Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

K) Suite 11

En règle générale, le génocide ne signifie pas nécessairement la destruction immédiate d’une nation, sauf lorsqu’il est réalisé par des meurtres en masse de tous les membres d’une nation. Il entend plutôt signifier un plan coordonné de différentes actions visant à la destruction de fondements essentiels de la vie de groupes nationaux, dans le but d’exterminer les groupes eux-mêmes. Un tel plan aurait pour objectifs la désintégration des institutions politiques et sociales, de la culture, de la langue, des sentiments nationaux, de la religion et de la vie économique de groupes nationaux, ainsi que la suppression de la sécurité personnelle, de la liberté, de la santé, de la dignité, voire de la vie des personnes appartenant à ces groupes. Le génocide vise le groupe national en tant qu’entité, et les actions en question sont dirigées contre des individus, non pas en qualité, mais en tant que membre du groupe national. Ce sont une description et une énumération très précises de tous les maux mortels qui touchent l’Europe de l’Ouest et la France en particulier.
Des professionnels pédiatriques dont en pédopsychiatrie relèvent aussi de graves perturbations dans le vivre-ensemble et la socialisation suite à l'impact traumatique de la politique sanitaire actuelle sur les enfants : nouvelles maltraitances dans les établissement scolaires, une condamnation de la tendresse et de l'empathie et un interdit implicite à l'altérité, une entrave au développement relationnel et psychomoteur ainsi que des régressions dans les apprentissages, une fragilisation de l'autorité bienveillante et de la posture parentale, une perte de repères structurants et une augmentation des discours paradoxaux, tous ces problèmes menant donc à une souffrance psychique croissante chez les enfants risquant d'entraîner une explosion de troubles psychiques graves et de passages à l'acte suicidaire. Lire article complet « À propos des impacts traumatiques de la politique sanitaire actuelle sur les enfants » à l'adresse : https://www.egaliteetreconciliation.fr/A-propos-des-impacts-traumatiques-de-la-politique-sanitaire-actuelle-sur-les-enfants-62231.html
Alors qu’en temps normal il suffit d’une petite proposition de loi (liberticide ou antipopulaire) sur un sujet mineur pour déclencher les foudres des syndicats, le soulèvement des partis, les hurlements des députés et les pétitions des people, là, alors que la France plonge dans les profondeurs d’une crise économico-sociale sans précédent amenant à ce grand reset, l’opposition officielle regarde ailleurs. C’est tellement surréaliste qu’on a du mal à y croire. Rares sont les personnalités politico-médiatiques qui osent dire tout simplement aux Français, en état de sidération durable, ce qu’il se passe vraiment (c’est pourquoi, la nature politique ayant horreur du vide, de courageux médecins et scientifiques s’y collent) : on bascule dans la dictature mondialiste d’une collusion entre multinationales, institutions mondialistes ou européistes (comprenant la plupart des partis d'opposition), et gouvernements corrompus. Ces derniers étaient depuis tant d’années secoués par l’insoumission des peuples, des peuples régénérés et regonflés politiquement par les échanges horizontaux structurants sur l’Internet, qu’ils ont fini par opter pour le pire : détruire par le Covid la démocratie (ou ce qu’il en restait) pour imposer leurs décisions sataniques. Appauvrir le pays pour conserver leur pouvoir, étouffer la liberté d’expression pour garder la main sur la parole publique, et actionner la répression à la moindre demande de justice. Avant que ces potentats ne finissent dans les poubelles ou les fosses de l’Histoire, d’où ils n’auraient jamais dû sortir (mais ils ne sont que le salaire de l’ignorance et de la crédulité des Français), il faudra résister en bloc, échanger sous les radars et organiser notre défense. Déjà, derrière les scientifiques et médecins honnêtes, des bataillons de Français et de groupes populaires dans le monde se mettent en ordre de marche. Les enfants abandonnés se débrouillent entre eux.
Enfin ce grand reset lié au progressisme et au mondialisme pense follement que l'Histoire humaine est une évolution illimitée, puisque son but final est clairement de fusionner notre identité physique, digitale et biologique, dans une forme de transhumanisme numérisé n'ayant pas de limite jusqu'à la robotisation des hommes, et donc signant la fin de la nature humaine.
-plutôt que de grandement augmenter la rémunération minimale de l'heure travaillée et baisser les charges des PME permettant un développement sérieux de chacun, Etat imposant sévèrement les classes moyennes entrepreneuriale et contrôlant au goutte à goutte les aides sociales dans une forme d'hyper étatisme avantageant excessivement les multinationales moins imposées et donc très loin de la liberté citoyenne qu'il revendique pourtant. Il s'agit du capitalisme financier informatisé supranational parasitaire qui détruit dont par l'automatisée industrie à outrance le capitalisme entrepreneurial moyen bourgeois de l'économie réelle et donc les métiers de la production et donc la vie humaine.
Ainsi il faut bien comprendre que dans la civilisation de l'islam, l'économie nécessite de sages règles essentielles pour garder un équilibre vital au même niveau que les sciences naturelles ou les sciences physiques, et que généralement quand elle est juste, elle influe souvent favorablement sur la politique et la géopolitique, même si c'est avant tout les idées, religieuses ou impies, qui sont le moteur de l'Histoire comme le prouve Youssef Hindi dans ses livres. En effet, l'Histoire n'est pas la résultante d'un rapport de production ou d'opposition simple entre prolétariat et bourgeoisie, mais plutôt de croyances, comme du temps de l'empire romain, chrétien ou musulman, quoi qu'il est arrivé parfois que l'économie fasse l'Histoire. Cependant actuellement l'évolution historique provient principalement d'idées religieuses perverties en particulier de celle croyant que le peuple juif devient son propre (faux) messie (dont l'esprit pourrait être le sionisme, la représentation pourrait être la réapparition de l'Etat d'Israël interdite par Dieu et le système pourrait être le monde athée extrêmement laïque diminuant la piété noblement inspirante et insoumise en autorisant usure, mariage homosexuel, jeux d'argent, etc). (De même la république veut faire des républicains une sorte de messie collectif (à l'image des dérives donc du peuple juif ou du prolétaria dans le Marxisme) pour faire advenir les temps messianiques.) C'est à dire qu'en ne croyant pas aux récompenses célestes, en ayant mutées en une politique déguisée d'athéisme globaliste tout de même messianique puisque afin d'arriver ensuite à une théocratie, et en essayant de diluer l'humanité dans une irréalité basée sur la rébellion stupide dont à travers la défense du contre nature par opposition à la raison et au verbe représentant le naturel et l'intelligence, ce judaïsme là s'est extrêmement égaré. Sa lutte folle contre l'intelligence basée sur la réalité que tout existe d'abord par essence que par choix, cherche donc à maléfiquement transcender les limites des nobles valeurs monothéistes établies par rapport à la nature des êtres en voulant abolir toutes les règles dans une interprétation corrompue du sens du retour promis à l'Eden terrestre où il n'était interdit que de manger d'un fruit, car celui-ci réapparaitra seulement par une élévation morale de l'humanité suivant les lois monothéistes et le caractère et la moralité prophétiques, et certainement pas par une disparition de la loi naturelle divine qui autoriserait transsexualité, mariage homosexuel, racialisme, etc. Lire à ce sujet le très bon article « COVIDisme, sécuritarisme et racialisme » : armes d’auto-aliénation à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/COVIDisme-securitarisme-et-racialisme-armes-d-auto-alienation-60201.html
En effet, il est absolument évident que c'est par le respect mondial des commandements divins que la parfaite paix bénie du Jardin d'Eden reviendra sur terre et sûrement pas par une folie libertaire bestiale totale.
Dans ce sens comme il a déjà été vu, les pays occidentaux doivent comprendre intelligemment que pour leur propre pérennité et celle de l’Afrique, ils devraient plutôt développer ce continent plutôt que de baser leur économie à le piller, puisque il finira par ne plus rien rester, ce qui détruira aussi les bases de cette économie occidentale, qui s'effondrera comme tous les empires de l'Histoire, alors que de nouveaux consommateurs des produits occidentaux entretiendraient leur économie.
Or les lois islamiques concernant l'économie ont été établies par le Sage Seigneur Omniscient, et cela correspond clairement à un théorème mathématique où la moindre erreur dans cette équation posera de gros problèmes tôt ou tard telle une construction mal montée finira par s'écrouler, comme l'annonce ou le représente la crise financière de 2008 ayant appauvri des millions de gens et l'endettement bancaire sans fin de nombreux pays lié à l'impie usure et au dollar.
En effet par opposition au système international imposé par les Etats-unis, le système islamique apporterait clairement une meilleure stabilité mondiale par sa modération, ses valeurs naturelles, sa justice sociale, son interdiction de l'usure, son impôt social (zakat) prélevé sur l'économie thésaurisée afin d'éviter que le système financier pourrisse comme l'eau qui stagne et ne circule pas pourrie, et donc son sain développement évitant les grandes crises économiques du capitalisme de plus en plus instable par un libéralisme libertaire à outrance, une hyper consommation que de moins en moins de personnes arrivent à suivre et une amplification des inégalités économiques n'avantageant que les intérêts des vieilles ou riches nations ou familles.
Surtout que selon Aristote et le monothéisme, l'économie est une branche de la morale et doit être surdéterminée par les valeurs transcendantes, et sa place devient une succursale de la morale devant logiquement amener à la noble gestion empathique des autres.
L'économie doit donc être sous contrôle du politique et donc de la morale. Cependant l'économie a pris le dessus sur le politique, et les mathématiques (prétendument scientifique alors que il s'agit de rapports de force humains : production, consommation, entre-aide, création de richesse ou pas, domination ou parasitisme) ont pris le dessus sur l'économie alors qu'elles la servait auparavant.
Or si ce changement de paradigme n'arrive pas progressivement dont par la blockchain et la cryptomonnaie, le système financier américain étant basé sur de mauvaises règles économiques, dont la plupart des pays dépendent par le pétrodollar, s’effondrera inexorablement en les entraînant avec lui, ce qui provoquera un chaos social presque planétaire bien plus grave que la crise de 1929 ou celle de 2008.
