Recherche

Menu principal

PDF Imprimer Envoyer

2) L'histoire d'Adam et Eve

          Après leur création, les djinns créés à partir du feu adorèrent sur terre Allah le Très Haut pendant des siècles, probablement en vivant en paix uniquement par leur foi certaine en Dieu éclairant naturellement leur cœur de bienveillance sans règles particulières révélées comme dans le jardin d'Eden, ou par des règles simples remontant à leur création, ou par des prophètes à eux répandant la bonne parole par oral et possiblement sans livres révélés. Cependant cette catégorie de créature ayant reçu le libre-arbitre et certains s'étant égarés, le mal finit par apparaître entre eux puis les domina : le sang jaillit et la terre fut dévastée. Certains étaient devenus infâmes et cruels. Ils tuaient et détruisaient tout sur leur passage : leurs congénères, les oiseaux, les arbres, les plantes, les maisons… Voyant tout cela, Allah (Glorifié soit-Il) envoya une armée d'anges et de djinns Lui étant restés fidèles pour rétablir la justice sur la terre. Lorsque tout rentra dans l’ordre, les oiseaux se remirent à chanter la paix, les arbres recommencèrent à se prosterner, les fleurs renaquirent et le soleil darda à nouveaux ses rayons. Plus tard Iblis, c'est à dire Satan, le chef des djinns ayant rétabli la justice sur terre, devint le chef de la terre grâce à son culte, sa grande science et son suivi des œuvres et qualités des anges créés à partir de la noble lumière divine et donc toujours obéissants, puis eut l'autorisation de pouvoir se déplacer dans toute la Création dont donc au sein des sept cieux. Car par ce comportement très pieux avant de désobéir gravement à Dieu, il obtint aussi des ailes angéliques et même le rang d'imam des anges (seulement du ciel inférieur et donc pas de tous les sept cieux pour certains savants) probablement par cet ennoblissement jusqu'au statut d'ange ayant une valeur supérieure à l'ange par nature, comme le sous-entendent clairement les versets suivants :
(S55v15) « et Il a créé les djinns de la flamme d'un feu sans fumée, »
(S7v11/12) « Nous vous avons créés, puis Nous vous avons donné une forme (parfaite à Adam), ensuite Nous avons dit aux anges : “Prosternez-vous devant Adam.” Ils se prosternèrent, à l'exception d'Iblis qui ne fut point de ceux qui se prosternèrent. »

Commentaire : Les deux versets précédents prouvent que pour comprendre certains enseignements coraniques, il faut parfois mettre en rapport divers passages du Coran. En effet, comme le premier verset nous indique que la nature et donc le statut originels d'Iblis étaient ceux d'un djinn et que le deuxième verset indique qu'il faisait partie des anges, cela montre qu'il a atteint le statut d'ange par son imprégnation et son suivi de la nature, de la spiritualité et du comportement angéliques. Ainsi par une grande piété, les créatures ayant le libre-arbitre peuvent atteindre le statut d'ange (titre honorifique d'ange). Or comme le verset suivant rapporte trois nombres d'ailes différents selon les anges, cela peut signifier qu'il existe trois niveaux de sainteté (de statuts angéliques rétribués dans divers degrés du Paradis ou dans le Firdaws) selon probablement la fréquence des grands péchés, des petits péchés et des petites ou grandes actions pieuses uniques, variées ou/et constantes.
(S35v1/2) « Louange à Allah, Créateur des cieux et de la terre, qui a fait des anges des Messagers dotés de deux, trois, ou quatre ailes. Il ajoute à la création ce qu'Il veut (dont des ailes pour Iblis ou toute créature ayant atteint une grande piété par le libre-arbitre), car Allah est Omnipotent. Ce qu'Allah accorde en miséricorde aux gens, il n'est personne à pouvoir le retenir. Et ce qu'Il retient, il n'est personne à le relâcher après Lui. Et c'est Lui le Puissant, le Sage. »
Commentaire : Les chrétiens explique que les anges ayant trois paires d'ailes et pratiquant leur vénération autour du Trône divin les séraphins set correspondent à l'ordre le plus élevé des anges de Dieu après les Archange.
          A la mi-journée d’un vendredi, Allah (Glorifié soit-Il) déclara à propos de Sa future création d'Adam et donc de l'être humain :
(ExtS2v30) « Je vais établir sur la terre un vicaire (khalifat, calife, représentant, dépositaire). Ils (les anges) dirent : “Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ?” Il dit : “En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas !” »
En effet Dieu savait qu'il y aurait parmi les hommes, des Prophètes, des Messagers, des loyaux, des justes, des martyrs et des vertueux.
          Allah le Très Haut ordonna alors à l’ange de la mort de ramasser une poignée de chaque sorte d’argile dans toutes les contrées de la Terre. Ainsi cette planète provenant de plusieurs éléments de l'univers, nous sommes en partie à l'origine réellement de la poussière d'étoiles, pouvant aussi servir à guider dans le bon chemin. Il y en avait de la noire, de la blanche, de la rouge et de la jaune. Allah le Très Grand rassembla alors les quatre argiles dans le Jardin d'Eden, les mouilla, créa une forme longiligne et la laissa sécher. Ainsi fut la forme originelle d’Adam, le premier homme, père de l’humanité, bijou ultime et supérieur de la Création, puisque à l'origine de tous les meilleurs êtres humains dont donc de la meilleure créature qu'est le Prophète Mouhamed (SBDSL) car représentant la valeur suprême qu'est l'ennoblissement maximal. Personne n’avait jamais vu un visage comme le sien. Il était impressionnant car son corps faisait soixante coudées de haut sur quatorze coudées de large. Cette statue sans âme d'Adam resta ainsi sans que personne ne se soucie de Lui pendant quarante jours (ou années). En passant près de lui les anges étaient effrayés. C’est alors qu’Iblis, également effrayé, vint vers lui et l’observa. Il n’avait jamais rien vu d’aussi étrange. Par curiosité, il le poussa légèrement mais ne sentit aucun mouvement et n'entendit qu'une sonorité semblable à la résonance de l'argile. Il frappa même orgueilleusement Adam à coup de pied, mais il ne réagissait toujours pas. Au bout d'un certain temps et après avoir participé à des assemblées sublimes avec des anges discutant probablement du sens des attributs divins, de la Création et de la morale, Iblis déclara à la statue d'argile : « Il y a un but derrière ta création. » :
(S38v67-74) « Dis : “Ceci (le Coran) est une grande nouvelle, mais vous vous en détournez. Je n'avais aucune connaissance de la cohorte (assemblée) sublime (dans les cieux) au moment où elle disputait, il m'est seulement révélé que je suis un avertisseur clair. (Puis après avoir disputé) Quand ton Seigneur dit aux anges : Je vais créer d'argile un être humain. »
Ensuite, Iblis s'envola vers son visage et vit un trou à l’endroit de la bouche. Il décida alors d'y entrer mais n'y trouva rien. Ce corps était complètement vide. Après avoir compris le but de la création d'Adam, Iblis alla aussitôt prévenir les anges : « J’ai visité l’intérieur du corps argileux, sachez qu'il est vide et que toute chose dont l’intérieur est vide peut être cassée (dont l'esprit humain amoral, ignorant ou/et déraissonnable par les suggestions sataniques). Donc n'ayez pas peur de lui, car il est creux tandis que votre Seigneur est l'Impénétrable. Si l'on me rendait maître de lui, je l'anéantirais. Allah lui donnera l’empire du monde terrestre, mais vous les combattrez et les chasserez comme vous avez fait pour les djinns. (Cela est confirmé à travers la destruction de divers peuples humains pervers au cours de l'Histoire dont par l'ange Gabriel et à travers la première bataille des musulmans à Badr soutenus par des milliers d'anges contre les idolâtres.) » « Ô Iblis, nous l’avons fait parce qu’Allah nous l’avait ordonné et nous avons l’ordre de nous soumettre à cette créature », lui répondirent les anges. Puis suite à une terrifiante annonce divine précisant qu'une créature allait désobéir, les anges demandèrent à Iblis étant devenu leur imam et donc le plus proche de Dieu, de faire une invocation pour qu'ils soient protégés. Cependant par orgueil, Iblis ne s'inclut pas dans celle-ci en disant « qu'Allah vous guide » plutôt « qu'Allah nous guide ».
          Quelques temps plus tard, la lumière du Seigneur (Glorifié soit-Il) apparut et Sa voix retentit à travers toute la Création. Iblis guettait... Toutes les créatures s’impatientaient de connaître son nouveau maître Adam. Le Roi de l’univers (Glorifié soit-Il) proclama : « Lorsque J'aurais terminé de le former harmonieusement (de Mes mains) et soufflé en lui (simultanément) de Mon esprit et de Mon souffle de vie, prosternez-vous vers lui. » Allah le Très Haut insuffla donc en Adam de Son esprit et de Son souffle de vie. L’esprit et le souffle de vie s’engouffrèrent dans sa bouche, déployèrent ses poumons et descendirent jusque dans ses viscères. Partout où ils passaient, ils transformaient l’argile en os, en veines, en organes, en muscles, en chair et en peau.
          Lorsque l’esprit et le souffle de vie arrivèrent à la tête d’Adam, il éternua en s'éveillant à l'existence pour la première fois, et ses premiers mots furent de répéter ce que les anges lui dirent de prononcer : « Al Amdoulila, Louange à Dieu ».  Alors Allah le Tout Puissant lui répondit « Ramik Allah Rabouk, Que la miséricorde de Dieu soit sur toi ». Ces premiers mots du Seigneur à Sa nouvelle créature démontrent clairement qu'Il ne veut que le mieux pour elle, c'est à dire lui proposer plus tard la valeur suprême qu'est l'ennoblissement maximal personnel, car similaire à Lui ayant choisi d'être toujours juste voire toujours miséricordieux par excellence et car rétribué par le plus haut niveau du Paradis éternel.
          Adam se mit alors à respirer pleinement et sentit l'agréable fraîcheur parfumée du Jardin d'Eden terrestre, qui est probablement une partie particulière du plus bas niveau de Paradis et en même temps de la Terre, comme il sera expliqué plus bas : ce fut sa première bouffée d’air. Quand ensuite l'esprit pénétra ses yeux, il regarda les fruits du Paradis, et quand il atteignit son estomac, il sentit l'envie d'en manger (dont pour immédiatement dignement lui insinuer moralement sa dépendance permanente à la subsistance divine liée au maintien constant de toute la Création par la puissance du Seigneur) et bondit vers eux avant même que l'esprit et le souffle de vie n'atteignent ses pieds. Dieu dit à ce propos dans le Coran :
(S21v37) « L'homme a été créé prompt (impatient) dans sa nature. »
Cependant cette décision divine de créer l'homme prompt est irréprochable, puisque dans la proposition de la valeur suprême qu'est l'ennoblissement personnel maximal synonyme de dignité excellente, il doit obtenir la patience (et donc la prudence, la douceur, l'application, la mesure, la courtoisie). En effet c'est en retenant sagement cette éprouvante force impatiente appartenant à son âme bestiale, qu'il développe logiquement la qualité de la patience dans son esprit pieux et donc qu'il représente, incarne et donc obtient une grande partie de la dignité excellente.
D'ailleurs concernant les caractéristiques de cette âme bestiale, il faut rappeler que ne pouvant être comblée totalement que par les plaisirs illimités du Paradis éternel, elle peut évidemment devenir une force autodestructrice au cours de la vie terrestre limitée par essence. Cependant cette force de tentation illimitée (aussi impatiente) à maîtriser par l'énergie illimitée de la fitra (hypersensibilité du centre du cœur étant en réalité le souvenir émotionnel du pacte pré-existentiel et donc de l'intense foi pure) dans les nobles limites du cadre légal religieux basé sur la pudeur du juste milieu appartient aussi incontestablement aux caractéristiques de notre nature proposant de nous ennoblir totalement.
          Adam regarda alors autour de lui : tout était beau et resplendissant. Sur l'ordre d’Allah le Très Grand, les anges étendirent leurs ailes en laissant passer des filaments de lumière derrière leurs dos, et se courbèrent les uns après les autres avec respect devant Adam.
          Tous se prosternèrent sauf Iblis, car ce dernier gonflé d’orgueil, choisit de désobéir au Seigneur. Soudain un flux de lumière intense éblouit Iblis et la voix profonde du Seigneur résonna : « Pourquoi ne t’es tu pas prosterné alors que Je te l’avais imposé ?! » Iblis, tête baissée, sentit la chaleur d’Allah traverser tout son corps et ses membres se crispèrent. Il releva doucement la tête, jeta un regard venimeux vers Adam et lança sèchement : « Je suis meilleur que lui, Tu m’as créé de feu alors que Tu l’as créé d’argile ! » Allah le Très-Haut reprit : « Descends de mon Jardin d'Eden (et retourne sous le ciel inférieur ou sur le reste de la terre) ! Tu n’as pas à t’enfler d’orgueil dans ce lieu ! Sors ! Te voilà parmi les méprisés (banni et probablement pas à ce moment là maudit) ! » « Accorde moi un délai jusqu’au jour où les descendants d’Adam seront ressuscités ! » demanda Iblis comme le montrent les versets suivants : (S17v62/63) « Il (Iblis) dit encore : “Vois-Tu celui que Tu as honoré au-dessus de moi, si Tu me donnais du répit jusqu'au Jour de la Résurrection, j'éprouverai (égarerai) certes sa descendance, excepté un petit nombre (parmi eux).” Et (Allah) dit : “Va-t-en ! Quiconque d'entre eux te suivra... votre sanction sera l'Enfer, une ample rétribution (dont car divine).” » (Ici nous pouvons remarquer qu'Iblis était au courant du Jugement Universel suite à la Résurrection à venir. Or à l'origine et avant cette menace divine de l'Enfer, ce Jugement Dernier servait peut être seulement à établir le degré de piété des djinns et donc leur niveau au Paradis, surtout qu'ils ont tous la foi et n'avaient possiblement pas beaucoup d'interdictions et de tentations à cette époque tout en recevant facilement leur subsistance.) (S7v15) « Tu es de ceux à qui le délai est accordé ! », répondit Allah le Très Haut en lui laissant ainsi une chance de se repentir jusqu'à la fin du monde. Mais Iblis déclara donc ce qui allait amener la malédiction divine sur lui : (S7v16/17) « Puisque Tu m’as induit en erreur, je m’opposerai à eux pour qu’ils délaissent le droit chemin, puis je les attaquerai de tous les côtés. » (S7v18) « Sors de là ! Banni et rejeté ! Quiconque te suit parmi eux… de vous tous J’emplirai l’Enfer ! », dit Allah le Très Haut.
          Soudain un vent d’une violence inouïe se leva ! Iblis fut projeté hors du Jardin d'Eden et une douleur aiguë le saisit dans ses entrailles. Il se courba et poussa un grand cri. Ses poings se serrèrent, ses pieds se tordirent et ses veines se gonflèrent tant la douleur était vive. Allah le Très-Haut lui retira sa beauté et transforma son charme en laideur, son physique en horreur, sa salive en poison…
          Ensuite, Allah le Très-Haut prit Adam dans le monde des âmes et fit sortir de ses reins toutes les âmes de la race humaine afin qu’elles témoignent sur elles-mêmes : « Ne suis-Je pas votre Seigneur ? » Elles répondirent : « Mais si, nous en témoignons… », afin que les hommes ne puissent dire au Jour du Jugement Dernier suite à cette reconnaissance du Créateur préservée dans leur cœur malgré son effacement logique de leur mémoire pour obtenir le libre-arbitre : « Vraiment, nous n’y avons pas fait attention ! »
          A ce moment-là, Il éleva leur père Adam qui les regarda et vit parmi eux le riche et le pauvre, l'aveugle et le sourd, le beau et le laid, puis dit : « Ô Seigneur..., si tu les traitais sur un pied d'égalité ? »  Dieu répondit : « J'aurai préféré être remercié (pour que les hommes ne soient pas inattentifs à Mes bienfaits et qu'ils augmentent leur dignité par la gratitude et leur entraide). »
          Allah le Très-Grand voulut ensuite montrer la supériorité d’Adam sur les anges qui n'avaient pas compris les raisons de cette nouvelle création qu'était l'homme imparfait et qui allait pouvoir donc faire le mal alors que leurs âmes parfaites sanctifiaient le Seigneur continuellement. Il enseigna à Adam le nom de l’ensemble des créatures, des animaux qui volent, qui nagent, qui marchent, qui rampent et de tout ce qui existe dont la notion de miséricorde. Puis, Il appela les anges pour leur demander de nommer toutes ces choses mais les anges ne surent pas. Alors Il interrogea Adam qui lui sut répondre. Voilà comment les anges avouèrent finalement leur infériorité en déclarant :
(S2v32) « Gloire à Toi ! Nous n'avons de savoir que ce que Tu nous a appris. Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage (d'avoir choisi la miséricorde et l'enseignement du meilleur chemin qu'est l'ennoblissement de la nature humaine similaire au Tien). »
Ainsi il faut noter que Dieu eut quatre marques de haute considération à l'égard d'Adam : Il l'a créé de Ses mains, lui a insufflé de Son Esprit, a ordonné aux anges de se prosterner devant lui, et lui a appris le noms de toutes les créatures.
          Après, Allah (Glorifié soit-Il) lui enseigna des mots qui deviendront la salutation des croyants : « Avance vers ces anges et transmets leur le salut. » Adam s’avança vers eux et s’adressa sans difficulté dans leur langage : la langue arabe (qui sera l'officielle au Paradis). Celle-ci fut donc la première parlée par l'humanité jusqu'à ce que Dieu attribue plusieurs langages aux êtres humains afin qu'ils s'entre-connaissent noblement :
(S49v13) « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. »
Adam salua donc les anges du salut qui deviendra la première partie de celui des croyants : « As salam alaykoum, Que le salut (ou la paix) soit sur vous (signifiant salut pacifique ou paix salutaire, mais confirmant aussi dans cette situation la réussite certaine et apaisée des parfaites âmes saintes des anges) ». Les anges lui répondirent : « Wa alaykoum salam wa ramatoullah, et que le salut soit sur toi (signifiant donc salut pacifique ou paix salutaire) ainsi que la miséricorde de Dieu (signifiant en plus donc souhait de réussite pour toi malgré la nature imparfaite de l'homme) ». Il faut noter qu'il est sage de chantonner légèrement ce salut pour l'embellir par une belle bienveillance. Allah le Très-Haut dit alors à Adam : « Ceci sera ton salut ainsi que celui de ta descendance. Libre à toi maintenant de goûter aux plaisirs du Jardin d'Eden du Paradis... »
          Dans le Jardin d'Eden, Adam était émerveillé ! Il observait les plantes et les animaux. Dès qu’il voyait une chose qu’il ne connaissait pas, il courait vers elle tel un enfant. Il sentait les fleurs aux parfums exquis qui embaumaient les lieux. Les arbres portaient des fruits aux mille saveurs. Adam les prenait délicatement et les dégustait…
          Un jour, Dieu proposa le dépôt du libre-arbitre (khalifat, calife, représentant, dépositaire) à la Création, et Adam voulut s'en charger :
(S33v72) « Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité (le dépôt du libre-arbitre suite à la consommation du fruit de la connaissance du mal de l'arbre interdit, permettant de choisir personnellement entre le bien et le mal afin d'être rétribué par le Paradis en devenant la créature principale de la représentation de la grandeur morale de l'ennoblissement maximal d'Allah, ou par l'Enfer en étant trop indigne, comme le sous-entend le verset suivant où Allah s'adresse directement à Moïse à travers un arbre pour l'éduquer dans et vers la noblesse, et le missionner). Ils ont refusé de la porter (la responsabilité) et en ont eu peur (la Création a probablement tremblé par rapport à la proposition de la valeur suprême mais aussi du danger liés au libre-arbitre exprimés par la voix de Dieu), alors que l’homme s’en est chargé, car il est très injuste envers lui-même et très ignorant (curiosité innocente irréfléchie). »
(S28v30) « Puis quand il (Moïse) y arriva (dans la vallée sacrée), on l'appela du flanc droit de la vallée, dans place bénie, à partir de l'arbre : “Ô Moïse ! C'est Moi Allah, le Seigneur de l'univers.” »
(S28v68/69) « Ton Seigneur crée ce qu'Il veut et Il choisit (prouvant le libre-arbitre dans la nature divine et donc dans Son choix de noblesse maximale par rapport à la morale) »

