PDF Imprimer Envoyer

C) La morale correspond à la science des mots (suite)

          A notre époque dans tous les pays du monde, cette approche est donc la meilleure voie à emprunter par la communauté musulmane. C'est pourquoi la retraite spirituelle dans la voie d'Allah est intéressante, car elle amène les gens vers les pieuses habitudes et le noble caractère du prophète (SBDSL) harmonisant magnifiquement les relations sociales comme il sera vu plus bas .
A ce propos
il est important de se rappeler souvent que chacune de nos œuvres pieuses a de bonnes conséquences, comme ne pas boire d'alcool augmente donc les possibilités d'arrêt de sa production, prier à la mosquée entretient l'union de la communauté, manger halal augmente le nombre de produits halal en vente, laisser la barbe provoque l'apparition de produits pour l'entretenir, éviter les prêts à intérêts augmente l'apparition des prêts à taux zéro, arrêter les jeux d'argent participe à faire disparaître cette tentation, occuper son temps avec des activités sages améliore les relations sociales, et sortir dans le chemin d'Allah pour améliorer notre comportement et appeler les gens à cet effort nous améliore, peut améliorer les autres, et améliore donc la société. 
En effet vivre avec un mode de vie religieux amène évidemment de la religion dans la société.
En fait dans certains contextes, il faut doucement démodé le système en place qui ne doit donc pas être considéré comme notre ennemi mais comme une épreuve divine, puisque nous pouvons l'ennoblir par la piété en respectant par exemple les lois républicaines similaires aux interdictions religieuses telles le meurtre et le vol, en s'interdisant les lois républicaines autorisant les interdits religieux telles le prêt à intérêt et l'alcool, et en s'adaptant aux lois républicaines interdisant des obligations religieuses sur certains lieux de travail telles les horaires des prières obligatoires pouvant être décalées et le bandana ou les cheveux attachés pouvant remplacer le voile des femmes, même s'il est parfois difficile de doser notre comportement afin d'éviter d'être un mouton du système ou un fervent religieux irraisonnable :
(Ext Hadith) « Selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : « Eloignez-vous de ce que je vous interdis, et faites ce que je vous ordonne autant que vous le pouvez. »
(S13v11) « En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple (par un chef sage apparaissant par exemple), tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. (prouvant ainsi que la société ne s'améliore pas par le haut de la pyramide sociale ou la force) »
Surtout qu'à notre époque trop laïcisée, correspondant à l'époque mecquoise de la révélation où ni le prophète ni Allah n'avait imposé trop de règles, certaines obligations telle le port du voile ou certains traditions tel le port de vêtements religieux peuvent être momentanément reportées pour les personnes le préférant, ou en tout cas être gérées tranquillement entre la sphère privé et publique, mais sans oublier de porter au moins des vêtements larges dissimulant les formes physiques, comme le prouve cet échange entre deux intellectuels français :
Éric Zemmour : « L’islam est une théocratie [...] Il faut choisir entre l’islam et la France. »
Jacques Sapir : « Vous faites une lecture fondamentaliste de l’islam, et moi une lecture contextuelle. [...] Il peut y avoir une lecture fondamentale, du point de vue de la foi, du fait religieux, mais il n’y a jamais de lecture hors contexte du fait religieux quand il s’applique dans le champ politique. ».
En effet la prière, les invocations lors des habitudes quotidiennes, le bon caractère, la bienfaisance sociale fréquente, l'apprentissage de la science, des vêtements larges et la prêche sont suffisantes dans ce genre de conditions :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Laissez moi tant que moi-même je vous laisse car ceux qui étaient avant vous ont péri à cause de leur questionnement et de leur opposition à leurs prophètes. Quand je vous interdis quelque chose, abandonnez-le totalement et quand je vous ordonne quelque chose, faites-en ce que vous pouvez » (Al-Bukhârî, hadith 6858).
Enfin pour en terminer sur le châtiment de la lapidation d'abord présent dans la Thora et l'Evangile, il faut savoir que le savant Imran Hossein a remarqué que le mot « lapidation » n'était pas présent dans le Coran et que cette polémique à propos de la lapidation en islam n'a même pas lieu d'être. En effet, cela signifie clairement que les trois cas de lapidation exprimés dans des hadiths, source de législation moins importante que le Coran, qu'ordonna Mouhamed (SBDSL) durant la révélation, n'eurent lieu que pour montrer à certains juifs défiant sa mission la véracité de son rang de prophète, car plus tard, un passage coranique a miséricordieusement abrogé cette loi punitive monothéiste présente donc dans le judaïsme en la remplaçant par cent coup de fouets, apparemment pour soulager l'amertume du Prophète (SBDSL) concernant ce châtim
ent. Ainsi l'aspect principal paraissant ressortir de cette mo
rale  du mal de l'adultère est de montrer la noble valeur essentielle des liens sacré du sang, et donc de la famille, et donc de la civilisation, et donc de l'ordre de la législation, et donc du bonheur, par opposition à la basse valeur rejetable de la désunion, et donc de la séparation, et donc de la destruction, et donc du désordre du chaos, et donc du malheur.
Les interdictions religieuses et leurs punitions corporelles cherchant à montrer la gravité, le danger et la nocivité de certains péchés sont donc aussi légitimes qu'un panneau "danger de mort" cherchant à dissuader au maximum d'une direction mauvaise en indiquant la proximité d'un transformateur électrique à haut voltage :


(S20v2) « Nous n’avons point fait descendre sur toi le Coran pour que tu sois malheureux » 
(S5v87) «  ô les croyants : ne déclarez pas illicites les bonnes choses qu'Allah vous a rendues licites (et licites celles qu'Il a déclaré illicites). Et ne transgressez pas (pour ne pas devenir des infidèles). Allah, (en vérité,) n'aime pas les transgresseurs. » 
(S26v150-152) « Craignez Allah donc et obéissez-moi. N'obéissez pas à l'ordre des outranciers,
qui sèment le désordre sur la terre et n'améliorent rien. »
Cependant il faut absolument noter que dans un état musulman jeune, petit ou avec des juges clairvoyants, un verset montre que les sanctions pour corruption (ou vol ou toute chose illicite pouvant le mériter) peuvent n'aller que jusqu'à l'expulsion du pays :
(S5v33/34) « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas; et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment, excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir : sachez qu'alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
De plus couper la main quand il s'agit d'un bien appartenant à un personne individuelle n'est aussi pas obligatoire par la restitution ou le remboursement, puisque même dans le cas de la gravité supérieure de certains meurtres, le prix du sang payé à la famille d'une victime tuée injustement ou le pardon est possible pour éviter le talion. Ainsi il ne faut surtout pas faire plus de mal qu'on en a reçu. C'est bien çà ne pas être un musulman aveugle littéraliste naïf. Et s'il s'agit d'un bien de l’état comme le détournement de fond publique si fréquent de nos jours, c'est alors au chef la nation ou aux juges de régions de décider entre la main coupée ou l'expulsion.
          Ainsi, les châtiments de Dieu envers les peuples qui reniaient les Messagers et les miracles en se rebellant de manière criminelle, tels que Sodome et Gomorrhe ou ceux pratiquant des sacrifices humains ou le canibalisme, avaient également des raisons justifiables, car lorsque la corruption atteint des sommets et que le vice se généralise, l'environnement devient préjudiciable pour les nouvelles générations et pour la survie de l'humanité. En effet, il est logique de détruire un virus avant qu'il ne contamine tout le corps :
(S50v12-14) « Avant eux, le peuple de Noé, les gens d'Ar-Rass et les Tamud crièrent au mensonge, de même que les Aad et Pharaon et les frères de Lot, et les gens d'Al-Aïka et le peuple de Tubbaa. Tous traitèrent les Messagers de menteurs. C'est ainsi que Ma menace se justifia. »
(S28v59) « Ton Seigneur ne fait pas périr des cités avant d’avoir envoyé dans leur métropole un Messager pour leur réciter Nos versets. Et Nous ne faisons périr les cités que lorsque leurs habitants sont injustes »
(S22v48) « A combien
de cités n'ai-Je pas donné répit alors qu'elles commettaient des tyrannies ? Ensuite, Je les ai saisies. Vers Moi est le devenir. »
(S6v6) « N'ont-ils pas vu combien de générations, avant eux, Nous avons détruites, auxquelles Nous avions donné pouvoir sur terre, bien plus que ce que Nous vous avons donné ? Nous avions envoyé, sur eux, du ciel, la pluie en abondance, et Nous avions fait couler des rivières à leurs pieds. Puis Nous les avons détruites, pour leurs péchés; et Nous avons créé, après eux, une nouvelle génération. »
(S6v42/43) Nous avons, certes, envoyé (des Messagers) aux communautés avant toi. Ensuite Nous les avons saisies par l'adversité et la détresse - peut-être imploreront-ils (la miséricorde) ! -Pourquoi donc, lorsque Notre rigueur leur vînt, n'ont-ils pas imploré (la miséricorde) ? Mais leurs cœurs s'étaient endurcis et le Diable enjolivait à leurs yeux ce qu'ils faisaient. » 
(S9v70) « Est-ce que ne leur est pas parvenue l'histoire de ceux qui les ont précédés : le peuple de Noé, des Aad, des Tamud, d'Abraham, des gens de Madyan, et des Villes renversées ? Leurs messagers leur avaient apporté des preuves évidentes. Ce ne fut pas Allah qui leur fit du tort, mais ils se firent du tort à eux-mêmes. »
(S22v45) « Que de cités, donc, avons-Nous fait périr, parce qu'elles commettaient des tyrannies. Elles sont réduites à des toits écroulés : Que de puits désertés ! Que de palais édifiés (et désertés aussi) ! »
(S20v29) « Chez moi, la parole (Mes décisions arrêtées) ne change pas; et Je n'opprime nullement les serviteurs”. »
Houdheyfa (SDP) rapporte que le Prophète (SBDSL) a dit : « Par celui qui tient mon âme dans Sa main, vous commanderez le bien et interdirez le mal ou bien vous ne serez certainement pas loin de voir Dieu envoyer sur vous un châtiment venant de Lui. Vous L’invoquerez alors et Il ne répondra pas à votre appel. Aicha (SDP) interrogea le Prophète (SBDSL) : « Ô Messager d’Allah ! Serions-nous (quand même) anéantis alors qu’il y a parmi nous des gens vertueux ? Il dit alors : « Oui, si la perversion est répandue (dans votre région pour empêcher la propagation de son mal). » (Rapporté par Attirmidhi)
Ainsi, après avoir distingué les enfants allant au Paradis des adultes méritant l'Enfer, Dieu a logiquement anéanti ces peuples tout en sauvant les familles croyantes vertueuses. En effet, il faut savoir que le Seigneur a sagement décidé que les enfants décédés, ou atteints d'une maladie mentale à leur naissance les déresponsabilisant même à l'âge adulte, intégreraient le groupe des enfants du Paradis pour leur innocence :
(S10v101-103) « Dis : « Regardez ce qui est dans les cieux et sur la terre. » Mais ni les preuves ni les avertisseurs (Prophètes) ne suffisent à des gens qui ne croient pas. » Est-ce qu’ils attendent autre chose que des châtiments semblables à ceux des peuples antérieurs ? Dis : « Attendez ! Moi aussi, j’attends avec vous. » Ensuite, Nous délivrerons Nos Messagers et les croyants. C’est ainsi qu’il Nous incombe [en toute justice] de délivrer les croyants. »
Extrait du hadith du voyage nocturne du Prophète (SBDSL) dans les cieux selon la version d'Aï Barqâni : « L'homme très grand qui était dans le jardin (du Paradis), c'est Abrahâm. Quant aux enfants qui étaient autour de lui, ce sont tout enfant mort dans la saine nature (c'est-à-dire avant que ses parents n'en fassent un non-musulman). Certains Musulmans dirent : «S'agit-il aussi des enfants des idolâtres ? Ô Messager de Dieu ! ». Le Messager de Dieu (SBDSL) leur dit : «Et les enfants des idolâtres». (Al Boukhari)
Il faut noter ici que les maladies mentales infantiles peuvent parfois provenir de la sage omniscience divine, mais il arrive souvent qu'elles soient liées à des responsabilités humaines comme quand une femme enceinte boit de l'alcool ou se drogue (voir chapitre IV, B, 3). D'ailleurs la plupart des drogues ainsi que les boissons alcoolisées proviennent de la fabrication humaine et les effets de certaines plantes ne devraient servir qu'à guérir ou apaiser les malades
, comme les effets de l’alcool passé sur des muscles éprouvés les renforcent. 
          Pour sortir de cet aspect violent de la vie et relativiser sur ces légitimes châtiments et épreuves du Seigneur, connaissant sans le moindre doute par Sa capacité omnisciente et Sa sagesse suprême le chemin de la meilleure morale, il ne faut surtout pas oublier la douceur, la noblesse, l'amour et la beauté qui existent dans cette divine création, tels qu'à travers les levers de soleil, les visages des nourrissons, les fleurs parfumées, ou la plupart des enseignements de l'ensemble de la religion :
Le Prophète (SBDSL) a dit : " quand la douceur est dans quelque chose, elle ne peut que l'embellir, et quand elle en est retirée, elle ne peut que l'enlaidir."
(ExtS12v100) “Mon Seigneur est plein de douceur pour ce qu'Il veut. Et c'est Lui L'Omniscient, le Sage”.
(ExtS57v27) “Ensuite, sur leurs traces, Nous avons fait suivre Nos [autres] messagers, et Nous les avons fait suivre de Jésus fils de Marie et lui avons apporté l'évangile, et mis dans les cœurs de ceux qui le suivirent douceur et mansuétude”.

