Recherche

Menu principal

PDF Imprimer Envoyer

K) Suite 11

                   
Actuellement le pouvoir mondialiste joue donc sur le chaos (destruction du travail, de la classe moyenne et des libertés) pour se maintenir, alors que normalement le pouvoir lutte contre le chaos pour maintenir un ordre profitable à tous. Surtout que le virus, le terrorisme islamique et le climat étant sans frontières et donc à portée mondiale, ils favorisent encore plus sournoisement l'utopique gouvernement mondial tyrannique du privé ultra riche. D'autant plus que les mesures brutales et liberticides israéliennes contre le terrorisme s'étant peu répandues internationalement ont souvent été utilisées contre le covid à travers le monde en particulier occidental, dans une forme de gazzaïfication sioniste habituant les populations. Le covid, l'inflation et la guerre énergétique liée à celle en Ukraine sont donc clairement de possibles accélérateurs historiques du mondialisme synonyme de sauts qualitatifs ou plutôt dégradants vers sa grande réinitialisation. Cependant cela peut entraîner l'union révolutionnaire du peuple, puisque la petite voire aussi la moyenne bourgeoisie entrepreneuriale familiale se rapprochent de la modeste France périphérique.
C'est pourquoi l'apatride oligarchie occidentale de nature financière et commerciale, devenant de plus en plus contestée de l'intérieur par le populisme et de l'extérieur par la Chine et la Russie, cherche à accélérer l'avènement de la grande réinitialisation devant amener tout l'occident et les pays en dépendant dans un tyrannique axe unipolaire américano-siono-mondialiste puisque au détriment de la libre action économique de leurs gouvernements et citoyens. Il faut noter que l'énorme crise des subprimes en 2008, ayant ruiné une grande partie de la classe moyenne américaine et du monde au profit des ultra riches, fut le premier saut qualitatif (accélérateur historique) de la finalisation du nouvel ordre mondial jusqu'à cette grande grande réinitialisation vers la ploutocratie. D'ailleurs cette crise a été synonyme de paris colossaux perdus car très probablement voulus par les grosses banques pour asseoir leur pouvoir too big to fail, c'est à dire trop grosses pour faire faillite. Selon Bill Gates, la crise énergétique peu liée à la guerre en Ukraine doit aussi servir d’accélérateur pour la transition énergétique étant une composante du grand reset. Et le saut qualitatif (accélérateur historique) suivant se fera très probablement en 2023/2024 à travers les faillites, les pénuries et l'inflation, dont l'origine sera aussi probablement attribuée mensongèrement à la guerre en Ukraine. Surtout qu'il y a en même temps, les grosses bulles obligataire (possiblement la plus synonyme de passage au grand reset), immobilière, cryptomonnétaire, technologique et écologique au sein de mégas bulles, puisque les Etats n'ont jamais été aussi endettés au cours de l'Histoire de l'humanité. Les problèmes économiques dont suite à la crise des subprimes, à celle du covid et à celle en Ukraine sont tellement nombreux et graves que les spécialistes économiques dissidents ne sont même plus invités sur les plateaux TV des médias dominants. Les mondialistes et les médias ignorent même délibérément la plus grande menace qui est la dévaluation des devises et l’inflation des prix créées par les banques centrales, surtout que ces dernières pompent des dizaines de milliers de milliards de dollars en plans de relance pour soutenir les entreprises partenaires « trop grosses pour faire faillite ». Rien qu’en 2020, la Fed a créé plus de 6 000 milliards de dollars à partir de rien et les a injectés dans l’économie par le biais de programmes d’aide sociale, ce qui change de l'attribution aux banques pour une fois. Or en ajoutant à cela les nombreux billions de dollars que la Fed a imprimés depuis le crash du crédit en 2008 : c’est bien une fête destructrice du dollar au profit des mondialistes qui n’a jamais cessé et dont le public ressent de plus en plus les conséquences à travers une grosse inflation. La Réserve fédérale n'est donc pas une institution bancaire ayant pour mission de protéger les intérêts financiers américains. La Fed est plutôt un kamikaze idéologique mondialiste qui attendait pour pouvoir commencer à se faire exploser afin de faire délibérément dérailler ou détruire l’économie américaine au profit des mondialistes oligarchiques et sionistes au moment opportun. Ainsi ces banquiers et les mondialistes avaient besoin d'événements de couverture pour cacher leur attaque économique calculée, sinon ils seraient entièrement responsables du désastre. La crise des subprimes, la pandémie de covid, les confinements, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, la guerre en Ukraine, la crise énergétique et l'inflation ont fourni ces événements de couverture. Heureusement et donc étrangement pour les banquiers centraux que donc la pandémie a frappé et que la Russie a envahi l’Ukraine, car ils peuvent maintenant rejeter toute la responsabilité de la calamité inflationniste qu’ils ont créée depuis 2008 sur la pandémie et sur Poutine. (La FED a été créée par des membres de la mafia khazar, car la main mise sur la création monétaire correspond au premier pouvoir avant celui politique, et contrôle donc tout le reste.) La masse des veaux maintenus sous hypnose n’y voit que du feu, surtout que si des gens ont intérêt à fermer les yeux par rapport à leur situation personnelle dont au niveau professionnel et financier, ils ne veulent ou ne vont pas voir la perversité du système. D'autant plus que cette masse a été formatée depuis plusieurs générations pour se laisser exterminer. Il est intéressant de lire à ce sujet l'article « États-Unis : l’instabilité économique est-elle l’objectif derrière la "rupture de la chaîne d’approvisionnement" ? » à l'adresse https://www.egaliteetreconciliation.fr/Etats-Unis-l-instabilite-economique-est-elle-l-objectif-derriere-la-rupture-de-la-chaine-d-66292.html , et de voir la vidéo « Great Reset : le "monde d'après" est un cauchemar - Politique & Eco n°320 avec Marc-Gabriel Draghi » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?v=waEglmyG6Io
D'ailleurs de nombreux citoyens oublient qu'ils ont le de droit de dire non à diverses mesures liberticides dont du code de travail voulu par le pervers mondialisme néolibéral. Surtout qu'en plus d'avoir tempéré les mouvements révolutionnaires à travers le monde tels ceux aux USA, en France et en Angleterre, cette destruction du code du travail français a été une des utilisations voire raisons principales de la crise des subprimes, du covid, de l'inflation, de la guerre en Ukraine, de la crise énergétique et des pénuries. Et c'est pourquoi il faut encore plus refuser la peur facilitant l'imposition du nouveau paradigme dicté par les mondialistes.
Ainsi toute société ou entreprise qui exigerait à nouveau une preuve de vaccination au nom du gouvernement ou des mondialistes devrait être mise au piquet et mise au pas. Toute entreprise concurrente qui refuserait à nouveau de demander des passeports vaccinaux devrait encore être soutenue par le public et protégée des représailles du gouvernement. Le Montana a rendu illégal le fait que des entreprises demandent des passeports vaccinaux, mais de nombreux États ne l’ont pas fait. En Israël ça a même été l’enfer : passeport pour être libre ; vaccination tous les 6 mois ; passeport sanitaire dès trois ans, bracelet électronique pour ceux qui reviennent de l'étranger voire camps d'internement (apparaissant ou se préparant aussi ailleurs) ; collèges, compagnies aériennes, hôtels, hôpitaux et grandes chaînes de magasins qui exigeaient un passeport vaccinal.
Pour Davos Israël est la nation qui élabore et expérimente le plus la 4e révolution industriel, c'est à dire le numérique dont donc via le pass sanitaire lors du covid, la reconnaissance faciale, les meilleurs chirurgiens de réattribution sexuelle et d'esthétique, le Lgbtisme, le transhumanisme, la viande de synthèse, ce qui prouve encore l'impiété de cette nation interdite par Dieu.
L’effet d'une tyrannie médicale même privée, puisque celle du covid était liée à l'OMS supranationale privatisée, peut donc être aussi important que si c'était un gouvernement qui l'imposait. En l’absence de protections juridiques de l’État pour limiter l’ingénierie sociale par les mastodontes que sont les consortiums du privé (grands groupes industriels), l’establishment dispose donc de tous les outils dont il a besoin pour imposer des conditions oppressantes. Dans ce sens un oligopole se définit par la détention d'un marché par un petit nombre de vendeurs face à une demande forte, dérivant souvent vers de la collusion. Ces sociétés ou organisation ne représentent plus l’entreprise privée ou le marché libre. Elles sont plutôt des appendices du pouvoir de l’establishment qui reçoivent en plus souvent des milliards de dollars des contribuables pour financer leurs opérations (subventions à des organisations supranationales, aides aux entreprises, subventions de la presse). Et elles ne doivent donc plus être traitées comme si elles avaient les mêmes droits que les entreprises normales.
Surtout qu'avec le pass sanitaire, cela touchait donc gravement à la liberté de déplacement, à la discrimination sanitaire et à la surveillance de masse, alors les policiers qui contrôlaient le pass sanitaire, les députés qui devaient voter des lois et les routiers qui pouvaient facilement bloquer le gouvernement, n’avaient pas d'obligations vaccinales. Ce qui montre que cette politique sanitaire correspondait bien à une mise sous contrôle du peuple, alors que le pass sanitaire est pourtant interdit selon le droit international et pourrait même devenir occidental voire mondial. Il ne leur reste plus que la peur pour retenir le peuple dont au détriment de sa liberté mais aussi de sa patience.
Le professeur Alexandra Henrion-Caude a dit : « Le pass sanitaire, c’est la destruction de toute forme de paix sociale ! » En effet s'il faut une piqûre ou un pass pour être libre, c’est que le peuple ne l'est pas et que la rébellion voire la révolution se rapprochent. Sinon il ne reste plus à l'oligarchie mondialiste que de parachever la gouvernance mondiale par le contrôle la surveillance et le terrorisme dont concernant le climat, les virus, la guerre, l'inflation, les pénuries, l'extrémisme, la mort, la vie et l’avenir. Or même si tous ces terrorismes sont vrais dans leur manifestation et leur promotion, ils sont faux dans leur origine ou exagérés dans leur réalité. Surtout qu'en les instrumentalisant politiquement et médiatiquement, cela permet d'étouffer, de dévitaliser et de soumettre l’ensemble du pays au profit du système.
