnaies locales (communales ou intercommunales, inter-entreprises si possible au début prioritairement entre PME, départementales ou régionales), et au maximum vers une cryptomonnaie nationale si le niveau économique du pays est trop différent d'autres nations, voire donc vers une cryptomonnaie internationale utilisée uniquement avec des pays ayant un niveau économique proche ou ayant une politique identique mais en imposant des taxes et des lois antitrust pour garder un certain équilibre au sein de chaque nation. Ainsi avec ce type de taxes sur les produits au niveau de l'union européenne, il serait même possible de garder les frontières ouvertes en basant ce système sur la transparence de la blockchain.
Le principal sens de la guerre de la fin des temps n'est donc pas un combat entre religions, mais une lutte contre l'oppression mondialistes et la perte des authentiques valeurs monothéistes. En apparence selon les textes religieux, on pourrait croire que la fin des temps correspond à une guerre militaire, mais il est possible qu'il s'agisse préférablement d'un sage leurre divin (surtout avec les armes nucléaires inventées) pour détourner l'attention des forces occultes de la lutte des peuples contre les gouvernements et la finance corrompus dont à travers la Blockchain et la cryptomonnaie.
Comme il a déjà été vu, le système laïque moderne d'hyperconsommation cherche par la propagation de l'idéologie libérale-libertaire à la perte des valeurs morales pour apporter la faiblesse morale au peuple afin de le dominer plus facilement par les oligarchies perverses, car un peuple ignorant ou n'étant plus noblement insoumis devient crédule à l'indignité et donc docile vis à vis des manipulations perverses. Et le grand combat entre le bien et le mal a bien actuellement toujours lieu jusqu'à la victoire finale et totale du bien à la fin des temps avec le retour de Jésus, puis au Jour du Jugement dernier dans l'au-delà. Cette fin des temps sera donc aussi le triomphe définitif du christianisme complété (qui l'est lorsqu'il est en conformité avec l'islam) contre la perversité, le sionisme, le laïcisme, le mondialisme, le progressisme et l'athéisme.
En effet le monde dans lequel nous vivons n’est pas le monde que nous percevons. Ce sont les nazis qui ont gagné la seconde Guerre mondiale. Les banquiers de Wall Street, de la City et de Tel Aviv sont leurs héritiers. Les traders sont des criminels de guerre en particulier ceux qui manipulent le cours des denrées alimentaires et des produits de première nécessité en se moquant des famines qu'ils créent à l'autre bout du monde pourtant dans une forme claire de crime contre l'humanité, et c'est pourquoi il est évident que les prix des produits alimentaires de première nécessité doivent être fixés par un gouvernement en cas d'hyper inflation. En Afrique centrale, des tyrans noirs ont pris le pouvoir avec l’aide de mercenaires blancs soutenus par des politiciens occidentaux corrompus. Le capitalisme ultra libéral en particulier sans le social pour tous est un génocide. L'antifascisme, souvent inconsciemment au service du pouvoir profond libéral sioniste (pourtant fasciste), qualifiant de fascisme la volonté des peuples vers un retour à plus de nationalisme, utilise une inversion accusatoire puisque l'antifascisme (en particulier celui des black blocs) est un nouveau fascisme luttant contre le patriotisme (souverainisme) insoumis à la haute finance mondialisée, comme la laïcité est un fascisme contre le catholicisme, la finance international est un fascisme contre les nations, et le mouvement LGBT est désormais un fascisme contre la famille traditionnelle. La démocratie est devenue une manipulation des peuples profitant aux oligarchies puisqu'elles financent les campagnes politiques, les élus et les médias. Le féminisme est un machisme. La gauche est devenue en partie la droite. La laïcité est une religion. Le laïcisme est une dictature. La guerre pour la démocratie est la paix. Tout a changé. Mais rien n’a changé. Et rien ne changera vraiment tant que les hommes ne reviendront pas en masse vers la piété et les règles religieuses authentiquement chrétiennes et musulmanes.
