Recherche

Menu principal

Contact

PDF Imprimer Envoyer

D) Suite 4


Au nord est de l'Arabie s'étendait le vaste empire Néo-perse des Sassanids. Au nord ouest s'étendait l'empire Byzantin (l'empire Romain Oriental) centré sur Constantinople. Numériquement, les arabes ne faisaient pas le poids face à leurs opposants, mais sur le champ de bataille, c'était très différent. Ainsi ces arabes inspirés conquirent rapidement toute la Mésopotamie, la Syrie et la Palestine (dont Jérusalem). Moins de dix ans après la mort du Prophète (SBDSL), l’Égypte avait été arrachée à l'empire Byzantin alors que les armées perses avaient été écrasées à la bataille clé de Qadisiya en 637 et Nehavend en 642. Or même ces conquêtes énormes, effectuées sous les ordres des amis proches (compagnons) de Mouhamed et de ses successeurs immédiats, le deux premiers califes bien guidés Abou Bakr et Omar Ibn al-Khattab, ne marquèrent pas la fin de l'avancée des musulmans.
En 711, ils avaient (déjà) complètement rejoint, à travers l'Afrique du Nord, l'océan Atlantique. C'est ici qu’elles tournèrent vers le nord, et traversant le détroit de Gibraltar, elles eurent raison de l'empire Visigoth en Espagne. Pendant un moment, il semblait que les musulmans allaient vaincre toute l'Europe chrétienne. Mais en 732 lors de la fameuse bataille de Tours, une armée musulmane, qui s'était avancée au centre de la France, fut vaincue par les Francs. Néanmoins, au cours d'un petit siècle de batailles, cet élan spirituel inspiré par les mots du Prophète (SBDSL), avaient sculpté un empire qui s'étendait des frontières de l'Inde à l'océan Atlantique, l'empire le plus étendu que le monde ait vu. Partout où l'armée avait conquis, une conversion de masse vers la nouvelle foi s'ensuivait.
Toutes les conquêtes ne se maintinrent pas jusqu'à nos jours. Les Perses, bien qu'ils soient restés fidèles à la religion du Prophète (SBDSL) ont regagné leur indépendance vis à vis des arabes. Et en Espagne, plus de sept siècles de guerre virent finalement les chrétiens reconquérir l'ensemble de la péninsule. Toutefois, la Mésopotamie et l’Égypte, les deux berceaux des civilisations anciennes sont restées musulmanes, tout comme l'ensemble de la côte du nord de l'Afrique. La nouvelle religion, bien sûr, continua à se répandre au cours des siècles, bien au-delà des frontières des conquêtes musulmanes originelles. Petit à petit, elle eut des dizaines de millions d'adeptes en Afrique et Asie centrale, et encore plus au Pakistan, en Inde du nord et en Indonésie. En Indonésie, la nouvelle foi fut un facteur d'unité. Dans le subcontinent indien, en revanche, un conflit opposant les musulmans et les hindous reste un obstacle majeur à l'unité. Or comment peut-on donc mieux préciser l'impact global de Mouhamed sur l'histoire humaine? Comme toutes les religions, l'islam exerce une influence prépondérante sur la vie de ses fidèles. C'est pour cette raison que les fondateurs des grandes religions du monde figurent tous de manière conséquente dans ce livre. Or puisqu'il y a à peu près deux fois plus de chrétiens que de musulmans dans le monde (désormais à peu près égal), il peut paraître à première vue étrange que Mouhamed soit placé avant Jésus, mais des raisons motivent ce choix.
Tout d'abord, Mouhamed a joué un rôle beaucoup plus important dans le développement de l'islam que Jésus pour le développement de la chrétienté. Bien que Jésus soit responsable des principaux préceptes moraux et éthiques du christianisme (dans la mesure où certains différent du judaïsme), c'est Saint Paul qui fut le plus grand promoteur de la théologie chrétienne, son principal diffuseur et l'auteur d'une grande partie du Nouveau Testament.   Mouhamed en revanche est responsable à la fois de la théologie de l'islam et de ses principaux principes moraux et éthiques. De plus, il a joué un rôle clé dans le prosélytisme de la nouvelle foi et l'établissement des pratiques religieuse de l'islam. Enfin, il est l'auteur des écritures sacrées des musulmans : le Coran (parole divine exclusive vraiment protégée par un style poétique miraculeux) et ses paroles ou commentaires (hadiths du Prophète) qu'il croit (affirme) divinement inspirées. La plupart de ses déclarations ont été copiées plus ou moins fidèlement pendant la vie de Mouhamed et ont été rassemblées dans des recueils qui fit autorité peu de temps après sa mort. Or les paroles du Coran, étant exactes par essence, représentent donc plus fidèlement les idées et enseignements reçus par Mouhamed et il faut alors mettre une parole prophétique en rapport avec le Coran pour valider son ou ses sens. Aucun recueil d'une telle précision rassemblant les enseignements du Christ n'a survécu. Puisque le Coran est au moins aussi important pour les musulmans que l'est la Bible pour les Chrétiens, l'influence de Mouhammed par le Coran est donc considérable. Il est ainsi probable que l'influence de Mouhamed sur l'islam est plus importante que les influences combinées de Jésus Christ et Saint Paul sur le christianisme. De plus en considérant le niveau religieux seulement, il semble que Mouhamed ait été aussi influent dans l'histoire humaine que Jésus.
Pour beaucoup d'événements historiques importants, on pourrait dire qu'ils étaient inévitables et qu'ils auraient eu lieu même sans la présence du leader politique particulier qui les a conduits. Par exemple, les colonies d'Amérique latine auraient probablement gagné leur indépendance vis à vis de l'Espagne même si Simon Bolivar n'avait jamais vécu. Mais cela n'est pas valable pour les conquêtes arabes. Rien de comparable n'avait eut lieu avant Mouhamed, et il n'y a aucune raison de croire que les conquêtes auraient pu être effectuées sans lui. La seule conquête comparable dans l'Histoire est celle des Mongols au treizième siècle, qui a été principalement causée par l'influence de Genghis Khan. Ces conquêtes (destructrices) en revanche, bien que plus étendues que celles des musulmans (constructrices), n'eurent aucune permanence, et aujourd’hui les seules régions occupées par les Mongols sont celles qu'ils occupaient avant Genghis Khan.  Le cas des conquêtes des arabes est bien différent. De l'Irak au Maroc, elles réunissent une véritable chaîne de nations arabes unies (mais aussi musulmanes non-arabes) non seulement par leur foi dans l'islam mais aussi par leur langue, leur histoire et leur culture arabe. La place centrale du Coran dans la religion musulmane et le fait qu'il soit écrit en arabe ont probablement empêché la langue arabe d'éclater en de multiples dialectes inintelligibles, ce qui aurait pu se passer dans les treize siècles postérieurs aux conquêtes musulmanes. Les différences et les divisions entre les états arabes existent bel et bien, et elles sont considérables, mais la division partielle ne doit pas masquer à nos yeux les éléments importants, facteurs d'unité qui ont continué à exister. Par exemple, l'Iran et l'Indonésie, tous deux états pétroliers et marqués par la religion islamique, ont rejoint l'embargo sur le pétrole de l'hiver 1973-1974. Ce n'est pas une coïncidence si tous les états arabes, et seulement les états arabes, ont participé à l'embargo. Comme nous pouvons le voir, les conquêtes arabes du septième siècle ont continué de jouer un rôle important dans l'histoire humaine jusqu'à nos jours. C'est une combinaison d'influence séculière et religieuse qui à mes yeux donne le droit à Mouhamed d'être considéré comme la figure singulière la plus influente dans l'histoire humaine. »
Voici le classement et les personnalités des 20 personnes le plus influentes de l'humanité selon ce livre :
1) Mouhamed 570/632 : Leader religieux et séculaire, figure emblématique de l’islam, considéré par les Musulmans comme le dernier de tous les Prophètes. Réformateur social, diplomate, philosophe islamique, orateur, législateur, meneur militaire et politique.
2) Isaac Newton 1643/1727 : Scientifique anglais physicien, mathématicien, astronome, philosophe, alchimiste, et théologien. Ses lois, la Loi universelle de la gravitation et les Lois du mouvement, ont conduit au développement de la Mécanique newtonienne.
3) Jésus-Christ : Leader spirituel, figure centrale de la chrétienté, vénéré par les chrétiens comme le fils de Dieu ainsi que l’incarnation de sa volonté.
4) Bouddha -563/-483 : Leader spirituel, philosophe de l’Inde ancienne. Fondateur du Bouddhisme.
5) Confucius -551/-479 : Philosophe, maître penseur chinois, fondateur du confucianisme dont les préceptes philosophiques ont influencé fortement les chinois, les coréens (korean confucianism), les japonais (edo neo-confucianism), les vietnamiens et les indonésiens.
6) Paul de Tarse 5/67 : Un des apôtres chrétiens les plus marquants de la chrétienté. Il prêcha les enseignements de Jésus en Palestine et fut l'auteur des Épîtres de Paul qui feront partie du Nouveau Testament.
7) Cài Lún 50/121 : Politicien de la Chine impériale considéré comme le premier inventeur du processus de fabrique du papier.
8) Johannes Gutenberg 1398/1468 : Inventeur allemand qui inventa la machine d'imprimerie.
9) Christophe Colomb 1451/1506 : Navigateur génois, colonisateur et explorateur dont les voyages ont permis la découverte du continent américain.
10) Albert Einstein 1879/1955 : Scientifique eminent, physicien allemand, connu pour sa Théorie de la relativité ainsi que sa fameuse équation E = mc2.
11) Louis Pasteur 1822/1895 : Scientifique français, chimiste et physicien de formation, pionnier de la microbiologie, qui, de son vivant même, connut une grande notoriété pour avoir mis au point un vaccin contre la rage.
12) Galilée 1564/1642 : Mathématicien, géomètre, physicien et astronome italien du XVIIème siècle. Parmi ses réalisations techniques, il a perfectionné et exploité la lunette astronomique, en améliorant la découverte hollandaise d'une lunette d'approche, pour procéder à des observations rapides et précoces qui ont bouleversé les fondements de l'astronomie et confirmer certains travaux de Copernic.
13) Aristote -384/-322 : Philosophe grec de l'Antiquité. Avec Platon, dont il fut le disciple à l'Académie, il est l'un des penseurs les plus influents que le monde ait connu. Il est aussi l'un des rares à avoir abordé presque tous les domaines de connaissance de son temps : biologique, physique, métaphysique, logique, poétique, politique, rhétorique et de façon ponctuelle économique. Chez Aristote, la philosophie est comprise dans un sens plus large : elle est à la fois recherche du savoir pour lui-même, interrogation sur le monde et science des sciences.
14) Mustafa Kemal Atatürk 1881/1938 : Homme d'État turc (juif faussement converti à l'islam), fondateur et premier président de la République de Turquie de 1923 à 1938 ayant participé à la disparition du Califat islamique par la laïcisation.
15) Moïse vers -700 : Premier Prophète du judaïsme selon de nombreux juifs, qui s'appelle parfois « mosaïsme », ce qui signifie « religion de Moïse ». Moïse est probablement le personnage le plus important de la Bible hébraïque, recevant la Loi pour le judaïsme, préfigurant Jésus-Christ pour le christianisme, tous deux précédant instructivement la valeur suprême du Prophète Mouhamed pour l'islam.
16) Charles Darwin 1809-1882 : Naturaliste anglais à l'origine de la fausse théorie de l'évolution s'étant répandue à travers le monde.
17) Shih Huang Ti : Roi chinois qui standardisa l'écriture, la langue, la monnaie, les poids et les mesures et incarnerait le père de la Grande Muraille de Chine. Pourtant, si son œuvre posa les bases de la période impériale chinoise par la tyrannie, sa dynastie ne lui survécut que trois ans.
18) Auguste César -63/14 : Premier empereur romain.
19) Nicolas Copernic 1473/1543 : Chanoine, médecin et astronome polonais. Il est célèbre pour avoir développé et défendu la théorie de l'héliocentrisme selon laquelle le soleil se trouve au centre de l'univers (système solaire en vérité) et la terre sphérique tourne autour de lui contre la croyance répandue que cette dernière était centrale, plate et immobile.
20) Antoine Laurent de Lavoisier : Chimiste, philosophe et économiste français, souvent présenté comme le père de la chimie moderne. Pour conclure les extraits de ce livre, l'auteur précise : « je tiens à faire remarquer aussi que les 10 premières places comportent 2 scientifiques, 2 inventeurs, 1 explorateur, 2 prophètes et 3 philosophes et religieux. Comme quoi (noblement et donc heureusement) la religion, la science et la philosophie sont des sujets qui passionnent (principalement) les foules plus que tout ! »
La première place de ce classement est également validée par le discours d' Alphonse de la Martine, homme politique français du 19 ème siècle, concernant le Prophète de l'islam : « Jamais homme ne se proposa volontairement ou involontairement un but plus sublime, puisque ce but surhumain était de saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l’homme et l’homme à Dieu, restaurer l’idée rationnelle et sainte de la Divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie. Jamais homme n’entreprit, avec de si faibles moyens, une oeuvre si démesurée par des forces humaines, puisqu’il n’a eu, dans la conception et dans l’exécution d’un si grand dessein, d’autres instruments que lui-même et d’autres auxiliaires qu’une poignée de barbares dans un coin du désert. Enfin jamais homme n’accomplit en moins de temps une si immense et si durable révolution dans le monde, puisque moins de deux siècles après sa prédication, l’islam prêché et armé régnait sur les trois Arables, conquérait la Perse, le Khorasan, la Transoxiane, l’Inde occidentale, la Syrie, l’Egypte, l’Ethiopie, tout le continent connu de l’Afrique septentrionale, plusieurs des îles de la Méditerranée, l’Espagne et une partie de la Gaule. Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l’immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne au Prophète Mouhamed ? Les plus fameux n’ont remué que des armes, des lois, des empires ; ils n’ont fondé (quand ils ont fondé quelque chose) que des puissances matérielles écroulées souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d’hommes sur un tiers du globe habité ; mais il a aussi remué des autels, des dieux, des religions, des idées, des croyances, des âmes ; il a fondé, sur un livre dont chaque verset est devenue loi, une nationalité spirituelle qui englobe des peuples de toute langue et de toute race, et il a imprimé, pour caractère indélébile de cette nationalité musulmane, la haine des faux dieux et la passion du Dieu Un et Immatériel. Ce patriotisme vengeur des profanations du ciel fut la vertu des enfants du Prophète Mouhamed ; la conquête du tiers de la terre à son dogme fut son miracle, ou plutôt ce ne fut pas le miracle d’un homme, ce fut celui de la raison. L’idée de l’unicité de Dieu, proclamée dans la répétition des glorifications fabuleuses, avait en elle-même une telle vertu, qu’en faisant explosion sur ses lèvres, elle incendia tous les vieux temples des idoles et alluma de ses lueurs un tiers (des coeurs) du monde (sans lassitude). »
Ainsi il apparaît que la vie est une évidente lutte idéologique qui confronte les croyants aux incroyants, les véridiques aux menteurs ou les vertueux aux criminels, et qui permet de distinguer les meilleures personnes voulant sincèrement et le plus pacifiquement possible faire triompher la véritable dignité de ceux qui la dénient. Il s'agit donc d'une lutte symbolique, identitaire et existentielle :
(S90v4) « Nous avons créé certes l’homme pour une vie de lutte. »
(ExtS5v35) « Ô les croyants ! Craignez Allah, cherchez le moyen de vous rapprocher de Lui et luttez pour Sa cause. »
(S20v135) « Dis : “Chacun attend (la mort). Attendez donc ! Vous saurez bientôt qui sont les gens du droit chemin et qui sont les biens guidés.” »
(S6v20/21) « Ceux à qui Nous avons donné le Livre reconnaissent (le Messager Mouhamed) comme ils reconnaissent leurs propres enfants. Ceux qui font leur propre perte sont ceux qui ne croient pas. Qui donc est plus injuste que celui qui invente un mensonge contre Allah, ou qui traite de mensonge Ses versets ? Les injustes ne réussiront pas. »
(S2v2) « Ceux-là (pratiquants bienfaisants) sont sur le bon chemin de leur Seigneur, et ce sont eux qui réussissent (dans cette vie et dans la vie future). »
(S40v56) « Ceux qui discutent sur les versets d'Allah sans qu'aucune preuve ne leur soit venue, n'ont dans leur poitrines qu'orgueil. Ils n'atteindront pas leur but. Implore donc la protection d'Allah, car c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant. »
(S23v109-111) « Il y eut un groupe de Mes serviteurs qui dirent : « Seigneur, nous croyons, pardonne-nous donc et fais- nous miséricorde, car Tu es le meilleur des miséricordieux », mais vous les avez pris en raillerie jusqu’à oublier de M’invoquer, et vous vous riiez d’eux. Vraiment, Je les ai récompensés aujourd’hui pour ce qu’ils ont enduré, et ce sont eux les triomphants. »