-usure préservant et développant malhonnêtement les inégalités entre pauvres et riches, puisque l'argent étant aspiré dans un seul sens, il ne circule pas (en particulier sans la zakat) et la répartition des richesses ne se produit donc pas sous une forme d'oppression et de mise en esclavage indigne, surtout vu l’évidente dignité de prêter sans intérêt. En effet cela entraîne le monde vers une centralisation (concentration) des ressources, des richesses et des capitaux dans de rares monopoles.
Régis Chamagne : « La raison d’être d’une monnaie-dette, ce sont les intérêts de la dette, tandis que la raison d’être d’une monnaie libre, c’est l’être humain. »
En effet prêter étant par essence aussi pure et charitable que l'eau, si le prêt est conditionné avec des intérêts dans la forme d'une bonne action devenant mauvaise puisque dépourvue de gratuité charitable pour Dieu par un intérêt financier, c'est comme si l'eau était mélangée à du poison. Ainsi cela devrait plutôt s'appeler louer de l'argent sauf que l'argent ne se loue pas. Par conséquent il s'agit d'un sens mauvais devant s'appeler l'oppression, en particulier quand la richesse est créée ex-nihilo tel un produit immatériel perversement inventé car corrompant énormément l'économie. En effet la chaîne d'usure amène très nocivement à la dette puisque dominant le politique et apportant l'oppression, l'appauvrissement, l'esclavage et le rabaissement moral du peuple vers l'alcool, le vol, la prostitution ou le suicide, et ainsi la guerre civile ou internationale comme le prouve notre époque :
(S30v37-39) « N'ont-ils pas vu qu'Allah dispense Ses dons ou les restreint à qui Il veut ? Il y a en cela des preuves pour des gens qui croient. Donne donc au proche parent son dû, ainsi qu'au pauvre, et au voyageur en détresse. Cela est meilleur pour ceux qui recherchent la face d'Allah (par Sa satisfaction), et ce sont eux qui réussissent. Tout ce que vous donnerez à usure pour augmenter vos biens au dépens des biens d'autrui ne les accroît pas auprès d'Allah, mais ce que vous donnez comme Zakat, tout en cherchant la Face d'Allah (par Sa satisfaction)... Ceux-là verront (leurs récompenses) multipliées. »
(ExtS59v7) « afin que cela (le butin, l'économie) ne circule pas parmi les seuls riches d'entre vous »
(S2v276) « Allah anéantit l'intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et Allah n'aime pas le mécréant pécheur. »
(S2v278/279) « Ô les croyants ! Craignez Allah et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l'annonce d'une guerre de la part d'Allah et de Son Messager (signifiant pas de pardon divin ni de miséricorde du Prophète Mouhamed et vengeance divine pour ceux n'arrêtant pas ce péché et ne se repentant pas). Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez point lésés. »

Il faut noter que jusque dans les années 70 en France, le prêt sans intérêt existait en liaison avec la croissance du pays (mais normalement par une partie de la zakat récoltée) et était accordé par les banques publiques aux projets commerciaux et entrepreneurials sérieux. Puis, très mystérieusement et probablement stupidement, cupidement ou sataniquement, le président Pompidou accepta gravement la proposition des banques privées de prêter à intérêts dont à l'Etat français :
Voir vidéos sur youtube.com « Sheikh Imran Hosein - La dernière révélation (ultime verset révélé à l’humanité correspondant au précédent) - 23 novembre 2012 » à l'adresse  https://www.youtube.com/watch?v=SWgswQvDyw4 et « Pierre-Yves Rougeyron : la loi du 3 janvier 1973 (sous le président Pompidou ancien membre de la banque Rothschild comme le président Macron) » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=unfPVVYgEuM
-banques privées trop influentes endettant, et contrôlant ainsi dangereusement des pays aussi par des privatisations diminuant la qualité parfois même de secteurs indispensablement publics comme le secteur hospitalier, puisque donc voulant souvent satisfaire des intérêts particuliers d'actionnaires cupides divergeant par essence du bien commun, c'est à dire en cherchant à inconséquemment tout privatiser ou à amener du chaos pour la richesse et le pouvoir de quelques uns, comme l'ont sous-entendu dans un discours Franklin Delano Roosevelt, président des États-Unis de mars 1933 à avril 1945 : « Je crois sincèrement que les établissements bancaires sont plus dangereux que des armées de métier », et le célèbre industriel Henry Ford : « Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin. »
Rappelons que les grandes banques privées prennent de plus en plus en otage les peuples par leur utilité au système économique devenant progressivement essentielle, mais aussi par leurs risques indécents de faillites suite à des spéculations avides dont les erreurs sont assurées par les contribuables, tant qu'elles ne seront pas remplacées par une banque nationale.
Or les gouvernements et les ministres du pouvoir occidental actuel n'ont de cesse de satisfaire l’appétit insatiable de la Banque et de la Bourse, c’est-à-dire les puissances de l’argent, en cherchant réellement à tout privatiser. Ils sont devenus des esclaves de ces ordres supérieurs. Ils sont entre le chien du capital et l’os du peuple, et c’est pour cette raison qu’ils ne peuvent que mentir ou trahir. Il y a bien un pacte de corruption entre les puissances de l’argent et le système politico-médiatique.
-monnaie papier trop imprimée illicite, car n'ayant pas de valeur intrinsèque, devant normalement être basée sur l'or et ne représentant pas honnêtement les richesses réelles du pays, comme çà sera probablement le cas pour la future monnaie électronique qui verra le jour en facilitant la soumission des états aux banques et multinationales oligarchiques sous une forme d'hypnose suivant les idéologies globalistes, puis mondialistes, bien que cela permettra à la technologie blockchain, aux cryptomonnaies et donc au peuple de pouvoir changer de paradigme en bien. Car comme tout outil (que sont d'ailleurs l'environnment et l'argent), il est certain que la blockchain et la cryptomonnaie peuvent être utilisé sagement ou perversement.
Ce nouveau paradigme populaire pour le bien commun devra créer un système de protection en veillant à ce que n’arrivent jamais au pouvoir des hommes et des femmes avides, cupides, ou liés à des intérêts commerciaux avec des multinationales ou des grosses banques spéculatives. Or la Blockchain correspond principalement à une purification de l’économie (monnaie limitée, corruption impossible par des valises de billets intraçables, tout transaction enregistrée dont vers les paradis fiscaux), du système électoral (puisque chacun pourra consulter son vote et compter les votes affichés seulement avec des codes de numéros représentant chaque électeur) et du commerce (tout transaction enregistrée), au détriment d’une surveillance augmentée mais pas tant que ça puisque nos revenus par l’impôt, nos achats sur internet et donc aussi avec une carte bleue peuvent être déjà utilisés par le Big Data (en particulier car les numéros de chaque personne dans la blockchain ne seront consultables qu'en cas de nécessité pour la justice). Surtout qu'il n’est pas interdit que des hommes soient ultra riches (dont en centralisant les ressources à travers des énormes sociétés) si ils payent annuellement un impôt de 2.5% sur leur argent thésaurisé au dessus de 3000 euros, ceci étant en réalité le seul impôt valable et pouvant largement financer les dépenses publiques dont le revenu universel pour les moins riches en particulier par une blockchain automatisant tout. Encore une fois, Dieu établira l’Eden terrestre complété d’une façon ou d’une autre.
Et si cette monnaie électronique était réellement utilisée par les états, comme elle dépend entièrement du marché, elle pourrait le rendre plus juste, libre et équitable, certes au détriment de certaines libertés individuelles, mais qui sont déjà habituées à des contrôles comme ceux du FISC.
Concernant les monnaies électroniques indépendantes comme le bitcoin pouvant parfois faciliter le pervers blanchiment d'argent, par le pieux commerce licite, elles semblent donc d'abord pouvoir redonner le pouvoir aux honnêtes gens.
Cependant même une cryptomonnaie privée comme le bitcoin peut aussi malheureusement attirer vers lui les grands acteurs pervers du dollar par preuve que les Rothschild se mettent à créer leur propre cryptomonnaie voire achète du Bitcoin pour juguler (influencer) cette monnaie, et par preuve que la banque Goldman Sachs rachète des compagnies stratégiques détenant beaucoup de bitcoin pour juguler aussi cette monnaie. Il faut que les peuples prennent des mesures dans ce sens, et ce que les cryptomonnaies « Zyncoin » et « Sestrel »  pourraient réaliser. Surtout qu'il serait nettement préférable que cette technologie permettant certainement de redonner en douceur le pouvoir aux peuples et aux petites et moyennes entreprises, remplace un éventuel triomphe d'une future révolution populaire violente... Et ce qui est très intéressant, c'est que si un jour cette honnête nouvelle monnaie du peuple devait être détourné du bien commun, il suffirait d’en créer une autre et de réinviter les honnêtes gens à l’utiliser. Ca paraît simple comme ça et pourtant ça pourrait bien être ce qui bloque voire efface le plus les oppresseurs.