En effet la curiosité toute nouvelle d'Adam, son ignorance, sa félicité paradisiaque et son innocence le prédestinèrent logiquement à accepter ce dépôt (cette responsabilité et ce libre-arbitre) proposé. Dont car il n'avait pas réalisé l'énorme portée très dangereuse de leurs conséquences incertaines éternelles, ni même probablement de leur valeur suprême.
          Il faut noter que ce dépôt confié est comparable à une location ou à un prêt d'un patron qui devra avoir un jour un état des lieux. En effet notre corps, notre esprit, notre cœur et notre libre-arbitre devront rendre compte de leurs actions sur terre lors du Jugement Dernier. Si ces éléments auront été bien utilisés, nous n'aurons pas de problèmes et recevrons logiquement du bien (d'un salaire agréable) en rétribution, mais si ils auront été mal utilisés, nous aurons des problèmes et recevrons logiquement du mal (d'une punition douloureuse) en rétribution. Ceci en partie afin de pouvoir dépenser pour Dieu comme Dieu dépensera éternellement au Paradis et afin d'atteindre de diverses manières un excellent niveau similaire à Lui comme il sera revu.
          Plus tard, Adam distingua au loin deux rivières sinueuses : l’une de lait et l’autre de miel. Il s’en approcha et d’un coup, les deux rivières s’élevèrent en formant deux coupelles qui s’arrêtèrent devant sa bouche en implorant d’être bues. C’est ainsi qu’Adam rapprocha ses lèvres, ferma les yeux, et but de ces deux nectars suaves. Une brise fraîche et agréable sécha ses lèvres puis une lourdeur s'empara de lui. Par conséquent, il voulut se reposer et s’étendit parmi de douces et chaudes herbes géantes qui l’enveloppèrent comme une couverture. Les oiseaux chantaient, les cieux brillaient de mille éclats, et c'est dans cette merveilleuse ambiance qu'Adam s'endormit pour la première fois…
          Lorsqu’il ouvrit les yeux, il vit une créature allongée à ses côtés qui lui ressemblait. Il fut étonné et se redressa en demandant : « Qui es-tu ? » Elle répondit : « Je suis Eve, ton épouse. Allah m’a créé de toi (de ta côte) et pour toi afin que ton cœur trouve le repos (complémentarité, proximité, affection, intimité, douceur, miséricorde, plénitude, paix, sérénité, joie) auprès du mien. »
          Adam se trouva alors comblé et se prit d’amour pour cette femme qui s’appelait Eve. Adam et Eve vécurent heureux au Paradis durant cinq cents années sous la protection d’Allah le Très-Grand. Il leur avait accordé le jardin d'Eden avec tous les fruits et les délices qu’il produisait à l’exception d’un seul arbre qu’Adam et son épouse ne devaient pas approcher.
          Allah le Tout-Puissant les avait mis aussi en garde contre les ruses d’Iblis. En effet ce dernier agonisait de rage et ne cessait de réfléchir aux stratégies qui pourraient mettre fin au bonheur des deux premiers humains. Il ne supportait plus de voir les grâces divines se répandre sur Adam et Eve alors que lui en avait été exclu. Il tentait sans aucun succès de corrompre par tous les moyens Rédhwan, l'ange qui est le portier surveillant l’accès au Paradis et donc de son anti-chambre qu'était dans un sens le jardin d'Eden comme il a été vu et sera revu dans ce chapitre. Alors Iblis se mit à errer autour du Paradis pour voir s’il n’y avait pas une autre issue… Un jour, il trouva enfin une ruse démoniaque qui lui permit de s’infiltrer au Paradis en prenant une autre forme ou en rentrant dans le corps d'un animal, car Allah le Très-Haut a donné la possibilité aux djinns de se transformer en ce qu’ils veulent ou de pénétrer dans des animaux, puisqu'ils sont faits de feu. Iblis était méconnaissable et put entrer dans le Jardin d'Eden. Il courut aussitôt à la rencontre d’Adam et Eve (paix sur eux), les regarda avec un air d’innocence, puis s’avança vers eux délicatement pour questionner d'abord Adam :
-Comment trouves-tu cette vie qu’Allah t’a accordé ?
-Je la trouve merveilleuse, Allah me comble de Ses bienfaits, je suis la plus heureuse des créatures ! s’exclama Adam.
-Pourtant un jour, Allah vous chassera du Paradis, toi et ton épouse... Quelle triste fin…
-Que me racontes-tu ?
-Allah est Tout-Puissant, Il fait ce qu’Il veut... D’ailleurs, je suppose qu’il vous a ordonné de vous tenir à l’écart de cet arbre ?, interrogea malicieusement Iblis
-Oui c’est vrai ! répondit Adam.
Iblis s’adressa cette fois-ci au couple et leur demanda :
-Et savez-vous pourquoi ?
Adam et Eve se regardèrent en restant silencieux.
Iblis reprit aussitôt :
-L’arbre qui vous est interdit n’est autre que l’arbre de vie que l’on nomme aussi l’arbre de l’éternité (l'immortalité). Allah ne pourra chasser du Paradis quiconque mangera de son fruit (cette croyance en ce mensonge était une forme d'association puisque Dieu est irrésistible dont car Il est créateur de tout en permanence). Croyez-moi ! J’ai entendu parler de vos douces vertus et de vos bons caractères, ainsi j’ai pitié de vous et je veux vous aider. Suivez mon conseil et mangez de son fruit.
Bible (Genèse 3, 4) « Alors le serpent (possiblement illusion de Satan) dit à la femme : Vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux (diabolique et mensongère interprétation négative : brisant les lois naturelles comme à travers le transhumanisme recherché d'ailleurs par l'oligarchie mondialiste pour ne pas mourir et gouverner la Terre voire plus à jamais), connaissant le bien et le mal (interprétation positive : ennoblissement jusqu'au statut angélique comme selon le Coran voire jusqu'à celui divin) »
(S4v118-121) « Allah l'a (le Diable) maudit et celui-ci a dit : “Certainement, je saisirai parmi Tes serviteurs une partie déterminée. Certes je ne manquerai pas de les égarer, je leur donnerai de faux espoirs, je leur commanderai et ils fendront les oreilles aux bestiaux, je leur commanderai et ils altéreront la création d'Allah (dont OGM, vaccin ARN synonyme d'OGM humain, Lgbtisme, transsexualité et transhumanisme).” Et quiconque prend le Diable pour allié au lieu d'Allah sera certes voué à une perte évidente. Il leur fait des promesses et leur donne de faux espoirs. Et le Diable ne leur fait que des promesses trompeuses. Voilà ceux dont le refuge est l'Enfer. Et ils ne trouveront aucun moyen d'y échapper ! »
-Je ne cesserai jamais de faire ce qu’Allah m’a ordonné, je ne veux pas de ce fruit ! répondit Adam.
-Je jure que je suis de ceux qui vous veulent du bien et qui vous donnent de bons conseils ! insista Iblis.
Puis il reprit sur un ton mielleux :
-Regardez sa couleur, elle est exquise. Sentez son odeur, elle est si aromatique qu'elle exhalera vos narines et votre bouche de sa délicieuse saveur. Je vous en conjure belles créatures, vous ouvrirez les yeux sur tout et vous connaîtrez les grands secrets qu’Allah tient cachés (ce qui paraît vrai par rapport aux révélations en particulier celles liées à Jésus, au Coran et à l'apocalypse traitant de la grandeur maximale des choix, du caractère, de la moralité et de l'ennoblissement excellents d'Allah et donc de la meilleure valeur)...
           Adam sentit la tentation l’envahir, tandis qu’Eve était déjà conquise par les paroles enjolivées d’Iblis. Adam lutta mais la peur de perdre le Paradis fut plus forte et il leva ainsi la main vers l’arbre, car il ne connaissait pas la malveillance et par conséquent le mal du mensonge et des sournoises intentions d'Iblis ainsi que leurs graves conséquences,, malgré les avertissements divins de ne pas manger du fruit interdit et de prendre Iblis comme ennemi. Il cueillit le fruit, le porta à sa bouche et y goûta. Eve en fit de même et à peine eurent-ils avalé un morceau qu’ils se sentirent emprisonnés par une force incroyable.
          Leurs vêtements de lumière masquant leur parties intimes se détachèrent alors de leurs corps (ou la lumière spirituelle de leur innocente ignorance qui cachait le mal de leur nudité disparut), en les laissant nus l’un en face de l’autre. Ils coururent donc se cacher pour couvrir leurs parties génitales avec des feuilles du Paradis, car un sentiment de honte (synonyme de compréhension de celui de la pudeur et donc de l'importance des limites) inspiré par Dieu les avait envahis pour les guider vers la valeur suprême qu'est l'acquisition morale noblement complétée.
Certains savants disent que ce fruit fut digéré et transformé pour la première fois dans leur corps en excrément par essence impur, les faisant donc devenir incompatibles avec le Jardin d'Eden pur. Or il faut distinguer le péché (la pratique de l'illicite, consommation du fruit interdit) synonyme ici d'excrément sous forme de matière solide et de matérialisme qui est interdit pour le cœur, l'esprit et le corps, et le juste milieu (pratique du licite avec le bon dosage comme ne pas trop manger de la nourriture validée par la religion) synonyme d'urine sous forme de matière liquide et de modérés biens matériels qui sont autorisés et qui peuvent donc nous entourer car demeurant du bien comme dans le ventre maternel et le Jardin d'Eden. D'ailleurs cet arbre du Jardin d'Eden au fruit interdit correspondant donc au savoir du bien et du mal, la comparaison avec la profitable digestion, séparant les bons éléments des mauvais contenus dans les aliments par preuve de la puanteur des excréments, est justifiée, puisque cela montre qu'il faut s'épanouir noblement travers l'utilité des choses et le choix et une gestion sage des bons sentiments tout en rejetant les mauvais. Ce qui permet en plus de comprendre que c'est ce que Dieu a parfaitement fait, dont privilégiant la miséricorde quand c'est possible et en ayant donc créé le système digestif en tant que rappel moral subtil.
Dans son sens philosophique, la métaphysique est composée de la recherche des principes et de leurs significations les plus profondes, et dans un sens étymologique, la métaphysique désigne la science qui va noblement au-delà de la physique. Comme par rapport à cette analyse concernant la digestion, il s'agit donc de découvrir tout type de symbolisme se trouvant au cœur de la nature, de la religion et donc de la Création, afin de mieux comprendre la noblesse morale et la réalité de l'identité divine. Pour continuer dans ce sens, notre dépendance à la subsistance nous montre la dépendance permanente de toute la Création à la puissance créatrice divine ; les aliments comestibles et immangeables (champignons comestibles et vénéneux) et le niveau de nudité autorisé en public nous montrent les obligations, limites et interdictions liées à la dignité dont du cadre légal religieux ; la guérison du corps après une blessure ou une maladie montre l’amélioration possible de la noblesse d'esprit et du cœur dont par le repentir et la piété ; l'équilibre alimentaire nous montre que le juste milieu est ce qui est le meilleur de ce cadre légal et dans notre relation à toute chose ; les couleurs ou les goûts que nous aimons et n'aimons pas doivent servir à aimer la vérité et les bons sentiments et à rejeter le faux et les mauvais sentiments (et dans certaines circonstances, cela doit aussi servir à apprendre à aimer tout ce qui est bon) ; les devoirs et les droits sociaux nous rappellent nos devoirs et nos droits par rapport à Dieu ; l'impôt social religieux (zakat) et le jeûne du mois de ramadan nous montrent la bienfaisance agréable du partage ou de la générosité et la valeur de la subsistance divine ; la subsistance captée par notre système respiratoire liée aux végétaux nous montre la nécessité des bonnes interactions entre les êtres qu'il faut respecter joyeusement, comme il faut joyeusement payer, honorer et respecter le boulanger qui a pétri notre pain ; l'hygiène, le ménage et toutes les règles religieuses dont surtout le repentir et les ablutions nous rappellent le possible ennoblissement spirituel vers la pureté et la beauté de la sainteté ; le cycle des saisons nous montre la réalité de la naissance, de la vie, de la mort et de la résurrection en particulier au niveau des feuilles d'un arbre réapparaissant après l'hiver et représentant les hommes sur la terre puis au Jugement Dernier ; le printemps représente donc la naissance, la jeunesse et la résurrection, l'été représente la force de l'âge adulte, l'automne représente la vieillesse, et l'hiver représente la mort ; la sexualité nous montrent comment s'habituer à dépasser de voir le mal sur terre afin d'y voir principalement l'immense beauté dont de l'amour, du plaisir et de la noblesse ; le mal de la douleur physique par rapport au bien de la santé physique nous montre la valeur du mal des défauts spirituels par rapport à la valeur du bien des qualités spirituelles ; les belles mélodies sans fausses notes et les groupes de poissons et d'oiseaux coordonnés nous montrent la beauté et donc la noblesse logiques de s'organiser harmonieusement au niveau individuel et collectif, c'est à dire équitablement ; les divers pactes prophétiques de paix avec les idolâtres et l'autorisation de manger du porc modérément quand on est affamé et qu'il n'y a rien d'autre à manger nous montrent la grande intelligence et donc noblesse du compromis dans certains cas, comme le fait d'ailleurs souvent Dieu par rapport à l'évolution spirituelle de chacun d'entre nous ; les agréables parfums, les élégants vêtements et les bonnes saveurs de la nourriture vitale et licite que nous apprécions nous montrent la sagesse du Créateur et rappellent le raffinement présent dans nos âmes devant également préférer les qualités spirituelles ; et les valeurs de l'amour, de la vie, de la pureté, de la joie, de la sagesse, de la courtoisie, de la famille, de la solidarité et de la générosité présentes et proposées sur terre montrent la dignité qu'Allah partage constamment avec nous ; etc.
Par conséquent il apparaît que tout le scénario de la Création et des divers destins sert principalement à comprendre les attributs divins, la morale, la noblesse, la science divine et la valorisation du Paradis. Ainsi la vie terrestre nous invite bien à découvrir et acquérir la valeur suprême qu'est la dignité par la reconnaissance et l'obtention des qualités spirituelles divines à travers de nobles morales, telles la justice divine à travers le licite religieux, la miséricorde divine à travers les relations familiales, et la sage science divine généreuse à travers différents bienfaits tels les vêtements, les bons aliments, les parfums, les paysages, les demeures et l'aumône. Dans ce sens, le sublime possible amour intime envers Allah et Ses glorieuses voies du bien, dont par la dimension de cet amour en Allah pour Ses attributs illimités, suprêmes, excellents et transcendants, peut également être défini comme aussi respectueux qu'envers un parent, aussi émouvant que le premier amour, aussi intense qu'avec un conjoint, aussi pur qu'avec un nourrisson, aussi responsable qu'envers un enfant, aussi naturel qu'avec un frère ou une sœur, aussi agréable qu'avec un ami sincère, aussi beau qu'avec un coreligionnaire, aussi chaleureux qu'une demeure protectrice, aussi savoureux qu'un aliment délicieux, aussi sérieux que notre rapport à l'Enfer et aussi merveilleux que notre rapport au Paradis.
           La colère d’Allah Le Tout-Puissant fit alors trembler le Jardin d'Eden. Adam et Eve étaient tétanisés de peur par la prise de conscience de leur péché. Puis la voix d’Allah le Très-Haut se mit à résonner dans l’immensité des cieux : « Ne vous ai-Je pas averti de prendre le Diable pour ennemi ?! » Et Il les fit quitter le Jardin d'Eden.
          Par cette erreur instructive prédestinée, Dieu décida donc de sagement continuer à les éprouver en les envoyant sur la terre de l'impureté, du regret, de la fatigue, de l'effort, des devoirs, des droits et du choix que seules la religion et la piété apaisent, purifient et ennoblissent :
(S20v114/115) « Que soit exalté Allah, le Vrai Souverain ! Ne te hâte pas (de réciter) le Coran avant que ne te soit achevée sa révélation. Et dis : “Ô mon Seigneur, accroît mes connaissances !” En effet, Nous avons auparavant fait une recommandation à Adam, mais il oublia, et Nous n'avons pas trouvé chez lui de résolution ferme. »
(S20v123) « Allah dit : Descendez d’ici (Adam et Eve, Eden paradisiaque abaissé au statut terrestre, mais si les révélations sont suivies, il peut devenir complété et donc redevenir paradisiaque particulièrement à la fin des temps), (vous serez) tous (avec vos descendants) ennemis les uns des autres (hommes et diables). Puis si jamais un guide vient de Ma part, quiconque suit Mon guide ne s’égarera, ni ne sera malheureux. »