En effet, le dernier mot sera celui de l'au-delà où l'on saura ceux qui auront eu les meilleures notes. Or ce en quoi l'on croit et qui est véridique peut déjà agir ici bas, alors il faut faire très attention à nos combats surtout à celui qui lutterait éventuellement contre une force suprême, omnipotente et invincible pouvant envoyer les injustes et orgueilleux dans un Enfer éternel. Alors il faut faire très attention à bien choisir son camp, en particulier si il y en a un qui est le juste dans tous les sens du terme, surtout que dans l'au-delà nous saurons clairement qui avait le plus raison et donc qui avait le plus défendu le plus noble chemin et ainsi qui aura la note la plus élevée. Cependant, il faut vouloir que nous ayons tous la même note : la meilleure ! Ce qui pourrait magnifiquement correspondre dans un sens à simplement prononcer l'invocation située tout à la fin de ce site en la comprenant, car cela pourrait suffire à reconnaître certaines vérités principales et à faire certaines demandes essentielles. Or il sera tout de même légitime que ceux qui auront le plus pratiqué la religion et fait de bonnes actions seront les plus élevés dans cette meilleure note et donc dans le niveau suprême du Paradis :
(S90v4) « Nous avons créé certes l’homme pour une vie de lutte (l’ennoblissant). »
(ExtS6v135) « Dis : Ô mon peuple ! Continuez à agir selon votre méthode ; moi aussi j'agirai selon la mienne. Ensuite, vous saurez qui aura un meilleur (sort) dans l'au-delà. »

Abou Said Al Khoudri (SDP) rapporte : Un homme demanda : « Ô Prophète de Dieu, quel est le meilleur des hommes ? » Le Prophète (SBDSL) répondit : « Un croyant qui lutte avec son âme et ses biens au service de Dieu. » « Et ensuite ? », demanda l'homme. « Ensuite, un homme qui se retire dans le col d'une montagne pour adorer son Seigneur. » Une version rajoute : « ... craignant son Seigneur et épargnant son mal aux gens. » (Boukhari et Mouslim)
(S47v32) « Ceux qui ont mécru et obstrué le chemin d'Allah et se sont mis dans le clan opposé au Messager après que le droit chemin leur fut clairement exposé, ne sauront nuire à Allah en quoi que ce soit. Il rendra vaines leurs oeuvres. Ô vous qui avez cru ! Obéissez à Allah, obéissez au Messager, et ne rendez pas vaines vos oeuvres. Ceux qui ont mécru et obstrué le chemin d'Allah puis sont morts tout en étant mécréants, Allah ne leur pardonnera jamais. »
(S67v28/29) « Dis : “Que vous en semble qu'Allah me fasse périr ainsi que ceux qui sont avec moi ou qu'Il nous fasse miséricorde (pendant que nous luttons pour Sa cause), (alors) qui protégera les mécréants d'un châtiment douloureux (car si nous sommes détruits pour nos insuffisances à changer les choses ou si Il nous protège de vos persécutions vous serez évidemment châtiés) ?” Dis : “C'est Lui, le Tout Miséricordieux. Nous croyons en Lui et c'est en Lui que nous plaçons notre confiance. Vous saurez bientôt (dont au Jour du Jugement Dernier) qui est dans un égarement évident.” »
(S68v34-36) « Les pieux auront auprès de leur Seigneur les jardins de délice. Traiterons-Nous les soumis (à Allah) à la manière des criminels ? Qu'avez-vous ? Comment jugez-vous ? »
(S18v103-108) « Dis : “Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en oeuvres ? Ceux dont l'effort, dans la vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imaginent faire le bien. Ceux-là qui ont nié les signes de leur Seigneur, ainsi que Sa rencontre. Leurs actions sont donc vaines.” Nous ne leur assignerons pas de poids au Jour de la Résurrection. C'est que leur rétribution sera l'Enfer, pour avoir mécru et pris en raillerie Mes signes (enseignements) et Mes messagers. Ceux qui croient et font de bonnes oeuvres auront pour résidence les Jardins du “Firdaws” (plus haut niveau du Paradis), où ils demeureront éternellement, sans désirer aucun changement. »

