Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

L) Suite 12


Les idéologies totalitaires ont toujours ignoré la science, contrairement aux oligarques du Forum de Davos qui en ont fait leur cheval de bataille pendant le covid pour justifier la suppression de nos libertés de manière autoritaire, ce qui de manière inédite a été particulièrement facilitée à travers les très influents médias du système. Ces restrictions ont d'abord été liées au terrorisme, puis la cause virale a été prétextée pour les imposer, et le système pourrait même aller encore plus loin dans ce sens jusqu'à se servir des problèmes du climat, de la guerre en Ukraine et des pénuries. Un système de surveillance de masse se cache derrière ce techno-solutionnisme que l’on veut nous vendre, en particulier à travers un crypto euro centralisé.
« Ne pas se soucier du droit à la vie privée parce que l’on n’a rien à cacher, c’est comme ne pas se soucier de la liberté d’expression parce que l’on n’a rien à dire. Nous devons refuser les systèmes d’identité numérique (et de monnaies) centralisés, et le bitcoin apporte une nouvelle fois une solution élégante. »  (Edward Snowden)
Or le transhumanisme auquel les pervers oligarques veulent en plus accéder et la dégradation de la santé qu'ils provoquent aux moins riches dont par de mauvais vaccins et des produits alimentaires pas assez purs correspond en plus au système d'esclavage le plus oppressif et totalitaire de l'histoire de l'humanité, surtout que nombreux meurent avant ou dans le début de leur retraite.
Et cela même si le tyrannie climatique, sanitaire, numérique et économique liée au covid correspond à un totalitarisme doux favorisant la position des élites, car ce fut à travers de la torture psychologique devenant des traumatismes dont envers les enfants (masques, confinements, pass sanitaire, censures, mise en avant de la peur du climat, du terrorisme, des virus, de la Russie, des pénuries), alors que les élites doivent normalement servir le collectif.
Vincent Pavan, enseignant-chercheur en mathématiques à l’Université Aix-Marseille, qui est à l’origine de panneaux en ville relayant des chiffres des risques liés à la vaccination, a même été suspendu. Participant au célèbre (et salutaire) collectif Réinfo-Covid, il était déjà sur la sellette pour son opposition au port du masque et en général aux mesures inutiles et liberticides prises lors de la crise sanitaire. La goutte d’eau des panneaux publicitaires fit déborder le vase de l’intolérance universitaire pourtant protégée par la loi : sa liberté d’expression a donc été sanctionnée sans appel. Un scandale de plus dans une tyrannie ordinaire.
Pour parvenir à leur alliance à travers le socialisme d'un super Etat totalitaire mondialiste, les milliardaires multiplient en plus les petites règles compliquées dont donc avec le Covid qui les a fait progresser et la masse qui les a beaucoup acceptées :
« Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l’avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement (soumis au mondialisme) est le berger. » (Article Strategika.fr)
La croyance à l’illusion qu’"on va tous mourir du virus" provoque l’impératif de survivre avant celui de comprendre ; le cerveau reptilien ayant la primauté sur le néo-cortex et la raison. Il n’est donc pas nécessaire que le fait scientifique soit avéré ou confirmé par le plus grand scientifique ou le Pouvoir lui-même, mais il faut absolument prolonger le pass qui prolonge aussi le danger sanitaire, comme bientôt les pass climatique ou/et économique, ce qui fait enraciner cette croyance collective dans la société et provoque peu à peu un dressage des esprits par auto-conditionnement ainsi donc qu'une neutralisation générale de la réaction et de la raison. Tout ça via l’Écran. Peu importe qu’on n’ait pas de télé, car des affichages suffisent pour diluer la Peur sur la ville et sur les ondes, c'est à dire pourvu qu’on la voit et qu’on en parle ; peu importe que ça soit en bien ou en mal, qu’on est raison ou tort.
« Le Pr Mattias Desmet enseigne la psychologie clinique à l’université de Gand en Belgique et s’est spécialisé dans la « formation de masse » typique des régimes totalitaires. Dans un exposé brillant, il présente un modèle effectivement éclairant quant aux conditions préalables nécessaires, mais aussi à la dynamique propre des dérives de l’ordre de celle dans laquelle nous sommes. Laquelle se caractérise en effet par un « état préalable » de la société, fait de niveaux élevés de mal-être et de perte de sens. Soulignant les taux stupéfiants (littéralement) de consommation de médicaments psychotropes dans nos différents pays ainsi que de marqueurs de souffrance psychique comme le burn-out et les dépressions, le Pr Desmet souligne que nous étions déjà des sociétés souffrant de fort taux d’anxiété et de frustration psychique amplifiées par la perte de liens sociaux physiques, ce qui était déjà une perte de sens. Il en résulte une société déboussolée, avec des individus en proie à des affects d’autant plus douloureux qu’ils ne savent pas les attribuer à une cause en particulier. Cette souffrance « flottante » est d’autant plus redoutable qu'elle risque de précipiter les deux principaux processus inconscients mis en lumière par Freud : le déplacement et la condensation. Un agent comme le coronavirus ou la Russie peut ainsi devenir la cible de cette projection massive sur laquelle les individus vont décharger mais aussi investir massivement leur souffrance diffuse. Grâce au Covid ou à la Russie, ils savent enfin (ou croient savoir bien sûr) pourquoi ils sont aussi angoissés et déboussolés. La captation de cet investissement pulsionnel par le narratif officiel devient un jeu d’enfant : dans une configuration élémentaire « à la » triangle de Karpmann (que Desmet ne mentionne pas et qui sera expliqué plus tard), les gens s'estiment victimes ou à risque de l’être avec un bourreau identifié. À l’instar de cette fable des Animaux malades de la peste, les consommateurs sevrés par ces crises orchestrée sentent qu’il faudra bien sacrifier quelques-uns parmi les marginaux qui refusent de se conformer aux diktats de l’heure. C’est ici que la théorie du bouc émissaire incarné par le groupe des non vaccinés (mais aussi des complotistes ou anti-vaccins selon les étiquettes de circonstance désignés eux aussi comme des dangers publics) fait son entrée en scène de manière magistrale. Puisque dans une triangulation réussie il faut bien qu’une victime expiatoire tienne lieu de médiation entre les captifs et leurs bourreaux , et un sauveur qui l’est tout autant (les autorités protectrices et le « vaccin » salvateur).
(« Quand on veut que les gens vous obéissent alors que ça n’a plus de sens, ça s’appelle le totalitarisme » : extrait de l'article « Pr Didier Raoult : « Quand on menace les gens de les confiner ou de ne plus les soigner, c’est de la dictature » à l'adresse https://lemediaen442.fr/pr-didier-raoult-quand-on-menace-les-gens-de-les-confiner-ou-de-ne-plus-les-soigner-cest-de-la-dictature/)
Dans ce processus sournois synonyme de bassesse, les individus se soulagent efficacement de leur souffrance diffuse, avec de surcroît le sentiment de participer à une communauté héroïque, recréant ainsi le sentiment d’être en liens d’une manière où ils se sentent prêts à tous les sacrifices. Le Pr Desmet insiste sur le fait que la participation à la dérive totalitaire est tout sauf égoïste : elle est à l’inverse solidaire, altruiste et même sacrificielle. Ce que confirme la facilité avec laquelle les peuples ont renoncé à leurs droits et libertés. Une fois cet « engoncement (ce resserrement) » dans un narratif fantasmatique réalisé, le piège s’est refermé : le risque qu’il y aurait à ouvrir les yeux, à comprendre la réalité de la situation, et à mesurer aussi l’étendue et la gravité des manipulations et maltraitances subies de la part de dirigeants en qui ils avaient placé leur confiance, impliquerait nécessairement le risque d’être renvoyé à la souffrance flottante précédente, ce qui serait perspective psychiquement insupportable. Cela explique pourquoi les « covidistes » sont si peu intéressés par les faits, les chiffres et les données. A tel point qu’ils les rejettent même avec acharnement et une hostilité marquée envers ceux qui cherchent à les en informer. Un paramètre frappant de ce processus est que ce ne sont de loin pas les personnes les mieux éduquées ou soi-disant les plus aptes à la pensée critique qui se trouvent être les mieux protégés face à cette dérive délirante. Au contraire ! Les « élites » sont d’autant plus à risque que leur narcissisme social rend difficile l’admission de leurs erreurs ou dérapages. Les biais cognitifs de confirmation, amplifiés par la pensée grégaire et la supériorité de caste, rend même les médecins, scientifiques, universitaires, avocats, psychologues, dirigeants d’entreprise, cadres et journalistes d’autant plus à risque de s’enfermer dans des postures délirantes. » (Extrait de l'article « Viol des esprits et psychose de masse » à l'adresse https://strategika.fr/2021/10/06/viol-des-esprits-et-psychose-de-masse/
Or une société malade qui a perdu ses repères (ses valeurs) crée toujours du totalitarisme, de l'injustice sociale ou des guerres. En effet généralement suite à une époque difficile, cela va créer des hommes forts qui eux-mêmes vont concevoir une société plus juste et plus faciles à vivre. Puis avec le temps, les hommes la composant vont perdre de leur vigueur et de leur vigilance. Alors ces sociétés dégénèrent et s'avachissent en raison de la faiblesse des hommes qui les constituent parce qu'ils ne rencontrent plus d'épreuves qui les fortifient. Ainsi elles sombrent dans la destruction, et c'est à nouveau l'émergence d'une époque difficile. C'est pourquoi lors des premiers califats, le djihad pieux intérieur qui est de se maîtriser religieusement et le djihad pieux extérieur qui est le combat militaire, servaient principalement à maintenir la force et la stabilité de la société.