Le gauchisme ne fonctionne pas, et pour deux raisons bien simples. La première raison est qu'il a un faux ennemi : le pseudo-fascisme car il est en réalité un religieux souverainisme social essentiel face au mondialisme oppressif. La deuxième raison est qu'il a un ami caché : la Banque fer de lance de ce mondialisme oppressif. La Banque veut détruire la gauche et pour ça, elle soutient le gauchisme, qui fait le sale boulot en toute inconscience. Si la base ignore le projet, l’élite gauchiste est dans la duplicité. La Banque, à travers les médias mainstream et l’école franc-maçonne, monte les têtes vides gauchistes contre les pseudo-fascistes et ainsi interdit tout renversement d’alliance favorable au peuple entier, qui est populiste, de droite ou de gauche, de droite et de gauche. Le gauchiste est clairement la victime idéale et permanente de l’histoire contemporaine. Le gauchiste, on le fait rêver avec le Grand soir, les matins qui chantent, le temps des cerises, la révolution, la redistribution, le ruissellement, et pendant qu’on lui susurre ces douces musiques à l’oreille (gauche), de la main droite, la Banque lui fait les poches, le paupérise, l’inflationne, le matraque, le migrantifie. À ce niveau de manipulation mentale, c’est de l’art, on ne peut qu’applaudir. Après ça, on peut élever la voix, dire qu’on va dans les entreprises (les travailleurs n’ont rien à faire des discoureurs creux) pour semer la bonne parole de la gauche sociétale qui sert de vigile devant la Banque, rien ne change cette donne fondamentale : la gauche française actuelle est la prostituée de service de la Banque, et ça s’arrête là. La Banque utilise la gauche sociétale (progressiste et donc impie) contre le nationalisme aux valeurs chrétiennes (sa vraie bête noire). On est simplement déçus pour les électeurs, ces éternels croyants cocus, qui tombent dans le panneau d’un paradis terrestre qu’ils ne verront jamais et de cette fausse opposition qui dure depuis plusieurs décennies, le temps d’appeler inconsciemment à voter pour le Diable (Macron, La Banque) contre le souverainisme social, et ensuite de reprendre le bâton de l’opposition creuse en dénonçant les méfaits du Diable. Cette gauche ne voit pas que l’écrasante majorité des médias mainstream est d’obédience socialo-sioniste, ce qui ne l’arrange pas puisqu’elle devrait alors admettre qu’elle fait partie du Média Unique, ou de la dictature... Mais heureusement au second tour, Macron a récupéré seulement 52 % des voix qui se sont portées sur Mélenchon au premier tour. Les autres se sont éparpillées en votes blancs, nuls ou abstentions. Comme quoi le peuple de gauche est largement moins bête (ou corrompu) que ses dirigeants et représentants. En effet Mitterrand est l’oncle de Mélenchon et le grand-père de Macron, car Mélenchon incarne la génération Mitterrand, la génération des potes et du trotskisme, de SOS Racisme et du mondialisme ; et Macron incarne le mariage de la gauche caviar et du mondialisme américano-bruxellois. Sous Mitterrand, après le départ des communistes qui avaient énervé plus qu’effrayé les bourgeois, ce petit monde s’est entendu. Et le peuple petit-bourgeois bohême a pris de la graine. La crise fondamentale de notre civilisation est que les intellectuels et partisans de l'antifascisme le voient partout, et ils n’auront de cesse faire disparaître ce fantôme de leur paranoïa et tous ceux qui ne pensent pas exactement comme eux. Or il n’y a jamais eu autant d’antifascistes depuis que le fascisme a disparu. L’organisation Antifa est une facette des ONG qui cherchent à déconstruire nos sociétés. Surtout que tous ces nouveaux fascismes moraux se glorifient en plus illégitimement puisque leur slogan « pas de liberté contre les ennemis de la liberté » défend en réalité l'immoralité, le libertarisme et l'oppression financière, et devient avec la crise sanitaire et économique en découlant « Pour votre sécurité, vus n'aurez plus de liberté ».