Selon Abou Houreyra (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL)) a dit: «Par Celui qui tient mon âme dans Sa Main, vous n'entrerez au Paradis que lorsque croirez et vous ne croirez vraiment que lorsque vous vous aimerez. Voulez-vous que je vous indique une chose qu'en la faisant vous vous aimerez? Saluez-vous les uns les autres». (Rapporté par Moslem)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le fort n’est pas celui qui terrasse les gens dans la lutte, mais le fort est celui qui reste maître de lui-même dans sa colère. » (URA)
(S2v177) « La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelqu'amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide et pour délier les jougs, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! »
(S69v27) « (Avant le jour de la rétribution) [Seule] subsistera La Face [Wajh] de ton Seigneur, plein de majesté et de noblesse.»

Selon Anas (SDP), un homme était assis auprès du Prophète (SBDSL) quand passa quelqu'un. Il dit : «O Messager de Dieu ! J'aime vraiment cet homme », Le Prophète (SBDSL) lui dit : «L'en as-tu informé?» Il dit : «Non». Il lui dit : «Informe-le donc». Il le rejoignit et lui dit: «Je t'aime en Dieu». L'autre lui dit: «Puisse t'aimer Dieu en qui tu m'as aimé!». (Rapporté par Abou Dawoud)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu (Glorifié soit-Il) a dit : « Ceux qui s’aiment en Mon Nom glorieux auront des chaires de lumière que leur envieront les Prophètes et les martyrs. » (Attirmidhi)
(S27v60) « N'est-ce pas Lui qui a créé les cieux et la terre et qui vous a fait descendre du ciel une eau avec laquelle Nous avons fait pousser des jardins pleins de beauté. Vous n'étiez nullement capables de faire pousser leurs arbres. Y-a-t-il donc une divinité avec Allah ? Non, mais ce sont des gens qui Lui donnent des égaux.»
Selon Abdulah Ibn Awfa (SDP), le Messager de Dieu (SBDSL) annonça à Khadija (SDP) la bonne nouvelle qu’elle a au Paradis une maison faite d’une perle creuse où il n’y a ni rumeur ni fatigue. » (URA) 
(S16v99) « Et c'est Lui qui, du ciel, a fait descendre l'eau. Puis par elle, Nous fîmes germer toute plante, de quoi Nous fîmes sortir une verdure, d'où Nous produisîmes des grains, superposés les uns sur les autres; et du palmier, de sa spathe, des régimes de dattes qui se tendent . Et aussi les jardins de raisins, l'olive et la grenade, semblables ou différent les uns des autres. Regardez leurs fruits au moment de leur production et de leur mûrissement. Voilà bien là des signes pour ceux qui ont la foi. »
(S55v17-23) « Seigneur des deux Levants et Seigneur des deux Couchants (lune et soleil) ! Lequel donc des bienfaits de votre seigneur nierez-vous ? Il a donné libre cours aux deux mers pour se rencontrer ; il y a entre elles une barrière qu'elles ne dépassent pas. Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? De ces deux [mers]: sortent la perle et le corail. Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? »

(S20v4) « révélation émanant de Celui qui a créé la terre et les cieux sublimes. »
          La foi en Dieu, en Son Paradis et en Son Enfer a donc un aspect terrifiant. Or cette crainte que les savants qualifient de « révérencielle » (de politesse) ne cherche pas à immobiliser l'homme par la peur, mais l'incite au contraire à agir courageusement pour défendre les valeurs monothéistes, pratiquer les bonnes œuvres, éviter les péchés et demander l'absolution. Elle permet également à l’être humain d’acquérir l’ensemble des nobles sentiments liés à sa nature de créature (humilité, prudence, dignité...), d'augmenter sa sensibilité, de ne plus craindre aucune créature, de rejeter les mauvais sentiments et d'admettre l'évidence de la morale. Craindre et aimer Dieu n'est donc pas incompatible, car il suffit de reconnaître les sages effets de cette crainte pour apprendre à la respecter et à l'aimer :
(ExtS3v102) « Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit d’être craint. »
A ce propos, il faut noter que Dieu a décidé de psalmodier le Coran, afin de montrer Sa pudeur même dans des versets menaçant les hommes par cette inévitable présence de l'Enfer.
De plus, l'équilibre entre la crainte et l'espoir sert logiquement à embellir de politesse et de courtoisie la foi,
et rappelons le, notre relation avec autrui. Et lorsque nous maintenons notre cœur droit et nos œuvres bonnes, il semble légitime dans notre relation avec le Seigneur de n'avoir qu'à profiter de notre amour pour Lui et de l'espoir du Sien pour nous.
          Ainsi la croyance en Dieu n’est pas besoin craintif face à la mort comme certains le disent, mais plutôt une véritable logique noblement accompagnée d’espoir et de crainte. De toute manière, croire que l'homme retourne au néant au moment de la mort est infiniment moins terrifiant que de croire à un jugement universel divin pouvant l'envoyer éternellement en Enfer, même si la mort mérite son pesant de peur :
(S2v13) « Et quand on leur dit : « croyez comme ont cru les gens», ils disent : «Croirons-nous comme ont cru les faibles d’esprit (parce qu'ils ont peur de la mort) ? » Certes, ce sont eux les véritables faibles d'esprit mais ils ne le savent pas. »
          Cependant la très belle miséricorde divine veut rassurer l'être humain à travers de nombreuses paroles comme ces hadiths :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu le Très-Haut détient cent miséricordes dont Il n’a fait descendre qu’une seule parmi les Génies et les Humains ainsi que les animaux et les insectes. C’est grâce à elle qu’ils s’aiment entre eux, qu’ils éprouvent de la miséricorde les uns envers les autres et c’est par cette miséricorde que la bête sauvage a de la commisération pour son petit. Dieu exalté a réservé pour la fin quatre vint dix neuf miséricordes grâce auxquelles Il traite avec clémence Ses créatures le jour de la résurrection.» (URA)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Le Messager de Dieu (SBDSL) vint avec un butin. Voilà tout à coup l'une des prisonnières qui venait en toute hâte. Dès qu’elle trouva un bébé parmi les prisonniers, elle le serra contre sa poitrine et lui donna son sein à téter. Le Messager de Dieu (SBDSL) dit : « Verriez-vous cette femme jeter son enfant dans le feu ? » Nous dîmes : « Non, par Dieu ! » Il dit : « Dieu est certainement plus miséricordieux envers Ses créatures que cette femme envers son enfant. » (URA)
Il apparaît donc que ce Seigneur irréprochable, et par conséquent Digne de louanges par excellence, mérite vraiment que notre amour s'attache globalement et fortement à Lui, en ressentant totalement Sa lumineuse noblesse permanente
          De plus, en utilisant une balance pour peser les actions des hommes le jour du jugement, Dieu montre qu'Il n'est pas concerné par les actes humains tels que la piété, l'adoration et les prosternations, 
même si Il les mérite en particulier par son irréprochabilité et Ses attributs suprêmes et même si Son rôle est de les juger. En effet, Lui a déjà acquis Sa dignité maximale en partageant l'existence de la meilleure des façons, et ce que les hommes font de leur vie ne Lui apporte donc rien de supplémentaire comme le montreront les enseignements ci-après, et ce n'est donc pas par besoin de subsistance ou d'occupation, ni par envie de glorification ou de de distraction, qu'Il nous a créé, mais seulement légitimement par une digne générosité. Le pourquoi de notre existence est donc cette digne générosité et son meilleur comment la digne adoration, en particulier car Dieu maintient la création en permanence, est irréprochable et nous veut le Paradis Eternel. De toute manière, si la morale justicière devait avoir un visage, cela ne pourrait être que celui de Dieu, puisque Il en est à son origine, l'a établie au mieux, est Omniscient, et demeure le Créateur Unique qui a fait les meilleurs choix pour obtenir Sa sainteté et Son ennoblissement maximal en faisant de nous Ses créatures pouvant faire le mal ou s'ennoblir à Son image, surtout que comme il est légitime qu'un parent sage demande des comptes à ses enfants scolarisés, il est légitime au Dieu Saint de demander des comptes à Ses imparfaites créatures éprouvées :
Ext hadith Qoudsi : Abou Dharr al-Ghafari (SDP) a rapporté que le Messager de Dieu (SBDSL) a dit : Dieu a dit : « Ô Mes adorateurs ! Vous péchez nuit et jour et moi Je pardonne tous les péchés, demandez-Moi le pardon et Je vous l’accorderai. Ô mes adorateurs ! Vous n’arriverez jamais à Me nuire où à M’être utile. Ô Mes adorateurs ! Si du premier au dernier, hommes ou génies, vous étiez aussi pieux que l’est celui au cœur le plus pieux d’entre vous, cela n’ajouterait rien à Mon royaume (avant tout riche spirituellement de nobles acquisitions morales comme l'est la gestion royale d'une famille par un père ou des enfants par une mère puisque permettant à Dieu d'acquérir toutes les qualités morales en s'ennoblissant au maximum par la sainteté jusqu'à la miséricorde par excellence, synonyme de meilleur caractère et donc de meilleures actions pour Sa création). Ô Mes adorateurs ! Si du premier au dernier, hommes ou génies, vous étiez aussi pervers que l’est celui d’entre vous au cœur le plus pervers, cela ne diminuerait en rien Mon Royaume. Ô Mes adorateurs ! Si du premier au dernier, hommes ou génies, vous vous teniez dans une seule région de la terre pour Me solliciter d’accorder à chacun ce dont il a besoin, cela ne pourrait amoindrir en rien Mes propriétés, pas plus que l’aiguille n’enlève quoi que ce soit à la mer en y étant trempée. Ô Mes adorateurs ! Ce sont vos œuvres seulement dont je tiendrais compte, ensuite Je vous rétribuerai. Donc celui qui trouve du bien, qu’il loue Dieu, et celui qui trouve autre chose, qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même. » (Rapporté par Moslim)
(ExtS39v7) « Si vous ne croyez pas, Allah se passe largement de vous. De Ses serviteurs cependant, Il n'agrée pas la mécréance. Et si vous êtes reconnaissants, Il l'agrée pour vous »
(ExtS57v22-24) « et quiconque se détourne... Allah Se suffit alors à Lui-même et Il est Digne de louange. »
(ExtS35v18) « Et quiconque se purifie, ne se purifie que pour lui-même, et vers Allah est la destination. »
(S5v50) « Qu'y a-t-il de meilleur qu'Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? »
L'adoration demandée dans le verset suivant n'est donc que la plus honorable manière de partager l'existence et pas la raison principale de la création :         
(S51v56) « Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent (afin qu'ils puissent gagner leur dignité après avoir reconnu la Mienne). » 
          La piété de l'être humain ne profite donc qu'à lui-même. En effet grâce à elle, il ne doit surtout pas oublier qu'il peut obtenir l'incomparable dignité, rendre harmonieuses les relations sociales, accéder au Paradis et se faire aimer de Dieu. A ce sujet, il faut rappeler que par les règles hautement miséricordieuses de cette piété, Dieu permet à l'homme d'avoir la possibilité d'augmenter facilement ses bonnes actions. Pour prendre un exemple, la lecture d'une simple lettre du Coran rapporte dix bonnes actions.
          Par ailleurs, le jugement appartenant au Seigneur, l'homme doit donc profiter de cette vérité pour apaiser son cœur pleinement, puisqu'il peut ressentir ce monde sans avoir à juger. Ainsi même quand c'est un mal qui lui arrive, il doit seulement juger selon les parfaites lois religieuses du Seigneur Omniscient, et évite donc de devoir péniblement estimer les sanctions qui pourraient être injustement disproportionnées dans un sens extrême ou laxiste, et divers dilemmes moraux. Cependant le pardon est fortement conseillé ou doit être au minimum accompagné avec le jugement, afin que le cœur reste apaisé en évitant noblement les sentiments d'une blessante vengeance ou d'une basse haine similaire à ce que l'on reproche au coupable et donc de la possible mort du bien en nous, 
surtout que généralement la rancœur amène au trouble du bien-être et des bonnes relations avec les proches, ou à la violence amenant à la violence, et donc à des souffrances psychologiques ou physiques répandant la déception ou le malheur :