Ainsi on ne doit pas négocier avec l'expérience totalitaire, car moins on négocie avec elle et plus vite on la fera couler, d'autant plus avec de massifs boycotts intelligents et unis, car le destin du totalitarisme est de s'autodétruire, de s'effondrer, puisqu'il est contraire à toutes les lois de la nature, de l'espèce, de l'esprit, de l'âme, de l'intelligence. Surtout qu'impopulairement car souvent par rapport à la modestie du peuple, la nomenklatura y a généralement droit à tout même à certaines interdictions imposées au peuple.
L’émergence du phénomène totalitaire est-elle le produit d’une société malade, qui a perdu ses repères ? Comment les peuples ont-ils été dépossédés de leur capacité à exercer leur esprit critique ? En quoi nous a-t-on supprimé le droit de mener une « vie héroïque » ? Quelles sont les principales caractéristiques des personnes susceptibles de participer activement au phénomène totalitaire ? Quels sont les profils de celles qui sont, au contraire, en mesure de lui résister ? En quoi est-il important de faire un travail sur soi pour être capable de résister à l’embrigadement ? Le phénomène totalitaire n’agit-il pas comme un aiguillon qui exige que nous revoyions à la hausse l’échelle de nos valeurs et notre conception de la vie ? En quoi vivons-nous le prolongement de notre fermeture de cœur ? La charité serait-elle le remède au totalitarisme ?
Selon la psychologue clinicienne Ariane Bilheran, la meilleure solution contre le totalitarisme tyrannique synonyme de guerre auto-destructrice et contre la société du spectacle qui ne valorise plus la discipline, l'effort et l'être, mais la séduction, la consommation et l'avoir, est la charité et non la solidarité. En effet la solidarité est une chaîne qui détient l'exigence de la réciprocité et donc de l'interdépendance. Alors que la charité, très souvent pratiquée par les prophètes Jésus et Mouhamed, ne cherche qu'à donner sans condition, qu'à aider sans vouloir recevoir, mais dans l'espoir que l'être ou les êtres humains aidés dont dans leurs droits soient guidés et propagent cette charité en la pratiquant. Selon saint Thomas d’Aquin, la charité est la vertu suprême théologique (et christique, du monothéisme authentique), et c'est donc celle qui nous fait le plus grandir car elle est synonyme de miséricorde par excellence, mais elle ne doit pas amener à la pauvreté de celui qui la pratique. Elle peut aussi se voir dans l'hospitalité individuelle ou collective. Et lors d'une épidémie quand c'est possible, il est donc préférable de préserver l'amour entre humains dont par des contacts tendres, plutôt que l'amour de soi dont par la crainte des autres, surtout que Dieu contrôle même les virus et que le martyr qui doit être recherché se gagne avant tout par le secours envers l'humain, la vie et la foi.
Or nous sommes arrivés à un point tel que la survie n'est plus mesurée par des critères moraux, spirituels ou humains. Le peuple a même été traité par les vaccins expérimentaux comme des bestiaux voire des cobayes sous la propriété totalitaire de l'Etat. Malheureusement, nous savons que jamais personne ne s’empare du pouvoir avec l’intention d’y renoncer. Pour certains le pouvoir n’est pas un moyen, il est une fin.
Suite à l'effondrement du messianisme communiste (totalitarisme d'apparence militaire) et du messianisme capitaliste libéral (totalitarisme d'apparence chic et donc plus vicieux), le pire totalitarisme est donc celui de la société libertaire d'hyper consommation, car il est organisé par une ploutocratie, et par ce que le virtuel et l'impiété, c'est à dire le numérique, l'athéisme, le progressisme, le Lgbtisme, le féminisme, la GPA, la transsexualité, le transhumanisme, le wokisme, la cancel culture, luttent contre le réel après l'avoir follement qualifié de fascisme, alors que ce n'est que par une évidente inversion des valeurs que le fascisme tend à revenir mondialement à travers cette gauche sociétale ayant particulièrement formaté les jeunes générations.
Or selon Karl Marx, l'Histoire d'un totalitarisme revient toujours deux fois, mais la première fois elle vient en tant que tragédie, alors que la seconde, elle revient en farce. Et la plus grande menace pour un totalitarisme impie n'est pas les rebelles violents sur lesquels il pourrait construire une fausse légitimité de défense nationale contre eux, mais les sceptiques, les ironiques et les décontractés dont l'esprit fin, clairvoyant, sage et intelligent peut être contagieux. Or quand la passion ou la peur sont administrées chez le peuple comme ce le fut lors la propagande manipulante et divisante concernant le Covid, l'idéologie politicienne tyrannique prime sur la raison, la science et le bon sens. Ainsi malgré la démocratie liée à la république française étant le pouvoir au peuple, le système veut nous faire croire que c'est l'autorité qui a le pouvoir, alors qu'il est prêté uniquement par le peuple un certain temps pouvant en plus être raccourci par une révolution. D'ailleurs la dictature sanitaire liée au Covid a clairement fait passé l'autorité à de l'autoritarisme, qui pourrait aller jusqu'à la tyrannie écologico-sanitairo-numérique sous de pseudos prétextes comme la lutte contre l'effet de serre. En effet on ne peut nier qu'avec la perverse gestion de la crise sanitaire comme pour habituer les peuples aux prochaines crises et au grand reset, un totalitarisme ploutocratique s'est mis en place par les confinements, les couvre-feu, le traçage, les délations, la stigmatisation de populations, les camps, le QR code (faisant rappeler celui de Nuremberg), le passeport (covid) pour circuler sur le territoire national, le règne de la terreur par la propagande, etc. Surtout que les forces progressistes qui ont imposé cette tyrannie sanitaire et numérique ont en partie détruit l’économie productive au profit des puissances financières. Voir vidéo « L'Eloge de la force avec Laurent Obertone - Le samedi politique » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?v=Ue9CqPFtQgo&t=192s
Le passeport covid national liberticide, a possiblement préparé les peuples à celui énergétique, écologique ou vert encore plus liberticide, puisqu'il a été la suite liberticide concernant le déplacement commencée lors de la première guerre mondiale et continuée par les passeports et les visas : « Rien peut-être ne rend plus sensible le formidable recul qu’a subi le monde depuis la Première Guerre mondiale que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et, de façon générale, à leurs droits. Avant 1914 … chacun allait sans passeport où il voulait sur terre et y demeurait aussi longtemps qu’il lui plaisait. » (Stefan Zweig, Le monde d’hier. Souvenirs d’un Européen, 1942)
Pour retrouver un peu de cet ancien temps, égalité et réconciliation sont les deux choses que les majorités doivent absolument offrir aux minorités (dont les ultra riches font partie), surtout si elles veulent empêcher ces dernières de donner prise aux techniques de manipulations utilisées par les forces qui veulent transformer tout le monde en esclaves obéissants et désemparés. D'autant plus que par la subordination de la dette usurière, une caste mondialisée ultra riche et donc minoritaire cherche le pouvoir politique et parvient même à obtenir des infrastructures de nations, la dématérialisation de la monnaie (en futures crytpomonnaies liées aux monnaies nationales décentralisées gérées par les banques) et le démantèlement des services publiques (dont les moyens hospitaliers étaient déjà insuffisants avant le début du covid) en les faisant devenir payant. Ces majorités qui s’illusionnent et croient qu’elles peuvent résoudre le « problème des minorités » en les expulsant ou en les faisant disparaître ne font que se tromper elles-mêmes. En effet résoudre « simplement » le « problème des minorités » en les réprimant pousse inévitablement celles-ci directement dans la chaude étreinte des grands manipulateurs, et cela transforme ces minorités en une puissante arme contre la majorité. C’est le grand danger de mouvements comme le Rassemblement national en France. Leurs actes ne servent qu’à « armer » les minorités. Surtout que le Rassemblement national ayant été attaqué pendant 40 ans par les forces sionistes, il a finalement été dévirilisé, et une fois dévirilisé, il a été attaqué sur sa dévirilisation (par Zemmour). On saisit l’ingénierie aussi subtile que cruelle. C'est à dire que comme la nouvelle droite de Zemmour en réalité sioniste est fausse puisque étant pour L'Euro, l'Union européenne et le pass sanitaire, cela signifie qu'elle est macronienne. Ainsi ceux qui le suivent participent à éjecter les derniers véritable défenseurs de la droite authentique. L’ennemi te demande de faire la paix, de poser ton arme, puis, sans risque, t’enfonce son épée, que lui n’a pas posée. Bien entendu, cela ne signifie pas que les préoccupations et les griefs émis par ces mouvements sont sans mérite, pas du tout, ce sont leurs (pseudos) « solutions » qui sont le véritable danger.
Il n’y a qu’un seul chemin efficace pour désamorcer le potentiel explosif des minorités :
-Expliquer que la domination des élites perverses se fait donc de la manière suivante : libéralisme libertaire, appauvrissement du bas et de la classe moyenne entrepreneuriales de la société, destruction des acquis sociaux, manipulation entre minorité et majorité, racisme, division horizontale, et ainsi lutte verticale entre le peuple et le pouvoir profond évitée.