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Attention ce bas-monde est maudit, tout ce qu’il contient est maudit sauf l’évocation de Dieu et ce qui s’ensuit (mode de vie prophétique), de même qu’un savant et un étudiant. » (Tirmidhi)
(S7v35) « Ô enfants d’Adam ! Si des Messagers (choisis) parmi vous viennent pour vous exposer Mes signes, alors ceux qui acquièrent la piété et se réforment n’auront aucune crainte et ne seront point affligés. »
Commentaire concernant les enseignements précédents : Comme il sera revu, le fruit interdit ayant provoqué simultanément chez Adam l'apprentissage de l'erreur, la perte de l'innocence spirituelle et la fin de la félicité originelle, il peut être déduit qu'il a ressenti le regret d'avoir perdu cette pureté et cette félicité originelles, et donc compris l'importance du repentir (à la différence de la vengeresse colère jalouse d'Iblis) cherchant à retrouver cette pureté et cette félicité originelles, et donc la valeur de l’ennoblissement religieux purifiant et apaisant joyeusement le cœur, et donc la pieuse dignité constante redonnant le premier degré de ce premier degré du Paradis qu'est cette joyeuse pureté originelle du Jardin d'Eden, et permettant donc logiquement d'être rétribué par les degrés progressifs infinis de l'immense félicité pure du Paradis Eternel :
(S2v37) « Puis Adam reçut de son Seigneur des paroles, et Allah agréa son repentir car c'est Lui certes, le Repentant, le Miséricordieux. »
          D'autre part, il apparaît que le Jardin d'Eden étant en même temps une partie de la Terre et du Paradis pourrait être une façon d'exprimer la vie d'Adam avec l'émotion du Paradis mais les sensations et besoins de la vie terrestre. En effet, comme le précise Dieu au futur dans les versets suivants, il avertit Adam et Eve de ne pas se faire sortir du Paradis par la tentation d'Iblis pour qu'ils connaissent plus tard les conditions complètes de la vie paradisiaque, ce qui prouve qu'ils ne sont pas encore totalement au Paradis et qu'ils sont donc bien dans le Jadin d'Eden :
(S20v117-119) « Alors Nous dîmes : “Ô Adam, celui-là est vraiment un ennemi pour toi et ton épouse. Prenez garde qu'il vous fasse sortir du Paradis, car alors tu seras malheureux, puisque tu n'y auras pas faim ni ne seras nu, tu n'y auras pas soif ni ne seras frappé par l'ardeur du soleil (ni du froid glacial selon le verset suivant).” »
(S76v13) « (Au Paradis) ils y seront accoudés sur des divans, n'y voyant (n'y vivant) ni soleil (étouffant) ni froid glacial. »