Une compétition entre les cryptomonnaies privées spéculatives (qui ne seront jamais des stables coin car réservé aux états et probablement souvent sionistes mais pas toutes) et nationales pourrait donc avoir lieu concernant leur utilité, leur valeur et leur stabilité tout simplement par rapport à leur nombre d'utilisateurs, comme par rapport au covid une concurrence a lieu actuellement entre les vaccins publiques (provenant par exemple des Etats russes et chinois) et les vaccins occidentaux (provenant de laboratoires privés). C'est pour ça que si une cryptomonnaie était créée par des régions honnêtes et monothéistes en l'adossant au cours de l'or ou/et qu'elle récupérerait le plus d'utilisateurs pour la stabiliser, elle dominerait des régions voire une nation en prouvant qu'en islam le peuple est le début du pouvoir avant le Calife. Idéalement, la quantité de monnaie en circulation dans un pays devrait représenter la somme de toutes ses ressources de valeur en étant donc limitée comme une cryptomonnaie : la force de travail de la population, les infrastructures, la technologie, les terres cultivables, le tourisme, les brevets, les réserves de métaux précieux à laquelle cette monnaie serait adossée. A ce sujet voir vidéo : « De la nécessité de repenser la monnaie avec Valérie Burgault » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?v=zUXMsLWwCjg , et lire article « Mais où est le loup ? » à l'adresse suivante https://www.levilainpetitcanard.be/mais-ou-est-le-loup/
La monnaie incarnant une énergie intelligemment utilisée puisque normalement synonyme de valeur de biens, de déplacement ou de travail, et donc de valeur intrinséque, représente la vie car elle est un échange similaire à l'interaction entre l'oxygène des arbres et le dioxyde de carbonne des hommes. La monnaie incarne aussi les actions de donner, recevoir et rendre. Or de nos jours l'argent est créé pour la première fois dans l'histoire de l'humanité (depuis la fin des accords Bretton woods et surtout suite à la création de l'Euro) sur de la richesse future (travail, entreprise, vente, promesse de remboursement avec intérêt) qui de plus en plus ne se réalise pas. De plus les intêrets ne correspondant à aucune énergie humaine ni donc valeur mais à de la dette montant vite, pour freiner l'augmentation inexorable de cette dette et par conséquent de l'inflation et de l'arrivée du chaos, cela amène à la mise en esclavage des peuples à travers le mondialisme, la stagnation ou la baisse des salaires, l'immigration de masse, la paupérisation des classes moyennes, l'augmentation des prix, et le chômage. A ce sujet écouter l'émission « Pourquoi tant de haine ? #26 – Comprendre la monnaie : de simple moyen d’échange à outil de domination » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?v=dhxxNtibVtM&feature=emb_title
Or l'argent est l'actuel principal carburant du monde, il n’a ni odeur ni valeur humaine. C’est une relation sociale aliénataire incontrôlable qui a vampirisé le monde et le dévore... Voici ce que beaucoup appelle Satan ! Selon Jésus, on ne peut servir en même temps deux maîtres : Dieu et Mammon. Or ce n'est pas l’outil « argent » qui pose problème mais ses modalités, décidées par des hommes peu scrupuleux... Ce qui rend schizophrène car on est forcé de subsister avec le système du mauvais maître tout en vivant pour le vrai en tendant vers une grande sagesse particulièrement subtile à notre époque, et donc profonde, et donc intelligente, et donc méritante. Or ne pouvant vivre seulement d’amour et d’eau fraîche en ascète selon l'islam, on doit se résoudre au salariat (en espérant faire mieux bien que la liberté et surtout la possibilité d'entreprendre devient très difficile avec les faveurs accordées aux multinationales et et avec la crise sanitaire du covid) et on se retrouve ainsi avec des pays entiers, dénaturés, composés d’individus aliénés au Marché, travaillant pour les marchands du Temple. Ainsi beaucoup s’y résolvant sans foi ou piété, ils ne courent plus qu’après l’argent, et oublient tout le reste. Voilà la tentation de l'égarement (capitaliste) dans lequel nous nous trouvons.
Ainsi il semble important qu'une monnaie électronique honnête se répande sans usure, car elle pourrait apparemment apporter une valeur similaire à l'or en l'adossant à son cours par rapport aux autres monnaies même s'il s'agit de millième de centimes pour un once, surtout qu'étant donné le nombre d'humains et d'échanges sur terre, l'or ne peut logiquement plus servir dans des transactions manuelles, sauf entre Etats car c'est évidemment prioritaire puisque ces monnaies sont indiquées dans le Coran. De même, une monnaie électronique honnête pourrait devenir de l'or numérique (digital) telle une valeur refuge (d'épargne) de laquelle pourra être dérivé plus tard un « stablecoin (adossé à la valeur de l'or) » (monnaie plus stable évitant la spéculation et donc les dépréciation ou augmentations trop fortes) et donc purifier l'économie par une valeur intrinsèque, en particulier car les unités de ce type de monnaie sont limitées et empêchent donc très précieusement le grave danger de la planche à billet, l'inflation et l'oppression de la centralisation monétaire. Or les pays peuvent revenir à une monnaie nationale en interdisant les stablecoins pourquoi pas en créant leur propre stablecoin lié à des blockchain, car la cryptomonnaie sert d'abord à remplacer l'actionnariat prédateur pour purifier le développement d'un pays et préserver sa souveraineté face donc à la haute finance privée. Surtout qu'un stablecoin permet la perversité de la thésaurisation et que les autres cryptomonnaies spéculatives amènent à ne pas avoir à payer la zakat à moins que son cours se stabilise sur un an car c'est considérer comme un investissement en cours (mais qu'il faudra en tout petite partie changer en stable coin pour payer comme la plupart du temps à travers l'Histoire une allégeance annuelle à l'Etat pour qu'il puisse réaliser ses fonctions régaliennes de base dont de protection militaire), sur lequel d'ailleurs il n'est pas noble de trader, puisque amenant à avoir une volonté fréquente de baisse du prix et ainsi de non réussite du projet pour se faire de l'argent dans l'immédiat, à l'image des algorithmes cupides du trading à haut fréquence par essence donc déshumanisé, surtout donc que ne conservant souvent des actions que des micro secondes à la différence du succès des pieuses entreprises commerciales humaines prenant généralement des années. Ainsi la supression des stablecoins favoriserait les cryptomonnaies spéculatives en récupérant probablement leurs investisseurs et donc en favorisant le développement de projets et des pays du monde. Cela serait comparable à un écosystème stable surtout grâce à une technologie plus essentielle que la crytpomonnaie pour un noble changement qu'est la blockchain ayant de multiples applications et pouvant donc purifier les banques de leur très grave oppression particulièrement prouvée lors de la crise financière de 2008, en les faisant être le lien d'échange entre les cryptomonnaies nationales et celles spéculatives.
Ainsi suite au communisme n'ayant pas réussi et au capitalisme en train de s'effondrer, une troisième voie est désormais possible avec la blockchain, la crytomonnaie sans usure et les technologies modernes pour obtenir la subsistance de manière plus éthique. La troisième voie est aussi celle de la mesure, de l’exactitude, de la vérité, de la justice, de l'esthétique, du bien, du pur, du noble, du vrai, et du monothéisme authentique. C'est à dire que ce nouveau monde incarnera un nouveau modèle plus en adéquation avec la vie en société, avec la transmission des valeurs, et avec notre environnement naturel.
Bockchain : Il s'agit du réseau internet 3.0 enregistrant précieusement et mondialement toute opération ou savoir de manière sécurisée, anonyme, décentralisée, infalsifiable et transparente, et permettant de créer, garder et transmettre de la valeur financière sans les banques et plus seulement de l'information, et pouvant donc créer un monde alternatif hors de contrôle des puissants lobby nocifs et des malhonnêtetés politiques, bancaires ou administratives, synonymes de corruption et d'oppression, telle une grande ronde et donc une seule âme et un seul corps qu'est d'ailleurs l'origine et la réalité de l'humanité provenant d'Adam pour empêcher la destruction de la forêt amazonienne :
Selon An-Nomân Ibn Bashir (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'image des croyants (ou des frères en humanité contre l'oppression) dans l'amour, la miséricorde et l'affection qu'ils se portent, est comparable à celle d'un même corps : lorsqu'un membre se plaint de quelque douleur, c'est l'ensemble du corps qui en pâtit par l'insomnie et la fièvre. » (Boukhari et Mouslim)
Voir vidéo « QU'EST-CE QUE LA BLOCKCHAIN WETHIO ? » à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?v=_A7gSXVPQuY
La centralisation (concentration) de l'économie par les multinationales, la centralisation (concentration) de la finance par les grandes banques d’investissement (dont Goldman Sachs) et la centralisation (concentration) de la création monétaire par les banques centrales sont le système chéri de la ploutocratie actuelle qui n'hésitera pas perversement à continuer cette course folle jusqu'à provoquer des guerres civiles comme en Grèce et au Liban pour préserver ses privilèges égoïstes.
La centralisation du système sera donc toujours le problème du capitalisme par son oppression, ses combines et son chantage. Alors il est désormais évident que la décentralisation par la blockchain, par les cryptomonnaies d'investissement populaire, et par la création de la subsistance de base dans un retour au village est bien la solution pour adapter la technologie moderne à notre monde et pour que les peuples ne reçoivent plus seulement les miettes de cette ploutocratie.
De plus la cryptomonnaie portant déjà dans son nom une justice économique par son impossibilité d'être malhonnêtement dupliquer et la blockchain étant d'une transparence absolue, cela pourrait correspondre à un divin ennoblissement forcé de l'humanité jusqu'à la sainteté économique mais qui ne sera légitimement validée qu'à ceux ayant le cœur pieux, comme aujourd'hui la piété n'est validée qu'à ceux n'agréant pas le système corrompu actuel malgré l'obligation de l'utiliser. Surtout que la monnaie est d'abord une affaire de confiance, d'autant plus si elle est cryptée et liée à une blockchain, et que la valeur intrinsèque des cryptomonnaies étant basé sur l'achat et les transactions y étant liés prouve leur pureté, d'autant plus que par rapport à la folle planche à billet la création de coins d'une cryptomonnaie est limitée et souvent liée à de la création de richesses.... Ainsi cela pourrait rééquilibrer financièrement tous les continents et par conséquent résoudre le problème de l'immigration de masse devenant dangereux pour les pays la recevant comme pour ceux à son origine. Surtout que ce système financier basé sur des cryptomonnaie et des blockchains peut générer des profits pendant un temps long (le dernier bitcoin sera miné en 2140) par l'augmentation de sa création monétaire jusqu'à un grand niveau limité.