          La plupart des gens revendiquent des morales à respecter, alors tout le monde devrait se faire un examen de conscience très approfondi pour aller jusqu’au bout de cette morale et y découvrir Dieu, puis respecter Son Omnisciente Sagesse Irréprochable en établissant par une légitime et donc intelligente obéissance à Ses ordres, une renforçante relation amicale avec Lui.
Surtout que toutes les morales estimées ou affirmées seront pesées sur la balance précise du Jour du Jugement Dernier pour voir celles qui pesaient le plus lourd véridiquement et donc noblement.
Selon le philosophe Emmanuel Kant, le devoir de l'homme est de travailler à son amélioration morale synonyme d'ennoblissement (puisque l'importance de la morale est incontestablement présente autour de nous déjà simplement au niveau des droits et devoirs de la famille et de l'existence de la conscience).
Début du film « Tu ne tueras point » :
« Ne le savez vous pas ? Le Seigneur est le Dieu Éternel, le Créateur des confins de la terre, Il ne se fatigue ni ne se lasse, et Son intelligence est insondable. Il donne de la force à celui qui est lasse et insuffle de la vigueur à celui qui défaille. Même les jeunes se fatiguent et se lassent. Les jeunes hommes chancellent et tombent. Et ceux qui ont foi en l’Éternel renouvelleront leur force. Ils déploieront leurs ailes tels des aigles. Ils courront et ne se lasseront point. Ils marcheront sans défaillir. (Par une intelligence croyante capable de changer positivement leur vie, la puissance de la foi fera aussi sortir de leurs mauvaises situations, problèmes ou mal être, ceux qui s'y croyait coincé.) »
(S30v50) « Regarde donc les effets de la miséricorde d'Allah comme quand Il redonne la vie à la terre après sa mort (comme au cœur devenant croyant). C'est Lui qui fait revivre les morts (les cœurs par la foi et les corps au Jour de la Résurrection), et Il est Omnipotent. »
          A son apogée, si le territoire du premier Califat islamique s'étendait de l'ouest de l'Afrique jusqu'au début de l'Asie, couvrant ainsi le tiers des surfaces habitées de l'époque en devenant l’État hégémonique du monde de cette période, c’est parce que les sacrifices physiques et matériels des musulmans avaient plus pour but de gagner les cœurs par la douceur comme Jésus (paix sur lui) que les territoires par la force, afin d'enraciner plus profondément l'importance de cette bienfaisante spiritualité authentique :
Abderrahmene Ibn Aaidh (SDP) rapporte : Quand le Messager d'Allah (SDP) envoyait une expédition, il disait : « Gagnez les coeurs des gens. Ne les attaquez pas avant de les avoir prêchés. Car, pour toute maison de ville ou de campagne dans le monde, je préfère que vous me rameniez ses habitants musulmans plutôt que vous me rameniez leurs femmes et leurs enfants sans leurs hommes que vous aurez tués. »
          De toute manière à travers l'histoire de l'humanité, la plupart des nations ont souvent injustement effectué des conquêtes pour imposer empire, politique et idéologie diverses. Ainsi pour défendre voire transmettre légitimement l'ultime message du Très Noble Seigneur, l'islam ne pouvait parfois répondre à ces circonstances qu'en luttant à armes égales, c'est à dire donc en devant faire la guerre. Cependant, les musulmans furent souvent accueillis en libérateurs par des peuples souffrant d'injustice et d'exploitation, puisqu'ils apportaient la parole divine synonyme de grandes vertus, de justice sociale et de sage développement économique. Les musulmans étaient des messagers de l'espoir et de nouvelles valeurs. (Voir vidéo sur youtube.com de Youssef Hindi : « La vérité sur la conquête musulmane et le monde juif et chrétien, la fin d'un mythe » à https://www.youtube.com/watch?v=15-4y6WucBY)
En effet l'islam refuse toute forme d'exploitation, d'oppression ou de corruption, que ce soit au nom d'un lignage, d'une classe sociale, d'une place d'autorité ou d'un poste religieux. Cependant il est évidemment demander d'honorer les familles pieuses comme celles des Prophètes et de leurs compagnons, comme il est généralement demandé de respecter un chef politique.
L'islam n'établit donc pas principalement la valeur d'un homme par son origine, sa famille, un rang social inné ou une fonction reçue, et donc pas par son élection, mais uniquement par le sens de ses intentions et la réalité de ses actions. Cependant l'islam demande à respecter l'élection des familles des Prophètes, des rois, et de toute responsabilité professionnelle ou administrative, et cela même si souvent il faut tolérer la hiérarchie d'une politique imparfaite mais nécessaire à l'ordre pacifique empêchant le chaos, afin de pouvoir changer les choses en douceur par la prédication :
Abou Hourayra (SDP) a dit : « On a demandé au Messager de Dieu (SBDSL) : « Quel est le plus noble des hommes ? » Il dit : « C’est le plus pieux d’entre eux (et donc premièrement le Prophète (SBDSL) puisque ayant reçu et mis en pratique au mieux la religion complète). » On lui dit : « Ce n’est pas à ce sujet que nous t'interrogeons. » Il dit (au niveau de la position par son ascendance la plus hautement honorable puisque étant le seul n'ayant que des Prophètes sur les trois générations le précédant) : « C’est alors Joseph, Prophète de Dieu, fils de Prophète de Dieu (Jacob), lui-même fils de Prophète de Dieu (Isaac), lui-même fils de l’ami intime et Prophète de Dieu (Abraham). » Ils dirent : « Ce n’est pas à ce sujet que nous t’interrogeons. » Il dit : « C’est alors au sujet (de l'élection) des souches des arabes que vous m’interrogez ? Sachez alors que les meilleurs d’entre eux dans la période préislamique sont les meilleurs dans l’islam, à condition qu'ils aient appris (leur religion). » Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Ô vous les gens ! Votre Seigneur est unique et votre père (Adam) est unique ; vous descendez tous d’Adam et Adam provient de la terre. Assurément, le plus noble d’entre vous auprès d’Allah est le plus pieux, et l’arabe (malgré son appartenance au dernier peuple élu car ayant reçu l'ultime Messager) n’a pas plus de mérite que le non-arabe sauf s’il se distingue par la piété. »
Selon Abou Hourayra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Celui qui ne s'élève pas par son propre labeur (mode de vie, caractère et moralité prophétiques), ce ne sont pas ses origines qui vont l'élever. » (Mouslim)

Ainsi l'homme bon et donc élevé et donc ayant le plus de valeur est évidemment celui qui recherche le bon sens de l'existence, la réussite de la famille, du quartier et de sa ville, et donc l'importance de l'intérêt général pour le peuple, la nation et l'humanité :
(S24v62) « Les vrais croyants sont ceux qui croient en Allah et en Son Messager, et qui, lorsqu'ils sont en sa compagnie pour une affaire d'intérêt général, ne s'en vont pas avant de lui avoir demandé la permission. Ceux qui te demandent cette permission (effectuent cette politesse) sont ceux qui croient en Allah et en Son Messager. »
          De plus, comme le Califat s'est répandu rapidement, cela va dans le sens que son message religieux a bien une réelle origine divine sagement omnisciente et omnipotente.
          En islam les règles de la guerre sont évidentes : le Prophète (SBDSL) a ordonné de ne pas toucher aux enfants, aux femmes, aux personnes âgées et aux infirmes, ainsi que de ne couper aucun arbre en territoire ennemi. La guerre était donc réservée aux hommes, mais les femmes participaient parfois aux préparatifs de la guerre en donnant leurs bijoux ou pendant la guerre en tant qu'infirmières, cuisinières ou de porteuses d'eau ou de flêches, voire dans de très rares cas comme combattantes. Mais le Prophète (SBDSL) n'a pas voulu que cela devienne une tradition. De plus il ne faut pas tuer un homme à terre ou désarmé ou en dehors d'une zone de guerre si il n'agit pas dans un comportement de guerre. Or en géopolitique synonyme de rapport de force, on négocie efficacement, lorsqu'on est puissant sur le plan militaire. Il faut noter que le Prophète (SBDSL) n'aimait pas la guerre car il détestait que le sang coule, par preuve du pacte de paix avec les idolâtres de La Mecque qui devait durer dix ans alors que la guerre les avait affaiblis et qu'il aurait pu déjà conquérir cette ville mais dans le sang, ce qui lui permis de pouvoir mieux prêcher et de conquérir finalement La Mecque pacifiquement par un très grand nombre de musulmans. Ainsi le Prophète (SBDSL) pratiquait la guerre défensive (qui dans ce cas pouvait devenir offensive) uniquement quand cela était nécessaire et étant le Prophète de miséricorde pour les mondes, même pendant que le combat faisait rage, il n'a tué personne et blessait donc seulement les ennemis, sans colère ni intérêt personnels. Dans ce sens également lors d'une guerre sainte, Ali (SDP) préféra ne pas tuer un infidèle qui venait de lui cracher au visage, car à la différence de ceux qu'il avait tués précédemment, il eut peur de plus le tuer par intérêt personnel que pour la cause divine. Ainsi ce dernier paragraphe montre pourquoi l'effort (dont militaire) pour la religion a une grande valeur :
(S5v32) « C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos Messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà qu'en dépit de cela, beaucoup d'entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre. »
Le Messager d’Allah (SBDSL) a dit : « Partez (en guerre) au nom d’Allah, en vue d’Allah et en suivant la religion du Messager d’Allah. Ne tuez point de faibles vieillards, ni d’enfants, ni de femmes, et ne vous appropriez pas le butin en le dissimulant mais rassemblez-le. Soyez conciliants et bienfaisants, car Allah aime les bienfaisants. » (Abou Dawoud)
(S22v39-41) « Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre contre les soldats, mercenaires ou terroristes ennemis), parce que vraiment ils sont lésés ; et Allah est certes Capable de les secourir. (L'autorisation est également accordée à), ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient : “Allah est notre Seigneur.” Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d'Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa religion). Allah est assurément Fort et Puissant, (et soutient) ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la salat, acquittent la zakat, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. Cependant, l'issue finale de toute chose appartient à Allah (en accordant parfois le pouvoir à des infidèles pour éprouver les croyants)... »
Selon Abou Calih (SDP), le serviteur de Othmane Ibn Aaffene, Othmane (SDP) a dit : J'ai entendu le Messager d'Allah dire : « Lutter un jour dans la voie d'Allah Elevé est meilleur que mille jours dans les œuvres de moindre valeur. »
Selon Moçaab Ibn Thebit Ibn Abdallah Ibn Zoubeyr (SDP) : Othmane (SDP) a dit : J'ai entendu le Messager d'Allah dire : « Monter la garde une nuit dans la voie d'Allah Elevé est meilleur que mille nuits de prière et de jeûne. »
          Pour mériter le Paradis en tant que martyr pendant la guerre, l’attaque n’était donc autorisée que contre ceux qui tenaient des armes, et lorsque la situation le permettait, les tactiques militaires d’encerclement étaient prioritaires afin d’obtenir une capitulation rapide évitant les bains de sang et permettant à certaines armées ennemies défaites d'être reconduites pieusement à un lieu de sécurité plutôt qu'en prison :
(S2v217) « Ils t'interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. - Dis : “Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d'Allah est de faire obstacle au sentier d'Allah, d'être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d'expulser de là ses habitants. L'association est plus grave que le meurtre.” Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu'à, s'ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu. Ils y demeureront éternellement. »
Abou Ibrahim Abdullah ibn Abi Awfa (SDP) rapporte : L’Envoyé de Dieu (SBDSL), lors d'une de ses batailles, attendit que le soleil commence à décliner, puis il se leva et dit : « Ô gens ! Ne souhaitez pas la rencontre de l'ennemi et demandez plutôt à Dieu de vous préserver. Mais si vous le rencontrez, soyez patients et sachez que le Paradis (par le martyr) se trouve à l'ombre des sabres. » Le Prophète (SBDSL) ajouta ensuite : « Seigneur! Toi qui as révélé le Livre (Coran), qui mets les nuages en mouvement et qui défais les factions, vaincs-les et accorde-nous la victoire. » (Boukhari et Mouslim)
(S9v6) « Et si l'un des associateurs te demande asile, accorde-le lui, afin qu'il entende la parole d'Allah, puis fais-le parvenir à son lieu de sécurité, car ce sont des gens qui ne savent pas. »
Et quand il était décidé de faire des prisonniers, ils pouvaient devenir libres lorsqu'ils apprenaient à lire à dix musulmans, et les croyants les prêchaient pendant leur incarcération tout d'abord par leurs pieux dons de nourriture fréquemment altruistes dans l'espoir qu'ils deviennent musulmans :
(S76v8-11) « et (les croyants) offrent la nourriture, malgré son amour (importance, besoin, altruisme), au pauvre, à l'orphelin et au prisonnier, (disant) : “C'est pour le visage d'Allah que nous vous nourrissons. Nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude. Nous redoutons, de notre Seigneur, un Jour (du Jugement Dernier) terrible et catastrophique.” Allah les protégera donc du mal de ce jour-là, et leur fera rencontrer la splendeur et la joie, »
(S8v70) « (Allah dit au Prophète Mouhamed :) Ô Prophète, dis aux captifs qui sont entre vos mains : “Si Allah sait qu'il y a quelque bien dans vos cœurs, Il vous donnera mieux que ce qui vous a été pris et vous pardonnera. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.” »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu (Glorifié soit-Il) rit à la vue de deux hommes dont l’un tue l’autre et qui entrent pourtant tous deux au Paradis : l’un d’eux combat sur le chemin de Dieu et y est tué, puis Dieu agrée le repentir du meurtrier qui embrasse alors l’islam et connaît à son tour le martyr pour la cause de Dieu. » (URA)
Ainsi comme le précisent le verset (S2v217) au dessus et les suivants, il apparaît que les seules autres autorisations pour qu'une armée puisse combattre, en dehors des guerres de protection de la religion, interviennent lorsque les croyants ont été chassés de leurs demeures, des faibles sont victimes d’oppression ou des personnes défendent leurs biens. En effet, il est clair que certaines conditions induisent une violence politique légitime :
(S60v8/9) « Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures, car Allah aime les équitables. Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes. »
(S4v75) « Et qu'avez vous à ne pas combattre dans le sentier d'Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : “Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur.” »