-Instruire les minorités et leur expliquer qu’elles sont manipulées
-Instruire ceux qui rejoignent les mouvements opposés aux minorités qu’ils sont aussi manipulés
-Offrir aux minorités un avenir fondé sur l’égalité et la réconciliation
-Pointer les projecteurs vers ceux qui soufflent sur les braises du conflit et essaient de tourner les minorités et les majorités les unes contre les autres afin de préserver leurs privilèges corrompus. (voir article complet à http://lesakerfrancophone.fr/les-minorites-manipulees-representent-un-danger-majeur-pour-les-etats-democratiques)
          Tous les grands problèmes sociaux mondiaux dont ces derniers proviennent principalement des occidentales oligarchies perverses, mondialistes, sionistes, cupides ou avides de pouvoir. En effet exactement 11 ans après le démembrement de l'union soviétique et le discours du président Bush Père américain sur le nouvel ordre mondial séculier à venir, les attentats probablement effectués sous faux drapeau au World Trade Center du 11 septembre 2001 eurent lieu, ce qui permit au président Bush américain, fils du précédent de même nom, de dire qu’il fera la guerre au terrorisme, car il s'agissait d'une guerre possiblement sans fin permettant aux Etats-Unis leurs perpétuelles ventes d'arme et la préservation de leur hégémonie puisque cet empire est un complexe militaro-industriel, mais cela créa beaucoup d'immigration suite aux guerre en Afghanistan, Irak, Lybie et Syrie. Or s’il avait affirmé qu’il avait l’intention de livrer une bataille à l’islam, cela aurait mis en danger le projet sioniste de domination du monde par le pervers laïcisme occidental et l'instabilité des guerres, puisqu'il aurait uni la population musulmane représentant le cinquième de l'humanité. D'ailleurs après avoir organisé la guerre permanent, l'oligarchie mondialiste des Etats-Unis et de l'Occident veut maintenant les pass sanitaire et énergétique permanents pour augmenter désormais la guerre du tous contre tous et la tyrannie ploutocratique internationale. Ceci prouvant qu'il est grand temps qu'un califat bien guidé et donc sagement constructeur réapparaisse à travers l'union de tous les pays musulmans, afin de purifier le monde qui en est devenu à être organisé par l'exploitation du chaos pour préserver l'empire américano-sioniste.
Surtout que suite à tout ce qui vient d'être évoqué et comme il est reconnu désormais mondialement que divers services spéciaux occidentaux instrumentalisent le terrorisme djihadiste à des fins politiques ou géopolitiques, d'autant plus que le Président Trump a admis l'origine états-unienne de Daech. En effet cette armée terroriste avait été au départ la rébellion de l'ancienne armée et administration irakienne de Saddam Hussein qui furent humiliées à travers leurs licenciements (même de nombreux petits fonctionnaires) organisés par l'envahisseur américain très probablement dans le but de déstabiliser voire détruire définitivement cette nation. Puis cette armée fut ensuite infiltrée par le wahhabisme de l'Arabie Saoudite soumise aux USA. De même, il est unanimement reconnu que les premiers Talibans ont été soutenus par la CIA. C'est à dire que certains spécialistes arabes et mondiaux affirment que le complexe militaro-industriel des États-Unis a manipulé le groupe Al-Qaïda pour le lier de près ou de loin aux terribles attentats du World Trade Center afin donc de pourvoir envahir divers pays musulmans pour contenir la Russie, l’Inde et la Chine, et bien sûr afin de contrôler une partie des voies d'approvisionnements en hydrocarbures entre le moyen orient et l'Asie. Cela fut d'autant plus possible sans l'opposition véritable de ces grandes puissances concurrentes depuis la déstabilisation de l'Irak par des islamistes ayant suivi celle par les Etat-unis sous un faux prétexte d'empêcher des armes de destruction massive d'être utilisées. Et ce fut aussi le cas lors de la guerre en Libye jusqu'à un niveau trop important de déstabilisation et de prises de territoire de la Syrie en 2015 par Daech synonyme de danger terroriste pour la Russie et de possible annexion israélienne jusqu'au Grand Israël impie, car jusque là comme lors de la guerre otanienne contre la Yougoslavie en 1995 et contre la Serbie lors des années 1999, la Russie (union-soviétique) qui s'effondra en 1991 n'était pas encore prête économiquement ni donc militairement, dont pour affronter l'OTAN si nécessaire. Cela permit aussi à la Russie d'avoir le temps de finaliser certaines armes modernes comme ses boucliers électromagnétiques, ses missiles hypersoniques et ses missiles pouvant détruire des satellites comme le prouve le discours de 2018 du président Poutine sur les nouvelles armes russes. Cela lui permit aussi d'être assez forte économiquement pour affronter les sanctions actuelles liées à son intervention en Ukraine, et donc également la course aux armements, à leur livraison et à leur utilisation coûteuses dans cette guerre face à l'union militaire de plusieurs pays qu'est l'Otan. De plus il faut comprendre que la Libye n’appartenait pas à Sa sphère de sécurité ou d'influence, comme le proche orient n'appartient pas à la sphère de sécurité ou d'influence de la Chine ni de l'Inde, même si elle le devient de plus en plus car c'est un centre mondial de pressions internationales.
Dans ce sens d'obligation chronologique, le début de la guerre en Ukraine organisée par les occidentaux, pour participer au grand reset ou à l'effondrement de la Russie, devait attendre le formatage des peuples occidentaux par la crise du covid qui devait attendre les outils le rendant possible comme le smartphones répandus et le QR code.
Or comme en plus selon le plan divin la souveraineté russe est divinement d'abord basée sur la vente de gaz, toutes ces circonstances ont fort heureusement obligé la Russie à freiner l'apparition de cet interdit grand Israël et à combattre cette innovation malfaisante gravement erronée qu'est l'islamisme politique destructeur et meurtrier de masse, qui devrait d'ailleurs s'appeler simplement terrorisme plutôt que terrorisme islamique, comme on ne fait pas d'amalgame avec les autres religions et les idéologies politiques même quand elles sont terroristes. Il faut noter que comme par son intervention en Syrie, la Russie a donc en plus sauvé la Syrie, mais aussi l'Iran, et par ses choix géopolitiques, elle a supporté la Chine dont en ayant pris de front l'occident dominateur belliqueux et même supporté la Corée du Nord à avoir la bombe atomique, ces nations ne peuvent que soutenir la Russie en Ukraine.
          Par ailleurs cette déstabilisation états-unienne du proche orient espère aussi au bout du compte une guerre permanente entre sunnite et chiite similaire à celle sans fin contre le terrorisme, puisque permettant aussi leur honteuses ventes d'armes indéfiniment puis donc leur exploitation des ressources des pays dans le chaos comme en Afghanistan, Irak, Lybie et Syrie :
Twaban (SDP) rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu (SBDSL) : « Peu s'en faut que les nations ne se liguent contre vous à la manière de mangeurs se conviant à manger du même plat (pétrole du moyen orient et maghreb). L'un des compagnons demanda : « serons-nous en minorité ce jour-là, ô Envoyé de Dieu ? » « Non, vous serez nombreux, mais (sans plus de valeur) que l'écume charriée par un torrent (car divisés), et Dieu ôtera du coeur de vos ennemis la crainte que vous leur inspiriez et Il mettra de la faiblesse dans les vôtres. » répondit le Prophète (SBDSL). Un autre demanda : « De quelle nature sera cette faiblesse ? » « L'amour de ce monde et la crainte de la mort (vous faisant oublier la défense des faibles et de la morale) », finit le Prophète (SBDSL). »
          C'est également dans ce sens que le pouvoir profond occidental lié à divers lobbies pervers et certains de leurs services spéciaux comme la CIA organisent divers foyers de tensions dans le monde. C'est pourquoi il n'est pas étonnant que le complexe militaro-industriel, wall street et le judéo-protestantisme soient les composants principaux de l'Etat profond américain et du désordre international.
          Ce démoniaque pouvoir profond très nocif de l'occident souhaite donc aussi la destruction de l'islam, du catholicisme et du christianisme orthodoxe, car ces religions sont en opposition au laïcisme hyper consommateur de leur capitalisme libéral libertaire enrichissant seulement les très riches en particulier par l'usure. De plus cet internationaliste pouvoir oligarchique pervers cherche la maîtrise de divers territoires dont certains donc pour agrandir leur principale colonie qu'est Israël devenu par rapport au monde leur capitale ou Etat leader, puisque permettant par l'honteuse suprématie victimaire des juifs liée à la shoah de valider la belliqueuse et dominatrice politique internationale des américano-sionistes mondialistes.
           Pour y parvenir au fur et à mesure des dernières décennies dont par la grande prise de contrôle des pays occidentaux, diverses autorisations législatives furent données pour la création de chaînes d'informations partisanes, l'apparition de groupes de réflexion ultra-libéraux subventionnés par les très riches leur permettant en plus de payer moins d'impôts, et l'organisation de groupes de discussions avec des citoyens représentant la population afin de plus facilement manipuler le peuple à accepter par exemple la guerre en Irak et en Syrie ou la Russophobie. Surtout que des sociétés privées type « behavioral insigts team (l'équipe d'analyse comportementale) » étudient la psychologie humaine pour modifier le comportement de la population, en particulier à travers les enfants, dont afin de faire croire que l'autorité a le pouvoir, alors qu'il est prêté uniquement par le peuple un certain temps pouvant être raccourci par une révolution comme il a déjà été vu.
          De plus avec des découvertes scientifiques et des lois de plus en plus perverses amenant bientôt à valider la sélection des gênes pour le fœtus, la GPA et les utérus artificiels voire les clonages, les élites mondialistes corrompues pourront créer des armées de serviteurs sous prétexte d'adoption, voire créer des êtres humains supérieurs qui n'hésiteront pas à faire disparaître les anciennes générations plus faibles.
          Tout cela confirme donc la nécessité urgente d'un retour à l'éthique morale d'un Califat bien guidé à travers l'union de tous les pays musulmans pour qu'il participe à l'assagissement du monde, surtout que s'étendant sur des zones très riches en hydrocarbures et très stratégiques géopolitiquement dont vis à vis du commerce international et des nouvelles routes de la soie.