En effet la blockchain est un outil probablement prophétique puisque pouvant certainement guérir les maladies économiques de notre époque, car son protocole la décentralise en la rendant donc incontrôlable par le système économique corrompu. Ainsi elle n'appartient à personne ou plutôt elle appartient à tout le monde, puisque toute information et mouvement sont enregistrés partout dans le réseau. Ceci induisant que ce probable ultime système de l'humanité correspond certainement à un des sens supplémentaires du noble plan divin, car comme le bombe atomique est apparue juste au moment de la fin de la deuxième guerre mondiale et a préservé dans une forme d'équilibre par la terreur la planète de grandes guerres militaires mondiales trop destructrices de civilisation, l'apparition de la cryptomonnaie liée à la blockchain apparue juste après la crise financière mondiale de 2008 semblait inévitable pour préserver la planète des grandes crises financières mondiales trop destructrices de civilisation. Ainsi on apprend à imaginer de manière illimitée ce que le monde pourrait le plus honorablement être à travers cette pureté de la blockchain et des cryptomonnaies. Une des applications est par exemple la traçabilité (transparence précise) des dépenses d'une société d'assurance qui rassurerait ses assurés et faciliterait sa fonction en étant lié à diverses sociétés comme des aéroports pour rembourser rapidement des billets.
Ainsi pour conserver une stabilité et représenter honnêtement leur économie, les états devraient se servir d'une cryptomonnaie dans une blockchain en indexant sa valeur sur l'or comme devrait le faire toute monnaie puisque l'or est la référence principale de valeur monétaire dans le Coran. En effet cela préserverait ces nations de l'immense danger qu'est la planche à billets incontrôlée, puisque émettant de manière presque illimitée de l'argent ex-nihilo, et donc diminuant toujours plus la valeur de la monnaie produite (hyperinflation), et donc provoquant un appauvrissement général de la société, et donc apportant des risques de guerres civiles ou internationales, comme ce fut le cas en Allemagne entre les deux guerres mondiales.
Or il faut se méfier que le système bancaire occidental ne parvienne pas à créer à une monnaie électronique unique centralisée et donc dominatrice ultimement, car un des principaux aspects d'un Etat qu'est la création monétaire, pourrait rendre les nations obsolètes comme l'euro et l'union européenne tendent à le faire, surtout puisque étant une monnaie sans frontière qui ne peut être saisie. Il s'agirait là d'une des possibles faces du sionisme cherchant la gouvernance globale, car l'atlanto-sionisme militaire pour le grand Israël par le chaos semble cacher ou transférer son projet sioniste à la domination économique de l'euro-mondialisme. Cependant  des monnaies populaires honnêtes peuvent combattre et finir par empêcher cette future oppression sioniste.
Surtout que malgré l'apparition du covid 19 pour le préserver, cet euro-mondialisme n'apparaît plus vendable suite aux crises financières régulières, à l'immigration de masse et à la montée des populismes conscients de cet hyper globalisme destructeur et commençant à lutter contre lui par preuve du vote ayant validé le Brexit, du triomphe d'un parti souverainiste en Italie, de l'apparition des gilets jaunes en France et de l'élection de Trump.
Ainsi désormais cet euro-mondialisme sioniste ne peut être qu'orienté vers une union de néo-nationalismes sionistes en cherchant à écarter les nationaux authentiques, à amener des conditions sécuritaires similaires à Israël et à favoriser les minorités homosexuelle, religieuse et immigrée.
Ce changement de stratégie a été trouvé rapidement par de nombreux analystes de plus en plus intelligents ou décryptant de plus en plus facilement les intentions sionistes malveillantes par l'expérience acquise dans l'étude de la longue histoire du fourbe messianisme juif gravement erroné à travers ses perverses stratègies politiques au cours de l'Histoire (en se servant des deux principaux messianismes aussi récents aussi erronés : Communisme 2.0 « suite de l'internationalisme communiste » et Capitalisme 2.0 « réalité du Mondialisme capitaliste », seul(s) projet(s) politiques depuis le milieu du XIXe siècle puisque cachant en réalité l'avènement de la ploutocratie planétaire). Il s'agit d'imposer par le chemin inverse un totalitarisme matérialiste plus consenti dont à travers la crise du Covid, c'est à dire en partant du libéralisme plutôt que du communisme. Surtout qu'en s'éloignant de la spiritualité monothéiste le communisme et le libéralisme se ressemblent, car le communisme est synonyme d'un matérialisme historique et le libéralisme est synonyme d'un matérialisme vulgaire.
Le projet de Lénine est en train d'être réalisé par la Silicon Valley au niveau de la technologie, Wall Street (avec la City de Londres et Tel Aviv) au niveau de la finance, et l'Union Européenne au niveau économique avec le Vatican ayant perverti le christiannisme et le Dalaï-Lama égaré comme tête de file du Mouvement d’animation spirituelle de la démocratie universelle…
L'Union Européenne est actuellement le fer de lance mondialisme dont par ses règles financières et économiques gravement dérégulées favorisement honteusement les multinationales, puisque elle cherche à diluer les pays en transformant les frontières d’État en frontières administratives commerciales et en dominant le monde par l'union bancaire planétaire suite à une nouvelle grande crise financière plus grave que celle de 2008, mais qui sera probablement finalement sa défaite par l'orientation nécessaire car vitale mondialement des peuples vers des blockchains et cryptomonnaies honnêtes. C'est à dire que l'union européenne créée par les Etats-Unis et Israël est perversement orientée pour leurs intérêts comme le prouvent sa soumission fréquente et son organisation gérée injustement par des bureaucrates non élus (comme pour les banques centrales privées dont celle européenne) provenant parfois secrètement de l'OTAN ou de services secrets. De plus cette union européenne avait été aussi faite perversement au départ par des riches pour des riches, enrichit toujours plus les riches et appauvrit toujours plus les pauvres.

          Par conséquent, le monde tend bien actuellement vers une révolte des nations (peuples, dont par les cryptomonnaies et blockchains honnêtes étant le seul bon moyen de conserver le modernisme et éviter de retourner à l'âge de pierre par une possible guerre nucléaire ou civile mondiale à cause du système pervers en place), ou vers une gouvernance globale sioniste par un hyper mondialisme numérisématérialiste libertaire ne favorisant que les très riches. Lire « APPEL POUR L’ÉGLISE ET POUR LE MONDE aux fidèles Catholiques et aux hommes de bonne volonté » à l'adresse suivante http://veritasliberabitvos.info/appel/
Les obligations autour de la Covid-19 n’ont rien à voir avec la santé publique et tout à voir avec la soumission du public. Le virus n’est rien d’autre qu’une crise utile à exploiter pour justifier la tyrannie. La lutte contre la pandémie devient la « première priorité » et le social passe au second plan, ce qui correspond parfaitement au plan mondialiste. Les escrocs du Nouvel Ordre mondial, armés du projet du Great Reset qui doit y mener, vont même jusqu'à profiter de leur chaos économico-social pour saper l’âme du pays en s’attaquant à ses centres spirituels (églises) par leur transformation en centre de vaccination.
Gilad Atzmon : « La Troisième Guerre mondiale, en tant que telle, peut aussi être une confrontation vicieuse entre des gens qui sont libidinalement enthousiasmés par la distanciation sociale et ces personnages « suicidaires » qui sont en fait nostalgiques de l’interaction humaine, de l’air frais et de la liberté en général. La Troisième Guerre mondiale est une lutte entre deux groupes : le premier est celui qui insiste sur la notion de « vraie science », sans probablement faire la distinction entre « science » et « technologie ». Les autres semblent comprendre que si la science est une tentative pour comprendre l’univers, la technologie est l’art de traduire cette compréhension en profit. Il y a évidemment une différence entre la compréhension de ce que peut être le Covid-19 (la science) et la tentative tous azimuts de le traduire en argent comptant (la technologie). Ceux qui croient en l’existence de « vrais scientifiques » qui « s’entendent entre eux » ne comprennent pas qu’une telle notion est en soi non scientifique, car la science n’est pas une question de consensus. Le progrès de la science est en fait défini et déterminé, comme l’art, par la créativité et la défiance des paradigmes acceptés, c’est-à-dire contre le consensus. Ceux qui nous parlent de « vraie science » doivent être aveugles au fait que l’histoire des révolutions scientifiques est une histoire sans répit de dissidences intellectuelles successives. Ces deux camps semblent se méfier l’un de l’autre et, pour des raisons évidentes, pensent qu’ils sont existentiellement menacés l’un par l’autre.  Au cours des grandes guerres précédentes, les gens se sont battus pour des territoires, pour des frontières entre États, pour une idéologie, souvent pour la liberté. Je ne vois pas vraiment, à l’heure actuelle, comment la paix pourrait prévaloir et comment cette Troisième Guerre mondiale pourrait se terminer harmonieusement. Je ne peux même pas imaginer ce que la défaite ou la reddition pourrait entraîner dans cette guerre, mais ça ne sent pas très bon ... En termes d’identification politique socio-économique, la gauche et la droite ont changé de camp. Ce n’était pas une transition politique, c’était en fait un changement métaphysique et existentiel. En l’état actuel des choses, les progressistes/de gauche/libéraux sont liés aux grandes machineries technologiques, aux médias grand public et à Wall Street, tandis que la droite s’est transformée en un mouvement populiste tenté par la pensée révolutionnaire. »
Et tout cela participe à l'augmentation de la pression autoritaire cherchant à faire adhérer l'humanité à l'orthodoxie idéologique de la gauche sociétale radicale ayant commencé par le politiquement correct et amenant actuellement à une transsexualité détruisant les valeurs sociales authentiques et donc la civilisation, et permettant donc à de perverses forces occultes de dominer les peuples et le nations, ce qui amènera de plus en plus à une révolte des nations contre le mondialisme.
La gouvernance globale a pour finalité l'instauration d'une paix universelle (blochévisme 2.0) qui vise la destruction de la classe moyenne entrepreneuriale au niveau mondial, la fin de toute forme d'autonomie locale et personnelle et l'arasement de toutes  les classes sociales ; pour ne laisser plus qu'une élite mondiale nomade face à une masse humaine informe, sans identité, sans travail, sans réflexion ; entretenue par les médias, les machines, le revenu universel, le cannabis et la pornographie : voilà ce qui se joue dans notre monde contemporain.