C'est à dire qu'Adam et Eve pouvaient sentir la faim et l'ardeur du soleil, mais sans comprendre totalement leur aspect difficile puisque leurs cœurs ressentaient donc constamment le premier degré de félicité du Paradis. Ainsi le jardin d'Eden pourrait avoir été une grande oasis remplie d'arbres fruitiers et de sources de lait, de miel et d'eau pure au milieu d'un désert de sable terrestre, mais considérée comme appartenant au Paradis par l'innocence y étant présente.
Le Jardin d’Éden serait donc l'antichambre procurant inévitablement le Paradis pur au total par la pureté liée à l'innocence humaine méconnaissant le mal. Et c'est pourquoi le Jardin d'Eden est souvent associé au Paradis.
Alors que le monde terrestre serait la meilleure antichambre procurant le Paradis pur au total par la pieuse sagesse purificatrice liée à l'ennoblissement humain à travers le choix du repentir, du droit chemin religieux, du caractère honorable, d'une bonne moralité, de la dépense pour Dieu et ainsi la meilleure valeur : la dignité décidée similaire à Allah. C'est à dire que pour atteindre le Paradis Pur (Saint), son antichambre à travers le choix pur (saint) de la noblesse sur terre à une valeur supérieure par rapport à son antichambre à travers la pureté (sainteté) de l'innocence du jardin d'Eden et des anges. Et c'est pourquoi Dieu a préféré ce scénario, et le plus haut niveau du Paradis est associé à la meilleure rétribution. Ainsi le Jardin d'Eden terrestre ayant été une partie du Paradis, l'arbre de la connaissance appartient en réalité en même temps à la Terre, au Jardin d'Eden et au Paradis.
D'ailleurs selon les Evangiles, l'inné esprit entièrement pieux et donc saint et donc pur de Jésus est le rédempteur apportant la réparation de l'erreur spirituelle des parents de l'humanité ayant perdu leur innocence, et donc leur sainteté, et donc leur pureté, et ayant donc dû quitter logiquement la pureté du Jardin d'Eden. Et la tradition du Prophète Mouhamed (SBDSL) montre à la nature humaine imparfaite les conditions d'accès à cette sainteté donc excellente de Jésus, surtout que Jésus ne peut pas être venu se vanter de la (et de sa) sainteté spirituelle sans que l'humanité puisse l'atteindre au final.
          Trois branches de l'arbre empoignèrent fermement Adam, Eve, et Iblis pour les chasser séparément du Jardin d'Eden terrestre du Paradis, car leur impureté les sépara et fit possiblement sortir ce Jardin d'Eden terrestre du Paradis. Cela semble signifier que le Jardin d'Eden, qui était considéré comme pur et appartenant donc au Paradis, fut rétrogradé de ce statut en devenant ainsi seulement une partie de la terre suite à la perte d'innocence d'Adam et Eve jusqu'à que la Terre entière obtienne ce statut par l'ennoblissement religieux maximal grâce aux révélations progressives.
          Pour valoriser l'importance de la solidarité conjugale dans la pureté, et donc la noblesse et donc la religion après leur erreur, Adam et Eve furent par conséquent séparés à leur arrivée sur terre en étant envoyés dans des régions différentes. Quant à Iblis, il erra sur terre car la mission qu'il avait choisie était loin d'être terminée. Adam s’installa quelques temps sur une montagne, il était désespéré et ne savait pas comment obtenir le pardon de son Seigneur. La première fois que le soleil se coucha, il crut que c'était un châtiment et se mit alors en prosternation face contre terre : il pleura longtemps et finit par humblement implorer le pardon d'Allah grâce à une inspiration divine jusqu'à ce que le soleil se lève à l'horizon :
(S2v37) « Puis Adam reçut de son Seigneur des paroles, et Allah agréa son repentir car c'est Lui certes, le Repentant, le Miséricordieux. »
          Allah le Miséricordieux agréa alors son repentir et envoya l’Archange Gabriel pour le prévenir qu'Il lui avait fait miséricorde :
« Ô Adam, Allah te salue et te demande la raison de tes pleurs et de tes gémissements, demanda Gabriel.
-J’ai perdu la protection de mon Seigneur, je lui ai désobéi et je veux Son pardon, répondit  tristement Adam.
-Ne t’affliges pas, répondit Gabriel, Allah a entendu ton repentir et m’envoie à toi pour te dire qu'Il t'a pardonné. »
Ici il faut remarquer que le regret et l'apaisement du repentir correspondent à de la foi intense.
          L’Archange Gabriel tendit alors à Adam une poignée de grains de blé venant du Paradis. C’était une partie de sa nouvelle nourriture. En effet, Adam devait désormais noblement travailler pour se nourrir, comprendre la haute valeur de la responsabilité, et incarner l'attribut divin de Celui qui subsiste par Lui-même. Il dut donc apprendre à semer, planter, récolter et moudre afin de transformer ces grains de blé en matière comestible :
Selon Abou Abdillah Zubayr ibn al-Awwam (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Il est préférable à l'un d'entre vous qu'il prenne ses cordes, aille à la montagne pour en revenir avec des fagots de bois sur son dos, et qu'il les vende, plutôt que de mendier auprès des gens même si on lui donne. » (Boukhari)
Selon Al Miqdad Ibn Madikarib (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « Nul n'a mangé de nourriture meilleure que celle acquise du travail de ses mains. Le Prophète David (paix sur lui) se nourrissait du travail de ses mains. » (Boukhari)

          Il dut aussi apprendre à construire et forger pour assumer sa vie au quotidien et avoir une demeure. Tous ces enseignements lui furent transmis par l’ange Gabriel pour le guider dans sa vie sur terre, les pieux efforts incarnant la dignité et la valorisation du Paradis.
          Adam était soulagé car il ne ressentait plus le fardeau de son péché, puisqu’il avait reçu le pardon d’Allah. Malgré cela, il avait toujours de la peine car il pensait énormément au magnifique jardin d’Eden, le lieu où il fut créé. Les images de ses arbres fruitiers, de ses ruisseaux de lait, de miel et d'eau pure, de ses oiseaux et de ses multiples splendeurs lui traversaient l’esprit et il souriait avec mélancolie.
          Pour apaiser le chagrin d’Adam, Allah (Glorifié soit-Il) lui envoya un trésor du Paradis : une maison en rubis. Il s’agissait d’une maison resplendissante qu’Allah le Très-Grand déposa juste à l'endroit ou juste à côté de la Kaaba d’aujourd’hui appelée autrefois « bekka». Suite à une noble mise à jour divine de l'humanité, elle fut ensuite emportée par le déluge probablement jusqu'au fond de l'océan, puis fut remplacée au même endroit par la Kaaba construite par le Prophète Abraham et son fils Ismaël (paix sur eux). Cette reconstruction de la Kaaba par le Prophète Abraham et son fils Ismaël (paix sur eux) semble donc incarner un niveau moral supérieur ou un renouveau atteint par l'humanité ou une partie de l'humanité, comme ce sera apparemment le cas à la fin des temps lors de la reconstruction de la Kaaba suite à une nouvelle destruction et à la victoire du Mahdi et de Jésus.
          Pour faciliter l'orientation à Adam, Dieu avait en plus sagement placé sur le toit de la maison en rubis une pierre blanche si lumineuse qu’Adam pouvait apercevoir l’éclat qui résultait de son éblouissement même en étant très éloigné d'elle. En effet, celle-ci projetait sa lumière jusque dans les cieux. Adam entra donc dans cette demeure et son cœur y trouva le repos :
(S3v96) « La première Maison qui a été édifiée pour les gens (maison en rubis ou construite par Adam et Eve), c'est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l'univers. »
(S6v92) « Voici un Livre (le Coran) béni que Nous avons fait descendre, confirmant ce qui existait déjà avant lui, afin que tu avertisses la Mère des Cités (la Mecque) et les gens tout autour. Ceux qui croient au Jour dernier ont la foi et demeurent assidus dans leur Salat. »

          Adam était reconnaissant envers Allah le Très-Haut qui avait été miséricordieux envers lui et n’avait cessé d’entendre ses prières. Il était heureux mais pas totalement comblé, car sa compagne lui manquait terriblement. Il la cherchait partout : dans les montagnes, les forêts, les déserts...
          Eve de son côté, à force de regret et de pleurs, s’était amaigrie. Son cœur était empli de chagrin, ses regrets d'avoir désobéi à Dieu la rongeaient, et son époux lui manquait aussi à mourir, car le corps et la côte s'attirent inévitablement, joliment et noblement jusqu'à refusionner dont en vivant à travers la complémentarité vers des objectifs familiaux communs, en pratiquant la relation intime et en créant un enfant, comme la loi de la gravité pouvant incarner l'équilibre dans la relation est la meilleure réussite même dans un couple. Ils n’avaient aucune nouvelle ni de l’un ni de l’autre depuis fort longtemps. En continuant ses recherches, Eve vit au loin la lumière de la pierre placée sur le toit de la maison en rubis. En se dirigeant vers elle, elle aperçut Adam et cria son nom. A cet instant, ils coururent l'un vers l'autre jusqu’à ce qu'ils soient face à face. Ils se tombèrent alors dans les bras fous de joie, et valorisèrent donc encore plus leur amour, la solidarité, la bienveillance et tous les nobles sens de leur couple, puis dignement, demandèrent à nouveau à leur Seigneur qu'Il leur accorde Sa miséricorde dans ce nouveau monde :
(S2v23) « Tous deux (Adam et Eve) dirent : “Ô notre Seigneur, nous avons fait du tort à nous-mêmes. Et si Tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas miséricorde, nous serons très certainement du nombre des perdants.” »
          Ce moment mémorable par sa valeur très élevée se déroula à 20 km de la Mecque sur un mont qui se nomme « Arafat ». Il faut noter que de nos jours cet endroit est la dernière étape du pèlerinage islamique où les pèlerins louent Dieu. Adam conduisit Eve jusqu’à la maison en rubis. Ils se confectionnèrent des vêtements en laine de moutons et tournèrent pieusement autour de la maison en rubis, ou d'une autre à côté qu'ils construisirent en tant que première Kaaba, et prièrent comme l’ange Gabriel leur avait enseigné. Ainsi cet endroit rappelant la création de l'humanité par Dieu, les retrouvailles des parents de l'humanité suite à avoir quitté le Jardin d'Eden terrestre du Paradis, la première demeure des parents de l'humanité, la première salle de prière, l'origine paradisiaque vers laquelle l'humanité doit retourner, et la fitra atteinte par Ibrahim et Ismaël suite à leur soumission à Dieu lors de leur sacrifice et de leur reconstruction de la Kaaba, devint magnifiquement la très honorable direction pour la prière des musulmans. Il faut noter que cette image comme direction est plus douce par rapport à l'image violente de la crucifixion de Jésus, mais  cette dernière est souvent devenue simplement une croix synonyme du Saint Esprit Divin. Or les sacrifices de Jésus et de ses apôtres, d'Abraham et d'Ismaël, d'Adam et Eve, et du Prophète (SBDSL) et de ses compagnons, nous apportent tous une profondeur sérieuse reconnaissant et voulant leurs admirables sincérité, piété, effort, noblesse et bienveillance.
          Adam et Eve s’épaulèrent, travaillèrent ensemble et ensemencèrent la terre dans tous ses recoins. A force de labeur et de persévérance, ils recueillirent des biens de toutes espèces. Ils bâtirent de nouvelles maisons leurs enfants. Ils voyaient déjà tous leurs enfants peupler la Terre en la rendant fertile et agréable à vivre.
          Ainsi Adam et Eve eurent beaucoup d’enfants car leur durée de vie était de mille ans. Eve eut  environ 32 accouchements qui faisaient naître à chaque fois des jumeaux de sexe opposé provenant de deux œufs distincts par rapport aux vrais jumeaux provenant de la fragmentation d'un même oeuf. D'ailleurs de nombreux versets tel que le suivant montrent que l'humanité descend bien d'Adam, puisqu'ils commencent par l'expression « Ô enfants d'Adam » signifiant que Dieu s'adresse à l'humanité : (S7v31) « Ô enfants d'Adam, dans chaque lieu de Salat (prière) portez votre parure (vos habits). Et mangez et buvez, et ne commettez pas d'excès, car Il (Allah) n'aime pas ceux qui commettent des excès. »
Parmi cette deuxième génération il y eut les garçons Caïn puis Abel qui par conséquent avaient chacun une sœur jumelle. Caïn était agriculteur et Abel était berger. A cette époque pour que l'humanité puisse légitimement croître, demeure dans les nobles valeurs d'une seule famille, préserve l'importance des valeurs de la différence et anticipe les inévitables valeurs liée à l'interdiction de l'inceste, une loi divine exigeait logiquement que chaque fils épouse la sœur jumelle de son frère. Il faut noter que cette loi fut abrogée lors de la deuxième génération d'enfants, car depuis, les mariages ne sont autorisés au maximum qu'entre cousins et cousines ou évidemment entre deux familles qui n'ont pas de lien de parenté proche.
          Par conséquent l'humanité étant une grande famille, la notion de racisme ne peut être qu'absurde, injuste, et donc synonyme d'une stupidité morale et politique. En effet nos couleurs différentes nous invitent seulement à les organiser harmonieusement tel à travers un joli jardin de fleurs, dont en s'entre-connaissant culturellement et s'accompagnant dignement, surtout que tous les êtres humains ont la même couleur de sang, d'os, de chaires, de dents, de cerveau, de cœur et de larmes, et que parmi les plus belles et profondes amitiés et fraternités se trouvent celles entre humains de couleurs différentes. Que ce soit pour les dignes et les indignes, il n'y a d'ailleurs pas de couleur. Ainsi pour parvenir à ce jardin mondial sans racisme, chacun doit être antiraciste mais aussi pardonner les ancêtres qui y ont participé et pas les présents qui n'ont rien à se reprocher sauf s'ils peuvent trouver un juste milieu dans le dédommagement, mais aussi pour ceux l'ayant subis injustement, et à cause de trahison, de désunion, ou de faiblesse morale :
(S49v13) « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle (en mariant chaque fils à la sœur jumelle de son frère, seulement au cours de la deuxième génération de l'humanité composé uniquement de faux jumeaux mâle et femelle provenant de deux œufs distincts par rapport aux vrais jumeaux provenant de la fragmentation d'un même œuf), et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez (dans la dignité). Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux . Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur. »
(S4v1) « Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un seul être, et a créé de celui-ci sont épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement. »