Cette gestion nationale par la peur, le stress et les électrochocs est la marque d’une oligarchie psychiatrique en plein travail sur le peuple afin de le déshumaniser, et donc le diviser, et donc l'eslcavagiser et le préparer aux grosses épreuves suivantes cherchant le pervers messianisme mondialiste, oligarchique et sioniste. D'ailleurs la peur asservissante est depuis longtemps propagée par les films de dystopie, de catastrophe, de monde chaotique post apocalyptique, d'horreur ou de crime, dont car cela transmet aux mémoires humaines des images traumatisantes de frayeur, de dégoût, de mal-être, et donc de dystopie voire d'amour de la dystopie comme les séries de science-fiction, de fantastique et de mondes apocalyptiques, dont de zombis, de vampires ou de dystopie, facilitant le contrôle du peuple par le système dystopique. Il s'agit de films dystopique pour normaliser la symbolique, le message et le projet de la perverse oligarchie mondialiste. Dans ce sens, des films ou séries TV se servant de l'émotion ou la tristesse, puisque orientant plus facilement le penchant du cœur, cherchent aussi à normaliser le Lgbtisme, voire également le satanisme en présentant le Diable sous un aspect sympathique, humain, beau, élégant ou défenseur de la liberté d'expression. D’ailleurs Davos 2024 a donné naissance, une fois de plus, à une multitude d’idées effrayantes et radicales qui ont toutes un point commun : elles mènent directement à un nouvel ordre mondial dystopique. Les mots « Nouvel Ordre Mondial » ont même été littéralement prononcés à Davos, alors qu'on sait que Davos promeut la dystopie transgenre, transsexuelle et transhumaniste, puisque la nature humaine de chacun est la seule pouvant mener au bonheur par l'ennoblissement religieux.
Pourtant les Français et tous les peuples ont toujours envie de vérité, de liberté et de légèreté lumineuses, alors qu'ils sont entrés dans un monde qui s’assombrit lourdement. D'ailleurs vivre souvent au sein de de la nature terrestre empêche le sentiment de dystopie. (En effet comme l'ont prouvé la découverte de Schuman et différentes expériences concernant l'importante résonance de 7,8 hertz du champ magnétique terrestre, la synchronisation du corps avec cette fréquence apporte de nombreux bienfaits pour la santé. Elle permet de nourrir l'énergie vitale et reconstituer les capacités naturelles du corps à se défendre contre les agressions externes. C'est pour cette raison que les promenades en pleine nature sont si agréable.) Autrefois patrie des libertés et des Droits de l’Homme, la France est devenue celle des droits de l’oligarque, qui a tout pouvoir sur les gens, les pauvres, les résistants. Il fallait ajouter les pauvres dans la liste parce que si l’on n’est pas riche aujourd’hui, on a toutes les chances de goûter à l’une des branches de la répression : celle sociale avec la destruction des services publics, ce patrimoine du pauvre ; celle économique avec la forte inflation ; celle du prix de l’essence qui va faire regretter aux Gilets jaunes d’avoir déposé les armes ; celle médiatique avec la chasse aux pensants qu'il ne faut même pas qualifié de malpensants puisque ce sont tout simplement les français qui pensent qui sont persécutés ; celle juridique parce que la justice a littéralement abandonné la protection du peuple au profit de celle de l’oligarchie ; celle politique parce que le choix binaire laissé aux Français dans les élections, truquées de A à Z, exclut tout changement réel. En effet « On notera qu’en 2022, Macron a été largement réélu, malgré une cote de popularité dans les bas fonds, plombée par la crise des Gilets jaunes et par une gestion Covid des plus catastrophiques. La démocratie est en train de voler en éclats. La France avait supprimé le vote par correspondance en 1975 pour éviter la fraude électorale. Celle-ci revient en force avec l’informatique, encore plus vicieuse et sournoise car invisible. Dites vous bien qu’avec la fraude informatique et les robots bien programmés, le résultat de l’élection est déjà connu avant que vous ne déposiez votre bulletin dans l’urne. L’élection présidentielle devient alors une farce grotesque au cours de laquelle les 30 millions de votants sont les gros dindons. Chacun se fera sa propre opinion, mais la mienne est faite. Les mondialistes ont pris le pouvoir et ne le lâcheront pas. (Ainsi moins de gens votent via des urnes, plus c'est facile de frauder en France, mais l'inscription puis le vote via la blockchain de la mairie de chacun pourrait tout rendre encore plus transparent.) » (Jacques Guillemain)
Les peuples doivent donc lutter pour un système politique qui ne soit ni tout État ni tout Marché, encore une preuve de la noblesse du juste milieu demandée sur terre par Dieu. Or sur un plan médiatique où tout est traité selon la même importance, l’effet terreur empêche en plus de prendre du recul sur la décision politique du jour précédent. C’est comme un interrupteur de peur pour qui empêche la raison de rester claire. Ainsi pour ne pas entrer en tyrannie et pacifiquement manifester légitimement quand il le faut, le peuple doit absolument jauger quand des niveaux sécuritaires liberticides sont temporaires, deviennent exceptionnels, ou demeure une généralisation autoritaire.
C'est pourquoi il faut constater que le régime d’exception lié à la crise sanitaire et donc cet état d'urgence a vite laissé place à un régime de sécurité sanitaire qui dériva vers un système sécuritaire tout court. Surtout qu'avec des peurs amplifiées par les médias mainstream comme celle concernant le Covid qui n'a pourtant pas été plus grave qu'une grosse grippe par rapport aux conséquences mortelles sur le peuple d'autant plus que d'abord envers les personnes atteintes de comorbidités, une grande partie du peuple s'auto-alimente cette peur et cette tyrannie sécuritaire seul ou mutuellement.
La France est étudiée tel dans Hôpital Psychiatrique à ciel ouvert. Les chocs terroristes dont sanitaires sont récupérés voire organisés pour cibler et orienter des millions de Français par rebond ou division. Ainsi les divers terrorismes climatique, bancaire, religieux, sanitaire, guerrier, inflationniste et banlieusard, permettent à travers des états d'exception une modification momentanée puis permanente des lois, afin d'établir progressivement une tyrannie oligarchique ou lobbyiste au fil des décennies.
« Il n’y a pas de « situation normale » et de « situation d’exception » sans une norme qui permette de les distinguer. » (Hermann Heller, La crise de la théorie de l’État)
La mise en place de la tyrannie commence par tuer tous les symboles de liberté, puis continue par tuer directement la liberté, puis finit par tuer le peuple, comme le prouvent la crise du covid, le système ploutocratique actuel et une partie des ultra-riches mondialistes qui revendiquent la nécessité d'une diminution massive de la population mondiale.
Le 7 juin 2017 après consultation du conseil français de défense sanitaire, Macron a même remplacé l’état d’urgence sanitaire par le terrorisme à travers son « Nous sommes en guerre ». Le vocabulaire guerrier remplace le vocabulaire médical. L’exception fait place à la banalité du droit commun. La stratégie du choc, l’affolement de la population, c’est la tâche des médias. La comédie du vote par le Parlement de la prorogation de l’urgence sanitaire et de sa durée a été maintes fois jouée. Macron envisageait même de passer de l’État de droit avec ses exceptions temporaires à l’État d’urgence permanent. Que ce soit inclus dans la Constitution ou voté par un Parlement aux ordres, qu’importe. La tyrannie mondialiste s’instaurait. Mais comme les conséquences du covid ne furent pas très graves et le réveil populaire fut important, elle ne put finalement pas s'établir complètement quoique l'affaiblissement de la France au profit du mondialisme usurier a été amplifiée puisque sa dette a augmenté de 750 milliards d'euros. En effet la bascule covidiste aura permis à de nombreux complotistes qui s’ignoraient de trouver leur vocation. Beaucoup de moutons sont sortis de l’enclos, mais ceux qui y sont restés ont choisi de s’y enfermer à double tour, ou plutôt d’enfermer tous les autres. Ainsi pour sauver le pays, Macron et sa bande doivent être remplacés par un gouvernement de salut public composé de personnalités qui ne sont pas entre les mains de la Banque, du Big tech, du Big Pharma ou/et des forces occultes.
          Il apparaît donc qu'une tyrannie par la peur, des menaces ou des sanctions, qu'elle soit militaire, sanitaire ou autre, demeure une tyrannie. En effet quand la liberté est conditionnée par des mesures sanitaires, militaires ou autres, il n'y a plus de liberté. Le mardi 9 février 2021, les députés français ont donc validé la prolongation de l'état d'urgence jusqu’au 1er juin. Ce régime d’exception permettait au gouvernement de décider sans l'assemblée nationale des mesures de confinement, de couvre-feu, ou de tout autre disposition qu’il estimait nécessaire. L’état d’urgence sanitaire est un leurre tyrannique qui permet de restreindre ou interdire les déplacements, de mettre les gens en quarantaine, d'ordonner des mesures de placement ou de maintien en isolement, d'ordonner la fermeture provisoire d’une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public, de limiter ou d'interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature, d'ordonner la réquisition de biens et services, de prendre des mesures temporaires de contrôle des prix, de prendre toute mesure réglementaire limitant la liberté d’entreprendre. Cette liste est loin d'être exhaustive. De quoi n'avoir rien à envier à une dictature militaire. L’Assemblée nationale a même modifié le 1er mars 2021 son propre règlement intérieur pour prévoir durablement comment organiser ses travaux « en période de crise » de tout type. Les institutions sont en roue libre. On vote des lois à 5 heure du matin à 40 députés. Et on les revote avec de légères modifications, si jamais elles n’ont pas été votées de manière conforme. Ainsi avec les réseaux sociaux censurés, les opinions politiques fichées, l'état d’urgence détourné, la guerre provoquée, les pénuries organisées et l'inflation amplifiée dont très gravement au niveau de l'énergie et même de certains produits alimentaires, ça commence vraiment à faire beaucoup et donc beaucoup trop.
Et si des entités comme Apple, Facebook, Mozilla, Microsoft commencent à refuser à certains des applications, des recherches, des comptes, des réseaux sociaux et des sites, cette tyrannie n'aura même pas besoin de fermer internet. Par conséquent les philosophes, les penseurs, les journalistes, les juristes, les politiciens et les hommes dignes devraient lutter de toutes leurs forces, de tous leurs mots et de toutes leurs fonctions contre cette tyrannie. Or cela se fait honteusement de plus en plus rare. Reste à savoir comment les peuples, certains politiques, les juges, les policiers et les militaires vont réagir si la tyrannie mondialiste s'aggrave. De plus en cas de rachat par les mondialistes de tous les serveurs privés pour amplifier la censure ou l'isolement de dissidents, ils pourraient prétexter que les sites qu’ils hébergent ne correspondent pas à leur politique d'entreprise. Le choix des russes de créer leurs propres réseaux internet a donc été très judicieux.