(S16v126) « Et si vous punissez, infligez [à l'agresseur] une punition égale au tort qu'il vous a fait. Et si vous endurez... cela est certes meilleur pour les endurants. »
(S5v13) « Et puis, à cause de leur violation de l'engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé . Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d'un petit nombre d'entre eux. Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Allah aime, certes, les bienfaisants. »
(ExtS2v194) « Le talion s'applique à toutes choses sacrées -. Donc, quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui, à transgression égale. (mais le pardon est autorisé voir conseillé) »
(ExtS15v85) « Pardonne-[leur] donc d'un beau pardon. »
(ExtS31v17) « (Le Prophète Luqman s'adressant à son fils) : « ô mon enfant, accomplis la Salat, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t'arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise ! »
          Après tout ce qui a été vu, il est évident que la morale affirme que l'intelligence d'un homme ne se reflète pas à travers son rang social ou sa science, mais exclusivement à travers la reconnaissance des signes divins, la pieuse pratique et la bienfaisance sociale. Ainsi tout le monde peut trouver le juste milieu entre science, intelligence, piété et humilité, car la vertu se trouve souvent dans le juste milieu comme il sera revu plus bas :
(
S3v190/191) « A travers la création des cieux et de la terre, l'alternance de la nuit et des jours, il y a des signes pour les doués d’intelligence, qui debout, assis, couchés sur leurs côtés, invoquent Dieu et méditent sur la création des cieux et de la terre disant : « Notre Seigneur ! Tu n’as pas créé cela en vain. Gloire à toi ! Garde-nous du châtiment du feu. »
(S30v21-24) « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des
gens qui réfléchissent. Et parmi Ses signes la création des cieux et de la terre et la variété de vos idiomes et de vos couleurs. Il y a en cela des preuves pour les savants. Et parmi Ses signes votre sommeil la nuit et le jour, et aussi votre quête de Sa grâce. Il y a en cela des preuves pour des gens qui entendent. Et parmi Ses signes Il vous montre l'éclaire avec crainte (de la foudre) et espoir (de la pluie), et fait descendre du ciel une eau avec laquelle Il redonne la vie à la terre après sa mort. Il y a en cela des preuves pour des gens qui raisonnent. »
(S13v19-24) « Celui qui sait que ce qui t'est révélé de la part de ton Seigneur est la vérité, est-il semblable à l'aveugle ? Seuls les gens doués d'intelligence réfléchissent bien, ceux qui remplissent leur engagement envers Allah et ne violent pas le pacte, qui unissent ce qu'Allah a commandé d'unir (liens de parenté par exemple), redoutent leur Seigneur et craignent une malheureuse reddition de compte, et qui endurent dans la recherche de l'agrément d'Allah , accomplissent la Salat (prière) et dépensent (dans le bien), en secret et en public, de ce que Nous leur avons attribué, et repoussent le mal par le bien. A ceux-là, la bonne demeure finale, les jardins d'Eden, où ils entreront, ainsi que tous ceux de leurs ascendants, conjoints et descendants, qui ont été de bons croyants. De chaque porte, les Anges entreront auprès d'eux :“Paix sur vous, pour ce que vous avez enduré ! ” - Comme est bonne votre demeure finale ! ” »
(ExtS2v143) « C’est ainsi que Nous avons fait de vous la Communauté du juste milieu »          
          Pour continuer de faire les plus nobles choix dans la morale, il faut évidemment vouloir obtenir la meilleure attribution que Dieu puisse nous accorder. Or comme il a été vu précédemment, il s'agit tout simplement de Sa satisfaction qui conduit l'être humain directement au septième et plus haut niveau du Paradis dont le ciel est le Trône divin. Cependant, les hommes ont souvent considérés leurs besoins comme des buts, alors qu'en y répondant religieusement, ils ne sont que des moyens pour acquérir la valeur suprême qu'est l'agrément du Seigneur pour notre dignité.
          Ainsi pour commencer à marcher sur le chemin de cet agrément divin, il suffit de rajouter à l'attestation d e foi précédente : « Il n'y a
de dieux qu'Allah et Mouhamed est Son Messager, ainsi que Jésus, Moïse, Abraham, Noé et Adam ». Le but de ce complément permet d'abord à l'être humain de confirmer la mission identique de tous les Messagers :

(S3v81) « Et lorsqu’Allah prit cet engagement des Prophètes : « Chaque fois que Je vous accorderai un Livre et de la Sagesse, et qu’ensuite un Messager vous viendra confirmer ce qui est avec vous, vous devrez croire en lui, et vous devrez lui porter secours. » Il leur dit : «Consentez-vous et acceptez-vous Mon pacte à cette condition ? » - « Nous consentons », dirent-ils. « Soyez en donc témoins, dit Allah. Et Me voici, avec vous parmi les témoins. »
(S3v3) «Il a fait descendre sur toi le Livre avec la vérité, confirmant les Livres descendus avant lui . Et Il fit descendre la Thora et l'évangile »
(S2v136) « Dites : Nous croyons en Dieu, et en ce qu’on nous a révélé, et en ce qu’on a fait descendre vers Abraham et Ismaël et Isaac et Jacob et les tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui a été donné aux Prophètes, venant de Leur Seigneur : Nous ne faisons aucune distinction entre eux. Et à Lui nous sommes soumis. »
(S12v111) « Dans leurs récits (des prophètes) il y a certes une leçon pour les gens doués d'intelligence. Ce (le Coran) n'est point là un récit fabriqué (par Mouhamed). C'est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui (la Thora et les Evangiles), un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde (du Seigneur) pour des gens qui croient. »
          Puis lorsque l'homme reconnaît ces Prophètes et particulièrement le dernier, il admet qu'ils ont complété une seule religion à travers l'histoire de l'humanité : 
(ExtS5v3) « J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. »
En effet même s’il y a quelques différences dans les manières d'honorer le Seigneur, au niveau des lois sociales et de la fréquence ou de la pratique de certaines oeuvres cultuelles, les piliers principaux sont identiques : attestation de l’unicité divine, prière, jeûne, impôt social purificateur et pèlerinage. 
L'islam qui correspond à ces cinq piliers a donc été transmis à toutes les communautés.
Par l’envoi des prophètes successifs, Dieu ne cherchait qu’à raviver la foi en confirmant les messages précédents,
rétablissant la vérité sur des textes religieux falsifiés, diversifiant les preuves historiques de la présence divine et éprouvant noblement les croyants puisque le précédent annonçait toujours le suivant, et à adapter parfois quelques lois bienfaisantes en fonction de la connaissance, de la science, du contexte historique, du niveau d'oubli des lois religieuses et du comportement général des différents peuples. Or Mouhamed (SBDSL), cet ultime Prophète, est le seul qui fut envoyé par Dieu à l'ensemble de l'humanité :
Abou Hourayra (SDP) rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu (SBDSL) : « Les Prophètes sont d'un père unique, mais de mères différentes, (c'est-à-dire qu'ils puisent leur science à une source unique mais que les adaptations faites en vue des diverses communautés sont multiples) et leur religion est unique. Nul n'est plus en droit de se réclamer de Jésus fils de Marie que moi-même, car entre lui et moi il n'y a aucun Prophète.»
D'après Abou Houreyra (SDP), le Prophète (SBDSL) a dit: « Mon exemple et celui des prophètes avant moi est comme celui d'un homme qui a construit une maison qu'il a parfaitement construit et embellie l'espace d'une brique dans un coin. Alors les gens visitaient la maison, s'étonnaient de sa beauté et disaient: Pourquoi n'as-tu pas posé cette brique ? Je suis cette brique et je suis le dernier des prophètes ».(Rapporté par l'imam Boukhari dans son Sahih n°3535 et l'imam Mouslim dans son Sahih n°2286)
(S5v46-48) « Et Nous avons envoyé après eux Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui. Et Nous lui avons donné l’Evangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux. Que les gens de l’Evangile jugent d’après ce qu’Allah y a fait descendre. Ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux là sont les pervers. Et sur toi (Mouhamed) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité pour confirmer le Livre qui était avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres (et en vous y entraidant quand c'est possible). C’est vers Allah qu’est votre retour à tous ; alors Il vous informera de ce en quoi vous divergiez. »
(S33v40) « Mouhamed n'a jamais été le père de l'un de vos hommes , mais le Messager d'Allah et le dernier des Prophètes. Allah est Omniscient. »
(S34v28) « Et Nous ne t’avons envoyé qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité. Mais la plupart des gens ne savent pas. »

          
Par conséquent, l'islam détient à travers son livre révélé, l'ultime message divin aux hommes et le dernier miracle envoyé, car la manière utilisée par Dieu pour écrire ce livre montre que c'est une révélation permanente, les vérités scientifiques contenues dedans étaient impossible à connaître à l'époque du Prophète aux alentours de l'année 630 après Jésus Christ (voir chapitre IV, A, 3), sa compréhension est possible à toutes les époques ou aux différents niveaux de science et de langage, et certains sens cachés peuvent être déduits suite à l'évolution de chacun et du contexte mondial.
          La satisfaction divine agrée donc ceux qui pratiquent les ordres de cette révélation bienveillante puisque les amenant à se respecter et à vivre honorablement. Louer Dieu après avoir mangé est un exemple d'une simplicité extrêmement facile et d'une politesse excessivement juste pour obtenir Sa satisfaction si miséricordieuse, comme l'est le fait de donner généreusement du lait à son voisin pour gagner le Paradis (puisque meilleur bienfait physique terrestre car hydratant et nourrissant en même temps) :
(S49v13) « O hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez (dans la dignité). Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux . Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quiconque désire être écarté du feu et entrer au Paradis se doit de croire en Dieu et au jour du jugement lorsque la mort le surprendra et doit traiter autrui comme il aime à être traité. » (Ahamad, Al Thirmidi, Ibn Maja)
Commentaire : Il faut noter ici que le passage positif « traiter autrui comme il (on) aime à être traité » inclut tout le domaine du bien à la différence de l'expression de la phrase négative « ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse » qui ne parle que d'éviter le mal aux autres et donc oublie le bien qu'on pourrait leur transmettre comme donner à manger, prêter de l'argent conduire quelqu'un, etc. Il faut donc faire des phrases positives pour s'ouvrir au maximum au bien.

Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu accorde Sa satisfaction à quelqu’un pour la seule raison qu’il remercie Dieu après avoir mangé ou bu quelque chose. » (URA)
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Il y a quarante bonnes actions dont la plus haute est le fait de prêter à son prochain une chèvre pour le faire profiter de son lait. Tout être qui fait l’une de ces bonnes actions dans l’espoir de la récompense de Dieu et confiant dans ce que Dieu lui en a promis, Dieu l’introduit à cause d’elle au paradis. »
Ici, il est important de comprendre que chaque habitude du prophète (SBDSL), mettant par essence en pratique les ordres coraniques, a plus de valeur qu'une montagne d'or, car la tradition prophétique permet d'obtenir la valeur suprême qu'est la dignité apportant la satisfaction divine. En effet chaque tradition prophétique est noble par essence, alors que pour la montagne d'or, c'est la manière de l'utiliser qui établit sa valeur et c'est par la zakat qu'elle est purifiée. Ainsi chaque tradition prophétique correspond à ce qui élève la valeur de l'homme par l'amélioration de l'ennoblissement religieux apportant logiquement la satisfaction divine, comme la mise à jour d'un produit multimédia améliore sa valeur en apportant la satisfaction du propriétaire. 
          Dans ce sens reconnaissant la valeur suprême qu'est cette dignité apportant la satisfaction divine, on ne peut qu'implorer le Seigneur de grandir en nous les enseignements religieux vers les plus haut degrés de perception, afin qu'ils étourdissent nos cœurs par la magnificence de leur morale, de leur justesse, de leur sagesse, de leur noblesse, de leur beauté ou de leur poésie.
          Pour poursuivre ce chapitre, il apparaît que le sommet de la morale ne peut que conseiller à l'homme de vouloir profondément appartenir aux meilleurs êtres de la création pendant qu'il recherche cette satisfaction divine, afin qu'il puisse toucher du doigt le plus noble des buts et parvenir aux élites de la dignité et de la création, comme nous aimons être en communion avec des champions du monde de sports.
          Ainsi il est très utile de savoir que parmi Ses créatures, Dieu en éleva certaines au-dessus d'autres. L'être qu'Il décida de préférer fut l'homme pouvant s'ennoblir, car il est la principale créature reflétant que la raison de cette sage création légitime est liée à l'ennoblissement du Seigneur par son partage de l'existence. Puis, entre tous les humains, Dieu honora les Prophètes, car leur rôle est de préserver l'humanité de son extinction ou de son envoi en Enfer par leur rappel des règles religieuses. Et de tous les Prophètes, il privilégia logiquement les Messagers, puisqu'ils transmettent et mettent en exemple les lois bienfaisantes d'un livre sacré, règles religieuses sous forme de documents se complétant, pour parvenir à ces très nobles buts prophétiques. Enfin parmi tous Ses Messagers, il préféra le dernier, le faisant ainsi devenir Sa créature favorite, car Mouhamed, le bien-aimé de Dieu, allait devenir la meilleure créature en étant le porteur exemplaire du dernier message divin révélé : la religion complète révélée au fur et à mesure depuis Adam, amenant une possible ennoblissante adoration permanente, représentant une forme de sainteté constante ainsi donc qu'un ennoblissement maximal pour les hommes similaires au Seigneur :
(ExtS5v3) « (Dieu) J'ai parachevé pour vous votre religion (en concluant les diverses révélations), et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « J’ai été envoyé pour parfaire les caractères (les esprits et le cœurs donc) et les ennoblir. » (Sahih Mouslim)
(S49v13) « O hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que (dignement) vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux . Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur »
          Il faut noter ici rapidement que la sainteté et l'ennoblissement total pouvaient être obtenus par les communautés précédentes, puisque la sainteté et l'ennoblissement total, c'est agir dignement en permanence pour honorer le Seigneur et ne pas avoir de péchés grâce au repentir quelles que soient le niveau de religion révélée ou le nombre de règles d'adoration.
En revanche, il est important de comprendre que le Seigneur étant Suprême par des attributs tels que L'Absolu, le Souverain, l'Omniscient et l'Omnipotent, Il a la capacité de créer l'excellence, et par conséquent Mouhamed (SBDSL) est définitivement la meilleure de toutes les créatures pour l'éternité et donc évidemment la prioritaire à suivre, puisque ayant reçu la fin et donc la révélation complète, sa vie d'adoration permanente reflète bien un ennoblissement maximal similaire à celui du Seigneur, établissant en plus la preuve précieuse d'un rapport authentique entre son excellent statut (SBDSL) et l’excellente essence divine à son origine. En effet, l'islam reconnaissant clairement que le prophète (SBDSL) ayant connu l'ennoblissement maximal, par preuve donc de la révélation progressive depuis Adam se concluant par lui mais aussi de la révélation coranique progressive sur 23 ans, est la meilleure des créatures puisque reflétant sûrement le mieux l’excellente valeur spirituelle divine, l'affirmation précisant qu'Allah s'est ennobli suprêmement est donc légitime, car car telles toutes les pièces d'un puzzle collant logiquement entre elles, de nombreux autres enseignements de vérités morales se vérifient mutuellement par la raison comme ça sera encore le cas dans divers autres endroits de ce site. Alors grandement merci à Lui pour vouloir cette valeur d'ennoblissement maximal partagée.
Le prophète (SBDSL) correspond donc également à l'ennoblissement final et maximal de la création en particulier pour ceux qui l'imitent.
          L'opportunité de pouvoir imiter le dernier Messager d'Allah donne donc aux musulmans une inestimable bénédiction, et logiquement à sa communauté la préférence divine, puisqu'elle a reçu la responsabilité de la noble transmission du message divin depuis la mort de cet ultime prophète. A ce sujet, il ne faut pas croire que la prédication est difficile puisqu'il suffit de visiter les gens en les invitant à la mosquée pour les prières obligatoires, leur lire le Coran et des hadiths, ou partager des repas d'autant plus en se rappelant que selon divers hadiths des milliers d'anges nous accompagnent dans ces moments :
(S3v104) « Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. »
(ExtS3v110) « Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. »

Ext hadith : Le Prophète (SBDSL) a dit : « Transmettez de ma part ne serait-ce qu’un seul verset » (Boukhari)
(ExtS16v125) « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. »
Ext du sermon d'adieu : Le Prophète (SBDSL) a dit : « Ô musulmans, écoutez moi et soyez raisonnables. Vous savez que les musulmans sont frères. Un musulman n'a droit qu'à la part des biens de son frère qu'il lui cède de plein gré. Ne soyez pas injustes envers vous mêmes. Ai-je bien transmis le message ? Vous comparaîtrez un jour devant Dieu, c'est pourquoi vous devrez éviter de vous égarer et de vous entretuer après ma mort. Que ceux qui sont ici présents transmettent ce message aux absents, ils le comprendront peut être mieux que ceux qui l'auront écouté. Vous serez interrogés à mon sujet, que direz vous alors ? » Et la foule de répondre : « Nous certifions que tu nous a communiqué ton message, que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils ». (URA)
(S41v33) « Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait bonne oeuvre et dit : “Je suis du nombre des Musulmans ? » 
(S74v2/3) « Lève-toi et avertis. Et de ton Seigneur, célèbre la grandeur. »
(S4v95) « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux - sauf ceux qui ont quelques infirmités - et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d'Allah (pour propager la religion). Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d'excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense; et Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense; »
(S7v181) «Parmi ceux que Nous avons créés, il y a une communauté qui guide (les autres) selon la vérité et par celle-ci exerce la justice. »

La religion étant donc un trésor qui apporte des qualités, protège des dangers et résout les problèmes, elle doit devenir notre vie, notre pensée et notre responsabilité envers les autres.
En effet le quatrième Calife Ali Ibn Abî Tâlib (SDP), connu pour sa grande science religieuse, a dit :
« la piété se définit par : la crainte du Tout Puissant, la conformité à la révélation, le contentement du peu, et la préparation pour la mort (pour le jour du jugement ou pour la rencontre du Seigneur par de régulières œuvres religieuses et bonnes actions) »
Et le juriste Ibn Ashir dans ses vers du matn dans le chapitre de la spiritualité nous dit :
« Le résultat (ou la définition) de la crainte révérencielle (la piété) est le fait d'éviter (les interdits religieux) et de suivre (les obligations et conseils religieux). Il s'agit de la conformité extérieure et intérieure à la loi divine (au niveau du comportement et du caractère). »
Les fruits de la piété sont donc nombreux, en voici les principaux :
-Une relation d'amour et d'amitié avec Allah et donc une satisfaction partagée
-Le pardon des péchés et
l'augmentation des mérites
-La considération de Dieu et Sa protection
-L'acceptation des œuvres
-Le rapprochement vers toutes les habitudes prophétiques quotidiennes
-La grande volonté de bien pour autrui
-Le fait d'être sauvé du châtiment et de recevoir le Paradis
-Le bonheur dans ce monde et dans l'autre
-La résolution des problèmes et des soucis
-La facilité en toute chose
-La subsistance inattendue
-L'orientation vers la science
          
De plus dans le sens prouvant encore la véracité de l'islam et pour revaloriser l'idée d'appartenir aux meilleurs êtres de la Création, il faut savoir que les compagnons du Messager (SBDSL) sont considérés parmi les meilleures créatures, alors qu'à l'époque préislamique d'idolâtrie certains avaient été parmi les pires, puisqu'une de leurs ignobles traditions barbares liée au rabaissement des femmes, suite à l'histoire d'une fille d'un chef de tribu ayant déshonoré son père en restant avec le chef adverse qui l'avait obtenu comme femme lors d'une première guerre malgré la revanche victorieuse de son clan natal, pouvaient les pousser par une abjecte honte orgueilleuse à enterrer vivante leur propre fille quelques temps après leur naissance. D'ailleurs pour d'autres raisons de pouvoir et de finances sociaux, cela était déjà arrivé à l'époque romaine polythéiste et c'est malheureusement le cas encore en chine ou en inde chez les non-musulmans :
(S81v1-8) : « Quand le soleil sera obscurci, et que les étoiles deviendront ternes, et les montagnes mises en marche, et les chamelles à terme , négligées, et les bêtes farouches, rassemblées, et les mers allumées, et les âmes accouplées et qu'on demandera (le jour du jugement) à la fillette enterrée vivante pour quel péché elle a été tuée»
Or ceux qui copieront les compagnons du Prophète (SBDSL) vers la fin des temps auront encore plus de récompenses à cause du contexte mondial d'oubli du divin d'autant plus sans leader pieux aussi charismatique et sage que Mouhamed (SBDSL), même s'ils n'auront pas autant de valeur que ces premiers croyants, à l'image des prophètes par rapport aux autres adeptes de la religion, puisque ces prédécesseurs sacrifièrent tout ce qu'ils avaient pour battir les fondations principales de l'islam, propager la religion et se défendre contre les persécutions de la population idolâtre du début du septième siècle après Jésus-Christ à La Mecque. A notre époque où peu de choses nous incitent à agir pour Dieu et comme la religion inspire souvent la modération, la plupart du temps c'est plutôt le juste milieu dans le sacrifice qui est la meilleure voie pour obtenir la satisfaction divine et les plus hauts degrés du plus haut niveau de Paradis :
Anas (SDP) rapporte ces paroles de l'Envoyé de Dieu (SBDSL) : « Il y aura à la fin des temps des lettrés véreux ; que celui qui vivra à cette époque demande la protection de Dieu contre Satan le lapidé car ils sont ce qu'il y a de plus puant ! Puis apparaîtront des couvre-chefs. Nulle en ce temps-là n'aura plus compte de l'adultère. Celui qui continuera à pratiquer fermement sa religion à cette époque sera comparable à celui qui tient un tison à pleine mains, et sa récompense sera celle de cinquante hommes. Ceux qui étaient présents demandèrent : -cinquante d'entre eux ou bien d'entre nous ? -d'entre vous », répondit le Prophète. (Al Hahim, Al Tirmidhi)
Ibn Abbas rapporte ces paroles du Prophète (SBDSL) : « Celui qui maintient ma tradition pendant que ma communauté se corrompt aura la récompense de cents martyrs. » (Al Bayhaqi)
Ibn Omar (SDP) rapporte : le Prophète (SBDSL) était assis avec Abou Bakr Asciddiq (SDP, premier calife de l'islam) qui portait un manteau qu'il avait attaché sur sa poitrine avec des épines. C'est alors que l'ange Gabriel (paix sur lui) descendit, lui passa le salut et le questionna : « Ô Messager d'Allah ! Pourquoi vois-je Abou Bakr portant un manteau qu'il a attaché sur sa poitrine avec des épines ?
-ô Gabriel ! Répondit-il. Il a dépensé tout son argent pour moi avant la victoire (de la Mecque).
-Alors passe lui le salut d'Allah et dis-lui : ton Seigneur te demande : « es-tu satisfait de Moi ou fâché dans ta pauvreté ? »
-Ô Abou Bakr ! dit le Prophète (SBDSL) en se retournant vers Abou Bakr. Voici Gabriel qui te passe le salut d'Allah et Allah te demande : es-tu satisfait de Moi ou fâché dans ta pauvreté ?
-Me fâcherai-je devant mon Seigneur , répondit Abou Bakr en pleurant. Je suis satisfait de mon Seigneur. Je suis satisfait de mon Seigneur.
(Dans une autre version : le Prophète (SBDSL) ajouta : « Alors Allah t'informe qu'il est satisfait de toi comme tu es satisfait de Lui. » Abou Bakr pleura et Gabriel déclara : « Par celui qui t'a envoyé par la vérité, Mouhamed ! Les anges porteurs du Trône se sont vêtus de manteaux ayant la même apparence que celui de ton ami»
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous petit à petit de la perfection ; allez à la mosquée matin et soir en plus de ce que vous faites comme actes de dévotion (prières, lectures de Coran) dans les dernières heures de la nuit. La modération ! La modération ! Car c’est seulement avec la modération que vous arriverez à bon port. » (Al Boukhari)