Or à travers la fermeture et la violence des riches classes dominantes, le racisme devient de plus en plus social. Ce qui n'est pas étonnant puisque notre société a progressivement été basée principalement sur le darwinisme, l'athéisme, le wokisme, le nationalisme ou le tribalisme. Cependant au Jour du Jugement Dernier comme tout mépris orgueilleux ou stupide, le racisme social sera autant condamné que le racisme ethnique, puisqu'il est également incompatible et donc injuste par rapport à la qualité spécifique d'une créature qu'est l'humilité, et donc aussi impur et impossible à entrer dans le Paradis pur selon le hadith suivant :
(S2v130) « Qui donc aura en aversion la religion d'Abraham, sinon celui qui sème son âme dans la sottise ? »
(S59v21) « Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, tu l’aurais vu s’humilier et se fendre par crainte d’Allah (comme un cœur s'ébranle humblement ou émotionnellement puis s'ouvre et s'attendrit pour l'inestimable présence et l'irréprochable sagesse divines). Et ces paraboles Nous les citons aux gens qui réfléchissent. »

Selon Abdoullah Ibn Masoud (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit : « N'entrera pas au Paradis celui qui a dans son cœur le poids d'un atome d'orgueil. » Quelqu'un dit : « On aime pourtant avoir un bel habit et de belles chaussures. » Il dit : « Dieu est beau et II aime la beauté. L'orgueil, c'est le fait de ne pas accepter une vérité venant des autres et de les mépriser. » (Mouslim)
Commentaire : Dans un autre récit de Abdallah Ibn Omar (SDP) rapporte : Le Messager d'Allah (SBDSL) a dit : « L'orgueil c'est rabaisser les créatures (dans une autre version: la vérité) et mépriser les gens. »
Surtout que pour montrer la complémentarité de leur nature respective reflétant les qualités spirituelles humaines complètes synonyme de connaissance complète des qualités spirituelles divines, Adam et Eve et donc l'humanité n'ont été tirés que d'Adam, c'est à dire d'un seul corps, et donc d'une seule âme, et donc d'un seul esprit, en plus d'origine divine. Ce qui confirme également le hadith précisant que le pieux mariage hétérosexuel est la moitié de la religion. En effet le mariage apporte de nombreux enseignements nobles, dont en faisant des enfants. L'humanité n'est donc qu'une divisée dans des corps et n'ayant que deux types d'âmes n'en formant qu'une. Cette âme originelle unique de l'humanité divisée entre Adam et Eve, c'est à dire entre l'homme et la femme, détient donc le plus la connaissance complète de Dieu, de Son caractère et de Sa moralité pour toutes les créatures. En effet l'homme représente plus la force et la justice de Dieu, la femme représente plus la finesse et la miséricorde de Dieu, et les enfants représentent plus la capacité créatrice et la pureté de Dieu. D'ailleurs Allah parle de Lui-même dans le Coran en évoquant parfois le masculin comme quand Il utilise l'expression « Dieu Créateur » représentant plus la force, et parfois le féminin comme quand Il utilise l'expression « Divinité Unique » représentant plus la finesse. Ainsi comme l'humanité provient d'Adam et Eve qui viennent d'une seule âme, et comme l'humanité a donc aussi était tirée de cette seule âme et donc de ce seul esprit qui est en plus d'origine divine, il n'y a logiquement qu'une bienveillante et bienfaisante vie familiale, sociale et religieuse qui peut apporter la plénitude. Ce qui signifie que le racisme est d'autant plus illégitime et donc injuste et donc impur :
(ExtS7v189) « C'est Lui qui vous a créés d'un seul être (âme) dont il a tiré son épouse, pour qu'il trouve de la tranquillité (forme de miséricorde prouvée dans le verset suivant qui est une qualité divine) auprès d'elle (car étant plus faible physiquement elle recherche et incarne plus la miséricorde logiquement) »
(S30v21) « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. »
(S38v6) « Il vous a créés d'une personne unique et a tiré d'elle son épouse. »
Selon An-Nomân Ibn Bashir (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « L'image des croyants (ou des frères en humanité contre l'oppression) dans l'amour, la miséricorde et l'affection qu'ils se portent, est comparable à celle d'un même corps : lorsqu'un membre se plaint de quelque douleur, c'est l'ensemble du corps qui en pâtit par l'insomnie et la fièvre. » (Boukhari et Mouslim)
(ExtS25v54) « Et c'est Lui qui de l'eau a créé une espèce humaine qu'Il unit par les liens de la parenté et de l'alliance. Et ton Seigneur demeure Omnipotent. »
(S7v172) « Et quand ton Seigneur tira des reins d’Adam sa descendance et les fit témoigner sur eux-mêmes : “Ne suis-je pas votre Seigneur ?” Ils répondirent : “Mais si, nous en témoignons…”, (c'était) afin que vous ne disiez point au jour de la résurrection : “Vraiment, nous n’y avons pas fait attention (puisque la présence émotionnelle de ce témoignage qu'il faut reconnaître est dans votre cœur).” »

C'est à dire que l’authentique plénitude et donc la véritable unité du couple, de la famille et de l'humanité au niveau corporel, spirituel, familial et social ne se réalisent qu'en étant tous des coreligionnaires musulmans, puisque l'islam est la religion entièrement complétée et nous descendons tous d'Adam et Eve qui étaient le début du monothéisme humain :
Bible (Romains 12, 4/5) « Car, comme nous avons plusieurs membres dans un seul corps, et que tous les membres n'ont pas la même fonction, ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres. »
          Or Caïn s’était épris de sa sœur jumelle et Abel n’osait pas transgresser la loi. Ils s’en remirent donc à Allah le Très Haut pour qu’Il tranche sur la question en contrepartie d’un sacrifice. Abel prit son meilleur mouton mais Caïn ramassa sa plus mauvaise récolte. Ils posèrent leurs sacrifices et attendirent. Un éclat d’une forte intensité apparut dans le ciel puis un jet de lumière coloré d’une rare beauté s’empara de l’offrande d’Abel et l’emporta dans les cieux en laissant celle de Caïn.
          Ce dernier fut fou de rage et sa colère était telle qu’il voulait supprimer son frère. Il lui manifesta sa haine et déclara : « Je vais te tuer. » Abel répliqua : « Allah n’agrée que Ses fidèles serviteurs. Si tu me frappes de ta main pour me tuer, je ne répondrai pas. Je crains Allah, Seigneur des Mondes, et j’aspire à Le satisfaire. Je veux que tu partes avec ton péché et les injustes sont les gens du feu. » Plus les jours passaient, plus la rage de Caïn augmentait, mais le meurtre n’ayant jamais existé, les hommes ne connaissaient pas la mort, ni l'assassinat, ni ses rites. Dans cet état de haine, le maudit Iblis se présenta à lui sous une belle apparence et lui inspira la manière d’exécuter son frère en lui disant de ramasser une grosse pierre afin d'aller derrière son frère pour lui écraser sur la tête de toute ses forces. Il s’exécuta et la mort de son frère fut instantanée. L’humanité connut alors son premier assassin, sa première victime et son premier mort. Caïn transporta le cadavre de son frère sur son dos durant des heures ne sachant que faire de lui. Allah le Tout-Puissant l’observait du haut de Son Trône et lui envoya un corbeau qui se mit à gratter la terre pour lui montrer la manière d’ensevelir son frère. Voyant cela, il s’exclama : « Malheur à moi ! Suis-je incapable d’être comme ce corbeau, à même d’enterrer le cadavre de mon frère ? » C’est alors qu’il devint du nombre de ceux que le remords ronge :
(S5v27-31) « Et raconte-leur en toute vérité l'histoire des deux fils d'Adam. Les deux offrirent des sacrifices : celui de l'un fut accepté et celui de l'autre ne le fut pas. Celui-ci dit : “Je te tuerai sûrement.” L'autre dit : “Allah n'accepte que de la part des pieux. Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n'étendrai pas vers toi ma main pour te tuer, car je crains Allah, le Seigneur de l'Univers. Je veux que tu partes avec le péché de m'avoir tué, et avec ton propre péché tu seras alors du nombre des gens du Feu. Telle est la récompense des injustes.” Son âme (bestiale, ego) l'incita (quand même) à tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du nombre des perdants. Puis Allah envoya un corbeau qui se mit à gratter la terre pour lui montrer comment ensevelir le cadavre de son frère. Il dit : “Malheur à moi ! Suis-je incapable d'être comme ce corbeau à même d'ensevelir le cadavre de mon frère ?” Il devint alors du nombre de ceux que ronge le remords. »
          Pendant ce temps, Adam s’inquiétait de l’absence prolongée de ses fils car il n’avait aucune nouvelles d’eux. Brusquement, les ailes de l'Archange Gabriel se montrèrent. La nouvelle de l'incident plongea Adam dans un profond chagrin qui condamna son fils meurtrier pour l’éternité. C'est ainsi que Caïn se retira dans une région loin de ses proches.
         Plus tard un nouveau fils naquit seul, probablement en partie pour rendre un mari à la femme d'Abel. Il s’appelait Seth et fut choisi pour commencer la prophétie en devenant ainsi le père des Prophètes.
          Adam vécut donc pendant près de mille ans et l’Archange de la mort vint prendre son âme. L'Archange Gabriel descendit un linceul du Paradis et le donna à Seth. Celui-ci enveloppa son père dedans puis effectua la prière sur le mort avant de l’enterrer. Eve mourut un an plus tard et leur fils héritier Seth les enterra côte à côte. Puis logiquement, l'humanité se répandit principalement vers le croissant fertile en tant que deuxième berceau principal de la civilisation, dont la Palestine et Jérusalem font partie.
          Or il faut bien comprendre qu’au bout de mille ans plusieurs générations virent le jour et que jusqu’à Noé les gens vivaient près d'un millier d'années selon le Coran. Par conséquent si les 16 premiers couples d'enfants eurent aussi environ 32 enfants comme Eve au cours de sa vie, et ainsi de suite jusqu'à Noé, cela signifie que la population augmenta rapidement et qu'au bout de cinq générations, on peut faire le calcul suivant : (32 enfants d'Adam et Eve / 2 pour faire un couple) x 32 = 512 petits enfants d'Adam et Eve. Puis les petits enfants eurent des enfants (512/2) x 32 = 8192 et (8192/2) x 32 = 131072, etc...
          Pour résumer l'histoire d'Adam et la possible noblesse excellente humaine, il faut rappeler qu’Allah a créé les anges dans un déterminisme saint puisque demeurant dans la noblesse de l'adoration permanente, car il est basé exclusivement sur des œuvres cultuelles et des missions sacrées divinement lumineuses, dont leurs corps et donc leurs âmes et donc leurs esprits ne peuvent se nourrir uniquement. Alors que c'est par l'effort du libre-arbitre que l'être humain doit légitimement adorer Allah avec des œuvres cultuelles dont pour s'ennoblir et nourrir son âme spirituelle tendant à vivre le plus honorablement, et qu'il doit en plus sagement gérer des tentations liées à des besoins corporels divers et donc aux instincts de son âme bestiale, et gérer des sentiments supplémentaires, c'est à dire en tendant à y répondre dignement au mieux et donc pieusement au sein du cadre légal religieux, dans le juste milieu, avec un agréable caractère et par une bonne moralité, dont le généreux don raisonnable de nourriture licite fait partie. D'ailleurs pour montrer que l'homme est logiquement responsable de lui-même par son libre-arbitre, et que quand il est pieusement sage, il devient supérieur aux anges puisque ne pouvant désobéir, si l'homme choisit le bien spirituellement, Allah le rétribuera par le bien-être physique du Paradis, et s’il choisit le mal spirituellement, Allah le rétribuera par le mal-être physique de l'Enfer.
          Ainsi la vie d’Adam montre les règles fondamentales de l’humanité concluant la noblesse morale de la Création :
-le combat du bien contre le mal
-la récompense après l’obéissance
-la punition après la désobéissance
-le pardon après le repentir
-l'erreur pour comprendre l'ennoblissement maximal d'éviter d'en faire, de pratiquer l'adoration permanente et de cheminer jusqu'à la meilleure dignité
-et donc la valeur suprême qu'est le mode de vie, le caractère et la moralité prophétiques.
          Il faut noter qu'Allah le Très-Haut raconte l’histoire d’Adam vingt-cinq fois dans le Coran, sans préciser ni de date, ni de lieu. Ce qui montre que ces passages n’ont pas une grande importance temporelle et qu'ils incitent donc plutôt à retenir leurs nobles enseignements morales.
L’Imam Qurtubi a expliqué que le nom d’Adam est tiré du terme arabe « Adim » qui signifie la terre. C'est pour ça que l'homme mange ce qui provient de la terre et qu'il y retournera après sa mort puisque provenant d'elle. Ce qui prouve que chaque mot coranique a d'abord un noble sens éclairant  et donc nourrissant et donc apaisant pour l'esprit humain, avant d'être un sublime son coranique divin aussi apaisant. Un autre exemple est qu'Ewa (Eve en arabe) signifie source de vie et sous-entend donc que comme la terre produisant des aliments et l'eau hydratant les corps sont causes de vie végétale et animale, la mère est cause de vie humaine à travers le lien à son mari, sa grossesse, son lait pour le nourrisson et sa responsabilité envers les enfants. De plus en arabe, l’homme se dit « insane », qui est tiré du mot « nissiane » signifiant « l’oubli ». C’est ainsi qu’Adam fut le premier homme à oublier l’ordre d’Allah, et que l'effort humain de se rappeler souvent son Seigneur constamment créateur de tout en Lui rendant hommage, apporte logiquement à l'être humain sa dignité principale, dont car çà l'amène en plus à la meilleure bienveillance dont en voulant le Paradis pour tous les hommes.
          Or cette histoire explique aussi que l’homme est composé de deux éléments :
-un corps physique venant de la Terre
-une âme spirituelle céleste venant de l'Esprit d’Allah le Très-Haut.
          Allah (Glorifié soit-Il) a voulu que chaque élément se nourrisse de son origine :
-le corps se nourrit de la terre (fruits, légumes, eau, viande...)
-l’âme spirituelle se nourrit de l’adoration envers Allah (évocations, prières, Coran, méditations...).
          Ainsi l’homme a sagement besoin de se nourrir d’une façon équilibrée pour s'ennoblir dans l'excellente noblesse du juste milieu :
-s’il ne nourrit que son âme, son corps s’affaiblira et il mourra.
-s’il ne nourrit que son corps, son âme s’affaiblira et il s’éloignera d’Allah vers la perdition éternelle.
          La mort étant destinée à toutes les créatures pour établir leur valeur au Jugement Dernier, lorsque l’homme mourra, chaque élément retrouvera son origine :
-l’âme retournera vers son Seigneur, si elle s'est imprégnée de la foi.
-le corps se décomposera en un amas de poussière (terre) afin de retrouver sa forme originelle, sauf si c'est un martyr car son corps est préservé par Dieu.
          Certains savants voient des ressemblances entre les diverses caractéristiques de la terre et les divers caractères de l’être humain :
-l’être humain généreux ressemble à une terre bonne donnant d’abondantes récoltes.
-l’être humain doux ressemble à une terre fine, pure et agréable.
-l’être humain dur ressemble à un rocher plat, froid et donc repoussant.
-l’être humain radin ressemble à une terre stérile ne donnant aucune récolte.
-l’être humain mauvais ressemble à une terre dangereuse ne faisant pousser que des plantes épineuses.
          Pour poursuivre l'histoire des premiers humains, il faut savoir que Seth ayant été désigné par Adam comme seul héritier de la prophétie et donc chef, certains hommes suivaient ses enseignements et d’autres après avoir commencé à oublier ou à mécroire en Dieu suivirent ceux de Caïn. Les divergences ne tardèrent pas à diviser les hommes d’autant plus que le nombre d’adeptes de Caïn augmentait et que parfois ils attaquaient cruellement les adeptes de Seth. C’est dans ces conditions que Seth mourut.
          Son fils Idris fut nommé par Allah le Tout-Puissant afin de lui succéder en tant que Prophète. Dieu avait élu un homme pas comme les autres car Il l'avait doué d’une intelligence et d’une habileté rares. La preuve est qu’il inventa l’écriture après avoir trouvé un roseau qu’il tailla et qu’il trempa dans une encre sombre pour former divers signes qui donnèrent naissance aux premiers mots écrits. Ainsi, il put mettre par écrit pour la première fois les révélations divines et les prescrire à son peuple. Il institua aussi des lois justes qui purifièrent les hommes de la corruption et de la désobéissance, puis leur apprit à tisser leurs habits car auparavant les hommes ne s’habillaient qu'avec des peaux de bêtes. Idris imposait le respect par son grand physique, ses nombreuses qualités et ses longues méditations. Tel était le Prophète Idris, le rapproché d’Allah...
          Pendant que la paix régnait sur les hommes, un grand danger menaçait. Les disciples de Caïn entendirent des rumeurs sur le soi-disant Prophète nommé Idris et apprirent que c’était le descendant de Seth. Leurs mémoires se réveillèrent, les souvenirs des cruelles barbaries traversèrent leurs esprits impurs et une nouvelle attaque vit le jour. Ils provoquèrent des troubles, commirent des actes dévastateurs, et semèrent la décadence en écrasant les plus faibles. Ils divinisèrent les richesses, brûlèrent les habitations et martyrisèrent les enfants. Mais le peuple d’Idris se releva et proclama dignement une lutte sans merci.
          En voyant cette union des bonnes gens à travers une grande volonté de justice et de noblesse religieuse, Allah ordonna à Idris de rétablir la paix sur terre en tant que Représentant de l’Ordre divin. Il lui inspira la manière de procéder en envoyant l’Archange Gabriel (paix sur lui) escorté d’un animal qui devint une arme redoutable : le cheval. L’Archange Gabriel lui apprit à le dresser et à le monter, puis lui précisa qu’il devait anéantir tous ceux qui ne se soumettent pas. C’est alors que le premier Jihad (guerre sainte) eut lieu pour mettre fin au chaos sur terre et aux terribles souffrances des croyants et des faibles. Mais après cette guerre victorieuse et malgré son triomphe, Idris montrait un visage constamment triste à cause d'une contemplation excessive. Il confia à un ami céleste ange venu prendre de ses nouvelles, qu’il voulait négocier avec l’Archange de la mort  une vie très longue pour que ses actions auprès de l’Eternel soient aussi vastes que les galaxies et aussi pures que l’eau. L’ange le transporta alors jusqu’au quatrième ciel où se trouve La Mecque des anges (Beyt el mamou) en faisant ainsi profiter Idris des splendeurs des cieux. Arrivé à destination, ils cherchèrent l'Archange de la mort Azraïl et lui firent part de la demande. Ce dernier répondit : « Louanges à Allah ! Notre Seigneur m’a ordonné de prendre ton âme au quatrième ciel et je me suis immédiatement demandé comment je pourrai y prendre son âme puisqu’il est sur terre ? » s’exclama Azraïl.
          C’est ainsi que l’Archange de la mort ôta délicatement l’âme d’Idris parmi les anges de la sainte Maison Sacrée Céleste, et le fit entrer dans une sublime dimension, car il fut un roi sur terre qui devint l’homme qui mourut dans les cieux parmi les anges. Trois générations passèrent et son arrière petit fils Noé prit sa place sur terre. Il faut noter que tous les Prophètes-Messagers principaux proviennent d'une même lignée :
(S3v33/34) « Certes, Allah a élu Adam, Noé, la famille d'Abraham et la famille d'Imran au-dessus de tout le monde. En tant que descendants les uns des autres, et Allah est Audient et Omniscient. »
          Le Coran évoquent plusieurs autres histoires de Prophètes-Messagers pour mettre en avant leur pieuse dignité constante tout au long de leur vie, malgré les persécutions de nombreux hommes, les suggestions du Diable et des éducations morales divines. Ces histoires de Prophètes sont souvent similaires avec l'Ancien Testament et le Nouveau Testament de la Bible, puisque leurs nobles enseignements moraux sont très importants et étaient au départ destinés aux arabes qui n'avaient pas reçus de Prophètes. En voici quelques exemples : la sortie du Jardin d'Eden d'Adam, la longue et patiente prédication de Noé, l'immense beauté de Joseph ainsi que son abandon par ses frères et ses nombreuses années de prison, la perte de tous les biens de Job, la très grande richesse, les nombreuses femmes et le pouvoir incomparable de Salomon dont sur le vent, les animaux, le monde et les djinns, la vie très éprouvée d'Abraham dont l'abandon de sa deuxième femme et de leur enfant dans une terre désertique ainsi que l'ordre divin demandant le sacrifice de ce fils devenu adulte, la séparation de Moïse et de sa famille quelques temps après sa naissance, la grande pauvreté de Jésus et de celle choisie par Mouhamed qui devint orphelin au cours de son enfance. Tout ceci montrant aussi que quelles que soient les situations au cours de la vie, Dieu a un noble projet pour chaque humain quand on est prêt à le percevoir ou à s'en rapprocher et pour toute l'humanité quand on connaît Ses révélations :