Surtout que selon l'analyste géopolitique français Bruno Guigue, le terrorisme ne s’est jamais aussi bien porté depuis que les USA prétendent le combattre, et les États souverains qui affrontent ce terrorisme pour de vrai (aujourd’hui comme hier) figuraient depuis longtemps sur la liste noire des faucons du Pentagone. Afghanistan envahi, Irak laminé, Libye pulvérisée, Soudan tronçonné, Syrie agressée, Iran sanctionné, Yémen affamé : la guerre contre la terreur est l’alibi d’une destruction méthodique des structures étatiques du « grand Moyen-Orient », pour reprendre l’expression de Michel Raimbaud. On ne comprend pas la politique occidentale dans la région si l’on refuse d’admettre que la guerre contre la terreur était en fait une guerre pour la terreur, destinée à perpétuer le chaos dans une partie du monde aussi riche en puits de pétrole qu’en peuples récalcitrants. Contrairement au discours convenu des chancelleries occidentales sur « notre ennemi mortel, l’islamisme radical » (discours destiné aux naïfs), les terroristes coupeurs de tête n’ont jamais causé le moindre tort à l’hégémonie US (ni à Israël), qui a précisément besoin de leur nocivité pour se perpétuer. En effet à la fois mercenaires et boucs-émissaires, les djihadistes en tous genres ont fourni des hommes de mains jetables à l’empire du crime. Ainsi progressivement, les États-Unis retirent leurs troupes des conflits où elles étaient engagées et y substituent des mercenaires djihadistes sur le terrain et des sanctions économiques synonyme d'une version moderne du siège médiéval. En effet ce que les arrogants, méprisants, despotiques et tyranniques dirigeants états-uniens échouent à faire directement ou par procuration militairement, ils veulent y parvenir en affamant population, femmes et enfants. C'est à dire qu'ils imposent des embargos ou des blocus qui sont des actes de guerres et établissent des sanctions économiques même vis à vis de leurs pays alliés qui passeraient outre leur politique perverse contre diverses nations ou régions particulières du monde. Ces actions stratégiques sont d'autant plus perverses qu'elles s'effectuent en dehors de tout droit international dans une forme de jungle animale opposée à l'humanisme qu'ils prétendent pourtant sournoisement défendre, surtout qu'elles ne sont pas dénoncées par des organisations comme l'ONU et l'OMC prétendant défendre la justice internationale, alors qu'elles sont pourtant plus graves que leur bombe nucléaire sur Hiroshima puisque 500 000 enfants irakiens en sont morts lors de l'embargo contre l'Irak à l'époque de Saddam Hussain. C'est pour ça qu'il est insupportable que la morgue moralisatrice des dirigeants occidentaux corresponde à l’écran de fumée qu’ils jettent complaisamment sur ces tas de cadavres dont ils sont responsables et qu'ils présentent à leur peuple. C’est non seulement une insulte à l’intelligence des peuples qui les écoutent, mais surtout, et c’est de loin le plus grave, c'est une ignominie à l’égard des peuples qu’ils ont condamnés à la mort ou à la misère. Dans cette entreprise mortifère où le false flag est la règle et le bombardement aveugle le mode opératoire, de Kaboul à Bagdad, de Tripoli à Sanaa, et de Mossoul à Damas, les États-Unis battent tous les records, mais leurs supplétifs français et britannique, ces roquets de l’Empire, ne sont pas en reste dans l’exécution du crime de masse. Quel autre pays dans le monde outre ces trois-là peut se vanter d’avoir fait autant de guerres chez les autres dont par procuration, imposé autant de sanctions économiques, et déstabilisé autant de nations souveraines ? S’ils avaient une vague idée de ce qu’est le patriotisme, leurs citoyens descendraient dans la rue pour imposer la fin de cet acharnement criminel contre des populations qui ne leur ont rien fait, et dont certaines avaient même la candeur de croire aux valeurs usurpées par un Occident failli.
Le professeur Michel Chossudovsky, directeur du Centre for Research on Globalization, rappelle que deux grands pays classés aujourd’hui comme ennemis des États-Unis alors qu'ils étaient pourtant leurs alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, sont ceux qui payèrent la victoire sur l’Axe nazi-fasciste Berlin-Rome-Tokyo du plus haut prix en vies humaines lors de cette guerre : environ 26 millions pour l’Union Soviétique et 20 millions pour la Chine, par rapport à un peu plus de 400 mille pour les États-Unis. Avec ce préliminaire Chossudovsky introduit sur Global Research une étude documentée par James A. Lucas sur le nombre de personnes tuées par la série ininterrompue de guerres, de coups d’État et autres opérations subversives effectués par les États-Unis de la fin de la guerre de 1945 à aujourd’hui, parfois sous de faux prétextes humanitaire ou démocratique alors que principalement pour dominer les ressources et la politique de diverses nations du monde : nombre estimé à 20-30 millions. Le mondialiste Kissinger a d'ailleurs dit qu'il faut contrôler les ressources (militairement, financièrement ou monétairement) pour contrôler les nations.
Ce nombre correspond au double environ des morts de la Première Guerre mondiale dont on a pourtant célébrer à Paris le centenaire de la fin avec un « Forum de la paix », et qui fut la première guerre à échelle industrielle ayant donc augmenté la violence internationale puisque liée à l'apparition de l'industrie jusqu'à celles des armes, alors qu'aujourd’hui, la guerre devient plus électronique et technologique, comme quand il s'agit d'entraver ou hacker les drones, véhicules et bâtiments ennemis. Ce qui prouve qu'avec ses usines, ses machines, le travail à la chaîne, la forte augmentation de la différence dans les revenus et ses guerres, l'ère industrielle amena en plus une violence sociale beaucoup plus importante qu'avant.
Or en plus de ce nombre de morts, il y a les blessés qui souvent se retrouvent infirmes : certains experts calculent que pour chaque personne morte en guerre, 10 autres sont blessées. Ceci signifie que les blessés provoqués par les guerres étasuniennes se montent à des centaines de millions. À cette estimation dans l’étude s’ajoute un nombre non quantifié de morts, probablement des centaines de millions, provoqués depuis 1945 jusqu’à maintenant par les effets indirects des guerres : famines, épidémies, migrations forcées, esclavagisme, exploitation, dégâts environnementaux, soustraction de ressources dont alimentaires et énergétiques aux besoins vitaux pour couvrir les dépenses militaires. L’étude rapporte les guerres et les coups d’État effectués par les États-Unis dans plus de 30 pays asiatiques, africains, européens et latino-américains. Elle révèle que les forces militaires USA sont directement responsables de 10 à 15 millions de morts provoqués par leurs plus grandes guerres : celles de Corée et du Vietnam, et les deux contre l’Irak. Entre 10 et 14 autres millions de morts ont été provoqués à travers les guerres de forces alliées armées, entraînées et commandées par les USA, en Afghanistan, Angola, Congo, Soudan, Guatemala et d’autres pays. Le coup d’État le plus sanglant fut organisé en 1965 en Indonésie par la CIA, organe étatique des USA prétendument défenseur de la démocratie et du Bien : elle fournît aux escadrons de la mort indonésiens la liste des 5 000 premiers communistes et autres à tuer. Le nombre des gens assassinés est estimé entre 0,5 et 3 millions.
Les Etats-Unis ont été en guerre 93% du temps de leur existence depuis leur création en 1776, c’est à dire 222 années sur les 239 années de leur existence. Le pays n’a donc été en paix que 21 ans depuis sa création en 1776… Il a participé à 40 guerres depuis 1945. Cela apporte une évidence de plus en plus partagée suivant l'avis du bon sens élémentaire : un pays en guerre incessante partout dans le monde, et cela depuis 170 ans, ne peut plus faire croire qu’il dispense la paix, le bien et la démocratie !
Eux et les sionistes tuent, détruisent, sont racistes, pleurnichent des lois mémorielles, s’approprient des terres en excluant les autochtones, s’ingèrent dans la politiques des autres pays du monde, et manipulent les autres états en organisant des infractions économiques et financières, usant de trafic d’influence, et utilisant des escroqueries en bande organisée. Ces gens, consciemment corrompus complètement, et par conséquent très coupables criminellement, sont extrêmement nocifs mondialement.
Ainsi de nos jours, les intérêts américano-sionistes dans leurs opérations militaires sont toujours perversement d’ordre financier, politique et hégémonique. Depuis le début de 21e siècle, le contrôle des hydrocarbures, l'ingérence dans la politique étrangère, l'usure endettant les nations, le dollar oppressant les économies, la laïcité affaiblissant le niveau moral des gens et la vente d'armes détruisant des villes sont encore la priorité pour tenir leur domination par le chaos chez les autres. L'occident est malade de la perversité et la violence, intérieures et extérieures, mais aussi malade tout court, malade de son système social défaillant : l’élimination des plus faibles est inscrite dans le logiciel néolibéral lié à l'impie darwinisme associant perversement la sélection naturelle à la société humaine, qui est donc aussi nazi par essence. Macron, Trudeau, Lagarde ou Leyen ne sont en théorie pas des nazis, ce sont même des soi-disant antinazis. Sauf que leur politique est une politique de ségrégation sociale, de répression violente, de peurs administrées et donc de tensions nationales plus que raciales, et c’est ce qui induit les observateurs en erreur, alors que le suprémacisme élitaire et le wokisme ploutocratique doivent donc être renvoyés dos à dos, car ce sont les deux faces d’une même pièce pire que le nazisme, d'une pièce par conséquent truquée, fabriquée pour séparer les gens. Encore un coup du Diable.
Par conséquent l’Afghanistan représentait bien aussi un endroit stratégique pour les intérêts américano-sionistes, puisque jouant donc le rôle de voies d’acheminement des hydrocarbures de l’Asie centrale, permettant l'établissement de bases militaires américaines pour contrôler la région, et participant au développement d'un ennemi mondial perpétuel qu'est le terrorisme. Le terrorisme des premiers saoudo-talibans ayant amené l'invasion de l'Afghanistan par les américains a donc effectivement facilité la manipulation mondiale à leur profit, provoqué toujours plus de ventes d'armes, et permis que le terrorisme wahhabite ou takfiriste puisse ne jamais disparaître totalement par preuve que des monarchies arabes pétrolières alliées des États-Unis participent à son financement.