(ExtS2v143) « C’est ainsi que Nous avons fait de vous la Communauté du juste milieu »
         
Celui qui se rapprochera le plus près du mode de vie prophétique en particulier de l'ultime prophète Mouhamed (SBDSL), qu’il soit un homme ou une femme, un chef politique ou un citoyen, un PDG ou un employé, un ingénieur ou un ouvrier, puisque la pratique religieuse se déroule surtout dans la vie privée, sera donc le meilleur auprès de l'inévitable morale, et donc le plus haut dans le Paradis, et donc le plus près de son ciel incarné par le Trône divin, et donc le plus proche auprès de l'intimité divine :
(S4v125) « Qui est meilleur en religion que celui qui soumet à Allah son être, tout en se conformant à la Loi révélée et suivant la religion d’Abraham, homme de droiture ? Et Allah avait pris Abraham pour ami privilégié (intime). »
(S3v31) « Dis : “Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

A ce propos il faut comprendre que par la sereine pratique quotidienne doucement progressive, sagement conseillée en religion, celle-ci est plus facile à apprendre que le reste des sciences, puisque certains compagnons illettrés du Prophète (SBDSL) réussirent à devenir des représentants d'Allah et de Son messager, par leur transmission du message à travers le monde. 
          
Or l'ultime but est de mourir lors d’un moment soumis à Dieu puisqu'il est évident de juger une chose sur sa conclusion, surtout que généralement par rapport à notre niveau moral comme nous vivons nous mourons, comme nous mourons nous serons logiquement ressuscités, et donc comme nous aurons semé du bien ou du mal nous récolterons du bien (plaisirs) ou du mal (châtiments) le jour de la rétribution :
(S3v102) « Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit d’être craint. Et ne mourrez qu’en pleine soumission (avec une foi sincère, en dehors d'un mal, et si possible pendant une œuvre pieuse). »
Cependant l'être humain fait souvent de nombreux
efforts pour des choses qui
sont incertaines tels que le salaire, la femme ou la retraite, alors que généralement il se prépare peu pour la certitude de la mort par
son manque de pratique religieuse et de bonnes actions.
Ainsi dans l'espoir de réussir cette ultime action, il faut savoir que la vie du Prophète (SBDSL) incarnant les ordres coraniques et permettant d’être constamment en adoration puisqu'il suffit d'évoquer Dieu au début de chaque occupation, il est fort probable que le croyant sera béni au moment de sa mort prédestinée par Dieu en suivant cette piété, en pratiquant une œuvre cultuelle, en ayant une foi sincère ou en répondant dignement à sa dernière épreuve.
En effet s'il est persévérant, patient et confiant en Son Seigneur, son dernier acte se fera vraisemblablement pendant l’adoration et méritera la récompense du plus haut niveau de Paradis :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Chacun de vous demeure quarante jours dans le ventre de sa mère comme une goutte de liquide, puis un caillot de sang pendant une durée égale, puis un morceaux de chair pendant une période équivalent. Ensuite Allah envoie l’ange chargé de lui insuffler l’esprit et d’inscrire sa fortune, la durée de sa vie, ses œuvres et sa destinée heureuse ou malheureuse. Par Celui qui n’a pas d’associé ! Il arrive que l’un de vous fasse l’œuvre des élus du Paradis au point de n’en être séparé que d’une coudée. C’est alors qu’intervient le destin (épreuve de dernière chance pouvant y être lié). Il agit donc comme les réprouvés et entrera en Enfer (probable référence aux hypocrites car le destin peut également être une décision divine amenant une ultime épreuve insurmontable pour l'hypocrite). En revanche il arrive que l’un de vous fasse l’œuvre des réprouvés de l’Enfer au point de n’en être séparé que d’une coudée. C’est alors qu’intervient le destin. Il fait l’œuvre des élus et entrera au Paradis. »
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Toute ma communauté entre au Paradis sauf celui qui s’y refuse. » On lui demanda : « Et qui s’y refuse, ô Messager d'Allah ? » Il répondit « celui qui m’a obéi entre au Paradis et celui qui m’a désobéi s’y est refusé. » (Boukhâri)
          Dans ce sens, il faut savoir que l'être humain a une âme composée de deux parties :

- « rouh » qui signifie souffle vital, esprit, inspiration du ciel, âme orientée vers le spirituel : cette partie de l'âme contient la raison, les sages sentiments, la fitra, l'apaisement du cœur et donc la voie principale de la dignité. Elle doit donc réellement apaiser sa faim spirituelle dans le noble cadre légal religieux pour préserver sa force bienfaisante en se nourrissant avec la nourriture spirituelle du rappel de Dieu, des oeuvres cultuelles, des sages relations humaines, des bons comportements et de l'apprentissage de sages sciences utiles.
- « nefs » qui signifie âme orientée vers le bestial, égo lié au corps physique : Elle est le vêtement de la partie précédente, sa monture et son outil de perception de la vie terrestre. Cet aspect de l'âme porte des instincts liés à des nécessités physiques pouvant aussi permettre d'adorer Dieu. En effet, les enseignements divins de la dernière religion apportent le meilleur comportement à tenir pour répondre à ces besoins en les anoblissant et en évitant les maladies du cœur telles que l'avarice, la cupidité, l'orgueil, le mépris etc. Il faut noter que ces besoins physiques correspondent soit à une absorption comme pour l'oxygène et la boisson, soit à une évacuation comme pour le dioxyde de carbone et l'urine. Afin de purifier cette partie de l'âme, l'homme doit donc imiter le comportement prophétique pour demeurer également dans le noble cadre légal religieux et rester dans la limite de ses besoins, et ainsi connaître une voie supplémentaire conduisant à la dignité à travers le licite et l'équilibre.
          La sagesse divine a donc voulu que la dévotion et les désirs soient une composante de la personnalité de l'être humain pour le guider vers les voies du bien, car en suivant les ordres de son Seigneur et en renonçant à Ses interdits, son âme se purifie en restant noblement dans un cadre légal et dans la limite de ses besoins, c'est à dire dans un ensemble permettant logiquement d'obtenir la glorieuse dignité. L'être humain comprend la sagesse d'un cadre légal quand il s'agit de protéger son sang, ses biens et son honneur, alors il devrait facilement reconnaître que cette sagesse puisse concernée tous ses besoins et occupations, ainsi que sa relation avec Allah et les autres. Par conséquent le cadre légal que nous suivons correspond à ce en quoi nous croyons, et suivre constamment le décent cadre légal coranique correspond donc à la foi la plus forte, l'adoration la plus sincère, la dignité la plus pure et l'amour d'Allah le plus grand, tous logiquement source d'augmentation de la piété apportant la sagesse et donc la réussite :
(S9v31) « Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ, fils de Marie, comme seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent. »  
Lorsque ce verset a été révélé, Adiy Ibn Hâtim a dit au Messager d’Allah : « Mais ils ne les adorent pas. » Alors le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, lui a répondu : « Ô que si ! Ne leur interdisent-ils pas ce qui est licite et ne leur rendent-ils pas licite ce qui est illicite et [malgré cela] ils les suivent. C’est là leur adoration envers eux. »
          En fait, l
e
but est de rendre nos âmes aussi belles que des diamants diffusant la lumineuse noblesse divine, en les approchant par une constante piété complète vers une clairvoyante sagesse, incarnant une forme de sainteté représentant le Seigneur puisque source des meilleurs comportements :
(ExtS2v30) « Je vais établir sur la terre un vicaire “Khalifat” (représentant) »

Il s'agit donc de découvrir les règles de la religion, menant à utiliser tous les biens que Dieu nous a attribué avec une sagesse optimale, pour obtenir un ennoblissement maximal : corps, esprit, famille, argent, biens, temps... :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Les pieds d’un homme ne franchiront pas le seuil du Paradis ou de l’Enfer avant qu’on ne l’interroge sur sa vie à quoi il l’a consacrée, sur son œuvre dans quoi il l’a faite, sur ses biens d’où il les a acquis et où il les a dépensés, et sur son corps en quoi il l’a usé. » (Attirmidhi)
Ext hadith : Le Prophète (SBDSL) a dit : « Rapprochez-vous de la perfection (ensemble de la tradition prophétique), rectifiez continuellement votre conduite »