Ainsi comme une importante partie des peuples se réveillent grandement, le nouvel ordre mondial et les élites oligarchiques perverses chercheront désormais à les tenir comme à travers des passeports numériques voire des vaccins numériques synonyme selon l'expression biblique « de marque de la bête » de la fin des temps, tels ceux possiblement liés au covid19. Voir à ce sujet vidéo « NEWS VIRUS TV : Le gros bluff des médicaments et des vaccins !!! Rav Amnon Itshak » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=bnn7M__MB38&feature=emb_title
Jean-Dominique Michel : « Un ensemble de soignants, pédopsychiatres, infirmières, virologues interviewés dans une vidéo belge disent quelque chose de très juste : on a tout réduit à la biologie. Les relations, les affects, les liens avec les autres, le sens que l’on donne à sa vie, et le système économique, tout cela est hyper déterminant de la santé, au moins autant que la biologie. Mais on s’est concentrés uniquement sur la biologie, on a complètement effacé le reste, on n’a pas pensé aux impacts du reste en créant des réalités qui ne peuvent être qu’hyper traumatiques. C’est une des critiques du confinement (et des masques). On n’a pas du tout pensé aux impacts de déshumanisation que cela allait avoir à tellement d’endroits. Surtout que dans un laboratoire P4 comme Wuhan, le port de combinaison intégrale et des sas de décontamination sont utilisés pour lutter contre un virus comme le Covid, alors à quoi sert un petit masque ? De plus comme un masque arrête les bactéries présentes dans les muqueuses humides et chaudes de la bouche, cela forme une petite étuve personnelle dans lequel les germes peuvent proliférer. (Si « Dieu, qui est omniscient », avait voulu nous protéger par là, il nous aurait pourvu de paupières de bouche et de nez... Or il n’en a rien fait. Demandons-nous pourquoi ? C'est pour l'immunité collective.) Par conséquent il aurait fallu réunir des compétences beaucoup plus larges. Dans une forme d'hystérie hygiéniste amenant de la psychose dans tout et de la perte de liberté, les autorités étaient tellement dans leur panique sanitaire qu’elles s’en sont totalement remises aux médecins. Or, ce n’est pas juste aux médecins de dire comment il faut organiser une réponse sociétale à une épidémie ! Ou en tout cas pas sans le concours de nombreux autres ordres de compétences et de savoir.  Il y a une forme de dérive totalitaire qui est en train de se mettre en œuvre, y compris dans notre pays ! Que le Conseil fédéral ait cherché à obtenir du Parlement la possibilité de garder des pleins pouvoirs jusqu’en 2022, y compris en pouvant imposer une obligation vaccinale, constitue une transgression majeure de notre système de droit comme de notre système politique. C’est de l’éthique au sens le plus intense du terme, ça concerne même l’Habeas corpus ! C’est revenir à l’époque où le Seigneur avait le droit de disposer des corps des gens. On est dans ce genre de dérive aujourd’hui, avec la pointe redoutable que, puisque c’est pour la santé, refuser revient à risquer de mettre en danger la vie des autres ! on est en train de dériver vers un totalitarisme qui ne dit pas son nom. Il s’agirait d’un projet de vaccin à ARN, un type nouveau que l’on n’a encore jamais expérimenté sur l’être humain. Avec de possibles signatures nanoparticulaires permettant à une autorité extérieure de savoir si on l’a reçu ou pas. Avec un passeport vaccinal déjà prêt qui permettrait d’être autorisé à se déplacer ou non. Donc un contrôle total sur la population qui serait alors captive d’un système de surveillance totalitaire. Tout ceci pour un coronavirus sans danger exceptionnel (par rapport aux épidémies dont nous avons l’habitude) et qui semble déjà perdre de sa virulence, comme il est normal pour les virus qui envahissent une nouvelle espèce. En effet comment se fait-il qu’un type comme Bill Gates, qui est informaticien, se retrouve au centre de tout l’échiquier comme celui qui finance le plus les institutions de santé dans les pays et à travers le monde ? Il y a quelque chose d’anormal dans cette situation. qu’il se retrouve dans cette position, à dicter le jeu, à avoir ses entrées à l’Élysée comme au Palais fédéral ou à la Maison-Blanche, à être le principal financeur de l’OMS, à subventionner des médias ou encore une agence d’état comme Swissmedic. La situation que nous vivons avec le coronavirus est en fait apocalyptique, dans le sens littéral – et non pas mystique – de « dévoilement » : quand les choses sont dévoilées dans leur réalité. Là on est dans une espèce de dévoilement à large échelle de la manière dont la gouvernance des pays a vrillé, dont les intérêts privés tendent à l’emporter sur le bien commun, avec à l’arrière-plan (du fait des groupes qui ont le vrai pouvoir, comme les GAFAM) une forme de délire transhumaniste qui est en train de prendre le pouvoir sur les systèmes sociétaux d’une manière où il semble que rien ne puisse plus résister à cela. Un professeur de neuro-marketing (branche qui étudie comment les messages publicitaires impactent le cerveau à notre su ou à notre insu) n’en revenait pas de l’impact de trois mois de matraquage sur l’amygdale, ce centre neurobiologique de la vigilance au cœur du cerveau émotionnel. De jour en jour, le traitement médiatique a créé une sur-stimulation de l’amygdale, ce qui a pour conséquence de faire disjoncter les connexions avec le cortex, obérant la capacité de penser. Je le vois dans l’hystérisation de beaucoup de positions, avec une forme de polarisation extrême et la perte de capacité à réfléchir et à avoir envie de discuter constructivement et calmement des choses… Donc une perte de compétence dialogique et réflexive. »
Le Dr Rachel Bocher chef de service en psychiatrie au CHU de Nantes précise qu'il n’y a pas de santé sans santé mentale : « La santé mentale est l’oubliée de la crise du Covid. Il y a les patients qui vont moins bien à cause de la crise, mais l’isolement social, la peur de la maladie, de la mort, du chômage, de la solitude, ont aussi des conséquences sur des populations en détresse psychologique aggravée. Et ce n’est pas pris en compte. Ce qu’on demande aux pouvoirs publics, c’est d’agir vite et d’agir ensemble. »
Selon Alexandra Henrion-Caude (généticienne de renommée mondiale, ancienne directrice de recherche à l’Inserm, Hôpital Necker) avec le Covid19, le port du masque généralisé est devenu obligatoire pour la première fois et il y a donc une méconnaissance des conséquences psychologiques que cela peut entrainer dont une augmentation forte de la méfiance, de la confiance et donc de mauvaises réactions, surtout qu'affaiblissant la forme des travailleurs les rendant moins efficaces dont auprès de leur proches chez eux. Elle précise aussi que le confinement, la distanciation sociale (synonyme de distension), le port du masque par les non malades sont des décisions irresponsables, et la peur causée voire accentuée, puisqu'elles amputent une partie de notre système de défense immunitaire (et l'importance morale et psychologique des liens sociaux dont la proximité avec nos proches), car elles empêchent l'immunisation collective, comme ça a été le cas depuis toujours puisque l'homme est fait pour vivre en société, de même que le gel hydroalcoolique puisqu'il détruit des éléments antivirus des mains que des sociétés vont même déjà jusqu'à créer en les liant à des vêtements qui seront souvent chers et donc réservés aux riches dans une forme de génocide des pauvres. Surtout qu'avec l'annonce que de rapides auto-tests Covid payants seront disponibles en pharmacie, cela nous dirige bien ers une société à 2 vitesses, car quand il faudra présenter son test négatif pour entrer quelque part, les moins aisés ne pourront se le permettre.
Selon cette généticienne également, les personnes ayant reçu le vaccin contre la grippe expulse six fois plus de matière virale que ceux n'étant pas vaccinés, ce qui participerait à créer des mutants, et indiquerait que les mutants covid (anglais et sud-africain) proviennent des vaccins ARN, pouvant en plus modifier le génome des vaccinés et des enfants qu'ils mettent au monde. En effet dans quelques mois il faudra faire face aux effets indésirables à moyen et long terme de la vaccination comme ADE (Antibody-Dependant Enhancement) et les mutants résistants à la vaccination sélectionnés par les vaccins. Voir vidéo « Alexandra Henrion-Caude sur TVLibertés » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Alexandra-Henrion-Caude-sur-TVLibertes-la-video-censuree-par-YouTube-62537.html
D'ailleurs le port du masque pour tous pourrait être compris comme empêchant les personnes asymptomatiques de participer à l'immunité collective, d'autant plus que les nouveaux cas de contamination ne sont pas des malades mais aussi des asymptomatiques, ce qui prouve que le terme « asymptomatique » est illégitime et synonyme de folie cherchant à perturber les populations.
Surtout qu'un affaiblissement du système immunitaire a lieu par le stress de la peur apportée principalement par les grands médias, par la dépression du confinement, par la distanciation sociale angoissant le peuple, par la baisse d'air pur lié au port du masque, par l'interdiction des sports collectifs et la fermeture des salles sport.. »
« La peur n’est que la foi inversée ; c’est la foi dans le mal au lieu du bien. » (Florence Scovel Shinn)
Surtout que tous les confinements obligent les gens à se rassembler sur moins de surface dont dans des commerces appartenant généralement à des multinationales d'oligarques.