Dans ce sens, la blockchain populairement bien utilisée devient de plus en plus une bonne voie de liberté pour internet, en particulier si elle est liée à des satellites appartenant à un pays ou une société privée honnêtes. Et pour lutter contre toute tyrannie qui ne tue pas les opposants, la désobéissance civile doit nécessairement être collective et pacifique par rapport aux diverses injustices, si nécessaire jusqu'à se laisser frapper par les forces de l'ordre lors d'une manifestation afin d'obtenir le soutien de l'opinion publique pour la cause recherchée. Ceci afin de commencer une nouvelle politique sur des bases inverses à la violence et à la division utilisées par le pouvoir précédent. On peut donc se servir de la force (violence) de l'adversaire... Un pouvoir autoritaire qui se raidit avoue déjà que l'autorité lui échappe, surtout que selon Aristote, la Politique est l'art de commander à des hommes libres. Il faut donc demeurer lucides, devenir réalistes et ne pas se laisser tirer vers le bas, car à travers les crises organisées, le système actuel veut nous faire sombrer dans un état dépressif permanent avec la peur et la culpabilisation, afin de mieux nous manipuler et nous dominer. C'est à dire qu'il cherche à nous empêcher de penser droit pour limiter notre volonté de justice. Cette tyrannie occidentale oligarchique synonyme du mondialisme sioniste est donc pire qu'une mafia, car c'est une perverse manipulation climatique, bancaire, terroriste, sanitaire, guerrière, énergétique, inflationniste, économique et banlieusarde. Surtout que la populaire soumission volontaire est plus forte par la sécurité médicale que par la sécurité anti-terroriste. Mais qui veut vraiment d’une autoritaire société aseptisée recherchant prétendument le risque zéro, comme ce le fut à travers les confinements ayant mis sous cloche tout un pays et ayant gelé toute activité, toute pensée et toute réaction. Alors que la vraie médecine se fait avec un cœur honnête pour les patients et pas avec la peur pour un profit inconséquent, et que si la santé préoccupait vraiment le système politique, il interdirait la cigarette, les pesticides, la malbouffe, le stress, ou tout ce qui détruit aussi beaucoup plus de vies que le Covid. Surtout qu'au début, il s'agissait d'une politique de crise sanitaire, mais que ça s'est transformé en une politique de sécurité sanitaire, puis ensuite en une politique d'Etat sécuritaire devenant une tyrannie sous prétexte sanitaire, dont par sa division du peuple.
          Pourtant afin de parvenir à une ère de paix, de prospérité, d'échange et d'harmonie, le contexte actuel demande vertueusement à regarder ce qui nous rapproche voire ce qui nous rassemble dans la dignité dont en dénonçant l'indignité, plutôt que ce qui nous différencie ou nous divise. Dans ce sens l'indigne main mise sur tout, partout et tout le temps par les oligarchies perverses apparaît de plus en plus, dont à travers une répression féroce, visible et assumée par la police, alors que cette dernière doit garantir les libertés individuelles au lieu de les réprimer. C'est à dire que la police est normalement un service public agissant pour l’intérêt général du peuple et non pour l’intérêt particulier du pouvoir en place servant le mondialisme qui profite seulement aux élites corrompues. Tout va crescendo telle une courbe exponentielle. Pied au plancher, ces élites mondialistes corrompues ne s’arrêteront plus, comme le prouve la perverse, patiente et méticuleuse destruction dissimulée des nations par la peur jusqu'à l'esclavage. Robert Kennedy Jr :
« La seule chose dont vous avez besoin pour transformer les gens en esclaves, c’est la peur. »
« Les gouvernements aiment les pandémies, et ils aiment les pandémies pour les mêmes raisons qu’ils aiment la guerre : parce qu’elle leur donne la possibilité d’imposer à la population des contrôles que celle-ci n’accepterait jamais autrement. »
Quand quelqu'un comme Zemmour travaille à la guerre civile, cela signifie toujours qu'il est un agent étranger.
« Patrick Buisson, historien, homme de droite et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, est décédé ce mardi 26 décembre 2023 à son domicile des Sables-d’Olonne (Vendée). Il avait 74 ans. Sa disparition survient au milieu de sujets sensibles, tels que l’islam, l’immigration, la laïcité et du conflit Israël-Palestine. Dans sa dernière apparition la plus remarquée, Patrick Buisson était invité dans « Apolline de Malherbe, le rendez-vous » sur BFMTV, le samedi 8 mai 2021. À cette occasion, l’homme avait surpris l’extrême droite, surtout le clan Zemmour, par ses prises de position sur l’islam. Dans ses propos, Buisson appelait ses amis de droite à ne pas s’engager dans une croisade contre l’islam, soulignant que le véritable problème résidait davantage dans l’immigration. Plus sur une ligne soralienne que zemmourienne, il mettait en garde contre une analyse erronée, soulignant que ceux qui se tromperaient pourraient être tenus responsables des maux futurs de la France. Selon lui, l’islam était un reflet des insuffisances et démissions de la société française. « Je dis à mes amis de droite : ne vous laissez pas enrôler dans une croisade contre l’islam. Vous faites fausse route, ce n’est pas le bon chemin, c’est une erreur magistrale que nous paierons. Le problème ce n’est pas tant l’islam que l’immigration. Il ne faut pas se tromper dans l’analyse. Ceux qui se trompent dans l’analyse seront responsables des grands malheurs qui pourraient arriver à la France dans les années à venir. » Il critiquait le recul du sacré dans la société et expliquait que le rapport à l’islam était lié à cette perte de repères spirituels. Il exprimait son respect pour les croyants et leur droit de placer la loi naturelle au-dessus de la loi républicaine. « L’islam n’est que le miroir de nos insuffisances et de nos démissions. L’islam nous renvoie à l’image de notre déclin et de notre décadence. (L'effondrement en cours de l'occident se voit d'ailleurs sur toutes les chaînes TV.) C’est ça qui nous est insupportable. Notre rapport à l’Islam est lié au recul du sacré dans notre société. Nous sommes une société où le sacré est étranger. » Patrick Buisson soulignait également ses positions sur la laïcité, suggérant que s’opposer à l’islam mais aussi au catholicisme au nom de la laïcité pouvait conduire à des tensions inutiles. Buisson dénonçait la laïcité actuelle qui, selon lui, avait remplacé l’église catholique par le wokisme. « Un catholique pense que la loi naturelle est au-dessus de la loi de la République. Ça ne me scandalise absolument pas qu’un croyant place la loi naturelle, la loi divine au-dessus de celles de la République. J’ai plus de respect pour une femme voilée que pour une lolita en string de 13 ans. J’ai plus de respect pour un musulman qui fait sa prière cinq fois par jour que pour les bobos écolos à trottinette. » » (Le média an 4-4-2)
De même la déclaration suivante de François Molins procureur de la République et figure de la lutte contre le terrorisme en France, à propos d'anciens terroristes islamiques qui sortaient de prison synonyme de transmission de peur concernant les musulmans, participe aussi grandement au risque de guerre civile par une étrange annonce prémonitoire d'attentats : « On court un risque majeur de voir sortir de prison à l’issue de leur peine des gens qui ne seront pas du tout repentis (de leurs idées terroristes), qui risquent même d’être encore plus endurcis compte tenu de leur séjour en prison. »
C'est à dire que pour éviter de recevoir la lutte verticale (peuple contre élites), le pouvoir est prêt à créer plus de problème violents intersociaux et donc horizontaux amenant une guerre civile plus ou moins froide, dont afin que le français moyen demande plus de sécurité et donc d'Etat et donc de surveillance et donc de contrôle. En effet le pouvoir profond pervers peut organiser de toute pièce des incidents interethniques ou interconfessionnels, dont en leur donnant une dimension excessive par les médias mainstream pour mettre encore plus le feu aux poudres afin de diviser fortement le peuple. Or toute personne travaillant à la guerre civile est un antipatriote voire un traître à la nation. Ainsi la possible guerre civile, tant annoncée en France par les sionistes et ressemblant donc fortement à une prophétie auto-réalisatrice surtout que liée au laisser-faire politique concernant l'immigration de masse, les terroristes isolés, et l'oppression en Palestine et au moyen Orient, ne serait pas une guerre entre les chrétiens et les musulmans, mais une guerre entre Français et Antifrançais. Cependant les apprentis sorciers de l’oligarchie peuvent la déclencher, mais ils ne pourront pas la contrôler : elle leur échappera et l'habituel retour pour arrêter les élites mondialistes et sionistes adviendra. Surtout qu'il pourrait y avoir plusieurs camps s'unissant contre le système : les hommes de bonne volonté, les patriotes, les religieux, les anti-sionistes, etc...
En effet les peuples commencent à se réveiller sous les coups de ces tensions, car c’est toujours la souffrance qui rend lucide comme le prouvent les fréquentes épreuves divines difficiles envoyées aux peuples s'égarant, jamais le confort, ce qui explique pourquoi le système fournit un confort au moins minimum aux français. Surtout que suite à des frigos commençant à être vides, les pacifiques gilets jaunes intelligemment patriotes, provenant beaucoup de couches populaires périphériques, étant significativement accompagnés de femmes souvent mères de familles, recréant la noblesse des liens collectifs ayant disparu à cause de l'individualisme matérialiste moderne et télévisuel, réveillant définitivement les valeurs morales chrétiennes, s'affirmant apolitiques, ramenant l'âme du peuple par un retour au lien social et donc spirituel, devenant sagement révolutionnaires sous une forme d'extrême centrisme pieux, rendant à nouveau la France exemplairement éclairée, et freinant voire atténuant probablement la fin des temps, identifient de plus en plus ces forces occultes promotionnées par des médias d'information privés. C'est à dire qu'intelligemment, ils ne sont donc pas tombés dans ce piège grossier et honteux d'une guerre civile interconfessionnelle ne servant que le pouvoir et les privilèges des élites corrompues du haut de la pyramide sociale, symbole représentant le plus la franc-maçonnerie.