C'est dans ce sens que l'inversion accusatoire sioniste (comme d'autres) prétendant une haine adverse pour légitimer sa haine permet de former des camps et donc des divisions afin de dominer tout le monde. Surtout qu'on ne peut penser à l'endroit avec des mots à l'envers. En effet les gens se sont tellement faits conditionnés par les grands médias, l'époque libertaire et le mondialisme à outrance attaquant, travestissant et pervertissant le sens des mots au profit des très riches, que le fascisme que nombreux cherchent à condamner chez autrui est donc désormais présent principalement par inversion accusatoire dans leur discours devenant ainsi absolument étonnant et pitoyable : voir article «  Pour en finir avec l’extrême-droite »  par Emmanuel LEROY à l'adresse http://www.revuemethode.org/m021907.html
          Dans 1984, l’œuvre de George Orwell, l’auteur a développé le concept de novlang, devenu artisanal par rapport au niveau d'ingénierie actuelle contre les peuples, c’est à dire une anti-langue ou langage trouble, manipulateur, épuré et surtout exempt de termes propres à la pensée contestataire. Par exemple le Ministère de la guerre devenu Ministère des armées a fini par devenir le Ministère de la défense alors que souvent belliqueux. Dans les crises identitaires, religieuses, politiques, climatiques et désormais sanitaires traversées au cours des dernières décennies, de nouveaux mots et de nouveaux termes sont apparus. Des néologisme aux terminologies opaques ont été créés. Les politiques, comités médicaux restreints (au service du gouvernement dans la crise du covid) et médias les utilisent et nous devons nous les approprier rapidement pour communiquer dans ce chaos. Or ils se servent souvent plus de formules pompeuses sans véritable sens afin de tenir le citoyen moyen à l'écart de la politique. Cette novlang empêche aussi de mettre les mots justes sur la réalité dont sur la corruption des élites. On réfléchit avec les mots et non l’inverse. Donc si on les modifie, on modifie la possibilité de penser, de réfléchir, de concevoir et d'interagir avec le réel. Beaucoup des philosophes, psychologues et linguistes partagent cette idée : le langage étant le propre de l’homme, c’est lui qui donne accès à la pensée. Sans langage, il n’y aurait pas de pensée construite : nous vivrions dans un univers fait d’impressions, de subjectivités, de sensations, d’images, et c'est pourquoi le système cherche à perturber le langage pour nous soumettre plus facilement. En effet plus grave que le mensonge, la falsification du langage opère un sabotage de la langue de l’intérieur en pouvant nous amener à mentir à notre insu, puisque le premier devoir de toute langue devrait être de nommer le réel. Surtout que l'abrutissement médiatique se répandant diminue le champs lexical (le vocabulaire) de nombreux gens en les faisant donc arrêter de penser, puisque lorsqu'on a pas les mots, il est impossible d'articuler des idées même si leur conception est bonne. Une très dangereuse dépossession totale a donc lieu à notre époque, c'est celle de notre temps, dont car nous éloignant les uns des autres, du monde et de nous-mêmes. En effet pour nous dominer, le système veut nous voler notre temps afin que nous ne comprenions plus ni n'ayons de mémoire.