De plus la Covid-19 est une maladie respiratoire. Elle se transmet donc a priori comme les autres maladies respiratoires : par l’air. Si c’est le cas, les seuls masques utiles doivent être hermétiques, comme des masques à gaz utilisés par les armées ou les laboratoires P4. Les masques chirurgicaux sont au contraire de fausses protection car ils n’adhèrent pas à la peau et laissent passer l’air en de nombreux endroits. Dans le cas où la Covid-19 se transmet comme toutes les autres maladies respiratoires – ce qui est a priori l’hypothèse la plus probable – , la prévention doit être d’aérer les espaces fermés. Ce que l’OMS avait déclaré au début de la pandémie.  Cependant, un autre problème surgit. On a installé au cours des dernières années des systèmes de climatisation dans de nombreux immeubles. Si l’air climatisé absorbe des vapeurs d’eau contaminée, toutes les autres personnes respirant cet air risquent d’être contaminées. Il faut distinguer les systèmes de climatisation qui expulsent l’air à l’extérieur de ceux qui fonctionnent en circuit fermé, diffusant éventuellement la maladie dans tout l’établissement. Les contaminations liées à une épidémie de légionellose (une infection bactérienne pulmonaire grave) lors de la convention de l’American Legion en 1976 à Philadelphie, et en 2000 à des patients de l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris, de même que les abattoirs étant des espaces climatisés en circuit fermé et à basse température, laissent à penser que cette hypothèse devrait être prise très au sérieux.  Envisager cette hypothèse, c’est envisager d’admettre que de nombreux bâtiments modernes doivent être réhabilités, comme on l’a fait avec l’hôpital Pompidou. Ce sont des budgets conséquents comparables à ceux que l’on dépense pour désamianter des immeubles.  Pour un haut-fonctionnaire, il vaut mieux ignorer cette question. Ne rien changer, agir comme d’autres États et rendre obligatoire le port du masque. Et il faut remarquer que l'obligation du port du masque parfois pendant 8 heures au travail plus des heures dans les transports en commun et magasins pendant des mois, amenant de la fatigue, la diminution de la santé et des désagréments, jetteront encore plus de gens et d'indécis dans la prétendue libération par le vaccin. Cela s'appelle de la fabrique d'esclavage par consentement, surtout si il y a des nanotechnologies numériques de surveillance dedans et un comptage quotidien aux infos concernant le nombre de personnes vaccinées à la place des infectés... Cependant il faut laisser en paix les gens qui ne veulent pas se faire vacciner car leur droit sur leur santé est grandement légitime, surtout que l’humanité a survécu avant les vaccins et survivra après eux sans aucun doute. Or le confinement va créer plus morts que l'épidémie elle-même car cela suit un agenda historique de spoliation et d'appauvrissement massif des peuples (d'abord de la moyenne bourgeoisie et des PME par preuve de l'effondrement de l'économie moyenne) voulu par le système bancaire et ses relais, afin d'empêcher l'authentique jonction révolutionnaire basée sur l'union des classes moyennes et inférieures contre la globalisation économique au niveau de la libre circulation des marchandises et du capital actionnarial.
Cette classe moyenne est celle de la petite et moyenne bourgeoisie propriétaire de ses moyens de productions, soit les petits patrons de PME, PMI, etc. La classe des entrepreneurs libéraux, au sens honnête du terme. A ne pas confondre avec les couches moyennes salariées, qui sont les cadres et les petits chefs du Capital. La classe moyenne est progressivement liquidée par le Capital (loi de la concentration). Tandis que les couches moyennes salariées sont les petits cadres du Capital, donc les exécutants de la liquidation de la petite et moyenne bourgeoisie par la grande. Le communisme a toujours été ultra libéral pour sa classe dirigeante et ultra autoritaire pour la masse. Le communisme toujours financé par le grand capital bancaire, hier comme aujourd’hui !!  Le système Français est déjà communiste 2.0 sur énormément de paramètres. Impôts écrasant pour les petits propriétaires, cosmopolitisme, athéisme... La France comme l'Europe et l'Occident sont clairement devenus une tyrannie bancaire par un Etat policier sovieto capitaliste, puisque ultra surveillant, soumis à la finance internationale, et crevant des yeux et arrachant des mains, en prouvant les temps d'apocalypse (révélation des choses cachées dont donc du pervers plan oligarchique et sioniste) surtout vu le lien désormais évident entre état policier français, Président Macron ancien membre de la banque Rothschild (et prétendument saint simonien selon Frédéric Rouvillois), et ainsi asservissement bancaire par cette même banque et donc par le système financier privé international.
Thierry Meyssan : « Le projet franco-allemand du chancelier Helmut Köhl et du président François Mitterrand fut conçu durant la Guerre froide. Énoncé par le Traité de Maastricht, en 1992, il se poursuit inexorablement. L’objectif stratégique est de construire une structure supra-étatique capable de neutraliser les divergences d’intérêt entre les deux pays et de rivaliser économiquement avec les États-Unis, la Russie et la Chine. Inexorablement, les pièces du puzzle se mettent en ordre une à une comme ce fut le cas avec le Traité constitutionnel. Vue l’opposition de nombreux peuples européens à cette construction sous contrôle américain, les étapes actuelles sont difficiles à franchir, mais l’épidémie de la Covid-19 permet aux dirigeants allemands et français d’agir à la faveur de la panique sanitaire. À l’issue d’un des plus longs sommets des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne, un plan de 750 milliards d’euros a été adopté par le Conseil européen pour faciliter la reprise économique post-Covid. Il ne sera pas financé par une dévaluation de l’euro car seuls 19 États en sont membres sur 27, mais par des emprunts de 30 ans. Il devrait donc être sinon impossible du moins très difficile d’organiser des sorties de l’Union sur le modèle du Royaume-Uni durant les 30 prochaines années, suite à ce passage du rêve de puissance de l'union Européenne avant la volonté d’indépendance des peuples. Emmanuel Macron et Jean Castex ont accepté à la place des Français d’enchaîner le pays à l’UE pour 30 ans afin de récupérer 40 milliards d’euros. Mais pour quoi faire ? Pour réformer le mode de rémunération du travail et résorber le gouffre social entre les ultra-riches et les autres ? Pour indemniser les Français dont le travail a été détruit par un confinement imposé ? Ou pour gagner du temps tout en préservant la paix sociale ? Malheureusement, ces deux hommes ne veulent rien changer et cet argent sera dépensé en pure perte. »
Il a donc été pris des mesures visant le risque zéro pour préserver la vie, alors qu'elle cela signifie la perdre car la vie n'est pas la survie.
Dr Pascal Sacré : « Les pays du Nord de l'Europpe n’ont pas confiné, et ils ont donc moins traumatisé, et sont restés plus humains. Ils sont la preuve supplémentaire que l’histoire Covid-19 telle qu’elle a été instaurée dans les pays liberticides et coercitifs (Belgique, France, Espagne, Canada…) est bien une fiction avec des éléments réels basé sur un faux consensus d'experts, un terrorisme d'Etat à travers les grands médias et une véritable crédulité d'une grande partie du peuple, plongeant leurs populations dans un piège psychologique redoutable. Cela nous rappelle l’opération de 2009, avec la fausse pandémie H1N1 : mêmes tactiques, mêmes complicités (médiatiques, politiques, gouvernementales), mêmes « experts », mêmes scénarios, mêmes narratives avec un accent sur la peur, la culpabilité, la précipitation et toujours la même odeur nauséabonde de cet argent omniprésent sous la forme de profits immenses à l’horizon pour l’industrie productrice de vaccins.  C’est comme si l’épisode H1N1 de 2009 avait servi de répétition. Cette fois, l’épisode Covid-19 de 2020 est en passe de transformer l’essai en succès, avec autant d'arnaque que le H1N1 dont à travers les milliards dépensés dans le médicament Remdesivir pour rien et les interpellants vaccins ARN inédits. Malgré des indices évidents de corruption, d’incompétence, d’ignorance concernant des personnalités éminentes de la politique, de la science, de la médecine, beaucoup de personnes continuent de leur obéir. Tous ces points sont des indices que l’histoire Covid-19 est une stratégie du choc et les stratégies du choc ne sont jamais utilisées pour le bien des populations, pour votre bien ou pour le mien ! La stratégie du choc psychologique est une réalité, étudiée par plusieurs auteurs et chercheurs, dont Naomi Klein, avec son livre paru en 2007, La Stratégie du Choc : la montée d’un capitalisme du désastre. Le but est de réaliser une tabula rasa, une page blanche et sur cette page blanche, de reconstruire ce qu’on veut. Comment ? « À l’échelle d’une population entière, en réduisant à néant le patrimoine d’un pays, ses structures sociales et économiques pour pouvoir y construire une nouvelle société, un nouvel ordre après le chaos planifié et contrôlé. Une fois le peuple privé de ses points de repères, mis en état de choc et infantilisé, il se retrouve sans défenses et devient facilement manipulable. Ce processus peut s’appliquer suite à une grave crise économique ou politique, une catastrophe environnementale, un attentat, une guerre ou une crise sanitaire. » La stratégie du choc a été appliquée par des moyens économiques à la Grèce dans la foulée de la crise de 2008, entraînant des millions d’âmes dans la misère avec la complicité de leurs politiciens. La stratégie du choc a été appliquée par des moyens de terrorisme aux USA en 2001 et en France en 2015 avec l’instauration d’états d’urgence et de lois d’exception qui n’ont plus jamais été supprimés. La stratégie du choc est aujourd’hui appliquée par des moyens de crise sanitaire, le Covid-19, à une partie du monde, dont mon pays, la Belgique. « La terreur induite à grande échelle dans une société entraîne une sorte d’état d’hébétude, une situation où le contrôle peut facilement être obtenu à partir d’une autorité extérieure. Il faut développer un état d’esprit immature chez la population afin de la contrôler au mieux. La société doit être infantilisée. »  Ces idées ont été étudiées et diffusées par l’Institut Tavistock à Londres, créé au départ d’une clinique psychiatrique fondée en 1920, spécialisée dans le contrôle psychologique et le chaos social organisé. Il est beaucoup plus facile de diriger une société par le contrôle mental que par le contrôle physique, au moyen de l’infantilisation, de la confusion, de la désinformation et de la peur. N’est-ce pas ce qui est à l’œuvre, aujourd’hui ? Les gens sont infantilisés… On leur dit sur quel trottoir ils peuvent marcher, dans quel sens, quand ils peuvent rentrer dans un magasin et où ils doivent se moucher. La peur est omniprésente. Ceux qui refusent les masques sont rançonnés, regardés de travers, exclus, insultés, haïs, alors qu'il n'y a même pas de consensus scientifique à ce sujet. Des milliers de gens voient leur travail menacé, leur vie entière compromise sans possibilité de manifester, de s’opposer. Les vieillards sont abandonnés. Les jeunes sont emprisonnés dans un monde masqué et confiné. Les adultes sont précarisés. Les gens d’une même famille, séparés (de même que toute la société dont par les gestes barrières aussi désocialisant et donc déshumanisant). Comme si la crise Covid-19 servait aux autorités de test grandeur nature pour évaluer le degré de soumission de leur peuple, et voir jusqu’où ils peuvent aller avant de rencontrer une opposition suffisante. La réflexion est paralysée. La contestation, sanctionnée. Si cette thèse est juste, il est à prévoir que notre gouvernement par « experts » et médias interposés, poursuive cette stratégie du choc et nous annonce toujours plus d’infectés, de morts et de vagues de Covid, quelle que soit la réalité des faits. » Ces vagues sont même devenues des variants du covid pour éviter de dire Covid-20 ou Covid-21, car cela pourrait mettre la puce à l’oreille des plus crédules, car cela sous-tendrait une série, et une série sans fin probable.