Cependant les gilets jaunes sont en réalité politiquement uni hors des partis traditionnels divisant le peuple et donnant toujours le pouvoir à ces élites. En effet il ne reste plus que le souverainisme politique qui va récupérer tous les déçus du système des partis en place. Or cela se fera principalement lorsqu'il ne restera face à l'isolée moyenne bourgeoisie française naïvement mondialiste et wokiste que le légitime bloc national souverain unissant la droite catholique portée par les actifs en dehors de la haute finance et l'islamo-gauchisme porté principalement par les jeunes socialistes conservateurs. C'est pourquoi vers une forme pieuse d'extrême centrisme socialo-national, la droite nationale chrétienne doit se rapprocher des musulmans de gauche surtout car ils reconnaissent la mission divine de Jésus et donc la création catholique de la France.
          Or par l’inversion droite des valeurs/droite de la haute finance mondialisée et gauche du travail/gauche écolo-sanitairo-sociétale, Macron, tel un faux messie, un antichrist ou/et une bête est donc un usurpateur pervers de l’extrême centrisme normalement donc national-socialiste-monothéiste bien compris. En effet l’extrême centrisme authentique correspond à la bourgeoise droite française religieuse avant tout sociale, mais s'opposant ensuite à la lutte des classes tout en permettant à chacun la liberté d'entreprendre professionnellement, scientifiquement, littérairement, artistiquement, sportivement et spirituellement. Ainsi le nationalisme (patriotisme) bien compris peut être similaire au socialisme bien compris et vice versa.
C'est pourquoi le système et sa nouvelle cancel culture continue de tendre à réécrire l'histoire des partis politiques ou des événements nationaux du passé, c'est à dire afin d'orienter les nouvelles générations vers une pensée unique favorisant les oligarchies mondialistes corrompues. Ces dernières sont souvent alliées au messianisme de la diaspora juive ultra riche, qui est parfois concurrent voire opposé au messianisme des élites israéliennes. Par exemple il y a l'aile gauche libérale pro-finance, pro-euro et pro-union européenne du judaïsme politique incarnée donc par la riche diaspora juive universellement impérialiste en visant la gouvernance mondiale dont par l'usure, qui est parfois mise en danger par le likoud israélien néoconservateur trop extrême-droitiste dont par sa violence politique anti-palestinienne, puisque cela fait logiquement monter l'antisémitisme à l'étranger, comme les immigrés devenus terroristes mettent en danger les immigrés. alors que les actions sont plus destructrices que la guerre conventionnelle et affectent donc l’ensemble de la poD'ailleurs les messianistes juifs en Israël sont dans la même analyse que le fondateur du sionisme Herzl, puisqu'ils considèrent que les antisémites du monde entier sont les alliés des juifs pour les pousser à aller en Israël afin d'agrandir sa population. (Ainsi il y a une évidente jonction entre les antisémites voulant vider les juifs de leurs pays et le sionistes voulant rapatrier les juifs en terre promise.) C'est à dire que ce messianisme israélien vise lui prioritairement l'impérialisme territorial par la recherche du Grand Israël hégémonique, dont en infiltrant la droite politique dissidente, populiste, souverainiste, identitaire ou extrême de différentes nations pour perversement sioniser son éventuel accès au pouvoir et défendre la politique israélienne, alors que la gauche est infiltrée par les messianistes juifs de la diaspora pour wokister (Lgbtiser) son éventuel accès au pouvoir et défendre la politique mondialiste. Or au final, un politicien ne pourra que choisir entre être un globaliste de droite néoconservatrice (sioniste) être un globaliste de gauche wokiste (Lgbtiste), dont en plus par la menace d'être traité d'antisémite. La Banque et le lobby israélien ont ainsi d’autres employés que Macron, qui pourront même pour certains continuer à gérer dans l’ombre les affaires de Rothschild et BlackRock de même que l'américano-sionisme, comme Sarkozy l’a fait à droite après 2012.
C'est pourquoi par un mécanisme simple, ces messianistes empêchent la patriotique jonction entre la gauche et la droite légitimes : il suffit d’associer injustement au fascisme voire à l'antisémitisme tout mouvement dissident, comme les gilets jaunes finirent par être traités d'antisémites à travers les médias du système oligarchique et sioniste et par être attaqués à travers ses idiots serviles ou commandés que sont les antifas représentant eux une forme réelle de fascisme. Ce qui prouve que l'accusation actuelle de fascisme, c'est du réductionnisme. Les gauchistes peuvent alors revendiquer de représenter eux seuls le peuple, après l’avoir nettoyé de ses éléments non pas les plus antisémites, mais les plus radicalement anti-oligarchiques. L’oligarchie peut alors poursuivre sa politique de destruction sociale tranquillement.
Il faut noter que la création d'une nation passe d'abord par le social, puis prioritairement par le souverainisme si nécessaire par des guerres défensives, comme lors de la propagation de l’islam puis la mise en place du califat. Ainsi un gouvernement doit évidemment privilégier la paix entre citoyens et les droits de chacun. En effet, l'ordre national n'est réel que lorsque l'intérêt général est garanti et les droits du peuple sont défendus, et non pas quand le pouvoir n'est au service que d'une poignée d'individus. C'est d'ailleurs pourquoi selon la constitution française, la révolte citoyenne pour rétablir cet ordre juste est obligatoire face à la mondialiste ploutocratie égoïste actuelle cherchant toujours machiavéliquement à diviser le peuple, appauvrir la population et diluer la nation dans le globalisme pour agrandir ses privilèges :
Article 16 de la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 : « Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution. »
Article 35 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »
L'abbé Pierre (dont il est enrichissant de connaître sa vie à travers son film) a dit des bourgeois et en particulier des ultra riches qui accumulent avidement les richesses : « Vous avez probablement plus de sang sur vos mains d’inconscients que n’en aura jamais le désespéré qui a pris des armes pour essayer de sortir de son désespoir (en particulier si il parvient quand même à changer les choses pacifiquement par de grandes manifestations par exemple) ! »
Commentaire d'un internaute : « Les gouvernements et les médias occidentaux actuels sont les instruments des gros capitalistes. Leur rôle est de nous faire peur afin de passer les lois de soumission et de répression qui serviront les gros capitalistes. Pour cela, ils utilisent l’incertitude et propagent le doute dans les esprits. Ainsi le cerveau devient paralysé et des charges émotionnelles lui sont envoyées pour le faire réagir dans la direction voulue. Sinon ils envoient des terroristes, des virus et maintenant des militaires (devant faire respecter le confinement) pour accélérer le projet de domination. Nous sommes en tyrannie. Dans la constitution il est écrit que c’est un devoir de se rebeller contre la tyrannie. Plus les mondialistes veulent régner, plus ils augmentent la tyrannie, et plus celle-ci développe la cohésion des peuples. Nous sommes beaucoup à nous rebeller, et les médias officiels font tout pour cacher cette info. Nous, le peuple, sommes les 99% (dont au moins 25 % de réveillés) face au 1 % ultra riches (détenant de 50 à 99 % des richesses). »
Concernant l'origine et donc la légitimité populaires des gilets jaunes, il est intéressant de voir à ce sujet la vidéo de Michel Drac « La vraie actu (S02E05 - spéciale Gilets Jaunes) » à l'adresse https://www.youtube.com/watch?time_continue=7&v=0w-4i0JtlpI
D'ailleurs pour rediviser le peuple suite aux gilets jaunes, le président Macron a organisé le grand débat national par segmentations. Donc on avait un débat avec les maires ruraux, les femmes, les femmes célibataires, les jeunes, bref il s’agissait pour nos politiques publicitaires, nos panélistes politiques, de re-segmenter ce qui venait de se recomposer.
Or le soulèvement des Gilets jaunes est la lame de fond d’un mouvement qui va balayer tranquillement et irrésistiblement les élites corrompues. Ce mouvement est comparable à un tremblement de terre sociologico-politique, d’abord sociologique et ensuite politique, dû à la confrontation de deux plaques majeures : les voleuses élites françaises mondialisées face à la classe moyenne française qui a fait la richesse et la force de la France et de son État. Les événements populaires qui se poursuivent ne sont que des répliques de ce choc majeur, fondamental, et ce ne sont pas les tentatives terroristes misérables de la dominance qui y changeront quoi que ce soit. La classe moyenne n’est pas morte, elle se recompose, reconstitue sa force et s'alliera toujours plus aux gilets jaunes, comme lors des manifestations contre les mesures sanitaires, la loi sur la retraite et l'inflation. Surtout que la différence entre le combat sportif et le combat politique, c'est que dans le combat politique même si on est largement mené, la victoire est toujours possible, c'est à dire même de défaite en défaite jusqu'à la victoire.
Or aucune révolution n’a abouti sans cadres intellectuels issus de la bourgeoisie, mais l’histoire n’est donc pas terminée. Surtout que le processus d’appauvrissement de la petite bourgeoisie est déjà bien avancé, même si elle ne le sait pas encore. Son déni de la réalité la rattrapera bientôt et elle sera tirée du rêve dans lequel elle s’est enfermée mentalement : ce rêve où elle appartient au sommet de la pyramide sociale, alors qu’en terme de niveau de vie elle est plus proche des professions intermédiaires et que l'hyper classe mondialiste ne veut pas d'elle jusqu'à l'exploiter et l'appauvrir. La tyrannie sanitaire, numérique et économique accompagnant et justifiant la pulvérisation de ce qui reste de tissu économique et du code du travail essaye même de coaguler des catégories socio-professionnelles jusque-là atomisées.
C'est pourquoi l'origine des ces gilets jaunes est en plus un mélange de crise religieuse, de crise de régime, de crise socio-économique et de crise de la démocratie. Surtout que la condition indispensable de la pérennité d’un régime est qu’il soit adossé à une religion structurante lui donnant sa légitimité et facilitant donc l'union du peuple dans la fraternité et la solidarité dont face à un éventuel ennemi pervers commun. Ainsi les peuples comprennent même de plus en plus que leur véritable ennemi est la finance mondialiste, dont car elle est amorale voire immorale en brisant à l'intérieur les valeurs traditionnelles par le libertaire, en effaçant à l'extérieur les frontières nationales par le libéralisme, et en prétendant suivre une pseudo marche vers le progressisme et le modernisme.