(S12v111) « Dans leurs récits (des Prophètes) il y a certes une leçon pour les gens doués d'intelligence. Ce (le Coran) n'est point là un récit fabriqué (par Mouhamed). C'est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui , un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde (du Seigneur) pour des gens qui croient. »
(S11v120-123) « Et tout ce que Nous te racontons des récits des messagers (précédents), c'est pour en raffermir ton cœur. Et de ceux-ci t'est venue la vérité ainsi qu'une exhortation et un appel aux croyants. Et dis à ceux qui ne croient pas : “Oeuvrez autant que vous pouvez. Nous aussi nous oeuvrons. Et attendez. Nous aussi nous attendons !” A Allah appartient l'Inconnaissable des cieux et de la terre, et c'est à Lui que revient l'ordre tout entier. Adore-Le donc (pour t'ennoblir) et place ta confiance en Lui. Ton Seigneur n'est pas inattentif à ce que vous faites. »
(ExtS2v177) « Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants (et donc sincèrement croyant par la bienfaisance constante) dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! »
          En effet ces Messagers ont régulièrement montré d'excellentes valeurs caractérielles et morales. Par une profonde piété, ils ont enjambé des épreuves comme des montagnes. Ils ont répondu au mieux à la perte de biens, au rejet, à l'humiliation, aux moqueries, aux pièges et aux assauts de leurs peuples dont à travers la patience, le courage, la persévérance, le pardon, la bienfaisance, la subtilité. Il faut noter que tous les Prophètes-Messagers ont prié une seule fois en même temps, et que cette prière a été effectuée à la Mosquée Al Aqsa à Jérusalem avec l'ultime Prophète-Messager Mouhamed (SBDSL)en tant qu'Imam, lors du voyage de son ascension nocturne. Ce qui prouve encore son rang de meilleure créature. De plus si les principales révélations eurent lieu dans le proche orient, c'est parce que cette région étant centrale par rapport au reste du monde, cela a facilité la diffusion des messages divins à travers la planète.
          Puisque les Messagers devaient logiquement triompher pour établir leurs Livres Divins dans l'intérêt de l'humanité, le Coran montre que Dieu sauva tous Ses Prophètes-Messagers après des persécutions humaines et que le Messager Jésus (paix sur lui) n'a donc pas été crucifié ou du moins tué selon les versets coraniques suivants :
(S4v157/158) « Et à cause de leur parole : “Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus fils de Marie, le Messager d'Allah...” Or ils ne l'ont ni tué ni crucifié, mais ce n'était qu'un faux semblant... Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incertitude : ils n'en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l'ont certainement pas tué mais Allah l'a élevé vers Lui. Et Allah est Puissant et Sage. »
(S58v19-21) « Le Diable les a dominés et leur a fait oublier le rappel d'Allah. Ceux-là sont le parti du Diable et c'est le parti du Diable qui sont assurément les perdants. Ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager seront parmi les plus humiliés (le Jour du Jugement Universel). Allah a prescrit : “Assurément, Je triompherai Moi ainsi que Mes Messagers.” En vérité Allah est Fort et Puissant. »
(S10v101-103) « Dis : « Regardez ce qui est dans les cieux et sur la terre. » Mais ni les preuves ni les avertisseurs (Prophètes) ne suffisent à des gens qui ne croient pas. Est-ce qu’ils attendent autre chose que des châtiments semblables à ceux des peuples antérieurs ? Dis : « Attendez ! Moi aussi, j’attends avec vous. » Ensuite, Nous délivrerons Nos Messagers et les croyants. C’est ainsi qu’il Nous incombe (en toute justice) de délivrer les croyants. »
(ExtS5v110) « (Dieu dit à Jésus :) Je te protégeais contre les Enfants d'Israël pendant que tu leur apportais les preuves. »