Le philosophe Diego Fusaro explique que le système tend même à devenir un médecin décidant dictatorialement tout pour le peuple incarnant un malade : « Ce nouveau mode de gouvernance reconfigure le capitalisme lui-même, par le passage d’une société libérée de toute entrave, aussi bien sociétale qu’économique, à une société de contrôle total, une sorte d’immense hôpital dans lequel l’ancienne relation entre administrés et gouvernants est redéfinie sur la base du lien inédit entre malades et médecins. »
Même si dans leur majorité les hommes méritent ce qui leur arrive pour leur oubli de Dieu et du meilleur chemin moral, il ne faut pas oublier de vivre voire de retrouver les conditions de sociabilité, de convivialité et d'humanité élémentaires.
Or parfois quels que soient nos arguments, un soumis au système n'admettra jamais qu'il est soumis à un individu qui ne l'est pas, cela lui est impossible, son cerveau le déconnecte du logos pour le protéger sinon il risquerait de sombrer dans la folie. L’oligarchie sait très bien cela, toute la difficulté pour elle est d’arriver à soumettre l’autre, car quand elle y parvient, elle peut lui faire croire et lui demander n’importe quoi ou presque. Surtout que le refus de la foi et un comportement déraisonnable correspond à de la folie synonyme de néant spirtiuel et donc de néant pouvant être rempli par des manipulateur. L’espoir, c'est qu'aujourd'hui de moins en moins de gens se laisse dominer.
(Selon divers tribunaux administratifs) Le masque et le confinement (et probablement bientôt le vaccin) sont des atteintes grave à la dignité de la personne, à la supériorité de la liberté sur la sécurité, et à la liberté d'aller et venir, puisque les gens ne voulant pas le porter ne vont pas dans les commerces de proximité en favorisant les grandes sociétés d'internet comme Amazon. D'ailleurs un confinement qui arriverait avant noël inciterait d'autant plus à faire ses achats sur Amazon, Ebay et autres, en payant par Paypal grâce à Google, Microsoft et Apple (GAFA, système numérisé). Il s'agirait ainsi d'une "guerre hors-limites" ciblant l’ancienne économie (au profit donc des GAFA, mais aussi des fournisseurs chinois, et des livreurs uberisés), et les anciennes structures socio-politiques (au profit de la société ouverte de surveillance numérique, toujours avec les GAFA et leurs acolytes). Cette guerre dite de "5ème génération" est menée par le nouveau capitalisme (GAFA + Chine + ONU + livreurs ubérisés) contre l’ancien capitalisme. Les mesures "sanitaires" ciblent parfaitement les adversaires à détruire. De même cela sert le remplacement des anciennes structures socio-politiques par des nouvelles adaptées au nouveau capitalisme (espaces post-nationaux, communautarismes, passeports sanitaires, assignation à résidence écolo-sanito-communautaire, etc.) La 4ème révolution industrielle combine le numérique, le biologique et le physique (transhumanisme). "Elle ne change plus seulement ce que nous faisons, mais elle nous change nous-mêmes." (Docteur Schwab)
Il faut noter que le première révolution industrielle était liée à l'invention du moteur à explosion, la machine à vapeur et l'extraction massive de charbon, la deuxième révolution industrielle était liée à la production d'électricité et la découverte et l'utilisation massive du pétrole, la troisième étaient liée à l'invention d'internet et la quatrième veut être celle de la numérisation massive, de la blockchain et de la cryptomonnaie)
Le chiffre « 7 » étant synonyme d'un cycle dans la création divine, des analystes ont remarqués que lorsqu'il y eut 7 777 777 humains vivant pour la première fois sur terre simultanément vers la fin du 18ème siècle, il y eut en plus de la deuxième révolution industrielle, la révolution française ayant apporté puis répandu la laïcité à travers de nombreuses nations, la création des USA ayant amené leur oppression guerrière et monétaire mondialement, et le pacte entre les Saoud et Abdoul Wahhab s'étant servi perversement de l'islam pour créer un royaume en Arabie puis participer à la destruction du califat ayant amené juste après l'apparition des frères musulmans (allant jusqu'au wahhabisme) créés par la franc-maçonnerie et utilisés par les services secrets britanniques et la CIA dont à travers le réformisme islamique et l'islam politique hérétiques en particulier car aussi perversement guerriers. Or ces mêmes analystes ont annoncé que lorsqu'il y aurait 7 777 777 777 humains vivant pour la première fois sur terre simultanément, un changement majeur allait survenir aux alentours de la date de cet événement. Et c'est effectivement ce qui est arrivé, puisque la crise du covid a masqué la crise financière non réparée depuis celles des subprimes et amené l'orientation vers cette tyrannique quatrième révolution technologique (tyrannie incarnée en grande partie par les GAFAM ayant même censuré le président de la plus grand puissance économique, Donald Trump, de même que les médias mainstream).
Vladimir Poutine : « La quatrième révolution industrielle repose sur l’utilisation généralisée de l’intelligence artificielle, des solutions automatisées et de la robotique. La pandémie de coronavirus a considérablement accéléré ces développements et leur mise en œuvre. Cependant, ce processus génère de nouveaux changements structurels, tout d’abord au marché du travail. Cela signifie que sans une action gouvernementale efficace, de nombreuses personnes courent le risque d’être au chômage. Et c’est souvent ce qu’on appelle la classe moyenne. Or c’est la base de toute société moderne. Et cela est lié au deuxième défi fondamental de la décennie à venir – le défi sociopolitique. La croissance des problèmes économiques et des inégalités divise la société, génère l’intolérance sociale, raciale et ethnique, et cette tension éclate même dans les pays dont les institutions civiles et démocratiques apparemment bien établies sont conçues pour aplanir et réprimer ces phénomènes et ces excès. Et le troisième défi sont les problèmes socio-économiques intérieurs non résolus et croissants peuvent qui nous inciter à chercher un responsable pour tous les problèmes et à rediriger l’irritation et le mécontentement de nos citoyens vers la division ou un ennemi extérieur. » Ici le mot « défi » montre bien que comme dans toute épreuve individuelle, le résultat est soit un effondrement ou une stagnation, et donc une défaite (parfois provisoire), soit un surpassement ou une constance et, donc une victoire ou un ennoblissement.
Or le confinement a même été criminel, surtout qu'avec le principe de responsabilité, c'était seulement aux personnes faibles en santé de se protéger puisque étant les seules à mourir du Covid : il a empêché certains malades d'être traités, il a participé à la mort de personnes vulnérable psychologiquement, il a détruit l’économie et donc augmenté fortement l'inflation, il a produit du chômage, des faillites, de la dépression et des violences, et il a donc mis en danger la santé publique.
Surtout que faire quotidiennement peur par le nombre de morts ou de contaminés d'une épidémie n'est absolument pas conforme au serment médical mais plutôt à de l'idéologie dictatoriale.
Les conséquences d’une solution ne doivent pas être pire que celles du problème auquel elle prétend répondre ! C'est à dire que le remède ne doit pas être pire que le mal. Or les gouvernants qui décident du confinement analysent son bénéfice/risque de manière erronée. Leur décision n'est ni nécessaire, utile ou propotionnée, mais gravement destructrice d'économie. Il faut éviter de tout mettre en péril en se faisant gouverner par le virus, et chercher ce qui sert l'intérêt général, c'est à dire que les mesures sanitaires soient prioritairement voire exclusivement pour les personnes faible en santé (fragiles, obèses, âgées...).
Pasteur sur son lit de mort, prononcée comme un mea culpa : « Béchamp avait raison, le microbe n’est rien, le terrain est tout ». C'est à dire que c'est le terrain (stress, dépression, mauvaise hygiène de vie, fatigue physique) qui crée la maladie et pas le microbe.
De plus la pollution et donc les ravages de la surconsommation semblent bien plus dangereux pour la santé que le Covid-19, mais l’intérêt général disparaît au profit des règles du marché.
Depuis cette histoire de « Covid », qui est le nom de code donné par le (futur) gouvernement mondial à l’ingénierie actuelle de soumission des nations par la destruction du moral des peuples, tout devient surréaliste jusqu'à faire culpabiliser les peuples concernant leur gestion de la pandémie, leurs économies et la dette nationale. Surtout qu'une génération traumatisée devient manipulable à vie, et qu'il est clairement illégitime que la santé soit passée aux mains de technocrates qui empêchent des médecins de prescrire certains médicament comme la chloroquine.