          Ainsi suite à une excessive gourmandise stupide du système oligarchique dans une époque intéressante de nouvelle grammaire sociale, politique et sociétale, puisque se découvrant chaque jour par l'apparition des réseaux sociaux et de nombreux moyens vidéos tels les smartphones rendant la société irréversiblement plus horizontale et juste, le pouvoir profond avide est désormais beaucoup plus calculateur, car il est sous pression et a subi un gros impact de retour au réel provenant de ces Français en gilets jaunes (synonymes d'urgence) représentant la rare union du prolétariat (salariés, ouvriers) et de la classe moyenne (petits patrons). D'ailleurs grâce à la caméra s'étant répandue via les smartphone filmant en direct sur les réseaux sociaux, le pouvoir de la baïonnette (par la force, les tueries de masses voire le génocide) tend à disparaître au niveau politique et géopolitique en particulier dans les pays développés, ce qui équilibre le combat entre le peuple et la tyrannie. C'est à dire que nous sommes même arrivés à une époque où celui qui tire avec une arme à feu le premier est mort politiquement. A cause des réseaux sociaux, la chaîne d'information continue CNN des USA est même passé de 450 000 téléspectateurs quotidien à 45 000 en 2023. Habituellement divisé par les élites, mais tendant actuellement vers la quintessence de ses convergences, le peuple vient de dire « Non » à la prospérité exclusive pour les très riches par une austérité pour le reste, au démantèlement de l’État providence, aux privatisations, aux guerres à l’étranger, à l’immigration de masse, bref, à toutes les plaies qui tombent sur l'Occident depuis une trentaine d’années. Or même en étant dans une dystopie, il faut parvenir pieusement à ce que ça n'atteigne pas notre joie de vivre et notre lutte pieuse, car ce qui est important c'est ce qu'on aura vécu de grand, de beau et de fort. Ils ont dit « Non » à la dystopie. La dystopie est une forme de société au bonheur inaccessible, telle une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie, que de nombreux films de science-fiction souvent hollywoodiens ont traité au service de la mondialiste ploutocratie corrompue actuelle, puisque cherchant à habituer l'humanité à ce que ce type de système advienne au profit de cette hyper classe perverse. La France actuelle est clairement une dystopie puisque nous sommes libres de manifester mais on nous éborgnera ou gèlera vos comptes, de ne pas nous faire vacciner mais on nous isolera, de nous exprimer dans les médias en tant que dissident mais on nous rabaissera, d’ouvrir une bibliothèque mais on nous demandera pourquoi vous vendez certains livres, de construire une petite entreprise mais on nous oppressera, de créer un parti religieux mais on nous dissoudra. Dans ce sens dystopique, les forces du système tentent désespérément de bloquer le renouvellement de la culture humaine en l’orientant vers une forme de techno-utopie qui est en fait une prison matérielle pour la liberté cognitive et spirituelle de l’homme. C'est un monde qui est toujours plus basé sur les énergies négatives même par inversion ou détournement des valeurs pour faire oublier l'âme bonne et donc heureuse de chacun. Or même en vivant dans une dystopie, il faut parvenir pieusement à ce que ça n'atteigne pas notre joie de vivre et notre lutte pieuse, car ce qui est important c'est ce qu'on aura vécu de grand, de beau et de fort. Les gilets jaunes ont donc dit « Non » à la dystopie apportée par la globaliste et oppressante caste politico-médiatico-économique actuelle, et « Oui » à leurs aspirations sincères et légitimes pour un monde plus juste, car chaque peuple crée son propre chemin vers son idéal collectif et capitalise ses expériences souvent imprévisibles sur ce chemin. En particulier par internet, la lumière du peuple servant la vérité a ainsi pu dénoncer le mensonge, la corruption et la perversité se propageant par des forces occultes, des réseaux d'influence et des lobbies. surtout que la vérité est universelle. Le glas a sonné, c’est la fin : les banquiers ne continueront plus de nous serrer la vis, tout en se reposant sur leurs double menton.
Or pour triompher les gilets jaunes doivent impérativement encourager les forces de l'ordre (ainsi que les professions importantes comme les médecins, les pompiers, les avocats, les camionneurs, les distributeurs d'énergie) à les rejoindre plutôt que de les accabler, afin de les diviser entre pro-manifestants et anti-manifestants comme le pouvoir profond tend toujours à diviser le peuple. Surtout que les forces de l'ordre doivent avant tout être des gardiens de la paix, même si ces gardiens de la paix sont donc depuis quelques temps devenus des forces de l'ordre ou plutôt désordre oligarchiques. Cependant étant donné la violence policière ayant crevé des yeux et arraché des mains, et donc la soumission des forces de l'ordre au système, le round 2 des gilets jaunes doit se faire en dehors de la force ou de la violence dont des policiers armés, c'est à dire de manière pacifique dont à travers la sortie du système par l'éveil du peuple sur les réseaux sociaux (mais le mieux est de le faire via une web radio privée créée par des résistants), par le boycott en particulier des médias, par le suivi des dissidents authentiques, par l'union des petits patrons, par la technologie blockchain et par les cryptomonnaies décentralisées. En effet parmi les meilleures actions non-violentes, c’est bien le boycott par rapport à la plupart des politiciens actuels, aux grand médias, aux entreprises mondialistes, aux membres de la ploutocratie, aux programmes TV abrutissants. Surtout que la plupart des programmes TV sont faits pour ramollir le cerveau au profit de la pub, comme la Pub le fait aussi pour les infos de la propagande. Quand on regarde un écran, on ne fabrique pas d’images, elles sont préfabriquées. Quand on lit, on crée des images mentales qui pénètrent au fond de l’âme. L’âme raffole des phrases, elle s’en délecte, et d'ailleurs une grande partie de la spiritualité ne peut être que phrase dont concernant l’invisible que sont par exemple les attributs divins, les qualités morales, le Paradis, l'Enfer, les anges, le monde de la tombe, le Jugement Dernier. Lire ou regarder, c’est la différence entre faire la haute gastronomie et la fast-food.
          Mais par rapport aux gilets jaunes, les manifestations contre le pass sanitaire, l'inflation et la réforme de retraites ayant été plus grandes, plus fortes, plus unies (pas de backblock), plus multi-catégories sociales, plus remplies de femmes et plus pacifique, c'est un très bon signe dans ce sens. De plus à travers la convergence de la manif pour tous, de la manif des gilets jaunes, de la manif contre le pass sanitaire, de la manif contre l'inflation et de la manif contre la réforme de retraites, il s'agit d'une très importante convergence des gens de bon sens, des gens pour le bien commun et des gens monothéistes. Mais à part ces manifestations légitimes et malgré la paupérisation ainsi que la tyranisation mondialiste de la France, une grande partie du peuple ne se mobilisent que pour des absurdités : le changement climatique, la cause LGBTQ, le lexique prétendument trop masculin. Or pour désormais mieux faire avancer les revendications populaires, il est très important de ne plus manifester mais de créer des sit-in (assises), car c'est le meilleur moyen de s'organiser comme l'ont prouvé les gilets jaunes en prenant les ronds-points pour y faire des discours, y discuter, se rapprocher et donc s'y organiser concrètement, et donc pour les faire devenir les meilleurs médias. Mais afin de s'organiser pour le bien commun sans ce type d'assise, manifester en groupe dehors est évidemment meilleur que de manifester seul devant un ordinateur, surtout que des groupes se sont formés et des couples se sont même mariés à travers ce genre de bonne cause.
          Cependant la neutralisation des mouvements populaires par le gauchisme est fréquente dont à travers les casseurs antifas, l'accusation de nazisme par les médias et des manifestations séparées divisantes : les Français d’un côté, les gauchistes de l’autre. C'est une manière de scinder la force populaire dès le départ, afin d’éviter son unité qui pourrait mener à un changement de paradigme favorisant le bien commun et plus la ploutocratie seulement. Autrement dit, le gauchisme mondialiste dénationalise les mouvements populaires, ce qui est la fonction organique du trotskisme, ce plus sûr allié de la Banque à gauche. Dans ce sens, la peur à cause de prétendus complotistes équivaut aussi à la peur de désigner les vrais coupables des crises et donc du grand basculement de la France dans le camp néolibéral mondialiste, le camp de la Banque, dont Macron est le serviteur.
          Or avec le progressisme wokiste, transsexualiste, mondialiste, ploutocratique et américano-sioniste qui ne peut plus durer, car il est majoritairement rejeté par chaque peuple dont aussi à cause du génocide des palestiniens et des difficulté à battre des milices à Gaza, nous assistons à la fin d'une époque résumant la fin du siècle juif, la fin de l'époque moderne ayant commencé avec la réforme protestante, la fin de la révolution française débutée en 1789, la fin de la période ayant commencé par l'hégémonie américaine après la deuxième guerre mondiale et la fin de la période ayant commencé avec la chute de l'URSS. D'ailleurs, cela se voit à travers le retour de la Russie à l'orthodoxie chrétienne ainsi qu'à un bon niveau de vie économique et donc souverain au niveau géopolitique, politique et social. Et cela se voit également à travers l’orientation de la Chine conservatrice vers la multipolarité internationale. Ainsi même si comme le dit Karl Marx une étape de chaos doit souvent être nécessaire pour un saut qualitatif sociétal, le processus révolutionnaire lancé contre l'actuel ordre féodal oligarchique semble bien déjà irrésistible, comme l’élimination du vieil ordre féodal qui encadrait voire interdisait les libertés d'entreprendre, de propriété et de déménagement, était en place des années avant la Révolution de 1789. Mais il faut faire attention que toutes ces fins, dont celle du siècle juif ayant remplacé le Messie voire Dieu, ne soient pas remplacées par le siècle trans (transsexuel, transhumaniste, et donc nihiliste) effaçant totalement Dieu et même l'humain.