Selon Said Ibn Noufayl (SDP), l'un des dix promis au Paradis, le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui meurt en défendant ses biens est un martyr, celui qui meurt en défendant sa vie est un martyr, celui qui meurt en défendant sa religion est un martyr, celui qui meurt en défendant sa famille est un martyr. » (Abou Dawoud et Tirmidhi)
Commentaire : Il faut noter que dans ce hadith, mourir en défendant son honneur n'est pas mentionné alors qu'il fait parti de ce qui est sacré, car dans ce cas l'humilité pardonneuse est supérieure :
(ExtHadith) Le Prophète (SBDSL) a dit : « Votre sang, vos biens et votre réputation (honneur) vous sont sacrés »
A ce propos, il faut noter que le mot « djihad » peut être défini comme l'effort pour résister à l'oppression et au mal en général, au niveau personnel et pour les autres, dans l'objectif prioritaire de la paix, qui n'est possible et réelle que par la justice et la dignité. A ce sujet en rentrant d'une bataille, le Prophète (SBDSL) précisa que les combattants revenaient du petit djihad et aller reprendre le grand djihad quotidien qui est d'honorer les grandes valeurs morales. En effet malgré son grand sens de possible sacrifice ultime pendant un combat, le petit djihad correspond dans un de ses aspects à un défoulement momentané ayant moins de valeur que le grand djihad qui est de maîtriser ses instincts vers les habitudes, l'honorable caractère, l'authentique moralité et la prédication prophétiques à obtenir puis pratiquer régulièrement
C'est pourquoi il paraît logique de traduire le mot « djihad » par « combat prêt au sacrifice total pour les glorieuses voies de bien du Seigneur », car la défense des faibles, de l'orphelin, de la veuve, de la justice, de la noblesse et de la religion, et même la lutte personnelle contre nos propres peurs et passions, méritent certainement cette expression :
(S4v75) « Et qu'avez vous à ne pas combattre dans le sentier d'Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : “Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur.” »
Abdallah Ibn Aamr Ibn Ahaaç (SDP) rapporte : Un homme vint chez le Prophète d'Allah (SBDSL) et lui demanda l'autorisation de partir au jihad. II lui demanda : « Tes parents sont-ils en vie ? -Oui, dit-il. -Ton jihad est à leurs côtés. »
Dans d'autres récits selon divers compagnons, le Prophète (SBDSL) conclut :
-Retourne chez tes parents et tiens-leur compagnie avec bienveillance. »
-Je suis venu te prêter serment pour émigrer et j'ai laissé mes parents en train de pleurer. -Retourne les voir et demande-leur l'autorisation. S'ils te la donnent, combats, sinon sois bienveillant envers eux. »
-Reste avec eux car le Paradis est sous leurs pieds. »
(A des musulmans auxquels il ne restait plus que leur mère:)
-Recherche la satisfaction d'Allah dans la bienveillance envers ta mère, si tu fais cela, tu seras un pèlerin, un visiteur de la Mecque et un combattant. »
-Reste chez ta mère car tu as autant de récompense auprès d'elle que dans le jihad. »
-Reste à son côté car là est le Paradis. »
-Alors reste avec elle car le Paradis est sous ses pieds. » Jahima posa encore sa question deux fois dans d'autres occasions et le Prophête (SBDSL) lui répondit de même.
(A Abou Houreyra :)
-C'est toi que sa mère supplie et sort son sein pour le supplier. Pensez-vous que quand vous êtes chez vos parents ou chez l'un d'entre eux, vous n'êtes pas dans la voie d'Allah (jihad) ? Il sera vraiment dans la voie d'Allah s'il est bon envers eux et accomplit ses devoirs envers eux. » Abou Hourayra dit : « Je suis resté après cela deux années sans partir au combat jusqu'à ce qu'elle mourut. »
Ces hadiths concernent le jihad en tant qu'obligation de suffisance, quand il suffit qu'une partie des musulmans le fasse, mais quand il devient obligatoire pour chaque individu, il n'y a plus à demander la permission des parents à quiconque.
Ainsi comme les compagnons du Prophète (SBDSL), l’homme pieux et traditionnel est à la fois Guerrier (ou Héros, ou chevalier) et Ascète au sein d'une cellule familiale devant rechercher la justice et la liberté de la société.
Enfin concernant les règles de la guerre, il est important de comprendre que tous les versets ordonnant de tuer des infidèles, souvent oppresseurs dont en voulant faire disparaître l'islam, ne concernaient évidemment que les périodes de guerres défensives, et les moments où les musulmans devaient se battre pour protéger si nécessaire au péril de leur vie les non-musulmans quand ils étaient victimes d'injustice. Ainsi le terrorisme aveugle (envers des civils) ne peut être donc qu'à rejeter absolument car la noblesse mérite évidemment cela comme le prouve le pacte prophétique suivant. Surtout que le terrorisme du point de vue du droit musulman est d'abord totalement interdit car la guerre ne peut être validé que par un chef et sur un certain territoire (prioritairement en dehors des villes) et non par un individu seul. Le terrorisme est donc une hérésie qui n'a rien à voir avec la tradition musulmane comme le prouve le pacte islamique suivant :

Pacte islamique vis à vis des chrétiens (et des juifs et autres minorités ne recherchant pas la domination) (P 64 du livre « les mythes fondateurs du choc des civilisations » de l'historien Youssef Hindi) :

Le Prophète Mouhamed (SBDSL) a donné des droits aux minorités pacifiques en particuliers aux chrétiens car ayant reconnu le message, la sainteté et l'amour du Christ, ainsi que des devoirs et des obligations aux musulmans vis-à-vis d’eux. Il a ordonné aux musulmans de les protéger et de maintenir ses pactes de protection jusqu’à la fin du monde comme le prouvent le pacte ci-dessous conclut avec les chrétiens du monastère de Sainte-Catherine (qui se trouve au Mont Sinai, en Égypte) et le pacte conclu entre le Prophète (SBDSL) et les chrétiens de la ville de Najran en Arabie (juste après). Ces pactes ne se limitent pas au Monastère de Sainte-Catherine ou à la ville de Najran, mais concernent bien tous les chrétiens (et minorités pacifiques ne détruisant pas l'économie) d’Orient et d’Occident et engagent tous les musulmans à les respecter, et ce jusqu’à la dernière heure :

« Moi, Mouhamed, fils d’Abdallah, décrète pour tous comme un message divin et comme déclaration comminatoire (menaçant d'une peine légale), moi qui suis chargé par les confidences d'en haut de sauvegarder les grâces divines accordées à l'humanité par la Providence (Sagesse Divine)... Je prescris les présents ordres à l’égard des chrétiens et de ceux qui sont initiés à cette religion, qu’ils se trouvent dans les pays lointains ou rapprochés, dans les villes connues ou inconnues, en Orient aussi bien qu’en Occident ; que ceci leur serve de loi. Celui qui voudrait contrevenir au présent décret, s'opposer à ce qu'il prescrit et attaquer ma loi prophétique, qu'il soit monarque ou simple citoyen musulman, serait condamné comme ayant violé ses vœux envers la Providence, comme s’étant moqué de la vraie foi, comme passible de l’éternelle malédiction.
Si l’un de leurs prêtres (des chrétiens), ou l’un de leurs coreligionnaires voyage, venant d’une plaine, d’une montagne, se trouvant dans un couvent, arrivant d’un pays aride, d'un désert de sable, d'un village, d’un champ cultivé, se trouvant dans n'importe quel lieu, c’est moi qui suis leur protecteur, ainsi que tous mes disciples, et qui me charge de les défendre ; je leur enlève leur fardeau ; je fais disparaître pour eux les difficultés, car ils sont mes sujets et mes protégés. Je les dispense de toutes les charges qui pèsent sur mes autres protégés non chrétiens, je ne tolérerai pas qu’ils soient molestés.
n peut percevoir les taxes qu’ils voudront volontairement payer, mais on ne doit pas les persécuter pour cela. On ne peut jamais entraver le chef de leur religion dans l’exercice de ses fonctions épiscopales, ni un prêtre dans son sacerdoce, ni un moine dans sa vie monacale, ni le voyageur dans son voyage. On ne peut non plus démolir une église, ses dépendances, un couvent, pour les transformer en des édifices pieux musulmans ou en faire des mosquées. Quiconque oserait enfreindre ces prescriptions serait considéré comme violateur des décrets de Dieu et de son Prophète. On ne peut pas non plus frapper de taxes les chefs hiérarchiques de la religion chrétienne, les moines et ceux qui consacrent leur vie aux prières. Je protège leurs droits en quelque endroit qu’ils se trouvent. Il faut les entourer de sollicitude, les défendre contre toute agression sur mer comme sur terre, en Orient comme en Occident, au Nord comme au Sud, car ils sont sous ma protection et ma mansuétude.
Il ne faut pas non plus percevoir la dîme sur les récoltes, ou une taxe, quelle qu’elle soit, de ceux qui consacrent leur vie aux prières, soit dans les montagnes, soit dans les monastères. Il ne faut plus non plus vouloir partager avec eux le produit de leurs travaux agricoles, car il en est parmi eux qui cultivent pour assurer leur existence. Il ne faut jamais les incommoder et les déranger violemment pendant une guerre ou une insurrection.
Les chrétiens qui possèdent des biens et des propriétés, les négociants et ceux qui sont soumis à la taxe, ne doivent que douze drachmes par an. Il ne faut jamais les pressurer.
On doit discuter avec eux raisonnablement, sans jamais les humilier ou insulter à l’occasion leur religion. Il faut les protéger généreusement et avec magnanimité, s'abstenir complétement de les froisser par de mauvais procédés, en quelque lieu qu’ils se trouvent. Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, il faut respecter ses droits, ne jamais agir contre sa volonté, ne pas l'entraver dans l’exercice de sa religion. Il faut aider et contribuer à la réparation de leurs églises et de leurs établissements pieux suivant leurs désirs. Ceux qui voudraient s'écarter des prescriptions de ce décret sont des traîtres au pacte divin et détruisent l'engagement du Prophète (et risqueront donc l'Enfer).
Le présent pacte restera en vigueur jusqu’à la fin du monde et au dernier jour. »