(S2v2-3) " (Le Coran) C'est le Livre au sujet duquel il n'y a aucun doute, c'est un guide pour les pieux qui croient à l'invisible et accomplissent la Salat et dépensent [dans l'obéissance à Allah], de ce que Nous leur avons attribué." 
A ce propos il faut savoir qu'au Paradis, Allah va donner quotidiennement à Ses hôtes des cascades et montagnes de cadeaux pendant toute l’éternité, et que le seul moyen de Lui offrir quelque chose, c'est ici-bas par la reconnaissance, en dépensant dans Son chemin religieux, digne et social de ce qu'Il nous a attribué dans cette courte vie terrestre.
          Afin d'apporter des précisions pour arriver au niveau maximal de dépenses représentant le Saint Esprit de Jésus (Paix sur lui) comme il sera mieux expliqué plus tard, il suffit donc de simplement imiter le mode de vie du Prophète Mouhamed (SBDSL) 
dans ses caractéristiques remarquables, c'est à dire en suivant les quatre parties de sa personnalité : son comportement quotidien, son caractère, son apparence physique et son souci, et en restant constamment dans ses cinq activités d'adoration : les œuvres cultuelles, l'enseignement ou l'acquisition de sages sciences utiles, la prédication, le service et la concertation, tout en cherchant à être juste tout le temps (ou au moins ne plus faire de péchés consciemment), miséricordieux dès que c'est possible et en se repentant à la fin de chacune de ces occupations prophétiques : 
(S33v21) « En effet, vous avez dans les Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au jour dernier et invoque Allah fréquemment »
Aisha (SDP) a dit : «Le caractère du Prophète était le Coran». (Mouslim)
Plus de précisions sont apportées dans le chapitre V expliquant
les nobles buts de l'homme.
A ce sujet, il faut noter que le mouvement musulman Oummah tabligh (communauté de prédication), dont le centre national français se situe à la mosquée Rhama de Saint-Denis, propose d'intéressantes retraites spirituelles qui permettent d'habituer le cœur à ce digne rythme de vie prophétique apportant une réelle grande foi, une savoureuse sérénité, une élégante sagesse et un équilibre harmonieux avec les autres.
En effet le cœur se nourrissant d'ambiance et étant le centre de décision, pour changer les mauvaises habitudes, il paraît incontournable de devoir sortir dans ce chemin d'Allah pour parvenir plus facilement à ces nobles habitudes prophétiques.
En fait, il faut comprendre que l'organisation quotidienne de ce mouvement est une sorte d'école religieuse qui permet d'apprendre la pratique d'adoration, de s'éduquer par une vie partagée pendant plusieurs jours fraternellement grâce à la pratique commune de bonnes œuvres, et de rallumer la spiritualité humaine généralement très assombris par l'énorme matérialisme de la société moderne, en l'extrayant vers un milieu éclaircissant l'âme par l'agréable fraîcheur lumineuse de la vie pieuse, puisque les participants restent dans l'ambiance pure de la mosquée, de nobles occupations de rappel du divin, l'écoute de bienveillantes règles religieuses, la lecture sur la brillante vie exemplaire des prophètes, des sentiments de bonne moralité, et la prévention contre la malfaisance dans les quartiers difficiles par la prédication incitant à la bienfaisance. 
Et ce mouvement religieux aidant à l'augmentation personnelle de piété et de prédication, au niveau local et mondial par des concertations, des cercles d'enseignements, des visites et des voyages, n'est donc évidemment pas une innovation mais plutôt une très bonne organisation de travail améliorant la société pacifiquement, puisque se servant au mieux de nombreuses traditions prophétiques pour propager intelligemment, et par conséquent sagement le message assagissant de l'islam, et faciliter aux participants l'accession à la très honorable, très apaisante et donc très joyeuse pratique religieuse permanente :
(S4v95/96) « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux - sauf ceux qui ont quelques infirmité - et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d'Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d'excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense; et Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense; des grades de supériorité de Sa part ainsi qu'un pardon et une miséricorde. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