Un médecin de ville a critiqué fortement la politique sanitaire mise en place par le gouvernement, qui a totalement mis sur la touche les généralistes, alors qu'ils devraient au contraire être en première ligne. Il s’insurge notamment à propos de l’affirmation par les autorités de l’inefficacité de thérapeutiques qui ont pourtant fait leurs preuves. On rappellera à cette occasion que c’est cette prétendue absence d’alternative qui permet aux différents vaccins d’être mis sur le marché…
Avec le port du masque obligatoire et son impact négatif sur le système immunitaire, plus le confinement, le système fait tout pour inventer, provoquer, ou surestimer une deuxième vague (prouvant l'inutilité des masques et la tyrannie sanitaire en cours) dont en grossissant son importance et une situation économique et sociale catastrophique entraînant un énorme stress. Avoir peur de la mort pour tuer la Vie...c’est l’absurdité à l’état pur, comme s'il fallait brûler par peur d'un moustique (épidémie du Covid peu mortelle) une maison (l'économie nationale). C'est une remise en cause grave du principe de proportionnalité. On peut finalement se demander si ces vagues successives, si utiles aux progrès d’un mondialisme coercitif, finiront par cesser tant elles sont utiles à museler des peuples – au propre comme au figuré – et à leur faire accepter l’inacceptable. Pour critiquer ces illégitimes mesures disproportionnées, on peut aussi prendre l'exemple d'un gouvernement qu'interdirait la vente de motos à cause des accidentés à moto.
Surtout que selon le média en 4-4-2 : « Rétrospectivement, on s’aperçoit que dans quinze départements, la baisse des contaminations avait commencé avant la date où l’on pouvait espérer voir un effet du confinement. On constate en outre, comme on pouvait le prévoir, que cette idée qui a consisté in fine à entasser les gens dans les magasins et les supermarchés entre 17 et 18 heures pour contrer ce que certains élus ont appelé de façon complètement hors-sol et méprisante « l’effet apéro » n’a finalement pas eu le résultat escompté voire logiquement contraire. Or, il s’agissait « surtout » d’enfoncer dans nos crânes de Gaulois réfractaires forcément irresponsables que notre santé est directement proportionnelle à notre obéissance aveugle à toute décision étatique, aussi absurde soit-elle. Et Dieu sait que si le monde entier applique des mesures de restrictions anti-Covid à plus ou moins grande échelle, le monde entier qualifie pourtant la France d’Absurdistan en ce domaine. »
Professeur Raoult : « Je pensais et je pense toujours, je n’ai pas changé, que la peur est pire que le mal. Et c’est ce qu’il se passe. Il y a trop d’affolement, trop de nervosité, trop de panique. On regardera à la fin. Le poids de la mortalité à côté du poids social(, économique, psychologique et même médical par les reports d'opérations du cœur par exemple suite au blocage de lits pour les éventuels malades du Covid à venir) va être négligeable. Le poids social(, économique, psychologique et donc même médical) va être considérable car la peur n’a pas su être gérée (ou a été priorisé). »
De plus s'arrêter de vivre à force d’avoir peur de mourir est aussi absurde, surtout qu'avec la foi, il existe des valeurs supérieures à la simple survie physique.
Concernant les quatre paragraphes précédents voir vidéo « Les malades au service de l'agenda technologique – Le Zoom – Olivier Rey -TVL » ou comment la (défense de la, l'idolâtrie de la) vie est venue prendre la place du sacré (au service de la tyrranie oligarchique), à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=CxSA4PQehFg&list=WL&index=5&t=604s
Surtout que les Professeurs Raoult, Toussaint, Perronne et Toubiana (et aussi le médecin Louis Fouché), représentants du francais digne, compétent, ayant du savoir-faire, sensé, virile, pondéré, pragmatique, intègre et réfractaire, affirment que cette organisation sanitaire basée sur le mensonge est principalement politique, économique et sociale, et donc pas médicale. Ainsi il faut remercier ces hommes là, car ils aident au lieu de décourager, rassurent au lieu de terroriser, libèrent au lieu de tyranniser, renseignent au lieu de dissimuler.
Or le système corrompu leur reproche illégitimement d'être des optimistes au pays des pessimistes, et des empiristes au pays des moralistes de la précaution, comme des docteurs travaillant sournoisement pour l'industrie pharmaceutique s'énervent souvent sur eux dans des débats, alors que dans une évidente logique "d’alliance" bienveillante contre un mal à combattre, les débats entre médecins devraient toujours rester cordiaux. Ainsi ces professeurs sont souvent dans les tranchées de la controverse scientifique de Big Pharma souvent illégitime car fréquemment basée sur des pseudo analyses s'avérant fausses ultérieurement ou des théories peu vérifiables.
De même près de 250 scientifiques français, universitaires et professionnels de santé critiquent la dérive de la politique sanitaire du gouvernement français. Ils estiment qu’elle conduit à des interprétations erronées des données statistiques (dont l'attribution de la mort par Covid à des personnes déjà gravement malades surtout si ayant une comorbidité (92% des victimes ont plus de 65 ans leur âge médian est 85 ans alors que l'espérance de vie est de 82 ans en France, ceci prouvant la malveillance des mesures sanitaires) ou changement de critères « morts » à « contaminés » pour calculer la gravité de la deuxième vague) et à des mesures disproportionnées et demandent que l’on évalue nos connaissances réelles pour définir démocratiquement une stratégie sanitaire. En général un gouvernement et ses médias soumis cherchent à minimiser le nombre de morts et pas à les amplifier en les exagérant ou en falsifiant les statistiques. Surtout qu'étonnamment, alors que ses deux épisodes (printemps et automne) correspondent à deux épisodes de grippe (l’un en retard et l’autre en avance), le Covid-19 ne bénéficie pas de cette jurisprudence, et sa comptabilité morbide n’est qu’une longue accumulation spectaculaire et sans fin de cadavres sur des années. Une fois constaté que le Covid-19 a légèrement augmenté le nombre de morts chez les plus de 75 ans en moyenne, on doit s’interroger sur l’environnement qui a pu favoriser cette surmortalité. Or, l’environnement de la santé en 2020 est le résultat de décennies de descentes aux enfers entre restrictions budgétaires, gestion bureaucratique, utilisation de modèles statistiques, raréfaction de l’anamnèse médicale, dépréciation du traitement individualisé, interdiction des thérapeutiques naturelles prophylactiques, etc. Macron avait raison, nous sommes en guerre. Et l’on aura compris que cette guerre contre le virus n’est pas faite pour être gagnée mais pour durer puisqu'il s'agit d'une grosse lutte des classes. Car une guerre qui dure fournit au politique les moyens de coercition qu’il recherche, aux forces économiques des sources de profits gigantesques et aux manipulateurs de toute sorte d’avancer leurs pions.  Car, même en prenant les chiffres gouvernementaux et les analyses officielles les plus alarmistes, en aucun cas une surmortalité aussi faible ne justifie que l’on martyrise à ce point les peuples. Les confinements, les couvre-feux, les ports du masque obligatoires, les restrictions extravagantes des libertés fondamentales, rien ne peut trouver une justification face à de tels chiffres ! La guerre contre le virus étant donc une guerre spectaculaire dans le sens où Guy Debord l’aurait analysée, il ne faut pas chercher à lui donner crédit (prévention et traitement réduisant presque à zéro toute mortalité, hors co-morbidités) mais bien plutôt à faire tomber ce château de carte pour que se dévoilent les véritables raisons de son existence et de sa théâtralisation. Si l’épidémie n’était pas voulue et ne cachait pas un plan pervers, ils auraient eu un autre comportement. Surtout que pour amplifier la gravité de la crise sanitaire, il y a eu une saturation des lits de réanimation en y mettant des gens qui, normalement, n’y auraient pas droit. En effet la députée Martine Wonner l’a dit à l'assemblée nationale : elle n’a jamais vu mettre en réa des patients qui ont juste besoin de 2 à 3 litres d’oxygène par jour. Comme pour le nombre de morts peu nombreux pendant l’épidémie, ils créent littéralement la crise sanitaire afin de l’exploiter.
Cependant le système a été jusqu'à inventer des mots honteux comme « rassuristes » contre ces hommes insoumis qu'il faudrait dénoncer en leur associant des problèmes psychiatriques qui leur ferait mériter d'aller en hôpital psychiatrique. Alors que sous une forme de protection élémentaire pour la santé mais instrumentalisée et même pas victorieuse, les décisions gouvernementales ont été néfastes socialement, psychologiquement et économiquement. Ainsi il est clair que cette dictature sanitaire devient une tyrannie car elle a finalement un but très supérieur à la surveillance par un vaccin numérique : appauvrir et détruire les états, pour distribuer les richesses et le pouvoir aux plus riches.
Le Pr Ioannidis, à l’origine d'une étude sur l’inefficacité des mesures sanitaires, explique dans une interview les dangers de l’idéologie dominante. La censure politique et médiatique est intense ces derniers temps contre les médecins dont les positions n’entreraient pas dans le discours officiel.  Les médias et les hommes politiques dérangés par des prises de positions divergentes aux leurs trouveront toujours un prétexte pour les stigmatiser. C’est ce qu’on appelle la technique de l’épouvantail : attaquer sur la forme plutôt que sur le fond. Mais la norme, la conformité au discours officiel s’est-elle à ce point installée comme une vérité dans l’esprit de la population ?  Il semblerait que non. De plus en plus de voix s’élèvent contre la dictature sanitaire. Les préjugés idéologiques contre le Pr Raoult, le Pr Perronne, le Dr Fouché, le Pr Montagnier, le Pr Henrion-Caude, le Pr Fourtillan et tant d’autres condamnés par la bien-pensance, prennent de moins en moins. C’est rassurant de voir que les professionnels de santé et la population, dans une grande partie, ne se contentent plus de s’enrouler dans le confort de la pensée unique, dans la norme paralysante et dans le soutien du pouvoir en place, par pitié, par conviction, par peur, par insouciance ou par doute. Les médias mainstream auront beau multiplier les fact-checking et les sondages douteux, nous y croyons de moins en moins. Quand la facilité de la conformité devient plus désagréable que le risque de penser par soi-même, c’est signe de bonne santé mentale.