De plus pour le profit des cupides et corrompues oligarchies très riches, le terrorisme sert également à dévier la colère des peuples face à la mise en place de lois antisociales, sécuritaires et asservissantes économiquement. Ces élites et multinationales cupides prennent aussi particulièrement le pouvoir sur les états par leur corruption d'hommes politiques et par des organisations ou lois commerciales supranationales avec des traités internationaux. En effet cela participe à leur domination dont par l'argent et surtout par le dollar créé ex-nihilo au sein de la FED, ce qui semble donc être impossible à combattre économiquement tant que les nations restent dans le système de cet empire impie, surtout sans une union de tous les vrais musulmans, chrétiens et peuples honnêtes dans un système financier d'investissement licite pourquoi pas avec une ou des blockchains et des cryptomonnaies basées sur une chartes dignes voire monothéiste. C'est à dire qu'avec les banques centrales privées créant ex-nihilo des lignes de comptes et donc de l'argent sans rien produire et devant en plus êtres remboursés avec des intérêts par les peuples, rien que cette réalité devrait être cause de révolution. D'ailleurs si l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord appartiennent aux pays les plus opprimés mondialement, c'est parce qu'ils n'ont pas de banques centrales appartenant aux Rothschild.
Surtout que si rien n'est fait dans ce sens pour diminuer l'étendue de la domination impie de l'empire américano-sioniste, la situation mondiale évoluera inévitablement vers l'apparition d'un système presque planétaire de l'antéchrist basé sur le mondialisme économique, une monnaie unique, le laïcisme, le wokisme, l'usure, la dette, le pouvoir des banques privées, et des sommes astronomiques d'argent thésaurisé dans la Paradis fiscaux. C'est à dire que dans ce cas, le pouvoir planétaire serait géré par un consortium du privé, possiblement sous forme d'énormes conglomérats nationaux ou/et multinationaux d’oligarques par secteur ou multi-secteurs économiques. Ainsi, ce système mondial appartiendrait à très peu d'humains en plus anonymes par la juridiction actuelle et cristalliserait le pouvoir politique tout en facilitant l'accaparement excessif contraire à la civilisation et en se rapprochant donc d'un monopole injuste comme c'est déjà le cas, c'est à dire sous formes d'énormes fusions multiples ou de multinationales gestionnaires d'énormément d'actifs type Blackrock et Vanguard, telles des supers structures économiques internationales tendant vers le chantage du supranational sur la souveraineté des pays. A Hong Kong, territoire indépendant où la moitié des sièges à la législature doivent représenter des intérêts commerciaux, c'est déjà le cas puisque les intérêts des entreprises privées « font la Loi ». Les grandes banques et transnationales privées pourraient même racheter tous les Etats dont occidentaux prochainement en faillite en les unissant dans une gouvernance globale, en faisant de leur PDG des ministres permanents et en transformant les présidents nationaux en députés mondiaux, possiblement par une organisation internationale basée en Israël et revenant à une laïcité modérée.
Or si ce système est plus gouverné par Satan que par le faux messie juif, il tendra plutôt à la fin de la civilisation dont par l’extrémisme progressiste et transhumaniste voire par une troisième guerre mondiale nucléaire, surtout si l'énorme corruption financière dans le monde ne s'arrête pas.
D'ailleurs Hong Kong est un centre financier majeur mais également un foyer non moins important de délinquance financière, ce qui prouve encore la nécessité de blockchains décentralisées mais surveillées par l'Etat ou centralisées mais surveillées par des comités populairessynonyme de totale transparence purifiant l'économie et donc le monde. Entre 2013 et 2017 à Hong Kong, le nombre de transactions suspectes signalées aux forces de l’ordre est passé de 32 907 à 92 115. Pourtant malgré cette preuve d'augmentation de la corruption, il y a eu une baisse des poursuites puisqu'elles sont passées d’un maximum de 167 en 2014 à 103 en 2017, dont avec une seule personne condamnée à plus de six ans de prison. C'est pourquoi un chef d'état doit être en dehors du privé et du peuple pour gérer au mieux dans un juste milieu les intérêts de chacun dont de l'état, afin d'empêcher la corruption.
Selon les prédictions du blogueur américain Jared Brock dans son billet du 16 novembre 2021 sur le portail d’opinion libéral Medium, au moins une centaine sinon plus de nouveaux États apparaîtront au cours des cent prochaines années. Cela proviendra probablement de la fragmentation de grands pays très endettés. Même si cette dernière thèse fait écho à l’idée de Klaus Schwab de concentrer les pouvoirs du gouvernement mondial dans les sociétés transnationales, l’idée de Brock la contredit essentiellement : ce sont les États qui resteront les détenteurs de la souveraineté mais en étant dépendantes de ces sociétés transnationales. Or les dirigeants étant généralement élus après une campagne politique financée par des banques et entreprises supranationales, cela reviendrait au même.
          Ainsi une énorme société d'investissements comme BlackRock domine peu à peu les états et devient probablement inarrêtable par son poids planétaire de risque systémique, puisque gérant quotidiennement 18 mille milliards de dollars d'actifs mondialement (montant proche de la production annuelle des Etats-Unis) avec leur intelligence artificielle « Aladdin ». Ce logiciel beaucoup plus développé qu'un algorithme effectue 200 millions de calculs quotidiens sans aucune intervention humaine afin de conseiller des placements, parvient apparemment à reconnaître utilement les titres toxiques et peut donc vérifier l’état de grandes banques mondiales, la stabilité d'une entreprise dont multinationale et les projets économiques sérieux dans une forme de noblesse s'il est donc sagement utilisé. Cependant cette société n'hésite pas à engager d'anciens responsables politiques et à investir bassement dans l'armement, mais aussi pour leur image dans des secteurs comme l'énergie verte alors qu'ayant des parts dans des sociétés polluantes, ou dans la sécurité de fonds de retraites alors qu'appartenant normalement aux États. De plus cet algorithme recherchant d'abord le rendement, et donc l'argent et donc la cupidité avant l'humain, prouve aussi la perversité de l'évolution du système commercial et financier, à l'image du trading à haute fréquence pouvant faire détenir une action seulement une micro seconde.
BlackRock appartient aux trois plus gros fonds d'investissement états-uniens, actionnaires majoritaires dans 90 % des 500 plus grandes entreprises de leur pays. La propriété commune amenant à des monopoles injustes est donc la règle immorale et non l'exception, surtout que des contre expertises malhonnêtes défendent cette domination dangereuse pour les pays puisque spéculant aussi sur les faibles. En effet généralement par des fusions, des énormes sociétés parviennent presque à des monopoles (capitalisme de copinage, dictature économique) et peuvent ainsi cupidement contrôler les prix d'un marché (même de denrées et produits de première nécessité) ou de loyers, et même donc appauvrir les peuples. Mais heureusement des populismes bien compris se réveillent de plus en plus à travers le monde, car ils savent que leur problème principal devient donc l'ascendant de l'avide finance internationaliste sur la démocratie nationale.
Ceci est confirmé par le milliardaire américain Warren Buffet ayant déclaré : « Il existe bel et bien une guerre des classes, mais c'est ma classe, la classe des (très) riches qui fait la guerre et c'est nous qui la gagnons. » Sauf donc depuis le réveil des peuples comme aux Etats-Unis par preuve de l'élection de Trump, en Angleterre par preuve du vote pour le Brexit, en Italie par preuve de l'élection d'un gouvernement souverainiste et en France par preuve des grandes manifestations des gilets jaunes. Cependant cette déclaration de Buffet est en partie validée par le fait que 1% de la population au niveau mondial détient gravement de 50 à 99 % des richesses par endroit, surtout que qu'elle sont souvent mises dans des paradis fiscaux apparus étrangement, puisque détruisant l'économie mondiale des peuples par l'argent thésaurisé (sans imposition) qui ne circule pas dont à cause de malhonnêtes sociétés écrans. Pour lutter contre les Paradis fiscaux une des premières mesures serait d'interdire toute transaction commerciale avec les trusts anonymes. Voir à ce sujet le film « The Laundromat : L'Affaire des Panama Papers » de Steven Soderbergh.
Selon le collectif « Anonymous » :
« Il y a les 1 % qui contrôlent le monde (voire 1 % de ces 1%),
les 4 % qui ne sont que des marionnettes corrompues,
les 90 % qui sont endormis ou vivent le syndrome de Stockholm,
et les 5 % qui savent et essayent de réveiller les 90 %. Mais les 1% ne veulent pas que les 5% réveillent les autres. »
En effet les gens réveillés subissent une triple attaque par la grande masse des ignorants, l’armée des manipulés et la poignée de manipulateurs.
Pourtant en Europe, la fortune des milliardaires a augmenté de 14 % pendant la crise sanitaire de 2020. Oxfam révèle que les « sept premiers milliardaires français possèdent plus que les 30 % les plus pauvres ». Avec la crise du Covid, la France, par son endettement extérieur, a injecté beaucoup d’argent dans les marchés. L’augmentation des Bourses profitant aux actionnaires très riches est tout simplement l’évolution de la quantité d’argent et du volume de dépenses dans l’économie. L’indice boursier actuel suit donc en réalité l’évolution de la masse monétaire. Nous sommes dans un système corrompu (lié au banques, à la finance et aux grands patrons) qui favorise donc beaucoup et exclusivement le développement des très riches.
Or un système ne fonctionne que si l’ensemble des décideurs partagent les mêmes intérêts. Ainsi ce ne peut plus être le cas depuis la globalisation favorisant aussi beaucoup les très riches, c’est-à-dire depuis la délocalisation industrielle vers l’Asie, de lois économiques supranationales et la disparition des classes moyennes qu’elle a provoquée en occident.