George Orwell – La novlangue : « Appauvrir la langue pour éradiquer la contestation ! »
Brandon Smith : « Le langage des gauchistes et des mondialistes peut être assez déroutant car ils ne veulent jamais dire exactement ce qu’ils disent. Le mot « diversité » signifie généralement « plus de gauchistes », pas plus de personnes de couleur. Les gauchistes sont incroyablement racistes envers toute personne issue d’une minorité qui défend une position conservatrice ou modérée. L’expression « suprémaciste blanc » est généralement une référence à la hache à tous les conservateurs. Donc, pour traduire leur charabia woke, l’objectif du Pentagone sous Biden sera de débarrasser les rangs de l’armée des conservateurs et de les remplacer par des gauchistes plus favorables au régime. Le but de la propagande est souvent de créer de fausses associations de mots dans l’esprit des masses. Les médias grand public mentionnent constamment les « suprémacistes blancs », les « néo-nazis » et les « extrémistes » dans les mêmes articles où ils mentionnent les « conservateurs ». Bien qu’il n’y ait aucune preuve du lien entre la majorité des conservateurs et les groupes racialistes identitaires, l’espoir de l’establishment est que la base conservatrice des États-Unis puisse être démantelée par le biais de la culpabilité par association fabriquée. Toute personne qui s’oppose à la mafia de la justice sociétale est étiquetée « suprémaciste blanc ». Par conséquent, tous les conservateurs sont des suprémacistes blancs, car le culte de la justice sociétale contrôle qui est étiqueté. Le culte de la justice sociétale devient ainsi l’arbitre autoproclamé de qui est néantisé et de qui ne l’est pas. Vous voyez comment ça marche ? … Le Culte de l’Éveil (du woke) est comme une ruche de termites parasites qui se fraie un chemin à travers les différents piliers de la société occidentale jusqu’à ce qu’ils s’effondrent ; une fois qu’un pilier est vidé, ils passent au suivant, puis au suivant jusqu’à ce que la nation ou la civilisation s’effondre complètement. Lorsque la nation est déstabilisée, ils proposent alors leur propre modèle social comme solution au problème. Invariablement, leur modèle est celui qui élimine toute liberté individuelle et tout droit inhérent au nom de la « sécurité » et de l’« équité » collectives. C’est le totalitarisme qui se fait passer pour de la compassion. »
Par rapport à ces forces gauchistes et à des forces similaires qui luttent contre le statu quo géopolitique actuel depuis des positions très diverses en prétendant lutter contre des néo-fascismes dont l'islamisme, il existe au Proche Orient un risque réel d’implosion qui peut finir par le défigurer, puis d'explosion mondiale par les différentes alliances internationales en présence dans cette région, comme l'ont prophétisé divers textes religieux judaïques, chrétiens et islamiques en parlant du rapport entre la ville de Damas et la fin des temps. L'écrivain Youssef Hindi l'a d'ailleurs confirmé en précisant que l'actualité de la Syrie (de même que d'autres zones au moyen orient menacantes mondialement par de dangereuses alliances et tensions) ne peut être qu'un point de basculement (pivot) géopolitique régional, puis mondial qui clarifiera de façon nette les alliances et les deux camps qui s'affrontent, c'est à dire le sionisme occidental contre le patriotisme pacifique ou contre le christianisme et l'islam authentiques.
          Thierry Meyssan : « Avec le temps, les objectifs de chaque protagoniste se hiérarchisent et leurs positions se précisent. Conforme à sa tradition, la diplomatie russe ne cherche pas, à la différence de l’états-unienne, à redessiner les frontières et les alliances. Elle tente de démêler les objectifs contradictoires de ses partenaires. Ainsi a t-elle aidé l’ancien Empire ottoman et l’ancien Empire perse à s’éloigner de leur définition religieuse (les frères musulmans pour le premier, le chiisme pour le second) et à revenir à une définition nationale post-impériale. Moscou ne cherche pas à « changer les régimes », mais certains aspects des mentalités. »
          Or donc le sentiment croissant d’insécurité parmi les différentes nations du Moyen orient et d'effondrement économique pour les grandes nations identifie deux camps principaux (occidental et russo-irano-chinois) et affecte directement les alliances instables au sein de l'ensemble de ces nations, leurs choix de nouvelles alliances et leur façon d’exécuter leur politique extérieure malgré leurs relations commerciales et stratégiques actuelles, comme l'a prouvé le nouveau protectionnisme Etats-Unien de Trump qui cherchait désormais une relation bilatérale avec chaque pays plutôt que le globalisme précédent, probablement car les USA ne pouvaient plus le supporter financièrement par preuve de leurs guerres commerciales inédites, de leurs très coûteuses 800 bases militaires à travers le monde, de leurs taxes importantes sur de nombreuses importations et de leur demande de dépenses supérieures des alliés dans l'OTAN.