          Ce texte est confirmé et complété par un passage de la chronique de Séert (appartenant aux textes de l'église orientale sur l'Histoire), puisqu'elle contient la charte de protection, accordée donc par Mouhamed aux chrétiens de Najran qui lui avaient apporté leurs présents, mais aussi à tous les chrétiens. Cette copie a été faite sur un registre qui fut retrouvé en 265 de l'ère musulmane (878-879 de notre ère) à Birmantha chez Habib le moine. Selon le témoignage de celui-ci, la copie venait de la bibliothèque de philosophie dont il avait été le conservateur avant de devenir moine. Le pacte ci-après était écrit sur une peau de bœuf qui avait jauni, et portait le sceau de Mouhamed (SBDSL) :
« Ceci est un message de Mouhamed ibn Abdallah, constituant une alliance avec ceux dont la religion est le christianisme ; que nous soyons proches ou éloignés, nous sommes avec eux. Moi-même, les auxiliaires (de Médine) et mes fidèles, nous nous portons à leur défense, car les chrétiens sont mes citoyens. Et par Dieu, je résisterai contre quoi que ce soit qui les contrarie. Nulle contrainte sur eux, à aucun moment. Leurs juges ne seront point démis de leurs fonctions ni leurs moines expulsés de leurs monastères. Nul ne doit jamais détruire un édifice religieux leur appartenant ni l’endommager ni en voler quoi que ce soit pour ensuite l’apporter chez les musulmans. Quiconque en vole quoi que ce soit viole l’alliance de Dieu et désobéit à Son Prophète. En vérité, les chrétiens sont mes alliés et sont assurés de mon soutien contre tout ce qui les indisposent. Nul ne doit les forcer à voyager ou à se battre contre leur gré. Les musulmans doivent se battre pour eux si besoin est. Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, ce mariage ne doit pas avoir lieu sans son approbation. Une fois mariée, nul ne doit l’empêcher d’aller prier à l’église. Leurs églises sont sous la protection des musulmans. Nul ne doit les empêcher de les réparer ou de les rénover, et le caractère sacré de leur alliance ne doit être violé en aucun cas. Nul musulman ne doit violer cette alliance jusqu’au Jour du Jugement Dernier. »
          Or après de nombreux attentats perpétrés par des islamistes (souvent atteints de problèmes psychiatriques et étonnamment connus des services de renseignement voire travaillant pour eux) ou sous faux drapeau, contre des non musulmans et musulmans civils, nous vivons une époque où des attentats perpétrés par des islamophobes contre des musulmans civils commencent à apparaître en amenant un engrenage développant le choc des civilisations voulu par le pouvoir profond occidental mondialiste corrompu pour préserver le système en place. La théorie du choc des civilisations est donc en réalité une stratégie de domination par la division au profit du système.
          Ainsi à notre époque où les frontières des pays sont bien définies, les armes toujours plus mortelles et la liberté d'expression souvent préservée, la lutte pacifique et honorable pour faire respecter les lois divines dans les pays occidentaux ne peut être que la seule solution. Par conséquent tous les musulmans doivent d'abord s'approcher du comportement prophétique pour afficher une attitude exemplaire afin que les gens s'interrogent sur ce qui les pousse à faire tant de bien.
Citation de « Che Guevara » : « Tous les jours, il faut lutter pour que cet amour de l'humanité vivante se transforme en gestes concrets, en gestes qui servent d'exemple et qui mobilisent. »
          Dans les pays démocratiques qui n'ont pas d'origine musulmane, la prédication en extérieur comme sur les réseaux sociaux, les manifestations pacifiques, les pétitions, les actes non violents tels des messages ou des affiches dans les rues, la participation aux associations humanitaires, les bulletins de vote et la promotion et l'utilisation de cryptomonnaies et de blockchains honnêtes doivent donc être les seules armes utilisées par les croyants pour propager la foi, revendiquer leur avis et espérer un retour aux lois monothéistes, car la noblesse mérite bien cela, surtout que l'islam se battait au départ pour sa survie alors qu'actuellement ses membres constituent le cinquième de l'humanité. En effet, il est évident que les croyants ont la responsabilité de transmettre la religion et de s'exprimer contre les lois irreligieuses perturbant leur moralité et la sensibilité de la justesse de leur cœur, comme lors des grandes manifestations espagnole et française contre le mariage homosexuel : jeux d'argent, prêts à intérêts, films d'horreur violents, zones autorisant le nudisme, pornographie, club échangistes, prostitution, mariage homosexuel, théorie du genre, autorisation de choisir l'euthanasie même en bonne santé, vente de drogues (cigarettes pourtant considérées mortelles sur les paquets, alcool pourtant considéré dangereux sur la route, haschisch, drogues dures). Surtout qu'en s'écartant de la divine morale religieuse il ne reste déshonorablement et donc dangereusement que de rabaissantes règles matérialistes :
(S5v87) « Ô les croyants ! Ne déclarez pas illicites les bonnes choses qu'Allah vous a rendues licites (et licites celles qu'Il a déclaré illicites). Et ne transgressez pas (pour ne pas devenir des infidèles). Allah, (en vérité,) n'aime pas les transgresseurs. »
          Or à notre époque en occident, il semble navrant que si l'islam prenait le pouvoir par d'honnêtes élections dans une nation, les défenseurs « démocrates » de la laïcité se rebelleraient probablement pour empêcher ce changement politique alors qu'ils ne se sont pourtant pas rebellés lorsque des référendums comme le refus français d'une constitution européenne n'a pas été respecté. En effet dans des pays comme l’Algérie, l’Égypte ou la Tchètchénie, après que des partis religieux ont été élus démocratiquement, des dictatures ou une guerre internationale se sont mises en place. Cependant cela paraissait nécessaire car l'islam politique de nombreux musulmans ne connaît pas la mesure pour changer les choses en douceur, améliorer les conditions de vie du peuple, développer le pays et entretenir la paix entre nations. Surtout que l’analyse des « révolutions » non-violentes (colorées) dans les autres pays indique que la phase qui suit celle de la chute du pouvoir est beaucoup plus cruciale que la précédente. C’est d’elle que dépend la réussite ou l’échec d’une révolte. L’arrogance, l’entêtement et l’obstination sont de très mauvais conseillers dans cette période. Mais certaines révolutions du printemps arabe montrent que plus de religion dans le sociétés n'est pas impossible comme l'a prouvé la Tunisie et son premier nouveau gouvernement pro-islam. Il faut donc faire en sorte que le soulèvement populaire soit sincère, bienveillant, général, patriote et unis, pour qu’un nouveau système plus juste apparaisse.
          Par conséquent, il faut bien faire attention au sujet du véritable scénario de la politique mondiale. La remarque que des fraudes ont pu avoir lieux quand des partis islamiques sont choisis par le peuple n'est pas constructive, car cet argument pourrait être utilisé à l’encontre de tous les gouvernements laïques élus sur terre, qui pour le plus souvent ne sont qu'un simulacre de démocratie, puisque la politique reste quasiment la même du fait qu'elle est entre les mains de très riches groupes de pressions ou de militaires. Cependant, il paraît étonnant que la plupart des pays laïques ne veulent pas le mélange de la politique et de la religion, alors qu'ils sont souvent soumis aux Etats-Unis dont le président jure sur la Bible lors de son investiture et que l'identité nationale française laïque a prétexté vouloir affirmer ses racines catholiques par rapport au nombre de pratiquants et de conversions à l'islam. Or si tel est vraiment le cas en France, que cette nation aille jusqu'au bout de sa pensée, en réunissant à nouveau le pouvoir religieux et le pouvoir politique, et en enseignant à l'école la théorie du créationnisme, puisqu'une république chrétienne sera forcément préférable à Dieu que cette morale laïque, devenue une fausse religion s'éloignant souvent de la bienfaisante morale divine, malgré pourtant que nombreuses de ses règles proviennent de la Bible. En effet désormais, seuls un retour à un royaume chrétien avec un descendant des rois chrétiens ou une république chrétienne avec un président à vie pourraient remplacer cette république laïque, déjà pour interdire en priorité le mariage homosexuel et l'usure, destructeurs principaux de civilisation. Surtout qu'un président à vie lui facilite la politique sur le long terme tout en évitant de bas engagements pour se faire réélire. Il s'agit d'une vérité claire du monothéisme. Ainsi même si l'islam et le christianisme sont les religions qui ont le plus d'adeptes, les républiques islamiques et chrétiennes sont rares à cause du manque général de conviction de leurs adeptes, alors qu'elles faciliteraient la pratique religieuse, élèveraient le niveau moral et amélioreraient donc l'économie, surtout que simplement le rappel divin comme l'appel à la prière ou les clôches dans les rues entendu par le peuple lui apporte une importante ambiance émouvante, apaisante, pieuse, élevante, solidaire et motivante. Or l'appel à la prière appelle d'abord vers un moment à partager avec Dieu plus qu'à aller à la mosquée même si c'est synonyme et meilleur en groupe, puisque les personnes seules chez elles qui ne peuvent se déplacer le ressentent ainsi. A ce sujet, il est logique que la piété des musulmans dans les pays laïques, à l'ambiance athée ou à majorité religieuse différente leur procure encore plus d'honneur et de récompenses lorsqu'ils persévèrent dans la pratique de l'islam :
Ibn Abbas (SDP) rapporte ces paroles du Prophète (SBDSL) : « Celui qui maintient ma tradition pendant que ma communauté se corrompt aura la récompense de cent martyrs. » (Al Bayhaqi)
En effet il ne faut pas s'étonner que la pratique religieuse étant ce qui a le plus de valeur soit difficile à notre époque proche de la fin des temps dans la plupart des pays, comme ce qui est rare est cher et même si elle paraît assez simple en suivant ce site, car l'ambiance insouciante générale, la société d'hyperconsommation dont de choses illicites, tout dont même le culturel devenant un prétexte à un enrobage marketing, l'individualisme se répandant, la cupidité s'étendant, la diminution de la science dans les peuples s'amplifiant et les médias mainstream égarant n'y incitent pas. Pourtant le plus haut degré de cette pratique religieuse incarné par l'organisation tabligh étant donc ce qui a le plus de valeur (le plus vrai actuellement, le plus intelligent religieusement, le plus nourrissant spirituellement, le plus vivant sentimentalement, le plus cher authentiquement) expliqué dans ce site est vraiment simple à suivre. Ainsi il ne faut pas oublier que la conclusion de l'épanouissement que nous recherchons dans la vie, la dignité et la religion correspond à la pratique de cette organisation tabligh provenant de Mohamed Illyes (Illyes signifiant supérieurement noble) :
(ExtS39v17/18) « Annonce la bonne nouvelle à Mes serviteurs qui prêtent l'oreille à la Parole (Coran), puis suivent ce qu'elle contient de meilleur. Ce sont ceux-là qu'Allah a guidés et ce sont eux les doués d'intelligence ! »
          En revanche dans les pays d'origine musulmane, les règles pour faire triompher la religion sont parfois différentes car la morale impose à Dieu de n'avoir aucune considération envers les incroyants. En effet, comme ils rejettent injustement leur Seigneur, leur Seigneur les rejette justement, surtout que rejeter injustement la foi authentique rend dans un sens inconsciemment et donc dangereusement injuste, comme le dit l'expression « sans foi ni loi » :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Si ce monde avait aux yeux de Dieu le poids de l’aile d’un moustique, il n’aurait pas consenti au mécréant une seule gorgée (et donc beaucoup moins la place de pouvoir suprême). » (Tirmidhi)
          Or c'est seulement dans le cas où le gouverneur n'autorise pas la pratique de la prière ou n'y participe pas (au moins à celle de la prêche du Vendredi), que le Messager de Dieu (SBDSL) ordonne logiquement aux croyants de se rebeller pour ne lui laisser aucun pouvoir politique comme l'expliquent ces hadiths :
Jabir (SDP) a rapporté : « J'ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « La prière est ce qui sépare le croyant de l'incroyant. » (Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Vous êtes tous des bergers et vous êtes tous responsables de l’objet de votre garde. Le chef (politique) est un berger, l’homme est le berger de sa propre famille, la femme est la bergère de la maison de son mari et de ses enfants. Vous êtes bergers et vous êtes tous responsables de l’objet de votre garde. »
(ExtHadith) Al Hasan Al Basri (SDP) rapporte que le compagnon du Prophète (SBDSL), Aidh Ibn Amr entra un jour chez Oubeydillah Ibn Zayd et lui dit : « Mon petit ! J’ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire : « Le plus mauvais berger est celui qui se montre brutal. Garde-toi d’être parmi eux. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Vos meilleurs guides (gouverneurs) sont ceux que vous aimez et qui vous aiment, ceux que vous bénissez et qui vous bénissent. Vos plus mauvais guides sont ceux que vous détestez et qui vous détestent, ceux que vous maudissez et qui vous maudissent. » Awf (un compagnon du Prophète) dit : « Nous dîmes : « Ô Messager de Dieu ! Devons-nous nous rebeller contre eux ? » Il dit : « Non, tant qu’ils assurent parmi vous l’office de la prière. Non, tant qu’ils assurent parmi vous l’office de la prière. » (Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui m’aura obéi aura obéi à Dieu et celui qui m’aura désobéi aura désobéi à Dieu. Celui qui aura obéi au prince (en particulier croyant) m’aura obéi et celui qui aura désobéi au prince (en particulier croyant) m’aura désobéi. » (URA)