Fritz R. Glunk, éditeur allemand de Die Gazette précise : « Ces "forces de l'ombre (très riches)" se composent de représentants de groupements industriels et économiques. Elles établissent entre elles des règles en vigueur à travers le monde qui ont pratiquement force de loi. Les parlements en prennent note sans les discuter ni prendre de décisions. »
Selon ce dernier, la raison d'être de ces groupes et de leur influence de l'ombre, dont l'opinion publique ne se doute même pas, sont argumentées par la thèse selon laquelle les problèmes universels qu'ils traitent sont devenus si complexes que seuls des experts, et non les élus du peuple, peuvent s'en occuper. Les spécialistes relèvent qu'il s'agit là d'une sorte d'«expertocratie» qui assied son pouvoir sur l'idée erronée, perverse et humiliante, que le peuple est «incompétent» et qu'il vaut mieux laisser à « ceux qui savent », c'est à dire les élites oligarchiques mondialistes, le soin de conduire les affaires publiques. Or une ploutocratie servira toujours principalement les intérêts des très riches.
Ainsi la période révolutionnaire que nous vivons est originale en ce sens que c’est le pouvoir qui s’en prend au peuple, et pas l’inverse. On avait l’habitude que le néolibéralisme s’attaque aux acquis dont sociaux du CNR (Conseil National de Résistance : EDF, AGF, Sécurité sociale) avec l’axe des vendus Fabius-Sarkozy-Hollande-Macron, mais le pouvoir avançait masqué, en prétextant que c'était lié à la mondialisation plutôt qu'à leurs actions. Petite remarque : le Conseil national de la refondation établi sous Macron, ou CNR, c’est le moyen vicieux de remplacer ce bon vieux Conseil national de la résistance, le vrai CNR, qui a construit ces fameux services publics au service de tous les Français, que la bande à Macron & Kinsey est en train de détruire aujourd’hui par cet pervers homonyme humiliant. Rien n’est anodin en Dystopie, surtout quand elle est basée sur l'inversion des valeurs. Rien n’est anodin en Dystopie, surtout quand elle est basée sur l'inversion des valeurs. Aujourd’hui, les attaques sont directes, sous la ceinture, vicieuses, violentes, voulues. Et tous les jours, les têtes des violeurs de la Liberté et de la Patrie s’affichent dans des médias de plus en plus honnis. Surtout qu'avec la crise du Covid suivi par la fraude gigantesque contre la victoire de Trump lors des élections présidentielles de 2020 au vu et au su de tous tel un réel coup d’État, le pouvoir profond corrompu ne se cache vraiment plus. On est en plein bras de fer et ce n'est pas près de se terminer. En effet par exemple les Français résistants ne sont pas près de lâcher tant l’anti-France les a exploité.
Par ailleurs comme les américano-sionistes mondialistes jouent avec la guerre de l’Armageddon (risque de troisième guerre mondiale) pour dominer des pays, passer des lois économiquement oppressantes et établir des règles follement libertaires, en baissant donc le niveau matériel et spirituel des peuples afin de mieux les contrôler et pouvoir plus facilement les coloniser, nous pouvons aussi jouer avec en la freinant par une forte volonté et une intelligente prédication recherchant à ce que le maximum de l'humanité soit guidée. Or comme trop de lignes rouges ont été franchies tels que le mariage homosexuel, l'hyperconsommation, la transsexualité d'enfants, la société individualiste aidant de moins en moins les faibles, la pornographie, l'usure banalisée, la forte consommation de drogues dont l'alcool, les tensions liées au statu quo géopolitique mondialement et l'oubli répandu de Dieu, il est possible que l'humanité ait provoqué sa propre destruction de civilisation et que le seuil d'activation réelle de la fin des temps soit donc sur le point d'être franchi pour empêcher cela, au moins en partie et probablement grâce au triomphe du monothéisme authentique.
Cependant pour préparer le retour de Jésus quel que soit le temps qu'il reste avant qu'elle débute véritablement et aussi dans cette perspective qu'une grande partie de l'humanité soit guidée, des actions politiques participant également à la ralentir (en plus des actions économiques à travers des blockchains) comme les suivantes peuvent être effectuées, puisque luttant contre la volonté sioniste d'un gouvernement mondial par le secteur privé et le commerce sans frontière :
-Défaire les traités commerciaux internationaux afin d'abandonner les intérêts de la classe dirigeante transnationale et de développer l'économie nationale
-Recadrer ou dissoudre les structures intergouvernementales comme l'ONU, l'OTAN ou la Commission Européenne portant toutes le laïcisme ploutocratique, wokiste et Lgbtiste similaire à la société ouverte de Georges Soros
-Réinvestir dans l’économie productive et moins l'automatiser
-Réorienter le Pentagone, la CIA, les armées et les services spéciaux des divers pays du monde seulement à la défense du territoire national.
Or suite à du terrorisme comme cela a été le cas dans certains pays, des États anciennement démocratiques et libres peuvent vite devenir des États policiers apportant une indigne surveillance généralisée pouvant aller jusqu'à de la censure totalitaire, en particulier envers les intellectuels dissidents diabolisés afin de n'accorder aucune considération à leur liberté de penser et de s'exprimer. Surtout qu'en censurant de nombreux commentaires n'allant pas dans le sens de la pensée unique souvent sur ordre des annonceurs les faisant vivre par énormément d'argent, les prestataires de service que sont les réseaux sociaux comme youtube et facebook donnent raison aux complotistes qu'ils dénoncent. En effet ils ne sont plus seulement des hébergeurs de contenus, puisqu'ils sont devenus aussi des éditeurs de contenus, des censeurs de la culture variée et des soutiens à la pensée unique, puisque allant jusqu'à effacer tyranniquement des idées politiques et promouvoir le pervers progressisme. Et tout cela se fait souvent au profit du mondialisme corrompu d'ultra riches et des versions officielles souvent fausses de ses gouvernements et donc Etats occidentaux, alors que ces réseaux sociaux se prétendent démocrates et privés. De plus ces réseaux sociaux peuvent aussi être comparés aux grands médias du système qui sont passés de chercheur et diffuseur d'informations à fabricants d'informations puis à faiseurs d'opinions. En effet les services d’espionnage et de manipulation numérique ne se contentent même plus de supprimer des contenus gênants et de clôturer les comptes des dissidents, puisqu'ils diffusent aussi de plus en plus de la propagande dans certains groupes de la population. Les techniques utilisées pour ce faire ne sont pas explicitées officiellement, mais elles peuvent clairement se faire par de faux comptes ou par des trolls. En outre, de très nombreux comptes de réseaux sociaux ont aussi été créés et gérés par de l'intelligence artificielle pour influencer les populations, alors il faut bien faire la part des choses et croiser les informations et recouper nos opinions. Ces réseaux deviennent même aussi souvent des juges au service de la politique d'une compagnie privée. Or les règles privées de la communauté de nombreuses applications, en particulier des GAFAM, servent en réalité en occident les élites politiques, les puissances d'argents, les oligarques, les lobbies et le pouvoir profond au détriment des peuples, sans parler la possibilité de censurer honteusement certaines applications par opposition complète aux règles commerciales comme le réseau social twitter car autorisant désormais légitimement la dénonciation des pervers mondialisme, wokisme et sionisme, et sans parler de l'intégration éventuelle de Google aux institutions et à l'armée Israélienne. D'autant plus que par leurs jugements, de plus en plus de tribunaux judiciaires se positionnent dans la défense néo-libérale du plus fort devant la pluralité de la pensée, pourtant fondamentale dans la recherche de la vérité. Alors que selon FranceSoir : « le droit à la liberté d’expression d’un éditeur n’est pas supérieur au droit à la liberté d’une plate forme d’édicter des règles ». L’héritier de ce prestigieux quotidien issu de la Résistance, a même perdu début septembre son procès contre le tentaculaire groupe Google. Le journal avait saisi la justice et réclamait un dédommagement de 1,5 million d’euros, car pour avoir diffusé des informations n’allant pas dans le sens de la doxa chère à la multinationale américaine, il s’était vu coupé de publicité et de référencement dans son service d’actualités. Dès février 2021, Google Actualité avait d’abord retiré de son référencement plusieurs dizaines de milliers d’articles de ce quotidien aujourd’hui dématérialisé. Ensuite en mars, Google avait fermé du jour au lendemain la chaîne YouTube de FranceSoir, alors en pleine expansion, et qui comptabilisait déjà 275 000 abonnés. Le site d’information aurait ainsi perdu 60 % de son audience. En septembre, Google en avait remis une dernière couche en coupant l’accès du site à son réseau publicitaire, le privant ainsi d’une partie très importante de ses revenus. Par son refus de condamner Google à dédommager FraceSoir, c’est donc une nouvelle trahison de la justice française en faveur des multinationales américaines contre la liberté de la presse et le devoir d’informer. Mais il faut garder espoir, car une loi texane sur les médias sociaux qui leur interdit la censure fondée sur le point de vue politique, a été votée et a été confirmée par la Cour d’appel des États-Unis pour le cinquième circuit. Surtout qu'avec le rachat de Twitter par Elon Musk, la liberté d'expression semble revenir légitimement en force. Il faut noter que le rachat de réseaux sociaux comme Twitter peut montrer que la moitié des comptes supportant Biden et Macron sont des faux, ce qui serait une indication sur le vol de leur élections. Or Guy de la Fortelle précise que la réelle liberté, même dans un réseau social comme Twitter racheté par Musk, serait qu'il devienne un bien commun voire donc publique, car pour l'instant il appartient encore à un ultra riche ayant des liens et des intérêts convergents avec d'autres ultra riches.