          Ainsi Dieu a sauvé Jésus par un stratagème dont on peut émettre ces diverses hypothèses principales :
-un homme proche de Jésus l'ayant trahi puis voulu prendre sa place possiblement par sa ressemblance ou par un miracle dans ce sens pour se faire pardonner ou s'élever.
-échange ou ressemblance de son apparence avec celle d'un criminel qui fut gracié à sa place par les romains suite au choix de rabbins égarés étant devenus ainsi témoins contre eux-mêmes après avoir eu droit de vie et de mort concernant les deux hommes, dont l'un (Barabas) était un meurtrier reconnu et l'autre (Jésus) était un homme prêchant un message d'amour universel rappelant la véritable noblesse pieuse et se prétendant Prophète-roi Messie. Surtout que selon la Bible, ces rabbins pervers se soumirent à une autre souveraineté que celle de Dieu :
Bible (Evangile de Jésus Christ selon saint Jean 19, 15) « Mais ils (les rabbins) s'écrièrent : Ôte, ôte, crucifie-le ! Pilate leur dit : Crucifierai-je votre roi ? Les principaux sacrificateurs (ces rabbins) répondirent : Nous n'avons de roi que César (alors qu'ils n'ont normalement de roi que Dieu). »
C'est à dire que suite à la décision du gouverneur romain Ponce Pilate ayant proposé aux juifs présents selon une coutume romaine pendant la pâque de gracier un condamné pour apaiser une partie de la population juive, la justice divine a pu remplacer la crucifixion de Jésus, voulue injustement par de pervers rabbins pharisiens prétendument « saints » (étant en partie le Sanhédrin et ayant voté démocratiquement contre Jésus) selon la loi juive pour l'accusation de faux prophète, dont donc pour corriger l'erreur des responsables de son peuple prophète juif qui espéraient prouver ainsi que Jésus n'était pas le Messie (mais comme il a survécu, ils auraient donc du croire en sa messianité), par la crucifixion selon la loi romaine de ce meurtrier juif Barabas ayant refusé le message du christ et tué un romain, ne pouvant parler, et ayant pu miraculeusement échangé son apparence momentanément avec Jésus dans la cellule la nuit avant le jugement et avant la crucifixion. Or si Jésus a vraiment été crucifié (peut être pas jusqu'à la mort, ce qui signifierait donc qu'il n'a pas été entièrement crucifié ni donc crucifié), selon divers commentateurs, la démocratie est par conséquent ce qui a permis de libérer le criminel Barabas et crucifier Jésus l'irréprochable. -en partie une illusion collective, possiblement à travers un ange ne ressentant pas la souffrance par nature et ayant donc pris l'apparence de Jésus comme l'ange Gabriel ressemblait au compagnon Dihya Alkelbi quand il visitait le Prophète Mouhamed, pour rendre les juifs corrompus aussi témoins contre eux-mêmes, ou possiblement à travers le corps, l'âme et l'esprit saints de Jésus enveloppés par le saint ange Gabriel dans une forme d'hologramme superposé qui l'a donc protégé de la réalité de la crucifixion (mais pas des souffrances l'ayant précédée), comme le Prophète Abraham n'a pas été touché par le feu (alors que selon commentateurs, les infidèles croyaient le voir brûler).
-ou ils ne l'ont ni crucifié ni donc fait mourir par étouffement, puisque selon la Thora la crucifixion ne signifie pas seulement clouer mais en plus étouffer, et Dieu a enlevé son âme comme Il le fait avec les dormeurs possiblement sous forme d'un comas :
(S39v42) « Allah reçoit les âmes au moment de leur mort ainsi que celles qui ne meurent pas au cours de leur sommeil. Il retient celles à qui Il a décrété la mort, tandis qu’il renvoie les autres jusqu’à un terme fixé. Il y certainement là des preuves pour des gens qui réfléchissent. »
Puis Dieu guérit ses blessures miraculeusement, puisque le Coran évoque que Dieu a reconstitué un animal, ce qui pourrait être la meilleure interprétation.
-ou ils ne l'ont donc tout simplement pas tué ni donc pas totalement crucifié, ni donc crucifié, car il était dans un comas profond comme cela arrive parfois à des gens se réveillant après des mort cliniques. Or ce comas de Jésus peut être correct par respect pour ce Prophète-Messager Messie, ce sacrifice momentané, et ses fidèles chrétiens pouvant avec l'intention de prier l'Esprit Saint Suprême derrière le saint esprit humain ou la croix, s’inspirer de la bonté du saint esprit de Dieu reflété par celui de Jésus. Ainsi cette idée de prier Dieu ce qu'il y a derrière la crucifixion demeure valide même si ce n'était pas réellement Jésus sur la croix. Surtout que prier vers Jésus se rapprochant trop de l'association puisque son saint esprit n'est pas le Saint Esprit Suprême, l'identité de la personne sur la croix devient donc peu importante pour ceux ayant l'intention de prier le Saint Esprit Suprême derrière cette crucifixion. D'autant plus que tout noble stratagème divin est légitime dont Jésus n'ayant pas réellement été crucifié, si c'est pour ne donner aucune satisfaction aux juifs corrompus. De plus il faut rappeler qu'à son retour Jésus brisera la croix, peut être seulement pour l'erreur de la trinité et pas en plus pour cette analyse, et que prier devant la violence de la crucifixion quotidiennement paraît étonnant, bien que cela évoque d'abord la meilleure œuvre qu'est le sacrifice de la vie pour Dieu, c'est à dire le martyr. Alors qu'avec l'intention de prier Dieu, les musulmans et les juifs prient respectivement vers un lieu consacrée à la prière et n'évoquant donc pas la violence. Il faut noter qu'au début de la révélation coranique, les musulmans priaient vers la grandeur du temple de Salomon à Jérusalem comme les juifs, puis pour finalement faire clairement prévaloir les règles islamiques, Dieu orienta la direction de la prière des musulmans vers l'humble Kaaba, mais aussi car à l'origine elle était donc la première maison ou salle de prière des parents de l'humanité, ce qui est une direction plus douce et paisible que la crucifixion, en sachant qu'au début les chrétiens priaient aussi vers le Temple de Jérusalem avec Jésus.

Cependant si Allah a laissé ce doute s'installer sur la crucifixion que ce soit Jésus ou pas, c'est donc probablement parce que le sacrifice suprême de la vie pour le Seigneur et le bien des autres appartient au domaine de ce qui est le plus honorable et apporte beaucoup de foi, de sérieux, de piété, de profondeur et de grandeur à l'humanité.
Par ailleurs il peut aussi être déduit que si Jésus était en fait dans un comas profond, il n'a pas été autant ressuscité que le fut un membre du peuple de Moïse après avoir été injustement tué, ni n'a été donc le premier à être ressuscité, surtout que la véritable résurrection ne peut intervenir qu'après qu'un être humain ait vu des images du monde invisible, de la tombe ou de l’au-delà après la fin du monde.
Il faut donc réfléchir à quelle pourrait être la plus noble interprétation concernant le passage coranique précisant que Jésus n'a pas été crucifié, surtout que des hommes avant lui ont donc déjà été ressuscités et même certains à travers lui par la permission divine, et que le miracle de sa résurrection n'est donc pas la raison principale de son éventuelle crucifixion. C'est à dire que l'interprétation de cet événement qu'est cette crucifixion tend plus vers le sens altruiste du sacrifice, ou vers l'épreuve donnée aux juifs de ne pas condamner un innocent prêchant la bienséance de l'amour universel en Dieu et incarnant subtilement le Messie :
(ExtS5v110) « Et (Jésus) tu guérissais par Ma permission, l'aveugle-né et le lépreux. Et par Ma permission, tu faisais revivre les morts. Je te protégeais contre les Enfants d'Israël pendant que tu leur apportais les preuves. Mais ceux d'entre eux qui ne croyaient pas dirent : “Ceci n'est que de la magie évidente.” »
(S2v73) « Nous dîmes donc (au peuple de Moïse) : “Frappez le tué avec une partie de la vache (sacrifiée pour qu'il ressuscite et témoigne contre son meurtrier).” Ainsi Allah ressuscite les morts et vous montre les signes (de Sa puissance) afin que vous raisonniez. »

En résumé afin d'exhorter les foules à la foi bienfaisante et par son amour pour toute l'humanité, Jésus était donc sûrement prêt à sacrifier lors d'une crucifixion sa vie pour la justice, la noblesse, la vérité, la piété et la paix, dont afin d'apporter la guidée des cœurs à beaucoup d'êtres humains admiratifs. Il faut noter que toute ces interprétations étant intéressantes, elles méritaient d'être évoquées, surtout que le Coran y invite. Cependant le sacrifice de Jésus (paix sur lui), sa souffrance puis son comas pour le bien commun touchent plus les cœurs et semblent donc être la vérité, sauf qu'avec le passage coranique « ni crucifié », la question de savoir s'il a vraiment été cloué sur une croix se pose légitimement.
Puis Dieu fit donc réapparaître Jésus après la crucifixion et décida de l'élever dans les cieux avant de le redescendre sur terre pour la victoire définitive de Dieu à la fin des temps :
(S3v55) « (Rappelle-toi) quand Allah dit : “Ô Jésus Je vais certes mettre fin à ta vie terrestre t'élever vers Moi, te débarrasser de ceux qui n'ont pas cru en toi et mettre jusqu'au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas (probablement en référence à l'erreur de la trinité).”  Puis, c'est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai entre vous ce sur quoi vous vous opposiez (entre chrétiens et pharisiens, ou au sujet du sens réel de la crucifixion ou au niveau des désaccords concernant la trinité). »
          Enfin avant de terminer ce chapitre par la mission du Messager Mouhamed (SBDSL) évoquée dans la Bible, il faut comprendre que la noblesse morale complète de la révélation divine correspond aussi en partie à l'histoire de certains Prophètes-Messagers plus liés entre eux, comme le Prophète (SBDSL) se réclame de (suivre le saint esprit de) Jésus.

La mission du Messager Mouhamed (SBDSL) évoquée dans la Bible :

          La Bible précise :
(Deutéronome, 18:18) : Dieu en s'adressant à Moïse dit : « Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, Je mettrai Mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que Je commanderai. »
Et (Deutéronome, 18:19) : « Et il arrivera que l'homme qui n'écoute pas Mes paroles, qu'il dira en Mon nom, Moi, Je lui redemanderai (reprocherai) »
          Les chrétiens affirment que ce Prophète similaire à Moïse qui viendra est Jésus alors que les musulmans pensent qu'il s'agit de Mouhamed. Or chez les chrétiens : 
-Jésus est né sans père alors que Moïse provient d'un père et d'une mère comme Mouhamed.
-Jésus est donc né d'une façon miraculeuse mais pas Moïse ni Mouhamed.
-Jésus ne s'est pas marié alors que Moïse et Mouhamed ont accompli cette union religieuse.
-Jésus n'a pas été accepté par son peuple alors que Moïse et Mouhamed l'ont été.
-Jésus n'a pas apporté un système de lois complet alors que Moïse et Mouhamed l'ont fait.
-Jésus n'est pas mort actuellement alors que Moïse et Mouhamed le sont.
Ainsi par rapport aux passages précédents, (Ext Deutéronome, 18:18) « Je mettrai Mes paroles dans sa bouche » et (Ext Deutéronome, 18:19) « qu'il dira en Mon nom », on peut rappeler que l'expression « Dis » qu'il y a dans le Coran montre que le Prophète (SBDSL) répète exactement les paroles de Dieu. Ceci est également confirmé par l'expression « au nom d'Allah le Clément, Le Miséricordieux » qui commence chaque sourate. De plus les musulmans, dont le Prophète (SBDSL) fait partie, débutent leurs actions par la formule « au nom de Dieu » comme les juifs, alors que les chrétiens les débutent par « au nom du père, du fils et du saint esprit ». 
         
D'autre part de nombreux chrétiens disent également que :
-Jésus est considéré comme un dieu et pas comme un homme.
-Jésus est mort pour les péchés de l'humanité alors que les Prophètes Moïse et Mouhamed n'ont pas eu à le faire.
          Or cette dernière idée changerait les nobles décisions définitives de certaines lois du Sage Seigneur Omniscient en Le rabaissant, puisque punir quelqu'un pour les actes d'un autre et déresponsabiliser les gens de leurs fautes serait absolument immoral. Cependant accepter le message authentique de Jésus permet certainement une absolution de tous les péchés au début, comme l'attestation de foi islamique le permet.
Dans ce sens injuste rabaissant mensongèrement la sagesse suprême du Créateur, la Bible  affirme aussi que le Créateur aurait connu le regret lors de son repentir d'avoir créé les hommes, alors que ces versets concernait Yhavé l'idole juive usurpatrice de Dieu et anthropomorphisée évoquée par des rabbins scribes égarés voire sataniques :
Bible (Evangile de Jésus-Christ : 1
Pierre, 3:18) « En effet, le Christ lui-même est mort une fois pour toutes pour les péchés des êtres humains. Lui qui était innocent, Il est mort pour des coupables, afin de vous conduire à Dieu. Lui, il a été tué dans son corps, mais l’Esprit Saint lui a rendu la vie. »

Bible (Genèse, 6:5/6) « L'Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur coeur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. L'Éternel se repentit d'avoir fait l'homme sur la terre, et il fut affligé en son coeur. » 
          Surtout que d'autres passages de la Bible et des enseignements islamiques contredisent ces idées, car le Seigneur Omniscient est véritablement plus que parfait dans Ses décisions malgré Sa connaissance du futur parfois criminel, d'autant plus qu'Il connaît le scénario excellent qui s'écrira jusqu'à la fin des temps puis du monde et que la morale affirme légitimement de ne pas priver d'existence les hommes bons à cause du comportements des mauvais :
Bible (Malachie, 3:6) « Car je suis l'Éternel, je ne change pas; Et vous, enfants de Jacob, vous n'avez pas été consumés. »
Bible (Jacques, 1:17) « Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation. »
(S20v29) « Chez Moi (Dieu), la parole ne change pas, et Je n'opprime nullement les serviteurs. »
(S33v62) « Telle était la loi établie par Allah envers ceux qui ont vécu auparavant et tu ne trouveras pas de changement dans la loi d'Allah. »
(S35v43/44) « Attendent-ils donc un autre sort que celui des Anciens ? Or jamais tu ne trouvera de changement dans la règle d'Allah, et jamais tu ne trouvera de déviation dans la règle d'Allah.
N'ont-ils donc jamais parcouru la terre pour voir ce qu'il est advenu de ceux qui vécurent avant eux et qui étaient plus puissants qu'eux ? Et rien, dans les cieux ni sur terre ne saurait réduire l'autorité d'Allah, car il est certes Omniscient, Omnipotent. »
(ExtS5v105) « Ô les croyants ! Vous êtes responsables de vous-mêmes. »
(S39v7) « Nul pécheur ne portera les péchés d'autrui »
(S52v21) « Ceux qui auront cru et que leurs descendants auront suivis dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. Et Nous ne diminuerons en rien le mérite de leurs oeuvres, chacun étant tenu responsable de ce qu'il aura acquis. »  