Ces ordres divins cherchent seulement à purifier le peuple, orienter la gouvernance, respecter le chef croyant, rendre exemplaire l'adoration bienfaisante et protéger les fidèles, car à travers l'histoire quelques dirigeants incroyants ont été responsables de nombreuses persécutions envers les croyants, de grandes injustices sociales et de divers dénigrements envers la religion, comme les Pharaons envers les Juifs, l'empereur romain Néron envers les chrétiens et les mongols dont le petit fils de Gengis Khan envers les musulmans.
          Or ces hadiths précédents montrent donc aussi que lorsque le chef d’État autorise la prière et lui aussi la pratique, ce qui est le cas actuellement dans la plupart des pays ayant une majorité de musulmans et ça l'était du temps de Saddam Hussein en Irak, Mouammar Kadhafi en Lybie et Bachar El Asad en Syrie, même si l'islam n'est pas la base unique de la constitution, il ne faut surtout pas se rebeller même si c'est un tyran. Surtout que ces chefs d'Etat protégeaient les chrétiens désormais tués ou en danger suite à la destruction occidentale de ces pays.
En effet le dialogue sage, le bon comportement, le respect de l'autorité et la prêche bienveillante, préservant le bonheur de la paix et de l'ordre pour faire triompher totalement les règles divines, sont évidemment prioritaires dans les règles morales du Très Digne Seigneur face à la violence et le sang apportées par le malheur de la guerre et du chaos. Ceci est prouvé par la vie prioritairement calme du Prophète (SBDSL) ayant changé les mentalités en douceur dès le début de sa mission, et malgré plus tard quelques obligations de guerre provenant de ses ennemis, ou de la volonté divine pour protéger et honorer la religion ou combattre l'oppression :
L'Envoyé de Dieu (SBDSL) a dit : « Il y aura certes après moi de l'injustice et des choses qui vous paraîtront non-conformes à la religion. » Quelqu'un dit au Messager d'Allah : « Qu'ordonnes-tu à celui qui assistera à cela ? » Le Prophète (SBDSL) répondit : « Vous devez vous acquitter de vos devoirs envers celui qui oppresse et implorer Allah votre Bienfaiteur. » (Boukhari et Mouslim)
Selon Ibn Masoud (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Après moi se produiront des événements que vous désavouerez. » Ils dirent : « Que nous ordonnes-tu, Prophète de Dieu ? » Le Prophète (SBDSL) répondit : « Remplissez vos obligations et demandez à Dieu ce qui vous revient de droit. » (Boukhari)
Abou Oumama Sudayy ibn Ajlan a dit : J’ai entendu le Messager de Dieu (SBDSL) dire dans son sermon du pèlerinage d’adieu : « Craignez pieusement Dieu, faites vos cinq prières quotidiennes, observez le jeûne de votre mois (Ramadan), acquittez l’aumône légale de vos biens et obéissez à vos chefs et vous serez alors dans le Paradis de votre Seigneur. » (Tirmidhi)

Irbâd Ibn Sâriya (SDP) a dit : Le Messager de Dieu (SBDSL) nous a fait un sermon éloquent qui remplit nos cœurs de crainte et fit couler nos larmes. Nous lui dîmes : « Ô Messager de Dieu ! On dirait que c’est le sermon de quelqu’un qui fait ses adieux. Aussi fais-nous quelques recommandations ! » Il dit : « Je vous recommande la crainte pieuse de Dieu ainsi que l’obéissance totale même si c'est un esclave éthiopien qui s’est imposé à vous comme chef. Celui d’entre vous qui vivra verra de grandes discordes. Accrochez-vous alors à ma tradition et à celle des califes orthodoxes et bien guidés. Saisissez-la fortement avec vos dents. Méfiez-vous des innovations car chaque innovation est une cause d’égarement. » (Abou Dawoud)
Oubada Ibn as-Samit (SDP) a dit : « Nous avons fait acte d’allégeance au Messager de Dieu (SBDSL) nous engageant à écouter et à obéir dans l’aisance comme dans la gêne, dans ce qu’on aime et dans ce qu’on n’aime pas, même si nous voyons régner quelque favoritisme à notre détriment ; à ne point lutter pour le pouvoir à moins de voir une mécréance évidente à propos de laquelle nous tenons un argument de Dieu ; et à proclamer la vérité là où que nous soyons sans craindre en Dieu le reproche de quiconque. » (Boukhari et Mouslim)
Wâil Ibn Houjr (SDP) rapporte : Salama ibn Yazid al-Joufi (SDP) demanda au Prophète (SBDSL) : « Ô Prophète de Dieu, que nous ordonnes-tu si des gouvernants nous réclament leurs droits mais nous privent des nôtres ? » Le Prophète (SBDSL) se détourna de lui mais il réitéra sa question. Le Prophète (SBDSL) répondit alors : « Ecoutez et obéissez, car ils auront uniquement à répondre des péchés qu'ils auront commis, et vous, des vôtres. » (Mouslim)