          Cependant le passage du saut qualitatif du mondialisme par la crise des subprimes, le Covid, l'inflation, la guerre en Ukraine et la crise énergétique dure et mute, c'est à dire qu'à travers diverses étapes, çà passe d’un état à un autre du système capitaliste. En effet cela mène progressivement à un monopole tyrannique du capital financier qui marque la fin du capitalisme entrepreneurial et libéral. Et comme les peuples et de plus en plus de pays résistent, cela explique pourquoi le système se débat et le combat des classes s'est intensifié. Mais l’impérialisme a épuisé tout son carburant. C'est pourquoi après avoir démantelé les États-nations, il détruit maintenant la démocratie politique et apprend la nouvelle musique militaire aux peuples. Et pour détruire complètement la démocratie, il faut aussi détruire son fondement : la classe moyenne entrepreneuriale, car elle est la base nécessaire à la démocratie politique et la principale classe révolutionnaire. Par sa mue informatique, le capital a pu retrouver une deuxième peau, mais c’est la peau d’un serpent venimeux : les GAFAM. Ce post-capitalisme numérique wokiste porte le totalitarisme comme la nuée porte l’orage. 
          Or comme Paris dicte la mode, les révolutions françaises ont souvent défini le futur de l’humanité, et il faut donc se réjouir du réveil anti-mondialisme de ce peuple. En 1789, les Parisiens insurgés avaient enterré l’Ancien Régime, proclamé l’avènement de la démocratie, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. En 1848 les mêmes déclenchaient le printemps des nations, la grande révolution pan-européenne. En 1871, la Commune de Paris est devenue l’avant-garde de toutes les révolutions socialistes. Ainsi la Révolution de 1789 vantée partout dans les écoles, alors qu'à cette période le maire Pétion de la commune de Paris qui a récupéré toute la force publique nationale a été élu par 4,5 % la population parisienne à travers donc une fausse démocratie puisque suite à une élection provenant seulement de 12 000 votants sur 200 000 inscrits (comme le prouvent aussi les 700 000 votants sur 7 millions d’inscrits sur 28 million de français ayant participé à élire les premiers députés soit 2,5 % de la population du pays, puis par fermeture de Paris et la distance de trajet pour atteindre Paris lorsqu'un député venait de province, la création de la république au détriment de douze siècle de royauté avec 25% des députés soit 0.6% de la population française), n'est pas similaire pas à celle la Commune de 1871, car la première était en réalité la victoire écrasante de la bourgeoisie sur le peuple, avec tout ce que ça sous-entend de mépris, de séparatisme social, et de violence, alors que la deuxième était une intelligente et légitime revendication ouvrière. Les guerres mondiales, le bain de sang de Verdun et l’occupation nazie avaient maintenu le peuple français en mode survie, et la révolution suivante a traîné jusqu’en 1968. Et voilà qu’en 2018, la France périphérique (les gilets jaunes) a mis un point final au projet néolibéral radical de mise en esclavage de l’humanité. Les Américains peuvent en prendre de la graine : l’immigration, c’est un bon sujet de propagande de la droite états-unienne, mais ce n’est pas cela qui amènera de grands changements sociaux aux USA. Bien sûr, les gilets jaunes s’opposent aussi à la migration de masse et veulent y mettre un terme, mais ils équilibrent cette revendication avec une autre : stop au pillage de l’Afrique et oui à l’investissement pour son développement. Effectivement, l’Afrique va de mal en pis parce qu’elle est toujours exploitée par les pays développés. La balance des paiements entre l’Afrique et la France penche du côté de la France, et c'est la principale raison de la migration africaine vers la France. Les Africains suivent leur argent, c’est tout. Si les populistes US devaient adopter une revendication semblable, ils devraient équilibrer leurs envies de murs en appelant les firmes US à cesser de pomper leurs plus-values dans les veines de l’Amérique latine. Noam Chomsky l’a parfaitement expliqué : les centre-américains ne se précipiteraient pas aux USA si les USA ne cherchaient pas à déstabiliser leurs pays uniquement pour le profit. Honduras, Guatemala, El Salvador : autant de pays mis en coupe réglée par les US, et autant de vagues de réfugiés pour cogner à leur porte. Ceci vaut pour l’Europe comme pour les MENA, les États du Moyen-Orient et du Maghreb. Si les Européens n’avaient pas bombardé la Libye et miné la Syrie, si les USA n’avaient pas envahi l’Afghanistan et l’Irak, il n’y aurait pas de réfugiés ni d’immigration légale ou illégale. Ainsi les peuples qui ont élu des dirigeants occidentaux partis en guerre doivent comprendre qu'attaquer une nation apporte forcément des réfugiés dans le pays qui l'attaque et la détruit, et que le bénéfice de ces invasions va aux riches, tandis que ce sont les classes moyennes qui en font les frais. Et les terroristes doivent comprendre que les présidents élus en Occident sont souvent mal élus, puisque par exemple Macron est le président français le plus mal élu de l'histoire.
En Russie, les bobos votent « tout sauf Poutine ». La masse, elle, vote pour le pouvoir en place – Poutine et Russie unie –, qui gouverne en faveur du peuple. Ce qu’en Occident on dénonce comme n’étant pas une démocratie. En France, le pouvoir est soutenu par une minorité et il dirige contre la majorité : On a un président qui est élu avec 25 % au premier tour et 50 % d’abstention ; en Russie, nous, on a un président qui est élu avec 75 % au premier tour et 50 % d’abstention. Allez cherchez quel est le modèle le plus cohérent.
Or il est vrai que tous les grands partis, qu’ils soient nommément de droite ou de gauche, que ce soit à Paris, à Berlin ou à Londres, ont agi étrangement en suivant simultanément le même agenda mondialiste, américano-sioniste, néolibéral, belliqueux, anti-social et anti-national.
C'est pourquoi par une démocratie participative voire un démocratie directe momentanée, ce mouvement des gilets jaunes peut finaliser une belle synthèse politique entre libéralisme, socialisme et royalisme (ou présidence religieuse), c'est à dire entre marché économique juste (et donc pieux dont à travers un capitalisme plus de production que financier), gauche (pieuse) du travail et du social (dont avec une forme de zakat), et droite (pieuse) des valeurs (dont à travers l’État souverain monothéiste), contre monopole financier (étant impie), gauche sociétale wokiste (étant impie) et laïcisme supranational (étant impie). En résumé il s'agirait d'une conclusion amenant à un système proche du Califat islamique.
Quelles que soient les acteurs de la France des Gilets jaunes, l’avenir nous dira si le sérieux l’emporte sur le frivole, le fond sur la forme, le vrai sur le spectaculaire. Surtout que avons atteint un monde où il existe souvent un professionnalisme de la forme (apparence, expression) au détriment du professionnalisme du fond (sujets, vérité) comme le prouvent les médias de masse. En tout cas ce mouvement aura révélé dans une grande clarté le pire de l'humanité qu'est le politico-médiatico-financier corrompu et le meilleure de l'humanité qu'est le peuple soudé pour le Bien. Ce qui annonce probablement la proximité de la fin des temps, puisque l'évidence du chemin honorable apparaît donc de plus en plus nettement.
Suite à cela, le Système cherche à récupérer l'orientation du changement de paradigme voulu par le peuple pour continuer de garder la main. En effet la ligne nationale-sioniste, opposée à la précédente socialo-universelo-sioniste, permettrait de dévier la contestation sociale de la colère du peuple vers une guerre civile raciale ou ethno-confessionnelle sous couvert de défense des « valeurs », plutôt qu'une lutte des classes pouvant réellement renverser la ploutocratie mondiale actuelle. Surtout que la métamorphose de la lutte des classes met de plus en plus aux prises producteurs et expropriateurs. C'est à dire que pour garder l'influence politique des très riches mondialistes, les élites globalistes essayeraient d'organiser une guerre civile en France et ailleurs comme il a été vu, mais pour espérer déclencher un coup d'Etat qui permettrait à un militaire atlantiste de prendre le pouvoir dans un prétexte sécuritaire. Cela afin donc d'éviter une victoire populaire dans une lutte des classes, alors qu'il est pourtant impératif que par de progressives réformes structurelles nécessaires à la société, le peuple parvienne à empêcher l’oligarchie mondialiste de continuer sa domination, car sa prédation usurière gravement inégalitaire est inévitablement esclavagisante puis destructrice du peuple, de même que sa cancel culture wokiste...
         Or si le pervers pouvoir profond planétaire cherche quand même le contrôle total voire la montée des tensions à notre époque moderne jusqu'au chaos, cela prouve qu'il suit en réalité le plan démoniaque de pourrissement des âmes jusqu'en Enfer dans une image de fin des temps. Ainsi tout en sauvant le monde, le peuple doit rester uni au maximum dans la solidarité et la charité pour sauver leurs âmes et les policiers doivent donc les rejoindre pour sauver les leurs.
Lucien Cerise a expliqué malgré au final sa grave erreur politique de soutenir les sionistes faussement identitaires français car largement plus pro-israélien et pro-américain voire pro-mondialisme de l'UE :
« La convergence des populismes et des Gilets jaunes démontre que le peuple est encore capable de réagir de manière autonome quand il est menacé dans sa survie. Cette preuve d’un fort instinct de conservation inquiète particulièrement le pouvoir, qui essaye de diaboliser la vitalité des Gilets jaunes et de leurs soutiens politiques en les qualifiant d’extrême droite, comme si cela faisait encore peur aujourd’hui, ou en accusant telle puissance étrangère d’en tirer les ficelles, sur le principe des révolutions colorées que les gouvernements occidentaux ont pourtant souvent désiré, voire appuyé, pour y placer des pantins à la tête de leur pays. En effet l’oligarchie a essayé plusieurs tactiques, qui ont toutes échoué : cogner sur les manifestants en crevant les yeux de certains pour qu’ils aient peur de manifester ; aider les casseurs d'extrême gauche manipulés (prouvant que ces faux antifas puisque servant le fascisme financier sont utiles au système surtout que rarement condamné fortement) pour donner une mauvaise image du mouvement ; gagner du temps avec le « grand débat », en espérant que le mouvement s’essouffle ; diaboliser les Gilets jaunes avec des accusations d’antisémitisme ou d’homophobie auxquelles personne ne croit.