En effet comme dans le cadre de l'obtention du permis de conduire, il est évident que l'intelligence et la théorie sont insuffisantes pour réussir l'examen de la conduite, car il faut évidemment avoir acquis de l'expérience par la pratique, au niveau religieux, le même apprentissage est nécessaire pour ressentir clairement l'aspect agréable de l'émouvante piété, prendre définitivement le rythme parfait des habitudes prophétiques quotidiennes, et s'accrocher fermement à l'excellente mission de prédication.
De plus cette organisation religieuse ayant des sorties de différentes périodes possibles et allant de mosquée en mosquée tous les trois jours pour pratiquer ces retraites spirituelles, il est enrichissant de changer d'endroit pour sentir un lieu nouveau où on évoque Allah, d'entendre un imam différent réciter le Coran, d'écouter un autre muezzin faire l'appel à la prière et de voir des visages fraternels inconnus venus prier, car évidemment cela raffermit, augmente et tranquillise la foi du cœur. 
Dans ce sens il ne faut pas oublier que sacrifier une partie de sa vie dans l'effort pour la religion doit devenir aussi naturel qu'un responsable d’une association humanitaire mondiale sacrifiant souvent légitimement sa vie de couple ou de familles pour sa cause, puisque le prédicateur sauve les gens de l'Enfer comme un responsable d’association sauve la vie de milliers d'enfants et d'adultes. Surtout que comme en agriculture, il faut parfois couper certaines branches pures d'un arbre pour vitaliser les autres plus propices à la poussées de fruits, il faut aussi couper du temps dans nos relations pures pour faciliter les fruits de guidée de la prédication ou de sauvetages humanitaires d'associations. 
C'est pour ça qu'il faut apprécier que ces groupes visitent nos mosquées et fassent courageusement des nobles discours de rappel du divin et de la prédication dans nos quartiers, puisque ce sont des visages différents et des voix nouvelles qui participent logiquement à consolider la conviction religieuse et la bienfaisance calme dans le voisinage.
Pour renforcer ce mouvement, l
es membres de cet effort doivent évidemment tous se considérer en tant que leaders s'organisant pour représenter Allah et son Prophète (SBDSL) et pas en suiveurs, surtout puisque l'alternance de responsables momentanés est nécessaire pour éviter la division.
Il faut aussi préciser que lors de ces sorties, une des autres règles pour éviter cette division et faciliter l'amour, est de ne pas parler de polémiques, des quatre écoles religieuses reconnues (toutes valables selon certains points de vue puisque choisissant une certaine forme de pratique par rapport aux interdictions contredisant parfois des tradition prophétiques comme il existe une interdiction de prier entre la troisième et la quatrième prière obligatoires et une tradition de prier une prière surérogatoire de salutation lorsqu'on rentre dans une mosquée puisque considérée comme une Maison d'Allah), de politique ni des mauvaises habitudes de certains musulmans ou non musulmans, et donc de rester lors de discours dans les six qualités principales expliquées dans le dernier chapitre, comme la communauté islamique (ainsi que l'humanité) devrait le faire pour obtenir l'union et donc la bénédiction divine.
Dans ce sens, il est très important de noter que ce mouvement ne veut pas le pouvoir politique en le laissant aux élites pour éviter tout affrontement social et changer la société en douceur donc, idée que devraient accepter le peuple et les élites puisque certainement validée par Dieu, comme aurait dû le faire la communauté musulmane après les 4 premiers Califes bien guidés annoncés par Mouhamed (SBDSL) et comme le prouve l'actuel éclatement du monde musulman par des guerres internes recherchant le pouvoir, même si l'utilité des califats monarchiques et des dictatures militaires également prophétisés par Mouhamed (SBDSL), étaient ensuite nécessaires pour préserver un ordre social évitant le chaos. En effet, en particulier face à une époque de mondialisation, la dictature est moins grave que l’anarchie qui est moins grave que la guerre civile et le terrorisme. Cette organisation religieuse cherche seulement, comme l'a fait le messager d'Allah (SBDSL) au début de la révélation pour parfaire la société et aurait dû le faire toute la communauté musulmane après les 4 premiers Califes bien guidés donc, à changer en douceur les mentalités par une calme et pacifique prédication sagement dosée en fonction du contexte régional et du niveau de foi de chacun, vers la très valeureuse piété prophétique synonyme d'une grande relation avec Allah, d'une pratique religieuse d'un juste milieu et d'une bienfaisance sociale élevée. A notre époque l'islam guerrier ou politique doit donc être grandement écarté, car objectivement, il n'y a pas d'autres alternatives que l'islam pacifique pour que le monde se rapproche de l'ultime état religieux de la création. Surtout que sans Califat existant et devant avoir le contrôle de la Mecque et Médine et en plus être obtenu pacifiquement par l'union des musulmans comme à l'époque du Prophète (SBDSL), il est évident qu'à notre période la plupart du temps la guerre n'est pas autorisée surtout sans union des musulmans, et que comme les apôtres et le Prophète (SBDSL) ayant suivi Jésus (Paix sur lui), seuls des cœurs pacifiques avec un amour inconditionnel pour l'humanité dans l'espoir de sa guidée et de lui montrer la voie de la piété et de la vertu sont valables dans ce projet divin. Ainsi actuellement, un être humain doit donc trouver le monothéisme, puis le dernier message du monothéisme qu'est l'islam, puis le meilleur des islams incarné par le mouvement tabligh puisque calmant souvent l'extrémisme religieux ou la forte délinquance là où il agit, mais sans oublier de valoriser les qualités ou sages buts des autres islams et de respecter grandement l'attestation de foi islamique de leurs adeptes. Ainsi toutes les situations existantes entre les trois monothéismes, même les compliquées, est un défi à l’humanité athée de comprendre l'histoire du monde et avoir foi au monothéisme majoritairement mondial.
Paroles d'un sage : « Serein dans l’action et dans les situations compliquées, le guerrier pacifique se caractérise par son sang-froid et son esprit clair. Il sait que l’agitation et l’énervement ne servent à rien et surtout pas à trouver des solutions. Le guerrier est calme et efficace. Il ne se laisse pas déborder, il ne réagit pas ; il agit. »
En effet, la religion guidant d'abord à l'élévation spirituelle avant d'être un but politique, il faut en priorité changer les mauvaises habitudes par la motivation vers la noblesse complète du cœur assagissant le peuple, et donc apportant des habitudes collectives favorisant l'apparition de lois pieuses prouvant que le pouvoir appartient d'abord au peuple comme il a déjà été vu, et donc permettant ensuite logiquement la prise de pouvoir par des hommes honorables. Par conséquent si le peuple devient pieux la corruption des élites disparaît :
(S13v11) « En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple (par un chef sage apparaissant par exemple), tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. (prouvant ainsi que la société ne s'améliore pas par le haut de la pyramide sociale ou la force) »
A notre époque probablement proche de la fin des temps, il est clair que Dieu n'a pas donner la puissance des armes aux musulmans mais plutôt le commerce comme au début de l'islam, puisque les premiers musulmans étaient principalement des commerçants et les plus grandes ressources de pétrole se trouvent dans des pays musulmans. Ainsi ce n'est donc pas par la force que Dieu préfère la victoire de l'islam, mais par les valeurs morales, le commerce intègre et la prédication pacifique, car c'est ce qui est le plus beau logiquement, gagner sans violence comme Martin Luther King (Voir film « Selma » d'Ava Duvernay), Jésus (paix sur lui) et comme le Prophète (SBDSL) qui a finalement conquis La Mecque pacifiquement en y rentrant la tête baissée assis sur son cheval par humilité devant Dieu lors de son entrée dans la ville avec des milliers de musulmans. Une autre preuve est que le Mahdi, futur chef du monde musulman qui montrera le retour de Jésus, va finir par conquérir pacifiquement de nombreuses villes du monde par la simple proclamation répétée « Allah est Grand » et probablement par un amour partagé avec une grande partie de l'humanité qui aura survécu aux épreuves de l’antéchrist et du peuple de Gog et Magog. 
Cependant depuis plusieurs décennies par rapport au pouvoir et à la richesse, les musulmans sont fortement éprouvés par des ventes d'armes occidentales laïques provoquant souvent leur grave division, l'arrêt de leur importante prédication pieuse, douce et pacifique propageant le bien, la perte de leurs richesses naturelles, et surtout ce que tout cela représente, la fin de la de bénédiction divine. En effet, la cohésion tel un mur permet déjà de prendre l'avantage dans diférents domaines dont le spirituel, l'économique et le militaire avant l'appui victorieux divin définitif :
(S61v4) « Allah aime ceux qui combattent dans Son chemin en rang serré pareils à un édifice renforcé. »
Enfin concernant l'effort religieux de transmission du message, i
l faut préciser qu'Allah soumet ce monde à ceux qui y participent sérieusement en s'occupant de leur faciliter leur vie, comme Il a soumis ce monde à Ses messagers avec différents miracles, puisque sinon il faut plus penser au contrat de nous aider nous-mêmes pour que Dieu nous aide.
         Comme il a été vu, la tradition du Prophète (SBDSL) correspond à une adoration constante qui permet de tendre vers le meilleur comportement, d'anoblir toutes les fonctions du corps humain, d'obtenir le plus digne caractère, et d'acquérir le très honorable souci qui l'a incité à chercher tous les sages moyens pour que l'humanité accède au Paradis. En effet, une fois que nous avons compris que notre Seigneur a atteint le mieux par Sa miséricorde, et que nous tendons vers le mieux avec la tradition du Prophète de l'islam, il est évident de vouloir le mieux pour les gens afin de n'être entouré que d'excellence, c'est à dire en s'organisant pour participer à leur guidée au Paradis. Surtout qu'il faut être certain que plus il y aura de monde au Paradis, plus nous l'apprécieront, comme nous préférons voir un programme télé en direct avec des millions de téléspectateurs. Et par conséquent en confirmant tout cela, nous pouvons tous ressentir l'excellence de l'épanouissement personnel total dans une complète harmonie sociale quels que soient les biens que nous avons, comme ça le sera d'ailleurs au Paradis.
Or cette volonté bienfaitrice doit même
être attribuée à ceux qui font du mal, car il faut être convaincu pour comprendre l'espoir du mieux, que les pécheurs et les criminels peuvent se repentir, devenir bienfaisants et recevoir le Paradis, en pouvant donc en plus un jour sauver hypothétiquement par leur nouvelle bienfaisance un de nos proches 
:
Le Prophète (SBDSL) avait un voisin juif qui déversait chaque matin des ordures devant la maison du Prophète (SBDSL). En sortant, le Prophète (SBDSL) enlevait ces ordures, sans faire le moindre reproche à son voisin ! Un jour, en sortant de chez lui, le Prophète (SBDSL) ne trouva pas d'ordures et alla s'enquérir de son voisin juif. On lui dit qu'il était malade et alité. Le Prophète (SBDSL) partit lui rendre visite. En le voyant, le juif eut peur car il croyait qu'il venait lui faire du mal ou se venger de lui. Mais le Prophète (SBDSL) l'apaisa et lui expliqua qu'il venait juste le soutenir dans sa maladie pour lui apporter du réconfort. Touché par ce geste, le juif se convertit à l'islam.
Abou Hourayra (SDP) a dit : J'ai entendu l’Envoyé de Dieu (SBDSL) dire : « Deux hommes des fils d’Israël étaient fraternisés. L’un d’eux commettait des péchés, tandis que l’autre s’adonnait à l’adoration. Ce dernier, en s’apercevant que son frère commettait toujours les péchés, lui dit : « Cesse ».
-Laisse moi, répondit l’autre, et laisse mon Dieu ! T’as-t-on envoyé ici pour me surveiller ?
-Je jure par Dieu, répliqua le premier, qu’Il ne te pardonnera pas, et tu n’entreras pas dans le Paradis ».
Après leur mort, ils se sont réunis devant le Seigneur des mondes. Dieu dit à l’homme pieux : « Savais-tu d’avance Ma décision ? », ou suivant une variante « Pouvais-tu faire ce que Je pourrais Moi-même ?». Puis s’adressant au coupable : « Entre dans le Paradis par Ma clémence ». Et s’adressant à l’autre : « Emportez-le en Enfer » (rapporté par Moslim)
Selon Abou Said Al Khoudri (SDP), l'Envoyé de Dieu (SBDSL) a dit : « Parmi ceux qui vivaient avant vous il y avait un homme qui avait tué quatre vingt dix neuf personnes. Il demanda quel était le plus grand savant de la terre. On lui désigna un moine. Il alla le trouver, lui dit qu'il avait tué quatre vingt dix neuf personnes et lui demanda s'il restait quelque possibilité de se repentir ? Le moine dit aussitôt : « Non ». Il le tua sur le coup et compléta ainsi à cent le nombre de ses victimes. Puis il demanda quel était l'homme le plus savant de la terre. On lui en désigna un. Il lui dit : « J'ai tué cent personnes. Ai-je encore quelque possibilité de me repentir ? » Il lui dit : « Oui, mais ne reste pas dans ce royaume pour éviter ce qui s'oppose à ton retour à Dieu ? Va à tel pays. Là vivent des gens qui ne font qu'adorer Dieu Exalté. Adore Dieu avec eux et ne retourne plus à ton pays car c'est une terre de mal ». Il se mit donc en marche et lorsqu'il arriva à la moitié du chemin il fut atteint par la mort. Les anges de la miséricorde se disputèrent à son sujet avec les anges des tourments (les uns voulant le destiner au Paradis les autres voulant le destiner à l'Enfer). Les anges de la miséricorde dirent : « Il est venu plein de repentir désirant de tout son cœur retourner à Dieu ». Les anges des tourments dirent : « Il n'a jamais fait de bien dans sa vie ». C'est alors qu'un ange vint à eux sous une apparence humaine. Ils le prirent comme arbitre puis il leur dit : « Mesurez la distance qui le sépare de la terre du mal et celle qui le sépare de la terre du bien. Destinez le ensuite à celle dont il est le plus proche ». Ils mesurèrent et trouvèrent qu'il était plus près de la terre qu'il voulait rejoindre et ce furent les anges de la miséricorde qui lui retirèrent son âme. (URA)
Dans une autre version : « La cité vertueuse était plus proche d'une seule palme et c'est pourquoi il fut compté de ses habitants».
Dans une troisième version : « Dieu exalté inspira à la terre du mal de s'éloigner et celle du bien de se rapprocher. Puis Il dit : « Mesurez la distance qui les sépare ». Ils trouvèrent qu'il était plus proche d'une palme de la cité du bien. Aussi fut-il absout de ses péchés. »
Il faut donc parvenir à aimer les criminels pour ce qu'ils sont malgré ce qu'ils font, car ce qu'ils font, c'est eux qui le font, et ce qu'ils sont, c'est Dieu qui les a créé.
        Par ailleurs, pour ne voir que le bon aspect dans ce qui nous arrive, quelles que soient les souffrances causées par certains hommes, il faut comprendre que c'est un honneur pour ceux qui en sont les victimes, car ils ont été au service de Dieu pour éprouver des criminels : 
Incarner les nobles valeurs en les défendant, en les pratiquant, en les représentant, en y incitant ou en étant victime de ceux qui ne les respectent pas sont donc logiquement toutes des situations appartenant aux voies du bien :
(S29v10/11) « Parmi les gens il en est qui disent : « Nous croyons en Allah » ; puis, si on les fait souffrir pour la cause d’Allah, ils considèrent l’épreuve venant des hommes comme un châtiment d’Allah. Or s’il vient du secours de ton Seigneur, ils diront certes : « Nous étions avec vous ! » Allah n’est-il pas le meilleur à savoir ce qu’il y a dans les poitrines de tout le monde. Allah connaît parfaitement les croyants et connaît parfaitement les hypocrites. »
(S2v207) "Et il y a parmi les gens celui qui se sacrifie pour la recherche de l'agrément d'Allah. Et Allah est Compatissant envers Ses serviteurs."
En reconnaissant courageusement cette dure vérité, l'être humain sera évidemment récompensé somptueusement et fera joyeusement confiance à la miséricorde divine, même s'il a au Paradis comme voisin, des gens qui lui auront fait du mal sur terre.
A ce sujet il faut savoir que le très honorable Abou Bakr (SDP), premier
calife de l'histoire musulmane, préféra que lors d'une bataille son fils croyant fut tué par un incroyant qui se repentit plus tard, plutôt que son fils reste vivant 
en tuant cet ennemi qui aurait été précipité en Enfer.
De surcroît
si chaque musulman voulait absolument la valeur suprême qu'est la mort en martyr tout en étant confiant sur son temps de vie prédestiné par Dieu, il ne craindrait aucune créature dans ce service de sacrifice pour son Seigneur pouvant guider ou égarer les autres. 
De plus, il est surprenant de reconnaître que dans un contexte particulier telle qu'une confrontation entre nations, deux hommes obligés d'obéir à des chefs tout en ayant des intentions honorables pour Dieu peuvent se combattre, se tuer simultanément, puis finir comme voisins au Paradis, sauf s'il s'agit de musulmans dans le cas d'une confrontation individuelle comme l'explique le hadith suivant :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Quand deux musulmans croisent le fer, le tueur et le tué vont tous deux en Enfer. Un compagnon dit : « O Messager de Dieu ! Nous sommes d’accord pour le tueur, mais comment le tué va-t-il aussi en Enfer ? » Il dit : « Il aurait tout fait pour tuer son compagnon.» (URA)
Ainsi, il apparaît clairement que le meilleur chemin pour l'homme est de conserver la constance de la piété pour devenir très digne dans la droiture permanente, quelles que soient les épreuves des hommes, du diable ou de Dieu :
(ExtS2v177) « Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux ! »
Et même si la peine de mort est décidée contre des criminels, comme cela arrive dans de nombreux pays dont les États-Unis, notre compassion naturelle envers nos semblables ne peut que souhaiter fortement qu'ils évitent l'Enfer éternel, obtiennent le pardon divin et accèdent au Paradis, 
c'est à dire en étant inondé d'une bienveillance inconditionnelle, mais en sachant que Dieu restera leur Seul Juge et qu'Il ne peut pardonner qu'à ceux qui croient en Lui et donc en Sa miséricorde, surtout quand il s'agit d'actes ignobles. Cependant, les personnes qui agissent trop souvent et trop longtemps en mal, obscurcissent la faculté du cœur à percevoir la présence de la lumineuse noblesse divine guidant vers la bienfaisance et le repentir :
Le Prophète (SBDSL) a dit : « Dieu glorifié et exalté rit à la vue de deux hommes dont l’un tue l’autre et qui entrent pourtant tous deux au Paradis : l’un d’eux combat sur le chemin de Dieu et y est tué. Puis Dieu agrée le repentir du meurtrier qui embrasse alors l’islam et connaît à son tour le martyr pour la cause de Dieu. » (URA)
(S7v35) « Ô enfants d’Adam ! Si des Messagers (choisis) parmi vous viennent pour vous exposer Mes signes, alors ceux qui acquièrent le piété et se réforment n’auront aucune crainte et ne seront point affligés. »
(S29v23) « Et ceux qui ne croient pas aux versets d’Allah et à Sa rencontre désespèrent de Ma miséricorde. Et ceux là auront un châtiment douloureux. »
(S19v70) « Puis Nous (Dieu) sommes Le meilleur à savoir ceux qui méritent le plus d'y être brûlés. »
(S83v10-17) « Malheur, ce jour-là, aux négateurs, qui démentent le jour de la Rétribution. Or, ne le dément que tout transgresseur, pécheur : qui, lorsque Nos versets lui sont récités, dit : “[Ce sont] des contes d'anciens ! ”Pas du tout, mais ce qu'ils ont accompli couvre leurs cœurs. Qu'ils prennent garde ! En vérité ce jour-là un voile
les empêchera de voir leur Seigneur, ensuite, ils brûleront certes, dans la Fournaise; on [leur] dira alors : “Voilà ce que vous traitiez de mensonge ! »
          Enfin pour terminer ce chapitre et comme un aspect de ce site paraît le montrer, il semble que les enseignements de la morale soient innombrables, car si à travers l'histoire de la création, des révélations et de toutes les créatures nous devions tous les comptabiliser, les relier entre eux et y rajouter les justes déductions, proverbes, écrits religieux des diverses religions, analyses philosophiques, découvertes scientifiques ou réalités psychiatriques, cela correspondrait probablement aux versets suivants dont les hôtes du Paradis pourront se délecter. Ainsi comme le prouvent les nombreuses paroles nobles des apôtres de Jésus (paix sur lui) dont Marie Madeleine et des compagnons du Prophète (SBDSL) dont les quatre premiers Califes, la conclusion de la morale liée aux valeurs monothéistes est qu'elle n'a pas de conclusion à part peut être dans l'établissement chronologique d'un sommaire dont ce site a essayé d'en présenter un exemple, ou dans certains secteurs en trouvant les plus grandes vérités, ou l'ultime réflexion d'un sujet, d'un domaine ou d'une chaine de causes. Alors quels que soient notre rôle, notre niveau de célébrité ou notre situation, ce qui compte le plus est que la morale divine présente dans la création est magnifique et qu'elle apporte une immense sérénité en particulier donc lorsqu'on se rapproche de certaines conclusions, de son acceptation, de la recherche de sa mise en pratique ou de son partage mutuel :
(S18v109) « Dis : “Si la mer était une encre [pour écrire] les paroles de mon Seigneur, certes la mer s'épuiserait avant que ne soient épuisées les paroles de mon Seigneur, quand même Nous lui apporterions son équivalent comme renfort. »
(S31v27) « Quand bien même tous les arbres de la terre se changeraient en calames [plumes pour écrire], quand bien même l'océan serait un océan d'encre où conflueraient sept autres océans, les paroles d'Allah ne s'épuiseraient pas. Car Allah est Puissant et Sage. » 
(S47v24) « Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y a-t-il un cadenas sur leurs cœurs ? »