De plus à cause de leur oppression, les entreprises Woke dont des GAFAM meurent lentement mais sûrement et les gauchistes ne semblent pas comprendre la situation. Ils n’admettront jamais ouvertement que la raison pour laquelle ces entreprises connaissent un déclin est due à leur position politique sectaire qui justifie l’endoctrinement forcé de tout le monde, y compris des enfants. Ils diront que c’était la Covid-19, ils diront que c’était l’inflation, ils diront que c’était la bigoterie, mais en réalité c’était toujours eux. Personne ne les aime, et les gens réalisent enfin qu’ils n’ont pas à dépenser de l’argent pour acheter des produits de gauchistes fous qu’ils n’aiment pas. En d’autres termes, le système de ces entreprises Woke est l’antithèse d’une société de liberté d’expression, un test bêta pour l’avenir de l’autoritarisme, où l’on croit pouvoir s’exprimer, mais où seules les opinions « correctes » sont autorisées à passer. Et c'est bien pour ça que ces entreprises Woke perdent de l'influence et donc de la valeur. Ainsi pour éviter la pensée unique, il devient légitime que des citoyens vérifient les vérificateurs de réseaux sociaux.
Or la censure de ces entreprises Woke va jusqu'à ne pas pouvoir critiquer des influenceuses matérialistes sous peine de condamnation judiciaire pour mise en péril d'une entreprise à cause d'un pseudo harcèlement moral, et va jusqu'à devenir de l'ingérence numérique lorsqu'elle est utilisée pour bloquer la communication de certains opposants politiques ou intellectuels dissidents dans divers pays.
Dans ce sens de contrôle généralisé, le film « Ceci n’est pas un complot(isme) » lève le voile sur le discours des grands médias au service d’un programme politique de grande ampleur qui se sert de la peur pour se mettre en place. Il met en évidence la censure et le discours unilatéral proposé dans la sphère publique pour transformer la réalité : au programme, l’installation de la peur, la déformation des faits, la stigmatisation de la pensée critique et la censure systématique. Et il met aussi en évidence les liens d’intérêts entre les laboratoires, les médecins de plateaux télé et le business qu'il y eut pendant le Covid.
La tyrannie de ce système est apparue encore plus clairement quand des médicaments ou formes de traitements hors de la narration du système ont été censurée sur ces GAFAM. En effet ce n’est pas uniquement inadmissible parce qu’elle s’opère au détriment de la santé humaine et au profit de l'industrie pharmaceutique et d'un plan occulte, mais aussi parce qu’elle est le fait de pouvoirs non élus se servant en plus sournoisement de la dénonciation du complotisme. Le problème ici n’est pas de savoir si ces médicaments ou traitements sont efficaces, mais de libérer la recherche pour qu’elle puisse les étudier, les rejeter, les approuver ou/et les améliorer, comme elle aurait dû analyser très sérieusement les nouveaux vaccins ARN et leurs conséquences.
« Ce qu’ils appellent « théorie du complot » se nommait auparavant esprit critique et était considéré comme salutaire pour une démocratie. La « théorie du complot » c’est le fait de s’interroger sur la véracité des discours politiques, et se demander à qui profite le crime. » (Ariane Walter, blogueuse)  Notre monde bascule dans un totalitarisme où l’État n’est plus qu’un sombre policier au service du Marché et des parasites souvent apatrides qui l’animent sur le dos des peuples. La seule chose qui justifie la censure, c’est la guerre, comme le président Français Macron a d'ailleurs annoncé « nous sommes en guerre » face au covid, alors que comme l'a évoqué Warren Buffet, il parlait de la guerre entre les ultra riches mondialistes et les peuples. Il faut donc en conclure que la France se trouve attaquée par des forces obscures depuis plusieurs décennies voire siècles. Une censure en temps de paix n’a aucun sens, sinon de renvoyer les gens à leur enfance, ou à leur infériorité sociale ou mentale. Actuellement on cherche à éliminer les érudits du peuple pour qu'il n'y reste que des imbéciles. Nous sommes dans une ère de destruction totale des valeurs. Et ceci est vérifiable aussi à travers la cellule familiale que l'on cherche à diviser: le père n’a plus droit d’autorité et est ridiculisé, la femme croit être libérée mais s’enferme dans un non sens hystérique, associable et matérialiste, les enfants n’ont plus de modèles et ne se forment qu'autour de leur ego. Il faut rebâtir la nation mais d’abord apprendre à rebâtir une famille, car c’est la base d’une nation qui tient debout.                                                                           De plus ces forces obscures veulent aussi que les gens réduisent leur cercle d’amis par la peur du Covid, afin de les empêcher d’échanger et de réfléchir ensemble à propos de grands problèmes tels que la crise bancaire, les taux négatifs, l'inflation, le guerre en Ukraine, les pénurie dont alimentaires et énergétiques. En effet les mesures sanitaires disproportionnées, qui étaient en plus basées sur la panique excessive par une vision de la pandémie systématiquement dramatisée dans les médias du système, ont incontestablement aussi beaucoup servi à cela. Par ces mesures perverses, on a même assisté à la destruction systématique de tout lien social non numérisé : éducation, culture, sport. Tous types de rencontres et d'interactions physiques entre les citoyens étaient rompus ou déconseillés, ce qui était synonyme de fin de l'humain. Mais il faut noter que les anciennes mesures sanitaires liberticides comme le confinement liées au covid peuvent faire mieux apprécier le temps d'avant et refaire plus revenir agréablement les gens dans les stades, les musées et les spectacles.
Or par du sensationnel répété pour encore bloquer la raison, les grands médias du système provoquent des bombardements de chocs émotionnels entraînant de l'obsessionnel et permettant aux démons de construire des plans de manipulation ou d'égarement dans les esprits et les cœurs humains. La tentative de progression massive du contrôle mental s'est vu également dans le fait qu'avant pour les médias, les complotistes étaient des chômeurs, des alcooliques, des gilets jaunes, des sous éduqués, des pauvres, alors qu'aujourd’hui ce sont des généticiens, des professeurs de médecine, des procureurs réveillés, des prix Nobel... Nous sommes arrivés à une époque si manipulatrice que même pour ces derniers, questionner revient à se faire accuser de remise en question de la vérité gouvernementale officielle. Cela signifie que le combat moral a passé un cap important et crucial.
Et avec l'inexorable évolution du progrès amenant à acheter de plus en plus d'objets connectés nous exposant toujours plus numériquement, la grave impudeur de la surveillance généralisée en est de plus en plus facilitée. Alors que la vie privée des gens est très sacrée malgré l'incompréhension étonnante de certains progressistes égarés qui devront rendre compte difficilement dans l'au-delà, puisque par exemple il est tellement interdit de regarder par le trou d'une serrure d'une habitation que l'on pourrait crever l’œil de l'espion pour s'en défendre selon un hadith. Pourtant sans cette honteuse surveillance impie, ces produits modernes seraient uniquement intéressants et pratiques, en particulier à travers les réseaux sociaux de plateformes vidéos apportant souvent plus de vie, de communication, de convivialité et de science que beaucoup de programmes télés. Or la surveillance et le big data généralisés via internet et le système bancaire numérique sont déjà très répandus à travers la carte bleue et la demande du numéro de téléphone privé de chacun enregistré chez un opérateur pour pouvoir s'inscrire sur les principales applications massivement utilisées par les populations (FaceBook, Twitter, YouTube, etc). D'autant plus que dans le capitalisme 2.0, l’homme est un objet comme un autre : sa valeur y décroît donc honteusement lorsqu'il vieillit et devient peu actif, tandis que les objets matériels en particulier connectés et les machines industrielles qui prennent vie voient leur valeur décupler au détriment donc de l'homme, surtout quand le bien commun n'est pas recherché.
          Tous ces espionnages semblent être un signe de fin des temps car faisant disparaître la liberté individuelle même chez soi, alors qu'elle pourtant aussi prétendument sacrée dans les pays occidentaux modernes. Ainsi cette inévitable progression technologique amenant donc une possible surveillance généralisée jusqu'à peut être bientôt d'honteuses mini puces RFID généralisées (possiblement sous forme de nanotechnologies transmises dans les corps humains par des vaccins pouvant donc dangereusement dévoilées les positions des militaires à une armée ennemie par la 5G), devrait au moins être contrôlé régulièrement par des conseils de citoyens se renouvelant fréquemment pour surveiller ceux qui nous surveillent.
          Par conséquent une fois encore, on ne comprend pas très bien pourquoi le mot « audace » est parfois utilisé pour faire accepter le transhumanisme. En effet c'est en réalité un euphémisme pour vendre certaines « visions » scandaleuses comme les puces sous la peau, alors qu'il s'agit plutôt de sérieuses préoccupations concernant les droits civils, la vie privée et le concept même d’autonomie humaine. Le PDG de Pfizer a d'ailleurs présenté aux élites de Davos des pilules à micropuce WiFi pour contrôler les passagers de transport en commun lors de pandémie. Cette surveillance biologique et donc physique et donc de mouvement, souvent défendue sous prétexte de protéger la santé des personnes en particulier âgées ou les enfants du terrorisme, fait donc partie des modernes projets pervers qui sont toujours présentés de manière idyllique. De plus, les nanoparticules peuvent aujourd'hui pénétrer une cellule et les connaissances de la recherche privée voire militaire ainsi que leur contrôle dans ce domaine doivent dépasser largement les connaissances du grand public. Certains scientifiques, politiques et gens veulent donc faire fusionner l'humain avec les machines, un peu comme si le téléphone portable était relié à notre cerveau. Cela ressemble à un cauchemar dystopique, alors que les gouvernements suivent et contrôlent déjà l’activité des téléphones portables. Comment vouloir qu’ils fassent de même avec notre cerveau comme s'ils commandaient à un troupeau de bêtes.