En fait, c’est une idiocratie totalitaire qui s’installe en France. Le modèle appliqué est celui d’Israël, cet État volontairement instable et « défaillant », car il a besoin de maintenir une tension permanente autour de lui pour se trouver une raison d’être. Israël est un régime hybride aux frontières et limites floues ou plutôt à la réalité schizophrénique, car militariste et suprémaciste mais tolérant envers les perversité de la gay pride, du mariage homosexuel et de la transsexualité, nationaliste alors que singulièrement contre les autochtones, et même prétendument théocratique alors que pourtant donc ultra libéral libertaire. De plus donc, beaucoup de juifs en Israël ne sont pas croyants tout en pensant que Dieu leur a promis la Palestine... En partie par son instrumentalisation de la Shoah, on peut en plus rappeler qu'Israël est le seul état ethnique au monde, dont depuis les nazis, puisque un israélien arabe ne peut atteindre le niveau avantageux de citoyenneté d'un juif, ce qui oppresse donc les non-juifs et permet d'éviter toute prise de pouvoir démocratique par les palestiniens. Ainsi Israël n'est pas une démocratie mais plutôt une théocratie sans piété ni souvent foi, dont donc dans le sens d'être perversement pendant un temps son propre messie (collectif, voire Dieu lui-même dans une forme d'hybris extrême provenant de leur anthropomorphisme concernant Dieu dont en l'ayant comme il sera revu perversement associé à l'idole Yahvé auquel ils ont illusoirement attribué des regrets et même une femme du nom d'« Ashera » ; chez les chrétiens, Dieu (et son sens paternel) s'est  faussement fait homme, chez les juifs, Dieu (ou seulement sa pseudo partie féminine qu'est Ashera) s'est faussement fait peuple), jusqu'à ce qu'Israël devienne une monarchie religieuse avec l’avènement de leur faux messie qui est l'antéchrist. Israël brisant donc les limites naturelles, il n'est pas étonnant qu'il dépasse les frontières par la colonisation, mais aussi qu'il en paye le prix comme l'attaque du Hamas. D'ailleurs la gay pride est devenue une épreuve de soumission aux pays alignés sur l'occident, puisque l'autorisation du Lgbtisme dans une société est un marqueur principal de l'impérialisme américano-sioniste et au-delà de ça du mondialisme, sauf que ces gay pride étant diaboliques, il ne s'agit plus ici plus de politique même bassement oppressante, mais encore plus gravement de survie et de salut de l'homme ici-bas et dans l’au-delà. (Quand les pays sont trop anti-Lgbt comme l'Arabie Saoudite, la fête diabolique d'Halloween autorisée remplace la gay pride, et si la célébration d'Halloween est aussi interdite, ce sera le commerce avec l'entité sioniste voire la défense du territoire israélien comme lors de la destruction de missiles iraniens ayant attaqué Israël en représailles qui impliquent la soumission d'un état aux américano-sionistes). Israël incarne donc parfaitement la postmodernité et ses contradictions insolubles prouvant son évidente perversité gravement condamnée par Dieu, puisque mélangeant fortement sacré et corruption, ce qui explique encore pourquoi Dieu avait interdit la recréation de cet Etat. En effet à cause de cet Etat, un néofascisme décadent s’implante partout, mélange de LGBT et de « menace terroriste (dont climatique, sanitaire, inflationniste, énergétique) » pour nous faire basculer dans un univers concentrationnaire parsemés de barbelés et de checkpoints, dont à travers le pass sanitaire (possiblement occidental voire mondial bientôt), le pass vert et la suppression de l’argent liquide qui nous rendra encore plus esclaves par les banques centrales si une blockchain décentralisée n'est pas créée.
(Surtout que de plus en plus de banques facturent le dépôt d'argent, alors qu'auparavant elles donnait des intérêts pour cela, et menacent d'enquête ceux retirant plus de 500 euros en liquide de leur compte, avec comme excuse honteuse de lutte contre le terrorisme d'autant plus qu'il devient étrangement utile dans ce cas. Or même dans une société acceptant des cryptomonnaies pouvant correspondre à de pures actions financières modernes quand ce ne sont pas un stable coin, l'argent liquide (qui doit être basé sur une valeur intrinsèque, ou représenter la richesse du pays selon sa quantité en circulation afin d'éviter les planches à billets destructrice d'économie, ou être adossé au prix de l'or ou l'argent et échangeable contre eux pour être licite) peut continuer à être utilisé pour faciliter les transactions du quotidien. D'autant plus que selon Charles Gave : « L'or (l'argent, les métaux précieux, le pétrole, le gaz, le riz, les dattes) c'est de la monnaie, le reste (monnaie fiduciaire) c'est du crédit (en particulier au niveau international). »
Mais avec la volonté du gouvernement de Netanyahou de lier le pouvoir judiciaire à celui exécutif, Israël devient de plus en plus monarchique, ce qui va faire fuir de nombreux libéraux israéliens du pays si ce gouvernement y parvient, d'autant plus s'il annexe en plus toute la Palestine y compris donc Jérusalem entièrement.
De même sous un pseudo prétexte de lutte contre le terrorisme pour la sécurité publique et la sûreté de l'Etat alors que pour la domination du messianisme juif et oligarchique, le système tend à valider la fin de la liberté d'expression (dans les médias du système et de plus en plus sur internet), du cash, de la liberté de la presse et de l'autorisation des manifestations, et à débuter le fichage totale de la population (activité sur les réseaux sociaux, comportements et habitudes de vie, opinion politique, conviction philosophique ou religieuse, appartenance syndicale, orientation sexuelle, etc).
Or l’histoire de France, les fondamentaux de la politique française, sa position géographique, sa culture et sa religion traditionnelle qu'est le catholicisme sont incompatibles avec Israël et le judaïsme politique synonyme du projet ploutocratique des élites oligarchiques, juives, perverses et wokistes, pas plus qu’ils ne le sont avec l’impérialisme anglo-américain protestant, laïciste, oligarchique et sioniste. C’est ce qu’avait compris et exprimé le général de Gaulle et Jacques Bainville avant lui.
Selon l'article de Youssef Hindi « Des temps bibliques au judéo-nazisme », les origines et fondements du judaïsme politique sont principalement matérialistes, sournoisement politiques et basés sur de prétendues promesses de domination impériale et universelle. Concernant le judaïsme politique d'aujourd’hui en Occident, cet article précise qu'il est basé sur l’extrême droite européenne antisémite réorientée par le lobby pro-israélien, sur le lobby pro-israélien qui importe le néo-conservatisme en Europe, sur l’Union européenne et le complexe militaro-industriel américano-sioniste, sur l'islamophobie malgré la soumission à lui des monarchies pétrolières, sur la pénétration des réseaux pro-israéliens dans les institutions de l’Union européenne, sur les réseaux israéliens et chrétiens sionistes en Europe, et sur l'Union européenne, Israël et les nazis ukrainiens. Au fur et à mesure que la France s’enfonce dans des alliances contre-nature avec les États-Unis et Israël, et qu’elle transfert sa souveraineté à l’Union européenne, elle sort donc de l’Histoire. La France ne peut que disparaître si elle continue d’accepter d’être dirigée par un personnel politique inféodé à l’Amérique, au lobby judéo-sioniste et aux puissances d’argent. Or le destin de la France, pays millénaire, est plutôt de renouer avec la longue durée de la droite souverainiste authentique, et avec une politique continentale eurasiatique et méditerranéenne ; et non pas de prendre pour exemple Israël qui est un petit État ethnique fabriqué de toutes pièces il y a quelques décennies.)
Ainsi pour éviter de prendre par la force des parties des institutions sur tout le territoire afin de récupérer le pouvoir en démocratie, et plutôt opter pour une victoire plus douce avec l'intention d'une progressive réforme totale du système par des assemblées communales et des référendums citoyens, l’union de l’ensemble des patriotes est possible sous plusieurs conditions :
1) savoir discipliner son ego, car les sources de division sont essentiellement d’origine psychologique.
2) structurer cette union dans des organisations de masse et des organisations d’avant-garde.
3) ne pas confondre le rôle des organisations de masse populaire, qui doivent s’adapter à la moyenne pour conquérir la majorité du peuple, avec celui des organisations d’avant-garde qui servent de brise-glace par une minorité active, Dans ce sens s'éloignant d'un vital juste milieu politique, il faut bien comprendre que par l'ouverture des frontières, la délocalisation des industries ou l'immigration massive, l’hyper-socialisme et l’hyper-libéralisme se ressemblent, appauvrissent tout le monde sauf les élites très riches, et ne relèvent donc pas du tout le niveau économique général des catégories sociales pauvres ou bourgeoisement artisanales et entrepreneuriales, alors que certains disent mensongèrement le contraire en affirmant qu'il n'existe qu'un ruissellement économique du haut vers le bas, puisque depuis toujours le ruissellement se fait nettement du bas vers le haut, et encore plus de nos jours avec le système ploutocratique clairement corrompu.
Les marxistes cultivaient une avant-garde et trois types d’organisations de masse : le syndicat, la coopérative, le parti politique. C’est en appliquant cette méthode qu’ils ont infusé dans la société et pris le pouvoir dans de larges régions du monde, preuve que ça marche. Il ne faut donc pas mépriser et abandonner le champ des partis politiques conventionnels sous prétexte qu’ils ne sont pas intelligents. En effet, leur rôle est de viser la quantité, pas la qualité. On ne gagne pas avec des groupuscules, surtout désargentés. Quand on n’a pas les millions, il faut être des millions ! C’est la cohésion compacte d’un troupeau nombreux qui protège les herbivores contre les prédateurs. Isolés, ils sont des proies faciles. (Mais à notre époque, le champ politique est tellement corrompu ou infiltré, qu'il est préférable de créer d'abord un nouveau parti voire de nouveaux élus au niveau local comme George Galloway en Angleterre, réellement patriotes, laïquement modérés et authentiquement nationalistes.) »
Or les partis politiques ne proposant que deux, trois ou quatre candidats éligibles en nombre de voix et étant donc plus facilement infiltrable ou soumis au pouvoir financier et donc médiatique, surtout que la création puis la vie d'un parti politique sont très coûteuses et que les apparitions télévisuelles très importantes pour s'adresser à de très nombreux électeurs, un retournement des forces policières voire militaires contre le système paraît nécessaire pour que les patriotes puissent changer complémentent les choses.
Suite donc à une révolution par les urnes, par la force ou par des organisations populaires dans chaque commune et région, la juriste Valérie Bugault propose ensuite de fonder la France sur les groupements d'intérêts au niveau professionnels, culturels et spirituels, comme il sera revu.