En effet le gouverneur exprimant la soumission à Dieu par la prière, l'ensemble du territoire peut être considéré comme soumis à Dieu même si la législation du pays ne suit pas exclusivement la charia, particulièrement lorsque cela évite la violence d'une rébellion et par conséquent d'une division amenant au chaos, et lorsque l'ordre synonyme de bonheur et la possibilité de prédication pacifique sont effectifs. Surtout que sans Califat apparu après avoir obtenu la Mecque et Médine pacifiquement par l'union des musulmans comme à l'époque du Prophète (SBDSL), il est évident qu'à notre époque la guerre religieuse n'est pas autorisée. C'est à dire qu'actuellement dans l'espoir de sa guidée et de lui montrer la voie de la piété vertueuse, seuls des cœurs pacifiques avec un amour inconditionnel pour Dieu et l'humanité mais aussi compassionnel pour l'humanité comme les apôtres et le Prophète (SBDSL, en particulier au début de sa mission) ayant suivi Jésus (paix sur lui) peuvent propager l'islam.
          En effet se rebeller injustement comme en Syrie n’apporte stupidement aux extrémistes et malheureusement au peuple, que le chaos, la mort de proches et de nombreux civils, et la perte de la guerre puisque non bénie. En revanche cela sert utilement à la disparition de nombreux radicaux puisque mourant dans leur combat illégitime et à l'effacement de leur idéologie gravement erronée puisque défaite sur le terrain et de plus en plus donc dans les cœurs et les esprits à travers le monde. Ainsi un soulèvement d'extrémistes avec une idéologie mortifère se prétendant islamique alors qu'en réalité impie est un cauchemar d’abord pour les musulmans ordinaires, comme nous l’avons appris en Syrie. Surtout que par diverses menaces ou persécutions, les hérétiques salafistes wahhabites pensent plus à faire peur aux musulmans qui ne vont pas à la mosquée que de fâcher un sioniste. Sinon ils parviennent à manipuler certains musulmans alors que les musulmans sont habituellement de braves gens. Cependant si la grande majorité du peuple sont d'honnêtes musulmans non radicaux qui tendent puis réussissent à avoir un chef pour instituer la véritable charia progressivement et sans ingérence étrangère malsaine, il faut aussi évidemment ne surtout pas combattre le pouvoir.
         Il faut noter que la Syrie, dont la laïcité veut être transformée par les Etats-Unis, se prétendant pourtant défenseur de la démocratie laïque, en Etat Islamique pour contrôler ses ressources et son territoire malhonnêtement comme en Arabie Saoudite, voire pour servir l'aggrandissement d'Israël après sa destruction, fait partie avec la Russie (et l'Ukraine de l'Est), la Palestine, la Chine (et la Corée du Nord, bien que le gouvernement chinois actuel met tout de même étonnament en place une surveillance généralisée similaire à celle recherchée par le capitalisme sioniste bancaire du nouvel ordre mondial), l'Iran, l'Irak, le Venezuela, l'Algérie, le Liban, la Tunisie et Cuba, des derniers fiers pays honorables luttant contre le nouvel ordre mondial pervers de l'occident étant devenus en plus actuellement par les armes, la manipulation de groupes extrémistes, la corruption, les santions économiques, les embargos ou la finance néoconservatrices et sionistes, un empire terroriste pour les palestiniens ou autres nations faibles, émergentes ou soumises. En effet en Syrie comme dans de nombreuses autres nations, le pouvoir profond maléfique recherche la destruction de l'économie réelle (souvent publique) au profit de la financiérisation (souvent privée) de toute l'économie. Or donc le parti communiste chinois pourrait aussi avoir été choisi pour instaurer un nouvel ordre mondial en appliquant son modèle de crédit social (réputation des citoyens et des entreprises établie par de la surveillance et un système de points). Cependant même si la surveillance chinoise va jusqu'à la reconnaissance faciale validée par la mentalité populaire au niveau national, en tant qu'empire du milieu au niveau mondial prouvé par sa position géographique et sa muraille, au niveau international la Chine recherche seulement le business, alors que la surveillance mondiale américano-israélo-sioniste recherche aussi le pouvoir politique international dont possiblement par la déstabilisation économique, sociale et morale. Or donc le parti communiste chinois pourrait aussi avoir été choisi pour instaurer un nouvel ordre mondial en appliquant son modèle de crédit social (réputation des citoyens et des entreprises établie par de la surveillance et un système de points). Cependant même si la surveillance chinoise va jusqu'à la reconnaissance faciale validée par la mentalité populaire au niveau national, en tant qu'empire du milieu au niveau mondial prouvé par sa position géographique et sa muraille, au niveau international la Chine recherche seulement le business, alors que la surveillance mondiale américano-israélo-sioniste recherche aussi le pouvoir politique international dont possiblement par la déstabilisation économique, sociale et morale d'un capitalisme autorisant l'usure et facilitant la dérégulation.
Le capitalisme peut être défini par deux caractéristiques principales : la propriété privée des moyens de production ; une dynamique fondée sur l'accumulation du capital productif guidée par la recherche du profit. Les économistes, les sociologues et les historiens ont adopté des perspectives différentes dans leurs analyses du capitalisme et en ont reconnu diverses formes dans la pratique. Ceux-ci incluent : le capitalisme de laissez-faire, le capitalisme de marché libre, l'économie sociale de marché ou le capitalisme d'État. Les différentes formes de capitalisme présentent des degrés variables de libre marché, de propriété privée, d'obstacles à la libre concurrence et d'implication de l'État à travers les politiques sociales et sont du ressort des politiques et de la loi. La plupart des économies capitalistes existantes sont des économies mixtes, qui combinent des éléments de libre marché avec l'intervention de l'État et, dans certains cas, la planification économique. Le système capitaliste a connu une popularité croissante depuis la révolution industrielle et est actuellement le système économique de la plupart des pays de la planète. Il lui est fait de nombreuses critiques concernant notamment la morale (dont usure), la validité des théories économiques, le rôle de l’État, le pouvoir du capitaliste, le partage de la valeur ajoutée et du profit, l’organisation du travail ou encore les relations internationales, bref de façon globale sa régulation. En outre, l'implication du capitalisme dans de grandes questions sociétales (dont libertarisme matérialiste), comme l’impérialisme ou les dégâts fait à l'environnement, font l’objet de controverses. (Tous ces reproches contre la capitalisme sont légitimes car le véritable système économique saint est logiquement celui du Coran provenant de l'omniscient Seigneur suprêment sage.) Dans ces conditions, le mot capitalisme sera généralement employé avec une connotation critique ou une volonté de le combattre, notamment par les tenants du marxisme et de l'anarchisme.  Ainsi que le démontre l'historien Fernand Braudel dans « La dynamique du capitalisme », celui-ci s'est développé à partir du XVIe siècle en Europe. Avant la révolution industrielle, l'aspect du capitalisme était principalement lié au commerce d'où le vocable « Capitalisme marchand » utilisé dans une vision marxiste, et ce, jusqu'à la fin du Moyen Âge. La croissance économique a pu se développer dans le monde occidental après la disparition progressive du féodalisme (qui réapparaît par ce même capitalisme à travers l'organisation néoféodale mondiale des pervers oligarques du privé). Cette disparition a permis l'extension de cette croissance économique dans toute l'Europe au cours du XIXe et du XXe siècle. En effet, l'amélioration des sciences et techniques et de la pratique économique après la Renaissance a permis l'industrialisation dans la majeure partie du monde.  Selon le sociologue Max Weber, l'émergence puis le développement du capitalisme au XVIIIe siècle s'explique par l'apparition du protestantisme et notamment par la propagation des idées calvinistes. D'une part celles-ci conduisent les croyants, même riches, à un mode de vie à la fois consacré au travail (notion de vocation) et ascétique (et non hédoniste), ce qui est favorable à l'épargne et donc à la création de capitaux. D'autre part la notion érronée de prédestination, selon laquelle Dieu aurait par avance choisi de façon irrévocable ceux qui seront damnés et ceux qui seront sauvés, créerait une véritable angoisse existentielle chez les réformés qui, dans cette incertitude, se tourneraient vers ce qui peut constituer pour eux des signes d'élection visibles : la bénédiction pendant la vie terrestre et la réussite économique - ce qui bien entendu encourage puissamment l'accumulation des richesses et donc le capitalisme. De la Révolution française à la chute du communisme, l'évolution des conditions juridique, sociale et politique (dont en France) fut importante. Ces révolutions de la fin du XVIIIe siècle poseront un cadre juridique nouveau permettant la croissance du capitalisme avec notamment l'apparition la propriété foncière, du marché du travail et de la propriété intellectuelle. Puis le capitalisme prendra son véritable essor avec la révolution industrielle et donc l'industrialisation de la société. Les modifications du travail et de son organisation engendrées par l'arrivée de machines entraînent pour la population paysanne une source d'emploi mais aussi pour les anciens travailleurs des domicile-ateliers, une source de chômage et de déqualification. Or la zakat de l'islam correspondant au seul impôt religieux valide et prélevant 2.5 % sur toute somme ou denrée non périssable thésaurisées pour un montant supérieur à 3 000 euros est la meilleure manière de gérer l'économico-social par un Etat.
          Il faut rappeler qu'actuellement pour qu'un pays parvienne à une politique religieuse parfaite guidant un maximum de gens, il devra généralement passer par des étapes imparfaites, mais préservant la paix sociale, et donc le bien commun de base, et donc la liberté de culte permettant de douces prédications réfléchies incarnant le meilleur moyen de réussite. En effet les compromis intelligents puisque pacifiquement rassembleurs du Prophète (SBDSL) avec les diverses tribus d'Arabie de son époque prouvent que l'adaptation est le summum (et donc la perfection) de l'intelligence même si elle valide parfois un nécessaire passage par l'imperfection. C'est à dire qu'avant la création du premier État sans dynastie royale de la terre qu'était le Califat islamique originel, le Prophète (SBDSL) eut des discussions privées avec les diverses tribus d'Arabie pour sagement établir un consensus national par diverses applications partielles des lois divines à différents groupes, diverses personnes ou certaines régions, afin de les unir et donc les renforcer sans violence tout en montrant sa volonté d'humanisme et d'universalisme.
          Dans le but de trouver une coopération unanime évidemment utile faisant ainsi sortir toute relation humaine vers le haut, il faut donc chercher par le dialogue des compromis visant à tirer la quintessence de certaines contradictions.
En effet la sagesse d'une diplomatie intelligente entre divers groupes en désaccord est logiquement prioritaire, car la dignité ne peut que préférer la paix, l'équilibre et ainsi l'harmonie entre les différentes revendications des deux camps par des concessions, des modérations et des règles momentanées ou permanentes :
(S49v13) « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez (dans la dignité par le commerce honnête, le partage culturel et le compromis raisonnable dans vos intérêts respectifs). Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le fort n’est pas celui qui terrasse les gens dans la lutte, mais le fort est celui qui reste maître de lui-même dans sa colère. » (URA)
Citation d'Isaac Asimov : « La violence est le dernier refuge de l'incompétence. »
Surtout que ces conciliations au niveau national et international pour atteindre une profitable osmose dans nos diversités enrichissantes sont parfois nécessaires à la survie de l'humanité, en particulier à travers le commerce ou le savoir-faire de chacun.
Par conséquent si l'ONU dans son objectif d'amélioration des relations internationales ne s’ingère pas dans les règles de chaque nation Souveraine et ne viole pas ses propres règles du droit international, elle est une chose positive. Et cela même si l'état profond des USA cherche souvent à corrompre les hommes politiques et riches de tout pays pour son propre intérêt en régnant par la division ou l'oppression qualifiables de sataniques. En effet depuis le début de son expansion sur terre, ce genre de situations appartient à la base des épreuves envoyées à l'humanité par Dieu pour établir la valeur des âmes et voir si la division déshonorable d'un peuple, d'une communauté, d'un groupe, d'un gouvernement ou d'une personne au profit d’États étrangers, ou d’intérêts particuliers, personnels, non nationaux ou non religieux, perd face à l'honneur de l'union dans la paix et la prédication pacifique particulièrement chez les musulmans, ou de l'union dans le bon sens et le bien commun (patriote prioritairement) pour l'humanité. Surtout que comme le montrent de nombreux exemples, le fait d’œuvrer exclusivement pour des intérêts autres que ceux de son pays ne peut mener qu’au chaos :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Vos meilleurs guides (gouverneurs) sont ceux que vous aimez et qui vous aiment, ceux que vous bénissez et qui vous bénissent. Vos plus mauvais guides sont ceux que vous détestez et qui vous détestent, ceux que vous maudissez et qui vous maudissent. » Awf (un compagnon du Prophète) dit : « Nous dîmes : « Ô Messager de Dieu ! Devons-nous nous rebeller contre eux ? » Il dit : « Non, tant qu’ils assurent parmi vous l’office de la prière (en groupe). Non, tant qu’ils assurent parmi vous l’office de la prière (en groupe). » (Mouslim)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Tout homme à qui Dieu a confié la gestion des intérêts d’un groupe, s’il meurt alors qu’il trompe ses administrés, Dieu lui interdit le Paradis. » (URA)