          La géopolitique est comme une toile d’araignée géante autour du monde : toucher un fil ici peut faire vibrer la toile à l’autre bout du monde. Cependant depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le paysage politique du Moyen-Orient s’était figé autour de quelques crises : l’expulsion des Palestiniens de leur terre (1948), l’affaiblissement des empires anglais et français devant les USA et l’URSS (Suez, 1956), la surveillance du pétrole du Golfe par les États-Unis (Carter, 1979), la disparition de l’URSS et l’hégémonie des USA (Tempête du désert, 1991), la stratégie Rumsfeld/Cebrowski (2001), et enfin le retour de la Russie (2015). Tous les événements politiques et militaires, y compris la révolution iranienne ou les « printemps arabes », ne sont que des épiphénomènes sur cette trame. Aucun n’a fait surgir de nouvelles alliances. Au contraire, tous ont renforcé les alliances existantes pour tenter vainement de donner la victoire à l’un ou l’autre. Or il faut bien comprendre que même en Iran ou en tout cas dans de nombreuses tribus ou partis politiques parfois corrompus présents dans le proche orient, les alliances peuvent s'alterner par intérêt avec l'empire americano-sioniste, le bellicisme d'Israël, les djihadistes, leur nation ou la lutte réelle contre Israël et les Etats-Unis. Or divers responsables politiques du moyen orient analysent la situation avec des données erronées du passé et la méconnaissance de nouveaux acteurs. Surtout qu'en septembre 2021 même l’Arabie saoudite pourtant pro-américaine depuis des décennies, qui avait déjà acheté pour 3 milliards de droits de fabrication d’armes à la Russie en 2017, puis renoncé à acquérir des systèmes anti-missiles S-400, a signé, le 24 août 2021 à Moscou, un accord de coopération militaire avec le ministre adjoint de la Défense, le général Alexander Fomin. On ignore le contenu exact de ce document, mais conclu après la victoire de la République arabe syrienne et la chute de Kaboul, il indique que Riyad ne perçoit plus l’équilibre des forces de la même manière.  Rappelons qu’après sa défaite en Syrie, le Pentagone entend poursuivre la stratégie Rumsfeld/Cebrowski de destruction des structures étatiques de la région, Arabie saoudite comprise. Un à un, de nombreux acteurs de la région ne considèrent plus les États-Unis comme un protecteur, mais comme un suzerain qui n’hésitera pas à les écraser lorsque le temps viendra.
          Ainsi sans contredire l'avis de Youssef Hindi affirmant que les idées sont le moteur de l'Histoire (Histoire pouvant donc donner des clefs de compréhension du présent et du futur) progressant parfois au milieu de circonstances particulières, à travers les intérêts des divers peuples, sciences, idéologies et nations, il apparaît qu'un destin mondial inévitable s'est souvent dessiné à travers l'histoire de l'humanité, en confirmant le fait que la plupart des grands événements de la Création divine et de notre vie sont généralement prédestinés comme épreuves ou inexorables suite à certaines décisions humaines. C'est à dire qu'au delà des considérations économiques et matérialistes et de l'évolution du niveau moral et scientifique général des peuples (que les élites et sociétés secrètes peuvent orienter en leur faveur et leur projet), il y a au-dessus de cela une structure religieuse de la géopolitique et de la politique, et donc de la théopolitique, à prendre en compte pour comprendre un certain nombre de phénomène historiques, politiques et géopolitiques. Or il existe aussi souvent une dictature du réel dont concernant la nécessité d’approvisionnements en énergie, matières premières ou aliments dont à l'étranger. Une combinaison de tous ces facteurs laisse donc présager un avenir instable sur le court ou moyen terme au moyen orient Orient, car les alliances conjoncturelles de certaines nations non leadeuses des deux camps peuvent donc se modifier abruptement, et il faut donc se tenir prêt à l’inattendu, surtout que des processus de paix peuvent facilement être interrompus comme en Syrie par des attaques chimiques ou des bombardements sous faux drapeaux, quoi qu'une forme de statu quo mondial géopolitique soit apparemment en cours.