En effet en particulier suite aux trois derniers versets, il apparaît qu'à travers le Coran et les enseignements prophétiques, Allah nous donne une base morale que nous pouvons approfondir et développer en permanence par syllogisme, car le Coran ne cesse de se révéler dans les cœurs purifiés et sincères en leur faisant découvrir de nouvelles nobles analyses qui confirment les morales religieuses devenant des goutes de ces océans d'encre divine puisque toutes les bonnes paroles Lui appartiennent, comme semblent donc le prouver ce site et les diverses réflexions intelligentes de nombreuses personnes dans l'histoire du monde, et comme tout le monde aura dit au cours de sa vie au moins une parole pouvant être considérée comme un hadith, une sage vérité ou une réalité scientifique. En effet, lorsque une formule est juste, sa réalité est incontestable :       
« Toutes les vérités sont faciles à comprendre une fois qu'elles sont découvertes ; le problème est de les découvrir. » (Galilée) 
L
a foi est donc comme un océan de savoir, puisque c'est dans sa profondeur que l'on trouve encore plus ses trésors de vérités et sa richesse de dignité. En effet, la science divine détient un océan de spiritualité dans lequel les gens peuvent sans cesse plonger pour cultiver leur connaissance et leur moralité, puis remonter pour participer aux fontaines de bijoux de la noblesse, de la science et de la bienfaisance. Surtout que de nombreuses paroles, même religieuses, peuvent être comprises différemment en fonction du temps, du contexte, des divers types d'islam et de différents points de vues. 
Alors nous avons tous le droit d'analyser librement les révélations par une lumineuse noblesse pieuse, pour essayer d'en tirer les plus rayonnants, dignes et sublimes sens de la vie, de la morale et de la religion, dont leurs vérités peuvent généralement être validées par la grande majorité des croyants ou autres. Par conséquent, il faut penser à ne pas juger trop vite des opinions, mais plutôt chercher à prendre en compte et à respecter fraternellement toutes les possibles interprétations honorables, en particulier pour éviter l'Enfer de l'orgueil, surtout si elles plaisent à Dieu, leur valeur reste dans la limite du raisonnable et les enseignements religieux sont souvent relatifs en prenant en compte des contextes. En effet, il faut un islam ouvert pour avoir un cœur ouvert éclairant un esprit ouvert représentant le véritable sens de la foi en la large puissance, science et sagesse divine, et donc de la plénitude et de la joie. Il faut donc parfois voir les choses dans le fond du fond de la morale comme dans nos actions.
Ainsi concernant un seul thème d'un verset, d'un hadith ou d'une invocation, de longues dissertations pleines de sagesse peuvent être écrites en le liant à d'autres enseignements religieux, scientifiques ou personnels. En revanche il faut faire très attention à ne pas détourner le sens des mots malgré la facilité d'y parvenir par la malhonnêteté, comme lorsque les juifs se sont interdits l'usure uniquement entre eux alors qu'ils devaient être l'avant garde pieuse mettant en exemple la sagesse pour l'humanité :
(S5v13) « Et puis, à cause de leur violation de l'engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé . Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d'un petit nombre d'entre eux. Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Allah aime, certes, les bienfaisants. »
Cependant il ne faut pas oublier que l'apprentissage par cœur de ces paroles sacrées principales que sont le Coran et les hadiths et de la simplicité des habitudes prophétiques quotidiennes à imiter, tout en les comprenant et les pratiquant bien au niveau spirituel et social, sont une sagesse prioritaire apportant une grande dignité, des récompenses particulières, de la sérénité, de la mesure et une vue d'ensemble, et aussi beaucoup de foi, de sensibilité et d'étourdissement joyeux par cet effort d'apprendre par cœur des paroles hautement morales et des traditions pieusement prophétiques d'une étonnante noblesse agréablement transcendante. En fait il s'agit de s'habituer à vivre uniquement de bonnes paroles quelle que soit leur provenance tant qu'elles sont conformes aux valeurs monothéistes. De plus cela facilite l'intéressante méditation apaisante sur Dieu et Sa création à travers un syllogisme simple dans la morale, tout en évitant la fatigue ou l'orgueil de vouloir trop de précisions rendant compliquées la pratique. 
C'est d'ailleurs une autre forme d'orgueil irrespectueux du manque de foi qui a rendu compliqué la pratique du judaïsme, car le peuple juif a déraisonnablement trop demandé de précisions aux prophètes par défi devant les vérités de l'existence et de l'omniscience divines, alors qu' Allah et Son prophète (SBDSL) Se sont souvent tu sur certains sujets par pudeur ou pour les simplifier :
Selon Jourthûm Ibn Nachir, le Messager de Dieu a dit: «Dieu le Très-Haut vous a prescrit des obligations, ne les négligez pas. Il vous a tracé des limites, ne les transgressez pas. Il vous a interdit certaines choses, ne les enfreignez pas. Il S'est tu enfin sur certaines choses par miséricorde pour vous et non par oubli. Ne questionnez pas à leur sujet». (Ad-dârqoutni). 
Par exemple, lorsque Dieu leur avait autorisé de consommer certains animaux, ils demandèrent orgueilleusement des précisions sur les parties consommables, comme ils demandèrent orgueilleusement par défi envers Son omniscience des précisions sur Sa demande au peuple de Moïse de sacrifier une vache pour découvrir un meurtrier, alors que dans ce genre de cas moraux, il est évident que c'est Allah qui décide de ce qui est pur ou bon pour établir un simple cadre légal proposant la dignité, même si c'est une généralité, au contraire de certaines autres morales qui découlent d'elles-mêmes, telle la spécifique qualité de l'humilité obligatoire pour une créature car inhérente à sa nature :
(S2v67-74) « (Et rappelez-vous,) lorsque Moïse dit à son peuple : “Certes Allah vous ordonne d'immoler une vache” . Ils dirent : “Nous prends-tu en moquerie ? ” “Qu'Allah me garde d'être du nombre des ignorants” dit-il. - Ils dirent : “Demande pour nous à ton Seigneur qu'Il nous précise ce qu'elle doit être”. - Il dit : “Certes Allah dit que c'est bien une vache, ni vieille ni vierge , d'un âge moyen, entre les deux. Faites donc ce qu'on vous commande”. - Ils dirent : “Demande donc pour nous à ton Seigneur qu'Il nous précise sa couleur”. - Il dit : “Allah dit que c'est une vache jaune, de couleur vive et plaisante à voir”. - Ils dirent : “Demande pour nous à ton Seigneur qu'Il nous précise ce qu'elle est car pour nous, les vaches se confondent. Mais, nous y serions certainement bien guidés , si Allah le veut”. - Il dit : “Allah dit que c'est bien une vache qui n'a pas été asservie à labourer la terre ni à arroser le champ, indemne d'infirmité et dont la couleur est unie”. - Ils dirent : “Te voilà enfin, tu nous as apporté la vérité ! ” Ils l'immolèrent alors mais il s'en fallut qu'ils ne l'eussent pas fait. Et quand (en effet comme) vous aviez tué un homme et que chacun de vous cherchait à se disculper ! ... Mais Allah démasque ce que vous dissimuliez. Nous dîmes donc : “Frappez le tué avec une partie de la vache”. - Ainsi Allah ressuscite les morts et vous montre les signes (de Sa puissance) afin que vous raisonniez. Puis, et en dépit de tout cela , vos cœurs se sont endurcis; ils sont devenus comme des pierres ou même plus durs encore; car il y a des pierres d'où jaillissent les ruisseaux, d'autres se fendent pour qu'en surgisse l'eau, d'autres s'affaissent par crainte d'Allah. Et Allah n'est certainement jamais inattentif à ce que vous faites. »
 
De plus, il faut rappeler que les interdictions et obligations établies par Dieu sont juste un légitime cadre légal simple pour proposer la dignité.
D'autre part le fiqh (mot arabe dérivant de comprendre) est l'interprétation temporelle des règles de la charia concernant par exemple l'apparition de nouveaux produits tels ceux du multi-médias, en se basant sur des jugements établis auparavant pour établir leur valeur licite ou illicite. Par conséquent si on ne trouve pas d'avis explicites pour établir la valeur d'une chose après s'être tourné vers cette jurisprudence concernant divers cas connus, il ne faut pas hésiter à interpréter la loi constamment pour lui donner le maximum de profondeur dans son sens, surtout s'il s'agit de sujets inconnus ou peu clairs, bien qu'en cas de doute l'essentiel soit de rester au maximum à des niveaux simples d'analyses comparatives, et qu'en cas de questions concernant des vérités spirituelles, au champs d'idées des diverses réponses possibles. Ainsi, il faut tâtonner, sonder, tâter peser et éprouver la morale pour en retirer le meilleur fruit, car le fait qu'une parole existe, ses sens et interprétations doivent donc bien être méditées et rangés dans le bien ou le mal en fonction du contexte, contexte important à analyser pour comprendre certains aspects des révélations et des règles à suivre en fonction des circonstances sociales de l'époque du messager.
          Pour conclure ce chapitre, il faut comprendre qu'en nous montrant que par son libre arbitre notre nature de créature ignorante doit légitimement devenir un humble esclave corporel suivant Son omnisciente sagesse pour atteindre le rang de maître spirituel prince au Paradis, Allah nous invite magnifiquement à Le rejoindre sur Son Trône de la dignité maximale grâce à cette proposition d'ascension ennoblissante par une obéissance permanente à Ses ordres, comme y ont été le Saint Esprit de Jésus (paix sur lui) selon la bible et celui de Mouhamed l'ayant suivi par un ennoblissement maximal.
En effet ceci est confirmé par le fait qu'il a élevé Mouhamed au-dessus de Son Trône pour lui confier l'ordre de la prière, œuvre participant le plus pour réussir à s'ennoblir grandement, ce qui valide également
les enseignements précisant que l'attestation de foi « Il n'y a de dieux qu'Allah et Mouhamed est Son messager (concluant le mode de vie des messages précédents) » est écrite sur le Trône Divin, puisque l'élévation qualitative de l'ennoblissement maximal de Mouhamed (SBDSL) ressemble à l'élévation qualitative de l'ennoblissement maximal d'Allah (et c'est pour cela que Jésus reviendra pour finalement suivre à son tour Mouhamed), et parce que certaines créatures ayant atteint un haut degré de proximité spirituelle du Seigneur auront souvent au Paradis des lettres individuelles ou collectives les invitant à monter sur le Trône Divin pour visiter Allah intimement, 
en plus de la vision hebdomadaire du vendredi dans la vallée principale du Paradis avec tous ses hôtes.
Or, il faut bien comprendre que cette vision des choses n'est présente dans aucune autre religion et que c'est pour ça qu'elle est ne peut être que la vérité, puisque une si grande subtilité dans l'intelligence miséricordieuse démontre l'immense noblesse d'un évident Très Haut Seigneur, surtout qu'ouvrir grandement le cœur à Dieu, la noblesse et la pureté facilitera notre entrée au noble Paradis pur de Dieu par une évidente harmonie, alors que ceux qui auront refusé cette ouverture hésiteront à y entrer en se sous-estimant.