Surtout que les milliardaires corrompus peuvent acheter toute personne ou tout organisme qui a un prix (en particulier de ceux qui veulent survivre dont les grands médias).
Dimitry Orlof : « Comme d’autres techniques américaines de changement de régime, qu’elles soient militaires ou financières, la méthodologie de la révolution colorée n’est plus en mesure de produire les résultats escomptés, c’est-à-dire le renversement de l’autorité légitime et l’installation d’un gouvernement fantoche. Mais tout comme les autres techniques, elle est encore capable de faire des victimes. À ce jour, l’establishment de Washington a complètement perdu la main, tant sur le plan national qu’international. Les guerres commerciales ont été perdues ; les guerres de sanctions sont devenues des objets tournés en ridicule ; les menaces d’escalade militaire se sont révélées creuses. Tout le système financier américain est un homme mort qui marche encore. Que peuvent donc espérer les Washingtoniens ? Eh bien, ils peuvent toujours utiliser la méthodologie de la révolution colorée pour fomenter une révolte futile et inutile et, ce faisant, ruiner de nombreuses jeunes vies (et par cela dominer divers Etats). »
Le processus d'une révolution colorée est de faire monter la température avec des attaques contre la police, puis de la rafraîchir avec des filles vêtues de blanc distribuant des fleurs dont dans les fusils et posant avec ces mêmes policiers. C’est la carotte et le bâton. Ces différends devront peut-être être résolus par la force, si les manifestants n’acceptent pas le vote démocratique. Si les néolibéraux n’acceptent que la force, alors il faut employer la force. La force devra peut-être décider si le socialisme comme celui bélarussien survivra ou non. Après tout, les révolutions de couleur ne sont pas condamnées à réussir – elles ont échoué dans de nombreux pays.
Le pervers système financier occidental et aussi dans un sens mondial basé sur l'usure est en même devenu un avion sans pilote tellement les masses d'argent colossales et les liens économiques planétaires sont importants, en étant ainsi devenu une image de l'oeil unique du faux messie. Ainsi il faut lutter contre les principaux axes du faux messie : mondialisme, argent dette, progressisme (laïcisme), division territoriale et populaire.
Pour évoquer un noble exemple intéressant, dans sa vision d’un continent sud américain libre de toute domination états-unienne afin d'obtenir des résultats économiques favorables au(x) peuple(s), Hugo Chavez imprégné sagement de catholicisme a décidé de faire la guerre aux élites économiques de son pays en nationalisant les puits de pétrole appartenant aux géants américains Exxon Mobil et Conoco Phillips.
De plus comme du temps des rois en France avant la révolution, il a instauré le contrôle des prix pour que les produits de première nécessité soient abordables. De plus il a mis en place la gratuité de l’éducation et des soins de santé, ainsi que le droit constitutionnel à un logement, comme devraient le faire tous les pays du monde tout en encadrant le prix des loyers surtout avant qu'ils n'atteignent le prix exorbitant d'un salaire minimum (SMIC, dont trois fois le montant pour y prétendre est souvent demandé comme salaire) tel qu'en France.
Sa politique a également diminué le taux de pauvreté, puisqu'il est passé de 48,6% en 2002 à 29,5% en 2011.
Son gouvernement, en coopération avec Cuba, a aussi initié le programme d’alphabétisation le plus ambitieux de tous les temps, dont le succès a été reconnu en 2005 par l’UNESCO. L’organisme de l’ONU était allé jusqu’à déclarer que l’analphabétisme avait été éradiqué au Venezuela.
Cuba a également joué un rôle important dans la création de cliniques dans tout le pays afin de participer à l'accès aux soins gratuits pour tous les plus démunis.
Par tout cela disparaissant de plus en plus dans les sociétés libérales prétendues modernes, il est clair qu'Hugo Chavez restera vainqueur dans sa lutte contre les très riches insouciants au profit des faibles pauvres souffrants, et que son billet d'entrée pour le Paradis doit certainement être entre ses mains dans sa tombe.
Concernant ce type de politique plus étatique, il est intéressant de prendre connaissance de la gestion actuelle de la Chine :
Ellen Brown a écrit :
« Le néolibéralisme a sa raison d’être en Chine car le gouvernement chinois possède 80 % des banques, qui accordent des prêts avantageux aux entreprises et subventionnent les coûts de la main-d’œuvre. Les États-Unis considèrent le fait que la Chine subventionne son économie comme un avantage commercial injuste, alors que la Chine considère que la croissance planifiée à long terme est plus intelligente que les profits à court terme des actionnaires. Le modèle chinois de capitalisme contrôlé par l’État (certains l’appellent une forme de socialisme) a permis à 800 millions de personnes de sortir de la pauvreté et de constituer une classe moyenne de plus de 420 millions d’habitants, passant de 4 % en 2002 à 31 %. Les douze plus grandes entreprises chinoises du Fortune 500 sont toutes détenues et subventionnées par l’État, notamment le pétrole, l’énergie solaire, les télécommunications, l’ingénierie, les entreprises de construction, les banques et l’industrie automobile. Selon la CIA, le FMI et la Banque mondiale, la Chine a le deuxième plus grand PIB et la plus grande économie basée sur le PIB à parité de pouvoir d’achat. La manière dont la Chine répond à ces défis constitue un enjeu existentiel pour sa gouvernance. La Chine considère que la démocratie et l’économie occidentales sont imparfaites et n’essaie pas de les imiter, mais crée son propre système. La Chine est dirigée par des ingénieurs et des scientifiques, et non par des avocats et des hommes d’affaires. Ils abordent les décisions politiques par la recherche et l’expérimentation. Chaque ville et chaque district est impliqué dans une sorte d’expérimentation comprenant des zones de libre échange, la réduction de la pauvreté et la réforme de l’éducation. Il y a aussi des écoles pilotes, des villes pilotes, des hôpitaux pilotes, des marchés pilotes, tout ce qui se passe sous le soleil. La Chine entière est fondamentalement un vaste portefeuille d’expériences, avec des maires et des gouverneurs de province comme enquêteurs principaux. Dans ce système, Hong Kong pourrait être considéré comme une expérimentation (sous surveillance) du capitalisme néolibéral.  Le Parti communiste chinois sait que pour rester au pouvoir, il doit rechercher des améliorations dans les domaines du social, de l’emploi et de l’environnement. Mais alors où se situe Hong Kong dans ces projets à long terme ? L’année 2047 étant la fin de l’accord avec le Royaume-Uni, les États-Unis et les puissances occidentales s’emploient à préserver leur dystopie capitaliste à Hong Kong et à dégager un consensus en vue d’un conflit à long terme avec la Chine. Le résultat de ce conflit de systèmes économiques et politiques dépend de la capacité de la Chine à faire face à ses contradictions sociales et libérales, de la capacité des Hongkongais à s’attaquer à la source de leurs problèmes et de la capacité de l’empire américain à maintenir son dollar, sa domination politique et militaire. Les conflits actuels à Hong Kong (et dans la plupart des pays du monde) sont ancrés dans toutes ces réalités (tant que les populations ne s'uniront pas dans le monothéisme). »
Lorsqu'une firme créée par un milliardaire chinois était en train de conquérir une position monopolistique dans son pays qui avait tendance à assujettir ses partenaires à des règles exorbitantes, l’autorité chinoise régulatrice des marchés financiers considéra cette attitude comme conquérante et donc illicite par rapport à la politique antitrust du gouvernement chinois qui ne se priva donc pas de la réaffirmer à cette occasion avec pertinence. Or en Occident, nous sommes tellement accoutumés à voir les multinationales faire la pluie et le beau temps, que l’intervention de l’État est présentée comme une violation des droits de l’homme. Mais l’économie chinoise est une économie mixte où, depuis les réformes, un puissant secteur privé coexiste avec le secteur public. Outre un appétit démesuré, le PDG de cette firme Jack Ma a alors commis une deuxième erreur : il a ouvertement critiqué la politique des banques chinoises. Or en Chine, le secteur bancaire appartient majoritairement au secteur public. Il n’est pas le tiroir-caisse de ses actionnaires privés, mais l’instrument privilégié des politiques publiques. Faire le procès des banques, c’est donc porter le fer contre la politique économique du gouvernement.
          Ainsi quand quelqu'un propose l’amélioration dans les relations entre divers acteurs, les musulmans ne doivent pas avoir de rancune en particulier au niveau politique, même si la méfiance peut être de mise en cas de trahison lors d'essais précédents. Puis dans la perspective d'une éventuelle association, il faudra la fonder sur les principes d'égalité, de respect et de prise en considération des points de vue d'autrui afin d'atteindre un noble consensus comme il a déjà été vu. Personne ne doit imposer quelque chose aux autres. Lorsque les approches ne coïncident pas en tout, un travail patient et minutieux doit être réalisé afin de les rapprocher, si possible à travers des exemples passés réussis ou diverses études sérieuses. Une telle atmosphère ouverte et digne de confiance contribue à une honorable mise en œuvre réussie des tâches définies.
Mendès France a dit  : « Les hommes (rancuniers) passent, les nécessités nationales demeurent (dont celles entre nations). »
Il faut noter que le compromis est un des aspect nobles apportant une dignité supérieure à l'homme par rapport à l'animal et à l'ange, bien que le monde animal vit dans un équilibre permanent avec la nature et car les anges ne peuvent connaître cette valeur puisqu'ils sont parfaits. Or l'homme moderne, s'il ne s'oriente pas vers une pieuse modération, ressemble plus à l'avidité déshonorable d'un virus consommant toutes les ressources de son environnement, puisque nous sommes arrivés à un stade où ce que produit l'humanité sur terre ne suffit plus à ses besoins, ou plutôt aux envies ou addictions de certains voire de beaucoup. En effet selon l'ONG Global Footprint Network (et le Club de Rome avec son rapport de « 1972 » sur les limites de la croissance), de plus en plus tôt annuellement l’humanité puiserait de manière irréversible dans les réserves naturelles de la Terre. Nous serions actuellement à une consommation de 1.6 fois notre planète, et nous pourrions passer d'ici 2050 à la nécessité de 3 planètes.
Ceci permettant d'estimer que retourner vers la modération du mode de vie prophétique sans beaucoup de technologie moderne voire sans aucune technologie moderne apparaît comme une possible solution à notre époque par la victoire du spirituel sur le matérialisme, surtout avec le niveau moral général se rabaissant, le système international basé sur l'usure et l'argent dette amenant à la guerre civile (possiblement larvée) généralisée, la spéculation extrême des très riches détruisant l'économie, des problèmes écologiques s'accroissant, l'immigration de masse se multipliant, l'appauvrissement se généralisant, la destruction et l'entretien du chaos dans divers pays musulmans permettant le vol de leurs ressources et des ventes d'armes, la déstabilisation du moyen orient amplifiant l'instabilité du monde, le vaste égarement de l'humanité se répandant, le terrorisme et un djihadisme gravement erronés s'étendant, des grands médias et divers lobbies développant un choc des civilisations, et la fin du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) augmentant les risques d'une guerre nucléaire. Or par rapport aux nouvelles découvertes au génie humain progressant (augmentation des rendements agricoles, bientôt la fusion nucléaire), selon d'autre sources cet épuisement supposé des ressources naturelles serait faux et servirait le plan mondialiste pervers. De plus une partie du pouvoir profond des Etats-Unis étant patriotique, il sait qu'une guerre nucléaire avec la Russie voulue par le sionistes pour qu'Israël domine le monde dont par le système bancaire, serait perdue car les nouveaux missiles nucléaires hypersoniques russes pouvant atteindre le territoire américain ont rendu obsolète le bouclier antimissile occidental.
Ainsi comme les empires juif, romain, chrétien et islamique ont été nécessaires au développement de l'humanité, désormais pour sa survie, la réapparition d'un Califat bien guidé situé sur toutes les terres musulmanes prophétisé par le Prophète (SBDSL) devient évidente, en particulier avec un Empire Etas-Unien-wahhabo-sioniste ne survivant plus que par la destruction et la déstabilisation d'autres nations, et luttant à mort économiquement contre la Chine et la Russie à l'aide du grand nombre de pays soumis à leur système de dette.   Il est clair que le très bon mérite urgemment de l'emporter sur le reste dont le trop mauvais. Mais pour que ce califat apparaisse, c'est à l'honneur de chaque homme de la communauté musulmane de vraiment le vouloir en étant prêt à partir à pied pacifiquement vers le moyen orient avec des centaines de millions de coreligionnaires. En effet si la fin des temps est principalement pacifique, elle pourrait correspondre à une entente des dirigeants de ce monde et à un vaste mouvement musulman sans armes pour pacifier le proche orient et l'arret de l'idéologie wahhabite pourvoyeuse de terorisme islamique, ou à ce vaste mouvement musulman sans armes empêchant d'abord la troisième guerre mondiale.
Surtout que pour hériter de la terre, les bons croyants doivent y être prêts, et que c'est nécessaire pour débloquer la fin des temps attendue par les juifs, les chrétiens, les musulmans et en réalité tout le monde, puisque apportant le retour du Jardin d'Eden après l'apparition du Mahdi précédant celle de l'antéchrist et du retour de Jésus.