          Or le masque sanitaire contre le covid telle une muselière (ou couche) correspond déjà à une image de la marque de la bête dans l'apocalypse biblique de saint Jean, surtout que comme la marque de la Bête, il est nécessaire pour travailler et faire ses courses (donc pour acheter et vendre). Cette marque de la Bête pourrait donc aussi être incarnée par le pervers système bancaire monétaire, par le futur vaccin nanotechnologique de Bill Gates nommé donc 060606 dont le brevet est authentique, par le QR code qui sera de plus en plus demandé, et par l’éventuelle identité numérique à venir. Mais ce n’est qu’un début qui annonce la couleur de ce qui viendra ensuite : l’asservissement total de l’humanité au satanisme technocratique et transhumaniste par une marche criminelle des élites complètement paumées sur le plan affectif vers la spoliation mondialiste.
La nécessité d'un implant (tel celui empêchant l'ovulation) comme seule protection contre un virus fabriqué en laboratoire pourrait même apparaître dont pour accélérer l'identité numérique et commerciale sous cutanée.
Bible (Apocalypse 13-18) « Et elle (la Bête) fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six. »
Lire à ce sujet l'article « Covid-19 : pourquoi la Suède n’a pas confiné ? » à l'adresse https://strategika.fr/2022/01/27/covid-19-pourquoi-la-suede-na-pas-confine/
Il faut noter que comme cette marque de la bête est évoquée seulement dans l'apocalypse de saint Jean qui était une figure importante du christianisme, il n'est pas étonnant que les pays à majorité chrétienne soient le plus touchés par les oppressions de la planche à billet usurière, du pass sanitaire et de la mise en place de l'identité numérique, d'autant plus ceux soumis à l'impie laïcisme.
Dans le cadre d'un plan malthusianiste, les puces RIFD d'identité numérique et les vaccins ARN pourraient aussi en plus de servir à surveiller et oppresser en permanence la population, à rendre stérile, et à avoir pouvoir de vie (dont sociale) et de mort (dont sociale), surtout que la 5G peut aggraver voire entraîner des problèmes de santé que les comorbidités et amplifier les effets secondaires du vaccin.
En effet les tenants du pouvoir, qu'est la caste mondialiste ultra riche souvent sioniste liée au bancairo-technologico-pharmaco-technocratique, évoquent publiquement l'importance de la dépopulation ou la régulation de la population, et ont été les premiers bénéficiaires du crime sanitaire. D'ailleurs ce vaccin contre le covid pourrait ne pas forcément être technologique, car il pourrait avant tout d'abord servir à travers les séquences de VIH présentes étrangement dans ce virus selon le Prix Nobel de médecine Montagnier, à amplifier son aspect destructeur du système humanitaire pour baisser la population mondiale discrètement d'ici quelques années en les faisant mourir de maladies qui ne sont normalement pas incurables. Surtout que tout virus ayant souvent des variations avec le temps, un vaccin définitif devient donc impossible et des réinjections deviennent nécessaires. D'autant plus que cela permet aux cupides laboratoires pharmaceutiques de prétendre devoir actualiser semestriellement les vaccins ARN afin d'en vendre régulièrement et de rendre les populations obéissantes aux mesures liberticides de la tyrannie sanitaire et numérique.
En effet le passeport sanitaire, ayant parfois été dénommé green pass pour préparer à celui écologique, climatique, carbone ou énergétique, a vocation à devenir un passeport universel pour un Etat-entreprise unique, financier et global, soumis au secteur privé ultra riche. Le pass sanitaire associée au projet ID 2020 de l'identité numérique pourrait donc même bientôt aider des milliards de personnes sans papier à acquérir une identité numérique transnationale synonyme de pass basé sur la signature authentifiée par l’ADN et des données biométriques, alors que l'empreinte digitale suffit largement pour faire des documents d'identification.
Ainsi toujours sous l'apparence d'un bien comme pour la proposition de mettre une puce sous la peau de votre enfant en cas d'enlèvement, le système cherche constamment à plus nous surveiller et donc nous contrôler par notre consentement :
« Jamais l'esclavage n'est aussi bien réussi que quand l'esclave est persuadé que c'est pour son bien. » (Aristote)
« La soumission à la tyrannie sanitaire préfigure (et annonce) la dictature d’une aliénation « soft », celle d’un esclavage consenti. » Michel Maffesoli
Ce pass d’identité numérique fournie par les GAFAM sur la base des 10 commandements de la nouvelle religion de la technofinance cherche à ce que chacun finisse par avoir seule pièce d'identité contenant permis de conduire, carte d'identité, passeport, carte bancaire et carnet vaccinal.
Qu’y a-t-il de commun entre l’Économie de marché, la technologie numérique, la sexologie et l’invention du pass sanitaire ? Les trois se parent des vêtements de la Science pour nous ôter nos libertés. Tout cela devient d'autant plus clair puisque comme la secte satanique (démoniaque, franc-maçonne, oligarchique, sioniste) a subverti les trois religions du livre, elle a aussi subverti le médecine et d'autres secteurs. Elle a pris le contrôle de toutes les institutions médicales, y compris les académies, l’ordre des médecins et le complexe pharmaco-industriel, mais aussi de la finance internationaliste et de toute la technologie numérique de surveillance et de contrôle.
Ainsi il n'est pas étonnant que Bill Gates ait investi massivement et donc explicitement dans toutes les technologies de dressage de la population : les machines à compter les votes, les machines à injecter la pensée officielle dans l'opinion composées par les médias, l'OMS et même l'ONU, et les machines à piquer l'opinion que sont les vaccins. En effet ces investissements massifs décryptent clairement notre époque.
Il ne faut accepter cette surveillance généralisée, surtout que le choix de refuser la marque de la bête par piété correspond à une des épreuves principales de la fin des temps, même si les conséquences de son refus marginalisera en partie. Or avec la connexion généralisée des montres, des téléphones voire des toilettes analysant nos excréments, il n'y a même pas besoin de surveillance bio-numérique des mouvements.
Cette technologie étant tellement envahissante que cela pourrait annoncer le retour de Jésus pour purifier la technologie quel que soit son niveau, c'est à dire en limitant sagement son utilisation entre le bien commun et la liberté individuelle. En effet toute chose doit être gérée ou utilisée avec un juste milieu. De plus comme il est logique d'inverser le mensonge pour trouver la vérité, alors il sera probablement facile d'inverser le transhumanisme pour trouver tous la grandeur de nombreux aspects de l'humanisme authentique.
La vidéo « Le plan de Bill Gates pour nous vacciner de force » de la chaîne youtube Planète 360 précise que la technique du tiers de confiance, qui pourrait être utilisée pour parvenir à la ploutocratie mondialise par le numérique et l'écologisme à outrance, a été développée aux États-Unis dans les années 1920 par Edward Bernays, neveu de Freud, et "inventeur" du lobbying dont il détaille le premier les techniques dans son livre "Propaganda". D'ailleurs c’est justement dans les années 1920 que ces techniques ont été développées et appliquées notamment pour les fabricants de cigarettes afin de faire fumer les femmes car elles représentaient possiblement la moitié du marché. Pour cela, il a suffi de donner des cigarettes à des personnes bien exposées médiatiquement, de financer les causes des suffragettes et féministes, de faire défiler ces dernières la cigarette à la bouche dans leurs manifestations, et de répéter l’opération avec les vedettes de cinéma et les héroïnes, incarnant aviatrices, aventurières et autres. Ensuite en répétant l’opération après la Seconde Guerre mondiale en mettant en scène des médecins vantant les mérites d’une marque de cigarette, vous avez toute l’obscénité de cette technique dont nous payons encore un prix terrible de 8 millions de morts annuels un siècle après.
Mais Bill Gates ne peut pas jouer avec nos "structures de confiance" impunément, car il ne peut les souiller et les détourner à son profit sans apporter le chaos comme celui qui s’installe aux États-Unis, surtout que le chaos mène à la guerre civile et finalement à la guerre conventionnelle. Et quand nous en serons-là, les centaines de milliards de l'hyperclasse américaine ne leur seront plus d’aucune utilité, car ils s’effondreront d’eux-mêmes, comme l’URSS s’est effondrée sur elle-même quand les apparatchiks ont fini par être dégoûtés d’eux-mêmes. Ou alors nous pouvons aussi leur dire NON et reprendre notre liberté. Suite à cette analyse, il est donc important de s'adresser à ces tiers de confiance pour développer des projets nobles au niveau économique, spirituel et social dans une région ou un pays.
          Ainsi il n'est pas étonnant que la muselière physique du masque soit apparue au moment où la muselière mentale de la censure se répandait contre les dissidents jusqu'à de la prison pour certains même en France, alors que cette nation est pourtant le pays des droits de l'homme et de la liberté d'expression. C'est également logique puisque le masque est une évidente impersonalisation uniformiste jusque vers une pensée unique oligarchiquement conformiste. De même le confinement est tel l'enfermement d'animaux domestiques dans leur enclos. À l’invention de l’imprimerie, de nombreux auteurs contestèrent les a priori de leur époque. Il fallut quatre siècles de combats pour que l’Occident finisse par garantir la liberté d’expression. Cependant avec l’invention d’Internet, comme la qualité d’auteur se démocratisa, la liberté d’expression y a été de plus en plus remise en question par le système actuel. La censure revient donc en force alors que le but de l'être humain est de trouver les meilleures analyses sur la vie et de les partager. Lire article « L’arbitraire et la censure sont de retour en Occident » à l'adresse : https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-arbitraire-et-la-censure-sont-de-retour-en-Occident-62340.html
Or à cause d'hommes vantant excessivement de belle idées comme la liberté et l'égalité, la liberté à l'origine de l'idéologie libérale propagée par les lumières est devenue progressivement la loi du plus fort et l'égalitarisme perverti plutôt que l'équité a finalement débouché sur une laïciste société inégalitaire car favorisant finalement beaucoup certaines minorités en plus souvent perverses.