Surtout que les slogans d'un parti politique aujourd'hui ne devraient être que : « Nous neutraliserons les GAFAM et nous leur interdirons de censurer, nous neutraliserons Black Rock et le Big Pharma (qui sont corrélés) et nous leur interdirons de nous donner des ordres, nous interdirons la franc-maçonnerie et nous leur interdirons de comploter, nous dénoncerons la partialité des médias, et nous oublierons le progressisme wokiste et nous reviendrons aux valeurs traditionnelles (monothéistes). »
D'ailleurs les petits candidats nouveaux portant ces revendications, provenant d'organisation populaire et n'appartenant à aucun partis ne sont souvent plus invités dans les médias, ce qui prouve le mensonge de la démocratie actuelle. De plus en démocratie, comme les partis politiques peuvent s'écarter de la vérité (noblesse, piété authentiques) pour récupérer des électeurs, cela prouve qu'ils ne sont que dans gestion de la passion (émotion) amorale des foules pour la quantité et pas dans la gestion de la raison éthique des individus pour la qualité, le vrai, le juste, le noble, le beau et le bien dont commun. Or en dehors d'une lâcheté en termes de convictions, la politique peut aussi être une stratégie anti-coups ou/et une hypocrisie de circonstance. Car s'il s'agit de suivre une stratégie non perdante pour sortir de l'atlantisme dont suite à la connaissance du vainqueur entre la Russie de Poutine et l’Amérique de Biden possiblement après les élections américaines ou la fin de la guerre en Ukraine, cela devient noblement légitime.
La franc-maçonnerie portant la ploutocratie progressiste s’est infiltrée dans tous les rouages démocratiques : les deux chambres, la justice, la police, les ministères. Tout cela par complot, cooptation, préférence à l’embauche et ruse. La République idéale est donc morte depuis longtemps.
Les différentes composantes du pouvoir sont organisées en strates, strates dont les degrés d’implication varient largement. Plus on s’éloigne du centre du pouvoir, moins l’intérêt est grand et plus l’assentiment devient un enjeu. Or la police est le point nodal de cette structure puisque se maintenant en grande partie par elle. Les mondialistes du système corrompu s'y appuient dessus autant que sur les crises qu'ils organisent. Le paradoxe du globalisme ultra-libéral voulant ainsi aussi effacer les frontières est donc qu'il a besoin de certains pouvoirs régaliens de l’État comme la police et l'armée pour contrôler les individus. C'est pourquoi un État soumis au globalisme est en réalité totalitaire et faible. Par conséquent pour retrouver un Etat équitable et fort, il faut rendre sa souveraineté à Dieu et donc à la nation dont en retrouvant la création de monnaie, la loi naturelle, une banque nationale, l'indépendance médiatique et le contrôle sur son économie, sa finance et sa justice, si nécessaire par une dictature éclairée. En effet la dictature légale peut être le contraire de l'actuelle tyrannie anomique (sans lois : Lgbtsime, usure, wokisme).
Extraits de l'article « Décryptage de la Pandémie de Covid-19 » sur « Le Saker Francophone » : « Le hasard, comme le disait Einstein, « c’est Dieu qui se promène incognito », et en arabe, ce terme désigne la chance ou le succès. C’est-à-dire, au sens probabiliste du terme, le fait qu’un événement considérablement improbable et incertain se réalise avec une précision divine. Or c'est peut-être certainement le cas dans le domaine de la physique quantique et relative ou encore dans le domaine des statistiques, c’est-à-dire dans ces domaines des sciences exactes où Dieu se promène partout entre la masse du proton, la fleur de vie et le nombre d’or. Mais ce n'est certainement pas le cas dans le domaine des affaires politiques, de l’ingénierie sociale, du contrôle des populations et évidemment des crises financière, des guerres voire des pandémies, car Dieu n’y est (généralement) pour rien. L’homme en revanche y est quasiment pour tout et les crises ne sont ou ne proviennent bien souvent rien d’autres que de zones d’incertitudes, de risques, d'organisations ou/et d’opportunités dans lesquelles ceux qui maîtrisent la finance, des lobbies, les réseaux, les événements et le temps, réalisent de formidables sauts qualitatifs. Ce qui veut bien dire que les crises sont souvent déclenchées à des fins précises et aux moments voulus. Dans la réflexion, la planification, l’organisation, le contrôle des médias, la manipulation génétique, la recherche d’armes biologiques et bactériologiques, la dissémination délibérée d’un virus, un ralentissement économique, un confinement des populations, une guerre géopolitique, une crise énergétique, et des pénuries dont alimentaires, l’homme est partout. Il pense à tout (ce qu'il y a de pire). Des recherches pour prétendument transformer des insectes en cyborgs afin qu’ils modifient génétiquement des plantes pour augmenter leur rendement sont même effectuées officiellement, alors qu'officieusement selon la revue Science, en 2018, il pourrait s’agir de l’inverse : stériliser les cultures des pays ennemis et y provoquer des famines afin de les soumettre par la dette et y implanter des bases militaires. Surtout que ces insectes cyborgs en particulier volants peuvent déjà être des caméras minuscules et donc surveiller des populations. Qu’il s’agisse du conditionnement éducatif de nos enfants, de la manipulation des foules, de terrorisme médiatique, de la répression et de l’intimidation des groupes réactionnaires comme ce fut le cas en France avec les gilets jaunes, l’homme pense vraiment à tout. Pour conditionner une grande partie du peuple jusqu'aux sentiments, la fabrique du consentement par le conditionnement vous répétera une idée jusqu’à ce que vous la répétiez vous-même à vos semblables, par mimétisme social ou par amour de la servitude volontaire, comme ils ont répandus le refus de visiter les grands-parents pendant la longue période du covid. (Concernant la prostration d'une grande partie du peuple français et des autres peuples il est intéressant de lire l'article « Pourquoi le Français va réélire Macron à hauteur de 60% – Nicolas Bonnal avec Edouard Drumont. » à l'adresse https://strategika.fr/2022/04/21/pourquoi-le-francais-va-reelire-macron-a-hauteur-de-60-nicolas-bonnal-avec-edouard-drumont/)
De même la stratégie de domination de la corporatocratie atlantiste correspond à façonner l’esprit collectif. C'est à dire qu'après 30 ans de sélection, de scolarisation et d’organisation dans une toile d’araignée qui couvre l’ensemble de la société dont à travers les médias et des sociétés secrètes, les centres de commandement occidentaux parviennent extrêmement facilement à générer des partis et des gouvernements dociles comme la plupart aujourd’hui. Etienne de la Boétie dans son discours de la servitude volontaire précise : « Il est incroyable de voir comme le peuple, dès qu'il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa liberté qu'il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir : il sert si bien, et si volontiers, qu'on dirait à le voir qu'il n'a pas seulement perdu sa liberté mais bien gagné sa servitude. » L'Homme d'Etat Nazi Joseph Goebbels disait : « Un mensonge répété à quelqu’un restait toujours un mensonge, mais un mensonge répété 1000 fois et partout devenait une vérité (même au niveau scientifique comme la théorie de l'évolution) ». C’est terrible à dire mais malheureusement c’est exactement ce qui s'est passé politiquement autour du covid, et c’est entre autre pour cette raison que Luc Montagnier (prix Nobel de Médecine) a dit que nous vivons dans un monde de fou.
« Environ 6000 chaînes de télévision dans le monde appellent à tout moment les experts pour étudier avec eux des événements complexes ou prévoir un avenir meilleur. Ils sont consultés à tout moment : lorsqu’il y a un attentat, une nouvelle petite menace, un problème global concernant le climat, la croissance, la dette et bien sûr maintenant le football et l’art. Récemment, un excellent écrivain, M. John Freed, qui se trouve être l’expert d’un expert, a révélé dans son livre que ces experts se trompent souvent, qu’ils sont souvent dangereux et qu’ils sont surestimés et trop consultés. Pensez aux données suivantes fournies par le livre de M. Freed : Il commence par écrire qu’environ deux tiers des résultats publiés dans les meilleures revues médicales sont réfutés en l’espace de quelques années. Et c’est encore pire ! Pas moins de 90 % des connaissances médicales des médecins se sont révélées substantiellement ou complètement erronées. Il y a une chance sur douze que le diagnostic d’un médecin soit si erroné qu’il cause un préjudice important au patient. Et il n’y a pas que la médecine. Les économistes ont constaté que toutes les études publiées dans les revues économiques sont susceptibles d’être erronées. John Freed affirme ensuite que l’interprétation des experts peut empêcher des actions politiques : « Lorsqu’on nous donne l’avis d’un expert, nous perdons en fait notre capacité à prendre nos propres décisions. Le cerveau s’arrête un peu face à l’avis d’un expert. Lorsque nous entendons un expert, nous renonçons à notre propre jugement. » Je pense qu’il a partiellement tort ; à cause des experts, nous prenons souvent de mauvaises décisions. Plus c’est faux, mieux c’est ! Par exemple, nous décidons d’aider Wall Street, les banques et les fonds spéculatifs afin de ruiner les nations américaines et européennes, puis nous décidons de réduire les aides sociales. Par exemple, nous décidons d’attaquer l’Irak, de bombarder la Libye, de déstabiliser l’Égypte et d’atomiser l’Iran. L’expert est là pour dissiper le doute. L’expert néocon doit être engagé contre tous les ennemis occidentaux — ou supposés tels — avec son mélange post-moderne de messianisme et de jargon scientifique.  Bien sûr, M. Freed confirme et prouve que « les experts éditent et donc manipulent les données ». Cette expression me rappelle la périphrase du Dr Reich, ancien secrétaire au travail de l’administration Clinton : les manipulateurs de symboles. Ces personnes sont les nouvelles professions nées avec la dictature de l’informatique et la nouvelle société de contrôle. Leur expertise altère et manipule continuellement la réalité. Comment faire la différence avec un film de terreur hollywoodien et une scène d’attentat à la bombe surcommentée comme à Boston ? Demandez à un expert ! L’immédiateté et l’irréfutabilité sont les caractéristiques de la vérité qui nous parvient par le biais des ordinateurs : oui, il y a un réchauffement global ; oui, Saddam Hussein possède des armes de destruction massive ; oui, la crise est terminée grâce à l’assouplissement quantitatif de la Fed ; oui, il y a assez de pétrole de schiste pour mille ans et plus dans le Colorado. Un point très important souligné par Freed est le suivant : nous sommes noyés sous des flux d’informations et de nouvelles qui altèrent notre compréhension ou produisent une désensibilisation. » (Extraits de l'article « Comment les experts occidentaux peuvent être une arme de destruction massive » de Nicolas Bonnal)