Abou Darda (SDP) a rapporté que le Prophète (SBDSL) a dit : « Lorsque Dieu créa Adam, Il lui donna un coup sur son épaule droite et il en sortit une descendance aussi pure que des perles. II donna ensuite un coup sur son épaule gauche et il en sortit une descendance aussi noire que des cendres. II dit alors à la descendance qui était sur son épaule droite : "Votre lieu de séjour sera le Paradis, et Je ne M'en soucierai pas" et à la descendance qui était sur son épaule gauche : "Le vôtre sera l'Enfer, et Je ne M'en soucierai pas". » (Ahmad)
(S6v112/113) « Ainsi à chaque Prophète avons-Nous (inévitablement) assigné un ennemi : des diables d’entre les hommes (généralement de haute position sociale profitant économiquement de l'idolâtrie) et les djinns, qui s’ inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées. Si ton Seigneur avait voulu, ils ne l’auraient pas fait ; laisse les donc avec ce qu’ils inventent. Et pour que les cœurs de ceux qui ne croient pas à l’au-delà, se penchent vers elles (inspirations enjolivées des diables), qu’ils les agréent, et qu’ils perpètrent ce qu’ils perpètrent (comme crimes). »

          Par ailleurs un autre passage biblique a un rapport avec la mission du Prophète Mouhamed (SBDSL), car il fait référence à son illettrisme :
Bible (Esaïe, 29:11-13) : « Et la vision de tout vous sera comme les paroles d'un livre scellé qu'on donne à quelqu'un qui sait lire, en disant : Lis ceci, je te prie ; et il dit : Je ne puis, car il est scellé ; et on donne le livre à celui qui ne sait pas lire, en disant : Lis ceci, je te prie ; et il dit : je ne sais pas lire. »
(S10v15/16) « Et quand leur sont récités Nos versets en toute clarté, ceux qui n’espèrent pas notre rencontre (rencontrer Dieu) disent : « Apporte un Coran autre que celui-ci » ou bien « Change-le ». Dis : « Il ne m’appartient pas de le changer de mon propre chef. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé. Je crains, si je désobéis à mon seigneur, le châtiment d’un jour terrible. » Dis : « Si Allah avait voulu, je ne vous l’aurais pas récité et Il ne vous l’aurait pas non plus fait connaître. Je suis bien resté avant cela (illettré et donc sans Livre ni mission), tout un âge parmi vous. Ne raisonnez-vous donc pas ? »

(ExtS7v157) « Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu'ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l'Evangile. »
(ExtHadith) Aïcha (SDP) a rapporté : Le début de l'inspiration divine de l'apôtre d'Allah (SBDSL) a été sous la forme de bons rêves qui se réalisent comme la lumière du jour lumineux, puis l'amour de la solitude lui fut attribuée. En effet, il avait l'habitude de répondre à son désir d'aller seul dans la grotte de Hira (se trouvant dans une des montagnes entourant La Mecque), où il avait coutume de célébrer le culte d'Allah (le Dieu Unique d'Abraham plutôt que des idoles répandues à son époque) de façon continue pendant plusieurs jours, plus fortement que de répondre à son désir de voir sa famille. Il avait donc coutume de prendre de la nourriture pour le voyage et le séjour, puis ensuite de revenir à (sa femme) Khadija pour prendre à nouveau de la nourriture afin d'y repartir. C'est ainsi qu'un jour la Vérité descendit sur lui alors qu'il était dans la grotte. L'Archange Gabriel vint à lui et lui demanda de lire. Le Prophète (SBDSL) répondit : « Je ne sais pas lire ». Le Prophète (SBDSL) m'expliqua (au rapporteur du hadith) : « L'Archange me surprit soudainement en me serrant fortement contre lui jusqu'à ce que je ne puisse plus le supporter. Il m'a ensuite libéré et m'a demandé à nouveau de lire et je répondis : « Je ne sais pas lire ». Là-dessus, il m'a rattrapé et m'a pressé une seconde fois jusqu'à ce que je ne puisse plus le supporter. Il m'a ensuite libéré et m'a demandé à nouveau de lire, mais encore une fois j'ai répondu : « Je ne sais pas lire ». Là-dessus, il m'attrapa pour la troisième fois, me serra encore extrêmement fort, puis me relâcha et dit  : (S96v1-4) : « Lis (en récitant), au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l'homme d'une adhérence. Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume (le calame), a enseigné à l'homme ce qu'il ne savait pas. » (Il s'agit des premiers versets coraniques révélés à Mouhamed)

          Un passage supplémentaire de la Bible montre également l'authenticité de la mission de Mouhamed puisque ceci est confirmé par plusieurs passages du Coran :
Bible (Evangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu, 7:15-20) : « Jésus dit : Or soyez en garde contre les faux prophètes qui viennent à vous en habits de brebis, mais qui au dedans sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on du raisin sur des épines, ou des figues sur des chardons ? Ainsi tout bon arbre produit de bons fruits, mais l'arbre mauvais produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, ni arbre mauvais produire de bons fruits. Tout arbre qui ne produit pas de bon fruit est coupé et jeté au feu. Ainsi vous les reconnaîtrez à leurs fruits. »
(S69v38-52) « (Dieu dit :) Mais non (expression signifiant l'importance) !... Je jure par ce que vous voyez ainsi par ce que vous ne voyez pas, que ceci (le Coran) est la parole d’un noble Messager, et que ce n’est donc pas la parole d’un poète, mais vous ne croyez que très peu, ni la parole d’un devin, mais vous ne vous rappelez que bien peu. C’est une révélation du Seigneur de l’Univers. Et s’il avait forgé quelques paroles qu’il Nous avait attribuées, Nous l’aurions saisi de la main droite, et ensuite Nous lui aurions tranché l’aorte. Et nul d’entre vous n’aurait pu lui servir de rempart. C’est en vérité un rappel pour les pieux. Et Nous savons qu’il y a parmi vous qui le traitent de menteur, mais en vérité, ce sera un sujet de regret pour les mécréants, c’est là la véritable certitude. Glorifie donc le nom de ton Seigneur le Très Grand ! »

(S2v264) « Ô les croyants ! N'annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les gens sans croire en Allah et au Jour dernier. Il ressemble à un rocher recouvert de terre, qu'une averse l'atteigne, elle le laisse dénué (sans donc faire pousser quoique ce soit de bon comme une bonne action). De pareils hommes ne tireront aucun profit de leur actes. Et Allah ne guide pas les gens mécréants. »
(S14v24-26) « N'as-tu pas vu comment Allah propose en parabole une bonne parole pareille à un bel arbre dont la racine est ferme et la ramure s'élançant dans le ciel ? Il donne à tout instant ses fruits, par la grâce de son Seigneur. Allah propose ses paraboles à l'intention des gens afin qu'ils s'exhortent. Et une mauvaise parole est pareille à un mauvais arbre, déraciné de la surface de la terre et qui n'a point de stabilité. »
(S71v17/18) « Et c'est Allah qui, de la terre, vous a fait croître comme des plantes (ou végétaux et donc arbres pouvant faire des bonnes actions comme l'arbre donne de bons fruits, Adam ayant été créé à partir de l'argile malléable, et de l'eau comme la pluie, et le reste de l'humanité ayant été créée à partir de la terre du ventre maternel et de son sang comme la pluie, puis par le cordon ombilical, puis par le lait materne, tout cela après que nous ayons été aussi à l'origine en même temps un œuf provenant des trompes maternelles tel l'origine d'un oiseau volant ou planant comme un ange et un spermatozoïde provenant des testicules paternelles tel un poisson ou un rampant, donc un invertébré se déplaçant et donc luttant alors que notre nature est un mammifère), puis Il vous y fera retourner (dans la terre à travers les tombes) et vous en fera sortir véritablement (le Jour de le Résurrection pour le Jugement Universel). »
En effet, le Coran est une sagesse apportant une amélioration du caractère, une meilleure moralité et des bons comportements souvent utiles aux autres. Ainsi l'eau transmise aux racines correspond aux quatre activités prophétiques. Cette eau augmente donc la grandeur de ces racines correspondant à la foi. Ces racines maintiennent donc l'arbre représentant la pratique complète de l'islam.  Et sur ses branches, cette arbre produit des fruits purs  étant les bons comportements. Ainsi tel un reflet de la bienfaisance divine à notre origine, les branches  fruitées (bonnes actions humaines) s'élevant vers le ciel ont symétriquement par rapport à la terre et au tronc une forme similaire aux racines (origine divine bienfaisante) s'enfonçant dans le sol. C'est aussi comparable à la graine qu'est la fitra du cœur humain, les racines que sont le cœur humain, l’arbre qu'est le corps humain et les fruits que sont les bonnes actions humaines.
          Enfin, le mot « paraclet » utilisé dans l'Evangile de Jean, signifiant précisément « Prophète entendant la voix de Dieu et répétant aux hommes Son message » selon Maurice Bucaille dans son livre « La Bible, le Coran et la Science », apporte aussi des confirmations sur la mission du Prophète Mouhamed (SBDSL). En effet, dans plusieurs passages de l'Evangile de Jean, le Prophète Mouhamed (SBDSL) est désigné explicitement sous le nom grec de Parakletos, devenu Paraclet en français. En voici, selon la Traduction œcuménique du Nouveau Testament de la Bible, les passages essentiels en rapport avec les textes islamiques :
Bible (Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 14:15/16) : « Si vous aimez, vous vous appliquerez à observer mes commandements ; moi je prierai le Père : il vous donnera un autre Paraclet. »
Bible (Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 14:26) : « Le Paraclet, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous communiquera toutes choses, et vous ferra ressouvenir de tout ce que je vous ai dit. »
Bible (Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 15:26) : « Il (Le paraclet) rendra lui-même témoignage de moi (Jésus). »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Celui qui a attesté qu’il n’existe pas de divinité à part Allah, unique et sans aucun associé, que Mouhamed est Son humble adorateur et Son Messager, que Jésus est l’humble adorateur de Dieu, Son Messager, Sa parole qu’Il a jetée à Marie et un esprit venant de Lui, que le Paradis est vrai et que l’Enfer est vrai, Dieu l’introduit au Paradis quelle que soit son œuvre. »
Bible (Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 14:7-8) : « C'est votre avantage que je m'en aille ; en effet, si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas à vous ; si au contraire je pars, je vous l'enverrai. Et lui, par sa venue, il confondra le monde en matière de péché, de justice et de jugement… »
(S7v157) « Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu'ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l'évangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui, ceux-là seront les gagnants. »
(ExtS61v6) « Et quand Jésus fils de Marie dit : « Ô enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allah (envoyé) à vous, confirmateur de la Thora qui est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi dont le nom sera « Ahmad (le louable). »
Bible (Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 16:13/14) « Lorsque viendra l'Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière, car il ne parlera pas de son propre chef, mais il dira ce qu'il entendra et il vous communiquera tout ce qui doit venir. Il me glorifiera… »
(S3v45/46) « (Rappelle-toi,) quand les anges dirent : “Ô Marie, voilà qu'Allah t'annonce une parole de Sa part : son nom sera « al-Masih, Issa (Jésus) fils de Marie », illustre ici-bas comme dans l'au-delà, et l'un des rapprochés d'Allah. Il parlera aux gens, dans le berceau et en son âge mûr, et il sera du nombre des gens de bien.” »
(S43v59) « Il (Jésus) n'était qu'un serviteur que Nous avions comblé de bienfaits et que Nous avions désigné en exemple aux Enfants d'Israël. »
(S96v1) : « Lis (en récitant), au nom de ton Seigneur qui a créé, »

Abou Hourayra (SDP) rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu (SBDSL) : « Les Prophètes sont d'un père unique, mais de mères différentes, (c'est-à-dire qu'ils puisent leur science à une source unique mais que les adaptations faites en vue des diverses communautés sont multiples) et leur religion est unique. Nul n'est plus en droit de se réclamer de Jésus fils de Marie que moi-même, car entre lui et moi il n'y a aucun Prophète. »
          Pour terminer ce sujet, il semble important de rappeler encore la signification du mot « Paraclet » selon Maurice Bucaille :
Dans le texte grecque original utilisé par Jean, le Paraclet est un être humain comme Jésus, doué de faculté d'audition et de parole. Jésus annonce donc que Dieu enverra plus tard un être humain sur cette terre pour y avoir le rôle défini par Jean qui est, soit dit en un mot, celui d'un Prophète entendant la voix de Dieu et répétant aux hommes Son message comme le prouvent des versets commençant par l'expression  "Dis". Telle est l'interprétation logique du texte de Jean si l'on donne aux mots leur sens réel selon Maurice Bucaille et la confirmation des passages précédents :
-(Ext Deutéronome, 18:18) : « Je mettrai mes paroles dans sa bouche »
-(Ext Deutéronome, 18:19) : « qu'il dira en Mon nom »
(S6v161/162) « Dis : “Moi, mon Seigneur m'a guidé vers un chemin droit, une religion droite, la religion d'Abraham, le soumis exclusivement à Allah et qui n'était point parmi les associateurs. Dis : “En vérité, ma Salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers.
 »

(S3v31) « Dis : Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. »
          Il faut noter en conclusion que Paraclet est un mot d'origine grecque qui signifie « celui qui console (du départ du bien-aimé Jésus en montrant et donc facilitant les conditions d'accès à la sainteté et en pouvant donc le représenter) », « celui qui intercède », ou « celui qui est avocat (de la vérité, de la religion, de Dieu) », et que d'après Emile Osty, le terme Paraclet désigne aussi en plus celui qu'on appelle au secours, le conseiller, le défenseur.